Version classiqueVersion mobile

Le péronisme

 | 
Gérard Guillerm

Troisième partie. L’exil

– XIV – Le cas Perón

Texte intégral

1Le Péronisme, ce fut un homme, une oeuvre, dans un pays qui ne parvient pas, malgré ses potentialités, à sortir du stade du sous-développement.

2L’homme, qui peut paraître d’une seule pièce, ne se laisse pas ranger aussi facilement dans la catégorie des dictateurs du folklore latino-américain.

3Juan Domingo Perón fut un leader tiers-mondiste, de la trempe d’un Nasser ou d’un Nehru, confronté à l’histoire de son temps et à la réalité de son pays, et c’est en tant que tel qu’il doit être appréhendé.

4Dans la formation de l’homme, compte essentiellement l’éducation militaire. Perón, chef d’Etat, a toujours mis en avant, en dépit de son divorce avec l’Armée, ses origines militaires, ainsi que la mission salvatrice que s’assignait l’Armée argentine lorsqu’elle assume le pouvoir en 1943, alors que la seconde guerre mondiale amorçait une phase de reflux. Ce second conflit mondial fut le point de départ de l’idéologie péroniste.

5Perón, en 1939, se trouve dans l’Italie mussolinienne. Il est affecté au 14° régiment de montagne à Chietti ; il participe ensuite au commandement de la Division Alpine "Tridentina", puis à la Division d’infanterie "Pinerolo".

6Son séjour en Europe lui donne l’occasion de voyager en Allemagne, puis dans la zone occupée : France, Hongrie, Yougoslavie, Albanie.

7Son retour en Argentine ayant lieu en 1941, il reste donc suffisamment longtemps en Europe pour connaître et être séduit par le modèle fasciste de la société italienne.

  • 1 Le G.O.U. : cette structure a l’ambition d’être l’inspiratrice de la future doctrine de l’Armée arg (...)

8Mais, au sein du "Groupe des Officiers Unis" (G.O.U.)1, Perón, et ses collègues, sont surtout impressionnés par l’Allemagne nazie qui, dans l’esprit des militaires argentins, va devenir la nation monitrice en Europe.

9C’est précisément le rôle qu’ils envisagent (sans doute par d’autres moyens) pour l’Argentine, face au Brésil, dans le sous-continent américain.

10Les officiers putschistes de 1943 doivent donc se remettre en cause lorsque les puissances de l’Axe sont vaincues.

Les conséquences de la seconde guerre mondiale impliquent, en effet, une révision fondamentale des conceptions jusque là en vigueur en matière de politique internationale.

11Qu’est ce qui a changé ?

12Pour l’Argentine, la seconde guerre mondiale a essentiellement deux conséquences : la fin des régimes coloniaux, avec son corollaire, la naissance du Tiers Monde en tant que force spécifique, et le surgissement du monde d’obédience socialiste. L’Europe orientale voyait naître les démocraties populaires, la Chine devenait communiste en 1949.

13En Amérique latine, les régimes nationalistes s’étaient déjà implantés au Mexique, dès 1934, avec la Présidence de Lázaro Cárdenas, au Brésil, dès 1930, avec la Présidence de Getulio Vargas.

14Après la seconde guerre mondiale, alors que Perón est lui-même Président, puis au cours de ses années d’exil, ces régimes font florès dans le sous-continent : en Bolivie, en 1952, avec Paz Estenssoro, puis en 1972 avec le général Torres ; au Pérou, en 1968, avec le général Velasco Alvarado.

15Surtout, le socialisme en tant que tel est instauré en 1958 à Cuba, puis en 1971 au Chili.

16La fin de la seconde guerre mondiale, puis la chute de son régime en 1955, amènent Perón, donc, à évoluer, contraint qu’il est de tirer les leçons, et aiguillé par l’obsession d’une revanche historique.

  • 2 "Je vous ai donné, écrit Perón à Caracas dans une lettre du 3 novembre 1956 adressée à J.W. Cooke, (...)

17Tant qu’il est au pouvoir (période 1946-55 et période 1973-74), Perón a pour souci principal de "politiser" le peuple (en l’encadrant par sa "doctrine")2 au cours de la première période, et de mettre en place la communauté organisée, au cours de la deuxième période.

18L’intégration des travailleurs dans le modèle s’effectuera par le biais d’une vaste politique de redistribution des revenus.

19C’est le "populisme péroniste".

  • 3 Cette orientation "progressiste" avait été fortement influencée, à partir de 1944, par Eva Duarte, (...)

20Pendant la période de l’exil, Perón se préoccupe surtout de compléter sa doctrine, c’est-à-dire d’en accentuer la portée "sociale" et l’orientation progressiste3.

  • 4 Bulletin du Cedetim, numéro spécial consacré à l’Argentine.

21C’est l’époque de la sacralisation du fait révolutionnaire. Ainsi Perón écrit, dans une lettre du 24 octobre 1967 adressée au mouvement péroniste à l’occasion de la mort de Che Guevara4 : "Sa mort me déchire l’âme parce qu’il était un des nôtres, peut-être le meilleur... Sa vie, son épopée, sont les exemples les plus purs que doivent suivre nos jeunes et les jeunes de toute l’Amérique latine. L’heure des peuples est arrivée, et les révolutions nationales en Amérique latine sont un fait irréversible... Les révolutions socialistes doivent se produire. Je crois que les paroles ne suffisent pas. Il est nécessaire d’entrer dans l’action révolutionnaire".

22Et Perón encourage d’autant plus à entrer dans l’action révolutionnaire qu’il est bien conscient de la nouvelle mission que s’assigne l’Armée, cela depuis la première conférence des Présidents américains à Panama en 1956 : pour toute l’Amérique latine, singulièrement pour l’Argentine, il s’agit de combattre le communisme. Ce sera la doctrine de la "sécurité intérieure".

  • 5 "Problèmes politiques et sociaux" : "la doctrine péroniste présentée par Perón", déclaration d’octo (...)

23Lors de la réunion de Panama, le président Eisenhower avait, en effet, déclaré : "Etant donné que, dans l’avenir, une guerre internationale est impossible en Amérique latine, les Forces armées conventionnelles, c’est-à-dire l’Armée de Terre, la Marine et l’Aviation ont perdu leurs raisons d’être antérieures. Mais étant donné que le communisme est notre ennemi sur le continent, les Forces armées doivent désormais s’appliquer exclusivement à le combattre" 5

24De fait, le Pentagone organisera, pour les jeunes officiers latino-américains, des cours de formation dans le "Canal Zone", où se trouvent cantonnées les forces des Caraïbes.

25Au temps de l’exil, donc, le fait révolutionnaire est, pour Perón, un catalyseur puissant qui doit permettre de cristalliser la résistance populaire aux dictatures militaires.

26Mais que revienne le Péronisme au pouvoir, l’action révolutionnaire doit mourir de sa belle mort puisqu’elle n’ a plus, selon Perón, de raison d’être.

  • 6 Voir le livre de Confalonieri "Perón contra Perón".

27Voilà pourquoi, au cours de sa longue carrière politique, Perón a souvent paru contredire Perón6.

28Pourtant il n’y a pas eu de contradiction : orientée pour servir ses propres fins, l’habileté de Perón a été prodigieuse. Machiavel devenu Prince, Perón s’est servi de masques, en fonction des circonstances, et selon les besoins du moment.

29Ce qui lui a permis de réaliser quelque chose de jamais vu : l’exercice d’un magistère spirituel en Argentine pendant les dix huit années que dura l’exil.

30Le retour de 1973 couronne une vie. Le Péronisme s’étant avéré incontournable, Perón redevient Président, et les intentions qu’il proclame dépassent alors l’homme par leur grandeur. Pourquoi douter, en effet, qu’il ait voulu consacrer ses derniers moments à la reconstruction de l’Argentine et à son projet de toujours : la communauté organisée.

31Là où Perón n’a jamais varié, c’est dans le jugement qu’il porte sur les siens, les péronistes et, plus généralement, sur ses semblables. Le grand principe qu’il a appliqué avec succès pendant toute sa vie politique a été de ne jamais se compromettre de quelque manière que ce soit.

32En d’autres termes, de cultiver le flou au niveau des déclarations publiques, afin que son label puisse être repris par tous.

33Ces consignes confidentielles qu’il prodigue à John William Cooke en 1957 constituent la clé de sa propre démarche politique :

  • 7 "Correspondencia Perón-Cooke", lettre du 22 juin 1957, tome 1.

"Vous ne devez pas oublier que vous êtes, dans cette fonction, une sorte de Père Eternel, qui doit donner la bénédiction à tous d’une façon identique, et que si vous participez à la lutte frontale des petits clans, vous finirez par perdre l’appui de quelques uns d’entre eux, et cela ne doit pas être. Il faut s’arranger avec tout le monde pour que tous servent à quelque chose, tout est question de trouver la manière" 7

34 Surtout au temps de l’exil, en effet, chacun a alternativement tort et raison.

35Mais Perón va plus loin : il crée les divisions. Lucide, John William Cooke s’en plaignait en novembre de la même année au général :

"Les gens pensent que vous jouez une espèce de jeu en ce que, d’une part, vous m’ordonnez d’unifier et, d’autre part, vous fomentez l’anarchie" .

36On imagine ce que pouvait ressentir Cooke au moment où il écrivait ces lignes, lui, le délégué personnel du général Perón...

37Ainsi, l’amalgame fut vite instauré dans les critères de définition de la loyauté et de la trahison.

38Les meilleurs devinrent les brebis galeuses, les tièdes et les dissidents furent érigés en modèles de dévouement.

39Les choses, pourtant, paraissaient claires : au temps de l’exil, John William Cooke était la pureté absolue, Vandor la fourberie.

40En 1973, cependant, les "traîtres", les "néopéronistes", sont appelés au gouvernement.

41Combien révélateur est ce reproche d’une violence mesurée que Cooke adresse à son "cher général" dans une lettre de janvier 1966 :

  • 8 du nom du leader de la C.G.T., Framini, qui avait collaboré avec l’Armée dès le coup d’Etat de 1955
  • 9 Bramuglia fut ministre de l’Intérieur de Perón, et l’un des premiers partisans du néo-péronisme.
  • 10 "Correspondencia Perón-Cooke", janvier 1966, tome 2, p. 341-342
  • 11 référence au coup d’Etat de septembre 1955 qui renversa Perón.

"Un dirigeant fraministe8 qui a voyagé il y a quelque temps à Madrid a révélé à son retour que vous lui aviez dit à mon sujet : "Le docteur Cooke, qui lit tant de livres, ne les met pas à profit, car maintenant il s’est mis du côté de Vandor..." Comme ce dirigeant n’avait, apparemment, aucun intérêt à inventer une histoire sur mon compte, j’incline à penser que vous avez commenté un fait qu’à l’appui de certaines informations on vous a donné pour certain.
 Eh bien, cela est faux. Et je ne suis même pas sûr qu’on vous l’ait dit de bonne foi, car c’est une déduction que quelqu’un peut avoir tirée de rapports incomplets ou mal analysés.
En tout état de cause, je tiens à ce que ce qui suit soit clair : toute ma correspondance avec vous est axée sur des problèmes que je considère comme capitaux pour notre mouvement et, par conséquent, mes arguments ne serviraient à rien s’ils n’étaient étayés par une ligne de conduite en accord avec eux.
Mes arguments, malheureusement, n’ont aucun effet : vous procédez d’une manière tout à fait différente de ce que je propose, et parfois vous faites tout à fait le contraire. Mais bien que vous soyez insensible à mes arguments, ce que vous me reconnaissez sans doute, c’est que je vous les expose en toute franchise, que je suis clair dans ma démarche et que, lorsqu’il m’arrive de vous écrire, je commence par vous être reconnaissant de ne pas faire avec moi le rusé, de dissimuler des intentions, ou de déguiser des idées. Le même principe gouverne ma conduite politique...
Un affrontement oppose la "loyauté" à la "trahison". Les tenants de la fameuse monstruosité du "péronisme sans Perón", les alliés des Militaires de septembre9, les collaborateurs du plan de Bramuglia10 consistant à livrer le péronisme à ses bourreaux de 1955, se présentent aujourd’hui comme des exemples de "loyauté". Rarement se sont rassemblés tant de lâches, de parjures, de fascistes en mal de rachat, d’habitués des cercles militaires, qui se proclament les parangons de "fidélité à Perón"... Cela équivaut à prostituer les mots et à vouloir confondre les conduites.
Les façonneurs de "loyauté" pourront dire, dans le meilleur des cas, qu’ils sont "obéissants" ou "officialistes". Mais ils ne peuvent invoquer ni orthodoxie ni loyauté. La loyauté est une continuité de conduite, non une déclaration qui coïncide avec la recherche de faveurs politiques" 11

42La réponse arrive quelques semaines plus tard, empreinte d’un rare degré de cynisme : "Les "loyaux" et ceux qui ne le sont pas ne comptent que pour construire, et nous devons manier tout le monde, sinon nous arriverions au but avec très peu.

43 Par ailleurs, il y a deux sortes de loyauté, celle de ceux qui sont loyaux de coeur envers le mouvement, et celle de ceux qui sont loyaux quand il ne leur convient pas d’être déloyaux.

44 Il faut compter avec les deux catégories : en usant des premiers sans réserve, et en utilisant les autres, à condition de les placer dans une situation telle qu’il ne leur convient plus de faire défection.

45 En définitive, il n’y a pas d’hommes bons ou mauvais, mais plutôt tout dépend des circonstances, bien que pour conduire il est toujours préférable de penser que la plupart sont mauvais et fourbes.

  • 12 "Correspondencia Perón-Cooke", lettre du 25 janvier 1966, tome 2, p. 356.

46 Une grande accolade. Juan Perón" 12

47Perón fut d’abord un chef truculent, fantasque, excessif en tout, et pourtant obsédé par l’idée d’ordre, de communauté organisée, d’apaisement.

48Il y eut un Perón rêvant d’une société apollinienne, et imprimant à son mouvement et à son pays un rythme dyonisiaque. Il y eut un Perón célébrant l’unité et l’harmonie, et cultivant les divisions ainsi que l’irrationnel pour mieux dominer les hommes. Il y eut un Perón voulant donner à son pays des institutions stables et adaptées jusqu’à la fin du siècle, et confiant le pouvoir, en définitive, à un aventurier en rupture d’identité.

49Au soir de sa vie, la dualité du personnage parut s’estomper : il fut surtout le Père, le Sage, le philosophe de la cité. Et pourtant, il transmit le pouvoir à une femme qui voulait refaire Evita, mais dont la qualité de veuve et d’élève, la bonne volonté, les larmes, étaient l’unique force.

50Grand mystificateur dans le choix des moyens, Perón eut cependant ses convictions : en politique étrangère, il fut l’un des premiers à incarner la force latente des pays non-alignés .

51En politique intérieure, il sentit la nécessité de mettre en oeuvre une politique de plus grande justice sociale, de redistribution des revenus. Le fameux "aguinaldo" (13° mois de salaire), la politique de la santé, la législation sociale et la "loi Evita" de 1947 accordant le droit de vote aux femmes et leur reconnaissant les mêmes droits que les hommes, la création d’un système de sécurité sociale et de retraites pour les travailleurs de l’industrie, la fixation à cinquante cinq ans de l’âge du départ à la retraite, le lancement de programmes de logements sociaux, la "Déclaration des Droits du Travailleur" (même si elle ne fut que symbolique), tout cela, populisme ou non, reste perçu dans l’inconscient collectif argentin comme une sorte d’âge d’or, comme une revanche de la dignité bafouée.

52L’Economique ne suivit pas.

53Dès 1946, Perón tenta de mettre en place les conditions d’une économie moderne, pour tenter de rompre le cycle de la dépendance, qui est celui d’un pays sous-développé.

54Sachant que la prospérité de l’Argentine, dans les années de l’après-guerre, n’était que conjoncturelle, il entreprit d’industrialiser le pays.

55L’industrialisation, qui aurait permis d’importer moins et de résoudre en partie les distorsions dans les échanges avec les pays riches, devait être financée par les exportations agricoles.

56La conjoncture mondiale qui redevint défavorable à l’économie agro-pastorale de l’Argentine après 1949, les erreurs dans les choix et les priorités, le laxisme dans la gestion, la dérive autoritaire et étatiste du pouvoir, tous ces facteurs eurent raison de ce grand dessein.

57En 1973, Perón tenta, grâce au "Pacte social", de remettre l’économie argentine sur pied, et de permettre au pays un "décollage" sur des bases plus saines.

58Le miracle, car il y eut miracle, dura six mois, encore que l’année entière qu’il passa au pouvoir fut bénéfique pour l’Argentine. Ce Péronisme-là, ce fut sans doute l’impossible défi d’une grandeur argentine.

59Et puis, il y eut l’après-Perón, nouvel avatar en date, le pire, celui du "péronisme deuxième période" qui allait précipiter le défi en fiasco.

60Oui, Perón continuera à susciter les interrogations. Le personnage historique restera probablement suspect au regard des exigences morales que comporte l’exercice suprême du pouvoir.

61S’il faut se hasarder à comparer Perón à un autre chef d’Etat ayant, lui aussi, proposé une philosophie de l’action politique, une antithèse vient à l’esprit : de Gaulle. Au-delà de certains points qui pourraient prêter à confusion, et qui relèvent du pragmatisme dans l’action, chez Perón domine la priorité accordée aux méthodes du pouvoir, au détriment de l’éthique. Chez de Gaulle dominent la force de caractère et l’intégrité morale, mises au service de l’intérêt national.

62Chez Perón, la politique est l’art d’organiser, d’encadrer, de durer. Chez de Gaulle, elle est l’art du vouloir tendu vers la réalisation du destin collectif.

63Le Péronisme, en tout cas, reste l’" oiseau de notre sang”, accompagnant et forçant le destin d’une Argentine épuisée de tant de chaos et de recréations.

64Après Evita-Perón-Isabelita, le retable des merveilles trouvera-t-il une place pour une nouvelle figure maîtresse ?

65Cette figure, puisant dans le Péronisme ce qu’il eut de meilleur et de juste, saura-t-elle "dépasser" Perón ?

66Car cette légende-là, tirée de l’admirable sacrifice d’Evita, ne se brise pas.

67Or, qu’y a-t-il de mieux qu’une légende, comme source de Pouvoir ?

Notes

1 Le G.O.U. : cette structure a l’ambition d’être l’inspiratrice de la future doctrine de l’Armée argentine, lorsqu’on 1943 le général Rawson devient chef d’Etat.

2 "Je vous ai donné, écrit Perón à Caracas dans une lettre du 3 novembre 1956 adressée à J.W. Cooke, une organisation, une doctrine et une mystique. Je vous ai préparé à lutter contre la réaction et je vous ai laissé l’exemple de ce qu’il faut faire pour réaliser les grandes réformes".
Dès 1943, lorsqu’il avait pris la responsabilité du Département du Travail, Perón avait demandé la collaboration de José Figuerola, un Espagnol qui avait participé, à l’époque de la "dictablanda" ("dictamolle") du général Primo de Rivera, à la construction de l’Etat corporatiste espagnol.

3 Cette orientation "progressiste" avait été fortement influencée, à partir de 1944, par Eva Duarte, qui allait devenir sa deuxième épouse. Celle-ci, au cours de ses dures années passées dans les milieux artistiques de Buenos Aires, s’était très vite sentie en symbiose avec les thèmes "trotskistes" que développaient alors, avec succès, certains syndicats dans le monde du travail.

4 Bulletin du Cedetim, numéro spécial consacré à l’Argentine.

5 "Problèmes politiques et sociaux" : "la doctrine péroniste présentée par Perón", déclaration d’octobre 1973 devant une délégation de soixante membres du Mouvement des prêtres pour le Tiers Monde (La Documentation Française).

6 Voir le livre de Confalonieri "Perón contra Perón".

7 "Correspondencia Perón-Cooke", lettre du 22 juin 1957, tome 1.

8 du nom du leader de la C.G.T., Framini, qui avait collaboré avec l’Armée dès le coup d’Etat de 1955.

9 Bramuglia fut ministre de l’Intérieur de Perón, et l’un des premiers partisans du néo-péronisme.

10 "Correspondencia Perón-Cooke", janvier 1966, tome 2, p. 341-342

11 référence au coup d’Etat de septembre 1955 qui renversa Perón.

12 "Correspondencia Perón-Cooke", lettre du 25 janvier 1966, tome 2, p. 356.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search