Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Première partie. Le grand flux (1919-1926)

Chapitre III. La politique de recrutement

Texte intégral

1Le recrutement collectif permet d’intensifier les introductions de main-d’œuvre. C’est particulièrement frappant dans le cas des Polonais. Mais à tâche nouvelle, obstacles de toutes sortes. Les premières années, on improvise.

Les tâtonnements initiaux

2Au moment de la signature de la convention franco-polonaise, fonctionnent toujours à Paris les organismes créés en 1916 : au ministère du Travail, le Service de la M.O.E. et au ministère de l’Agriculture, celui de la M.O.A. Comme si ce dualisme ne suffisait pas, quatre autres départements entrent en scène : le quai d’Orsay, fort de son rôle dans la préparation des textes des conventions et dans le fonctionnement de la Commission interministérielle de l’immigration, le ministère de l’Intérieur, responsable de la surveillance des travailleurs étrangers depuis le décret du 21 avril 1917, le ministère des Régions libérées et celui de la Reconstitution industrielle. La disparition de ce portefeuille en janvier 1920 ramène à cinq le nombre des protagonistes. Cinq, si l’on considère seulement le recrutement. Car le Garde des Sceaux, les ministres des Travaux publics, de l’Hygiène et de l’Instruction publique interviendront aussi dans les problèmes ayant trait au séjour en France des travailleurs polonais.

  • 1 E.M.A., 5 N 190, 14 décembre 1919.

3Étant donné l’accent mis, au cours des négociations de la convention d’émigration, sur les besoins prioritaires de main-d’œuvre pour reconstruire les zones dévastées, le ministère des Régions libérées semble avoir un rôle important à jouer. Et l’on peut penser qu’il va l’emporter sur tous les autres. C’est à lui qu’incombe la responsabilité de la répartition des premiers convois qui arrivent de Varsovie1. Mais dès la deuxième année, il se laisse distancer par le ministère du Travail et ne récupérera jamais le terrain perdu. Son importance va s’amenuiser jusqu’à ce que, les sols de combat rebâtis, il soit supprimé à son tour en avril 1925.

4A Paris, par suite d’une concurrence excessive, règne une activité fébrile mais atomisée. En Pologne, pour des raisons diamétralement inverses, la situation n’est pas plus brillante. En 1919, il n’existe aucune structure capable d’assurer le recrutement sur place. La P.T.E. de Cracovie a disparu et d’ailleurs la Galicie apparaît trop décentrée par rapport à la nouvelle géographie politique polonaise. Tout est à créer, et dans le laps de temps le plus bref possible. D’où l’installation en grande hâte à Varsovie, à l’automne 1919, d’une Mission française de la Main-d’œuvre, à laquelle répondra en 1920 l’Office polonais d’Émigration. D’où également l’ouverture, en décembre 1919, d’un bureau d’immigration à Toul, là où s’arrêtent les trains qui amènent à travers l’Allemagne les convois d’ouvriers.

La Mission française de la Main-d’œuvre face au C.C.H.F.

5De son nom officiel et complet, Mission française pour le recrutement de la Main-d’œuvre en Pologne, elle voit le jour aussitôt après le 3 septembre 1919, avec à sa tête le colonel Chaillot issu de la Mission militaire française de Varsovie. A l’origine coiffée par le ministère des Régions libérées, elle passera rapidement sous la direction du ministère du Travail.

6En théorie, elle devrait assurer seule le contrôle médical et l’examen des aptitudes professionnelles des candidats. Mais, pour une tâche d’une telle ampleur, elle manque de personnel et de moyens financiers. Ses membres n’ont aucune expérience d’un travail de cette nature et le fait qu’il s’agisse d’un organisme administratif alourdit ses démarches, lui ôte la promptitude sans laquelle elle risque fort de mécontenter les employeurs français qui ont recours à elle. Les autorités polonaises qui la supportent mal et le Comité central des Houillères qui ne demande qu’à prendre la relève vont lui faire payer chèrement sa faiblesse.

7Les premières années, c’est un déménagement continuel. Ne possédant pas de bâtiments propres, la Mission est ballottée de lieu en lieu par les administrations polonaises qui l’hébergent. Elle commence, en octobre 1919, par s’installer à Varsovie et occupe quelques mois les baraquements du J.U.R. : on croit alors que les démobilisés vont fournir une part appréciable des premiers convois collectifs à destination de la France. En août 1920, lors de l’avancée de l’Armée rouge, elle est évacuée à Czȩstochowa, à environ 200 km au sud-ouest de Varsovie, dans les baraques de bois de la section régionale du J.U.R. L’inconfort notoire, la promiscuité et le sentiment d’isolement qui résulte de l’éloignement de la capitale irritent profondément les responsables. Aussi la Mission décide-t-elle d’ouvrir une succursale à Poznań, et elle obtient à cet effet la cession provisoire de trois pièces dans les bâtiments municipaux. Au milieu de l’année 1921, lorsque l’établissement d’une communication normale et régulière à travers l’Allemagne rend possible le transport des ouvriers par trains ordinaires de Poznań à Toul par Berlin, au lieu des convois spéciaux plus onéreux comme c’était le cas jusqu’à présent, elle transfère la totalité de ses bureaux à Poznań, près de la frontière polono-allemande de Zbąszyń. On emménage dans les trois pièces prêtées par la municipalité et le chef de la succursale poznanienne, M. Mélandre, devient le directeur de la Mission française de la Main-d’œuvre toute entière.

  • 2 A.A.N., M.S.Z. 3914, 28 octobre et 18 novembre 1922.

8Ce n’est encore qu’une étape. Les bureaux en question étaient destinés à loger le département de la Prévoyance sociale de la voiévodie et, au début d’octobre 1922, le successeur de M. Mélandre, M. Lamaille, reçoit l’ordre d’évacuer les lieux pour le 1er novembre. L’intervention de la représentation diplomatique française à Varsovie auprès du ministre polonais des Affaires étrangères (M.S.Z.) permet de transiger et de repousser le délai jusqu’en 1923. Mais le M.S.Z. rappelle que le gouvernement polonais n’est nullement obligé de fournir un local à la Mission de la Main-d’œuvre. Tout ce qu’il a fait depuis trois ans était dicté par « la courtoisie particulière à l’égard des institutions françaises »2.

9La Mission officielle ne serait-elle qu’une façade ? Dès 1920 à Czȩstochowa, une délégation du Comité central des Houillères et de la Société des Agriculteurs de France fonctionne à ses côtés, avec pour tâche de régler des questions que l’on croyait être du ressort de la Mission : l’examen d’aptitude professionnelle et l’organisation du transport par chemin de fer. En 1921 à Poznań, on retrouve les représentants du C.C.H.F. et de la Société des Agriculteurs établis dans des baraquements qu’ils ont loués en accord avec l’administration polonaise locale. Ils ne mendient pas des bureaux. Ils les payent et par là même, assurent leur indépendance. Comme le côté pratique du départ des ouvriers mineurs et des travailleurs agricoles est assuré entièrement par les deux organisations privées et que les émigrés des autres professions sont à peine quelques centaines, les activités de la Mission se réduisent progressivement. A la fin de 1922, son personnel ne comprend plus qu’un directeur, un employé et une dactylo (2).

  • 3 C.C.H.F., carton n° 7, 14juin 1921.

10Plus les mois passent, plus les groupements professionnels occupent le devant de la scène. Toutes les sources concordent sur ce point. Les autorités polonaises en font état, la correspondance de Henri de Peyerimhoff le confirme et le ministre des Régions libérées l’officialise le 11 juin 1921. Ce jour-là, Louis Loucheur conclut un accord avec la Confédération des Associations agricoles des Régions dévastées (C.A.R.D.) lui confiant le soin de recruter en Pologne les ouvriers agricoles à destination des départements sinistrés, et avec le Comité central des Houillères de France chargé désormais de l’introduction de la main-d’œuvre polonaise pour les mines de charbon et même les mines de fer. Les exploitants effectueront leurs règlements directement au C.C.H.F. ou à la C.A.R.D., soit 220 F par tête : 100 F de provision lors de la demande et 120 F à l’arrivée de l’ouvrier3.

11C’est à la fois le signe de l’effacement définitif du ministère des Régions libérées et la consécration du rôle prééminent du secteur privé dans le recrutement des ouvriers polonais. La Mission officielle française de Varsovie continue d’exister, rattachée désormais au Service de la M.O.E. du ministère du Travail. Les délégations du C.C.H.F. et de la C.A.R.D. en Pologne sont placées sous son contrôle théorique et, par un tacite partage des tâches, elle se charge de l’examen médical des candidats tandis qu’elle abandonne aux représentants des employeurs la sélection professionnelle qui représente la partie la plus ardue, celle pour laquelle elle a montré depuis le début le moins de compétence. Malgré toutes les dénégations en haut lieu, c’est un aveu d’échec pour le gouvernement.

12On veillera à maintenir la fiction d’une Mission en pleine activité : bâtiment à part, signature indispensable au bas de tous les actes, présence de M. Lamaille lors des réunions et commissions consultatives franco-polonaises. La Mission se charge de la correspondance avec les autorités de Varsovie et des protestations éventuelles contre les « ingérences » polonaises dans le recrutement de la main-d’œuvre, domaine réservé des Français.

La faible marge de manœuvre de l’Office polonais d’Émigration

13En Pologne, la situation paraît plus claire puisque tout passe par le secteur public et que seuls deux ministères sont concernés : les Affaires étrangères (ministerstwo Spraw Zagranicznych – M.S.Z.) et le ministère du Travail et de la Protection sociale (ministerstwo Pracy i Opieki Spoiecznej – M.P.O.S.).

14Le Département consulaire du ministère des Affaires étrangères entretient des relations constantes avec le ministre plénipotentiaire à Paris (Maurice Zamoyski, puis Alfred Chiapowski), avec les consuls et avec le conseiller d’émigration. Le nombre de consulats et les circonscriptions qu’ils coiffent mettent quelques temps à se fixer. En 1922-1923, le consulat polonais de Lille n’existe pas encore : le Nord et le Pas-de-Calais dépendent de la juridiction de Paris (Voir carte p. 422), ce qui prouve que Varsovie s’est laissé surprendre. Le gouvernement n’imaginait pas à l’origine un tel afflux d’émigrants vers ces deux départements sinistrés et industriels à la fois.

15Les obligations des consuls sont fort mal définies. En particulier, ont-ils qualité pour intervenir dans les questions liées à l’immigration ? La France conçoit la fonction consulaire de façon très restrictive. Elle voudrait réserver la protection des travailleurs étrangers aux seules autorités françaises. L’article 5 de la convention du 3 septembre 1919 ne laisse aucun doute sur ce point :

« L’administration qualifiée de chacun des deux pays veillera à la protection des travailleurs... de l’autre pays employés sur son territoire. C’est à cette administration que seront adressées ou transmises soit directement, soit par l’intermédiaire des autorités consulaires compétentes, toutes les réclamations formulées par les travailleurs étrangers, lesquelles pourront être rédigées dans leur langue maternelle... »

Le consul recevrait le courrier, le traduirait et le transmettrait : travail qui tient un peu du bureau de poste et de l’écrivain public.

16Une loi polonaise datée du 11 novembre 1924 précisera que, en dehors de la défense des intérêts économiques de l’État, les consuls doivent veiller à l’exécution des conventions internationales et protéger les citoyens polonais :

  • 4 J.O. de la République de Pologne (Dz. U.R.P.), 1924, n° 103, position 944 : extrait de l’art. 20 de (...)

« Les consuls sont chargés de prêter une attention particulière à l’Immigration polonaise, permanente et saisonnière, sur le territoire de leurs régions respectives, ainsi qu’à la réémigration en Pologne, et d’informer les autorités polonaises de tout ce qui concerne l’immigration et l’émigration. »4.

En attendant, leur activité est extrêmement réduite. Aussi dès 1920, en relation avec l’arrivée en France des premiers convois d’ouvriers, le M.S.Z. délègue-t-il à Paris un attaché d’émigration, qui prendra ensuite le titre de conseiller d’émigration. Rattaché à la légation – puis en 1924 à l’ambassade – de Pologne, il sert d’intermédiaire entre Varsovie et les consuls et jouera un rôle de plus en plus important au fil des années, au fur et à mesure que s’enflera le flot migratoire.

17Le ministère du Travail et de la Protection sociale (M.P.O.S.) compte parmi ses attributions la surveillance de l’émigration. Malgré la volonté du M.S.Z. de s’en occuper activement, il ne peut la monopoliser. Ainsi s’explique la création, par décret du 22 avril 1920, d’un organisme interdépendant et autonome, l’Office d’Émigration (Urzad Emigracyjny).

18Théoriquement, cet Office a compétence sur tout ce qui touche à l’émigration des ressortissants polonais. Pratiquement, il doit d’abord se faire admettre comme interlocuteur valable par les pouvoirs publics français, lesquels se retranchent derrière les clauses avantageuses de la convention du 3 septembre 1919 qui ne prévoit aucun partage des responsabilités entre les deux camps. Il entre donc par la porte étroite et cherche à exploiter ce qui, dans les textes, ne lui est pas refusé. Puisqu’il est prévu que le départ de la main-d’œuvre d’un pays à destination de l’autre ne doit jamais nuire aux intérêts économiques du premier (article 12), l’ Office se charge de déterminer les régions de la Pologne où le recrutement sera autorisé, précise le nombre et les catégories de travailleurs qui pourront faire l’objet d’un embauchage collectif. Dans ce but, il entre en relations avec les bureaux de placement régionaux (P.U.P.P.) qui le tiennent au courant de l’état du marché du travail dans leur circonscription. Puisque le protocole final promet un deuxième accord franco-polonais destiné à combler les lacunes du premier en matière de prévoyance sociale, il rassemble toute une documentation pour tenter d’infléchir la volonté française dans la nouvelle négociation.

19Les premières années, l’ Office d’Émigration fonctionne surtout comme un collecteur de données. En 1924, sa compétence sera précisée par un décret ministériel, en fonction de ce que les autorités françaises et le C.C.H.F. lui auront permis de grignoter dans l’organisation du recrutement de la main-d’œuvre.

20Le Comité central des Houillères accepte plus facilement de dialoguer et de coopérer avec l’ Office d’Émigration. On pourrait donc croire que les relations vont s’améliorer avec le temps puisque le C.C.H.F. occupe de plus en plus le terrain. Or, habileté suprême de Henri de Peyerimhoff, lorsque l’organisme polonais le gêne, il fait intervenir la Mission. Son attitude, apparemment plus souple, est en réalité très efficace. Il utilise l’Office d’Émigration mais ne lui cède en rien, sur l’essentiel.

Les débuts laborieux du dépôt de Toul

21Bureau, centre, camp, dépôt : quatre termes à peu près interchangeables pour désigner une même réalité. A l’époque on les utilise tous les quatre, avec une prédilection pour le dernier.

22Le 23 octobre 1919, un arrêté interministériel prévoit l’ouverture de sept nouveaux bureaux d’immigration chargés d’accomplir les formalités relatives à l’introduction de la main-d’œuvre étrangère et possédant chacun une structure identique, soit :

« un service de sûreté générale,
un service d’hygiène et de vaccination,
un service de main-d’œuvre industrielle,
un service de main-d’œuvre agricole » (article 2).

Parmi eux, Toul en Lorraine. Trois semaines plus tard, le ministre de l’Intérieur demande au préfet de Meurthe-et-Moselle d’inaugurer le centre de Toul le 1er décembre, dernier délai :

  • 5 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 13 novembre 1919. Liasse entièrement consacrée au dépôt de Toul, très riche (...)

« L’urgence résulte de la décision prise par les diverses administrations de diriger sur Toul les importants contingents de travailleurs polonais dont l’arrivée est imminente. »5

Il reste dix-sept jours afin de tout organiser !

  • 6 La réduction des effectifs après 1918 libère des constructions militaires et explique que l’on puis (...)

23Pourquoi avoir choisi Toul qui n’est plus une ville frontalière depuis que l’Alsace-Lorraine a été réintroduite dans le territoire national ? C’est un nœud important de voies de communications : la route et la ligne de chemin de fer qui joignent Strasbourg et Nancy à Paris traversent la commune ; le canal de la Marne au Rhin et le canal de l’Est (la Moselle canalisée) servent pour le transport des marchandises. En outre, c’est une ville de garnison et l’autorité militaire consent à céder une de ses casernes, ce qui représente à la fois une économie et un précieux gain de temps6. Les immigrés prendront la place des soldats dans les dortoirs et

« les locaux de l’infirmerie militaire sont tout désignés pour abriter le service d’hygiène et de vaccination ». (5)

24Après deux semaines perdues à les visiter l’une après l’autre, l’administration civile choisit l’annexe de la caserne Thouvenot, située sur le territoire de Toul près de la commune voisine d’Écrouves. Le préfet exprime sa satisfaction :

  • 7 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 28 novembre 1919.

« Les locaux sont en bon état et suffisants pour une installation comprenant une salle de visite, une infirmerie, des bains-douches et même un pavillon d’isolement. Un hangar permettra d’abriter l’étuve de désinfection que le service de santé de la 20e Région militaire met à la disposition de mon administration. »7

Pourtant le bâtiment se trouve à plus de trois kilomètres de la gare, ce qui obligera les voyageurs à parcourir un long trajet à pied, les bagages à bout de bras. Le choix n’est donc pas si judicieux !

  • 8 Id., 8, 9 et 11 décembre 1919.

25Le 9 décembre le directeur, à peine nommé, parle déjà d’envoyer sa démission car il attend toujours les deux camions promis par le service des transports des Régions libérées pour le transfert des couvertures, des combustibles et des vivres. En quarante-huit heures, le déchargement s’effectue à la hâte et le dépôt ouvre ses portes le 118. Il était temps, puisque le premier convoi en provenance de Varsovie, lui-même retardé, entre en gare le 20 au matin.

26Inaugurer un bureau d’immigration ne signifie pas le faire fonctionner. Les difficultés de toutes sortes s’accumulent : personnel insuffisamment nombreux et souvent sans qualification, matériel défectueux, locaux rapidement trop étroits, problèmes médicaux presque insurmontables. Et pour coiffer le tout, l’absence d’une coordination au sommet, d’où une perte de temps considérable en correspondance administrative entre les différents services ministériels qui écrivent plus qu’ils n’agissent. Signe tangible de ces carences, les directeurs du dépôt de Toul démissionnent les uns après les autres : on en compte cinq en trois ans.

27Le tableau ci-joint donne un aperçu de l’enchevêtrement des responsabilités.

Les ministères responsables du centre de Toul en 1920-1921

Ministère des Régions libérées Le personnel des convois :
(jusqu’en juin 1921) accompagnateurs,
interprètes.
Ministère du Travail : Le personnel administratif :
Service de la M.O.E. directeur,
employés.
Ministère de l’Hygiène, Le personnel médical :
de l’Assistance et médecin,
de la Prévoyance sociale infirmier.
Ministère de l’Intérieur : Le commissaire spécial affecté au Centre,
Service de la Sûreté générale qui délivre les cartes d’identité ; les
inspecteurs de police qui interviennent
en cas de vols ou de rixes entre
immigrés.
Ministère de la Guerre : Les soldats chargés de manœuvrer les
20e Région militaire étuves à désinfection et les appareils
commandant la distribution d’eau.

N.B. : On ne trouve par contre aucun représentant du ministère de l’Agriculture, qui délègue ses pouvoirs aux deux premiers.

  • 9 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 11 et 20 juin 1921.

Schéma pratique mais incomplet, il ne tient pas compte du rôle indirect du Comité central des Houillères. En 1921, le médecin touche à la fois 800 F d’honoraires mensuels versés par le ministère de l’Hygiène et une indemnité d’un franc par ouvrier examiné, allouée par le C.C.H.F. Ayant reçu, lors des premiers convois, certains Polonais inaptes au travail minier parce que de constitution fragile, persuadées que la visite médicale pratiquée en Pologne sous le contrôle de la Mission française de la Main-d’œuvre est bâclée, les compagnies minières préfèrent veiller à la qualité du deuxième examen et, pour cela, n’hésitent pas à payer. Mais agissant ainsi, elles deviennent exigeantes. Lorsqu’un Polonais nouvellement embauché tombe malade, elles en font retomber la responsabilité sur le médecin de Toul qui n’a pas su le prévoir9.

  • 10 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 5 décembre 1921.

28L’aide apportée par l’armée lui donne un droit de regard sur le fonctionnement du dépôt. Or cette aide touche à tous les domaines : en dehors du prêt des locaux, celui des salles militaires de l’hospice de Toul pour les malades atteints d’affections bénignes et de l’hôpital militaire pour les contagieux. A l’intérieur de la caserne Thouvenot, une grande partie du matériel, notamment l’étuve à désinfection, lui appartient. Elle fournit un mécanicien-manipulateur pour l’entretenir et un infirmier pour le service des douches. Comme aucun médecin civil de Toul n’accepte de sacrifier sa clientèle privée pour venir examiner les immigrants, elle consent à détacher un aide-major, le docteur Stefan Goclowski, d’origine polonaise, bilingue, en service dans l’armée française. Le docteur Zuber, chef des travaux d’hygiène et de bactériologie à la Faculté de médecine de Nancy se déplace à l’arrivée de chaque convoi pour le seconder. Pendant les six années de son travail à Toul, le docteur Goclowski exécute les instructions qu’il reçoit du ministère de l’Hygiène, instructions dans lesquelles le directeur du Service de santé militaire n’a pas à s’immiscer. Cependant l’armée garde la haute main sur lui et peut à tout moment le rappeler, comme elle risque de le faire pour tous les membres mis par elle à la disposition du dépôt. En mars 1921, elle reprend l’infirmier qui assurait le fonctionnement des appareils à douche depuis quinze mois. Le ministère des Régions libérées assure la relève sans grand enthousiasme et rémunère jusqu’à la fin de l’année une infirmière civile. Quand en janvier 1922 il coupe les crédits, force est de se tourner vers le ministère du Travail10. Par contre le deuxième infirmier, celui qui assiste le médecin lors des visites médicales, continue de dépendre du ministère de l’Hygiène. On pourrait multiplier les exemples de ces glissements, de ces partages, de ces incohérences, preuves d’une politique à très courte vue, chaque ministère cherchant à profiter des services du centre de Toul sans avoir à trop en supporter les frais.

29Le personnel laisse à désirer. Rien d’étonnant. Le ministre de l’Intérieur a précisé qu’il

« sera payé par indemnité fixe mensuelle non assimilable à un traitement... Les emplois en cause ne devront pas être considérés comme permanents ni rentrant dans les cadres administratifs. » (5)

  • 11 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 28 novembre 1919 et août 1921.

Aussi embauche-t-on des occasionnels non motivés et des ouvriers polonais inaptes temporaires pour le travail des mines, qui acceptent d’effectuer les besognes les plus diverses : épouilleurs ou même aide-infirmiers, sorte d’hommes de peine payés à la journée, mal payés d’ailleurs et qui n’y connaissent rien. Il arrive qu’après les opérations de sulfuration, on retrouve des poux encore vivants dans les vêtements et qu’il faille tout recommencer11.

30Le matériel prêté par l’armée s’avère défectueux et les locaux trop petits.

  • 12 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 26 février 1920 et 10 mars 1921.

« Sur vingt-quatre douches installées, il n’y en a que quatre qui fonctionnent. »
« Les appareils continuellement hors service ne permettent pas, malgré de fréquentes réparations, d’assurer l’eau à une température assez élevée. »12

Parfois le jet s’arrête au milieu des opérations, laissant le groupe tout entier couvert de savon. C’est le serpent de mer du centre de Toul. Ces douches ne marcheront jamais bien, en partie parce qu’elles servent jour et nuit sans interruption lors de l’arrivée d’un train, en partie parce que les crédits manquent pour un entretien correct.

  • 13 Id., 17 et 25 mars 1920.

31Quant à l’exiguïté des locaux, elle tient pour une part à l’introduction beaucoup plus importante que prévue de travailleurs polonais et de leurs familles. Au début, les opérations sanitaires et médicales durent plus d’une semaine et l’on peut craindre de voir arriver le convoi suivant avant d’avoir évacué le premier : il serait impossible de loger tout le monde. Une organisation plus rationnelle réduit, à partir d’avril 1920, le séjour des immigrants à moins de trois jours. Mais le directeur voudrait doubler la surface au sol, de manière à désinfecter les lieux entre chaque convoi. Il souhaite aussi un local spécial où les ouvriers déposeraient leurs bagages afin de les soumettre à la sulfuration13.

32Les multiples précautions d’hygiène : douchage, épouillage, désinfection des vêtements et de la literie, s’expliquent par la hantise d’une maladie introduite en France par les Polonais :

« Il est à redouter qu’une épidémie éclate et se propage rapidement dans le camp, les environs immédiats et peut-être même jusqu’aux lieux de destination définitive des travailleurs polonais en France. » (14)

Il n’y a jamais eu d’épidémie à Toul, mais quelques cas de variole et de typhus qui affolent tout le monde. L’alerte est donnée à l’arrivée du troisième convoi, le 26 janvier 1920 :

  • 14 A.D. M.-et-M., 10 M 37 : Dr Zuber, 20 février 1920.

« A noter un cas de variole chez un homme malade depuis le départ de Varsovie et placé en observation à l’infirmerie du camp dès son arrivée à Toul… Tout le personnel du dépôt (vingt personnes) a été vacciné, y compris le directeur qui a tenu à montrer l’exemple. »14

Moins d’un mois après, le typhus fait son apparition :

« Ont dû être évacués sur l’hôpital de Toul… deux suspects de typhus exanthématique, dont la secrétaire du chef du dépôt… » (14)

  • 15 G.H. Roger, F. Widal, PJ. Teissier, Nouveau traité de médecine, tome 2 : Les maladies infectieuses.(...)

Contrairement à une idée très répandue, la maladie la plus grave des deux est la variole, mortelle de 50 à 70 % chez les sujets non vaccinés. Le typhus, également fort contagieux, entraîne moins souvent la mort15. Au xixe siècle, presque disparu en Europe occidentale, il a continué de sévir en Russie et pendant la première guerre mondiale, transporté par les soldats, il s’étendit alentour, en particulier dans les campagnes polonaises où le manque d’hygiène et la misère ont facilité sa propagation. En France, grâce à une hygiène corporelle moins sommaire et une nourriture plus substantielle, il y a peu de danger ; plusieurs cas observés en 1917 chez des réfugiés d’Europe centrale n’ont eu aucune répercussion sur la population locale. La contamination de la secrétaire du directeur du centre de Toul restera unique, et au cours des trois années suivantes un seul ouvrier arrivera de Pologne atteint du typhus, en mai 1921 : transporté à l’hôpital militaire, il en guérira comme les deux précédents.

  • 16 Pourcentages calculés d’après les rapports médicaux du docteur Zuber qui note, convoi par convoi, l (...)

33La variole fait plus de ravages. Tous les travailleurs recrutés collectivement ont été vaccinés avant leur départ par les soins de la Mission française de la Main-d’œuvre, mais le vaccin utilisé devait être inopérant puisqu’à Toul ceux qui ne portent pas les marques d’une vaccination positive récente et sont soumis au renouvellement représentent 59 % des effectifs en 1920 et 68 % en 192116 : perte de temps, frais supplémentaires et risques supérieurs si l’immigrant porte déjà des germes. Cela se produit deux fois en 1922, lorsqu’une nouvelle épidémie de variole frappe la Pologne. Le 17 avril, une petite fille hospitalisée à Toul dans un état désespéré contamine l’infirmière qui la soigne, plus quelques malades de l’hôpital et quatre habitants de Toul dont l’un en meurt. L’infirmière affectée à l’enfant était restée en contact avec les autres services : erreur inadmissible. On n’en attribue pas moins la responsabilité aux Polonais :

  • 17 Id., 22 mai et 3 juin 1922 : opinions exprimées par le maire de Toul et le directeur de l’Institut (...)

« Tous ces nomades (sic !) plus ou moins propres séjournent dans la gare... Il y a là un danger pour la santé publique. »
« Tous sont pourvus de bagages qui exhalent une odeur répugnante... Les colis qui traînent dans la gare (sont) un danger public. »17

  • 18 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 23 et 25 novembre 1922.

Les maires de Toul et d’Écrouves ordonnent une vaccination générale des habitants des deux localités, et le docteur Zuber procède de même pour les convois venant de Pologne. Or le 21 novembre, alors que l’émotion commence à retomber, un nouveau cas se déclare chez un bébé de dix mois arrivé de Poznań trois jours avant avec sa mère et ses deux frères. Tous quatre avaient pourtant été vaccinés le 15 novembre en Pologne et le 18 à Toul ; mais l’enfant couvait déjà la variole. Le docteur Zuber consigne à l’intérieur de la caserne les 2 058 personnes qui s’y trouvent et refuse de laisser entrer les convois suivants. En quelques jours, l’embouteillage est indescriptible à la gare de Toul où les Polonais attendent dans leurs wagons mis sur voie de garage, malgré les protestations de la Compagnie des chemins de fer de l’Est. Ni les autorités militaires ni la municipalité ne veulent les héberger par crainte de trouver parmi eux un nouveau malade18. Le 1er décembre, aucun cas de variole ne s’étant déclaré, le trafic normal du dépôt peut reprendre. D’ailleurs, l’enfant guérit.

34Toul reçoit, entre 1920 et 1923, six Polonais atteints de syphilis, huit de la rougeole et dix de broncho-pneumonie. Certains d’entre eux décèdent. Pourtant, aucune de ces trois maladies ne provoque d’affolement. La rougeole, très grave chez les gens à défense immunitaire faible, inquiète le médecin du centre, mais lui seul. Les sociétés véhiculent des peurs ancestrales. La tuberculose – la vieille phtisie – si elle s’était déclarée ici aurait sans doute engendré les mêmes réactions de panique. La hantise d’une résurgence de la variole à l’aube du xxe siècle n’a d’égale que la confiance absolue, également exagérée, dans les effets bénéfiques de la vaccination.

35Le camp de Toul manque d’équipements et se trouve fort démuni devant les multiples problèmes médicaux qui se posent. Si une authentique épidémie s’était déclarée, ç’eût été effectivement une catastrophe.

36La Mission française de la Main-d’œuvre mérite des reproches. Les revaccinations effectuées à Toul donnent 75 à 90 % de succès, ce qui prouve la réceptivité du sujet. Incapable d’assurer la sélection professionnelle, elle l’abandonna au C.C.H.F. Celui-ci songe maintenant à prendre en charge les examens de santé sur les lieux d’embauche.

37Les employeurs portent aussi leur part de responsabilité. On devrait attendre dix à douze jours après la vaccination antivariolique avant de laisser partir un convoi de Pologne. Or pressés de recevoir leurs ouvriers, ils réclament sans cesse l’accélération de la procédure et un raccourcissement des délais entre le dépôt de la demande et l’arrivée des travailleurs. Personne n’est innocent dans ces bavures.

Le cas particulier des polonais recrutés en Westphalie

38La convention franco-polonaise du 3 septembre 1919 ne traite que des émigrants quittant un des deux pays pour l’autre : pas un mot des Polonais hors des frontières, en particulier de ces Allemands-malgré-eux qui s’échinent dans la Ruhr et ont quelques raisons de s’y déplaire.

L’Impossible retour au pays

  • 19 E.M.A., 4 N 35, 1er septembre 1919.

39Après la défaite du Reich, il en est qui laissent éclater leur germanophobie. Pas tous. Un mouvement d’opinion ne fait jamais l’unanimité et il n’existe aucune estimation objective pour mesurer celui-là. Disons simplement qu’il tend à s’exacerber au cours de l’été 1919, en raison de l’écrasement de la première insurrection de Silésie où des Polonais du bassin rhéno-westphalien ont encore leur famille19.

40Certains songent à changer de citoyenneté. L’article 91 du traité de Versailles leur en donne le droit :

« Dans le délai de deux ans à dater de la mise en vigueur du présent traité... les Polonais ressortissants allemands, âgés de plus de dix-huit ans et domiciliés en Allemagne auront... la faculté d’opter pour la nationalité polonaise... Toutes personnes ayant exercé le droit d’option ci-dessus prévu auront la faculté, dans les douze mois qui suivront, de transférer leur domicile dans l’État en faveur duquel elles auront opté... »

  • 20 C. Klessmann, op.cit., p. 390-391.
  • 21 Pamiȩtniki Emigrantów. Francja (Mémoires des émigrants polonais. France). Varsovie, I.G.S., 1939, 7 (...)

Sur le nombre de ceux qui demandèrent un passeport polonais, nous ne possédons pas de statistique fiable, chacun des deux États s’attribuant la victoire, comme généralement en pareil cas. Selon les sources allemandes, dans le district d’Arnsberg seuls 28 à 30 % auraient choisi de devenir polonais ; Varsovie affirme au contraire qu’ils représentent plus de la moitié20. En réalité, c’est un faux problème. Parmi ceux qui optent pour la Pologne, certains demeureront sur place tandis que d’autres vont partir avant d’avoir régularisé leur situation. Après tant d’années passées sous domination étrangère, la notion de citoyenneté compte moins que le sentiment national, ancré au fond de soi et qui ne s’inscrit sur aucun papier. La nécessité de posséder des documents en règle n’apparaît pas toujours, même dans une population urbanisée comme celle de la Ruhr. Tel « Westphalien », né dans un village de Poznanie en 1872, depuis 1905 installé près d’Essen où il a appris le métier de mineur, n’utilise pas son droit d’option et, en 1923, est encore citoyen allemand ; pourtant il préside trois associations polonaises, veille à l’organisation de cérémonies religieuses en langue polonaise et cherche à faire ouvrir une école polonaise dans son quartier21.

41La République de Weimar ne chasse pas les Polonais. Au contraire, elle se déclare prête à des concessions à leur égard pour conserver tout ou partie de cette main-d’œuvre indispensable à l’exploitation minière et la politique de germanisation a toutes chances d’être abandonnée au profit de méthodes plus acceptables. Certes, on les encourage à conserver la nationalité allemande qui était déjà la leur auparavant. Mais quel État agirait autrement dans les mêmes circonstances ?

  • 22 E.M.A., 6 N 215, 30 juin 1921 ; C. Klessmann, op.cit. p. 368-376. En 1920, le consulat d’Essen poss (...)

42Contrairement aux espérances initiales, la Pologne ne peut fournir d’emploi à tous ceux qui souhaitent rentrer de Westphalie. Les premiers mois, les autorités laissent faire. Puis de façon progressive, Varsovie canalise le mouvement en imposant un visa délivré par le consulat polonais d’Essen afin de refouler les « indésirables », autrement dit les Spartakistes, en fait peu nombreux parmi les mineurs polonais de la Ruhr22. En 1921- 1922, le consul ralentit de plus en plus la délivrance des visas et le gouvernement fixe au 10 janvier 1923 la date limite des retours. Ce ne sont évidemment plus les raisons politiques qui l’expliquent.

  • 23 Pamiętniki... (Mémoires...), op.cit. : récit n° 9, p. 101-171. Voir Chapitre V, p. 115.

43La région charbonnière de Haute-Silésie, bouleversée de 1919 à 1921 par trois insurrections successives et partagée avec l’Allemagne après le plébiscite, n’a guère besoin des « Westphaliens ». Et ceux qui parviennent à se faire embaucher regrettent vite la Ruhr, car les conditions d’extraction sont ici plus pénibles et les salaires plus bas. Les jeunes partent faire leur service militaire, espérant gagner du temps. Lorsque les parents ont conservé un lopin de terre, d’autres essayent de l’exploiter mais, élevés en milieu urbain, ils ignorent le métier et la propriété trop petite ne peut les nourrir23.

44On estime à 30 000, peut-être 50 000, le nombre de « Westphaliens » qui s’installent définitivement en Pologne aux lendemains de la guerre. Il s’agit surtout d’artisans, d’employés ou de gens âgés venus mourir dans le pays de leurs pères, plus rarement d’ouvriers.

45Après quelques essais infructueux, les mineurs, s’ils ne veulent vraiment plus retourner en Allemagne, se résignent à signer un contrat de travail et à prendre le chemin de la France. Ceux-là empruntent la voie normale. Recrutés en Pologne, ils arrivent à Toul en convois collectifs et ne sont pas enregistrés comme « Westphaliens » sur les listes d’entrée. C’est un des obstacles que nous retrouverons plus loin dans l’essai numérique.

Les initiatives du Comité central des Houillères

46En 1920, le C.C.H.F. recherche toujours des mineurs « professionnels », aptes à l’abattage. Les dirigeants des bassins du nord se souviennent de l’expérience d’avant-guerre :

  • 24 S. Wlocevski, L’établissement des Polonais..., op.cit., p. 184 : déclaration d’Alcide Falcon, secré (...)

« Nous savions que les Polonais westphaliens étaient de bons mineurs qu’on n’avait point besoin de “styler”. »24

  • 25 C. Kaczmarek, op.cit., p. 117-118 ; S. Wlocevski, L’établissement..., op.cit., p. 180.

47Question délicate ! Il s’agit de faire admettre à l’Allemagne l’organisation d’un débauchage important de ses mineurs de fond. Les représentants des gouvernements français et polonais tiennent à Paris une conférence à ce sujet le 5 juin 1920 et, connaissant l’empressement du C.C.H.F., décident de lui en confier le soin. Paris et Varsovie n’ont aucune raison de s’opposer à ce que des ressortissants polonais, d’où qu’ils viennent, s’installent en France, ou encore à ce que les consuls polonais en France délivrent des certificats de citoyenneté polonaise à des immigrants arrivés avant d’avoir eu le temps d’exercer leur droit d’option. Pour simplifier les transferts, il est entendu que le consulat polonais d’Essen remettra aux ouvriers que les Houillères auront engagés un certificat provisoire de nationalité et un passeport gratuit, sur l’attestation de l’Union syndicale de Bochum garantissant qu’ils sont bien polonais. Une fois passée la frontière, les dépôts de travailleurs étrangers les hébergeront et leur fourniront les mêmes services qu’à leurs compatriotes venus directement du pays25.

  • 26 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 3 juin 1922.

48Cela ne ressemble tout à fait, ni au recrutement collectif, ni au recrutement individuel. Du premier, nous retrouvons l’absence de frais à engager (passeport délivré gratuitement, prix du train avancé par l’employeur) et un certain contrôle : leur valeur professionnelle paraissant assurée, celui-ci se limite aux visites médicales. Par contre, ils voyagent isolément comme des touristes, les bagages enregistrés par leurs soins mêlés pendant le trajet avec ceux des autres passagers26. Ils peuvent apporter avec eux tout leur mobilier et leur équipement domestique. On ne saurait leur imposer l’abandon de ce qu’ils ont acquis au cours de leur séjour en Allemagne, puisqu’ils partent sans retour.

  • 27 C.C.H.F., carton n° 7, 22 décembre 1920.

49Ici, le Comité central des Houillères n’a aucune lutte à engager pour rivaliser avec un département ministériel. Bertrand Nogaro, directeur du service de la M.O.E., participe aux discussions organisées par le C.C.H.F. pour régler les questions de détail, mais il se range à l’avis général27. D’entrée de jeu, Henri de Peyerimhoff dirige l’opération. De ce point de vue, le problème est relativement plus simple que dans le cas du recrutement de la main-d’œuvre en Pologne.

50Les compagnies houillères choient les « Westphaliens », leur allouant 5 F par jour pendant la période où ils se trouvent sans salaire, soit entre la fin de leur emploi dans la Ruhr et le début de leur travail en France. Quand ils franchissent la frontière, il y a toujours un agent du C.C.H.F. pour les accueillir. Attention spéciale, Henry Darcy demande au directeur du centre de Toul qu’une camionnette soit mise à leur disposition afin de transporter les femmes, les enfants et les paquets depuis la station de chemin de fer :

  • 28 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 6 novembre 1920.

« Le long trajet de la gare de Toul au dépôt ne laisse pas d’être fatigant... Nous sommes disposés à indemniser le dépôt dans la mesure que vous jugerez convenable, de la dépense supplémentaire occasionnée. »28.

Fort bien ! Mais la fatigue n’est-elle pas la même pour tous les immigrants ?

51Le flux migratoire démarre très lentement : une centaine de personnes par mois, au cours de la première année (automne 1920-automne 1921). D’où la décision prise d’intensifier le mouvement en se rendant sur place. La conjoncture internationale s’y prête puisque, depuis mars 1921, les villes de Dusseldorf et de Duisbourg sont occupées en vertu d’une décision collective des Alliés par suite des premiers retards dans le paiement des Réparations.

52Le C.C.H.F. sollicite la protection des troupes françaises et l’obtient. Une note du 25 novembre 1921 émanant du Quartier général de l’armée du Rhin à Mayence prescrit aux autorités militaires françaises de Duisbourg d’aider les représentants du Comité des Houillères. L’ordre du Q.G. a été provoqué de son côté par une note de la Haute Commission interalliée des Territoires rhénans (H.C.I.T.R.) dirigée par Paul Tirard. Le 1erjanvier 1922, le C.C.H.F. ouvre un bureau dans le local de la coopérative militaire française à Duisbourg. Aucun statut administratif ne définit ses attributions. Une demande d’explications de la part des Allemands mettrait tout le monde dans l’embarras. Aussi le Comité central des Houillères se défend-il de faire de la propagande :

  • 29 M.A.E., Pologne, vol. 283, p. 22-24, note du C.C.H.F., 15 mars 1922.

« Le bureau... a pour but de fournir des renseignements aux mineurs de nationalité polonaise qui désirent venir travailler dans les mines françaises... (son) action... ne tend pas à provoquer le départ de ces ouvriers mais à le réglementer et à le surveiller à des fins d’utilité nationale autant que professionnelle. »29

Où se situe la limite entre l’information et la recommandation ? Ici, on ne recrute pas. Mais le bureau occupe une position stratégique, à une vingtaine de kilomètres du bassin de charbon de la Ruhr où réside la clientèle convoitée.

  • 30 A.D. M.-et-M., 10 M 37.

53Le résultat ne se fait pas attendre : au lieu de 35 « Westphaliens » en janvier 1922, 300 en février, 820 en mars, 1487 en avril et 2257 en mai, entrent en France par Toul, selon les chiffres fournis par le docteur Zuber chargé, avec le docteur Goclowski, de les ausculter30.

54A partir de l’année 1922 et jusqu’en janvier 1925, le docteur Zuber compte les « Westphaliens » indépendamment des autres Polonais, comme s’il s’agissait d’une nationalité. Il signale leur propreté corporelle et leur état sanitaire supérieur à la moyenne : « On les vaccine mais on ne les épouille pas ». La vie urbaine et l’hygiène germanique ont eu raison, en une génération ou deux, des habitudes paysannes ancestrales.

  • 31 Témoignages recueillis à Wilcze Gardlo (Haute-Silésie), novembre 1977.

55A présent, parce que leur nombre augmente, le C.C.H.F. regroupe les ouvriers embauchés dans la Ruhr et les achemine par convois. Les candidats ne choisissent plus la date de leur départ. Affectés à un train, ils ne peuvent le refuser sans prendre le risque d’attendre plusieurs jours, alors qu’ils ont déjà donné leur démission de la mine allemande qui les employait. Au cours de l’été, des familles convoquées à la dernière minute n’ont même pas le temps de rappeler ceux de leurs enfants partis en vacances31.

56L’embauchage des « Westphaliens » tend à s’aligner sur l’autre. Le recrutement collectif, pour des raisons d’efficacité, gagne du terrain.

L’influence de l’occupation de la Ruhr

  • 32 J. Bariety, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale. Paris, Publ. de la S (...)

57Le 11 janvier 1923, pour obtenir le versement des Réparations et malgré l’opposition de Londres, les armées belges et françaises occupent les points névralgiques du bassin houiller rhéno-westphalien autour de Essen, Bochum, Dortmund et Gelsenkirchen. Les Allemands répliquent par la grève générale dans les mines, l’industrie et les chemins de fer. Pour sortir de l’impasse, Paris et Bruxelles sont contraints de durcir leur attitude, d’isoler la Ruhr du reste de l’Allemagne et de faire promulguer des ordonnances par la H.C.I.T.R. : saisie des douanes, du produit des forêts domaniales et de l’impôt allemand sur le charbon32.

58En quelques semaines, des ingénieurs venus de France et de Belgique réussissent à remettre l’industrie en marche. Le fait est connu, mais on oublie le plus souvent d’expliquer par quel miracle l’exploitation put reprendre, ces ingénieurs ne s’étant tout de même pas convertis à l’abattage.

  • 33 S. Wlocevski, Le 25e anniversaire..., op.cit., p. 23.

59Malgré les ponctions exercées depuis trois ans – retours au pays et départs vers la France –, il y a encore beaucoup de Polonais parmi les mineurs de fond. En janvier 1923, leurs associations et leurs journaux, orchestrant une campagne nationale, déclarent que participer à la grève serait un acte antipatriotique et qu’il convient de collaborer avec les occupants33. Depuis la fin de la guerre, Michaƚ Kwiatkowski fondateur du Narodowiec, a, transféré une partie de ses activités en Pologne ; député à la Diète, il préside le groupe parlementaire démocrate-chrétien. En 1922, il créa une filiale de son imprimerie à Billy-Montigny en liaison avec l’établissement des premières colonies polonaises du Pas-de-Calais et il estime le moment venu d’accélérer le processus d’évacuation.

POLONAIS DE WESTPHALIE ENTRES EN FRANCE PAR TOUL (1922-1925)

POLONAIS DE WESTPHALIE ENTRES EN FRANCE PAR TOUL (1922-1925)

Source : A.D. M.-et-M., 10 M 37

60Des Polonais, jouant les « jaunes » au regard des ouvriers allemands, descendent donc dans les puits. Ce sont eux, pour une bonne part, qui assurent l’extraction.

  • 34 Pamiȩtniki Emigrantów... (Mémoires des émigrants polonais...), op.cit. : récit n° 13, p. 204-208.

« On a commencé à menacer les Polonais. Des bandes de brigands composées pour la plupart de Silésiens germanisés, forçaient les coffres des associations, abîmaient les drapeaux et s’attaquaient même à des maisons privées. Contre les bandes, il n’y a pas de loi. »34

Pour leur tranquillité, les francophiles ont intérêt à partir :

« Sachant que je me trouvais sur les listes noires et que viendrait mon tour une fois les occupants retirés, je me rendis compte qu’il fallait ficher le camp. » (34)

S’ils n’y pensent pas seuls, d’autres se chargent de les en avertir : Narodowiec, Wiarus Polski, l’administration militaire française et le C.C.H.F. La crise économique allemande et l’effondrement du cours du mark vont également y aider.

61Les délais fixés pour exercer le droit d’option ont déjà expiré, mais les autorités polonaises passent outre. Le consulat d’Essen délivre en quelques jours des passeports provisoires à ceux qui en font la demande. Tout le monde s’épaule, dans cette affaire.

62L’occupation de la Ruhr s’ajoute aux autres causes de départ vers la France. Elle ne constitue pas la cause principale, encore moins la cause unique, comme on le lit parfois. Il suffit d’examiner les statistiques du médecin de Toul qui compte les « Westphaliens » à leur entrée en France.

63L’apogée se situe en 1922. Plus que l’intervention militaire franco-belge, c’est l’ouverture à Duisbourg du bureau du C.C.H.F. le 1er janvier 1922 qui explique l’accroissement du flux migratoire. Le total annuel semble donner raison aux partisans de la thèse inverse, puisque 1923 dépasse 1922 (20 610 au lieu de 18 989). Ce n’est qu’une apparence due au lent démarrage de janvier à mars, la première de ces deux années. Au deuxième semestre 1922, on atteint 12 445 entrées, record absolu ; puis la courbe va diminuant.

  • 35 C. Klessmann, op.cit., p. 396 sq.

64L’historien Christoph Klessmann privilégie 1923 parce qu’il appuie son étude sur des sources allemandes. La République de Weimar avait le plus grand intérêt à défendre l’idée d’une émigration tardive : de 1919 à 1922, les Polonais auraient vécu tranquillement dans la Ruhr. Puis, s’étant conduits en mauvais citoyens, ils se seraient mis d’eux-mêmes au ban de la nation. L’auteur estime que l’on ne rencontre, dans la population polonaise, que peu de cas de sympathie ouverte envers les soldats français à leur arrivée et que ceux-ci en furent très déçus. Selon lui, le temps surtout travailla pour la France. Après l’échec de la « résistance passive », la production diminua et les employeurs licencièrent du personnel, notamment polonais, qui n’eut d’autre solution que d’accepter les offres du C.C.H.F.35. Cette interprétation a le mérite de bouleverser la légende d’une francophilie délirante, mais elle va trop loin. D’ailleurs les Polonais qui quittent la Ruhr ne sont pas tous des chômeurs : souvent ils donnent leur démission des mines de Westphalie pour émigrer.

Polonais de Westphalie entrés en France par Toul (1922-1925) (détail des enregistrements)

Polonais de Westphalie entrés en France par Toul (1922-1925) (détail des enregistrements)

65A la conférence de Londres en juillet-août 1924, Edouard Herriot président du Conseil et ministre des Affaires étrangères du gouvernement du Cartel des Gauches promet d’évacuer la Ruhr. L’Allemagne se sent désormais assez forte pour mettre un terme à l’hémorragie de main-d’œuvre. L’annonce de l’interruption prochaine des possibilités de départ provoque un sursaut, visible sur la courbe. Puis c’est la chute. Les derniers arrivent à Toul en janvier 1925.

  • 36 S. Wlocevski, L’établissement des Polonais..., op.cit., p. 180 ; C. Kaczmarek, op.cit., p. 132 ; S. (...)

66Il faut admettre que nous ne connaîtrons jamais le nombre exact de « Westphaliens » venus en France de 1920 à 1925. A partir des statistiques du service médical de Toul – qui ne comprennent pas les années 1920-1921 –, on obtient un total de 54 564. C’est un strict minimum puisque, en admettant que le docteur Zuber n’ait oublié personne, ces listes ne concernent que les immigrants arrivés directement d’Allemagne ; il faudrait ajouter ceux qui, rentrés en Pologne, signent là-bas leur contrat de travail. Les chiffres publiés à l’époque relèvent tous de l’évaluation, plus ou moins marquée d’intentions politiques. Les Allemands ne comptaient que les Polonais ayant déjà exercé le droit d’option : Christoph Klessmann propose une fourchette allant de 50 000 à 100 000. Les Polonais se montraient évidemment plus généreux : Stéphane Wlocevski penchait pour 100 000, Czesƚaw Kaczmarek hésitait entre 150 000 et 200 000 et Stanislas Ruziewicz culminait à 200 00036. Le consulat polonais d’Essen ne fournissait de documents personnels qu’aux ouvriers, soit le chef de famille et ceux de ses fils âgés de plus de 15 ans ; on multipliait le résultat obtenu par un « coefficient familial ». D’où une large marge d’erreur. Personne ne peut, à l’heure actuelle, refaire les calculs. Les éléments qui le permettraient ont tous disparu. Beaucoup plus que 50 000, sans doute moins de 150 000, les « Westphaliens » arrivés en France doivent osciller entre 100 000 et 130 000 : c’est tout ce que nous pouvons dire.

67Le rejet du pays où ils vivent, plus que l’attraction de l’autre, les pousse à s’en aller. Raisons négatives, qui s’expliquent fort bien : l’Allemagne est là, tandis que la France est loin. Bien sûr on entend des propos francophiles, mais il n’existe aucun applaudimètre pour les mesurer et la propagande française devient telle que la francophilie n’a plus rien de spontané. A la différence des années 1909-1913, les mines françaises auraient pu les accueillir à peu près tous, tant est grand le besoin d’ouvriers qualifiés. S’ils ne viennent que dans la proportion du tiers d’entre eux – ou de la moitié, selon les versions les plus optimistes –, cela prouve que les autres ne le souhaitent pas. Certes, en 1925 la République de Weimar met fin à cet exode ; mais pourquoi ceux qui se trouvent encore dans la Ruhr à cette date ont-ils tant tardé à prendre une décision ? Encore aujourd’hui, dans les États rhénans de la République fédérale, des citoyens allemands, descendants d’ouvriers mineurs, portent des patronymes polonais.

  • 37 Théorie défendue, en particulier, par le père R. Dzwonkowski, de l’Université catholique de Lublin (...)

68En Westphalie, les mineurs ne manquaient pas d’ouvrage et leur niveau de vie était en moyenne supérieur à celui qu’ils vont avoir en France. Se trouverait-on en présence, non pas d’une émigration du travail mais d’un phénomène politique, puisqu’ils quittent l’Allemagne pour affirmer leur identité nationale ? C’est ce que pensent certains sociologues polonais37. Considérée du point de vue du pays d’accueil, la distinction perd de son intérêt. A leur arrivée, les « Westphaliens » reçoivent la même carte d’identité de travailleurs étrangers que les autres. Plus rien ne les différencie, sur le plan légal, de ceux de leurs compatriotes qui ont fui la misère de leur village ou qui vivaient d’indemnités de chômage dans les grandes villes de Pologne. C’est là le nœud du problème. Non prévus par les conventions d’émigration, ils tombent sous le coup de celles-ci dès le moment où ils franchissent la frontière française. Étant donnée leur situation matérielle antérieure, cela ne peut que les desservir.

La reprise en mains par la société générale d’immigration

  • 38 J.G. Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’mmigration dans l’entre-deux-guerres. Lyon, Centre (...)

69En 1924 une puissante organisation, la Société générale d’Immigration – ou S.G.I. – se substitue aux multiples groupements de la période antérieure. Une politique claire se dessine après les tâtonnements initiaux. La S.G.I. eut, en son temps, ses admirateurs et ses détracteurs qui écrivirent beaucoup sur elle : la documentation ne manque pas. Plus récemment deux historiens, Jean-Charles Bonnet et Ralph Schor, ont parlé d’elle dans leurs ouvrages respectifs consacrés l’un et l’autre à l’attitude française à l’égard de l’immigration dans l’entre-deux-guerres38. Le terrain défriché, il reste encore à moissonner et la consultation des archives polonaises permet de corriger certaines idées liées à l’utilisation exclusive de sources françaises.

Les prémices : l’ouverture des camps de Mysƚowice et de Wejherowo

  • 39 W.A.P. Katowice, U. W. ŚI./P.O., vol. 180 et 181.
  • 40 C.C.H.F., carton n° 89 : textes complets des statuts de la S.G.I.

70Le 12 février 1923, le C.C.H.F. inaugure à Mysƚowice, en Haute-Silésie, un centre de rassemblement de la main-d’œuvre polonaise qui va devenir peu à peu le lieu principal des départs vers la France. Des documents attestent l’existence de la station dès 192339 et l’article 6 des statuts de la Société générale d’Immigration, publiés le 7 mai 1924, préciseront que le Comité central des Houillères lui fait apport « des centres d’émigration qu’il possède en Pologne, l’un à Poznań et l’autre à Mysƚowice »40. Mysƚowice précède donc la S.G.I. et les problèmes dûs à son fonctionnement figurent parmi les causes qui décideront le C.C.H.F. à créer un organisme unique de recrutement.

  • 41 W. Dlugoborski, Mysiowice, zarys rozwoju miasta (Mysƚowice, histoire du développement de la ville). (...)

71Il ne s’agit pas, à l’origine, de supprimer le centre de Poznań mais de le doubler car le C.C.H.F. veut intensifier l’embauche dans les provinces méridionales de la Pologne, là où se trouvent des mineurs qualifiés. D’où le choix d’une petite ville située au cœur du bassin houiller de Haute-Silésie et le rachat de locaux désaffectés, construits avant 1914 par une officine privée qui dirigeait les paysans de Galicie vers l’Amérique41.

  • 42 Les convois formés à Poznań franchissent la frontière allemande à Zbaszyń. Ceux qui partent de Mysƚ (...)

72L’occupation de la Ruhr manque de tout remettre en question puisque, à titre de représailles, l’Allemagne refuse de laisser circuler les convois de Pologne à travers son territoire. Persuadé que cela ne durera pas, et de toutes manières, aussi gêné au départ de Poznań que de Mysƚowice42, le C.C.H.F. décide de passer outre et d’ouvrir tout de même le centre.

  • 43 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 5 février et 5 mars 1923, 20 avril 1924.
  • 44 M. Rondet-Samt, « La France, le mouvement maritime et l’émigration polonaise ». Le Parlement et l’O (...)
  • 45 De nombreux témoignages – mémoires et interviews – rendent comptent de cette peur du voyage en mer (...)

73Cela dure treize mois. Le trafic ferroviaire ne reprendra normalement qu’en mars 1924. Pendant ce temps, seuls les travailleurs originaires de Westphalie arrivent encore à Toul43. Au départ de Pologne, les émigrants doivent être acheminés par la Baltique et la mer du Nord. Ils débarquent à Dunkerque ou au Havre. Le transport par bateaux présente beaucoup d’aléas. Le C.C.H.F. ne peut compter sur la marine polonaise ; le nouveau port de Gdynia sort à peine de terre. Les premiers convois embarquent à Dantzig. Henri de Peyerimhoff doit contacter successivement deux compagnies maritimes françaises. La Maison Worms qui assure habituellement la liaison Dantzig-Dunkerque se récuse car ses cargos, conçus pour le trafic des marchandises, ne comportent pas les équipements nécessaires à la prise en charge de passagers. La Compagnie générale Transatlantique met à la disposition du C.C.H.F. deux paquebots de 5 000 à 6 000 tonnes, Pologne et Virginie, susceptibles d’embarquer chacun 800 à 900 personnes44. Mais le système manque de souplesse ; en cas de surnombre, on ajoute un wagon à un train ; ici, l’entassement a ses limites. Certains paysans, des femmes surtout, s’effarouchent et à la dernière minute renoncent à partir, craignant le mal de mer45 ; il faut sans cesse refaire les listes.

74En tous cas, il devient nécessaire d’ouvrir un troisième camp non loin de la Baltique. Wejherowo, près de Gdynia, inauguré au cours de l’été 1923, n’est pas conçu pour durer mais comme solution de dépannage, croit-on alors, et confié à des agents de l’ Office d’Émigration. En fait, il aura longue vie. Tout parallèle entre Mysƚowice et Wejherowo serait néanmoins trompeur. Le premier va se développer, l’autre restera marginal.

75En 1923, le C.C.H.F. s’inquiète d’une évolution qui l’oblige sans cesse à innover. L’Office central de la Main-d’œuvre agricole – O.C.M.O.A. – créé l’année même par Édouard de Warren, soucieux d’embaucher le plus grand nombre possible d’ouvriers agricoles, souhaite lui aussi une restructuration définitive du système de recrutement.

  • 46 Robotnik, 6 octobre 1923 ; Wychodźca, 4 et 11 novembre 1923 ; Kurier Warszawski, 21 et 23 novembre  (...)

76La Pologne n’a pas lieu non plus de se féliciter des résultats. Dans les derniers mois de 1923, une violente campagne de presse se déchaîne au sujet du fonctionnement du centre de Mysƚowice où « les Français font la loi ». Des pétitions adressées à la Diète demandent la révision de la convention du 3 septembre 1919, en particulier de l’article 13 auquel il conviendrait d’ajouter une clause autorisant un délégué polonais à participer de plein droit aux opérations de sélection des immigrants. Les 19 et 20 novembre, la question figure à l’ordre du jour de la réunion du Conseil national de l’Émigration (Państwowa Rada Emigracyjna) présidée par le ministre du Travail et Varsovie propose à Paris d’engager des pourparlers à ce sujet46.

77Le patronat français sent la menace et va, les mois suivants, contre-attaquer sur trois fronts :

  • Empêcher, grâce à la présence active de représentants du C.C.H.F. aux réunions intergouvemementales, tout changement radical de l’esprit de l’article 13. Henri de Peyerimhoff assiste à chaque séance de la conférence franco-polonaise qui se tient à Paris en mars-avril 1924 et le protocole final signé par le ministre du Travail, François Sokal, déçoit beaucoup Varsovie. Des fonctionnaires polonais auront le droit d’« assister » aux opérations de sélection professionnelle, mais ils « ne pourront intervenir ». Simples observateurs, ils transmettront à l’ Office d’Émigration des rapports qui iront grossir les archives, sans bénéfice pour les ouvriers et leurs familles. Le protocole ne modifie en rien les conditions de fonctionnement du centre de Mysƚowice.
  • Accorder des compensations au partenaire polonais sur d’autres points. Voilà une explication essentielle de la célèbre lettre adressée par Henri de Peyerimhoff à François Sokal le 17 avril 1924, par laquelle il s’engage à encourager l’enseignement de la langue polonaise dans les écoles des Houillères47. L’existence de cette lettre est mentionnée dans l’article 4 du protocole.
  • Enfin, créer une structure unique représentant tous les groupements professionnels, qui aurait plus de poids que ces mêmes organisations agissant en ordre dispersé au cas où le gouvernement français accorderait à la Pologne des concessions trop avantageuses.

78C’est dans cette perspective qu’il faut envisager la naissance de la Société générale d’Immigration.

L’entrée en scène de la Société Générale d’Immigration

79La Société générale d’Immigration, c’est le Comité central des Houillères de France sous un habit plus large. Même si elle assure le recrutement, l’hébergement et le transport de travailleurs étrangers et de leurs familles pour le compte de tous ses adhérents, la S.G.I. s’occupe d’abord de fournir des ouvriers aux mines de charbon, ce qui explique qu’elle exerce en Pologne l’essentiel de ses activités, comme le C.C.H.F. précédemment.

80Les statuts de la S.G.I., déposés le 7 mai 1924, laissent augurer cette filiation. Société anonyme, elle admet pour actionnaires tous les groupements d’employeurs de main-d’œuvre agricole ou industrielle (article 1er). Mais son siège social est situé à Paris, au 35 de la rue Saint Dominique (article 4), dans l’immeuble du siège du Comité central des Houillères. Le C.C.H.F., représenté par son vice-président Henri de Peyerimhoff, fait apport à la nouvelle société, outre ses centres de rassemblement de Poznań et de Mysƚowice, du bénéfice des accords conclus par lui concernant l’embauchage et le transport des ouvriers, des différents services de recrutement qu’il possède tant en France qu’à l’étranger et du droit exclusif d’introduire des travailleurs destinés aux mines de charbon (article 6).

81En contre-partie, le Comité central des Houillères de France reçoit 390 actions entièrement libérées sur un total de 3 600 actions. L’Office central de la Main-d’œuvre agricole – O.C.M.O.A. –, représenté par Henry-Vincent Landowski, son secrétaire-trésorier, reçoit 360 actions pour prix de ce qu’il cède également : services de recrutement, bénéfice des accords conclus et droit exclusif reconnu à la S.G.I. d’effectuer les opérations d’introduction pour la main-d’œuvre agricole. On peut en conclure que le centre de Mysƚowice qui appartient en propre au C.C.H.F. vaut à lui seul 30 actions.

82Les 2 850 actions restantes sont à souscrire contre espèces pour la somme de 1 000 F chacune. Le C.C.H.F. en acquiert suffisamment pour être majoritaire à l’assemblée générale et à chacune des instances de la S.G.I.

83Le conseil d’administration, réuni en sa première séance le 17 mai 1924, désigne :

  • comme directeur général : Jean Duhamel, responsable du service de la main-d’œuvre étrangère au C.C.H.F.,
  • comme secrétaire général : Henry Bonnet, directeur de l’O.C.M.O.A. Il constitue ainsi le bureau :
  • président : le comte Édouard de Warren, président de l’O.C.M.O.A. et député de Meurthe-et-Moselle,
  • vice-président : Henri de Peyerimhoff,
  • secrétaire : Jean Duhamel.

ORGANIGRAMME DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE D’IMMIGRATION (S.G.I.)

ORGANIGRAMME DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE D’IMMIGRATION (S.G.I.)
  • 48 C.C.H.F., carton n° 109.

Et il donne naissance à un comité de direction de six membres auquel il délègue une partie de ses pouvoirs, comme il est prévu à l’article 28 des statuts. On y retrouve Jean Duhamel, Henri de Peyerimhoff, Edouard de Warren ; plus Pierre Parent, secrétaire du C.C.H.F., Frédéric Bertrand, président de la C.A.R.D. et Edmond Sohier, du Comité central des fabricants de sucre 48.

84Directeur général – on dirait aujourd’hui P.D.G. – Jean Duhamel est le grand patron de la S.G.I Henri de Peyerimhoff va poursuivre son cursus honorum au C.C.H.F. puisqu’il en deviendra bientôt le président en remplacement de Henry Darcy et il laisse Jean Duhamel diriger la S.G.I A tous les échelons, le C.C.H.F. l’emporte dans la nouvelle société : au bureau, deux membres sur trois, au comité de direction la moitié des sièges.

85La substitution de la S.G.I. au C.C.H.F. passe assez inaperçue à Mysƚowice. Les autorités locales parlent des « représentants des employeurs français », formule qui peut s’appliquer à l’un ou à l’autre. Effectivement sur place, ce sont les mêmes hommes, les mêmes méthodes. La naissance de la S.G.I ne constitue pas un tournant brutal. Les modifications tangibles n’interviendront que peu à peu.

  • 49 « Skandal myslowicki » (« Le scandale de Mysƚowice »), Robotnik, 26 août 1924 : article reproduisan (...)
  • 50 W.A.P. Katowice, U. W. ŚI./P.O., vol. 153 : rapport du 20 octobre 1924.

86Mysƚowice reste, aux yeux de la Pologne, un « scandale »49. Une enquête officielle réalisée en octobre 1924 par les services de santé publique de la voiévodie de Silésie relève toute une série de défauts : bâtiments mal chauffés, dortoirs insuffisamment aérés car la lumière du jour entre par de petits vasistas fixes, 383 lits superposés tellement rapprochés les uns des autres que l’on peut à peine circuler dans les ruelles, des couvertures sales et des draps qui servent à cinq convois successifs d’où le danger de propagation des maladies contagieuses chez ceux qui les utilisent, la salle dans laquelle se tient le médecin de la Mission française trop petite et sans équipement d’aucune sorte, une désinfection totalement inefficace. La seule opération d’hygiène consiste finalement à couper les cheveux50. Lequel des deux, Toul ou Mysƚowice, offre le spectacle le plus affligeant ? Le C.C.H.F. prompt à critiquer les pouvoirs publics français, ne lègue pas à la S.G.I un centre de rassemblement mieux équipé.

  • 51 T. Falęcki, « Organizacja i dziaƚalność myslowickiej stacji zbornej w początkowym okresie jej istni (...)

87La Société générale d’Immigration dispose aussi des camps de Poznań et de Wejherowo. Pour échapper à l’emprise de l’administration polonaise, elle ferme le premier fin 1924 et ralentit les départs par la Baltique, donc par Wejherowo. A Mysƚowice où les locaux lui appartiennent, elle a les coudées plus franches. Varsovie essaie de se défendre. En août 1924, le vice-ministre du Travail Gustaw Simon suggère de n’y recevoir que les ouvriers silésiens. Devant le refus catégorique de Jean Duhamel, le M.P.O.S. effectue un repli et propose de réserver Mysƚowice aux émigrants venus de la moitié sud du pays ; il n’obtient aucune réponse. L’Office d’Émigration désigne, le 29 septembre 1924, Wiadystaw Skowron comme délégué afin de surveiller le déroulement des opérations de recrutement à Mysƚowice, ainsi que le protocole du 17 avril précédent lui en donne le droit. Skowron, persuadé qu’ici les Français l’emporteront toujours, transmet en mars 1925 à ses supérieurs hiérarchiques un projet de déménagement de la station à Czȩstochowa, dans les bâtiments du J.U.R., plus spacieux, récemment remis à neuf et devenus sans usage puisque les rapatriements sont pratiquement terminés depuis un an. Propriétaire des lieux, il serait plus facile à l’État d’intervenir en faveur des émigrants. Le directeur de la délégation du M.P.O.S. à Mysƚowice s’y refuse. Il invoque le précédent de 1920-1921 et l’inconvénient que présente la ville de Czȩstochowa, plus mal reliée aux grandes lignes de chemin de fer internationales et plus éloignée de la frontière. La rumeur d’un transfert possible de la station parvient à la S.G.I. et à la Mission française de la Main-d’œuvre qui s’en inquiètent. L’Office d’Émigration les rassure aussitôt, désavouant Wƚadysƚaw Skowron51.

88La décision de respecter le choix français et de renoncer à installer ailleurs le centre de rassemblement scelle l’avenir du recrutement en Pologne. Varsovie manque une occasion qui ne se présentera jamais plus. L’Office d’Émigration se contente de maintenir à Mysƚowice un agent dont le rôle principal consiste à réunir les ouvriers avant leur départ pour leur donner quelques explications rassurantes sur les clauses des contrats et sur les conditions de vie en France.

89Les autorités françaises perdent en même temps leurs dernières cartes. L’examen des aptitudes physiques relève toujours en théorie de la Mission de la Main-d’œuvre qui rémunère le médecin. Mais celui-ci, en général issu de l’armée, ne dispose d’aucun local en dehors du centre d’hébergement et la visite médicale se déroule dans une salle mise à sa disposition par la S.G.I. Afin d’accélérer les opérations, l’organisation patronale lui fournit aussi du personnel supplémentaire : infirmiers, sage-femme. Empiètement plus grave, elle envoie des agents dans les bureaux de placement régionaux (P.U.P.P.) opérer une première sélection des candidats. Depuis janvier 1925, Jean Duhamel a accepté de rembourser le prix du billet de chemin de fer aller et retour de Mysƚowice au siège du P.U.P.P. en cas de refus d’un ouvrier. Il cherche donc à limiter les trajets. Cela permet, en outre, de travailler en amont du service médical officiel.

90On comprend que le petit fascicule, « Renseignements pour les ouvriers voulant partir en France » (« Wskazówki dla robotników chcących wyjechác do Francji ») édité en 1925 par l’Office d’Émigration et distribué dans les P.U.P.P., contienne ces lignes :

  • 52 A.A.N., K.M. 435 : fascicule de 32 p. (ici, p. 3).

« L’examen médical est assuré par les représentants des entreprises françaises ».52

  • 53 La consultation du J.O. des débats parlementaires peut induire en erreur car, pour obtenir la recon (...)

91Le décret du 4 juin 1926 créant, à côté du chef de la Mission française de la Main-d’œuvre toujours installé à Varsovie, la fonction de chef-adjoint, en résidence à Mysƚowice afin de superviser les opérations, ne doit pas faire illusion. Il traduit l’inquiétude en haut lieu face au pouvoir croissant de la S.G.I., mais il ne parviendra pas à endiguer le flot53.

92La Société générale d’Immigration pratique-t-elle une sélection trop sévère parmi les candidats ? Ce n’est pas certain.

  • 54 J. Bercovici, Contrôle sanitaire des immigrants en France. Paris, Librairie moderne de droit et de (...)
  • 55 A. Pairault, op.cit., p. 72 et 85.

93Les chiffres dont nous disposons sont contradictoires. Le docteur Bercovici et l’abbé Kaczmarek, citant Jean Duhamel, affirment que les médecins refusent en Pologne 34 % de ceux qui se présentent54. André Pairault estime qu’en 1924 le centre de Poznań a rejeté 26,3 % des travailleurs examinés, celui de Mysƚowice 9,3 %, soit en moyenne 12,5 % et que, chez les ouvriers agricoles, la proportion des refus s’établit autour de 7 % : 10 % à Poznań, 5 % seulement à Mysƚowice. Toutes catégories confondues, cela ne fait que 10,7 %55. Qui croire ? Jean Duhamel semble avoir, dans une déclaration publique, gonflé ses chiffres de crainte de paraître laxiste, ce que les employeurs, ses clients, ne lui pardonneraient pas. Ceux d’André Pairault, modulés en fonction de la profession, ont plus de vraisemblance. Ce sont d’ailleurs les services de la S.G.I. eux-mêmes qui les lui ont fournis.

  • 56 H. Janowska, Polska emigracja zarobkowa we Francji, 1919-1939 (L’émigration des travailleurs polona (...)

94L’opinion publique polonaise reste persuadée que la S.G.I. exige des émigrants un état de santé meilleur que celui des Français employés dans les mêmes professions. Lors de la formation des convois, les médecins doivent ausculter plusieurs centaines de personnes par jour : ils refuseraient un peu n’importe qui56. Renversant la proposition, nous pensons qu’un examen bâclé peut aboutir à laisser partir des gens physiquement inaptes au travail qui leur est destiné.

95En 1922, le C.C.H.F. avait dressé une liste détaillée et prié le service médical d’éliminer au départ :

  • 57 Note du C.C.H.F., 1er mars 1922. Citée par A. Pairault, op.cit., p. 358-359.

« ... Les mutilés, les estropiés, les hommes atteints de tuberculose, d’emphysème, de troubles cardiaques, de blessures de guerre des organes thoraciques, d’ulcères variqueux ou de grosses varices, de hernies, de déformation importante du squelette, de surdité ; plus les borgnes et ceux dont l’acuité visuelle est diminuée de 50 %. »57

Rien d’excessif, quand on connaît la difficulté du métier. Rien de supérieur non plus à ce que les Houillères demandent à un Français lors de la visite d’embauchage.

96Nous pouvons faire une observation identique à propos des femmes enceintes, impitoyablement refoulées lorsqu’elles sollicitent pour elles-mêmes un contrat de travail dans l’agriculture ou dans l’industrie. Cela correspond à une attitude caractéristique de l’époque. Les employeurs ne veulent pas engager pour un an des ouvrières qui s’absenteront certains jours et risquent d’être fatiguées le reste du temps.

  • 58 W.A.P. Katowice, U.W. Ś1./P.O. vol. 153, 11 mai 1923.

97Les reproches concernant l’examen professionnel sont beaucoup plus fondés, tout au moins dans l’industrie. Depuis mai 1923, le C.C.H.F. a élevé la barre : pour être accepté comme mineur qualifié, un Polonais doit avoir travaillé au fond au moins deux ans, dont huit mois à l’abattage58. On déclasse volontiers les mineurs encore peu expérimentés en leur faisant signer des contrats de manœuvres. Au contraire pour les travaux des champs, les candidats sont jaugés sur des indices très vagues : le teint hâlé, l’état de la paume et des doigts. Il suffit à une jeune fille de plonger ses mains dans la boue quelques instants avant la visite pour être acceptée comme « bonne de ferme ». Parce que leurs contrats font d’eux les moins bien payés de tous, les ouvriers agricoles n’essuient qu’un faible taux de refus.

98La S.G.I. a tout intérêt à laisser entrer en France un grand nombre de travailleurs étrangers puisqu’elle touche pour chacun une rémunération de l’employeur.

99Les sommes perçues excèdent largement la valeur des frais engagés. Au premier semestre 1926, la S.G.I. demande pour les Polonais, de Mysƚowice ou de Wejherowo jusqu’à Toul ou au Havre :

adultes et enfants de plus de dix ans 385 F
enfants de sept à dix ans 360 F
enfants de trois à sept ans 220 F
enfants de moins de trois ans 90 F

Le 1er juillet, elle procède à une augmentation, sous couvert d’unification entre toutes les nationalités d’Europe centrale, Polonais, Tchécoslovaques, Yougoslaves, etc.

  • 59 C.C.H.F., carton n° 48. Note de la S.G.I., 1er juillet 1926.
ouvriers et adultes sans contrat 445 F
enfants de sept à quinze ans 432 F
enfants de trois à sept ans 276 F
enfants de moins de trois ans 119 F59

A la même date, le billet de chemin de fer de la frontière polonaise à la frontière française coûte 260 F en troisième classe pour une personne âgée de plus de dix ans, 130 F pour les enfants ; les bébés voyagent gratuitement. La différence comprend les redevances administratives, l’hébergement dans les centres de rassemblement aux deux extrémités de la chaîne et les bénéfices de la S.G.I.

100Le conseil d’administration du 17 mai 1924 a décidé d’attribuer, à titre de frais de déplacement et de frais de représentation :

40 000 F par an au directeur général Jean Duhamel,

25 000 F par an au secrétaire général Henry Bonnet,

12 000 F par an au président Édouard de Warren,

1016 000 F par an à chacun des autres membres du comité de direction (48).

102La Société générale d’Immigration réalise des profits substantiels. En fin d’exercice, les sommes à répartir entre les actionnaires sont les suivantes :

1031925 : 1 678 299 F

1041926 : 4 280 473 F,

  • 60 J.C. Bonnet, op.cit., p. 91. Le maximum sera atteint en 1929 avec 11 193 883 F à répartir, selon le (...)

soit respectivement, 466 F et 1 189 F par action achetée 1 000 F. Et les bénéfices augmenteront encore par la suite60.

105De 1924 à 1926, la S.G.I. ne fait encore qu’entrer en scène.

Les aménagements du dépôt de Toul

106En juillet 1924, les autorités militaires ayant récupéré l’annexe de la caserne Thouvenot, le camp se trouve contraint de déménager. Loin de se rapprocher du centre-ville, il s’en éloigne encore un peu puisque la caserne Marceau proposée en échange se situe juste à la limite de la commune d’Écrouves, soit à quatre kilomètres de la station de chemin de fer.

  • 61 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 24 septembre 1924.

107Tout est à réinstaller. Les premiers mois, par suite du manque d’arrivée d’eau, les immigrants vont se laver aux fontaines publiques du village d’Écrouves. La population s’en émeut, affirmant qu’ils en profitent pour piller les vergers et le maire demande que l’on clôture le dépôt pour empêcher les ouvriers d’en sortir61 ! Cela n’aurait jamais autant ressemblé à un camp de prisonniers.

  • 62 A.D. M.-et-M., 10 M 37 : rapports du docteur Zuber, juillet 1924.

108Conformément aux instructions reçues le 29 juillet 1924 du ministère du Travail et de l’Hygiène, on ne pratique plus systématiquement le douchage et l’épouillage qui semblent devenus inutiles, en raison de la diminution sensible du typhus et de la variole en Pologne et de l’absence de tout cas de l’un ou de l’autre à Toul depuis deux ans. Le service de prophylaxie se borne donc à la visite médicale accompagnée d’une vaccination antivariolique pour ceux qui ne portent pas de pustules vaccinales récentes. Comme le contrôle effectué en Pologne s’avère, malgré toutes ses insuffisances, plus efficace que dans les années 1920- 1922, lorsque seule la Mission officielle française s’en occupait, l’opération renouvelée à Toul devient une simple routine : les taux de refus n’atteignent pas 1 %.62.

109Le personnel est plus squelettique que jamais. En 1925, le docteur Zuber qui représentait depuis 1919 le service d’Hygiène départemental, quitte le dépôt où l’administration ne juge plus son concours indispensable. Le docteur Goclowski doit suffire, seul, à la tâche. De temps en temps, un inspecteur d’Hygiène lui rend visite et adresse au ministère un rapport sur la marche du service :

  • 63 Id., septembre 1924 et janvier 1925.

« Rien à signaler... »
« État sanitaire excellent... »63

  • 64 R. Martial, « Le problème de l’immigration. L’examen médical et le logement des immigrants ». Revue (...)

110Était-il si opportun de réduire à ce point le contrôle médical ? En dehors des convois collectifs, arrivent à Toul des immigrants introduits à titre individuel et qui peuvent apporter avec eux des maladies nouvelles, telle la typhoïde. Or aucune vaccination antityphoïdique n’est pratiquée, ni au départ ni à l’arrivée64.

  • 65 W.A.P. Katowice, U.W. Ś1./P.O. vol. 153, 17janvier 1925. Le protocole du 17 avril 1924 autorise les (...)

111Les ouvriers ne passent à présent que vingt-quatre heures à Toul, et encore ce séjour leur paraît trop long. Fin 1924, Wƚadysƚaw Skowron, inspecteur de l’ Office d’Émigration, veut se rendre compte par lui-même. Il prend place dans un convoi à Mysƚowice, constate que le train n’est pas chauffé et que pendant la moitié du parcours, aucun convoyeur ne l’accompagne. En gare de Toul, les voyageurs attendent deux heures dans les wagons glacés avant de recevoir l’ordre d’en descendre. Personne ne vient, du camp, les chercher. Quelques émigrants se rendent à la caserne Marceau prévenir de l’arrivée du convoi. Comme quatre ans auparavant, rien n’est prévu pour le transfert des bagages, des femmes et des enfants : quatre kilomètres à pied, les paquets dans les jambes ! Skowron essaye en vain de rencontrer le directeur du centre. Celui-ci lui intime l’ordre de quitter les lieux sans délai, ne lui reconnaissant aucune autorité pour s’immiscer dans ses affaires65. Il n’a donc pas pu visiter les bâtiments.

112Des immigrants les décrivent eux-mêmes :

SCHÉMA DES MÉCANISMES DU RECRUTEMENT (1924-1926)

SCHÉMA DES MÉCANISMES DU RECRUTEMENT (1924-1926)

PRINCIPAUX ITINÉRAIRES FERROVIAIRES ET MARITIMES (1919-1926)

PRINCIPAUX ITINÉRAIRES FERROVIAIRES ET MARITIMES (1919-1926)
  • 66 Pamiçtniki Emigrantów... (Mémoires des émigrants polonais...) op.cit. : récit n° 10, p. 172.

« La saleté, les poux, les punaises, les tourbillons de poussière sortent des paillasses, noires comme un nègre dans la nuit ; dans ces paillasses, une poignée de copeaux de bois réduits en poussière ; l’éclairage manque... J’ai renoncé à tous ces plaisirs et, profitant d’une place devant les baraquements, je m’y suis installé pour la nuit. »66

  • 67 Id., récit n° 20, p. 301.

« A Mysƚowice, le gîte n’était pas mal, tandis qu’à Toul nous avons passé la nuit dans des conditions beaucoup plus mauvaises. Nous n’avions pas de place pour nous reposer car dans les dortoirs, la plupart des lits étaient sans paillasse et sur les autres, ces paillasses étaient éventrées et la paille en sortait. »67

Le premier récit concerne la caserne Thouvenot puisque l’homme est arrivé au mois d’août 1923 ; le deuxième, la caserne Marceau en mai 1926. On ne perçoit guère de différence entre eux. A Mysƚowice, sous la pression du représentant de l’ Office d’Émigration, la S.G.I. a procédé en deux ans à quelques améliorations et notamment augmenté le nombre de lits. Tandis qu’à Toul, la situation se dégrade, par manque de crédits et par indifférence des autorités. Comme les travailleurs étrangers n’y séjournent plus qu’un jour et une nuit, pourquoi engager des frais ?

113L’attitude officielle française, de 1924 à 1926, confine à l’abandon total. La venue au pouvoir du Cartel des Gauches n’a rien changé à la politique de recrutement. Le gouvernement radical s’est constitué un mois après la naissance de la S.G.I. : il ne peut empêcher son développement. Le poids des années précédentes rend l’évolution irréversible.

***

114Le manque de crédibilité des statistiques d’introduction de la main-d’œuvre polonaise éclate lorsqu’on les juxtapose. Il n’en est pas deux qui concordent.

Travailleurs polonais et membres de leurs familles ENTRÉS EN France DE 1919 A 1926

Travailleurs polonais et membres de leurs familles ENTRÉS EN France DE 1919 A 1926
  • 68 Bull. du ministère du Travail, 1920 à 1927.
  • 69 L. Pasquet, Immigration et main-d’œuvre étrangère en France. Paris, Rieder, 1927, 207 p. (ici, p. 1 (...)
  • 70 M. Paon, L’immigration en France. Paris, Payot, 1926, 216 p. (ici, p. 211).
  • 71 Maƚy Rocznik Statystyki (Petit Annuaire statistique), 1921 à 1927.
  • 72 A.D. M.-et-M., 10 M 37 : rapports du docteur Zuber.

11568-69-70-71-72

Le ministère du Travail, tantôt néglige les ouvriers agricoles arrivés sous le contrôle du ministère de l’Agriculture, tantôt les inclut, si bien que l’on aboutit à un résultat bâtard : ses chiffres excèdent ceux des seuls travailleurs industriels, mais ne rendent pas compte de l’ensemble du phénomène migratoire. Globalement, la statistique officielle polonaise dépasse celles publiées en France ; néanmoins l’examen, année par année, permet de distinguer deux phases : de 1920 à 1922 compris, les services de l’Office d’Émigration encore mal rodés omettent d’enregistrer certains départs et les résultats sont inférieurs à ceux de Paris ; à partir de 1923, le rapport se renverse avec un bonus de 20 à 30 %. Les compte-rendus du service médical de Toul prouvent que l’on peut encore améliorer le score.

  • 73 A.A.N., M.S.Z. 3914 : recommandations du M.P.O.S., 18 et 23 novembre 1922.

116L’immigration individuelle reste très faible, bien que la convention du 3 septembre 1919 semble la privilégier en la traitant en premier (articles 6 à 10). Si les arrivants produisent à la frontière un contrat d’embauchage, ils peuvent se rendre à leur lieu de destination ; sinon, le dépôt de Toul leur en fournit un. Mais le gouvernement polonais ne tient pas à ce que se développe cette forme de départ qu’il ne pourrait pas contrôler et qui risquerait de toucher des personnes employées dans des professions utiles à l’économie du pays73.

117Les immigrants viennent essentiellement de cinq voiévodies : celles de Lwów et de Cracovie (anciennes Galicies orientale et occidentale), de Poznań, de Kielce et de Ƚódz (englobant la région de Kalisz), dans lesquelles existait déjà une forte tradition migratoire avant 1914 (71). La France se substitue au Reich wilhelmien comme pays d’accueil. Par contre la Silésie, au grand dam du C.C.H.F., ne fournit qu’un très petit nombre d’ouvriers. Cependant les « Westphaliens » proviennent en général de Silésie ou de Poznanie, ce qui renforce l’importance relative de ces deux provinces.

  • 74 M.A.E. Pologne, vol. 36, p. 47, 64 et 66 : notes de la légation de Pologne à Paris en 1919.

118Malgré l’appel du général Henrys, on ne trouve guère d’anciens soldats parmi les immigrants. Militaires et prisonniers de guerre encore en France en 1919 demandent à être rapatriés74 et sur place préfèrent se faire prendre en charge par le J.U.R. plutôt que de tenter une aventure incertaine sans perspective glorieuse. Les ouvriers de la grande industrie, les mineurs – entendons : mineurs en Pologne –, les artisans ne forment eux-mêmes qu’une minorité. Les deux catégories dominantes au départ restent sans conteste les mineurs de Westphalie et par dessus tout les paysans de Pologne, soit que ceux-ci viennent directement de leur village, soit qu’ils aient d’abord tenté leur chance dans une bourgade ou une ville voisine, sans métier défini. Dans le premier cas, c’est souvent le prêtre en chaire qui leur a signalé la possibilité de partir pour la France ; dans le second, ce sont les bureaux des P.U.P.P. Les Polonais déjà arrivés préviennent les membres de leur famille qu’il existe de l’ouvrage pour eux. Bien que ce soient toujours les mêmes villages qui se vident, cela n’implique pas nécessairement que les communautés villageoises se reforment en émigration. Le centre de Toul ventile les convois en fonction des besoins des employeurs, et deux frères peuvent se retrouver en France à plusieurs centaines de kilomètres l’un de l’autre. Ce sont les aléas du recrutement collectif.

Notes

1 E.M.A., 5 N 190, 14 décembre 1919.

2 A.A.N., M.S.Z. 3914, 28 octobre et 18 novembre 1922.

3 C.C.H.F., carton n° 7, 14juin 1921.

4 J.O. de la République de Pologne (Dz. U.R.P.), 1924, n° 103, position 944 : extrait de l’art. 20 de la loi.

5 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 13 novembre 1919. Liasse entièrement consacrée au dépôt de Toul, très riche et souvent utilisée dans les pages qui suivent.

6 La réduction des effectifs après 1918 libère des constructions militaires et explique que l’on puisse y loger le centre des travailleurs étrangers. Rapport d’étude pour l’aménagement et l’extension de la ville de Toul, septembre 1928. E.M.A., Archives du Génie.

7 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 28 novembre 1919.

8 Id., 8, 9 et 11 décembre 1919.

9 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 11 et 20 juin 1921.

10 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 5 décembre 1921.

11 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 28 novembre 1919 et août 1921.

12 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 26 février 1920 et 10 mars 1921.

13 Id., 17 et 25 mars 1920.

14 A.D. M.-et-M., 10 M 37 : Dr Zuber, 20 février 1920.

15 G.H. Roger, F. Widal, PJ. Teissier, Nouveau traité de médecine, tome 2 : Les maladies infectieuses. Paris, Masson, 1922, 766 p. (ici, p. 181-182, 220 et 244).

16 Pourcentages calculés d’après les rapports médicaux du docteur Zuber qui note, convoi par convoi, le nombre de revaccinations et le chiffre total des entrants (A.D. M.-et-M., 10 M 37).

17 Id., 22 mai et 3 juin 1922 : opinions exprimées par le maire de Toul et le directeur de l’Institut supérieur de vaccine de Paris.

18 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 23 et 25 novembre 1922.

19 E.M.A., 4 N 35, 1er septembre 1919.

20 C. Klessmann, op.cit., p. 390-391.

21 Pamiȩtniki Emigrantów. Francja (Mémoires des émigrants polonais. France). Varsovie, I.G.S., 1939, 707 p : récit n° 34, p. 598-617. Voir Chapitre V, p. 113-114.

22 E.M.A., 6 N 215, 30 juin 1921 ; C. Klessmann, op.cit. p. 368-376. En 1920, le consulat d’Essen possède une « liste noire » de 826 Polonais qui participèrent à la révolution spartakiste : c’est minime.

23 Pamiętniki... (Mémoires...), op.cit. : récit n° 9, p. 101-171. Voir Chapitre V, p. 115.

24 S. Wlocevski, L’établissement des Polonais..., op.cit., p. 184 : déclaration d’Alcide Falcon, secrétaire général de la compagnie des mines de Bruay, en 1933.

25 C. Kaczmarek, op.cit., p. 117-118 ; S. Wlocevski, L’établissement..., op.cit., p. 180.

26 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 3 juin 1922.

27 C.C.H.F., carton n° 7, 22 décembre 1920.

28 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 6 novembre 1920.

29 M.A.E., Pologne, vol. 283, p. 22-24, note du C.C.H.F., 15 mars 1922.

30 A.D. M.-et-M., 10 M 37.

31 Témoignages recueillis à Wilcze Gardlo (Haute-Silésie), novembre 1977.

32 J. Bariety, Les relations franco-allemandes après la première guerre mondiale. Paris, Publ. de la Sorbonne, 1977, 797 p. (ici, p. 111-114).

33 S. Wlocevski, Le 25e anniversaire..., op.cit., p. 23.

34 Pamiȩtniki Emigrantów... (Mémoires des émigrants polonais...), op.cit. : récit n° 13, p. 204-208.

35 C. Klessmann, op.cit., p. 396 sq.

36 S. Wlocevski, L’établissement des Polonais..., op.cit., p. 180 ; C. Kaczmarek, op.cit., p. 132 ; S. Ruziewicz, op.cit., p. 32.

37 Théorie défendue, en particulier, par le père R. Dzwonkowski, de l’Université catholique de Lublin (K.U.L.).

38 J.G. Bonnet, Les pouvoirs publics français et l’mmigration dans l’entre-deux-guerres. Lyon, Centre d’Histoire de la Région lyonnaise, 1976, 414 p. (ici, p. 46-47 et 89-94) ; R. Schor, L’opinion française et les étrangers en France (1919- 1939). Paris, Publications de la Sorbonne, 1985, 764 p. (ici, p. 211-220).

39 W.A.P. Katowice, U. W. ŚI./P.O., vol. 180 et 181.

40 C.C.H.F., carton n° 89 : textes complets des statuts de la S.G.I.

41 W. Dlugoborski, Mysiowice, zarys rozwoju miasta (Mysƚowice, histoire du développement de la ville). Katowice, Ed. Sląsk, 1977, 435 p.

42 Les convois formés à Poznań franchissent la frontière allemande à Zbaszyń. Ceux qui partent de Mysƚowice transitent par la Tchécoslovaquie (Piotrowice, Prague, Cheb) avant d’entrer en Allemagne. Voir carte p. 79.

43 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 5 février et 5 mars 1923, 20 avril 1924.

44 M. Rondet-Samt, « La France, le mouvement maritime et l’émigration polonaise ». Le Parlement et l’Opinion, 5 juillet 1924, p. 1294-1303.

45 De nombreux témoignages – mémoires et interviews – rendent comptent de cette peur du voyage en mer chez les gens de la campagne. Des épouses rejoindront leur mari un à deux ans plus tard par le train, à cause de cela.

46 Robotnik, 6 octobre 1923 ; Wychodźca, 4 et 11 novembre 1923 ; Kurier Warszawski, 21 et 23 novembre 1923 ; C. Kaczmarek, op.cit, p. 111 ; A. Pairault, op.cit., p. 65-66 ; J.C. Bonnet, op.cit., p. 58-59.

47 Voir Chapitre VI, p. 156-157.

48 C.C.H.F., carton n° 109.

49 « Skandal myslowicki » (« Le scandale de Mysƚowice »), Robotnik, 26 août 1924 : article reproduisant des informations fournies par l’Office d’Émigration.

50 W.A.P. Katowice, U. W. ŚI./P.O., vol. 153 : rapport du 20 octobre 1924.

51 T. Falęcki, « Organizacja i dziaƚalność myslowickiej stacji zbornej w początkowym okresie jej istnienia » (« Organisation et activité de la station de rassemblement de Mysƚowice à ses débuts »), Zaranie Śląskie, 1969, n° 2, p. 222-234.

52 A.A.N., K.M. 435 : fascicule de 32 p. (ici, p. 3).

53 La consultation du J.O. des débats parlementaires peut induire en erreur car, pour obtenir la reconduction du budget affecté au service de la M.O.E., le ministère du Travail insiste sur le rôle des représentants officiels français en Pologne, alors que la Mission fait bien pâle figure.

54 J. Bercovici, Contrôle sanitaire des immigrants en France. Paris, Librairie moderne de droit et de jurisprudence, 1926, 85 p. (ici, p. 40) ; C. Kaczmarek, op.cit., p. 125.

55 A. Pairault, op.cit., p. 72 et 85.

56 H. Janowska, Polska emigracja zarobkowa we Francji, 1919-1939 (L’émigration des travailleurs polonais en France, 1919-1939). Varsovie, Ksiązka i Wiedza, 1964, 318 p. (ici, p. 63, 73-75) ; T. Falȩcki, art.cit., p. 225.

57 Note du C.C.H.F., 1er mars 1922. Citée par A. Pairault, op.cit., p. 358-359.

58 W.A.P. Katowice, U.W. Ś1./P.O. vol. 153, 11 mai 1923.

59 C.C.H.F., carton n° 48. Note de la S.G.I., 1er juillet 1926.

60 J.C. Bonnet, op.cit., p. 91. Le maximum sera atteint en 1929 avec 11 193 883 F à répartir, selon les chiffres officiels publiés par la Société.

61 A.D. M.-et-M., 10 M 37, 24 septembre 1924.

62 A.D. M.-et-M., 10 M 37 : rapports du docteur Zuber, juillet 1924.

63 Id., septembre 1924 et janvier 1925.

64 R. Martial, « Le problème de l’immigration. L’examen médical et le logement des immigrants ». Revue politique et parlementaire, décembre 1926, p. 392-393.

65 W.A.P. Katowice, U.W. Ś1./P.O. vol. 153, 17janvier 1925. Le protocole du 17 avril 1924 autorise les fonctionnaires polonais à assister aux opérations de transport des ouvriers, mais à cela seul (article 3).

66 Pamiçtniki Emigrantów... (Mémoires des émigrants polonais...) op.cit. : récit n° 10, p. 172.

67 Id., récit n° 20, p. 301.

68 Bull. du ministère du Travail, 1920 à 1927.

69 L. Pasquet, Immigration et main-d’œuvre étrangère en France. Paris, Rieder, 1927, 207 p. (ici, p. 18-19).

70 M. Paon, L’immigration en France. Paris, Payot, 1926, 216 p. (ici, p. 211).

71 Maƚy Rocznik Statystyki (Petit Annuaire statistique), 1921 à 1927.

72 A.D. M.-et-M., 10 M 37 : rapports du docteur Zuber.

73 A.A.N., M.S.Z. 3914 : recommandations du M.P.O.S., 18 et 23 novembre 1922.

74 M.A.E. Pologne, vol. 36, p. 47, 64 et 66 : notes de la légation de Pologne à Paris en 1919.

Table des illustrations

Titre POLONAIS DE WESTPHALIE ENTRES EN FRANCE PAR TOUL (1922-1925)
Crédits Source : A.D. M.-et-M., 10 M 37
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Polonais de Westphalie entrés en France par Toul (1922-1925) (détail des enregistrements)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre ORGANIGRAMME DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE D’IMMIGRATION (S.G.I.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre SCHÉMA DES MÉCANISMES DU RECRUTEMENT (1924-1926)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50948/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre PRINCIPAUX ITINÉRAIRES FERROVIAIRES ET MARITIMES (1919-1926)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50948/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Travailleurs polonais et membres de leurs familles ENTRÉS EN France DE 1919 A 1926
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/50948/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 23k

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search