Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

III. Libéralisme économique et libéralisme politique

Le libéralisme anti-capitaliste du XVIIIe Siècle en France

Simone Meyssonnier

Texte intégral

1La doctrine professée par les économistes français du début du XVIIIe siècle n’est pas à proprement parler une critique du libéralisme puisque ce mouvement ne s’épanouira qu’à la fin du siècle et au XIXe siècle, mais plutôt la promotion d’un libéralisme original, qui en appelle, en dehors de la liberté d’entreprendre et d’échanger, à l’égalité dans la répartition des revenus, au nom de l’équilibre de la croissance. Il est en outre, anti-capitaliste, dans le sens où il est fondé sur la multiplicité des petits exploitants et sur l’enrichissement par l’acte de production hors de toute exploitation purement financière.

2L’étude dont nous rendons compte est une nouvelle interprétation des doctrines qualifiées jusque là de néo-mercantilistes et que nous proposons d’analyser aujourd’hui plus comme une forme originale de libéralisme économique que comme un prolongement du mercantilisme traditionnel du XVIIe siècle. En effet, ces doctrines de la première moitié du XVIIIe siècle, insérées chez leurs auteurs dans une vision globale des sociétés civiles, consacrent une rupture radicale dans la pensée économique française en même temps qu’elles fournissent de nombreux éléments qui constitueront, dans la deuxième moitié du siècle, l’ébauche d’un libéralisme politique. Elles s’expriment dans une période qui va de 1685 – Révocation de l’Édit de Nantes – à 1758 – Le Tableau économique de Quesnay – avec une césure en 1748 lors de la parution de L’Esprit des Lois de Montesquieu.

L’émergence d’un libéralisme égalitaire anti-capitaliste

3Ce mouvement découle des circonstances qui prévalent à la fin du XVIIe siècle. La plupart des pays d’Europe ont subi une grave récession due en grande partie, au déclin des importations de métaux précieux d’Amérique et à la pénurie monétaire ; la France a dû faire face à quatre grandes crises alimentaires qui révèlent l’insuffisance des rendements et les faiblesses structurelles de l’agriculture. Les paysans durement frappés par l’impôt s’endettent pour assurer les avances productives et réduisent leur consommation ; l’atonie de la demande entretient la dépression. L’État, submergé par les dépenses de guerre, dépend des financiers pour ses ressources les plus nécessaires, compte tenu des exemptions fiscales particulières dont bénéficient la Noblesse et le Clergé. Enfin, la rivalité permanente de l’Angleterre sur les marchés nationaux oblige à une vigilance constante.

4Les économistes français comprennent que la croissance économique constitue désormais la condition première du redressement national et du maintien de la France dans son rôle au sein de l’Europe.

5C’est pourquoi, sur les quatre critères qui le fondent, ils récusent clairement le "Système mercantile", ainsi que le désignera A. Smith, en 1776, dans son Livre IV de Recherches sur la nature et les causes de la Richesse des Nations. Ces quatre critères sont : l’objectif du commerce, le concept de richesse, le concept de Balance du commerce, enfin l’intervention de l’État.

6A une économie de puissance par la conquête armée de territoires, les auteurs français substituent une économie de croissance par la production intérieure, exclusive d’un rapport agressif de prédation sur l’étranger ; car, pour eux, la production mondiale considérée jusque-là comme stable, est envisagée comme susceptible d’accroissement. Il devient possible de s’enrichir sans appauvrir le voisin.

7La richesse ne réside plus dans la matière des métaux précieux, mais dans la production matérielle des biens et des services, c’est donc un rejet radical de la conception chrysohédoniste des richesses. Si l’or et l’argent sont encore le gage de la solvabilité nationale, ils ne sont que la mesure de la valeur et peuvent se voir substituer la monnaie scripturale, pour les échanges intérieurs aussi bien que pour les échanges avec l’étranger. La monnaie papier présente l’avantage d’être créée en proportion du développement des transactions et donc de suivre la croissance du commerce. Elle permet le financement des avances productives et joue un rôle moteur d’entraînement de toutes les activités. Son usage supprime les déséquilibres du circuit dus aux aléas de la production métallique.

8La Balance du commerce, conçue par les mercantilistes comme le critère de l’enrichissement national, perd son sens analytique au profit d’un sens exclusivement comptable. Son déficit, temporaire dans un contexte de croissance générale, n’est plus un signe d’appauvrissement ; il peut donc être réglé sans dommage par une exportation de métaux, le paiement des dettes extérieures étant une clarification des rapports entre pays et le moyen de stimuler les échanges par une baisse du taux de change. Ceci consacre l’abandon définitif du bullionisme, c’est-à-dire de l’interdiction d’exporter les métaux.

9Le rôle de l’État est redéfini. En opposition au colbertisme du siècle précédent, l’État se voit contesté en tant qu’entrepreneur. Il n’a plus à créer de manufactures, ni à réglementer la production. Le marché, désormais, peut assurer la qualité des produits et la régulation de l’offre et de la demande. Les activités résultent de l’initiative des exploitants qui exercent leur fonction dans le cadre d’un commerce libéré et soumis à ses lois propres. Le protectionnisme est également critiqué dans ses formes les plus intransigeantes des prohibitions et contingentements ; mais, face à un environnement international protectionniste (voir l’Angleterre et son Acte de navigation), les auteurs prôneront des mesures atténuées de droits de douane et de taxes à la consommation.

10Nous avons là les nouveaux principes sur lesquels les économistes français fondent leur vision renouvelée de l’activité économique nationale. Mais leur analyse va encore plus loin et c’est à la création d’une science nouvelle qu’ils vont s’atteler, la science économique.

11Les nécessités de l’heure – misère du peuple et inégalités criantes – les amènent à prendre en compte les impératifs de la croissance économique, c’est-à-dire la dynamique de l’intérêt personnel et du profit de l’exploitant, en même temps que l’impératif jugé tout aussi essentiel de la survie du groupe social des classes qui louent leur travail. Deux objectifs, apparemment contradictoires, mais dont ils vont proposer une articulation originale. C’est donc en référence à un nouveau concept, celui de l’Équilibre naturel, qu’ils analysent le fonctionnement du circuit économique et définissent un nouveau rôle de l’État.

12Les premiers accents de l’anti-mercantilisme sont décelables chez Charles-Paul de Bélesbat qui envoie au Roi, de 1692 à 1702, une douzaine de Mémoires sur l’état de la France, proposant un ensemble de réformes coordonnées pour réorganiser le commerce. Il réagit à la Révocation de l’Édit de Nantes et à ses méfaits économiques par l’expatriation des protestants. En dehors des mesures antiréglementaires, retenons ici son projet le plus original, celui d’un véritable système de sécurité sociale, financé par les revenus du Clergé, qui sont déclarés usufruits au bénéfice des pauvres. Ces fonds, alimentant des hôpitaux, des charités, et des ateliers publics, seraient réinjectés dans le circuit économique et réactiveraient la demande. Ce micro-circuit équilibré est une des premières conceptions d’une solidarité collective, orchestrée par les pouvoirs publics, et analysée sous les deux angles de la protection sociale et de la relance économique.

13A la même date, Pierre Le Pesant de Boisguilbert introduit, le premier, le concept d’Ordre économique naturel autonome, dont le fonctionnement, à condition d’être libre, tend vers un équilibre spontané. Transposition à l’économique de l’organisation visible de l’Univers physique, cet ordre n’est pas utopie, mais l’état réel de nature qui prévalait dans l’enfance des sociétés humaines ou "état d’innocence". Les hommes ayant dévoyé cet ordre au cours de leur histoire, il convient de rechercher les lois naturelles qui le règlent et de les rétablir dans leur pureté d’origine : il faut laisser faire la nature et l’intérêt individuel, moteur de l’action des hommes.

14Cependant, la spontanéité de l’Équilibre et de l’Ordre tient à un Dessein providentiel, celui de la cohésion sociale par la réciprocité des intérêts. Boisguilbert est le premier économiste à concevoir le circuit économique non pas comme une simple circulation de flux parallèles monétaires et réels, mais comme un parcours en forme d’ellipse à double foyer, où se situeraient de place en place des "bassins contigus" de mise à niveau des flux. Pour le décrire, il emploie tour à tour deux métaphores : celle de la balance et de l’équilibre des plateaux ou celle des bassins contigus reliés par une vanne. Ces bassins sont les lieux où se joue l’équilibre du circuit, c’est-à-dire : l’exploitation où se partage le profit, les marchés intérieurs où se redistribue le pouvoir d’achat, les marchés des capitaux où se décide l’affectation des fonds disponibles, les marchés extérieurs où se détermine le solde des échanges avec l’étranger. Représentation beaucoup plus complexe que celle de la simple circulation, parce que fondée, outre la confrontation de l’offre et la demande, sur des rapports de prix et des conflits d’intérêts, cette vision révèle les lieux d’affrontement des agents et les enjeux de la répartition des ressources. Pour cet auteur, le marché est un lieu de violence, tolérable à condition que le combat s’y déroule "à armes égales", grâce à la concurrence.

15L’équilibre de Boisguilbert repose sur un axiome fondamental qui est celui de l’interdépendance des professions, la dépense d’un exploitant devenant le revenu de l’autre. C’est ce que nous désignons aujourd’hui comme l’équilibre Ressources/Emplois, des Comptes de la Nation, envisagé aux deux niveaux micro et macro-économique. Tant que les besoins du fermier qui vend son blé s’accordent à ceux du charron dont il achète les services, ou du tisserand qui lui fournit son drap, l’activité fonctionne sans à-coups. La nécessité de leurs besoins oblige tous les acteurs de la nation à s’engager réciproquement dans des rapports égalitaires qui entretiennent la cohésion du groupe social. Il suffit pour que cet accord se réalise que l’exploitant raisonne juste. Si son intérêt le pousse à maximiser son profit, en contrepartie, la répartition équitable de ce même profit constitue la condition de l’équilibre général, car le cycle de production ne peut se reproduire que sous la pression de la demande. L’exploitant doit donc ménager un pouvoir d’achat suffisant à ses futurs clients, ouvrier ou consommateur, en fixant un juste salaire et un juste prix de vente, de façon à solvabiliser leur demande. Il doit donc balancer entre le plaisir immédiat que lui procure le profit maximum et le plaisir à terme obtenu de la répétition de ce profit par l’entretien de la croissance : introduction du temps dans le calcul de l’utilitarisme individuel. Deux logiques contraires, mais qui s’équilibrent mutuellement. L’égalité dans la répartition, principe moral dans le dessein providentiel, devient ainsi chez Boisguilbert, un concept analytique quand il est transposé à l’étude scientifique du circuit économique. Son équilibre est équivalent à l’équilibre keynésien, avec lequel il présente de nombreuses similitudes, y compris notamment, le multiplicateur de la consommation populaire. Les deux foyers de l’ellipse sont en effet les deux moteurs de la croissance : l’investissement productif et la demande populaire.

16Tout cela est assorti, bien sûr, de données complémentaires, parfaitement cohérentes dans leur ensemble. Boisguilbert est aussi le premier à renverser la règle du bas prix du blé, décrétée pour protéger le consommateur : pour lui, le prix du blé payé au fermier doit être un bon prix, car, par le jeu des échanges réciproques, ce revenu de l’exploitant se propage tout au long du circuit et déclenche la "chaîne d’opulence". En revanche, le prix de l’argent, c’est-à-dire, le taux d’intérêt, doit être inférieur au taux de profit de l’exploitant, de façon à orienter les fonds disponibles vers la production et non vers les placements improductifs. La récession provient, en effet, d’une fuite des flux financiers hors du circuit, c’est-à-dire de leur détournement vers la thésaurisation, les placements financiers ou à l’étranger ou d’un désendettement.

17Boisguilbert n’est pas le seul au début du siècle à rénover la pensée économique. Vauban, dont la Dixme royale paraît en même temps que Le Détail de la France, complète le projet en réclamant un système fiscal égalitaire. On sait que son impôt, variable avec les circonstances entre 5 à 10 %, devait s’appliquer à tous les revenus, sans exemption aucune et à l’exclusion de tout autre prélèvement. Cette mesure était en effet la première condition d’une croissance équilibrée. Elle aurait apporté plus de justice dans la contribution des différents ordres aux charges de l’État ; en donnant aux exploitants les moyens de financer les avances productives et d’épargner, elle aurait amorcé le processus de la croissance générale. Enfin, et surtout, elle aurait affranchi l’État des financiers et traiteurs en lui procurant des ressources proportionnées à l’enrichissement réel du pays. En évitant son endettement chronique et la ponction permanente exercée sur les marchés financiers, elle aurait libéré des masses de capitaux pour la production. C’est pourquoi l’instauration d’un système fiscal plus égalitaire constitue la revendication prioritaire de tous les économistes français, dignes de ce nom, de la première moitié du siècle.

18Après l’affaire de Law, dont l’économiste Jean-François Melon avait été Premier Commis, les propositions de réforme prennent la forme d’un véritable traité où l’économie est présentée comme un système autonome. L’Essai politique sur le commerce de Melon, paru en 1734, s’inspire pour une grande part des analyses de Boisguilbert et élabore une doctrine de politique économique dont les prolongements seront décelables jusqu’à la fin du siècle en France et chez des auteurs étrangers, tels que Hume et Galiani.

19Cet ouvrage suscite deux polémiques retentissantes, sur le luxe et sur les mutations monétaires. Voltaire, Montesquieu, Dutot et le financier Pâris-Duvernay en seront les protagonistes les plus connus. Mais on peut dire que ces débats provoquent soudainement un intérêt pour les questions économiques dans les milieux intellectuels et politiciens de la capitale, tout en étant l’occasion d’une véritable initiation à la science économique. Partisans et détracteurs du luxe s’affrontent sur ce qui est un véritable enjeu de société : il s’agit d’opter pour une société moderne et matérielle, où le luxe serait accessible à tous en fonction de l’enrichissement général et d’une répartition équilibrée des revenus, c’est l’option de Melon, Voltaire et Montesquieu. En revanche, les conservateurs s’inquiètent des bouleversements de la hiérarchie sociale et des risques d’inégalité en cas de déséquilibres. Ces derniers arguments ne sont d’ailleurs pas entièrement négatifs et seront, en partie, retenus par J.-J. Rousseau, en 1755, dans son article "Économie politique". L’intérêt de ce débat est qu’il oblige les économistes à affiner leur raisonnement et à accentuer plus encore leur vigilance sur les inégalités de revenus.

20Ce qu’il faut retenir des apports de Melon pour le sujet qui nous intéresse, c’est qu’il marque une rupture avec Boisguilbert et son dessein providentiel. Pour Melon, il n’est plus question de l’ordre de la Providence. Les hommes ne sont pas naturellement rationnels et leur calcul utilitariste, s’il introduit la rationalité dans leurs actes individuels, n’assure pas automatiquement l’intérêt général. Il faut donc faire intervenir l’État, non plus comme acteur direct, mais comme régulateur de l’activité. En cas de récession, il devient créateur de monnaie pour financer les grands travaux qui fourniront les emplois manquants et relanceront la croissance. Le plein emploi est en effet, pour Melon, à l’origine de la circulation générale des revenus et des dépenses. Les dévaluations périodiques qu’il préconise entérinent simplement l’inflation rampante provoquée par la création monétaire. Elle confirme la perspective de dématérialisation monétaire déjà évoquée plus haut. Mais en outre, elle confirme un choix en faveur de l’acte de production, du désendettement des petits exploitants, ainsi que de l’État. L’influence de Law et de son système de Crédit d’État régulateur de l’émission monétaire est évidemment perceptible. Schumpeter désignera ce système comme celui d’une "Monnaie gérée". L’État de Melon est un État-Horloger qui veille aux équilibres et les rétablit en jouant, en connaissance de cause et grâce aux conseils avertis des économistes, sur les mécanismes les plus déterminants : finances publiques, taux d’intérêt, emplois, indexation des salaires des militaires sur la hausse des prix, c’est-à-dire des salaires non liés à la production, échelle mobile des taxes sur les blés à l’exportation, etc…

21Tout ceci nous prouve qu’il a bien existé, en France, une économie politique avant la Physiocratie, que cette économie était déjà un libéralisme analysé scientifiquement et remarquablement cohérent dans ses analyses et sa politique. Enfin, ce libéralisme est bien anti-capitaliste et non pré-capitaliste. Car sa volonté de multiplier les petits exploitants tient à l’objectif d’interdépendance des besoins, c’est-à-dire à un projet social égalitaire, dans un contexte de croissance progressive ; en outre, il n’est pas hostile au machinisme, notamment dans l’industrie.

22Bref, qu’il s’agisse de Bélesbat, Vauban, Boisguilbert ou Melon, on retrouve chez ces auteurs un fondement commun sous forme de nouveau paradigme qui nous autorise à les rattacher à un mouvement que nous désignons comme le "Libéralisme égalitaire".

23Sans nous attarder à ce propos, indiquons qu’il se définit par trois postulats, trois axiomes et deux principes. Les trois postulats fondamentaux qui ont valeur de prémisses philosophiques, sont : la paix européenne et la solidarité entre les nations, la laïcité par le Droit et la Science, l’individualisme dans la réciprocité. Au plan du système économique, les trois axiomes fondateurs de l’équilibre sont : la chaîne solidaire des besoins réciproques génère l’activité économique ; la contradiction des intérêts privé et général s’équilibre par une régulation volontaire ; la richesse provient des œuvres des hommes. Enfin, deux principes posés en opposition dialectique parachèvent la doctrine : Liberté et protection d’une part, Équité et justice d’autre part. La protection est celle de la liberté, c’est-à-dire des droits individuels. "Liberté et Justice" constitue un véritable slogan qui traverse tous les textes des auteurs que nous rattachons à ce courant et qui est repérable tout au long du siècle, y compris chez des auteurs mineurs, tels que le Comte de Maurepas dans ses Mémoires au Roi en tant que Secrétaire d’État à la Marine ou encore Etienne de Silhouette, futur Contrôleur général des Finances, en 1759, mais aussi bien au-delà, en 1780 chez l’Abbé Morellet. Le plus notoire est le fait qu’on le retrouve encore, à la Convention de 1792, dans la bouche des orateurs qui s’opposent aux libéraux intégristes s’arguant de "Liberté et Propriété". Beffroy, Portiez, entre autres se réclament, eux, de "Liberté, égalité et protection", mot d’ordre qu’ils brandissent comme un langage codé à une assemblée dont ils attendent qu’elle distingue bien ce libéralisme régulateur du libéralisme illimité et indéfini des futurs capitalistes.

24Avant de passer aux deux autres points, il faut encore préciser les sources auxquelles ont puisé les économistes cités plus haut. Il faut souligner le rôle prépondérant de deux auteurs : le juriste janséniste de droit naturel Jean Domat, auteur du premier Traité de Droit civil français en 1689 et le polémiste anglais Bernard Mandeville, auteur de La Fable des Abeilles, en 1714.

25J. Domat fut l’initiateur du droit des contrats dont s’inspira le Code civil de 1804 pour définir les contrats synallagmatiques, à obligations réciproques, notamment. Il définit une philosophie du droit civil fondée sur la suprématie des conventions conclues librement entre les individus dans l’égalité et la réciprocité des droits. En créant une dépendance réciproque entre les hommes pour la satisfaction de leurs besoins, Dieu les oblige à s’engager dans la bonne foi et l’équité. Ainsi, par intérêt individuel et "amour-propre", chacun contribue à soutenir la société et à la faire subsister dans la cohésion. Or, ce principe prévu par la Providence s’impose aussi à ceux qui ignorent la religion ; il peut donc régler aussi bien des sociétés laïcisées, car il en devient une des lois naturelles qui en assurent la survie. Ainsi l’Économie est promue catégorie porteuse de la sociabilité des hommes et de l’ordre social, même si elle acquiert son autonomie par rapport à la Morale et à la Religion. Or, l’influence de Domat fut décisive, non seulement en tant que janséniste, ce qui explique le rapport avec Boisguilbert, mais surtout en tant que juriste, ce qui explique le rapport avec Melon et Montesquieu, qui avaient tous deux étudié le droit dans le traité de Domat. L’originalité de ce juriste vient de ce qu’en fondant sa Théorie des engagements réciproques sur le dessein providentiel, il ouvre la voie à une recherche scientifique du fonctionnement des sociétés humaines par l’observation et la rationalisation des comportements. C’est lui qui est à l’origine de l’invocation des deux principes de l’équilibre social, nécessaires mais suffisants, de la liberté et de l’équité ou réciprocité des droits. Nous avons vu comment Boisguilbert les élève au titre d’axiomes de l’analyse économique. Sa théorie des engagements réciproques, reprise par les économistes cités, devient chez eux, une véritable Théorie du lien social.

26Bernard Mandeville et La Fable des abeilles sont aujourd’hui mieux connus que le juriste. J.F. Melon est sans doute le premier Français à avoir connu La Fable, ceci à une époque où il était diplomate ; en 1717, il avait été envoyé à Londres par le Cardinal Dubois, Ministre des Affaires étrangères, pour négocier le maintien de la paix à la suite du Traité d’Utrecht. Son Essai politique sur le commerce témoigne de cette référence ; après Melon, Montesquieu et Voltaire, qui avaient séjourné en Angleterre au cours des années 1725-1730 environ, serviront de relais pour la diffusion des idées de Mandeville en France. Il faut en retenir ici le rôle des passions comme moteur de toutes les actions des hommes, l’hédonisme et la recherche du bonheur matériel comme objectif de leurs activités, l’utilitarisme économique doublé d’un calcul moral où la considération sociale s’acquiert au prix d’un effort en vue de l’intérêt général. Chez Mandeville, influencé lui aussi par le jansénisme à travers La Rochefoucauld, l’ordre social n’est plus le fruit d’un artifice divin, mais d’un artifice mis en place par les hommes eux-mêmes créateurs des institutions et des valeurs régulatrices des passions. Cette laïcisation de l’ordre social représente un saut idéologique capital et vient renforcer l’évolution déjà soulignée à propos de l’utilisation analytique de l’égalité.

27Dans la deuxième période consécutive à l’Esprit des lois de 1748, c’est l’économiste Intendant du commerce Vincent de Gournay, qui prend la relève du libéralisme égalitaire, avec un groupe de jeunes juristes, agronomes, ou anciens négociants devenus économistes, de 1751 à 1758. Dans ses "Remarques", récemment découvertes après 250 ans de recherches vaines, il confirme les orientations déjà indiquées, en y apportant quelques concepts nouveaux.

28Il fut le premier à réclamer la suppression des Corporations, c’est le sens de son "Laissez faire" dans la formule bien connue du "Laisser faire, laisser passer". Turgot, en 1776, ne fera que reprendre ses propositions. Il fut l’artisan de l’édit du 17 septembre 1754 sur la libre circulation des grains, de la réduction du taux d’intérêt de 6 à 3 % sur les effets de commerce, de la libération de la fabrication des toiles peintes en France et de leur importation sous couvert de simples droits de douane. Son influence marqua les décisions du Conseil d’État en faveur de la non-dérogeance de la Noblesse commerçante, de la libre circulation des laines, et de multiples exemptions de droits sur les fumiers et engrais, matières premières, exportations de produits manufacturés, etc… Progressivement, par son action au Bureau du Commerce, Gournay organisait la diffusion des idées libérales et leur mise en œuvre.

29Signalons son concept original de "Balance des hommes", lié au plein emploi et sa défense d’une véritable "citoyenneté économique", prélude d’une certaine façon, aux futurs droits de l’homme. Elle se manifeste par la revendication d’un droit au travail pour chaque homme valide, (confirmation du plein emploi, priorité de Melon), d’un droit à un revenu minimum, tout homme qui accepte de fournir l’effort d’un travail devant pouvoir subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille ; au-delà même, chaque producteur doit pouvoir jouir d’une aisance proportionnée à l’enrichissement général, les salaires augmentant avec la croissance. Nous retrouvons le souci de l’équilibre par la demande, mais nous notons aussi combien nous sommes loin du salaire de subsistance des mercantilistes ou, plus tard, des capitalistes. La citoyenneté se manifeste encore par la liberté du producteur de déterminer lui-même les caractéristiques des objets à produire sans être tributaire de l’Inspection des Manufactures, et par celle du consommateur d’acheter des articles de qualité médiocre, mais adaptée à ses besoins. Lui seul en sera juge, le libre choix résultant de la liberté des marchés et de la libre concurrence. C’est d’elles également que Vincent de Gourmay attend l’innovation réductrice des coûts et la diversité de l’offre.

30Nous savons que cet Intendant, soucieux de diffuser la connaissance économique animait un groupe de jeunes intellectuels très engagés à ses côtés dans les actions réformistes. On peut citer Butel-Dumont, Plumard de Dangeul, Herbert, l’Abbé Coyer, Clicquot Blervache, l’Abbé Carlier, Abeille, mais aussi Turgot et l’Abbé Morellet.

31Le plus fécond en ouvrages économiques, François Véron de Forbonnais parachève la doctrine des Libéraux égalitaires, en 1754, dans son livre les "Eléments du commerce", où il définit un Projet libéral de croissance équilibrée, axé sur l’utilité générale, fondé sur la "concurrence parfaite" (il est le premier à introduire l’expression), et sur le plein emploi. Sa théorie des cycles distingue de façon prémonitoire en en analysant les mécanismes, les deux types de crises du système libéral, à savoir, celles que nous désignons aujourd’hui comme des crises régulatrices du système (cycle court de rééquilibrage de l’offre et de la demande), et les crises "violentes", qui sont celles du système de régulation proprement dit (ce sont les cycles longs de remise en cause de l’ordre productif). C’est malheureusement, une sorte de prêche dans le désert, car les personnes averties susceptibles de le comprendre, au milieu de cette décennie 1750, se limitent à Paris, à quelques dizaines de personnes, au maximum !

La laïcisation du pouvoir politique

32Elle résulte d’abord d’une révolte contre le Clergé, dont on dénonce l’hypocrisie et l’improductivité, ainsi que les abus de pouvoir temporel. Elle s’exprime par une revendication très forte et primordiale, qui est celle de la liberté de conscience, présente chez tous les économistes indistinctement.

33Plus subtilement, elle apparaît dans une contestation du droit de propriété du Clergé sur les biens ecclésiastiques, nous l’avons vu chez Bélesbat, pour qui cet Ordre n’est que l’usufruitier des biens de la nation, à charge pour lui d’en user en faveur des pauvres : et s’il faillit à sa tâche, que d’autres que lui en assument la responsabilité. Le refus du Clergé de payer des impôts proportionnels à ses revenus pour alimenter le budget de l’État, et son obstination à s’en tenir aux dons gratuits, font l’objet des mêmes critiques voilées.

34Au plan juridique, la volonté de J. Domat de composer un Droit civil français est aussi le signe d’une intention de gallicisation du Droit. Parallèlement, il est le premier auteur d’un Droit Public qui vise à affranchir la monarchie de l’emprise de l’Église, un mouvement qui vient de loin.

35L’opposition au Clergé se manifeste encore dans la dénonciation de son oisiveté par V. de Gourmay qui avait écrit à ce propos plusieurs mémoires significatifs, retrouvés à Saint Brieuc.

36Mais le plus significatif est le fait que tous ces économistes, ayant compris que la croissance ne pouvait se réaliser que dans un État moderne, indépendant et doué d’une autonomie financière par un système fiscal unifié et égalitaire, étaient décidés à mettre fin au pouvoir temporel de l’Église, véritable État dans l’État, ainsi que le désignait Voltaire. Ne pouvant attaquer de front, ils utilisent cette nouvelle catégorie naissante, l’Économique, pour opérer cet affranchissement politique. Mandeville leur en fournit les moyens. En substituant un artifice humain à l’artifice providentiel pour assurer l’ordre social, en faisant de l’Économie, l’activité porteuse de la cohésion sociale et de l’État, le régulateur de cette cohésion, en instaurant le négociant médiateur alchimiste des vices privés transmutés en vertu publique, il interpose l’Économique entre le Religieux et le Politique. Ces deux instances opéraient jusque-là la fusion du groupe dans une même exaltation qui confondait les deux aspects de la transcendance : le bon souverain de droit divin, perçu comme un Dieu des victimes, compatissant et paternel, était chargé d’assurer le salut de son peuple. Or Melon affirme que ce temps est révolu et que la responsabilité du Prince est désormais celle du bonheur matériel du peuple. L’Économique opère la scission en instituant un Politique autonome par rapport au Religieux, un Politique rationnel qui renonce, grâce à la Connaissance des choses et des hommes, au recours plus ou moins mythique au sentiment religieux. Si, au plan individuel, le jeu des forces s’ordonne entre les trois désirs de l’argent, du pouvoir et de la chair, (voir Hirschman citant Saint Augustin), et si, au XVIIIe siècle, le culte de l’argent se substitue à celui de l’honneur pour assurer l’équilibre, à un autre niveau plus structuré et institutionnalisé de l’homme vivant en société, ce même jeu de l’ordre social s’exerce entre les trois catégories du Religieux, de l’Économique et du Politique. Mais désormais, le Religieux est renvoyé à la conscience individuelle, c’est l’Économiste qui, prenant la place du Prêtre, explique le monde au souverain, architecte de l’ordre social. Les hommes redescendent sur terre, l’essentiel se passe dans le présent et non dans l’au-delà, dans le mouvement de l’histoire et non dans un absolu métaphysique. Voilà en quoi les économistes qui se veulent les conseillers du souverain, ainsi qu’ils le revendiquent clairement dans leurs textes, participent directement à la laïcisation du pouvoir politique.

37Cette démarche est assortie, bien sûr, d’une réflexion sur les institutions. V. de Gournay, après deux ans de mandat comme Intendant du commerce, écrit : "J’avais ignoré jusqu’à présent que la police des arts fût liée avec la forme de gouvernement" (Remarques, p. 258). Il comprend qu’une réforme des institutions politiques et pas seulement de l’administration, doit accompagner la réforme des finances publiques et la rénovation économique. Il se prononce pourtant en faveur de la monarchie, de préférence à la république, parce qu’il en espère plus de capacité à imposer les réformes aux conservateurs récalcitrants, aux deux Ordres omnipotents et aux égoïsmes locaux des villes et provinces. Mais sa monarchie est une institution éclairée, soucieuse du bien public et de l’avenir du pays. Il imagine un souverain qui ressemble plus à un Contrôleur général compétent et désintéressé, tel Machault d’Arnouville avec lequel il avait préparé plusieurs réformes, qu’au Souverain en place.

38Il n’empêche que le libéralisme égalitaire développé par les Français au XVIIIe siècle, s’il avait pu être mis en œuvre, aurait ouvert la voie à une croissance économique équilibrée et à une démocratisation de la vie politique. Mais l’Ancien Régime ne pouvait accepter un tel bouleversement social. Le libéralisme égalitaire est écarté à la suite des événements des années 1755-1758. Il va sombrer au moment où la nouvelle philosophie à la mode, la Physiocratie, recueille une partie de ses fruits, à son propre profit.

La rupture au profit d’un capitalisme libéral

39Elle s’opère dans les années 1755-1758 sous l’effet de plusieurs criconstances.

40On comprend que le Libéralisme égalitaire que nous avons décrit était tout à fait prématuré dans un pays comme la France. Dès les premières propositions de libéralisation du commerce, on assiste à une véritable levée de boucliers. Malgré la contre-offensive lancée par les membres du groupe de Gournay, après 1755, dans les querelles, et la radicalisation de leurs écrits, le mouvement doit s’effacer sous la pression de l’opposition.

41Ce fut tout d’abord l’échec du Vingtième, tentative du Contrôleur Machault d’Arnouville pour instaurer un impôt comparable à celui proposé par Vauban quarante ans plus tôt. Elle échoue sous l’effet conjugué de l’opposition habile du Clergé, de la mauvaise foi du Parlement de Paris et de l’inconscience financière du Roi.

42Mais il faut souligner aussi le rôle de J.J. Rousseau à travers son Discours sur l’inégalité et son article dans l’Encyclopédie "Économie politique". Rousseau contribue à renouveler totalement le paradigme en introduisant un État de nature défini comme antérieur à celui des Libéraux égalitaires, asocial et auto-suffisant dans lequel l’homme vit dans les "douceurs d’un commerce indépendant" avec la seule nature. "La nature de l’homme n’est plus désormais, d’avoir une nature, mais d’être une liberté" (Jean Ehrard). En outre, Rousseau réactualise le thème, jusque-là occulté du droit de propriété.

43La nouvelle formulation des problématiques de la liberté et de la propriété, apportée par Rousseau, rend caduque la dialectique de l’équilibre, l’obligation de sociabilité et de réciprocité qui sont les fondements de l’équilibre du libéralisme égalitaire. Le discours s’en trouve totalement modifié.

44A cela s’ajoute la démission de Gournay du Bureau du commerce et sa mort en 1759.

45Mais, plus encore, la survenue de F. Quesnay. Ce dernier, ayant orchestré la publicité de son Tableau économique, en en ayant emprunté de nombreux éléments à Cantillon, devient l’économiste à la mode et, profitant de cette notoriété, fait adopter une nouvelle version du libéralisme économique.

46Ce faisant, il introduit une césure épistémique majeure qui porte sur les points suivants :

  • le concept de valeur : la Terre est désormais la seule source de la valeur. C’est un rejet du travail et de l’œuvre des hommes,
  • le concept de travail-coût : le travail ne doit pas être rémunéré au-delà de la subsistance de l’ouvrier. Amorce d’un salaire limité à l’entretien de la force de travail,
  • la rupture entre le capital et le travail au sein des grandes exploitations agraires capitalistiques. C’est le rejet des petits exploitants, maîtres des deux facteurs de production,
  • le profit devient l’objectif de tout le système et se substitue à la croissance équilibrée,
  • tout ceci reposant sur le postulat que l’intérêt privé conduit ipso facto à l’intérêt général.

47Mais du-delà, les lois naturelles, n’étant plus des lois sociales, ont valeur de lois physiques comparables à celles des sciences naturelles, et l’économie, en tant que science sociale n’est plus fondée sur le droit et l’anthropologie, comme chez les prédécesseurs, mais sur la physique et la biologie.

48En 1766, Turgot parachèvera la rupture et le renouvellement par sa Théorie du capital. A partir de là, la chaîne solidaire des besoins réciproques, à vocation de cohésion sociale, devient officiellement le principe de la division du travail, dans un but d’efficacité productive et de profit maximum : le commerce d’argent, légitime et lucratif, ne justifie pas le maintien d’un bas taux d’intérêt ; le marché financier se distingue du marché monétaire. Toute la sémantique du capitalisme libéral naît dans l’abondance des termes nouveaux dans ses Réflexions sur la formation et la distribution des richesses. La voie est ouverte au capitalisme libéral qui s’épanouira avec J.– B. Say.

49Or, aujourd’hui, après deux cent cinquante ans de pratique du système capitaliste et l’expérience des crises à répétition du demi-siècle, l’appréhension du monde économique évolue de nouveau. Curieusement, il donne raison aux Libéraux égalitaires sur les Capitalistes libéraux.

50Il oblige à réfléchir sur la distinction des concepts de libéralisme et capitalisme, ainsi que le suggérait F. Braudel. Il oblige à reconstituer une nouvelle gamme de concepts à base d’équilibre général, d’ordre productif, de dynamique du mouvement, de destruction créatrice des formes restructurées. Le vide idéologique qui résulte de l’incapacité des théories à expliquer le monde oblige à l’abandon d’une logique binaire d’appréhension du réel au profit d’une logique intégrationniste. Cette dernière, inspirée de l’hétérogénèse des fins, décrite par les épistémologues, en particulier, F. Hayek, apparaît aujourd’hui plus vraie parce que plus proche de notre réalité observable.

Bibliographie

Indications bibliographiques

Pierre LE PESANT de BOISGUILBERT :

Détail de la France, 1605

Factum de la France, 1705

Causes de la rareté de l’argent, 1704

Traité sur la nature, culture, commerce et intérêt des grains, 1704

Dissertation de la nature des richesses, 1707

Édition de l’INED, 1966, Paris

Jean DOMAT :

Les lois civiles dans leur ordre naturel, 1689 à 1694

Le droit public, 1697

Charles-Henri DUTOT :

Réflexions politiques sur le Commerce et les Finances, in E. Daire,

Economistes français du XVIIIe siècle, 1843.

François VÉRON de FORBONNAIS :

Les Eléments du commerce, 1754

Examen des avantages et désavantages de la prohibition des Toiles peintes, 1755

Principes et Observations économiques, 1774

Bernard MANDEVILLE :

La Fable des Abeilles, Vrin, Paris, 1974

Jean-François MELON :

Essai politique sur le commerce, 1734, in Daire, op. cit.

François QUESNAY :

François Quesnay et la Physiocratie, INED, 1958

Sébastien LE PRESTRE Seigneur de VAUBAN :

La Dixme royale, 1695

Jacques VINCENT de GOURNAY :

Traités sur le commerce et sur les avantages qui résultent de la réduction de l’intérêt de l’argent, Traduit de l’anglais Child, 1754

Examen des avantages et désanantages de la prohibition des toiles peintes, 1755

Observations sur le rapport présenté par le Contrôleur général M. de S… sur l’état de la Compagnie des Indes, le 26 juin 1755, publié en 1769

Remarques, découvertes et éditées par le Professeur T. Tsuda, Tokyo, 1983.

Manuscrits

Papiers de Vincent de Gournay, Bibliothèque municipale de St Brieuc, Ms 81 à 88

Manuscrits de l’Abbé Morellet, Bibliothèque municipale de Lyon, Ms 2491 à 2582

Études sur les auteurs du XVIIIe siècle

Frédéric VOELTZEL, Jean Domat, Philosophe du droit, 1936

Paulette CARRIVE : B. Mandeville, Passions, Vices, Vertus, Paris, 1980.

Christian MORRISSON et G. GOFFIN, Questions financières au XVIIIe siècle : Véron de Forbonnais, 1967

Gustave SCHELLE : Vincent de Gournay, 1897

André MORIZE, L’Apologie du luxe au XVIIIe siècle, 1909

Albert SCHATZ, Le mercantilisme libéral à la fin du XVIIe siècle, Revue d’Economie politique, 1966

Simone MEYSSONNIER, La balance et l’horloge, Paris, 1989.

Auteur

Université de Compiègne

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search