Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Première partie. Le grand flux (1919-1926)

Chapitre VI. La reconstitution d’un milieu national polonais

Texte intégral

1Les Polonais qui s’éloignent de la terre natale ont des réactions spécifiques, quel que soit le pays d’Europe ou d’Amérique où ils se rendent. En France, on l’ignore et la patrie de la Révolution se flatte d’assimiler les immigrants sans problème.

  • 1 A.N., F7 13518 : réponses des préfets à la circulaire du ministre de l’Intérieur Camille Chautemps (...)

2La surprise est donc grande. Cinq ans après l’arrivée des premiers convois collectifs, les préfets déplorent tous le comportement des Polonais qui « ne fusionnent pas avec les Français qu’ils semblent fuir » (Pas-de-Calais), « restent à l’écart » (Tarn), « conservent leur langue et leurs habitudes particulières » (Isère) et ceci, beaucoup plus que les Belges, les Italiens dans les colonies industrielles où la comparaison est rendue possible par leur présence simultanée1. Nous retrouvons les mêmes griefs des Alpes au bassin de Béthune, soit d’une région qui compte quelques centaines de Polonais à celle qui culmine avec près de 100 000.

3Les préfets leur reprochent de ne pas parler français. L’isolement linguistique provient autant des difficultés éprouvées à apprendre que du refus de le faire. Des « Westphaliens », des Poznaniens déjà partiellement bilingues, ne parviennent pas à s’initier à un autre moyen d’expression. Les structures latines leur sont totalement étrangères et à l’âge adulte, ils n’ont plus la souplesse d’esprit nécessaire pour les intégrer. La barrière du langage constitue un handicap que plusieurs années de séjour ne suffisent pas à combler. Curieusement l’ouvrier agricole, même analphabète, que son activité met davantage en contact avec la population locale s’accoutume un peu plus vite au maniement du vocabulaire usuel. Dans les mines et les usines, l’homme acquiert les termes professionnels s’il travaille en équipe mixte, mais son épouse qui reste chez elle ne connait pas cinquante mots au bout d’un an. C’est l’inverse de ce que l’on observe en milieu artisanal, en particulier chez les Juifs de la région parisienne où le chef de famille, seul toute la journée dans sa boutique, ne progresse pratiquement pas et en sait encore moins que sa femme.

4Il en va autrement pour la deuxième génération. Les enfants, rien qu’en jouant dans les ruelles des corons, se forment l’oreille. Une fois scolarisés, ils emploient indifféremment l’une ou l’autre langue. Or leur père les oblige à parler polonais en sa présence quitte à les punir s’ils y manquent. Cette tendance est beaucoup plus révélatrice que le fait, pour les immigrés adultes, de ne pas encore pratiquer le français eux-mêmes. Elle montre de leur part une volonté de conserver en terre étrangère les valeurs polonaises avec toutes les conséquences que comporte une telle résolution.

5Avant 1914 dans les mines du Nord, des prêtres, des enseignants, des associations ont aidé à perpétuer ces valeurs. Le même phénomène se reproduit au cours des années 1920, se développe et se diversifie bien davantage.

L’encadrement religieux

6Chez les Polonais s’opère une identification entre le sentiment national et le sentiment religieux, surtout à l’issue de l’ère des partages au cours de laquelle l’Église fut souvent l’âme de la résistance. En l’absence de toute structure d’Etat, c’est elle qui incarna les idéaux patriotiques, elle qui défendit l’usage de la langue maternelle contre les tentatives de germanisation ou de russification.

7La sensibilité religieuse polonaise diffère de celle des catholiques d’Europe occidentale. On y observe davantage de signes extérieurs de piété : processions, pélerinages, expositions du Saint-Sacrement. Les exercices de Carême et le respect inconditionnel du repos dominical rythment l’année et la semaine. Le calendrier des fêtes chrétiennes, si nourri, comporte des cérémonies propres à la Pologne : les paysans ne travaillent ni le 25 mars (Annonciation), ni à la Fête-Dieu, ni le 8 septembre (Nativité de la Vierge), ni le 8 décembre (Immaculée Conception), ni le 26 décembre (Saint-Étienne) ; le 2 février, les fidèles font bénir à l’église des cierges qui, rapportés à la maison, serviront pour les morts de l’année ; le 3 mai, ils célèbrent Marie Reine de Pologne depuis qu’au xviie siècle le roi Jean-Casimir consacra le pays à la Vierge.

8Tous ces éléments façonnent une religion particulière, centrée autour de la personne du prêtre. Honoré, respecté à l’égal d’un grand de l’Église – ses paroissiens lui baisent la main –, il ne peut sans dommage se faire remplacer par un ecclésiastique d’une autre nationalité auprès duquel les Polonais, même si l’on exclut le problème linguistique, ne trouveront pas semblable réconfort. Cela vaut surtout pour les milieux populaires où la religion est beaucoup plus émotionnelle que dans l’intelligentsia.

9En Westphalie et en Rhénanie sous Guillaume II, les mineurs polonais ont eu à lutter pour défendre leur droit à la messe dite selon leurs coutumes et à la présence de quelques prêtres de leur nationalité. Aux États-Unis et au Canada, au contraire, se sont développées des paroisses polonaises librement admises. La France où fut proclamée en 1905 la séparation de l’Église et de l’État adopte un comportement intermédiaire. Elle permet au clergé polonais de suivre les immigrants et de les assister, mais elle veut ignorer leur présence : la convention du 3 septembre 1919 ne dit mot de l’encadrement religieux des colonies de travailleurs. Quant aux évêques, soucieux de maintenir leur autorité sur l’ensemble des prêtres, ils imposent dans un accord passé avec l’épiscopat polonais en 1924 que les missionnaires envoyés en France soient les auxiliaires du clergé national, d’où le nom d’« aumôniers » qu’on leur donne et que souvent refusent les intéressés car il marque leur subordination. Il n’y eut ni « curés », ni « paroisses polonaises » en France dans l’entre-deux-guerres. L’emploi de l’un ou l’autre terme correspond à un abus de langage ou à une illusion.

Le statut complexe des aumôniers

  • 2 J. Ponty « Les aumôniers polonais en milieu ouvrier immigré dans la France de l’entre-deux-guerres  (...)

10Ils dépendent à la fois de l’Église de Pologne, de l’Église de France et des employeurs. La première les nomme et les envoie en mission, la seconde les soumet à son consentement et à sa tutelle ; aux troisièmes, dans la plupart des cas, incombe la charge de leur entretien2.

11A Paris, fonctionne depuis 1836 la Mission catholique polonaise dont la tâche consista d’abord à s’occuper des exilés politiques principalement installés dans la capitale. A présent, son activité devient plus ample, étendue à la France entière, et plus délicate car elle n’a jamais suffisamment d’aumôniers pour satisfaire l’ensemble des colonies ouvrières.

  • 3 C. Kaczmarek, op.cit., p. 283-284 ; G. Garçon, « 1926-1986 : 60 ans d’enseignement du polonais aux (...)

12A la demande de l’abbé Szymbor recteur de la Mission, Mgr Dalbor cardinal Primat de Pologne confie aux évêques polonais le soin de trouver des volontaires. Les clercs désignés se rendent d’abord auprès du recteur de la Mission : c’est de lui qu’ils reçoivent leur affectation. Ils doivent ensuite obtenir l’aval de l’évêque français du diocèse où ils vont exercer leurs fonctions et celui-ci garde, tout au long de leur séjour, un regard sur eux. Chaque évêque a sa conception de la place des aumôniers. Mgr Julien évêque d’Arras leur laisse beaucoup d’autonomie. Mgr Chollet archevêque de Cambrai, plus réticent, encourage ses séminaristes à étudier le polonais pour les remplacer au plus vite ; c’est dans cette perspective qu’il faut comprendre l’ouverture d’un cours de langue polonaise en 1926 à la Faculté catholique de Lille, comme il ressort de la correspondance entre l’archevêque et Mgr Lesné, recteur de la Catho3. Mgr Chaptal évêque auxiliaire de Paris, chargé par le cardinal Dubois d’une mission spéciale de pastorale auprès des étrangers en France, n’accepte pas aussi bien les aumôniers polonais qu’on le croit souvent ; il s’accommode de leur présence car il lui paraît essentiel que les immigrés trouvent un milieu favorable à la conservation de leur foi ; mais il le déplore :

  • 4 E. Chaptal, « Une source de vocations sacerdotales dans les familles étrangères en France ». L’étra (...)

« Nous n’avons jusqu’ici à leur donner que des prêtres étrangers qui sont souvent d’admirables apôtres, mais qui ne sont pas tous de ceux que nous aurions choisis, et qui d’ailleurs entrent difficilement dans le cadre de nos paroisses françaises. »4

Lui aussi recommande au clergé français d’étudier la langue polonaise et il souhaite que des enfants d’immigrants entrent dans « nos » séminaires. Ils deviendront ainsi « curés de nos paroisses » et « appartiendront aux évêques français » (4).

13Les difficultés proviennent bien davantage du clergé local auquel les aumôniers se frottent quotidiennement. Les prêtres des deux pays n’ont pas la même manière de se comporter et la situation de dépendance légale de l’aumônier constitue une pomme de discorde supplémentaire. La mésentente fréquente entre le curé et lui joue un rôle certain dans le repli sur soi de la communauté polonaise.

14Les employeurs réservent un accueil favorable aux aumôniers, encouragés en cela par Henri de Peyerimhoff qui, au nom du C.C.H.F. a fait observer dès 1920 aux directeurs des compagnies minières l’intérêt qui réside à favoriser la reconstitution d’un milieu national polonais autour de leurs entreprises :

  • 5 C.C.H.F., carton n° 7 : circulaire n° 608, 26 novembre 1920.

« L’esprit polonais attache une grande importance aux avantages de cet ordre... »5

  • 6 R. Dzwonkowski, « Przemiany polskiej parafii w póƚriocnej Francji (1922-1972). Studium historyczno- (...)

Commandé à la fois par le souci de stabiliser la main-d’œuvre et par une juste appréciation de la mentalité des immigrés, le conseil suppose une participation financière, car la Mission catholique polonaise ne dispose que d’un trop faible budget pour faire face à tout. Aussi, dans les bassins de charbon, tous les aumôniers sont-ils rémunérés et logés par l’employeur. Il en est de même à la Société de Rosières. Mieux, la compagnie des mines d’Ostricourt leur fait construire à Oignies une chapelle, dédiée à Saint-Joseph, consacrée le 1er novembre 1922 et qui leur est réservée6. En contre partie, la dépense entraîne un comportement d’autorité : si l’attitude de l’aumônier déplaît, on lui coupe les vivres et le renvoie à Paris d’où la Mission essaiera de lui trouver un autre point de chute. En outre, il est des employeurs qui refusent leur contribution, par principe ou par économie. Tous les Polonais ne bénéficient pas de la présence d’un ecclésiastique à demeure.

  • 7 A.A.N., K.M. 413 et 414.

15Le recteur Szymbor évalue à 26 le nombre d’aumôniers en poste au 1er février 1926 et à 32 au 1er avril 1927. La France est divisée en quatre doyennés – ou décanats – avec à leur tête un doyen (« dziekan ») qui reçoit ses ordres directement de la Mission parisienne. En 1926, le décanat du Nord comprend 14 aumôniers, dont 12 pour le seul département du Pas-de-Calais. Le reste du pays se partage les 12 autres7.

Aumôniers polonais en France au 1erfévrier 1926 (7)

Aumôniers polonais en France au 1er février 1926 (7)

16C’est notoirement insuffisant et assez arbitraire comme répartition. Liée le plus souvent à la volonté des compagnies houillères, l’implantation dessert les zones rurales et ne correspond même pas au dosage des populations polonaises qui travaillent dans l’industrie. On constate un déséquilibre en faveur du Pas-de-Calais parce que la concentration ouvrière y est telle que les sociétés minières peuvent rémunérer un aumônier à leur seul usage, deux même parfois. Le diocèse d’Arras compte un aumônier pour 7 500 Polonais contre un pour près de 12 000 Polonais sur l’ensemble du territoire. Au contraire le bassin du Nord souffre du sous-encadrement le plus grave qui soit, avec seulement deux postes, c’est à dire un pour 25 000 Polonais. L’argument de la concentration se renverse ici et se retourne contre lui. Il suffit qu’une puissante compagnie comme celle d’Anzin, qui joue la carte de l’assimilation de la main-d’œuvre étrangère, se refuse à coopérer avec la Mission catholique polonaise pour que le nombre chûte aussitôt de façon sensible. Il faut dire que les deux aumôniers installés à Oignies par la compagnie des mines d’Ostricourt s’occupent d’immigrés des deux départements. On trouve des anomalies encore plus surprenantes : la Saône-et-Loire en compte déjà quatre, soit un pour 2 500 Polonais ce qui constitue le record absolu, tandis que les colonies minières du Tarn, de l’Aveyron et du Gard attendent toujours l’arrivée du premier.

17Les employeurs ne sauraient être considérés comme les seuls responsables. L’épiscopat de Pologne ne pousse pas non plus les vicaires à partir, car le pays a besoin de prêtres. L’accord de juin 1924 entre les évêques des deux pays, selon lequel chaque diocèse polonais enverrait un ou deux de ses membres, reste lettre morte.

  • 8 Né en 1883 en Pologne russe dans une famille juive, Unszlicht est expulsé en 1908 pour avoir partic (...)
  • 9 P. Mynarz, « Spoleczna dzialalnosc ks. Ferdynanda Machaya wsrod polskiej emigracji zarobkowej we Fr (...)

18Pour compenser les absences, les rares aumôniers en poste entreprennent des tournées. L’abbé Andrzej Masny domicilié à Oignies, dit la messe à Ostricourt mais aussi à Carvin et à Courrières, sur le territoire d’autres concessions (6). De même, le titulaire de Noeux-les-Mines vient célébrer un dimanche sur deux à Béthune, comme l’indique l’auteur du récit n° 1 du chapitre V. Plus la région en manque, plus le rayon d’action des aumôniers s’étend. L’abbé Julian Unszlicht devient responsable à partir de 1925 de tous les Polonais du diocèse de Meaux, ouvriers agricoles pour la plupart ; il est donc plus souvent sur les routes qu’à Changis-Saint-Jean et dépasse vite les limites de la Seine-et-Marne, gagnant l’Yonne, le Loiret, etc.8. Ceux de Paris se rendent également en Ile-de-France ; c’est ainsi que le jeune homme originaire de la province de Rzeszów, lorsqu’il travaille dans la Beauce en 1925, reçoit de temps en temps la visite d’un prêtre (récit n° 2 du chapitre IV). L’abbé Ferdynand Machay, affecté à Paris au siège de la Mission, arpente tout le nord du pays ; en plus de sa pastorale, il s’attache à relever les cas d’injustices dans les conditions d’emploi des travailleurs agricoles dont il s’occupe plus particulièrement et tente d’y porter remède en intervenant auprès des consuls polonais9.

19L’hebdomadaire de la Mission catholique polonaise, Polak we Francji (Le Polonais en France), fondé en 1924, signale par avance à ses lecteurs l’arrivée des aumôniers.

La pratique religieuse des Polonais

20La classification en usage depuis les travaux de Gabriel Le Bras distingue les messalisants, présents à l’église chaque dimanche, les pascalisants qui communient à Pâques et les catholiques saisonniers pour qui le secours du prêtre suffit en quatre occasions de la vie, lors des baptêmes, des premières communions, des mariages et des enterrements. Ces critères ont permis, grâce à de savants calculs, de reconnaître des pays pratiquants, des pays indifférents et des pays détachés. Sont-ils applicables aux Polonais à l’orée de leur séjour en France ?

  • 10 W. Bartoń, La crise religieuse des ouvriers polonais en France. Thèse, Institut catholique de Paris (...)

21En 1920-1922, les immigrants dès leur arrivée se précipitent à l’église paroissiale, s’agenouillent sur le sol et y restent tout le temps de la messe ; à la sortie, ils baisent la main du curé, étonné mais ravi. Quelques mois plus tard, gênés par les regards des autres fidèles qu’ils sentent fixés sur eux, ils désertent la cérémonie dominicale10. La venue en France des ouvriers précède celle des aumôniers. Ce déphasage est un élément préjudiciable.

  • 11 C. Kaczmarek, op.cit., p. 298.

22Les Polonais que le hasard envoie dans les mines du midi ou à la campagne s’obstinent, les années suivantes, en une attitude d’abstention. A très peu d’exceptions près, ils refusent les services des prêtres du pays et n’hésitent pas à parcourir 15 à 20 km le jour où un aumônier célèbre à proximité11. Ceux qui habitent près de la résidence d’un aumônier sont moins nombreux que ceux condamnés à attendre sa visite. Le cas le plus favorable semble celui d’Oignies ; dès la Toussaint de 1922, dans la chapelle Saint-Joseph se déroulent plusieurs messes le dimanche et tout le monde peut s’y rendre. Mais à Sallaumines où l’église paroissiale fut détruite au cours de la guerre et où jusqu’en 1930 un abri provisoire en tient lieu, l’aumônier dispose d’une tranche horaire très réduite ; les 5 700 Polonais de la commune (chiffre du recensement de 1926) le désireraient-ils qu’ils ne trouveraient pas de place. Il faut donc renoncer à calculer le taux des messalisants.

23La pratique pascale constitue un meilleur critère car, à la fin du Carême, les aumôniers font un effort particulier pour aller confesser leurs compatriotes. Cependant, ils ne les voient pas tous.

  • 12 W. Bartoń, op.cit., p. 74.

24L’abbé Unszlicht adresse au recteur Szymbor des rapports détaillés sur son travail. De septembre 1924 à mai 1927, il effectue 137 missions dans 60 paroisses12

Dans 18 cas les Polonais n’ont pu « faire leurs Pâques » au mieux qu’une fois en trois ans, dans 22 autres deux fois sur trois.

25A Rosières, près de Bourges, les Polonais ne voient aucun prêtre de leur nationalité avant 1924. Le curé de la paroisse, Henri Marquet, assure le minimum : les baptêmes, mariages et enterrements. Il ne confesse pas les adultes et les enfants ne suivent guère le catéchisme. Sa personne n’est pas en cause :

« Judicieux, prudent... il jouit d’une certaine autorité auprès des Polonais... » (13)

  • 13 B. Panek, « Le problème de la pastorale occasionnelle auprès des ouvriers polonais en France, d’apr (...)

En 1924, un aumônier itinérant, l’abbé Spikowski vient de Strasbourg à plusieurs reprises ; il confesse, dit des messes et organise la première communion. Le recteur Szymbor envoie en 1925 un étudiant en théologie, Wƚadysƚaw Giszter et en 1926 un des aumôniers de Paris, le père Wincenty Bialik qui reste neuf jours à Rosières, du 29 mars au 6 avril à l’occasion des fêtes de Pâques13. Pour la première fois, les immigrés peuvent suivre intégralement les cérémonies de la Semaine Sainte selon leurs coutumes. Pour évaluer les taux de pascalisants, il faudrait tenir compte de la présence permanente ou occasionnelle d’aumôniers et dans le second cas, de la date exacte de leur passage.

26Finalement des Polonais se retrouvent, sans l’avoir vraiment voulu, dans la catégorie des catholiques des quatre actes de l’existence – nous pourrions même dire : des trois actes, quand ils diffèrent la première communion de leurs enfants. Il faut donc poser la question autrement. Observe-t-on chez eux une diminution du désir de pratiquer ?

  • 14 W. Bartoń, op.cit., p. 55 et 64.
  • 15 R. Dzwonkowski, « Observations sur la vie religieuse des Polonais en France au xxe siècle ». Les co (...)

27Wƚadysƚaw Bartoń pense que oui et l’explique par le déracinement et l’influence française : l’anticléricalisme de la classe ouvrière, l’école sans Dieu. Il en veut pour preuves les cris d’alarme des aumôniers qui se plaignent du « niveau moral » régnant dans les colonies polonaises14. Roman Dzwonkowski est plus optimiste, lui qui a séjourné à Oignies, en une cité qui a toujours connu une vie religieuse importante avec des ecclésiastiques à demeure15.

  • 16 S. Laury, « Aspects de la pratique religieuse dans le diocèse d’Arras (1919-1945) ». Revue du Nord, (...)

28Comparée aux habitudes françaises des mêmes milieux sociaux, la pratique religieuse polonaise réelle ou potentielle l’emporte de beaucoup. Et le secteur géographique où elle se conserve le mieux, le bassin houiller du Pas-de-Calais avec ses 12 aumôniers, est précisément le plus « déchristianisé » du pays : dans le diocèse d’Arras en 1922-1924, le taux de pascalisants atteint en moyenne 33 % des baptisés mais certaines paroisses minières descendent jusqu’à 9 %, et 5 % si l’on considère seuls les hommes16. On ne saurait donc parler d’une influence française dans le sens de la désaffection. Les Polonais restent entre eux et ne s’alignent pas sur les moeurs françaises, même si dans les corons leurs maisons se jouxtent.

29D’autres indices permettent de mesurer, sinon le degré de pratique, du moins l’attachement à la religion : la présence dans les maisons d’images nombreuses de dévotion à la Vierge et le choix des prénoms des enfants parmi les personnages du Nouveau Testament : Maria, Józef, Jan, Andrzej, Tadeusz, Tomasz... (que l’état-civil français enregistre comme Marie, Joseph, Jean, André, Thadée, Thomas...) ou parmi les Saints les plus honorés en Pologne : Jadwiga, Wojciech, Stanisiaw, Franciszek, Michat... (Edwige, Adalbert, Stanislas, François, Michel...). Encore faut-il tenir compte des habitudes paysannes et du poids de la tradition familiale qui ne sont pas forcément d’essence chrétienne.

***

  • 17 A.D. M.-et-M., 10 M 34, 2 août 1924.

30L’encadrement religieux des Polonais, même insuffisant, constitue une exception par rapport à celui des autres populations ouvrières immigrées. Les 50 000 Italiens de la Lorraine sidérurgique ne disposent que de deux aumôniers, l’un à Longwy et l’autre à Jœuf17. Les Tchèques et les Slovaques n’en ont encore aucun.

  • 18 Voir plus loin, p. 166.
  • 19 A.A.N., M.S.Z. 11062, 13 mai 1926.

31De plus, l’activité des vicaires se prolonge par celle de diverses personnes qui gravitent autour d’eux ou s’efforcent de les remplacer. Les travailleurs polonais eux-mêmes créent et gèrent des associations catholiques au sein desquelles on traite de sujets religieux18. Des sœurs de Saint-Vincent de Paul venues des maisons de Poznań, de Varsovie et de Cracovie, aident à préparer la première communion. Elles sont une trentaine, dont quatre à la compagnie des mines d’Ostricourt et en 1926, la compagnie des mines de Dourges inscrit à son budget annuel les dépenses nécessaires pour la construction d’une maison destinée à trois nouvelles religieuses. Les directeurs des entreprises textiles de Roubaix demandent également deux sœurs de Saint-Vincent de Paul afin d’encadrer les jeunes filles travaillant chez eux19. Enfin, des maîtres d’école polonais ayant reçu la mission canonique du recteur Szymbor, conformément à l’article 5 du Réglement des aumôniers polonais de 1924, introduisent le catéchisme dans leurs programmes.

32La frontière est ténue entre les problèmes religieux et ceux de l’enseignement.

La question scolaire

33On peut établir un parallèle entre le thème précédent et celui-ci : même souhait exprimé par les immigrés de faire venir des compatriotes plutôt que de se confier aux cadres du pays, d’accueil, même position subalterne des moniteurs par rapport aux instituteurs français que des aumôniers à l’égard des curés de paroisses, même intervention du patronat comme bailleur de fonds et entrepreneur de bâtiments, mêmes limites de l’œuvre entreprise marquées par le trop petit nombre de maîtres. Pourtant une distinction essentielle provient de l’attitude du gouvernement français en la matière. La quasi-indifférence manifestée par le pouvoir à l’égard de l’encadrement religieux se mue en un front du refus lorsque les revendications polonaises s’opposent à ses concepts fondamentaux. L’école tient une place déterminante dans les préoccupations des milieux laïques qui vouent à l’enseignement primaire une sorte de culte depuis les années 1880. Le problème gagne en complexité par suite de la dualité des institutions scolaires. Les lois Ferry n’ont pas aboli la loi Falloux et à côté de l’école publique subsiste une école libre sur laquelle le gouvernement détient un droit de regard.

Le C.C.H.F., médiateur entre deux camps opposés

  • 20 J. Ponty, « Les problèmes soulevés par la scolarisation des enfants polonais en France après la pre (...)

34La jeune République de Pologne souffre d’un double handicap : un grand retard par rapport aux nations occidentales en ce qui concerne l’alphabétisation, tout au moins dans les zones anciennement autrichienne et russe, et un enseignement prodigué en allemand dans les provinces qui ont subi le joug prussien. Aussi une des premières lois adoptées par Varsovie en 1919 étend-elle partout l’obligation scolaire. Pour les dirigeants et l’opinion publique, il va de soi que chaque enfant, qu’il vive chez lui ou momentanément à l’étranger, doit étudier dans la même langue. Les « Westphaliens », parfois devenus germanophones, sont les plus convaincus de la nécessité d’un retour au polonais à l’école20.

  • 21 Voir Chapitre I, p. 28.

35En émigration, plusieurs précédents semblent prouver que c’est réalisable : celui des États-Unis où les institutions catholiques réservent une place à la langue du pays d’origine de leurs élèves ; celui de la France également, puisque trois institutrices arrivèrent dans le bassin houiller du Nord entre 1910 et 1914 sans que le ministère de l’Instruction publique parût y prêter attention21. En outre, fonctionne à Paris depuis 1842 la célèbre École des Batignolles ouverte aux fils des exilés polonais ; mais ce dernier exemple qu’explique l’estime portée à la « Grande Émigration » du xixe siècle, est destiné à rester exceptionnel.

36La législation en vigueur en France offre peu d’ouvertures. Il faut être français pour diriger un établissement primaire, public ou privé (loi scolaire du 30 octobre 1886, article 4) ; à l’école communale, les programmes sont centrés sur la diffusion des valeurs françaises, langue, littérature, géographie, histoire (loi du 28 mars 1882, article 1). A bien lire les textes, on s’aperçoit cependant que les directeurs et directrices d’écoles privées gardent le libre choix des méthodes et des programmes (1886, article 35) et que des étrangers ont le droit d’y faire cours « moyennant une autorisation donnée par le ministre, après avis du conseil départemental » (1886, article 4).

  • 22 P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italie (...)
  • 23 Wychodźca, 1923, n° 4 ; Rzeczpospolita, 21 novembre 1923.

37Ces possibilités, les immigrés italiens n’en ont guère fait usage. Vers 1900, sur 30 000 jeunes d’âge scolaire parmi eux, seul un millier suivait les cours de cinq à six établissements fondés à Marseille et à Paris, et les autorités consulaires déploraient la désaffection de leurs concitoyens à l’égard de l’italianité22. Avec les Polonais, il en va tout autrement. Ils réclament des enseignants de leur nationalité. Plus encore que pour l’encadrement religieux, l’initiative part de la base. A chaque visite d’un parlementaire de Varsovie dans les corons, les mineurs présentent leurs revendications à ce sujet. Avoir obtenu la signature de la convention d’émigration de 1919 sans y introduire de clause sur l’éducation des enfants constitue pour la France une victoire incontestable. Le côté adverse demande à présent la révision des textes. Le 21 novembre 1923, la commission de l’Instruction publique de la Diète, sollicitée par les associations d’émigrés polonais invite le gouvernement à élaborer un projet détaillé sur l’enseignement qu’il soumettra ensuite aux autorités françaises23. Voilà pourquoi la question scolaire figure à l’ordre du jour de la conférence franco-polonaise réunie à Paris du 25 mars au 17 avril 1924 sous la présidence du ministre polonais du Travail, François Sokal. Il s’agit à la fois d’obtenir la garantie de l’obligation scolaire de six à treize ans pour les enfants polonais : sur ce premier point, la délégation polonaise obtient facilement satisfaction. Et de solliciter l’ouverture de cours de langue maternelle dans les classes fréquentées par ces enfants. Là, les autorités françaises refusent de s’engager car cela ébranlerait le système scolaire républicain issu des lois Ferry. Aussi, pour ne pas heurter de front le partenaire polonais, permettent-elles au C.C.H.F. de s’interposer. Henri de Peyerimhoff, présent aux négociations, adresse à François Sokal une lettre précisant ses intentions et celles des organisations professionnelles qu’il représente :

Monsieur le Président,
A la suite des entretiens que nous avons eu l’honneur d’avoir avec vous et les membres de votre Délégation, et eu égard aux fonctions matérielles et au rôle moral dévolus à la Délégation des employeurs français en Pologne, commune au Comité Central des Houillères de France et à la Confédération Agricole des Régions Dévastées, nous avons satisfaction à vous marquer la communauté de vues qui s’est dégagée de nos conversations au sujet de l’enseignement des enfants polonais en France.
Cette question soulève de légitimes préoccupations, dont nous entendons ne pas nous désintéresser, et à l’apaisement desquelles nous apportons volontiers notre concours.
Nous nous déclarons donc prêts à inviter, de la manière la plus pressante, les employeurs, ressortissants à nos groupements, à inaugurer et à poursuivre la réalisation du programme visant, dans le cadre et dans les délais variables selon les professions, les régions et les moyens, à l’institution de l’enseignement ci-après défini :
a) soit, en ce qui concerne les écoles publiques, en supportant les frais de l’enseignement complémentaire qui pourrait être institué, de la langue, de l’histoire et de la géographie polonaises ;
b) soit, lorsque l’effectif des enfants polonais le justifiera, c’est-à-dire plus généralement dans la grande industrie et, en particulier, à plus brève échéance, dans l’industrie houillère, à raison de l’importance et de la densité de ses effectifs polonais, en ouvrant, au fur et à mesure des besoins, des écoles privées, où sera assuré, sous la surveillance des autorités académiques françaises, et dans le cadre du programme scolaire normal, le même enseignement, complété, s’il y a lieu, pour les jeunes enfants qui n’auraient pas encore de notions suffisantes de la langue française, par l’enseignement d’autres matières en polonais.
Les candidats destinés à assurer la part polonaise de l’enseignement ci-dessus prévu seront présentés par l’Administration polonaise (ministère de l’Instruction Publique et des Cultes) à l’agrément d’une Commission privée d’examen, qui recommandera aux employeurs pour engagement les candidats reconnus par elle pourvus des aptitudes pédagogiques nécessaires.
Nous considérons que la présence dans une exploitation d’un nombre d’enfants polonais d’âge scolaire, supérieur à 65, devra appeler de notre part l’invitation pressante à laquelle il est fait allusion plus haut, tendant à l’engagement par les soins de cette exploitation de personnel enseignant polonais.
Le traitement de ce personnel sera fixé d’après les mêmes règles que pour les instituteurs et institutrices français des mêmes écoles privées.
Veuillez agréer, Monsieur le Président, les assurances de notre haute considération.
 Le Vice-Président,
Signé : Peyerimhoff.

Cet étrange document appelle deux remarques immédiates. Les délégués français acceptent qu’une puissante association privée prenne à sa charge les frais d’un enseignement dans les écoles publiques : curieux contournement des principes ! Henri de Peyerimhoff promet d’« inviter » les employeurs à agir, il n’affirme pas qu’ils le feront ; vue l’extrême dispersion des travailleurs agricoles, l’allusion à la C.A.R.D. n’est qu’une formule de style ; même si les adhérents du Comité central des Houillères ne suivent pas tous la recommandation, les Polonais mineurs se trouvent encore une fois avantagés par rapport aux autres.

38En France, la lettre du vice-président du C.C.H.F. ne paraît évidemment pas au Journal officiel et sera révélée peu à peu au public par des revues comme La Pologne, organe de l’association France-Pologne, puis reproduite par l’abbé Kaczmarek dans son livre publié en 1927. Par contre Varsovie l’insère, traduite en polonais, dans le Recueil des accords polono-français relatifs à l’émigration (Zestawienia tekstów polsko-francuskich umów emigracyjnych) et la considère comme la charte de l’enseignement de la langue polonaise en France. Erreur fondamentale. Paris n’a rien promis.

Les moniteurs et leurs élèves

  • 24 A.D. Pas-de-Calais, M 3231, 18 octobre 1924.

39Lorsque le choix leur est offert, les parents optent pour l’école libre qui accorde une place aux prières et promet un enseignement partiel en polonais dans le cadre de l’horaire normal. Une statistique établit ainsi la fréquentation scolaire dans le Pas-de-Calais en octobre 1924 : 9 588 jeunes Polonais, dont 5 755 dans les établissements des Houillères et 3 833 à l’école laïque, soit respectivement 60 % et 40 %. A Sallaumines, la proportion atteint 65 % et 35 %24.

40A la suite du protocole d’avril 1924, le gouvernement polonais crée à l’ambassade de Paris un service chargé de veiller sur les cours de langue. Le 30 juin 1924, le ministère français de l’Instruction publique transmet aux établissements primaires une circulaire rappelant l’obligation scolaire pour les enfants étrangers et la possibilité d’accueillir des « moniteurs » qui leur apprendraient leur propre langue, le soir après les six heures de classe. Le 21 décembre 1925, une deuxième circulaire précise les deux volets de l’accord passé, en ce qui concerne les écoles communales d’un côté, les établissements libres de l’autre et la distinction est très claire : alors que dans le premier cas,

« l’enseignement d’une langue étrangère pourra être donné après les heures de classe régulières », ... (à) l’école privée on pourra y consacrer la moitié de l’emploi du temps, maximum qui, en aucun cas, ne saurait être dépassé. »

41Il n’existe pas plus d’écoles polonaises en France que de paroisses polonaises. On ne rencontre que des classes polonaises dans des écoles françaises et encore, dans ces classes, l’instituteur responsable est un Français. Le moniteur enseigne sous son autorité, entre une et quinze heures par semaine, le déchargeant d’autant lorsque tous les élèves lui sont confiés, partageant avec lui les effectifs lorsque des enfants du pays fréquentent la même division. On ferait presque mieux de parler de leçons de polonais dans des classes françaises. Historiens et sociologues polonais préfèrent les mots « école » et « instituteur » ; ce faisant, ils occultent un aspect du problème puisqu’ils effacent les liens de dépendance.

42Les décisions prises en 1924 entérinent en partie une situation de fait. En matière d’enseignement, les premières expériences ont été précoces, dès l’installation des travailleurs. Elles n’ont pas eu lieu nécessairement dans les colonies charbonnières, ce qui prouve que, même en l’absence des recommandations de Henri de Peyerimhoff, les intéressés savent parfois obtenir gain de cause. Quelques exemples suffisent à le démontrer.

  • 25 A.D. Moselle, 3 T 78, correspondance préfectorale, 1921-1922.
  • 26 B. Panek, art.cit.
  • 27 M.A.E., Pologne, vol. 282, p. 71.
  • 28 A.D. Nord, M 208/135, 21 mars 1923.

43Au printemps 1921, l’association Sainte-Barbe qui vient de se constituer à Freyming-Merlebach saisit le directeur de l’Instruction publique de la Moselle d’une demande en vue d’obtenir l’autorisation d’organiser des leçons. Le maire de Freyming promet de mettre une partie des bâtiments scolaires à sa disposition, puis change d’avis, ce qui diffère l’ouverture jusqu’à ce qu’un autre local ait été trouvé. En 1922, l’enseignement commence devant soixante élèves dans un restaurant de la ville dont le propriétaire a offert une salle puis, le maire étant revenu sur sa décision, à l’école même. Le moniteur dépend du consul polonais de Strasbourg et reçoit de lui son salaire. Il en est de même à Knutange, centre sidérurgique proche de Thionville, où fonctionne le deuxième cours de polonais du département de la Moselle, ouvert également en 192225. En 1923, la colonie de Rosières (Cher) a déjà sa monitrice. Ici, l’initiative provient de l’employeur qui la rémunère26. En septembre 1923, les ouvriers polonais des usines de Ronchamp (Haute-Saône) demandent et obtiennent un arrêté ministériel leur permettant d’ouvrir un cours de langue pour leurs enfants27. A côté de ces quatre cas pris, le premier dans une société houillère dont la direction n’intervient pas et les trois suivants dans la métallurgie, il faut citer la compagnie des mines d’Ostricourt qui dès 1922, parallèlement à la construction de la chapelle saint Joseph, aménage des locaux pour accueillir les enfants de son personnel polonais et fait appel à deux moniteurs28. En tous les domaines, la compagnie d’Ostricourt précède les autres et apporte une contribution supérieure en vue de s’attacher la main-d’œuvre immigrée par une reconstitution de son cadre de vie.

44Fin 1922, l’on compte déjà une vingtaine de moniteurs dans toute la France. L’enseignement se met en place plus vite que l’encadrement religieux. Les moniteurs précèdent les aumôniers pour une raison facile à comprendre. Personne n’a le pouvoir de déclarer prêtre qui ne l’est pas, mais chacun se croit autorisé à consacrer enseignant un peu n’importe qui, sans critères pédagogiques et sans exiger de titres universitaires. Parce qu’elle manque de cadres, la Pologne en envoie peu à l’étranger et garde pour elle les meilleurs. Aussi les consuls et les chefs d’entreprises s’arrogent-ils le droit d’installer dans la fonction des employés de bureaux, des comptables, parfois des ouvriers. Certains font preuve de compétences ; d’autres pas. Pour les familles, pourvues en moyenne d’un bagage scolaire assez léger, le degré de connaissance des moniteurs importe moins que leur présence même.

  • 29 E. Wloszczewski, « La question des ouvriers polonais en France ». Les Amis de la Pologne, 1924, n°  (...)

45Dressons le bilan de la situation en 1924. Le secteur géographique le plus favorisé de tous est celui de Saint-Étienne et de Beaulieu où chaque colonie polonaise comptant 100 enfants d’âge scolaire possède ses classes spéciales et son moniteur. Dans le bassin voisin de Montceau-les-Mines, huit élèves sur dix peuvent suivre les leçons29.

  • 30 A.D. Nord, M 208/135, 17 octobre et 13 décembre 1924.

46La proportion est beaucoup plus faible dans la région du Nord. Le Pas-de-Calais totalise 27 moniteurs et monitrices (4 dans les écoles communales et 23 dans celles des Houillères), soit un enseignant pour 210 enfants en moyenne. La répartition très inégale laisse de nombreux élèves à l’abandon, même dans l’enseignement privé. Notons le décalage entre le nombre d’écoles des Houillères et le nombre de moniteurs polonais. La compagnie des mines de Courrières entretient six établissements scolaires : deux à Sallaumines, deux à Billy-Montigny et deux à Harnes, tous fréquentés par des enfants polonais, un millier au total. Or elle ne salarie qu’une seule monitrice affectée à l’école des filles de Sallaumines. La jeune femme s’occupe de 381 fillettes, partageant son temps entre six classes à raison d’une heure par jour chacune. Personne n’encadre les 167 garçons inscrits à l’autre école de la compagnie en la même localité. Personne n’a été prévu non plus, ni pour Billy-Montigny, ni pour Harnes ; ni pour Fouquières-les-Lens ou Noyelles-sous-Lens où tous les petits Polonais vont par nécessité à « la laïque » (24). Le département du Nord est encore plus défavorisé. En l’absence de tout enseignant recruté par la compagnie d’Anzin qui espère assimiler sa main-d’œuvre étrangère et cherche à développer uniquement les cours de français dans les corons, il serait encore plus important que, sur ce périmètre, les écoles communales prennent la relève ; ce n’est pas le cas. Dans le Douaisis, une institutrice envoyée par Varsovie donne des leçons à la cité Notre-Dame de Waziers qui dépend de la compagnie d’Aniche et un homme exerce à l’école privée mixte de Monchecourt. Deux autres enseignent à Ostricourt. Le taux d’encadrement moyen n’atteint qu’un moniteur pour 785 élèves30.

  • 31 A.D. M.-et-M., 4 M 137, 21 mars 1924.

47En Lorraine orientale, la situation a plutôt empiré en deux ans car des classes se sont fermées, celle de Knutange par exemple, tandis que la population immigrée a augmenté. On donne juste à Merlebach et à Creutzwald une leçon de polonais de temps en temps, à la place de celles d’allemand, toujours incluses dans les programmes. En Meurthe-et-Moselle, fonctionnent trois cours de langue, l’un à Pont-à-Mousson, deux dans la région de Briey ; un quatrième devrait s’ouvrir à l’école communale d’Herserange, puisque le préfet vient d’accorder un avis favorable au projet de la direction des usines de Mont-Saint-Martin31.

  • 32 A.A.N., K.M. 311, 7 mai 1924.

48Quant aux colonies du Tarn, si la compagnie de Carmaux oppose un refus systématique, celle d’Albi-Cagnac, indifférente, veut se décharger de la tâche sur le consul polonais de Marseille ; par hasard, une des institutrices de l’école communale de Cagnac connait le polonais et donne quelques leçons. Dans l’Aveyron (Aubin, Cransac, Decazeville), il n’existe aucune école libre qui organise le moindre enseignement ni aucune heure de polonais dans les écoles publiques. Finalement, la seule compagnie minière du midi qui ait pris une initiative favorable est celle de La Grand-Combe (Gard) ; elle a offert un local en 1921 et paye une monitrice depuis 1922 pour les 40 à 50 enfants de ses mineurs polonais de Saint-Jean-de-Valériscle32.

  • 33 Statistique établie par l’Institut scientifique de recherches sur l’émigration. Kwartalnik Instytut (...)

49Au total, sur 28 500 jeunes d’âge scolaire, 3 000 seulement étudient le polonais, soit à peine plus de 10 %33. Et bien peu ont droit à un volume horaire suffisant pour progresser. Partout, moniteurs et monitrices manquent de manuels, de cartes de géographie. Leurs prestations se résument souvent en un apprentissage de l’écriture et l’étude orale d’un peu de grammaire.

50Après la conclusion du protocole d’avril 1924, un grand vent d’espoir se lève. Les moniteurs décident de se regrouper et fondent une Union des Enseignants polonais en France pour défendre leurs intérêts et ceux de leurs élèves. Le 5 août 1924, en présence du consul général Lasocki et du recteur Szymbor, se tient à Paris leur premier congrès dans les locaux de l’école des Batignolles désaffectée et transformée en cité universitaire pour étudiants venus de Pologne. Ils adressent une motion au gouvernement de Varsovie, l’invitant :

« à mettre en vigueur l’accord relatif aux écoles polonaises en France, signé en avril dernier »

  • 34 Les Amis de la Pologne, 1924, n° 10, p. 155 ; 1925, n° 6, p. 88.
  • 35 D’après les archives de la Chancellerie du Primat de Pologne. Lettres de l’abbé Adamski, 8 juin 192 (...)

et consacrent une partie de leurs travaux à étudier le choix des manuels scolaires ainsi que les moyens de s’en procurer. La librairie Gebethner et Wolffleur offre 13 000 exemplaires de livres de lecture, ce qui lui vaut les remerciements du ministre de l’Instruction publique et des Cultes34. Le recteur Szymbor participe à ce congrès parce que l’Église de Pologne souhaite soumettre au contrôle du chef de la Mission catholique l’ensemble des moniteurs polonais. Henri de Peyerimhoff à qui les autorités religieuses ont confié leur projet en 1923 a estimé la question délicate étant donné les habitudes françaises, mais il ne s’y est pas opposé35.

  • 36 A.A.N., K.M. 370, 24juin 1924.

51L’enseignement en langue polonaise progresse de 1924 à 1926 sans parvenir, loin de là, à satisfaire tout le monde. Faut-il s’en étonner ? Les compagnies minières qui n’avaient pas attendu les pourparlers de Paris pour « inaugurer » la politique souhaitée, estiment trop onéreux de « poursuivre la réalisation du programme » jusqu’à donner un maître à chaque groupe de 65 élèves. D’autres s’obstinent toujours dans leur refus – encore que Anzin ait cédé. La compagnie d’Aubin fait et refait ses calculs jusqu’à prouver que la population scolaire polonaise ne s’élève qu’à 64 enfants sur son territoire, et non pas à 68 comme il avait été précédemment indiqué36.

  • 37 Szkola Polska na Emigracji (L’École polonaise en émigration), 1926 ; cité par Ilustrowany Kurier Co (...)

52Une statistique détaillée établie par les soins de l’Union des Enseignants polonais en France montre qu’en 1926 28 % des enfants d’âge scolaire (9 715 sur 34 460) profitent de leurs cours. Les chiffres fournis ont été recueillis par les moniteurs ; peut-être les ont-ils aggravés afin de justifier leurs revendications. L’Institut de recherches sur l’émigration, plus généreux, fait état de 11 600 élèves à la même date, ce qui porte la proportion à 33 %. Le Pas-de-Calais et le Nord n’atteignent pas la moyenne nationale avec 6 630 bénéficiaires sur 24 890 jeunes de six à treize ans (soit 26 %). On ne compte encore que 88 moniteurs et monitrices en tout le pays, dont 41 dans le Pas-de-Calais et 10 dans le Nord. L’Union des Enseignants fixe à 271, dont 195 pour le nord de la France, le total nécessaire pour permettre un encadrement valable. Ces données indiquent l’ampleur des exigences37.

  • 38 A.A.N., K M. 313, 1er mai 1926.

53La commission privée d’examen prévue dans la lettre de Henri de Peyerimhoff, qui devait donner son agrément pour chaque candidat à la fonction de moniteur, ne se met en place que très lentement. En 1926, certains employeurs choisissent encore les maîtres eux-mêmes et, comme avant le protocole de 1924, un tiers des moniteurs n’a aucune qualification. Par contre, il arrive que des instituteurs d’État, donc des fonctionnaires titulaires, viennent exercer en France ; ils se retrouvent sous les ordres d’un maître français, exactement comme les autres ; c’est le cas à Rochessadoule dans le Gard38.

  • 39 A.D. Nord, M 208/135 : enquête de l’inspection primaire dans les écoles de la cité Notre-Dame à Waz (...)

54La rotation des moniteurs s’effectue de façon très rapide. Les uns se plaignent d’être mal payés, d’autres déplorent les conditions matérielles (local sans électricité, etc.) dans lesquelles ils exercent. Certains ne s’entendent pas avec l’instituteur français qui, sous prétexte d’assurer la discipline, reste dans la classe pendant leur cours39. Même à Saint-Jean-de-Valériscle où la direction des mines de La Grand-Combe fait preuve de beaucoup de bonne volonté, l’enseignant change à chaque rentrée scolaire ; en 1926, on en est déjà au quatrième. Ces mutations incessantes ne contribuent pas à renforcer le niveau des élèves.

55Parce que la négociation de 1924 a révélé aux Français les aspirations des Polonais, parce que la situation ne s’améliore pas assez vite au gré de ceux-ci, enfin parce que la Chambre des Députés prépare une nouvelle loi tendant à faciliter les naturalisations, les positions sur la question scolaire se durcissent de part et d’autre et s’expriment avec plus d’âpreté.

  • 40 M. Paon, op.cit., p. 149.

56Si l’on excepte les deux associations France-Pologne et Les Amis de la Pologne, ainsi que le groupe parlementaire de Louis Marin, la très grande majorité des Français s’inquiète, juge scandaleuse, voire même dangereuse la possibilité laissée par la loi de 1886 car elle ouvre la voie à la « constitution de groupements allogènes ou de minorités ethniques »40. On suspecte les moniteurs d’agir comme agents de renseignements au service des consuls polonais. Pourtant, l’administration qui les surveille et note souvent leur « zèle excessif dans la défense du polonisme » ne l’a jamais confirmé.

  • 41 A.D. Nord, M 208/135, 12 novembre 1926.
  • 42 B. Panek, art.cit.

57Les enfants ne suivent pas toujours les cours de langue, lorsqu’ils existent. Rien ne prouve que ce soit par manque d’intérêt, comme le pensent les inspecteurs de l’enseignement primaire qui notent l’absentéisme avec une certaine satisfaction41. Dans les écoles communales, ces leçons s’ajoutent à l’horaire normal ; les élèves fatigués ne retiennent pas grand’chose et l’hiver, doivent rentrer tard chez eux, la nuit tombée. Les parents attendent alors, contre tout espoir, que le gouvernement français revienne sur sa décision et aligne le régime des établissements publics sur celui des écoles privées. D’autre part, il est des familles qui jugent le niveau des cours trop faible et ceux qui les donnent, mal sélectionnés ; à Rosières en 1926, sur 48 Polonais inscrits à l’école libre, seuls 28 se rendent chez la monitrice pour cette raison42. Les ouvriers s’efforcent dans ce cas de communiquer eux-mêmes à leurs fils le peu qu’ils savent, les obligeant le soir à lire à haute voix quelque livre ou quelque journal polonais.

***

58Les Polonais ne refusent pas l’école française comme base de formation. On note tout au plus des retards à l’inscription. Des enfants entrent au cours préparatoire à sept ans au lieu de six, parce qu’en Pologne c’est à cet âge que débute la scolarité. Des mères gardent leur fille aînée auprès d’elles le plus longtemps possible pour les aider dans les tâches domestiques. Ceux qui arrivent en France entre huit et douze ans, mal à l’aise dans la section des petits, abandonnent parfois. Mais dans l’ensemble, les Polonais envoient leurs enfants en classe et cela se comprend. Joue le sens de la discipline, fort répandu parmi eux : c’est la règle, on s’y soumet. S’ajoute la satisfaction de penser que l’analphabétisme épargnera la jeune génération ; ne pas savoir lire dans l’entre-deux-guerres est ressenti comme une gêne tant sont nombreuses les circulaires, les informations affichées sur les murs de l’entreprise, les tracts distribués par les syndicats. Enfin vient le fait qu’il est nécessaire de passer par l’école française pour bénéficier des cours de langue maternelle.

59Les élèves polonais, habitués chez eux à l’effort, sont assidus et progressent rapidement ; tous les maîtres d’école le notent. En cas de scolarisation à six ans, ils rattrapent en un an les petits Français sur le plan linguistique et franchissent les classes comme eux. Seuls, ceux arrivés en France à huit ans et plus, resteront en retard. L’école française en trente heures par semaine – parfois moins –, même sans être épaulée par les familles, atteint donc bien son but.

La vie associative

60La loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août suivant qui régissent les associations permettent aux étrangers de créer leurs propres groupements et les laissent les gérer librement. Ici, point de subordination à un quelconque citoyen français leur servant de tuteur. L’équivalent du curé de paroisse pour l’aumônier, de l’instituteur et du directeur d’école pour le moniteur n’existe pas. Évidemment, les associations d’immigrés n’échappent pas à la surveillance discrète des services de la Sûreté générale, lesquels redoutent toujours que sous un titre anodin se cache une formation politique. Pourtant, toute liberté est laissée au cours des réunions de s’exprimer dans la langue de son choix et les anciens mineurs de la Ruhr apprécient la différence entre ce qui, ici, devient licite et le sort réservé en Allemagne jusqu’en 1918 à des organisations du même ordre.

61L’acquis « westphalien » est primordial, car les ouvriers de la Ruhr apportent en France le fruit de leurs expérience.

L’héritage westphalien

  • 43 Nous renvoyons aux deux ouvrages de K. Murzynowska et C. Klessmann : voir Chapitre I, p. 24, note ( (...)

62Le droit de réunion existait dans le Reich, non sans brimades de toutes sortes. Et telle une peau de chagrin, il se réduisait de plus en plus avec les années43.

63Les associations polonaises de la Ruhr étaient essentiellement des formations catholiques dont les buts, inscrits dans les statuts, extrêmement diversifiés, allaient du soutien moral de leurs membres aux divertissements en commun en passant par la formation professionnelle, la protection des chômeurs et l’aide sociale aux familles ou aux vieux travailleurs. En fait, elles se spécialisaient, chacune n’exploitant qu’une partie de son programme et si nombre d’entre elles organisaient des distractions, plus rares étaient celles qui abordaient prioritairement les problèmes sociaux.

  • 44 « Jeszcze Polska nie zginȩƚa póki my zyjemy ». Le « Mazurek Dąbrowskiego » composé en 1796 pendant (...)
  • 45 Wiarus Polski, 26juin 1910.

64Un classement par type d’activité fait ressortir l’importance du chant choral. Vieilles berceuses, airs de Noël traditionnels, hymne national qui date de la fin du xviiie siècle et répète que « la Pologne ne mourra pas tant que nous vivrons »44, autres mélodies de l’époque héroïque de Kościuszko occupaient une bonne partie du répertoire. Les journaux insistaient sur l’importance de sauver de l’oubli le patrimoine musical populaire qui « nous protège contre la dénationalisation »45.

65Les Sokols venaient en second, entravés dans leur développement par la police allemande qui croyait découvrir des visées politiques cachées derrière la pratique du sport. Ils ne pouvaient recruter que des adultes et pour échapper aux contrôles, certaines réunions des dirigeants se tenaient de l’autre côté de la frontière, aux Pays-Bas.

66D’une façon générale, toutes les tentatives pour encadrer la jeunesse polonaise échouèrent. La notion d’association politique était suffisamment vague pour donner à la police le moyen d’exclure les adolescents de n’importe quelle formation et empêcher qu’il s’en constitue de spéciales, destinées à eux seuls.

67Pour des raisons différentes, les associations de femmes n’eurent pas beaucoup plus d’importance. Les épouses de mineurs se regroupaient volontiers lorsqu’un prêtre les y conviait. Mais s’il était allemand, comment appliquer les statuts invitant à renforcer leur conscience de mères polonaises chargées d’éduquer leurs enfants dans l’esprit national ?

68Deux statistiques établies, l’une en 1910 pour la province de Westphalie, l’autre en 1912 pour la région charbonnière de la Ruhr font état, la première de 467 associations polonaises avec au total 49 399 membres, la seconde de 274 associations avec 32 000 adhérents. Est-ce beaucoup ?

69On retrouve fréquemment les mêmes personnes dans plusieurs sociétés. Tel ouvrier en présidait une, exerçait la fonction de trésorier ou de secrétaire dans une deuxième, s’inscrivait en outre à une troisième. Et parmi ceux qui payaient leur cotisation, combien participaient vraiment aux activités ? Le nombre total d’adhérents perd donc une partie de sa valeur. Mais, phénomènes inhérents à la vie associative quel que soit le peuple ou le pays concerné, le cumul et l’absentéisme ne constituent pas un critère valable qui déprécierait les seuls groupements polonais de Westphalie.

70Comparons plutôt avec les habitudes allemandes. A Dortmund en 1899, pour 130 000 âmes, on relevait 800 associations proposant dans l’année plus de 4 000 distractions de toutes sortes : même aspect ludique prioritaire, sociétés encore plus nombreuses par rapport à la population. Les Polonais en créant les leurs n’auraient fait qu’imiter les Allemands, conclut Christoph Klessmann. Ce n’est pas certain. Les associations germaniques ne leur étaient pas interdites. Le fait d’ouvrir des sociétés au lieu de se joindre aux gens du pays pour l’organisation des loisirs prouve de leur part, non seulement une volonté de se distancer, mais une capacité à gérer ces fondations en dépit des entraves apportées à leur fonctionnement. En l’absence de paroisses et d’écoles polonaises, les associations devenaient le principal refuge contre la politique de germanisation, le siège même de la résistance. Une société était donc porteuse d’une signification toute autre, selon qu’elle regroupait des Allemands et des allogènes ou bien des Polonais seuls. Et ceci ne peut évidemment pas se traduire en chiffres.

71Loin de représenter un danger pour l’État allemand – les formations proprement politiques restant très minoritaires –, les sociétés polonaises de Westphalie et de Rhénanie ont apporté une réelle aide morale aux travailleurs venus des provinces de l’Est. Il paraît naturel qu’en franchissant la frontière française, ils souhaitent en prolonger l’existence.

Un nouvel état d’esprit

72D’un pays à l’autre, l’atmosphère change. Structures de défense d’une minorité opprimée, les associations polonaises de la Ruhr s’opposaient, par leur existence même, aux volontés de Berlin. Structures d’accueil d’une nationalité étrangère, leurs héritières cherchent en France à témoigner leur attachement aux idéaux polonais sans entrer en conflit avec un régime politique qui ne tente pas de les brimer. C’est en ce domaine, sans conteste, que l’administration française fait preuve de la plus grande libéralité à l’égard des immigrés. Les formes de la sociabilité restent donc les mêmes, dans des cadres identiques. C’est l’état d’esprit qui évolue.

73L’origine de ces associations mérite examen. Une tentative de classement permet de distinguer quatre à cinq groupes de géniteurs : les immigrés eux-mêmes, des organismes centralisés sur le plan national ou international qui ouvrent des filiales, les consuls polonais en France, la Mission catholique polonaise et plus indirectement le patronat français. Dans le premier cas seulement l’initiative part de la base, dans tous les autres du sommet. On assiste parfois à la rencontre de plusieurs fondateurs, donc à des œuvres croisées ou à des tentatives de récupération.

  • 46 A.D. Moselle, 304 M 92 et 304 M 101.

74Les mineurs « westphaliens », soucieux de conserver entre eux le contact, s’empressent à leur arrivée de créer sur le lieu d’embauche une association catholique au but assez général, à l’exemple de celles de la Ruhr. Comment expliquer autrement qu’une société Sainte-Barbe à Freyming-Merlebach ait déposé ses statuts le 9 septembre 1920 et compté aussitôt 60 membres46, alors qu’à cette date Sarre et Moselle n’emploie qu’une centaine d’ouvriers polonais ?

75Les « Westphaliens » constituent le bureau et ils ouvrent leur formation à « tout citoyen polonais de religion catholique » ou à « tout Polonais d’une honorabilité irréprochable », selon les formules employées dans les différents statuts. Aux réunions se côtoient les « Westphaliens » et les autres. Et cela ne va pas sans heurts. Il arrive que, par refus de subir l’ascendant de ceux qu’ils nomment les « Boches », des ouvriers venus directement de Pologne, après avoir appris d’eux le mode d’emploi, fondent une société rivale qui, sous un autre titre, se livre approximativement aux mêmes activités.

  • 47 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 10 janvier 1924.

76Les petites organisations, propriété des ouvriers, pratiquent surtout le chant choral, la musique instrumentale, l’art dramatique, soit des distractions qui se suffisent à elles-mêmes. Faciles à créer, n’entraînant que peu de frais puisque les répétitions se déroulent au domicile d’un des membres, elles apparaissent les premières, entre 1920 et 1923. Preuve de leur indépendance à l’origine, elles portent chacune un nom distinct, parfois très imagé. Ainsi dans le bassin de Béthune, la société de musique Dobry Gƚos (La bonne Voix) à Sallaumines, la société de chant Sainte-Cécile à Calonne-Ricouart, à Nœux-les-Mines le cercle musical Chopin pour les études instrumentales et le cercle choral Wanda spécialisé dans les chants populaires et religieux47.

  • 48 A.D. Pas-de-Calais, M 3229, 22 septembre 1925. Ce Conseil échoue dans son ambition de tout coiffer  (...)

77Indépendance d’origine ne signifie pas indépendance définitive. Très rapidement surgissent des organes de coordination, notamment dans les colonies du Pas-de-Calais. Le Comité des sociétés polonaises de Sallaumines, fondé en 1923, coiffe huit groupements dont Dobry Gtos. Le Comité des sociétés polonaises des mines de Marles encadre quinze associations. De même à Bruay, à Houdain, à Nœux-les-Mines. Presque chaque fois, le président du Comité dirige en outre la section locale du Sokol. En avril 1925, naît à Lens un Conseil général des unions et sociétés polonaises en France dont le secrétaire général est également un responsable du Sokol 48. Nous voyons là une tentative de récupération de la part de celui-ci.

  • 49 Voir Chapitre I, p. 28.

78Le Sokol (en polonais Sokót qui signifie le Faucon) constitue le meilleur exemple de mouvement centralisé et hiérarchisé de dimension internationale. Né au xixe siècle sous le régime des puissances copartageantes, il s’introduisit à Paris en 1901 dans les milieux d’exilés politiques, puis en 1911 chez les mineurs du Nord49. Reconstitué aux lendemains de la guerre sur de nouvelles bases mais avec les mêmes buts – développer les forces physiques de ses membres par la pratique du sport –, il dépose ses statuts à Varsovie en novembre 1920 et les fait traduire dans les langues des Etats où vivent des émigrés polonais. Le texte agréé par la préfecture de police de la Seine en 1921 ressemble à s’y méprendre à celui de Pologne, des États-Unis, du Canada, de l’Argentine ou du Brésil. Il répond aux exigences du ministère polonais de l’Intérieur bien davantage qu’à celles des régions d’accueil.

  • 50 A.N., F7 13469 et A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501 : effectifs au 31 décembre 1925, communiqués par l’Un (...)

79Une Union des sociétés de gymnastique « Sokol », sise en Pologne, couronne le tout. Des associations subordonnées à l’Union sont créées, à raison d’une par pays. Le Sokol-France, qui a son siège à Lens, englobe également la Belgique. Il se divise en districts géographiques mis en place progressivement à dater de 1922 et compte, trois ans plus tard, 112 sections et 3 400 adhérents – 108 sections et 3 300 adhérents sans la Belgique. On le trouve dans le Pas-de-Calais, le Nord, la Moselle et la Loire, les quatre principaux centres de l’immigration ouvrière polonaise. Le Pas-de-Calais a quatre districts, le Nord, deux. L’organisation ne néglige pas les colonies dispersées mais les rattache à l’une des formations existantes ; en 1924, fonctionne une section du Sokol au Gua (Aveyron), une autre à Cagnac (Tarn) qui dépendent du district de Saint-Étienne50.

80Les sections comptent 30 adhérents en moyenne. Succès légèrement moindre qu’en Allemagne rhénane où, en 1914, 152 sections totalisaient 6 000 membres, près de 40 chacune pour une population polonaise d’une grandeur comparable. Dans la Ruhr, le mouvement avait déjà quinze ans d’existence et ici, quatre seulement. Mais pourquoi attendre pour y entrer ? Les immigrés d’origine rurale, peu habitués à la vie associative et à la pratique des sports, hésitent davantage que les « Westphaliens » qui, nombreux en France, ne sont tout de même pas majoritaires.

  • 51 A.D. M.-et-M., 4 M 137, 24 janvier et 1er août 1924 ; A.N., F7 13469, 31 juillet et 8 octobre 1926.

81Là où les « Westphaliens » prennent l’initiative comme dans le Pas-de-Calais et le Nord, les consuls polonais ne s’interposent pas trop. Dans les mines du sud du Massif central, le consul de Marseille intervient davantage. De tous, Jan Dereziński consul de Strasbourg déploie l’activité la plus visible, en particulier en Lorraine sidérurgique où ses compatriotes encore peu nombreux viennent rarement de la Ruhr. A l’en croire, il serait le principal maître d’œuvre ; en 1924, naissent à Pont-à-Mousson, à Foug et à Lunéville trois sociétés Oświata (L’Instruction) qui se donnent pour objectif de « cultiver l’esprit polonais et de protéger les intérêts nationaux » des Polonais catholiques : le consul en revendique la paternité. Dereziński unit toutes les formations existantes en une Fédération des associations polonaises de l’est de la France qui couvre les huit départements de sa circonscription et dont le siège se trouve successivement à Freyming puis à Metz. Il conçoit la vie associative comme un moyen d’enrayer la propagation des idées communistes et finit par irriter les immigrés qui lui reprochent de s’immiscer dans leurs affaires et de manifester trop d’autoritarisme. Une campagne acharnée contre lui aboutit à son rappel à Varsovie en 192651.

82Les consuls agissent d’eux-mêmes, sans directives globales venues d’en haut. Nous en avons la preuve dans les variations d’attitude des représentants diplomatiques d’une région à l’autre, dans le silence du conseiller d’émigration (si le gouvernement polonais avait pris en mains la vie associative à l’étranger entre 1920 et 1926, c’est lui qui serait chargé de coordonner l’action consulaire) et dans le rappel de Jan Dereziński.

83L’archevêque-Primat, Mgr Dalbor, souhaite voir la Mission catholique coiffer l’ensemble de la vie associative ; l’idéal serait de regrouper aumôniers, enseignants et sociétés culturelles dans la même main. En 1925, sous le patronage du recteur Szymbor, une Union des sociétés catholiques polonaises en France se met en place, réplique de l’Union centrale des sociétés polonaises de la Ruhr. Elle encadre les associations Sainte-Barbe, Saint-Casimir, Saint-Stanislas, les Confréries du Rosaire, les Conférences de Saint-Vincent de Paul et les cercles de jeunes. Par contre, les Sokols n’adhèrent pas à l’Union et le nombre de sociétés culturelles, manifestement d’éthique chrétienne mais soucieuses de maintenir leurs distances, va croissant.

  • 52 R. Dzwonkowski, Przemiany..., art.cit., p. 37-40.

84La renaissance d’un État-Nation a rendu à l’Église sa juste place, aux yeux de certains immigrés. Les historiens et sociologues polonais, à l’heure actuelle, ne le perçoivent pas toujours : communistes, ils pensent déceler un recul du sentiment religieux ; chrétiens, ils insistent trop sur le caractère catholique de la sociabilité52.

  • 53 J. Kogej, op.cit, p. 89 ; A.A.N., M.S.Z. 11062 ; A.D. Nord, M 208/135, 2 mars 1923 ; Le Patriote mu (...)

85Les employeurs français se signalent moins comme fondateurs que comme mécènes. Il y a évidemment des réfractaires. La compagnie des mines de Carmaux, décidément hostile aux initiatives de la colonie polonaise, renvoie les travailleurs trop « actifs » ; si bien qu’en 1926, on ne trouve plus personne à Carmaux pour s’occuper de la section du Sokol (38). L’inverse est plus fréquent. La Société Sarre et Moselle subventionne la plupart des associations étrangères. La compagnie d’Ostricourt, celle de Dourges mettent à leur disposition des locaux de réunions et règlent les frais de fonctionnement. Lors de la remise d’un drapeau à une société, on voit parfois sur la tribune d’honneur, à côté du consul polonais, le directeur de l’entreprise qui emploie les immigrés. Le préfet du Nord recommande aux compagnies houillères de faire preuve de discrétion afin que les organisations polonaises « n’apparaissent pas aux yeux du public comme une émanation des employeurs »53. Le patronat n’apporte évidemment pas un soutien désintéressé, mais les groupements n’hésitent pas à accepter son aide en cas de difficultés de trésorerie, notamment lors de la préparation des fêtes.

  • 54 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 11 mai 1925.

86La pratique festive joue un grand rôle dans la vie des associations. Toutes y participent et se regroupent pour défiler avec bannières et drapeaux, hommes, femmes et enfants en costumes régionaux marchant vers l’église pour la messe, puis avançant dans les rues de la localité, musique en tête ; la journée peut se prolonger par une représentation théâtrale ou sportive. Les exemples en sont nombreux, longuement décrits dans les journaux. C’est ici que le comité local des sociétés polonaises trouve sa raison d’être. Sa caisse, alimentée par des sommes prélevées sur les cotisations de chaque association de la commune, permet de régler une partie des dépenses. Il prépare les itinéraires, les fait agréer par la municipalité, négocie l’autorisation de déployer les bannières dans la rue, fixe la composition du cortège. C’est encore lui qui préside à la célébration du 3 mai (fête nationale polonaise), lui qui parfois gère une petite bibliothèque lorsqu’aucune association n’en a créé elle-même. Il prend donc en charge tous les Polonais de la colonie, adhérents ou non54. Plus que le foisonnement de sociétés, plus que la comptabilisation du nombre total de membres, l’existence de réjouissances collectives montre le succès obtenu par la vie associative.

  • 55 Voir Chapitre V, récit n° 1, p. 114-115.
  • 56 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 11 septembre 1926.

87Effectivement, et comme dans la Ruhr, certains Polonais s’inscrivent à tout ce qui existe55. La naissance d’associations plus diversifiées en France qu’en Westphalie accroît la tendance au cumul. Dans le Pas-de-Calais en 1926, le chiffre de 25 000 adhérents ne prouve nullement la participation d’un immigré sur quatre ou d’un adulte sur deux56.

  • 57 A.D. Moselle, 304 M 92.
  • 58 A.D. Nord, M 208/135 ; C. Kaczmarek, op.cit., p. 439.

88Sauf les cas rarissimes où des statuts restrictifs leur en barrent l’accès, les Polonais peuvent entrer dans une association française ; ils n’en profitent guère. En Moselle orientale, les Allemands et les Sarrois se mêlent volontiers aux Lorrains ; pas les Polonais57. La réciproque n’est pas vraie : les autochtones, même s’ils le désiraient, n’auraient pas le droit de jouer dans un orchestre ou dans un club de football, fondés par les Polonais pour eux seuls. La pratique du football, où les Polonais vont s’illustrer, apparaît très tôt, dès 1923 dans le Nord, à Wallers, Vieux-Condé et Onnaing. En 1926, 30 clubs de football comptent 700 joueurs sur l’ensemble du territoire français58. Le critère de citoyenneté est toujours impérativement prescrit dans les statuts, souvent même il est inscrit dans le titre de l’association. La fanfare polonaise prend place au milieu des défilés du 14 juillet et du 11 novembre ; c’est à peu près tout. Les deux nationalités pratiquent leurs distractions parallèlement et séparément. De cette ségrégation ludique, vécue au sein des Babels ouvrières comme une évidence, tous portent leur part de responsabilité, mais les Polonais encore plus que les Français.

89Le nouvel état d’esprit qui anime la vie associative polonaise peut se résumer en trois points essentiels : l’Église a perdu une partie de son emprise sur la sociabilité organisée ; les activités sont plus variées (clubs de jeunes, sociétés de secours mutuels, etc.) ; la guerre froide avec les autorités administratives allemandes a fait place, en France, à la paix et les formations ont tout loisir de se développer. Mais les structures mentales, plus fortes que la loi, maintiennent chacun chez soi.

***

90Relativisons les données antérieures en nous livrant à une double confrontation, avec les pratiques des autres étrangers en France et avec celles des Français. Les Polonais montrent-ils une propension supérieure à se regrouper ?

  • 59 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 17 septembre 1926. Le préfet du département avait déjà écrit, le 6 mar (...)
  • 60 A.D. M.-et-M., 10 M 34, 2 août 1924.

91Dans le Pas-de-Calais en 1926, alors qu’existent déjà plus de 400 associations polonaises, on ne trouve encore aucune formation tchécoslovaque ou hongroise59. Ici, leur comportement tranche nettement. En Lorraine sidérurgique, les Italiens font preuve de dynamisme, ils ne refusent pas d’entrer dans les groupes français mais, à partir d’un certain degré de concentration démographique, ils créent les leurs, soit qu’il n’y ait pas d’orchestre lorrain sur place, soit qu’ils éprouvent le besoin de se retrouver. Leurs sociétés s’ajoutent à celles du pays, sans les doubler systématiquement. Elles sont d’ailleurs moins nombreuses que chez les ouvriers polonais qui, à peine arrivés, ouvrent une association catholique à Homécourt et une autre à Mont-Saint-Martin60.

  • 61 P. Gerbod, « L’institution orphéonique en France du xixe au xxe siècle ». Ethnologie française, 198 (...)

92Des études récentes consacrées à la culture populaire ont mis l’accent sur le goût des Français pour la vie associative. On a recensé 10 000 sociétés chorales et instrumentales à l’aube du xxe siècle, en majorité localisées dans le Nord et le Nord-Est, précisément les régions appelées à accueillir le plus de Polonais. Regroupées en Fédérations régionales, elles organisent entre elles des concours pendant lesquels les participants défilent dans les rues ornées de lampions et d’arcs de triomphe, aux acclamations de la foule. Encouragés, aidés au besoin par les entreprises industrielles, les orphéons s’essoufflent après 1919, concurrencés par les formations sportives qui attirent plus les jeunes61. Nous retrouvons ici trois caractères que l’on aurait tort de croire spécifiquement polonais : le soutien financier des employeurs, la hiérarchisation a posteriori de sociétés locales et l’aspect festif.

  • 62 C. Dubar, G. Gayot, J. Hedoux, « Sociabilité minière et changement social à Sallaumines et à Noyell (...)

93Une équipe de sociologues et d’historiens lillois a émis l’hypothèse d’un clivage social dans les communes minières du Pas-de-Calais. Seuls les ouvriers qualifiés participeraient à la vie associative, les manœuvres consacrant tout leur temps libre à cultiver jardin et champs dont l’apport leur est indispensable pour vivre62. Ce n’est pas le cas chez les Polonais, même si les mineurs « westphaliens » se montrent plus actifs que les autres. Évidemment, les immigrés ne possèdent pas de champs, et l’entretien de l’unique jardinet derrière la maison des Houillères ne dévore pas tous leurs loisirs. Mais l’argument économique ne suffit pas. Avec le repos dominical et la journée de huit heures, celui qui veut dégager une tranche horaire hebdomadaire peut le faire. C’est une question de choix.

94Il existe manifestement une tendance nord-européenne qui déborde les frontières, de la Ruhr aux Flandres. En Pologne aussi, surgissent après 1918 des chorales, des groupes théâtraux ou sportifs dont on explique en général le succès par la frustration ressentie au xixe siècle et l’arrivée au grand jour d’associations clandestines. Or en Allemagne rhénane et en France du Nord, un contexte politique différent aboutit à un résultat comparable.

95Les formes particulières de sociabilité nord-européenne seraient-elles une réaction de classes populaires récemment urbanisées, en pays de climat froid ?

Les journaux

  • 63 A. Paczkowski, Prasa i spoleczność polska we Francji w latach 1920-1940 (La presse et la société po (...)

96Trente-sept titres font leur apparition entre 1920 et 1926. Un historien de Varsovie, Andrzej Paczkowski, a procédé à un dépouillement systématique de la presse polonaise en France et se heurta à de nombreuses difficultés. Le dépôt légal mal assuré pour les éditions en langue étrangère, les grandes bibliothèques ne détiennent que des séries incomplètes. Tel un puzzle, il faut les assembler sans parvenir pour autant à tout reconstituer. On peut estimer à la moitié la proportion de périodiques dont les collections ont disparu, mis à part quelques numéros ou articles conservés dans les dossiers de police. Les archives des entreprises de presse ont souvent été dispersées ou détruites pendant le conflit mondial. Tirages, diffusion, comptes d’exploitation restent, la plupart du temps, un mystère63.

L’échec relatif de la presse parisienne

97Au xixe siècle, les exilés politiques en France possédaient leurs journaux. Rédacteurs et lecteurs appartenaient à l’intelligentsia : le message passait sans peine. Des quelques revues publiées au cours des années de guerre, aucune ne subsiste en 1919 car les milieux de la vieille émigration se préparent à rentrer en Pologne. La plus célèbre de toutes, l’hebdomadaire bilingue Polonia créé en janvier 1914 par Wacƚaw Gąsiorowski, s’est tue en 1918.

98Un nouveau numéro de Polonia, au contenu inchangé, paraît en janvier 1920. A la fin de l’année, Gąsiorowski parti en Amérique diriger un quotidien du New-Jersey vend sa revue à un groupe de rédacteurs animés par Stanisiaw Link. Ils ouvrent une rubrique intitulée : Les ouvriers polonais en France et engagent un avocat pour donner des conseils juridiques. Ils voudraient effectuer une percée chez les mineurs du Nord et de l’Est. En 1921-1922, Polonia est bien le premier organe de presse qui se penche sur le sort de l’immigration ouvrière. Mais elle, ne s’intéresse pas à lui. Publié à Paris, rédigé par des journalistes étrangers au monde qu’ils cherchent à atteindre, le périodique manque son but.

99Ognisko (Le Foyer) souhaite également assurer la transition entre l’ancienne et la nouvelle clientèle. Il échoue de la même façon. Fondé à Paris en 1922 par Maria Szeliga, universitaire, journaliste, en France depuis trente ans, il parle des masses laborieuses sans les toucher. Témoin, une série de dix-huit articles sur La grande misère des ouvriers agricoles polonais en France parue de 1922 à 1923, lue dans la capitale plus qu’en Picardie ou dans la Beauce.

  • 64 A. Paczkowski, « Początki prasy dla polskiej emigracji zarobkowej we Francji, 1920-1924 (Les débuts (...)

100Życie Polskie (La Vie polonaise), à la tête duquel on trouve des noms aussi connus que ceux de Kazimierz Smogorzewski, Stefan Wƚoszczewski ou Bolesiaw Przegaliński, publie son premier numéro le 15 juillet 1923. Organe officieux de la légation de Pologne à Paris, pourvu de subventions, il consacre une partie de sa surface rédactionnelle aux colonies ouvrières et touche davantage de lecteurs dans le monde du travail que les deux précédents. Mais il est entaché des deux mêmes défauts : il vient de Paris, alors que la clientèle convoitée vit en province et il paraît une à trois fois par semaine à l’âge d’or des quotidiens64.

LEs deux grands quotidiens du Nord

101Un succès beaucoup plus considérable est promis à deux journaux d’information, transférés de Westphalie en 1924, Wiarus Polski et Narodowiec.

  • 65 Expression difficile à traduire. C. Kaczmarek propose : Le Brave Polonais ; A. Paczkowski, Le Vaill (...)

102Wiarus Polski 65 fut créé à Bochum en décembre 1890 par l’abbé Franciszek Liss. Bismarck quittait à peine la scène politique. Le souvenir du Kulturkampf rapprochait encore catholiques polonais et allemands. La presse du Zentrum salua la naissance du Wiarus comme un événement heureux. Mais elle déchanta vite, car Franciszek Liss prit position pour le maintien du polonisme :

« Nous sommes sur une île entourée d’eaux allemandes. Nous devons nous défendre »,

  • 66 Il mourra le 10 décembre 1934, ayant écrit son dernier article douze jours avant. A. Paczkowski, Pr (...)

écrit-il. En 1894, les autorités civiles de Münster obtinrent de l’évêque de Paderborn l’éloignement du « dangereux agitateur national ». Avant son départ, Liss céda Wiarus Polski à un homme du métier, Jan Brejski, ancien rédacteur du Kurjer Polski de Cracovie, qui allait régner sur le titre pendant quarante ans66. Le changement de propriétaire s’accompagna d’un infléchissement de l’orientation. Brejski était de tendance populiste. Le journal resta catholique mais s’éloigna du giron de l’Eglise. Son tirage augmenta régulièrement, de 2 000 exemplaires en 1892 à 10 000 en 1913. En 1902, Wiarus devint quotidien et s’adjoignit des suppléments hebdomadaires destinés aux enfants, aux ouvriers mineurs, aux métallurgistes. Brejski s’est constitué un empire de presse et réussit à éliminer les concurrents, notamment ceux qui voulaient rester dans l’orbite allemande et du Zentrum.

  • 67 C. Klessmann, op.cit.

103Le seul titre qui échappa à la tornade est Narodowiec (que l’on traduit par Le National ou Le Nationaliste ce qui, étymologiquement, est plus exact), fondé à Herne en 1909 par deux anciens journalistes du Wiarus, Michaƚ Kwiatkowski et Józef Pankowski. D’abord tri-hebdomadaire, il se mua en quotidien et tirait à 6 000 exemplaires en 1913. Comme son nom l’indique, il exaltait lui aussi les valeurs nationales. Malgré l’enseignement obligatoire en allemand, il existait suffisamment de lecteurs potentiels pour que vivent en même temps deux journaux de tendance politique assez proche. D’ailleurs, l’un et l’autre évitaient les polémiques. Ils renseignaient sur la vie des associations, relataient les fêtes, annonçaient les décès et les anniversaires. Ils se voulaient avant tout des organes de liaison67.

  • 68 Le quotidien Narodowiec paraît toujours à l’heure actuelle en France et porte encore la mention : « (...)
  • 69 En 1924, après un début prometteur, il perd son poste de voiévode de Poméranie, gagne la France et (...)

104En 1923, Wiarus interrompt sa publication à Bochum et reparaît le 1er juillet 1924 à Lille, imprimé sur les rotatives du Grand Écho du Nord. Narodowiec se dédouble : il survit jusqu’en 1939 à Herne sous le nom de Narôd (La Nation) et ouvre à Lens sa propre imprimerie. Le premier numéro de la série française sort le 12 octobre 192468. La concurrence entre les deux titres revêt une forme nouvelle. Partis chacun d’un tirage de 7 000 exemplaires, ils progressent mais Narodowiec plus que son aîné. Nous ne disposons d’aucun chiffre pour 1926 ; deux ans plus tard, il est probable que le quotidien de Lens atteindra 15 000 exemplaires et celui de Lille, 10 000 à 12 000. Kwiatkowski s’est rallié au parti chrétien-démocrate silésien de Korfanty. Jan Brejski appartient au groupe national-ouvrier... qu’il a fondé lui-même en Rhénanie avant de rentrer en Pologne en 1919 pour tenter de faire carrière politique69. Dans l’horizon parlementaire polonais de 1924-1926, Kwiatkowski est devenu un homme de centre-droite et Brejski, de centre-gauche.

105L’impact des deux quotidiens sur les travailleurs immigrés ne fait aucun doute. Publiés dans la région du Nord, rédigés par des journalistes qui vivent sur le terrain, ils répondent aux besoins de la clientèle dont ils prennent à tel point la défense que l’on croirait parfois lire une feuille d’extrême-gauche. Polonais avant tout, ils désapprouvent systématiquement l’employeur français face au salarié polonais. Ils dénoncent les salaires insuffisants, les « injustices » patronales, la misère morale et matérielle des ouvriers agricoles. En 1926, les articles se multiplient dans Wiarus Polski sur la question scolaire ; le ton monte ; même Jean Duhamel ne trouve plus grâce à ses yeux ; le C.C.H.F. dont on attendait tout, se voit reprocher de freiner l’ouverture des classes. Wiarus Polski et Narodowiec donnent aussi des conseils pratiques à ceux qui viennent d’arriver : ne pas rompre leur contrat annuel, ce qui les mettrait dans leur tort ; aux plus anciens : comment renouveler les cartes d’identité ; à tous : lors d’un accident du travail, quelles démarches accomplir pour obtenir une indemnité ou une rente.

  • 70 A. Paczkowski, Prasa i Spoleczność..., op.cit., p. 195. Les pourcentages restants correspondent à l (...)

106En 1926, 63 % des éditoriaux du Wiarus traitent des événements de Pologne et 12 % de la vie des colonies polonaises en France, soit 75 % consacrés à des sujets nationaux, contre 12 % pour la politique française. La même année dans Narodowiec, la proportion atteint respectivement 30 %, 20 % et 22 %, par conséquent 50 % pour des thèmes polonais, mais une propension plus grande à traiter de la communauté immigrée70, ce qui peut expliquer en partie le succès croissant du journal.

107Des ouvriers qui ne consultaient jamais de périodiques au pays en achètent désormais, par besoin de rompre leur isolement. Les illettrés demandent l’aide d’un voisin ou d’un de leurs enfants qui s’entraîne ainsi à la lecture en polonais. Le même numéro passe entre plusieurs mains. 25 000 exemplaires des deux titres suffisent pour 100 000 personnes, soit un rapport de 1 à 4, à une époque où, pour la presse française, le rapport n’est plus que de 1 à 2,5.

  • 71 A.A.N., K.M. 313, 1er juin 1927.

108Dans les grandes cités minières du Pas-de-Calais et du Nord, chaque Polonais peut choisir son journal. Certains alternent, changent de titre lorsqu’un article leur déplaît. Ailleurs la diffusion tend à un partage géographique. Dans les mines du Gard, du Tarn et de l’Aveyron, le Wiarus arrive seul71, en Lorraine sidérurgique c’est Narodowiec. La distribution s’effectue par des correspondants, des hommes de confiance du quotidien installés sur place ; parfois des orphelins, des handicapés font le colportage. Cela coûte moins cher que de passer par les réseaux de distribution ordinaire de la presse française. S’abonner suppose un investissement devant lequel la plupart des ouvriers reculent. Ils préfèrent prendre ce qu’on leur offre :

  • 72 Réponses obtenues au cours de nos interviews.

« C’était polonais, ça suffisait ! Mon père était heureux de lire dans sa langue. »
« Ça donnait des nouvelles de Pologne. »
« Des communistes achetaient Wiarus ou Narodowiec, rien que pour lire du polonais. »72

  • 73 A. Paczkowski, « La presse des émigrés polonais en France, 1920-1940 ». Revue du Nord, 1978, p. 151 (...)

109En août 1926 naît un nouveau périodique, Gƚos Wychodźcy (La Voix de l’Émigré), imprimé lui aussi au Grand Écho du Nord. Paraissant trois fois par semaine jusqu’en septembre, puis quatre fois d’octobre à décembre, il s’achemine peu à peu vers la publication quotidienne. Mais il va « végéter à l’ombre de ses puissants rivaux »73. La place est prise.

110La grande majorité des immigrés s’intéresse exclusivement aux titres polonais. Malgré l’existence d’une rubrique régulière qui leur est destinée dans Le Réveil du Nord, les mineurs ne l’achètent pas. C’est payer trop cher pour une unique colonne puisqu’ils ne comprennent pas le reste. Ils attendent qu’on le leur distribue gratuitement, ce qui arrive parfois. La lecture des journaux permet de progresser dans une langue étrangère. On peut donc admettre que la presse polonaise fait obstacle à l’apprentissage du français chez les immigrés.

111Ils lisent également des livres édités en Pologne et vendus dans des librairies polonaises au sein des communes minières ou empruntés à des bibliothèques de prêt gérées par des associations nationales. Mais les journaux venus de Pologne et servis par les consulats obtiennent peu de succès.

112Ainsi il se constitue, dans les colonies ouvrières, un milieu nouveau qui n’est pas la France mais qui n’est plus tout à fait la Pologne.

Commerce, banques et œuvres sociales

113Hormis les aumôniers, les moniteurs, les multiples associations et les journaux, il existe bien d’autres signes visibles de la création d’un cadre de vie propre aux immigrés polonais. Aucun n’atteint l’importance des quatre premiers.

114Le commerce figure souvent en tête des descriptions de « petites Polognes », vraisemblablement parce que, pour l’observateur français qui se rend sur les lieux, les enseignes en langue étrangère attirent immédiatement le regard. Le commissaire de police de Béthune écrit en 1924 :

  • 74 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 10 octobre 1924.

« Dans la région minière, des cités entières, véritables colonies polonaises se sont constituées. Elles ont leurs coopératives, leurs magasins, leurs banques, bureaux de change, cafés, restaurants. »74

Deux ans plus tard, une enquête de L’Humanité énumère :

  • 75 G. Altman, « La Pologne immigrée dans le nord de la France ». L’Humanité, 1er et 3 septembre 1926.

« De Douai à Waziers... tailleurs polonais, banque de Varsovie, restaurants, estaminets “polski” d’où s’échappent des musiques de danse... »
« A Bruay… toute une vie nouvelle s’est créée pour eux, restaurants et petits commerçants polonais, artisans, office de renseignement, banques. »75

115Un magasin polonais donne vie au coron et rend de multiples services. Les associations, pour leurs assemblées générales et leurs banquets, utilisent la salle située en arrière-boutique. Les chorales, les fanfares y font leurs répétitions. Certains détaillants distribuent les journaux ou les mettent à la disposition des consommateurs. Les femmes trouvent dans les fonds d’alimentation des préparations traditionnelles du pays. Elles n’ont pas besoin de montrer du doigt l’objet choisi et profitent de l’occasion pour s’entretenir avec les voisines. Le petit commerce est un élément fondamental de la sociabilité populaire, un substitut du salon bourgeois. Quand s’ouvre dans une localité la première échoppe polonaise, elle draine la clientèle qui abandonne les concurrents français.

116Pourtant le négoce polonais reste rare dans les années 1920. Il fleurit uniquement au milieu des colonies importantes du Pas-de-Calais et du Nord.

  • 76 C. Kaczmarek, op.cit., p. 230-231.

117Plus exceptionnelles encore que les magasins privés, les coopératives polonaises marquent même un repli. En 1926, il n’en subsiste plus que quatre, à Marles-les-Mines, à Calonne-Ricouart, à Liévin et à Sessevalle, par conséquent dans la région du Nord, toujours relativement privilégiée. Les autres ont périclité, en partie parce que des utilisateurs ont quitté les lieux sans payer leur dû, en partie parce que les ouvriers qui les dirigeaient manquaient d’expérience76.

118Ce type d’organisation suppose une clientèle stable, tout le contraire d’une population migrante au cours des premières années d’installation. De plus les coopératives françaises, mieux structurées, leur portent ombrage. Depuis 1867, la compagnie d’Anzin possède la sienne, doublée en 1900 par « La Fraternité » créée par les mineurs eux-mêmes. En Alsace-Lorraine jusqu’en 1925, fonctionnent des économats appartenant aux entreprises industrielles. La Société Sarre et Moselle possède ainsi quatorze magasins qui se contentent d’un léger bénéfice et servent aux ouvriers des denrées à un prix inférieur au cours habituel. En 1925, la loi française du 25 mars 1910 qui les interdit est étendue à la région. Les économats se transforment alors en coopératives. Les mineurs polonais restent les clients de commerces qui n’ont été créés ni par eux, ni pour eux.

  • 77 O. Hardy-Hemery, op.cit., p. 196-197 ; J. Kogej, op.cit., p. 87-88 ; A.A.N., K.M. 419.

119Bolesƚaw Przegaliński veut réanimer le mouvement coopératif parmi les immigrés, mais le projet demande du temps77.

  • 78 A.D. M.-et-M., 10 M 37. En mars 1920, le secrétariat d’État des PTT se préoccupe des formulaires sp (...)

120Quant aux banques, elles seraient à inscrire au passif. Le point noir, par excellence ! Les Polonais envoient un peu d’argent chez eux ou économisent pour leur retour. Les hommes seuls et les bonnes de fermes expédient dès leur arrivée des mandats à leur famille78. Ils sont venus pour cela et rognent sur tous les postes de leur budget. Les familles, malgré des conditions meilleures, économisent moins. Ce sont surtout les mineurs « westphaliens », notamment ceux employés par les compagnies du Pas-de-Calais et du Nord qui mettent de l’argent de côté, encore que le rapport entre les salaires et le coût de la vie soit moins favorable qu’en Allemagne. Au delà d’une certaine somme qu’ils préfèrent garder chez eux, les ouvriers placent leur avoir dans les agences des banques polonaises, comme cela se faisait en Rhénanie. La Banque des Industriels de Poznań possédait une succursale, Klösterstrasse à Bochum, près du siège des journaux et des bureaux du syndicat.

121Wiarus Polski, Narodowiec, Polonia insèrent des placards publicitaires en faveur des banques : elles auraient la garantie du gouvernement de Varsovie, verseraient de bons intérêts et permettraient à chacun d’acquérir une petite terre au pays ; le rêve de l’immigré ! Seule la presse communiste dénonce le risque, mais son audience est plus réduite.

  • 79 A.A.N., K.M. 434, 31 mai 1927.
  • 80 T. Olszański, op.cit., p. 212-218 ; A.N., F7 13469 et A.D. Nord, M 208/135 : rapports de police, ma (...)

122Malgré la réforme monétaire entreprise en Pologne l’année précédente, de graves fluctuations des changes entraînent une chute du zloty en 1925, puis des faillites bancaires. Successivement, la Banque polonaise du Commerce et de l’industrie, la Banque polonaise de Lille, la Banque de l’Union de Varsovie engloutissent avec elles les économies des ouvriers. La Banque des Industriels de Poznań résiste, mais en 1927 elle fermera ses succursales en France79. Le parti communiste a beau jeu de crier au vol. Il crée en janvier 1926 un groupe de défense des clients lésés. En mars, des manifestants investissent les abords du consulat polonais de Lille en criant des slogans vengeurs. Dès octobre 1925, le Conseil général des unions et sociétés polonaises en France a envoyé un appel à son gouvernement pour demander réparation du tort causé80.

  • 81 A.A.N., K.M. 434.

123On s’achemine lentement vers une négociation avec Varsovie. Le conseiller d’émigration lance une enquête auprès des différentes colonies afin de tenter d’évaluer les sommes perdues. En vain, car les déposants ne répondent pas avec exactitude au questionnaire. Aux ouvriers qui écrivent au consul de leur circonscription pour se plaindre, celui-ci donne l’adresse du Comité officiel de défense des économies des émigrés (Komitet Obrony Oszczȩdności Emigrantów) qui s’ouvre en mai 1926, rue de l’Abbé de l’Épée à Paris81.

124Les épargnants toucheront des dédommagements partiels, les années suivantes. Mais la méfiance envers les banques demeurera vivace parmi eux, pour le plus grand profit des changeurs clandestins.

125Dans un tout autre registre, se développent des œuvres d’assistance sous le nom d’Opieka Polska (La Protection polonaise), cette organisation privée créée à Paris avant 1914 par la comtesse Zamoyska. A présent, elle essaime en province, d’abord à Amiens, puis à Lille, Metz, Strasbourg, Lyon et Le Havre. En 1926, on en compte sept, situées surtout dans la moitié nord de la France mais avec une implantation très nette en milieu rural. C’est le représentant de l’Opieka Polska d’Amiens qui, en 1923, obtient pour le couple de vachers de Courcelles-sous-Moyencourt un logement salubre (récit n° 1 du Chapitre IV).

  • 82 « L’Opieka Polska d’Amiens ». Les Dossiers de l’Action populaire, 15 septembre 1925, p. 737-744.

126La Protection polonaise d’Amiens est, de toutes, la plus active et la mieux organisée. Née en 1923, elle officialise son existence le 20 septembre 1924 lorsqu’elle se constitue en association, conformément à la loi de 1901, avec pour président un député de la Somme et des délégués des ouvriers et des employeurs en nombre égal siégeant au conseil d’administration. Ce n’est donc pas à proprement parler une association polonaise. Elle vit des cotisations de ses membres – 2,50 F par mois pour les hommes, 1 F pour les femmes –, des dons offerts par quelques industriels et d’une subvention du gouvernement polonais. L’œuvre rayonne sur tout le département de la Somme. Pour faciliter son action dans une région essentiellement agricole où la clientèle vit dispersée, l’Opieka Polska ouvre des centres secondaires à Ham, Péronne, Villers-Bretonneux à l’est d’Amiens et à Gamache tout à l’ouest, auxquels 18 petits groupements locaux se rattachent. Le directeur d’Amiens rend visite régulièrement aux responsables, afin de maintenir le contact. L’Opieka Polska voudrait à la fois assurer des secours matériels aux plus démunis, servir d’intermédiaire entre employeurs et immigrés afin de régler les différends à l’amiable en envoyant un délégué sur place, renseigner les Polonais sur leurs droits, traduire pour eux des pièces officielles ou rédiger des lettres à leur place et « veiller à leur protection morale par des conférences de mise en garde contre les influences pernicieuses du socialisme et du communisme »82.

127Quel que soit le jugement porté sur les conceptions fondamentales de l’œuvre, on ne peut tenir pour négligeable l’aide fournie dans certains cas aux ouvriers agricoles, aux servantes de fermes et aux jeunes bonnes en service dans les maisons bourgeoises d’Amiens. Mais le département de la Somme n’est pas la France. Trop peu nombreuses, abandonnées aux seuls soins de leur directeur, rarement aussi dynamique que celui d’Amiens, les Protections polonaises ont encore fort à faire pour coiffer l’ensemble des communautés immigrées.

***

128On pourrait en dire autant de toutes les activités polonaises en France. Les limites de leur rayonnement sont dictées à la fois par des contingences d’ordre spatial et par la volonté de chacun.

129Contingences d’ordre spatial. L’ouvrier agricole isolé dans une exploitation a peu de chances de voir un aumônier et il ne participe à la vie d’aucune association polonaise. Il lui reste, s’il sait lire et s’il accepte de soustraire la somme nécessaire, la possibilité de s’abonner à Wiarus Polski ou à Narodowiec dont les adresses lui sont fournies par l’Opieka Polska. Il y trouve des nouvelles de ses compatriotes des autres métiers, des autres régions, ce qui renforce sa détermination d’aller les rejoindre. Même dans le secteur industriel, la mosaïque est assez souvent incomplète. Ou il n’y a pas de commerçants, ou pas de prêtre, ou pas d’enseignant. Les descriptions idylliques de « petites Polognes » intégrales reposent toujours sur les quatre à cinq colonies les plus favorisées, Oignies, Bruay, Maries, Sallaumines et Noeux où les intéressés trouvent pourtant à redire.

130La volonté de chacun. Il est des Polonais non pratiquants, voire athées. D’autres, tout en fréquentant l’Eglise, n’envoient pas leurs enfants chez le moniteur dont ils désapprouvent les méthodes. D’autres encore, bons catholiques et parents d’élèves des écoles des Houillères, ne vont jamais aux réunions des sociétés locales de la cité où ils habitent. Le clivage paraît moins politique que psychologique. Les communistes, farouchement hostiles au clergé, réclament des cours de polonais dans les établissements scolaires. L’internationalisme n’empêche pas de cultiver le sentiment national.

Notes

1 A.N., F7 13518 : réponses des préfets à la circulaire du ministre de l’Intérieur Camille Chautemps (26 février 1925) qui les prie d’enquêter sur le comportement des étrangers dans leur département.

2 J. Ponty « Les aumôniers polonais en milieu ouvrier immigré dans la France de l’entre-deux-guerres ». Contacts religieux franco-polonais du Moyen-Age à nos jours, Paris, Éd. Dialogue, 1985, 646 p. (ici, p. 568-575). Les lignes qui suivent résument cet article.

3 C. Kaczmarek, op.cit., p. 283-284 ; G. Garçon, « 1926-1986 : 60 ans d’enseignement du polonais aux Facultés catholiques de Lille ». Ensemble, (FUPL, Lille), 1987, p. 105-110.

4 E. Chaptal, « Une source de vocations sacerdotales dans les familles étrangères en France ». L’étranger catholique en France, n° 1, mars 1926.

5 C.C.H.F., carton n° 7 : circulaire n° 608, 26 novembre 1920.

6 R. Dzwonkowski, « Przemiany polskiej parafii w póƚriocnej Francji (1922-1972). Studium historyczno-socjologiczne parafii w Oignies » (« Les transformations d’une paroisse polonaise du nord de la France, 1922- 1972. Etude historico-sociologique de la paroisse de Oignies »). Studio. Polonijne, 1976, p. 27-83.

7 A.A.N., K.M. 413 et 414.

8 Né en 1883 en Pologne russe dans une famille juive, Unszlicht est expulsé en 1908 pour avoir participé activement à Varsovie à la révolution de 1905. Exilé politique en France, il se convertit au catholicisme en 1912, reçoit le baptême à l’église polonaise de Paris et est ordonné en 1924 après des études au grand séminaire de Meaux. D’abord prêtre diocésain à Meaux, il devient aumônier des Polonais, fonction qu’il exercera jusqu’en 1940. Son origine juive, son passé socialiste le rendent suspect à certaines gens qui le soupçonnent de n’être pas un vrai prêtre et de mener une action souterraine. En réalité, l’abbé Unszlicht fut un excellent missionnaire. C’est un des seuls cas d’aumôniers recrutés en France même. (Renseignements fournis par le frère Jean Molin, son collaborateur, qui rédigea sa biographie et eut l’amabilité de nous la confier).

9 P. Mynarz, « Spoleczna dzialalnosc ks. Ferdynanda Machaya wsrod polskiej emigracji zarobkowej we Francji, 1922-1924 » (« L’activité sociale de l’abbé F. Machay au sein de l’émigration ouvrière polonaise en France, 1922-1924 »). Studia Polonijne, 1976, p. 85-102.

10 W. Bartoń, La crise religieuse des ouvriers polonais en France. Thèse, Institut catholique de Paris, 1947, 227 p. dactyl. (ici, p. 43, 44 et 55).

11 C. Kaczmarek, op.cit., p. 298.

12 W. Bartoń, op.cit., p. 74.

13 B. Panek, « Le problème de la pastorale occasionnelle auprès des ouvriers polonais en France, d’après l’exemple de Rosières ». Les contacts religieux..., op.cit., p. 576-589.

14 W. Bartoń, op.cit., p. 55 et 64.

15 R. Dzwonkowski, « Observations sur la vie religieuse des Polonais en France au xxe siècle ». Les contacts religieux..., op.cit., p. 557-568.

16 S. Laury, « Aspects de la pratique religieuse dans le diocèse d’Arras (1919-1945) ». Revue du Nord, 1971, p. 123-134.

17 A.D. M.-et-M., 10 M 34, 2 août 1924.

18 Voir plus loin, p. 166.

19 A.A.N., M.S.Z. 11062, 13 mai 1926.

20 J. Ponty, « Les problèmes soulevés par la scolarisation des enfants polonais en France après la première guerre mondiale ». R.I., 1977, n° 12, p. 327-349. Les considérations qui suivent résument cet article.

21 Voir Chapitre I, p. 28.

22 P. Milza, Français et Italiens à la fin du xixe siècle. Aux origines du rapprochement franco-italien de 1900-1902. École française de Rome, 1981, 1114 p. (ici, p. 240-245).

23 Wychodźca, 1923, n° 4 ; Rzeczpospolita, 21 novembre 1923.

24 A.D. Pas-de-Calais, M 3231, 18 octobre 1924.

25 A.D. Moselle, 3 T 78, correspondance préfectorale, 1921-1922.

26 B. Panek, art.cit.

27 M.A.E., Pologne, vol. 282, p. 71.

28 A.D. Nord, M 208/135, 21 mars 1923.

29 E. Wloszczewski, « La question des ouvriers polonais en France ». Les Amis de la Pologne, 1924, n° 2, p. 20-22.

30 A.D. Nord, M 208/135, 17 octobre et 13 décembre 1924.

31 A.D. M.-et-M., 4 M 137, 21 mars 1924.

32 A.A.N., K.M. 311, 7 mai 1924.

33 Statistique établie par l’Institut scientifique de recherches sur l’émigration. Kwartalnik Instytutu Naukowego do Badan Emigracji (revue trimestrielle de cet Institut), 1927, p. 130.

34 Les Amis de la Pologne, 1924, n° 10, p. 155 ; 1925, n° 6, p. 88.

35 D’après les archives de la Chancellerie du Primat de Pologne. Lettres de l’abbé Adamski, 8 juin 1923 et du recteur Szymbor, 14 septembre 1923 adressées au cardinal Dalbor. Cité par H. Janowska, op.cit., p. 255.

36 A.A.N., K.M. 370, 24juin 1924.

37 Szkola Polska na Emigracji (L’École polonaise en émigration), 1926 ; cité par Ilustrowany Kurier Codzienny, 1926, n° 268 et par C. Kaczmarek, op.cit., p. 351-352.

38 A.A.N., K M. 313, 1er mai 1926.

39 A.D. Nord, M 208/135 : enquête de l’inspection primaire dans les écoles de la cité Notre-Dame à Waziers, juin 1926.

40 M. Paon, op.cit., p. 149.

41 A.D. Nord, M 208/135, 12 novembre 1926.

42 B. Panek, art.cit.

43 Nous renvoyons aux deux ouvrages de K. Murzynowska et C. Klessmann : voir Chapitre I, p. 24, note (40).

44 « Jeszcze Polska nie zginȩƚa póki my zyjemy ». Le « Mazurek Dąbrowskiego » composé en 1796 pendant la campagne d’Italie, servit une première fois d’hymne national au cours de l’insurrection de novembre 1830. Il le redevient dans l’entre-deux-guerres et l’est toujours à l’heure actuelle.

45 Wiarus Polski, 26juin 1910.

46 A.D. Moselle, 304 M 92 et 304 M 101.

47 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 10 janvier 1924.

48 A.D. Pas-de-Calais, M 3229, 22 septembre 1925. Ce Conseil échoue dans son ambition de tout coiffer ; il n’embrasse que les associations laïques, ne dépasse pas le nord de la France et sera liquidé à la fin de 1926. Les regroupements régionaux par branche d’activité réussissent davantage : ainsi l’Union des chorales du Nord et du Pas-de-Calais née en 1922, l’Union des sociétés dramatiques créée en 1924 ou l’Union des sociétés musicales en 1926.

49 Voir Chapitre I, p. 28.

50 A.N., F7 13469 et A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501 : effectifs au 31 décembre 1925, communiqués par l’Union elle-même.

51 A.D. M.-et-M., 4 M 137, 24 janvier et 1er août 1924 ; A.N., F7 13469, 31 juillet et 8 octobre 1926.

52 R. Dzwonkowski, Przemiany..., art.cit., p. 37-40.

53 J. Kogej, op.cit, p. 89 ; A.A.N., M.S.Z. 11062 ; A.D. Nord, M 208/135, 2 mars 1923 ; Le Patriote mussipontain, 19 juillet 1924.

54 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 11 mai 1925.

55 Voir Chapitre V, récit n° 1, p. 114-115.

56 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 11 septembre 1926.

57 A.D. Moselle, 304 M 92.

58 A.D. Nord, M 208/135 ; C. Kaczmarek, op.cit., p. 439.

59 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 17 septembre 1926. Le préfet du département avait déjà écrit, le 6 mars 1925, en réponse à la circulaire Chautemps : « Les Polonais sont à peu près les seuls (immigrés) à se constituer en associations. » (A.N., F7 13518).

60 A.D. M.-et-M., 10 M 34, 2 août 1924.

61 P. Gerbod, « L’institution orphéonique en France du xixe au xxe siècle ». Ethnologie française, 1980, p. 27- 44.

62 C. Dubar, G. Gayot, J. Hedoux, « Sociabilité minière et changement social à Sallaumines et à Noyelles-sous-Lens (1900-1980) ». Revue du Nord, 1982, p. 365-463 (ici, p. 383).

63 A. Paczkowski, Prasa i spoleczność polska we Francji w latach 1920-1940 (La presse et la société polonaise en France, 1920-1940). Varsovie, Ossolineum, 1979, 243 p.

64 A. Paczkowski, « Początki prasy dla polskiej emigracji zarobkowej we Francji, 1920-1924 (Les débuts de la presse destinée à l’émigration ouvrière polonaise en France, 1920-1924) ». Rocznik Biblioteki Narodowej, tome XI, p. 117-137.

65 Expression difficile à traduire. C. Kaczmarek propose : Le Brave Polonais ; A. Paczkowski, Le Vaillant Combattant Polonais. Le terme « Wiarus » servait à désigner les grognards dans l’armée napoléonienne.

66 Il mourra le 10 décembre 1934, ayant écrit son dernier article douze jours avant. A. Paczkowski, Prasa i Spoleczność..., op.cit., p. 106.

67 C. Klessmann, op.cit.

68 Le quotidien Narodowiec paraît toujours à l’heure actuelle en France et porte encore la mention : « Fondé en 1909 ».

69 En 1924, après un début prometteur, il perd son poste de voiévode de Poméranie, gagne la France et reprend son ancien métier.

70 A. Paczkowski, Prasa i Spoleczność..., op.cit., p. 195. Les pourcentages restants correspondent à la politique internationale, à celle d’autres pays du monde et à des sujets divers ou inclassables.

71 A.A.N., K.M. 313, 1er juin 1927.

72 Réponses obtenues au cours de nos interviews.

73 A. Paczkowski, « La presse des émigrés polonais en France, 1920-1940 ». Revue du Nord, 1978, p. 151-162.

74 A.D. Pas-de-Calais, 1 Z 501, 10 octobre 1924.

75 G. Altman, « La Pologne immigrée dans le nord de la France ». L’Humanité, 1er et 3 septembre 1926.

76 C. Kaczmarek, op.cit., p. 230-231.

77 O. Hardy-Hemery, op.cit., p. 196-197 ; J. Kogej, op.cit., p. 87-88 ; A.A.N., K.M. 419.

78 A.D. M.-et-M., 10 M 37. En mars 1920, le secrétariat d’État des PTT se préoccupe des formulaires spéciaux de mandats-cartes à mettre à leur disposition.

79 A.A.N., K.M. 434, 31 mai 1927.

80 T. Olszański, op.cit., p. 212-218 ; A.N., F7 13469 et A.D. Nord, M 208/135 : rapports de police, mars 1926 ; A.D., Pas-de-Calais, 1 Z 501, 11 octobre 1925.

81 A.A.N., K.M. 434.

82 « L’Opieka Polska d’Amiens ». Les Dossiers de l’Action populaire, 15 septembre 1925, p. 737-744.

Table des illustrations

Titre Aumôniers polonais en France au 1er février 1926 (7)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50963/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50963/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50963/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 11k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search