Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

I. L’Amérique et l’Europe : le transit de la révolution

Condorcet, sur Franklin : un éloge funèbre ou un auto-portrait ?

Christian Lerat

Texte intégral

  • 1 Alfred O. ALDRIDGE, Benjamin Franklin et ses contemporains français, (Paris : Didier, 1963), p. 214

1Il n’est plus à démontrer que pendant sa mission diplomatique en France (de décembre 1776 à juillet 1785), Franklin suscita un engouement que d’aucuns qualifieront de franklinomanie. Tant pour les cercles éclairés, dont il était devenu la coqueluche, que pour les gens du commun, il incarnait la liberté politique et paraissait le détenteur d’une sagesse capable de régénérer l’humanité. On peut toutefois s’interroger sur les raisons profondes de cette adulation. Etait-elle due seulement au rayonnement personnel de Franklin, à ses succès, réels ou supposés, et à la teneur de ses écrits de propagande ? Sans doute ces facteurs jouèrent-ils un rôle important, mais on peut se demander s’il ne faut pas envisager d’autres explications. On peut se le demander notamment à lire le flot d’éloges funèbres dont "l’ambassadeur électrique" (comme l’appelait la reine Marie-Antoinette) fut l’objet après son décès, en 1790. Comme le rappelle Alfred O. Aldridge, peu de textes permettent aussi bien que ces panégyriques de prendre la mesure de l’immense culte que la France révolutionnaire semblait lui vouer1. Culte d’un homme ou culte de la révolution ? Probablement les deux, répondront certains. Pourtant, ne s’agit-il pas, par une sorte de déplacement métonymique, de magnifier surtout la Révolution mais, cette fois, dans sa version française ? Bref, n’y a-t-il pas en tout cela quelque auto-célébration et peut-être aussi le désir de se rassurer face à la naissance de courants risquant de faire dériver la Révolution vers des finalités inquiétantes ?

  • 2 Id„ ibid., p. 227.

2On remarquera tout d’abord que la mort de Franklin fut ressentie en France comme un événement historique. L’Assemblée Nationale décréta trois jours de deuil national et adressa à Philadelphie des messages de condoléances qui semblent avoir plongé le gouvernement américain dans un certain embarras. On ne pourra non plus s’empêcher de remarquer qu’alors même que Franklin était encensé et embaumé par les Français, on ne lui accorda aux États-Unis qu’un seul éloge – une allocution peu chaleureuse, prononcée de surcroît par l’un de ses anciens ennemis politiques et qui, pour citer Aldridge, "ne mérite pas d’être comparée aux hommages enthousiastes des Français"2. Notons qu’aucun journal français ne semble s’être opposé à l’hommage national rendu à Franklin. Certains font bien état des réserves (d’ailleurs incontestables…) de Franklin quant à la Révolution française, mais la presse trouve dans l’ensemble des accents vibrants pour approuver l’initiative de l’Assemblée Nationale.

3Avec Franklin, l’âge du mérite et de la vertu était censé avoir succédé à l’âge du privilège et de la corruption et c’est bien animés de cette perception de l’évolution du monde que les auteurs des éloges funèbres de Franklin célébrèrent l’apothéose de leur héros et… héraut. Nous avons ici renoncé à analyser chacun de ces éloges pour ne retenir que l’un des plus significatifs : l’éloge prononcé devant l’Académie des Sciences, le 13 novembre 1790, par Marie-Jean-Antoine de Caritat, marquis de Condorcet. Cet éloge-fleuve qui, comme nous essaierons de le montrer, comporte nombre d’appréciations en partie erronées ou contestables, n’en demeure pas moins l’un des textes les plus impressionnants qui ait jamais été écrit sur Franklin.

  • 3 Elisabeth et Robert BADINTER, Condorcet, un intellectuel en politique (Paris, Fayard, 1988), p. 255
  • 4 Sur l’idéalisation du modèle américain par les Français, consulter notamment Durand ECHEVERRIA, Mir (...)
  • 5 ALDRIDGE, op.cit., pp. 218-222.

4Dans le florilège de panégyriques, c’est probablement celui de Condorcet qui illustre le mieux la tendance de tous les éloges sur Franklin à nous renseigner au moins autant sur la philosophie de leurs auteurs que sur celle de Franklin. Par ailleurs, la personnalité exceptionnelle de Condorcet rend ce discours particulièrement digne d’étude. En tant que Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences (depuis 1773), Condorcet se devait bien sûr de rendre hommage à son éminent collègue américain, nommé associé étranger de la savante compagnie dès 1772. En 1790, Condorcet est depuis déjà longtemps reconnu comme l’un des plus remarquables génies mathématiques du siècle. Il est ou a été l’ami ou le protégé des plus grands esprits du temps, d’Alembert, Voltaire, Turgot. Pour reprendre la formulation d’Elisabeth et Robert Badinter dans leur récent ouvrage, Condorcet, un intellectuel en politique, Condorcet est alors "un homme d’influence"3 qui approuve la direction générale du mouvement révolutionnaire mais connaît de grands moments de doute, notamment en cette année 1790. Après avoir adhéré au Club des Jacobins, il marque ses distances par rapport à une association de militants et rêve d’un cercle d’esprits libres réfléchissant au gouvernement idéal. Il lui faudra toutefois attendre 1791 pour être un homme de pouvoir, devenant alors l’un des six administrateurs de la Trésorerie puis député de l’Assemblée législative, en septembre. La riche personnalité de Condorcet, avec ses préoccupations multiples, transparaît dans l’ampleur même de l’éloge consacré à Franklin. Loin de se cantonner au seul domaine scientifique, le Secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences s’attache à mettre l’accent plus globalement sur la signification idéologique de la carrière de Franklin et souligne les épisodes venant à l’appui de quelques-unes de ses théories favorites. Cela ne saurait au demeurant nous surprendre. L’un des principaux chefs de file de ceux que l’on appelait les Américanistes, auteur d’un opuscule intitulé L’Influence de la révolution de l’Amérique sur l’Europe, Condorcet avait tout naturellement tendance à idéaliser le modèle américain et, partant, l’un de ses principaux représentants, projetant sur lui les aspirations de la société française4. Cela ne l’empêche pas par ailleurs de se livrer à des observations d’une grande perspicacité, dans un discours très travaillé où l’on sent autant de conscience que d’ardeur. C’est ainsi qu’Alfred Owen Aldridge a pu trouver la trace de quatre brouillons précédant le texte définitif5. On peut, pour la commodité, y distinguer deux volets : un premier volet, dans lequel pointe déjà l’homme public mais où Condorcet s’est surtout employé à éclairer les préoccupations morales et philanthropiques du personnage ; un deuxième volet, le plus long, qui a essentiellement trait à la stature politique de Franklin, aussi bien dans le domaine de l’action que dans celui de la pensée, mais, là encore, la philosophie du maître est très présente. Quant à la carrière scientifique de Franklin, elle est, assez paradoxalement, traitée ça et là, de manière succincte quoiqu’intéressante.

5S’agissant des années de formation de Franklin et de son ascension dans la cité, Condorcet suit les déclarations de Franklin contenues dans les Mémoires. Il se fie à ceux-ci concernant le déroulement de la vie privée et publique. Pour ce qui est des dernières années de la vie de Franklin, dont les années françaises, le discours de Condorcet apparaît plutôt décevant : pratiquement aucun détail ou souvenir personnel ; Condorcet ne condescend guère à quitter l’empyrée des idées abstraites. Tout au plus remarque-t-il que Franklin s’éteignit entouré de "sa famille chérie", ce qui, lorsqu’on songe à sa brouille tenace, et sans réconciliation ultime, avec son loyaliste de fils, ne correspond évidemment pas à la réalité. Mais laissons là ces aspects personnels et considérons plutôt la place que Condorcet accorde à Franklin en tant qu’accoucheur des idées nouvelles.

  • 6 CONDORCET, Éloge de M. Franklin lu à la séance publique de l’Académie des Sciences, le 13 nov. 1790 (...)
  • 7 Id. Ibid., p. 4.
  • 8 Benjamin FRANKLIN, The Autobiography of Benjamin Franklin (New Haven & Londres, Yale University Pre (...)
  • 9 Se reporter à ce propos à notre thèse de Doctorat d’État : Christian LERAT, Benjamin Franklin, Phil (...)
  • 10 CONDORCET, pp. 9-10.

6Tout en ne manquant pas d’observer combien Franklin est remarquable par sa méthode expérimentale et pratique, tant en politique qu’en science, Condorcet prend également grand soin de le représenter comme un homme de principes, animé d’une foi profonde en la Raison et en la puissance de la vertu. Ce que Condorcet semble admirer le plus chez Franklin, c’est sa morale équilibrée qui, sans chercher à brimer déraisonnablement la nature, vise à un perfectionnement méthodique de l’individu. Condorcet rappelle, à juste titre, que le maître de philosophie morale a précédé le maître de philosophie politique, ce qu’il résume par cette formule saisissante : "Il avait voulu se rendre l’instituteur de ses concitoyens avant d’être appelé à en devenir le législateur"6. La gloire de Franklin, aux yeux de Condorcet, est d’abord d’avoir été un "bienfaiteur" de l’humanité dans ses œuvres morales et sociales, en cherchant, tant par ses préceptes de réforme que par la force de l’exemple, à élever ses compatriotes à ce niveau de vertu sans lequel un peuple ne peut véritablement mériter les institutions de la liberté. Sans doute a-t-il eu la partie plus belle qu’en Europe car, avec les Américains, il n’a eu qu’à "rectifier les idées", "épurer", et "agrandir les vertus d’un peuple naissant"7. Il n’empêche, en se faisant l’artisan d’un système visant au perfectionnement moral de l’espèce humaine, Franklin a, selon Condorcet, tracé la voie, une voie qui sera celle du savant français, notamment dans le grand ouvrage qui occupera ses derniers jours : Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, où il fonde ses interprétations sur le "Project of arriving at moral perfection" figurant dans la deuxième partie des Mémoires écrite à Passy en 17848. En prenant à la lettre l’athlétisme moral de Franklin, Condorcet minimise toute la part de plaidoyer pro domo du narrateur, lequel entend établir pour la postérité qu’il ne doit sa réussite qu’à ses seules vertus et sans doute oublie-t-il aussi que coïncider avec l’image idyllique que les Français semblaient avoir de lui faisait partie des jeux préférés de Franklin9. Condorcet prend non moins au sérieux un autre projet dont il est fait état dans les Mémoires : ce projet, conçu dans la prime jeunesse de Franklin, aurait consisté à créer une sorte de secte universelle d’hommes vertueux rassemblées autour d’un même idéal de perfection. Cet édifiant projet ne vit jamais le jour, non point que fît défaut le temps d’y consacrer l’énergie nécessaire, comme l’écrit Franklin, mais, plus vraisemblablement, par ce que son auteur ne devait pas tarder à en mesurer le caractère utopique. Condorcet ne paraît pourtant point gêné par ce dernier aspect ; mieux, il n’hésite pas à faire de Franklin le Pythagore du Nouveau Monde, son système étant, selon lui, sensiblement analogue en essence à celui qu’avait conçu le philosophe grec, plus de deux mille ans auparavant, quoiqu’encore plus fécond par les moyens mis en œuvre10.

  • 11 CONDORCET, p. 36.
  • 12 CONDORCET, p. 6.
  • 13 CONDORCET, p. 5.
  • 14 CONDORCET, p. 5.
  • 15 CONDORCET, pp. 7-8.

7"Une perfection lente, mais durable", écrit Condorcet : les progrès que la Raison avait déjà accomplis en ce siècle n’y conduisaient-ils pas ? Condorcet en était convaincu pour sa part et discernait chez Franklin une conviction identique. Si l’homme prenait la Raison pour guide, comment aurait-il pu ignorer que l’univers moral était assujetti à des lois aussi immuables que celles du monde physique, lois qu’il ne pouvait enfreindre sans compromettre son bonheur ? Franklin avait été grand en encourageant l’obéissance à ces lois et, au soir de sa vie, il pouvait, nous dit Condorcet, s’estimer satisfait en voyant "sa patrie libre de chercher le bonheur et de le trouver dans une Raison que lui-même avait affranchie des préjugés"11. Cette contribution à l’élévation morale de l’Amérique avait puisé sa force dans l’ingénieuse pédagogie mise en œuvre par Franklin dans ses écrits journalistiques ou, plus nettement encore, dans Poor Richard’s Almanack. Franklin avait su instruire ses compatriotes sans les ennuyer car il voyait, explique Condorcet, "combien ils avaient besoin des lumières de la philosophie ; mais il fallait le leur faire sentir sans leur annoncer une intention qui aurait trop averti de sa supériorité"12. Aussi, la voix du moraliste est-elle "toujours naturelle, souvent même commune et tout l’esprit est dans le choix des idées"13. Lui-même passionnément désireux de répandre les lumières dans le peuple, Condorcet fut en 1792, l’auteur d’un rapport sur l’instruction publique qui annonce tout simplement l’école républicaine de Jules Ferry. Condorcet se plaît à souligner les efforts de Franklin dans ce domaine : "Il voulait qu’aucune classe de citoyens ne restât sans instruction, qu’aucune ne fût condamnée à ne recevoir que des idées fausses par des livres destinés à flatter sa crédulité ou à nourrir ses préjugés"14. Cette dernière réflexion nous amène à un point essentiel. Ennemi juré de tous les systèmes opprimant la liberté de pensée de l’individu, le saint laïque qu’est Condorcet rend un hommage appuyé à l’habileté tactique de Franklin chaque fois qu’il s’est agi de combattre obscurantisme et fanatisme. Il voit en lui le Voltaire du Nouveau Monde, suggérant toutefois que sa tâche fut plus aisée que celle du sage de Ferney15.

  • 16 Christian LERAT, tome I, pp. 225-258.

8S’il est vrai que, comme le soutient Condorcet, Franklin fut un apôtre de la tolérance, on observera cependant qu’il ne se signala pas toujours par l’admirable indulgence philosophique que lui prête ce discours. A preuve, le zèle qu’il mit parfois à ridiculiser les représentants trop rigides de certaines confessions, zèle probablement tout autant inspiré par des considérations politiques que par le souci de pourfendre l’intolérance16.

  • 17 CONDORCET, p. 13.
  • 18 CONDORCET, p. 13.
  • 19 Élise MARIENSTRAS, Les mythes fondateurs de la nation américaine, (Paris, Maspéro, 1976), p. 193.

9Sur ce terrain de la tolérance, il est également intéressant de noter la manière dont Condorcet rend compte de l’attitude de Franklin envers les Indiens. Il s’égare en imaginant que ceux-ci étaient l’objet de sa bienveillance et ce sont en réalité ses propres théories primitivistes qu’il attribue à Franklin. Condorcet ne retient des observations de Franklin sur les aborigènes que les pages où celui-ci oppose le 1bon sens naïf des Indiens à l’orgueilleuse raison des hommes"17 ; Franklin, à en croire Condorcet, verrait dans le sauvage une sorte de préfiguration 1de ce que serait l’homme perfectionné par la raison, sans cesser d’être soumis à la nature"18. Certes, il est vrai que dans Remarks Concerning the Savages of America, opuscule paru en 1784, Franklin paraissait vouloir montrer la relativité de la notion de civilisation et en dégager une leçon de tolérance mais si nous trouvons ici une image plutôt flatteuse des Indiens, il faut bien voir que c’est parce que cet opuscule est principalement un texte de propagande destiné à donner de la jeune nation un visage de santé et de pureté morales. S’opposant aux artifices et aux vices de la civilisation européenne, l’Amérique, comme l’écrit Elise Marienstras dans Les mythes fondateurs de la nation américaine, apparaît 1imparfaite mais amendable car proche d’un état de nature symbolisé par les Indiens"19. En d’autres termes, on est bienveillant envers l’Indien quand cela peut profiter à la société des civilisés. Il serait facile de citer nombre d’écrits montrant que Franklin croit trop à la nécessité de préserver la culture anglo-américaine dans son homogénéité pour accepter de l’exposer au contact impur des sauvages. Persuadé que toute assimilation de l’Indien est impossible, Franklin n’hésite pas à spéculer sur le fait que les sauvages devront non seulement se tenir à l’écart, mais encore s’effacer peu à peu au bénéfice des Blancs… Condorcet eût été bien inspiré de lire de plus près le passage des Mémoires où, faisant preuve d’un humour pour le moins douteux, Franklin suggère qu’en poussant les Indiens à l’alcoolisme, on parviendra à s’en débarrasser.

10En ce qui concerne maintenant la pensée politique de Franklin, on peut dire que l’exégèse de Condorcet présente une grande pertinence et préfigure les conclusions des analystes les plus récents. Condorcet n’essaie pas de représenter Franklin comme un idéologue qui échafauderait des théories du gouvernement idéal ; au contraire, il souligne que, loin de se laisser ligoter par un système politique, Franklin est un pragmatique dont la démarche repose sur l’observation et une prise en compte des difficultés tactiques. Le point de vue de Condorcet est bien résumé dans ce qui constitue peut-être l’un des passages les plus inspirés de cet éloge :

  • 20 CONDORCET, pp. 39-40.

Franklin paraissait ne pas chercher à donner, d’une fois, aux institutions humaines, le plus grand degré de perfection, il croyait plus sûr de l’attendre du temps ; il ne s’obstinait pas à combattre de front les abus ; il trouvait plus prudent d’attaquer d’abord les erreurs qui en sont la source. Il avait, en politique comme en morale, cette sorte d’indulgence qui exige peu, parce qu’elle espère beaucoup, et qui pardonne au présent en faveur de l’avenir ; il proposait toujours les mesures les plus propres à conserver la paix, parce qu’elle ne livre ni le bonheur des hommes aux hasards des événements, ni la vérité aux intérêts du parti. Il préférait le bien qu’on obtient de la raison à celui qu’on attend de l’enthousiasme, parce qu’il se fait mieux, arrive plus sûrement et dure plus longtemps20.

  • 21 CONDORCET, pp. 16-17.

11La fin de la citation est particulièrement significative à la fois de la manière dont Condorcet perçoit Franklin et des préoccupations du témoin et bientôt acteur de la Révolution française. Dans l’héritage politique que l’Europe reçoit de l’Amérique, Franklin lui apparaît non seulement comme l’incarnation d’une révolution réussie mais aussi comme celui qui, grâce à un travail patient de préparation des esprits, avait longtemps œuvré – en vain, hélas – pour que la révolution se déroulât pacifiquement et évitât l’affrontement sanglant avec la mère-patrie : "Il détestait cette politique turbulente et sanguinaire qui se vante de fonder sur des ruines l’édifice de la félicité des peuples… "21.

  • 22 CONDORCET, p. 40.

12Il est peu douteux qu’en écrivant cela, Condorcet fait un clin d’œil à tous ceux qui, comme lui, s’inquiètent des risques de dérapage de la Révolution française. Condorcet déplorait, on le sait, certains des désordres et des excès de la Constituante et s’effrayait à la pensée que la voix tonitruante des démagogues pût un jour assurer le triomphe du sectarisme le plus violent… C’est à coup sûr à ces derniers qu’il songeait en rappelant que "Franklin détestait surtout ce machiavélisme coupable, qui ne rougit point d’employer pour la liberté des moyens réprouvés par la justice, et qui ne craint pas d’en avilir et d’en compromettre la cause en la confiant à des talents que le vice a déshonorés"22.

  • 23 CONDORCET, p. 25.
  • 24 CONDORCET, p. 25.

13Si, sur l’essentiel, Condorcet avait une perception juste du tempérament politique de Franklin, on peut en revanche le prendre assez facilement en défaut sur divers points particuliers. Ainsi, Condorcet attribue à Franklin les mérites de la Constitution de Pennsylvanie et, plus spécialement, celui d’avoir institué un corps législatif unique, système que Condorcet lui-même avait proposé pour la Constitution française. Condorcet insiste sur le fait que "la voix de Franklin décida seule cette dernière disposition"23 qui devait distinguer la Constitution de Pennsylvanie de celle des autres États. A ses yeux, le principe d’égalité est mieux défendu par le monocaméralisme et il voit dans l’attachement de Franklin à un tel système une preuve supplémentaire de son optimisme et de sa croyance en la perfectibilité24.

  • 25 CONDORCET, p. 25.
  • 26 Duc de LA ROCHEFOUCAULD, Extrait du Journal de la Société en 1789, 19 juin 1790.
  • 27 Papers of Benjamin Franklin, William B. Willcox (Ed.), (New Haven & Londres, Yale University Press, (...)
  • 28 Consulter notamment Robert L. BRUNHOUSE. The Counter-revolution in Pennsylvania, 1776-1790, (Harris (...)
  • 29 Se référer en particulier à Richard Alan RYERSON in The Revolution is now begun. The Radical Commit (...)
  • 30 The Writings of Benjamin Franklin, Albert Henry Smyth (ed.) New York, Haskell House, 1907 ; 7970) ; (...)

14Soulignant le caractère moral et psychologique de la distinction entre mono et bicaméralisme, Condorcet réfute les arguments en faveur de deux Chambres comme étant le résultat de cette "philosophie décourageante qui regarde l’erreur et la corruption comme l’état habituel des sociétés ; les moments de vertu et de raison, comme des espèces de prodiges qu’il ne faut pas espérer de rendre durables"25. Condorcet n’était pas, au demeurant, isolé dans cette appréciation. Le duc de La Rochefoucauld (ami de Franklin et traducteur des Constitutions américaines) voyait lui aussi une garantie de simplicité démocratique et d’efficacité dans le monocaméralisme et louait Franklin de ce coup d’audace exemplaire26. Un point est certain toutefois : Franklin fut moins associé à l’élaboration de la Constitution de Pennsylvanie que ne l’imaginaient Condorcet et ses amis. Après la Déclaration d’indépendance, Franklin fut bien élu président de la Convention chargée de doter la Pennsylvanie d’une Constitution mais, du fait de ses obligations au Congrès Continental, il ne put la présider qu’irrégulièrement ; au demeurant, le rôle joué par le vieux philosophe dans l’avènement de cette Constitution, la plus démocratique de tous les nouveaux États, demeure obscur et fort controversé27. Souvent qualifiée avec raison de "radicale", la Constitution adoptée sous l’égide de Franklin, devait, rappelons-le, susciter une longue et vive opposition qui obtint finalement gain de cause avec l’adoption d’une nouvelle Constitution en 1790 – c’est-à-dire, ironie du sort, au moment même où Condorcet chantait les louanges de la première Constitution pennsylvanienne !28 Assez curieusement, partisans aussi bien qu’adversaires de la Constitution de 1776 allaient se réclamer de Franklin, ce qui donnerait à penser que les positions de Franklin étaient suffisamment floues pour se prêter à des interprétations divergentes. Il est certain, en tout cas, que la rumeur voulut bientôt (surtout en Europe) que Franklin eût été le père beaucoup plus que le parrain de cette Constitution et, comme le remarquait insidieusement Adams, l’intéressé ne fit jamais grand chose pour dissiper cette rumeur. A bien des égards, il est vrai que l’on retrouvait dans cette Constitution une philosophie politique assez semblable à celle des Articles de Confédération dans leur version franklinienne, version non retenue mais remarquable par sa contribution au débat des idées. S’agissant de l’institution d’un corps législatif unique, Franklin avait, selon Thomas Paine, insisté pour le rejet du bicaméralisme, comparant ce système à un chariot qui, tiré par deux paires de bœufs, l’une à l’avant, l’autre à l’arrière, est condamné à rester sur place ou à se briser. Cela étant, il est inexact de voir en Franklin le seul ou même le principal inspirateur de cette Constitution29. Par ailleurs, comme le rappelle Condorcet lui-même, avec raison cette fois, à la Convention de Philadelphie, Franklin se résolut finalement à abandonner ses propositions radicales pour suivre le courant majoritaire et approuver la Constitution fédérale. Sur le chapitre spécifique du monocaméralisme, Franklin devait faire valoir son point de vue sans s’en faire le vigoureux avocat et à lire la correspondance de ses toutes dernières années, on a le sentiment que sa foi démocratique – tardive – s’est déjà quelque peu émoussée. Loin de révéler l’apologiste d’une Amérique dont il conviendrait de suivre l’exemple, sa correspondance témoigne de la lucidité avec laquelle il juge les premiers pas de la jeune république. Il ne dissimule pas les difficultés dues notamment, selon lui, à la grande diversité des intérêts partisans ainsi qu’aux excès de liberté30.

  • 31 Voir à ce propos Aldridge, op. cit., p. 65.

15Si Franklin ne fait preuve d’aucun triomphalisme déplacé s’agissant de l’évolution politique de son propre pays, il se montre encore plus réservé lorsque lui parviennent les premiers échos de la Révolution française. Et, de ce point de vue, il convient de se démarquer nettement du passage de l’éloge de Condorcet dans lequel l’auteur laisse entendre que Franklin avait eu l’intuition pendant son séjour en France que le royaume de Sa Majesté Très Chrétienne se préparait à secouer ses antiques chaînes. Il avait compris, selon Condorcet, qu’une nation applaudissant aux maximes de la liberté cesserait bientôt d’obéir aux maximes de la servitude. En réalité, contrairement à ce que suggère notre franklinophile marquis, Franklin n’avait nullement prévu les bouleversements qui couvaient. Il voyait dans la France "le plus robuste" des États européens et, d’après l’abbé Jean-Louis Soulavie, correspondant scientifique de Franklin, non seulement il n’avait pas prévu la Révolution française, mais il avait même repoussé l’idée (exprimée par Soulavie) qu’elle fût possible31. Quelques mois avant sa mort, Franklin devait pourtant apprendre que la Révolution française venait d’éclater. Ses réactions furent alors pour le moins révélatrices. Dans une lettre du 13 novembre 1789 adressée à son ami Jean-Baptiste Le Roy, Franklin se laisse aller à des commentaires peu flatteurs sur les troubles de la France. Il n’y a pas là de quoi réjouir les partisans de changements drastiques :

  • 32 The Writings of Benjamin Franklin, vol. X, p. 72.

Great part of the news we have from Paris, for near a year past has been very afflicting. I sincerely wish and pray it may all end well and happy, both for the king and the nation. The voice of philosophy, I apprehend, can hardly be heard among those tumults32.

16Cette lettre fut reproduite dans le Patriote Français, lequel ne manqua pas de reprocher à Franklin ses remarques désobligeantes sur la Révolution. L’apôtre de la liberté, porté aux nues en 1790 par ceux qui appelaient de leurs vœux des changements profonds avait, on le voit, des sentiments fort mitigés sur les événements de notre pays et rien ne serait plus erroné que de voir en Franklin une sorte de manipulateur usant sciemment de la fascination qu’il exerçait ou intriguant dans les sphères occultes de la franc-maçonnerie pour entraîner la France vers le maelström révolutionnaire.

  • 33 François FURET, "De l’homme sauvage à l’homme historique : l’expérience américaine dans la culture (...)

17L’éloge de Condorcet s’inscrit de manière exemplaire dans un type de discours roboratif autant que commémoratif par lequel les élites pensantes de la Révolution commençante trahissent leur besoin de trouver un symbole de la révolution réussie, de nature à les conforter dans leur propre entreprise. Même si cette série de véritables oraisons funèbres laïques auxquelles donne lieu la disparition de Franklin est d’abord censée rendre des hommages officiels au grand Américain, elle paraît aussi traduire la volonté de diverses sensibilités révolutionnaires de s’exprimer, voire de se justifier. Sensibilités qui présentent le point commun d’avoir identifié en Franklin l’homme grâce auquel l’Histoire pouvait recommencer sur de nouvelles bases, par qui, pour citer François Furet, "la société redevenait conforme à la nature et à la raison"33. En effet, même si ces éloges ne sont pas toujours exempts de récupérations abusives, ils témoignent de l’ampleur de l’impact d’une personnalité. L’ennui est évidemment que la perception de Franklin repose souvent sur une série de malentendus dont le principal effet est de rendre le premier ambassadeur américain beaucoup plus boutefeu qu’il ne l’était réellement.

Notes

1 Alfred O. ALDRIDGE, Benjamin Franklin et ses contemporains français, (Paris : Didier, 1963), p. 214.

2 Id„ ibid., p. 227.

3 Elisabeth et Robert BADINTER, Condorcet, un intellectuel en politique (Paris, Fayard, 1988), p. 255.

4 Sur l’idéalisation du modèle américain par les Français, consulter notamment Durand ECHEVERRIA, Mirage in the West (Princeton, Princeton University Press, 1957).

5 ALDRIDGE, op.cit., pp. 218-222.

6 CONDORCET, Éloge de M. Franklin lu à la séance publique de l’Académie des Sciences, le 13 nov. 1790, (Paris, Pyre et Petit, 1791), p. 40.

7 Id. Ibid., p. 4.

8 Benjamin FRANKLIN, The Autobiography of Benjamin Franklin (New Haven & Londres, Yale University Press, 1964) pp. 148-160.

9 Se reporter à ce propos à notre thèse de Doctorat d’État : Christian LERAT, Benjamin Franklin, Philosophe de l’Ordre et de la Liberté (Bordeaux, Université de Bordeaux III, 1985), vol. I, pp. 303-331.

10 CONDORCET, pp. 9-10.

11 CONDORCET, p. 36.

12 CONDORCET, p. 6.

13 CONDORCET, p. 5.

14 CONDORCET, p. 5.

15 CONDORCET, pp. 7-8.

16 Christian LERAT, tome I, pp. 225-258.

17 CONDORCET, p. 13.

18 CONDORCET, p. 13.

19 Élise MARIENSTRAS, Les mythes fondateurs de la nation américaine, (Paris, Maspéro, 1976), p. 193.

20 CONDORCET, pp. 39-40.

21 CONDORCET, pp. 16-17.

22 CONDORCET, p. 40.

23 CONDORCET, p. 25.

24 CONDORCET, p. 25.

25 CONDORCET, p. 25.

26 Duc de LA ROCHEFOUCAULD, Extrait du Journal de la Société en 1789, 19 juin 1790.

27 Papers of Benjamin Franklin, William B. Willcox (Ed.), (New Haven & Londres, Yale University Press, 1982), vol. XXII, pp. 513-515, 529-533.

28 Consulter notamment Robert L. BRUNHOUSE. The Counter-revolution in Pennsylvania, 1776-1790, (Harrisburg, Commonwealth of Pennsylvania, Dept. of public Instruction, Pennsylvania Historical Commission, 1942).

29 Se référer en particulier à Richard Alan RYERSON in The Revolution is now begun. The Radical Committees of Philadelphia, 1765-1776, (Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1978).

30 The Writings of Benjamin Franklin, Albert Henry Smyth (ed.) New York, Haskell House, 1907 ; 7970) ; IX, pp. 637-38, 639-42, 645-46, 665-66, 673-74 ; X, pp. 36-40.

31 Voir à ce propos Aldridge, op. cit., p. 65.

32 The Writings of Benjamin Franklin, vol. X, p. 72.

33 François FURET, "De l’homme sauvage à l’homme historique : l’expérience américaine dans la culture française" in La Révolution Américaine et l’Europe, Colloques Internationaux du CNRS, (Paris & Toulouse, Éditions du CNRS, 1979), pp. 98-99.

Auteur

Université de Bordeaux III

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search