Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Préface

J. B. Duroselle

Texte intégral

1Les hommes bougent et, dans l’ensemble, ont besoin de bouger. Ils le font à titre individuel ou collectif. Dans ce dernier cas, si un bon nombre d’habitants d’une zone déterminée tentent de s’installer dans une autre zone également déterminée, on parle de « courants migratoires ». Madame Janine Ponty, pendant des années, a étudié le cas des Polonais qui se sont installés en France entre les deux guerres. Sous le titre « Polonais méconnus », elle nous donne l’essentiel de la thèse qu’elle avait brillamment soutenue il y a trois ans. Je ne voudrais pas, en ces quelques pages, résumer tout ce qu’elle dit dans le texte qui suit mais plutôt réfléchir à la philosophie qu’elle a sobrement exprimée et sur laquelle les débats qui se déroulent dans la France actuelle – mais aussi dans toute l’Europe occidentale – nous incitent à nous pencher.

2Il me semble que toute étude sur un ou plusieurs courants migratoires pose des problèmes que, pour la clarté, je distinguerai les uns des autres : problème de sociologie, problème de politique intérieure, problème de relations internationales, problème historique proprement dit.

***

3Par une minutieuse recherche d’archives, tant en Pologne qu’en France, complétée par de nombreuses enquêtes auprès des immigrés ou de leurs descendants, Janine Ponty a abordé une série de questions sociologiques. Pourquoi part-on ? Ce n’est plus l’exil politique de dirigeants nobles et bourgeois nationalistes quittant au xixe siècle une Pologne partagée et dépendante. Le mouvement nouveau a des racines économiques. La nouvelle Pologne est pauvre. Pendant quelques années, le courant d’émigration existant avant 1914 vers l’Allemagne (les « Westphaliens ») s’interrompt. La France a besoin de mineurs et d’ouvriers agricoles. Divers organismes français, publics ou privés, organisent l’accueil. Que va-t-il se passer ? Quand les familles vont-elles rejoindre le premier émigrant ? Quels sont les premiers contacts avec les Français ? Va-t-on, pour la religion, les écoles, les journaux, le sport, les fêtes, assister à une lente absorption par le milieu social français ? Ou bien va-t-on découvrir une floraison d’institutions polonaises originales ? Et quelle va être la position des syndicats vis-à-vis des Polonais ? On se souvient des violentes émeutes, à la fin du xixe siècle entre ouvriers Italiens immigrés et ouvriers Français. Et quelles sont les vues d’avenir des immigrés ? S’installer pour toujours en France ? Ou préparer un retour futur au pays ? On notera qu’il y a bien des différences dans le comportement des diverses nationalités d’origine. Italiens, Espagnols, de nos jours Portugais, Maghrébins, citoyens des divers pays de l’Afrique Noire, ne réagissent pas exactement de la même façon.

***

4Le problème de politique intérieure qui se pose à la nation « réceptrice » est également fascinant. Beaucoup dépend, en effet, des gouvernements ; d’une part, sous la forme de visas, de cartes de travail, d’autre part, sous celle des mesures d’hygiène ou de police, mais aussi, par l’éventuel octroi de subventions, par la participation à des frais de voyage ou à l’établissement de centres d’accueil ; enfin, par l’utilisation possible de l’expulsion ou, inversement, de la naturalisation.

5Or, le pouvoir politique est soumis à diverses pressions, parfois de sens opposés : certains groupes patronaux qui ont besoin de main-d’œuvre, certains groupes ouvriers qui craignent la concurrence et l’abaissement des salaires. Et c’est le gouvernement – toujours affecté par les courants d’opinion – qui évalue les attitudes générales. Faut-il favoriser l’immigration (comme les Etats-Unis d’avant 1914, comme la France dans les années 20) ou la limiter très étroitement (comme les Etats-Unis à partir de 1920) ?

6Un autre problème, typiquement gouvernemental, est celui de l’assimilation à la culture nationale. C’est l’affaire du « Melting Pot », selon l’expression courante aux Etats-Unis. En principe, la culture du pays d’accueil doit être assez rigoureuse pour s’imposer, principalement si son génie lui permet d’absorber des éléments de la culture que lui apportent les immigrés. Sinon, l’immigration peut prendre l’allure d’une véritable invasion. Mais on remarquera que si les Romains ont su imposer leur langue aux Gaulois, ils n’ont pu faire de même pour les Grecs, et les Francs n’ont pas pu imposer leur langue aux Gallo-romains.

7Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que le problème de l’immigration devienne par moment une dominante de la vie politique.

8Que cela fût le cas pour l’immigration polonaise entre les deux guerres n’est pas certain. D’autres problèmes intérieurs préoccupèrent bien davantage les gouvernants, à commencer par la crise économique. Néanmoins, des gouvernements s’intéressent à l’affaire, ainsi que l’opinion. D’importants travaux historiques ont été consacrés aux unes et aux autres (par Jean-Charles Bonnet, Ralph Schor). Les recherches de Janine Ponty confirment leurs constatations et les précisent pour le cas des Polonais : la « ruée » des années 1919- 1926, le mouvement de reflux au début des années 30, la reprise de 1936-1939 (accentuée par la venue de nombreux Juifs).

***

9L’immigration est un sujet central pour la connaissance des relations internationales. Il se pose d’abord une infinité de problèmes actuels entre la nation d’où l’on part et celle où l’on arrive. Ainsi, Janine Ponty étudie-t-elle minutieusement les conventions franco-polonaises du 3 septembre 1919 et du 14 octobre 1920, avec tous leurs développements. On constate de même l’extrême activité du consul polonais Stanislaw Kara.

10Mais ces données circonstancielles paraissent être beaucoup moins importantes que le phénomène profond qui est la lente modification des équilibres. Avec toutes leurs immenses richesses naturelles, les Etats-Unis ne seraient pas devenus la première puissance économique et peut-être militaire du monde sans l’afflux de dizaines de millions d’immigrants, qui ont sans cesse fourni une main-d’œuvre abondante et souvent expérimentée. Mais ce n’est pas le seul phénomène. Les divers groupes d’immigrés ont tissé des liens entre les nations de la vieille Europe et le Nouveau Monde. La France, pays d’où l’on émigre peu, pâtit d’une situation d’incompréhension liée à la rareté des contacts directs.

11Pour les Polonais venus en France, les effets sont moins spectaculaires et il est probable que la guerre et ses conséquences politiques ont tout perturbé. Cependant, les liens franco-polonais qui restaient, au xixe siècle, l’apanage des intellectuels, sont maintenant tissés au niveau populaire, au moins dans les régions de grande immigration, notamment le Nord et le Pas-de-Calais.

12Si l’immigration influe sur les relations internationales globales, celles-ci, réciproquement, pèsent lourdement sur les courants migratoires. On émigre de préférence vers un pays ami, telle, pour les Polonais, la France, alliée de la Pologne depuis 1921. Ou bien, sans être ami, le pays récepteur apparaît comme un « refuge ». Ainsi, dans l’entre-deux-guerres, la France a-t-elle reçu des Arméniens, en 1938-1939 un flot irréversible d’Espagnols républicains et de nombreux Juifs d’Europe centrale et orientale. La guerre interdit l’immigration spontanée, mais provoque des « exodes » motivés par la peur de l’envahisseur ou par ses ordres, lorsqu’il veut chasser une population de son domaine héréditaire pour y installer les siens. Les deux causes peuvent se combiner, comme ce fut le cas pour les Allemands qui habitaient à l’est de la ligne Oder-Neisse.

13Enfin, il est un autre aspect international : le militantisme des agents diplomatiques du pays d’émigration, particulièrement dans le cas de régimes totalitaires. Si bien que, parmi les immigrés, on trouve, selon les cas, des groupes fascistes et antifascistes (les Italiens) communistes ou anticommunistes (le milieu des immigrés russes blancs). Janine Ponty montre que pour un pays qui, sans être vraiment fasciste, connaît néanmoins la dictature de Pilsudski, de telles manœuvres furent menées avec une certaine activité par des agents diplomatiques officiels ou officieux.

***

14Reste enfin l’aspect proprement historique, c’est-à-dire, l’ensemble des liens existant entre le « courant migratoire » considéré et l’originalité des circonstances historiques dans la période où se produit la migration, l’installation des immigrés, leur adaptation au nouveau système. Car, dans tout ce qui précède, nous avons évoqué un certain nombre de problèmes généraux qui se posent de façon semblable pour des courants migratoires différents. Mais une période possède un vaste ensemble de particularités uniques. Si l’on émigre de plus en plus vers la France, l’ambiance et la conjoncture des années 20 diffèrent essentiellement de celles que nous pouvons observer depuis 1945.

15Toutes sortes d’événements concrets viennent peser sur le phénomène migratoire. 1919, ce n’est pas un traité de paix interchangeable. C’est le traité de Versailles, avec les progrès qu’il manifeste (ne serait-ce que la résurrection de la Pologne) et toutes ses illusions (par exemple Dantzig, le Corridor, face à une Allemagne ayant gardé un énorme potentiel). L’entre-deux-guerres, c’est la lutte polono-soviétique, l’alliance franco-polonaise, Locarno, la S.D.N., Briand, la dictature de Pilsudski, la crise économique, le Front Populaire en France – avec ce que Janine Ponty appelle ses réalisations « éphémères » – , le colonel Beck en Pologne, enfin, par-dessus tout, Hitler, face à l’illusion polonaise, à l’« appeasement » triomphant des Britanniques, à l’« appeasement » apeuré des Français. Et n’oublions pas que ce sont des immigrés polonais en Occident qui ont fourni les effectifs de la fameuse « Armée Anders », celle qui s’emparera du Mont Cassin, mais ne pourra peser sur les destinées du pays.

16 Les liens entre ces événements concrets et les multiples faces de l’immigration apparaissent souvent dans le livre et démontrent l’originalité du sujet étudié.

***

17A toutes les questions, parfois théoriques, posées ci-dessus, Janine Ponty a su donner des réponses. Elle l’a fait avec sobriété, mais aussi avec chaleur. Elle s’est passionnée pour l’aventure de ces hommes et de ces femmes, généralement de très humble condition et de très modeste culture, dont beaucoup ont fait souche, et qu’elle a voulu connaître, individuellement et collectivement, par des visites à domicile, des lettres et des enquêtes mûrement réfléchies. Qu’elle ait, à cet effet, appris solidement le polonais atteste à la fois de son sérieux et de son enthousiasme. Ce livre apporte beaucoup et le lecteur y trouvera la qualité essentielle de l’historien : le sens de la vie.

Auteur

De l’Institut

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search