Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

I. L’Amérique et l’Europe : le transit de la révolution

L’influence américaine sur un contre-révolutionnaire : Guillaume Hyde de Neuville (1776-1857)

Françoise Malet

Texte intégral

  • 1 MACDONALD, Souvenirs, Paris, 1892, p. 394.
  • 2 "Il faut diviser les discours de M. Hyde de Neuville en deux parties. La première a rapport au suje (...)
  • 3 Peu de gens, surtout en France, ont cherché à avoir une vision complète du personnage et de ses idé (...)

1Contre-révolutionnaire fanatique, ultra intransigeant, homme aux "opinions excessives"1, tels sont les qualificatifs généralement associés à Guillaume Hyde de Neuville. Ces termes sont justes, mais ils ne suffisent pas à décrire le personnage. C’est oublier en effet une facette libérale dont il faut bien constater l’étonnante présence chez cet homme qui pourtant répond aussi, indéniablement, au qualificatif d’ultra. Ses contemporains n’ont pas été sans remarquer cette apparente contradiction2 que les historiens n’ont, eux, pas toujours relevée3.

2Contre-révolutionnaire, ultra, libéral : quel fut au juste cet homme à la personnalité multiple ?

Le contre-révolutionnaire

  • 4 Hyde de Neuville à Bemadotte, 12 janvier 1814, MAE, CP États-Unis, v. 74, fol. 41-44.
  • 5 Son attitude en 1830 est sans ambiguïté.

3Né en 1776 à La Charité-sur-Loire d’une famille de hobereaux berrichons, Hyde n’avait que 13 ans en 1789 et n’avait donc connu que très peu de choses de l’Ancien Régime. Mais l’éducation qu’il reçut fut très traditionaliste. Sa mère, en particulier, lui enseigna l’amour de Dieu et du Roi et Hyde reconnaît lui-même que sans elle, il aurait probablement cédé aux tentations révolutionnaires4. Voilà en tous cas ce personnage passionné entraîné dans le camp de la contre-révolution, où il va s’engager à fond, dès les années 1790. Il voue un culte chevaleresque à la reine et au roi qui, à mesure des événements, lui apparaît comme un saint victime de son propre peuple, un martyr auréolé des palmes du courage et de l’abnégation. Quant à la Révolution, c’est une monstruosité, une aberration de l’histoire pour laquelle il n’éprouve qu’une horreur viscérale. Sa fidélité à la royauté est plus sentimentale et instinctive que raisonnée et ressort davantage d’un attachement à une famille régnante qu’à un système politique. La royauté sans Louis XVI ou ses héritiers légitimes ne l’intéresse pas5. Cependant son royalisme est entier et sans concessions.

  • 6 L’agence venait d’être démantelée, Bonaparte se présentait de plus en plus comme le seul obstacle a (...)

4Très lié avec un certain nombre de journalistes contre-révolutionnaires, tels Fiévée et Michaud, et avec plusieurs chefs chouans, en particulier Cadoudal, il s’exerce au pamphlet puis monte à Paris une agence de contre-police qui pendant un an fonctionne avec une efficacité redoutable. Loin de se rallier à Bonaparte comme le firent quelques-uns de ses amis, il est l’auteur présumé de l’attentat de la rue Nicaise. Par la suite, il devait toujours renier ce geste aussi sanglant qu’impopulaire. Peut-être n’en est-il effectivement pas directement responsable, mais les auteurs faisaient partie de sa bande et il était tout à fait, en 1800, dans des dispositions d’esprit pouvant justifier une telle action6.

5Après l’attentat s’ouvre pour Hyde une période de proscription durant laquelle il s’efforce avec succès d’échapper à la police, qui le recherche avec vigueur. En 1806, grâce à l’intervention de certains amis, il finit par obtenir l’autorisation de pouvoir émigrer aux États-Unis. Son séjour dure sept ans, durant lesquels ce royaliste fanatique est confronté à un système politique qu’il rejette, voit fonctionner ce système qu’il jugeait aberrant, se voit entouré d’amis républicains avec qui il aime discuter. Lorsqu’il revient en France en 1815, nous n’avons déjà plus affaire tout à fait au même homme ; après un second séjour de 1816 à 1822, cette fois comme ministre plénipotentiaire, l’évolution de ses idées est achevée.

Un pur ultra ?

  • 7 Hyde de Neuville à Pasquier, 20 mars 1820, AE, CP États-Unis v. 77, fol. 100.
  • 8 Moniteur Universel, 21 décembre 1815.

6D’un bout à l’autre de sa carrière de député et d’ambassadeur, Hyde de Neuville reste un royaliste intransigeant et fidèle. Son premier principe est de toujours défendre la monarchie, et la monarchie légitime. Le culte qu’il voue à la famille royale est passionné et sincère. Ne s’écrie-t-il pas, dans les transports de la douleur la plus vive, après l’assassinat du duc de Berry : "Que ne puis-je par le sacrifice de ma vie, rendre au Roi son neveu ; à Monsieur, son fils ; à la France, sa religion et ses mœurs ! "7. En 1815, lorsqu’il propose de remplacer les statues des orateurs et législateurs de l’Antiquité qui décorent les bas-côtés de la Chambre des députés par les statues de Henri IV, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI, Louis XVII et Louis XV1118, il n’a aucun mal à passer pour un ultra des plus purs.

  • 9 Hyde Neuville à Pierre-Samuel Du Pont de Nemours, 18 novembre 1816, Eleutherian Mills Historical Li (...)
  • 10 Hyde de Neuville, De la question portugaise, p. 6.

7La monarchie de Hyde est celle de droit divin. Les rois, comme les prêtres, sont sacrés9 : "La légitimité est l’œuvre de Dieu et du temps"10. Par conséquent, elle ne peut pas être conditionnelle et ne peut être l’œuvre des hommes : Hyde rejette toute idée de souveraineté des peuples ou de contrat social avec les nations.

  • 11 Séance de la Chambre des députés du 8 avril 1829, Archives parlementaires, LVIII, 240.
  • 12 HYDE de NEUVILLE, De la question portugaise, p. 18.
  • 13 Hyde à Pasquier, 6 avril 1820, AE, CP États-Unis v. 77 fol. 121-128.
  • 14 Proposition de Hyde de Neuville pour réduire le nombre des tribunaux et revenir à l’état d’Ancien R (...)
  • 15 HYDE de NEUVILLE, Opinion sur le premier rapport de M. de Villèle…, p. 1.

8Une telle optique n’implique pas l’absence de toute idée libérale : mais les réformes nécessaires doivent être accordées par le roi (tel fut l’exemple de la Charte en France) et non réclamées par le peuple, auquel elles ne sont pas dues. Rien n’oblige le roi à les accorder. L’initiative des lois revient au roi, et au roi seul11 ; les Chambres ne jouent que le vieux rôle traditionnel de conseil, et doivent adopter les lois si le roi le veut. L’amour de la légitimité s’accompagne chez Hyde d’une haine caractérisée pour la démocratie : "Dieu sait où mènent les choix d’une multitude égarée"12 ; le sort des peuples ne peut être mis aux mains de la foule, facilement trompée par la démagogie, instable et capricieuse, et prête à succomber de nouveau, comme sous la révolution, au "génie du mal" : car "il existe en Europe une conspiration vaste, contre l’ordre social, contre tous les gouvernements établis"13. C’est en effet d’une conspiration qu’est née la Révolution, et c’est cette conspiration qui continue d’agir. Hyde de Neuville l’appelle aussi le "philosophisme" : ce sont toutes les "funestes théories" nées de la philosophie des lumières. Ce sont les idées novatrices, qui poussent à détruire l’édifice politique et social de nos pères. Hyde rejette les "nouveautés" car seule la tradition est capable d’assurer la conservation de l’ordre, condition nécessaire au bonheur des peuples. Au contraire, "l’esprit novateur et révolutionnaire du siècle" ignore le 1cri de l’expérience", "par un de ces calculs criminels de la politique des despotes", détruit des institutions vieilles de plusieurs siècles pour mettre à leur place ce qui n’est que source d’"abus" et de "maux"14. Aux "novateurs", il faut donc opposer "les vieilles leçons de la fidélité et de l’expérience"15.

9Est-ce à dire que Hyde de Neuville prône le retour complet à l’Ancien Régime ? Dans ses institutions au moins, il semble bien, à première vue, que oui. En 1815, alors qu’il faut décider des institutions futures de la France, il prêche le rejet des innovations révolutionnaires et impériales, notamment la centralisation.

  • 16 HYDE de NEUVILLE, Opinion sur le premier rapport de M. de Villèle…, p. 1.
  • 17 HYDE de NEUVILLE, Pétition… pour l’abolition du serment politique, p. 4.

10La haine de l’anarchie est à la base de toutes les idées politiques de Hyde de Neuville. L’anarchie est haïssable, l’ordre est nécessaire aux sociétés. Le respect de la tradition étant la seule garantie de l’ordre, Hyde est traditionaliste, et c’est en fait par traditionalisme qu’il est monarchiste : il lui faut une monarchie couronnée par les siècles. De la même façon, la religion est nécessaire parce qu’elle est un élément de la tradition et qu’elle concourt au maintien de l’ordre dans les sociétés. Il proclame : "Oui, Messieurs, nous voulons épurer les mœurs, sans lesquelles il n’y a que désordre dans la société ; nous voulons faire refleurir la religion, sans laquelle il n’y a que désordre dans les mœurs."16 Ainsi est-il toujours prêt à défendre "les doctrines conservatrices de l’ordre et de la morale"17.

… Ou un ultra aux idées libérales ?

  • 18 HYDE de NEUVILLE, Pétition aux chambres…, p. 14Q.
  • 19 Biographie des députés, session de 1828, pp. 220-221.

11On pourrait donc bien voir en Hyde un ultra de la plus belle espèce. Royalisme exacerbé, culte de la légitimité, rêve d’un retour aux institutions d’Ancien Régime, affirmation de la religion comme soutien de l’ordre et de la société, tous les ingrédients n’y sont-ils pas ? Le personnage n’est pourtant pas aussi simple. Cet ultra, surtout après 1824, parlera souvent avec la gauche à la tribune de la Chambre. C’est que la devise qu’il a adoptée, et qui orne son papier à lettres, est à trois pans : "Tout pour Dieu, la Charte, et le Roi légitime." Il est frappant que Hyde n’ait pas oublié l’institution qui garantit les libertés nationales, et qu’il mette ces libertés sur le même plan que la religion et son amour pour la royauté. "J’aime de cœur et d’âme la liberté", proclame-t-il18, et même ses ennemis politiques reconnaissent sa sincérité sur ce point. Tout ceci ne va pas sans nombre de contradictions, qu’ils sont en revanche prompts à relever : "M. Hyde de Neuville nous a paru être un homme de bonne foi ; mais il est impossible de deviner comment est construite sa cervelle. Chaleureux défenseur de l’arbitraire, chaleureux défenseur de la liberté, il y a dans ses discours, où ces deux enthousiasmes se trouvent réunis, une espèce de solution de continuité dans les idées qui produit un effet comique"19.

  • 20 Comité secret du 15 mars 1830 à la Chambre des députés, dans HYDE de NEUVILLE, Pétition aux chambre (...)

12La contradiction n’est qu’apparente. Le farouche légitimisme de Hyde de Neuville naît de la conviction que la légitimité seule peut fonder des institutions stables et garantir la vraie liberté, celle de l’ordre. "Si la légitimité ne marche pas toujours avec la liberté, elle tend par la force des choses à se rapprocher d’elle, et devient tôt ou tard son plus sûr, son plus ferme appui, tandis que l’usurpation, alors même qu’elle s’unit à la gloire, ne marche, ne peut marcher qu’avec le despotisme et l’arbitraire"20. Hyde de Neuville, comme Bonald, est persuadé qu’il y avait plus de libertés (libertés locales, privilèges des villes, des individus, des classes, des corporations) sous l’Ancien Régime qu’à son époque. Mais il va plus loin que Bonald dans sa définition des libertés.

  • 21 Hyde de Neuville à Richelieu, 11 décembre 1817, AE, CP États-Unis v. 75, fol. 207-244.
  • 22 Hyde de Neuville à Richelieu, 24 juin 1818, AE, CP États-Unis v. 75, fol. 207-244.
  • 23 Discours du 17 mai 1827 : HYDE de NEUVILLE, Discours dans la discussion de la loi de finances de 18 (...)
  • 24 Ibid., p. 31.
  • 25 HYDE de NEUVILLE, Discours dans la discussion du projet de loi sur la police de la presse, p. 12.

13Au Portugal, lorsqu’il était ambassadeur, Hyde de Neuville a combattu pour la légitimité, mais aussi contre l’absolutisme ; sa monarchie est constitutionnelle. Il a donc bien sacrifié, lui aussi, à ce qu’il nomme, pas toujours péjorativement, "l’esprit du temps". Tout ne serait-il donc pas à rejeter dans la Révolution ? Certains changements étaient-ils nécessaires ? Du moins, ils sont reconnus irréversibles par Hyde de Neuville, qui n’hésite pas à écrire en 1817, devant le spectacle des révolutions d’Amérique du Sud : "Mon opinion politique est assez connue pour qu’on ne puisse pas m’accuser de céder un peu trop à l’esprit novateur. […] Il faut marcher avec la raison", et céder "je ne dirai pas seulement à l’esprit du temps, mais à sa marche naturelle et irrésistible"21. Par conséquent, on voit ce royaliste proposer d’encourager dans l’hémisphère Sud du Nouveau Monde "une juste balance entre le système monarchique tempéré et le système républicain sans démagogie", entre les idées "ni trop arriérées ni trop extravagantes"22. Même il ne craint pas de dire : "Aujourd’hui, Messieurs, disons-le, les peuples ne veulent plus être esclaves ; les rois sont assez sages pour le sentir"23. La maxime qu’il a adoptée est sans équivoque et résume bien cette double aspiration à la liberté et à l’ordre moral apporté par une monarchie légitime : "La monarchie sans despotisme, la liberté sans licence, la religion sans abus". Hyde rêve donc d’une politique intermédiaire entre les aspirations absolutistes des ultras et les méditations révolutionnaires des libéraux : "Les uns, dans leur aveuglement insensé, se persuadent qu’ils pourront arrêter le temps et faire reculer la nécessité ; les autres, poursuivant leurs vœux téméraires, et Machiavel à la main, appellent partout de nouvelles révolutions : là on ne veut que des esclaves ; là on n’encourage que les factieux ; là on médite l’insurrection des peuples, l’affaiblissement des trônes ; là on ne rêve que l’absolutisme des souverains et la dégradation des sujets"24. Persuadé que la légitimité n’est indestructible que si elle est basée sur les libertés, le royalisme même de Hyde le fait se démarquer complètement des ultras auxquels on l’assimile trop volontiers : "Les plus grands ennemis de la royauté sont les fous, les insensés qui veulent, au dix-neuvième siècle, étouffer les libertés des peuples"25.

  • 26 II s’oppose par exemple en mars 1816 à l’amendement qui tendrait à exempter les électeurs nommés pa (...)

14Les libertés que Hyde de Neuville réclame sont essentiellement la liberté politique et la liberté d’expression. Hyde a toujours réclamé la Charte et il désire sincèrement son application pleine et entière, le respect loyal des institutions et de leur fonctionnement26. Tout au long de sa carrière politique, il défendra la légalité avant tout. Bref, il croit à la légitimité des institutions, aussi inattaquable que la légitimité du monarque.

  • 27 Séance du 23 avril 1823, Archives parlementaires, XXXIX, 473-474.

15C’est sincèrement aussi qu’il croit au système représentatif : le vote accordé aux électeurs n’est pas une concession accordée sur la pression des événements, et sur laquelle on doit s’efforcer de revenir, en jouant sur le cens ou en invalidant certaines élections27. Hyde fait confiance au vote libre des citoyens, qui ne peut aller que dans le bon sens si nulle "conspiration" n’est venue interférer avec lui pour le détourner. De la sorte, il faut laisser les votes s’exprimer librement.

  • 28 HYDE de NEUVILLE, Des inconséquences ministérielles…, p. 3.

16La liberté d’expression, autrement dit la liberté de la presse, est nécessaire pour les mêmes raisons. "La Charte tombe si la liberté de parler et d’écrire est détruite"28.

  • 29 HYDE de NEUVILLE à Richelieu, 27 novembre 1818, AE, CP États-Unis, v. 76, fol. 131.

17Hyde de Neuville ne va pas jusqu’à réclamer une liberté totale. La limite est d’ailleurs difficile à définir entre ce qu’il considère "liberté" et ce qu’il considère "licence", et cette restriction fait toute la distance qui le sépare d’un vrai libéral. Reconnaissant l’utilité de la liberté de la presse telle qu’il la contemple aux États-Unis, il précise cependant : "Telle qu’elle est ici, elle ne pourroit convenir à nos mœurs, il nous la faut sous beaucoup de rapports aussi libre, mais jamais aussi ordurière"29. Hyde en arrive à réclamer en même temps la liberté de la presse et des lois de censure, sans que cette contradiction paraisse le gêner.

18Hyde va cependant plus loin que la plupart de ses amis politiques (si l’on excepte Chateaubriand et Fiévée) en demandant que l’opinion puisse s’exprimer non seulement à travers la voie, canalisée, policée et contrôlable, de la représentation par les députés des départements, mais aussi à travers la voie de la presse. Il a confiance dans le bon sens de l’opinion. Cela relève d’un optimisme foncier, d’une confiance sereine dans le jugement vrai du peuple, de l’assurance qu’une politique de loyauté ne peut rencontrer que l’adhésion de ce peuple dont on veut le bien, et de la persuasion que, la Providence aidant, les civilisations s’améliorent et que nous valons mieux que nos pères. Hyde a la certitude du progrès de l’humanité.

19S’il se démarque de la plupart des ultras par certaines idées politiques, il le fait aussi par certaines idées sociales. Comme ses amis politiques, il rêve d’épurer les mœurs, propose la prohibition des jeux de hasard et l’interdiction de l’agiotage. Mais il se préoccupe aussi des couches sociales les plus démunies, en particulier à la campagne. Il désire une répartition plus juste de l’impôt, qui fasse payer les riches plutôt que les pauvres. L’inégalité sociale, l’inégalité de considération le choquent. C’est un philanthrope, comme étaient des philanthropes la plupart de ses amis américains. Mais lorsqu’il se fait à la Chambre des députés le porte-parole des misérables et des indigents, il le fait peut-être plus par charité chrétienne que par désir de réformer les fondements de la société.

20Cette contradiction entre des opinions franchement traditionalistes et d’autres plus libérales, au sein du même personnage, s’explique par une évolution de ses idées. Fanatique en 1800, il est plus modéré en 1815, et en 1824 il en arrive à se ranger du côté de la "Défection" contre les plus ardents traditionalistes. C’est qu’à un substrat royaliste se sont superposées des idées qu’il n’a pu gagner qu’au contact américain, dans ses deux séjours successifs.

L’influence des États-Unis

21En 1807, l’homme qui fut forcé d’émigrer par Napoléon, dont la tête avait été mise à prix tant d’années, pouvait être considéré comme un royaliste dangereux, un extrémiste qui peut-être n’avait pas reculé devant l’assassinat pour arriver à ses fins, un fanatique enfin des Bourbons, qui n’éprouvait que répulsion pour la Révolution et pour tout ce qui était république et souveraineté du peuple.

22Cependant il faut noter que Hyde avait toujours reconnu une valeur à l’opinion publique. Sans faire du peuple le souverain, il lui reconnaissait un rôle à jouer. Peut-être avait-il été influencé lui-même, plus qu’il ne voulait le reconnaître, par ces infâmes idées du "philosophisme". Le désir de ne pas succomber à la tentation de ces brillantes théories avait peut-être poussé Hyde à l’extrême opposé, au rejet total de ces subversives et démoniaques théories, qui faisaient peut-être vibrer plus qu’il n’aurait fallu dans son cœur une corde libérale. Toute son éducation opposait Hyde à ces spéculations libérales, et il mit à les rejeter une ardeur qu’il n’aurait pas poussée aussi loin si, dans le fond, elles ne l’avaient tenté. Lui-même dut le reconnaître, car il l’avoue en plusieurs endroits, notamment dans ses Mémoires.

  • 30 "Je n’ai pu vivre plusieurs mois au milieu d’eux (les Américains) sans que l’ensemble de mes idées (...)

23Hyde en 1807 était un royaliste irréductible, mais une fibre libérale, étouffée par l’éducation, l’honneur (la nécessité d’être fidèle au Roi et aux institutions des pères) et le spectacle des excès de la Révolution, pouvait être réveillée par la vision d’un monde où, après tout, la souveraineté du peuple s’alliait à la liberté et à l’ordre. Il convint lui-même de l’influence de l’Amérique sur ses idées libérales30.

  • 31 Il est curieux de constater que Hyde de Neuville n’était pas le seul royaliste intransigeant à cond (...)
  • 32 Mémoires, 1, 467-468.

24Hyde avait été frappé par le niveau général d’éducation des Américains, et par la valeur de leur gouvernement. Surtout, il sentait qu’un "vent nouveau" avait, avec les deux Révolutions, soufflé sur le monde, et rendu caduc l’Ancien Régime, au moins tel qu’il se présentait en 1788. Il pressentait des changements, des adaptations nécessaires ; loin de refuser tout l’héritage de la Révolution, il jugeait qu’elle avait apporté quelque chose qu’on ne pouvait plus rejeter ; et, dans ces transformations, dans cette décantation du bien et du mal de la Révolution, les États-Unis pouvaient jouer un rôle d’exemple pour l’Europe31. De la Révolution, ce monstre à deux têtes qui avait embrasé les deux mondes, on pouvait faire deux entités : une "mauvaise" Révolution, qui avait soumis l’Europe au despotisme, et une "bonne" Révolution, celle qui s’était développée en Amérique, et qui y avait élaboré un état de choses prometteur, qui pourrait servir de modèle un jour : "En voyant de près l’Amérique, on sent quelque chose d’inconnu s’agiter dans l’avenir, on sent que l’autorité tyrannique qui pèse sur notre malheureux pays n’est pas le dernier mot du siècle qui commence, et qu’un vent nouveau a soufflé sur le monde, à la fois cause et produit de notre Révolution. Celle-ci ne peut avoir une influence isolée, et il est probable qu’elle apportera des modifications dans toutes les sociétés futures. Les conséquences définitives sont difficiles à prévoir et seront lentes à se développer, mais parfois on se prend à croire que l’Amérique en a surpris le secret et devancé l’heure", déclare-t-il à Madame de La Trémoille en 180832. Aussitôt après ces mots, conscient de ce qu’ils peuvent avoir d’hétérodoxe par rapport à l’opinion qu’il a toujours partagée avec Mme de La Trémoille, il ajoute : "j’aurai choqué peut-être, ou ébranlé quelques-unes de vos opinions". Une évolution s’était bien faite dans son esprit, dont il était conscient ; le spectacle de la Révolution américaine et de ce qu’elle avait bâti était en train de faire accepter à Hyde certains acquis de la Révolution française, qu’auparavant il rejetait sans rémission.

  • 33 Ibid., I, 466.

25Or, après qu’il l’eut longuement observée, la forme du gouvernement ne déplaisait pas à Hyde, surtout si elle poussait un peu dans la voie fédéraliste : "Qu’ils donnent, sans secousse et sans révolution, un peu de force à leur gouvernement : qu’ils rectifient quelques choses, et nous les verrons peut-être un jour étonner l’Europe"33.

  • 34 Ibid., I, 470-471.
  • 35 Ibid., I, 488.

26Sans doute Hyde subissait-il non seulement l’influence de sa propre observation, mais aussi l’influence des amis qu’il se fit alors. Certains, comme Dupont de Nemours ou Moreau, loin d’être de vertueux royalistes, avaient pu avoir quelque penchant pour les formes républicaines. Moreau surtout avait servi le parti opposé, et les amis de Hyde l’avaient prévenu contre lui34. Pourtant, surtout après 1812, leur condition commune d’exilés unit les deux hommes et fit naître entre eux une amitié qui amena un réel rapprochement d’idées. "Il est impossible que l’échange habituel de raisonnements basés sur une forte conviction n’obtienne pas à la longue quelques modifications mutuelles. Le général m’avait peut-être rendu plus libéral que je n’eusse été sans lui, et j’avais beaucoup dissipé ses préventions contre la famille des Bourbons"35.

  • 36 HYDE de NEUVILLE, Des inconséquences ministérielles…, p. 7.
  • 37 Compte rendu des séances de la Chambre des députés des 28 février, 1er, 3 et 4 mars 1823…

27Que ce soit à la suite de ses propres observations, dénuées de partialité (dans un pays qui n’était pas le sien, où il ne cherchait à jouer aucun rôle politique et où, simple observateur, il n’avait aucun intérêt), ou à la suite de ses conversations et de ses échanges avec des amis libéraux que l’exil et des conditions extraordinaires l’avaient amené à fréquenter, Hyde de Neuville en vint donc indubitablement à considérer le modèle américain, quoique républicain et imparfait, comme un exemple à suivre en bien des domaines. Dans la carrière de député qu’il remplit de 1815 à 1830 presque sans discontinuer, c’est souvent qu’il devait citer l’exemple américain. Ainsi, s’élevant contre une trop grande implication de l’Église dans les affaires politiques, il rappelle : "J’ai vécu longtemps aux États-Unis, pays où le clergé ne s’occupe en aucune manière des lois de l’État ; (…). Je puis dire que je n’ai vu nulle part le christianisme aussi puissant, aussi respecté"36. L’exemple américain lui sert pour justifier des thèses libérales, naturellement, mais aussi, plus rarement, conservatrices. Lors de l’expulsion du député Manuel en 1823, il cite les deux Chambres des États-Unis, qui ont un pouvoir illimité sur leurs membres, peuvent déterminer les règles de leurs opérations, punir leurs membres pour une conduite désordonnée, et même les expulser avec le concours de deux tiers des voix37. Hyde de Neuville pouvait citer en exemple ce qu’il avait longtemps observé. Cependant, cette pratique était inhabituelle pour un ultra. Une telle propension à citer les États-Unis était plutôt l’apanage des libéraux, naturellement sensibles aux idéaux démocratiques mis en pratique aux États-Unis, sorte de vitrine, ou de laboratoire expérimental, du libéralisme. En revanche, les ultras reprochaient aux États-Unis leur jeunesse et leur manque de traditions et d’institutions fermement établies, qui rendaient intenable la comparaison avec la France. Certes, l’américanophilie de Hyde de Neuville se fit jour surtout après 1824, notamment pour défendre la liberté de la presse, dans la mesure où son opposition au ministère Villèle lui faisait recourir à tous les arguments. C’est ainsi qu’on peut constater une véritable volte-face pro-américaine du Journal des débats de Bertin, affilié à Hyde de Neuville, dans les années 1824-1825. L’exemple est plus frappant dans le cas d’un journal auparavant peu américanophile, qui tout d’un coup se prit d’une profonde admiration pour l’administration frugale et progressiste des États-Unis, histoire de discréditer un peu plus, en comparaison, le ministère Villèle.

  • 38 J. B. MACBRIDE, America in the French mind, pp. 199-211.
  • 39 A. JAY, Les hermites en prison, ou Consolations de Sainte-Pélagie, Paris, 1823. HYDE de NEUVILLE, D (...)
  • 40 A. JAY, Le Glaneur, ou les essais de Nicolas Freeman, p. 328.

28Il serait injuste cependant de dire que l’américanophilie de Hyde de Neuville ne naquit que du désir d’embarrasser le ministère Villèle par tous les moyens. On peut renverser le problème, et affirmer que l’opposition de Hyde de Neuville à Villèle naquit plutôt d’authentiques tendances libérales, et non de l’ambition. Dès 1815, Hyde de Neuville professait qu’il y avait du bon à tirer de l’exemple américain, à un moment où il ne pouvait pas être suspecté d’être autre chose qu’ultra, ni de faire de l’opposition à tout prix au ministère. Il est frappant de voir que dès cette époque, ses jugements sur les États-Unis et sur l’exemple qu’ils pouvaient fournir à l’Europe coïncidaient tout à fait avec ceux du libéral Antoine Jay, réfugié politique à New York, comme Hyde, entre 1795 et 1802, et éditeur par la suite du Journal de Paris. Admiration pour le système scolaire américain, pour la tolérance de l’Église protestante, pour les entreprises philanthropiques de la Nouvelle-Angleterre, tous ces éléments se retrouvent dans l’admiration personnelle de Hyde de Neuville pour les États-Unis, très voisine, pour les mêmes raisons très souvent, de celles d’Antoine Jay, libéral et anti-clérical, mais hostile toutefois au despotisme des masses, et attaché aux mêmes principes de la propriété et de l’ordre38. Jay en arrive à défendre les mêmes causes qu’Hyde de Neuville, avec les mêmes arguments : ainsi, la situation des prisonniers pour dettes en France. Tous deux citent en regard l’état de ces prisonniers en France et aux États-Unis, en proposant pour modèle, au moins sur certains points d’humanité, la législation américaine39. Même aboutissement pour deux hommes aux idéaux de départ parfaitement opposés : on trouve chez l’idéologue Jay une phrase qui aurait pu être prononcée par Hyde de Neuville, qui arbore comme devise favorite "la monarchie sans despotisme, la liberté sans licence, la religion sans abus". Jay qualifie en effet les États-Unis de "pays où l’homme est compté pour quelque chose, où règne une liberté sans licence, et où nul ne peut se soustraire au pouvoir des lois"40.

29Sans affirmer bien sûr que tous les exilés français observateurs des États-Unis en arrivèrent aux mêmes conclusions et à la même maturation, ces deux évolutions frappantes de deux hommes bien différents, mais soumis à la même expérience et au même spectacle, aident à comprendre comment le contre-révolutionnaire Hyde de Neuville a pu développer des idées libérales et apprécier certains avantages de la république qu’il voyait fonctionner sous ses yeux, jusqu’à aboutir aux mêmes conclusions qu’un idéologue comme Jay. Seule l’influence américaine peut en effet expliquer la contradiction apparente des positions et de l’action politique de Hyde entre 1800 et 1830, et la dichotomie de ses opinions.

Notes

1 MACDONALD, Souvenirs, Paris, 1892, p. 394.

2 "Il faut diviser les discours de M. Hyde de Neuville en deux parties. La première a rapport au sujet qui l’occupe ; elle est quelquefois forte de logique et de raison, partant constitutionnelle et même libérale. La seconde est un hors-d’œuvre qu’il n’abandonne jamais ; elle consiste en vagues déclamations contre les révolutionnaires et pour la légitimité." Biographie des députés, session de 1828, Paris, 1828.

3 Peu de gens, surtout en France, ont cherché à avoir une vision complète du personnage et de ses idées, au-delà du pittoresque de son action contre-révolutionnaire. L’originalité des opinions d’Hyde a davantage séduit les Américains. Voir en particulier L. Marilyn MITCHELL, "Chateaubriand and Hyde de Neuville : The Loyal Opposition", PhD non publié, University of Kansas, 1968, et Françoise MALET, "Un royaliste au service de la légitimité : Jean-Guillaume Hyde de Neuville", thèse d’école des Chartes non publiée, 1987.

4 Hyde de Neuville à Bemadotte, 12 janvier 1814, MAE, CP États-Unis, v. 74, fol. 41-44.

5 Son attitude en 1830 est sans ambiguïté.

6 L’agence venait d’être démantelée, Bonaparte se présentait de plus en plus comme le seul obstacle au retour des Bourbons après une tentative infructueuse pour obtenir son ralliement à la cause royaliste. En février 1800, après l’exécution de son ami Toustain, Hyde n’avait pas hésité à écrire à Monsieur : "Ce sang crie vengeance ; la rend sainte et légitime. Hier Félix (Bonaparte), comme membre du gouvernement, n’avait pas l’odieux de l’assassinat, on pouvait balancer à le frapper, aujourd’hui, je mettrais ma gloire à le poignarder" ; Hyde de Neuville au comte d’Artois, Conspiration anglaise, correspondance de Paris à Londres, n ° 20.
Mais ce qui fut écrit, peut-être pensé, sur l’exaltation du moment, pouvait n’être plus vrai plusieurs mois après, quand il s’agissait de calculer un attentat maladroit qui jetterait le discrédit sur le parti du roi.

7 Hyde de Neuville à Pasquier, 20 mars 1820, AE, CP États-Unis v. 77, fol. 100.

8 Moniteur Universel, 21 décembre 1815.

9 Hyde Neuville à Pierre-Samuel Du Pont de Nemours, 18 novembre 1816, Eleutherian Mills Historical Library, W2-4320.

10 Hyde de Neuville, De la question portugaise, p. 6.

11 Séance de la Chambre des députés du 8 avril 1829, Archives parlementaires, LVIII, 240.

12 HYDE de NEUVILLE, De la question portugaise, p. 18.

13 Hyde à Pasquier, 6 avril 1820, AE, CP États-Unis v. 77 fol. 121-128.

14 Proposition de Hyde de Neuville pour réduire le nombre des tribunaux et revenir à l’état d’Ancien Régime. Séance de la Chambre des députés du 3 novembre 1815. Moniteur Universel, 5 novembre 1815.

15 HYDE de NEUVILLE, Opinion sur le premier rapport de M. de Villèle…, p. 1.

16 HYDE de NEUVILLE, Opinion sur le premier rapport de M. de Villèle…, p. 1.

17 HYDE de NEUVILLE, Pétition… pour l’abolition du serment politique, p. 4.

18 HYDE de NEUVILLE, Pétition aux chambres…, p. 14Q.

19 Biographie des députés, session de 1828, pp. 220-221.

20 Comité secret du 15 mars 1830 à la Chambre des députés, dans HYDE de NEUVILLE, Pétition aux chambres…, p. 15.

21 Hyde de Neuville à Richelieu, 11 décembre 1817, AE, CP États-Unis v. 75, fol. 207-244.

22 Hyde de Neuville à Richelieu, 24 juin 1818, AE, CP États-Unis v. 75, fol. 207-244.

23 Discours du 17 mai 1827 : HYDE de NEUVILLE, Discours dans la discussion de la loi de finances de 1828…, p. 25.

24 Ibid., p. 31.

25 HYDE de NEUVILLE, Discours dans la discussion du projet de loi sur la police de la presse, p. 12.

26 II s’oppose par exemple en mars 1816 à l’amendement qui tendrait à exempter les électeurs nommés par le roi des conditions requises. Même au roi, il refuse l’arbitraire. C’est une question de bon sens : l’arbitraire, comme tout ce qui est illégitime, est fauteur de désordre. Le respect des institutions existantes est seul apte à assurer le maintien de la monarchie.

27 Séance du 23 avril 1823, Archives parlementaires, XXXIX, 473-474.

28 HYDE de NEUVILLE, Des inconséquences ministérielles…, p. 3.

29 HYDE de NEUVILLE à Richelieu, 27 novembre 1818, AE, CP États-Unis, v. 76, fol. 131.

30 "Je n’ai pu vivre plusieurs mois au milieu d’eux (les Américains) sans que l’ensemble de mes idées ait reçu une forte impression du spectacle auquel j’assiste et notamment mes notions sur la liberté et sur la somme de biens et de maux qu ’elle est propre à répandre" : Hyde de Neuville à Mme de La Trémoille, avril 1808, dans Mémoires, I, 466.

31 Il est curieux de constater que Hyde de Neuville n’était pas le seul royaliste intransigeant à condamner la révolution française et à éprouver une certaine sympathie pour la révolution américaine. Des hommes comme Femagus de Gelone ou le comte de Moré font état de sentiments analogues. René Rémond l’explique par le fait que la Révolution américaine s’était abstenue des excès de la Terreur française, et surtout par le fait que le gouvernement américain restait symbole de liberté et que la liberté était chère à beaucoup de royalistes, même ultras, adversaires du despotisme impérial : R. RÉMOND, Les États-Unis devant l’opinion française, II, 644. Ce goût pour la liberté, que Hyde n’avait jamais exprimé jusqu’alors, était-il préexistant, ou fut-il éveillé par le spectacle du fonctionnement harmonieux d’institutions qui lui laissaient une grande place ?

32 Mémoires, 1, 467-468.

33 Ibid., I, 466.

34 Ibid., I, 470-471.

35 Ibid., I, 488.

36 HYDE de NEUVILLE, Des inconséquences ministérielles…, p. 7.

37 Compte rendu des séances de la Chambre des députés des 28 février, 1er, 3 et 4 mars 1823…

38 J. B. MACBRIDE, America in the French mind, pp. 199-211.

39 A. JAY, Les hermites en prison, ou Consolations de Sainte-Pélagie, Paris, 1823. HYDE de NEUVILLE, Discours… relativement à la contrainte par corps et à la situation des prisonniers pour dettes… ; discours de Hyde de Neuville sur le même sujet, séance de la Chambre des députés du 22 mai 1826, Archives parlementaires, XLVIII, 204-206.

40 A. JAY, Le Glaneur, ou les essais de Nicolas Freeman, p. 328.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search