Version classiqueVersion mobile

Le péronisme

 | 
Gérard Guillerm

Deuxième partie. Le retour

– VII – La sanction

Texte intégral

1Le conflit qui a éclaté entre la droite et la gauche péronistes s’exprime, on l’a vu, de plus en plus violemment au sein des instances du mouvement.

2Dès la première réunion du bloc fréjuliste, c’est l’affrontement entre les parlementaires représentant la C.G.T. et les "62 Organisations", et ceux représentant la "Jeunesse Péroniste" ainsi que quelques "gremios" (syndicats) combatifs. Ces derniers, députés de "gauche", sont au nombre d’une quinzaine, et siègent sur le dernier banc de la Chambre pour bien marquer leur identité.

3Les parlementaires cégétistes dirigent une fronde larvée contre le ministre de l’Intérieur Righi, et certains vont même, déjà, tel le député Rodolfo Juvencio Arce, jusqu’à mettre en cause l’existence du gouvernement du "Tío".

4En réaction, les parlementaires péronistes de gauche réclament la radiation du député Arce, et voient leur demande rejetée.

Désormais, les antagonismes se sont irrémédiablement fixés au sein du "Péronisme seconde période". Chaque camp, en effet, a polarisé la somme des contradictions et du Péronisme et de la vie politique argentine depuis les années 1950.

5Cette antinomie rédhibitoire trouvera sa tragique expression le 20 juin, à l’aéroport d’Ezeiza, lors du retour définitif du général Perón en Argentine.

6Les causes de la "tuerie d’Ezeiza" ont fait l’objet d’ardentes controverses. Que s’est-il exactement passé ?

7Depuis le début de la campagne électorale, les Argentins attendaient, avec à la fois beaucoup d’impatience et de perplexité, le retour de Perón au pays.

8 Cámpora avait avancé plusieurs dates. Perón n’était toujours pas là.

9Lorsqu’enfin est annoncée la date "certaine" du 20 juin, tout le pays se prépare à accueillir, cette fois sans entrave, le grand Timonier de la libération nationale.

10Le gouvernement a décidé que, pour la circonstance, une partie des transports publics seraient gratuits. De la lointaine province de Jujuy, au nord, jusqu’au fin fond de la Patagonie, les masses affluent vers l’aéroport international d’Ezeiza, situé à une cinquantaine de kilomètres de Buenos Aires, où devra se produire la rencontre historique, après dix huit ans d’absence, du "Líder" et de son peuple.

11Déjà depuis plusieurs jours une foule considérable campe dans le voisinage de l’aéroport. Il a fallu installer de toute urgence des canalisations pour la distribution d’eau potable, monter des abris de fortune, organiser un système d’approvisionnement.

12A la tête de la commission d’organisation du retour se trouvent le colonel Osinde (conseiller militaire de Perón), le général Iñiguez, nouvellement nommé chef de la police, ainsi que le désormais tout puissant ministre du Bien-Etre social, López Rega.

13Le ministre de l’Intérieur, ainsi condamné de façon implicite, n’a aucun rôle à jouer dans la commission d’organisation, ce qui, lorsqu’on occupe cette fonction, est pour le moins surprenant.

14Une tribune officielle a été dressée sur un pont qui surplombe l’autoroute. Au-dessus, se dresse un immense échafaudage de tiges d’acier sur lesquelles sont fixés les trois portraits qui vont constituer le grand retable péroniste : Evita-Perón-Isabelita.

15Le service d’ordre de la C.G.T., l’arme à la main, occupe la tribune.

16Or, voici que depuis des heures et des heures, dans une difficile progression, des colonnes interminables y convergent.

17La C.G.T. espère bien que celles qu’elle contrôle parviendront à se placer à ce point stratégique qu’est la tribune où Perón doit prononcer son discours d’arrivée.

18Mais les services du colonel Osinde savent déjà que la grande majorité des colonnes représente la gauche péroniste, et que les Far-Montoneros ne se laisseront pas intimider.

19Ce jour-là, à Ezeiza, c’est, en effet, le Péronisme tout entier qui s’est "rassemblé" dans ses composantes les plus disparates, chacune entendant prouver au "Líder" sa supériorité numérique. Et ce sera, de fait, dans cette lutte grégaire pour occuper les meilleures loges, la loi du nombre qui tranchera. Dans cette mer humaine, une armée progresse de manière décisive, l’autre est acculée à la défensive.

20Lorsque les colonnes gigantesques des Far-Montoneros parviennent aux abords de l’aire où est située la tribune, c’est l’affolement sur le "palco" (l’estrade), d’où partent quelques coups de feu.

  • 1 On aurait également entendu, selon divers témoignages, des ordres donnés en français. Certains ont (...)

21Le service d’ordre des "formations spéciales" de gauche est également armé. Eclate alors une fusillade. On entend le crépitement d’armes automatiques1.

  • 2 "El Descamisado", n° 7, 3 juillet 1973.

22Et c’est la panique, dans une foule estimée à deux millions de personnes, la plus grande concentration jamais réalisée par le Péronisme ! Les membres du service d’ordre de la C.G.T., qui tiennent encore le "palco", ont pour consigne d’emmener le plus possible de militants des groupes Jeunesse pris les armes à la main à l’hôtel de l’aéroport. Beaucoup d’entre eux y seront torturés. D’autres, ainsi que le démontrent les photos publiées par le journal "El Descamisado" 2, sont pendus par leur ceinture aux poutrelles de la tribune officielle.

  • 3 Voir annexe N° 2 "Ezeiza ou le retour de Perón" page 194. C’est le Vice-Président Solano Lima, rest (...)

23Perón est informé en vol que des "incidents" sanglants sont en train de se produire à Ezeiza. Son avion change de cap, et atterrit à la base militaire de Morón...3.

24Jusqu’alors la droite péroniste avait mené son offensive dans la pénombre, propice aux arcanes des antichambres de la C.G.T. et du ministère du Bien-Etre social. A Ezeiza, elle recourt à l’attaque frontale. Le Péronisme, ce "géant invertébré et myope" dont parlait John William Cooke, s’est alors cassé pour atteindre un point de non-retour. Ezeiza fut le signe que désormais une certaine gauche péroniste était contrainte, soit de se soumettre, soit d’entrer en dissidence.

  • 4 "La Nación", 21 juin

25C’est un Perón envahi par la lassitude qui, le soir même, sur les écrans de télévision, d’une voix sourde, entrecoupée de quintes de toux, tente de se faire pardonner son rendez-vous manqué "Je ne sais pas comment l’interpréter, dit-il, mais un certain destin m’a conduit aujourd’hui à Buenos Aires après dix huit ans de bannissement, avec l’intention de donner une accolade symbolique, du plus profond de mon coeur, au peuple argentin, et une conjonction de facteurs m’a empêché de le faire. D’abord, parce que nous sommes partis un peu tard de Madrid, contraints par la nécessité du protocole espagnol, ce qui nous a fait perdre une heure de voyage. Or, aujourd’hui, 20 juin, c’est le jour le plus court de l’année. Nous avons fait un voyage normal, mais nous sommes arrivés un peu tard. Lorsque nous nous approchions de l’aéroport d’Ezeiza, la nouvelle nous est parvenue qu’on avait envahi les pistes, et qu’il était dangereux d’y atterrir, car on pouvait causer des dommages à la foule qui occupait la piste. Cela nous obligea à dévier vers l’aéroport de Morón, et quand nous y arrivâmes, le soleil se couchait déjà à l’horizon. Quelque intention que nous ayons eue de nous déplacer de nouveau vers Ezeiza, où par ailleurs venaient de se produire quelques désordres autour de la zone où devait se réaliser le rassemblement, aurait été vouée à l’échec. Je me suis senti obligé d’éviter de nouveaux désordres. Je n’ai pas voulu que se réalise un rassemblement de nuit, dans un endroit aussi sombre que l’aéroport..."4

26Dès le lendemain, dans un grand discours télévisé, le général Perón adopte un ton offensif, véhément, qui contraste d’autant avec celui du Président Cámpora : "J’arrive presque désincarné. Rien ne peut perturber mon esprit car je reviens sans rancoeur ni passion... Je demande seulement aux Argentins d’avoir foi dans le gouvernement justicialiste, car celui-ci doit être le point de départ pour la longue marche que nous commençons... Le mouvement justicialiste, uni à toutes les forces politiques, sociales, économiques et militaires qui voudront bien l’accompagner dans sa croisade de libération et de reconstruction du pays, jouera son destin dans le cadre de l’échelle des valeurs établies : d’abord la Patrie, ensuite le Mouvement, enfin les hommes...

27 Il faut revenir à l’ordre légal et constitutionnel, comme unique garantie de liberté et de justice. Dans la fonction publique, il ne doit y avoir aucune chasse-gardée de quelque nature que ce soit, et celui qui acceptera la responsabilité devra exiger l’autorité dont il a besoin.

28 Chaque Argentin, quels que soient ses sentiments et ses convictions, a le droit inaliénable de vivre en sécurité et en paix. Le gouvernement a l’obligation imprescriptible d’assurer ce droit.

29 Celui qui détournera ce principe de la convivialité, quelles que soient ses attaches politiques, sera l’ennemi commun que nous combattrons sans trêve, car rien ne peut se faire dans l’anarchie que la faiblesse engendre, ou dans la lutte que l’intolérance déchaîne.

30 Je connais parfaitement ce qui se passe dans le pays. Ceux qui croient le contraire se trompent ! Nous sommes en train de vivre les conséquences d’une guerre civile qui, bien que se déroulant dans l’ombre, n’en a pas moins pour autant cessé d’exister...

31 Nous, nous sommes des justicialistes. Nous levons un drapeau qui est aussi éloigné de l’un et l’autre des impérialismes dominants. Ce n’est pas en criant "La vie pour Perón !" qu’on fait la Patrie, mais en maintenant le credo pour lequel nous luttons.

32 Nous, les vieux péronistes, nous le savons.

33 Nos "muchachos" ne l’ignorent pas non plus, eux qui brandissent des drapeaux révolutionnaires. Ceux qui prétextent l’inconfessable tout en cachant leurs desseins obscurs sous des cris fallacieux, ou se livrent à des combats insensés, ne peuvent tromper personne. Ceux qui ne partagent pas nos prémisses, s’ils se subordonnent au verdict des urnes, ont un chemin honnête à suivre dans la lutte qui doit être menée pour le bien et la grandeur de la Patrie, non pour son malheur...

34 C’est pourquoi, je veux avertir ceux qui tentent de s’infiltrer dans les structures gouvernementales et étatiques qu’ils font fausse route...

  • 5 "La Nación", 22 juin 1973.

35 Je veux offrir mes dernières années de vie pour un but qui est mon unique ambition. J’ai seulement besoin que les Argentins le croient et nous aident à l’accomplir. Une grande et chaleureuse accolade à tous mes compagnons, et un salut affectueux et plein de respect pour le reste des Argentins" 5.

36Ce discours solennel, prononcé à la hussarde, est celui d’un homme d’ordre, soucieux de stopper net le processus d’infiltration qui, lui a-t-on assuré, affecte et défigure son Mouvement. C’est le discours d’un chef qui entend affirmer une fois pour toutes l’autorité de l’Etat.

37Le général Perón a enlevé le masque : puisque le pouvoir a été reconquis, le "gauchisme", désormais, est devenu non seulement inutile mais nuisible. Dans l’Argentine nouvelle, il n’a plus droit de cité.

Ces propos laissent présager de profonds changements à la tête du pouvoir. Du reste, les personnalités qui, pendant le discours télévisé, entourent le général, constituent le tableau fidèle des futurs maîtres de l’Argentine. A part le Président Cámpora, qui semble particulièrement mal à l’aise, figurent, à la gauche de son époux, Isabelita, toute menue et aux aguets ; à peine en retrait, López Rega, ministre du Bien-Etre social, flanqué de Raúl Lastiri, son gendre, qui est Président de la Chambre des Députés. Où donc est le Vice-Président Solano Lima ? Où donc est le ministre de l’Intérieur Righi ? Où donc est le Président du Sénat, troisième personnage de l’Etat qui, selon la Constitution, est chargé d’assurer l’intérim présidentiel en cas d’empêchement du Président et du Vice-Président ?

38Les jours du gouvernement de Héctor Cámpora sont comptés.

39 Les grandes manoeuvres, visant à l’acculer à la démission, sont essentiellement organisées par López Rega et José Rucci, le Secrétaire général de la C.G.T., appuyés par l’Armée, avec un souci de précision qui laisse rêveur. Convaincue que le gouvernement camporiste, s’il se prolonge, constitue le détonateur d’une situation pré-révolutionnaire qui deviendra rapidement incontrôlable, cette tendance proclame désormais ouvertement son but : remettre au plus tôt tout le pouvoir à Perón.

40L’essentiel est déjà fait : le gouvernement du "Tío", taxé d’irresponsabilité et d’impéritie, est discrédité aux yeux du général. Reste à persuader le "Viejo" d’accepter un nouveau "sacrifice" dans l’intérêt de la nation.

41Perón et Cámpora sont en relation constante depuis le 20 juin, jour de l’arrivée du général. Le "Tío", tout Président qu’il est, se déplace presque chaque soir de la Casa Rosada pour aller rendre visite au général qui habite une villa de la banlieue de la capitale, à Vicente López, rue Gaspar Campos.

42A chaque fois, l’occasion est bonne pour tancer le vieux compagnon pour son manque de fermeté. Mais, alors qu’à Madrid Cámpora ne cessait d’offrir sa démission à Perón, il semble que cette fois le "Tío", conseillé sans doute par son entourage, souhaitait voir son expérience à la tête de l’Etat se prolonger encore quelque temps.

43En fait, il est vraisemblable que rien n’avait été précisément convenu entre les deux hommes...

44Dans de telles conditions, la manoeuvre, pour qu’elle réussisse, ne pouvait être interprétée que comme une sanction. Celle-ci s’articule autour de deux axes.

  • 6 "La Nación", 13 juillet 1973

45Premier axe : préparer le climat psychologique, en lançant, avec une spontanéité fictive, l’idée de la démission de Cámpora. Le rôle en incombe au vice-gouverneur de la province de Corrientes, Victor Calabró. Le 13 juillet, Calabró, qui est l’homme-clé du "gremio" métallurgiste de la C.G.T. propose "qu’étant donné que Perón se trouve au pays, le gouvernement devrait lui être transféré" 6.

46Pense-t-il à une simple substitution de titulaire, sans élection ?

Mais un député justicialiste franchit, lui, carrément le pas : Rodolfo Juvencio Arce demande tout simplement que des poursuites soient engagées contre le ministre de l’Intérieur Righi, et... contre le Président Cámpora en personne.

47Deuxième axe : organiser l’appui logistique pour assurer le succès de la manoeuvre. José Rucci envisage une mobilisation des masses afin de "rééditer le 17 octobre". La C.G.T., hélàs, a plus de mal à mobiliser les foules que la "Jeunesse Péroniste", surtout s’il s’agit d’aller contre le "Tío". Toutefois, à peine la proposition de Calabró est-elle rendue publique, José Rucci fait diriger vers la rue Gaspar Campos sept autocars remplis de militants, avec ordre de passer plusieurs fois devant la résidence du général, afin de lui faire entendre le slogan selon lequel "le peuple veut Perón au pouvoir".

48Sur le plan institutionnel, López Rega a pris ses précautions : la démission de Cámpora (celle de son colistier Solano Lima devant en résulter) provoquera, jusqu’aux nouvelles élections présidentielles, une vacance du pouvoir. Selon la loi constitutionnelle qui régit le principe de l’acéphalie, c’est le Président du Sénat qui, en la circonstance, assume l’intérim. Et si le Président du Sénat en est incapable, alors c’est le Président de la Chambre des députés.

49Or, depuis quelques jours, le Président du Sénat, Díaz Bialet, a été chargé, bien curieusement, d’une mission à l’étranger : celle de participer à la conférence du Tiers Monde à Alger. Et il se trouve que le Président de la Chambre des députés, Raúl Lastiri, n’est autre que le propre gendre de López Rega...

50Dès lors, avec la bénédiction de l’Armée et de son nouveau commandant en chef, le général Carcagno, les jeux sont faits : le 12 juillet, Cámpora et Solano Lima donnent leurs démissions, et quittent le pouvoir comme des fugitifs.

  • 7 "La Nación", 16 juillet 1973.

51Raúl Lastiri devient Président de la République jusqu’aux nouvelles élections. Le "Tío", dans le discours qu’il prononce devant les parlementaires, a cette phrase, lourde de sens : "Je dénie à quiconque le droit de s’attribuer l’honneur, ou la satisfaction, ou la mesquinerie, de m’avoir indiqué une ligne de conduite" 7.

  • 8 Salvador Allende est alors Président au Chili.

52Perón s’est fait douce violence. Il aurait pu laisser pourrir encore davantage la situation. Car le régime camporiste n’était pas viable. Il présentait, à cette phase du processus, toutes les caractéristiques du syndrome chilien8.

53Cámpora servit donc de charnière. Lui qui, lors de la chute de Perón, avait promis à Dieu de ne plus se mêler de politique, devait garder de sa Présidence un cuisant souvenir.

54Cámpora le fidèle, devenu Président des Argentins, faillit se retrouver au ban des traîtres, des félons et des parjures. Après sa démission, il obtint comme prix de loyauté une double expulsion : celle du territoire national, pour une ambassade à Mexico, et celle, plus douloureuse, en 1975, des listes du parti justicialiste.

55Simple soldat de la dure cause péroniste, il crut tellement à la grandeur de sa mission, qu’il finit par être grand.

Notes

1 On aurait également entendu, selon divers témoignages, des ordres donnés en français. Certains ont soutenu que ces ordres émanaient d’anciens O.A.S. recrutés dans le service d’ordre de la C.G.T. On sait, en effet, qu’après la guerre d’Algérie, nombre d’anciens O.A.S. trouvèrent refuge en Amérique latine, notamment en Argentine. Ainsi, l’ancien colonel Gardes et le civil Chiappe. Ce dernier, ayant été condamné pour trafic de drogue, avait été libéré le 25 mai, grâce à l’amnistie, de la prison de Villa Devoto. Ezeiza aura, en tout cas, fourni l’occasion à un certain gangstérisme syndical de se manifester... Les Montoneros useront (et abuseront) de ce thème dans leur propagande.

2 "El Descamisado", n° 7, 3 juillet 1973.

3 Voir annexe N° 2 "Ezeiza ou le retour de Perón" page 194. C’est le Vice-Président Solano Lima, resté à Buenos Aires, qui a "ordonné" que l’avion de Perón se pose à Morón en raison du "danger" que représentait l’aéroport d’Ezeiza.

4 "La Nación", 21 juin

5 "La Nación", 22 juin 1973.

6 "La Nación", 13 juillet 1973

7 "La Nación", 16 juillet 1973.

8 Salvador Allende est alors Président au Chili.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search