Version classiqueVersion mobile

Le péronisme

 | 
Gérard Guillerm

Deuxième partie. Le retour

– VI – La grande fête camporiste

Texte intégral

1Il faut avoir vécu en Argentine à cette époque pour imaginer ce qu’a pu représenter l’intermède de la Présidence d’Héctor Cámpora.

  • 1 cabezas negras : "têtes noires", fils d’anciens ruraux (souvent peones), venus à Buenos Aires pour (...)

2Malgré l’approche de l’hiver austral, en ces soirs de juin-juillet 1973, la Plaza de Mayo, qui s’étend face à la Maison Rose, palais du gouvernement, est régulièrement envahie par une foule compacte et fébrile. Lorsqu’on s’y fraye un passage, on ne peut manquer d’être frappé par son extrême jeunesse : il y a là, pêle-mêle, militants de la "Jeunesse Péroniste", Montoneros, simples "cabezas ne gras" 1 qui, à l’affût des voitures officielles, espèrent entrevoir et acclamer le "Tío". Buenos Aires est en fièvre : cela va durer quarante cinq jours.

3Les passions, trop longtemps contenues, éclatent soudain, comme enflammées par la magie de ces deux syllabes inlassablement scandées : "Pe-rón !".

4Sur la grande place aux palmiers, se dérouleront chaque jour des manifestations, pour la plupart spontanées. L’ivresse est dans la rue, bruyamment appuyée par des hauts-parleurs qui, depuis la façade de la Maison de la Terre de Feu, à moins de cinquante mètres de la Casa Rosada, diffusent discours historiques du "Líder" et marches péronistes. Buenos Aires revit, intensément et en raccourci, au rythme échevelé du Péronisme héroïque des années 1950.

  • 2 Pocho : Marcel Niedergang, dans "Les vingt Amériques latines", en donne l’interprétation suivante : (...)

5Certes, beaucoup d’esprits libres observent, non sans lucidité, le défoulement collectif. Aux fenêtres des édifices publics qui encadrent la place, on peut entendre quelques commentaires acides : "ce grotesque carnaval argentin...", "la clique va revenir...", "Cámpora n’est qu’un mannequin, et Pocho2 tire les ficelles..." Ceux-là sont fonctionnaires, et ont l’âge et l’assise suffisants pour se souvenir avec quelque cruauté du Péronisme première époque, et en parler ainsi.

6Mais enfin, l’Argentine de 1973 est largement péroniste et, de partout, on s’engouffre avec délice dans la grande fête camporiste.

7La liste des membres du gouvernement vient d’être divulguée : José Gelbard, ancien patron de la "Confédération Générale Economique" (C.G.E.) est à l’Economie ; Otero, représentant de la C.G.T., est au Travail ; López Rega, secrétaire particulier de Perón, au Bien-Etre social. La gauche péroniste revendique deux ministres, amis personnels de Cámpora : Righi, à l’Intérieur, et Puig, aux Affaires Etrangères. Perón n’a imposé que deux ministres : Gelbard et López Rega.

8Le Président Cámpora s’est entouré d’hommes brillants. Ce brain trust sera connu sous le nom de groupe des jeunes avocats. "Un entourage de valeur, avait dit Cámpora, compensera mes propres insuffisances".

9L’intronisation de Cámpora est l’occasion pour la gauche péroniste de lancer la grande fête "révolutionnaire" à laquelle Perón, qui s’obstine à rester à Madrid, ne participe pas. A cette occasion, la gauche péroniste, y compris les représentants des "formations spéciales" (Far-Montoneros), ont réussi à s’introduire dans la Casa Rosada.

  • 3 "La Nación", 26 mai 1973.

10Voyons la relation des événements faite par le journal "La Nación" 3 : "A 13h37, entrèrent dans le Salon blanc le lieutenant général Lanusse, en grand uniforme, et le Président de la République (H. Cámpora). Avec beaucoup de peine, en raison de la grande quantité de personnes qui remplissaient la salle, ils montèrent sur l’estrade. Là, le Président, très ému, embrassa son épouse. Le général Lanusse salua le Président provisoire du Sénat, le dcteur Díaz Bialet. Les assistants crièrent : "Vive Cámpora, Pe-rón, Pe-rón !..."

Le Secrétaire général du gouvernement, le docteur Jorge E. Garrido, lut l’acte de transmission de l’exercice du pouvoir exécutif de la Nation au docteur Cámpora. Un silence total régnait dans l’assemblée. Le docteur Garrido annonça que les commandants en chef de la Marine et de l’Aviation placeraient au docteur Cámpora l’écharpe présidentielle. Ce que firent l’Amiral Coda et le brigadier Rey. Ensuite le Lieutenant Général Lanusse remit au Président le bâton de commandement. Cámpora et Lanusse échangèrent une longue poignée de mains, tandis que les assistants faisaient retentir des applaudissements nourris. Les mains levées, les doigts en forme de V, la foule se mit à entonner la marche péroniste. Pendant ce temps, Lanusse signait l’acte, puis Cámpora, Solano Lima, Rey et Coda. D’autres slogans furent alors lancés : "Cámpora et Perón, un seul coeur !", "Argentine !, Argentine !, Argentine !", "On sent, on sent, qu’Evita est présente !".

11 L’acte fut ensuite signé par les Présidents du Chili et de Cuba. Peu après, l’hymne national fut chanté par tous les assistants...

12 La cérémonie terminée, le général Lanusse salua l’épouse du Président, et quelques instants plus tard les protagonistes de la transmission du mandat se dirigèrent dans une autre enceinte de la Présidence. L’estrade fut alors occupée par une partie du public, et les slogans se répétèrent pendant une bonne demi-heure : "Si Evita vivait, elle serait Montonera !", "Perón-Evita, la patrie socialiste !", "Ni Yankees, ni fascistes, péronistes !". Quand le président de la Nation, le docteur Cámpora, prit congé à la porte de l’ascenseur de la Maison du Gouvernement du Président de la Junte des Commandants, le Lieutenant Général Lanusse, on surprit le dialogue suivant : Cámpora : "Je vous félicite, général, pour votre fair-play ("caballerosidad") ; Lanusse : "le peuple le mérite, et c’est vous que le peuple a élu". Tous deux se serrèrent la main".

  • 4 L"’ERP du 22 août", par opposition à l’"ERP -El Combatiente", ne croit pas à la lutte armée pour hâ (...)

13Au-delà de l’aspect purement anecdotique de cette cérémonie, il faut savoir qu’une véritable mer humaine, où flottaient les bannières des Far-Montoneros et de l’"E.R.P. du 22 août" 4 entourait la Casa Rosada, sifflait copieusement les Militaires, s’attaquant à la voiture d’un évêque, interdisant le passage à William Rogers, Secrétaire d’Etat des Etats Unis, ainsi qu’au Président-dictateur uruguayen Bordaberry. En revanche, le Président cubain Dórticos, ainsi que le Président chilien Salvador Allende sont follement acclamés. Ce sont ces derniers – est-ce un symbole ?– qui contresigneront l’acte officiel.

14La prestation de serment du ministre des Affaires Etrangères, Puig, avait également été, pour la gauche péroniste, l’occasion de se manifester.

15 Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette cérémonie, elle aussi, s’était caractérisée par un changement de style assez spectaculaire.

16Déjà la "Jeunesse Péroniste" avait fait prévaloir le principe selon lequel, au sein du prochain gouvernement, l’usage des mondanités, urbanités et autres civilités, signes d’une époque révolue, serait totalement banni. Pouvait-on, estimaient les jeunes péronistes, trouver là meilleure occasion de le manifester crûment à cette société protocolaire, parfait échantillon de la société d’ancien régime qui, lors des prestations de serment des nouveaux ministres, se croyait obligée d’assister à ses propres funérailles ?

  • 5 Jorge Vásquez deviendra en fait l’âme du ministère des Affaires Etrangères. Sa nomination au rang d (...)

17Il y a là, outre le ministre Puig, réputé pour ses liens avec la "Jeunesse Péroniste", Jorge Vásquez, sous-secrétaire d’Etat aux Affaires Etrangères (ce qui le place au plan hiérarchique immédiatement après le ministre)5, avec son groupe de militants de la J.P.. Au moment de la prestation, ils se mettent à entonner la marche péroniste à la place de l’hymne national, et déclenchent un vacarme de tous les diables où les slogans péronistes se mêlent confusément aux pires injures dont est abreuvé le très stoïque parterre de l’ancien gouvernement qui leur fait face. Le "clou" du spectacle est atteint lorsqu’ils lancent soudain le mot d’ordre : "El que no salta es un gorilón !" ("celui qui ne saute pas est un sale "gorille"). Et les "gauchistes" de se mettre à sauter comme des cabris endiablés. L’on verra alors de très dignes personnalités du régime militaire qui, pour échapper à la suprême injure, entameront, la rage au coeur, les sauts recommandés par les trublions hilares.

  • 6 Rappelons que le "cordobazo" (le "coup de Córdoba") fut le soulèvement étudiant-ouvrier du 29 mai 1 (...)

18Un pays qui vient d’entrer dans la première phase de la révolution sous l’impulsion de ses nouveaux dirigeants, telle est l’image que se fait de l’Argentine le Président cubain Dórticos lorsque, après avoir participé à l’enthousiasme populaire le jour de l’intronisation de Héctor Cámpora, il arrive à Córdoba le 29 mai, pour commémorer le souvenir de l’insurrection du "cordobazo" 6.

19Toute l’Argentine "révolutionnaire" est là : le vice-gouverneur Atilio López (gauche péroniste), le dirigeant Montonero René Bustos, le dirigeant de l’E.R.P Paul Mena, des représentants des "Forces Armées Péronistes" (F.A.P.), le Secrétaire général de la C.G.T. locale, Agustín Tosco (qui est un dirigeant cégétiste de gauche).

20 Tous, dans leurs discours, célèbrent la "victoire du peuple" . Apparemment égarés dans cette galère, les représentants des "62 Organisations", qui constituent la tendance "politique" de la C.G.T., se font copieusement siffler.

21Comment, en effet, ne pas être convaincu, comme l’est le Président cubain, que désormais le destin de l’Argentine, c’est d’être socialiste ?

22Mais des événements plus graves constituent pour Cámpora, sitôt entré en fonction, un sujet de préoccupation dans la mesure même où ils mettent directement à l’épreuve l’autorité des nouveaux Pouvoirs constitués.

23Une série de débordements, conséquence logique de l’image permissive que beaucoup d’Argentins, d’une façon quasi automatique, se font d’un "gouvernement du peuple pour le peuple", va fournir dès le 25 mai aux partisans de l’ordre les éléments du réquisitoire qui fera condamner sans appel le gouvernement du "Tío".

24Déjà la journée triomphale du 25 mai, jour de l’intronisation, ne s’était pas produite sans incidents : incendies de voitures, rixes sur la voie publique, à tel point que, du Congrès, le "Tío" avait dû faire lire illico un message d’exhortation au calme à ses plus turbulents partisans.

25Mais surtout, les prisonniers politiques de la prison de Villa Devoto venaient dêtre libérés par trois mille personnes... Abal Medina, le Secrétaire général du mouvement, avait été dépêché sur les lieux pour demander aux manifestants de se retirer, après leur avoir assuré que le ministère de l’Intérieur se préparait à procéder à l’élargissement de tous les détenus politiques. En vain... Le nouveau pouvoir exécutif ne peut qu’avaliser le fait accompli, donnant ainsi l’impression que la décision lui a été arrachée. C’est ainsi que le 26 mai, à la suite de l’amnistie, 371 nouveaux prisonniers politiques sont libérés.

26Autre événement insolite, c’est la conférence de presse donnée par les chefs des organisations de guérilla devant cinq journalistes, le 8 juin 1973. L’"Armée Révolutionnaire du Peuple" (E.R.P.) qui vient de libérer le commandant Alemán est là, à visage découvert, en la personne de ses dirigeants Santucho et Gorriarán. Les Far-Montoneros, également présents avec Roberto Quieto et Mario Firmenich, appellent à une mobilisation populaire en faveur du gouvernement.

27Il était à présumer que les structures mêmes de l’Etat, dans un tel contexte, seraient elles aussi touchées par ce grand chambardement. C’est ce qui se produisit, mais avec une intensité qui dépassa tout ce qu’on peut imaginer.

28Ce sont d’abord quelques vagues occupations, bénignes tant qu’elles restent isolées, qui se produisent au Conicet (Conseil National de Recherches Scientifiques et Techniques), et dans différents établissements d’enseignement.

29Le scénario est classique : une partie du personnel, appuyé par les secteurs radicalisés de la "Jeunesse Péroniste" et des "formations spéciales" d’obédience péroniste, prend le contrôle de l’établissement jusqu’à ce que leur "proposition" de nomination d’un nouveau directeur (connu pour sa tendance péroniste de gauche) ait été ratifiée par le nouveau pouvoir.

30Ce phénomène ne manque pas de provoquer la réplique des péronistes de droite liés à la C.G.T., lesquels organisent, eux aussi, leurs propres occupations, ainsi que le démontre l’action des bandes armées du député Brito Lima.

31Mais la boule de neige est déjà avalanche lorsque l’exécutif se rend compte de la gravité de la situation.

32Partout des commandos d’occupation passent à l’action : différentes radios de province sont bientôt aux mains de ce qui est euphémiquement appelé les "éléments incontrôlés", et sont utilisées à des fins de prosélytisme révolutionnaire.

33Le ministère de la Culture et de l’Education est occupé par des manifestants opposés à la désignation de Ignacio B. Anzoategui comme "sous-secrétaire".

34Au ministère des Travaux et Services Publics, le sous-secrétaire Zubiri, à qui il est reproché son ancienne collaboration avec les gouvernements qui ont "bradé" l’Argentine ("gobiernos entreguistas"), démissionne sous la pression du groupe "Loyauté à Perón". Le port de Rosario est occupé, de même que les hôpitaux à Santa Fe, les services publics de l’électricité, le Théâtre municipal, des universités du grand Buenos Aires, jusque des... cimetières. A la direction des chemins de fer, des coups de feu sont échangés...

35Ces assauts anarchiques ont tôt fait de submerger l’appareil administratif de l’Etat. Le 14 juin, les occupations atteignent le record de cent quatre vingt cas, soixante six dans la capitale, et cent quatorze dans le reste du pays.

36Le ministre de l’Intérieur, Righi, qui représente lui-même le courant de la "Jeunesse Péroniste", est acculé à un cruel dilemme : faire ou non intervenir la force publique. Le faire, c’est trahir les siens, et se placer du même coup dans le camp de la "réaction".

  • 7 "La Nación", 4 juillet 1973.

37Imputant la responsabilité des occupations à la réaction "impérialiste", il nie l’évidence, et commet du même coup une erreur tactique, aisément exploitée par ses adversaires. Ses états d’âme, qui le paralysent, sont interprétés comme un signe patent de faiblesse et d’incompétence. Pour tenter de se justifier, il recourt à cette interprétation : "Notre ordre est un ordre révolutionnaire. Se fondant sur le peuple, dont il exprime les luttes et les mobilisations, il ne réprime pas. Son objectif est de consolider, de défendre et d’approfondir les conquêtes populaires... Ceux qui réclament la répression le font parce qu’ils n’ont pas confiance dans la capacité d’un peuple en marche. Nous faisons face à une violence, qui est logique. C’est celle qui provient des secteurs de l’oligarchie à privilèges, obéissant aux dessins de l’impérialisme. L’Etat populaire sait qu’il est inutile d’espérer que ces secteurs renoncent à leur lutte contre le peuple. L’impérialisme n’abandonnera pas ses projets antinationaux, et ne relâchera pas ses efforts pour renverser et discréditer le processus de la libération argentine. Avec la plus grande énergie, nous opposerons aux plans de l’impérialisme et à la violence de ses agents infiltrés tout le pouvoir de l’Etat. C’est notre devoir imprescriptible, et nous l’accomplirons sans hésiter "7.

38Accablé sous le poids des critiques, Righi renforce la droite péroniste dans son idée que le gouvernement de Cámpora est décidément celui de l’irresponsabilité, et que le pays, pour autant que se maintienne un tel gouvernement, est placé sur la pente glissante de l’anarchie sociale.

39Perón, plus que tout autre, est bien de cet avis. Et le ministre López Rega (son ancien "secrétaire-garde du corps") qui, le 2 juin 1973, vient mystérieusement lui rendre visite à Madrid, ne fut pas l’ardent zélateur du "TÍO"...

40A l’Université, règne une effervescence qui préside à l’éclatement des vieilles structures.

41Le nouveau recteur de l’Université de Buenos Aires est Rodolfo Puiggros, ancien membre du parti communiste, qui a intégré l’aile gauche du Péronisme. Il commence par déclarer que la "Faculté de Droit est née sous le signe du colonialisme", et qu’elle est actuellement un "bastion d’oligarques au service de l’impérialisme".

  • 8 Toutes ces citations sont extraites du journal JP-Montonero "El Descamisado", n° 7, juillet 1973.

42Ainsi, les nouvelles orientations prises par les recteurs, qui représentent souvent la tendance "Jeunesse Péroniste", vont toutes dans le même sens, et suscitent un concert de critiques : "diriger l’Université, non pas à travers exclusivement la communauté intellectuelle des enseignants et des étudiants, mais aussi avec des travailleurs non-étudiants qui en ont été depuis toujours écartés" (Oscar José Sbarre Mitre, recteur des Sciences Economiques) ;"abroger le décret qui interdisait l’action politique à l’intérieur de la Faculté" (Enrique Mario Martinez, recteur de la Faculté des Travaux Publics) restructurer la forme et le contenu de l’enseignement qui vient de l’étranger en prenant en considération le processus de reconstruction nationale" (Mario Kestelboim, recteur de la Faculté de Droit) ;"organiser un généreux plan de Bourses qui facilitera l’accès des secteurs opprimés" (Marcelino Cereijido, recteur de la Faculté de Pharmacie et de Biochimie) ; "demander la démission des anciennes autorités de tous les postes enseignants, car elles sont responsables de la politique antinationale, anti-populaire et répressive qui a régné dans cette Faculté" (Alfredo Ibarlucia, recteur de la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme) ;"transformer la Faculté dans l’optique des politiques globales de la "Jeunesse Péroniste", avec une claire conscience de ce que ces charges ne sont pas des triomphes personnels, mais des mandats pour servir le peuple" (Justine O’Farrel, recteur de la Faculté de Philosophie et Lettres)8.

  • 9 "La Nación", 12 juin 1973.
  • 10 1966 : date du retour de la Junte au pouvoir.
  • 11 septembre 1955 : date du coup d’Etat qui renversa le général Perón.

43De cette Université en délire, le journal "La Nación" 9 fait le commentaire suivant : "Les salles, les amphithéâtres, les installations universitaires, sont aux mains de groupes dont la filiation précise est inconnue, et dont la qualité de professeur ou d’étudiant est douteuse. Ce sont ces groupes qui sont chargés de choisir arbitrairement les professeurs... Le débat paraissait circonscrit, au cours de ces dernières années, à l’Université d’"avant" et d’"après" 196610. Mais, avec le 25 mai dernier, est apparue une borne située plus avant : septembre 195511".

44La diplomatie est également le terrain privilégié de l’application du nouveau style camporiste.

45La réunion de l’"Organisation des Etats Américains" (O.E.A.) à Lima donne l’occasion au nouveau Président de manifester que, désormais, l’Argentine s’est résolument rangée dans le camp des pays progressistes.

46C’est d’abord la motion que l’Argentine dépose par l’intermédiaire de son ambassadeur auprès de l’O.E.A., Raul Quijano, pour la réadmission de Cuba auprès de cet organisme. A cet égard, les efforts déployés par le Secrétaire d’Etat nord-américain lors de sa rencontre avec le Président Cámpora afin de créer, avec les nouvelles autorités argentines, les conditions d’un modus vivendi acceptable pour les deux pays, sont sans résultat.

47Le 21 juin, une attaque en règle contre les U.S.A. est menée par le jeune sous-secrétaire des Affaires Etrangères, Jorge Vásquez.

  • 12 "La Opinión", 22 juin 1973.

48Le discours, d’une tonalité qu’on peut qualifier de "révolutionnaire", est pour le moins sans détour. Vásquez lance un appel à la constitution d’un bloc latino-américain face à la domination nord-américaine. Pour Vásquez, le postulat selon lequel il existerait une solidarité d’intérêts entre les U.S.A. et l’Amérique latine n’est qu’une mystification. Les intérêts, affirme Vásquez, "ne peuvent qu être antinomiques entre le géant du nord et les peuples aliénés par le régime traditionnel de domination coloniale ou de formules hétérodoxes de vassalité ou d’abandons déguisés" 12.

49Il importe, pour autant que les pays latino-américains révisent leur conception périmée des relations multilatérales, que le futur système latino-américain n’intègre que les pays conscients du fait qu’ils ont des intérêts communs à défendre.

50Cela impliquait -le principe en était posé en filigrane- l’exclusion des U.S.A. des instances de l’O.E.A.

51Lorsqu’on sait que l’O.E.A. s’était précisément convertie en instrument servant à faciliter sous toutes ses formes la pénétration nord-américaine dans les pays au sud du Río Grande, on mesure l’audace, d’aucuns diront l’inconscience, des propos...

52En fait, autant qu’à la dénonciation du rôle des U.S.A., Vásquez, dans une grande entreprise de démystification, procédait à celle de l’O.E.A. "Le système inter-américain, dit-il, n’a pas fonctionné dans le sens de la révolution latino-américaine. Le plus souvent, il s’est révélé un obstacle aux efforts isolés de certains gouvernements du continent pour vaincre la balkanisation de l’Amérique, résultat recherché et célébré par la diplomatie impérialiste. En plusieurs occasions, ceux qui avaient intérêt à maintenir et à consolider une structure de soumission et d’inégalité, réussirent à retarder la crise de l’O. EA., qui éclate aujourd’hui, par de grossiers subterfuges de procédure, des arguties juridiques, et d’incessants recours à une rhétorique d’artifice, contribuant ainsi à consolider une bureaucratie latino-américaine assoupie et complaisante.

  • 13 "La Opinión", 22 juin 1973.

53 En ce moment même, à travers un mécanisme complexe de procédure, nous sommes sur le point de nous engluer et de nous étouffer dans des discussions techniques qui, à notre sens, sont absolument marginales et secondaires" 13.

54Vásquez reprend alors le vieux thème, maintes fois développé par Perón dans la décennie 1946-1955, de la patrie latino-américaine, et prône pour le sous-continent un "pluralisme révolutionnaire".

55Le lendemain, l’Argentine annonce qu’elle ne participera plus aux débats de l’O.E.A., même si elle continue de participer aux réunions de la commission spéciale.

56 Voilà un langage bien vigoureux qui ne manque pas de diviser les pays participants en deux clans : ceux qui partagent la thèse de l’Argentine, dont le Chili, le Pérou et le Vénézuéla (Cuba est, rappelons-le, toujours exclu de l’O.E.A.), et ceux qui alignent peu ou prou leur position sur celle des U.S.A., notamment la Colombie et le Brésil.

57Cette diplomatie-choc, qui s’étend tous azimuts (l’Argentine, s’apprêtant à demander son adhésion au camp des pays non-alignés, vient de rétablir ses relations diplomatiques avec Cuba, la Corée du Nord et le Viet-Nam du Nord) n’est pas sans provoquer certains ricanements dans l’aréopage de l’ancienne diplomatie de la tasse de thé, plus habituée aux circonlocutions de principe.

58Tous les péronistes n’approuvent pas, loin s’en faut, le tournant pris par la politique étrangère. Ce tournant ne fait pourtant que traduire logiquement l’expression de la "Troisième Position" définie dans les années 1946 par le général Perón.

59En marge de la fête camporiste, le gouvernement travaille d’arrache-pied sur un projet d’envergure : le projet économique.

60Un retour au système pratiqué à partir de 1946 est officiellement proclamé lorsque le gouvernement remet au Congrès les nouveaux projets de loi mis au point par le ministre Gelbard.

  • 14 "La Nación", 9 juin 1973.

61Le gouvernement, précise Cámpora, est bien décidé à" appliquer toutes les expériences de socialisation de l’économie susceptibles d’élever la condition humaine dans la mesure où elles respectent l’âme et les aspirations de l’homme argentin" 14.

62Parmi les principaux objectifs figurent la nationalisation des dépôts bancaires, celle du commerce des céréales, la renationalisation de sept banques, la création d’une corporation pour le développement de la petite et moyenne entreprise ainsi que d’une corporation des entreprises nationales, la création d’un institut national du logement d’intérêt social, enfin la suspension des expulsions dans le secteur agricole.

63En ce qui concerne le projet de loi réglementant les investissements étrangers, il établit une distinction entre entreprises étrangères (où moins de 51 % du capital est national), les entreprises mixtes (entre 51 % et 80 % du capital national), et les entreprises nationales (jusqu’à 20 % de capital étranger). Les investissements étrangers sont interdits dans les secteurs liés à la sécurité et à la défense, ainsi que dans les services publics, les assurances et les banques, dans le commerce intérieur, dans l’agriculture et l’élevage. Quant au rapatriement des capitaux vers l’étranger, le quota annuel ne peut excéder 20 %.

  • 15 soit 20 dollars au cours officiel de change de l’époque.

64S’agissant des mesures sociales, elles seront limitées dans le temps : le gouvernement décide une augmentation des salaires de 200 pesos par mois15, et porte le salaire minimum mensuel à 1.000 pesos. Les allocations familiales augmentent de 40 %, les retraites de 28 % et les pensions de 23 %, pour ceux qui touchent moins de 1.000 pesos par mois. Ces hausses tendent à compenser les augmentations des tarifs publics et des combustibles : +35 % pour le gaz, +45 % pour le téléphone, +20 % pour les chemins de fer, +77 % pour l’essence ordinaire, +50 % pour les tarifs aériens.

65Mais, une fois ce réajustement effectué, les prix et les salaires seront bloqués pendant deux ans.

  • 16 Le "Pacte Social" a en fait pour origine l’"Acta de Compromiso National" souscrit par la C.G.T. et (...)

66Ce programme, baptisé le "Pacte Social", obtient le blanc-seing de la Centrale syndicale C.G.T. et du Patronat argentin (C.G.E.)16.

67Ce "Pacte Social" est conclu pour une période qui va du 1° juin 1973 au 1° juin 1975. Il aura fallu, pour le faire admettre, tout le charisme d’un Perón.

68Est-ce là, en plein milieu de ce "mai 68" argentin, cette belle fleur vénéneuse offerte au gouvernement du "Tío", la première pierre de la reconstruction nationale ?

Notes

1 cabezas negras : "têtes noires", fils d’anciens ruraux (souvent peones), venus à Buenos Aires pour travailler dans l’industrie.

2 Pocho : Marcel Niedergang, dans "Les vingt Amériques latines", en donne l’interprétation suivante : "le surnom de "Pocho" est difficile à traduire. C’est un homme efféminé, assez proche en somme du "maricón" des Mexicains et des Cubains, qui ont également le culte de la virilité. Perón, dictateur vieillissant, aimait à jouer au sportif athlétique briseur de records. Il portait souvent une casquette de joueur de base-ball et roulait volontiers en scooter. A Buenos Aires, le scooter s’appelle depuis une "pochonetta".

3 "La Nación", 26 mai 1973.

4 L"’ERP du 22 août", par opposition à l’"ERP -El Combatiente", ne croit pas à la lutte armée pour hâter le processus révolutionnaire.

5 Jorge Vásquez deviendra en fait l’âme du ministère des Affaires Etrangères. Sa nomination au rang d’ambassadeur pour exercer ce poste élevé, eu égard à son jeune âge et à son cursus non-diplomatique, susciteront dans les antichambres des commentaires peu amènes ...

6 Rappelons que le "cordobazo" (le "coup de Córdoba") fut le soulèvement étudiant-ouvrier du 29 mai 1969 à Córdoba, qui fut réprimé dans un bain de sang par l’Armée.

7 "La Nación", 4 juillet 1973.

8 Toutes ces citations sont extraites du journal JP-Montonero "El Descamisado", n° 7, juillet 1973.

9 "La Nación", 12 juin 1973.

10 1966 : date du retour de la Junte au pouvoir.

11 septembre 1955 : date du coup d’Etat qui renversa le général Perón.

12 "La Opinión", 22 juin 1973.

13 "La Opinión", 22 juin 1973.

14 "La Nación", 9 juin 1973.

15 soit 20 dollars au cours officiel de change de l’époque.

16 Le "Pacte Social" a en fait pour origine l’"Acta de Compromiso National" souscrit par la C.G.T. et par la C.G.E. avant l’accession de Héctor Cámpora à la Présidence.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search