Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

IV. Religion, révolution, contre-révolution

La pétition présentée par Jean de Marcillac, et William et Benjamin Rotch à l’assemblée nationale le 10 Février 1791

Jeanne-Henriette Louis

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le 10 février 1791, Jean de Marcillac le Cointe, membre français de la Société religieuse des Amis (Quakers), se présentait devant l’Assemblée nationale, le chapeau sur la tête, accompagné de deux Quakers américains, William Rotch et son fils Benjamin, et lisait la pétition présentée par les Quakers français afin d’être exemptés de l’obligation de porter les armes et de prêter serment. Cette pétition était également une bonne occasion d’évoquer le cas de la Pennsylvanie, et de donner en exemple aux révolutionnaires français, non pas la Philadelphie de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, mais celle de la première moitié du siècle, à l’époque où la Sainte Expérience lancée par William Penn durait encore. Comment l’idée de cette pétition et de cette délégation était-elle née ?

Il convient d’abord d’évoquer les conditions de la naissance du mouvement quaker en France. A la fin du XVIIe siècle, lors des luttes violentes qui opposèrent Catholiques et Camisards dans les Cévennes, un petit ...

Auteur

Université d’Orléans

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search