Version classiqueVersion mobile

Le péronisme

 | 
Gérard Guillerm

Deuxième partie. Le retour

– VIII – Le couple restauré

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La démission de Héctor Cámpora constitue le point culminant de cette volcanique année 1973 marquée du signe de la libération : libération politique et libération des esprits.

Lorsque le "Tío" a été élu au mois de mars, le pays a eu soudain conscience que la victoire, c’était la victoire de la démocratie, et donc sa victoire.

Le régime militaire était celui d’une occupation du pouvoir devenue définitive. Ce régime de dictature avait provoqué, chez les Argentins, une maladie de langueur, entrecoupée de violentes et fugitives convulsions (Cordobazo, terrorisme...).

Lorsque l’incroyable se produit -un péroniste qui accède à la magistrature suprême-, alors se déclenche le signal de la fête compensatoire. Celle-ci, contagieuse et effrénée, est, pour tous ceux qui la font et pour tous ceux qui l’applaudissent, une véritable catharsis du renouveau. A ce titre, l’intermède camporiste, aux yeux du général Perón, constituait en quelque sorte l’inévitable "Argentinazo" ("le coup des Argentins") qu...

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search