Version classiqueVersion mobile

Polonais méconnus

 | 
Janine Ponty

Avertissement

Texte intégral

1La pratique fort peu répandue en France de la langue polonaise nous a incitée à en réduire l’emploi et à toujours faire suivre les expressions de leur traduction.

2Bien entendu, nous respectons les signes diacritiques. Ce n’est pas aider le lecteur que de les supprimer. Par suite, les mots dont l’initiale en est affectée sont classés à part dans les listes alphabétiques : Abréviations et Index.

3Nous utilisons les toponymes polonais pour les lieux inclus dans les frontières de la République polonaise pendant l’entre-deux-guerres. Poznań n’est plus Posen après 1918. Lwów n’est pas encore Lvov. Cependant, il existe en français une traduction usuelle de certains noms célèbres et nous parlerons de Varsovie, de Cracovie, de la Silésie, de la Galicie, de la Vistule. Il serait pédant d’écrire Warszawa, Kraków...

4Si l’administration française conserve les patronymes des immigrés – tout en écorchant souvent leur orthographe –, par contre elle francise les prénoms. Nous avons préféré garder le plus possible les noms d’origine, dans la mesure où ce sont eux dont les Polonais se servent. Rien n’est parfait : l’abbé Czeslaw Kaczmarek devient Czeslaw pour la maison d’édition qui publie son livre en 1927. Inversement, Thomas Olszanski redevient Tomasz après son départ de France et signe ainsi l’ouvrage qui paraît à Varsovie en 1957.

5Enfin, nous avons pris le parti d’adopter les sigles polonais pour les organisations polonaises, afin d’éviter le piège des traductions approximatives et le péril des homonymies. En notes, M.A.E. sera réservé au ministère français des Affaires étrangères, tandis que M.S.Z. désignera son équivalent polonais.

© Éditions de la Sorbonne, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search