Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

III. Libéralisme économique et libéralisme politique

La critique populaire du libéralisme économique pendant la Révolution française

Guy-Robert Ikni

Texte intégral

  • 1 La première interprétation est celle de Jaurès et de son école, la seconde, plus récente, du profes (...)
  • 2 Notamment des travaux de Ch. HILL, Le monde à l’envers, les idées radicales au cours de la Révoluti (...)
  • 3 Archives nationales, sous-séries F 10 et F 11. Je ne donne pas le détail des cotes. Pour le Beauvai (...)

1Nous tentons ici une nouvelle interprétation à partir de l’étude de cas réalisée sur les communautés paysannes des pays d’Oise entre 1760 et l’an Il Les divers courants historiographiques enferment l’action paysanne dans une alternative stérile : soit qu’ils la renvoient à l’archaïsme, soient qu’ils la condamnent à attendre le futur radieux du temps des prolétaires. Ainsi l’égalitarisme est tantôt interprété comme l’expression du vieux communisme primitif, tantôt comme une variante petite bourgeoise de la Révolution1. Ces deux jugements pour différents qu’ils soient privent en fait le peuple de son histoire. Il convient donc de s’interroger sur les racines proprement populaires de la critique de l’économie, et sur l’évolution de celle-ci à l’occasion de la crise révolutionnaire afin d’en saisir les permanences et, le cas échéant, les évolutions. En clair, n’y a-t-il pas d’une certaine manière passage d’une "économie morale" à une économie politique dans les mentalités populaires en révolution ? Cette recherche s’est bien sûr inspirée de travaux antérieurs consacrés aux révolutions anglaise et américaine2, elle est fondée sur la relecture des pétitions populaires envoyées aux assemblées révolutionnaires, sur le fait des subsistances essentiellement3.

Les fondements proprement populaires a la critique de l’économie

2Ils mettent en jeu à la fois des représentations très générales dans l’ordre de "l’anthropologie", du concept de la nature, et des normes de droit inséparables du cadre de vie et de travail quotidiens. Je me contenterai de citer quelques exemples à ce propos, tout en soulignant les limites d’une esquisse dans un champ d’études qui demeure très largement ouvert.

  • 4 P. LASCOUMES-HARTWIG ZANDER, Marx du "vol de bois" à la critique du droit, Paris 1984, p. 142.
  • 5 M. BAKHTINE, L’œuvre de F. Rabelais et la culture populaire au moyen-âge et sous la Renaissance, tr (...)
  • 6 Études sur le curé Meslier, Paris, 1966, particulièrement, l’étude de J. Proust, Meslier prophète, (...)
  • 7 A.N., pétition de Tugny en Bray, 29 juillet 1790. (F 10, 284).
  • 8 R. SAMSON, Marginaux, délinquants et séditieux dans le Beauvaisis, 1765-1790, CDDP de l’Oise, 1978.

3Les hommes se différencient d’abord par une nature spécifique dans l’ordre du vivant. L’essentiel étant ici la coupure qui sépare l’homme de l’animalité. Les hommes se distinguent par leur nourriture, leur forme d’habitat. Sauf à considérer tel épisode cocasse de paysans du Beauvaisis qui fuient leurs paillasses envahies par les punaises pour aller dormir à la belle étoile, le paysan refuse de gîter comme le renard. Le vieil interdit de la bestialité (parfois encore transgressé) et des relations homosexuelles, participe aussi d’une délimitation de la nature des hommes. Enfin, l’arbitrage des conflits parachève, dans l’ordre des représentations cette dichotomie : l’animal repousse la force par la force, les hommes, eux, ont recours au droit pour régler leurs différends. La nature humaine est ainsi définie à la fois dans l’ordre physique et moral, comme une entité qui prend place dans la Nature. Celle-ci n’est pas seulement une représentation idéelle, elle est d’abord la sphère concrète du monde, à la fois microcosme du milieu immédiat et nature cosmique des quatre éléments qui fournit les moyens de vivre et aussi ceux de penser, de rêver… La Nature génère par là l’image d’un monde normé, réglé, d’un ordre pour tout dire. Sans doute est-il bien délicat de saisir la nature de l’ordre naturel. Exprime-t-il l’émergence d’un matérialisme spontané dans la mentalité populaire ? C’est ce que suggérait le jeune Marx dans une page célèbre des Vols de bois4. Les pauvres, par une sorte de mimétisme avec le processus naturel, prétendent rétablir l’ordre de la nature en exerçant leur droit d’usage sur le bois mort. Ce bois détaché de l’arbre qui est comme l’image du pauvre, retranché, lui, de la société. L’interrogation marxienne nous renvoie aux analyses récentes sur l’ambivalence de la culture populaire, de sa dialogique définie par M. Bakhtine5 ; sans oublier l’influence possible des représentations bibliques pénétrées elles aussi du "matérialisme" hébraïque6. En fait, la référence biblique peut tout à la fois nourrir des représentations spontanées et des images reproduites par le culte. Comment dès lors distinguer ce qui ressort d’un ordre spontané de celui qu’instaure Dieu ou l’être suprême ? Les exemples ne manquent pas quand il s’agit de défendre le droit au glanage encore référé à la "loi que Dieu nous a donnée"7, ou, la liberté du pauvre réduit à mendicité, que les femmes de Monsoult arrachent aux exempts de la maréchaussée en 1776 en leur criant "qu’ils sont les membres du Christ"8.

  • 9 Cette image d’une divinité réconfortante qui se retrouve dans les almanachs populaires, voyez G. BO (...)
  • 10 A.D. de l’Oise, série B, maîtrise des eaux et forêts de Laigue, 1776.
  • 11 D. DELEULE, Hume et la naissance du libéralisme économique, Paris, 1979.

4L’important n’est d’ailleurs pas de discuter si l’ordre de nature est spontané ou voulu, mais de constater que cet ordre révèle une nature bienfaisante, un optimisme à tout crin, à contre-courant des représentations qui confortent l’ordre établi9. Ne voit-on pas se déployer encore un anthropomorphisme tenace et, tel délinquant arrêté pour avoir volé du plant dans la forêt de Laigue, invoquer le secours de la "Vierge, derrière l’abbaye (c’est une statue) qui est une bonne femme"10 ? L’optimisme populaire s’oppose ici en tout point à la conception qui se développe au même moment chez les penseurs de la nouvelle économie politique, pour qui dame nature est une marâtre11. A l’inverse, le peuple se réfère souvent encore à la mère commune, à sa générosité, à un ordre qui n’est pas violence, mais équilibre, et peut donc servir de référent idéel/idéal, pour juger de l’ordre quotidien.

  • 12 L. ASSIER-ANDRIEU : "La coutume dans la question forestière", in Des arbres et des hommes. Acte sud (...)

5Or, précisément celui-ci est au XVIIIe siècle (et même avant !) l’enjeu d’une formidable bataille. Contre la nouvelle économie politique qui veut imposer le primat de l’économie de propriété individuelle, se dresse la vieille conception communautaire de "l’usage", terme qui recouvre une conception globale des rapports du groupe à son espace ; comme le montre avec force L. Assier-Andrieu, il révèle l’intelligence que la communauté possède de sa pratique12. Or, dans la mesure où la communauté villageoise est encore souvent aussi une communauté paroissiale, il me paraît inévitable que les conceptions de l’ordre communautaire mêlent à la fois les éléments d’un droit autogénéré qui garantisse à tous le droit de vivre et ceux qui viennent du vieux fonds évangélique.

  • 13 BOUTHORS, Les sources du droit rural cherchées dans l’histoire des communautés et des communes, Par (...)

6A ce stade de l’analyse, l’historien pourrait donc considérer que les communautés villageoises possédaient leur propre conception juridique de la liberté, de l’égalité qui auraient servi de matrices à l’idéal révolutionnaire. Cette thèse a d’ailleurs été soutenue voici plus d’un siècle par Bouthors13. En fait, il me paraît plus probable de défendre l’idée d’une osmose entre les pratiques communautaires qui révélaient les survivances de coutumes authentiquement populaires, des formes de droit où l’idée d’un espace public non appropriable subsistaient et les conceptions des juristes modernes inspirés de la théorie du droit naturel. Cette convergence me paraît importante. Les historiens ont souvent souligné la communauté d’intérêts entre les diverses couches du Tiers-État contre la Féodalité, mais ils ont négligé d’analyser, ce qui dans la sphère des représentations et du droit pouvait cimenter cette union, considérant que les Lumières ne pouvaient venir que d’en haut ; en fait, les principes de 1789 eurent aussi leurs racines proprement populaires dans le long effort pour libérer les communautés paysannes et la terre. J’irai plus loin, je pense que dans les affrontements qui précèdent la Révolution, sont déjà à l’œuvre les lignes de fractures internes du Tiers-État. Les communautés doivent en effet se défendre sur deux fronts : la seigneurie d’une part et le capital foncier et marchand de l’autre ; dans les deux cas, il s’agit pour elles de sauvegarder un espace commun, géré par la communauté, contre l’appropriation privée indéfinie. Je prendrai ici l’exemple de la terre et du marché. Dans les deux cas, il est question pour les bourgeoisies et les communautés de libérer la terre et le marché. Mais le sens de cette liberté n’est pas le même : pour les premières, la liberté est celle d’une accumulation indéfinie de la terre, elle est aussi la liberté de se libérer du marché public sous contrôle féodo-monarchique pour mieux créer le marché de gros privé. Ces objectifs sont radicalement opposés à ceux des communautés. Pour elles, libérer la terre, ce n’est pas seulement se libérer des rentes féodo-seigneuriales, c’est aussi sauvegarder l’espace commun non appropriable, géré en commun et qui, par le partage usager, assure à tous ses membres leur droit de vivre. Libérer le marché de même, ce n’est pas se libérer du marché, c’est développer un type de marché public qui soit utile à tous, le prototype en étant le "marché franc" qui subsistait encore dans la société féodale, mais à titre précaire, un marché où tous pouvaient apporter quelque chose, sans payer de droits seigneuriaux.

  • 14 Sur cette question, voir notre esquisse, dans la Guerre du blé au XVIIIe siècle, F. GAUTHIER et G-R (...)
  • 15 La Guerre du blé au XVIIIe siècle, op. cit., p. 26.
  • 16 S. L. KAPLAN, Le complot de famine : histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Paris, Cahiers des Ann (...)

7On le voit, ce que réclament les communautés, c’est plus une économie sociale qu’une économie "morale", même si leurs vœux sont encore le plus souvent drapés dans le pathos évangélique et s’expriment dans la dénonciation des "mauvais riches" ; même si libérer la terre et libérer le marché, cela peut vouloir dire aussi se libérer à l’horizon de son finage, de son univers local pour certains. D’où me semble-t-il, l’importance de la rencontre entre les pratiques sociales des communautés et le discours du droit naturel qui permet à celles-ci de donner à la liberté, à l’égalité, un sens universel qui transgresse les clivages du maillage communautaire et de l’univers paroissial. Comment et par quels intermédiaires s’opère cette rencontre : je ne peux ici traiter de cette question qui exigerait à elle seule un long développement14. Retenons pour l’heure qu’à cette occasion, les "meneurs" populaires tel ce curé d’Ognes en Soissonnais opèrent une première critique politique du développement autonome de la sphère économique et dégagent parfaitement la contradiction entre liberté économique indéfinie et liberté civile15. Dans l’immédiat, sans doute la résistance populaire ne pouvait imposer un contre-programme aux tentatives de réforme éclairée, elle fut néanmoins suffisamment forte, pour faire échouer la réforme Turgot. Comme l’a justement souligné S.L. Kaplan, celle-ci encouragea en outre la politisation de la question économique, en particulier celle des subsistances16. Les historiens ont souvent dit que son échec avait préparé la révolution. Je pense que son application, même momentanée, a aussi contribué à poser dans toute son ampleur la question des rapports entre l’économique et le politique au sein de la société de droit naturel, question cruciale qui se pose, avec quelle force, à partir de 1789.

La révolution et l’affirmation d’une économie politique populaire

Au commencement étaient les principes

  • 17 La Guerre du blé au XVIIIe siècle, p. 119.
  • 18 G. LEFÈBVRE, Questions agraires au temps de la Terreur, Paris, 1932.

8Déjà, les cahiers de doléances laissent percer certaines expressions qui ne laissent pas de montrer cette acculturation aux principes nouveaux : allusion au droit naturel, au droit des gens, au droit commun… Sans doute le lien n’est pas encore clairement établi entre cette affirmation et la nécessité de subjuguer la liberté économique indéfinie ; cependant, l’on trouve à plusieurs reprises des références au programme critique que Mably avait naguère opposé à Turgot, notamment l’exigence de greniers publics, la régulation du commerce des blés, entre autres17. Ce qui me frappe pendant cette première période, disons jusque 1792, c’est l’affirmation immédiate des principes de 1789, à la fois contre les survivances imposées de la Féodalité et le nouvel essor de l’économie de concurrence illimitée appuyée sur le vote de la loi martiale (octobre 1789). Sur ce point, il faut donc réviser les positions défendues par G. Lefèbvre, notamment, qui date l’affirmation du courant populaire antibourgeois de 1792, voire 179318. En fait, dès 1789-90, l’on trouve des pétitions qui, à partir de l’affirmation des principes du droit naturel, opèrent une critique radicale de la liberté économique absolue, soit qu’elles comparent les principes au quotidien, soit qu’elles partent à l’inverse de l’analyse concrète pour remonter aux principes, soit qu’elles justifient même l’action directe contre les accapareurs au nom de la souveraineté du peuple. Sans doute ce type de comportement n’est-il pas tout à fait nouveau. Chacun y reconnaît aussi la vieille tactique populaire de l’exercice de la justice par substitution, simplement le "au nom du roi" est remplacé par "au nom du souverain". Le conflit latent que nous avons souligné tout à l’heure, à propos de la réforme éclairée, devint ouvert, les deux conceptions de la liberté, de la propriété s’affrontant de suite, parallèlement au conflit antiféodal (qui persista, c’est connu, jusque juillet 1793).

9La libération de la terre déboucherait-elle sur l’accaparement indéfini par la nouvelle aristocratie des riches ? C’était déjà le cas avec la vente des biens nationaux de première origine. La libération du marché déboucherait-elle sur la liquidation des marchés publics ? On pouvait le craindre avec le vide constant qui s’y manifestait même après les bonnes récoltes ! Pour contrebattre ces tendances, le mouvement populaire lutta pour réclamer ses terres communales usurpées afin de rééquilibrer l’écosystème communautaire et d’assurer à tous leur droit d’usage, ce qui impliquait aussi une gestion démocratique des biens communaux et débouchait sur la remise en cause du suffrage censitaire instauré par la Constituante. Sur ce point, le mouvement paysan se heurta aux tendances bourgeoises de l’assemblée ; celle-ci considérait la propriété communale comme un monstre de nature. Seules pouvaient subsister la propriété individuelle et la propriété nationale (entendons la propriété soumise à la volonté de ceux qui confisquaient la souveraineté populaire). Le conflit ouvert avec le Constituante ne devait pas se résorber avec la Législative qui reprit point par point le programme de la précédente. En outre, la déclaration de guerre devait mettre à nu la contradiction fondamentale du système censitaire qui consistait à retrancher du corps civil les citoyens les plus pauvres, au nom d’une conception étroitement matérialiste de la liberté et de la propriété. Comment faire appel pour défendre la Patrie à ceux que l’on avait injustement privés de toute Patrie ? Dès lors le mouvement populaire devait s’emparer de cette nouvelle situation pour affirmer une conception alternative de la politique économique. Cette économie égalitaire reposait en fait sur une conception globale des rapports entre le politique et l’économique. L’on ne peut la réduire à une simple variante de la révolution bourgeoise ou à la résurgence de ce que Jaurès appelait un "communisme de misère".

L’affirmation d’une économie politique populaire

  • 19 Cette pétition est citée par G. Lefebvre dans ses Questions agraires, mais incomplètement, ce passa (...)
  • 20 A.N.F 10, 227n n° 1201, 21 février 1793.

10D’emblée, elle se situe dans le fil du droit naturel déclaré : "Législateurs nous réclamons les droits de l’homme, nous sommes nés libres, nous tenons de la nature le droit de travailler et de vivre du produit de notre travail, cette propriété est au moins aussi sacrée que celle des propriétaires, qu’ils tiennent de la loi". Ces colons qui s’expriment par la bouche du curé Carion19, élargissent le concept de liberté abusivement réduit par les Constituants à la simple disposition de sa propriété matérielle. Par l’affirmation du droit de vivre comme expression première de la liberté, ils mettent en cause la définition juridique du droit de propriété de 1791 ; parlant des propriétaires fonciers, ils déclarent : "Ils prétendent que ce sont eux qui nous nourrissent parce que nous cultivons leurs terres, nous dirons avec plus de vérité que c’est nous qui les nourrissons, parce que leurs terres ne produisent rien que par notre travail… notre propriété dans leurs fruits et dans leurs produits est donc aussi incontestable que celle des propriétaires". En appliquant leur travail à la terre, les métayers acquièrent un droit sur la subsistance qu’elle produit, la revendication radicale dépasse de loin la notion de maximum des prix à laquelle on l’a parfois réduite. La propriété foncière de rente ne donne pas de droit particulier au produit de la terre. De là à affirmer que les subsistances sont la propriété de la nation tout entière, il n’y a qu’un pas, franchi par Nicolin de Verdun, le 2 mars 179320.

  • 21 Journal des décrets et des débats, 21 novembre 1792, n° 62.
  • 22 G. LEFÈBVRE, Questions agraires…, p. 168.
  • 23 G. R. IKNI : "La crise agraire dans le Valois à la veille et pendant la Révolution", Ann. hist. com (...)

11De la critique de la liberté indéfinie du propriétaire foncier, l’on passe à celle de la liberté indéfinie du commerce, qui est en fait à la fois la négation du commerce, et celle de la liberté, puisqu’en son nom, on assèche les transactions sur les marchés publics et on soumet les pauvres à un joug nouveau. C’est ce que dénonce le fermier Jacques Isoré, de Cauvigny en Beauvaisis, député à la Convention, le 20 novembre 1792 en parlant des cultivateurs qui vident les marchés : "ils sont membres de la République, par conséquent ils appartiennent à la société, je prétends qu’ils n’ont pas le droit d’user de leur liberté pour tyranniser leurs égaux"21. La définition de la liberté n’est pas économique, elle est d’abord civile, elle implique le respect de l’égalité, faute de quoi le pacte social est rompu ; c’est ce que souligne la municipalité d’Arzujanx, le 27 juillet 1793 : "nous payons tout et les maîtres rien… il est à voir par là que la Constitution est toute faite pour les riches"22. En quelque sorte le libéralisme économique indéfini a généré une nouvelle aristocratie qui ressuscite le despotisme ; écoutons plutôt le curé de Robertval en décembre 1793 : "Les despotisme vaincu, les principautés éteintes, les droits féodaux anéantis, nous jouissions de la liberté, l’égalité a (sic) pris naissance parmi nous, mais un hydre sorti des cendres de ces tyrans pulvérisés, plus cruel que ses auteurs menace ces deux propriétés de l’homme. Le fermier propriétaire des biens de ses ci-devants maîtres, croît pouvoir succéder à leur tyrannie ; moins instruit, mais plus cruel, il s’est emparé d’un sceptre de fer dont il veut gouverner toutes nos campagnes, il tient la voix de ceux qui vivent sous ses lois, il s’élève malgré son insuffisance et couvre d’une écharpe, symbole de notre liberté, ses projets attentatoires à l’avancement de la République et à la subsistance de ses membres"23.

  • 24 Voir La guerre du blé au XVIIIe siècle, p. 187 et ss.
  • 25 L’expression est de Robespierre, voir Fl. GAUTHIER : "De Mably à Robespierre", in La Guerre du blé, (...)

12Autrement dit, c’est en utilisant la théorie du droit naturel que les leaders radicaux en viennent à dénoncer l’économie dite libérale reposant sur la liberté absolue de commerce et le monopole foncier, mais aussi l’oppression politique qu’elle suscite. C’est en se fondant sur cette critique que le mouvement populaire radical devait proposer un projet alternatif qui remettait en cause le statut de l’économique dans la société politique : au lieu que les rapports civils soient subsumés sous les catégories du libéralisme économique absolu, c’étaient la liberté et la propriété économiques qu’il fallait subsumer sous les principes du droit naturel. Ce contre-programme réduit à la notion de maximum par Mathiez et G. Lefèbvre impliquait en fait une régulation globale de l’économie : limitation du monopole foncier, régulation et fonctionnement du marché public pour éviter l’essor du monopole par le marché privé ou clandestin, régulation des prix et des salaires24. Cette radicalisation s’appuya à maintes reprises sur la force coactive des volontaires. Les luttes populaires permirent la prise en compte partielle de ce programme avec l’arrivée des Montagnards à la tête de la Convention qui tentèrent de mettre en place une "économie politique populaire"25 ; contrairement à ce qui a été écrit, celle-ci n’était pas simple retour aux méthodes du paternalisme monarchique ; faut-il le rappeler, entre-temps, la Féodalité avait été abolie ; de ce point de vue, le marché de l’An II n’est ni le marché d’Ancien Régime, ni le marché privé – dont rêvaient les économistes – laissant le champ libre à la spéculation ; c’est un marché public régulé, proche de la conception populaire du marché de service public. Dans le même temps les mesures d’expropriation et de redistribution des terres se développant, il n’est pas étonnant que cette politique ait suscité de vives réactions.

13La bourgeoisie rurale des gros producteurs, des marchands n’hésita pas à recourir au sabotage économique. Non seulement, elle devait organiser une sorte de grève des livraisons, mais parfois, elle suspendit les ensemencements de grains pour se livrer à des cultures spéculatives qui n’étaient pas touchées par le maximum ; utilisant le pouvoir économique qui lui restait, elle resserra les liens de clientèle et usa de toutes sortes de moyens de pression : sabotage du battage, des réquisitions, refus de labourer les terres des petits exploitants ou acquéreurs de biens nationaux. Par là, les couches supérieures de la société rurale confirmèrent aux yeux des plus pauvres que le pouvoir économique entrait bien en contradiction avec le maintien de relations de droit entre les membres de la société. Le raidissement des plus riches entraîna en retour le développement d’une volonté punitive des plus démunis ; c’est dans ce contexte très précis de l’An II, et non en raison d’un aléatoire attachement au communisme primitif qu’ils réclamèrent de nouvelles mesures contre les propriétaires. Il s’agissait en fait de combattre l’économie de la rareté par la règlementation des cultures. Il est d’ailleurs significatif que sur les parcelles de communaux qu’ils récupérèrent, tels paysans picards développèrent non seulement des cultures de céréales, mais aussi de légumes, de fourrage, tandis que les plus riches réclamaient le retour à une indivision qui leur permettait de pratiquer une exploitation extensive des terres communes pour la pâture des moutons entre autres.

  • 26 G. LEFÈBVRE, Questions agraires, op. cit., p. 179.
  • 27 Pétition des habitants de Magny en Seine-et-Oise, A.N.F 10, 334, 29 frimaire An VI, parlant de la l (...)

14Au pessimisme du libéralisme économique qui les condamnait soit à l’assistance, assortie de la répression, soit à la loi d’airain des salaires, les paysans radicaux répondirent en développant la conception plus optimiste d’une économie égalitaire de petite production généralisée. Celle-ci devait en réorientant et développant la production, couper court à la spéculation. Tout en assurant une meilleure intensivité de la culture, elle assurait à tous travail et subsistances, et permettait donc de résorber la surpopulation relative, rendant inutile la politique d’assistance : "Mieux vaut vivre sur une petite ferme que d’avoir recours à la table des pauvres"26. Enfin, en donnant à tous une terre, un travail, elle assurait même aux plus pauvres leur "existence politique"27. Ce programme devait néanmoins finalement échouer ; il ne reflétait en effet que la conscience d’un groupe radical minoritaire qui devait se heurter non seulement aux couches bourgeoises, mais aussi aux contradictions de la voie égalitaire, avivées par le mouvement même de la Révolution. Le libéralisme économique triomphant de l’an III jeta un voile pudique sur la critique populaire en assimilant la tentative d’économie régulée de l’An II à l’anarchisme sanglant et en renvoyant les pratique de l’usage communautaire au régime féodal !

Notes

1 La première interprétation est celle de Jaurès et de son école, la seconde, plus récente, du professeur A. Ado.

2 Notamment des travaux de Ch. HILL, Le monde à l’envers, les idées radicales au cours de la Révolution anglaise, tr. fr., Paris, 1972, et The American Révolution ; Explorations in the History of American Radicalism, ed. Alfred F. Young, Northern III. Press, 1976.

3 Archives nationales, sous-séries F 10 et F 11. Je ne donne pas le détail des cotes. Pour le Beauvaisis, les exemples sont tirés de ma thèse en préparation : Crise agraire et révolution paysanne dans les pays d’Oise, 1762-An II. (sous la direction de Michel Vovelle).

4 P. LASCOUMES-HARTWIG ZANDER, Marx du "vol de bois" à la critique du droit, Paris 1984, p. 142.

5 M. BAKHTINE, L’œuvre de F. Rabelais et la culture populaire au moyen-âge et sous la Renaissance, tr. fr., Paris, 1970.

6 Études sur le curé Meslier, Paris, 1966, particulièrement, l’étude de J. Proust, Meslier prophète, p. 118.

7 A.N., pétition de Tugny en Bray, 29 juillet 1790. (F 10, 284).

8 R. SAMSON, Marginaux, délinquants et séditieux dans le Beauvaisis, 1765-1790, CDDP de l’Oise, 1978.

9 Cette image d’une divinité réconfortante qui se retrouve dans les almanachs populaires, voyez G. BOLLEME, Les almanachs populaires aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1969, p. 58.

10 A.D. de l’Oise, série B, maîtrise des eaux et forêts de Laigue, 1776.

11 D. DELEULE, Hume et la naissance du libéralisme économique, Paris, 1979.

12 L. ASSIER-ANDRIEU : "La coutume dans la question forestière", in Des arbres et des hommes. Acte sud, 1980, pp. 149-159.

13 BOUTHORS, Les sources du droit rural cherchées dans l’histoire des communautés et des communes, Paris-Amiens, 1865.

14 Sur cette question, voir notre esquisse, dans la Guerre du blé au XVIIIe siècle, F. GAUTHIER et G-R. IKNI éd., Paris, 1988, pp. 191-192.

15 La Guerre du blé au XVIIIe siècle, op. cit., p. 26.

16 S. L. KAPLAN, Le complot de famine : histoire d’une rumeur au XVIIIe siècle, Paris, Cahiers des Annales, 1982.

17 La Guerre du blé au XVIIIe siècle, p. 119.

18 G. LEFÈBVRE, Questions agraires au temps de la Terreur, Paris, 1932.

19 Cette pétition est citée par G. Lefebvre dans ses Questions agraires, mais incomplètement, ce passage manque, se reporter au A.N.

20 A.N.F 10, 227n n° 1201, 21 février 1793.

21 Journal des décrets et des débats, 21 novembre 1792, n° 62.

22 G. LEFÈBVRE, Questions agraires…, p. 168.

23 G. R. IKNI : "La crise agraire dans le Valois à la veille et pendant la Révolution", Ann. hist. compiègnoises, n° 31, 1985, p. 27.

24 Voir La guerre du blé au XVIIIe siècle, p. 187 et ss.

25 L’expression est de Robespierre, voir Fl. GAUTHIER : "De Mably à Robespierre", in La Guerre du blé, op. cit., p. 112.

26 G. LEFÈBVRE, Questions agraires, op. cit., p. 179.

27 Pétition des habitants de Magny en Seine-et-Oise, A.N.F 10, 334, 29 frimaire An VI, parlant de la loi du 10 juin 1793, ils écrivent : "elle donne une existence politique à une foule de citoyens qui défendent la patrie de leurs bras après l’avoir nourrie de leur travail".

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search