Versione classicaVersione mobile

L’Amérique et le France

IV. Religion, révolution, contre-révolution

La pétition présentée par Jean de Marcillac, et William et Benjamin Rotch à l’assemblée nationale le 10 Février 1791

Jeanne-Henriette Louis

Testo integrale

1Le 10 février 1791, Jean de Marcillac le Cointe, membre français de la Société religieuse des Amis (Quakers), se présentait devant l’Assemblée nationale, le chapeau sur la tête, accompagné de deux Quakers américains, William Rotch et son fils Benjamin, et lisait la pétition présentée par les Quakers français afin d’être exemptés de l’obligation de porter les armes et de prêter serment. Cette pétition était également une bonne occasion d’évoquer le cas de la Pennsylvanie, et de donner en exemple aux révolutionnaires français, non pas la Philadelphie de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, mais celle de la première moitié du siècle, à l’époque où la Sainte Expérience lancée par William Penn durait encore. Comment l’idée de cette pétition et de cette délégation était-elle née ?

  • 1 Edmond JAULMES, Les Quakers français, Etude historique, Nîmes, 1898, p.p. 9-25 et Henry van ETTEN, (...)

2Il convient d’abord d’évoquer les conditions de la naissance du mouvement quaker en France. A la fin du XVIIe siècle, lors des luttes violentes qui opposèrent Catholiques et Camisards dans les Cévennes, un petit groupe de Camisards se détacha de ses corelégionnaires afin de renoncer à la pratique de la violence, même à titre défensif. Ce groupe se fixa dans le village de Congénies et dans les villages voisins, dans la vallée de la Vaunage, près de Nîmes. C’est ainsi que se développa, à Congénies et dans les environs, une communauté de chrétiens non-violents qui pratiquaient un culte à base de silence, et s’en remettaient à l’Esprit divin pour leur inspiration1.

  • 2 E. JAULMES, op. cit., p. 27-38, et H. van ETTEN, op. cit., p. 42-44.

3Ce n’est qu’au cours du XVIIIe siècle que ces chrétiens non-violents que leurs voisins appelaient les Couflaïres (en provençal : les Inspirés ou gonflés par l’Esprit), entendirent parler des Quakers britanniques, et sentirent qu’ils avaient des affinités avec eux. Mais c’est à partir de 1785 que se tissèrent des liens entre les Inspirés du Languedoc et la Société religieuse des Amis en Angleterre. En février 1785, en effet, la Gazette de France publiait une note de Edouard Long Fox, Quaker britannique, propriétaire d’un navire de course qui avait saisi du, butin sur des navires français pendant la Guerre de l’indépendance des États-Unis d’Amérique. Le propriétaire n’avait pas participé directement à ces prises de butin, qu’il regrettait, et il souhaitait restituer leur bien aux victimes françaises de ces rapines. Cette note reçut une large publicité en France, et elle parvint à la connaissance des Inspirés du Languedoc. Emus de reconnaître un "Frère" en Fox, ils lui écrivirent en avril 1785 afin de lui faire connaître leur existence. Une correspondance s’établit entre Edward Long Fox et le groupe de Congénies. Jean de Marcillac fut chargé d’aller à Londres pour représenter les Inspirés du Languedoc. Il s’y rendit en novembre 17852.

  • 3 H van ETTEN, pp. 45-46.

4Mais il faut également présenter Jean de Marcillac, que nous retrouvons justement à l’Assemblée Nationale le 10 février 1791. Jean de Marcillac le Cointe était un noble de naissance, originaire de Marcillac, près de Nîmes. Ayant découvert l’existence des Quakers américains et anglais à travers des relations de voyages de quelques-uns de ses amis, et à travers l’Apologie de Robert Barclay, il fut convaincu qu’un chrétien ne peut pas accepter de faire la guerre. Il quitta l’armée en 1777 et se mit à étudier la médecine à Montpellier. Il découvrit l’existence des Inspirés du Languedoc, et se joignit à eux3.

  • 4 E. JAULMES, pp. 39-42, et H. van ETTEN, pp. 47-58.
  • 5 cf. J. Henriette LOUIS, "William Rotch, Quaker américain, et les Anabaptiste-Mennonites de Salm, av (...)

5Jean de Marcillac avait vocation de représenter les Inspirés du Languedoc. Son éducation et sa culture lui permettaient de s’exprimer avec aisance. C’était un bon ambassadeur qui partageait la foi de ses Frères de condition sociale plus modeste. Son voyage à Londres marqua le début d’une correspondance entre les Inspirés du Languedoc et les Quakers de Londres. En 1788, plusieurs Amis d’Angleterre et d’Amérique du Nord vinrent à Congénies. George et Sarah Dilwyn, des États-Unis, Mary Dudley, Robert et Sarah Grubb, d’Irlande, John Eliot, de Londres, et Adey Bellamy, de High Wycombe, en Angleterre, arrivèrent à Congénies le 23 mai 1788. Le premier culte commun eut lieu le 25 mai. Il groupait entre quatre-vingt et quatre-vingt-dix personnes. Le 26 mai 1788, la petite communauté des "Inspirés" ou "Gonfleurs" devenait celle des Quakers français. C’est en raison de cette admission des Inspirés du Languedoc au sein du quakerisme international que Jean de Marcillac, représentant les Amis français et William et Benjamin Rotch, Quakers américains, purent présenter à l’assemblée nationale une pétition commune4. L’histoire de William Rotch, armateur quaker de Nantucket dont le navire arbora pour la première fois le pavillon des États-Unis dans les eaux britanniques le 6 février 1783, mérite d’être relatée assez longuement, et fera l’objet d’un autre article5.

  • 6 H. van ETTEN, pp. 58-62.

6Ce n’était pas la première fois que Jean de Marcillac intervenait auprès du gouvernement français. Il était déjà intervenu auprès du gouvernement royal en 1788 afin que les Quakers français pussent bénéficier de l’Édit de Tolérance au même titre que les Protestants, bien qu’ils ne reconnussent d’autre baptême que celui de l’Esprit et du Feu divin. A la suite de cette démarche, le Comte de Vergennes fit ajouter au texte de l’Édit de Tolérance que lorsqu’un enfant est né dans une Secte qui ne reconnaît pas la nécessité du Baptême, le père ou la mère déclareront la naissance de l’enfant au Magistrat. Dès 1788 donc, les Quakers du Languedoc jouissaient des Droits de sujet et de citoyen6.

  • 7 H. van ETTEN, pp. 69-78 et William Rotch, Mémorandum written by William Rotch in the Eighteenth Yea (...)

7En 1791, Jean de Marcillac éprouva le besoin d’intervenir auprès de l’Assemblée Nationale afin que les Quakers français fussent exemptés de l’obligation de prêter serment de fidélité à la Constitution, ainsi que de celle de défendre le pays par les armes. Il fit part de cette idée à William Rotch, Quaker américain, armateur de Nantucket récemment installé à Dunkerque avec sa famille, et reçut de celui-ci un encouragement. La pétition fut rédigée par Jean de Marcillac, puis légèrement modifiée par William Rotch. Louis Majolier, un des piliers des Quakers du Languedoc, envoya un plein pouvoir signé de tous les Amis du sud capables de signer, l’autorisant à présenter cette pétition en leur nom. Jean de Marcillac invita William Rotch et son fils Benjamin à se joindre à lui le 10 février, ce qui donnait à cette délégation une dimension internationale, et permettait aux Quakers français d’affirmer leur lien avec la Sainte Expérience de la Pennsylvanie7.

  • 8 Voyages de M. le Marquis de Chastellux dans l’Amérique septentrionale dans les années 1780, 1781 et (...)
  • 9 H. van ETTEN, pp. 69-71.

8Avant de présenter cette pétition, Jean de Marcillac avait pris contact avec Jean-Paul Rabaut Saint-Etienne, pasteur à Nîmes, élu Député à l’Assemblée Nationale en 1789, avec l’Abbé Grégoire, évêque constitutionnel de Blois qui siégea aux États Généraux, et avec Pierre-Jacques Brissot de Warville, chef du parti girondin, qui avait une grande admiration pour les Quakers américains, et les avait souvent défendus lorsqu’ils étaient attaqués dans des récits de voyages en Amérique du Nord, comme celui du Marquis de Chastellux par exemple8. L’annonce de sa démarche fut bien accueillie par tous. Ces personnalités politiques lui conseillèrent d’attendre que Mirabeau fût Président de l’Assemblée : comme il était bien disposé en faveur des Quakers, il se ferait un plaisir d’appuyer cette pétition avec force, disait-on à Jean de Marcillac. Mirabeau présida effectivement l’Assemblée Nationale pendant quinze jours au début de l’année 1791, et c’est durant cette brève période que la pétition fut présentée. Avant de se rendre à l’Assemblée Nationale, les trois Amis étaient restés avec Brissot de Warville ainsi que d’autres personnalités qui soutenaient leur démarche. Tandis qu’ils approchaient de l’Assemblée Nationale, un de leurs compagnons fit remarquer qu’ils ne portaient pas de cocarde. Ils répondirent que le port d’un signe distinctif était contraire à leurs principes. Leurs amis étaient contrariés de voir qu’ils ne voulaient pas porter de cocarde, car cette distinction constituait une protection pour traverser la foule qui entourait l’Assemblée. Ils parvinrent cependant sans encombre à l’Assemblée9.

  • 10 W. ROTCH, p. 53.
  • 11 Edith PHILIPS, The Good Quaker in French Legend, University of Pennsylvania Press, 1932, pp. 1-165.

9 Dans son Mémorandum, William Rotch précise que la nouvelle de la lecture de la pétition avait largement circulé dans Paris les jours précédents, et que tous les Députés occupaient leur siège. La galerie des visiteurs était bondée10. Ces précisions confirment ce qu’a écrit Edith Philips dans The Good Quaker in French Legend : les Quakers étaient très en vogue en France au XVIIIe siècle11. Ceux que l’on admirait couramment à cette époque n’étaient d’ailleurs pas les Quakers de Congénies, mais les Quakers américains. La présence de William Rotch et de son fils ont dû grandement contribuer à la popularité de cette démarche.

  • 12 W. ROTCH, p. 56.

10Jean de Marcillac lut la pétition à voix haute, souvent ponctuée par des applaudissements, et Mirabeau lut sa réponse, également ponctuée par des applaudissements. Les trois Amis assistèrent ensuite au reste de la séance. Tandis qu’ils se dirigeaient vers leurs places, quelqu’un dit à Benjamin : "Je me réjouis de voir que certains de vos principes sont exposés ici". Lorsqu’ils furent assis, plusieurs Députés vinrent s’entretenir avec eux de ces principes12.

11Dans cette pétition, les Amis français commençaient par remercier les Législateurs d’avoir décrété la liberté générale de tous les cultes. Ils poursuivaient en abordant la question très délicate de l’attitude à adopter à l’égard de ses ennemis. Ils citaient la Pennsylvanie du début du XVIIIe siècle en exemple, et rappelaient aux Législateurs qu’eux-mêmes avaient juré de ne jamais souiller leurs mains dans le sang pour des conquêtes. Ils demandaient pour eux-mêmes l’exemption de l’obligation de porter les armes, à l’instar des Quakers anglais et américains. Ils demandaient également à être dispensés de cérémonies religieuses pour entériner les actes civils. Ils demandaient enfin à être dispensés de toute formule de serment car la parole vaut serment. Ils affirmaient cependant leur allégeance à la Constitution française, et leur respect pour le gouvernement établi, ils concluaient en affirmant que si la liberté religieuse et civile était accordée aux Quakers en France, des Quakers anglais et américains viendraient volontiers s’installer en France, et feraient profiter la Patrie de leur industrie.

12Le Président Mirabeau répondit tout d’abord que la France régénérée, la France au sein de la paix dont elle commandera toujours l’inviolable respect, et qu’elle désire à toutes les autres Nations, peut devenir aussi une heureuse Pennsylvanie. Mais les réclamations des Quakers français doivent être soumises à la discussion du corps législatif. En ce qui concerne le refus de tuer, Mirabeau adoptait l’attitude conventionnelle à l’égard de la liberté et de la violence : "Puisque nous avons a conquis la Liberté pour vous et pour nous, pourquoi refuseriez-vous de la conserver ?" Pour Mirabeau, comme pour les autres révolutionnaires, la violence était illégitime dans une guerre de conquête, et légitime dans une guerre défensive. A ses yeux, l’expérience de la Pennsylvanie ne prouvait rien. Les colons de la Pennsylvanie avaient eu de la chance de ne pas être attaqués par les sauvages, tout simplement. Mirabeau concluait par cette déclaration : "C’est la faiblesse qui appelle la guerre : une résistance générale ferait la paix universelle".

13Notons que Mirabeau, à l’instar de ses contemporains, n’avait pas conscience que les "ennemis" que les Pennsylvaniens refusaient de combattre au début du XVIIIe siècle, étaient non seulement des Indiens, mais également des Français. Cette considération aurait pu le mener plus loin dans une réflexion sur l’identité de l’ennemi, puisque, en ce qui concerne les Indiens, il ne s’était pas départi de l’attitude conventionnelle qui consistait à considérer les Indiens comme violents et cruels : ceux contre qui on devait se défendre. En fait, l’exemple de la Pennsylvanie constituait un démenti aux assertions de Mirabeau puisqu’il était prêt à défendre les droits des colons anglais contre ceux des Indiens (inversant les concepts de conquête et de défense), mais en outre, colonie pour colonie, il respectait beaucoup plus la colonisation anglaise que la colonisation française. Que les colonies anglaises aient finalement vaincu les colonies françaises en Amérique du Nord, lui paraissait apparemment chose naturelle, et qu’elles aient ensuite mené leur révolution violente au nom de la liberté lui paraissait digne d’admiration, comme à beaucoup d’autres révolutionnaires français. Les Indiens, les Français, puis les Anglais comme ennemis pour les colons britanniques d’Amérique du Nord, cela paraissait naturel à Mirabeau. Les Quakers qui avaient refusé de considérer tous ces groupes comme des ennemis étaient à ses yeux imprudents et déraisonnables, en dépit de l’admiration qu’il leur portait.

  • 13 H. van ETTEN, pp. 79-81, et W. ROTCH, p. 56.

14Lors des jours qui suivirent leur admission à l’Assemblée nationale, les trois Quakers multiplièrent les visites afin de donner à leur pétition une chance d’être honorée, c’est ainsi qu’ils rendirent visite au Général de Lafayette, à Rabaut Saint-Etienne, l’Abbé Sieyes, Mirabeau, l’abbé Grégoire, tous personnages influents à l’Assemblée nationale. Tous promirent leur appui au moment voulu. Pourtant la Pétition respectueuse n’aboutit point13.

  • 14 H. van ETTEN, pp. 87-91 et Margaret HIRSCH, The Quakers in Peace and War, an account of their peace (...)

15Déçu, Jean de Marcillac songea à quitter la France, où l’atmosphère lui paraissait de toute façon de plus en plus pénible. Il passa plusieurs mois en Grande-Bretagne en 1792, puis partit à Philadelphie en 1795, où il devint membre du meeting quaker. Il revint finalement en France en 1798, mais par un changement complet d’attitude qu’on n’a jamais très bien expliqué, il démissionna de la Société religieuse des Amis à laquelle il avait consacré tant de temps et d’énergie quelques années auparavant14.

  • 15 W. ROTCH, pp. 60-67.

16Quant à William Rotch, il ne s’attarda pas non plus en France à l’époque révolutionnaire. Sentant qu’une guerre entre la France et la Grande-Bretagne était imminente, il quitta la France le 19 janvier 1793 pour s’installer en Angleterre avec sa famille. Deux jours plus tard, le roi Louis XVI était guillotiné15.

  • 16 cf. Claude JEROME, "Les Anabaptistes-Mennonites de Salm aux XVIIIe et XIXe siècles", in Essor, n° 9 (...)

17Deux ans après la démarche infructueuse des Quakers français auprès de l’Assemblée constituante, un autre groupe non-violent, les Mennonites de l’Est de la France, ignorant l’existence et la démarche des Quakers français, déposaient une pétition auprès du Comité de Salut public, et obtenaient davantage de satisfactions que leurs infortunés prédécesseurs. Peut-être les Quakers français avaient-ils, sans le savoir, fait mûrir une question et préparé le terrain pour les Mennonites16.

18La question du recours ou du non-recours à la violence avait fort besoin de mûrir, en effet, si l’on en juge par ce qui s’est passé en France à partir de 1793…

Note

1 Edmond JAULMES, Les Quakers français, Etude historique, Nîmes, 1898, p.p. 9-25 et Henry van ETTEN, Chronique de la vie quaker française, publiée par le Centre quaker de Paris, Paris, 1945, pp. 11-46.

2 E. JAULMES, op. cit., p. 27-38, et H. van ETTEN, op. cit., p. 42-44.

3 H van ETTEN, pp. 45-46.

4 E. JAULMES, pp. 39-42, et H. van ETTEN, pp. 47-58.

5 cf. J. Henriette LOUIS, "William Rotch, Quaker américain, et les Anabaptiste-Mennonites de Salm, avocats de la Liberté intérieure, pendant la Révolution française", in "L’étranger dans la Révolution française", Revue de Littérature comparée, n° 3 (89), à paraître en 1989.

6 H. van ETTEN, pp. 58-62.

7 H. van ETTEN, pp. 69-78 et William Rotch, Mémorandum written by William Rotch in the Eighteenth Year of his Age, Boston, Houghton Mifflin, 1916.

8 Voyages de M. le Marquis de Chastellux dans l’Amérique septentrionale dans les années 1780, 1781 et 1782, Paris, Prault, 1786, pp. 235-242, auxquels Brissot répondit dans son Examen critique des Voyages dans l’Amérique septentrionale de M. le Marquis de Chastellux, Londres, 1786.

9 H. van ETTEN, pp. 69-71.

10 W. ROTCH, p. 53.

11 Edith PHILIPS, The Good Quaker in French Legend, University of Pennsylvania Press, 1932, pp. 1-165.

12 W. ROTCH, p. 56.

13 H. van ETTEN, pp. 79-81, et W. ROTCH, p. 56.

14 H. van ETTEN, pp. 87-91 et Margaret HIRSCH, The Quakers in Peace and War, an account of their peace principles and practice, London, Swarthmore press, 1913, pp. 476-469.

15 W. ROTCH, pp. 60-67.

16 cf. Claude JEROME, "Les Anabaptistes-Mennonites de Salm aux XVIIIe et XIXe siècles", in Essor, n° 91, Schirmeck, 1976, pp. 4-24, Alfred MICHIELS, Les Anabaptistes des Vosges, Paris, 1860, rééd. J.P. Gyss. Bischoffen, 1980, passim et Jean SEGUY, Les Assemblées anabatistes-mennonites de France, Paris/La Haye, 1977, pp. 346-422.

Autore

Université d’Orléans

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search