Version classiqueVersion mobile

Matières premières et gestion des ressources

 | 
Sarra Ferjani
, 
Amélie Le Bihan
, 
Marylise Onfray
, 
et al.

Gérer des ressources : utilisation et contrôle des ressources locales

La gestion de l’eau dans les maisons urbaines datées de l’époque omeyyade (661-750) : les traces archéologiques

Apolline Vernet

Résumé

La phase de conquête principale des territoires byzantins par les armées islamiques s’achève avec la bataille du Yarmouk en 636 apr. J.-C. À partir de cette date, des réformes politiques et économiques sont engagées par les premiers califes pour asseoir un état islamique puissant. Dernièrement, beaucoup d’études se sont intéressées aux conséquences sociales de ce changement politique. En effet, tout au long de la période omeyyade (661-750) une nouvelle population, en majorité originaire d’Arabie, s’installe sur les territoires byzantins. Parfois des maisons abandonnées sont réoccupées, mais on observe également la création de quartiers entiers voire de villes. À partir des données archéologiques publiées jusqu’à ce jour, il est possible de travailler sur des exemples bien documentés de constructions datées des viie et viiie siècles au Proche-Orient. L’analyse de ces données archéologiques permet de mettre en lumière la manière dont ces maisons reflètent une évolution dans la perception de l’espace habité. L’objet de cet article portera sur le cheminement de l’eau, ressource naturelle première, depuis la collecte, le stockage jusqu’à l’évacuation dans les maisons datées des viie et viiie siècles au Proche-Orient. Le corpus porté à l’étude se compose à la fois de maisons construites à l’époque byzantine qui continuent d’être des lieux de vie pendant le viiie siècle, et de nouvelles habitations. La gestion de l’eau a toujours été un élément important dans l’architecture des maisons, mais l’archéologie permet de mettre en évidence une augmentation des éléments liés à l’eau dans les bâtiments construits pendant la période omeyyade. Dans le groupe de maisons construites pendant le viiie siècle, le cycle de l’eau est plus marqué et des créations architecturales comme les douches, impliquent des besoins sanitaires nouveaux, qui étaient absents à la période byzantine. L’étude de la gestion de l’eau permet donc de mettre en lumière une évolution dans la manière d’envisager l’espace domestique pendant la période omeyyade, évolution multiforme qu’il conviendra de caractériser dans le cadre de ma thèse de doctorat.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Abu Bakr (n. v. 570  ; r. 632  ; m. 634)  ; Umar b. al-Khattab (n. 581 ; r. 634  ; m. 644)  ; Uthma (...)
  • 2 Sous la forme de colloques interdisciplinaires avec les thématiques comme «  La Syrie de Byzance à (...)
  • 3 La zone portée à l’étude, aussi appelée bilad al-sham, correspond actuellement à la Syrie, la Jorda (...)

1La bataille du Yarmouk en 636 apr. J.-C. marque la fin de la conquête islamique des provinces orientales de l’Empire byzantin et très rapidement on se met, sous les « califes bien guidés1 », à organiser les territoires nouvellement conquis. À leur suite, la dynastie omeyyade (661-750) entame une série de réformes institutionnelles pour asseoir le nouvel État. Parallèlement, on observe l’installation d’une population musulmane dans les villes byzantines. De nombreuses recherches ont été engagées ces dernières années afin de saisir les changements consécutifs à la conquête islamique, et notamment pour savoir si les conquérants, venant principalement d’Arabie, ont apporté avec eux un nouveau mode de vie2. Pour mieux comprendre ce phénomène, l’objet de notre étude portera sur l’architecture des maisons datant des viie et viiie siècles au Proche-Orient3, et plus spécifiquement sur la place qui a été donnée à la gestion de l’eau au moment de leur construction.

2Les sources littéraires à notre disposition offrent peu d’informations sur la gestion de l’eau au quotidien. Elles se composent principalement de description des villes par des voyageurs et de chroniques historiques relatant les étapes de la conquête, ainsi que des ouvrages législatifs ayant trait à la mise en forme du droit. Il faut alors se tourner vers l’archéo-logie et, grâce à un effort de synthèse de la documentation publiée, il est possible d’esquisser un panorama des structures présentes dans les habitations à cette époque. Tout d’abord, il conviendra de décrire le contexte de l’étude ainsi que les constructions qui permettent la circulation et le stockage de l’eau. La plupart de ces structures se présentent sous des formes communes telles que les gouttières, conduites et citernes privées. Outre ces éléments simples, des innovations apparaissent dans l’espace habité : les douches et les latrines prennent de plus en plus d’importance dans les maisons neuves, permettant une utilisation de l’eau à des fins sanitaires.

3D’autre part, dans l’état actuel des recherches, de nombreux exemples archéologiques sont représentatifs de la diversité des constructions urbaines des viie et viiie siècles. Dans ce corpus, nous distinguerons deux groupes. Un premier comprend les maisons dont la construction date de la période byzantine et qui continuent d’être habitées à la période omeyyade. Le second regroupe des habitations construites sous les Omeyyades, dans le cadre de programmes initiés par les califes ou les gouverneurs de province. Toutes ces maisons sont donc occupées durant tout ou partie de la période envisagée, et l’analyse de leurs structures hydrauliques va nous permettre d’entrevoir une modification du rapport à l’eau dans l’espace habité.

Contexte de l’étude

Le contexte géographique

  • 4 Pour exemple, on peut mentionner les commentaires d’al-Muqaddasi (n.945) célèbre géographe et voyag (...)

4Le corpus de cette étude est constitué de maisons urbaines situées dans des villes disséminées dans tout le Proche-Orient. Or ce dernier est un espace contrasté et plusieurs climats s’y développent de la côte méditerranéenne jusqu’aux rives fertiles de l’Euphrate, en passant par des zones de steppe aride ou semi-aride. Par conséquent, il faut savoir si la zone géographique où se trouve la maison influe sur l’attention portée à la gestion de l’eau au quotidien, car la carte pluviométrique présente un éventail s’échelonnant entre l’isohyète des 1 000 mm de précipitations annuelles et celui des 100 mm (Sanlaville, 1981) (fig. 1). Cette disparité oblige les villes à investir dans des structures hydrauliques plus ou moins sophistiquées, en fonction de leur emplacement, pour fournir de l’eau potable à la population. C’est un élément qui a beaucoup d’importance dans les récits des géographes et des voyageurs, comme al-Muqaddasi (n. 945  ; m. 985), car la réputation des villes est largement portée par cette capacité à offrir une eau agréable et fraîche à ses habitants4. Il n’est pas question ici de décrire toutes les constructions hydrauliques urbaines mises en œuvre au cours de la période puisqu’une étude engagée sur les villes antiques du Proche-Orient a mis en évidence que la majorité des maisons possédaient une ou plusieurs citernes indépendamment du fait qu’il existait une adduction d’eau publique (Kamash, 2006, p. 222). Il semble donc que les maisons du Proche-Orient combinent deux systèmes hydrauliques, qu’on a souvent opposés en Occident (Dessales, 2002, p. 231) : le système fermé, où l’autonomie en eau est garantie par des structures de stockage, et le système ouvert, dans lequel la maison est reliée au réseau d’adduction urbain. Le contexte dans lequel se trouve la maison influe donc peu sur la gestion de cette ressource naturelle dans l’habitation, il est alors possible de considérer de manière égale toutes les structures liées à l’eau dans l’ensemble du corpus.

Fig.1. Carte pluviométrique

Fig.1. Carte pluviométrique

D’après Sanlaville, 1981, p. 10.

Les structures liées à l’eau

  • 5 Ce type d’enduit est parfois appelé djuss dans les rapports de fouille. Ce mot arabe, issu du grec (...)
  • 6 Afin de protéger leur contenu, les citernes pouvaient être couvertes d’un bouchon en pierre, mais e (...)
  • 7 Lors du sondage effectué à Damas, au niveau du pavement une jarre enterrée d’un mètre de hauteur a (...)

5On peut donc espérer reconstituer le cycle complet de l’eau, de sa captation jusqu’à son évacuation. Pourtant, force est de constater qu’il manque la première étape consistant à récupérer l’eau par les toits, car on ne les retrouve jamais en contexte d’archéologie urbaine. Si des éléments apparaissent parfois dans les niveaux d’effondrement de la maison, il reste difficile de reconstituer le système complet de récupération des eaux de pluie par les toitures. Lorsque l’élévation est assez bien conservée, il est parfois possible d’observer sur la surface des murs des canalisations verticales, qui dirigent de toute évidence l’eau recueillie sur les toits. Dans la majorité des exemples, elles sont placées à l’intérieur de la cour pour acheminer l’eau vers un système de canalisations secondaires, puis une citerne. Une fois recueillie, la circulation de l’eau dans la maison s’effectue à l’aide de canalisations au sol. Ces dernières peuvent se présenter sous la forme de tubes de céramiques imbriqués, enfouis dans le sol, ou alors de sillons creusés, simplement recouverts d’une fine couche de mortier blanc. Dans les maisons, les structures en relation avec l’usage de l’eau sont toujours recouvertes de cet enduit blanc, qui a des propriétés hydrofuges et se conserve assez bien dans le temps5. Bien qu’il soit connu et utilisé à la période byzantine, son usage se systématise dans les constructions postérieures à la conquête islamique. Ces canaux, dont la taille varie selon l’usage, vont diriger les eaux usées vers l’extérieur du bâtiment et les eaux propres vers une citerne6. La citerne constitue la dernière étape du cycle de l’eau et est certainement une des plus importantes car elle garantit l’autonomie en eau de la maison. Elle se situe en général dans une pièce particulière comme à Qasr al-Hayr al-Sharqi (Maison A : Genequand et al., 2007, p. 150), mais on trouve également quelques exemples à l’extérieur, au niveau de la rue, comme à Kurnub (Maison XII : Shereshevski, 1991, p. 27). La taille d’une citerne varie en fonction de plusieurs facteurs : le nombre de personnes constituant le foyer, l’emplacement dans la ville, ou encore le contexte géographique dans lequel se trouve la cité  ; de plus les contraintes de temps et de dangerosité font qu’elles ne sont parfois pas fouillées par les archéologues. Il est donc pour le moment très difficile d’entamer une réflexion tangible à partir de la taille de la citerne d’une maison, nous nous contenterons donc juste de signaler sa présence dans les bâtiments fouillés. En plus de la citerne, il est possible de trouver des jarres enterrées de contenance plus réduite, qui peuvent conserver de l’eau fraîche7.

Documentation archéologique

6Les recherches archéologiques ont permis de mettre au jour un nombre important de maisons datées des viie et viiie siècles, et bien qu’une partie du corpus soit composé de bâtiments qui ne sont connus que par des sondages sur des surfaces réduites, il est possible de compter sur quelques fouilles extensives qui fournissent des plans de référence plus complets.

Les maisons construites avant la conquête

  • 8 Le plan n’a rien à voir avec celui des grandes maisons à péristyle du iiie siècle connues à Apamée (...)
  • 9 Ce marqueur chronologique s’avère un outil efficace puisque les différentes secousses ont causé des (...)

7Le premier type de plan identifiable est celui de la « maison à péristyle » connu dans l’Antiquité tardive8. Cette appellation est issue de la cour centrale, dotée de colonnes voire de pavements au sol, autour de laquelle sont disposées des pièces de taille moyenne, tandis que l’étage accueille les espaces de vie. L’un des exemples se trouve dans le quartier au sud du mont du Temple à Jérusalem (Mazar, 2007, p. 99-112) (fig. 2). La majorité de ces maisons date de la période byzantine, et a été en partie détruite au moment de la construction du mur de soutènement du palais omeyyade, datable du règne d’Al-Walid b. Abd al-Malik (705-715) (Mazar, 2007, p. XI, p. 110). Une autre maison appartenant à ce type a été découverte sur le site de Pella en Jordanie (fig. 3), située sur le tell nord, la maison fait partie d’un quartier construit au milieu du vie siècle (Maison G de la zone IV : Walmsley, 2007, p. 239-272), et dont le dernier état est scellé par le tremblement de terre de 7499.

Fig.2. Plan de la maison de Jérusalem

Fig.2. Plan de la maison de Jérusalem

D’après Mazar, 2007, p. 100.

8Sur ces deux plans, une canalisation d’eau relativement courte est observable à l’entrée de la maison, et devait permettre l’évacuation des eaux usées vers la rue. Par contre aucune canalisation ne parcourt la surface de la cour : bien qu’à Jérusalem les fouilleurs constatent l’absence de sols dans la cour (Mazar, 2007, p. 111), pour la « maison G » à Pella, le pavement de dalle ne laisse rien apparaître. De même se pose le problème des structures de stockage dans ces maisons. Pour la maison G de Pella, aucune citerne n’a été découverte lors de la fouille, ni dans tout l’îlot d’habitation. À Jérusalem, l’emplacement de la citerne est problématique  ; placée dans un passage étroit à l’arrière de la cour, elle s’intègre mal dans le plan originel de la maison. Il faut probablement envisager dans ce cas que la citerne ait été construite dans une seconde phase d’occupation (Mazar, 2007, p. 111).

9Plusieurs exemples semblent indiquer qu’à la période byzantine, les aménagements décoratifs comme les fontaines disparaissent entraînant la suppression de nombreuses canalisations. À Antioche, lors du réaménagement de la maison dite « aux pavements fleuris » au début du ve siècle, les sols sont rehaussés avec des pavements d’opus sectile et les adductions et évacuations d’eau disparaissent (Morvillez, 2004, p. 277). La constatation est la même en ce qui concerne les structures permettant l’utilisation de l’eau. Dans la maison de Pella, il n’y a aucune installation liée à l’eau dans l’architecture et à Jérusalem, on compte uniquement une structure légèrement en creux, taillée dans le substrat rocheux de la cour, et enduite de mortier (Mazar, 2007, p. 104). Les installations sanitaires sont inexistantes sur les plans portés à l’étude, que ce soit salle de douche ou latrine. Les seuls exemples de bains domestiques datant de la période byzantine sont des piscines rituelles juives (miqvaot). À Sepphoris, plus d’une trentaine sont construites jusqu’au ive siècle, mais leur usage semble tomber en désuétude à la fin de la période byzantine, probablement avec l’essor du christianisme dans la région (Meyers, Netzer et Meyers, 1992, p. 28  ; Meyers, 1995, p. 118). Les latrines quant à elles apparaissent de manière très rare et dans des contextes de maisons aisées. Comme le souligne Z. Kamash, l’absence de latrines au rez-de-chaussée ne signifie pas qu’elles étaient inexistantes car elles peuvent être situées à l’étage à Pompéi (Kamash, 2006, p. 228). Ainsi, à Kurnub dans le Negev, des toilettes ont été repérées au premier étage de la maison XII, qui semble être la maison de l’évêque local (Shereshevski, 1991, p. 28).

Fig.3. Plan de la maison G de Pella

Fig.3. Plan de la maison G de Pella

D’après Harding, 2007, p. 263.

10On remarque donc que pour ce premier type de plan construit à la période byzantine, la gestion de l’eau est assez peu lisible dans l’architecture, les conduites d’adduction et d’évacuation permettant la circulation de l’eau sont sporadiques, limitées à une petite conduite à l’entrée. Il en est de même pour les structures de stockage. En ce qui concerne les structures en relation avec l’utilisation de l’eau, elles sont plutôt rares et leur architecture simple ne permet pas de leur attribuer une fonction domestique.

Les nouveaux programmes de construction

11À la suite de la conquête musulmane des territoires byzantins, des quartiers entiers sont créés ou remaniés dans les cités, et des villes nouvelles sont bâties, à l’initiative des gouverneurs de province et des califes. Ces programmes de construction offrent des exemples d’architecture avec des quartiers d’habitation et des bâtiments publics construits de concert.

  • 10 Baladhuri [143] (Hitti, 1966, p. 220).
  • 11 Dans les îlots fouillés, les structures appartenant à la période omeyyade sont facilement identifia (...)

12Les fouilles entreprises à Ramla permettent de documenter la ville fondée à partir de 705 par Sulayman b. ‘Abd al-Malik (n. 680  ; m. 717), lorsqu’il est gouverneur du district de Palestine. La construction de la ville est documentée par les sources textuelles, en particulier la description offerte par al-Baladhuri (m. 892). Le chroniqueur rapporte que Sulayman conçoit le plan de la ville et fait construire un canal, ainsi que des citernes publiques, pour assurer l’approvisionnement en eau potable de la cité10. Les sondages d’archéologie préventive entrepris ces dernières années corroborent le texte d’al-Baladhuri. Ainsi, les chercheurs ont découvert, dans les premiers niveaux d’occupation, un système de conduites qui pourrait être celui mis en place sous Sulayman11. À l’intérieur des espaces privés, des canalisations sont creusées dans le substrat et enduites de mortier blanc pour conduire l’eau vers des citernes. Par conséquent, au-delà de la politique d’approvisionnement initiée par le gouverneur, le circuit de l’eau publique se poursuit jusque dans les maisons construites par les particuliers.

Fig.4. Plan de la maison d’Amman

Fig.4. Plan de la maison d’Amman

D’après Harding, 1951, p. 8.

  • 12 L’un des commandants des armées musulmanes.
  • 13 D’autres maisons ont été mises au jour et publiées entre autre par C. Bennett et A. Northedge, et n (...)
  • 14 Rapport de fouille publié pour la première fois en 1951 (Harding, 1951), puis développé dans la syn (...)

13La cité d’Amman est conquise en 635 par Yazid b. Abi Sufyan (m. 640)12. Sous les Omeyyades, la ville dépend du district de Damas et fait l’objet d’un programme de construction ambitieux. C’est sur le promontoire rocheux dominant la ville, ancien temenos encore occupé par des monuments antiques, qu’est installé le palais du nouveau gouverneur de la Balqa’, de nombreuses constructions publiques ainsi qu’un quartier d’habitation. Une maison découverte dans le cadre des fouilles préventives, conduites par G. L. Harding à l’emplacement de l’actuel musée de la ville13, a elle aussi été détruite par le tremblement de terre en 749, scellant la documentation archéologique14 (fig. 4). Le plan est presque complet, il se compose d’une cour autour de laquelle s’agglomèrent les différentes pièces de vie, mais la fonction de cette cour a changé depuis la « maison à péristyle ». Désormais ce ne sont plus des colonnes qui ornent l’espace mais des installations fonctionnelles. Les élévations conservées permettent d’observer sur la surface des murs au nord de la cour, deux gouttières qui dirigent, par des canalisations, l’eau de pluie récupérée sur les toits vers une citerne. Il faut noter qu’aucune source d’eau n’est disponible sur le plateau dominant la ville d’Amman, et qu’il est donc nécessaire de creuser des réserves directement dans le socle rocheux pour conserver l’eau de pluie (Northedge, 1992, p. 20). Au moment de la construction, la margelle de la citerne a été rehaussée de 2,5 mètres  ; le remploi de cet élément a certainement conditionné le plan de la nouvelle maison. Par ailleurs, certains chercheurs restituent une latrine dans le plan du rez-de-chaussée, bien que le rapport de fouille n’en mentionne pas de vestiges archéologiques (Northedge, 2012, p. 637). Cette remarque est due à la physionomie de la pièce, longitudinale et bipartite, qui est comparable à l’architecture des latrines du palais du gouverneur situé à proximité (Almagro, Jimenez et Navarro, 2000, p. 163-165).

14Dans ces nouvelles maisons, il est possible de documenter des constructions utilitaires liées à l’eau et on peut noter une certaine variété dans les structures trouvées en fouille. Pour compléter ce panorama, nous pouvons nous tourner vers le complexe de Qasr al-Hayr al-Sharqi, fondé par le calife Hisham (n. 691  ; m. 743) en 728-729. Les travaux de la mission syro-suisse portent à la fois sur les éléments de mise en valeur des terres mais également sur les bâtiments appartenant au quartier résidentiel au nord des deux châteaux. Ces maisons, construites en briques crues, constituent un témoignage encore très bien conservé en élévation du cadre de vie de l’époque omeyyade. Les fouilles débutées en 2007 ont mis en évidence un grand bâtiment, appelé bâtiment E, composé de deux cours séparées autour desquelles s’organisent les pièces (Genequand et Studer, 2010, p. 59) (fig. 5).

Fig.5. Plan de la maison E de Qasr al-Hayr al-Sharqi

Fig.5. Plan de la maison E de Qasr al-Hayr al-Sharqi

D’après Genequand, 2007, p. 100.

15La bonne conservation des structures a permis de dégager un grand nombre d’installations. Ainsi, une cuisine a pu être mise en évidence avec la présence de fours circulaires (tannur-s) accolés à une plate-forme recouverte de mortier blanc, et pourvue d’une évacuation traversant le mur. D’autre part, des installations hybrides, servant à la fois de douche et de latrines ont été découvertes par trois fois au rez-de-chaussée du bâtiment, alors que des thermes sont construits à proximité de ce quartier résidentiel. Situées dans un angle ou au fond de pièces étroites, l’accès à ces installations s’effectue par quelques marches, en avant d’une plate-forme construite en briques crues. Cet ensemble ainsi que la paroi des murs, sont recouverts de mortier blanc, et l’évacuation se fait au moyen d’un petit conduit percé dans l’épaisseur du mur jusqu’à une fosse creusée à l’extérieur. Dans l’état actuel des recherches, aucune citerne n’a été mise au jour, il n’y a donc pas encore d’informations sur les ressources en eau des habitants de ce grand bâtiment.

16Dans ces nouvelles constructions, le circuit de l’eau est plus lisible dans l’architecture, on retrouve tous les éléments permettant de lire son trajet, de la gouttière à la citerne. En plus des installations domestiques comme des bacs élevés servant d’évier, les latrines et les douches s’invitent dans le plan originel et ne sont plus situées au premier étage.

17L’étude archéologique nous permet de saisir la multiplication et la complexification des installations hydrauliques dans la construction des maisons au cours des viie et viiie siècles. Le cycle de l’eau apparaît plus nettement dans les maisons construites à l’époque omeyyade, avec l’aménagement directement au sol de systèmes de canalisations d’adduction et d’évacuation d’eau. La présence presque systématique de latrines dans les maisons marque un tournant dans la conception de l’espace habité. Ces installations étaient observables dans certaines maisons durant l’Antiquité tardive, mais uniquement dans des contextes privilégiés. Dans les nouvelles constructions, les latrines s’installent au rez-de-chaussée des maisons et ne sont plus réservées aux thermes ou aux palais. De nouvelles constructions apparaissent liées à l’utilisation de l’eau à des fins sanitaires, comme les douches, alors que l’accès aux thermes était toujours possible.

  • 15 «  Mais au viie siècle de bons artistes existaient encore, et les aristocrates continuaient à faire (...)
  • 16 Ce mobilier, scellé par le tremblement de terre, a révélé la présence de brûle-parfum témoignant de (...)

18Certains spécialistes de l’architecture domestique parlent de « ruralisation » de l’habitat urbain pour l’Antiquité tardive, car le decorum des grandes maisons antiques du iiie siècle disparaît, au profit d’un épurement de l’espace habité et l’introduction d’aménagements fonctionnels. Comme nous avons pu le constater, le rez-de-chaussée des « maisons à péristyle » sert désormais aux activités domestiques, voire à la stabulation des animaux, comme par exemple à Pella, où des squelettes d’équidés et de bovidés ont été retrouvés dans la maison G. De même les décorations au sol disparaissent, au profit d’un dallage simple de pierre ou de terre battue. Pourtant, comme le souligne S. Ellis, ce phénomène ne doit pas être considéré comme un appauvrissement de la société durant l’Antiquité tardive15, et il faut désormais accepter le postulat que les plans étudiés correspondent à des besoins et non à des contraintes. Il est intéressant de remarquer que l’étude a permis de montrer que cette tendance à la fonctionnalité de l’espace habité se poursuit dans les maisons construites après la conquête musulmane, et même s’accentue par le soin apporté aux aménagements hydrauliques. De surcroît, cette fonctionnalité ne doit pas occulter la richesse des maisons de l’époque omeyyade, on citera à ce titre les décorations de stucs de Qasr al-Hayr al-Sharqi (Genequand, 2011, p. 356) ou encore le riche mobilier des maisons d’Amman16.

19L’analyse des données archéologiques met en lumière l’importance donnée à l’eau dans les maisons omeyyades. Trois éléments se détachent clairement, la récupération des eaux de pluie ainsi que des constructions liées à l’utilisation quotidienne de cette ressource naturelle, sans oublier les installations sanitaires individuelles qui prennent place au sein de l’espace habité. Ces innovations architecturales répondent probablement à de nouveaux usages, issus des populations installées après la conquête musulmane, qu’il conviendra de définir dans la poursuite de cette étude.

Bibliographie

Almagro A., Jimenez P. et Navarro J. (2000) – El Palacio Omeya de ‘Ammān III, Investigación arqueológica y restauración 1989-1997, Grenade.

Aurenche O. et Callot O. (1977) – Dictionnaire illustré multilingue de l’architecture du Proche-Orient ancien, Lyon.

Bartl K. et Moaz al-R. (2008) – Transformation Processes from Late Antiquity to Early Islam in Bilad Al-Sham, Proceedings of the International Conference Held at Damascus, 5-9 November, 2006, Rahden.

Canivet P. et Rey-Coquais J.-P. (1992) (dir.), La Syrie de Byzance à l’Islam, viie-viiie siècles. Actes du colloque international «  De Byzance à l’Islam », 11-15 septembre 1990, Damas.

Dessales H. (2002) – La distribution de l’eau dans l’architecture domestique de l’Occident romain (Pompéi, Herculanum, Ostie), formes usages et mises en scènes du ier au ive s. apr. J.-C., thèse de doctorat, université Aix-Marseille 1.

Ellis S. (1993) – La Casa, dans Guillou A., La civilta Bizantina oggetti e messaggio, archittura e ambiente di vita, Rome.

Ellis S. (2007) – Late Antique Housing, an Overview, dans L. Lavan, L. Özgenel et A. Sarantis (éd.), Housing in Late Antiquity, From Palaces to Shops, Leyde, p. 1-22.

Genequand D. (2011) – Les décors en stuc du bâtiment E à Qaṣr al‑Ḥayr al-Sharqī, Syria, 88, p. 351-378.

Genequand D., Amoroso H., Haldemann M., Hull D. et Kûhn M. (2007) – Rapport préliminaire des travaux de la mission archéologique syro-suisse à Qasr al-Hayr al-Sharqi en 2007, Schweizerisch-Liechtensteinische Stiftung für Archäologische Forschungen im Ausland (SLSA/FSLA/SLFA), Zurich, p. 159-201.

Genequand D. et Studer J. (2010) – Rapport préliminaire des travaux de la mission archéologique syro-suisse de Qasr al-Hayr al-Sharqi en 2010, Schweizerisch-Liechtensteinische Stiftung für Archäologische Forschungen im Ausland, Zurich, p. 55-80.

Harding G. L. (1951) – Excavations on the Citadel of Amman, ADAJ, 1, p. 7-16.

Hirschfeld Y. (1995) – The Palestinian Dwelling in the Roman-Byzantine Period, Jérusalem.

Hitti P. Kh. (1966) – The Origins of Islamic State, Kitāb Futūh al-Buldān, Beyrouth.

Kamash Z. (2006) – Water Supply and Management in the Near East 63 BC-AD 636, thèse de doctorat, Magdalen College Institute of Archaeology, Trinity Term.

Karcz I. (2004) – Implications of Some Early Jewish Sources for Estimates of Earthquakes Hazard in the Holy Land, Annals of Geophysics, 47, p. 759-792.

Le Strange G. (1965) – Palestine under the Moslems. A description of Syria and the Holy Land from AD 650 to 1500, Beyrouth.

Mazar A. (2007) – The Peristyle House, dans Mazar A., The Temple Mount Excavations in Jerusalem 1968-1978, Final Reports Volume III, The Byzantine Period, Jérusalem, p. 99-112.

Meyers C. (1995) – Sepphoris 1994, The Biblical Archaeologist, 58/2, p. 118-119.

Meyers E., Netzer E. et Meyers C. (1992) – Sepphoris, Winona Lake.

Morvillez E. (2004) – L’architecture domestique à Antioche dans l’Antiquité tardive : conservatisme ou modernité  ?, dans B. Cabouret, P.-L. Gatier et C. Saliou (éd.), Antioche de Syrie, histoire, images et traces de la ville antique, Actes du colloque international de Lyon, 4-6 octobre 2001, Lyon, p. 271-287.

Northedge A. (1992) – Studies on Roman and Islamic ‘Amman, Oxford.

Northedge A. (2012) – The Contents of the First Muslim Houses : Thoughts About the Assemblages from the Amman Citadel, dans R. Matthews et J. Curtis (éd.), Proceedings of the 7th International Congress on the Archaeology of the Ancient Near East 12 April – 16 April 2010, the British Museum and UCL, London, Volume 2 Ancient & Modern Issues in Cultural Heritage Colour & Light in Architecture, Art & Material Culture Islamic Archaeology, Wiesbaden, p. 633-660.

Saliby N. (1997) – Un palais byzantino-omeyyade à Damas, dans C. Castel, M. Al-Maqdissi et F. villeneuve (dir.), Les maisons dans la Syrie antique du iiie millénaire aux débuts de l’Islam : pratiques et représentations de l’espace domestique. Colloque international de Damas 27-30 juin, 1992, Beyrouth, p. 191-194.

Sanlaville P. (1981) – Réflexions sur les conditions générales de la quête de l’eau au Proche-Orient, dans J. Metral et P. Sanlaville (dir.), L’homme et l’eau en Méditerranée et au Proche-Orient, vol. 1, Lyon, p. 9-21.

Shereshevski J. (1991) – Byzantine Urban Settlement in the Negev Desert, Beer Sheva.

Tal O. et Taxel I. (2008) – Ramla (South). An Early Islamic Industrial Site and Remains of Previous Periods. Salvage Excavation Reports, 5, Tel Aviv.

Tsafrir Y. et Foerster G. (1992) – The Dating of the «  Earthquake of the Sabbatical Year » of 749 CE in Palestine, BSOAS, 55, p. 231-235.

Walmsley A. (2007) – Households at Pella : Domestic Destruction Deposits, dans L. Lavan, E. Swift et T. Putzeys (éd.), Objects in Context, Objects in Use : Material Spatiality in Late Antiquity, Leyde, p. 239-272.

Whitcomb D. (2004) (éd.) – Changing Social Identity with the Spread of Islam : Archaeological Perspectives, Chicago.

Notes

1 Abu Bakr (n. v. 570  ; r. 632  ; m. 634)  ; Umar b. al-Khattab (n. 581 ; r. 634  ; m. 644)  ; Uthman b. ‘Affan (n. ? ; r. 644   ; m. 656)  ; Ali b. Abi Talib (r. 656-661).

2 Sous la forme de colloques interdisciplinaires avec les thématiques comme «  La Syrie de Byzance à l’Islam, viie-viiie siècles » (Canivet et Rey-Coquais, 1992) ou plus récemment, «  Transformation Processes from Late Antiquity to Early Islam in Bilad Al-Sham » (Bartl et al-Moaz, 2008). Par la suite de nouvelles problématiques ont été soulevées par D. Whitcomb dans l’introduction de la publication Changing Social Identity with the Spread of Islam (Whitcomb, 2004).

3 La zone portée à l’étude, aussi appelée bilad al-sham, correspond actuellement à la Syrie, la Jordanie, Israël, les territoires sous l’Autorité palestinienne et le Liban.

4 Pour exemple, on peut mentionner les commentaires d’al-Muqaddasi (n.945) célèbre géographe et voyageur pour Jéricho: On the other hand, the water of Jericho is held to be the lightest and best in all Islam , Muqaddasi [175] ; ou encore pour la ville de Baniyas: The city is pleasant to inhabit, being situates among lovely villages; and the sole drawback is that the drinking-water is bad , Muqaddasi [160] (Le Strange, 1965, p. 418).

5 Ce type d’enduit est parfois appelé djuss dans les rapports de fouille. Ce mot arabe, issu du grec gypsos, désigne un enduit de couleur blanche, mais sans analyse il peut s’agir de plâtre ou de chaux (Aurenche et Callot, 1977, p. 107).

6 Afin de protéger leur contenu, les citernes pouvaient être couvertes d’un bouchon en pierre, mais en cas d’absence lors des fouilles, on peut restituer également une plaque de bois.

7 Lors du sondage effectué à Damas, au niveau du pavement une jarre enterrée d’un mètre de hauteur a été découverte, elle était simplement recouverte d’une dalle (Saliby, 1997, p. 194).

8 Le plan n’a rien à voir avec celui des grandes maisons à péristyle du iiie siècle connues à Apamée ou à Antioche, dont le type disparaît dans le courant du vie siècle. Le plan dont il est question ici correspond à plusieurs maisons identifiées en fouille et nous avons préféré la terminologie traduite de «  peristyle house », en conservant les guillemets, proposée par Y. Hirschfeld (Hirschfeld, 1995, p. 85-86) à celle de «  Arab house » développée par S. Ellis qui paraît malaisée pour des constructions antérieures à la conquête musulmane (Ellis, 2007, p. 15).

9 Ce marqueur chronologique s’avère un outil efficace puisque les différentes secousses ont causé des ravages dans toutes les villes du sud du Proche-Orient (Tsafrir et Foerster, 1989  ; Karcz, 2004).

10 Baladhuri [143] (Hitti, 1966, p. 220).

11 Dans les îlots fouillés, les structures appartenant à la période omeyyade sont facilement identifiables car construites directement sur le sol vierge (Tal et Taxel, 2008, p. 47).

12 L’un des commandants des armées musulmanes.

13 D’autres maisons ont été mises au jour et publiées entre autre par C. Bennett et A. Northedge, et notamment la maison B de la zone C avec un plan similaire.

14 Rapport de fouille publié pour la première fois en 1951 (Harding, 1951), puis développé dans la synthèse des fouilles sur la citadelle proposée par A. Northedge (Northedge, 1992).

15 «  Mais au viie siècle de bons artistes existaient encore, et les aristocrates continuaient à faire décorer des églises. C’est donc plus le goût plutôt que la nécessité qui aux vie et viie siècles, a fait abandonner l’opulence dans l’architecture domestique. » (Ellis, 1993, p. 185).

16 Ce mobilier, scellé par le tremblement de terre, a révélé la présence de brûle-parfum témoignant de l’usage d’encens, provenant du Yémen, ainsi que de la vaisselle en chlorite importée (Northedge, 2012, p. 639).

Table des illustrations

Titre Fig.1. Carte pluviométrique
Crédits D’après Sanlaville, 1981, p. 10.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig.2. Plan de la maison de Jérusalem
Crédits D’après Mazar, 2007, p. 100.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Fig.3. Plan de la maison G de Pella
Crédits D’après Harding, 2007, p. 263.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5058/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig.4. Plan de la maison d’Amman
Crédits D’après Harding, 1951, p. 8.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5058/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig.5. Plan de la maison E de Qasr al-Hayr al-Sharqi
Crédits D’après Genequand, 2007, p. 100.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5058/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 377k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8167 : Orient et Méditerranée. Sujet de thèse : L’habitat urbain des débuts de l’Islam au Proche-Orient (viie-viiie siècles apr. J.-C.).
Directeur : A. Northedge.
Soutenance prévue en décembre 2014.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search