Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Première partie. Le grand flux (1919-1926)

Chapitre VII. Les débuts de l’activité syndicale et politique

Texte intégral

1L’expression « activité syndicale » doit être entendue au sens le plus large. A côté de celle des militants et des adhérents que l’on peut qualifier de permanente, nous inclurons le rôle des grévistes et des sympathisants qui n’est qu’intermittente mais, dans le cas des Polonais plus encore que des Français, infiniment plus répandue. En effet, lorsque deux centrales syndicales coexistent et se déchirent entre elles comme la C.G.T. et la C.G.T.U. à partir de la scission de 1921-1922, et que d’autres tendances se manifestent, nationales et religieuses, fort hostiles aux organisations françaises, se syndiquer devient particulièrement difficile et celui qui s’en approche franchit déjà une étape décisive. La participation à une grève lancée par un syndicat auquel on ne doit rien est une forme d’engagement non négligeable. Même la présence à un meeting, à un défilé ou à une conférence a valeur d’activité élémentaire, valeur formatrice également.

2En l’absence d’archives manuscrites, détruites par leurs propriétaires pour des raisons de sécurité entre 1939 (C.G.T.U.) et 1940 (C.G.T.), les rapports imprimés des congrès, la presse spécialisée et les papiers de police constituent nos trois sources, ces derniers surtout, d’une grande richesse descriptive et indispensables pour contrebalancer l’optimisme de rigueur de la littérature syndicale. Nous insisterons sur l’attitude des ouvriers mineurs, notamment ceux du Nord et de l’Est dont la présence massive attire l’attention de la police, sur lesquels par conséquent nous disposons de beaucoup de données. La documentation s’étiole dès que l’on passe des mines de charbon ou de fer au secteur métallurgique. Elle se réduit à rien dans le domaine agricole. On admettra sans peine que la syndicalisation des travailleurs agricoles dut être exceptionnelle, étant donné leur isolement. Mais on est obligé de constater que, lorsque le nombre d’étrangers diminue de façon arithmétique d’une région à l’autre, les renseignements les concernant fondent de manière géométrique.

La situation au départ

L’aspect juridique

3La loi du 21 mars 1884 dite « loi Waldeck-Rousseau », toujours en vigueur dans l’entre-deux-guerres, donne à toute personne quelle que soit sa nationalité le droit de se syndiquer dans le cadre de sa profession. Elle réserve aux seuls citoyens français les responsabilités administratives, soit les fonctions de président, de vice-président, de trésorier et de secrétaire général, dont les noms doivent obligatoirement être déposés en mairie et transmis à la préfecture du département (articles 3 et 4). Les ouvriers polonais peuvent donc adhérer aux organisations existantes et ceci avec une relative discrétion puisque, n’ayant pas la possibilité d’exercer une fonction dirigeante, leur nom n’apparaît jamais sur les listes transmises à l’administration. Par contre, il leur est interdit de créer des syndicats spécifiquement polonais.

  • 1 K. Murzynowska, op. cit. ; C. Klessmann, op. cit.

4Ceux qui viennent des mines de Westphalie en éprouvent quelque déception, car là-bas ils n’avaient jamais connu de difficultés sur ce plan. En 1902, persuadés que les syndicats allemands ne prêtaient pas une attention suffisante aux problèmes polonais, les frères Jan et Anton Brejski respectivement propriétaire et rédacteur en chef du Wiarus Polski avaient fondé à Bochum l’Union professionnelle polonaise (Zjednoczenie Zawodowe Polskie – Z.Z.P.). Présidé successivement par Stefan Rejer, Wojciech Sosiński et par Mańkowski, le Z.Z.P. prospéra dans le bassin de la Ruhr où il comptait 30 000 membres en 1912, plus 12 000 en Haute-Silésie1. Les Polonais avaient tiré avantage – une fois n’est pas coutume – de l’annexion par la Prusse de plusieurs provinces polonaises. Ils étaient citoyens du pays. En France où la législation n’est pas plus répressive, la situation au regard du droit international diffère totalement. Les Polonais restent des étrangers. Les syndicats français peuvent les accueillir, mais eux seuls. Ainsi, avant la conclusion des accords de Varsovie relatifs à l’émigration, les principes généraux sont déjà mis en place par la loi française.

5L’article 12 de la convention franco-polonaise du 14 octobre 1920 rappelle

« la liberté d’adhérer ou de ne pas adhérer à des syndicats professionnels... sous réserve des dispositions légales touchant l’administration de ces groupements »,

soit le maintien du principe de la loi de 1884 excluant les étrangers de toute fonction de direction. Pourtant les Polonais qui s’inscrivent à une société de secours mutuel française ont le droit d’entrer dans le conseil d’administration à la condition que le nombre d’étrangers ne dépasse pas la moitié moins un du nombre total des membres du dit conseil (article 4). Ils peuvent également faire partie des comités de conciliation et d’arbitrage appelés à régler les différends collectifs avec leurs employeurs, et ont le droit de désigner

« parmi leurs camarades de la même entreprise, un mandataire pour exposer leurs demandes relatives aux conditions de travail, soit aux patrons, soit aux délégués mineurs, soit aux autorités chargées de la surveillance du travail. » (article 12, 2e et 3e alinéas)

Ces concessions restent limitées, et les délégués mineurs sont toujours des Français, élus par les seuls ouvriers français. Remarquons néanmoins le décalage entre les quelques avantages consentis aux Polonais au sein des sociétés de secours mutuel et leur position d’éternels subordonnés à l’intérieur des syndicats.

Diversité des comportements polonais

6Les mentalités diffèrent selon l’origine géographique et le passé professionnel des immigrés.

7Ceux venus directement de leur village de Pologne vers l’industrie française ne savent guère ce qu’est un syndicat. Torturés par de douloureux problèmes d’adaptation, certains rompent leur contrat annuel ou partent ailleurs aussitôt après son achèvement. La mobilité n’est pas propice à la syndicalisation. Même s’ils demeurent sur place, l’idée de se syndiquer n’apparaît guère spontanément. Entrer dans une association nationale de type traditionnel leur semble beaucoup plus naturel.

8Les « Westphaliens » se heurtent à des obstacles d’un autre ordre, déchirés entre deux attitudes possibles. La majorité d’entre eux veut reconstituer en France l’encadrement qui fut le leur dans la Ruhr et qui leur permit, malgré l’apparence trompeuse du langage, de conserver leur identité polonaise. En ce cas, les sociétés d’entr’aide qu’ils créent risquent de demeurer en marge du mouvement syndical français, quelquefois même d’apparaître comme ses adversaires déclarés. Comme avant guerre, rares sont ceux qui envisagent dès leur arrivée de coopérer avec les Français dans la lutte syndicale. Rares, mais non pas inexistants. Une petite minorité analyse différemment la situation. Plus dégagés de l’influence traditionnelle, parfois en rupture de ban avec l’Eglise, ceux-là jugent les associations nées en Rhénanie et transférées en France encore trop soumises au clergé. Persuadés d’autre part que Paris ne cherchera pas à « dénationaliser » les Polonais comme Berlin le faisait avant 1914, ils adhèrent tout de suite aux syndicats français. Plus compétents dans leur métier et plus instruits, les Polonais de Westphalie ont davantage réfléchi sur leur condition de travailleurs que leurs compatriotes villageois, lesquels en sont exactement au stade où se trouvaient les « Westphaliens » lors de leur arrivée – ou celle de leurs parents – dans les bassins miniers allemands, dix à trente ans plus tôt. Ce sont donc eux qui animent presque toutes les organisations, des plus conservatrices aux plus révolutionnaires. Si l’opinion prévaut souvent de leur option exclusive pour les premières, c’est en partie parce que des mesures d’expulsion ont très rapidement frappé les autres, déjà minoritaires au départ, et fait taire par la menace suspendue au dessus de leur tête une partie de ceux qui échappaient à la vindicte policière. C’est aussi parce qu’il est commode de rejeter sur un groupe tout entier les caractéristiques considérées comme des défauts de certains de ses membres. Cette hostilité à l’égard des « Westphaliens » prit naissance dans le Nord/Pas-de-Calais chez les Français et les autres Polonais dès les années 1920. Elle résista au temps puisqu’il en est encore fait état dans des ouvrages historiques de date récente. Vieux clichés, simplification abusive qui ne tient pas devant les faits, mais que l’on va répétant d’auteur en auteur.

  • 2 T. Olszanski, « Les Polonais ». La Vie Ouvrière, 24 avril 1925.
  • 3 Par exemple, dans La Tribune, organe des syndicats de mineurs confédérés du P.-Calais, du Nord et d (...)
  • 4 Les communistes et les militants de la C.G.T.U. ont intérêt à posséder un passeport français qui le (...)

9Déjà Thomas Olszanski, que n’animait aucune sympathie particulière à l’égard des Polonais de Westphalie, admettait en 1925 dans l’hebdomadaire des Unitaires La Vie Ouvrière qu’une frange d’entre eux échappait à l’opprobre général2. Les chroniques nécrologiques publiées dans les journaux syndicaux ainsi que les discours funèbres prononcés au bord des tombes des mineurs victimes d’un accident du travail retracent souvent la carrière d’adhérents de la première heure, originaires de la Ruhr3. Et les archives de police confirment cette thèse puisque dès 1922-1923 des « Westphaliens » sont fichés, menacés d’expulsion ou se voient refuser la naturalisation française pour militantisme trop actif4. Les mineurs de Westphalie jouent un rôle moteur. On risque de ne rien comprendre à la syndicalisation des Polonais en France si on les raye d’un trait de plume, car ce sont eux qui ont fondé la plupart des sous-sections polonaises rattachées aux sections françaises du Pas-de-Calais et du Nord.

10Les mineurs originaires de Haute-Silésie peuvent en bien des points être comparés aux « Westphaliens ». Germanophones et ouvriers qualifiés, ils subissent les mêmes attaques et suscitent les mêmes jalousies. Mais leur engagement syndical avant leur arrivée en France est plus marqué à gauche. Ils ont participé à la grande grève silésienne de l’été 1919, et c’est souvent à cause de cela qu’ils ont dû s’expatrier. Cependant, malgré leur expérience, ils ne vont jouer qu’un faible rôle ici parce qu’ils sont trop peu nombreux.

11Restent les Polonais d’Alsace-Lorraine dont certains étaient déjà sur place avant 1918, sous régime prussien. Dans une région où le parler local est germanique, ceux qui connaissent l’allemand souffrent moins d’isolement que dans le Nord et vont participer aux grèves en 1920 et en 1923 plus activement qu’ailleurs.

Le poids des structures syndicales françaises

12Pour comprendre l’attitude des Polonais, il ne suffit pas de rechercher leurs motivations propres. Encore faut-il tenir compte de l’implantation des organisations professionnelles en France et de la réaction des ouvriers français à l’égard des nouveaux arrivants. Leur degré d’activité syndicale apparaîtra comme la résultante de tous ces facteurs.

  • 5 Voir Chapitre I, p. 27.

13Dans le Nord/Pas-de-Calais où la tradition syndicale est, chez les mineurs, importante et ancienne, le réformisme domine. Lors de la scission de 1921, les sections affiliées à la vieille Fédération du Sous-sol restent presque toutes fidèles à la C.G.T. confédérée, à l’exception de celles de la région de Douai où se trouvent les mines d’Aniche. Les ouvriers houilleurs du nord de la France possèdent une mentalité particulière : attachés à leur métier, à leur région, ils ont du syndicalisme une conception à la fois fervente et sage. Respectueux de la hiérarchie, des habitudes prises, ils adhèrent nombreux et font grève à l’appel de leur organisation. Mais ils s’intéressent peu aux grands problèmes politiques, nationaux ou internationaux. Ce ne sont pas souvent des révolutionnaires. Déjà avant 1914, ils faisaient preuve de xénophobie5. Coupés pendant quatre ans du reste du pays, ils n’ont connu ni le courant pacifiste, ni la vague d’enthousiasme que partout ailleurs souleva la Révolution russe. Ils sortent donc du conflit mondial aussi patriotes qu’avant et aussi méfiants à l’égard des immigrés. Seule, une minorité s’indigne de ce conformisme et rejoint les Unitaires en 1922.

  • 6 E. Kagan, « Le mouvement ouvrier à Pompey, 1919-1925 ». Annales de l’Est, 1972, p. 17-56.

14En Lorraine, tant dans les mines de fer que dans le bassin de charbon de Moselle orientale, étudier le syndicalisme c’est chercher surtout à expliquer « la quasi-inexistence d’un mouvement organisé »6. L’industrialisation plus récente, les liens que les ouvriers ont conservés avec le milieu rural dont ils sont issus et l’influence prépondérante de quelques dynasties patronales comme celle des de Wendel, lesquels dosent avec art attitude répressive et paternalisme, contribuent à rendre compte de l’extrême faiblesse des effectifs syndicaux. Dans cette situation vivotante, un clivage s’établit cependant. Le bassin de fer de Briey-Longwy (Meurthe-et-Moselle), à part les centres d’Hussigny, de Villerupt et de Piennes, répond plus volontiers aux mots d’ordre des Réformistes. La Moselle, marquée par quarante-huit ans de régime allemand, se partage entre les syndicats chrétiens, mieux implantés ici qu’ailleurs en France, et les Unitaires.

15Lorsque les Polonais se syndiquent, ils adhèrent à la Fédération du Sous-sol C.G.T. là où celle-ci l’emporte ; ils rejoignent les Unitaires là où la C.G.T.U. est la plus forte. Ils n’ont guère le choix, quoiqu’il en paraisse, car rares sont les localités où cohabitent les deux organisations. En cas de changement de domicile et d’arrivée dans une commune où existe seulement l’orientation qui n’est pas la sienne, le mineur déjà syndiqué ne peut que rester isolé ou s’inscrire à la section présente sur les lieux. Les convictions personnelles qui évidemment prédominent lorsqu’il s’agit de trancher entre sociétés traditionnelles polonaises et engagement aux côtés des ouvriers français, s’effacent devant les impératifs pratiques une fois le premier pas franchi. A posteriori, les immigrés justifieront leur prise de position en faveur des Confédérés ou des Unitaires par des considérations théoriques. Mais on s’aperçoit que celles-ci se sont généralement forgées après coup. Or dans la profession minière, le réformisme l’emporte largement sur la tendance révolutionnaire. Nous retrouverons le même déséquilibre numérique chez les mineurs polonais syndiqués.

16De même, les Polonais sont d’autant plus actifs que les ouvriers français le sont eux-mêmes, autrement dit plus dans le Pas-de-Calais et le Nord qu’en Lorraine où, après la flambée de 1920-1923, on n’enregistrera plus de grèves importantes avant 1927. Ils sont donc à la fois tributaires de l’idéologie locale dominante et du degré de dynamisme de la classe ouvrière française. Si bien que, malgré les réticences à leur égard des mineurs du Nord/Pas-de-Calais, c’est encore dans cette région que les Polonais vont participer le plus à la lutte.

Le point de vue des syndicats

17Les positions de principe de la C.G.T. à l’égard des travailleurs immigrés sont développées dès le congrès de Lyon des 15-21 septembre 1919, et elles ne varieront plus guère par la suite :

  • 7 XIVe congrès de la C.G.T., 15-21 septembre 1919. « Programme minimum. Pour les ouvriers étrangers » (...)

« La C.G.T. proclame que tout travailleur quelle que soit sa nationalité a le droit de travailler là où il peut occuper son activité. Tout travailleur doit jouir... de toutes les garanties d’ordre syndical, notamment du droit de participer personnellement à l’administration de son syndicat. Aucun travailleur ne peut être expulsé pour fait d’ordre syndical. Aucun travailleur étranger ne doit recevoir de salaire ni subir de conditions inférieurs au salaire normal et courant et aux conditions de travail en usage dans la ville ou dans la région. »7

18En clair, la C.G.T. s’engage à protéger tout ouvrier étranger, à veiller à ce qu’il travaille et vive exactement comme un Français, mais à la condition que sa présence ne soit pas préjudiciable à l’embauche des autochtones. C’est ce qu’il faut conclure de la phrase suivante :

« Le recrutement de travailleurs des pays étrangers... correspond aux besoins réels d’une industrie ou d’une région. » (7)

19Théoriquement, la C.G.T. ne devrait éprouver aucune hostilité à l’égard des Polonais étant donné le grave déficit de main-d’œuvre qui sévit dans les régions dévastées vers lesquelles on les dirige. La C.G.T., immense Confédération regroupant toutes les professions à l’échelle nationale et toutes les Unions départementales, traite évidemment les problèmes de haut. En particulier, elle ne distingue jamais dans ses déclarations de principe telle ou telle nationalité. Les Polonais sont pour elle des étrangers parmi les autres. Au contraire, la Fédération nationale des travailleurs du Sous-sol que sa spécificité rend plus sensible à l’arrivée des ouvriers de Pologne ou de Westphalie, et plus encore les Syndicats de mineurs des départements concernés se penchent sur le sort des Polonais en tant que tels. Leur déception est à la mesure de leurs espérances. L’image glorieuse de « l’héroïque nation amie » dessert les immigrants plus qu’elle ne les aide. On attendait des frères, des êtres proches et l’on voit arriver des hommes au langage incompréhensible, aux coutumes spécifiques et qui, trop souvent, manquent de formation professionnelle.

20Les rubriques locales insérées dans La Tribune, organe des syndicats de mineurs du Pas-de-Calais, du Nord et d’Anzin, permettent de mesurer le fossé qui existe entre les principes et la réalité. Les travailleurs confédérés, dont l’internationalisme est surtout théorique, crient vite et fort leur désillusion sans se demander quel mal peuvent faire leurs reproches à ceux-là mêmes qu’ils s’étaient promis d’accueillir et d’aider.

21Il faut attendre le IIIe congrès de la C.G.T.U. tenu à Paris en 1925 pour voir exprimées ses positions sur la main-d’œuvre étrangère. Elle reprend à la C.G.T. dont elle est issue l’idée que tout travailleur a le droit d’obtenir un emploi en quelque pays que ce soit :

« Nul ouvrier révolutionnaire ne saurait s’élever contre les mouvements migratoires... Nul ne peut nier le droit à l’émigration pour les hommes chassés du sol natal par le chômage, la misère ou les convulsions politiques. »

Mais elle va beaucoup plus loin :

  • 8 « Rapport sur la main-d’œuvre étrangère », présenté au congrès de Paris (26-31 août 1925). La Vie S (...)

« Il n’y a pas de patrie pour les travailleurs. Il n’y a pas d’ouvriers étrangers en France. Il y a les ouvriers d’un même pays : le Prolétariat. »8

Cependant :

« Si l’immigration des travailleurs étrangers est absolument logique lorsque le marché du travail est déficitaire, elle ne saurait se perpétuer si l’abondance de la main-d’œuvre ne la justifie plus. » (8)

22Les Unitaires redoutent que les Houillères recrutent des Polonais pour reconstruire les régions dévastées, parce qu’ils

  • 9 « La main-d’œuvre étrangère ». La Vie Ouvrière, 3 février 1922.

« pourraient permettre de tenir en respect ces éternels rouspéteurs que sont les ouvriers français... On ne peut nous taxer de chauvinisme, mais nous ne voulons pas qu’il soit permis de se servir d’ouvriers étrangers pour nous affamer là où le hasard nous a fait naître. »9

Mais au lieu de les rejeter, l’organisation révolutionnaire se charge d’expliquer

« aux camarades étrangers le rôle que les patrons français veulent leur faire jouer, le piège qui leur est tendu. » (9)

23L’originalité des Unitaires réside donc moins dans l’analyse du problème, finalement proche de celle des Réformistes, que dans les conclusions pratiques. Ils s’adressent aux nouveaux arrivés, les éclairent sur leur rôle et les associent à la lutte.

Les années agitées (1920-1923)

24Les Polonais se trouvent confrontés, en même temps qu’à leurs propres problèmes, à ceux qui se posent aux ouvriers français.

25Tout concourt à expliquer l’effervescence de l’immédiat après-guerre : la fermentation révolutionnaire liée à l’espoir d’une extension mondiale de la révolution russe, les débats autour de la scission politique et de la scission syndicale, l’élection en novembre 1919 de la Chambre « bleu horizon » suivie de la constitution d’un gouvernement de « Bloc national » qui soutient des positions heurtant la classe ouvrière depuis les révocations de cheminots par les compagnies ferroviaires après les grèves de 1920 jusqu’à l’occupation de la Ruhr en 1923, enfin et surtout l’augmentation des prix face à la stagnation des salaires ou même, en 1922, à leur diminution. Dans les charbonnages du Nord et du Pas-de-Calais par exemple, une réduction uniforme de 2 F par jour en janvier 1922, une autre de 1,25 F en avril, rognent de 16 % la paye du mineur le plus qualifié et de bien davantage celle des manœuvres ou des apprentis. Les compagnies houillères arguent de la concurrence des charbons étrangers, notamment ceux de Grande-Bretagne, à laquelle elles doivent faire face par une compression des prix de revient.

26La plupart des arrêts de travail, ces années-là, sont liés essentiellement à des revendications salariales.

La participation polonaise à la grève des mineurs du Pas-de-Calais en 1920

27Le ministère de l’Intérieur a recensé 49 grèves dans les mines de 1920 à 1923. Toutes n’ont pas la même portée et lorsque les immigrés sont trop peu nombreux à être employés dans une entreprise, leur attitude quelle qu’elle soit n’est guère révélatrice. Bornons notre analyse à deux cas particulièrement intéressants.

28La grève des mineurs du Pas-de-Calais et du Nord est une des plus importantes, à la fois par sa durée et par son ampleur numérique. Partie de Marles le 5 mars 1920, elle gagne Nœux et Béthune le 6, Bruay le 7. Le département du Nord suit par solidarité mais lâche dès les premières négociations qui s’ouvrent le 24 avec les ministres du Travail et des Travaux publics, croyant de bonne foi que le Pas-de-Calais va reprendre le travail. Devant l’échec des entretiens, il débraye de nouveau pour cinq jours début avril. Le bassin du Pas-de-Calais lui, aura résisté quatre semaines de suite, sans interruption. Que veulent ces ouvriers ? A la fois prouver leur solidarité avec le mouvement des cheminots et obtenir un réajustement des salaires fondé sur l’accroissement du coût de la vie depuis l’année précédente.

29Le nombre de grévistes est impressionnant, officiellement près de 50 000 et, selon L’Humanité, 90 000 (10). Or déjà des Polonais sont impliqués. Sur le territoire de Haillicourt, près de Bruay (Pas-de-Calais), quelques centaines d’entre eux, arrivés peu de jours auparavant, travaillent à la fosse n° 6 avec un contrat leur assurant le logement en des locaux provisoires et la nourriture dans les cantines de la compagnie. L’interprète, sollicité de leur communiquer l’ordre de grève, se récuse sous prétexte qu’il est payé par l’entreprise et non par les syndicats. Il faut croire que l’on finit par se comprendre sans lui puisque, lors d’une réunion du comité de grève tenue à Bruay le 13 mars, un mineur français prend la parole pour évoquer la situation difficile dans laquelle se trouvent les

  • 10 A.N., F7 13903 : rapport du préfet du Nord, 14 mars 1920 ; L’Humanité, même date.

« camarades polonais qui ont fait le geste nécessaire, mais qui ont femme et enfants et sont venus exposer au comité qu’ils avaient besoin d’argent ».10

  • 11 A.N., F7 13903, 8 et 13 mars 1920.

Ils n’ont encore touché aucune paye et se voient privés de nourriture depuis qu’ils refusent de descendre dans les puits. Une délégation se rend à la direction des mines afin de demander qu’une avance soit versée aux Polonais. Impossible d’être reçus. Ne pouvant attendre davantage, les Français se résignent à délier les nouveaux arrivants et les autorisent à chercher du travail ailleurs pendant la durée de la grève11.

30Ce récit est riche d’enseignements. Il n’est pas exceptionnel en 1920 que les contrats assurent aux mineurs, en plus du logement, la nourriture. Le système présente pour l’ouvrier l’inconvénient majeur de lui ôter toute liberté de manœuvre. S’il se joint à une grève, l’employeur lui coupe les vivres. Dans ces conditions le droit de coalition reconnu théoriquement à tout travailleur se réduit à peu de choses. La compagnie de Bruay ne profère aucune menace ; elle laisse le processus se dérouler de lui-même. Si les Polonais ne parviennent pas à trouver quelque menue besogne dans les environs, ils seront bien obligés de se présenter de nouveau à l’entrée du puits.

31Est-il besoin d’insister sur le rôle négatif joué par l’interprète ? Recruté et salarié par les compagnies houillères, le « tƗumacz » est toujours leur homme. Encore heureux quand il ne joint pas à ses fonctions celle de dénonciateur et quand il ne déforme pas la pensée des ouvriers dans ses traductions. Le refus qu’il oppose ici est tout à fait caractéristique. Mineurs français et polonais en sont réduits à se parler avec les mains.

  • 12 « Rappelons-nous que nous dûmes aider nos malheureux frères polonais qui sans argent nous demandère (...)

32Les autochtones semblent n’éprouver aucune animosité à l’égard de leurs collègues étrangers à qui ils permettent d’interrompre la grève si peu de jours après l’avoir commencée. Est-ce parce que les Polonais viennent d’arriver et que leur nombre est encore trop faible pour les inquiéter ? C’est peu probable car la xénophobie se joue des chiffres. Elle se nourrit de mythes. Nous avons peut-être affaire à des mineurs révolutionnaires car le Vieux Syndicat avant la scission en compte toujours un certain nombre. Mais trois ans plus tard, une allusion à l’aide matérielle que les Réformistes fournirent aux Polonais pendant la grève des mineurs du Pas-de-Calais de mars 1920 tend à prouver que la solidarité l’emporta aussi chez les modérés, à ce moment-là12. Nous en sommes donc réduits aux conjectures mais le fait méritait d’être relevé puisqu’il tranche sur la moyenne.

L’effort de propagande de la C.G.T.U.

331922 ouvre l’ère de la division syndicale. Une bonne partie des forces ouvrières se dépense et s’épuise dans la lutte fratricide entre les deux Confédérations, pour le malheur des salariés dont on n’a plus assez le temps de s’occuper. Ainsi en est-il des Polonais que les militants réformistes négligent totalement cette année-là. Le Vieux Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais ne paraît même pas s’apercevoir de leur présence : on ne lit rien à leur sujet dans La Tribune, alors qu’en 1921 le journal avait publié une série de courts articles en polonais.

34Les Unitaires sont plus actifs et agissent directement sur le terrain. Ils rendent visite aux mineurs immigrés, quitte à se voir éventuellement fermer la porte au nez ; l’accès aux baraques dans lesquelles logent les célibataires est encore plus difficile que l’entrée dans les maisons familiales, car des agents de la compagnie houillère en gardent les abords. Ils organisent les premières réunions publiques lorsque le syndicat peut s’assurer la collaboration d’un orateur polonais ; le procureur général auprès de la Cour d’appel de Douai, consulté sur ce point par le Garde des Sceaux admet que

  • 13 A.D. Nord, M 208/135, 10 mai 1922.

« ni la loi du 30 juin 1881, ni celle du 28 mars 1907 n’interdisent les réunions publiques où sont tenus des discours en langue étrangère. »13

A la veille du 1er mai 1922, ils distribuent des tracts dans le Nord et en Lorraine, invitant les Polonais à s’inscrire chez eux et à répudier « l’Internationale réformiste d’Amsterdam ». Et surtout, ils créent la première sous-section syndicale proprement polonaise couvrant la concession houillère de Nœux dans le Pas-de-Calais (Nœux-les-Mines, Barlin, Hersin-Coupigny, ...), dont le drapeau porte fièrement la date précoce du 22janvier 1922.

35Les résultats sont-ils à la mesure de l’effort consenti ? Il est certain que les Polonais répondent d’autant plus volontiers aux appels de la C.G.T.U. que la C.G.T. lui laisse le champ libre et que les organisations nationales polonaises ne sont pas encore très structurées cette année-là. Mais nous manquons de chiffres dignes de foi. Pour des raisons diamétralement opposées, syndicats et autorités administratives ont tendance à les gonfler, les premiers par autosatisfaction, les seconds par inquiétude et afin de justifier d’éventuelles mesures répressives.

  • 14 A.D. Nord, M 208/135, 9 mars 1923.

36Distinguons nettement adhérents et sympathisants. Si partout ailleurs qu’à Noeux-les-Mines, les syndiqués polonais se réunissent avec les Français, c’est parce que la faiblesse des effectifs rend impossible la création d’un groupe spécifique. Et il est difficile de croire avec le sous-préfet de Douai, malgré l’impact des révolutionnaires dans la région, que les 3 100 mineurs polonais de son arrondissement soient inscrits chez les Unitaires14. Les responsables syndicaux eux-mêmes ne l’ont jamais prétendu.

37Par contre, les défilés attirent les foules. Ici l’on peut se comprendre sans parler la même langue. Les slogans scandés tout en marchant sont faciles à traduire et « Solidarité » ressemble beaucoup à « Solidarność ». Le préfet du Nord, que cette présence massive irrite, pense que :

  • 15 Id., 13 décembre 1924.

« les Polonais très disciplinés et respectueux des instructions données prennent part aux cortèges unitaires avec la même assiduité qu’ils mettraient à suivre les cérémonies religieuses et les fêtes populaires organisées par les aumôniers ou par le consul de Lille »15,

autrement dit qu’il n’existe aucune conviction syndicale dans leur attitude. Explication rassurante mais trop globale. A côté des fourvoyés qui confondent le Premier mai et la Fête-Dieu, pensons à tous ceux que réjouit un défilé ouvrier parce qu’ils arrivent de la campagne et qu’ils n’ont jamais vu cela. Nullement blasés, et pour cause, ils s’empressent avec une joie de néophytes. Il y a une part ludique dans toute première manifestation comme dans toute première grève.

La participation polonaise à la grève des mineurs de Moselle en 1923

38De l’influence réelle des organisations syndicales sur les ouvriers polonais, les mouvements revendicatifs du début de l’année 1923 vont permettre de prendre la mesure.

  • 16 L’Humanité, 8 et 30 mars 1923.

39La grève éclate le 7 février 1923 dans le bassin de charbon de Moselle. Ceux qui la déclenchent se défendent de toute préoccupation autre que professionnelle mais leurs adversaires leur reprochent de vouloir, à l’heure de l’occupation de la Ruhr, entraver ainsi l’action du gouvernement français. Les motifs économiques ne manquent pas. Le 1er juillet 1920 les compagnies houillères ont supprimé l’indemnité de vie chère de 4 F par jour qu’elles versaient auparavant en plus du salaire de base. Loin de baisser, les prix ont augmenté depuis. Aussi les mineurs exigent-ils son rétablissement et même son adaptation au coût de la vie, soit 6 F par jour, alors que les compagnies mosellanes ne leur offrent que 2 F au maximum. De plus les ouvriers protestent contre la situation d’infériorité dans laquelle les maintient la loi minière allemande de 1873 à laquelle le département de la Moselle est toujours soumis : « les hommes de confiance » chargés de présenter leurs revendications à la direction disposent de pouvoirs beaucoup plus restreints que les délégués mineurs élus par leurs camarades de « l’intérieur ». Ils demandent donc l’extension de ces attributions, notamment qu’aucun renvoi ne puisse être décidé sans que les « hommes de confiance » aient été consultés16.

40En Lorraine mosellane, la scission syndicale fut favorable aux révolutionnaires ; et depuis, les Confédérés n’ont pas encore réussi à s’implanter face à leurs rivaux. Les Unitaires ne sont pas seuls à occuper le terrain. A côté du Syndicat des ouvriers mineurs d’Alsace et de Lorraine C.G.T.U. fort, au moment de la grève, de 5 000 membres, une autre organisation d’essence chrétienne, le Syndicat des ouvriers mineurs indépendants, en compte un millier environ. Loin de se nuire, ils s’épaulent. Situation impensable partout ailleurs en France où la jeune Confédération française des travailleurs chrétiens – C.F.T.C. – fait bande à part. Ici, en décembre 1922, des pourparlers ont abouti à l’élaboration d’un programme d’unité d’action. Les comités de grève comprennent donc des représentants des deux tendances et les Indépendants luttent avec autant d’acharnement que les autres.

41Les Polonais sont partagés entre ces deux organisations, qu’ils y adhèrent ou que simplement ils en suivent les mots d’ordre. Mais à la différence de leurs camarades français, ils sont plus nombreux chez les Indépendants, y possèdent leur sous-section laquelle se réunit à part et va rapidement se démarquer des positions de la majorité.

  • 17 A.D. Moselle, 23 Z 1, 13 février 1923.

42Les huit premiers jours, le débrayage atteint 95 % des effectifs (25 000 grévistes sur 26 456 mineurs) de l’avis même des autorités17. Les Polonais sont solidaires du mouvement revendicatif et fiers de l’être. Lors d’une réunion tenue à Creutzwald le 12 février, un ouvrier polonais prend la parole pour constater avec satisfaction qu’aucun de ses compatriotes ne figure sur la liste qu’on vient de lire publiquement des vingt briseurs de grève. Dans l’émotion générale, Stablo (C.G.T.U.) s’écrie :

« Camarades polonais, vous n’avez pas besoin de vous soucier pour l’argent. On nous en a promis de divers côtés et nous vous en donnerons. Soyez rassurés, vous ne mourrez pas de faim. S’il le faut, nous installerons un office de ravitaillement » (18).

L’appel est d’autant plus chaleureux que l’inquiétude perce car déjà les forces opposées s’organisent. La veille à Freyming, au cours de la messe, l’aumônier polonais a encouragé ses fidèles à reprendre le travail et le président de la sous-section polonaise affiliée au Syndicat des Indépendants, Tomaszewski a tenté d’entraîner dans le même sens les 300 ouvriers présents à la réunion qu’il avait organisée, au grand dam du secrétaire français de l’organisation, Meck, lequel, présent dans la salle, recommandait au contraire aux Polonais de tenir bon.

  • 18 A.N., F7 13903, 13 février 1923.
  • 19 A.N., F7 13903, 10 mars 1923.

43La Société Sarre et Moselle n’attendait que cela. L’ingénieur en chef convoque Tomaszewski et lui promet pour tous ses compatriotes une indemnité de vie chère de 3 F par jour avec effet rétroactif à dater du 1er février s’ils consentent à se désolidariser de leurs camarades. Cette indemnité serait même portée à 4 F à partir du 1er avril18. Le directeur de La Houve ayant attendu en vain la visite d’une délégation polonaise, fait lui-même la démarche. Il se présente à leur dortoir et promet aux hommes une augmentation de 20 % de leur salaire pendant toute la durée de la grève19.

44Tiraillés entre deux forces contraires mais nullement égales, des Polonais peu à peu retournent à la fosse. L’Humanité cherche à les excuser en dénonçant « la terreur patronale et policière » à laquelle ils ont fini par succomber. Mais sur place, les mineurs français sont impitoyables :

« Les Polonais sont des jaunes... des parasites, des poux et des puces qui s’attaquent au corps, des briseurs de grève qui poignardent leurs camarades dans le dos »,

  • 20 L’Humanité, 17 mars 1923 ; A.N., F7 13903, 20 février 1923.

déclare Kirsch, secrétaire du Syndicat unitaire, le 18 février20. Les liens de fraternité qui, au début, unissaient les Polonais aux autres grévistes sont rompus définitivement. On les rendra responsables de l’échec final de la grève, comme si tous avaient trahis et eux seuls.

  • 21 A.D. Moselle, 23 Z 1, 3 et 20 avril 1923.

45C’est inexact. Tous n’abandonnent pas. Le 19 avril, parmi les 44 mineurs passés en jugement pour entrave à la liberté du travail, on peut relever à côté d’une majorité de noms lorrains, ceux de Jan et Anton Śliwa, domiciliés à L’Hopital. Józef Kikulski né en Westphalie à Recklinghausen, employé à la Société Sarre et Moselle depuis 1920, membre du Syndicat unitaire et gréviste acharné, est menacé d’expulsion21. Mais le nombre de ceux qui luttent jusqu’au bout est minime. La grande majorité a cédé.

46Cette grève est exemplaire. Jamais, les années suivantes, les Polonais ne s’engageront avec une telle fougue, ni ne feront pareillement machine arrière. Pouvait-il en être autrement ?

  • 22 A.D. Nord M 208/135, 2 mars et 26 novembre 1923.

47Leur enthousiasme des premiers jours s’explique sans peine et n’est pas limité au bassin de la Moselle puisque le 16 février, jour de grève générale de solidarité lancée par la C.G.T.U. dans les autres régions minières, les Polonais sont partout plus nombreux à débrayer que les Français. Et partout les autorités s’en inquiètent22.

48Mais il leur est difficile de résister longtemps car ils manquent de ressources annexes, à la différence des mineurs lorrains qui possèdent le plus souvent un lopin de terre sur lequel travailler en attendant la fin du conflit. En 1923 en Moselle, les contrats de travail ne prévoient pas l’attribution gratuite des repas. Les immigrés doivent acquérir les denrées eux-mêmes ou manger à la cantine de l’entreprise et dans les deux cas régler la note en fin de quinzaine ou en fin de mois. La grève est trop longue aussi pour ceux qui, arrivés depuis plus d’un an, n’ont cependant pas encore eu le temps de faire des économies.

49D’autre part, le risque encouru, fort mince les premiers jours lorsque le mouvement affecte la quasi-totalité des effectifs, s’accroît les semaines suivantes. L’ouvrier nouvellement arrivé est le plus menacé car il est toujours possible d’interpréter de façon large l’article 10 de la convention du 3 septembre 1919 selon lequel un employeur est en droit de rompre le contrat si le travailleur étranger n’a pas respecté les règlements en vigueur dans l’entreprise ou si sa conduite s’oppose de façon constante à la tranquillité et à l’ordre.

  • 23 A.D. Moselle, 23 Z 1, 19 avril 1923.

50De fait, les licenciements opérés par les directions des compagnies houillères frappent plus durement les immigrés que les Lorrains. Mais dans une conjoncture où les besoins en main-d’œuvre sont énormes et difficiles à satisfaire, il s’agit plus d’un chantage au renvoi que de congédiements définitifs. Sur les 423 mineurs remerciés, toutes nationalités confondues (200 chez de Wendel, 191 à Sarre et Moselle, 32 à La Houve), le plus grand nombre sera réembauché dans le courant du mois d’avril, après l’échec du mouvement23.

  • 24 « Un appel aux ouvriers de France contre l’expulsion des travailleurs polonais ». L’Humanité, 3 avr (...)

51La menace d’expulsion joue de la même façon. Elle est plus fréquente que suivie d’effets et suffit pour semer la panique. Les onze Polonais reconduits à la frontière dont L’Humanité prend la défense sont des militants du Nord et du Pas-de-Calais et non pas des grévistes du bassin de Moselle24.

Le renversement de tendance

52Dès le mois d’avril 1923, l’étoile des Unitaires commence à pâlir au regard des travailleurs polonais que l’échec de la grande grève de Moselle a rendus amers. Or au même moment la Fédération des travailleurs du Sous-sol affiliée à la C.G.T. se ressaisit, comprenant l’erreur commise en n’associant pas immédiatement les nouveaux arrivés à la lutte. Leur participation massive à un mouvement organisé par la Confédération rivale agit comme un révélateur. Le fait qu’ils se soient engagés aux côtés des révolutionnaires prouve quelle force d’appoint ils peuvent constituer.

53Les mineurs confédérés contre-attaquent, avec des moyens supérieurs. Ils distribuent à la sortie des puits un premier tract rédigé en polonais :

  • 25 A.N., F7 13791, 17 avril 1923.

« Camarades, vous qui venez travailler dans les mines françaises... vous serez les bienvenus parmi nous, vos droits seront défendus au même titre que ceux des camarades français. Les travailleurs... doivent être partout des frères, enfants d’une même famille... La Fédération nationale des travailleurs du Sous-sol est convaincue que vous répondrez à son appel... Syndiquez-vous »25.

  • 26 A D. Pas-de-Calais, 1 Z 230.

Une affiche émanant du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais est placardée sur les murs de Bruay-en-Artois, fin avril : dans un polonais maladroit, elle invite à manifester le 1er mai, « fête populaire des ouvriers »26. L’hebdomadaire La Tribune reprend la publication d’articles en langue polonaise, de plus en plus nombreux de mois en mois ; d’abord simples traductions d’appels rédigés en français par des militants locaux, ils sont écrits ensuite directement dans leur langue par des mineurs polonais récemment syndiqués qui décrivent pour leurs compatriotes les réunions des sections du Pas-de-Calais auxquelles ils participent.

54Mais surtout, s’organisent des conférences destinées aux seuls Polonais des corons : du 9 septembre au 25 novembre 1923, Désiré Coine se rend successivement à Bruay, Ostricourt, Libercourt, Montigny-en-Gohelle, Dourges, Hersin-Coupigny et Barlin, accompagné de mineurs polonais auxquels il apprend à organiser une discussion, à haranguer une foule. Coine est un militant de longue date et qui n’a pas froid aux yeux. Avant la guerre de 1914, il a fait trois ans de prison pour propagande antimilitariste. Maniant plusieurs langues dont l’allemand et le polonais, il sert d’interprète au Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais dans les années 1920 et rend à ce titre de grands services. Capable de tenir seul un meeting polonais, il préfère s’effacer lorsqu’il peut s’associer de jeunes militants immigrés. Fort estimé dans les milieux confédérés, il est par contre la bête noire des Unitaires. Olszanski et lui s’accusent mutuellement de « trahir les Polonais » et échangent dans les réunions publiques et la presse syndicale des injures qui ne les grandissent, il faut le dire, ni l’un ni l’autre.

55Les Confédérés disposent d’un avantage incontestable à partir du moment où les syndicats polonais, membres de l’Internationale d’Amsterdam, leur accordent leur soutien. Le 18 août 1923, paraît dans La Tribune un appel du Syndicat ouvrier de l’Industrie minière et pétrolière (Związek Robotników Przemysƚi Górniczego i Naftowego) signé de Jan Stanczyk et Józef Adamek, respectivement secrétaire général et président de l’organisation :

« Ouvriers polonais travaillant dans l’industrie minière en France, adhérez aux syndicats du Nord, d’Anzin et du Pas-de-Calais. Vive l’amitié des travailleurs polonais et français ».

56Au sein de la Fédération des travailleurs du Sous-sol C.G.T., on assiste donc au cours de l’année 1923 à un véritable retournement et à un réveil par rapport à l’inertie des mois précédents. Cet effort, les Unitaires ne le nient pas mais, loin de s’en féliciter, ils le considèrent comme dangereux et hypocrite car destiné uniquement à détourner les Polonais des seuls syndicats capables de les défendre. Ils accusent leurs adversaires de se servir des immigrés pour gonfler artificiellement leurs effectifs sans se préoccuper le moins du monde de leurs véritables intérêts.

  • 27 « Le grave problème de la main-d’œuvre étrangère ». Le Peuple, 6 août 1923.

57Le reproche est mal fondé. Il y a toujours une part de manœuvre dans toute politique de recrutement syndical mais s’il s’agissait uniquement de cela, la C.G.T. au niveau confédéral parlerait le même langage que les travailleurs du Sous-sol. Or Le Peuple continue à mettre ses lecteurs en garde contre « l’invasion de la France par la main-d’œuvre étrangère »27. Le mot « invasion », à connotation fortement péjorative, est celui-là même qu’emploieront pendant tout l’entre-deux-guerres les milieux les plus xénophobes, généralement mais non pas exclusivement de droite.

  • 28 A.D. Nord, M 208/135, 10 octobre 1924.
  • 29 « Bruay-les-Mines : une belle réunion polonaise ». La Tribune, 23 septembre 1923.
  • 30 Témoignage recueilli en juin 1978 auprès d’un ancien militant de Houdain (Pas-de-Calais) qui partic (...)

58Désavouée par la hiérarchie syndicale, mal soutenue par la base que surprend ce brusque renversement d’attitude, la Fédération des travailleurs du Sous-sol éprouve quelque peine à se rendre crédible aux yeux des Polonais. Certes ils s’éloignent des Unitaires ; la décrue est aussi rapide que le flot montant l’année précédente. Préfets et sous-préfets du Nord et du Pas-de-Calais sont unanimes à le constater et évidemment à s’en réjouir. Le sous-préfet de Douai qui croyait voir en 1922 un révolutionnaire derrière chaque mineur polonais, pense que deux ans plus tard on n’en compte plus qu’un sur dix28. Les ouvriers polonais se méfient davantage des mots d’ordre de grève lancés par la C.G.T.U. Mais plus qu’un glissement d’un syndicat à l’autre, on observe un désengagement. Il est possible, comme l’affirme La Tribune, qu’à Bruay en septembre 1923 le Syndicat confédéré compte déjà « un bon noyau de Polonais »29 et que la sous-section polonaise de Houdain, la première de la C.G.T., ait vu le jour à la même époque avec pour fondateur un nommé Maƚolepszy30. Mais l’arbre ne doit pas cacher la forêt. La C.G.T. sera la première à reconnaître plus tard l’extrême lenteur avec laquelle les Polonais rejoignirent ses rangs.

Les années d’organisation (1924-1926)

59Tandis que l’agitation dominait aux lendemains de la guerre et que l’encadrement des travailleurs immigrés s’opérait surtout de manière empirique, on assiste à présent à une inversion des facteurs. Les problèmes d’organisation deviennent prioritaires et les étrangers occupent une place de choix dans les préoccupations des deux grandes Centrales syndicales. La concurrence engendre même entre elles une sorte d’émulation. Comment expliquer un tel changement sans faire intervenir les données nouvelles de la vie économique et politique ?

60Après avoir consacré ses efforts à la reconstruction des zones dévastées, l’industrie française entre en 1924 dans une phase de prospérité et d’expansion, particulièrement sensible dans les Houillères. Or au même moment en Europe, la surproduction charbonnière engendre le marasme ; nombre d’exploitations minières de Grande-Bretagne, d’Allemagne et de Pologne, ne sachant plus où stocker les excédents, ralentissent le rythme de leur extraction et congédient des ouvriers. La France, traditionnellement importatrice de charbon, semble à l’abri d’un tel fléau. Mais pour combien de temps ? La presse agite la sonnette d’alarme. Les syndicats évoquent le spectre du chômage. Face à un avenir incertain, la masse ouvrière fait preuve de prudence et hésite plus qu’avant à se lancer dans un mouvement revendicatif. La déception, déjà sensible chez les ouvriers français après l’échec des grèves de 1920 et qui gagna le milieu polonais au cours de l’année 1923, joue dans le même sens.

61L’industrie est épargnée certes, mais non pas la monnaie. Une crise du franc, bien réelle, vient relayer dans l’esprit public l’inquiétude née de l’appréhension d’une crise économique hypothétique. La livre-sterling qui cotait 78 F en 1924 en vaut 235 à la fin du mois de juillet 1926. Les prix des denrées de consommation courante augmentent sans cesse, réduisant le pouvoir d’achat. Faut-il faire grève pour obtenir un ajustement des salaires ? La réponse varie d’une organisation syndicale à l’autre. La victoire électorale du Cartel des gauches au printemps 1924 a accentué les divergences entre C.G.T.U. et C.G.T. Celle-ci fait confiance au gouvernement Herriot et préfère négocier, multiplier les démarches auprès du ministre du Travail chaque fois qu’elle espère « faire l’économie d’une grève ». Les Unitaires dénoncent « la trahison des chefs réformistes » et se lancent seuls dans la bagarre. Les arrêts de travail deviennent essentiellement leur œuvre. Destinés à maintenir en haleine les adhérents, ils se soldent le plus souvent par un échec au bout d’un laps de temps très court et n’entraînent que des débrayages limités.

  • 31 A. Prost, La C.G.T. à l’époque du Front populaire, 1934-1939. Essai de description numérique. Paris (...)

62Divisées sur la tactique de combat, les deux Confédérations paraissent animées au moins d’un désir commun : accroître le recrutement, car leurs effectifs restent extrêmement faibles et la scission n’a pas contribué à les renforcer. On estime à 10 % la proportion d’ouvriers syndiqués en France, ce qui laisse un large volant de manœuvre aux militants, volontiers persuadés que tous les autres sont « syndicalisables ». La profession minière avec un taux moyen de 28 %31 – 40 % dans le Nord/Pas-de-Calais, 7 à 8 % seulement en Lorraine – apparaît comme le secteur de pointe. Mais les immigrés font baisser la moyenne. Il y a donc là un effort réel à accomplir, d’autant plus indispensable que les frontières restent ouvertes et que les ouvriers sous contrat continuent d’affluer. L’avenir des syndicats de mineurs passe par l’encadrement des Polonais.

63Or, un organisme national vient de naître qui se vante de les accueillir tous : la Société des ouvriers polonais en France (Ztviçzek Robotników Polskich we Francji – Z.R.P.F.). La première tâche des syndicats français consiste à limiter son influence, voire même à exiger sa dissolution en dénonçant sa situation quasi illégale.

La lutte contre le Z.R.P.F.

64Le 16 septembre 1924, conformément à la loi de 1901 sur les associations, la préfecture de Lille enregistre les statuts de la Société des ouvriers polonais en France. Son siège est à Lille mais elle peut créer des succursales et des sections dans toute la France (article 2). Elle se donne pour tâche de :

  • 32 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501 : texte des statuts en langue française.

« défendre les intérêts de l’émigration en rehaussant son état moral et matériel... de former et entretenir des institutions d’aide et de protection sociale » (article 3).
« d’aider ses adhérents à trouver du travail, de faciliter leur défense judiciaire, de les secourir en cas de maladie, de blessure ou de décès d’un membre de la famille, de protéger les jeunes ouvriers et ouvrières de moins de 16 ans, de propager l’instruction et la culture et de publier un journal ». (article 5)32

65Rien ne la distingue apparemment d’une organisation d’entr’aide et de bienfaisance, et les autorités civiles du Pas-de-Calais et du Nord mettront un certain temps à percer la véritable nature d’une formation qui dissimule du mieux qu’elle peut ses aspirations syndicales. Elle tient en effet un double langage, l’un à usage externe destiné à abuser les autorités françaises, l’autre à usage interne plus conforme à la réalité. En particulier, elle joue sur l’ambiguité du substantif « związek » qui en Pologne désigne les syndicats, mais peut signifier également « l’union », la « société », « l’association » ou « la ligue », tout ce qui sert à lier (związać), comme on lie une gerbe de blé lors des moissons. L’obstacle linguistique se retourne ici contre les Français. Les différentes combinaisons possibles entre les quatre sens du mot « zwiazek » et deux traductions de « robotnik » conduisent à une multiplication des noms et des sigles au milieu desquels un Français éprouve quelque peine à se repérer :

66Union des travailleurs (ou des ouvriers) polonais,

67Société des travailleurs (ou des ouvriers) polonais,

68Association des travailleurs (ou des ouvriers) polonais,

69Ligue des travailleurs (ou des ouvriers) polonais.

  • 33 A.N., F7 13469, 14 décembre 1925 ; A.D. Pas-de-Calais, M 3229, 12 septembre 1925 ; A.A.N., K.M. 401 (...)

Seule la formule Société des ouvriers polonais possède l’aval des principaux intéressés qui la portent sur le papier à en-tête dont ils se servent dans leur correspondance avec l’administration française33.

  • 34 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 13 mai 1924.

70L’initiative de la création du Z.R.P.F. remonte à l’automne 1923. Les représentants des sociétés polonaises en France réunis en congrès à Paris les 30 septembre et 1er octobre ont émis le vœu que soit créé un syndicat exclusivement polonais à l’instar du Z.Z.P. westphalien. Les 7 et 8 avril 1924, 80 délégués venus de toutes les régions de France se réunissent donc à Lens en présence du consul polonais de Lille et des rédacteurs de Wiarus Polski et de Narodowiec. C’est là où, après deux jours de discussions et devant l’impossibilité d’enfreindre la loi française de 1884, on décide de fonder une association de type 1901. Au sein du bureau, siège Stefan Rejer, mineur à Roche-la-Molière et ancienne figure de proue de la « Polonia » rhénane34 ; en 1925, il accédera à la fonction de président du Z.R.P.F. La nouvelle née est fille des Polonais de Westphalie, ce qui ne signifie pas qu’eux seuls vont être invités à y adhérer. Elle ambitionne de coiffer la colonie toute entière, s’appuyant sur les records numériques atteints antérieurement par le Z.Z.P. de Bochum.

71Le Z.R.P.F. quadrille la France de ses sections, privilégiant les départements du Pas-de-Calais et du Nord où sa présence est attestée pratiquement dans chaque coron, mais ne négligeant pas les autres. Tandis que les syndicats français créent des sous-groupes polonais en fonction de la demande, le Zuriązek au contraire ouvre d’abord une section et cherche ensuite des adhérents.

  • 35 A.A.N., K.M. 401 et A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501 : rapports présentés aux A.G. du Z.R.P.F.

Nombre de sections du Z.R.P.F.35

Nombre de sections du Z.R.P.F.35
  • 36 Siƚa, 1er avril 1926. Siƚa, mensuel fondé à Lille en mars 1925, devint l’organe officiel du Z.R.P.F (...)

Avec, selon ses propres estimations, 4 500 membres en 1925 et 10 000 en 192636, il n’accueille qu’une frange de la population laborieuse polonaise.

72Les responsables prennent vite conscience de leur échec relatif, mais ils parviennent mal à en discerner les multiples raisons et se contentent d’accuser la C.G.T.U. et la C.G.T. de leur nuire par une propagande malveillante. Outre qu’il est bien difficile de mesurer lequel, du Z.R.P.F. ou des organisations professionnelles françaises, fait preuve de la plus vive hostilité à l’égard de l’autre, cet argument a le tort d’occulter un facteur essentiel. Aux yeux des employeurs et des autorités civiles, la Société des ouvriers polonais n’est pas un syndicat, ce qui réduit considérablement son crédit et ses possibilités réelles d’intervention.

73Il est peu vraisemblable que les compagnies houillères aient favorisé l’implantation du Z.R.P.F., comme la C.G.T.U. les en accuse. En premier lieu, ce serait se méprendre sur les conceptions fondamentales du Związek que de le croire lié au patronat, surtout au patronat français, lui qui se veut polonais avant tout. D’autre part, les directeurs des mines ne le considèrent pas comme un interlocuteur valable. En cas de litiges – salaires, brimades, renvois... – ils ne donnent jamais suite à ses demandes d’entrevues. Seuls les représentants des syndicats français et les délégués mineurs peuvent, selon eux, assurer la défense des travailleurs étrangers. Les Houillères, favorables à la reconstitution d’un milieu polonais dans les corons, approuvent certes l’existence du Z.R.P.F. comme elles applaudissent à la création de sociétés Sainte-Barbe ou de Sokols. Mais il ne représente pour elles qu’une association parmi les autres. Tandis que le rôle du C.C.H.F. dans l’introduction des aumôniers et des moniteurs n’est plus à démontrer, ici rien de tel.

  • 37 A.D. Nord, M 208/135 : lettres des Services de la main-d’œuvre étrangère du ministère du Travail et (...)

74Le Z.R.P.F. éprouve encore plus de déboires dans ses relations avec la haute administration française. Les nombreuses lettres qu’il adresse aux divers services ministériels restent sans réponse et provoquent tout au plus des demandes d’enquêtes auprès des préfets sur cette association qui outrepasse ses droits en prenant directement la défense de ses concitoyens, au lieu d’utiliser la voie hiérarchique normale, c’est à dire le canal des consulats. Cet étonnement se double même d’une certaine méfiance, comme à l’égard de toutes les organisations polonaises entretenant le culte de la patrie et qui, pense-t-on en haut lieu, retardent l’assimilation des immigrés37.

75De ces limites à son action, le Z.R.P.F. se garde bien de faire part à ses adhérents éventuels. Au contraire, il cherche à les persuader qu’ils trouveront en son sein toute l’aide qui leur est nécessaire et qu’il est inutile pour eux, sinon même dangereux, d’adhérer aussi à des syndicats français. Hostile à la C.G.T.U., il l’est encore davantage de 1924 à 1926 à la C.G.T., son véritable ennemi dans la mesure où celle-ci a le vent en poupe et risque d’attirer un plus grand nombre d’ouvriers polonais dans ses rangs.

  • 38 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 1er et 29 juin 1924.

76Les accusés réagissent très vite. Dès le 1er juin 1924 – donc avant le dépôt des statuts – Désiré Coine, que sa connaissance de la langue polonaise a mis sur la voie, accuse le Z.R.P.F. d’être un « syndicat déguisé ». Henri Mailly, secrétaire du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, demande audience au ministre du Travail afin de protester contre la violation de la loi de 188438. De mois en mois la liste des griefs s’allonge, les uns parfaitement justifiés, d’autres pas. Il est vrai, par exemple, que les journaux au service de la Société polonaise « insultent les militants des organisations syndicales françaises », que le Związek s’attribue des succès immérités :

  • 39 « Le problème de la main-d’œuvre étrangère ». Le Peuple, 7 mars 1926 ; « Le renouvellement des cart (...)

« C’est la C.G.T. qui a obtenu le remboursement de 58 F sur le prix à acquitter par les travailleurs étrangers lors du renouvellement de leur carte d’identité... et non l’Union polonaise comme elle le prétend. »39

  • 40 D. Coine, « Ce dont rêvent les nationalistes polonais ». La Tribune, 20 février 1926.

et qu’il favorise implicitement le patronat en empêchant les mineurs polonais de faire cause commune avec les Français. Il est par contre plus contestable d’affirmer qu’en cultivant le polonisme, l’organisation adverse défend une « conception moyennageuse » et qu’elle « rêve de réaliser chez nous une sorte d’État polonais dans l’État français »40. La C.G.T. qui n’a pas renoncé à un vocabulaire révolutionnaire et internationaliste hérité de l’avant-guerre, dissimule mal une évolution qui, amorcée avec l’Union Sacrée, conduit dans les années 1920 à reconnaître aux valeurs françaises une supériorité sur les autres et à rejeter comme dangereuses les manifestations du sentiment national chez les immigrés.

77L’animosité culmine au début de 1926 avec l’appel lancé par le bureau du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais et la riposte immédiate qu’il provoque dans le camp opposé. Mailly, Louart et Coine signent un texte virulent :

  • 41 Appel publié dans La Tribune, 22 janvier 1926.

« Allons-nous tolérer que des réactionnaires étrangers, des fascistes même, se fassent les complices du patronat en créant un syndicat jaune et ce, malgré la loi de 1884 sur les associations professionnelles ? Dans l’intérêt des ouvriers français et étrangers, il faut que nous prenions d’urgence des mesures contre cette organisation illégale… Ses agents recruteurs se font les mouchards de la police française. Un grand nombre de syndiqués, réformistes et unitaires, a déjà été victime d’arrêtés d’expulsion par suite de leurs dénonciations mensongères. »41

78« Réactionnaire », « fasciste », « mouchard » : autant de termes couramment employés alors par la C.G.T.U. et les communistes pour désigner la C.G.T. ou les socialistes. L’Enchaîné accuse aussi les Confédérés de faire expulser des révolutionnaires polonais en les dénonçant à la police. On retrouve partout la même outrance verbale à l’encontre de l’adversaire.

79Réactionnaire, le Z.R.P.F.? Étymologiquement, non. Conservateur serait plus juste. Fasciste, encore moins ! Quant à l’accusation de mouchardage, elle reste indémontrable car la police est toujours discrète sur l’identité de ses collaborateurs occasionnels. En tous cas, le « grand nombre » de victimes ne saurait guère concerner les Confédérés, car on compterait sur les doigts de la main les syndiqués polonais de cette tendance expulsés de 1924 à 1926.

80La réponse publiée dans Wiarus Polski le 10 février 1926 est aussi violente. Par un amalgame volontaire, le correspondant du journal traite La Tribune d’« organe communiste », son appel d’« acte criminel » et ses auteurs de « calomniateurs effrontés ». Et il conclut :

« Au moment où le B.I.T. a reconnu aux étrangers le droit d’avoir leurs propres organisations, c’est vous démocrates qui nous refusez la possibilité de créer une organisation corporative au nom de la loi périmée de 1884 ? »

  • 42 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 8 mars 1925.

81Derrière la diatribe perce l’inquiétude. Certaines sections du Z.R.P.F. préconisent une adhésion à la C.G.T. pour éviter les heurts avec les syndiqués français et mettre fin aux critiques de ceux qui leur reprochent de tourner la loi42. La direction a conscience du danger. S’y opposer, c’est encourager l’hémorragie des effectifs. Accepter, c’est renoncer à l’essentiel de la tâche qu’elle s’est assignée. De ses deux fonctions, syndicale et d’entr’aide, elle ne se résigne pas à privilégier la seconde au détriment de la première.

82Le conflit menace de s’éterniser. Si le gouvernement prête une oreille attentive aux protestations de la C.G.T. quand elle dénonce une entorse faite à la législation française, les autorités ne vont cependant pas jusqu’à décider la dissolution de l’intruse. Elles se contentent de recommander aux préfets de veiller à ce que la Société polonaise se cantonne dans ses attributions.

83La parole est donc aux ouvriers polonais. C’est à eux de trancher, d’indiquer leur préférence. Or la querelle venimeuse qui se développe sous leurs yeux les amène souvent à n’adhérer nulle part. Tout comme la scission syndicale de 1921-1922 découragea certains hésitants, la lutte engagée par la C.G.T. contre le Z.R.P.F. risque, par ses excès, de compromettre les résultats de sa politique d’encadrement de la main-d’œuvre étrangère.

Les Polonais et la C.G.T.U.

  • 43 Congrès de Paris (26-31 août 1925) : discours de Racamond sur la main-d’œuvre étrangère, reproduit (...)

84Les Unitaires paraissent laisser aux Confédérés le soin de régler leurs comptes avec la Société des ouvriers polonais. Ce n’est pas qu’ils éprouvent à son égard la moindre indulgence mais, persuadés que la C.G.T. fait elle-même le jeu de la réaction, ils « laissent les loups se dévorer entre eux ». D’autre part, la violation de la loi Waldeck-Rousseau ne leur semble pas particulièrement criminelle puisqu’eux aussi dénoncent son caratère chauvin et suggèrent de permettre aux travailleurs étrangers de participer à la direction des syndicats en passant outre aux interdits légaux43.

85Pour la C.G.T.U., la lutte contre le Z.R.P.F. n’est qu’un élément du combat général contre les forces de droite. Le fait de dénoncer son existence s’inscrit dans un vaste ensemble de propagande destiné à hâter la venue de la Révolution.

  • 44 Bulletin de l’I.S.R., 29 février 1924.

86A partir de 1924, les étrangers occupent une place accrue dans la stratégie unitaire, conformément aux instructions de l’Internationale syndicale rouge (I.S.R.), laquelle recommande de créer à l’échelle nationale et départementale des Bureaux de la Main-d’œuvre étrangère (M.O.E.) et de désigner un secrétaire permanent, appointé si possible, spécialement chargé de s’occuper du sort des travailleurs immigrés44.

  • 45 L’Enchaîné, 5 août et 29 septembre 1923.

87La C.G.T.U. a déjà ouvert en mai 1923 un Bureau de la M.O.E. au siège de la Confédération à Paris et, au mois d’août suivant, le premier Bureau départemental de la M.O.E. dans le Pas-de-Calais. A la même époque, Thomas Olszanski, nouvellement nommé secrétaire de la Fédération unitaire du Sous-sol, fut chargé de la propagande auprès des ouvriers étrangers45. Initiatives spontanées ou effet de conseils officieux de l’I.S.R., cette politique est relancée en 1924 avec plus de vigueur :

« L’organisation de la M.O.E. est un travail qu’il faut placer au premier plan de nos préoccupations »,

  • 46 « La question de l’émigration au IIIe congrès de l’I.S.R. » La Vie Ouvrière, 1er août 1924 ; Racamo (...)

déclare Racamond au lendemain du IIIe congrès de l’I.S.R. qui, en juillet 1924, adopte une résolution marquant le rôle essentiel de l’encadrement des travailleurs immigrés pour les syndicats révolutionnaires46.

88Qui dit « étranger », ne parle pas seulement des Polonais. Mais il est de fait que l’effort consenti va porter pour une large part dans leur direction, ne serait-ce qu’en raison de la présence d’Olszanski.

  • 47 T. Olszanski, Zycie Tuƚacze (Vie errante), op. cit, p. 1-190. Voir Chapitre I, p. 17, 22 et 30.

89En la personne de Thomas Olszanski, la Fédération unitaire des mineurs possède un propagandiste de choix. Né en Galicie orientale en 1886 dans une famille de paysans pauvres polonais, au milieu d’une population mi-polonaise mi-ukrainienne, il a commencé à travailler à l’âge de huit ans et fut contraint d’émigrer après avoir tenté tous les métiers. Après un court séjour en Allemagne (1906-1909), il gagna le nord de la France et s’y fixa. Mineur de fond au puits n° 3 de la compagnie de Courrières, militant syndicaliste et socialiste très engagé, il combat à partir de 1917 dans l’Armée polonaise en France et obtient avec quelques difficultés en 1922 l’acte de naturalisation qu’il avait sollicité aussitôt après sa démobilisation. Sa connaissance sinon parfaite, du moins courante, de la langue française lui permet de traduire instantanément les discours des dirigeants syndicalistes locaux lorsque des ouvriers polonais se trouvent dans l’assistance. Fort de sa nouvelle nationalité qui le met à l’abri des risques d’expulsion, il abandonne la profession de mineur pour se consacrer au militantisme. En mai 1923, il est nommé secrétaire de la Fédération unitaire du Sous-sol, mais plutôt que de s’installer à Paris, il préfère continuer à vivre dans le Nord, au milieu des Polonais47. Chargé de la propagande auprès des travailleurs immigrés, il prend la parole chaque dimanche dans le café polonais d’une cité minière différente, d’abord autour de Lallaing où il habite (fin 1923), puis dans le Pas-de-Calais (début 1924), le centre de la France et plus accessoirement en Lorraine. A ce rythme, il visite chaque coron important une à deux fois par an. En 1925, les Unitaires accentuent encore davantage leur effort de propagande tous azimuts afin de lutter contre la diminution des effectifs, diminution qu’ils ne cachent pas mais qu’ils attribuent à la malignité de leurs adversaires. Olszanski, voyageur infatigable, est toujours sur la brèche.

90Les Polonais sont également conviés à des réunions de mineurs, toutes nationalités confondues. Comment réagissent-ils face à cette cascade de convocations ? Leur comportement varie en fonction de trois données : la langue dans laquelle se déroule la rencontre, le sujet traité et l’identité de l’orateur.

91Si la conférence est annoncée en français et que seuls des orateurs français doivent y prendre la parole, même si l’affiche précise que l’on traitera des problèmes de la main-d’œuvre étrangère et que l’on protestera contre les expulsions d’immigrés, les Polonais restent chez eux : ainsi en 1925, le 11 janvier à Sallaumines (Pas-de-Calais) et le 15 février à Somain (Nord) où l’on n’en compte aucun dans la salle, à Montigny-en-Gohelle (Pas-de-Calais) le 8 mars où ils sont au maximum dix sur cent cinquante présents.

92Peu suivies également sont les réunions trop centrées sur la politique intérieure ou extérieure française. La dénonciation de la guerre du Rif, même en langue polonaise, n’intéresse guère. Les organisateurs qui en sont conscients n’ont garde de la proposer comme plat unique. Mais si le discours qui lui est consacré dure trop longtemps, les Polonais quittent la salle. Ils ne se sentent pas concernés.

  • 48 A.N., F7 13794 : d’après les rapports de police.

93Par contre, Thomas Olszanski par sa seule présence fait recette. Ses talents d’orateur, son aura personnelle, ajoutés au fait qu’il s’exprime en polonais attirent sinon toujours des adeptes ou des sympathisants, du moins de nombreux curieux. Ses records absolus se situent à Bruay-en-Artois où il parvient à réunir le 12 mars 1925 plus de 200 personnes, le 11 octobre suivant, 600 et le 6 décembre, encore 350. Ce jour-là, les Polonais sont pratiquement seuls dans la salle bien qu’un discours en français soit inscrit au programme. Olszanski jouit d’une réputation qu’aucun autre conférencier polonais ne peut égaler. A Anzin le 29 novembre 1925, lors d’un meeting organisé par les mineurs unitaires polonais eux-mêmes, seuls huit hommes se présentent. Le 12 octobre, ils étaient soixante à une conférence d’Olszanski dans la même salle. Si notre militant, empêché, se fait à la dernière minute remplacer par un autre, les Polonais attirés par son nom protestent et parfois quittent les lieux48.

94Sa présence fausse donc les résultats. L’adjectif « massif » dont il se sert dans ses Mémoires (Życie Tuƚacze) pour caractériser l’attrait exercé par les Unitaires sur les Polonais est impropre. Ceux qui se rendent en 1924-1926 aux réunions du Syndicat révolutionnaire, celles d’Olszanski exceptées, sont une infime minorité.

95L’étude des grèves organisées par les Unitaires mène à des conclusions semblables. La participation polonaise y est faible dans l’ensemble, mais varie selon le motif du débrayage. La comparaison entre les journées du 27 juillet 1925, du 12 octobre 1925 et du 9 août 1926 est de ce point de vue assez révélatrice.

96Les accords de Douai conclus en janvier 1925 entre les Syndicats confédérés et les compagnies houillères, grâce auxquels une augmentation d’environ un franc par jour a été consentie aux ouvriers pour une durée de trois mois, arrivent à expiration en mai après prorogation de quatre semaines. Les directeurs des mines arguent des difficultés économiques présentes pour refuser tout nouveau report de la date d’échéance. Au congrès national de Carmaux le 30 juin, la position des Confédérés semble nette : on fera grève le 27 juillet si, à ce jour, les mesures relatives à la réduction des salaires ne sont pas rapportées dans tous les bassins de charbon. Mais le 24 juillet Pierre Laval, ministre des Travaux publics, reçoit une délégation du Conseil national de la Fédération des travailleurs du Sous-sol et lui donne des assurances quant à la possibilité d’un retour au paiement de l’allocation temporaire. Ce jour-là, une division s’introduit : René Bard veut tout de même engager la lutte, tandis que Pierre Vigne préfère utiliser l’arme de la négociation en s’appuyant sur la promesse ministérielle. Dès le mois de juin, prévoyant « la trahison des chefs réformistes », les Unitaires ont pris la situation en mains. Ils ont fait tirer à 250 000 exemplaires – soit presqu’autant que d’ouvriers mineurs en France – et distribuer dans tous les bassins houillers un tract bilingue franco-polonais dénonçant « les bénéfices toujours plus scandaleux des requins de la mine » et appelant à la grève. Le Z.R.P.F. sort à son tour une affichette mettant en garde ses compatriotes contre la propagande « communiste », « Satan rouge qui s’efforce d’organiser l’enfer sur la terre » et contre le risque d’expulsion qu’encourt tout gréviste étranger :

« Avec les communistes, nous ne ferons pas grève !
Nous, ouvriers polonais, nous nous rendrons au travail. »

  • 49 A.N., F7 13793 : rapports de police et tracts bilingues.

Faut-il voir dans l’échec de la journée du 27 juillet 1925 un effet de l’avertissement du Z.R.P.F.? Ce serait oublier que les mineurs français n’ont guère suivi non plus le mot d’ordre de grève. Dans le Nord/Pas-de-Calais, la région de Briey, la Loire, l’Allier et l’Aveyron, le travail est normal. Seuls ont répondu le bassin d’Albi avec 1 450 grévistes et surtout celui de Carmaux où les 4 000 mineurs cessent tous le travail : parmi eux, on compte environ 500 Polonais. La crainte de l’expulsion a joué certes, mais moins que la volonté tacite de s’aligner sur les positions locales. Pour des revendications de caractère professionnel, les Polonais du Tarn n’ont pas hésité à s’engager49.

97Le même schéma se reproduit peu ou prou le lundi 9 août 1926 lors de la grève de solidarité avec les mineurs anglais en lutte depuis quatre mois. Les Confédérés refusent de s’y associer, affirmant que les militants d’Outre-Manche ont décliné l’offre qui leur a été faite à ce sujet. La Fédération unitaire se retrouve donc seule et inonde les bassins miniers de tracts bilingues appelant au débrayage :

« Eux battus aujourd’hui, ce serait demain notre tour. Vive la solidarité internationale des mineurs ! »

  • 50 A.N., F7 13795 et 13796 : rapports de police et tracts bilingues.

Les grévistes semblent plus nombreux que le 27 juillet 1925. Mais tous ceux qui s’abstiennent de travailler ne peuvent être comptés comme d’authentiques ouvriers en grève. La date choisie l’explique : un lundi, surlendemain de paye de quinzaine, où l’absentéisme est toujours important et de surcroît jour de Ducasse, fête populaire, dans plusieurs localités du département du Nord. Si le Pas-de-Calais, le bassin de Briey, les mines de Carmaux et d’Albi ne semblent qu’à peine touchés, par contre 30 à 33 % des effectifs manquent à l’appel dans le Nord, 30 à 50 % en Moselle, 80 % dans le bassin de Saint-Étienne. Et parmi eux les étrangers, singulièrement les Polonais, participent au mouvement dans une proportion supérieure à celle des autochtones, notamment aux mines d’Aniche et à la Société Sarre et Moselle50. Comment expliquer la mobilisation de certaines colonies polonaises, sinon par le poids de l’argument économique ? La défaite des mineurs anglais risque d’avoir sur leurs salaires et leurs conditions de vie en France des conséquences incalculables.

98A l’inverse, le 12 octobre 1925, les mêmes travailleurs polonais ont fait la sourde oreille. Il s’agissait ce jour-là d’une grève générale orchestrée par les syndicats unitaires pour protester contre la guerre du Rif :

« Formez le barrage, camarades. Arrêtez la tuerie au Maroc. »

  • 51 A.N., F7 12919 et 13793.

Certes, les Français n’ont pas manifesté eux-mêmes un enthousiasme débordant. Seules ont débrayé les régions où la C.G.T.U. est fortement implantée. Dans le Pas-de-Calais, on ne compte que 1 % d’absents. Les Polonais, militants exceptés, se sont partout rendus au travail, insensibles apparemment à cette grève de caractère politique. Sur les listes d’arrestations opérées les jours suivants, on ne relève qu’un seul patronyme polonais et sur les listes d’expulsion, aucun51.

  • 52 A.N., F7 13904 ; A.D. M.-et-M., 10 M 60.

99A côté des trois grandes journées nationales, l’analyse minutieuse des conflits locaux permet de vérifier cette règle : plus le motif est professionnel, plus les Polonais répondent aux mots d’ordre unitaires sur les fiefs unitaires. C’est le cas à Frais-Marais (Nord) où le 29 décembre 1924 les mineurs cessent le travail pour défendre quatre Polonais qui viennent d’être renvoyés, à Hussigny-Godbrange (Meurthe-et-Moselle) les 5-7 juillet 1926 où une centaine de manœuvres à l’abattage, polonais et tchécoslovaques, exigent et obtiennent la restitution de leurs passeports que la direction a confisqués, à Hussigny encore une fois les 12-26 août suivants où les Polonais sont si nombreux aux réunions unitaires animées par Olszanski, au cours d’une grève destinée à soutenir une demande d’augmentation de salaire, que le consul de Strasbourg, Jan Dereziński, s’en inquiète et écrit au préfet pour lui demander des explications52.

  • 53 La Vie Ouvrière, 4 septembre 1925 et 25 juin 1926.

100Mais ce sont là, cas d’espèces. Les dirigeants unitaires eux-mêmes, loin de se réjouir des résultats obtenus auprès des travailleurs polonais, affichent en 1926 une profonde amertume. Sans s’attarder sur l’éternel risque d’expulsion ou sur les influences « nationalistes » et cléricales, ils insistent sur leurs propres responsabilités. « Nous n’en avons pas assez fait pour eux » répètent-ils fréquemment. Pour l’expliquer, ils invoquent à la fois le manque d’argent et l’insuffisance des convictions. Olszanski est le seul permanent appointé. Fait plus grave, les militants suivent mal les prises de position officielles de la Confédération ; persuadés qu’il est plus difficile de recruter un Polonais qu’un Français, ils font porter leurs efforts de préférence sur leurs compatriotes ; Racamond le leur reproche à plusieurs reprises53.

  • 54 A.N., F7 13796 : C.R. du congrès.

101Les sous-groupes polonais à l’intérieur des sections syndicales ne se développent que lentement. Seuls ceux de Bruay-en-Artois et de Nœux-les-Mines font preuve de dynamisme. Le premier congrès des sections polonaises de l’Union régionale C.G.T.U. du nord de la France, tenu le 26 septembre 1926, ne peut qu’en prendre acte. Et le chiffre de 14 000 adhérents polonais pour toute la France fourni dans son rapport final est tout à fait invraisemblable, contredit d’ailleurs par cette autre phrase du rapport : « Nous possédons 62 groupes syndicaux de 4 à 200 adhérents », ce qui, en moyenne arithmétique, donne un résultat légèrement supérieur à 6 00054. Il est contredit également par les regrets d’Olszanski, lequel se désole de ne trouver qu’un ou deux syndiqués polonais dans de nombreuses cités ouvrières qu’il visite. Faute de statistiques sérieuses, l’historien doit se contenter d’un ordre de grandeur : 6 000 semble plausible. D’ailleurs, que signifient les chiffres précis pour une organisation dont la majeure partie de ses membres n’y fait qu’un court séjour et qui se renouvelle continuellement ?

Les Polonais et la C.G.T.

102L’avance prise par les Unitaires dans l’organisation de la propagande auprès des ouvriers étrangers n’empêche les Confédérés ni d’agir comme eux, ni même de les rattraper et de les dépasser. Déjà mieux armés au départ, ils ajoutent à partir de 1924 un atout dans leur jeu avec la victoire électorale du Cartel.

103L’arrivée au pouvoir des radicaux fait de la C.G.T. un interlocuteur privilégié. Lorsqu’un de ses syndicats sollicite une entrevue ministérielle, elle lui est accordée. Lorsque la Fédération des mineurs accuse le Z.R.P.F. d’illégalité, une enquête est ouverte. La police qui déjà fermait les yeux sur ses activités depuis la naissance de la C.G.T.U. « le véritable ennemi », ne se donne presque plus la peine de surveiller ses réunions. Les travailleurs immigrés ne courent donc pas grand risque en prenant leur carte et les responsables en usent, en abusent même, pour les attirer à eux :

« Adhérez sans peur. En venant chez nous, vous n’aurez à redouter aucune représaille... »

  • 55 D. Coine, « La main-d’œuvre étrangère et le parti communiste ». La Tribune, 12 juillet 1924.

Délivrés de toute crainte d’expulsion pour délit d’opinion, les Polonais seraient donc aisément syndicalisables, à condition que les militants fournissent l’effort nécessaire pour les atteindre tous55. Cela ressemble à du débauchage vis-à-vis de la C.G.T.U. toujours menacée.

104Le patronat est moins favorable aux Confédérés que les autorités civiles. Bien sûr, aux yeux des compagnies houillères, la C.G.T. tire indirectement profit de l’existence de sa rivale. Elle n’est plus la seule organisation syndicale et elle apparaît comme un partenaire supportable dans la mesure où elle accepte de négocier. Mais elle ne devient nullement l’allié des employeurs comme les Unitaires l’en accusent. Les directeurs des entreprises n’éprouvent aucune sympathie pour ses délégués mineurs.

105Chez les Confédérés, toute hostilité n’a pas disparu à l’égard des immigrés, encore accusés périodiquement de voler leur emploi aux gens du pays. Mais désormais persuadés que les problèmes de concurrence sur le marché du travail se résoudront d’eux-mêmes lorsque les Polonais seront tous syndiqués, les militants entreprennent systématiquement de les convaincre. Critiques et prosélytisme vont de pair.

  • 56 L. Jouhaux et J. Kwapiński, « Proclamation de la C.G.T. aux travailleurs ». La Tribune, 10 janvier  (...)
  • 57 A.A.N., M.S.Z. 11139. Originaire de Haute-Silésie où il exerçait déjà la profession de mineur, Hord (...)
  • 58 D. Coine, « La main-d’œuvre polonaise en France : une heureuse initiative ». La Tribune, 6 décembre (...)

106L’accord conclu à Paris en décembre 1924 entre la C.G.T. et la Commission centrale des Syndicats professionnels de Pologne (Komisja C entraîna Związków Zawodowych – K.C.Z.Z.), signé par Léon Jouhaux, Jan Kwapiński président de la K.C.Z.Z. et Anton Zdanowski son secrétaire, prévoit d’envoyer au siège de la Confédération, 211 rue La Fayette, un propagandiste nommé Stefan Jesionowski, rétribué pour une part par l’organisation française, pour l’autre par celle de son pays et qui sera chargé de diriger le travail d’encadrement des ouvriers polonais56. Plus tard un deuxième militant, Guillaume Hordis, sera affecté à la même tâche dans le Pas-de-Calais57. La présence en France d’une délégation de la K.C.Z.Z. renforce encore la position des Confédérés. Léon Jouhaux est reçu en compagnie de Kwapiński et de Zdanowski par le ministre du Travail Justin Godart qui se montre à leur égard très encourageant. Puis les deux représentants polonais se rendent à Maries, Lens et Bruay où ils président des réunions publiques. Des centaines de leurs compatriotes viennent les écouter et acclament en même temps Alfred Maës et Henri Mailly présents sur l’estrade58.

107Cette visite a donné l’impulsion nécessaire au Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais. Afin de recruter sur place des propagandistes polonais, il ouvre en février 1925 un cours de langue française et une « école du militant » à la Maison syndicale de Lens. Les tournées de conférences se succèdent à un rythme régulier. Kazimierz Noga et Wƚadystaw Mikus, tous deux délégués à la propagande dans le Nord/Pas-de-Calais, se partagent la tâche ce qui leur permet de couvrir les corons deux fois plus vite qu’Olszanski. A partir de 1925, aucune réunion n’est organisée dans les centres miniers sans qu’un Polonais n’accompagne l’orateur français.

  • 59 A.N., F7 13795. La Tribune, 4e trimestre 1925. Le Réveil ouvrier, 15 mai 1926 : « Aux mineurs de fe (...)

108Dans le bassin lorrain, bien qu’à une moindre échelle, l’on s’organise également. En 1926 Ƚcodyga, mineur à Homécourt, puis à partir du mois de juin WƗodach, parcourent les cités polonaises avec les représentants français du syndicat confédéré, traduisant leurs discours59.

  • 60 A.N., F7 13793 et F7 13795.

109S’il est facile de reconstituer le calendrier et les itinéraires des conférenciers grâce à la presse syndicale qui lance régulièrement les convocations, l’on demeure par contre peu renseigné sur le contenu des débats et sur le nombre d’ouvriers présents dans la salle. Les rapports de police se font rares et les compte-rendus publiés par les journaux de l’organisation elle-même sont irréguliers et évasifs. Bornons-nous à deux remarques à ce sujet. Sous prétexte de la faible politisation des Polonais, les propagandistes ont tendance à insister sur le caractère « purement corporatiste » de leur mouvement ; on croirait presque entendre des représentants du Z.R.P.F.! Apparemment bien accueillis dans le Pas-de-Calais et le Nord, ils déplorent par contre de tenir leurs réunions dans le bassin de Briey devant des assistances clairsemées, ceci malgré une débauche d’affiches60.

110Ces tournées, certes indispensables, ne serait-ce que pour lutter contre les effets du talent d’Olszanski, n’ont cependant pas l’influence décisive que l’on en attendait. La diffusion régulière du nouvel organe de presse, Prawo Ludu, peut-elle pallier ces insuffisances ?

  • 61 A.N., F7 13470.

111Conçu d’abord comme une riposte à la publication unitaire intitulée Robotnik Polski we Francji, le premier numéro de Prawo Ludu « organ syndykatów górniczych w P.-Calais, Nord, Anzin » (Le Droit du Peuple, « organe des syndicats de mineurs du Pas-de-Calais, du Nord et d’Anzin ») paraît le 26 juillet 1924. Sa sortie a été plusieurs fois retardée car l’imprimerie de La Tribune à Lens ne disposait pas de caractères polonais en nombre suffisant. Il fallut les faire venir de Paris. La « Kronika Polska » qui, depuis 1923, occupait chaque semaine une partie de la page 4 de La Tribune disparait, ayant perdu sa raison d’être ; le lecteur trouvera beaucoup plus d’informations dans les quatre pages de son nouveau journal. De périodicité d’abord incertaine, il devient bi-mensuel en 1925, paraissant un samedi sur deux61.

112Prawo Ludu coûte cher aux trois syndicats de mineurs de la région du Nord, car il ne tire qu’à 4 000-4 500 exemplaires :

  • 62 A.N., F7 13794 : congrès du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, Lens 19 avril 1925.

« Pour qu’il puisse vivre par ses propres moyens, il faudrait que le tirage soit doublé et que nous ayons une page de publicité. La Tribune et Prawo Ludu réunis, nous arrivons tout juste à boucler notre budget. »62

Autrement dit, les bénéfices du journal français seraient tout entiers engloutis pour permettre à la feuille polonaise de subsister. Le rapport financier présenté le 19 avril 1925 au congrès annuel du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais prouve que la formule est excessive. Le déficit n’en existe pas moins dans la gestion de Prawo Ludu :

  • 63 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 277 : congrès national des travailleurs du sous-sol, Lens, 16-18 septembre  (...)

113Parce que la charge est trop lourde et parce que la K.C.Z.Z. souhaite que les Polonais de toutes régions et de tous métiers le reçoivent, Prawo Ludu devient à partir du 1er février 1925 l’« organe des ouvriers polonais affiliés à la C.G.T. » (« organ robotników polskich zrzeszonych przy Generalnej Konfederacji Pracy ») et sa rédaction quitte Lens pour Paris, rue La Fayette, au siège de la Confédération. En 1926, le tirage atteint 8 000 exemplaires, son budget est équilibré et l’on envisage de doubler le rythme de sa parution en faisant de lui un hebdomadaire63. Il faudra attendre 1928 pour y parvenir.

114Qui lit Prawo Ludu ? Essentiellement, les ouvriers mineurs. Le transfert à Paris ne change pas grand’chose sur le plan professionnel. Simplement, le journal est servi également en Lorraine et dans les bassins du centre et du midi de la France. La surface rédactionnelle consacrée aux métiers du charbon et du fer continue à occuper la plus grande place et c’est la Fédération du Sous-sol qui se charge de la distribution. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’il continue à intéresser surtout les mineurs.

115Mais combien de ceux-ci le lisent-ils ? 10 à 12 % en 1926, le double peut-être si l’on admet que chaque numéro passe entre les mains de deux ouvriers. Son succès auprès d’eux n’atteint pas celui de Wiarus Polski ou de Narodowiec.

116Parallèlement, les sous-sections polonaises se multiplient et la visite de Kwapiński en France n’y est pas étrangère :

« Partout où la concentration polonaise le permettra, des sections spéciales seront créées à l’intérieur des syndicats français. » (56)

  • 64 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 277 et 1 Z 501, 14janvier et 3 mars 1924 ; A.N., F7 13789, 25 avril 1926.

117Certaines d’entre elles ont vu le jour avant cette déclaration, mais l’intérêt que la K.C.Z.Z. leur porte aide à activer le processus. Au printemps 1924, dix sous-sections sont déjà en place, dont huit situées dans le Pas-de-Calais : celles de Houdain, Barlin, Noeux-les-Mines, Lens, Calonne-Ricouart, Dourges, Maries et Bruay, cette dernière la plus dynamique puisqu’elle se réunit régulièrement une fois par mois sous la direction de son secrétaire Tomasz Jaśkowiak, aiguillonnée par la présence en face d’elle d’une sous-section unitaire en formation. Deux ans plus tard, on en compte une trentaine en toute la France, dont 25 dans le Nord/Pas-de-Calais ; parmi les nouvelles, figurent Béthune, Billy-Montigny, Harnes, Libercourt, Liévin, Rouvroy, Méricourt, Noyelles-Godault64.

118Une semaine avant le congrès annuel du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais prévu pour le 25 avril 1926, se tient à la Maison syndicale de Lens un congrès préparatoire des Polonais. Les délégués des sous-sections du département confient à Mikus et à Coine le soin de les représenter et d’exposer leurs revendications. Ils se plaignent d’être insuffisamment tenus au courant des démarches en cours, demandent aux délégués mineurs et aux administrateurs des caisses de secours, les uns et les autres nécessairement français, de leur faire parvenir le bilan de leur activité et souhaiteraient

  • 65 A.N., F7 13796, 18 avril 1926.

« que les délégués français consentent à se réunir avec les délégués polonais au moins une fois tous les deux mois ».65

119Le complexe d’isolement dont ils souffrent s’explique aisément. La création de groupes autonomes pour les étrangers est une arme à double tranchant. Ils s’y sentent chez eux, s’expriment dans leur langue, traitent ensemble leurs problèmes mais, ce faisant, on les éloigne et ils s’éloignent de leurs camarades français. De la même manière, on peut dire que la naissance de Prawo Ludu a accentué la césure entre les deux nationalités puisque le journal est rédigé par des Polonais pour des Polonais. L’avantage incontestable d’une prise en charge de ses intérêts professionnels par la colonie immigrée ne doit pas dissimuler un inconvénient grave : au sein de la même organisation syndicale, mis à part les délégués, étrangers et autochtones ne se connaissent pas.

120Il est à peine plus aisé de connaître les effectifs polonais dans les syndicats confédérés que chez les Unitaires.

  • 66 Prawo Ludu, 31 octobre 1925 et 23 janvier 1926.

121La consultation de Prawo Ludu n’apporte guère de renseignements. La rubrique des sections indique de loin en loin un chiffre : le groupe polonais de Houdain s’attribue 475 adhérents en octobre 1925, celui de Barlin 276 en décembre suivant66. Mais rien de systématique. Des sous-sections importantes comme Marles et Bruay gardent un silence prudent.

  • 67 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 404.

122Le rapport moral d’Henri Mailly aux congrès annuels du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, si précis quant à la nomenclature des groupes polonais, ne dit jamais mot du nombre de ceux qui les fréquentent. Il se réjouit de la reprise qui s’amorce : 35 000 membres en 1926, toutes nationalités confondues, au lieu de 22 000 au lendemain de la scission en 1922. Les rapports annuels du sous-préfet de Béthune sur le fonctionnement des syndicats dans son arrondissement confirment cette tendance67 ; là encore, on ne trouve aucune allusion aux Polonais.

  • 68 L’Étranger catholique en France, n° 1, mars 1926.
  • 69 C. Kaczmarek, op. cit., p. 415.

123En l’absence de sources, l’imagination des tiers se donne libre cours et leur choix n’est jamais innocent, du chiffre le plus bas : 4 300, fourni en 1926 par Mgr Chaptal, évêque auxiliaire de Paris68 au plus élevé : 22 000, proposé par la C.G.T.U., tout aussi exagéré que celui de 14 000 qu’elle indique pour ses propres adhérents (54). Le seul enseignement que l’on peut en tirer est que les Unitaires admettent être dépassés par leurs rivaux. Le total de 12 000 avancé par l’abbé Kaczmarek dans l’ouvrage qu’il publia en 1927 paraît plus vraisemblable69.

124Étant donné l’effort déployé, ce résultat est tout aussi décevant pour les Confédérés que le score inférieur réalisé par les Unitaires. Certes les effectifs augmentent ces années-là, mais très lentement, et les Polonais demeurent sous-encadrés par rapport aux Français. Trop de forces opposées les sollicitent. Rappelons le rôle de la mobilité professionnelle, extrêmement répandue chez les immigrés dans les premières années de leur séjour en France, en tant que facteur défavorable à toute syndicalisation. De ce point de vue, la C.G.T. est aussi désarmée que la C.G.T.U. Le respect qu’inspirent les aumôniers, hostiles à tout rapprochement avec une organisation française, joue dans le même sens. A Liévin par exemple, l’abbé Przybyƚek déclare en chaire le 8 mars 1925 :

  • 70 D. Coine, « Singulières déclarations d’un curé polonais ». La Tribune, 22 et 25 mars 1925.

« Les Polonais qui adhèrent aux syndicats français se sont mis hors de la religion même s’ils assistent aux offices religieux et participent à tous les sacrements. »70

  • 71 Colloque franco-polonais de Varsovie, juin 1983.

Antoine Prost a relevé dans la presse religieuse française des condamnations aussi catégoriques de la pratique syndicale et ce, jusqu’à l’époque du Front populaire71. Les prêtres français ne sont peut-être pas plus indulgents que leurs homologues polonais mais ils comptent moins de fidèles parmi les ouvriers.

  • 72 D’après les archives de la Chancellerie du Primat de Pologne.

125La C.F.T.C. fait figure de grand absent. Elle ne semble guère s’être aperçue de la présence massive d’immigrés catholiques venus d’Europe centrale et n’avoir entrepris en leur direction aucune campagne de recrutement. Une correspondance échangée entre l’archevêque de Paris et le recteur Szymbor montre que, si le premier souhaite un rapprochement entre la jeune Confédération chrétienne et la colonie polonaise, le second préfère que ses compatriotes ne se syndiquent pas du tout et redoute de surcroît que la C.F.T.C. poursuive des visées assimilatrices72. Le souci de défendre les valeurs polonaises renforce l’hostilité à l’égard des organisations professionnelles françaises, quelles qu’elles soient et contribue, en particulier, à maintenir la C.F.T.C. sur la touche.

126Faut-il conclure sur une note pessimiste ? En 1926, les dirigeants C.G.T. et C.G.T.U. qui s’étaient fait quelques illusions ne sont pas loin de le penser. L’historien qui mesure le poids des mentalités et connait la pesanteur des influences conservatrices est moins surpris et ne juge pas forcément médiocres les résultats obtenus. Pendant ces années décisives, toute une politique a été mise en place qui peut porter ses fruits à la longue.

Les limites de l’engagement politique

127Les communistes polonais en France dans l’entre-deux-guerres font beaucoup parler d’eux eu égard à leur tout petit nombre. Trois raisons, fort différentes l’une de l’autre, aident à le comprendre.

  • 73 A.N., F7 13469 et 13470.

128La surveillance policière, liée à la hantise des « bolcheviks » contribue à étoffer les dossiers d’archives. A l’hôtel de Soubise, la série F7 comporte deux grosses liasses qui figurent à l’inventaire sous l’intitulé « Émigrés polonais en France et propagande communiste », « Saisie de journaux polonais »73 et ce sont pratiquement les seules qui fassent explicitement réference à la nationalité polonaise. Dans les centres d’archives départementales, on trouve de nombreuses chemises consacrées aux menées révolutionnaires des immigrés.

  • 74 AD. Pas-de-Calais, M 6670 et 1 Z 501 ; A.D. Nord, M 154/202 B ; A.N., F7 13469 et 13470 ; A. Paczko (...)

129La valse des titres peut tromper sur l’importance réelle de la presse du Parti en langue étrangère. Les journaux communistes polonais, qu’il est souvent difficile de distinguer des feuilles syndicales unitaires, se succèdent par suite des interdictions de paraître que leur inflige l’administration française. Robotnik Polski (L’Ouvrier polonais), hebdomadaire publié à Paris dans les imprimeries de L’Humanité à partir du 4 août 1923, interdit par arrêté ministériel du 13 décembre suivant, circule encore en cachette dans les bassins miniers pendant quelques mois, jusqu’à son remplacement par un autre hebdomadaire, Emigrant (L’Émigré), le 8 août 1924. Interdit à son tour par un arrêté du 6 octobre 1925, il ne sort plus qu’une seule fois et laisse la place à Trybuna Robotnicza (La Tribune Ouvrière) qui moins d’un an après, interdit par un arrêté du 23 août 1926, cesse sa publication le 17 septembre. Na Tutacze (En Émigration ou, plus exactement, En Errance) son successeur, ne peut diffuser qu’un seul numéro. L’arrêté ministériel du 11 octobre 1926 le frappe aussitôt après. Sur 37 périodiques polonais fondés en France entre 1920 et 1926, 11 relèvent de la presse communiste ou apparentée74. Au terme de la période, il en subsiste 23 dont seulement 5 communistes. Les autres ont disparu.

  • 75 En particulier, K. Maj, Polscy komuniści we Francji, 1919-1946 (Les Polonais communistes en France, (...)

130Outre une documentation facilement accessible et l’impression un peu fallacieuse de journaux nombreux, intervient un facteur d’ordre politique. Depuis l’instauration du régime socialiste en Pologne, les chercheurs de ce pays, historiens et politologues, se sont penchés avec prédilection sur les origines du communisme à l’intérieur de leurs frontières et parmi leurs concitoyens vivant à l’étranger. Des études sérieuses ont vu le jour qui, cependant, présentent le défaut commun de gonfler le rôle des vétérans du Parti75.

131Dans un groupe fort réduit, il faut encore trancher. Les exilés politiques, généralement installés à Paris, sortent du champ de notre étude. Ce ne sont pas des salariés ; leur carte d’identité, lorsqu’ils en possèdent une, ne porte pas la mention « travailleur étranger ».

132S’inscrire au parti communiste demande beaucoup de courage pour l’ouvrier qui tient à son emploi. S’il le fait, il s’en cache car la menace d’expulsion le guette. La loi du 3 décembre 1849, toujours en vigueur, permet d’expulser un immigré sans avoir à lui fournir la moindre explication. Prendre un pseudonyme constitue la plus élémentaire garantie, mais elle ne suffit pas. Les mouchards repèrent plus facilement les hommes vivant au sein d’un coron ou d’une unité industrielle que les semi-clandestins logés dans des garnis de la capitale. Les communistes sont donc encore moins nombreux parmi les ouvriers que dans les autres milieux sociaux de l’immigration. Certains croient se mettre à l’abri en adhérant seulement au syndicat unitaire. Cependant, l’appellation courante de « syndicat communiste » relevée dans les rapports de police et les liens réels existant entre l’organisation professionnelle et le Parti rendent la précaution illusoire. Des Polonais ont été expulsés sans avoir jamais fréquenté ni un rayon, ni une cellule.

  • 76 T. Olszański, op. cit., p. 168 sq., 192-194, 207-209.

133Les ouvriers polonais communistes de la première heure sont rarement des néophytes mais plus souvent d’anciens membres des partis révolutionnaires des trois zones partagées de la Pologne ou des adhérents du jeune parti ouvrier communiste polonais créé au lendemain de la guerre. Afin d’échapper à une arrestation éventuelle, ils ont signé un contrat de travail pour la France et militent aussitôt dans la cité minière où le hasard les entraîne. D’autres, évadés de prison ont franchi la frontière incognito, quitte à faire légaliser leur situation sur place. La recette est connue : il suffit de déclarer à Toul que l’on a perdu tous ses papiers et de choisir un autre nom ou le même, orthographié différemment. Reste à opter entre la vie de militant propagandiste, exaltante mais peu rémunératrice, pleine d’embûches, et celle de salarié industriel. Les hommes chargés de famille préfèrent souvent la deuxième solution et signent alors le contrat qui leur est proposé. C’est ainsi que travaille à la compagnie de Courrières Jakub Czerniakowski, plus connu sous le nom de « Wilk » (« Le loup »), ouvrier qualifié venu des mines de la Dabrowa, ancien membre du parti communiste polonais, et à la compagnie de Nœux « Żelazny » (« L’homme de fer ») ancien adhérent du parti social-démocrate du Royaume de Pologne et de Lithuanie ; celui-ci quitta son pays en 1915. Thomas Olszanski, avant de gagner l’Allemagne et la France, s’était inscrit tout jeune au parti social-démocrate polonais de Galicie76. On note également la présence d’anciens spartakistes de Westphalie, tel « Spartok » qui organise les premiers groupes communistes polonais de la région de Douai. Les ouvriers polonais communistes, à cette époque, se recrutent parmi les mineurs qualifiés qui possèdent une double expérience, à la fois professionnelle et militante.

134Comme dans les organisations syndicales, les Polonais se réunissent à part. A côté des rayons puis des cellules françaises, naissent des groupes spécifiques (KoƗa), rapidement hiérarchisés et coordonnés au sommet par une section centrale des groupes communistes, mise en place en 1923 grâce à Olszanski et à trois cols-blancs, trois jeunes intellectuels, Zygmunt Modzelewski (« Zygmunt »), Jan Strzelecki (« Jan ») et « Leopold » (76).

  • 77 A.N., F7 13469 : bulletin n° 4 de la section polonaise du P. C.F., 22 juin 1925.

135En 1925, le territoire français est divisé en sept districts « polonais », Paris-ville, Paris-banlieue, Nord, Pas-de-Calais, Alsace-Lorraine, Marne, Loire, à la tête desquels un délégué communique aux groupes locaux les directives de la section centrale qui, elle-même, reçoit celles du P. C.F.77 : déséquilibre notoire en faveur de la région parisienne et de celle du Nord auxquelles correspondent deux districts chacune, tandis que des pans entiers de l’hexagone semblent oubliés. Dans la mesure où ce schéma correspond autant à un projet de propagande qu’à la traduction d’une réalité, on peut y déceler les intentions du Parti : miser à la fois sur les exilés politiques installés dans la capitale et sur les ouvriers mineurs, accessoirement sur les travailleurs agricoles de l’Ile-de-France.

  • 78 A.N., F7 13518, 28 avril 1925.

136Sur les effectifs d’ouvriers polonais communistes, aucun chiffre n’apparaît dans aucun document. Personne ne se risque même à avancer le moindre pourcentage. Police et Parti, tout le monde se tait. Ces effectifs doivent varier sans cesse, par suite des expulsions et de la crainte qu’elles provoquent chez ceux qui y échappent. Ainsi, après les grèves de février et de novembre 1923, le ministère de l’Intérieur renvoie chez eux quelques-uns des « meneurs », généralement syndiqués unitaires et membres de la S.F.I.C. à la fois. Le préfet du Nord juge que la mesure fut « salutaire » car les autres, depuis, se méfient78. Les expulsions reprennent en 1926, surtout à partir de la grève de solidarité avec les mineurs anglais. Thomas Olszanski rend hommage à dix camarades de combat, salariés des compagnies d’Aniche, d’Anzin, de Nœux et de Courrières, chassés de France pour la plupart en 1923 comme « Zelazny » ou en 1926 comme « Prawdziwy » et « Wicher ».

  • 79 T. Olszanski, op. cit. p. 206-212, 263.
  • 80 Interview réalisée à Poznań le 19 octobre 1977 auprès de l’intéressé.

137A part les bassins du Nord et du Pas-de-Calais où des noyaux subsistent contre vents et marées, les adhésions restent si rares qu’on peut les qualifier d’exceptionnelles. Olszanski lui-même l’admet. A la colonie de Decazeville où il se rend en 1926, il ne rencontre qu’un seul communiste polonais79. A Albi-Cagnac, l’année précédente, est arrivé avec un contrat de mineur en bonne et due forme Kazimierz Ozór, jeune révolutionnaire de la région de Lwów, sans emploi depuis plus de trois ans pour avoir participé activement à une grève chez les ouvriers du pétrole de BorisƗaw ; les autorités polonaises n’ont pas été fachées de se débarrasser de lui. Il fonde aussitôt à Cagnac une section syndicale unitaire avec quelques compatriotes ; mais aucun ne le suit lorsqu’il entre au parti communiste80.

138La police chargée de surveiller tous les étrangers effectue des comparaisons et considère les Polonais comme les plus tranquilles :

  • 81 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 20 décembre 1924 ; A.N., F7 13518 : réponses des préfets à la circulai (...)

« Les communistes polonais sont peu nombreux... Les Italiens sont à mon avis les plus dangereux. » (Pas-de-Calais)
« Les Polonais ne se groupent pas en sociétés communistes, au contraire de la colonie italienne. » (Meurthe-et-Moselle)
« Il n’y a pas dans le département, parmi les travailleurs étrangers, d’organisations à tendances séditieuses... Cependant quelques Espagnols et Italiens assistent aux réunions ou manifestations des communistes français. » (Tarn)
« Au point de vue politique, les plus militants sont les Italiens et les Espagnols, les premiers en général communistes, les deuxièmes surtout anarchistes. » (Gard)81

Ou l’auteur du rapport passe sous silence la communauté polonaise parce qu’il n’y a rien à dire sur elle, ou il la cite pour l’opposer aux Italiens. Même dans le bassin de Béthune où ceux-ci ne constituent qu’un tout petit groupe, ils réussissent à faire parler d’eux. Pourquoi une telle divergence entre les deux nationalités ?

  • 82 G. Noiriel, op. cit., p. 237-245.

139Des noyaux révolutionnaires existaient déjà chez les Italiens avant la prise de pouvoir de Mussolini. L’avènement du fascisme les renforce et les colonies italiennes en France deviennent le théâtre de luttes intestines entre partisans et adversaires du Duce. En Lorraine sidérurgique, des Italiens antifascistes créent des sections et des cellules d’entreprises82. Ils ont sur les Polonais un atout dans la lutte : arrivés plus tôt et moins allergiques à la naturalisation, ils comptent davantage de citoyens français. Les expulsions peuvent frapper les nouveaux venus ; elles ne désorganisent pas totalement le mouvement.

140Les Polonais n’éprouvent pas les mêmes déchirements que les transalpins. Jusqu’en 1926, bien que de plus en plus orienté à droite, le régime de Varsovie reste une démocratie parlementaire. Certes, le parti communiste y est théoriquement interdit et ses militants font l’objet de poursuites ; le 21 août 1925, trois jeunes gens, Hibner, Kniewski et Rutkowski condamnés à mort, sont exécutés. Pourtant des députés communistes siègent à la Diète et participent à la vie politique. Le Parti a quelque peine à se parer de l’auréole du martyre. En outre, on trouve une proportion importante de Juifs dans ses rangs. L’antisémitisme des masses se nourrit de ce qu’elles considèrent comme une trahison à l’égard de la jeune République polonaise. Autant de raisons qui, jointes à la peur de l’expulsion et à l’influence de l’Église sur les immigrés, rendent compte du faible engagement des Polonais en France au sein du parti communiste.

  • 83 A.N., F7 13469, 1er décembre 1925, 7 et 9 juin 1926.

141Comme en Pologne, l’attraction du communisme joue davantage sur les Ukrainiens et les Juifs, par hostilité au gouvernement de Varsovie dans lequel ils ne se reconnaissent pas. A Bruay-en-Artois en 1924 et 1925, une société ukrainienne très anti-polonaise réunit des ouvriers mineurs venus de Galicie orientale ; ils tiennent leurs séances dans leur langue maternelle et célèbrent les mérites de l’Union soviétique. Quelques ouvriers juifs polonais de Mont-Saint-Martin créent en 1925 une association qui fait de la propagande communiste et recueille des fonds pour le Secours rouge international83. Ces deux exemples ne permettent tout de même pas de conclure à une inclinaison dominante des « minorités nationales » pour l’idéologie révolutionnaire.

142Inutile de chercher des travailleurs polonais dans les autres formations politiques françaises. Aucune ne les attire, même pas le parti socialiste. Le divorce entre syndicalisme et politique est très net chez ceux qui adhèrent à la Fédération des mineurs de tendance Jouhaux. Les immigrés ne votent pas et se sentent étrangers, tant à la vie parlementaire française qu’aux partis qui s’y intéressent prioritairement. Les socialistes polonais continuent à se réclamer du P.P.S. et non de la S.F.I.O.

Notes

1 K. Murzynowska, op. cit. ; C. Klessmann, op. cit.

2 T. Olszanski, « Les Polonais ». La Vie Ouvrière, 24 avril 1925.

3 Par exemple, dans La Tribune, organe des syndicats de mineurs confédérés du P.-Calais, du Nord et d’Anzin, 27 juin et 8 août 1925.

4 Les communistes et les militants de la C.G.T.U. ont intérêt à posséder un passeport français qui les met à l’abri de l’expulsion. Ils sollicitent la nationalité française par raison tactique.

5 Voir Chapitre I, p. 27.

6 E. Kagan, « Le mouvement ouvrier à Pompey, 1919-1925 ». Annales de l’Est, 1972, p. 17-56.

7 XIVe congrès de la C.G.T., 15-21 septembre 1919. « Programme minimum. Pour les ouvriers étrangers », p. 33.

8 « Rapport sur la main-d’œuvre étrangère », présenté au congrès de Paris (26-31 août 1925). La Vie Syndicale, mensuel de la C.G.T.U., n° 18, juin 1925.

9 « La main-d’œuvre étrangère ». La Vie Ouvrière, 3 février 1922.

10 A.N., F7 13903 : rapport du préfet du Nord, 14 mars 1920 ; L’Humanité, même date.

11 A.N., F7 13903, 8 et 13 mars 1920.

12 « Rappelons-nous que nous dûmes aider nos malheureux frères polonais qui sans argent nous demandèrent aide pour se mêler au mouvement ». E. Wery, « A propos de grève générale ». La Tribune, 17 février 1923.

13 A.D. Nord, M 208/135, 10 mai 1922.

14 A.D. Nord, M 208/135, 9 mars 1923.

15 Id., 13 décembre 1924.

16 L’Humanité, 8 et 30 mars 1923.

17 A.D. Moselle, 23 Z 1, 13 février 1923.

18 A.N., F7 13903, 13 février 1923.

19 A.N., F7 13903, 10 mars 1923.

20 L’Humanité, 17 mars 1923 ; A.N., F7 13903, 20 février 1923.

21 A.D. Moselle, 23 Z 1, 3 et 20 avril 1923.

22 A.D. Nord M 208/135, 2 mars et 26 novembre 1923.

23 A.D. Moselle, 23 Z 1, 19 avril 1923.

24 « Un appel aux ouvriers de France contre l’expulsion des travailleurs polonais ». L’Humanité, 3 avril 1923.

25 A.N., F7 13791, 17 avril 1923.

26 A D. Pas-de-Calais, 1 Z 230.

27 « Le grave problème de la main-d’œuvre étrangère ». Le Peuple, 6 août 1923.

28 A.D. Nord, M 208/135, 10 octobre 1924.

29 « Bruay-les-Mines : une belle réunion polonaise ». La Tribune, 23 septembre 1923.

30 Témoignage recueilli en juin 1978 auprès d’un ancien militant de Houdain (Pas-de-Calais) qui participa à sa création. Le fondateur venait de Westphalie ; notre interlocuteur également.

31 A. Prost, La C.G.T. à l’époque du Front populaire, 1934-1939. Essai de description numérique. Paris, A. Colin, 1964, 251 p. (ici, p. 200-202).

32 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501 : texte des statuts en langue française.

33 A.N., F7 13469, 14 décembre 1925 ; A.D. Pas-de-Calais, M 3229, 12 septembre 1925 ; A.A.N., K.M. 401 : C.R. de l’A.G., 14 mars 1926.

34 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 13 mai 1924.

35 A.A.N., K.M. 401 et A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501 : rapports présentés aux A.G. du Z.R.P.F.

36 Siƚa, 1er avril 1926. Siƚa, mensuel fondé à Lille en mars 1925, devint l’organe officiel du Z.R.P.F. à la place du Wiarus Polski qui en tenait lieu jusque là.

37 A.D. Nord, M 208/135 : lettres des Services de la main-d’œuvre étrangère du ministère du Travail et du ministère de l’Agriculture, adressées au préfet du Nord en 1926.

38 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 1er et 29 juin 1924.

39 « Le problème de la main-d’œuvre étrangère ». Le Peuple, 7 mars 1926 ; « Le renouvellement des cartes d’identité des travailleurs étrangers ». Le Peuple, 6 mai 1926.

40 D. Coine, « Ce dont rêvent les nationalistes polonais ». La Tribune, 20 février 1926.

41 Appel publié dans La Tribune, 22 janvier 1926.

42 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 8 mars 1925.

43 Congrès de Paris (26-31 août 1925) : discours de Racamond sur la main-d’œuvre étrangère, reproduit dans La Vie Ouvrière, 4 sept. 1925.

44 Bulletin de l’I.S.R., 29 février 1924.

45 L’Enchaîné, 5 août et 29 septembre 1923.

46 « La question de l’émigration au IIIe congrès de l’I.S.R. » La Vie Ouvrière, 1er août 1924 ; Racamond, « La main-d’œuvre étrangère ». La Vie Ouvrière, 12 et 19 septembre 1924.

47 T. Olszanski, Zycie Tuƚacze (Vie errante), op. cit, p. 1-190. Voir Chapitre I, p. 17, 22 et 30.

48 A.N., F7 13794 : d’après les rapports de police.

49 A.N., F7 13793 : rapports de police et tracts bilingues.

50 A.N., F7 13795 et 13796 : rapports de police et tracts bilingues.

51 A.N., F7 12919 et 13793.

52 A.N., F7 13904 ; A.D. M.-et-M., 10 M 60.

53 La Vie Ouvrière, 4 septembre 1925 et 25 juin 1926.

54 A.N., F7 13796 : C.R. du congrès.

55 D. Coine, « La main-d’œuvre étrangère et le parti communiste ». La Tribune, 12 juillet 1924.

56 L. Jouhaux et J. Kwapiński, « Proclamation de la C.G.T. aux travailleurs ». La Tribune, 10 janvier 1925.

57 A.A.N., M.S.Z. 11139. Originaire de Haute-Silésie où il exerçait déjà la profession de mineur, Hordis est arrivé en France en 1921. Il parle le polonais, l’allemand et assez correctement le français.

58 D. Coine, « La main-d’œuvre polonaise en France : une heureuse initiative ». La Tribune, 6 décembre 1924.

59 A.N., F7 13795. La Tribune, 4e trimestre 1925. Le Réveil ouvrier, 15 mai 1926 : « Aux mineurs de fer de la région de l’Est ».

60 A.N., F7 13793 et F7 13795.

61 A.N., F7 13470.

62 A.N., F7 13794 : congrès du Syndicat des mineurs du Pas-de-Calais, Lens 19 avril 1925.

63 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 277 : congrès national des travailleurs du sous-sol, Lens, 16-18 septembre 1926. A cette date, le personnel du journal est encore réduit. Franciska Granier-Neymark, secrétaire de rédaction, écrit la plupart des articles et traduit des chroniques de Léon Jouhaux. Née à Ƚódz, enseignante, mariée à Paris en 1921 avec Paul Granier, elle est française par son mariage (A.N., F7 13470).

64 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 277 et 1 Z 501, 14janvier et 3 mars 1924 ; A.N., F7 13789, 25 avril 1926.

65 A.N., F7 13796, 18 avril 1926.

66 Prawo Ludu, 31 octobre 1925 et 23 janvier 1926.

67 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 404.

68 L’Étranger catholique en France, n° 1, mars 1926.

69 C. Kaczmarek, op. cit., p. 415.

70 D. Coine, « Singulières déclarations d’un curé polonais ». La Tribune, 22 et 25 mars 1925.

71 Colloque franco-polonais de Varsovie, juin 1983.

72 D’après les archives de la Chancellerie du Primat de Pologne.

73 A.N., F7 13469 et 13470.

74 AD. Pas-de-Calais, M 6670 et 1 Z 501 ; A.D. Nord, M 154/202 B ; A.N., F7 13469 et 13470 ; A. Paczkowski, Prasa i spaƚeczność..., op. cit, p. 223, 232-237.

75 En particulier, K. Maj, Polscy komuniści we Francji, 1919-1946 (Les Polonais communistes en France, 1919-1946). Varsovie, K.i W., 1971, 346 p.

76 T. Olszański, op. cit., p. 168 sq., 192-194, 207-209.

77 A.N., F7 13469 : bulletin n° 4 de la section polonaise du P. C.F., 22 juin 1925.

78 A.N., F7 13518, 28 avril 1925.

79 T. Olszanski, op. cit. p. 206-212, 263.

80 Interview réalisée à Poznań le 19 octobre 1977 auprès de l’intéressé.

81 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 20 décembre 1924 ; A.N., F7 13518 : réponses des préfets à la circulaire Chautemps, mars à mai 1925.

82 G. Noiriel, op. cit., p. 237-245.

83 A.N., F7 13469, 1er décembre 1925, 7 et 9 juin 1926.

Table des illustrations

Titre Nombre de sections du Z.R.P.F.35
Légende Avec, selon ses propres estimations, 4 500 membres en 1925 et 10 000 en 192636, il n’accueille qu’une frange de la population laborieuse polonaise.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50968/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search