Version classiqueVersion mobile

Matières premières et gestion des ressources

 | 
Sarra Ferjani
, 
Amélie Le Bihan
, 
Marylise Onfray
, 
et al.

Gérer des ressources : utilisation et contrôle des ressources locales

Environnement végétal et exploitation des ressources ligneuses en Transcaucasie, du Néolithique à l’âge du bronze

Alexia Decaix

Résumé

Lors d’études sur les sociétés passées, il est important de comprendre les différents aspects de l’exploitation et de l’utilisation des ressources naturelles, notamment en ce qui concerne les matières premières d’origine végétale. L’analyse des charbons nous permet en particulier d’approcher les questions concernant l’approvisionnement en bois. Nous présenterons ici les résultats préliminaires de l’étude anthracologique de quatre sites localisés dans le bassin Kuro-Araxe et datés entre le vie et le iiie millénaire av. J.-C. : Kamiltepe (Néolithique, plaine du Mil-Karabagh), Mentesh Tepe (du Néolithique à l’âge du bronze, bassin de la Kura), Kohne PasgahTepesi (âge du bronze, province azerbaïdjanaise, Iran) et Ovçular Tepesi (Chalcolithique et âge du bronze, Nakhchivan, Azerbaïdjan). Les contextes desquels proviennent les échantillons analysés nous orientent vers une utilisation du bois comme combustible. L’attention sera portée sur les formations au sein desquelles le bois de combustible était collecté.

Texte intégral

Je remercie sincèrement ici Margareta Tengberg qui dirige ce travail, pour ses conseils, ses relectures et corrections qui ont été très précieux. Je remercie également Michèle Casanova qui a accepté de co-diriger ce travail de doctorat. Je tiens en outre à remercier les archéologues des différents sites qui m’ont permis d’étudier le matériel archéobotanique provenant de leurs fouilles : Barbara Helwing, Bertille Lyonnet, Catherine Marro et Sepideh Maziar, ainsi que leurs collègues azerbaïdjanais : Tevekkül Aliyev, Véli Bakhshaliyev et Farhad Guliyev. Je souhaite également remercier Marjan Mashkour grâce à qui j’ai pu étudier le matériel iranien de Kohne Pasgah Tepesi.
Mes remerciements vont également à Jean-Denis Vigne et au laboratoire « Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques et environnements » (UMR 7209) du Muséum national d’histoire naturelle, qui ont la gentillesse de m’accueillir dans leurs locaux pour me permettre d’étudier mon matériel.
Enfin, ce travail s’effectue avec le soutien de la région Île-de-France et du Collège des écoles doctorales de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne qui m’a attribué une bourse d’aide à la mobilité internationale pour me permettre d’étudier au Deutsche Archäologisches Institut (DAI) de Berlin, en collaboration avec Reinder Neef, que je tiens également à remercier ici pour son aide.

1À la frontière entre l’Europe et l’Asie, entre les mers Noire et Caspienne, et au croisement entre plusieurs systèmes climatiques et biogéographiques, le Caucase abrite une biodiversité exceptionnelle, comprenant de nombreuses espèces végétales et animales endémiques. En raison d’activités économiques de plus en plus importantes, cette biodiversité est aujourd’hui plus menacée que jamais. L’impact anthropique est cependant un phénomène ancien dans cette région, parcourue et habitée depuis la Préhistoire.

2En effet, le Caucase a de tout temps constitué un important carrefour entre différentes populations. Riche en matières premières (pierres, métaux et bois) et stratégiquement située entre les steppes eurasiatiques au nord et les hauts plateaux anatolien et iranien au sud, cette région constitue encore aujourd’hui un centre de diversité culturelle, dans lequel se côtoient une multitude de groupes ethniques, de religions et de langues. Le Sud du Caucase (ou Transcaucasie), dont il est plus particulièrement question dans cet article, comprend les états actuels d’Arménie, d’Azerbaïdjan et de Géorgie.

3Malgré un fort potentiel scientifique, cette région demeure encore mal connue tant du point de vue archéologique qu’environnemental, notamment en raison du contexte politique qui l’a rendue peu accessible aux chercheurs jusqu’à l’effondrement de l’URSS en 1991. Cependant, depuis le milieu des années 1990, les républiques indépendantes du Caucase encouragent les collaborations internationales, ce qui a permis la mise en place de nombreux nouveaux projets scientifiques. Parmi ceux-ci figurent des fouilles archéologiques ayant pour but de reconstituer l’histoire ancienne du peuplement dans ces régions et de comprendre leurs relations avec les régions environnantes, notamment avec la Haute Mésopotamie et l’Anatolie.

4Les études archéobotaniques, menées sur les sites archéologiques, visent plus spécifiquement à reconstituer les relations entre les sociétés humaines et leur environnement végétal à travers le temps. Grâce à l’étude des restes végétaux, des aspects tels que l’environnement végétal, les économies de production, les techniques agricoles, le traitement et l’utilisation des récoltes peuvent être reconstitués. La découverte de restes ligneux carbonisés dans les sites archéologiques permet notamment de s’interroger sur l’exploitation et l’utilisation du bois et de reconstituer les formations végétales.

5Dans cette contribution, nous nous intéressons plus particulièrement à la nature des formations végétales environnant les sites, reconstituées à l’aide de l’anthracologie. L’identification de ces formations permet de mettre en évidence des aires d’approvisionnement en ressources ligneuses préférentielles.

6Les premiers résultats de l’étude anthracologique de quatre sites de Transcaucasie sont ici présentés afin de mieux appréhender les stratégies d’approvisionnement de bois entre le vie et le iiie millénaire avant notre ère. Trois d’entre eux sont localisés en Azerbaïdjan (Kamiltepe, Mentesh Tepe et Ovçular Tepesi) et un est situé dans le nord-ouest de l’Iran (Kohne Pasgah Tepesi).

  • 1 Deutsches Archäologisches Institut, DAI, Berlin.
  • 2 Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Bakou.

7Kamiltepe est un site Néolithique (env. 5600-5400 av. J.-C.) situé dans la plaine du Mil-Karabagh, non loin du Karasu Çay (fig. 1). Il est fouillé depuis 2009 par une équipe germano-azérie, dirigée par Barbara Helwing1 et Tevekkül Aliyev2 (Aliyev et Helwing, 2009).

Fig.1 Localisation des sites présentés.

Fig.1 Localisation des sites présentés.
  • 3 CNRS – UMR 7192.
  • 4 Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Bakou.

8Mentesh Tepe, fouillé par une équipe franco-azéri depuis 2008, sous la direction de Bertille Lyonnet3 et Farhad Guliyev4, est un site couvrant une période allant du Néolithique au Bronze ancien. Il est situé dans la vallée de la Kura à proximité du Zeyem Çay, au nord-ouest de ­l’Azerbaïdjan (fig. 1).

  • 5 CNRS – UMR 5133.
  • 6 Académie des Sciences de Nakhitchevan.

9Ovçular Tepesi, également fouillé par une équipe franco-azéri, présente des niveaux attribués à la fin du Chalcolithique et au début de l’âge du bronze. Ce site est localisé au Nakhichevan, province autonome de l’Azerbaïdjan, au bord de l’Arpaçay (fig. 1). Les fouilles sont depuis 2006 dirigées par Catherine Marro5 et Veli Bakhshaliyev6 (Marro et al., 2009 et 2011).

  • 7 Ph.D Candidate, Archäologie und Kulturgeschichte des Vorderen Orients, Institut für Archäologie Wis (...)

10Un quatrième site est implanté, comme Ovçular Tepesi, dans la vallée de l’Araxe mais côté iranien. Il s’agit de Kohne Pasgah Tepesi, près du Kaleybar Çay, dans le delta de Khodâfarin et dont les fouilles ont été dirigées par Sepideh Maziar7 (fig. 1). Les échantillons étudiés de ce site proviennent de niveaux datés du Chalcolithique récent et de l’âge du bronze (Maziar, 2010).

11Sur les sites archéologiques, les restes ligneux retrouvés carbonisés correspondent le plus souvent à l’utilisation du bois comme combustible. Cependant, d’autres utilisations sont possibles, notamment comme bois d’œuvre pour les constructions ou pour la fabrication de mobilier ou d’outils. Sauf dans des cas exceptionnels (sites humides ou hyper-arides), seul un incendie permet la préservation du bois d’œuvre. Des restes carbonisés peuvent ainsi être conservés in situ dans un état plus ou moins dégradé. Lorsque la préservation est bonne, l’étude de ces vestiges peut permettre, outre une identification botanique, des interrogations sur le façonnage et l’utilisation des pièces. Sur les quatre sites concernés par cet article, aucune trace d’incendie n’a été pour le moment identifiée et tous les charbons de bois analysés relèvent plutôt de la première catégorie, c’est-à-dire du bois utilisé comme combustible.

12En effet, ces charbons proviennent de contextes tels que des foyers, des fours ou des zones cendreuses diffuses liées aux structures de feu. Il semble que nous soyons généralement en face de dépôts secondaires. En outre, les charbons de bois étudiés proviennent à la fois de structures à faible durée d’activité, comme les foyers, mais également de zones représentatives d’une plus longue durée d’utilisation comme, par exemple, des zones de rejet ou des remplissages de fosse. Ces derniers contextes permettent l’identification de comportements plus constants ainsi que la reconstitution d’un territoire de collecte plus large, puisqu’une collecte ponctuelle ne peut représenter la totalité d’un territoire d’approvisionnement (Bourquin-Mignot et al., 1999).

Méthode d’étude des restes anthracologiques

13La méthode anthracologique permet, à partir de l’étude de l’anatomie des charbons de bois retrouvés sur les sites archéologiques, d’identifier les essences présentes (Détienne, 1988 ; Chabal, 1997). La carbonisation, qui a permis la conservation des restes ligneux, est un processus chimique résultant d’une combustion incomplète au cours de laquelle la matière organique d’origine est remplacée par du carbone. Malgré un certain rétrécissement, ce mode de conservation préserve la structure du bois permettant ainsi son identification.

  • 8 Différents atlas ont été consultés afin de déterminer les fragments de charbon de bois. Deux atlas (...)

14Pour chaque échantillon issu de la flottation, un sous-échantillonnage des fragments à analyser a été effectué, le nombre de charbons dans chaque échantillon étant trop élevé pour qu’ils puissent être étudiés dans leur intégralité. Afin de ne pas privilégier certaines classes de taille, les fragments ont été prélevés de manière aléatoire. Ils ont ensuite été étudiés au microscope à réflexion (grossissement × 1 000), après une simple fracture manuelle. Les charbons sont fracturés selon trois plans : transversal, longitudinal radial et longitudinal tangentiel (fig. 2). Chacune de ces sections apporte des informations différentes, permettant la détermination du taxon auquel appartient le fragment (Détienne, 1988 ; Chabal, 1997)8.

Fig.2. Les trois plans ligneux utilisés pour l’identification des charbons

Fig.2. Les trois plans ligneux utilisés pour l’identification des charbons

D’après Schweingruber, 1990.

15Pour chaque site, un certain nombre de charbons restent indéterminés, souvent en raison de leur mauvais état de conservation.

Résultats

Étude du site de Kamiltepe

16395 fragments de charbons de bois provenant d’échantillons traités par la flottation de Kamiltepe ont été étudiés (tableau 1). Ils ont permis l’identification de six taxons appartenant à six familles botaniques (fig. 3a) et représentant deux principaux types de formations végétales : la ripisylve, ou forêt riveraine, et la forêt mixte décidue.

  • 9 Halophile : « Se dit d’un taxon ou d’un groupement vivant sur un substrat à fortes concentrations e (...)

17Le frêne (Fraxinus) a été identifié dans plusieurs échantillons (fig. 5b). Différentes espèces de frêne sont répertoriées dans le Caucase, croissant dans les forêts et le long des rivières (Akhalkatsi, 2009). Le tamaris (Tamarix) a été reconnu dans la plupart des échantillons (fig. 5e). Ce genre est représenté dans la région par plusieurs espèces, poussant généralement sur des sols inondés de façon périodique, le long de rivières ou de canaux. Les tamaris sont généralement halophiles9 et se régénèrent rapidement (Zohary, 1973). Certains charbons appartenant à la famille des Salicaceae n’ont pu être précisément identifiés. En effet, la distinction entre le peuplier (Populus) et le saule (Salix) repose sur la structure des rayons, homogènes pour le premier et hétérogènes pour le second (fig. 5d). Or, souvent il n’a pas été possible de faire la distinction (Chabal, 1997). Un taxon appartenant au groupe des Monocotylédones a été identifié, il s’agit du roseau (Phragmites) (fig. 5c). Le genre Acer (érable) a été reconnu (fig. 7a) ; il est caractéristique de la forêt mixte décidue dans la région caucasienne (Gabrielian et Fragman-Sapir, 2008). Un genre de la famille des Cornaceae, le cornouiller (Cornus) a également été identifié (fig. 7c). Les fruits de cet arbre sont aujourd’hui utilisés pour préparer des jus ou pour leurs propriétés médicinales (Gabrielian et Zohary, 2004).

Étude du site de Mentesh Tepe

18Pour Mentesh Tepe, 592 charbons ont été étudiés. Huit taxons appartenant à autant de familles botaniques ont ainsi pu être reconnus (tableau 1). Ils proviennent de trois types de formations : la forêt riveraine, une formation steppique appelée « chibliak » et la forêt mixte décidue (fig. 4a).

Tableau 1. Récapitulatif des échantillons étudiés

Tableau 1. Récapitulatif des échantillons étudiés

19À l’instar de Kamiltepe, le frêne (fig. 5b) et le peuplier et/ou saule (fig. 5d) ont été identifiés comme appartenant à la première formation. La deuxième source de bois est constituée par la steppe arbustive de type « chibliak ». Il s’agit d’une formation ouverte dominée par des arbustes. Aujourd’hui, on trouve ce type de végétation entre 500 et 1 000-1 600 mètres d’altitude. Le nerprun (Rhamnus) et l’orme (Ulmus) sont des espèces caractéristiques de ce type de formations (Gabrielian et Fragman-Sapir, 2008) (fig. 6d-e). Le troisième type de végétation attesté est la forêt mixte décidue, avec l’érable (Acer), le chêne (Quercus) et l’if (Taxus baccata) (fig. 7d-e). Ce dernier pousse aujourd’hui au-delà de 1400 m d’altitude (Gabrielian et Fragman-Sapir, 2008). Les espèces forestières ne sont pas très fréquentes dans les échantillons provenant de Mentesh Tepe et ce type de formation semble donc avoir été de moindre importance pour la collecte du bois.

Étude du site de Kohne Pasgah Tepesi

20188 fragments de charbons de bois provenant d’échantillons attribués au Bronze ancien de Kohne Pasgah Tepesi ont été étudiés permettant l’identification de neuf taxons, représentant autant de familles botaniques (tableau 1). Trois formations ont ici pu être mises en évidence : la forêt riveraine, une formation ouverte dominée par des prunoïdées et enfin, là encore, la forêt mixte décidue (fig. 3b).

Fig.3 Diagrammes anthracologiques de Kamiltepe et Kohne Pasgah Tepesi

Fig.3 Diagrammes anthracologiques de Kamiltepe et Kohne Pasgah Tepesi

21Trois taxons sont particulièrement bien représentés : le tamaris (fig. 5e), les peupliers et/ou saules (fig. 5d) et les prunoïdées (Prunus). Ce dernier taxon regroupe vraisemblablement des fragments de charbons de bois représentant plusieurs espèces appartenant au genre Prunus sans qu’une identification plus précise n’ait pu être faite pour le moment (fig. 6c). D’autres taxons sont moins représentés : l’érable (fig. 7a), le frêne (fig. 5b) et ceux appartenant au taxon Paliurus/Ziziphus (paliure/jujubier). Le chêne (fig. 7d) ne représente que 2 % tandis que la myrte (Myrtus) et le charme (Carpinus) (fig. 7b) représentent moins de 2 % chacun.

Étude du site d’Ovçular Tepesi

22En ce qui concerne Ovçular Tepesi, 1812 charbons de bois ont été étudiés. Quatorze taxons différents s’inscrivant dans treize familles botaniques ont été reconnus (tableau 1). Ils ont permis la mise en évidence de deux principaux types de formations végétales : la forêt riveraine et une formation de type steppe-forêt ou forêt-claire (fig. 4b).

Fig.4. Diagrammes anthracologiques de Mentesh Tepe et Ovçular Tepesi

Fig.4. Diagrammes anthracologiques de Mentesh Tepe et Ovçular Tepesi

23Quatre taxons sont particulièrement bien représentés : le genévrier (Juniperus) (fig. 6b), l’olivier de Bohême (Elaeagnus angustifolia) (fig. 5a), les peupliers et/ou saules (fig. 5d) et les tamaris (fig. 5e).

24Un certain nombre de taxons apparaissent régulièrement mais en moins grande quantité : le frêne (fig. 5b), le grenadier (cf. Punica granatum), les prunoïdées (fig. 6c), le micocoulier (Celtis) (fig. 6a) et le nerprun (fig. 6d). Notons que le micocoulier a été identifié par l’anthracologie mais également par la carpologie. En effet, un certain nombre de restes de fruits biominéralisés ont été identifiés, que ce soit à Ovçular Tepesi, mais également à Kohne Pasgah Tepesi et Mentesh Tepe. Enfin, quelques taxons ne sont présents que de façon sporadique : un taxon de la famille des Lamiaceae (cf. Teucrium/Thymus) a été identifié ainsi que l’olivier (cf. Olea), le bouleau (cf. Betula) et le chêne (fig. 7d).

25Comme nous avons pu le voir, différents types de formations végétales, ayant pu servir à la collecte du bois, ont été mis en évidence pour chaque site.

26À Kamiltepe, au Néolithique, la principale zone de collecte de bois était la ripisylve et dans une moindre proportion une forêt mixte décidue à érable. Pour ce qui est de Mentesh Tepe, les échantillons étudiés appartiennent essentiellement à des niveaux attribués au Chalcolithique et montrent l’exploitation de trois types de formations végétales : la ripisylve, une formation de type steppe-arbustive appelée « chibliak » et la forêt mixte décidue.

27Pour Kohne Pasgah Tepesi, seuls des échantillons provenant de niveaux attribués au Bronze ancien ont été analysés. Ici également, trois types de formations semblent avoir été exploités pour la collecte du bois : la forêt riveraine, une formation ouverte dominée par des prunoïdées et enfin, là encore, la forêt mixte décidue.

28Seul Ovçular Tepesi a, pour le moment, fait l’objet d’une étude diachronique. Il semble que les pratiques varient peu entre la fin du Chalcolithique et le début de l’âge du bronze : la ripisylve reste la principale zone de collecte des bois, suivie, dans une moindre mesure, par des formations de type steppe-forêt ou forêt-claire dominées par du genévrier.

Fig.5. Taxons représentatifs de la forêt riveraine identifiés

Fig.5. Taxons représentatifs de la forêt riveraine identifiés

29Ainsi, pour les quatre sites étudiés et quelle que soit la période concernée, la formation principale concernée par la collecte de bois est la forêt riveraine. Dominée par des espèces telles que les peupliers et/ou saules et les frênes, elle apparaît le long des rivières. Parmi les espèces les plus communes en Transcaucasie, on trouve Fraxinus rotundifolia, Salix excelsa entre autres espèces de saules, Hippophae rhamnoides, Berberis vulgaris, différentes espèces du genre Rosa, Alnus glutinosa, Populus tremula, etc. On trouve également plusieurs espèces de tamaris : Tamarix araratica, T. litvinovii, T. ramossissima et T. kotschyi. Plusieurs lianes sont également caractéristiques de cette formation telles que Vitis sylvestris ou Hedera helix. On peut aussi rencontrer des espèces telles que Populus euphratica, Punica granatum, Elaeagnus angustifolia notamment le long de l’Araxe, dans le sud de l’Arménie, le Nakhichevan et l’est de­ ­l’Azerbaïdjan (Gabrielian et Fragman-Sapir, 2008).

Fig.6. Taxons représentatifs du chibliak identifiés

Fig.6. Taxons représentatifs du chibliak identifiés

30À cette formation viennent s’ajouter des formations plus ou moins ouvertes de type steppe-arbustive ou arborée, ainsi que des forêts mixtes décidues.

31Parmi les formations de type steppe-arbustive, des zones de « chibliak » ont été identifiées. Il s’agit de formations généralement dominées par l’épine du Christ (Paliurus spina-christi), un arbuste décidu. On la trouve généralement entre 500 et 1 000 mètres d’altitude, parfois jusqu’à 1 600 mètres. D’autres espèces sont typiques de ce type de formation dans le Caucase : Rhamnus pallasii, Cotynus coggyria, Amygdalus nairica, A. fenzlian, Prunus divaricata, Cerasus incana, Celtis glabrata, Carpinus orientalis, Cotoneaster racemiflora, Spirea hypericifolia, Ulmus carpinifolia, Acer ibericum ainsi que différentes espèces du genre Berberis (Gabrielian et Fragman-Sapir, 2008).

32Les formations de type forêt ouverte apparaissent entre 800 et 1 300 mètres d’altitude, rarement plus. Il existe trois types de forêts ouvertes typiques de Transcaucasie : celles dominées par du genévrier, par du pistachier ou par du chêne. On parle de forêt ouverte car il s’agit d’arbres plutôt épars, souvent accompagnés de plantes de milieux arides. Les forêts ouvertes de genévrier sont généralement dominées par Juniperus polycarpos, rarement par J. foetidissima. On trouve également Amygdalus fenzliana, Cotynus coggyria, Rhus coriara, Sorbus persica, S. graeca, S. kusnetzoviii, Prunus divaricata, Pyrus salicifolia, Cerasus mahaleb, C. incana, Malus orientalis, Rhamnus pallasii, Lonicera iberica, Viburnum lantana, ainsi que différentes espèces des genres Crataegus, Berberis et Cotoneaster.

Fig.7. Taxons représentatifs de la forêt mixte décidue identifiés

Fig.7. Taxons représentatifs de la forêt mixte décidue identifiés

33Les forêts mixtes décidues occupent aujourd’hui à peine 9 %, voire même moins, du territoire actuel de la Transcaucasie. Il y a une quinzaine d’années, elles occupaient près de 12 % mais une déforestation de grande envergure a eu lieu suite à une crise énergétique, le bois servant alors de combustible. On peut aujourd’hui les trouver entre 550 et 2 300 mètres d’altitude. Aux plus basses altitudes (entre 550 et 1 200/1 400 mètres d’altitude), on trouve différents types de chênes : Quercus hiberica, Q. longipes et Q. hypochrysa. Dans les zones plus hautes, au-delà de 1 400 mètres d’altitude, on peut trouver Quercus macranthera ainsi que Pinus kochiana et Taxus baccata mais également Carpinus betulus, C. orientalis, Juglans regia, Sorbus aucuparia, S. armeniaca, S. torminalis, Pyrus caucasica, Malus orientalis, Cerasus avium, différentes espèces d’érables, Tilia caucasica et T. cordata. Le cornouiller, Cornus mas, fait également partie des espèces très communes dans ce type de formation (Gabrielian et Fragman-Sapir, 2008).

34Ainsi, l’approvisionnement en bois se faisait majoritairement à proximité des sites, le long des rivières. Du bois provenant de zones plus éloignées, de versants montagneux à plus ou moins haute altitude, a également été identifié, témoignant d’une aire de collecte plutôt vaste.

35En conclusion, nous pouvons également rappeler que, si ces formations végétales ont pu permettre l’approvisionnement en bois, elles ont dû permettre, en outre, la cueillette de différents fruits. Certains sont attestés parmi les restes carpologiques étudiés sur ces sites. Ainsi, des fruits de micocoulier ont été retrouvés sur tous les sites à l’exception de Kamiltepe. Des restes de fruits d’aubépine (Crataegus) et de poirier (Pyrus) ont été retrouvés à Kohne Pasgah Tepesi, de même que des restes de figue.

36Les résultats apportés par cette étude sont préliminaires et demanderont à être étoffés par l’étude de nouveaux échantillons provenant de ces sites ou d’autres sites.

Bibliographie

Akhalkatsi M. (dir.) (2009) – Conservation and Sustainable Use of Crop Wild Relatives in Samtskhe-Javakheti, Tbilissi.

Aliyev T. et Helwing B. (2009) – Kamiltepe in der Milebene. Archäologische Untersuchungen 2009, Archäologische Mitteilungen aus Iran und Turan, 41, p. 23-45.

Bourquin-Mignot C., Brochier E., Chabal L., Crozat S., Fabre L., Guibal F., Marinval P., Richard H., Terral J.-F. et Rhery I. (1999) – La ­botanique, Paris.

Chabal L. (1997) – Forêts et sociétés en Languedoc (Néolithique final, Antiquité tardive), Paris.

Da Lage A. et Métailié G. (2000) – Dictionnaire de biogéographie végétale, Paris.

Détienne P. (1988) – Cours illustré d’anatomie des bois, Nogent-sur-Marne.

Gabrielian E. et Fragman-Sapir, O. (2008) – Flowers of the Transcaucasus and Adjacent Areas: Including Armenia, Eastern Turkey, Southern Georgia, Azerbaijan and Northern Iran, Ruggell.

Gabrielian E. et Zohary D. (2004) – Wild Relatives of Foog Crops Native to Armenia and Nakhitchevan, Flora Mediteranea, 14, p. 5-80.

Marro C., Bakhshaliyev V. et Ashurov S. (2009) – Excavations at Ovçular Tepesi (Nakhchivan, Azerbaijan). First Preliminary Report: the 2006-2008 Seasons, Anatolia antique, 17, p. 31-87.

Marro C., Bakhshaliyev V. et Ashurov S. (2011) – Excavations at Ovçular Tepesi (Nakhchivan, Azerbaijan). Second Preliminary Report: the 2009-2010 Seasons, Anatolia antique, 19, p. 53-100.

Maziar S. (2010) – Excavations at Kohne Pasgah Tepesi, the Araxes Valley, Northwest Iran: First Preliminary Report, Journal of Ancient Near Eastern Studies, 47, p. 165-193.

Parsa Pajouh D., Schweingruber F. H. et Lenz O. (2001) – Atlas des bois du nord de l’Iran. Description anatomique et identification microscopique des essences principales, Téhéran.

Schweingruber F. H. (1990) – Anatomie Europaischer Hölfzer – Anatomy of European Woods, Bern et Stuttgart.

Zohary M. (1973) – Geobotanical Foundations of the Middle-East, vol. 2, Stuttgart.

Notes

1 Deutsches Archäologisches Institut, DAI, Berlin.

2 Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Bakou.

3 CNRS – UMR 7192.

4 Institut d’Archéologie et d’Ethnographie, Bakou.

5 CNRS – UMR 5133.

6 Académie des Sciences de Nakhitchevan.

7 Ph.D Candidate, Archäologie und Kulturgeschichte des Vorderen Orients, Institut für Archäologie Wissenschaften, Johann Wolfgang Goethe – Universität Frankfurt am Main.

8 Différents atlas ont été consultés afin de déterminer les fragments de charbon de bois. Deux atlas ont été particulièrement utilisés : l’atlas des bois de l’Europe de Schweingruber (1990) ainsi que l’ouvrage de Parsa Pajouh et al. (2001) consacré aux bois du Nord de l’Iran. La collection de référence des bois européens et proche-orientaux de la plateforme botanique de l’UMR 7209 du Muséum national d’histoire naturelle s’est avérée également très utile.

9 Halophile : « Se dit d’un taxon ou d’un groupement vivant sur un substrat à fortes concentrations en chlorure de sodium. » (Da Lage et Métailié, 2000).

Table des illustrations

Titre Fig.1 Localisation des sites présentés.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5019/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Fig.2. Les trois plans ligneux utilisés pour l’identification des charbons
Crédits D’après Schweingruber, 1990.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5019/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Titre Tableau 1. Récapitulatif des échantillons étudiés
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5019/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig.3 Diagrammes anthracologiques de Kamiltepe et Kohne Pasgah Tepesi
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5019/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Fig.4. Diagrammes anthracologiques de Mentesh Tepe et Ovçular Tepesi
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5019/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig.5. Taxons représentatifs de la forêt riveraine identifiés
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5019/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Fig.6. Taxons représentatifs du chibliak identifiés
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5019/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Fig.7. Taxons représentatifs de la forêt mixte décidue identifiés
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/5019/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 976k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 7041 : Archéologie et Sciences de l’Antiquité. Sujet de thèse : Origine et évolution des économies agricoles dans le sud du Caucase : recherches archéobotaniques dans le bassin kuro-araxe.
Directrices : M. Tengberg et M. Casanova.
Soutenance prévue fin 2015.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search