Versione classicaVersione mobile

Le péronisme

 | 
Gérard Guillerm

Deuxième partie. Le retour

– V – La tenaille, ou le jeu des extrêmes

Testo integrale

1Héctor Cámpora a soixante douze ans.

2Ancien dentiste de San Andrés de Giles, c’est un homme d’une fidélité à toute épreuve. Il commence sa carrière politique en août 1944, est élu en 1946 député de la province de Buenos Aires, comme candidat du "Parti Travailliste" (qui constituera le substrat politique du parti péroniste). Appartenant au "clan" d’Evita, il assure pendant deux ans la Présidence de la Chambre des députés, puis est désigné ambassadeur extraordinaire ayant la tâche, selon la biographie officielle, de "diffuser la doctrine péroniste et le Plan quinquennal auprès du personnel diplomatique argentin en poste à l’étranger".

  • 1 "Correspondencia Perón-Cooke", tome 1, p. 72.

3Lorsque se produit le coup d’Etat en 1955, il est détenu, avec John William Cooke, en Terre de Feu, dans la prison d’Ushuaia. Dans une lettre du 11 avril 1957 qu’il écrit à Perón, Cooke brosse ce bref portrait, assez caustique, de Cámpora : "Cámpora, lorsqu’il a été arrêté, a fait à Dieu la promesse qu’il ne se mêlerait jamais plus de politique. Pendant toute sa captivité, il a maintenu cette attitude. Comme il passe la journée à faire des prières, je ne pense pas qu’il viole sa promesse. A tout moment il s’est révélé comme n’étant pas un homme de lutte, de sorte qu’il ne peut être d’aucune utilité. Je dois préciser qu’il a toujours manifesté son amitié et sa reconnaissance envers vous, par conséquent mes appréciations s’appliquent uniquement à ses capacités combatives" 1.

  • 2 "Le Monde", 10 mars 1973.

4En novembre 1971, Cámpora a été désigné "délégué personnel" de Perón à la place de Paladino, accusé de "jouer un double jeu". Au cours de la campagne électorale, sa simplicité bon-enfant, son enjouement, son dévouement et sa loyauté pour Perón, lui font gagner le surnom, mi-affectueux, mi-ironique, de "Tío" (tonton). Comme l’écrit très justement Philippe Labreveux dans le journal "Le Monde" 2 : "On pourrait dire de Monsieur Héctor Cámpora, candidat péroniste aux élections du 11 mars, ce que Churchill disait d’Attlee : "il est modeste, et il a de bonnes raisons de l’être".

5Ils sont longs, infiniment longs, les soixante quinze jours que le Président Lanusse doit encore passer à la Casa Rosada. Ce n’est, en effet, que le 25 mai qu’est prévue la transmission du mandat présidentiel. Cette transmission aura-t-elle lieu ? Les rumeurs d’un coup d’Etat du bunker "gorila" qui évincerait Lanusse s’amplifient, à la suite de l’avalanche d’agitations et de violences qui, depuis la proclamation des résultats du 11 mars, s’abat sur le pays avec une ampleur décuplée.

6Les événements qui se développent depuis la période des élections du 11 mars jusqu’à la transmission du mandat le 25 mai gravitent autour de deux axes : la stratégie de harcèlement des groupes révolutionnaires, d’une part, et la première riposte de la droite péroniste, d’autre part.

7Sur le nouvel échiquier politique national, le jeu des extrêmes vise à réduire la marge de manoeuvre du futur gouvernement, ou même à créer un autre type de situation.

  • 3 L’" Armée Révolutionnaire du Peuple" (E.R.P.) est le bras armé du "Parti Révolutionnaire des Travai (...)

8Les groupes extrémistes de l’Armée Révolutionnaire du Peuple (E.R.P.) et du Parti Révolutionnaire des Travailleurs (P.R.T.)3 ont, en effet, entrepris une campagne de harcèlement de l’Armée dans un but précis : empêcher la remise du pouvoir à Héctor Cámpora le 25 mai. L’analyse de l’E.R.P – P.R.T. est la suivante : le Péronisme, surtout s’il est au pouvoir, va une nouvelle fois casser les reins de la gauche dans son ensemble. Il constitue l’obstacle par excellence à l’avance du processus révolutionnaire. En revanche, l’Armée, lorsqu’elle est au pouvoir, accentue les contradictions de classes. Il s’agit, par conséquent, de prouver que la victoire du justicialisme aux dernières élections n’a pas étouffé le climat pré-insurrectionnel qui prévalait sous la présidence de Levingston et qui prévaut sous celle de Lanusse. Il s’agit, également, d’apporter un démenti à la thèse de Perón selon laquelle la violence populaire ne serait qu’une réponse à la violence d’"en haut", celle du pouvoir.

9D’où une série d’opérations ponctuelles qui frappent les Militaires : assassinat du colonel Iribarren et du contre-amiral Quijada, séquestration du commandant Nasif à Córdoba, attaques et incendies de postes de police (localité de Ingeniero Maschwitz).

10 L’agitation atteint son point culminant le 21 mars, lorsque se produit à La Plata une sédition au sein de la police (infanterie, cavaliers et pompiers), réprimée dans le sang par les troupes et les tanks.

11Plus que jamais, l’état de siège est maintenu (il ne sera levé que le 22 mai, trois jours avant que Cámpora ne soit proclamé Président).

  • 4 "La Nación", 5 mai 1973.

12Le président Lanusse, enfermé dans sa solitude, se plaint de ne pas être en contact avec les nouvelles autorités élues le 11 mars. Il propose à Héctor Cámpora et à Solano Lima une rencontre -que ceux-ci acceptent- dans le but de responsabiliser le futur Président face à la recrudescence de la violence. A Solano Lima, qui réclame une amnistie générale, Lanusse réplique : "Il y a eu des amnisties sous le péronisme. Mais elles n’ont touché ni les auteurs d’actes terroristes, ni vous (Solano Lima était en exil), ni moi (Lanusse était en prison)...”4

13Parallèlement et pour la première fois, se déclenche la riposte de la droite péroniste.

14Depuis la démission de Coria des "62 Organisations" et le rejet de Anchorena lors de la répartition des investitures, la gauche péroniste avait le vent en poupe.

15Cette gauche est représentée par deux hommes appartenant à la nouvelle génération : Abal Medina, vingt sept ans, Secrétaire général du mouvement, et Rodolfo Galimberti, vingt cinq ans, chef de la "Jeunesse Péroniste" (J.P.).

16Or, aussitôt passées les élections présidentielles, la droite du mouvement, C.G.T. en tête, resserre les rangs, encouragée en cela par la nouvelle tactique de Perón.

17Jusqu’à l’élection de Cámpora, en effet, les "gauchistes" de la J.P. étaient bien utiles à Perón pour ranimer les souvenirs des temps héroïques où il suffisait au général de prononcer le mot "impérialisme" pour se faire un triomphe. La J.P., certes, effrayait un tantinet les bourgeois, mais elles battaient le rappel, et les masses venaient.

18A présent, les choses changent. L’irresponsabilité et l’"infantilisme révolutionnaire" ne sont plus de mise. Le justicialisme doit se préparer à affronter des échéances qui elles, ne relèvent plus du mythe.

19L’avant-garde péroniste sera placée à sa juste place, c’est-à-dire en queue de la colonne. Désormais, comme au temps jadis, c’est la C.G.T., puissante et solitaire, qui imprimera au justicialisme la cadence à suivre.

20Le temps presse. Car déjà cette insolente jeunesse, hier qualifiée de "merveilleuse", se permet de lancer à tous vents des proclamations intitulées "Engagement de la Jeunesse Péroniste envers le Peuple de la Patrie", et approuvées par le Secrétaire général, le jeune Abal Medina.

  • 5 "La Nación", 19 avril 1973.

21 La J.P. s’engage à obtenir du futur gouvernement l’amnistie générale des prisonniers politiques, une commission d’enquête sur les tortures et sur les "délits économiques", la suppression de tous les tribunaux spéciaux, la poursuite des fonctionnaires qui "s’écarteront de la conduite révolutionnaire imposée par le Gouvernement du Peuple", la socialisation des salaires des militants élus de la J.P., la "transmission du pouvoir de décision politique des corps bureaucratiques de l’Etat aux bases populaires", et l’"approfondissement du programme du Front Justicialiste de Libération" 5.

22Ce type de proclamation ne semble pas déranger, non plus, le "Tío" fraîchement élu Président.

23La coupe va déborder lorsque Rodolfo Galimberti, chef de la J.P., annonce la formation de "milices populaires" destinées à défendre le gouvernement populaire.

24C’est la levée de boucliers dans l’Armée : le général López Aufranc, chef de l’état-major, annonce qu’il s’opposera par tous les moyens à la création d’autres corps que ceux prévus par la loi. Galimberti, dès lors, est condamné. Il a hypothéqué gravement l’image de responsabilité que Perón entend donner au futur "gouvernement populaire". D’urgence, il est appelé à Madrid, où il va assister à son procès.

  • 6 Norma Kennedy fut la compagne de Gustavo Rearte, fondateur de la "Jeunesse Révolutionnaire Péronist (...)
  • 7 C’est sur le colonel Osinde que la "Jeunesse Péroniste" fera porter la responsabilité de la "tuerie (...)

25L’y attend une excellente compagnie, dont le moins qu’on puisse dire est qu’elle n’est pas des mieux disposées à son endroit : Norma Kennedy, déléguée de la branche féminine et membre du Conseil Supérieur justicialiste6, ainsi que le colonel Osinde, ancien chef du renseignement, délégué personnel de Perón pour les affaires militaires7.

26L’aréopage lance la charge. Perón fait alterner propos lénifiants et remontrances paternelles : la douche écossaise. Galimberti bat sa coulpe pour son "acte gratuit de provocation" et, selon la version officielle, renonce à sa charge.

27Le Secrétaire général du mouvement, Abal Medina, (lui-même à deux doigts d’être ’’démissionné"), ainsi que le "Tío" (lequel, depuis le 11 mars, entreprend de fréquents voyages à Madrid), laissent passer l’orage...

28L’épuration a bel et bien commencé, et le secteur modéré de la "Jeunesse Péroniste", se félicitant de la sanction qui frappe la "tendance révolutionnaire" de Galimberti, appelle la branche "Jeunesse" à renoncer à tout "sectarisme".

29 Cette offensive de la droite a pour conséquence d’envenimer les rapports entre le fidèle Cámpora, qui attend le 25 mai pour être officiellement proclamé Président, et le général.

30Les nombreux déplacements que le "Tío" effectue alors en Europe ont cependant pour but d’inciter Perón à rentrer au plus tôt au pays. N’avait-il pas déclaré, au cours de sa campagne : "Je vous promets que je ne serai pas Président un seul jour si le général Perón n’est pas en Argentine".

  • 8 López Rega est "homme à tout faire" puis "secrétaire privé" du général, et confident du couple Peró (...)

31Il va d’abord rejoindre le général à Rome où Perón, en compagnie de son inséparable López Rega8, est en train de nouer des contacts avec quelques patrons de l’industrie italienne. Puis les trois hommes regagnent Madrid, le 30 mars, où ils sont reçus par Franco. C’est la première fois que Perón voit officiellement Franco depuis les treize ans qu’il est à Madrid. La petite histoire fait ainsi quelques pieds de nez à l’Histoire : le service protocolaire espagnol n’aura jamais été aussi embarrassé pour recevoir, dans un laps de temps si rapproché, tant de Présidents argentins, anciens, en exercice, ou sur le point d’assumer leurs fonctions...

32Le 24 avril, Cámpora ira derechef à Madrid. Il y est alors "blâmé" pour son manque de fermeté face aux débordements de la jeunesse. A-t-il été alors question d’une démission sacrificielle du "Tío" aussitôt après la transmission de mandat, pour permettre à Perón de redevenir-chef d’Etat ? Le mystère reste entier. A tout le moins, on peut dire que les deux hommes ont alors donné l’impression qu’un malentendu les séparait...

33La campagne électorale arrive à son terme. Il restait encore à élire une partie des gouverneurs, députés, maires, etc... Les résultats du second tour des élections des parlementaires et des gouverneurs vont amplifier le succès péroniste du premier tour des élections présidentielles : le Frejuli obtient 20 postes de gouverneurs sur 22,147 sièges de députés sur 243, et 47 sièges de sénateurs sur 69.

34Cette période est aussi marquée par un infléchissement des attitudes : désormais, coïncidant avec la mise en quarantaine de la "Jeunesse Péroniste", les responsables justicialistes font prévaloir les consignes de pacification, d’apaisement, de trêve. Cámpora convoque une "assemblée de civilité" pour affirmer les droits de la majorité et des minorités, et tenter d’éviter que l’ordre juridique ne soit ébranlé par des coups de force.

  • 9 A cette "assemblée de civilité" participent : le "parti intransigeant" de O. Alende ; le parti comm (...)

35Mais au sein du mouvement justicialiste, les blessures ne se referment pas de si tôt : tandis que se déroule cette assemblée, avec la participation de la quasi totalité des formations politiques, y compris le parti communiste et le "parti socialiste des travailleurs" de Coral9, se produisent à l’extérieur de violents heurts, et des échanges de coups de feu entre des groupes appartenant aux tendances "modérée" et "gauchiste" de la "Jeunesse Péroniste".

36A la veille de l’accession de Héctor Cámpora à la Casa Rosada, les "partenaires sociaux", C.G.T., C.G.E. (Confédération Générale Economique, soit le patronat), et la "Rurale" (syndicat des grands propriétaires terriens), ont entrepris leur manoeuvre visant à enserrer le futur gouvernement du "Tío" dans un réseau de contraintes.

37Du côté de la C.G.T., on revendique fermement les portefeuilles du ministère du Travail et du "Bien-Etre social".

38José Gelbard, patron démissionnaire de la C.G.E., est longuement reçu par Perón à Madrid.

39Le Président de la "Société Rurale Argentine", Celedonio V. Pereda, à l’issue de son voyage en Europe, se félicite des contacts entre Perón et la Communauté Economique Européenne, et voit dans le déficit en viande de la C.E.E. des perspectives intéressantes pour les exportations argentines.

  • 10 Extrait du discours de Cámpora : "Nous, les Argentins, nous sommes victimes d’une décapitalisation (...)
  • 11 "La Nación", 25 mai 1973.

40Il reste à Cámpora à dresser, juste avant d’assumer le pouvoir, un bilan sans complaisance de la "Révolution argentine" 10, et au Président Lanusse, dans son message d’adieu, à déclarer : "Hommes et femmes de ma patrie, à vous mon éternelle gratitude au nom d’un gouvernement que vous n’avez pas élu, mais qui vous a offert la possibilité d’élire" 11, et le processus politique argentin, qui va conduire le pays au naufrage, est cette fois irréversible...

Note

1 "Correspondencia Perón-Cooke", tome 1, p. 72.

2 "Le Monde", 10 mars 1973.

3 L’" Armée Révolutionnaire du Peuple" (E.R.P.) est le bras armé du "Parti Révolutionnaire des Travailleurs" (P.R.T.), marxiste-léniniste, de tendance guévariste. Certains de ses dirigeants, tel Santucho, sont parfois issus d’anciens courants péronistes.

4 "La Nación", 5 mai 1973.

5 "La Nación", 19 avril 1973.

6 Norma Kennedy fut la compagne de Gustavo Rearte, fondateur de la "Jeunesse Révolutionnaire Péroniste" en 1963.

7 C’est sur le colonel Osinde que la "Jeunesse Péroniste" fera porter la responsabilité de la "tuerie d’Ezeiza", le 20 juin 1973, lorsque le général Perón rentrera définitivement en Argentine (voir annexe n° 2 p. 194).

8 López Rega est "homme à tout faire" puis "secrétaire privé" du général, et confident du couple Perón. Il accompagne toujours l’un des membres du couple en voyage à l’étranger. Ainsi, il se trouve avec Perón à Rome et à Bucarest, avec Isabel à Pékin, le 9 mai.

9 A cette "assemblée de civilité" participent : le "parti intransigeant" de O. Alende ; le parti communiste ; le "parti socialiste des travailleurs" de Coral ; le "front de la gauche populaire" de J. Abelardo Ramos ; le "parti bloquiste" de L. Bravo ; le "mouvement national latino-américain" de JJ. Greceo ; le "parti révolutionnaire chrétien" de H. Sueldo ; le secteur syndical : L. Miguel, des "62 Organisations", et J. Rucci de la C.G.T. ; le "parti travailliste" de E. Basueldo ; le "parti socialiste populaire" de V. Garcia Costa ; l’"union populaire" de A. Bramuglia ; la "rencontre nationale des Argentins" de J. Porto ; le "mouvement d’intégration et de développement" de O. Becerra ; le "mouvement socialiste" de J. Selser ; le "mouvement de la révolution nationale" de M. Sánchez ; le "parti populaire chrétien" et le "parti conservateur populaire" de J.A. Allende et de A. Fonrouge ; le "parti démocrate progressiste" de H. Thedy ; l’"union civique radicale" de R. Balbín.

10 Extrait du discours de Cámpora : "Nous, les Argentins, nous sommes victimes d’une décapitalisation économique. Non seulement la production nationale a diminué, non seulement la dette extérieure s’est accrue, non seulement une grande partie de l’épargne nationale a été placée pour financer le développement d’autres pays, non seulement, enfin, le niveau de vie a chuté, mais le plus grave, c’est notre décapitalisation démographique, l’augmentation des maladies des classes populaires et de la mortalité infantile, la désertion scolaire, la fuite du capital scientifique du fait de l’émigration de nos techniciens et de nos savants, la désintégration de la culture nationale, la mystification des valeurs, la crise institutionnelle, l’aliénation de la souveraineté populaire, la dégradation de l’indépendance politique, le transfert des centres de pouvoir et de décision à l’étranger..." "La Nación", 23 mai 1973.

11 "La Nación", 25 mai 1973.

© Éditions de la Sorbonne, 1990

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search