Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

II. L’État, l’idéologie et la révolution

Les infortunes de la vertu1

Denis Lacorne

Texte intégral

  • 1 Une autre version plus détaillée de ce texte est parue dans la Revue Française de Science Politique

Il ne faut jamais calculer les choses que par la relation qu’elles ont avec nos intérêts.
Sade, Justine ou les malheurs de la vertu. Tome I,
Jean-Jacques Pauvert, p. 70.

Les politiques grecs, qui vivoient dans le gouvernement populaire, ne reconnaissoient d’autre force qui pût les soutenir que celle de la vertu. Ceux d’aujourd’hui ne nous parlent que de manufactures, de commerce, de finances, de richesse et de luxe même.
Montesquieu, De l’esprit des lois. Livre III, ch. 3
"Du principe de la démocratie",
Œuvres complètes, Gallimard, vol. II, p. 252.

Quelle vertu ?

  • 1 J.G. A. POCOCK, The Machiavellian Moment, Princeton University Press, 1975, pp. 358-9.

1La révolution américaine fut-elle vertueuse ? Étrange débat que celui qui oppose les historiens révisionnistes des années soixante-dix aux historiens libéraux des années cinquante et aux progressistes des années vingt. Car ces "révisionnistes" cherchent à révolutionner notre compréhension du XVIIIe siècle américain en imposant aux événements de l’époque une grille de lecture qui emprunte plus aux humanistes de la Renaissance qu’à ceux du siècle des Lumières, ou qu’aux dialecticiens du XIXe siècle. Le comportement des révolutionnaires américains, pour ces nouveaux historiens, échappe à toute logique socio-économique. Ce qui motive les hommes c’est l’idéologie : le désir de régénérer de l’intérieur une société coloniale corrompue par les vices politiques de la métropole. La solution n’est pas seulement l’indépendance ; c’est aussi et surtout l’adoption d’une pratique et d’un langage politique vertueux qui permettront le retour aux grands principes des républiques antiques, le ridurre ai principii de la tradition machiavelienne1.

  • 2 Charles A. BEARD, An Economie Interprétation of the Constitution of the United States, Macmillan 19 (...)

2Rien n’est plus contraire à ce mode d’interprétation que les thèses économistes des historiens progressistes des années vingt dont Charles Beard est sans doute le meilleur représentant. Pour ce dernier, qui ne s’intéresse qu’à la phase finale de la révolution, et qui s’inspire des thèses de Bentley sur les groupes de pression, l’idéologie, et a fortiori l’appel à la vertu, relèvent de l’imaginaire et servent à masquer la réalité du conflit économique qui oppose les fédéralistes aux anti-fédéralistes – les premiers incarnant le grand capitalisme commercialo-financier d’origine urbaine ; les seconds le capitalisme rural des cultivateurs les plus endettés. La seule passion qui motive les pères fondateurs, c’est leur intérêt économique personnel : en bons spéculateurs qui détiennent des créances sur la dette publique de la Confédération, ils misent sur la création d’un gouvernement fort et centralisé pour accroître la valeur de leurs créances…2

3Dans cette perspective, les "idées" des pères fondateurs sont dénuées de signification. Leur appel à la vertu, à l’idéal d’un "gouvernement solide" pour reprendre l’expression du chargé d’affaires français, ne servent qu’à masquer des égoïsmes particuliers. Inutile d’invoquer Marx, les auteurs du Fédéraliste sont là pour reconnaître avec lucidité la primauté des intérêts et la réalité des conflits de classes. Charles Beard est ainsi l’un des premiers historiens américains à reconnaître l’importance du Fédéraliste n° 10 rédigé par James Madison et consacré au jeu des factions, des classes et des partis dans la République naissante :

  • 3 Alexander HAMILTON, John JAY, James MADISON, Le Fédéraliste, V. Giard et Briard, 1902, pp. 69-40 (r (...)

La source des factions la plus commune et la plus durable a toujours été l’inégale distribution de la richesse (property). Ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas ont toujours eu des intérêts divergents. Les créanciers et les débiteurs ont entre eux une semblable ligne de démarcation. L’intérêt de l’agriculture, l’intérêt des manufactures, l’intérêt du commerce, l’intérêt des capitalistes (a moneyed interest), et d’autres moins importants, se forment nécessairement dans les nations civilisées et les divisent en différentes classes qui agissent d’après des vues et des sentiments différents3.

  • 4 BEARD, op. cit., pp. 15-6.

4Le commentaire de Beard sur ce passage est éloquent : "nous avons ici, écrit-il, une remarquable affirmation du déterminisme économique en politique". Par conséquent, conclut Beard, les idées et les doctrines politiques n’existent pas en tant que telles ; elles ne sont "inévitablement (que) le réflexe (reflex) du conflit des intérêts"4.

  • 5 Cf. Robert E. BROWN, Reinterpretation of the Formation of the American Constitution, Boston Univers (...)

5Un tel réductionnisme dans l’explication politique, un tel accent sur le déterminisme économique ne pouvait qu’entraîner une réaction de rejet chez les historiens libéraux de l’après-guerre qui s’empressèrent de déconstruire, avec un zèle parfois excessif, le raisonnement de Beard et de réfuter point par point l’essentiel des "preuves objectives" apportées par l’auteur5.

  • 6 Jackson T. MAIN, ibid. et son récent, Politicial Parties before the Constitution, id., University o (...)

6Et pourtant les critiques de Beard continueront à minimiser l’influence des idées et des idéologies dans la Révolution américaine. Jackson Turner Main, par exemple, tout en rejetant les dichotomies simplistes de Beard, réhabilitera un certain type d’analyse socio-économique en démontrant que les partisans de la ratification de la Constitution étaient des "cosmopolites", alors que ses critiques, les anti-fédéralistes, étaient principalement des "localistes"6.

  • 7 Daniel J. BOORSTIN, The Genius of American Politics, University of Chicago Press, 1953, p. 1, 98.
  • 8 Ibid., p. 161.

7Daniel Boorstin, dans les années cinquante, se refusera à accorder la moindre primauté aux faits économiques. Mais il continuera, lui aussi, à minimiser le poids des idées révolutionnaires en soulignant le caractère profondément amoral et irréfléchi de l’entreprise de rénovation politique des pères fondateurs. Rien, d’après cet auteur, n’a été sciemment voulu par les framers dont le projet de constitution n’était que le fruit du hasard, le produit de "la force des circonstances" ou encore le résultat "d’opportunités heureuses"7. Tout est affaire d’opportunisme dans la Révolution américaine, à tel point que les "hommes de la liberté" ne sont jamais en mesure de développer une philosophie de la vie qui soit véritablement la leur, autonome, critique et réflexive. L’Américain ne pense pas, il se pense à travers les plaisirs de la vie ; il s’adapte aux circonstances et il attend toujours que du jeu des passions qui règle sa vie quotidienne surgisse comme par enchantement le bien public. En réaliste, il est incapable de distinguer "ce qui est" de "ce qui doit être". Indifférent aux idées, incapable de définir une quelconque sagesse politique, l’Américain peut tout exporter sauf un message politique. C’est pourquoi l’Amérique n’a jamais su produire de philosophes de la stature d’un Hobbes ou d’un Rousseau. Et puisque tout se réduit à des questions constitutionnelles, l’Amérique est ce pays où "les avocats prennent la place des philosophes"8.

  • 9 Ibid. pp. 185-6.

8Paradoxalement, de ce constat affligeant, Boorstin ne tire aucune conclusion négative. Bien au contraire, il voit là la marque de l’inimitable génie du peuple américain : son pragmatisme, une capacité exceptionnelle à adapter ses institutions aux circonstances, à faire coller ses idées aux faits, à mouler littéralement l’État sur les formes de la société civile. S’il y a une sagesse américaine, elle consiste à "s’en remettre aux faits de la vie", à laisser évoluer les institutions "selon les besoins de l’environnement" et surtout à éviter les idéologies, c’est-à-dire, "les imbécilités, divagations et (autres) délires cosmiques"9. Le génie des révolutionnaires américains, d’après Boorstin, c’est leur médiocrité. En rabattant leur idéal politique sur leurs intérêts privés, les pères fondateurs réussissaient à s’effacer de l’histoire ; ils faisaient de l’histoire, leur histoire, un procès sans sujet.

***

La filiation lockienne et le primat des intérêts privés

  • 10 Cette expression est d’abord utilisée par Merle Curti dans un article intitulé, "The Great Mr. Lock (...)
  • 11 Louis HARTZ, The Liberal Tradition in America, Harvest, 1955, p. 140.

9D’autres historiens, comme Louis Hartz, n’hésiteront pas pourtant à découvrir derrière cet amas primordial de faits et de circonstances un grand sujet transcendental : Locke, soudainement promu "Philosophe de l’Amérique"10, ce grand esprit qui "domine la pensée politique américaine comme jamais un penseur n’a dominé la pensée d’une (autre) nation"11.

  • 12 Ibid., p. 6.
  • 13 Ibid., p. 9.
  • 14 Léo STRAUSS, Natural Right and History, University of Chicago, Press, 1950, p. 246.

10Une société qui "commence avec Locke, le transforme et reste avec lui"12 pendant deux siècles ne peut pas prétendre à la vertu si par vertu on entend la recherche du bien commun, le triomphe des idées sur les intérêts, le sens du sacrifice pour la res publica. Dans cette perspective, tous les textes importants de la Révolution américaine – la Déclaration d’indépendance, la Constitution, les Federalist Papers – seraient irrémédiablement marqués par la philosophie de Locke. Cette philosophie, affirme Louis Hartz, a valeur d’articles de la foi, puisqu’elle est préservée comme une relique qui serait littéralement "enchâssée" dans le texte de la Constitution13. L’essence de ce "credo" c’est la conception lockienne de la propriété qui n’est rien d’autre que l’expression classique de ce que l’on appellera au XXe siècle "l’esprit du capitalisme"14.

  • 15 John LOCKE, Second Treatise, ch. 5, "Of Property", sect. 32, in John LOCKE, Two Treatises of Govern (...)
  • 16 Second Treatise, ch. 5, sect. 38, p. 31.
  • 17 John LOCKE, Some Thoughts Concerning Human Education, cité par Isaac KRAMNICK, "Republican Revision (...)
  • 18 Second Treatise, ch. 5, sect. 34, 37. On se reportera aussi à l’excellent commentaire de Richard AS (...)
  • 19 Second Treatise, sect. 41. Voir aussi Istvan HONT et Michael IGNATIEFF, "Needs and Justice in the W (...)
  • 20 Allan BLOOM, The Closing of the American Mind, Simon and Schuster, 1987, p. 167.

11La propriété, pour Locke, est indissolublement liée au travail et le travail qui transforme et valorise le bien possédé est une activité noble par excellence puisqu’elle répond au fait que "Dieu commanda à l’homme de travailler…"15 L’effort productif est la grande marque du salut ; la paresse, la manifestation même du vice. L’inactif, quel qu’il soit, riche aristocrate ou pauvre hère, est un être profondément immoral. Il n’a donc pas droit à la protection de l’État. S’il est riche, il n’est pas injuste que sa propriété, même si elle est entourée d’une clôture, "devienne la possession d’un autre", au cas où elle resterait en friche16. S’il est pauvre, il pourra à la rigueur bénéficier de la charité privée (celle-ci n’est jamais une obligation), mais il sera souhaitable de l’enrôler de force dans des manufactures dès son plus jeune âge afin de le guérir de sa paresse et de lui inculquer le goût du travail17. La propriété n’est un droit naturel absolu que pour ceux qui sont à la fois "rationnels et industrieux". C’est la productivité qui donne toute sa valeur à la propriété, et à partir du moment où le produit du travail de l’homme n’est pas gaspillé ou abandonné, il n’y a pas de limite morale à l’appropriation. Plus on produit, plus on facilite la circulation des biens à travers le monde et plus on accroît "la richesse (the common stock) de l’humanité". Cette accumulation des richesses, fatalement inégale, bénéficiera à l’ensemble de la population, y compris à ceux qui ne disposent, pour seule propriété, que de leur force de travail18. C’est pourquoi, affirme Locke dans un passage fameux du Second Treatise, un roi indien d’Amérique, propriétaire d’immenses territoires cultivables, est "moins bien nourri, logé et vêtu qu’un garçon de ferme anglais". Sa pauvreté comme celle de ses sujets tient à l’insuffisance de son travail productif…19 Les Américains sont donc tous des "lockiens"20 – ce qui fait du droit de propriété le fondement même de leur société et ce qui justifie, par la même occasion, la spoliation (et le massacre) des Indiens.

  • 21 Second Treatise, sect. 124 et 122.

12On comprend pourquoi Locke ne cesse de répéter que 1la raison principale pour laquelle les hommes fondent des républiques… c’est la préservation de leur propriété". C’est pourquoi aussi le peuple d’une république, lorsqu’il choisit ses représentants, doit s’assurer qu’ils forment un véritable rempart (Locke écrit "une clôture") autour de ses propriétés et qu’ils protègent ainsi le citoyen-propriétaire de tout abus spoliateur21.

  • 22 Cass SUNSTEIN, "Interest Groups in American Public Law", Stanford Law Review, vol. 38, nov. 1985, p (...)
  • 23 Respectivement, Le Fédéraliste n° 10 et 51. Plus tard, en mars 1792, Madison donnera une extension (...)

13Madison respecte bien la tradition lockienne lorsqu’il affirme, dans le dixième Fédéraliste, que "le premier objet du gouvernement" est "la protection de ces facultés" qui sont "à l’origine des droits de propriété". On peut même affirmer avec Cass Sunstein que tout le système de freins et de contrepoids inventé par les Fondateurs est destiné à protéger le droit de propriété. En effet, la multiplication des seuils et des échelons de décision, l’entrecroisement et la rivalité des pouvoirs fédéraux et étatiques, la rotation rapide des élus, le bicamérisme et le chevauchement des mandats législatifs… tout est conçu pour répondre à la grande crainte de l’époque, ravivée par le souvenir encore récent de la rébellion des Shaysites : la menace d’une tyrannie de la majorité. Or quelle est cette "majorité" si dangereuse, sinon la faction la plus populaire et la plus nombreuse des "sans-propriété", ou encore des petits propriétaires ; le "parti" de ceux qui auraient intérêt – s’ils arrivaient à s’emparer d’un seul coup de l’appareil d’État – à procéder à une redistribution des richesses22. Madison savait bien que le conflit des factions se réduit en fait au conflit de deux factions : "ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas". D’où la nécessité "d’opposer l’ambition à l’ambition"23, de gouverner en fonction de la maxime du divide et impera, de créer un système politique si complexe qu’il empêche à jamais l’hégémonie d’un seul groupe, même majoritaire.

***

La querelle des Anciens et des Modernes

  • 24 POCOCK, op. cit., et aussi Bernard BAILYN, The Ideological Origins of the American Révolution, Harv (...)
  • 25 POCOCK, ibid., p. 462.
  • 26 Ibid., p. 546.

14La filiation lockienne semble bien ininterrompue, de 1776 à 1787. Faut-il alors conclure avec Louis Hartz et ses disciples que les pères fondateurs sont de véritables "libéraux", ou encore des Modernes dont les idées républicaines ne doivent rien aux vertus des Anciens ? L’homo œconomicus, ce vieil ancêtre des capitalistes modernes, aurait-il, dès 1776, pris la place d’une espèce moins évoluée mais plus noble, celle de l’homo civicus ? La chose est fortement contestée par l’historiographie révisionniste des années 1960-1970 et en particulier dans l’œuvre de J.G.A. Pocock24. Pour ce dernier, la Révolution américaine constitue "le dernier acte de la Renaissance civique" ; elle réalise un idéal humaniste qui "mêle l’aristotélisme au machiavélisme"25. La référence à Locke, promu "Saint patron des valeurs américaines" relève du mythe – mythe consciemment propagé par l’historiographie consensuelle des années cinquante qui prétend effacer, au nom d’un principe de continuité, toutes les aspérités, tous les clivages de l’histoire américaine26. Or la Révolution doit être pensée dans la discontinuité. Elle marque une rupture avec une société britannique déjà libéralisée politiquement et qui, sur le terrain de l’économie, annonce le triomphe des réalités capitalistes et des valeurs qui lui sont communément associées : l’individualisme possessif, l’éthique protestante, le goût du commerce, la spéculation financière, l’esprit d’entreprise…

  • 27 Ibid., p. 546.

15La Révolution serait donc d’abord une révolte contre la modernité. Mais de quelle modernité s’agit-il ? La modernité, pour les pères fondateurs, c’est l’État moderne tel qu’il est incarné par la monarchie britannique, avec sa prolifération de courtisans bureaucratisés et salariés, son armée permanente, son Église officielle, ses impôts arbitraires, son système de patronage politique, ses bourgs pourris, son énorme dette publique dont le financement favorise la montée en puissance des financiers et des spéculateurs. La modernité, c’est "la corruption" – thème clé qui traverse tout le discours révolutionnaire et qui vise directement le système politique de la métropole. La modernité, ce sont aussi les mœurs britanniques, les habitudes sociales d’un peuple commerçant, l’appât du gain, des goûts efféminés, un hédonisme foncier, un libéralisme débridé, en bref tous les travaux bassement bourgeois de la plus "agressivement moderne" des sociétés de l’époque27.

  • 28 Ibid., pp. 519, 545-6.
  • 29 Ibid., pp. 450, 464.
  • 30 Jefferson écrit ainsi : "Corruption of morals in the mass of cultivators is a phaenomenon of which (...)

16Dans cette perspective, la Révolution ne prend tout son sens que dans un contexte de guerre idéologique, de querelle entre les Anciens et les Modernes, qui reprend, sur le mode mimétique, les grands conflits idéologiques de l’Angleterre de Walpole. A la réalité "moderne" d’un monde qui s’embourgeoise chaque jour un peu plus, le révolutionnaire américain oppose l’idéal de la cité antique. Il propose un retour aux Anciens, un ridurre ai principii, une rinnovazione, (pour reprendre des concepts inventés par la Renaissance italienne et repris dans le discours politique neo-harringtonien)28. Il se pose en "patriote" et s’affirme frugal, courageux, prêt à sacrifier ses intérêts privés pour le bien commun de l’Union et à risquer sa vie pour son idéal républicain. Il est enfin et surtout attaché à la terre et aux valeurs agraires. Sa propriété, comme l’oikos aristotélicien, est la fondation matérielle de son indépendance, ce qui lui donne aussi assez de temps et de loisirs pour participer activement à la vie politique et pour se transformer, le cas échéant, en citoyen-en-armes29. Jefferson, dans ses Notes sur l’État de Virginie exprime parfaitement cet idéal agrarien30.

  • 31 KRAMNICK, article cité ; Joyce APPLEBY, Capitalism and a New Social Order, New York University Pres (...)

17La grande originalité de l’historiographie révisionniste est d’avoir révélé le caractère archaïque d’une révolution qu’une autre tradition historiographique avait voulu à tout prix "moderne", pour qu’elle serve d’exemple et de modèle au reste du monde. En effaçant la trace de John Locke – grand philosophe et saint-patron de l’Amérique – en dévaluant l’importance des idées libérales, en réhabilitant les valeurs républicaines héritées de la Grèce antique, de la Renaissance italienne, et du XVIIe siècle anglais, ces nouveaux historiens contribuaient à détruire le schéma réductionniste de l’historiographie néo-libérale : l’histoire des États-Unis, des origines à nos jours, serait celle du triomphe des idées capitalistes. Ces idées-là n’ont pas toujours été hégémoniques, même s’il est vrai, comme l’on bien montré Isaac Kramnick et Joyce Appleby, que les révolutionnaires américains ont été profondément influencés par ces innombrables pamphlétaires qui propageaient les idées de Locke et d’Adam Smith31. Nous comprenons mal aujourd’hui que des révolutionnaires aient pu se comporter à la fois comme des Anciens et des Modernes et se soient efforcés de concilier l’apologie des vertus antiques, nécessaires à la régénération d’une société corrompue par le modernisme même de ses colons avec des schémas d’analyse déjà profondément libéraux.

  • 32 Cf. David EPSTEIN, "A Study of Federalist 10" in EPSTEIN, The Political Theory of The Federalist, U (...)

18Cette tension entre une tradition classique qui affirme le primat des vertus et une tradition libérale qui souhaite libérer les énergies individuelles et transformer les vices privés en biens publics est évidente à la lecture du Fédéraliste. Quel est en effet, pour les auteurs du Fédéraliste l’objet du meilleur des gouvernements ? C’est d’abord la Justice, c’est-à-dire la protection des droits individuels des citoyens. C’est aussi et surtout la recherche du Bien public (public good, good of the whole, public weal…)32.

  • 33 Le Fédéraliste n° 10 in James MADISON, A. HAMILTON, J. JA Y, The Federalist Papers, édités par Isaa (...)

19La Justice, d’après le Fédéraliste n° 10, renvoie à une vision moderne, libérale de la politique : elle signifie la protection du premier des droits individuels, le droit de propriété. Garantir la justice, c’est par conséquent, s’opposer à toutes les formes d’atteinte au droit de propriété. Il y a "injustice", d’après Madison, lorsque le débiteur refuse de payer sa dette, lorsque le partageux décrète la redistribution égalitaire des richesses, lorsque l’agriculteur-exportateur veut abolir les droits de douane, au détriment de l’entrepreneur qui veut les maintenir pour protéger son industrie naissante..33.

  • 34 J’emprunte cette expression à François Bourricaud, Cf. F. BOURRICAUD, "Qu’est-ce qu’un citoyen aujo (...)
  • 35 Ibid., p. 123 et le commentaire de David Epstein, op. cit., pp. 60-68.
  • 36 Le Fédéraliste, n° 10, op. cit., p. 126 (Madison)
  • 37 Le Fédéraliste, n° 12, p. 134 (Hamilton)
  • 38 Le Fédéraliste, n° 10, p. 126.
  • 39 Le Fédéraliste, n° 57, p. 343.
  • 40 Le Fédéraliste, n° 10, p. 125.

20Quant au Bien commun, il renvoie à une conception plus classique et téléologique de la politique. Le Bien commun ne se réduit pas, en effet, à la somme des intérêts particuliers des individus, ni au produit d’un marchandage pluraliste entre factions – une sorte de plus petit commun dénominateur qui satisferait l’ensemble des groupes de la société. Cela n’est pas non plus l’effet inattendu du jeu des intérêts privés, le "fruit dénaturé mais savoureux des vices privés"34. Le Bien commun est un "tout", distinct de la somme de ses parties, dont la "permanence" indique qu’il n’est pas susceptible de varier au gré des circonstances ou des majorités du moment35. Le Bien commun – Madison rejoint ici la plus ancienne des traditions civiques, la tradition aristotélicienne – est ce vers quoi doit tendre une société vertueuse, cet état d’excellence conçu après maintes délibérations par les plus hauts esprits de l’époque : les philosophes, les hommes d’état et les citoyens vertueux. Le Bien commun, est l’affaire des "citoyens les plus vertueux et les plus avisés"36, des "hommes d’État éclairés"37, des représentants du peuple "au caractère approprié", dont la "sagesse discerne au mieux l’intérêt véritable du pays" et dont "le patriotisme et l’amour de la justice" leur interdisent de "sacrifier (l’intérêt supérieur du pays) à des considérations partielles ou circonstancielles"38. Dans la même veine, Hamilton déclare : "le but de tout régime politique doit être d’abord de produire comme dirigeants des hommes qui possèdent le plus de sagesse et de vertu pour discerner et atteindre le bien commun de la société.., 139 La recherche du Bien public est donc l’affaire d’une élite de citoyens sages et vertueux au sein de laquelle les auteurs du Fédéraliste n’hésitent pas à se situer eux-mêmes, puisqu’elle constitue "l’objet principal (de leurs) investigations"40.

La vertu des élus

21Un disciple de Montesquieu s’étonnera de l’élitisme des Fondateurs, puisque le régime choisi, la République, présuppose dans son principe même la vertu des citoyens et non pas seulement celle d’une élite dirigeante. Madison ne conteste pas ici le principe défendu par Montesquieu, mais il souligne qu’il ne s’applique qu’à une "petite république". Dans un tel cas, "chaque citoyen" est, en effet, capable de percevoir et d’atteindre le Bien public. Mais cette coïncidence idéale entre l’opinion commune et ce qui est, objectivement, le Bien public est peu probable dans une société moderne, bâtie sur un vaste territoire et fragmentée en de multiples groupes rivaux. Il faut donc trouver un substitut au citoyen vertueux des petites républiques, et ce substitut, c’est le représentant du peuple dont la "sagesse" permet d’atteindre le "véritable intérêt" de la société considérée dans son ensemble.

  • 41 Le Fédéraliste, n° 10, p. 126.
  • 42 Le Fédéraliste, respectivement n° 62-64 ; 10 ; 37, 62, 70, 77. Voir aussi, EPSTEIN, op. cit., ch. 7 (...)

22Certes, rien ne garantit que l’élu du peuple soit toujours vertueux. Il se peut que certains représentants abusent de leur pouvoir et manifestent des "tempéraments factieux" ou des "préjugés locaux", qui les conduisent à "trahir les intérêts du peuple"41. Il faut donc trouver un palliatif et multiplier les procédures qui facilitent la sélection de "bons" législateurs. Citons, parmi celles-ci : 1) le mécanisme d’élection indirecte du Sénat (les Sénateurs sont nommés par les législatures des États), destiné à opérer un "filtrage" des meilleurs candidats et à transformer cette assemblée en Chambre des sages ; 2) la grande taille des circonscriptions, conçue pour inciter les candidats à penser "large" et à se détacher du poids des préjugés locaux ; 3) la nécessité d’un exécutif "énergique" et "stable" ; et plus généralement le principe de séparation des pouvoirs conçu comme le moyen d’empêcher qu’une faction particulière n’exerce une influence prépondérante au sein du gouvernement central42. A défaut de vertu immanente ou induite, c’est, enfin, l’ambition des uns qui s’opposera à l’ambition des autres et transformera ainsi spontanément des vices privés en vertus publiques…

23Mais ces considérations sur la possibilité d’une production artificielle de la vertu et les avantages d’une philosophie de l’intérêt bien entendu n’effacent pas le classicisme du raisonnement des Fondateurs. Quelle est, en effet, la source de la "sagesse" probable (mais non certaine) des élus du peuple ? Qu’est-ce qui garantit le bon choix ? Madison est bien forcé d’admettre, devant la Convention de ratification de l’État de Virginie, qu’il y a une hiérarchie des vertus et qu’à son sommet se trouve la vertu du peuple souverain, sans laquelle les autres vertus induites ou mécaniques ne sauraient avoir d’effets durables :

  • 43 Intervention de Madison du 20 juin 1788, citée dans James KLOPPENBERG, "The virtues of Liberalism : (...)

Je tiens ce grand principe républicain, que le peuple fera preuve de la vertu et de l’intelligence nécessaires à la sélection d’hommes sages et vertueux. N’y a-t-il pas de vertu parmi nous ? S’il n’y en avait pas, nous serions dans une situation désespérée. Aucun contrepoids théorique, aucune forme de gouvernement ne peut assurer notre sécurité. L’hypothèse qu’un certain type de gouvernement puisse garantir la liberté ou le bonheur sans l’existence (préalable) d’une quelconque vertu populaire est une idée chimérique43.

  • 44 MACHIAVEL, Le Prince, ch. XXIV, Librairie Générale Française, 1962, p. 167.

24D’élitiste, l’argument madisonien est devenu populiste. Ce n’est plus le "filtrage" des élites qui produit la vertu, mais la vertu des représentés qui garantit celle des représentants. Tout se passe comme si la grande République fédérale prônée par les constituants devait fonctionner comme les petites républiques vertueuses si bien décrites par Montesquieu. A défaut d’être pleinement convaincant, l’argument était opportun. Il fallait, en effet, convaincre les indécis et surtout apaiser les craintes des anti-fédéralistes qui craignaient la "puissance", l’"énergie", la "consolidation" d’un gouvernement national. Quoi de plus rassurant que de fonder l’immense République continentale sur le principe des petites républiques antiques. La leçon de Machiavel n’était pas oubliée : "le Prince… (devra) apparaître ancien là où il sera nouveau"44. Rien de plus flatteur pour les conventionnels de l’État de Virginie que de s’imaginer vertueux parce que reconnus comme tels par leurs concitoyens. La vertu était donc aussi affaire de rhétorique…

  • 45 Gordon WOOD, The Création of the American Republic, op. cit., p. 610 ; John DIGGINS, The Lost Soûl (...)

25L’omniprésence d’un discours de la vertu, l’objectif sans cesse réaffirmé du Bien public démontrent bien l’archaïsme du projet politique des Fondateurs. Ils démentent, par la même occasion, la thèse en vogue chez les historiens révisionnistes et post-révisionnistes selon laquelle la phase finale de la Révolution américaine marquerait la fin d’une "ère classique" de la politique, dominée par la référence à des valeurs civiques héritées de la Renaissance italienne au profit d’idées libérales d’inspiration lockienne et d’une conception purement utilitaire de l’intérêt public45. Mais cet archaïsme est tempéré par la prise en considération d’une valeur éminemment moderne dont l’importance est au moins équivalente à celle du Bien commun : la Justice, c’est-à-dire la protection des droits privés, l’affirmation d’un autre bien commun, d’inspiration libérale, qui prime les facultés acquisitives de l’individu sur tout autre.

  • 46 Le Fédéraliste, n° 70.
  • 47 Le Fédéraliste, n° 10 et le commentaire d’Epstein, op. cit., pp. 108-109.

26En insistant sur les rapports de dépendance mutuelle qui allient la Justice au Bien commun, les auteurs du Fédéraliste s’efforcent de réconcilier les traditions classiques et libérales et de résoudre ainsi la vieille querelle des Anciens et des Modernes. La Justice est nécessaire, mais elle ne saurait exister en vase clos. Elle perd sa raison d’être si le Bien public est négligé. Une société juste, privée d’un exécutif énergique, qui assure les moyens de sa défense, risque fort d’être annihilée, faut d’avoir su sacrifier ses intérêts égoïstes à la cause de sa grandeur et de sa survie46. Réciproquement, la "permanence" du Bien commun implique un état de justice interne, sans lequel les factions, injustement opprimées, risqueraient de se révolter pour mettre ainsi en péril la survie même de la patrie47.

  • 48 POCOCK, op. cit., p. 462 ; Diggins, op. cit., p. 20 ; Martin DIAMOND, "Democracy and the Federalist (...)
  • 49 Gordon WOOD, "Ideology and the Origins of Liberal America", William and Mary Quaterly, 3rd Ser., XL (...)

27Affirmer comme Pocock que la Révolution américaine est "le dernier acte de la Renaissance humaniste" ; rétorquer comme Diggins que "l’idée de vertu n’a pas de fondement" dans les grands textes constitutifs de la Révolution américaine ; .prétendre comme Martin Diamond que le Fédéraliste "est pratiquement totalement silencieux" sur la question "des fins du gouvernement", c’est abusivement réduire une réalité complexe qui, précisément parce qu’elle est complexe et ambiguë, échappe aux catégories simplistes de l’historiographie moderne48. Les révolutionnaires n’étaient ni des républicains classiques, ni des libéraux convaincus ; ni des archaïques ni des modernes. Ils étaient les deux à la fois et ils auraient été les premiers surpris si on leur avait demandé de choisir entre Machiavel et Locke, Aristote et Adam Smith. Il n’y avait pas, pour eux, de contradictions entre ces deux modes de pensée49.

***

L’imposture de la vertu

  • 50 Sur l’importance des mythes fondateurs, voir Élise MARIENSTRAS, Les mythes fondateurs de la nation (...)
  • 51 Paul SPERLIN, Rousseau in America, University of Alabama Press, 1969 ; POCOCK, op. cit., p. 520.

28Si la recherche du Bien public est un objectif classiquement vertueux, il est une autre vertu classique qui relève du mythe et qui manifeste une certaine imposture50. Cette vertu, je l’appellerai "vertu fondatrice" et je constaterai, avant de la décrire, qu’elle est en général ignorée par les interprètes du Fédéraliste, bien qu’elle soit admise avec une rare franchise par les auteurs du même Fédéraliste. En cela, les pères fondateurs se rapprochent d’un auteur qu’ils auraient pourtant, s’il faut en croire l’historiographie récente, superbement ignoré : Jean-Jacques Rousseau51.

29Rousseau, il est vrai, est un formidable adversaire des systèmes de représentation politique. Sa conception de la République comme démocratie directe n’est manifestement pas celle des Fédéralistes. Mais il partage avec eux un intérêt profond pour l’acte fondateur des Républiques, ou plutôt pour ce personnage mythique qu’est le fondateur d’un régime politique.

30Ce fondateur – le grand législateur de la tradition humaniste – ne peut être, comme l’écrit Rousseau dans le Contrat social, qu’un "homme extraordinaire", puisqu’il s’arroge le droit, sans autorité formelle, d’inventer de "nouvelles règles de société". Il est donc au départ un imposteur, le temps d’élaborer les textes qui constitueront la loi fondamentale du nouveau régime. Il est vrai que ces textes, une fois rédigés seront soumis fort démocratiquement au consentement du peuple. L’imposture n’est donc que provisoire.

31Les Founding Fathers admettent explicitement cette imposture lorsqu’ils déclarent dans le Fédéraliste :

  • 52 Le Fédéraliste n° 40, in The Federalist Papers, op. cit., p. 258 souligné dans le texte. Ce texte e (...)

In all great changes of established govemments… it is impossible for the people spontaneously and universally to move in concert towards their object ; and it is therefore essential that such changes be instituted by some informai and unauthorized propositions, made by some patriotic and respectable citizen or number of citizens52.

  • 53 Le Fédéraliste, n° 2, ibid., p. 92.
  • 54 De l’Esprit des Lois, op. cit., p. 227 (avertissement de l’auteur), et aussi p. 255.

32La violence symbolique de cet acte fondateur est justifiée, comme le veut la tradition, au nom de la vertu des constituants. Ces derniers se définissent comme des individus qui "n’ont pas subi d’autres passions que l’amour de leur pays" et qui se sont distingués, dans les années d’épreuves, par "leur vertu, leur patriotisme et leur sagesse"53. Or l’on sait depuis Montesquieu que la vertu suprême pour le citoyen d’une république, c’est "l’amour de la patrie"54.

  • 55 Discours sur Tite-Live, I, 11, cité en note dans Rousseau, Œuvres complètes, vol. 2, Le Seuil, 1971 (...)

33Mais comment accepter cette affirmation ? Comment croire en la sagesse des imposteurs ? Comment convaincre le peuple du bien-fondé de cet acte fondateur qui consiste à effacer les vieilles lois de la Confédération pour leur substituer un ordre politique radicalement nouveau ? Comment savoir, en d’autres termes, si le régime proposé par les Fondateurs est le meilleur régime possible ? Le dilemme est ancien ; il était reconnu par Machiavel qui constatait avec désabusement que si "le bien est souvent connu du sage"55 ; il n’est pas nécessairement perçu comme tel par l’homme du peuple. Le fondateur d’une république nouvelle, le grand législateur de la tradition antique, saura-t-il convaincre ses concitoyens de la sagesse de ses choix ? Rousseau, comme Machiavel, doute d’une telle possibilité. "La raison sublime" du législateur vertueux, écrit Rousseau, n’est pas "à la portée des hommes vulgaires" ; l’ambition de "son plan de gouvernement" est telle "qu’il est impossible de (le) traduire dans la langue du peuple". Il faut donc un subterfuge suffisamment puissant pour "persuader sans convaincre" un peuple qui ne saisit pas spontanément les avantages que lui apporte un nouveau gouvernement et de "bonnes lois". Ce subterfuge, c’est la substitution métaphorique d’un fondateur par un autre :

  • 56 Du contrat social, in Œuvres complètes, ibid., p. 533.

Pour qu’un peuple naissant pût goûter les saines maximes de la politique et suivre les règles fondamentales de la raison d’État, il faut que l’effet pût devenir la cause ; que l’esprit social, qui doit être l’ouvrage de l’institution présidât à l’institution même ; et que les hommes fussent avant les lois ce qu’ils doivent devenir par elles. Ainsi donc le législateur ne pouvant employer ni la force ni le raisonnement, c’est une nécessité qu’il recoure à une autorité d’un autre ordre..,56.

  • 57 Paul de MAN, Allegories of Reading, Yale University Press, 1979, p. 274 et le chapitre 11 de cet ou (...)
  • 58 ROUSSEAU, Ibid.
  • 59 Le Fédéraliste, n° 37, p. 246.

34On l’a compris, incapables de convaincre tout à fait le peuple de la rectitude de leurs intentions et de la sagesse de leur projet de rénovation politique, les pères fondateurs n’auront plus qu’à se retrancher derrière la seule autorité qui puisse, selon l’expression de Paul de Man, "réaliser les effets d’une promesse avant même qu’elle soit prononcée"57. Or cette "autorité d’un autre ordre", cette dernière instance qui justifie toutes les autres ne peut être que Dieu : "voilà ce qui força de tout temps les pères des nations de recourir à l’intervention du ciel et d’honorer les dieux de leur propre sagesse"58. C’est bien pourquoi les pères fondateurs de la Révolution américaine sont, sans en avoir eu bien conscience, des disciples de Jean-Jacques Rousseau. George Washington parlera ainsi du "miracle" de la Convention de Philadelphie ; Jefferson qualifiera cette même convention "d’assemblée de demi-dieux", Madison, enfin, s’émerveillant de la qualité du texte constitutionnel élaboré à Philadelphie y découvrira la trace du "fïnger of that Almighty hand which has been so frequently and signally extended to our relief in the critical stages of the revolution"59.

  • 60 Le Fédéraliste, n° 40, p. 264.

35La main de Dieu justifie l’imposture puisqu’elle cautionne à la fois la sagesse des rédacteurs de la Constitution et la qualité du résultat. Mais elle ne l’efface pas. C’est ici qu’intervient la dernière phase du processus de création constitutionnelle : la ratification. Peu importe que les constituants aient excédé les pouvoirs qui leur étaient mandatés, en décrétant qu’une majorité de neuf États seulement suffirait à l’adoption définitive de la nouvelle Constitution – alors que les Articles de la Confédération prévoyaient l’accord unanime des treize États et que la Convention de Philadelphie avait pour "seul but exprès "la révision des articles de la Confédération". Peu importe que certains principes n’aient pas été respectés dans leur forme, car "in all great changes of established governments forms ought to give way to substance". Peu importe qu’il y ait eu des "irrégularités" puisque tout dépend en dernière analyse du consentement du peuple : "as the plan to be framed and proposed was to be submitted to the people themselves, the disapprobation of this suprême authority would destroy it for ever ; its approbation blot out antécédent errors and irregularities"60.

  • 61 On pourrait appliquer la même analyse à la Déclaration d’indépendance. Jacques DERRIDA décrit bien  (...)

36Disciples de Rousseau, les pères fondateurs sont aussi et d’abord des émules de Machiavel et cela tient à ce que j’appelerai le paradoxe du consentement : la réalisation d’un idéal vertueux – un projet de République fédérale – nécessite l’approbation de l’ensemble des citoyens. Mais cette approbation est incertaine. Certains partis, les anti-fédéralistes, y sont défavorables. Plus grave encore, l’individu moyen, presqu’entièrement absorbé par ses intérêts privés, perçoit mal les avantages qu’entraîne une nouvelle Constitution. Il risque donc de ne pas être convaincu. A défaut d’être convaincu, il sera séduit par l’évocation d’une toute puissante Providence. Mais cela ne suffit pas. Certaines procédures sont trop pesantes. Exiger l’accord unanime des législatures des treize États, comme le prévoyait la Confédération, est trop aléatoire. On trichera donc avec les règles pour faciliter ce qui n’est pas encore certain mais déjà probable : la ratification. Comme dans tout processus révolutionnaire, la nouvelle légalité repose donc sur une certaine dose d’illégalité ; la vérité révélée sur une part de tromperie ; la persuasion rationnelle sur la foi religieuse ; la conviction sur la ruse et la propagande ; la légitimité républicaine sur l’abus de pouvoirs, provisoire il est vrai, des fondateurs de la république61. Mais tout cela sera effacé en l’espace d’un an par les votes de ceux dont les rédacteurs de la constitution avaient, suprême habilité, emprunté la voix pour affirmer d’emblée, en préambule au projet de constitution : WE THE PEOPLE of the United States… do ordain and establish this Constitution for the United States of America. Il aura suffi de deux mythe utiles : l’exceptionnelle sagesse des constituants ; le soutien sans faille du Grand Architecte, l’auteur du "miracle" de Philadelphie.

Notes

1 J.G. A. POCOCK, The Machiavellian Moment, Princeton University Press, 1975, pp. 358-9.

2 Charles A. BEARD, An Economie Interprétation of the Constitution of the United States, Macmillan 1963 (d’abord publié en 1913), pp. 186-7, 290-1, 324. Sur la question d’une "orthodoxie” beardienne, voir les articles de Terence Marshall et de Shannon Stimson dans La Revue Française de Science Politique, vol ; 38, n° 2, avril 1988.

3 Alexander HAMILTON, John JAY, James MADISON, Le Fédéraliste, V. Giard et Briard, 1902, pp. 69-40 (réédité chez Économica en 1988).

4 BEARD, op. cit., pp. 15-6.

5 Cf. Robert E. BROWN, Reinterpretation of the Formation of the American Constitution, Boston University Press, 1963 ; Forrest McDONALD, We the People : The Economic Origins of the Constitution, American Research Center, 1958 ; Jackson Turner MAIN, The Social Structure of Revolutionary America, Princeton University Press 1965 ; Richard HOFSTADTER, The Progessive Historians, The University of Chicago Press, 1968.

6 Jackson T. MAIN, ibid. et son récent, Politicial Parties before the Constitution, id., University of North Carolina Press, 1973.

7 Daniel J. BOORSTIN, The Genius of American Politics, University of Chicago Press, 1953, p. 1, 98.

8 Ibid., p. 161.

9 Ibid. pp. 185-6.

10 Cette expression est d’abord utilisée par Merle Curti dans un article intitulé, "The Great Mr. Locke, America’s Philosopher", Huntington Library Bulletin, n° 11, 1939.

11 Louis HARTZ, The Liberal Tradition in America, Harvest, 1955, p. 140.

12 Ibid., p. 6.

13 Ibid., p. 9.

14 Léo STRAUSS, Natural Right and History, University of Chicago, Press, 1950, p. 246.

15 John LOCKE, Second Treatise, ch. 5, "Of Property", sect. 32, in John LOCKE, Two Treatises of Government, Peter Laslett ed„ New American Liberty, 1965.

16 Second Treatise, ch. 5, sect. 38, p. 31.

17 John LOCKE, Some Thoughts Concerning Human Education, cité par Isaac KRAMNICK, "Republican Revisionism Revisited", American Historical Review, vol. 87, n° 3, June 1982, p. 659.

18 Second Treatise, ch. 5, sect. 34, 37. On se reportera aussi à l’excellent commentaire de Richard ASHCRAFT, Revolutionary Politics and Locke’s Two Treatises of Government, Princeton University Press, 1986, ch. 6.

19 Second Treatise, sect. 41. Voir aussi Istvan HONT et Michael IGNATIEFF, "Needs and Justice in the Wealth of Nations : An Introductory Essay", in HONT et IGNATIEFF eds., Wealth and Virtue, The Shaping of Political Economy in the Scottish Enlightment, Cambridge University Press, 1983, pp. 35-44.

20 Allan BLOOM, The Closing of the American Mind, Simon and Schuster, 1987, p. 167.

21 Second Treatise, sect. 124 et 122.

22 Cass SUNSTEIN, "Interest Groups in American Public Law", Stanford Law Review, vol. 38, nov. 1985, pp. 44-5.

23 Respectivement, Le Fédéraliste n° 10 et 51. Plus tard, en mars 1792, Madison donnera une extension considérable à la notion de propriété en déclarant qu’un homme "a la propriété de ses opinions" et que "de même qu’un homme dispose d’un droit dans sa propriété, de même il détient une propriété dans ses droits". William Hutchinson et al., eds, The Papers of James Madison, University Press of Virginia, 1977 – [toujours en publication], vol. 14, pp. 266-8.

24 POCOCK, op. cit., et aussi Bernard BAILYN, The Ideological Origins of the American Révolution, Harvard University Press, 1967, et Gordon WOOD, The Creation of the American Republic, Norton, 1969.

25 POCOCK, ibid., p. 462.

26 Ibid., p. 546.

27 Ibid., p. 546.

28 Ibid., pp. 519, 545-6.

29 Ibid., pp. 450, 464.

30 Jefferson écrit ainsi : "Corruption of morals in the mass of cultivators is a phaenomenon of which no âge nor nation has furnished an example… generally speaking, the proportion which the aggregate of the other classes of citizens bears in any State to that of its husbandsmen is the proportion of its unsound to its healthy parts, and is a good enough barometer whereby to measure its degree of corruption… The mobs of great cities add just so much to the support of pure govemment, as sores to the strength of the human body". Notes on the State of Virginia, cité dans Pocock, ibid., pp. 532-3.

31 KRAMNICK, article cité ; Joyce APPLEBY, Capitalism and a New Social Order, New York University Press, 1984 et son excellent article de synthèse, "Republicanism in Old an New Contexts" William and Mary Quaterly, XLIII, N° 1, janvier 1986, 20-34 ; Robert SHALHOPE, "Republicanism in Early American Historiography", William and Mary Quaterly. XXXIX, avril 1982, 334-356.

32 Cf. David EPSTEIN, "A Study of Federalist 10" in EPSTEIN, The Political Theory of The Federalist, University of Chicago Press, 1984, pp. 59-110.

33 Le Fédéraliste n° 10 in James MADISON, A. HAMILTON, J. JA Y, The Federalist Papers, édités par Isaac Kramnick, Penguin, 1987, p. 128.

34 J’emprunte cette expression à François Bourricaud, Cf. F. BOURRICAUD, "Qu’est-ce qu’un citoyen aujourd’hui ?" Commentaire, nov. 1987, pp. 519-523.

35 Ibid., p. 123 et le commentaire de David Epstein, op. cit., pp. 60-68.

36 Le Fédéraliste, n° 10, op. cit., p. 126 (Madison)

37 Le Fédéraliste, n° 12, p. 134 (Hamilton)

38 Le Fédéraliste, n° 10, p. 126.

39 Le Fédéraliste, n° 57, p. 343.

40 Le Fédéraliste, n° 10, p. 125.

41 Le Fédéraliste, n° 10, p. 126.

42 Le Fédéraliste, respectivement n° 62-64 ; 10 ; 37, 62, 70, 77. Voir aussi, EPSTEIN, op. cit., ch. 7, p. 162 et suivantes.

43 Intervention de Madison du 20 juin 1788, citée dans James KLOPPENBERG, "The virtues of Liberalism : Christianity, Republicanism, and Ethics in Early American Political Discourse’’, Journal of American History, 74, n° 1, juin 1987, 26-27.

44 MACHIAVEL, Le Prince, ch. XXIV, Librairie Générale Française, 1962, p. 167.

45 Gordon WOOD, The Création of the American Republic, op. cit., p. 610 ; John DIGGINS, The Lost Soûl of American Politics, University of Chicago Press, 1986, p. 20 ; KRAMNICK, art. cité ; Joyce APPLEBY, Capitalism and a New Social Order, op. cit. ; Appleby, "Commercial Farming and the "Agrarian Myth" in the Early Republic", Journal of American History, LXVIII, 1982.

46 Le Fédéraliste, n° 70.

47 Le Fédéraliste, n° 10 et le commentaire d’Epstein, op. cit., pp. 108-109.

48 POCOCK, op. cit., p. 462 ; Diggins, op. cit., p. 20 ; Martin DIAMOND, "Democracy and the Federalist", American Political Science Review, March 1959, LUI, n° 1, p. 64.

49 Gordon WOOD, "Ideology and the Origins of Liberal America", William and Mary Quaterly, 3rd Ser., XLVI, n° 3, July 1987, pp. 634-5 ; F. BOURRICAUD, art. cité, p. 522.

50 Sur l’importance des mythes fondateurs, voir Élise MARIENSTRAS, Les mythes fondateurs de la nation américaine, Maspero, 1976.

51 Paul SPERLIN, Rousseau in America, University of Alabama Press, 1969 ; POCOCK, op. cit., p. 520.

52 Le Fédéraliste n° 40, in The Federalist Papers, op. cit., p. 258 souligné dans le texte. Ce texte est à rapprocher de ce passage des Discours de Machiavel : "Un habile législateur qui préfère sincèrement le bien général à son intérêt particulier… doit employer toute son industrie pour attirer à soi tout le pouvoir. Un esprit sage ne condamnera point un homme supérieur d’avoir usé d’un moyen hors des règles ordinaires pour l’important objet de régler une monarchie ou de fonder une république. Ce qui est à désirer, c’est qu’au moment où le fait l’accuse, le résultat puisse l’excuser ; si le résultat est bon, il est absous". Discours sur la première décade de Tite-Live, Livre I, ch. 9, Flammarion, 1985, p. 58.

53 Le Fédéraliste, n° 2, ibid., p. 92.

54 De l’Esprit des Lois, op. cit., p. 227 (avertissement de l’auteur), et aussi p. 255.

55 Discours sur Tite-Live, I, 11, cité en note dans Rousseau, Œuvres complètes, vol. 2, Le Seuil, 1971, p. 533.

56 Du contrat social, in Œuvres complètes, ibid., p. 533.

57 Paul de MAN, Allegories of Reading, Yale University Press, 1979, p. 274 et le chapitre 11 de cet ouvrage, "Promises (Social contract)", dont nous suivons ici le raisonnement.

58 ROUSSEAU, Ibid.

59 Le Fédéraliste, n° 37, p. 246.

60 Le Fédéraliste, n° 40, p. 264.

61 On pourrait appliquer la même analyse à la Déclaration d’indépendance. Jacques DERRIDA décrit bien "l’indispensable hypocrisie" constituée par l’invocation du Suprême Judge of the world dans la Déclaration. Cf. J. DERRIDA, "Déclarations d’indépendance" in Otobiographies, éditions Galilée, pp. 13-69.

Notes de fin

1 Une autre version plus détaillée de ce texte est parue dans la Revue Française de Science Politique.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search