Version classiqueVersion mobile

La puissance française en question 1945-1949

 | 
Robert Frank
, 
René Girault

I. La perception de la puissance par les décideurs

La survivance d’un mythe

La puissance par l’Empire colonial (1944-1947)

Charles-Robert Ageron

Texte intégral

1La question que l’on voudrait examiner dans cette communication pourrait se formuler ainsi : comment expliquer que le mythe colonial de "la puissance par l’Empire" ait survécu si longtemps en France après la fin de la deuxième guerre mondiale ? Les hommes d’Etat et journalistes étrangers, surtout américains, s’étonnèrent dès 1945 de l’attitude des Français. Bien loin de se résigner à l’évidence de la fin des empires coloniaux et à leur situation de puissance de second plan, les Français prétendaient discuter leur éviction du Levant, recouvrer leur souveraineté sur une Indochine qui s’était proclamée indépendante et refuser la formule du trusteeship international pour leurs colonies africaines. Comme l’entêtement des Français ne fit apparemment que se renforcer dans les années 1945 à 1947, alors même que la nouvelle Union française connaissait déjà de graves difficultés, l’historien croit devoir tenter d’expliquer ce paradoxe d’un peuple réputé assez indifférent aux questions coloniales, mais pourtant acharné à défendre son empire colonial, à un moment où le vent de l’Histoire paraissait l’avoir condamné.

2On tentera de montrer successivement comment la persistance de ce mythe de la puissance par l’Empire s’explique avant tout :

  1. par l’expérience et les conclusions tirées de la 2ème guerre mondiale,

  2. par le discours colonial officiel des années 1945 à 1947,

  3. par l’ignorance relative des mutations profondes que connaissaient les peuples colonisés et enfin,

  4. par une certaine méconnaissance des conséquences économiques et financières entraînées par la politique de développement de l’Union française.

***

I

3Que le mythe du "Salut par l’Empire" cher au Parti colonial des années trente ait survécu à la défaite de 1940 et se soit même renforcé pendant les années noires de l’occupation peut, semble-t-il, s’expliquer facilement. La France asservie rêvait de sa libération à partir de l’Empire et par l’Empire. Tandis que la propagande du gouvernement de Vichy conjuguait curieusement le verbalisme impérial et l’immobilisme colonial, la France libre annonçait son intention de reconquérir la Métropole à partir de ses colonies et s’y préparait avec constance. Lorsque se produisit enfin, en 1944, la libération du territoire national qui fut en partie "le Salut par l’Empire", la reconnaissance du pays vis-à-vis de ses colonies fut totale et spontanée ; les légions venues de l’Empire avaient bien contribué à sauver la France et à lui rendre son honneur.

  • 1 Discours prononcé le 25 mai 1945 devant l’Assemblée consultative provisoire par G. MONNERVILLE, pré (...)

"Sans l’Empire, proclamait Gaston Monnerville, la France ne serait qu’un pays libéré. Grâce à son Empire, la France est un pays vainqueur"1.

4Jamais peut-être plus qu’en 1944, les Français métropolitains ou coloniaux n’ont autant tiré fierté de leur Empire, de sa fidélité et de son rôle décisif.

"La France, notait alors à juste titre le Ministre des Colonies, René Pleven, est sans doute plus consciente qu’elle ne l’a jamais été de la valeur de son Empire".

Nombreux sont alors, semble-t-il, les Français qui attendent de cet Empire qu’il rende avant tout à la France son rang de grande puissance, ambition qu’ils assignent d’emblée à la République nouvelle. Au vrai, les quatre cinquièmes des Français, si l’on en croit un sondage I.F.O.P. de mai 1945, considèrent toujours leurs pays comme une grande Puissance ; mais cette affirmation, irréaliste aux yeux des commentateurs étrangers, ne traduit- elle pas surtout une volonté politique ? Elle est un acte de foi dans l’avenir, celui d’une France vaincue et humiliée qui aspire à se redresser.

5Cet acte de foi, la plupart des hommes politiques qui s’expriment après la Libération le professent.

"Pour la France, être une grande puissance européenne et mondiale et tout simplement continuer d’être, c’est la même chose".

  • 2 Au service de la renaissance française, 1944, p. 18.

Cette formule de ton gaullien, on la trouve curieusement dans une brochure rédigée en 1944 par le comité central du parti communiste français2. Mués en jacobins, les communistes manifestent alors avec hauteur "leur souci de la grandeur française" (Henri Lozeray). Ils entendent notamment faire de l’Empire une réalité, créer "une véritable République française métropolitaine et d’Outre-Mer, une et indivisible" comme l’a proclamé devant l’assemblée consultative d’Alger, le 13 janvier 1944, le député Mercier.

"Installée à Alger et à Tunis comme à Marseille, la France est et doit rester une grande puissance africaine", répète Florimond Bonte à Paris le 21 novembre 1944.

6Le parti communiste entend assurer "l’unité et l’intégrité de la Plus Grande France, des Antilles à Madagascar, de Dakar et de Casablanca à l’Indochine et à l’Océanie"...

"Notre pays est une Puissance des cinq parties du monde et ne découvre pas de raison pour laquelle il devrait cesser de l’être".

Pour le P. C.F. les destinées de la France nouvelle dépendent de l’avenir de son empire : d’où la nécessité "d’affirmer l’unité et l’indivisibilité de la plus Grande France" et de "veiller jalousement à ce que les trésors du sol et du sous-sol restent en mains françaises".

  • 3 Les communistes internationalistes s’acharnèrent tout spécialement à dénoncer "le patriotisme chauv (...)

7Cet extraordinaire patriotisme impérial, que d’aucuns parmi les marxistes-léninistes ont pu trouver choquant3, est alors fort répandu dans la France de la Libération parce qu’il avait été celui de la Résistance.

8Les Français résistants de l’intérieur comme de l’extérieur n’avaient cessé de penser et d’écrire que :

  • 4 "Le statut des colonies françaises" : "Note écrite à Lyon en décembre 1942 à la demande de Messieur (...)

"La conservation de notre empire colonial est l’une des conditions essentielles du prompt relèvement de notre pays"4.

9"L’Empire demain redonnera à la France son éclat et sa puissance", expliquait par exemple le journal résistant, Défense de la France, le 15 février 1942 et il reprit la même formule le 20 juin 1943. Dans les Cahiers clandestins de Défense de la France parut une longue démonstration qui aurait pu être écrite un quart de siècle plus tôt :

"La France doit s’habituer à considérer qu’elle est un Empire de 100 millions d’habitants. Il faut peupler l’Empire par des Français blancs et aussi l’exploiter, tâche à peine commencée. Pour cela, il convient d’étudier la formation d’une économie d’Empire, en instituant des circuits économiques sous forme d’échanges entre matières premières et produits manufacturés métropolitains. L’avenir impérial de la France repose surtout sur le bloc africain ; Algérie, Tunisie, Maroc doivent être peuplés de Français le plus intensément possible".

10Pour les résistants de l’extérieur, seul l’Empire avait permis de continuer la lutte : il avait fourni les forces militaires et les produits nécessaires à l’effort de guerre. Le quotidien socialisant de Londres, France, assurait ainsi le 4 février 1943, que :

"Notre empire nord-africain peuplé et riche, apporte une utile contribution à la guerre. Sans faire la moindre pression sur les indigènes, la France peut y recruter pour le combat futur de nombreux soldats. Maroc, Algérie, Tunisie, A.O.F. peuvent fournir les éléments d’une armée indigène de 500.000 hommes".

  • 5 Maurice THOREZ lui-même expliqua dans les Cahiers du Communisme (1er trimestre 1944) : "Ce n’est pa (...)

Encore ce chiffre irréfléchi avait-il été allègrement doublé par la propagande communiste5.

11Il paraissait acquis que les populations autochtones de l’Empire "reconnaissantes à l’égard des bienfaits de la France" ou toujours sensibles au prestige du colonisateur, se mobilisaient avec enthousiasme pour la libération de la Mère Patrie. Aucun responsable français n’osa mettre publiquement en doute ce dogme rassurant : la censure de guerre étouffa les rares mutineries, les désertions, d’ailleurs peu nombreuses, et surtout elle permit de minimiser les réelles difficultés politiques apparues dans divers territoires.

12En revanche, le "loyalisme total", "l’émouvante fidélité des populations indigènes à la Mère Patrie" furent unanimement célébrés, aussi bien par la propagande vichyssoise que par celle de la France libre. Les tentatives de révolte de 1940 en Cochinchine, l’affirmation nationaliste des Etats du Levant, les émeutes urbaines de Syrie et du Maroc, ne furent ainsi connues que d’une petite partie du peuple français. Encore assurait-on que les nationalistes tunisiens ou marocains conspiraient au service de l’Allemagne et ceux d’Indochine au profit de l’occupant nippon.

13Ainsi s’explique que de 1940 à 1944 le décalage n’ait cessé de s’accentuer entre l’idée que la Métropole se faisait de la fidélité de son empire colonial et la prise de conscience de beaucoup de colonisés devenus des opposants déclarés à la domination coloniale. La propagande allemande avait pu, un instant, accréditer en France l’idée d’un "Empire britannique suranné et moribond", mais nul Français de l’Hexagone ne doutait au jour de la Libération de la fidélité et de la solidité de son Empire.

14Le 30 août 1944, le Ministre de l’information invitait la presse à célébrer l’Empire :

"dont l’importance a été révélée à tant de Français par le rôle qu’il vient de jouer dans le maintien de la force française et la libération de la Métropole".

L’appel fut entendu de tous les médias : la presse, mais aussi la radio, le cinéma et les livres scolaires, s’employèrent à révéler l’immensité de l’effort de guerre des territoires d’Outre-Mer. Du 10 octobre au 11 novembre 1945, le ministère des Colonies fit célébrer le "Mois de la France Outre-Mer" marqué par des manifestations quotidiennes démontrant "l’effort militaire et économique de l’Empire progressivement libéré". Sur le même thème fut organisée une exposition au Grand Palais : chaque jour, des conférenciers qualifiés, des officiers, des administrateurs révélèrent la part prise par l’Empire à la libération de la Métropole.

"L’empire rassemblé a jeté dans la combat libérateur des centaines de milliers de soldats qui se sont battus victorieusement sur tous les fronts" ;

"Avec l’aide de nos alliés, les millions d’hommes de la France d’Outre-Mer, sauf l’Indochine, ont libéré la patrie" répétaient les commentateurs de la Radio et des Actualités cinématographiques.

  • 6 Dans une étude postérieure consacrée aux "Anciens militaires musulmans", due au Colonel NIVELLE, le (...)

15Les journalistes ne tarissaient pas de chiffres, peu fiables sans doute mais finalement peu différents de ceux qu’on accepte aujourd’hui encore. Dès mars 1945, l’Etat Major général avait en effet précisé que l’armée d’Afrique du Nord comprenait 233.000 militaires d’origine arabo-berbère et 176.000 Français6. Plus tard, il fut confirmé qu’en A.O.F. avaient été appelés au service militaire actif quelque 40.000 hommes.

16L’effort de guerre économique fut moins célébré, sans doute parce que les exportations réalisées se situèrent très en-dessous des tonnages prévus. Mais peut-être les officiels préférèrent-ils taire les abus, d’eux seuls connus, en matière de travail forcé, de cultures obligatoires et de réquisitions administratives.

17En revanche, la propagande fut plus prolixe sur l’effort financier des populations de l’Outre-Mer français. Selon un slogan souvent martelé :

"La France d’Outre-Mer a préparé des secours en espèces en souscrivant volontairement des millions pour soulager les maux de la Mère Patrie".

Les Français ne surent pas alors que, sous ce vocable de "souscriptions volontaires" à des emprunts dénommés : Aide à la Résistance, Emprunt africain, Emprunt de la Libération, Souscription pour les prisonniers et déportés, furent prélevés de durs emprunts forcés. Aussi bien les Africains les rangeaient-ils dans la catégorie de ce qu’ils appelaient, paraît-il, "les forcements".

18L’importance stratégique de l’Empire dans le conflit mondial fut une révélation pour beaucoup de Français de l’hexagone. Le cinéma leur apprit que le ravitaillement des troupes britanniques en Libye avait pu se faire en partie grâce aux bases de l’A.E.F. et du Cameroun, que la Nouvelle-Calédonie avait servi de porte-avions aux Américains pendant la guerre du Pacifique et le Maghreb de rampe de lancement pour l’offensive en Italie. Bref, comme l’affirma, le 21 août 1945, dans un discours radiodiffusé, le ministre des Colonies Giacobbi :

"Au cours de la guerre qui vient de s’achever, c’est dans l’Empire que la liberté française s’est survécue, c’est par l’Empire que la France a persévéré constamment dans la lutte, c’est de l’Empire que se sont élancées les forces françaises de libération".

19De cette propagande rétrospective, les Français tirèrent, semble-t-il, la conclusion qu’ayant combattu et vaincu en puissance mondiale, la France ne pouvait être réduite à l’échelle d’une nation européenne. Elle devait rester la plus Grande France.

20Mais l’Empire ne pourrait-il venir également au secours d’une Métropole épuisée ? Beaucoup de Français, résistants ou non, le pensaient. Comme il était dit dans le programme du M.L.N. (Mouvement de Libération Nationale), les résistants attendaient que "l’Empire français si riche fût à la source du relèvement de la France" :

"Le renforcement de l’unité entre Empire et la Métropole se ferait par la proclamation d’une nationalité française réservée aux colons et aux indigènes évolués (...) et par une politique de tarifs préférentiels".

  • 7 C’était reprendre le discours de l’Union coloniale française lorsque ses dirigeants expliquaient, a (...)

21Mais le M.L.N. recommandait surtout "la mise en exploitation rationnelle de l’Empire par une série de plans quinquennaux" de manière, ajoutait un organe du M.L.N., "à mettre à la disposition de l’industrie française le maximum possible de matières premières". Tels étaient aussi les sentiments, avoués ou non, des coloniaux conservateurs qui supputaient, comme après la première guerre mondiale, ce que "la mise en valeur" des territoires d’Outre-Mer pourrait apporter à la reconstruction des régions dévastées et au relèvement national. "La Reconstruction de la France et de l’Europe en serait abrégée de 60 à 15 ans", déclarait le 15 juin 1944 l’économiste colonial du Vivier de Streel au Comité de l’Empire français7.

22Pourtant les hauts-fonctionnaires du ministère des Colonies savaient, depuis la conférence de Brazzaville, que l’intégration économique entre la Métropole et ses colonies ne serait plus possible, que le protectionnisme impérial avait fait son temps, et que la France ruinée ne pourrait même plus, pendant longtemps, ravitailler son Empire. Ces experts étaient prêts à une révision totale de la politique économique de la France vis-à-vis de ses colonies. Mais ils ne crurent pas nécessaire d’en instruire l’opinion, ni même la classe politique dans son ensemble. Seuls quelques "décideurs" furent mis dans la confidence : la France devait par nécessité renoncer aux errements de la politique économique coloniale.

23Enfin la conjoncture politique internationale et l’évolution des esprits chez les colonisés exigeaient des réformes de structure. Mais là encore les hommes éclairés et libéraux qui en étaient conscients durent laisser la parole aux politiciens et aux démagogues. En juin 1945, les Etats généraux de la Renaissance française formulaient :

"les conditions grâce auxquelles la France nouvelle sera le grand pays moderne de 100 millions d’hommes libres et égaux que nous voulons créer".

Or ces conditions nécessaires, c’étaient aux yeux de ces résistants, communistes et sympathisants, "l’octroi de la citoyenneté entière pour toutes les populations coloniales" et une représentation parlementaire "égale au cinquième de la représentation nationale". La vieille illusion de la politique d’assimilation persistait ainsi chez eux qui se disaient les plus ardents révolutionnaires.

II

24Si telles étaient les conclusions tirées par les hommes politiques de l’expérience de la seconde guerre mondiale, on ne s’étonnera point que le discours officiel des années 1945 et 1946 ait presque intégralement repris les vieux mythes de la puissance par l’Empire.

25Toute la classe politique, journalistes compris, croyait alors que la France ne serait plus rien sans ses colonies. La presse le répéta à satiété avant et pendant la conférence de San Francisco.

"Si nous acceptions que la France soit un jour réduite à ses 90 départements métropolitains et à quelques îles lointaines, résignons-nous à cultiver notre jardin et laissons aux autres le soin de mener le monde" (Le Parisien Libéré).

  • 8 Climats, 20 décembre 1945.

"Que chacun soit convaincu que l’Empire demeure l’élément le plus tangible le plus réel de la grandeur française" adjurait Climats8

Dans l’Ordre, Emile Buré ne cessait d’écrire que :

  • 9 L’Ordre, 21 novembre 1945 ; 15 janvier 1946.

"La question essentielle, c’est de conserver à la France l’Empire que lui a légué la IIIe République, parce qu’il est toujours capable d’assurer la grandeur à la IVe République"9.

A l’extrême gauche, Témoignage Chrétien invoquait :

  • 10 Témoignage chrétien, 30 novembre 1945.

"Le droit de l’ancien tuteur, et même son devoir, de défendre par les moyens légitimes sa situation acquise pour mener à bien sa mission civilisatrice"10.

26L’argument selon lequel la France serait réduite au rang de petite puissance "si par malheur elle venait à perdre son Empire", fleurissait sous toutes les plumes. "C’est l’existence même de la France comme grande nation qui est en jeu" avertissait l’Académie des sciences coloniales le 19 juillet 1946. Mais le Ministre de la France d’Outre-Mer, le socialiste Marius Moutet, convenait dès le 23 mars 1946 que la France était "à la croisée des chemins" :

  • 11 Marius MOUTET avait posé le 25 janvier 1946 la question de l’Union française en termes de puissance (...)

"La France restera-t-elle une grande puissance mondiale parce qu’elle sera présente dans toutes les parties du monde, qu’elle en tirera un prestige politique, une puissance économique, un rayonnement culturel ?"11.

27La réunion des planteurs, commerçants et colons français d’Afrique noire qui se tint à Paris du 30 juillet au 24 août sous le nom d’Etats généraux de la colonisation française ne manqua pas d’affirmer que :

"La petite France sans ses filles d’Outre-Mer serait une pauvresse condamnée à la servitude" ou "Qu’une métropole sans colonies ne serait plus qu’une pauvre France ravalée au rang d’une toute petite nation".

  • 12 Paul DEVINAT, radical-socialiste, écrivait encore le 30 novembre 1947, "L’Union française n’est pas (...)
  • 13 Les titres des éditoriaux de Rémy ROURE sont clairs : "Union française ou abandon" (18 avril 1946)  (...)

C’est colons conservateurs, jugés réactionnaires et racistes par les députés autochtones d’Outre-Mer, ne tenaient pourtant pas un autre langage que celui de bien des hommes politiques respectés : Edouard Herriot à l’Assemblée, Paul Bastid dans les colonnes de l’Aurore ou Paul Devinat dans celles de la Dépêche de Paris12. Des éditorialistes aussi sérieux que Pertinax dans France Soir ou Rémy Roure dans Le Monde13, parce qu’ils croyaient l’Empire ou "l’Union française en péril", sonnaient l’alarme pour la puissance française.

  • 14 Paris-Dakar, 4 octobre 1945.

28La presse des colonies s’efforçait aussi "de faire comprendre à nos frères de France" l’importance de "l’atout impérial, dernière chance de la France". Elle disait "ne poursuivre d’autre but que le maintien de la souveraineté française, de la prospérité et de la grandeur de l’Empire colonial français"14. "Sans Empire, il n’y aurait bientôt plus de France" répétaient les défenseurs de l’Indochine française :

  • 15 Indochine française, 8 octobre 1946.

"Quelle que soit la constitution, si la France perdait son Empire, elle se perdrait elle-même (...). La France perdrait non seulement sa raison d’être dans le monde, mais elle deviendrait une proie facile pour les puissants impérialismes qui se disputent le globe"15.

29A l’extrême gauche de la presse parisienne, d’autres journalistes plaidant pour une Union française librement consentie, invoquaient aussi le maintien de la grandeur et de la puissance françaises.

  • 16 Franc Tireur, 13 septembre 1946.

"Jamais pourtant, écrivait Marcel Fourrier, l’aide et la solidarité des peuples d’Outre-Mer ne nous ont été aussi nécessaires. Au point que si elles devaient nous manquer, l’éclipse de la France risquerait d’être totale"16.

30De 1944 à 1947, durant toute la période que nous étudions, presque tous les publicistes en conviennent : le seul avenir possible de la France, si elle veut rester une grande Puissance, réside dans son Empire colonial.

31"L’avenir est dans l’Empire" proclamait en exergue un livre paru en 1944, L’Empire de la France. Cet ouvrage médiocre dû à un vieux colonial, Marius Leblond, obtint un succès aussi injustifié que révélateur : trois éditions se succédèrent jusqu’en 1947. Publié en janvier 1945, l’ouvrage collectif La Communauté impériale française, disait aussi clairement "l’Empire notre espoir". "L’Empire, désormais ce mot nous obsède ; il résume notre volonté de ne pas renoncer" (R. Lemaignen) et Léopold Sedar Senghor de préciser que :

  • 17 Robert LEMAIGNEN, Léopold SEDAR SENGHOR et Sisowath Yoytevong : La Communauté impériale française, (...)

"La question de l’Empire, devenu l’un des pôles de la pensée politique française, devrait être repensée, car de sa juste solution dépendait la renaissance française"17.

32Dans un petit livre sorti en mai 1945, Synthèses et réformes coloniales, l’auteur affirmait avec force :

  • 18 G. de BOURNAT, Synthèses et réformes coloniales, 1945.

"Ce n’est qu’avec l’aide de ses territoires d’Outre-Mer que la France peut espérer redevenir une grande Puissance, c’est-à-dire en fait redevenir une puissance vraiment libre"18.

33Le Président du Comité de l’Afrique du Nord, un discret organisme gouvernemental qui faisait pendant au très influent Comité de l’Indochine, publia en octobre 1945, à titre confidentiel, un Programme d’action :

"destiné à rendre plus propères et plus fortes nos possessions d’Afrique du Nord... Ce qui permettra à notre pays de reprendre plus rapidement et sans conteste possible et avec plus de poids son rang de grande puissance".

Et la dernière ligne de l’ouvrage soulignait :

  • 19 Programme d’action en Afrique du Nord. Projet établi par le Comité de l’Afrique du Nord, sans date (...)

"On en répétera jamais assez que sans l’Afrique du Nord, la France ne reprendra pas son rang de grande Puissance"19.

34D’un auteur à l’autre, les formulations peuvent changer, le sens est le même :

  • 20 Gabriel CUDENET dans La Dépêche, 26 août 1946.

"La possession des territoires d’Outre-Mer ne met pas seulement en cause notre influence politique, notre rayonnement dans le monde, mais bien notre réapparition ou notre disparition en tant que Grande Nation"20.

35Tous les chefs de gouvernements partageaient alors ce dogme de la puissance par l’Empire, même s’il s’appelait dès lors l’Union française. Pour Georges Bidault :

"l’Union française était destinée à préserver l’image de la France comme puissance mondiale".

Pour Paul Ramadier :

  • 21 Discours prononcé par Paul RAMADIER le 21 février 1947 devant la Conférence des Hauts-Commissaires (...)

"La France sans colonies serait une France esclave, condamnée à n’être qu’un satellite (...). C’est pourquoi le problème de l’Union française, le problème impérial, est devenu le problème de la vie et de l’existence de notre pays"21.

Enfin, le 15 mai 1947, dans son discours de Bordeaux, le Général de Gaulle affirmait :

"Pour nous, dans le monde tel qu’il est et tel qu’il va, perdre l’Union française, ce serait un abaissement qui pourrait nous coûter jusqu’à notre indépendance. La garder et la faire vivre, c’est rester grands et par conséquent rester libres".

36Le caractère figé de ce discours colonial, alors même que des réformes très libérales avaient été consenties, frappe rétrospectivement l’historien. Il serait sans doute simpliste d’évoquer seulement le manque d’imagination ou de générosité de la classe politique. Mieux vaudrait comprendre que la plupart des hommes politiques sont hantés à cette époque par le spectre de la décadence française et la crainte d’un éclatement de l’Empire. Encore faut-il situer cette crispation nationaliste au moment où la plupart d’entre eux ont pris conscience de la gravité des menaces qui pesaient sur l’Empire, c’est-à-dire seulement après juillet 1946.

III

37Il est frappant en effet de voir comment de la Libération jusqu’en juillet-août 1946, les Français les mieux informés cachent – ou se cachent – les transformations des mentalités chez les peuples colonisés de l’Empire. La censure de guerre, puis l’auto-censure retiennent les journalistes responsables et les personnages officiels, plus inquiets sans doute qu’ils ne l’avouent, taisent leurs informations.

38Seuls détonnent alors quelques groupes révolutionnaires. En 1945, les Trotskystes sont en France les seuls à ridiculiser "l’impérialisme français en quête de grandeur", car pour eux "l’Empire colonial est condamné" :

  • 22 La Quatrième Internationale (n° de juillet-août 1945).

"Les masses coloniales radicalisées accentuent leur lutte pour l’indépendance. Une crise économique sans précédent secoue l’Empire colonial. L’armature militaire française, elle-même affaiblie, est incapable de maintenir encore l’unité de la métropole et de ses colonies. Les rivaux alliés éliminent sans peine un comparse qui aboie encore, mais n’a plus de dents pour mordre"22.

Lorsqu’il s’avéra que "la gigantesque crise révolutionnaire" qui devait "renverser l’impérialisme mondial" n’aboutissait pas, les communistes internationalistes appelèrent leurs militants à :

  • 23 La Quatrième Internationale (avril-mai 1946).

"défendre activement la lutte émancipatrice des peuples coloniaux même dans le cas où cette lutte est dirigée par des éléments nationalistes ou démocrates bourgeois"23.

En février 1947, le Comité central du P. C.I. affirma :

"Notre volonté de détruire l’Union française en rendant la liberté à tous les peuples qui s’y trouvent asservis".

39L’organe du Mouvement national contre le racisme, Fraternité, dans un style moins polémique, affirmait dès 1945 que les Annamites avaient fait la preuve de leurs capacités à administrer leur pays et que le peuple français leur avait depuis longtemps reconnu le droit à la liberté. Mais il dut avouer en février 1946, que ses lecteurs condamnaient son attitude "comme si elle devait sacrifier allègrement nos colonies, au nom de principes humanitaires, à toutes les convoitises".

  • 24 Libertés (22 février 1946).

40"Jusqu’au début de 1946", notait un "hebdomadaire politique du socialisme", Libertés24, "les partis ouvriers se sont peu à peu tus face à la révolte indochinoise". Et cet organe non-conformiste d’expliquer que "les masses étaient, hélas !, favorables à la restauration de l’autorité métropolitaine dans les colonies" :

"Les Français de toutes conditions ne se sont jamais tant sentis la tripe colonialiste que depuis que l’Empire s’en va en lambeaux".

41En fait, à lire la presse quotidienne, le loyalisme et la cohésion de l’Empire seraient presque intacts. En Indochine, "la solidarité franco-indochinoise", ou "la résistance franco-annamite au coup de force japonais" sont célébrés unanimement. C’est pourquoi la presse ne signale qu’avec ironie ou scepticisme la proclamation impériale du 11 mars 1945, par laquelle Bao-Daï abolit le protectorat français. Dès lors, au lendemain de la capitulation japonaise, nul ne paraît douter que la France rétablira son autorité sur une Union indochinoise amie, simplement dotée d’un statut nouveau. Même la prise du pouvoir par le Viêt-Minh ne parut pas créer une situation irréversible :

"L’Indochine a toutes les raisons de s’intégrer dans la communauté française" (Le Monde, 24 janvier 1946).

Aussi, la presse fut-elle relativement peu étonnée de l’accord du 6 mars 1946 :

  • 25 Titre de l’Aube du 9 mars 1946.

"L’Indochine rentre librement dans l’Union française"25.

"Cet accord marque la conclusion d’une équivoque" assurait même Le Monde.

  • 26 Le Populaire du 29 mai 1945 rassurait ses lecteurs : "La nationalisme algérien est encore factice. (...)
  • 27 Le Figaro minimisait "les dimensions de la crise que traverse actuellement l’Algérie” (22 mai) tout (...)

42La tentative insurrectionnelle qui avorte en Algérie en mai 1945 sous les coups d’une sévère répression militaire n’est point présentée dans toute sa gravité. La presse communiste feint de voir dans "les incidents de Sétif" une provocation d’agents hitlériens, accusation reprise par la majorité des organes de gauche26. Pour la presse de Droite, les "troubles" sont dûs uniquement à la situation matérielle, aux difficultés du ravitaillement et à l’action des propagandes étrangères27. Ainsi s’interdisait-on de noter ce singulier avertissement : le jour de la victoire, le 8 mai 1945, avait servi de détonateur au nationalisme algérien.

43Les incidents du Cameroun, qui firent 8 morts et 21 blessés africains le 21 septembre 1945, et ceux de Conakry, les 16 et 17 octobre 1945 (5 morts et 7 blessés), furent rapportés de manière elliptique et partiale, avec cependant quelques rares titres alarmistes : France Soir titra le 3 novembre : "Faute d’un vrai ministre des colonies et d’une politique d’Outre-Mer, la France est en train de perdre son Empire". Résistance affirmait pourtant que : "le mal de l’Empire, c’est le mal de la France" : la pénurie économique. Telle était l’explication la plus courante.

44Les revendications politiques des évolués, les protestations des notables du Sud-Togo français qui "attiraient respectueusement l’attention du gouvernement américain sur leurs désirs d’être gouvernés selon les principes du trusteeship" et d’être réunis aux autres populations Ewé, n’attirèrent pas alors l’attention des journalistes. Ce fait, grave de conséquences, que quelque 100.000 évolués d’A.O.F. aient commencé à s’agiter pour réclamer "l’égalité des Blancs" les mêmes droits et les mêmes avantages sans plus s’intéresser, comme naguère, à la revendication d’une citoyenneté française (qu’on leur accorda), ne parvint pas à intéresser la presse même spécialisée.

45Il fallut attendre jusqu’en septembre 1946 pour que la presse révélât les revendications séparatistes de Madagascar et l’appel à l’O.N.U. des évolués du Cameroun et fin octobre pour que fut signalée l’agitation politique qui précéda la naissance du R.D.A. Comment l’opinion n’eut-elle pas été surprise par ces informations tardives que rien ne faisait prévoir ?

  • 28 Cette phrase de commentaire laissait entendre que la souveraineté française en Indochine "semblait (...)
  • 29 Elle fut publiée en anglais dans International Affairs en octobre 1945.

46Rares furent les esprits lucides et courageux qui, mesurant par exemple le caractère irréversible du nationalisme viêtnamien, suggérèrent de "lâcher l’Indochine pour mieux garder l’Afrique28. Une simple petite phrase glissée dans un article du Monde le 24 septembre 1945 provoqua des commentaires indignés, cependant que Raymond Aron ne put publier en France une étude29 où il écrivait :

  • 30 C’est cette dernière phrase qui fit refuser l’étude : "elle eût scandalisé, selon Léon HAMON, les m (...)

"La seule région qui nous laisse la possibilité d’un rôle de puissance est la Méditerranée occidentale. La seule part de l’Empire français qui ajoute effectivement à nos ressources est l’Afrique du Nord et à un moindre degré l’Afrique noire. Des concessions ailleurs peuvent être envisagées afin de tenir les positions principales"30.

47Certes on trouve dans les archives du Ministère de la France d’Outre-Mer des notes confidentielles, voire même des projets de circulaire, révélant que la mesure du problème avait été prise :

"La vérité est que la colonisation en général est menacée, voire même condamnée, disait l’une d’elles, datée de juin 1945. Il est certain que la grande majorité des élites coloniales aspirent à l’indépendance ou tout au moins à l’autonomie et que ces aspirations ont trouvé une sympathie si générale dans le monde que les Puissances coloniales ne peuvent pas ne pas en tenir compte".

Mais cette circulaire comme bien d’autres, ne fut pas diffusée.

48Seules les organisations du parti colonial tentèrent en 1945 de faire savoir à l’opinion que "de graves menaces pesaient sur la cohésion et l’existence même de notre Empire", mais elle n’eurent un succès : les communiqués du Comité de l’Empire français n’étaient pas même cités ou publiés. Ses protestations passéistes contre l’introduction du suffrage universel ou le collège unique lui fermaient l’accès de la presse résistante. Enfin le gouvernement veillait : lorsque le quotidien L’Epoque eut osé publier en janvier 1946 une série d’articles intitulée "Comment on perd son Empire", la police vint perquisitionner aux bureaux du journal pour connaître et poursuivre l’auteur anonyme qui signait Africanus.

  • 31 L’Epoque, lança le mouvement en publiant en juin 1946 une suite d’articles intitutlés : "Menaces su (...)

49A partir de juin-juillet 1946 au contraire, une partie de la presse modérée osa informer le pays des risques que le "malaise colonial", les improvisations constitutionnelles, le développement de "mouvements subversifs" et la propagande anticolonialiste faisaient courir à la future Union française31. On pouvait désormais lire en première page :

"Union française ou abandon ?" (Le Monde)
"L’Union française en péril" (Etoile du Soir)
"Le destin de l’Empire c’est celui de la France" (Le Figaro)
"Notre Empire en péril” (L’Ordre).

  • 32 Le Monde (29 juillet 1946).

50L’Union française serait-elle une "association de séparatismes" comme le redoutait Rémy Roure dans Le Monde ?32 Elle paraissait alors "une antichambre de l’indépendance" à Paul Bastid et un "vestibule de sortie" à Henri Teitgen. Le Comité de l’Empire français, haussant le ton le 16 juillet 1946, assura :

"La Quatrième République assurerait devant la nation et devant l’Histoire une responsabilité singulièrement lourde si par malheur son avènement coïncidait avec la dislocation de cet inestimable ensemble".

  • 33 L’Appel était signé par le Comité de l’Afrique française, le Comité de l’Asie Française, le Comité (...)

"Les colonies, élément vital pour la France" prévenait un Appel solennel signé par huit associations coloniales33 :

"Celles-ci veulent espérer que les électeurs donneront mandat à leurs élus de sauvegarder la position de la France dans ses territoires d’outre-mer".

D’autres manifestes suivirent, qui signalaient une fois de plus que :

  • 34 Manifeste du 23 décembre 1946. Cf. également la lettre adressée le 27 novembre 1946 au ministre de (...)

"Un ébranlement des bases de l’Union française serait une catastrophe pour la patrie, un coup fatal pour le régime, une régression pour les autochtones et une perte sèche pour l’économie mondiale, en attendant que des appétits étrangers y trouvent finalement leur bénéfice"34.

  • 35 Communiqué du Conseil des Ministres, 4 mars 1947.

51L’opinion apprit peu à peu que la Conférence de San Francisco, en renonçant à la généralisation du système de trusteeship international, n’avait accordé qu’un sursis à l’Empire colonial français. La création à l’O.N.U. en février 1947 d’une commission des territoires non autonomes annonçait, selon la presse modérée, l’heure où "une intervention extérieure deviendrait à tous moments possible sinon légitime dans la gestion de nos territoires d’Outre-Mer". Dès lors le gouvernement Ramadier ne cessa d’affirmer sa volonté "de maintenir fermement dans les territoires d’Outre-Mer l’autorité de la République"35. "C’est un peu de notre indépendance nationale qui se joue actuellement" déclara le 6 mars le président du Conseil socialiste.

52Mais tandis que le Président de la République se rendait en Afrique pour populariser les thèmes de l’Union française, éclatèrent brusquement une série de nouvelles graves qui déchirèrent beaucoup d’illusions ou d’espérances. L’insurrection de Madagascar, le discours du Sultan marocain à Tanger exaltant la Ligue arabe en oubliant la France, la prise de conscience par le nouveau résident à Tunis de la force du nationalisme tunisien révélèrent à tous que "l’Union française est en péril".

  • 36 Déclaration faite à Time, n°du 19 mai 1947.

53Le Président Ramadier qui croyait à "la puissance par l’Empire" soupirait déjà : "Le fait d’être assis sur 11 millions de km2 de dynamite ne constitue pas une position confortable"36. Mais, dans une conférence de presse, le 17 avril 1947, il déclarait pourtant que les trois idées-forces qui inspiraient l’Union française s’appelaient "l’idée démocratique, celle de collaboration économique et celle de la puissance de la France". Pour l’équipe dirigeante socialiste, le dilemme demeurait :

  • 37 En combattant la politique des gouvernements où le parti socialiste ne figurait pas, Oreste ROSENFE (...)

"Il s’agit pour la France de savoir si elle doit rester une grande Puissance ou tomber au niveau du Portugal" (O. Rosenfeld)37.

Et Paul Alduy de renchérir :

"Resserrée entre les deux grandes Puissances, la France ne peut survivre qu’avec l’aide des hommes et des territoires, de ce que l’on appelait avant-guerre son Empire. Elle est donc amenée à considérer ses territoires d’Outre-mer, non plus comme un appoint plus ou moins considérable de sa puissance, mais comme la condition essentielle du maintien de sa propre indépendance".

IV

54Il est pourtant un domaine où la France de la Libération avait voulu totalement rompre avec les vieux errements de la politique coloniale, celui de l’économie.

55Nul n’ignore la tendance qui se manifeste depuis les origines de l’impérialisme colonial à considérer les pays d’Outre-Mer sous l’angle uniquement économique. Les colonies devaient être des débouchés commodes et sûrs et des sources de matières premières obtenues à bon marché. Contre ce système connu sous le nom abusif de pacte colonial, les colons et les colonisés avaient toujours protesté. Ils eurent enfin satisfaction lorsque les ministres du G.P.R.F., puis les hauts fonctionnaires réunis à Brazzaville, se furent prononcés nettement pour une politique de libre-échange, de modernisation et de développement.

  • 38 Signalons toutefois que pour la plupart des Américains informés, la politique coloniale française n (...)
  • 39 A l’Assemblée consultative provisoire, lors du débat colonial de mars 1945, certains hommes politiq (...)

56Ce n’est point ici le lieu d’examiner la mise en application concrète de cette nouvelle politique38. Ce que l’on voudrait seulement souligner, c’est la distorsion entre le discours colonial et les réalités de la politique économique et financière. On pourrait se demander par exemple si le discours officiel classique célébrant "les magnifiques ressources que nous tirons de nos pays d’Outre-Mer"39 avait encore un sens au moment où la France avait discrètement décidé de ralentir sa propre reconstruction pour équiper des territoires coloniaux, il est vrai scandaleusement sous- développés ? Les planificateurs qui firent ce choix se gardèrent bien de l’expliquer à l’opinion et même au Parlement. Toutefois, certains officiels crurent devoir faire valoir qu’une politique d’investissements métropolitains permettrait le maintien d’une union économique française, elle-même gage de l’union politique. L’argument était en partie spécieux sur le plan économique, puisqu’on supprimait toute préférence impériale. Mais ces hommes politiques se disaient convaincus que ce serait seulement :

"par l’amélioration du standard de vie des populations d’Outre-Mer et par la preuve une fois faite de nos générosités que nous les convaincrons que la souveraineté française représente pour elles une source de bien-être".

  • 40 Le Fonds d’investissement pour le développement économique et social pour les territoires d’Outre-M (...)
  • 41 Plan de modernisation des territoires d’Outre-Mer. Publication de la Présidence du Conseil, 1946.

Telle était peut-être la philosophie profonde du F.I.D.E.S.40. Mais les économistes préféraient encore parler de "prospérité commune" qui naîtrait de l’investissement métropolitain, de "la fourniture accrue aux colonies en biens d’équipements et de consommation", enfin du développement de la production et de l’accélération des échanges41.

  • 42 Rapport DEVINAT. Assemblée nationale, annexe n° 4865, 5 juillet 1948.

57Les financiers de leur côté célébraient volontiers les avantages potentiels de la zone franc, substitut de l’Union économique française. Mais ils taisaient l’ampleur des sacrifices nécessaires. Qui sut qu’en 1945 la France en guerre n’hésitait pas à prévoir 285 milliards de francs pour l’équipement de l’Outre-Mer ? Qui calcula qu’en 1946 et 1947, le Trésor français alloua à ses colonies en devises étrangères l’équivalent de 229.100.000 dollars ?42.

58En fait, il eut été peut-être plus honnête d’avouer aux Français que l’établissement du plan de modernisation et d’équipement des territoires d’Outre-Mer présentait tous les caractères d’un pari aventureux. Au moment où la France sortait exsangue de la plus cruelle épreuve qu’elle eut subie depuis cinq siècles, et alors que les Nations-Unies n’accordaient à l’Empire français qu’un bref répit, il fallait aux dirigeants français une foi singulière dans l’avenir d’une Union française, d’emblée contestée par les colonisés, pour oser s’engager dans la voie de l’équipement d’immenses territoires sous-développés.

59La Commission de modernisation avait prévu dès son premier rapport, en novembre 1946, 244 milliards d’investissements publics et privés pour le Maghreb et évalué à 150 milliards les investissements de départ souhaitables dans la seule Afrique noire. Or ce dernier chiffre représentait le 1/15e des investissements prévus par le Plan métropolitain. Le rapport définitif déposé en janvier 1948 prévoyait un investissement financier de 285 milliards pour les territoires d’Outre-Mer et de 250 milliards pour le Maghreb sur une période de dix ans.

60L’optimisme des planificateurs, le brouillard financier maintenu par les experts, la jonglerie des technocrates qui rêvaient de constituer ici des combinats, là des kolkhozes ou des stations de mécanisation agricole, tout en développant l’infrastructure et en améliorant les niveaux de vie, expliquent sans le justifier le mutisme de la classe politique.

  • 43 Même le parti communiste, évincé du gouvernement, continuait à dire par la voix d’Etienne Fajon, le (...)

61Il faudra attendre les années 1950 pour que surmontant divers tabous certains experts osent évoquer l’ampleur croissante des sacrifices financiers imposés aux contribuables métropolitains. La révélation tardive que les colonies pouvaient être "une mauvaise affaire" pour le peuple français ne contribua pas peu au retournement de l’opinion. Toutefois, dans les années qui nous occupent (1944 à 1947), bien rares furent les Français qui redoutèrent que l’Empire fût "un boulet attaché aux pieds de la France et empêchant son relèvement", notamment en la contraignant à la guerre coloniale continue43.

  • 44 En avril 1947,35 % des Français pensaient que "les peuples de l’Union française finiront par rompre (...)
  • 45 Le tournant fut pris en Algérie lors de la séance extraordinaire du Comité central du P. C.A., le 2 (...)

62Dès 1947 pourtant, la propagande anticolonialiste aidant, le doute s’insinua : "Bâtirons-nous l’Union française ?" demandait, inquiet, un leader M.R.P., le Dr Aujoulat. Une fraction de l’opinion commençait à comprendre que la guerre d’Indochine serait un gouffre à milliards et qu’elle entraînerait de surcroît de lourds sacrifices humains44. Les protestations de l’extrême-gauche contre "la guerre voulue par les colonialistes", ses dénonciations des "jauniers matamores qui hurlent à la guerre", furent toutefois d’un effet moindre que le revirement du parti communiste. Le brusque soutien apporté par les communistes aux nationalistes malgaches et maghrébins45 à partir de juillet-août 1946, puis le grand combat anticolonialiste déclenché en 1948-1949 par le P. C.F. pour soutenir l’U.R.S.S. et participer à la guerre froide préparèrent l’opinion de gauche à une progressive révision.

***

63Quand donc est mort le mythe de la puissance par l’Empire ? Sans doute va-t-il subsister et trouver des défenseurs, voire des croyants, jusqu’à l’indépendance de l’Algérie. Mais il semble bien que, dès la fin de 1947, un nombre appréciable de Français n’y croyait plus. Plus d’un tiers des Français selon un sondage d’avril 1947 estimaient "que tous les peuples de l’Union française finiront par rompre tous les liens qui les unissent à la France". Ces Français ne pensaient-ils pas, comme leurs compatriotes du 18e siècle, que la France pouvait être heureuse et puissante "sans Québec" ?

64Mais la classe politique pensait que la masse du peuple français était trop peu informée de l’enjeu réel pour se prononcer valablement. Pour la majorité des hommes politiques en 1947, "nos colonies sont toutes situées dans la stratégie de la prochaine guerre". La perspective d’une nouvelle guerre mondiale leur faisait alors considérer comme indispensable le maintien de tous les territoires coloniaux dans la souveraineté française. L’exemple de la France Libre montrait qu’en cas d’occupation de la métropole, "il serait possible de maintenir Outre-Mer une certaine idée française étayée par un système d’alliances qui lui soit propre". L’Union française serait comme en 1940 "l’ultime recours".

  • 46 Dix ans plus tard en conclusion d’un ouvrage publié en novembre 1957, un homme d’Etat qui passait p (...)

65Pour ceux-là même qui ne croyaient pas à la fatalité d’une troisième guerre mondiale, la France, si elle devait un jour renoncer à ses territoires d’Outre-Mer se retrouverait dans la situation de l’Espagne ou du Portugal. La crainte de la décadence, perceptible depuis 1870, continuait d’obséder les hommes politiques français. C’est pourquoi l’Union française leur apparaissait toujours comme "la dernière chance de la France"46. Bien loin de rechercher et de développer les éléments indiscutables de la puissance moderne, ces hommes politiques continuaient à se satisfaire de ces signes devenus illusoires de la force et du prestige : "le nombre des sujets et la superficie du Royaume".

Notes

1 Discours prononcé le 25 mai 1945 devant l’Assemblée consultative provisoire par G. MONNERVILLE, président de la commission de la France d’Outre-Mer.

2 Au service de la renaissance française, 1944, p. 18.

3 Les communistes internationalistes s’acharnèrent tout spécialement à dénoncer "le patriotisme chauvin des chers Français de la IIIème Internationale". Pour eux, "ceux qui avaient abandonné la lutte contre le colonialisme au nom de la grandeur ne méritaient plus d’être appelés communistes ou socialistes" (La Jeune Garde, décembre, 1946).

4 "Le statut des colonies françaises" : "Note écrite à Lyon en décembre 1942 à la demande de Messieurs FRENA Y et de MENTON".

5 Maurice THOREZ lui-même expliqua dans les Cahiers du Communisme (1er trimestre 1944) : "Ce n’est pas 300.000 hommes que nous devons mobiliser, ce ne serait jamais qu’une force d’appoint, mais un million. Notre Empire peut nous les fournir".

6 Dans une étude postérieure consacrée aux "Anciens militaires musulmans", due au Colonel NIVELLE, les chiffres fournis sont très voisins : 139.000 militaires de carrière et 107.000 appelés (archives du Ministère de la Guerre).

7 C’était reprendre le discours de l’Union coloniale française lorsque ses dirigeants expliquaient, après novembre 1918, qu’il fallait "apporter à la renaissance française l’appui que peuvent lui prêter nos colonies" (J. LE CESNE). Cf. Bulletin du Comité de l’Union coloniale française.

8 Climats, 20 décembre 1945.

9 L’Ordre, 21 novembre 1945 ; 15 janvier 1946.

10 Témoignage chrétien, 30 novembre 1945.

11 Marius MOUTET avait posé le 25 janvier 1946 la question de l’Union française en termes de puissance : "Il s’agit au fond de savoir si la France se considère réellement comme englobant 100 millions d’âmes ou bien si elle veut se replier sur 40 millions d’habitants. La France sera-t-elle ou ne sera-t-elle pas une grande Puissance ?".

12 Paul DEVINAT, radical-socialiste, écrivait encore le 30 novembre 1947, "L’Union française n’est pas une formule. Elle est le seul moyen qui nous reste de conserver notre place dans le concert des nations".

13 Les titres des éditoriaux de Rémy ROURE sont clairs : "Union française ou abandon" (18 avril 1946) ; "Union ou séparatisme" (24 août 1946) ; "Redressement nécessaire" (28 novembre 1946), etc...

14 Paris-Dakar, 4 octobre 1945.

15 Indochine française, 8 octobre 1946.

16 Franc Tireur, 13 septembre 1946.

17 Robert LEMAIGNEN, Léopold SEDAR SENGHOR et Sisowath Yoytevong : La Communauté impériale française, 1945.

18 G. de BOURNAT, Synthèses et réformes coloniales, 1945.

19 Programme d’action en Afrique du Nord. Projet établi par le Comité de l’Afrique du Nord, sans date (octobre 1945).

20 Gabriel CUDENET dans La Dépêche, 26 août 1946.

21 Discours prononcé par Paul RAMADIER le 21 février 1947 devant la Conférence des Hauts-Commissaires et gouverneurs généraux. Mais RAMADIER n’hésita pas à répéter devant le Comité directeur de son parti le 18 avril 1947, qu’il lui appartenait de préserver l’union française : "Notre abdication serait celle de la République".

22 La Quatrième Internationale (n° de juillet-août 1945).

23 La Quatrième Internationale (avril-mai 1946).

24 Libertés (22 février 1946).

25 Titre de l’Aube du 9 mars 1946.

26 Le Populaire du 29 mai 1945 rassurait ses lecteurs : "La nationalisme algérien est encore factice. La création de quelques évolués ne s’impose pas à l’idéal des masses misérables et incultes".

27 Le Figaro minimisait "les dimensions de la crise que traverse actuellement l’Algérie” (22 mai) tout autant que Le Monde qui étudiait "La crise nord-africaine" née d’une crise d’autorité (18 et 24 mai 1945).

28 Cette phrase de commentaire laissait entendre que la souveraineté française en Indochine "semblait bien périmée". Elle fit scandale.

29 Elle fut publiée en anglais dans International Affairs en octobre 1945.

30 C’est cette dernière phrase qui fit refuser l’étude : "elle eût scandalisé, selon Léon HAMON, les milieux résistants".

31 L’Epoque, lança le mouvement en publiant en juin 1946 une suite d’articles intitutlés : "Menaces sur l’Afrique du Nord”, L’Ordre, La Dépêche de Paris, Le Figaro et L’Aurore suivirent.

32 Le Monde (29 juillet 1946).

33 L’Appel était signé par le Comité de l’Afrique française, le Comité de l’Asie Française, le Comité de l’Océanie française, l’Académie des sciences coloniales, la Ligue maritime et coloniale, le Comité de l’Empire français, le Journal de la Marine marchande et Marchés coloniaux.

34 Manifeste du 23 décembre 1946. Cf. également la lettre adressée le 27 novembre 1946 au ministre de la France d’Outre-Mer et la campagne de presse menée dans L’Epoque par l’ambassadeur F. CHARLES-ROUX.

35 Communiqué du Conseil des Ministres, 4 mars 1947.

36 Déclaration faite à Time, n°du 19 mai 1947.

37 En combattant la politique des gouvernements où le parti socialiste ne figurait pas, Oreste ROSENFELD s’acquit pourtant plus tard la réputation d’ "anticolonialiste lucide et décidé".

38 Signalons toutefois que pour la plupart des Américains informés, la politique coloniale française n’avait point changé. L’ambassadeur américain William BULLITT écrivait par exemple dans Life (29 décembre 1947) : "Beaucoup d’hommes politiques français, consciemment ou non, persistent à considérer tous les territoires de l’Empire français comme une chasse gardée destinée à être utilisée économiquement, financièrement et militairement au service de la France. Et le Viêt-Nam comme un capital à exploiter, mais non comme une nation de patriotes à libérer".

39 A l’Assemblée consultative provisoire, lors du débat colonial de mars 1945, certains hommes politiques faisaient encore miroiter la possibilité de mirifiques découvertes : "L’histoire des arpents de neige devenus une des régions minières les plus riches du globe doit nous servir de leçon. Qui peut affirmer que demain, la science aidant, dans un désert comme le Sahara, on ne découvrira pas une source inattendue de richesses".

40 Le Fonds d’investissement pour le développement économique et social pour les territoires d’Outre-Mer fut créé par la loi du 30 avril 1946.

41 Plan de modernisation des territoires d’Outre-Mer. Publication de la Présidence du Conseil, 1946.

42 Rapport DEVINAT. Assemblée nationale, annexe n° 4865, 5 juillet 1948.

43 Même le parti communiste, évincé du gouvernement, continuait à dire par la voix d’Etienne Fajon, le 28 juin 1947 : "Notre XIe Congrès doit s’adresser à tous les Français patriotes qui pensent avec raison que la désagrégation de l’Union française réduirait le rôle de la France dans le monde et la mettrait hors d’état de défendre efficacement son indépendance".

44 En avril 1947,35 % des Français pensaient que "les peuples de l’Union française finiront par rompre tous les liens qui les unissent à la France". Ceux qui croyaient à la pérennité de l’Union française n’étaient plus que 37 %.

45 Le tournant fut pris en Algérie lors de la séance extraordinaire du Comité central du P. C.A., le 21 juillet ; au Maroc, il fut annoncé par le Manifeste dit des 3 et 4 août 1946. Le gouverneur (socialiste) de Madagascar prévint peu après Marius MOUTET qu’il avait "les preuves essentielles" que le M.D.R.M. "recevait argent et directives du P. C.F.”.

46 Dix ans plus tard en conclusion d’un ouvrage publié en novembre 1957, un homme d’Etat qui passait pour libéral en matière coloniale conseillait de "garder l’Afrique” ; "Car sans l’Afrique, il n’y aura pas d’histoire de France au XXIe siècle" (François MITTERRAND, Présence française et abandon, p. 237).

© Éditions de la Sorbonne, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search