Version classiqueVersion mobile

La puissance française en question 1945-1949

 | 
Robert Frank
, 
René Girault

I. La perception de la puissance par les décideurs

Puissance ou dépendance française ? la vision des "décideurs" des affaires étrangères en 1948-49

Annie Lacroix-Riz

Texte intégral

1Comment les "décideurs" des Affaires Etrangères ont-ils perçu la "puissance" de la France en 1948-1949 : la question demeure-t-elle pertinente, quelques années après que le Général de Gaulle s’est efforcé de rendre au pays dont le prestige et la puissance s’étaient effondrés depuis dix ans – l’ère du précédent colloque – le "rang" ou la "grandeur" qui forment le leitmotiv de ses écrits ou discours ? Que faut-il d’ailleurs entendre par "décideurs" ? Comment hésiter jusqu’à la démission du 20 janvier 1946 à décerner ce vocable au Président du GPRF ? Dès ce moment pourtant, les plus hauts fonctionnaires des services, du Ministère même aux Ambassades, jouent un rôle que n’éclipse pas totalement celui de de Gaulle, et leurs conceptions viennent infléchir celles de l’homme d’Etat : langage de la concession contre discours de la "raideur", acceptation sans fard voire sans complexe de la dépendance vis-à-vis de l’allié anglo-saxon contre volonté de prestige, souci de la dignité nationale face à l’incarnation de la puissance, avant tout les Etats-Unis. On éliminera d’emblée la référence à deux "super-puissances" après avoir évoqué le choix perceptible bien avant la cassure de la guerre froide. C’est par rapport à Washington, dont les "décideurs" attendent tout ou beaucoup, que s’est posée, pour le Gouvernement Provisoire de la République Française, la question qui constitue l’objet de ce colloque. On imagine, dans ces conditions, le poids politique de l’Ambassadeur de France à Washington, Henri Bonnet, peut-être, sinon assurément, équivalent à celui du Secrétaire Général du Quai d’Orsay, J. Chauvel, ou du Ministre, G. Bidault, puis à partir de juillet 1948, R. Schuman.

2S’il est besoin d’un solide ancrage, de la référence des premières années de l’après-guerre – phase indispensable à la comparaison – il ne convient pas d’opposer avec rigueur 1944-1945, point de départ ici choisi, où se manifesterait le souci de récupérer la puissance évanouie, et 1948- 1949, véritable point d’aboutissement, où le terme même de puissance, appliqué à la France, a perdu toute pertinence aux yeux des responsables de sa politique extérieure.

Prologue : espoir de la puissance contre acceptation de la dépendance, de 1944 à 1947

  • 1 Voir les séances des 11 et 18 décembre 1944 : 15 janvier et 30 mars 1945, Archives Nationales (AN), (...)
  • 2 Communication du 26 décembre 1944, C.E.I. du 2 janvier 1945, ANF 60 898.
  • 3 Rapport préparatoire au C.E.I. du 27 avril 1945, ANF 60 899.

3De Gaulle lui-même, et son ministre des Affaires Etrangères, G. Bidault, défenseur, en 1944-1945, de fermes propositions sur le sort futur de l’Allemagne, n’ont pas échappé au sentiment accablant de dépendance vis-à-vis des Alliés anglo-saxons : au Comité Economique Interministériel, de Gaulle, prêt à des mesures de rétorsion pour santionner la mauvaise volonté des Anglo-Saxons à approvisionner la France, en décembre 1944- janvier 1945, puis en mars-avril 19451 (refus des contributions françaises, sous forme de transports intérieurs et de charbon) se plie au "réalisme" prôné par le Commissaire en mission à Washington, J. Monnet2 ou par les services de l’Economie Nationale : toute décision de suppression "risque (...) de constituer une simple décision de principe, d’autant plus malaisée à respecter que des réquisitions sont à craindre"3.

  • 4 Nomination au C.E.I. du 31 mai 1945, ANF 60 900.
  • 5 “Projet..." cité, 9 avril 1945, préparatoire au C.E.I. du 31 mai 1945, ibidem.

4Sur la question allemande – test par excellence de la perception de la puissance ou de la démission – la rigueur des premières années est déjà tempérée par un profond sentiment d’impuissance, de dépendance totale vis-à-vis des décisions anglo-saxonnes. Dès avant Postdam, les notes des Affaires Etrangères s’appliquent à préparer la résignation à ce que les hauts fonctionnaires considèrent comme inévitable, la renonciation à des "réparations" allemandes rigoureusement exclues par Londres comme par Washington. Symbole et annonciatrice des choix ultérieurs apparaît, le 31 mai 1945, la nomination d’Hervé Alphand au poste de Directeur Général (des Affaires Economiques et Financières) du Ministère des Affaires Etrangères4. Disposé à la plus grande conciliation, manifestement persuadé que la France est réduite aux seconds rôles, il avait accueilli fort sèchement l’ambitieux "projet de mémorandum sur les réparations et restitutions" déposé par G. Bidault devant le CE15 par la formule :

  • 6 Note du 29 mai, préparatoire au C.E.I. du 31 mai 1945, ibidem.

"On peut douter qu’il soit en la matière de bonne politique de demander le plus pour avoir le moins. La surenchère ouvre trop aisément la voie à d’autres surenchères qui ne feraient que retarder, en l’occurence (sic), le règlement final"6.

5Il ne s’agit pas ici de retracer le détail des conceptions de l’après-libération, mais seulement de nuancer les discontinuités de la politique française, plus spectaculaires qu’absolues. Sans doute, les thèses de la SFIO, qui a souhaité et pressenti l’orientation future de la politique française plus tôt et plus ouvertement que toutes les formations non- communistes, n’ont-elles pas triomphé dès 1945 aux Affaires Etrangères – à l’heure où le Congrès socialiste faisait la fine bouche devant un pacte franco-soviétique jugé dommageable à la seule alliance considérée comme "belle et bonne", celle des Anglo-Saxons.

  • 7 Sur la conception communiste de l’indépendance nationale, clé d’une puissance recouvrée, voire Anni (...)

6Mais il faut citer les propos socialistes de l’été 1945 parce qu’ils illustrent une conception dont le Plan Marshall, sur fond de guerre froide, assurera le triomphe ou l’aggravation. Contre une France forte, reconstruite sur la base essentielle de ses propres forces, grâce à une "Bataille de la Production" qui assurerait son indépendance – maître-mot du PCF – économique et politique7, contre des projets gaulliens qui recèlent "l’espoir d’un chantage contre l’Amérique et l’Angleterre", s’affirme précocement une autre thèse, prônant pour la France une "politique étrangère" (…) conforme à ses besoins, à ses possibilités, à ses moyens". Cette France détruite, appauvrie, privée des ressorts de la puissance (flotte et armée) doit songer à sa "reconstruction économique (...) et nous n’y arriverons pas seuls (...). Economiquement, militairement (…) nous sommes un peuple de second ordre, un peuple appauvri, et notre politique étrangère doit s’inspirer de cette pénible réalité", tel est le constat de Lavoquer au 37e congrès d’août 1945, auquel fait écho Vinot :

  • 8 Congrès cité, 11-15 août 1945, p. 700 (LAVOQUER), 771 (VINOT), Archives du Secrétariat du Parti Soc (...)

"La question de politique étrangère (...) est avant tout (...) peut être uniquement une question de marchandises (...), de matières premières (...) il nous faut rejeter de notre esprit l’espoir d’une politique de grandeur", alors que nous manquent la houille et le pétrole8.

  • 9 Compte rendu du Comité Directeur du 6 février 1945, 8 p., p. 5. Archives D. MAYER.

7Mais, les allusions du début l’ont montré, l’espoir de puissance des toutes premières années de l’après-guerre a été promptement modéré par un profond sentiment de dépendance, qui n’a pas épargné de Gaulle lui- même. Il aurait, au début de 1945, "constaté" devant Tixier, alors son ministre socialiste de l’intérieur "le manque d’indépendance total, monétaire et économique de la France, qui attend tout de l’Etranger. Il ne croit pas possible, dans ces conditions, d’affirmer notre programme alors que nous avons besoin de l’étranger pour nous rééquiper"9.

8Souci de dissimuler une volonté propre – la répugnance devant le programme de nationalisations du CNR – derrière un commode "paravent" extérieur, ou conscience aigüe des conséquences d’une dépendance acceptée malgré bien des réticences, ou les deux ?

  • 10 39ème Congrès de la SFIO, 14-17 août 1947, p. 815, ASPS.

9Quoiqu’il en soit, ce rapide constat atteste l’excès du jugement porté en août 1947 par A. Philip, alors ministre de l’Economie Nationale, contre ceux – de Gaulle n’est pas cité, mais à l’évidence visé – qui se sont "longtemps maintenus sur des propositions à la Richelieu en réclamant des positions politiques avancées (...) qui ne correspondaient pas à la réalité"10.

10De 1944-1945 à 1948-1949, les priorités se sont en partie modifiées : dans le sentiment de dépendance – de non-puissance – absolue, les problèmes économiques forment sans doute comme un fil rouge. Quelle puissance les "décideurs" des Affaires Etrangères peuvent-ils concevoir pour une nation qui ne cesse de quémander ? Mais une autre obsession dispute le premier rôle à la précédente : au fil de la guerre froide déclenchée en mars 1947, l’anticommunisme et l’antisoviétisme mêlés tendent à transformer la perception des problèmes. La nécessité de se porter à l’avant-garde des défenseurs du "monde libre" atténue la pénible impression produite par les "sacrifices" et renoncements au profit de l’Allemagne, sur l’autel européen, que requiert le dispensateur de l’Aide Marshall. Tandis que le discours des hauts fonctionnaires se politise – fait nouveau, en tout cas à ce degré, de l’année 1948 – ils oublient davantage la dépendance, ressentie désormais avec moins de vigueur alors même qu’une autre priorité s’impose dans tous les domaines, de la vie intérieure aux problèmes extérieurs en passant par les affaires coloniales.

1. L’impuissance intérieure :

  • 11 Télégramme de Paris à Ambafrance Washington, 9 décembre 1947, Y 52 3 B. Archives du Ministère des A (...)
  • 12 Sur l’année 1947, voir Annie LACROIX-RIZ, Le choix., ., op.cit., chap. 3 à 5.

11La mise en place du Plan Marshall en France, depuis le second semestre de 1947, consacre, chez les hauts fonctionnaires des Affaires Etrangères, un sentiment de dépendance absolue ou de totale impuissance : soumis à des pratiques qu’on doit qualifier de chantage permanent – chantage aux crédits accueillant la moindre réserve ou réticence, particulièrement à propos de terrain européo-allemand –, ils tentent parfois de résister, mais finissent toujours par céder, sous les motifs les plus divers. En décembre 1947, le projet d’Aide intérimaire, qui "contient (…) sur un grand nombre de points des clauses qui seraient très difficilement acceptables pour le gouvernement"11, est voté par la Chambre des Représentants sans que les réserves françaises – H. Bonnet, devant ses interlocuteurs du Département d’Etat, ne les a pas épargnées – aient été le moins du monde prises en compte12.

  • 13 Lettre du 4 juillet 1948 de P.G. HOFFMANN à H. BONNET, 1 p. A 22.9.2. CIV, MAE.
  • 14 Note citée, 2 p., idem.
  • 15 Télégramme de H. BONNET, n° 4859-4860, Washington, 20 novembre 1948, 1 p.. B.12.6 (1948), MAE.

12Quelle impression de puissance peuvent éprouver des hauts fonctionnaires épouvantés par le chantage, répété en 1948, à la suppression des crédits auxquels l’Etat français semble littéralement suspendu ? Ainsi, début juillet 1948, les services sont saisis de panique après réception de la lettre par laquelle P.G. Hoffman, Administrateur de l’European Recovery Program suspend, en vertu de la section 115 (b) de l’Economie Coopération Act, l’aide américaine à la France parce que le Parlement n’a pas encore ratifié l’accord du 28 juin13 : parmi bien d’autres, une note "très urgente (...) pour le service du protocole" relève avec effroi que "tout retard dans cette notification [de la ratification à l’Ambassade des Etats-Unis] a des incidences directes de 1 (sic) milliard par jour"14. Quelques mois plus tard, l’Economic Coopération Administration recommence : le 20 novembre, elle prend, s’inquiète H. Bonnet, la "décision (...) extrêmement ferme" de suspendre toute autorisation d’achat correspondant au programme du quatrième trimestre jusqu’à la ratification par le Parlement du contrat d’un emprunt de 170 millions de dollars auprès de l’Export-Import Bank, ratification "à obtenir (...) d’extrême urgence"15.

  • 16 Télégramme de Paris à Washington, 20 janvier 1948, Y 52 3 B, MAE.
  • 17 Télégramme de H. BONNET, n° 6546, Washington, 11 février 1948, A 1946 (2), 1948, MAE.

13Sentiment d’impuissance encore que celui qui accueille les "achats forcés" de ravitaillement institués, après le refus de livrer des années précédentes, depuis janvier 1948. Hauts fonctionnaires et hommes politiques ont parfois des velléités de résistance : en janvier 1948 la France a dû se résigner à l’achat de produits dont elle n’avait pas besoin – pommes de terre, fruits secs et poudre d’oeufs – "attribués d’office par Washington"16. Coudé du Foresto, sous-secrétaire au Ravitaillement, fort réticent au début, s’est rendu à l’argument de H. Bonnet, qui avait vainement présenté des "objections (...) mais il est évident que nous n’avons pas d’autre alternative que d’accepter des pommes de terre ou de renoncer à leur valeur, ce qui entraînerait une réduction correspondante dans le programme total de l’aide intérimaire"17.

  • 18 Télégramme de H. BONNET, n’604-607, Washington, 9 février 1948, idem.

14C’est à la même époque que les Américains, exigeant de leurs solliciteurs l’achat des "incentive goods" – "produits stimulants" en très nette situation de surproduction aux Etats-Unis, du tabac au chewing-gum –, provoquent de l’Ambassadeur une remarque à l’aune de laquelle on peut juger de la "puissance" française : H. Bonnet a signalé à ses interlocuteurs "les graves inconvénients" que comportent "ces réductions successives de crédits dont nous pouvions librement disposer pour nos achats prioritaires (...) nous leur avons indiqué qu’à notre avis, du savon, des vêtements et des chaussures de travail pour mineurs seraient préférables à des cigarettes, chewin-gum et autres produits moins essentiels". Néanmoins, les Américains "ont confirmé leur décision"18.

  • 19 Rapport de J.-Ph. DUCLOS, mandataire du GNAPO (Groupement National d’Achat des Produits Oléagineux) (...)

15Serait-ce mesquinerie que de rapporter la perception de la puissance française à une "chétive affaire de marchandise ?" On peut d’autant plus en douter que parfois, un représentant français se révolte contre l’abaissement de son pays, et proteste contre une résignation qui domine les rangs des négociateurs français à Washington, n’admettant pas que, pour se plier à la spéculation américaine sur les produits agricoles, on lui objecte "que la France est "à quia" et que les manifestations de pudeur sont hors de saison"19.

  • 20 Télégramme de H. BONNET, n° 234-239, Washington, 22 janvier 1949, 3 p., A 22.9.5b Fret ERP 1949-195 (...)
  • 21 Note non datée (mais de juillet 1948) "Accords bilatéraux. Importance et nécessité de l’aide des Et (...)
  • 22 Première demande dans le télégramme de R. SCHUMAN (alors Ministre des Affaires Etrangères) au terme (...)

16On allongerait indéfiniment la liste des dossiers où se révèle la perception de l’impuissance française, du secteur pétrolier à la publicité pour les produits américains, de 1’"assainissement" intérieur exigé par Washington aux amendes infligées pour non respect de la clause 50-50 de la loi Bland et Magnusson de mars 1949 (en vertu de laquelle les produits livrés au titre du Plan Marshall devaient, pour moitié au moins, "naviguer sous pavillon américain"20). Incontestablement, les "décideurs" des Affaires Etrangères n’ont pas songé que les crédits américains, à l’occasion présentés comme l’arme ultérieure de la puissance, – l’espoir du "rétablissement de l’équilibre de notre balance des paiements, c’est-à- dire, en définitive de notre indépendance économique"21 – sanctionnaient autre chose qu’un affaiblissement réel et profond du pays perpétuellement quémandeur. Les modalités mêmes de l’octroi des crédits – à partir de l’automne 1948, déblocage de la contre-valeur de l’aide affectée aux dépenses françaises de reconstruction sous le contrôle et après examen de détail des Américains, et sur demande officielle des Français (à cinq reprises, par exemple en 1949)22 – reflètent parfaitement la réduction totale à la dépendance.

2. L’espoir d’une puissance coloniale ?

17Toujours ramenés par les interlocuteurs américains aux rigueurs de la faiblesse française, les "décideurs" n’ont-ils pas puisé dans le recours aux crédits américains un nouveau souffle, l’espoir d’un renouveau de la puissance coloniale, menacée par l’effondrement des années antérieures ? Nous trouverons ici un fil conducteur que nous n’abandonnerons plus guère, la référence au communisme dans laquelle se confondent préoccupations intérieure – le PCF – et extérieure – l’URSS et son camp de démocraties populaires.

  • 23 Télégramme de MONS, n° 365-366, Tunis, 7 mai 1947, 1 p., B.9.1 (1948), MAE.
  • 24 Note de 14 p., annexée à une lettre de H. BONNET et G. BIDAULT, Washington, n° 1440 A.M., a.s. opin (...)
  • 25 "Note sur une formule de participation américaine au développement de nos territoires d’Outre-Mer", (...)

18Les hauts fonctionnaires français ont très tôt perçu que la politique du "containment" pouvait ouvrir des perspectives que le traditionnel anticolonialisme américain, mêlé d’ambitions économiques sur les richesses des alliés-concurrents, ne contribuait pas de 1944 à 1947, à rendre souriantes. Le 4 mai 1947, avec l’éviction des ministres communistes, marque ici sans conteste la solution de continuité et un retournement presque spectaculaire, enregistré aussitôt par les fonctionnaires en poste : de Tunis, le résident-général, Mons, peut télégraphier dès le 7 mai que les Américains "ont fait savoir aux milieux nationalistes (...) qu’ils considéraient le maintien de la France dans ce pays comme un élément qui leur était indispensable dans la stratégie du conflit éventuel des deux blocs"23. Cette stratégie, bâtie sur deux fondements essentiels, "le caractère spécifiquement antirusse de la politique extérieure américaine" et la crainte de "l’influence communiste"24, a-t-elle suscité de grandes illusions ? On est tenté au contraire de discerner chez les hauts fonctionnaires certaine lucidité : dès octobre 1947, P. Pélieu, Directeur du Bureau des Territoires d’Outre-Mer, limite les espérances à une gestion franco-américaine d’ "intérêts économiques communs", bien conscient que le choix de Washington en faveur d’ "un ordre français", plus propice à sa stratégie mondiale qu’ "un désordre indigène", impartit à la France un simple "sursis"25.

  • 26 "Les Etats-Unis et l’Indochine française", rapport du 20 novembre 1948, 29 p, pp.24-25, B. 9.2. (19 (...)
  • 27 Télégramme de BERARD, n° 2372-2376, Washington, 2 juin 1948,2 p, Secret. Réservé. A 22. 9.2. CIV. M (...)

19L’Indochine répond remarquablement au schéma proposé en décembre 1948 par un long rapport de Marcelle Campana, mais il ne suffit pas que le Viêt-Nam soit considéré comme "une proie facile pour le communisme" pour rendre à un pays affaibli la vigueur d’antan. Car enfin, quelle puissance est celle d’un Etat attendant tout ici, comme à l’intérieur, du concours économico-politique américain ? En 1948, l’ECA a régulièrement – et surtout officiellement – refusé d’étendre "spécifiquement" le bénéfice du Plan Marshall à l’Indochine26. En fait de puissance, les "décideurs" aperçoivent des pratiques peu glorieuses. Il semble bien en effet que, nécessité faisant loi, le financement américain n’ait pas attendu 1950-1951. La France doit quémander dès 1948 des crédits que "les réticences de l’opinion américaine" vis-à-vis de sa politique interdisent à Washington d’octroyer officiellement. En juin 1948, l’Administration américaine, pour transférer 3.4 millions de dollars, a proposé d’effectuer "une simple opération comptable destinée à la mettre en mesure d’affirmer qu’aucun crédit ERP n’est affecté directement à l’Indochine" et A. Bérard, chargé d’affaires à l’Ambassade de France à Washington, en est réduit, en s’y résignant, à déplorer "les inconvénients que comporte cette manière de procéder, dans le domaine politique et moral"27.

20Au début de 1950, une note de Parodi, désormais Secrétaire Général du Quai d’Orsay, sur la situation en Indochine atteste, en même temps que de très sévères illusions sur les conditions d’une aide américaine massive, un très profond sentiment d’impuissance. Le discours de la puissance ne cesse de renvoyer à la plus extrême dépendance : la France serait confrontée à l’alternative de se retirer ou de "rester en obtenant des Etats-Unis un très large soutien" lequel va :

"a) (...) accélérer l’évolution de l’Indochine vers une large indépendance (...), b) (...) nous engager (...) plus à fond dans le mécanisme de l’alliance avec les Etats-Unis, dans l’opposition des deux blocs (...), c) (...) nous donner une chance de rétablir suffisamment la situation pour que nous puissions envisager de nous dégager honorablement".

Quant aux conditions envisagées pour l’aide, elles apparaissent totalement dérisoires à H. Bonnet, depuis longtemps accoutumé à des rapports fondamentalement inégaux entre Paris et Washington, qui les commente en marge – "certitude de malentendus et preuve d’ignorance totale de la position américaine et de nos illusions". Parodi envisage en effet de "donner", dès le début des conversatiions franco-américaines "un double avertissement pour éviter des malentendus ultérieurs :

  1. Spécifier que l’aide en armes et l’aide économique" – qu’il envisage très massives (pour la première "sans indication de limite quant à la durée, ni quant à son montant") – "seront réparties par la France : nous n’entendons pas avoir d’autres experts américains sur place que ceux que nous demanderons spécialement, ni recevoir des directives ou subir des pressions quant à la manière dont nous dirigeons l’évolution du Viêt-Nam vers une plus grande indépendance.
  2. A mon avis, prévenir que nous n’écartons aucunement l’idée d’une reconnaissance prochaine de Mao-Tsé Tung et que nous gardons toute liberté d’action à cet égard"28. Le sort subi par ces propositions mesure les illusions de Parodi, dénoncées aussitôt par H. Bonnet. "Tenir le seul front de guerre chaude de la guerre froide"129 ne restitue pas à la France la puissance perdue.
  • 30 Voir à ce sujet l’échange de lettre CHAUVEL – H. BONNET des 5 et 11 janvier 1949, idem.
  • 31 Lettre du 9 décembre 1949, 1 p. Réponse fort sceptique – en raison du profond "anticolonialisme de (...)

21Les affaires nord-africaines le montrent autant, avec les difficultés des négociateurs français pour faire admettre l’Algérie au sein de la zone protégée par le Pacte Atlantique – alors que le premier projet, où la colonie ne figure pas, satisfait Washington et Londres30 – ou le recours aussi désespéré qu’impuissant à Washington, lorsque les Nations Unies votent, en décembre 1949, des résolutions sur les territoires non autonomes qui "ont soulevé en France une émotion considérable" : B. Clappier, Directeur de Cabinet du Ministère des Affaires Etrangères, suggère alors à H. Bonnet, fort sceptique sur l’issue de cette initiative, d’envoyer à Washington "Lun des responsables de nos intérêts d’outre-mer, afin de lui permettre de faire mieux apprécier par nos amis américains (spécialement par les hommes politiques) les difficultés que nous rencontrons déjà et qui seront certainement accrues par les positions extrêmes adoptées par les Nations Unies"31.

3. L’Allemagne et les initiatives européennes

  • 32 Sur la tendance des Etats-Unis – L. CLAY en tête – à parler de plus en plus fort depuis l’accord bi (...)
  • 33 Copie d’un télégramme du 18 avril 1947, Washington, A.22.9.2. C., MAE. Sur la réaction de Bidault, (...)

22Suspendus au bon vouloir américain jusque dans le domaine colonial – lambeau de la puissance passée – les "décideurs" ne trouvent guère de compensations dans l’épineuse question allemande, question-clé de l’Europe – et du monde – d’après-guerre. Quel haut fonctionnaire tant soit peu lucide aurait-il pu ici déceler une once de grandeur française ? La France n’avait cessé, depuis 1845, d’avaler les couleuvres que lui préparaient les Anglo-Saxons, agissant de concert, puis, de plus en plus nettement, à partir de la constitution de la bizone (décembre 1946 – janvier 1947), les Américains seuls, dont l’initiative comptait davantage que celle des Britanniques, occupants de la Ruhr32. Dès avril 1947, alors que les services du Quai multipliaient les notes sur les futurs plans "européens" de Washington, H. Bonnet avait fait savoir que "des propositions françaises sur l’intégration de l’Allemagne dans l’économie européenne seraient les bienvenues" et avait été entendu par son Ministre de tutuelle, alors G. Bidault33.

23L’année 1948, où s’affirment au grand jour des tendances nées de la période précédente, approfondit le sentiment d’impuissance totale, de mise systématique devant le fait accompli, et les hauts fonctionnaires et Ministres – Bidault puis Schuman – oscillent entre la résignation voire l’acceptation sans ambages et des bouffées de colère et d’indignation.

  • 34 Voir Jean-Pierre RAGEAU, Prague 48, le rideau de fer s’est abattu, Paris, Complexe, 1981 qui critiq (...)
  • 35 Sur la nécessaire révision drastique des causes et objectifs ("atlantiques”) du "coup de Prague" –  (...)

24Les premières réactions l’emportent de loin sur les secondes, à notre avis, pour une raison simple : la tension grandissante de la "guerre froide", évoquée plus loin, provoque une érosion de la dignité nationale proportionnelle à l’épouvante qui semble saisir les responsables français depuis ce qu’on a baptisé le "coup de Prague"34 – "coup" dont les Archives du Quai démontrent les origines et les vertus "occidentales", incompatibles avec une terreur assez remarquablement affectée pour avoir convaincu opinion publique et science politique en France depuis près de quarante ans35.

  • 2 ou dont elle pense qu’elles répondront à l’attente des Américains rendus ainsi plus bienveillants, (...)

25Signifîcativement, c’est au seul nom de l’anticommunisme le plus efficace que sont exprimées les réserves sur les décisions adoptées à propos de l’Allemagne qui humilient ou bafouent à l’excès la nation naguère occupée et donnent à l’ennemi intérieur trop d’armes faciles contre ses dirigeants. Avec certes des réticences – qui apparaissent plus nettement dans les documents "secrets" ou "réservés" que sur la place publique –, la France, en 1948-1949, commence à accomplir la tâche que les Etats-Unis l’ont à l’évidence jugée la plus apte à assumer (et qui, selon nous, définit à leurs yeux l’utilité internationale de ce pays) : redonner à l’Allemagne occidentale, sinon une totale virginité, du moins une respectabilité qui permette à l’opinion française et ouest-européenne de souscrire à son intégration dans l’Europe des Seize. Privée de la puissance et de toute décision en la matière, la France est donc appelée à prendre des initiatives que lui soufflent ou que lui assignent Washington et l’ECA2, en donnant l’impression – ses hauts fonctionnaires ou Ministres "européens" semblent finir parfois même par le croire – d’avoir agi de son propre chef. L’hypothèse est assez audacieuse pour rendre nécessaire une démonstration.

26Parmi bien des dossiers "démonstratifs", on n’en choisira qu’un, remarquablement significatif. A l’été 1948, Washington souhaite donner une nouvelle impulsion à la reconstruction prioritaire de l’Allemagne et exerce en conséquence une pression accrue sur des dirigeants français embarrassés et réticents, morigénés comme des enfants pour leur insuffisante compréhension des concessions à faire sur le terrain européo- allemand : fin août, devant les responsables de l’OECE, Harriman fait savoir que les "difficultés" de l’Organisation Européenne de Coopération Economique, relatives à la division de l’aide américaine et au problème des paiements intra-européens, proviennent "pour une large part [de] la position de la France. La France (...) est débitrice sur tous les tableaux (...) ne fait pas un effort suffisant pour rétablir l’équilibre de ses finances et de son économie, accroître ses exportations, réduire son train de vie. Faute de politique intérieure suffisamment énergique, elle constitue ainsi une sorte de boulet pour l’Europe".

  • 36 Note pour le Président (SCHUMAN), "Très Confidentiel", Paris, 30 août 1948, 2 p, A.22.9.2. CV, MAE.

27Le Directeur Général des Affaires économiques, financières et techniques (H. Alphand) penche d’emblée vers la conciliation pour apaiser les griefs de Harriman : "un dénouement rapide de la crise (…) politique actuelle (...) et l’affirmation d’une politique financière d’assainissement facilitera notre tâche et nous permettra d’obtenir le maximum de devises étrangères"36. Mais la souplesse intérieure ne suffit pas. Le surlendemain, le Directeur Général propose une nouvelle concession "allemande" pour combler "l’important déficit français à l’égard de la bizone" qui préoccupe les représentants de celle-ci, soucieux d’ "obtenir certaines matières indispensable à l’accroissement des exportations allemandes". C’est ainsi que – véritable consécration de la mort des réparations ou réparations à l’envers – on autorisera la Délégation française à proposer l’exportation vers la bizone, "au moment opportun", pour l’essentiel de minerai de fer lorrain, de fonte, d’acier, et "accessoirement" de certains équipements miniers.

  • 37 Note pour le Président, "Très Confidentiel", Paris, 1er septembre 1948, 4 p. Idem.

28Initiative ou manifestation de puissance d’une France apte au pardon parce que renforcée ? On en jugera par les précautions estimées indispensables, en raison – c’est le seul motif invoqué – de la prévisible réaction communiste : l’exportation de minerai de fer prévue – la bizone réclame un million de tonnes en douze mois (soit la moyenne annuelle des exportations vers la Ruhr pendant les dix années d’avant-guerre) – suppose "un accroissement de cette production par une augmentation de la durée du travail dans les mines qui serait portée de 42 heures en moyenne à 48 heures. Pour obtenir cet effort complémentaire des mineurs, il est évidemment indispensable de ne pas révéler immédiatement un programme éventuel d’exportation vers l’Allemagne. Les syndicats communistes, en effet, s’y opposeront avec la plus grande violence. Aussi paraîtrait-il sage de ne commencer l’exécution du programme d’exportation vers la bizone qu’à partir du 1er janvier [1949…]"37. Mais la proposition, reprise par Schuman, ne règle rien et l’évolution du problème en septembre se conforme aux pratiques courantes des années 1948-1949. Les Américains tonnent, les Français tentent de se justifier, puis cèdent devant le chantage, explicite ou supposé, aux crédits ECA : Harriman continue à protester, décidé à "une pression américaine pour réduire la part française au bénéfice de l’Allemagne". Le Directeur Général a esquissé un reproche – grief coutumier –, "insisté, pour [sa] part, sur l’effet politique désastreux que présenteraient des modifications faites par M. Hoffmann au profit de l’Allemagne et aux dépens de ses anciennes victimes".

  • 38 Note pour le Président, "Secret", Paris, 4 septembre 1948, 6 p. Idem.
  • 39 Ibidem, pp.2-3.
  • 40 Voir son télégramme à Washington (n’4231-4235) et Londres (n° 3516-3520), Paris, 6 septembre 1948,2 (...)
  • 41 Note du Directeur Général des AEFT pour le Président, "Très Confidentiel", 8 septembre 1948, 3 p. I (...)
  • 42 Télégramme de R. SCHUMAN à Washington, n° 4300-4302, Paris, 9 septembre 1948, 2 p. Idem.

29Mais, symbole d’une France rivée à Washington, le scrupule annonce concession nouvelle : à la France qui paie le charbon de la Ruhr en dollars, "tout sacrifice nouveau qui serait demandé (...) dans ses rapports avec la bizone nous placerait dans une situation difficile (...). Il n’est pas certain cependant, que nous ne soyons pas obligés de faire à cet égard un nouveau sacrifice afin d’éviter le pire, c’est-à-dire le renvoi pur et simple du problème à Washington" ; il convient donc de proposer "une contribution nouvelle au bénéfice de l’entente générale" – de l’ordre de 10 à 15 millions de dollars38. Au terme de palabres destinés à abaisser les prétentions de la bizone, décidée à voir porter l’allocation théoriquement répartie par l’OECE de 364 à 420 millions de dollars et assurée de l’appui total de Washington39, et malgré de vives réticences exprimées notamment par le Ministre lui-même le 6 septembre40, les responsables français ont opté pour une contribution de 45 millions de dollars (comme la Grande-Bretagne) à un supplément total de 115, prélevé en partie (pour 20 millions) sur les crédits Marshall destinés à la France41. Le 9 septembre, R. Schuman, confirmant à H. Bonnet le "sacrifice" de 45 millions de dollars, se console à la pensée qu’ "il restera pour nous à tirer argument des sacrifices que nous avons consentis en faveur de l’Allemagne pour nous opposer à la politique américaine en matière de réparations"42.

  • 43 Télégramme du Ministre à Washington (n° 4321-4322) et Londres (n° 3592-3593), Paris, 11 septembre 1 (...)
  • 44 Exposé concluant la session de l’OECE, ronéot., 8 p, 11 septembre 1948. Idem.
  • 45 Lettre de B. CLAPPIER (alors représentant français au Conseil de Sécurité de l’O.N.U.) sur l’entret (...)

30Deux jours plus tard, après que le Conseil de l’OECE a adopté les plans de répartition de l’aide américaine et des paiements inter-européens en dollars43 – docile, on l’a vu, à une permanente pression de Harriman –, on peut constater à quel point le document public occulte les concessions répétées des "décideurs" français : au terme d’une session où il n’a été question que des exigences allemandes de Washington, H. Alphand, sans dire mot de la bizone, s’extasie sur les "avantages vraiment considérables" que procure au pays cette aide américaine sans laquelle, en "quelques semaines (...), les usines s’arrêteraient, un immense chômage se répandrait dans le pays (., .)"44. Ni le "sacrifice" de septembre 1948, ni les suivants ne porteront remède à l’accablante paralysie française face à la politique allemande des Etats-Unis. Un an après, sans plus d’efficacité que précédemment, R. Schuman, enterre officiellement l’espoir de compensation aux concessions incessantes, en "refus[ant de] souscrire [au] ralentissement du rythme des démantèlements" (portant sur l’industrie chimique et les usines de Berlin)45 qu’il n’a aucun pouvoir d’empêcher.

  • 46 Lettre de CHAUVEL à H. BONNET, Paris, 21 avril 1948, 6 p. p. 3, Papiers Bonnet.

31Sentiment d’impuissance total sur le sort d’une Allemagne à propos de laquelle la France d’après 1945 n’a jamais été véritablement consultée ? Réduite à faire bonne figure devant les mesures prises en dehors d’elle et contre elle, tentant d’oublier, devant la priorité jugée décisive de l’antisoviétisme, le "danger", dont ses "décideurs" sont demeurés persuadés, d’une absence de "garantie contre l’Allemagne" reconstruite et ré-armée (mais "danger" mentionné en avril 1948 par Chauvel "seulement pour mémoire"46), la France aurait-elle conquis sur le terrain des initiatives européennes ce qu’elle avait perdu d’ailleurs ?

  • 47 Lettre de G. BIDAULT à H. BONNET, Direction des AEF, Paris, 8 juin 1948, instructions pour la négoc (...)

32Le cas précédemment examiné du déroulement – en coulisses, mais bien réel – d’une session de l’OECE fournit une réponse pessimiste. Les responsables français ont cru comprendre, dès le printemps 1947, qu’un grand allant "européen" leur gagnerait les bonnes grâces et la générosité du prêteur. C’est à une demande précise de Washington, formulée en juillet 1947, que répondit la "proposition" française d’ "union douanière" de septembre 1947, devant le Comité de Coopération Economique né de la Conférence des Seize. En juin 1948 à l’ouverture des négociations sur l’Accord bilatéral, Paris a déployé un luxe de précautions pour "éviter avec le plus grand soin de donner [aux] interlocuteurs [américains] le sentiment d’un front européen exerçant une pression organisée" choquant leur susceptibilité. "L’entente indispensable des différents négociateurs [européens] à Washington devra être discrète pour porter tous ses fruits"47. On admettra que le "poids" européen – a fortiori français – était évalué avec lucidité par G. Bidault à la naissance officielle du Plan Marshall. Sans doute, semble se dessiner parfois une ambition de condominium européen franco-britannique présente dans une note de la même époque, signée J. Richard, "sur le contre-projet des Seize de l’Accord bilatéral franco-américain", encore que la complication de la manoeuvre manifeste davantage le sentiment de faiblesse que l’espoir d’une force : "il semble avantageux pour la France de renforcer autant que possible le rôle de l’Organisation des Seize, afin de pouvoir opposer l’autorité de celle-ci, le cas échéant, aux exigences américaines contraires aux intérêts français ou européens.

  • 48 Note citée, non datée (dans le dossier de juin 1948), "Secret", 5 p, pp.1-4, A 22.9.2. CIV, MAE.

33Il semble plus facile d’imposer le point de vue français (en supposant qu’il soit d’inspiration "européenne") aux Seize, que de (sic) faire prévaloir auprès du Gouvernement des Etats-Unis dans des négociations bilatérales. Certes, la France ne peut exercer une influence prépondérante au sein des Seize qu’en agissant en accord avec la Grande-Bretagne [.. ;] en manoeuvrant habilement on pourrait aboutir dans la plupart des cas à des compromis raisonnables entre les points de vue français et britannique, et (...) on pourrait sans grandes difficultés faire endosser ces compromis par l’Organisation des Seize en tant que telle et les imposer par le truchement de cette dernière aux Etats-Unis". A vrai dire, le rédacteur du modeste projet se montrait bien conscient de son ambition excessive : prévoyant -à juste titre – un refus américain du "contre-projet", il se rabattait sur l’ordinaire issue : "il semble indispensable d’établir dès maintenant (peut- être sans la communiquer dès le début aux négociateurs) une liste ou (sic) les concessions éventuelles seraient classées d’après le degré de leur gravité"48.

  • 49 Note de la Direction des AEF pour le Président, Accord bilatéral de coopération entre la France et (...)
  • 3 Allusion sans doute à l’argumentation de Molotov lors de la Conférence des Trois Ministres des Affa (...)
  • 50 Examen du projet d’accord franco-américain, 28 mai 1948,8 p, p. 2. Idem.
  • 51 Télégramme de H. Bonnet n° 3354-3360, Washington, 23 juillet 1948,2 p, p. 1. Idem.
  • 52 Note pour le Ministre des A.E., Paris, 27 juillet 1948,2 p, p. 1. Idem.

34Les années 1948-1949 ne réservent en effet aucune réelle initiative ou autorité à l’OECE ou, par son truchement, à la France : Washington dicte, morigène, bouscule. On ne peut reprocher aux "décideurs" d’avoir sur ce point manqué de lucidité. Dès la fin mai 1948, le projet d’accord bilatéral (charte du Plan Marshall) adopté sans retouche un mois après, s’attirait de lucides et impitoyables remarques : "texte (...) élaboré par les bureaux du Département d’Etat, (...), pas présentable aux Parlements européens, (...) ignor[ant] l’existance de l’Organisation européenne de Coopération Européenne” soumise ainsi à "une véritable tutelle américaine"49, ce projet "subordonne la coopération européenne à la politique américaine (...) ne fait nulle part allusion aux pouvoirs de contrôle et d’initiative de l’OECE (...) et paraît vouloir se substituer à elle. Ainsi se trouveraient justifiés les avertissements de M. Molotov3"50. Après la signature des accords bilatéraux, il devient clair que la France ne saurait retrouver à l’OECE l’influence qu’elle n’a pu se ménager dans la solitude face aux Américains. Dès juillet 1948, Hoffman pratique la méthode violente : les dirigeants de l’ECA contestent à "l’organisation européenne" le droit de répartir l’aide américaine en arguant de leur "souci de ne pas [lui] confier (...) des responsabilités qu’elle n’est pas encore en mesure d’assumer"51. Hoffman distribue des mauvais points aux responsables des Seize qui n’obtiennent que des "résultats (...) faibles et peu concrets", menaçant de leur couper les vivres "l’année prochaine" ou prétendant au droit de choisir le Secrétaire Général de l’OECE : Washington préférerait "une personnalité marquante et de notorité internationale" à Marjolin (qu’on ne connaît ni n’apprécie encore), "fonctionnaire dont le nom n’éveille au surplus aucune sorte d’écho aux Etats-Unis", et à une personnalité britannique dont le choix serait "peu opportun" un Spaak ou un Paul Reynaud52.

  • 53 Note de la Direction des Relations Extérieures, 16 novembre 1948,2 p, p. 1, A 22.9.2. C VI, MAE.
  • 54 Réponse de BONNET à CHAUVEL, Washington, 15 décembre 1948, 3 p, pp.1-2. Papiers Bonnet, c. p., MAE.
  • 55 Lettre du Ministre des A.E. à Londres (n° 200-204), Washington (n° 225-229), Bruxelles n° 58-62) ap (...)
  • 4 Washington a "de sa propre autorité" réduit les demandes françaises de métaux non ferreux, produits (...)
  • 56 Lettre du Ministère à Washington, n° 750-754,7 février 1949,3 p, Idem. Sur les divergences "europée (...)

35Cette mise en tutelle de l’Organisation européenne, traitée en mineure irresponsable, finit elle-même par excéder Londres, encore trop pénétré de sa "puissance" récente pour accepter sans sourciller les reproches incessants – sur le plan commercial notamment – adressés aux Seize sur le terrain européen. Les "liens spéciaux" entre Londres et Washington, évoqués plus loin, n’ont pas empêché le Royaume-Uni de tenter d’exploiter l’autonomie qu’autorisaient encore ses rapports avec le Commonwealth, et par là-même de diverger de la France, obstinée dans l’unification européenne requise par Washington. C’est entre la fin de 1948 et le début de 1949 que se confirme cette évolution divergente qui conduit le Royaume-Uni à oeuvrer au "renforcement de l’unité économique du Commonwealth, celle-ci ayant un caractère relativement autarcique"53, tandis que la France joue à fond la carte européo-allemande, notre "européanisme", un de "nos atouts" majeurs, la clé de la confiance des Etats-Unis : "On compte sur elle (...) pour assurer une coopération économique plus systématique des nations participant au Plan Marshall, pour ouvrir la voie qui mènerait à des unions douanières"54. Mais, alors que, dès le début de 1949, les doctrines françaises et britanniques s’affirment en s’opposant – "politique résolue de coopération impliquant une spécialisation des productions et une libération des échanges et des contrôles" contre priorité à "l’effort national intensif reléguant "l’effort de coopération européenne" à un rang "secondaire"55 –, le Quai d’Orsay ne peut tirer avantage de l’espèce de "retrait" britannique qui semble le vouer à l’animation de l’OECE : en février 1949, les pratiques de Washington ne se ressentent guère de "l’émotion" qu’ont soulevée les remaniements apportés par l’Administration4. aux programmes [d’importation] 1949-1950" des pays européens, "approuvés par l’OECE, (...) théoriquement responsable du partage de l’aide américaine (...). Cette intervention de l’Administration américaine", conclut R. Schuman, "pose d’ailleurs la question de principe de l’établissement des programmes et de la responsabilité en ce domaine de l’OECE, des pays bénéficiaires et de l’ECA". Renonçant à la fiction d’un pouvoir français par le truchement européen, on opte finalement toujours pour des manoeuvres synonymes d’extrême abandon : "dans la mesure où", poursuit le Ministre, "l’ECA décide de modifier, de sa propre autorité, et sans nous demander un accord, que nous ne sommes pas en mesure de lui donner, les programmes établis à Paris, pour faciliter l’adoption de la loi par le Congrès américain" – coutumier paravent des renoncements –, "nous n’avons pas à prendre actuellement position sur ces modifications" ; la sémillante Européenne, qui en tant que telle, n’a "pas à prendre (...) position" doit cependant, en tant que Française, accepter "les augmentations de prévisions d’importation" jugées "indispensables" par l’ECA et qu’ "il serait (...) dangereux de refuser"56.

4. Les obsessions de la Guerre froide

  • 57 Télégramme n° 327, Prague, 12 mars 1948, 9 p., transmis par CHAUVEL à H. BONNET. Papiers Bonnet, MA (...)
  • 5 "Il y a" selon Chauvel "un lien de cause à effet entre le discours Truman (sic) de mars 47 (sic) et (...)
  • 58 Lettre de CHAUVEL à H. BONNET, Paris, 18 mars 1948, 4 p. Idem. Les fonds et l’article cités à la no (...)

36Les paragraphes qui précèdent attestent la résignation (muée parfois, sur le terrain européen, en espoir de reconquérir l’influence perdue) à une incontournable dépendance française. Mais, encore sensibles aux humiliations économiques, les "décideurs" français ont-ils pu espérer ressaisir l’initiative dans le domaine politique qui semble réconcilier tous les "Occidentaux" ? Rien qui s’apparente en tout cas à une illusion de puissance dans la terreur panique qui inspire certains textes, au lendemain des "évènements (sic) de Prague", tel le long télégramme envoyé de la capitale tchèque par l’Ambassadeur de France, Dejean, le 12 mars 1948 : mélange d’analyse d’apocalypse du "bloc économique, politique et militaire, aux ressources et aux énergies étroitement conjuguées” consitué sous la tutelle de l’URSS et d’espoir d’une solide alliance "concertée" des Etats de l’Ouest "qui voudraient endiguer les progrès du communisme et de l’URSS". La priorité sur les soucis économiques "d’une politique de défense concertée et comportant une participation active et adéquate des principales puissances intéressées"57 ne fait-elle pas miroiter de séduisantes espérances aux "puissances" de second rang promues à la défense du camp occidental ? En tout cas, si Chauvel, fort serein, juge "l’analyse [que] fait [Dejean…] en tous points excellente", il ne semble caresser aucune illusion sur la puissance des Seize ou des cinq signataires du Pacte de Bruxelles alors en discussion face à l’URSS, comparée (sans être nommée) à l’Allemagne hitlérienne. Souci d’association égalitaire ? Chauvel ne fait pas mine d’y croire en proposant une formule byzantine apte à ôter ses armes à l’opposition intérieure (laquelle se scandaliserait de l’abdication totale de souveraineté qu’entraînerait une alliance militaire dirigée par Washington) et à éviter les "déclarations incendiaires" inaugurées par Truman en mars 1947 pour "agiter le chiffon rouge sous les yeux du taureau" soviétique5. "Résistance concertée" avec les Etats-Unis, mais avec une préparation toute diplomatique : non pas "garanties nommément données par le gouvernement américain à tel ou tel pays" et qui, nécessairement "publiques", ne "facilite[raient] guère la tâche des gouvernements des dits pays, lesquels ont plus ou moins à faire face à l’intérieur à des situations surlesquelles (sic) il est inutile d’insister davantage", mais, plus simplement, déclaration par "le gouvernement américain (...) qu’il considérera comme une entreprise dirigée contre lui toute action soviétique de nature à empêcher l’application du Plan Marshall librement accepté par seize nations européennes". L’impression d’écrasante impuissance – hors du geste salvateur de Washington – est renforcée par la référence fréquente à la faiblesse franco-britannique de 1935-1939, l’allusion à la dérisoire garantie offerte à la Roumanie en 1939 ou à la situation du "gouvernement finlandais" lié à l’URSS malgré les "démonstrations purement verbales" du Ministre des Etats-Unis en Finlande et "aussi conscient que quiconque que le gouvernement des Etats-Unis ne peut rien pour lui. Il est heureux d’ailleurs qu’il est (sic) cette conscience, car, s’il prenait pour une réalité les témoignages de sympathie et d’encouragement qui lui sont donnés, il pourrait être tenté de s’abriter comme Schusnigg (sic) et Bénès en 38 (sic), derrière une fausse sécurité"58.

  • 59 Lettre citée, 7 p, pp.1-6-7. Papiers Bonnet, MAE.

37Il y a pourtant loin des espérances du Ministre G. Bidault, exprimées dans sa lettre à Marshall (remise à (l’Ambassadeur J. Caffery dès le 4 mars 1948) en l’aide des Etats-Unis aux "peuples libres" – animés par la France et le Royaume-Uni – nécessaire pour remporter "la victoire finale non douteuse", aux dures réalités "d’un concours américain encore aujourd’hui incertain". La proposition simultanée de "consultations politiques" à trois – Etats-Unis, France, Grande-Bretagne – en vue d’examiner "notamment sans tarder les questions techniques que pose le problème d’une défense commune contre un péril qui peut être immédiat"59 attire une réplique qui ramène la France au rang des modestes négociateurs de Bruxelles, ceux du Bénélux, qu’elle avait oubliés... Signez d’abord à cinq à Bruxelles, suggère J. Caffery, nous verrons après, et à cinq, non à trois : "Les négociations en cours à Bruxelles entre les représentants de la France, de la Grande-Bretagne, de la Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg vont, je l’espère, aboutir à des accords d’ensemble en vue de la défense commune des nations participantes. Un tel résultat apparaîtrait comme un préalable essentiel à tout accord plus large dans lequel d’autres pays, parmi lesquels les Etats-Unis, pourraient jouer un rôle.

  • 60 Lettre de CAFFERY à G. BIDAULT ("Dear Mr President"), Paris, 13 mars 1948, 2 p, p. 1. Idem.

38Dès que mon gouvernement aura eu l’occasion d’étudier les accords obtenus à Bruxelles, je serai disposé à discuter avec vous et M. Bevin l’étape suivante éventuellement souhaitable. Il serait sage d’avoir un représentant du Bénélux"60 :

("The deliberations in which representatives of France, Great-Britain, Belgium, the Nerderlands and Luxembourg are now engaged at Brussels will, I hope, result in comprehensive arrangements for the common defense of the participating nations. Such a result would appear to be an essential prerequisite to any wider arrangement in which other countries including the United States might play a part.
As soon as my government has had an opportunity to study the agreements reached at Brussels, I will be ready to discuss with you and Mr Bevin what further steps may be desirable. It might be wise to have a Benelux representative" (Traduction faite par moi).)

  • 61 Sur les points évoqués ici ("garantie et assistance") voir les papiers Bonnet d’avril-mai 1948 et Z (...)
  • 62 Lettre de J. CHAUVEL à H. BONNET, Paris, 21 avril 1948,6 p, p. 5. Papiers Bonnet, MAE.
  • 63 Télégramme de BONNET à CHAUVEL du 21 février 1949, Washington, n° 10 153. Très secret. Réservé, 6 p (...)
  • 64 Lettre du même au même, même date, 1 p. Idem.
  • 65 Lettre du même au même, 11 janvier 1949 (date au crayon), 3 p, p. 2. Idem.

Dans la psychose entretenue peu de temps après par le "blocus de Berlin", les réticences américaines à un engagement net au soutien – "garantie et assistance" – d’une Europe faible, attestées notamment par les limites de la laborieuse résolution Vandenberg61, puis les négociations du Pacte Atlantique – où Washington manifeste une très vive impatience – mettent à nouveau l’accent sur la totale dépendance française. Rien n’illustre mieux la vanité des ambitions de condominium européen franco-britannique, encore visées par Bidault le 4 mars 1948, et plus encore, de condominium des "Trois Grands" occidentaux rêvé en avril 1948 – un mois après la claire réponse de Jefferson Caffery – par J. Chauvel ("C’est en effet aux trois principaux alliés qu’incombera la charge principale, non pas seulement de la conception du plan de défense, mais aussi de son exécution"62) que la longue et stérile conversation entre Henri Bonnet et les généraux américains Bradley et Vandenberg, en février 1949 : à l’Ambassadeur de France qui veut leur faire "comprendre l’état d’esprit de la France, en raison de sa position géographique, de l’importance du rôle qu’elle tient dans la communauté atlantique, des responsabilités qu’elle accepte courageusement d’encourir" et qui a en conséquence "soulevé la question du "Combined Chiefs Of Staff, sollicitant son "entrée dans cet organisme", les militaires américains tiennent un discours où l’ironie et le mensonge évident le disputent à la commisération et à l’autorité. Le Français fait-il allusion à la permanence de cette association américano- britannique – donnant de solides arguments, fournis par les Généraux britanniques eux-mêmes –, ses interlocuteurs démentent, sans réprimer "un sourire ironique et un geste évasif". Réclame-t-il des conversations d’Etat-Major pour aplanir les "difficultés que pouvait rencontrer le Gouvernement Français lorsqu’il présenterait à l’Assemblée Nationale le Pacte de l’Atlantique", ils lui répondent poliment mais clairement qu’il convient de signer d’abord, de discuter seulement ensuite : à la proposition d’envoi du Général Juin sous "un prétexte" opportun ("la remise de la Légion d’Honneur à West-Point"...) – et non pour cette démarche, à titre officiel –, Bradley et Vandenberg "sont demeurés sur leur position que le moment n’était pas venu pour ces entretiens et qu’il fallait attendre la conclusion du Pacte"63. Pays puissant, que celui qui signe un accord militaire sans que ses responsables aient eu accès au dossier, appelé à ne discuter les "problèmes stratégiques (...) qu’ultérieurement, après les signatures et ratifications"64 ? Celui dont les "décideurs" des Affaires Etrangères ne redoutent les clauses d’un projet qui satisfait Washington et Londres, que pour "mettre [le Gouvernement] à l’abri des critiques que pourraient formuler les représentants de la Défense Nationale s’ils étaient en mesure de dire qu’ils n’ont pas été consultés et que les intérêts français ont été sacrifiés" (et, génés, rayent ce dernier passage : "les intérêts... sacrifiés")65 ?

  • 66 Pierre MELANDRI, L’Alliance..., op.cit., p. 47 et suiv. et voir les fonds Pacte atlantique (n.61).
  • 67 Télégramme de H. BONNET n° 781-785, Washington, 24 février 1950,2 p, p. 1. Propos tenu devant la Co (...)

39Image ultime de la faiblesse, de la dépendance, de l’impuissance d’une nation dont les responsables sont disposés à sacrifier beaucoup à la "Sainte Alliance" et au "bouclier militaire"66, dans la ligne des années antérieures – à propos de l’Allemagne notamment, où l’année 1949 consacre l’abdication française : en février 1950, le Secrétaire d’Etat Acheson peut se féliciter de " "la part active et courageuse" prise par M. Schuman pour assurer le retour de ce pays dans la communauté des nations"67.

***

  • 68 Lettre citée par Robert FRANK, contribution au Colloque de Sèvres sur la perception de la puissance (...)
  • 69 "Sur la perception de la "puissance" économique en France pendant les années 1930", contribution au (...)

40Le discours des décideurs, dix ans après les derniers moments de la "décadence" – pour reprendre l’expression de J.-B. Duroselle – se ressent de la durable réduction de la France à l’état de "puissance de second ordre" – "a second rate power”, écrivait Morgenthau en octobre 193868. Les années 1948- 1949 vérifient sans conteste la conclusion donnée par J. Bouvier et R. Frank à leur communication de synthèse du précédent colloque : "c’est seulement après 1945" – et 1948-1949 marque à cet égard une étape décisive – "lorsque le fossé entre la puissance américaine et la ruine européenne apparaîtra béant, que la problématique "dépendance-indépendance" sera véritablement posée"69.

  • 70 Lettre de J. Chauvel à H. Bonnet, Paris, 7 décembre 1948, 2 p., p. 1, Papiers Bonnet.
  • 71 Lettre de G. BIDAULT à Marshall du 4 mars 1948 (cf. notes 59 et 60), p. 5. Idem.

41A vrai dire, malgré des tentatives réelles opérées sur le terrain allemand – par Bidault, en 1944-1945 notamment – et malgré la "raideur" reprochée par les Anglo-Saxons à de Gaulle, l’alternative ne s’est jamais réellement présentée aux "décideurs" français des Affaires Etrangères : ils ont dès 1944-1945 (et naturellement auparavant, à l’époque de "l’abîme") banni, à propos de la France, le mot "puissance" de leur vocabulaire au profit d’un discours où se lit la "dépendance", même si le mot n’est jamais prononcé. Au cours des premières années – 1944-1946 –, comme leurs pairs des Finances et de l’Economie Nationale, les responsables du Quai d’Orsay perçoivent l’impuissance française en termes principalement – mais bien sûr, pas exclusivement – économiques : le constat d’impuissance tiré de la pauvreté française, dont on ne pourra sortir, pense-t-on, que grâce aux dollars, prime alors l’espoir de retrouver "l’indépendance" lorsque la France aura rééquilibré sa balance des paiements. Même alors, on y croit d’autant moins que les modalités d’octroi des crédits, de même que les coûteux conflits coloniaux, excluent cette perspective à court terme. C’est en 1947 que les pressantes nécessités de la "guerre froide" mettent l’accent sur l’aspect politique de la dépendance vis-à-vis de Washington, sans faire céder d’ailleurs l’effroi des Hauts Fonctionnaires ou du Ministre, alors G. Bidault, devant le chantage aux crédits mué en réflexe américain. En 1948- 1949, tandis que s’esquisse ce que les débuts de la guerre de Corée mettront officiellement à l’ordre du jour – le réarmement européen, où bientôt l’Allemagne occupera la place à laquelle l’assigne sa fonction de "pierre angulaire de tout le système de reconstruction européenne"70 –, les "décideurs" français perçoivent bien la réalité française. Conscients que la France est totalement subordonnée au puissant allié qui la préserve du péril politique allégué de "l’Union Soviétique, dont l’emprise s’exerce sans contre-poids du Pacifique à l’Elbe et qui dispose en outre des partis communistes à l’étranger pour saper l’existence des Etats restés libres", ils ne sauraient se poser la question de "leur attachement" – garanti par le "nouveau monde" – "à la seule civilisation qui vaille"71 en des termes qui ont perdu toute pertinence.

  • 72 Télégramme de H. BONNET, 23 mars 1948, Washington, n° 1284, 1 p. (à propos de la visite de G. BIDAU (...)
  • 73 Télégrammede H. BONNET, 9avril 1948, n° 1520-1526,3 p, p. 2, Y.45.9 (1947-1948), MAE.
  • 6 Brigue et Tende, on le sait, demeurèrent français.
  • 74 Ibidem. Sur l’intervention française en Italie en mars 1948, voir aussi A.22.9.2. C III, MAE.
  • 75 Lettre de BILLOTTE à H. BONNET, New York. Papiers Bonnet, c.p.

42Rien dans la situation française ne les renvoie alors à la "perception de la puissance", sinon la consolation offerte par une argumentation assez compliquée sur les capacités de "manoeuvre" ou d’ "initiative" auxquelles la question européo-allemande offre un vaste champ, au fruit pourtant incertain. Elle leur permet de se réjouir d’une comparaison qui autorise une vue plus optimiste : l’Italie est traitée par Washington avec moins d’égards encore et Paris peut parfois jouer le rôle de mentor à l’égard d’un pays dont le "péril communiste", plus taraudant, rend les dirigeants politiques, des sociaux-démocrates de Saragat aux démocrates chrétiens de De Gasperi, plus dociles à des injonctions américaines elles-mêmes logiquement aggravées : il faut avoir senti la fierté, l’allégresse de G. Bidault, contribuant à préparer de "bonnes" élections générales italiennes (du 18 avril) en mars-avril 1948 et s’attirant la "satisfaction (...) vive" du Département d’Etat devant "l’appui (...) efficace" prêté par la France "à la cause démocratique en Italie"72 – "visite à Turin" et "signature du protocole d’union douanière"73 notamment –, pour imaginer nécessaire, sans céder à la tentation "psychologisante", ce mécanisme de compensation. Il convient d’ailleurs de respecter les limites de cette toute relative "puissance" française. Pour assurer un résultat honorable à la coalition gouvernementale italienne, Paris fut pressé par Washington de céder à certaines exigences italiennes (restitutions de Brigue et Tende6, abandon des navires de guerre italiens) qui suscitèrent de Bonnet des réserves bien peu compatibles avec un sentiment de supériorité : "J’ai fait (...) ressortir avec insistance que si nous étions disposés à adapter notre politique italienne et notre politique allemande aux conditions nouvelles de la situation en Europe (...) nous ne pouvions pas donner à l’opinion française l’impression qu’en oubliant le passé nous étions toujours prêts à céder"74. C’est bien la France qui joue les bons offices, fin 1948 – début 1949, en vue d’intégrer l’Italie au Pacte Atlantique, mais pas sur son initiative propre : lorsque le Général Billotte a, le 17 décembre 1948, un entretien personnel à New-York avec le Général italien Marras – lequel lui propose significativement de "nous épauler l’un l’autre pour triompher non seulement des menaces soviétiques, mais aussi de l’égoïsme britannique et des hésitations américaines à notre commun endroit" –, c’est surtout, commente-t-il, parce que "le Général Wedemeyer [a…] vivement insisté pour que je me prête à cette rencontre"75.

  • 76 Voir Alfred GROSSER : Les Occidentaux, Paris, Le Seuil, 1982, p. 241 et suiv.
  • 77 Voir par exemple D. Cameron WATT, John Bull succeeded, Cambridge, 1984.
  • 7 Sur la base des baisses de crédits votées tout récemment par la Chambre des Représentants.
  • 78 Télégramme "confidentiel. Priorité absolue", Paris, 11 juin 1948, 2 p, p. 1. A.22.9.2. C IV, MAE.

43Satisfaction de trouver plus faible et dépendant que soi, bien ténue, on en conviendra ; nostalgie manifeste, en tout cas, de devoir renoncer au condominum "occidental" Etats-Unis, Royaume-Uni – France, que la conception anglo-saxonne du problème allemand avait de fait exclu dès 1945 – mais envisagé une dizaine d’années plus tard, par le Général de Gaulle, de retour aux affaires, dans le mémorandum adressé à Eisenhower la 17 septembre 195876. Les "décideurs" français auraient-ils perçu leur pays comme situé, dans la hiérarchie des puissances, derrière le Royaume- Uni qui conservait, malgré son profond appauvrissement et les pressions américaines77, des restes de puissance et le privilège de parler à Washington sur un ton moins humble que celui de Paris ? Dans le désarroi, les dirigeants du Quai d’Orsay, presque honteux de leur réticences susceptibles d’irriter les Américains, retrouvent l’alignement de naguère sur les Britanniques. En juin 1948, Bidault télégraphie à Bonnet : "dans le cas où vous n’auriez pas encore remis notre projet révisé7 vous avez toute lattitude (sic) d’en user comme vous l’entendez afin de conformer dans toute la mesure du possible votre attitude à celle de votre collègue britannique"78.

  • 8 Sur laquelle la France hésite entre "contact direct" et intermédiaire indien ou britannique.
  • 79 Lettre de PARODI (Secrétaire Général du Quai) à J. CHAUVEL (représentant de la France au conseil de (...)

44En 1950, tandis que la reconnaissance de la Chine populaire par Londres (dès le 6 janvier) atteste le maintien d’une autonomie, au moins relative, vis-à-vis des Etats-Unis, la France, suspendue à Washington – explicite avec Bruce et Acheson, sur le "risque de rendre [ainsi] plus difficiles les envois prioritaires d’armements prévus pour l’Indochine" – ne peut envisager une telle initiative8 – qualifiée de "monumental[e]" par H. Bonnet"79.

  • 80 Conférence de presse du 1er octobre 1948, citée par Alfred GROSSER : La IV° République..., op.cit., (...)
  • 81 René GIRAULT, "Les décideurs français et la Puissance française en 1938-1939", colloque de Sèvres, (...)
  • 82 Les dernières années de ma recherche – depuis Augsburg – m’ont conduite à attribuer la "terreur" de (...)

45Abandonnons les comparaisons avec le Royaume-Uni ou l’Italie pour en revenir à l’essentiel : dans tous les domaines évoqués ici, les dossiers du Qaui d’Orsay opposent les Etats-Unis brutaux, sûrs d’eux, dominateurs – symbole de la puissance occidentale – à une France sans dignité ni grandeur, affolée par la double angoisse du manque de dollars et de la menace soviéto-communiste sans trêve invoquée, réduite à des "combinazione" qui ne sont après tout que la force du faible. Après "la décadence" et "l’abîme" – mots puisés chez J.-B. Duroselle – faut-il, pour les années 1948-1949 emprunter à de Gaulle celui de "néant" pour qualifier "la politique extérieure de la France ?"80. Chez ses "décideurs", plus généralement soucieux qu’en 1938-1939 des attributs économiques de la puissance – auxquels la France en reconstruction, dans la dépendance vis-à-vis des crédits Marshall, ne saurait encore prétendre –, a persisté, dans des circonstances bien différentes, "la perception pessimiste" que R. Girault prête au Flandin de 193881 ; celle-ci a en effet conservé, ou plutôt renforcé, une des motivations essentielles et l’immédiat avant-guerre : l’obsession de l’adversaire (intérieur) soviétique et communiste, clé politique du ralliement sans condition au chef de file occidental82.

Notes

1 Voir les séances des 11 et 18 décembre 1944 : 15 janvier et 30 mars 1945, Archives Nationales (AN), F 60 897,898 et 899.

2 Communication du 26 décembre 1944, C.E.I. du 2 janvier 1945, ANF 60 898.

3 Rapport préparatoire au C.E.I. du 27 avril 1945, ANF 60 899.

4 Nomination au C.E.I. du 31 mai 1945, ANF 60 900.

5 “Projet..." cité, 9 avril 1945, préparatoire au C.E.I. du 31 mai 1945, ibidem.

6 Note du 29 mai, préparatoire au C.E.I. du 31 mai 1945, ibidem.

7 Sur la conception communiste de l’indépendance nationale, clé d’une puissance recouvrée, voire Annie LACROIX-RIZ, La CGT de la Libération àla scission, 1944-1947, Paris, Editions Sociales, 1983, et Le Choix de Marianne : les relations franco-américaines (...) 1944- 1948, Paris, E.S., 1986.

8 Congrès cité, 11-15 août 1945, p. 700 (LAVOQUER), 771 (VINOT), Archives du Secrétariat du Parti Socialiste (ASPS).

9 Compte rendu du Comité Directeur du 6 février 1945, 8 p., p. 5. Archives D. MAYER.

10 39ème Congrès de la SFIO, 14-17 août 1947, p. 815, ASPS.

11 Télégramme de Paris à Ambafrance Washington, 9 décembre 1947, Y 52 3 B. Archives du Ministère des Affaires Etrangères (MAE).

12 Sur l’année 1947, voir Annie LACROIX-RIZ, Le choix., ., op.cit., chap. 3 à 5.

13 Lettre du 4 juillet 1948 de P.G. HOFFMANN à H. BONNET, 1 p. A 22.9.2. CIV, MAE.

14 Note citée, 2 p., idem.

15 Télégramme de H. BONNET, n° 4859-4860, Washington, 20 novembre 1948, 1 p.. B.12.6 (1948), MAE.

16 Télégramme de Paris à Washington, 20 janvier 1948, Y 52 3 B, MAE.

17 Télégramme de H. BONNET, n° 6546, Washington, 11 février 1948, A 1946 (2), 1948, MAE.

18 Télégramme de H. BONNET, n’604-607, Washington, 9 février 1948, idem.

19 Rapport de J.-Ph. DUCLOS, mandataire du GNAPO (Groupement National d’Achat des Produits Oléagineux), 6 février 1948 idem.

20 Télégramme de H. BONNET, n° 234-239, Washington, 22 janvier 1949, 3 p., A 22.9.5b Fret ERP 1949-1955. Pour les autres dossiers, voir notamment A.22.9.2. C III à VI (1948) et A.22.5 (1949-1950).

21 Note non datée (mais de juillet 1948) "Accords bilatéraux. Importance et nécessité de l’aide des Etats-Unis", 2 p., A.22.9.2. C IV. MAE.

22 Première demande dans le télégramme de R. SCHUMAN (alors Ministre des Affaires Etrangères) au terme d’un entretien avec Bruce, représentant de l’ECA en France, le 13 septembre 1948, n’4353-4360, Paris, 15 septembre 1948. A.22.9.2. C V. Sur la suite de la procédure (correspondance, Ministre des Finances – BINGHAM, successeur de BRUCE), voir A.22.9.5 (1949-1950), MAE et Gérard Bossuat, "Le poids de l’aide américaine (…) en 1948", Relations Internationales, n° 37, printemps 1984, pp. 17-36.

23 Télégramme de MONS, n° 365-366, Tunis, 7 mai 1947, 1 p., B.9.1 (1948), MAE.

24 Note de 14 p., annexée à une lettre de H. BONNET et G. BIDAULT, Washington, n° 1440 A.M., a.s. opinion américaine sur l’union française, 7 juillet 1947, pp.5-6, B 9-2 (1947), MAE.

25 "Note sur une formule de participation américaine au développement de nos territoires d’Outre-Mer", 11 p., pp.2-5-6,B 12-6 (1947) MAE.

26 "Les Etats-Unis et l’Indochine française", rapport du 20 novembre 1948, 29 p, pp.24-25, B. 9.2. (1948), MAE. Sur la thèse, démentie par les archives, du "tournant de 1950" sur l’Indochine, cf. A. GROSSER : La IVè République et sa politique extérieure, Paris, Armand Colin, 1972,pp.277 et suiv.

27 Télégramme de BERARD, n° 2372-2376, Washington, 2 juin 1948,2 p, Secret. Réservé. A 22. 9.2. CIV. MAE.

28 Note de PARODI, 10 février 1950, transmise à H. BONNET par CHAUVEL, alors Délégué de la France à l’O.N.U., pp.2-5. Papiers Bonnet 1948-1953, correspondance personnelle (c.p.), MAE.

29 Ibidem, p. 4.

30 Voir à ce sujet l’échange de lettre CHAUVEL – H. BONNET des 5 et 11 janvier 1949, idem.

31 Lettre du 9 décembre 1949, 1 p. Réponse fort sceptique – en raison du profond "anticolonialisme de l’opinion" américaine – dans la lettre de H. BONNET du 20 janvier, 6 p, (p. 3). Idem. Le "responsable" prévu est le Général JUIN. Pour plus de précision sur les modalités du "sursis" maghrébin, voir Annie LACROIX-RIZ, Les Protectorats d’Afrique du Nord entre la France et Washington (...) 1942-1956, Paris, L’Harmattan, 1988, passim.

32 Sur la tendance des Etats-Unis – L. CLAY en tête – à parler de plus en plus fort depuis l’accord bizonal, voir notamment Y 55.1 sd 3 (1944-1947, fusion des zones occidentales) ; et la documentation française préparatoire à la Conférence de Moscou, 50 Y 48 (ou 49) 1 sd 6 I ; Europe 1944-1949, Allemagne, politique américaine, vol. 76 à 79, etc... MAE.

33 Copie d’un télégramme du 18 avril 1947, Washington, A.22.9.2. C., MAE. Sur la réaction de Bidault, voir Annie LACROIX-RIZ, Le choix..., op.cit., p. 119-120 et 126-127.

34 Voir Jean-Pierre RAGEAU, Prague 48, le rideau de fer s’est abattu, Paris, Complexe, 1981 qui critique la notion de "coup d’Etat" communiste, et surtout la note suivante.

35 Sur la nécessaire révision drastique des causes et objectifs ("atlantiques”) du "coup de Prague" – préparé et attendu depuis Washington et Londres – voir particulièrement L’Europe. Généralités. 1944-1949, vol. 20 à 22 (Alliance occidentale), Annie LACROIX-RIZ, "Vers le Plan Schuman : les jalons décisifs de l’acceptation française du réarmement allemand, 1947-1950", à paraître GMCC ; "Du Kominform au "Coup de Prague" (...)", à paraître, Historiens & Géographes ; Nathalie MORGADES : "Les oeuvres de la Guerre Froide du Kominform au BLocus de Berlin", maîtrise, octobre 1988.

36 Note pour le Président (SCHUMAN), "Très Confidentiel", Paris, 30 août 1948, 2 p, A.22.9.2. CV, MAE.

37 Note pour le Président, "Très Confidentiel", Paris, 1er septembre 1948, 4 p. Idem.

38 Note pour le Président, "Secret", Paris, 4 septembre 1948, 6 p. Idem.

39 Ibidem, pp.2-3.

40 Voir son télégramme à Washington (n’4231-4235) et Londres (n° 3516-3520), Paris, 6 septembre 1948,2 p, (très lucide sur l’ampleur des "sacrifices" à consentir au bénéfice de la bizone, synonymes de "relèvement par priorité de l’Allemagne"). Idem.

41 Note du Directeur Général des AEFT pour le Président, "Très Confidentiel", 8 septembre 1948, 3 p. Idem.

42 Télégramme de R. SCHUMAN à Washington, n° 4300-4302, Paris, 9 septembre 1948, 2 p. Idem.

43 Télégramme du Ministre à Washington (n° 4321-4322) et Londres (n° 3592-3593), Paris, 11 septembre 1948, 1 p. Idem.

44 Exposé concluant la session de l’OECE, ronéot., 8 p, 11 septembre 1948. Idem.

45 Lettre de B. CLAPPIER (alors représentant français au Conseil de Sécurité de l’O.N.U.) sur l’entretien des trois Occidentaux (ACHESON, BEVIN, SCHUMAN) du 29 septembre 1949, adressée à H. BONNET, New York, 30 septembre 1949,3 p, p. 3. Papiers Bonnet, MAE. ; voir aussi Annie LACROIX-RIZ, "Vers le Plan"…, art. cit., sur le sort des réparations.

46 Lettre de CHAUVEL à H. BONNET, Paris, 21 avril 1948, 6 p. p. 3, Papiers Bonnet.

47 Lettre de G. BIDAULT à H. BONNET, Direction des AEF, Paris, 8 juin 1948, instructions pour la négociation des accords bilatéraux, 2 p, p. 2. A 22.9.2. CIV. Pour la référence à l’origine du mot d’ordre des "unions douanières", cf. les notes de la Direction des AEF, Paris, 28 juillet 1947, A 22.9 et télégramme de G. BIDAULT à Washington (n° 2729) et Londres (n° 2347), 2 p, A 22.9.2. C II, MAE.

48 Note citée, non datée (dans le dossier de juin 1948), "Secret", 5 p, pp.1-4, A 22.9.2. CIV, MAE.

49 Note de la Direction des AEF pour le Président, Accord bilatéral de coopération entre la France et les Etats-Unis, 28 Mai 1948,4 p, pp.2-3. Idem.

50 Examen du projet d’accord franco-américain, 28 mai 1948,8 p, p. 2. Idem.

51 Télégramme de H. Bonnet n° 3354-3360, Washington, 23 juillet 1948,2 p, p. 1. Idem.

52 Note pour le Ministre des A.E., Paris, 27 juillet 1948,2 p, p. 1. Idem.

53 Note de la Direction des Relations Extérieures, 16 novembre 1948,2 p, p. 1, A 22.9.2. C VI, MAE.

54 Réponse de BONNET à CHAUVEL, Washington, 15 décembre 1948, 3 p, pp.1-2. Papiers Bonnet, c. p., MAE.

55 Lettre du Ministre des A.E. à Londres (n° 200-204), Washington (n° 225-229), Bruxelles n° 58-62) après une conversation SCHUMAN (en présence d’ALPHAND) – HARRIMAN, 11 janvier 1949,3 p, A 22.9.5. (1949-1950), MAE.

56 Lettre du Ministère à Washington, n° 750-754,7 février 1949,3 p, Idem. Sur les divergences "européennes” de Paris et Londres, voir notamment John W. Young, France, Great Britain and the Unity of Europe, Leicester, 1984 et Annie LACROIX-RIZ, "La perception française de la politique américaine de la "Porte Ouverte" en Europe, 1945-1948", les Cahiers de l’URM, n° 25, 1987, et "Crédits américains et coopération européenne, 1949-1954", Le Capitalisme Français 19e-20e8 ., Ed. Fayard, 1987,p. 328-349.

57 Télégramme n° 327, Prague, 12 mars 1948, 9 p., transmis par CHAUVEL à H. BONNET. Papiers Bonnet, MAE. Souligné dans le texte.

58 Lettre de CHAUVEL à H. BONNET, Paris, 18 mars 1948, 4 p. Idem. Les fonds et l’article cités à la note 35 permettent de comprendre la parfaite sérénité de Chauvel, associé d’emblée aux projets "atlantiques" dont Londres (Bevin) a pris la tête en janvier 1948.

59 Lettre citée, 7 p, pp.1-6-7. Papiers Bonnet, MAE.

60 Lettre de CAFFERY à G. BIDAULT ("Dear Mr President"), Paris, 13 mars 1948, 2 p, p. 1. Idem.

61 Sur les points évoqués ici ("garantie et assistance") voir les papiers Bonnet d’avril-mai 1948 et Z Europe Généralités 1944-1949, vol. 20-23 (Pacte de Bruxelles), vol. 25 à 27 (Pacte atlantique, novembre 1948-juin 1949), MAE – qui, modifient l’impression tirée de Pierre Mélandri, L’Alliance atlantique, Paris, Gallimard – Julliard, 1979. Cf. la n.82.

62 Lettre de J. CHAUVEL à H. BONNET, Paris, 21 avril 1948,6 p, p. 5. Papiers Bonnet, MAE.

63 Télégramme de BONNET à CHAUVEL du 21 février 1949, Washington, n° 10 153. Très secret. Réservé, 6 p. La conversation a eu lieu "il y a quelques jours". Idem.

64 Lettre du même au même, même date, 1 p. Idem.

65 Lettre du même au même, 11 janvier 1949 (date au crayon), 3 p, p. 2. Idem.

66 Pierre MELANDRI, L’Alliance..., op.cit., p. 47 et suiv. et voir les fonds Pacte atlantique (n.61).

67 Télégramme de H. BONNET n° 781-785, Washington, 24 février 1950,2 p, p. 1. Propos tenu devant la Commission des Affaires Etrangères du Sénat. A. 22.9.5. (1949-1950), MAE.

68 Lettre citée par Robert FRANK, contribution au Colloque de Sèvres sur la perception de la puissance en 1938-1939, "Les attachés financiers et la perception de la puissance en 1938- 1939", p. 25.

69 "Sur la perception de la "puissance" économique en France pendant les années 1930", contribution au Colloque cité, p. 27.

70 Lettre de J. Chauvel à H. Bonnet, Paris, 7 décembre 1948, 2 p., p. 1, Papiers Bonnet.

71 Lettre de G. BIDAULT à Marshall du 4 mars 1948 (cf. notes 59 et 60), p. 5. Idem.

72 Télégramme de H. BONNET, 23 mars 1948, Washington, n° 1284, 1 p. (à propos de la visite de G. BIDAULT à Turin et de sa conversation avec de GASPERI). B.9.1 (1948), MAE.

73 Télégrammede H. BONNET, 9avril 1948, n° 1520-1526,3 p, p. 2, Y.45.9 (1947-1948), MAE.

74 Ibidem. Sur l’intervention française en Italie en mars 1948, voir aussi A.22.9.2. C III, MAE.

75 Lettre de BILLOTTE à H. BONNET, New York. Papiers Bonnet, c.p.

76 Voir Alfred GROSSER : Les Occidentaux, Paris, Le Seuil, 1982, p. 241 et suiv.

77 Voir par exemple D. Cameron WATT, John Bull succeeded, Cambridge, 1984.

78 Télégramme "confidentiel. Priorité absolue", Paris, 11 juin 1948, 2 p, p. 1. A.22.9.2. C IV, MAE.

79 Lettre de PARODI (Secrétaire Général du Quai) à J. CHAUVEL (représentant de la France au conseil de Sécurité de l’O.N. U), 18 août 1950, copie transmise à H. Bonnet qui l’annote en marge, 3 p, pp.1-2. Papiers Bonnet.

80 Conférence de presse du 1er octobre 1948, citée par Alfred GROSSER : La IV° République..., op.cit., p. 138.

81 René GIRAULT, "Les décideurs français et la Puissance française en 1938-1939", colloque de Sèvres, p. 21.

82 Les dernières années de ma recherche – depuis Augsburg – m’ont conduite à attribuer la "terreur" des Soviets aux règles du langage codé (indispensable à la fois vis-à-vis de l’« opinion publique » et de Washington) et à découvrir une France des décideurs (comme le reste de l’Occident) fort peu effrayée par "l’ogre soviétique" (voir notamment les référ. de la n.35). Une contribution à un colloque ne représente qu’un moment de la recherche, vite dépassé.

Notes de fin

1 Nous avons un peu dépassé le cadre chronologique du sujet, mais de quelques semainos : une des bornes chronologiques majeures – la guerre de Corée – n’est pas atteinte.

2 ou dont elle pense qu’elles répondront à l’attente des Américains rendus ainsi plus bienveillants, en démontrant la bonne volonté française sur cette question-clé, coeur de la stratégie européenne de Washington (économique, politique et militaire)

3 Allusion sans doute à l’argumentation de Molotov lors de la Conférence des Trois Ministres des Affaires Etrangères (Bidault, Bevin et lui-même) du 27 juin au 2 juillet 1947, où l’URSS avait rejeté la proposition Marshall (voir notamment A 22.9.1, MAE).

4 Washington a "de sa propre autorité" réduit les demandes françaises de métaux non ferreux, produits pétroliers et matériel de raffinage et "inclulsl dans notre programme du (sic) produits agricoles dont nous n’envisagions pas l’achat pendant la période 1949-1950 (blé) ou en[a] augment[é] certains postes (coton, tabac)"

5 "Il y a" selon Chauvel "un lien de cause à effet entre le discours Truman (sic) de mars 47 (sic) et l’absorption subséquente de cinq pays. [Pologne, Bulgarie, Roumanie, Hongrie, Tchécoslovaquie] par les Soviets".

6 Brigue et Tende, on le sait, demeurèrent français.

7 Sur la base des baisses de crédits votées tout récemment par la Chambre des Représentants.

8 Sur laquelle la France hésite entre "contact direct" et intermédiaire indien ou britannique.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search