Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

II. L’État, l’idéologie et la révolution

L’obsession de la conspiration ou toute la vérité sur l’influence française aux États-Unis (1789-1800)

Marie-Jeanne Rossignol

Texte intégral

La conspiration : définitions

1Le 16 septembre 1798, au plus fort de la "quasi-guerre" avec la France, le Président des États-Unis, John Adams, à qui l’on demandait d’accorder un passeport à l’économiste français Dupont de Nemours, répond :

  • 1 in The Works of John Adams, Charles Francis ADAMS, ed., v VIII, p. 596 Boston, 1853.

Nous n’avons eu que trop de philosophes, et je commence à penser, ou plutôt à soupçonner, que des académies savantes, qui ne sont ni inspectées ni contrôlées par les gouvernements, ont désorganisé le monde et sont incompatibles avec l’ordre social1.

2Pour John Adams, ce ne sont pas les luttes entre États rivaux ou les grandes mutations sociales, qui sont à l’origine de ces guerres révolutionnaires, qui mettent son pays dans une position diplomatique délicate. Il y voit plutôt le résultat de l’action d’Organisations ("académies savantes") secrètes ("qui ne sont ni inspectées ni contrôlées par les gouvernements"). C’est cette conspiration internationale qui est la source des désordres actuels du monde, selon le Président américain. Il n’en a pas la preuve, bien entendu, il se fonde seulement sur ses "soupçons". Mais son ton indique qu’il n’a pas besoin de confirmation pour être sûr de ce qu’il affirme.

3En s’exprimant ainsi, John Adams ne fait que s’inspirer des idées émises par deux célèbres propagandistes de la contre-révolution, le Français Barruel et l’Écossais Robinson dont la thèse est reprise aux États-Unis en cette année 1798 par Jedidiah Morse, grand prédicateur fédéraliste. Barruel pense que la révolution a été conçue et mise au point, dans chacune de ses étapes, par une secte internationale de libres-penseurs, philosophes et francs-maçons. Regroupés à l’origine dans la société de pensée des Illuminati située en Bavière (l’académie savante dont parle John Adams), ces "philosophes" se seraient disséminés partout en Europe pour manipuler politiques et financiers afin de bouleverser l’ordre établi "incompatibles avec l’ordre social") et de devenir ensuite les maîtres du monde nouveau. Pour Barruel, c’est cette conspiration qui a fomenté la Révolution.

  • 2 Jacques GODECHOT (dans La Grande Nation. L’expansion Révolutionnaire dans le monde, Paris, 1959) et (...)

4Le thème de la conspiration est souvent évoqué dans le cadre d’ouvrages plus généraux sur les révolutions en Europe et en Amérique, mais les auteurs font la plupart du temps peu de cas de ce phénomène. Trois historiens pourtant y ont consacré des études particulières2. Une analyse de ces textes est indispensable pour qui veut tenter de définir l’obsession de la conspiration qui a caractérisé la vie politique américaine de 1789 à 1800. Pour R. Hofstadter, dans The Paranoid Style in American Politics, l’obsession de la conspiration est un phénomène récurrent de la vie politique, américaine ou occidentale, depuis la Révolution Américaine. Elle se manifeste par des symptômes très proches de ceux de la paranoïa. A l’origine de ce comportement "paranoïaque", des bouleversements sociaux profonds qui poussent ceux qui en sont victimes à chercher des explications simples aux événements qui les dépassent. La paranoïa est irrationnelle, c’est vrai, mais elle a sa propre logique, qui clarifie le réel.

5Gordon S. Wood restreint considérablement ce champ d’investigation puisqu’il distingue l’obsession de la conspiration à la fin du XVIIIe siècle de ses manifestations ultérieures. Pour lui, "il y a des explications à la croyance aux conspirations qui ont leurs racines dans la métaphysique sous-jacente de la culture du XVIIIe siècle". En cette époque où la complexité croissante de la vie politique la rendait d’un abord de plus en plus difficile aux observateurs épris de rationalité, "croire en des complots n’était pas le symptôme du dérangement de certains esprits, mais une véritable tentative d’explication des phénomènes humains en termes d’intentions humaines". La conspiration représente le dernier effort des hommes des Lumières pour faire de l’Homme le responsable de ses actions. Gordon S. Wood réfute ainsi l’argumentation sociologique et psychologique de R. Hofstadter pour ce qui est du XVIIIe siècle. Ce ne sont pas des groupes sociaux marginalisés chez qui l’on rencontre l’obsession de la conspiration, mais des élites éclairées, même si elles ne sont pas proches du pouvoir.

6Dans "La Conspiration", Raoul Girardet reprend les limites chronologiques fixées par R. Hofstadter au phénomène de la conspiration. Pour lui, de 1789 à nos jours, ce phénomène n’a cessé de réapparaître sans fondamentalement se modifier. L’innovation que propose Raoul Girardet est d’abord d’ordre méthodologique. Mieux que R. Hofstadter et Gordon S. Wood, il définit la nature de l’objet de sa recherche : la conspiration est une mythologie politique, c’est un des récits mythiques par lesquels s’exprime l’imaginaire politique collectif. Rejoignant R. Hofstadter sur ce point de son analyse, Raoul Girardet précise que le mythe politique (ici la Conspiration), "fabulation" mobilisatrice et tactique, a pour fonction d’expliquer la réalité à ceux qui s’interrogent. En fait, pour chacun des trois auteurs, l’obsession de la conspiration joue avant tout un rôle d’explication : explication sociale et politique pour R. Hofstadter et Raoul Girardet, intellectuelle pour Gordon S. Wood. Sur l’origine de ce besoin d’explications, Raoul Girardet va plus loin que R. Hofstadter puisqu’au-delà des causes sociologiques, il lui attribue des motifs religieux. Depuis la fin du XVIIIe siècle, l’homme trouverait dans la mythologie l’exutoire des ses passions.

La conspiration aux États-Unis de 1789 à 1800 : le mythe dans la réalité

7Mythe politique, la conspiration est l’expression des passions, de l’imaginaire des hommes soumis à l’influence de la vie politique. L’étude de la conspiration ne se résume donc pas à l’histoire des polémiques de la Contre-Révolution ; elle ouvre de nouvelles perspectives sur la connaissance des mentalités politiques, même si elle ne nous enseigne rien de nouveau sur les faits. Pourtant aux États-Unis de 1789 à 1800, dissocier l’imaginaire de la réalité en politique s’avère plus difficile qu’il n’y paraît. Aux États-Unis en effet, la conspiration ne fait pas partie de l’univers politique des Américains seulement à travers les échos des œuvres de Barruel et de Robinson qui parsèment les sermons enflammés des prédicateurs fédéralistes à partir de 1789 ; elle n’est pas non plus le propre de quelques groupes marginalisés ou d’intellectuels désaxés. Au contraire, elle imprègne toute la vie politique, dont elle est indissociable. Le mythe informe la réalité, laquelle lui donne sa force.

8Bien avant la diffusion des œuvres de Barruel et de Robinson, c’est par le biais de la politique extérieure américaine que le mythe entre dans la réalité politique des États-Unis. De 1789 à 1793, les luttes politiques au Congrès opposent déjà partisans d’une coopération accrue avec la Grande-Bretagne (Hamilton et les Fédéralistes) et avocats d’un renforcement de l’alliance française (Madison, Jefferson et les Républicains). Le déclenchement des guerres révolutionnaires provoque l’exacerbation des oppositions au sein même du Cabinet de Washington où en juillet 1973, Hamilton se montre prêt à mettre un terme violent aux incartades de Genêt, le ministre français aux États-Unis, ce qui ruinerait du même coup l’amitié franco-américaine. Les deux pôles de la vie politique américaine se distinguent clairement : d’un côté les pro-français, de l’autre les pro-anglais. Jusqu’en 1794, cette division garde un caractère mesuré, en dépit des campagnes d’attaques personnelles menées par pamphlets interposés, grâce à l’attitude modérée et neutre qu’adopte Washington. Le Président qui pourtant, ne serait-ce que par amitié pour Lafayette, ne saurait se sentir proche des Jacobins, n’affiche aucune sympathie particulière pour l’un ou l’autre pays. D’ailleurs, même si la Révolution Française ne correspond plus vraiment à son idéal politique, l’aide apportée par la Grande-Bretagne aux Indiens du Nord-Ouest jusqu’à la bataille de Fallen Timbers (août 1794) suffit à le dissuader de tout rapprochement avec l’ancienne puissance coloniale.

9Ce qui va provoquer son revirement et son abandon de la neutralité, c’est la révolte du Whiskey. Votée au cours de l’hiver 1790-1791, la taxe sur le Whiskey frappe surtout les habitants de l’Ouest, pour qui cette boisson est à la fois leur breuvage favori, leur seul bien d’exportation vers les États de l’Est et leur seul moyen d’échange. Après trois années de calme relatif, des troubles liés à l’application de cette taxe apparaissent en 1794 à l’Ouest de la Pennsylvanie. Inspecteurs des impôts chassés, proclamations incendiaires, le climat est insurrectionnel et fin août, Washington prend l’initiative d’une campagne militaire destinée à faire cesser l’agitation qui secoue cette région. Pour lui, les véritables instigateurs de la révolte ne sont pas les quelques leaders locaux, mais les Sociétés Démocratiques. C’est le sens du message qu’il adresse au Congrès le 20 novembre 1794. Dans ces sociétés nées l’année précédente de l’enthousiasme américain pour la Révolution Française, Washington voit des filiales des Clubs révolutionnaires français. L’action de ces sociétés a pour but la subversion de l’ordre public, celle-ci devant précéder l’installation d’un régime révolutionnaire, inspiré sinon soutenu par les régicides français. Il y a conspiration et c’est une conspiration française. A partir de ce moment, plus personne n’est neutre : les Fédéralistes voient dans les Républicains des agents de la conspiration française, tandis que la signature et la ratification du traité de Jay persuadent les Républicains que les Fédéralistes sont des royalistes cachés à la solde de la Grande-Bretagne.

  • 3 Dans "The Federalist Period as an Age of Passion", American Quaterly X, 1958. Mais d’autres histori (...)
  • 4 Gazette of the United States, 2 et 24 novembre 1796 ; The Minerva, 16 novembre 1796.

10Avide de sensationnel, la presse fait une large part à ces dénonciations. C’est au cours de la campagne présidentielle de 1796 que se déchaînent le plus les passions et que les attaques verbales atteignent leur paroxysme. Si Marshall Smelser3 désigne "la haine, la colère et la peur" comme passions dominantes de la période fédéraliste, c’est surtout à travers l’obsession de la conspiration, qui fournit alors la matière des virulentes polémiques des journaux et de la correspondance des hommes politiques, qu’elles s’expriment. Se met alors en place une véritable rhétorique de la conspiration. Pour la Gazette of the United States (fédéraliste), Jefferson, le candidat républicain à l’élection présidentielle de 1796 est suspect d’avoir résisté à l’autorité du président dans ses relations avec Genêt, l’ancien ministre français. Il aurait abdiqué tout patriotisme. Lui et ses pairs, révèle The Minerva (fédéraliste) au même moment, sont vénaux. Si on leur laissait le champ libre, "nous pourrions aussi bien élire Genêt président et devenir immédiatement une colonie française"4. De telles accusations visent à créer dans l’esprit du public l’impression d’une connivence funeste entre la France et les Républicains. Le but d’un tel complot ne serait pas seulement la prise du pouvoir par Jefferson et ses amis, mais aussi une mainmise de la France sur les États-Unis.

  • 5 Les citations de John et J. Q. ADAMS sont extraites de The Works of John Adams, v VIII, p. 534, op. (...)
  • 6 Pour plus de détails, se référer à l’article de Michaël DUREY "Radical Emigrés and the Triumph of J (...)

11John Adams, qui pense des Républicains que "leur zèle pour la France a été plus grand que leur amour pour les États-Unis"5, voit ce sentiment renforcé par la correspondance qu’il entretient avec son fils John Quincy Adams, ministre en poste à La Haye puis à Berlin. Si l’on en croit le jeune Adams, les Républicains ne sont pas seulement "les ennemis du gouvernement des États-Unis", mais aussi des traîtres à leur patrie et des ferments de guerre civile. Pour John Quincy Adams, la vénalité du parti de Jefferson est moins grave que son manque de patriotisme et son internationalisme révolutionnaire. Le vrai danger qu’annonce l’alliance secrète des Républicains avec la France, c’est la guerre civile et la destruction de l’édifice national. Pour un Républicain : "… ses compatriotes sont ses ennemis et la France est son alliée". Si l’on en croit le fils de John Adams, le parti républicain est une cinquième colonne française composée d’hommes qui ont perdu tout sentiment national ; en accord avec la France, ils trament le renversement du gouvernement et ont pour but de transformer les États-Unis en satellite français. De même que les Fédéralistes considèrent le parti républicain comme un "parti français" et plus généralement un rassemblement de traîtres à leur patrie, de même les Républicains voient dans les Fédéralistes un "parti anglais". Selon The Aurora (républicain) John Adams, le candidat fédéraliste aux élections de 1796, est "l’ami du pouvoir héréditaire". Les pamphlétaires fédéralistes sont à la solde de la Grande-Bretagne. De Fenno (le rédacteur en chef de La Gazette of the United States) The Aurora dit : "Sa manière de penser et d’agir est entièrement anglaise". Noah Webster, le rédacteur en chef du Minerva, n’est pas mieux traité : "Noah est protégé par d’anciens tories et des agents britanniques". Cette influence occulte de la pensée anglaise et des agents anglais vise à détruire un édifice national qui repose sur la constitution. Dans les idées de John Adams et les vociférations des Fédéralistes, la National Gazette (républicaine) voit une volonté d’anéantissement des principe de la nation : "M. Adams préfère, c’est évident, une monarchie limitée à notre gouvernement fédéral". Cette ambiance de guerre civile ne cesse d’empirer jusqu’en 1798. A la faveur de l’intensification du conflit avec la France, les Fédéralistes votent une série de lois "scélérates" qui visent à contraindre au silence les "Amis de l’Étranger" et les "Séditieux", c’est-à-dire les Républicains. Les "Alien Acts", qui s’attaquent aux Républicains d’origine étrangère (ils sont nombreux et contrôlent les journaux influents6), permettent l’extradition des étrangers suspects de sympathies pour l’étranger. De nombreux Français et Irlandais sont alors renvoyés chez eux. La loi sur la Sédition remet en cause la liberté d’expression. Des journalistes (comme Benjamin Bache, directeur de l’Aurora ou des représentants (comme Matthew Lyons) sont jugés et punis.

  • 7 Propos rapportés par R.R. Palmer, v II, p. 542, op. cit.

12De 1794 à 1800, l’obsession de la conspiration aux États-Unis revêt les mêmes formes que les récits de conspiration évoqués par Raoul Girardet : peur d’une cinquième colonne, crainte de voir un "parti de l’étranger" s’emparer du pouvoir, insurrections fomentées par des organisations secrètes manipulées de l’étranger… Mais le récit mythique ne se contente pas ici d’être une explication, il est une certitude qui doit permettre l’action politique. Lorsque Jedidiah Morse reprend en 1798 les idées de Barruel et de Robinson, c’est pour attaquer les républicains, pas les francs-maçons. Si les républicains ne sont selon lui que les dupes ou les complices d’une organisation pernicieuse "qui s’efforce en tous temps, patiemment, implacablement et en coulisse de renverser tout gouvernement et toute religion"7, le but de cette tirade est de blesser l’opposant politique avant de donner un schéma explicatif du monde. Lors de l’élection présidentielle de 1796, ce sont tous les amis de John Adams qui traitent Jefferson de traître à son pays, tous les partisans de Jefferson qui accusent John Adams de monarchisme. Il ne s’agit pas de groupes isolés ou marginalisés, victimes de bouleversements sociaux, à la recherche d’explications simples ; mais de l’ensemble du corps politique, de la presse et, probablement d’une grande partie de l’opinion publique.

13La conspiration n’est pas non plus un aspect secondaire, folklorique des débats politiques de l’époque : elle les hante, elle les nourrit. Et si la présence obsédante du thème de la conspiration n’était que l’expression de la violence du débat politique de 1794 à 1800, elle se serait évanouie avec le temps. L’ivresse des passions une fois dissipée, elle n’aurait plus été qu’un signe, qu’un symptôme derrière lequel les historiens auraient découvert la réalité ainsi cachée par le mythe.

  • 8 George Washington and the French Révolution, par Louis Martin SEARS, Detroit, 1960.
  • 9 Jefferson and France, New Haven, 1967 ; et Colonies into Nation, New York, 1972, par Lawrence S. KA (...)
  • 10 Number 7 : Alexander Hamilton’s Secret Attempts to control American Foreign Policy, Princeton, 1964

14Or il n’en est rien. De nombreux historiens, loin de remettre en cause la véracité des conspirations franco-américaine et anglo-fédéraliste, les prennent comme argent comptant et défendent avec énergie, soit l’une, soit l’autre. Dans George Washington and the French Révolution8, L.M. Sears se révèle être le plus partisan de ces historiens. Il n’hésite pas à peindre Jefferson en 1793 comme "un secrétaire d’État pro-français". L.S. Kaplan n’est guère plus tendre envers le leader des Républicains. Il le présente comme un irresponsable qui sans le savoir fit de 1793 à 1800 le jeu des visées expansionnistes d’une France impérialiste9. A vrai dire, L.S. Kaplan embrasse tous les Républicains dans cette même critique. Car, selon lui, à l’époque fédéraliste, la France avait des projets de conquête mondiale et les États-Unis n’étaient qu’un faible pion sur leur échiquier, pion rendu encore plus faible par le francophilisme des Républicains. Si ces historiens accréditent la thèse d’une conspiration entre la France et le parti républicain au profit de la France, d’autres font de même pour le parti fédéraliste et la Grande-Bretagne. C’est surtout le cas de Julian Boyd qui s’attache à démontre dans Number 710, qu’Alexander Hamilton était bien un agent anglais et qu’à ce titre, il a influé sur les orientations et le fonctionnement de la politique étrangère des États-Unis. Des vitupérations de John Quincy Adams aux critiques de L.S. Kaplan, le schéma reste le même : une puissance étrangère se serait secrètement servie d’un parti américain pour favoriser sa politique sur le continent américain.

***

Sous le mythe, la vérité

15L’imbrication du mythe dans la réalité de 1794 à 1800, les prises de position partisanes chez certains historiens contemporains rendent donc nécessaire une enquête sur les fondements objectifs de cette obsession de la conspiration. Il est plus simple de s’attacher en premier lieu à l’hypothèse d’une conspiration anglo-fédéraliste visant à rétablir la monarchie aux États-Unis, car les allégations à ce sujet ont été les moins nombreuses.

16Quel aurait pu être l’intérêt des Anglais à maintenir le pouvoir américain sous leur coupe par le biais d’une conspiration ? La situation de leurs relations économiques avec les États-Unis leur était plus que favorable, presque plus favorable qu’à l’époque de la colonisation et les cercles du pouvoir fédéraliste leur étaient acquis. Pendant les années de la "quasi-guerre" avec la France, la bonne entente qui régnait entre les deux gouvernements se transforma même en "quasi-alliance".

  • 11 Publiés respectivement en 1787 et 1789.

17Si les Fédéralistes désiraient entretenir d’excellentes relations avec la Grande-Bretagne, ils n’en étaient pas pour autant des "tories" prêts à trahir leur pays et à le transformer en satellite anglais, comme le prétendaient les Républicains. Depuis sa Defense of the Constitution of the Governement of the United States et ses Discourses on Davila11, John Adams, en particulier, était suspect de monarchisme aux yeux des Républicains. Il admirait en effet la constitution anglaise où la présence de deux chambres permettait à la société d’être représentée dans sa diversité, et où le roi constituait l’élément d’équilibre indispensable.

18C’est cette admiration pour les institutions anglaises qui fait craindre aux Républicains que John Adams et ses amis fédéralistes ne soient en train de conspirer pour réintroduire cette constitution aux États-Unis. Utilisant le vocabulaire qui caractérise l’obsession de la conspiration, Jefferson s’ouvre de cette peur à ses amis au printemps 1791 :

  • 12 The Writings of Thomas Jefferson, P. L. FORD ed., v. V, A George Mason, le 4 février 1791, New York (...)

Nous ne pouvons nier avoir parmi nous une secte qui croit que la Constitution anglaise contient tout ce qui est parfait dans les institutions humaines ; que les membres de cette secte ont, pour nombre d’entre eux, des noms et des fonctions qui les font hautement respecter par nos concitoyens. Je crois pourtant que la grande masse de notre communauté n’est pas souillée par ces hérésies…12.
John Adams n’est pourtant pas un hérétique ; loin de renier son pays

et ses institutions, loin de comploter leur destruction en secret, il professe au contraire un ardent nationalisme. S’il admire les institutions anglaises, il n’en déteste pas moins la Grande-Bretagne. Seul, en 1799, il parvient à incarner une véritable indépendance américaine lorsqu’il choisit de faire la paix avec la France et évite ainsi à son pays une alliance militaire effective avec la Grande-Bretagne.

19Pour l’historien Julian P. Boyd, le véritable traître, c’est Alexander Hamilton. Dans Number 7, il explique comment le Secrétaire au Trésor devint un espion anglais. La connivence coupable de Hamilton avec les agents anglais explique peut-être le manque de concessions britanniques dans le traité de Jay, mais elle ne constitue en aucun cas l’embryon d’une conspiration anglo-fédéraliste qui aurait eu pour but le rétablissement de la monarchie aux États-Unis, ou une mainmise britannique sur la jeune république. A la vérité, Alexander Hamilton conçut toujours d’étroites relations avec la Grande-Bretagne comme le moyen pour les États-Unis d’atteindre la prospérité économique. Aucun autre pays ne pouvait jouer le même rôle que la Grande-Bretagne. Le seul reproche que l’on puisse faire à Alexander Hamilton, c’est d’avoir trop souvent plus gêné qu’avancé la mise en œuvre de ses idées par une diplomatie secrète qui faisait la partie trop belle aux Anglais. L’obsession de la conspiration, en ce qui concerne les Anglais et les Fédéralistes, ne repose sur aucun fondement.

20Mais le problème le plus épineux concerne la France et les Républicains : la France a-t-elle oui ou non nourri des visées expansionnistes sur la Louisiane de 1789 à 1800, a-t-elle cherché en 1793 à faire des États-Unis un allié actif dans sa guerre contre l’Espagne et la Grande-Bretagne, puis en 1796 un pays satellite, à l’image de la Belgique ou de l’Italie ? De leur côté, les Républicains ont-ils soutenu les Français dans leurs projets impérialistes ?

  • 13 FAUCHET résume ce plan dans le volume 44 de la Correspondance Politique États-Unis, folio 468, Arch (...)
  • 14 Instructions de Genêt, volume 36 de la Correspondance Politique, États-Unis, folios 484 à 499.

21Il est vrai qu’en 1789, Moustier adresse un long rapport à son ministère, où il dépeint l’intérêt que présenterait la Louisiane pour la France13. Mais c’est faire peu le cas de l’histoire de la Révolution Française que de voir une continuité parfaite entre les propositions de Moustier et le projet de Genêt en 1793. Genêt était l’envoyé des Girondins. Pour ces derniers, la guerre révolutionnaire n’a pas pour but la reprise de la politique impérialiste de l’Ancien Régime, mais la propagation de la révolution universelle. Cette révolution universelle, Genêt doit d’abord tenter de l’étendre à la Louisiane. Même si des objectifs stratégiques dictent cette priorité (l’Espagne va entrer en guerre contre la France d’un jour à l’autre et il serait bon de la déstabiliser dans ses colonies), la libération de la Louisiane du joug espagnol est conçue en termes d’"émancipation des peuples", et non pas en termes de colonisation ou d’accroissement de l’Empire français. Au contraire, si les Américains voulaient se joindre aux Français dans cette entreprise, c’est à eux que reviendrait une partie des territoires conquis. Mais les Français savent que les Américains ne s’engageront pas ouvertement de leur côté ; respectueux de cette neutralité, ils n’ignorent cependant pas que "les Kentuckois qui brûlent depuis longtemps du désir légitime de jouir de la libre navigation du Mississipi… seconderont probablement leurs efforts". Genêt est donc autorisé "à entretenir des agents dans le Kentucky, à en envoyer également dans la Louisiane et à faire les dépenses qu’il jugera convenables pour faciliter l’exécution de ce projet"14.

  • 15 Extrait de la lettre écrite par le Général Clark au Citoyen Genêt à Louisville près des chutes de l (...)

22Pour la France, il ne s’agit pas de monter en secret des opérations militaires dans le dos du gouvernement américain. Il s’agit simplement, avec l’accord tacite de celui-ci, d’aller dans le sens des objectifs communs aux deux pays (les Américains veulent étendre leur territoire et retrouver la liberté de navigation du Mississipi, les Français veulent propager la révolution pour déstabiliser l’Espagne) en utilisant les volontés locales (ou nationales) déjà affirmées. Genêt sait que, pour de nombreux pionniers à l’Ouest, l’aide française sera avant tout l’occasion de mettre en œuvre des expéditions dont eux-mêmes caressaient le projet depuis longtemps. George Rogers Clark n’avait-il pas écrit au ministre français pour lui proposer ses services15 ? Tous ceux qui collaborèrent avec Genêt et Mangourit avaient d’abord pour objectif d’atteindre leurs propres fins et donc, de favoriser leurs desseins expansionnistes, non ceux de la France.

23La France ne cherche pas plus à s’emparer de la Louisiane qu’elle ne désire saper l’influence du gouvernement américain au profit de la sienne. Le plus grand respect envers les autorités américaines est conseillé à Genêt :

Le Conseil Exécutif enjoint spécialement au Citoyen Genêt de suivre scrupuleusement les formes établies pour les communications officielles entre le Gouvernement et les agents étrangers et de ne se permettre aucune démarche, ni aucun propos, qui puisse donner ombrage aux Américains libres à l’égard de la constitution qu’ils se sont donnée…

  • 16 Instructions de Genêt, voir note 14.

24Les instructions de Genêt ne font pas de lui l’élément subversif qu’il devient à partir de mai 1793. Loin d’être chargé de subvertir l’ordre public et de susciter la guerre civile aux États-Unis, il lui est expressément enjoint d’adopter "une conduite franche et loyale quant aux intérêts communs mais mesurée et circonspecte quant aux affaires intérieures… "16. L’attitude de Genêt n’est donc pas en accord avec ses instructions ; surtout quand en juillet, au cours de l’affaire de La Petite Démocrate, il menace de s’adresser directement au Peuple et non plus au Président. De cette façon, il attaque un des éléments essentiels de la constitution américaine. Genêt n’est donc pas venu "conspirerˮ aux États-Unis. Comme ceux qui l’envoyaient, il était mal renseigné sur la vie politique américaine. Trop confiant dans les sympathies républicaines du gouvernement, il comptait sur une collaboration passive qui n’aurait pu qu’être bénéfique aux uns comme aux autres. En aucun cas, sa mission n’avait pour but d’accroître le territoire français en Amérique, ou d’obtenir à tout prix l’aide active des États-Unis dans une attaque des colonies espagnoles. Il se trouve simplement que l’administration de Washington était déjà très anglophile, et beaucoup moins bien disposée à son égard qu’il ne l’imaginait. De ce malentendu aux funestes intentions qu’on prête au ministre français, il y a une distance que beaucoup de ses contemporains et trop d’historiens modernes ont franchi sans hésiter.

  • 17 C’est ce que révèlent Leland D. BALDWIN dans Whiskey Rebels : The story of a Frontier Uprising, Pit (...)

25Au réseau de l’internationale révolutionnaire établi par Genêt parmi les Républicains, les Fédéralistes vont bientôt ajouter les Sociétés Démocratiques auxquelles Washington prête tant de responsabilités dans la Révolte du Whiskey. Mais les sociétés de Pennsylvanie occidentale ne purent avoir qu’une influence lointaine ou modératrice sur la révolte. Elles cherchèrent d’ailleurs à se dissocier de l’insurrection dès que la campagne de répression fut en marche. Il n’y avait pas plus de réseau français en Pennsylvanie qu’à l’Ouest17.

  • 18 Correspondance Politique, États-Unis, volume 46, 21 prairial an 4 et 3 messidor an 4.

26A Paris, pourtant, on n’a pas oublié le plan de Moustier. A partir de 1795 un Directoire vainqueur et arrogant en fait une de ses priorités. Lors de la paix de Bâle, il ne peut obtenir du roi Charles IV que la partie espagnole de Saint-Domingue en échange de l’évacuation des territoires occupés par la France en Espagne. Mais il est clair que les Français ne manqueront pas la première occasion de reprendre possession de la Louisiane. Leur détermination est renforcée par la détérioration des rapports officiels entre la France et les États-Unis qui fait suite à la signature du traité de Jay. A présent, Adet voit dans les Fédéralistes "ces hommes qui ont vendu à l’Angleterre les intérêts de l’Amérique" et des "amis" dans les Républicains18. Tandis qu’en 1793 une République fraternelle proposait aux États-Unis de les aider à étendre leur territoire, c’est en 1795 une République méfiante qui demande à Adet "de faire parvenir au gouvernement tous les renseignements qu’il pourra se procurer sur les États qui s’étendent à l’Ouest et sur la Louisiane, et sur les dispositions de leurs habitants". Adet se rend compte de la puissance de ces contrées qui, selon lui, "dicteraient des lois aux pays baignés par l’océan", si elles étaient indépendantes. Adet pense-t-il encourager la sécession des États de l’Ouest pour les manœuvrer et disposer ainsi pour la France, sur le continent américain, d’un contrepoids à la puissance pro-anglaise des États de la côte ? L’idée est dans l’air. C’est dans ce sens qu’il faut interpréter le voyage du Général Collot, qu’Adet envoie en mission dans l’Ouest américain en mars 1796.

  • 19 On peut trouver le récit de ce voyage dans "General Collot’s Plan for a Reconnaissance of the Ohio (...)

27Ce voyage est à la fois un voyage de reconnaissance et un voyage politique. Voyage de reconnaissance, tout d’abord : cartographe averti, Collot ne cesse de rassembler des informations tout au long d’un périple qui le mène de Philadelphie à Pittsburgh, puis le long de l’Ohio et du Mississipi pour arriver à la Nouvelle-Orléans. Ses observations ne sont pas gratuites. Collot agit en espion : ce qui retient son attention, ce sont les points stratégiques, les futures forteresses "qui pourraient empêcher les troupes américaines de descendre l’Ohio", le jour où la France possédera à nouveau la Louisiane. Mais l’aspect politique de son voyage ne s’arrête pas là : Collot a aussi pour tâche de s’informer des sentiments des habitants des États du Sud à l’égard de la France, et à l’égard du gouvernement fédéral19. Adet, bien sûr, n’avait pas mis le gouvernement fédéral au courant des véritables objectifs du voyage de Collot. Mais les Fédéralistes ne furent pas dupes. Il y a bien désir, de la part des Français, de trouver des soutiens à leur propre expansion aux dépens de celle des États-Unis. Adet et Collot envisageaient bien de contrer les objectifs territoriaux américains et de semer le désordre civil dans un pays qui, après tout, était encore ami et allié. Ce n’était pas une conspiration dans les faits, mais dans l’esprit, c’en était une.

  • 20 Voir The Writings of John Quincy Adams, p. 82 (op. cil.).

28Pour que leurs complots puissent être mis en œuvre, les Français ont besoin sur place du soutien des Républicains, de leurs "amis" comme ils les nomment. De l’existence de cet appui actif, les Fédéralistes sont persuadés20. Mais Fauchet, autre ministre français aux États-Unis, porte un regard plus nuancé sur l’attitude des Républicains :

  • 21 Rapport de Fauchet sur les États-Unis, in Correspondance Politique États-Unis, v. 44, folio 487.

Les hommes que nous venons de désigner (Jefferson et Madison) se bornent incontestablement à désirer, ainsi qu’une foule de citoyens respectables, que l’esprit du gouvernement qu’on croit dirigé par l’anglomanie devienne plus conforme au génie républicain21.

29Assurément, il ne fait pas de doute pour Fauchet que les "amis de la France" au Congrès ne sont en aucun cas des "agents de la France". Au moment du débat à la Chambre des Représentants à propos du traité de Jay, ce n’est pas Madison qui mène le combat contre le Président. En 1796, lorsqu’il cherche à influencer la campagne présidentielle, ce n’est pas non plus avec les grands leaders du parti républicain qu’Adet aura des entretiens, mais avec des leaders locaux. Comme le remarque Fauchet, les grands leaders républicains défendent avant tout leur conception de l’intérêt national, pas celle de la France. Ni les Français, ni les Républicains ne furent donc à l’origine d’une quelconque conspiration organisée, dirigée contre l’État fédéral de 1793 à 1800.

Tentative d’interprétation

30Le mythe de la conspiration aux États-Unis de 1789 à 1800 est donc essentiellement une manifestation de l’imaginaire politique. Mais la force, l’omniprésence de cette obsession de 1794 à 1800 et les excès auxquels elle mena la jeune république américaine, les prises de position qu’elle suscite encore chez certains historiens – tous ces éléments nous poussent à rechercher une interprétation satisfaisante, différente de celles que proposent Richard Hofstadter, Gordon S. Wood et Raoul Girardet.

  • 22 Penser la Révolution Française, de François FURET, p. 15, Paris, 1978.

31Comme point de départ, on peut utiliser l’attitude des historiens qui prennent parti et la rapprocher de celle des historiens qui ont étudié la Révolution Française. Pour ceux-ci, explique François Furet, la Révolution Française est un sujet "brûlant" à propos duquel ils se sentent tenus de donner leur opinion : leurs travaux dépendent plus du "champ de la polémique sociale" que de "celui de la discussion savante". La raison du statut historique particulier de la Révolution Française ? "L’histoire de la Révolution a pour fonction sociale d’entretenir ce récit des origines" que sont les événements révolutionnaires22. Il en va de même aux États-Unis pour la période fondatrice, restée vivante aujourd’hui parce qu’elle est la référence constante de la vie politique contemporaine. Le récit historique ancré dans le présent ne peut laisser indifférent ; chacun donne aux origines l’orientation qui lui paraît la plus conforme à sa vision des États-Unis. Pour certains, c’est une République attachée à l’égalité qu’ils cherchent à mettre en valeur ; pour d’autres, c’est la République de l’ordre, de la prospérité économique qui prédomine. Les excès idéologiques dont témoigne l’obsession de la conspiration sont donc le propre de notre vie politique moderne, ils ne constituent pas la dernière manifestation de l’esprit du XVIIIe siècle. On doit plutôt voir dans l’obsédante présence du thème de la conspiration aux États-Unis de 1790 à 1800 la marque de la naissance d’un ordre politique nouveau et de ses "dérapages" possibles.

  • 23 Comme le révèlent les instructions de Genêt :
    Comme l’opinion publique est dans les États-Unis d’un (...)

32La vie politique qui se met difficilement en place aux États-Unis de 1789 à 1800 constitue l’ébauche maladroite de la vie politique moderne des démocraties libérales. L’opinion publique y joue déjà un rôle très important23. Cette émergence d’un public politique moderne s’accompagne de la naissance de partis politiques modernes. Grâce à la Constitution, Madison voulait éviter la multiplication des factions, mais sous la présidence de George Washington, ce sont des partis politiques de type moderne qui naissent. L’utilisation de l’argument de la conspiration vient donc s’insérer dans le contexte de la naissance de la vie politique moderne et des pratiques qui l’accompagnent. Les Fédéralistes, surtout à partir de 1797, s’en servent pour donner à la vie politique américaine un tour anti-démocratique. En effet, il n’y a pas de démocratie libérale sans liberté d’expression et de communication, sans possibilité pour la minorité de s’exprimer. Or, quand en 1793, George Washington veut voir dans la révolte du Whiskey l’action des Sociétés Démocratiques manipulées par la France, c’est à ce droit d’opposition qu’il s’en prend. Quand, en 1797, la "quasi-guerre" éclate entre la France et les États-Unis, les Fédéralistes n’hésitent pas à faire campagne en faveur des lois scélérates qui sont votées en 1798. Au nom d’une conspiration républicaine contre l’administration, les Fédéralistes ont montré qu’ils étaient prêts à étouffer tout débat démocratique. Le recours à la rhétorique de la conspiration reflète la tentation de l’abandon des pratiques démocratiques.

33Chez les Républicains, l’obsession de la conspiration reflète un pareil irrespect de ces pratiques : ils ne tolèrent pas de n’être que l’opposition et seraient presque prêts à faire sécession si les lois votées ne leur plaisent pas. Dans ce laboratoire des démocraties modernes que constitue la vie politique aux États-Unis de 1789 à 1800, l’obsession de la conspiration révèle que la démocratie est fragile, qu’elle peut "déraper". Liée au développement des institutions démocratiques modernes, comme le pensent Richard Hofstadter et Raoul Girardet, l’obsession de la conspiration n’est pourtant pas seulement le propre de groupes marginalisés par un développement social trop rapide : elle peut être aussi un phénomène majoritaire, s’emparant de toute la classe politique. Lorsque la démocratie vacille, l’obsession de la conspiration s’installe jusque dans les plus hautes sphères. Plus qu’un transfert du religieux dans le politique, ce phénomène issu de l’imaginaire collectif, tel qu’on le rencontre aux États-Unis de 1789 à 1800, traduit le mal d’être de la démocratie. Fragile par essence, celle-ci est toujours menacée par l’abandon du débat démocratique et le retour de l’obsession de la conspiration.

Notes

1 in The Works of John Adams, Charles Francis ADAMS, ed., v VIII, p. 596 Boston, 1853.

2 Jacques GODECHOT (dans La Grande Nation. L’expansion Révolutionnaire dans le monde, Paris, 1959) et R. R. PALMER (dans The Age of Democratic Revolution, Princeton, 1964) se contentent d’évoquer cette problématique. Les trois historiens qui exploitent ce thème plus en profondeur sont Richard HOFSTADTER dans The Paranoid Style in American Politics and other essays New York, 1963, Gordon S. WOOD dans "Conspiracy and the paranoid Style : Causality and Deceit in the 18th Century", William and Mary Quarterly, juillet 1982, Raoul GIRARDET dans Mythes et Mythologies Politiques, Paris, 1986.

3 Dans "The Federalist Period as an Age of Passion", American Quaterly X, 1958. Mais d’autres historiens se sont interrogés sur la signification de la violence politique des années 1790. John R. HOWE Jr dans "Republican Thought and the Politicial Violence of the 1790s", American Quaterly, XIX, 1967, en propose une excellente synthèse.

4 Gazette of the United States, 2 et 24 novembre 1796 ; The Minerva, 16 novembre 1796.

5 Les citations de John et J. Q. ADAMS sont extraites de The Works of John Adams, v VIII, p. 534, op. cit., puis de The Writings of John Quincy Adams, W. C. FORD ed., volume II, p. 67, 245, 300, New York, puis de The Aurora, 2, 3 et 30 novembre 1796 et de The National Gazette 8 novembre 1796.

6 Pour plus de détails, se référer à l’article de Michaël DUREY "Radical Emigrés and the Triumph of Jeffersonian Republicanism", William and Mary Quarterly, octobre 1987.

7 Propos rapportés par R.R. Palmer, v II, p. 542, op. cit.

8 George Washington and the French Révolution, par Louis Martin SEARS, Detroit, 1960.

9 Jefferson and France, New Haven, 1967 ; et Colonies into Nation, New York, 1972, par Lawrence S. KAPLAN.

10 Number 7 : Alexander Hamilton’s Secret Attempts to control American Foreign Policy, Princeton, 1964.

11 Publiés respectivement en 1787 et 1789.

12 The Writings of Thomas Jefferson, P. L. FORD ed., v. V, A George Mason, le 4 février 1791, New York, 1899.

13 FAUCHET résume ce plan dans le volume 44 de la Correspondance Politique États-Unis, folio 468, Archives Diplomatiques Françaises.

14 Instructions de Genêt, volume 36 de la Correspondance Politique, États-Unis, folios 484 à 499.

15 Extrait de la lettre écrite par le Général Clark au Citoyen Genêt à Louisville près des chutes de l’Ohio le 2 février 1793. Le Général Clark me donne connaissance du projet qu’il mûrit depuis longtemps de s’emparer d’abord de la haute Louisiane et peu de temps après des bords du Mississipi jusqu’à la mer…
Volume 37 de la Correspondance Politique, États-Unis, folios 99 et 100.

16 Instructions de Genêt, voir note 14.

17 C’est ce que révèlent Leland D. BALDWIN dans Whiskey Rebels : The story of a Frontier Uprising, Pittsburgh, 1939 : John C. MILLER dans The Federalist Era, London, 1960 ; et Thomas P. SLAUGHTER dans The Whiskey Rébellion Frontier Epilogue to the American Révolution, New York, 1986.

18 Correspondance Politique, États-Unis, volume 46, 21 prairial an 4 et 3 messidor an 4.

19 On peut trouver le récit de ce voyage dans "General Collot’s Plan for a Reconnaissance of the Ohio and Mississipi Valleys, 17961, William and Mary Quarterly, 1952. La lecture de Le Directoire et la Paix de l’Europe par Raymond GUYOT (Paris, 1911) permet une étude plus approfondie de la politique étrangère du Directoire.

20 Voir The Writings of John Quincy Adams, p. 82 (op. cil.).

21 Rapport de Fauchet sur les États-Unis, in Correspondance Politique États-Unis, v. 44, folio 487.

22 Penser la Révolution Française, de François FURET, p. 15, Paris, 1978.

23 Comme le révèlent les instructions de Genêt :
Comme l’opinion publique est dans les États-Unis d’un très grand poids ("d’un plus grand poids que partout ailleurs" est barré), vous aurez soin de mettre cet écrit (historique de l’entrée en guerre) par la voie des gazettes, afin de mettre les Américains libres dans le cas de juger par eux-mêmes des motifs qui ont amené la rupture avec l’Angleterre.
et les observations d’Adet :
en général, l’Américain est bien plus instruit que le pays d’Europe. Il s’occupe constamment des intérêt politiques. Il est loyal, très patriote et possède les vertus républicaines.
In Correspondance Politique, États-Unis, volume 37 (3 février 1793) et Correspondance Politique, États-Unis, volume 45 (folio 278).

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search