Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Matières premières et gestion des ressources

 | 
Sarra Ferjani
, 
Amélie Le Bihan
, 
Marylise Onfray
, 
et al.

Gérer des ressources : utilisation et contrôle des ressources locales

L’eau : une ressource cruciale pour la culture Chimú dans la vallée de Chicama (côte nord du Pérou)

Camille Clément

Résumé

L’eau est une ressource précieuse dans un environnement désertique et, à ce titre, elle acquiert une dimension toute particulière pour de nombreuses cultures du passé. Ces dernières ont ainsi élaboré diverses stratégies pour se procurer ou gérer les ressources hydriques. Les enjeux liés au contrôle de l’eau ont pu favoriser l’innovation technologique, la complexification de la société, ou encore engendrer des conflits. Tel est le cas dans la vallée de Chicama, au Pérou, où l’eau a joué un grand rôle dans le développement de la culture Chimú (900-1470 apr. J.-C.). Dans un premier temps, nous présenterons le contexte géographique de la côte Nord et la culture Chimú, avant de décrire la vallée de Chicama et les études archéologiques qui y ont été menées. Il s’agira, dans un second temps, d’exposer les résultats de nos prospections dans la vallée moyenne de Chicama pour y caractériser l’implantation chimú. Enfin, nous analyserons les relations entre les sites et les cours d’eau, afin de comprendre l’importance de cette ressource et les modalités de sa gestion.

Water is a precious resource in dry environments, and it gains a particular magnitude for many ancient cultures of the past. They elaborated various strategies to acquire and to manage water resources. The challenges related to water control could have contributed to technologic innovations, social complexity or bred conflicts. This situation was similar in the Chicama valley, in Peru, where water was essential for the development of the Chimú culture (900-1470 A.D.). First, we present the geographical context of the north coast and the Chimu culture, before describing the Chicama Valley and the archaeological studies conducted there. Then, we explain the results of our surveys in the middle part of the Chicama valley in order to characterize the chimú implantation. At last, we analyse the relations between the sites and the watercourses to understand the importance of this resource and the mode of its management.

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Patrice Lecoq, pour son suivi, ses conseils avisés et la lecture du manuscrit, ainsi qu’Éric Taladoire pour sa lecture attentive du texte. Les résultats de cette étude n’auraient pu voir le jour sans le financement de l’Institut des Amériques et du Collège des écoles doctorales. Nous remercions également Nicolas Goepfert, Segundo Vásquez Sánchez et Belkys Gutierrez León, pour leur appui logistique au Pérou.

Introduction

Pourquoi la côte est-elle désertique  ?

1Le Pérou est traversé du nord au sud par la cordillère des Andes, la sierra, qui sépare la côte Pacifique du bassin amazonien. Celui-ci est recouvert d’une végétation dense et luxuriante qui contraste fortement avec le littoral, quant à lui extrêmement aride. Les sommets de la cordillère des Andes bloquent les nuages qui arrosent l’Amazonie et la sierra, durant la saison humide, de novembre à avril (Pulgar Vidal, 1996, p. 82). La côte ne reçoit donc qu’une dizaine de millimètres de précipitations par an et offre un paysage désertique (Pulgar Vidal, 1996, p. 42).

2Cette sècheresse disparaît temporairement, tous les cinq ou six ans, sous l’effet d’un courant marin chaud, surnommé El Niño (Aceituno, 1998), qui longe le littoral péruvien depuis le nord. Ce changement de température de l’océan et de l’atmosphère provoque des pluies torrentielles qui s’abattent sur la côte aride. Surviennent alors des crues, des inondations, des coulées de boues et des glissements de terrain aux conséquences dramatiques (Caviedes et Waylen, 1987). Par la suite, le désert reprend progressivement ses droits.

3Dans un environnement aussi sec, l’eau est une ressource capitale que les sociétés préhispaniques du Pérou ont dû apprendre à contrôler. Sur la côte nord, les Chimú, semblent avoir développé une organisation bien conçue pour maîtriser ces ressources hydriques.

La culture Chimú

4La culture Chimú apparaît sur la côte nord du Pérou, à l’Intermédiaire récent, dès 900 apr. J.-C. Elle succède aux cultures Wari, qui marque l’Horizon moyen (700-900 apr. J.-C) dans les Andes centrales et Mochica, caractéristique de l’Intermédiaire ancien (0-700 apr. J.-C). Les Chimú perdent leur indépendance aux alentours de 1470 apr. J.-C. lorsque les guerriers incas du Cusco les attaquent et les intègrent ensuite au Tawantinsuyu, l’Empire inca (Moore et Mackey, 2008, p. 783). Soixante ans plus tard, les Espagnols atteignent le Pérou, et soumettent, à leur tour, les Incas.

5Les Chimú se développent tout d’abord dans la vallée de Moche, sur le site de Chan Chan, la capitale chimú, juste au sud de la vallée de Chicama. Ce peuple se lance rapidement à la conquête des autres vallées du littoral et finit par former un empire côtier de taille considérable. Plusieurs centres, comme Túcume, Farfán, Manchán et Paramonga (fig. 1), relaient localement le pouvoir de Chan Chan (Moore et Mackey, 2008).

6Chan Chan se compose, entre autres, d’une dizaine de grandes enceintes monumentales, dont les murs peuvent dépasser les douze mètres de hauteur (Moseley et Kent, 1982). Ces édifices sont divisés en vastes places cérémonielles, en un ensemble labyrinthique de couloirs et de petites cours dans lesquelles se trouvent des structures en forme de U, appelées audiencias, ou des entrepôts. À la mort du souverain, le palais administratif et cérémoniel était transformé en un mausolée funéraire, une plateforme accueillant la dépouille du défunt (Campana, 2006).

7La société Chimú se base principalement sur une économie agricole. Certes, l’océan Pacifique, riche en poissons, est exploité par quelques communautés de pêcheurs, mais la majeure partie de la diète de la population provient de l’agriculture (Pozorski, 1979).

8Le développement de l’agriculture dans une région aride pose de graves problèmes. La gestion de l’eau est donc une priorité pour la société chimú.

La région d’étude

9La vallée de Chicama se situe sur la côte septentrionale du Pérou, juste au nord de la vallée de Moche. Elle se divise en trois zones géographiques distinctes : la vallée basse, la vallée moyenne et la vallée haute (fig. 1).

10La vallée basse est une vaste plaine côtière extrêmement aride et parsemée de quelques petites éminences. Plus à l’est, la vallée moyenne se caractérise par un relief marqué et montagneux, mais elle reste large et relativement peu élevée. Enfin, la vallée haute, bien plus encaissée, culmine à plus de 4 000 mètres d’altitude.

11Le río Chicama, qui prend sa source au pied des sommets andins, parcourt cette vallée avant de se jeter dans l’océan Pacifique (Onern, 1973, p. 194). Sur les rives du fleuve, la végétation se développe naturellement, formant ainsi une véritable oasis. Ce cours d’eau est rejoint, dans la vallée moyenne, par ses principaux affluents : le río Chuquillanqui, le río Ochape, le río Santanero, la quebrada Quirripano et la quebrada Mala Alma (fig. 1). Les eaux de ces affluents viennent grossir le río Chicama, dont le débit double lorsque le río Chuquillanqui s’unit à lui. Dans la vallée basse, son débit n’augmente plus, du fait de l’absence de précipitations et d’affluent dans cette région.

12Le débit du río Chicama varie aussi au cours de l’année. Durant la saison humide, de novembre à avril, les pluies qui arrosent les sommets de la vallée de Chicama, notamment dans la vallée haute et la vallée moyenne, font gonfler les eaux du fleuve avec un débit supérieur à 100 m3/s. Au contraire, le reste de l’année, le débit est très faible et oscille entre 5 et 10 m3/s., pouvant même descendre à 1 m3/s. certaines années plus sèches que d’autres (Onern, 1973, p. 198). Le débit peut aussi faiblir temporairement au cours de la saison humide.

Fig.1. Carte géographique de la vallée de Chicama

Fig.1. Carte géographique de la vallée de Chicama

Données IGN Perú et AsterDEM.

Les antécédents relatifs à la vallée de Chicama

13Outre les fouilles de Chan Chan dans la vallée de Moche (Campana, 2006), plusieurs études archéologiques ont été menées dans la vallée basse de Chicama (Keatinge, 1974  ; Kus, 1984  ; Chauchat, 1998). Les recherches de Watson (Watson, 1979) sur le système hydraulique préhispanique (fig. 2) font ressortir la présence d’un réseau d’irrigation très développé. Les Chimú ont en partie réutilisé les nombreux canaux construits par les Mochica. Par la suite, ils les ont prolongés et agrandis, irriguant ainsi la majeure partie de la plaine côtière. Des zones périphériques de cette plaine, autrefois cultivées, sont depuis retournées à l’état désertique. Aujourd’hui, malgré les moyens modernes à notre disposition, ces terres ne sont plus exploitées. L’agriculture a donc atteint son apogée, dans la vallée basse de Chicama, sous la volonté des Chimú.

14Dans cet environnement si aride, les canaux sont, bien sûr, la clé du développement de l’agriculture et de l’implantation humaine. Ceux de la vallée basse de Chicama ont d’ailleurs, plus d’une fois, fait l’objet d’études (Watson, 1979  ; Kus, 1984  ; Farrington, 1980), qui s’accordent à souligner le savoir-faire des Chimú en hydrologie.

15Les canaux préhispaniques ont généralement des pentes très faibles et suivent les courbes de niveau du relief afin d’irriguer la plus large étendue de terre possible (Farrington, 1980, p. 290). À notre connaissance, il n’existait aucun réservoir d’eau permettant de stocker et de redistribuer cette ressource, dans la vallée basse de Chicama. Actuellement, dans les Andes, des réservoirs complètent le système des canaux et compensent les variations de débit (Castro et Bahamondes, 1991).

  • 1 Le débit se calcule en multipliant la section du canal par la vitesse de l’eau (Farrington, 1980, p (...)
  • 2 Nous calculons la vitesse d’écoulement à partir de la formule de Manning (Farrington, 1980, p. 291)

16En effet, pour rendre les canaux opérationnels, le débit et la vitesse d’écoulement de l’eau doivent être maîtrisés. Le débit1 est un facteur essentiel pour irriguer les champs, car il faut acheminer suffisamment d’eau. La vitesse2, autre facteur déterminant, dépend de la pente, de la forme du canal, du revêtement interne et de sa profondeur. Une trop forte vitesse provoque l’érosion du canal qui se retrouve plus bas que les champs, rendant l’irrigation impossible (Watson, 1979, p. 134). Au contraire, des sédiments, pouvant obstruer le canal, se déposent lorsque la vitesse est trop faible. En outre, l’infiltration est plus importante signifiant une perte en eau parfois considérable.

17À proximité de ces canaux préhispaniques (fig. 2), se trouvent des sites à caractère administratif, comme ceux de Mocán (Chauchat, 1998) et de Quebrada del Oso (Keatinge, 1974). Ces établissements devaient permettre de contrôler et de distribuer équitablement l’eau dans les différentes parcelles agricoles.

Fig.2. Carte du réseau hydrographique dans la vallée basse de Chicama

Fig.2. Carte du réseau hydrographique dans la vallée basse de Chicama

Données IGN Perú et AsterDEM.

18L’ethnologie nous apporte d’utiles données quant à la gestion de l’eau aujourd’hui. Des études portant sur l’utilisation des canaux dans des communautés actuelles des Andes, au Pérou (Gelles, 1986  ; Bunker et Seligmann, 1986) et au Chili (Castro et Bahamondes, 1991), nous décrivent un système de rotation de l’irrigation entre les champs. Les parcelles sont irriguées les unes après les autres, pour une durée précise, selon le principe du turno. Au bout de plusieurs jours, lorsque le dernier champ est irrigué, le propriétaire du premier champ peut à nouveau dévier l’eau du canal vers ses cultures, recommençant un autre cycle. Cette répartition de l’eau est relativement égalitaire, car si tous les champs étaient irrigués en même temps, les cultures situées en amont recevraient bien plus d’eau que celles situées en aval du canal. Garcilaso de la Vega (Garcilaso de la Vega, 1982 [1609] t. 2, p. 74) décrit d’ailleurs ce système du turno, présent chez les Incas et probablement à des époques antérieures.

19Cette coutume du turno implique une véritable organisation de la gestion ainsi qu’un parfait contrôle de l’eau (Bunker et Seligmann, 1986, p. 161). Il faut éviter qu’une personne ne dévie l’eau du canal dans ses champs, en dehors du temps qui lui est attribué lors de son turno, au détriment des autres usagers. Le vol peut entraîner des rixes sévères dans certaines communautés, d’où la nécessité d’élire, chaque année, des représentants de l’autorité, chargés de veiller à la juste répartition de l’eau (Gelles, 1986, p. 112). Ils détiennent même le pouvoir de distribuer des amendes aux coupables de vol d’eau. Tel devait être le cas aux époques préhispaniques, puisqu’un ancien mythe rapporte le rôle du yañca, responsable de la bonne gestion de l’eau (Gelles, 1986, p. 108). Par ailleurs, Guaman Poma de Ayala, dans sa Corónica del Buen Gobierno, (Guaman Poma de Ayala, 1980 [1583-1615], p. 958) indique l’existence chez les Incas, d’un juez de acequía (juge de canal) nommé cillquiua en quechua (Bunker et Seligmann, 1986, p. 148-150). Aujourd’hui, malgré l’implication croissante de l’État dans la gestion de l’irrigation, les pratiques traditionnelles de contrôle se perpétuent.

20À l’Intermédiaire récent (900-1470 apr. J.-C.), la vallée basse de Chicama était donc une région en pleine expansion agricole. Des canaux parfaitement fonctionnels irriguaient des terres éloignées parfois de plusieurs dizaines de kilomètres du río Chicama (fig. 2). Quelques centres administratifs, comme Mocán ou Quebrada del Oso, devaient abriter des personnes chargées du contrôle et de la distribution de l’eau dans les champs. Nous supposons d’ailleurs qu’une part de la production agricole était ensuite envoyée dans les entrepôts des grandes enceintes de Chan Chan, afin de subvenir aux besoins de cette vaste capitale.

21Mais la plaine agricole de la vallée dépend d’une unique source, le río Chicama. Or, celui-ci se caractérise par un débit très variable, particulièrement faible la majeure partie de l’année. Développer l’agriculture à une si grande échelle à partir d’une source irrégulière, sans aucun type de réservoir connu, semble très risqué et difficilement réalisable. Pour mieux comprendre les clés de l’essor agricole des Chimú, nous devons donc nous intéresser à la vallée moyenne, en amont des cultures de la vallée basse.

L’implantation à l’Intermédiaire récent dans la vallée moyenne de Chicama

22La vallée moyenne de Chicama reste malheureusement très méconnue et n’a pas fait l’objet de recherches intensives de la part des archéologues. Parmi les rares études, nous retiendrons le recensement des pétroglyphes de la région par Castillo Benites (Castillo Benites, 2006). Ces oeuvres d’art sont généralement datées du premier millénaire avant notre ère, et associées à des cours d’eau temporaires, voire à des canaux d’irrigation plus récents. Par ailleurs, deux sites chimú, Punta Moreno et Pampas de Sushipe (fig. 3), ont été succinctement décrits par des étudiants de l’Universidad Nacional de Trujillo (Esquerre Fernández, 1998  ; Salvatierra Vargas, 2007). Ces recherches sont cependant largement insuffisantes pour comprendre les modes d’implantation des Chimú dans cette région, le fonctionnement du système hydraulique et leur rapport avec les cours d’eau.

Fig.3. Carte de sites de l’Intermédiaire Récent (900-1470 apr. J.-C.) dans la vallée moyenne de Chicama

Fig.3. Carte de sites de l’Intermédiaire Récent (900-1470 apr. J.-C.) dans la vallée moyenne de Chicama

Données IGN Perú et AsterDEM.

23En nous inspirant des méthodes développées dans d’autres régions du Pérou (Déodat et Lecoq, 2009), nous avons effectué un repérage préliminaire du terrain à partir de l’examen des images satellites de Google EarthTM et ainsi pu délimiter cinq zones présentant une forte concentration de sites archéologiques potentiels. En août, septembre et octobre 2011, une prospection pédestre nous a permis de recenser les nombreux vestiges archéologiques de ces cinq zones. Au total, 66 sites archéologiques ont été répertoriés (fig.3), dont 26 sont datés de l’Intermédiaire récent (900-1470 apr. J.-C.), à l’aide de la céramique.

Les sites

24Les sites recensés sont de nature variée : certains sont de simples concentrations de céramiques  ; à l’inverse, d’autres se composent de plusieurs structures construites en pierre. D’après l’étude de la céramique, deux groupes ont cohabité, dans la vallée moyenne à l’Intermédiaire récent, les Chimú et une population locale.

25Sur les grands sites chimú à caractère résidentiel (fig. 4), nous avons repéré des structures complexes, généralement rectangulaires, subdivisées en plusieurs pièces. Cette architecture particulière et élaborée nous conduit à penser qu’il s’agissait de résidences de l’élite. Sur ces mêmes sites, se trouve parfois une large place, probablement de nature cérémonielle, qui devait servir lors de fêtes.

Fig.4. Plan du site chimú de Punta Moreno

Fig.4. Plan du site chimú de Punta Moreno

26Au contraire, les sites de la population locale, plus petits, se caractérisent généralement par une architecture plus sommaire et moins élaborée. On y découvre peu de constructions complexes et aucune place. Les structures d’habitat sont plutôt simples, de tailles réduites et souvent mal conservées.

  • 3 L’équivalent quechua, chawpi (Gonzalez de Holguín, 1989 [1608], p. 99), se retrouve dans le mot cha (...)

27Outre ces sites résidentiels, nous avons recensé des centres administratifs chimú qui prennent pour modèle architectural les grandes enceintes de Chan Chan (Keatinge, 1974). Pampas de Sushipe, l’un des plus importants sites de cette époque, est idéalement implanté sur une terrasse naturelle, dominant la jonction du río Chuquillanqui et du río Chicama (fig. 5). Cet emplacement particulier permet de contrôler la région et les voies de passage qu’offrent les cours d’eau, durant la saison sèche. Il renvoie au concept andin du tinku3 (Platt, 1987, p. 83-84), qui, en langue aymará, signifie la «  rencontre, la réunion de deux moitiés » (Bertonio, 1984 [1612] t. 2, p. 350). Les confluences de cours d’eau sont, de ce fait, associées à de nombreux symboles. Actuellement, les populations des alentours ont installé leur cimetière sur le site même de Pampas de Sushipe, ce qui suggère la persistance d’anciennes croyances préhispaniques. Les morts et les ancêtres étaient autrefois reliés à l’eau (Santillana, 1999, p. 102). Aussi, la présence d’un cimetière dans cette région, à la croisée d’espaces physiques et symboliques, semble tout à fait logique. L’implantation d’un site administratif chimú, chargé de relayer le pouvoir de Chan Chan localement, est donc loin d’être anodine.

Fig.5. Vue du site chimú de Pampas de Sushipe à la confluence de río Chuquillanqui et du río Chicama

Fig.5. Vue du site chimú de Pampas de Sushipe à la confluence de río Chuquillanqui et du río Chicama

La datation par la céramique

28La détermination des phases d’occupation de ces sites s’est effectuée sur la base de l’étude de la céramique découverte en surface. Nous avons mis en évidence deux styles de céramique datés de l’Intermédiaire récent (900-1470 apr. J.-C.) : la céramique chimú et une céramique locale, encore peu connue.

29La céramique chimú, souvent caractérisée par une pâte noire oxydée et un type de décoration, le paleteado reticulado, n’a été retrouvée que sur quatorze sites (soit 21 %). Ce motif apparaît dès l’Horizon moyen (700-900 apr. J.-C.), mais il est surtout répandu dans la céramique domestique chimú (Prieto, 2008).

30Sur d’autres sites, et parfois aux côtés de tessons chimú, une céramique locale, encore inconnue, a été découverte. La pâte de cette céramique présente généralement une certaine hétérogénéité de cuisson, caractéristique fréquente dans la céramique de la région voisine de Cajamarca. Par ailleurs, les décorations moulées sont similaires aux ornements géométriques des Chimú (Prieto, 2008). Il y a donc tout lieu de penser que cette céramique a été influencée à la fois par les Chimú de la côte et les Cajamarca des sommets, ce que de plus amples études devraient permettre de préciser.

31L’étude des toponymes de la vallée de Chicama, (Krzanowski et Szeminski, 1978) pourrait d’ailleurs conforter cette hypothèse. Elle met en effet en évidence la présence d’un groupe linguistique distinct : le «  Chicama B », qui pourrait être à l’origine de ce style céramique.

Les canaux et leur rôle

32La vallée moyenne est parcourue par un réseau hydraulique de canaux d’irrigation bien développé. Si les canaux situés sur les berges sont encore utilisés, d’autres, localisés dans le désert, à proximité des sites archéologiques, sont aujourd’hui abandonnés. Bien qu’ils ne soient pas aussi imposants que ceux de la vallée basse, leur présence démontre l’importance de l’eau dans cette région montagneuse, pourtant moins propice à l’agriculture que la plaine côtière (fig. 3).

33Pour comprendre le rôle de ces canaux et leur distribution, nous les avons étudiés, et à partir de mesures sommaires, avons pu calculer approximativement les pentes, les vitesses d’écoulement et les débits maximaux des canaux les mieux conservés (fig. 6). Il en résulte que la pente des canaux oscille généralement entre 1 et 3 %, résultat difficile à obtenir dans un environnement au relief tout de même marqué. C’est pourquoi les canaux suivent les courbes de niveau, épousant le relief, contournant les dépressions et les élévations. Leur tracé s’en trouve fortement allongé. La vitesse d’écoulement est relativement forte, comprise entre 1 et 2 m/s. Cela permet d’éviter l’infiltration et donc une perte d’eau substantielle sur de longs parcours. La vitesse dépend de la forme du canal, mais aussi de son revêtement. Dans les endroits les mieux conservés, les canaux offrent une surface similaire à celle des canaux de la vallée basse. Le débit maximal que nous avons calculé reste approximatif, car il découle de la section du canal qui reste invisible sans fouille.

Fig.6. Plan et coupes des canaux 1 et 2

Fig.6. Plan et coupes des canaux 1 et 2

34Les canaux préhispaniques sont difficiles à dater, en l’absence de vestiges archéologiques révélateurs. Nous supposons que ce réseau hydraulique s’est constitué progressivement. À l’Intermédiaire récent (900-1470 apr. J.-C.), la plupart des canaux de la vallée moyenne devaient être utilisés, d’autant plus que les sites de cette période sont relativement nombreux, témoins d’une population importante. L’arrivée des Incas et surtout des Espagnols a provoqué indirectement l’abandon de plusieurs canaux, suite à la chute démographique (Gelles, 1986, p. 110).

35Bien qu’un grand nombre de canaux passe à proximité de sites de l’Intermédiaire récent, rien n’atteste que les occupants de ces sites en avaient l’usage. En effet, dans les Andes, la relation entre villages et canaux ne peut s’effectuer sur la simple association physique des vestiges résidentiels et hydrauliques, comme le démontre l’étude ethno­archéologique de Sherbondy (Sherbondy, 1986) sur les canaux du Cuzco. Elle cite l’exemple d’un canal traversant un village, sans que ses habitants ne touchent à son eau (Sherbondy, 1986, p. 27). Ce canal prend sa source sur le site sacré inca de Tambo Machay, que la communauté de Sucsu-Aucaille, propriétaire du canal, vénère à travers ces ancêtres fondateurs (Sherbondy, 1986, p. 42). C’est donc un lien symbolique et rituel qui rattache un groupe de personnes à un canal, aspect difficile à percevoir en archéologie (Zuidema, 1978).

36Les études ethnologiques portant sur la fête du nettoyage des canaux dans différentes régions des Andes (Pratlong, 1985  ; Barthel, 1986  ; Castro et Varela, 1994  ; Valiente, 1986) montrent d’ailleurs que cette relation rituelle est recréée et renforcée chaque année durant cette fête d’origine préhispanique.

37À cette occasion, toute la communauté se réunit pour entretenir le réseau d’irrigation, afin d’assurer son bon fonctionnement. Dans la vallée moyenne de Chicama, les Chimú, forts de leur savoir-faire en matière d’hydrologie, devaient jouer un rôle important pour cette étape technique, invisible à nos yeux sans une fouille fine des canaux. Parallèlement au nettoyage, des offrandes étaient réalisées pour les montagnes, divinités génératrices d’eau, les morts et les ancêtres, et enfin pour l’eau elle-même. Ces rites laissent malheureusement bien peu de vestiges archéologiques, mais ils constituent la part essentielle de cette fête. Après le nettoyage, la communauté se réunit sur la place du village, pour prendre les repas dans une ambiance festive, au milieu des danses et de la musique, comme ce devait être le cas aux époques préhispaniques, sur les places cérémonielles des sites chimú. Enfin, cette fête est présidée par les représentants de la communauté, les principales, autrefois membres de l’élite locale. Les données ethnohistoriques précisent que cette petite noblesse officiait lors des rites et offrait nourriture et boissons aux travailleurs (Netherly, 1977). Or, l’étude de l’architecture nous a permis d’identifier des résidences d’une élite sur des sites chimú. Il est donc envisageable que les fêtes du nettoyage des canaux, à l’Intermédiaire récent (900-1470 apr. J.-C.), dans la vallée moyenne de Chicama, aient été placées sous l’égide des Chimú et que les canaux étaient gérés par la population chimú plutôt que par la population locale.

38Ainsi, les résultats de nos prospections, dans la vallée moyenne de Chicama, suggèrent la cohabitation de deux groupes à l’Intermédiaire récent : les Chimú et une population locale encore mal définie. Ces deux populations partagent un réseau hydraulique bien développé qui semble être contrôlé par les Chimú, notamment à travers les fêtes annuelles du nettoyage des canaux. Mais si ces témoignages documentent l’occupation de la vallée moyenne, il s’agit maintenant de comprendre les relations entre l’eau et les sites archéologiques de cette région.

Relations entre les sites et l’eau

  • 4 Un canal d’origine préhispanique est actuellement utilisé sur les trois cents premiers mètres de so (...)

39Une coupe nord-sud, réalisée aux abords du río Chicama, permet d’analyser la proximité entre les sites et les bords des rivières, tout en tenant compte du relief (fig. 7). On remarque tout d’abord qu’aucun site archéologique n’a été découvert sur les berges des cours d’eau. Cette absence est probablement due à la présence de l’habitat et des cultures modernes, notamment des rizières impossibles à prospecter. Il est cependant vraisemblable que ces berges, faciles à irriguer, aient été cultivées autrefois. En outre, nous supposons que bon nombre des canaux, aujourd’hui utilisés pour ces cultures, sont d’origine préhispanique4. À environ 400 mètres des cours d’eau, ces terres irriguées laissent place au désert, immédiatement marqué par des terrasses naturelles où sont installés la plupart des sites archéologiques. Depuis les sommets plats de ces terrasses, on dispose d’une excellente visibilité sur les berges cultivées et les rivières. Au-delà de 800 mètres, les sites se font plus rares et à plus d’un kilomètre des cours d’eau, nous n’avons découvert que trois sites (soit 5 %). La relation de proximité entre les vestiges archéologiques et les cours d’eau de la vallée moyenne de Chicama semblent donc bien établie.

Fig.7. Répartition des sites archéologiques aux abords des cours d’eau, coupe nord-sud dans la vallée moyenne

Fig.7. Répartition des sites archéologiques aux abords des cours d’eau, coupe nord-sud dans la vallée moyenne

40On observe par ailleurs que les sites chimú sont un peu plus proches des rivières que les sites de la population locale. Cette différence, d’une centaine de mètres, n’est pas très significative, mais la situation change lorsqu’on ne tient pas compte des affluents. Ainsi, pour la zone 4 de nos prospections (fig. 8), les sites chimú sont distants d’environ 700 à 1 000 mètres du río Chicama. Les sites de la population locale sont bien plus éloignés du fleuve (environ 1 500 mètres), mais sont relativement proches du río Ochape, le cours d’eau secondaire. Les modes d’implantation de ces deux groupes diffèrent donc sensiblement. Il semble que la population locale ait cherché à s’installer le long des cours d’eau, que ce soit le fleuve ou l’un de ses affluents, afin d’avoir un accès direct à cette ressource. Au contraire, les Chimú ont entrepris de s’établir plutôt à proximité du cours d’eau principal, le río Chicama, puisque ses eaux permettent l’irrigation de l’agriculture dans la vallée basse. D’ailleurs, le site chimú le plus important de la zone, Los Hornos, se trouve à l’extrémité sud de la terrasse la plus proche du fleuve (fig. 8).

Fig.8. Carte des sites de l’Intermédiaire récent (900-1470 apr. J.-C.) dans la zone 4 de la vallée moyenne de Chicama

Fig.8. Carte des sites de l’Intermédiaire récent (900-1470 apr. J.-C.) dans la zone 4 de la vallée moyenne de Chicama

Données IGN Perú et AsterDEM.

41Cette relation particulière entre les Chimú et le río Chicama se perçoit aussi à travers l’analyse croisée de l’implantation des grands sites chimú et des variations du débit du río Chicama. Plusieurs sites chimú sont localisés le long du río Chicama ainsi qu’à proximité des principaux affluents, comme le río Santanero. Les sites installés non loin des zones de confluence, comme le site de Los Hornos établi à la confluence du río Ochape et du río Chicama, et surtout le site de Pampas de Sushipe à la jonction du río Chuquillanqui et du río Chicama, montrent une forte corrélation entre l’accroissement du cours du fleuve et les sites chimú. Rappelons que le río Chuquillanqui, de par la force de son débit, fait doubler le cours du río Chicama. L’implantation d’un site administratif à cet endroit précis ne relève donc pas du hasard. Il en résulte que ces sites chimú semblent placés à des lieux clés de l’évolution du débit du fleuve. Depuis ces sites, les Chimú pouvaient facilement contrôler le débit du río Chicama et vérifier s’il suffisait aux besoins des cultures de la vallée basse.

42Ainsi, les Chimú se sont installés à des emplacements stratégiques pour le contrôle des cours d’eau. Mais la présence de la population locale et du réseau d’irrigation complique la situation. En effet, les canaux de la vallée moyenne font concurrence à ceux de la vallée basse puisqu’ils dérivent tous l’eau du río Chicama ou de ses affluents. L’eau déviée dans la vallée moyenne ne peut être utilisée ensuite dans la plaine côtière. Les Chimú semblent donc avoir joué un rôle prépondérant lors des fêtes du nettoyage des canaux et pouvaient, de cette manière, gérer le réseau hydraulique de la vallée moyenne de Chicama. Si cette implantation privilégiée leur a permis d’exploiter la vallée moyenne de Chicama, région propice à la culture de la coca entre autres (Onuki, 1985), il leur fallait tout de même répartir l’eau selon leurs priorités.

43En effet, durant la saison sèche, le débit du río Chicama est très bas (moins de 10 m3/s. : Onern, 1973, p. 198). Le captage de l’eau en amont a pour conséquence d’assécher le cours du fleuve, qui se réduit alors en un mince filet d’eau, insuffisant pour irriguer les cultures de la vaste plaine côtière. Grâce au contrôle exercé sur les canaux de la vallée moyenne, les Chimú pouvaient limiter, voire interdire, leur usage. De la sorte, la majeure partie du débit atteignait bien la vallée basse. Cette hypothèse concorde avec la distribution des sites locaux sur les affluents.

44Au contraire, durant la saison des pluies, le débit du río Chicama gonfle suffisamment pour que les canaux de la vallée basse et de la vallée moyenne puissent fonctionner en parallèle. Nous pouvons même supposer qu’en déviant une portion de l’eau en amont, dans la vallée moyenne, les Chimú régulaient légèrement le débit du río Chicama. Ils pouvaient ainsi éviter des crues ou des inondations risquant d’endommager les cultures de la plaine côtière. Par ailleurs, le débit du fleuve peut temporairement faiblir durant la saison humide, ce qui devait probablement impliquer un contrôle permanent.

45L’implantation chimú, dans la vallée moyenne de Chicama, semble fortement conditionnée par l’hydrologie. Les sites sont tournés vers les cours d’eau, en particulier le río Chicama, afin d’en contrôler le débit. L’eau canalisée faisait aussi l’objet d’une attention particulière, les canaux étant entretenus et certainement utilisés en fonction du débit disponible. Cette politique de gestion et de contrôle de l’eau a permis aux Chimú de développer l’agriculture de la vallée basse de Chicama à une vaste échelle. L’eau constitue donc le facteur principal de cette implantation chimú dans la vallée moyenne de Chicama.

Bibliographie

Aceituno P. (2000) – El fenómeno El Niño 1997-1998, Bulletin IFEA, 27/3, p. 443-448.

Barthel T. S. (1986) – El agua y el festival de primavera entre los atacameños, Allpanchis, 28, p. 147-184.

Bertonio L. (1984) [1612] – Vocabulario de la lengua Aymará, Cochabamba.

Bunker S. G. et Selgmann L. J. (1986) – Organización social y visión ecológica de un sistema de riego andino, Allpanchis, 27, p. 149-178.

Campana Delgado C. (2006) – Chan Chan del Chimo. Estudio de la ciudad de adobe más grande de América antigua, Lima.

Castillo Benítes D. (2006) – Arte rupestre en la cuenca del río Chicama, Trujillo.

Castro M. et Bahamondes M. (1991) – Cultura, tecnología y uso del agua en un pueblo andino del norte de Chile, Revista Chilena de Antropología, 10, p. 45-69.

Castro Rojas V. et Varela Guarda V. (éd.) (1994) – Ceremonias de tierra y agua  ; Ritos milenarios andino, Santiago.

Caviedes N. C. et Waylen P. R. (1987) – El Niño y crecidas anuales en los ríos del norte del Perú, Bulletin IFEA, 16/1-2, p. 1-19.

Chauchat C. (1998) – Sitios Arqueológicos de la Zona de Cupisnique y Margén Derecha del Valle de Chicama, Trujillo/Lima.

Déodat L. et Lecoq P. (2009) – Images satellitaires et prospection archéologique. Un cas d’école dans les Andes péruviennes, Les Nouvelles de l’archéologie, 117, p. 57-61.

Esquerre Fernández L. F. (1998) – Estudio de un Asentamiento Chimú en el Caserio de Punta Moreno Valle Medio de Chicama, Proyecto de Licenciatura inédit, Universidad Nacional de Trujillo, Trujillo.

Farrington I. S. (1980) – The Archaeology of Irrigation Canals, with Special Reference to Peru, World Archaeology, 11/3, p. 287-305.

Garcilaso de la Vega I. (1982) [1609] – Commentaires royaux sur le Pérou des Incas, 3 vol. , Paris.

Gelles P. H. (1986) – Sociedades hidráulicas en los Andes : algunas perspectivas desde Huarochiri, Allpanchis, 27, p. 99-147.

González Holguín D. (1989) [1608] – Vocabulario de la lengua Qquichua o del Inca, Lima.

Guaman Poma de Ayala F. (1980) [1583-1615] – El primer nueva coronica y buen gobierno, Mexico, Siglo XXI.

Keatinge R. W. (1974) – Chimú Rural Administrative Centres in the Moche Valley, Peru, World Archaeology, 6/1, p. 66-82.

Krzanowski A. et Szeminski J. (1978) – La toponimia indígena en la cuenca del río Chicama (Perú), Estudios Latinoamericanos, 4, p. 11-51.

Kus J. S. (1984) – The Chicama-Moche Canal : Failure or Success  ? An Alternative Explanation for an Incomplete Canal, American Antiquity, 49/2, p. 408-415.

Moore J. D. et Mackey C. J. (2008) – The Chimú Empire, dans H. Silverman et W. Isbell (éd.), The Handbook of South American Archaeology, New York, p. 783-807.

Moseley M. E. et Kent C. D. (éd.) (1982) – Chan Chan, Andean Desert City, Albuquerque.

Netherly P. J. (1977) – Local Level Lords on the North Coast of Peru, Ph. D. inédit, Cornell University, Ithaca.

ONERN (1973) – Inventario, evaluación y uso racional de los recursos naturales de la costa, Cuenca del Río Chicama, Lima.

Onuki Y. (1985) – The Yunga Zone in the Prehistory of the Central Andes : Vertical and Horizontal Dimensions, dans Y. Masuda, I. Shimada et C. Morris (éd.), Andean Ecology and Civilization : an Interdisciplinary Perspective on Andean Ecological Complementarity Papers from Wenner-Gren Foundation for Anthropological Research Symposium no. 91, Tokyo, p. 339-355.

Platt T. (1987) – Entre Ch’axwa y Muxsa. Para una historía del pensamiento politico aymará, dans T. Bouysse-Cassagne, O. Haris, T. Platt et V. Cereceda, Tres refexiones sobre el pensamiento andino, La Paz, p. 61-132.

Pozorski S. (1979) – Prehistoric Diet and Subsistence of the Moche Valley, Peru, World Archaeology, 11/2, p. 163-184.

Pratlong G. (1985) – La Sequia, Puquio, Barrio de Chaupi, août 1979, août 1980, Bulletin IFEA, 14/3-4, p. 43-64.

Prieto Burmester G. O. (2008) – Cerámica utilitaria Chimú de San José de Moro : tipología de formas y modelos interpretativos, Revista del Museo de Arqueología, Antropología e Historia, 10, p. 111-154.

Pulgar Vidal J. (1996) – Geografía del Perú, Las ocho regiones naturales, Lima, 10e édition.

Salvatierra Vargas M. (2007) – Características Culturales de la Expansión Chimú, Pampas de Suchipe, Proyecto de Licenciatura inédit, Universidad Nacional de Trujillo, Trujillo.

Santillana J. I. (1999) – Andenes, canales y paisaje, dans F. Pease, C. Morris, J. Santillana, L. Vetter, C. V. Roussakis et I. Salazar (éd.), Los Incas, Arte y símbolos, Lima, p. 61-107.

Sherbondy J. E. (1986) – Los ceques : Código de canales en el Cusco prehispánico, Allpanchis, 27, p. 39-74.

Valiente T. (1986) – La fiesta del agua en Puquio, Allpanchis, 28, p. 87-97.

Watson R. P. (1979 [1609]) – Water Control and Land Use on the Arid North Coast of Peru : Prehispanic Agricultural Systems in the Chicama Valley, MA thesis, non publiée, Department of Anthropology, University of Texas, Austin.

Zuidema T. R. (1978) – Lieux sacrés et irrigation : tradition historique, mythes et rituels au Cuzco, Annales ESC, 33/5-6, p. 1037-1056.

Notes

1 Le débit se calcule en multipliant la section du canal par la vitesse de l’eau (Farrington, 1980, p. 293).

2 Nous calculons la vitesse d’écoulement à partir de la formule de Manning (Farrington, 1980, p. 291).

3 L’équivalent quechua, chawpi (Gonzalez de Holguín, 1989 [1608], p. 99), se retrouve dans le mot chaupiyunga qui désigne la région intermédiaire entre la côte et les Andes. La vallée moyenne de Chicama est donc une zone de chaupiyunga.

4 Un canal d’origine préhispanique est actuellement utilisé sur les trois cents premiers mètres de son parcours. Il s’étire sur plus de deux kilomètres de long.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Carte géographique de la vallée de Chicama
Crédits Données IGN Perú et AsterDEM.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5033/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Fig.2. Carte du réseau hydrographique dans la vallée basse de Chicama
Crédits Données IGN Perú et AsterDEM.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5033/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Fig.3. Carte de sites de l’Intermédiaire Récent (900-1470 apr. J.-C.) dans la vallée moyenne de Chicama
Crédits Données IGN Perú et AsterDEM.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5033/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Fig.4. Plan du site chimú de Punta Moreno
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5033/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Fig.5. Vue du site chimú de Pampas de Sushipe à la confluence de río Chuquillanqui et du río Chicama
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5033/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Fig.6. Plan et coupes des canaux 1 et 2
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5033/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig.7. Répartition des sites archéologiques aux abords des cours d’eau, coupe nord-sud dans la vallée moyenne
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5033/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Fig.8. Carte des sites de l’Intermédiaire récent (900-1470 apr. J.-C.) dans la zone 4 de la vallée moyenne de Chicama
Crédits Données IGN Perú et AsterDEM.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5033/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 330k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8096 : Archéologie des Amériques. Sujet de thèse : Le paysage socioculturel et l’architecture dans la Culture Chimú  ; Étude des stratégies d’implantation des Chimú dans la vallée de Chicama (Pérou) à l’Intermédiaire récent (900-1470 apr. J.-C.).
Directeur : Éric Taladoire et tutorat de Patrice Lecoq.
Soutenance prévue fin 2014.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540