Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Première partie. Le grand flux (1919-1926)

Chapitre IV. Les travailleurs agricoles

Texte intégral

1Abordons ce problème de façon très concrète par la présentation de deux témoignages, l’un recueilli de vive voix, l’autre traduit du polonais d’après un texte publié en 1939.

Souvenirs d’un couple de Polonais recrutés comme vachers en 1922

  • 1 Ils changeront encore plusieurs lois a employeur, passant dans le département du Nord puis dans l’A (...)

Ils naquirent dans la province de Kalisz en Pologne russe, enfants d’ouvriers agricoles, lui en 1895, elle un an auparavant. Le garçon qui avait douze frères travailla dès son plus jeune âge et n’alla jamais à l’école : il resta toute sa vie analphabète. Dès 1909, à l’âge de 14 ans, il partit avec son père comme saisonnier en Allemagne, un été en Brandebourg, un autre en Mecklembourg, un troisième ailleurs encore, acceptant les tâches les plus diverses, moisson, ramassage, empaquetage, et rentrant passer l’hiver chez lui. La déclaration de guerre en août 1914 le surprend en Saxe. Ni mobilisé – puisque sujet russe – ni interné comme ressortissant ennemi parce que polonais, il n’en reste pas moins pendant quatre ans bloqué en pays étranger. L’agriculture allemande plus que jamais manque de bras et il apprend alors à s’occuper du bétail.
C’est en Brandebourg en 1916 qu’il fait la connaissance de sa future femme. Elle eut une petite enfance moins éprouvante, en partie parce qu’elle n’avait qu’une sœur. Elle fréquenta l’école trois hivers de suite grâce à un oncle qui l’emmena chez lui. Puis sa grand’mère qui savait lire continua son instruction. Mais en 1907, à l’âge de 13 ans, faute de travail au pays, elle prit le train sans ses parents, avec quatre-vingts autres fillettes engagées comme elle pour cueillir des asperges en Hanovre. Partie le 25 mars, elle rentra au village fin juillet et huit jours plus tard, monta dans un autre convoi pour aller ramasser des pommes de terre en Poznanie. Le pli était pris ; chaque printemps, elle regagna l’Allemagne jusqu’à ce que le conflit armé l’oblige, elle aussi, à prolonger ce qui n’était jusqu’ici qu’une séparation temporaire, scandée par le rythme des saisons.
En 1916 donc, en Brandebourg, deux jeunes ouvriers agricoles originaires de la même région polonaise se rencontrent et se marient. Ils ont 21 et 22 ans. En dehors de leur langue maternelle, ils connaissent le russe et commencent à parler assez correctement l’allemand. Ils comprennent aussi le tchèque pour avoir cotoyé des immigrés. Leur première fille vient au monde le jour de l’armistice, le 11 novembre 1918. Que faire alors ? Rester sur place ? Ils y songent un moment car, ayant noué quelques relations, pris quelques habitudes, ils ne s’estiment pas malheureux et savent qu’ils ne manqueront jamais d’emploi.
Pourtant ils rentrent au pays, répondant à l’appel de leurs parents avec l’espoir que, l’indépendance polonaise reconquise, ils trouveront de l’ouvrage. Déception ! Lui, ne parvient à s’occuper qu’un jour ici, un autre là et elle, pas du tout. En 1920, l’armée le réclame et l’envoie sur le front oriental combattre les Bolcheviks. Pour vivre pendant ce temps, sa femme qui habite à 20 km de la frontière va quérir des aliments en Allemagne en contrebande et les revend au marché noir. La misère s’installe au foyer tandis que la famille s’agrandit avec la naissance d’un fils au début de 1922. A la messe, le prêtre explique qu’il y a du travail en France pour tout le monde. Le jeune père se renseigne au P.U.P.P. de la ville voisine et revient avec une promesse de contrat pour le couple. En quelques jours, ils rassemblent leurs affaires et partent fin juillet, sans avoir eu le temps de bien réfléchir. Ils ne connaissent personne en France et ne savent pas un mot de français.
Au centre de Poznań, ils restent trois jours, logés dans des dortoirs : « On nous a vaccinés, regardé les yeux et ausculté les poumons à travers les vêtements ». Agréés, ils signent deux contrats de travail, lui comme vacher, elle comme vachère et montent dans un convoi d’environ 900 personnes. « Au départ, on nous a donné à chacun deux livres de pain et un peu de saucisson. A Berlin, le train s’est arrêté à minuit juste et on annonça une distribution de lait pour les enfants. « Wieviel Kinder ? – Zwei ». Et ils reçoivent un demi-litre pour chaque petit. Tout le monde est assis sur des banquettes de bois. Le voyage dure plus de quarante-huit heures.
A l’arrivée en France, les épreuves s’accumulent. « A Toul, j’ai cru crever ; comment comprendre un langage pareil ? ». Lors du contrôle médical, elle, qui n’est jamais allée chez un médecin, choquée de se déshabiller devant un homme, commence par refuser et, devant son insistance, ne voit d’autre solution que de le gifler. Trois jours plus tard, on les hisse dans un train de marchandises ; depuis près de deux semaines qu’ils voyagent, ils n’ont dormi que sur de maigres paillasses ou tassés sur leurs banquettes et il leur faut encore s’asseoir par terre ! Sur le quai de la gare d’Amiens, leur nouveau patron les attend et il proteste en voyant les enfants. Dans sa carriole, ils gagnent Courcelles-sous-Moyencourt situé à une vingtaine de kilomètres, où se trouve l’exploitation de 150 ha où ils vont séjourner. On les loge dans une petite maison au toit percé. Le trou date de la guerre ! Elle pose une bassine sur le sol et pousse en pleurant l’unique grand lit contre le mur. Lui, va travailler dès le premier jour et, invité à manger à la ferme, veut couper du pain pour ses enfants ; la patronne arrête son geste : « Il ne faut pas prendre de pain ». La colère commence à les étrangler. Ils ne peuvent changer la monnaie qui leur reste sans retourner en ville et doivent attendre leur première paye pour faire des emplettes. Lui, gagne 150 F par mois, elle 100 F, nourris et logés, plus 100 F de prime au bout d’un an ; c’est prévu, écrit sur le contrat. Mais l’employeur refuse de leur verser une avance. Et pendant un mois, ils se cachent pour apporter des vivres aux deux enfants. Avec les autres ouvriers agricoles – sept ou huit – tous Français, ils ne peuvent communiquer que par gestes, sauf une Alsacienne qui leur parle en allemand. La patronne craint qu’ils disent du mal d’elle et interrompt les conversations.
« Ça a été difficile. On était traités comme des chiens. »
Au début de 1923, un compatriote employé non loin de là, leur fournit l’adresse de l’Opieka Polska (La Protection polonaise) qui vient d’ouvrir à Amiens. La jeune femme écrit pour demander de l’aide. Une semaine plus tard, un homme arrive qui visite la maison inondée et va trouver le patron : « Il en était blême ! ». Mais le lendemain, on leur donne un autre logement et un landau pour le bébé.
Ils resteront finalement dix-huit mois. Le contrat achevé, l’employeur qui veut les garder les augmente légèrement : ils gagnent 300 F à eux deux. Mais lui, cherche autre chose et s’adresse au bureau départemental de placement d’Amiens.
De janvier à mars 1924, une expérience malheureuse leur fait presque regretter leur ancienne place : à Cartigny près de Péronne, sur une petite propriété, celui qui les a engagés leur impose double besogne. Un vacher se lève à quatre heures et demi du matin pour traire, mais il a le droit à une pause au milieu de la journée, avant la traite du soir. Or il lui faut aller aux champs pendant ce temps-là.
Ils déménagent de nouveau et s’installent à Dury-lès-Amiens sur une exploitation de 200 hectares où ils vont demeurer près de deux ans. Un bon salaire : 650 F par mois, non nourris. Correctement logés : trois pièces et une véranda. Lui, est employé comme vacher et elle, travaille dans le jardin des patrons. C’est là que naissent en 1924 une deuxième fille et en 1925 un deuxième garçon.
 Pourquoi quittent-ils Dury en février 1926 ? Pour gagner davantage, car ils veulent économiser afin de rentrer au pays. Quand ils sont arrivés en France, ils pensaient que, comme en Allemagne avant guerre, leur séjour serait bref. Le contrat initial leur imposait un délai d’un an ? Va pour un an ! Mais ils ont dû prolonger parce qu’ils n’avaient pas gagné assez pour s’acheter, dans la région de Kalisz, le lopin de terre qui suffise à les nourrir. Toujours par le bureau de placement d’Amiens, ils trouvent un emploi double de vacher et de vachère au Mesnil-Saint-Georges, dans le sud du département, sur une exploitation de 160 hectares qui utilise les services d’une dizaine d’ouvriers agricoles, mais aucun autre Polonais qu’eux-mêmes. Ce n’est plus aussi gênant, car au bout de quatre ans, ils comprennent le français et s’expriment approximativement, pour ce qui touche à la vie courante. Ils se sentent par conséquent moins isolés1.

Mémoires d’un ouvrier agricole polonais arrivé en 1923

  • 2 Mobilisé dans l’armée autrichienne, puisque la région de Rzeszów se trouve en Galicie.
  • 3 Nécessaire pour les émigrants âgés de moins de 26 ans.
  • 4 Une fois la nouvelle carte obtenue, l’homme se stabilise. Il travaille pendant huit ans dans une tr (...)

« Né en 1900 à Wysoka sur Wistok près de Rzeszów, je suis d’origine paysanne. Mon père avait pour toute fortune trois arpents et demi de terrain. Nous étions treize enfants, onze garçons et deux filles ; trois garçons sont morts. Moi, je suis l’ainé de la famille. L’école que j’ai fréquentée était éloignée de quatre kilomètres ; je n’ai pas appris grand’chose car il fallait mener paître les vaches et surveiller mes frères cadets. A 13 ans, j’ai été obligé de travailler chez les autres, car mon père ne pouvait pas nous entretenir tous. Il était illettré, aimait boire mais, en général, n’était pas méchant pour nous.
En 1915, mon père partit à la guerre2 et je dus tenir la maison avec ma mère. Notre situation était déplorable. Le 16 novembre 1918, il rentra et c’est moi qui, le 5 juillet 1919, reconnu apte à porter les armes, allai faire mon service militaire. Le 24 mai 1921, de retour à la maison, je me suis trouvé dans des conditions difficiles : la misère et pas de travail.
Ne voyant aucune issue, j’ai donc décidé de tenter les démarches nécessaires pour venir en France. Après de longues requêtes, grâce à des appuis, j’ai obtenu l’autorisation de l’Armée3 et avec bien des regrets, j’ai quitté la maison familiale pour aller gagner mon pain en France, en France dont je n’avais aucune idée.
Le 27 juin 1923 à dix heures du soir, nous sommes partis de Rzeszów. Notre groupe comptait vingt-neuf personnes... Les larmes me vinrent aux yeux à l’idée que je laissais mes plus jeunes frères et sœurs, les êtres qui m’étaient les plus chers, ma fiancée. Mais cela ne dura qu’un moment. Nous pensions que, dans trois ou cinq ans tout au plus, nous reviendrions au pays, que les conditions de vie seraient déjà bien meilleures en Pologne. Le 29 juin à Mysƚowice, j’ai signé un contrat d’un an dans l’agriculture comme « homme à toute main » pour 125 F par mois. Je me suis soudain rendu compte que c’était le jour de ma fête. A la maison, on parlait probablement de moi. J’ai eu un peu de regret, mais pourtant je voulais partir.
Le 5 juillet 1923 à six heures du matin, nous débarquions à Dunkerque où nous avons passé toute la journée. Les dirigeants de notre groupe réglèrent la question des papiers. Ils préparèrent des cartons avec l’adresse du lieu où l’on devait se rendre et ils les attachèrent au revers de nos vestes. Cela avait l’air très bête et les Français nous regardaient comme un troupeau de moutons. La moitié d’entre nous, les moins peureux – nous étions 1 200 – a arraché ces cartes. La nuit suivante, nous avons pris le train en France, serrés les uns contre les autres comme des harengs en tonneau. Il faisait très chaud, on avait soif et pas un sou. Mais je me disais : « Ça s’arrangera ! ». Le soir, nous sommes arrivés à Laon et là, on examina de nouveau nos papiers. Ces vérifications terminées, nous ne sommes restés que trois. A Roanne, je suis resté seul.
A la gare d’Aix-les-Bains, le patron m’attendait. J’espérais me reposer au moins deux jours mais, d’un signe de tête, il me demanda si j’avais faim. Je lui ai répondu : « Oui ! » et, après avoir mangé, j’ai dû me rendre aussitôt au travail. Il y avait déjà des Polonais dans cette exploitation. L’ouvrage était bien dur : de six heures du matin à huit heures auprès des cochons et des chèvres, et après le déjeuner dans les champs jusqu’à dix heures du soir. Une chaleur insupportable, pas de jours fériés, un travail ininterrompu. Une fois, le patron vient avec toute sa famille ; il arrache de mes mains la fourche à foin et me montre comment jeter les gerbes sur le chariot ; il me dit quelque chose que je ne comprends pas. Une autre fois, il me fait remarquer que j’ai peu de rendement ; moi, je lui montre mes mains blessées pour lui expliquer qu’elles me font mal ; il me répond que cela ne le regarde pas et qu’elles guériront toutes seules. Je me suis senti très offensé, mais il n’y avait rien à faire.
C’est alors que j’ai commencé à réfléchir à la manière de quitter cet enfer. Après deux mois, j’ai reçu 190 F ; le reste de mon gain, le patron l’a gardé en caution. Voyant que je ne me laissais pas facilement déconcerter, il m’a envoyé dans une autre ferme à lui, à cinq kilomètres de distance. Là, je devais traire les vaches et donner à manger aux cochons. J’étais le seul Polonais au milieu de quelques Hongrois dont un connaissait bien la langue tchèque, ce qui permettait la conversation. Ce sont ces Hongrois qui ont facilité mon départ en me donnant de la nourriture pour la route. Et c’est ainsi que, le 13 janvier 1924, je me suis enfui à Paris. De Paris, trois jours plus tard, je suis allé à Chartres en Eure-et-Loir et j’ai trouvé du travail dans une ferme pour 200 F par mois. C’était une bonne place, la besogne n’était pas pénible, personne sur le dos, la bonne vie, sinon qu’il fallait dormir à l’écurie avec les chevaux. Mais comme il n’y avait pas de Polonais, je m’ennuyais beaucoup tout seul. Je suis resté là dix mois car les Français étaient corrects.
Le jour de la Toussaint, parti en ville, j’ai rencontré des Polonais qui m’ont conduit dans une distillerie où ils travaillaient eux-mêmes. J’y ai passé quatre mois, pour 600 F par mois. Ensuite, j’ai repris un emploi à la campagne pour 300 F par mois. Les Français étaient courtois. Le patron, catholique fervent nous obligeait à aller à l’église. Nous étions neuf Polonais. Souvent, il faisait venir chez nous un prêtre polonais, mais ce prêtre nous dénonçait auprès de lui quand nous volions des poules et des œufs – ce que nous faisions pour payer nos frais de blanchissage –. Le travail était dur. On n’avait jamais de jour libre. Au mois d’août, j’ai dit au patron que je le quittais pour rentrer en Pologne.
Et le 1er octobre 1926, je suis parti pour la région parisienne où j’ai trouvé un emploi dans une usine à Aubervilliers. Cependant, je n’y suis pas resté longtemps. On m’a congédié à cause de ma carte de travailleur agricole. Il me fallut de longues démarches pour échanger cette carte contre celle de travailleur industriel... »4

Ces deux récits concernent trois ouvriers agricoles :

  • originaires l’un de Galicie, les deux autres de l’ancien Royaume ;
  • tous trois issus de familles paysannes d’autant plus pauvres que, si la terre manque, les enfants naissent nombreux ;
  • âgés respectivement de 23, 27 et 28 ans ;
  • deux savent lire et écrire en polonais, le troisième est analphabète ;
  • deux ont déjà l’habitude d’aller travailler au loin, saisonniers en Allemagne dès l’adolescence ;
  • tous trois quittent la Pologne parce qu’ils ne trouvent pas d’emploi sur place et connaissent la misère ;
  • tous trois signent un contrat de travail (à Poznan en 1922 ; à Mysƚowice en 1923) ;
  • tous trois voyagent en convoi collectif, les deux premiers en train par Berlin et Toul, le dernier en bateau jusqu’à Dunkerque puisque le gouvernement allemand refuse de laisser passer les trains pendant l’occupation de la Ruhr.

2Ceci correspond assez bien à ce que nous avons vu au chapitre précédent. Confrontons donc la suite des récits aux documents d’archives afin de juger de leur degré de représentativité en ce qui concerne la vie en émigration.

Des Polonais disséminés dans toute la France

3L’expérience des années 1908-1914 avait un caractère essentiellement régional. Celle de l’entre-deux-guerres prend au contraire des dimensions nationales.

Les mobiles des employeurs

4Les campagnes se vident. Le fait n’est pas nouveau. Il tend simplement à s’amplifier.

5Pendant la guerre, les paysans ont payé un lourd tribut. D’un niveau d’instruction limité à l’enseignement primaire, sans formation professionnelle spéciale, ils peuplèrent les tranchées et, plus que les autres, fournirent la chair à canon. Sur 5,2 millions d’agriculteurs en 1914, 3,5 millions furent mobilisés parmi lesquels 670 000 disparurent et près de 500 000 rentrèrent mutilés, inaptes à reprendre la besogne dans une profession où la forme compte plus que tout : soit une perte de l’ordre de 20 %, à peine amortie par le travail des femmes et quelques améliorations techniques.

6La paix revenue, des propriétaires, des fermiers et des métayers, découragés par l’ampleur de la tâche à accomplir après quatre ans d’absence, abandonnent les régions au sol pauvre ou les zones dévastées. Mais ce sont surtout les ouvriers agricoles qui désertent les champs, attirés par la ville. Les responsables des organisations agricoles recommandent périodiquement aux employeurs d’améliorer les conditions de vie sur leurs exploitations s’ils veulent garder les travailleurs qui s’y trouvent encore : ils crient dans le désert.

7L’appel à la main-d’œuvre étrangère reprend donc vers les pays les plus sollicités avant guerre et, dès 1920, sous l’impulsion de la C.A.R.D., s’étend à la Pologne. Ce n’est pas sans lien avec les tentatives antérieures puisque Louis Michel, président de la Société d’Agriculture de Meurthe-et-Moselle, siège à présent au bureau confédéral de la C.A.R.D. Une délégation d’agriculteurs français sinistrés se rend à Varsovie au printemps 1920. A son retour, elle brosse un tableau idyllique de la situation, présente le recrutement contrôlé par la Mission officielle française comme offrant toutes garanties et décrit les Polonais « sobres, dociles et consciencieux ».

  • 5 C.R. des Travaux de la Société des Agriculteurs de France, 1920, p. 129-136.

« L’envoi de familles s’impose absolument : la femme polonaise est très laborieuse, elle est susceptible de rendre de grands services, au jardin et à la basse-cour ; elle est apte à traire les vaches. Dans son pays, elle se livre aux gros travaux des champs : épandage du fumier, fenaison, moisson. Les enfants sont également accoutumés dès leur plus jeune âge à se rendre utiles. En résumé, on ne saurait trop insister sur ce point, il faut créer de petites colonies polonaises pour faciliter aux émigrants leurs premiers pas dans leur pays d’adoption. »5

  • 6 « Comment se procurer de la main-d’œuvre agricole », note de la C.A.R.D., B.S.A.F., 1923, p. 14-16. (...)

Les revues spécialisées publient des notes de la C.A.R.D. signalant aux cultivateurs tout l’intérêt qu’ils ont à choisir des ouvriers polonais : liens historiques entre les deux nations, même religion, « grandes affinités grâce auxquelles nos amis et alliés s’adaptent à merveille à nos us et coutumes. »6. L’exploitant agricole retient surtout l’idée qu’il pourra confier aux Polonaises des travaux d’hommes.

8Par une circulaire du 14 janvier 1923, le ministre de l’Agriculture, Henry Chéron, demande aux préfets de consulter les maires de leur département sur les questions suivantes :

  1. Quel est, dans votre commune, le nombre d’ouvriers et d’ouvrières agricoles nécessaires pour assurer la culture des terres ?
  2. Combien y en a-t-il actuellement ?
  3. Les exploitants sont-ils disposés à recevoir le nombre d’ouvriers et d’ouvrières qui constitue la différence ?
  • 7 A.D. Creuse, 7 M 78 : réponses des 266 communes du département. A.D. Nord, M 536/48, 16 mars 1923.

Les réponses sont quelquefois très vagues. Beaucoup de petits cultivateurs préfèrent nier l’évidence. « Aucun besoin d’apport extérieur », écrivent-ils sans fournir aucun chiffre alors que manifestement leur village se dépeuple. Ils manquent de travailleurs mais ne souhaitent pas engager d’étrangers7.

  • 8 C.R. des Travaux de la Société des Agriculteurs de France, 1925, p. 68.
  • 9 Le traité de travail conclu entre Paris et Bruxelles le 24 décembre 1924 ne modifie pas le procédé (...)

9Les propriétaires, les fermiers qui s’y décident n’agissent pas de gaîté de cœur. « L’idée froisse nos sentiments » dira encore Édouard de Warren en 19258. Le plus simple pour eux consiste à choisir les pays qui n’ont pas signé de convention d’émigration avec la France. Il suffit alors d’envoyer une demande aux bureaux d’immigration de Feignies (Nord) pour les Belges9 et les Hollandais, de Perpignan, de Marignac ou de Saint-Béat pour les Espagnols, d’Hendaye pour les Portugais. En cas de réponse négative, ils s’adressent au Service de la M.O.A. du ministère de l’Agriculture qui leur expédie les formulaires de contrats exigés par le gouvernement italien en vertu du traité de travail signé à Rome en septembre 1919, ou qui les aiguille vers le ministère des Régions libérées, à partir de l’accord du 21 juin 1921 vers la C.A.R.D. et en 1923 vers l’O.C.M.O.A., s’ils acceptent de recevoir des Polonais.

  • 10 Ministère de l’Agriculture, Statistique de l’immigration de 1918 à 1926. Paris, Impr. nationale, 19 (...)

10Les statistiques officielles montrent la progression de l’élément polonais, tant en chiffres absolus qu’en pourcentages : 1920, 3 600, soit 5 % ; 1922, 9 000, soit 12 % ; 1923, 25 800, soit 33 % ; 1926, 19 200, soit 30 %. 1923 est l’année record, grâce à l’activité de l’O.C.M.O.A. nouvellement créée qui œuvre surtout avec la Pologne, et à cause des difficultés de recrutement partout ailleurs. La source ibérique, en dent de scie, tend à la baisse. Des Belges, attirés par les ouvrages de reconstruction dans leur propre pays et par le développement de l’industrie wallonne, se détournent du travail saisonnier en France. Les Italiens ne progressent guère10 (Voir schéma, p. 89).

IMMIGRATION DE TRAVAILLEURS AGRICOLES DE 1920 A 1926

IMMIGRATION DE TRAVAILLEURS AGRICOLES DE 1920 A 1926

Source : Statistiques du ministère de l’Agriculture.

FLUCTUATIONS MENSUELLES DES ENTRÉES DE TRAVAILLEURS AGRICOLES POLONAIS

FLUCTUATIONS MENSUELLES DES ENTRÉES DE TRAVAILLEURS AGRICOLES POLONAIS

Source : Statistiques du ministère de l’Agriculture.

POPULATION POLONAISE EMPLOYÉE DANS L’AGRICULTURE AU 1er JANVIER 1926

POPULATION POLONAISE EMPLOYÉE DANS L’AGRICULTURE AU 1er JANVIER 1926

Sources : Ministère de l’Agriculture et OCMOA

11Au début, les contrats de travail agricoles portent sur neuf mois, solution intermédiaire entre l’emploi saisonnier et le contrat industriel d’un an. A partir de 1922, les engagements annuels se généralisent, ce qui explique l’évolution des fluctuations mensuelles des entrées. Celles-ci n’ont plus lieu prioritairement au printemps. L’arrivée du couple de vachers (récit n° 1) au début d’août 1922 et celle du jeune Galicien (récit n° 2) en juillet 1923 correspondent à cette tendance nouvelle que traduisent les courbes ci-dessus (Voir p. 90). En 1922, le maximum est atteint à l’arrivée de l’automne. En 1923, les deux grands sommets d’avril et de juillet écrasent celui d’octobre, cependant non négligeable.

Priorité aux régions dévastées et aux zones de grande culture

12Aucune statistique ne couvrant l’ensemble du pays avant le 1re janvier 1926, situons-nous à cette date pour faire le point après six années pleines d’introduction d’ouvriers polonais.

13Sur la carte apparaît un bloc de neuf départements qui rassemble 60 % de la population polonaise agricole : l’Aisne, l’Oise et la Somme en tête avec 2 500 à 3 000 personnes chacun, les six autres autour de 1 500 à 1 800. Or cet espace ne correspond pas exactement à la zone contrôlée par le ministère des Régions libérées. La Lorraine chère à Louis Michel en est exclue, tandis qu’il englobe Seine-et-Oise, Seine-et-Marne et Loiret, celui-ci particulièrement éloigné de la ligne de front. Les deux ensembles se recoupent partiellement mais ne se recouvrent pas (Voir p. 91). Les statistiques départementales présentent le défaut de gommer les inégalités de répartition à l’intérieur d’une circonscription donnée. Dans la Somme, les Polonais travaillent sur les grosses exploitations du plateau picard, mais très peu vers la mer, dans la région du Vimeu, pays de petite propriété familiale. En quatre ans, le couple de vachers ne demeure que deux mois sur une petite terre à la limite du Vermandois ; le reste du temps, il séjourne sur des domaines plus importants – 150 ha, 200 ha et 160 ha – tous localisés au centre et au sud du département. De même en Seine-et-Oise, les Polonais se retrouvent sur les plateaux du Vexin français au nord de Pontoise, dans de grandes fermes qui pratiquent l’assolement triennal et l’élevage laitier, et non pas dans les vallées vouées aux cultures maraîchères.

14En quelques années, les demandes de main-d’œuvre des gros producteurs du nord de la France ont pris le relais de celles liées aux besoins de la reconstruction. La formule initiale de la C.A.R.D. :

« Nous sommes en mesure de fournir des ouvriers agricoles polonais aux exploitants des régions dévastées. »

s’infléchit en janvier 1923 :

  • 11 B.S.A.F., 1920, p. 78 et 1923, p. 14-16.

« La main-d’œuvre agricole polonaise est donnée en priorité aux régions dévastées, mais l’abondance des travailleurs et la puissance de notre organisation nous permettent d’en recruter pour l’ensemble de la France. »11

15C’est presque un hasard si l’Aisne, l’Oise, la Somme répondent aux deux conditions : avoir été touchés par la guerre (le Chemin des Dames, Craonne…) et posséder de très grandes exploitations affectées par l’exode rural. Le Pas-de-Calais et le Nord, pourtant éprouvés par les combats et l’occupation allemande, n’arrivent qu’en 5e et 6e positions derrière la Seine-et-Oise dans le classement par départements des travailleurs agricoles polonais.

16Les Italiens, les Espagnols employés dans l’agriculture vivent surtout au sud de la Loire : ils ne font guère concurrence aux Polonais. Par contre, Belges et Polonais se croisent. Il existe une complémentarité dans le rythme de leur introduction. Reprenons les courbes d’immigration des ouvriers agricoles de 1920 à 1926 (Voir p. 89) ; en 1922, les Belges diminuent en nombre et les Polonais augmentent ; en 1923, la baisse se poursuit pour les premiers, l’ascension continue pour les seconds qui les dépassent ; en 1924-1925, l’inverse se produit et en 1926 où le contingent belge stagne, les deux courbes tendent à se rejoindre. Effectivement les exploitants agricoles qui, au dépôt de Feignies, ne trouvent pas de Wallons à engager, se tournent vers la C.A.R.D. ou l’O.C.M.O.A. pour demander des Polonais :

« Tant qu’à prendre des ouvriers qui ne comprenaient pas notre langue, autant choisir ceux habitués à nos climats. » (12)

  • 12 interview d un ancien proprietaire ae ricaraie ci uc ses enfant réalisée en décembre 1976.

Le souvenir de Stanislas Leszczyński duc de Lorraine, de Poniatowski maréchal de Napoléon ou de Frédéric Chopin ami de George Sand ne semblent jouer aucun rôle : « On n’y avait pas pensé »12. Plus que l’histoire de France enseignée à l’école, plus que la propagande de la C.A.R.D., joue le vieux reflexe économique : chercher les ouvriers qui auront le meilleur rendement. Et les Polonais, paysans robustes au teint frais, devraient rendre d’autres services que les méditerranéens jugés a priori peu courageux. Le substantif qui revient le plus souvent dans la bouche des employeurs, celui que l’on retrouve dans tous les écrits concernant les Polonais est le mot « endurance », qualité généralement reconnue même par ceux qui ne leur en trouvent aucune autre. La somme de travail compte avant tout pour l’agriculteur français. Il a fait venir des Polonais pour qu’ils abattent beaucoup de besogne : pas de pardon à l’égard de ceux qui décevraient sur ce plan.

17Contrairement au souhait de la C.A.R.D., même dans les zones de grande culture on n’aboutit presque jamais à la création de communautés nationales. La dispersion reste la règle, liée au fait que le demandeur agit au coup par coup : une année un Belge, la suivante un Polonais s’il ne trouve ni Belge ni Français ; liée aussi à la crainte de voir les Polonais se regrouper, parler entre eux cette langue à laquelle il n’entend rien.

18Les seules exceptions concernent les villages où les étrangers, particulièrement nombreux, forment l’essentiel du noyau humain. A Passy-en-Valois, dans le sud du département de l’Aisne, sur 122 habitants en 1925, il reste 50 Français pour 44 Polonais et 16 Belges, plus quelques Suisses et Slovaques. Avant guerre, on comptait 5 % d’immigrés ; à présent, 59 %. Les Polonais se répartissent ainsi :

  • 13 J. Ferté, « Un noyau polonais dans une commune rurale, Passy-en-Valois (Aisne) ». Dossiers de l’Act (...)

19Le territoire communal est marqué par l’existence d’une énorme ferme de 400 hectares qui le recouvre presqu’en entier, ne laissant en dehors d’elle que 20 hectares partagés entre quatre petits propriétaires exploitants. La ferme principale, qui pratique la culture intensive, emploie 40 ouvriers agricoles à l’année, plus une dizaine de saisonniers au moment des récoltes. Tous les étrangers travaillent chez le même patron, d’ailleurs également maire de la commune. Les Polonais forment ici une colonie homogène. Les jours de fêtes se passent au foyer tantôt de l’un, tantôt de l’autre ; les célibataires, conviés eux aussi, y retrouvent une atmosphère familiale ; on évoque les souvenirs du pays, l’un chante de vieux airs, l’autre joue du violon ou de l’accordéon13. La structure particulière de la propriété à Passy-en-Valois favorise ce regroupement que permettait déjà le grand nombre d’étrangers.

20On pourrait noter quelques cas semblables ailleurs dans le Valois ou sur le plateau betteravier du Soissonnais. Mais dans la Somme et le centre de l’Oise, la situation diffère déjà. Les exploitations un peu moins importantes, entre 100 et 200 hectares, n’emploient que huit à dix ouvriers agricoles ce qui, compte tenu de l’éventail des nationalités sollicitées, multiplie les risques d’un échantillonnage pour chacune d’elles. Le couple de vachers dont nous avons suivi l’itinéraire, ne retrouve jamais de compatriotes là où il travaille entre 1922 et 1926. La Picardie, qui recrute souvent des ménages, assure tout au plus un regroupement par famille.

  • 14 A.D. Nord, M 208/135, 13 et 17 décembre 1924.

21L’isolement guette encore davantage les célibataires et les hommes ou les femmes mariés venus seuls, laissant leur conjoint au pays, lorsqu’ils sont envoyés dans des régions où chaque cultivateur estime n’avoir besoin que d’un seul ouvrier étranger. C’est le cas de la Flandre intérieure : fin 1924, 67 travailleurs agricoles polonais y vivent, répartis sur 20 communes dont 9 n’en hébergent qu’un seul chacune. La Thiérache également : à la même date, le nombre de Polonais s’élève à 230, disséminés dans 82 communes à raison de 2 ou 3 en moyenne et, dans 28 cas sur 82, absolument isolés14.

22Il y aurait donc quelque exagération à partager la France en deux. Même dans les régions prioritaires, une analyse détaillée met à nu le trait presque constant qui caractérise l’implantation polonaise : la dispersion.

Un saupoudrage partout ailleurs

23A son arrivée en 1923, le jeune Galicien (récit n° 2) se rend d’abord dans les Alpes où il travaille quelques mois avant de gagner la Beauce. Ce témoignage nous introduit dans la zone de dissémination extrême qui couvre les 5/6e du territoire, zone où les ménages et par conséquent les enfants deviennent de plus en plus rares et où presque tous les Polonais recensés sont des personnes actives. Ils totalisent tout de même 40 % de la population polonaise agricole. Rien ne justifierait de les passer sous silence.

  • 15 A.D. Aveyron, 14 M 2/9 et A.D. Cher, 25 M 181, 1er décembre 1925.

24Au sud de la Loire deux départements se détachent, le Cher et l’Aveyron, avec chacun 400 à 500 travailleurs agricoles polonais qui, plus est, représentent 60 % de la main-d’œuvre agricole étrangère15.

25Pourquoi des Polonais ici ? Loin de toute frontière, les Berrichons n’ont aucune raison particulière de préférer les Belges comme dans le nord ou les méditerranéens comme dans le midi. En Aveyron, déjà plus méridional, les Espagnols l’emportent dans l’industrie et pas du tout à la campagne : il semble que la propagande de l’O.C.M.O.A. trouve des oreilles plus réceptives qu’ailleurs dans les régions où n’existait pas encore d’immigration de personnel agricole.

26A l’intérieur de chaque département, la répartition très inégale rend compte à la fois de la diversité des structures agraires et des différences de mentalités. C’est très net en Aveyron : à économie et à exode rural comparables, du Causse Séverac au Causse de Larzac, le nombre de Polonais triple. Plus au nord, dans les montagnes de l’Aubrac, la proportion d’étrangers est insignifiante ; comme l’écrit le sous-préfet d’Espalion :

  • 16 A.D. Aveyron, 14 M 1/14, 23 juin 1925.

« Peut-être manquerait-il quelques éléments dont l’agriculture saura néanmoins se passer. »16

Les Polonais travaillent surtout dans le Ségala du Rouergue autour de Rodez, chez de petits cultivateurs pratiquant la polyculture (pommes de terre, céréales, élevage porcin) qui n’emploient qu’un ou deux domestiques chacun. Les immigrés vivent très isolés, noyés parmi les autochtones. Ce ne sont pas ici de gros propriétaires qui ont recours à la main-d’œuvre étrangère.

  • 17 A.D. Cher, 25 M 181, avril 1925.

27Dans le Cher, la situation est encore plus nuancée. Au sud, le Boischot avec ses petites exploitations, au nord le Sancerrois avec ses bois et ses vignobles viennent loin derrière la région de Bourges composée à la fois de grandes propriétés sur les plateaux calcaires de « champagne » et de minuscules jardins aménagés à partir de marécages tourbeux dans les fonds de vallées. La dispersion évoque celle de la Flandre ou du Rouergue, à l’exception d’une grosse exploitation à Laverdines où un riche éleveur emploie 70 étrangers dont 29 Polonais et 26 Slovaques. La moyenne, notion terriblement abstraite, s’élève à 2,5 Polonais par commune sans compter Laverdines, à 3,2 en l’incluant17.

28On peut étendre la même remarque à toute la France. Il n’existe pas de corrélation automatique entre le degré d’isolement des Polonais et leur nombre dans une région donnée. Il arrive qu’une ou deux exploitations agricoles importantes les emploient tous : ainsi dans les Alpes où le jeune Galicien (récit n° 2) dit avoir retrouvé des compatriotes dès son arrivée.

  • 18 A. Papault, Le rôle de l’immigration agricole étrangère dans l’économie française. Paris, Giard, 19 (...)
  • 19 A.D. Aveyron, 14 M 1/11 : liste dressée mois par mois de 1921 à 1923.

29Pour expliquer le cas de l’Aveyron, André Papault, dans une thèse de droit soutenue en 1933 mais qui s’appuie sur les résultats du recensement de 1926, invoque la présence du bassin de charbon d’Aubin-Cransac-Decazeville : des paysans polonais arrivés avec un contrat de manœuvre dans les mines et ne pouvant s’adapter, seraient venus chercher refuge à la campagne18. Rien ne permet de retenir l’hypothèse. La liste nominative des étrangers ayant quitté la commune de leur résidence dans l’arrondissement de Villefranche-de-Rouergue où se trouve précisément le bassin houiller, montre qu’ils ne se rendent pas dans les villages mais vers des centres industriels19. D’ailleurs, les autres départements charbonniers du centre qui accueillent des Polonais (Gard, Tarn) n’en comptent qu’une dizaine affectés à l’agriculture. L’originalité aveyronnaise tient à des causes proprement rurales : l’association d’un déficit ouvrier important et d’un recours particulièrement précoce à la manne polonaise par le biais du recrutement collectif.

  • 20 R. de Boyer-Montegut, « L’immigration italienne dans notre sud-ouest. » Dossiers de l’Action popula (...)

30De toutes les régions de France la plus abandonnée des hommes, la Gascogne s’est d’abord et surtout tournée vers l’immigration italienne qui prit en quelques années un développement spectaculaire avec près de 30 000 travailleurs agricoles. Le phénomène a engendré une campagne xénophobe sur le thème : « Par centaines d’hectares, des Français liquident le sol de France ». Les cris d’alarme paraissent injustifiés car les nouveaux venus sont plus souvent fermiers, métayers ou ouvriers agricoles que propriétaires. Dans le Gers, les terres aliénées représentent 2 % de la superficie totale en 1926, en Haute-Garonne 0,6 % seulement20. Mais l’Italie n’a pas bonne presse. Aux prétentions du Commissariat général de L’Émigration, s’ajoutent les déclarations du gouvernement fasciste qui exaltent le nationalisme des citoyens de l’extérieur.

  • 21 A.A.N., K.M. 322 : extrait de l’article 5 des statuts. Ce Comité regroupe les sociétés agricoles de (...)

31D’où l’idée du Comité régional de la Main-d’œuvre agricole du sud-ouest, association privée créée à Toulouse en mars 1924 afin d’« intensifier par tous les moyens la production des terres de la région », de diversifier l’implantation étrangère en faisant appel à des Polonais21. Les premiers efforts portent sur le recrutement de maîtres-valets, ménages accompagnés de jeunes enfants ou couples de 35 à 45 ans dont les ainés sont déjà en âge de travailler avec eux. A la différence des métayers, les maîtres-valets n’apportent pas de capitaux. Selon l’habitude locale, ils reçoivent des salaires versés partie en espèces, partie en nature, à prendre selon les cas sur la récolte précédente ou sur la récolte suivante. Leur arrivée en Aquitaine – quelques dizaines de familles seulement à l’automne 1926 – pourrait, si elle réussissait, permettre la constitution de petits noyaux polonais.

32Deux idées se dégagent, au terme de ce tour d’horizon. Les Polonais employés dans l’agriculture se situent en bas de l’échelle sociale : de 1919 à 1926, tandis que des Belges et des Italiens achètent des terres ou signent des bails de fermage ou de métayage, les Polonais sont à 99 % des ouvriers agricoles. La structure foncière française diffère profondément de celle de la Pologne et des régions d’Allemagne où les Polonais travaillaient avant guerre comme saisonniers : à partir de 100 ha, on parle ici d’une grande propriété parce qu’il en existe peu qui dépassent 300 à 400 ha ; l’Europe centrale, qui n’a pas connu les remaniements nés de la Révolution de 1789, possède des exploitations immenses qui emploient des dizaines d’ouvriers agricoles chacune. L’émigrant polonais en route vers la France ne s’attend pas à l’isolement qui le guette.

Une extrême mobilité

33Les employeurs déplorent « l’instabilité de la main-d’œuvre étrangère ». Au terme d’« instabilité » chargé de connotation négative, substituons celui de « mobilité » qui traduit le même fait, sans jugement de valeur. La mobilité concerne tous les immigrés, mais davantage les travailleurs agricoles que ceux de l’industrie, plus encore les célibataires que les couples et particulièrement les jeunes filles. Elle touche aussi la main-d’œuvre agricole française, mais dans une direction unique : la ville. Les Polonais, comme les autres étrangers, se déplacent également à l’intérieur de l’espace rural. Le couple de vachers change trois fois de patron en quatre ans, tout en restant fidèle à son métier et à la Picardie. Le jeune Galicien, quatre fois en trois ans ; il rompt son contrat initial, puis alterne emplois dans les champs et en usine.

34Pour mesurer cette mobilité, il suffit de comparer le total des introductions d’ouvriers polonais et la population active effectivement présente. De 1920 à 1925 inclus, 71 637 travailleurs agricoles polonais entrent officiellement en France. Or le recensement quinquennal de mars 1926 indique 26 806 ouvriers agricoles de cette nationalité (17 620 hommes et 9 186 femmes). La déperdition se chiffre à près des deux-tiers. Dans certains départements, on assiste à un renouvellement complet en deux ans. Tel l’Oise, qui compte 1 800 Polonais employés dans l’agriculture fin 1923 et 2 574 selon les résultats du recensement de mars 1926 ; il en est arrivé 2 590 dans l’entre-temps. Tout se passe comme si les 1 800 premiers avaient disparu. En Aveyron, la rotation est encore plus rapide : pour 400 présents au début de 1926 et 494 à la fin de l’année, les entrées s’établissent à 738 entre les deux (10). La campagne fonctionne comme une passoire.

Ruptures de contrats et débauchage

35L’Aveyron représente le cas extrême et les ruptures de contrats occupent une place de choix dans les liasses des archives départementales à Rodez. Première constatation : les étrangers qui n’achèvent pas leur année de travail sont presqu’uniquement des ouvriers agricoles, très rarement des mineurs ou des salariés de l’industrie. Deuxième caractéristique : le grand nombre de femmes qui s’enfuient, alors que les exploitants recrutent surtout des hommes.

36Un propriétaire M. V… se plaint que son ouvrière polonaise, arrivée le 1er octobre 1923 avec un contrat d’un an, l’a quitté le 17 novembre pour rejoindre son mari employé à Hinges dans le Pas-de-Calais et il réclame un dédommagement pour tout ce qu’elle lui a coûté : frais d’introduction, achat de vêtements, visites médicales... car il a même appelé le médecin pour elle :

  • 22 A.D. Aveyron, 14 M 2/18 : lettre du 15 avril 1924.

« Bref, en tenant compte du mois et demi passé à travailler chez moi, elle me doit encore la somme de 300 F... Je suis outré de voir qu’au lieu de me demander des explications, les bureaux de la préfecture du Pas-de-Calais se soient contentés de me réclamer les papiers de cette femme. Ces papiers, je me refuse de les livrer tant que je n’aurai pas reçu ce qui m’est dû. »22

Le propriétaire se met dans son tort en conservant les papiers de son ancienne servante et il s’expose à des poursuites :

« L’employeur ne doit, sous aucun prétexte retenir... le passeport, le contrat de travail, la carte d’identité, l’extrait du registre d’immatriculation de l’ouvrier. Il s’exposerait, dans le cas contraire, à une action en justice » (article 7 du contrat).

37Les travailleurs agricoles étrangers qui rompent leur contrat sans raison valable doivent, en vertu de la circulaire n° 53 prise le 23 juin 1922 par le ministère de l’Intérieur, soit rejoindre leur ancienne place, soit quitter le territoire français. Mais on a tellement besoin d’eux que les services de la Sûreté générale renoncent à les refouler et que la circulaire n° 54 du 21 mai 1924 abroge la précédente. De toutes façons, la difficulté consiste à retrouver leur trace. Le patron possède un domicile fixe. L’immigré part sans laisser d’adresse. Le jeune Galicien, par exemple, prend la fuite en janvier 1924 sans dommage pour lui ; son premier employeur ne peut, s’il le recherche, imaginer qu’il s’est rendu dans la Beauce. Deux cas se présentent. Ou l’agriculteur souhaite reprendre le fugitif :

  • 23 Id., lettre du 14 mai 1923.

« Je ne puis me passer d’une ouvrière sur laquelle j’avais compté pour les grands travaux de la saison... S’il est impossible de la retrouver, pourriez-vous m’en procurer une autre ; mais je préfère de beaucoup reprendre celle qui m’a quitté, car on se comprenait. »23

Ou bien, il ne veut plus en entendre parler :

  • 24 Id., lettre du 18 février 1924.

« Je considère qu’il est impossible d’obtenir un bon travail de celui qui ne veut pas le faire et ne tiens pas du tout à prendre de nouveau ce mauvais ouvrier. »24,

et il réclame l’argent déboursé pour lui. Moins longtemps l’homme ou la femme est resté à son poste, plus il s’estime lésé. Le système, un peu complexe, entraîne quelque confusion dans les esprits.

38Jusqu’en 1925, la totalité des frais d’introduction est à la charge de l’employeur qui verse, au moment où il formule sa demande, 220 F à la C.A.R.D., puis 200 F à l’O.C.M.O.A., lequel a obtenu des réductions sur les tarifs de chemin de fer. Il a le droit d’effectuer des retenues lors de chaque paye, à condition de ne pas excéder 10 % du salaire mensuel remis à l’ouvrier, compte tenu de la valeur de la nourriture estimée de 150 à 175 F par mois. Si l’immigré accomplit intégralement son contrat, il lui restituera les sommes prélevées et lui accordera en outre une prime de 100 F (article 8 du contrat). Les retenues servent donc de caution, et l’employeur ne récupère jamais l’argent engagé pour faire venir les travailleurs polonais.

39Reprenons le cas du jeune Galicien. Son patron lui verse 190 F pour deux mois de travail, alors que le contrat porte la somme de 125 F par mois. Le procédé qui le choque est pourtant régulier :

40125 F (salaire argent) + 175 F (valeur de la nourriture) = 300 F

4110 % de 300 F = 30 F

42125 F – 30 F = 95 F.

Il s’enfuit après un semestre. L’employeur, pour faire venir un autre Polonais, devra payer de nouveau 200 F à l’O.C.M.O.A. Cela devient très onéreux lorsque le départ se produit au tout début de l’engagement.

  • 25 « Main-d’œuvre polonaise ». B.S.A.F., 1925, p. 198-200.

43En 1925, le contrat de travailleur agricole polonais, légèrement modifié, réduit la dépense des cultivateurs français. La somme forfaitaire portée à 260 F se décompose désormais en deux parties : la première – 110 F – comprenant les frais de sélection, d’hébergement, de passeports, reste à la charge de l’employeur ; la deuxième – 150 F – correspondant au prix du voyage jusqu’à Toul, est due par l’ouvrier et seulement avancée par son futur patron. Les retenues ne portent que sur ces 150 F ; à raison de 30 F par mois, il suffit de cinq mois pour rentrer dans ses fonds. Afin que l’immigré ne soit pas perdant, l’ancienne prime de 100 F est portée à 150 F et baptisée : « valeur du trajet de retour ». Précédemment l’employeur dont l’ouvrier polonais honorait son contrat versait 200 F + 100 F de prime. Il ne dépense plus que 110 F + 150 F de billet de retour. Mais contrairement à ce qu’affirme l’O.C.M.O.A., cela n’assure pas une meilleure garantie d’exécution des contrats. Si l’ouvrier part après un ou deux mois, le cultivateur ne retrouve pas l’argent dépensé pour son introduction25.

44Parmi les Polonais qui agissent ainsi, il en est que d’autres patrons encouragent. D’ailleurs sans leur complicité, ils ne retrouveraient jamais d’emploi. Voilà pourquoi l’expression « débauchage » finit par s’appliquer peu ou prou à tous les cas de ruptures de contrat. C’est le moyen pour des agriculteurs d’économiser les frais de recrutement. En vertu de l’article 1382 du Code civil, ils peuvent être traduits en justice. Mais qui ira les dénoncer ? Pas le maire avec lequel ils sont en général en bons termes, surtout si celui-ci, propriétaire terrien, a débauché lui-même quelqu’immigré.

45Des industriels envoient dans les fermes des agents chargés de faire miroiter, aux yeux des Polonais, les avantages de la vie en usine ou dans les mines. Ceux-là commettent une double faute, puisqu’ils n’ont pas le droit d’engager des ouvriers détenteurs d’une carte d’identité de « travailleur agricole ». Nous avons vu le jeune Galicien renvoyé de la première entreprise d’Aubervilliers, justement à cause de cela.

  • 26 R. de Saint-Maurice, « Comment se procurer de la main-d’œuvre agricole ». B.S.A.F., 1923, p. 16. ; (...)

46A contrat privé, solution du même ordre. Dès 1922, la C.A.R.D. organise un service de garantie contre les risques de débauchage. Moyennant une prime de 30 F versée par chaque employeur au moment où il remplit sa demande d’ouvrier polonais, elle indemnise les malchanceux au prorata des mois non exécutés, jusqu’à la somme de 250 F. Concrètement, si un cultivateur débourse 250 F – soit 200 F pour le recrutement et l’introduction en France et 50 F de frais de voyage du point d’arrivée, Toul, Dunkerque, Le Havre, jusqu’au lieu d’emploi – et que son ouvrier polonais le quitte au bout de six mois, la C.A.R.D. lui remet 125 F26. En 1925, l’O.C.M.O.A. perfectionne la garantie en proposant une prime variable. Le remboursement sera calculé au choix de l’agriculteur sur un total de 200, 250 ou 300 F pour une dépense fixée respectivement à 23, 30 ou 39 F (25).

47La mutuelle ne peut vraiment fonctionner que si tous y souscrivent. Or nombre d’employeurs, peu rompus au système des assurances, n’en voient pas l’intérêt.

48S’il est vaguement possible de se prémunir contre les ruptures de contrats, l’agriculteur doit baisser les bras lorsque des Polonais l’abandonnent au delà du délai obligatoire.

49A partir de la deuxième année de séjour, le servage à terme fait place au régime commun et, à l’instar des Français, les travailleurs étrangers ont tout loisir de se déplacer. Ils s’adressent au bureau de la Main-d’œuvre agricole de leur département qui, le plus souvent, leur offre de l’ouvrage à l’intérieur de la circonscription. Il arrive aussi qu’ils changent de région, quand ils ne changent pas de métier. L’obtention d’une carte d’identité de « travailleur industriel » suppose des démarches longues et fastidieuses mais, dans les années 1920-1926, celui qui la demande se heurte rarement à un refus. Remarquons la mobilité particulière des anciens ouvriers saisonniers en Allemagne. Habitués aux voyages dès leur adolescence, ils n’hésitent pas à déménager. C’est le cas du couple de vachers (récit n° 1) qui ne se fixera définitivement qu’après la deuxième guerre mondiale.

50Pour combler les vides, l’O.C.M.O.A. recrute d’autres paysans de Pologne, et ce facteur accroît encore la mobilité puisque les nouveaux arrivants sont ceux qui se déplacent le plus.

Où se situent les responsabilités ?

51Vieux procès maintes fois jugé à l’époque ! Les autorités polonaises et les ouvriers eux-mêmes, par un verdict sans appel, condamnent les employeurs. Les services officiels français concluent à la culpabilité avec circonstances atténuantes. Seuls les inculpés s’estiment innocents et reportent toute la faute sur les immigrants.

52Selon un sondage du ministère de l’Agriculture, les ruptures de contrats s’expliqueraient par les causes suivantes :

  • 27 Ministère de l’Agriculture, Les questions agricoles au Conseil national de la main-d’œuvre, session (...)

Le surplus, soit près de 30 %, serait « imputable à la seule volonté de l’ouvrier sans qu’une raison quelconque ait pu être enregistrée »27.

53L’énumération ci-dessus constate les motifs mais ne permet pas de dire qui, de l’employeur ou du salarié est en faute. Ces pourcentages, calculés à partir des litiges portés devant la section du contentieux du Service de la M.O.A., n’ont d’ailleurs qu’une valeur indicative. Le débauchage apparaît en fin de liste car, s’il est facile de le dénoncer à la ronde, personne – nous l’avons dit – n’a intérêt à nommer le patron qui s’y livre. La retenue des documents personnels doit entrer pour une part dans les 30 % de ruptures inexpliquées parce que les employeurs ne s’en vantent pas. Et ce n’est pas toujours la raison réelle du départ ; l’étranger qui prend la fuite sans ses papiers réalise mal que, sur les routes de France, il risque de se faire arrêter pour vagabondage ; il part pour d’autres causes et l’agriculteur croit le retenir en confisquant ses pièces d’identité.

54La liste se limite à des causes matérielles. Manquent par exemple, la volonté de rejoindre un conjoint (dans le cas de femmes qui arrivent après leur mari), un fiancé ou un frère affectés beaucoup plus loin, la détresse morale liée à l’isolement et à l’incompréhension mutuelle qui jouent un rôle essentiel dans les départs.

55Enfin cette classification fait fi des causes multiples. On peut supporter quelques temps de mauvaises conditions de travail et quitter sa place parce que la paye ne vaut pas l’effort accompli.

56Les différends relatifs aux salaires sont effectivement les plus nombreux. L’immigré se trompe lorsqu’il proteste contre le prélèvement mensuel à titre de garantie et pense qu’on ne lui donne pas la somme prévue. Mais par ailleurs, il est victime d’abus notoires. Contrairement au principe de l’égalité des rémunérations inscrit à l’article 4 du contrat de travail, tout sert de prétexte pour le payer moins.

57De l’avis des Services de la M.O.A., beaucoup d’employeurs portent sur la demande de travailleur étranger le tarif le plus bas de la catégorie professionnelle à laquelle appartient l’immigrant qu’ils veulent engager, ceci au cas où il ne donnerait pas satisfaction. Et ils omettent ensuite de le relever, selon ses aptitudes réelles (27).

58Jusqu’en 1925, le salaire de base prévu pour les Polonais est uniforme dans tout le pays tandis que celui des ouvriers français varie selon les régions, plus faible sur les terres pauvres, meilleur dans les zones riches comme le Bassin parisien, ce qui accroît la différence. En Picardie en 1922, le vacher (récit n° 1) gagne 150 F par mois, nourri et logé, sa femme pour le même travail, 100 F. Un an plus tard, l’employeur verse 300 F pour le couple. S’il lui fallait engager des Français, il débourserait au moins 550 F. De 1924 à 1926, avec 650 F par mois sans la nourriture, le ménage estime toucher un bon salaire ; il n’a fait que rattraper le taux minimal habituel pour les autochtones.

  • 28 C. Kaczmarek, op. cit., p. 251 et 504.

59A partir du 1er juillet 1926, le tarif minimum d’embauchage des travailleurs agricoles étrangers subit une réévaluation qui tient compte des catégories entre lesquelles sont classés les départements. Aucun vacher nourri et logé ne doit toucher moins de 210 F par mois pendant la première année, moins de 250 F s’il se trouve dans l’Aisne, la Somme, l’Oise, le Nord ou le Pas-de-Calais, moins de 280 F en Seine-et-Oise ou en Seine-et-Marne, au lieu de 150 F précédemment pour toute la France. Aucune bonne de ferme ne recevra moins de 110 F (classe III), 130 F (classe II) ou 140 F (classe I), au lieu de 80 F auparavant, ce qui réduit légèrement l’écart avec les traitements des Français mais ne comble pas le fossé. Les demandes « express » pour les hommes, « rapides » pour les femmes, répondent au désir des agriculteurs d’obtenir au plus vite l’ouvrier dont ils ont besoin. L’O.C.M.O.A. et la S.G.I. les traitent en priorité, ce qui ramène le délai à deux semaines, quelquefois à huit jours, et non plus un mois ou même davantage. Les employeurs versent un supplément pour frais exceptionnels mais les immigrés ne gagnent pas plus28.

60En général, il existe trois niveaux de gains : dans l’ordre croissant, celui de l’étranger sous contrat, celui de l’étranger libéré de son contrat – ou d’une nationalité qui lui permet de venir en France sans en souscrire un – et celui du Français. Cela va du simple au double, voire du simple au triple. Néanmoins, les comparaisons deviennent impossibles pour les types de travaux que les immigrés sont seuls à accomplir.

  • 29 Un fascicule bilingue intitulé : « Livret de travail pour ouvrier agricole polonais – Ksrązeczka Wy (...)

61Le salaire doit être versé à la fin de chaque mois, précise l’article 5 du contrat. Son règlement tardif ou irrégulier vient parfois accentuer l’impression d’injustice. Nous avons vu le jeune Galicien recevoir sa première paye après deux mois de travail. Un livret de comptes29 égaré par son détenteur et conservé aux archives de Varsovie, porte les indications suivantes :

62Date d’entrée en service :

632 juin 1924

64Salaire : 150 F par mois

65Dates des versements :

  • 30 A.A.N., K.M. 435 : le lieu d’emploi se situe dans l’Aveyron.
16 juin 1924 avance 10 F
20 juin pour un paquet de tabac 1,10 F
29 juin paye 30 F
28 juillet avance 10 F
13 août avance 10 F
16 août salaire 100 F
18 août salaire 150 F
30 septembre solde 160 F
30 novembre salaire 200 F
31 mars 1925 salaire 700 F30

L’agriculteur a fini par payer tout ce qu’il devait (1 371,10 F soit un peu plus de neuf fois 150 F) mais pendant quatre mois, du 30 novembre au 31 mars, l’homme n’a rien touché.

66Les Polonais ne se rendent pas toujours compte qu’ils sont sous-payés. Les ouvriers français occupés dans les mêmes exploitations ne leur disent pas facilement combien ils gagnent. Raison de plus lorsqu’ils vivent isolés. S’ils rompent leur contrat pour insuffisance de traitement, c’est moins par comparaison avec eux que pour des causes qui leur sont propres : ou parce qu’ils ne comprennent pas la signification de la retenue et n’ont pas la patience d’attendre la fin de l’année pour la récupérer ; ou parce que la somme perçue ne leur permet pas de faire des économies. Certains employeurs jugent abusif qu’un étranger qui, chez lui, a connu la misère et le chômage, ne s’estime pas satisfait de ce qu’on lui offre ici. Or la jeune fille recrutée comme bonne de ferme à 80 F par mois, nourrie et logée, à qui l’on prélève 23 F, reçoit seulement 57 F ; c’est courant en Aveyron entre 1923 et 1925 et explique les ruptures de contrat si fréquentes dans cette catégorie. L’homme marié, seul en France, qui touche, déduction faite, 95 F par mois, réalise très vite qu’il n’enverra guère d’argent à sa femme. Le couple venu travailler pour s’acheter un lopin de terre chez lui calcule qu’à ce rythme il lui faudra de longues années avant d’y parvenir. Le débauchage intervient à point nommé. Un employeur peu scrupuleux propose un salaire très légèrement supérieur, ce qu’il fait sans peine puisqu’il n’a pas à supporter les frais d’introduction, et il a toutes chances de séduire l’ouvrier polonais.

  • 31 Id., 19 septembre 1923.

67Les conflits provenant des conditions d’emploi relèvent à la fois de notions de droit et de différences de mentalités. Lorsqu’en 1923, à la demande du conseiller polonais d’émigration, les consuls rassemblent les réclamations des travailleurs agricoles de leur circonscription, les protestations les plus véhémentes concernent le repos dominical et les fêtes religieuses31. Le contrat précise qu’au moment de la fenaison et des moissons, l’employeur pourra exiger un effort supplémentaire le dimanche. Le reste de l’année, les ouvriers devront assurer les soins du bétail « mais de telle façon qu’ils soient libres d’assister aux offices religieux ». Le calendrier français détermine seul les jours fériés : Nouvel An, lundi de Pâques, Ascension, lundi de Pentecôte, 14 juillet, Assomption, Toussaint et Noël : ni Fête-Dieu, ni Saint-Étienne (26 décembre), ni fête nationale polonaise (3 mai). Paris impose sa conception de la répartition des repos et des joies populaires. Certains patrons, catholiques fervents, veillent à ce que leur personnel aille à la messe ; ils y entraînent au besoin les récalcitrants. Quelques-uns assurent aux Polonais la présence, une à deux fois l’an, d’un aumônier s’exprimant dans leur langue pour leur permettre de se confesser ; c’est ce qui arrive au jeune Galicien, dans la Beauce. Mais en règle générale, le contraire se produit ; le cultivateur qui boude l’église et travaille le dimanche veut que son personnel en fasse autant :

  • 32 A.N., F7 13469 et A.D. Nord, M 208/135 : lettre publiée dans Wiarus Polski, 12 décembre 1926.

« Voilà huit mois que je suis en France et je n’ai pas encore été une fois à la messe... Quand je dis au patron que je désire aller le dimanche à la messe, il me répond qu’en France on ne va pas à la messe et qu’en France il n’y a pas de Dieu. Je ne sais à qui m’adresser. En Pologne, c’est loin et Dieu, c’est encore plus loin... »32

68Rien ne fixe la durée de la journée de travail. L’article 3 du contrat, très vague, dit qu’elle sera réglée « conformément aux coutumes locales ». Des Polonais se plaignent d’être « surchargés de besogne » sans que l’on puisse apprécier exactement cette surcharge. Dans les campagnes, on n’a pas l’habitude de compter le temps passé à l’ouvrage et bien des agriculteurs eux-mêmes ne se ménagent pas, motivés par la survie de leur exploitation. Leur courage les rend aveugles au fait qu’ils ne peuvent en attendre autant des salariés qu’ils engagent. Ces excès s’observent surtout chez les petits paysans-propriétaires qui n’occupent qu’un ou deux ouvriers et, ne trouvant plus de Français, imaginent que les Polonais réputés endurants vont tout accepter.

69Les Poznaniens et les anciens travailleurs saisonniers comparent ces conditions à celles qu’ils ont connues sous le régime allemand : journée calculée sur la base de huit heures, surplus payé en heures supplémentaires, entretien du bétail le dimanche rétribué au double du tarif normal (27). Nous rejoignons par ce biais les critiques concernant les salaires.

70La défectuosité de l’habitation compte beaucoup dans les causes de ruptures. Les familles polonaises « ont le droit d’exiger un logement à part. Le logement sera salubre ». Les célibataires doivent coucher dans des « chambres séparées selon les sexes », disposer chacun d’un lit avec paillasse, traversin, draps et couvertures. Ils « seront chauffés et éclairés dans les mêmes conditions que les travailleurs français » (article 9 du contrat). Comme les gens du pays se plaignent d’être mal logés, le principe de l’égalité constitue un piètre avantage. Et il y a loin des promesses à la réalité. « Salubrité », quand il pleut dans la maison ? « Chambres », quand on dort à l’étable ou à l’écurie avec les animaux ? L’éclairage se limite souvent à la lampe-tempête. Les domestiques de ferme se lavent à la pompe ou dans les seaux qui servent à abreuver le bétail (27).

71Les Polonais ont d’autres habitudes que celles des paysans français : en Europe centrale, à cause des hivers rigoureux, les constructions munies de fenêtres doubles sont hermétiquement closes et bien chauffées par un poêle en faïence. Ils voient ce qu’ils perdent, ignorent que le climat sera ici plus clément et sont dépaysés, au sens strict du terme.

72L’employeur, déjà étonné que la nouvelle génération n’accepte plus ce que l’ancienne supportait vaillamment avant 1914, ce qu’il a connu lui-même, parfois, lorsqu’il était jeune valet, s’indigne des réclamations des immigrés à ce sujet.

« Le petit agriculteur français est souvent un mauvais employeur... tout à fait inapte à résoudre les problèmes de psychologie que pose la main-d’œuvre étrangère et son brusque transplantement »

  • 33 A. Papault, op. cit., p. 170.

conclut un observateur, français lui-même, mais lucide et sans parti pris33.

73La nourriture française rebute les Polonais qui n’absorbent chez eux ni viande saignante, ni salade, ni légumes verts, préfèrent le lard et le saucisson fumé, la cuisine au saindoux, le gruau de céréales, et boivent du thé plutôt que du vin.

74L’article 5 du contrat :

« Au cas où les ouvriers polonais ne seraient pas satisfaits de la table commune, ils auront le droit de passer dans la catégorie des ouvriers non nourris et recevront en outre de leur salaire-argent la somme représentant la valeur de la nourriture »,

applicable aux familles, ne l’est pas pour les célibataires logés en commun qui ne disposent d’aucun réduit pour cuire les aliments, ni d’aucun ustensile. Presque tous en souffrent. Les habitudes alimentaires appartiennent au bagage culturel de chacun et elles survivent à un long séjour à l’étranger. Pour les Polonais des hautes sphères de la société, manger français peut constituer un exotisme, voire même un snobisme. Pour les paysans, c’est une incongruité. Mais ils rompent rarement leur contrat à cause de cela. Ils se rattrapent sur le pain et les pommes de terre, et partent seulement lorsque ceux-ci viennent à manquer.

75Quelques agriculteurs coupent les vivres de leurs ouvriers quand ils tombent malades – pas de travail, pas de repas ! – ou s’ils estiment leur rendement insuffisant. D’autres refusent de nourrir les enfants, comme nous l’avons vu dans le cas du couple de vachers (récit n° 1).

76Tous les torts ne sont pas du même côté. Des Polonais signent un contrat de « travailleur agricole » avec l’intention de n’en tenir aucun compte, afin simplement de s’introduire en France : jeunes filles désireuses de rejoindre un fiancé, garçons cherchant à s’employer dans les mines et à qui l’on a refusé à Myslowice un contrat de « travailleur industriel » parce qu’on avait besoin, ce jour-là, de répondre à une demande urgente de l’O.C.M.O.A. Leur séjour dans l’exploitation risque de ne durer que vingt-quatre heures. Ou bien, démunis d’argent, ils attendent la première paye ou encore, lorsqu’il s’agit d’une servante de ferme, que le promis vienne la chercher. Où se situe la limite entre paresse et nostalgie, entre malhonnêteté et affolement ? Certains sont si frustes qu’ils ne saisissent pas la valeur d’un contrat. Pour eux, c’est effectivement un chiffon de papier ; mais de là à les traiter d’escrocs ! D’autres, devant la première réprimande du maître faite d’un ton courroucé, rentrent la tête dans les épaules et préfèrent décamper. La détresse la plus poignante est sûrement celle qui attend la jeune fille, seule Polonaise dans une ferme ; il sera un peu facile de parler de « mœurs légères » lorsqu’elle prendra la fuite avec un compatriote rencontré par hasard.

Protection ou surveillance ?

77Le mot « protection », très à la mode dans l’entre-deux-guerres avec son intention paternaliste, possède une double signification qui prête à confusion. Les conventions d’émigration visent à défendre les étrangers contre l’exploitation abusive dont ils pourraient être l’objet. L’Opieka Polska (La Protection polonaise) s’est assigné un but semblable. Et lorsque Varsovie réclame la « protection des femmes seules dans l’agriculture », il s’agit toujours du même sens du terme. Pour les autorités polonaises, il n’existe aucune ambiguïté parce qu’elles ne sauraient protéger que leurs ressortissants. La France elle, est partagée entre deux devoirs car il lui faut assurer également la protection de la main-d’œuvre nationale contre la concurrence éventuelle des immigrés sur le marché de l’emploi. L’on ne peut abriter tout le monde sous un seul parapluie et nécessairement la protection accordée à l’un nuit à l’autre. En fonction de la conjoncture économique et des pressions exercées par les partenaires, Paris donne satisfaction tantôt aux Français, tantôt aux Polonais, plus souvent aux premiers qu’aux seconds.

78L’arrivée au pouvoir du Cartel des Gauches en 1924 modifie très peu l’attitude gouvernementale. Il faut voir là une des timidités du radicalisme, mais aussi une conséquence de ses conceptions assimilatrices. Il n’a pas su empêcher le développement de la S.G.I., en partie parce qu’il est arrivé trop tard, en partie parce qu’il n’ose pas s’attaquer au « mur d’argent ». Et il poursuit la politique de ses prédécesseurs en ce qui concerne la surveillance des immigrés car, pour un radical, le bon étranger est celui qui se conduit comme un Français, qui fait oublier sa différence.

79Les préoccupations de police et de sûreté générale dictent les mesures prises à l’égard des travailleurs recrutés sur contrat. Cette inadéquation, dénoncée par l’extrême-gauche comme une preuve de l’existence d’un régime répressif, peut s’expliquer par les séquelles de la guerre ou même de l’avant-guerre, marquée par la xénophobie, la peur de l’encerclement diplomatique et l’espionnite. C’est un anachronisme. On ne recrute pas des espions au fin fond des campagnes et les Polonais qui en viennent n’ont pas, a priori, de visées politiques. Plutôt prévenus en faveur de la France que contre elle, ils comprennent surtout qu’ici ils trouveront du travail. Ils arrivent pour gagner leur pain et cela seul compte pour eux.

80Le sentiment de supériorité nationale qui sévit dans nos milieux dirigeants fait considérer les valeurs françaises comme les meilleures, ceux qui les refusent comme des demeurés ou comme un danger public. C’est ce danger que l’on cherche à conjurer par une surveillance continuelle. Comment expliquer autrement la richesse de la série F7 (Sûreté générale) aux Archives nationales et de la série M (correspondance des préfets) dans les Archives départementales en ce qui concerne les immigrés ? Avant 1914, la police traquait les anarchistes et croyait en voir partout. A présent, elle suit à la trace les communistes et les étrangers. Et dans son esprit, ce sont souvent les mêmes.

La carte d’identité : délivrance et renouvellement

81Le travailleur polonais en France doit conserver avec lui plusieurs documents personnels :

  • le passeport, délivré en son pays ou à Essen, à moins qu’un certificat provisoire de nationalité en tienne lieu ;
  • le contrat de travail, signé au centre de rassemblement de départ (Poznań, Mysƚowice, Wejherowo), complété à Toul en cas de recrutement collectif par l’indication du lieu exact d’emploi et du nom de l’employeur ;
  • l’extrait du registre d’immatriculation, formalité prévue par la loi du 8 août 1893 et jamais abolie depuis ;
  • le livret de comptes, introduit en 1924 ;
  • la carte d’identité.

82A partir de la deuxième année, libéré de son engagement, il reste un « travailleur étranger », détenteur d’une carte d’identité spéciale. Or cette carte est l’objet de décrets successifs qui modifient les conditions de son établissement à un rythme si rapide que l’ouvrier s’y perd. Et chaque changement constitue pour lui une aggravation.

83Creusant, à la faveur de la guerre, l’écart entre citoyens français et ressortissants étrangers, deux décrets, les 2 et 21 avril 1917, ont obligé les seconds à se pourvoir d’une carte d’identité qui leur tient lieu de sauf-conduit. Dans chaque localité où ils séjournent, ils doivent la faire viser à l’arrivée et au départ par le maire ou par le commissaire de police. Établie gratuitement, la carte n’a pas besoin d’être renouvelée : elle reste toujours valable à la seule condition d’en changer la photographie tous les trois ans. Celle des ouvriers salariés se distingue des autres par sa couleur, chamois dans l’agriculture, verte dans l’industrie ; c’est le commissaire de police du poste-frontière ou du bureau des travailleurs étrangers qui la leur délivre, en l’occurence pour les Polonais, le commissaire spécial de Toul.

  • 34 AD. M.-et-M., 10 M 37, 25 mars 1921.

84Le décret du 18 novembre 1920 « relatif à la circulation et à la surveillance de la main-d’œuvre étrangère en France » remet tout en question : le décret du 21 avril 1917 est abrogé. La carte d’identité, de verte ou chamois, devient blanche comme celle de tous les immigrés. Mais elle porte en haut un gros tampon avec la mention « travailleur agricole » ou « travailleur industriel » selon le cas, et en travers un timbre humide précisant que l’homme ou la femme a bien été vacciné. Les pages intérieures contiennent un résumé en français et dans la langue maternelle des droits et des devoirs du détenteur, un avis aux employeurs leur rappelant l’interdiction de retenir la dite carte, un autre avis destiné aux maires et aux commissaires de police leur demandant de diriger les chômeurs vers l’office public de placement dont dépend leur localité, et enfin la date de la signature du contrat de travail ainsi que le nom et l’adresse du patron qui l’a souscrit. Comme précédemment, gratuite et fournie une fois pour toutes, cette carte est toujours remise aux Polonais par le commissaire spécial de police de Toul qui conserve les talons de toutes les cartes d’identité ; en cas de recherche d’un « individu suspect », la Sûreté générale peut lui demander de retrouver sa date d’entrée34. Ce changement a pour but de faciliter la distinction entre les salariés et les autres : le cachet « travailleur » est beaucoup plus explicite que les couleurs dont un employeur peut, après tout, ignorer la signification.

85Le décret du 6 juin 1922 « relatif à la délivrance d’un sauf-conduit et d’une carte d’identité aux travailleurs étrangers » abroge une partie des dispositions antérieures. C’est ici que la situation commence à se détériorer. L’ancien système présentait l’inconvénient d’obliger les ouvriers venus à titre individuel à se présenter dans l’un des bureaux d’immigration ; d’où un « encombrement » du centre de Toul que déploraient ses directeurs. Encombrement tout relatif, quand on pense à leur faible nombre par rapport à ceux introduits par convois. En outre, les pouvoirs publics ont pu observer que certains travailleurs une fois en possession de leur carte d’identité ne se rendaient jamais à leur lieu de destination. Première modification, donc : on distingue deux étapes. A la frontière, le commissaire spécial délivre un simple sauf-conduit permettant de se diriger vers la localité où réside l’employeur. En même temps, il établit une carte d’identité du modèle prévu par le décret du 18 novembre 1920 et la transmet au préfet du département concerné. Dans les huit jours de son arrivée, l’ouvrier devra signaler sa présence au commissaire de police, ou à défaut au maire de la commune, qui réclamera sa carte à la préfecture. Les ouvriers venus à titre individuel n’ont plus besoin de passer par le bureau d’immigration proche de la frontière ; ils effectuent leur demande directement auprès du commissariat de police ou de la mairie. L’administration pense coincer les fraudeurs qui ne rejoignent pas leur lieu d’affectation et vont se trouver en situation irrégulière. A-t-elle pensé aux autres ? A Toul, le docteur Goclowski parlant leur langue pouvait aider les paysans polonais. Et le commissaire spécial de police, accomplissant ces formalités tant de fois, n’avait pas besoin d’interroger les voyageurs qui se contentaient de lui présenter leurs documents. A présent, ils doivent se rendre à la maison commune du village avant huit jours – ce que, parfois, ils oublient de faire. L’employé et l’immigré ne s’expriment que par gestes et cela n’entraîne des erreurs : le prénom à la place du patronyme, celui-ci souvent amputé ou déformé ; la préfecture répond alors qu’elle ne possède aucune carte d’identité à ce nom. Deuxième circonstance aggravante : sans que ce soit clairement indiqué, l’on s’achemine vers le paiement d’une taxe. Effectivement, la formule antérieure : « La carte d’identité... sera délivrée gratuitement » (article 3 du décret du 18 novembre 1920) a disparu.

86Le décret du 25 octobre 1924 « portant réglementation relative au séjour des étrangers en France » vient parfaire ce que celui de 1922 avait ébauché : le déplacement géographique du lieu de délivrance de la carte et l’abolition de la gratuité. Toul ne se charge plus d’établir les cartes d’identité. Le commissaire spécial fournit seulement le sauf-conduit. C’est à l’ouvrier qu’incombe la totalité des démarches, dans un délai de plus en plus bref, moins de quarante-huit heures après son arrivée sur le lieu d’emploi. Il doit remettre à l’appui de sa demande quatre photographies de face et sans chapeau qu’il serre dans sa poche depuis Toul où elles ont été prises, indiquer ses nom, prénom, filiation, date et lieu de naissance et justifier ses déclarations par des « papiers authentiques ». Les possibilités d’erreurs s’en trouvent accrues. On verra des Polonais en possession d’une carte d’identité où le patronyme diffère de celui de leur contrat de travail. Si l’homme est illettré, il l’ignore. Dans l’autre cas, il proteste en vain. Ce changement répond à une préoccupation majeure de l’administration : créer un fichier de l’ensemble des étrangers en France. C’est pourquoi toute demande de carte d’identité nécessite l’établissement à la mairie de deux fiches individuelles, l’une jaune destinée aux archives de la préfecture, l’autre blanche qui sera envoyée au ministère de l’Intérieur et insérée dans le casier central. Du chef-lieu du département, la carte d’identité doit parvenir à son destinataire entre quinze jours et un mois. En attendant, il reçoit un récépissé qu’il est invité à conserver avec soin afin de pouvoir ensuite l’échanger contre la carte.

87Mesurons le chemin parcouru. En 1920-1921, une seule opération : les Polonais quittaient Toul avec leurs papiers en règle. Depuis juin 1922, deux étapes : le sauf-conduit puis la carte d’identité. A présent, la pièce se joue en trois actes : sauf-conduit, récépissé et enfin carte d’identité.

« Le fonctionnaire qui reçoit les quatre photographies de face et sans chapeau en colle une sur le cadre spécial de chaque fiche individuelle, en réserve une pour le récépissé, épingle la dernière au bas de la fiche jaune après y avoir inscrit au crayon, au verso, le nom de son titulaire. Les deux fiches individuelles et le montant de la taxe perçue sont alors envoyés à la préfecture. » (35)

  • 35 Ministère de l’Intérieur ; Direction de la Sûreté générale. Instruction générale pour l’application (...)

La taxe perçue ! Le décret n’en dit mot. Elle est entrée par la petite porte. Les étrangers « ordinaires » versent une somme que la loi de finances du 13 juillet 1925 fixera à 68 F, les « travailleurs » 10 F seulement. Mais sont-ils sensibles à ce dégrèvement ou au fait que la carte d’identité devient onéreuse ? Auparavant établie à vie, elle doit être renouvelée au bout de trois ans, « toute année commencée comptant pour une année entière » (article8), ce qui fait moins de trois ans en réalité35.

88Les instructions adressées aux préfets par Jean Chiappe, directeur de la Sûreté générale, augmentent la dépense. A l’expiration de la troisième année, aucune distinction ne sera faite entre les travailleurs et les autres catégories d’étrangers : tous acquitteront la taxe pleine. Le changement d’état-civil d’un immigré après la délivrance de la carte d’identité rend celle-ci caduque et l’établissement de la nouvelle carte donne lieu à la perception de la taxe de 68 F : se marier coûte cher !

89Le décret du 9 septembre 1925 « relatif à la carte d’identité des étrangers » resserre encore l’étau : les cartes ne sont plus valables désormais que deux années civiles au lieu de trois (article 8). Les articles 12 à 15 annoncent de façon officielle ce que chacun savait déjà : la perception d’une somme de 68 F, réduite à 10 F pour les travailleurs salariés. Le tollé provoqué par la circulaire de Jean Chiappe a entraîné un léger assouplissement ; lors du renouvellement, bénéficieront de la réduction de taxe les ouvriers ayant reçu lors de leur passage à la frontière soit une carte d’identité gratuite, soit le sauf-conduit y donnant droit, c’est-à-dire entrés en France avant le décret d’octobre 1924, à la condition qu’ils aient conservé ces documents. C’est établir une prime à l’ancienneté. C’est entraîner aussi la plus grande confusion. En théorie, les conjoints, père, mère et enfants de travailleurs payent la même somme que le chef de famille (article 15). En pratique, on exige d’eux qu’ils présentent une carte ou un papier tamponné à Toul. Or, les premiers temps, on ne délivrait de carte d’identité qu’aux travailleurs recrutés sur contrat. Les épouses sans emploi n’en avaient pas. L’enfant de moins de quinze ans non plus. Sans compter les municipalités qui, au mépris du texte du décret lequel interdit d’ajouter « aucun décime », majorent la taxe de quelques francs pour arrondir le budget communal. Dans une petite localité du Gard, en janvier 1926, des Polonaises viennent protester à la mairie contre le nouveau tarif ; elles apportent 12F (10 F + 2 F) pour la carte d’identité de leur mari et demandent :

  • 36 A.A.N., K.. M. 320, 25janvier 1926.

« – Et moi, combien ?
 – 70 F, Madame.
Elles – Moipafou. Et elles s’en vont. »36

90Certains bénéficiaires du dégrèvement ont égaré leurs papiers et payent 68 F. S’ils les retrouvent ensuite, ils éprouvent la plus grande peine à se faire rembourser parce que le versement est constaté au moyen d’un timbre apposé sur la carte. De janvier à mai 1926, le conseiller d’émigration auprès de l’ambassade de Pologne à Paris échange avec le quai d’Orsay toute une correspondance à ce sujet, dénonçant les erreurs, les abus et demandant réparation. Le ministre du Travail exige que les ouvriers lésés s’adressent eux-mêmes aux autorités françaises et refuse l’intercession des consuls polonais. Le ministre de l’Agriculture, plus souple, l’accepte. Le préfet du Gard accorde des remboursements en cas d’erreur, celui du Bas-Rhin s’y oppose (36). On nage en pleine incohérence, d’un ministère à l’autre, d’un département à l’autre, d’un cas à l’autre à l’intérieur d’un même service.

91Enfin, pour couronner le tout, la loi de finances du 3 août 1926 modifie la redevance perçue à l’occasion de la délivrance ou du renouvellement de la carte d’identité des étrangers. La taxe s’élève d’un bond de 10 F à 40 F pour les travailleurs, de 68 F à 375 F pour ceux qui n’ont pas droit au dégrèvement et rien n’indique que les épouses, enfants et parents à charge ne se trouvent pas dans ce cas, tant l’énoncé de la loi est laconique (article 22). La servante de ferme qui touche 110 F par mois, soit 80 F en défalquant la caution, doit donc verser la moitié de son premier salaire. Et Paris s’honore de ne pas faire payer d’impôt spécial aux étrangers !

92On atteint le seuil de l’intolérable, au sens étymologique du terme. En Pologne, une campagne de presse comparable à celle de 1923 demande l’interruption de l’émigration ouvrière vers la France.

L’Insuffisante protection sociale des travailleurs agricoles

93Les textes – conventions, protocoles, contrats-types – desservent l’ouvrier agricole par rapport à l’ouvrier de l’industrie. L’application qui en est faite accentue ce désavantage.

94La convention franco-polonaise du 14 octobre 1920 « relative à l’assistance et à la protection sociale » établit deux faux parallèles, le premier en laissant croire qu’il suffit d’affirmer l’égalité des droits entre Français et immigrés pour que cette égalité entre dans les faits, le second en traitant sur le même pied les problèmes agricoles et industriels. Si l’on avait voulu protéger efficacement les ruraux, il aurait fallu les privilégier.

« Le régime des retraites ouvrières et paysannes en vigueur dans chacun des deux pays doit être appliqué aux ressortissants de l’autre... » (article 1er)

Voici une excellente illustration de ce parallélisme trompeur. En 1920, des caisses de retraite ne fonctionnent correctement que dans les Houillères. Les autres secteurs industriels ébauchent des projets et à la campagne, cela relève encore du mythe.

95Plus qu’à la pension de vieillesse, les Polonais qui viennent d’arriver s’intéressent à l’assurance-accident et à leurs droits aux soins médicaux. En principe, pas de différence entre les Français et eux (article 3 de la convention du 3 septembre 1919). Pas de décalage non plus entre les travailleurs agricoles polonais et leurs compatriotes employés dans l’industrie, puisque la loi française du 15 décembre 1922 étend aux exploitations rurales la législation sur les accidents du travail. De même, un Polonais malade devrait recevoir des soins comme un autochtone (article 6 de la convention du 14 octobre 1920), au moins pendant les deux premiers mois, puisque :

  • 37 Le traité de travail franco-italien ne prévoit que quarante-cinq jours de soins aux frais de l’État (...)

« A l’expiration du délai de soixante jours... l’État du pays d’origine sera tenu à son choix... soit de rapatrier l’assisté si celui-ci est transportable, soit d’indemniser des frais de traitement l’État de résidence. » (article 9 de la même convention)37

  • 38 A.A.N., K.M. 435, 7 juin 1926.

Or, à partir de 1924, le contrat de travail pour ouvriers industriels précise que, si la guérison du malade ne peut se produire avant l’expiration du temps d’engagement, il sera rapatrié aux frais de l’employeur ou des organisations d’employeurs. Le contrat pour ouvriers agricoles ne comporte pas de clause analogue. Il y a là une anomalie que dénonce le conseiller d’émigration38.

  • 39 A.D. Aveyron, 14 M 2/18.

96D’autre part, les dispositions légales ne sont pas toujours observées. L’article 10 du contrat d’embauchage pour travailleur agricole polonais prévoit que, en cas de maladie légère et pendant les sept premiers jours, l’employeur assure les soins médicaux et pharmaceutiques ; l’hospitalisation n’interviendra qu’à dater de la deuxième semaine. Il paraît délicat de demander à des cultivateurs français qui ne font presque jamais venir le médecin pour leur propre famille de soigner les ouvriers étrangers à leurs frais. Pour eux, le malade n’est souvent qu’un paresseux ou un simulateur : qu’il accomplisse sa besogne ou qu’il parte ! Les archives départementales de l’Aveyron en fournissent plusieurs exemples. En novembre 1923, un patron renvoie une jeune fille polonaise avant la fin de son contrat parce qu’elle accouche d’un enfant mort-né et s’alite les jours suivants ; raison invoquée : « sa mauvaise volonté ». En octobre de la même année, un propriétaire qui a appelé le docteur pour sa domestique polonaise défalque le coût des visites du salaire mensuel suivant39.

97Les Polonais, dans les cités minières, peuvent consulter gratuitement le médecin de la compagnie ou de la caisse de secours et reçoivent des médicaments sans bourse délier. Ici, bien sûr, rien de tel. Nous rejoignons par ce biais le problème du retard des campagnes par rapport aux villes et l’on pourrait penser que les ouvriers agricoles français affrontent les mêmes difficultés. Non pas, car le Polonais n’a ni famille, ni amis, ni attaches sur place, par conséquent personne pour s’occuper de lui s’il tombe malade. Le réseau de solidarité rurale ne joue pas en sa faveur. Sans le secours du médecin, sans l’appui financier de son employeur, son sort est pire que celui des gens du pays.

  • 40 Préambule du protocole du 3 février 1925.
  • 41 A.A.N., K.M. 435, 21 janvier 1924.

98Les six commissions consultatives franco-polonaises réunies de 1920 à 1925 pour « étudier les améliorations à apporter au régime de l’immigration des travailleurs polonais en France »40 n’aboutissent qu’à des réformes de détail, malgré la venue à Paris en mars-avril 1924 du ministre polonais du Travail, François Sokal. En particulier, le dossier concernant les femmes seules employées dans l’agriculture n’avance pas d’un pouce. C’est le sujet douloureux entre tous, auquel la presse de Varsovie donne un grand retentissement : on évoque des cas de prostitution, des avortements, des infanticides. Pour parer au plus pressé, le gouvernement polonais, sur demande de l’ Office d’Émigration, décide de ne plus permettre à dater de janvier 1924 le départ vers la France des filles de moins de 20 ans, sauf si elles sont accompagnées de leur famille ou si elles la rejoignent41. Peine perdue : à Mysƚowice, des adolescentes se présentent avec les papiers de leur sœur ainée.

99La loi du 11 août 1926 sur la répression du débauchage porte la marque des milieux agricoles. Le 6 août, jour de sa discussion devant le Sénat, le directeur de l’O.C.M.O.A. écrit à son sujet :

  • 42 A.A.N., K.M. 322 : extrait du bulletin n° 5 de l’O.C.M.O.A., août 1926.

« Nous sommes à la veille de voir se réaliser les vœux de tous les agriculteurs réclamant depuis si longtemps des mesures propres à réduire le débauchage. »42

Et au lendemain du vote, il ajoute :

« Nous nous proposons de faire passer dans la presse polonaise qui paraît en France un article destiné à attirer l’attention des ouvriers sur les difficultés que rencontreront désormais pour se replacer les travailleurs qui se seront mis en situation irrégulière. » (42)

La nouvelle loi interdit d’employer un étranger non muni de la carte d’identité portant la mention « travailleur », d’occuper dans une autre profession l’immigré pourvu d’une carte de « travailleur agricole » et d’embaucher un travailleur étranger avant l’expiration du contrat en vertu duquel il a été introduit. Tout employeur qui prend un immigré à son service est tenu de l’inscrire sur un registre spécial. Ceux qui ne se conforment pas à ces prescriptions seront punis d’une amende de 500 à 1 000 F pour chaque infraction constatée dans les trois premiers cas, de 5 à 15 F s’ils ont omis de tenir le registre. Ce texte édicte des sanctions contre les employeurs ignorants ou indélicats qui engagent des ouvriers en situation irrégulière ; il semble tourné contre eux. Il l’est aussi contre les étrangers : ceux qui s’enfuient sans leurs papiers d’identité ne pourront plus trouver de nouvelle place. Pour être équitable, il devrait condamner les patrons qui retiennent les documents personnels de leurs ouvriers.

  • 43 A.N., F 10 2748 : texte complet de l’accord.

100Dès que Varsovie émet la prétention d’obtenir des garanties supplémentaires, Paris agite la menace d’aller chercher ailleurs la main-d’œuvre agricole. Le 13 avril 1923 voit la signature à Prague d’un accord intergouvernemental pour le recrutement de paysans slovaques43. Prague va freiner les départs, ayant quelques raisons de se méfier des conditions d’emploi en France et les cultivateurs préfèrent les Polonais dont le contrat d’embauchage est plus avantageux. Devant l’insuffisance de la source slovaque, un appel aux ouvriers yougoslaves commence en 1925 :

  • 44 B.S.A.F., 1925, p. 115-116.

« Le gouvernement serbe vient de donner son autorisation au recrutement par la S.G.I. et à l’introduction en France de la main-d’œuvre agricole. »44

Les contrepoids tchécoslovaque et yougoslave peuvent être jaugés de deux manières : légers dans la balance de l’emploi, plus lourds et toujours utiles pour faire pression sur l’ Office d’Émigration.

  • 45 S. Ruziewicz, op. cit., p. 30-31.

101En théorie, la Pologne n’a d’autre issue que la France. Cependant, il est impossible d’arrêter par des mesures administratives ou policières un mouvement entré dans les mœurs et l’émigration saisonnière vers l’Allemagne se poursuit sous des formes clandestines. Les Allemands refoulent les Polonais établis chez eux et en encouragent d’autres à venir l’été, créant un trafic d’hommes le long de la frontière. Les chiffres oscillent entre 20 000 et 30 000 ouvriers dans les années 1920 à 1924 ; ils dépassent probablement 50 000 en 1925, soit beaucoup moins qu’avant la première guerre mondiale, mais trop pour que les autorités polonaises ferment les yeux. Faute de mieux, Varsovie se résigne à conclure un accord provisoire pour l’année 1926 et à entamer des négociations afin d’aboutir à la conclusion d’un traité de travail le 24 novembre 192745.

102La France risque de perdre le quasi-monopole qu’elle détenait. A partir de 1927, les conditions de recrutement dans l’agriculture vont devenir pour elle plus difficiles.

***

103Les biographies placées en début de chapitre se révèlent valables à quelques détails près. Elles rendent compte de l’extraordinaire mobilité des travailleurs agricoles, de l’importance de l’élément féminin et de la fécondité des ménages.

104Le jeune Galicien se retrouve définitivement en ville après trois ans de séjour en France et le couple de vachers reste avec ses bêtes. La proportion serait à inverser et les délais à raccourcir : près des deux-tiers des Polonais recrutés comme ouvriers agricoles gagnent l’industrie et ceci, fréquemment au bout de quelques mois ou d’une année.

105Sur trois personnes impliquées dans les deux récits, nous avons deux hommes et une femme, une épouse venue avec un contrat de travail pour elle-même, deux, puis trois, puis quatre enfants dans le couple. Autant de notions tout à fait comparables aux données démographiques générales. Les femmes entrent effectivement pour un tiers en moyenne dans l’immigration agricole polonaise, de 1920 à 1926. Toutes, célibataires ou mariées, ont signé initialement un contrat de travail. A la campagne, l’épouse polonaise ne tient pas seulement son ménage. Elle fait la double journée. A cela deux raisons, l’habitude de gagner son pain depuis l’enfance et la pression des cultivateurs français qui ne veulent pas nourrir de bouches inutiles.

106Les familles polonaises sont fécondes. Témoin, le village de Passy-en-Valois où, en 1925, pour huit ménages on compte vingt-et-un enfants. Le couple de vachers, avec quatre enfants, s’inscrit dans la moyenne en attendant que, les années suivantes, par suite de cinq autres naissances, il la dépasse largement.

Notes

1 Ils changeront encore plusieurs lois a employeur, passant dans le département du Nord puis dans l’Aisne à partir de 1931, toujours comme vachers. Et ils auront en tout neuf enfants, le dernier né en 1938 (Interview réalisée en août 1977, près de Saint-Quentin).

2 Mobilisé dans l’armée autrichienne, puisque la région de Rzeszów se trouve en Galicie.

3 Nécessaire pour les émigrants âgés de moins de 26 ans.

4 Une fois la nouvelle carte obtenue, l’homme se stabilise. Il travaille pendant huit ans dans une tréfilerie, toujours à Aubervilliers, se marie en 1928 avec une Polonaise – on ignore s’il s’agit de la fiancée laissée au pays – et aura un enfant. Il signe ce texte le 22 août 1936. (Pamiȩtniki Emigrantów..., op. cit., récit n° 19, p. 294-296).

5 C.R. des Travaux de la Société des Agriculteurs de France, 1920, p. 129-136.

6 « Comment se procurer de la main-d’œuvre agricole », note de la C.A.R.D., B.S.A.F., 1923, p. 14-16. Voir dans la même revue : « La main-d’œuvre agricole polonaise », 1923, p. 46-47 ; « Le congrès des Associations agricoles des Régions dévastées », 1923, p. 191-192 ; « Chronique de la main-d’œuvre agricole », 1924, p. 334-339.

7 A.D. Creuse, 7 M 78 : réponses des 266 communes du département. A.D. Nord, M 536/48, 16 mars 1923.

8 C.R. des Travaux de la Société des Agriculteurs de France, 1925, p. 68.

9 Le traité de travail conclu entre Paris et Bruxelles le 24 décembre 1924 ne modifie pas le procédé de recrutement : ni contrats, ni convois collectifs. Après comme avant, l’employeur désireux d’engager un ouvrier belge s’adresse directement au bureau de Feignies, soit un minimum de démarches et de formalités.

10 Ministère de l’Agriculture, Statistique de l’immigration de 1918 à 1926. Paris, Impr. nationale, 1927, 63 p.

11 B.S.A.F., 1920, p. 78 et 1923, p. 14-16.

12 interview d un ancien proprietaire ae ricaraie ci uc ses enfant réalisée en décembre 1976.

13 J. Ferté, « Un noyau polonais dans une commune rurale, Passy-en-Valois (Aisne) ». Dossiers de l’Action populaire, 1925, p. 841-844.

14 A.D. Nord, M 208/135, 13 et 17 décembre 1924.

15 A.D. Aveyron, 14 M 2/9 et A.D. Cher, 25 M 181, 1er décembre 1925.

16 A.D. Aveyron, 14 M 1/14, 23 juin 1925.

17 A.D. Cher, 25 M 181, avril 1925.

18 A. Papault, Le rôle de l’immigration agricole étrangère dans l’économie française. Paris, Giard, 1933, 232 p. (ici, p. 182 et 188).

19 A.D. Aveyron, 14 M 1/11 : liste dressée mois par mois de 1921 à 1923.

20 R. de Boyer-Montegut, « L’immigration italienne dans notre sud-ouest. » Dossiers de l’Action populaire, 1926, p. 649-660, 703-716, 755-768 ; S. Wlocevski, L’installation des Italiens en France. Paris, Alcan, 1934, 99 p. (ici, p. 61- 73).

21 A.A.N., K.M. 322 : extrait de l’article 5 des statuts. Ce Comité regroupe les sociétés agricoles de 17 départements, de la Gironde aux Pyrénées.

22 A.D. Aveyron, 14 M 2/18 : lettre du 15 avril 1924.

23 Id., lettre du 14 mai 1923.

24 Id., lettre du 18 février 1924.

25 « Main-d’œuvre polonaise ». B.S.A.F., 1925, p. 198-200.

26 R. de Saint-Maurice, « Comment se procurer de la main-d’œuvre agricole ». B.S.A.F., 1923, p. 16. ; Id. « La main-d’œuvre agricole polonaise en France en 1923 ». Les Amis de la Pologne, 1923, n° 7, p. 103-105.

27 Ministère de l’Agriculture, Les questions agricoles au Conseil national de la main-d’œuvre, session 1926-1927. Paris, Imprimerie nationale, 1928, 35 p. Le sondage concerne à la fois les ouvriers polonais et tchécoslovaques.

28 C. Kaczmarek, op. cit., p. 251 et 504.

29 Un fascicule bilingue intitulé : « Livret de travail pour ouvrier agricole polonais – Ksrązeczka Wypƚat Robotnika Rolnego » est remis à partir de 1924 à l’émigrant au moment de la signature du contrat et restera en sa possession pendant tout son séjour en France. Les employeurs y inscrivent les sommes versées : avances, salaires, primes. L’ouvrier signe chaque ligne ou approuve à l’aide d’une croix s’il est illettré.

30 A.A.N., K.M. 435 : le lieu d’emploi se situe dans l’Aveyron.

31 Id., 19 septembre 1923.

32 A.N., F7 13469 et A.D. Nord, M 208/135 : lettre publiée dans Wiarus Polski, 12 décembre 1926.

33 A. Papault, op. cit., p. 170.

34 AD. M.-et-M., 10 M 37, 25 mars 1921.

35 Ministère de l’Intérieur ; Direction de la Sûreté générale. Instruction générale pour l’application du décret du 25 octobre 1924 relatif a la carte d’identite des etrangers, Melun, Impr. administrative, 1924, 44 p.

36 A.A.N., K.. M. 320, 25janvier 1926.

37 Le traité de travail franco-italien ne prévoit que quarante-cinq jours de soins aux frais de l’État de résidence. C’est le seul point sur lequel les Polonais se trouvent avantagés par rapport aux autres immigrants.

38 A.A.N., K.M. 435, 7 juin 1926.

39 A.D. Aveyron, 14 M 2/18.

40 Préambule du protocole du 3 février 1925.

41 A.A.N., K.M. 435, 21 janvier 1924.

42 A.A.N., K.M. 322 : extrait du bulletin n° 5 de l’O.C.M.O.A., août 1926.

43 A.N., F 10 2748 : texte complet de l’accord.

44 B.S.A.F., 1925, p. 115-116.

45 S. Ruziewicz, op. cit., p. 30-31.

Table des illustrations

Titre IMMIGRATION DE TRAVAILLEURS AGRICOLES DE 1920 A 1926
Crédits Source : Statistiques du ministère de l’Agriculture.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50953/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre FLUCTUATIONS MENSUELLES DES ENTRÉES DE TRAVAILLEURS AGRICOLES POLONAIS
Crédits Source : Statistiques du ministère de l’Agriculture.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50953/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre POPULATION POLONAISE EMPLOYÉE DANS L’AGRICULTURE AU 1er JANVIER 1926
Crédits Sources : Ministère de l’Agriculture et OCMOA
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50953/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50953/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50953/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search