Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

I. L’Amérique et l’Europe : le transit de la révolution

Jacques-Pierre Brissot et les États-Unis

Jacques Portes

Texte intégral

  • 1 La plus complète est toujours celle d’Eloïse ELLERY, Brissot de Warville, A Study In The History of (...)

1Le nom de Brissot est resté dans l’histoire surtout sous la forme adjectivée de "brissotin" et le personnage d’un des principaux chefs de la Gironde, exécuté avec les siens le 31 octobre 1793, reste assez flou. Sans doute est-il connu comme journaliste, comme député actif, surtout dans les affaires étrangères, mais il ne s’est pas véritablement imposé comme un grand leader et sa rivalité avec Robespierre a tourné assez vite à son désavantage. Par ailleurs il traîne derrière lui un climat trouble d’affairisme, et n’a-t-il pas été, avant 1789, un espion à la solde du roi. Les biographies qui lui ont été consacrées n’ont pas toujours donné toute la mesure du personnage1, car il reste significatif qu’il ait pu donner son nom à une faction de la révolution.

  • 2 Cette notation figure dans divers articles biographiques de Brissot dans les encyclopédies du XIXe  (...)

2Si l’on y regarde de plus près on s’aperçoit que son admiration pour les États-Unis a été portée à sa charge lors de son procès2, ce qui le rend plus original. Si l’on pousse encore plus loin, Brissot apparaît comme le seul chef révolutionnaire à avoir séjourné aux États-Unis avant ou pendant la Révolution – à l’exception de Lafayette qui se classe difficilement parmi les révolutionnaires – et à avoir écrit sur les États-Unis, ce que Chastellux ou l’abbé Robin avaient fait, quant à eux, après avoir fait partie du corps expéditionnaire français.

3Comment ne pas penser qu’un voyage américain de quatre mois en 1788, ait pu peser sur la réflexion du fils de traiteur devenu révolutionnaire, surtout quand on sait que ce séjour aux États-Unis n’est qu’un des liens nombreux de Brissot avec ce pays ? Comment Brissot n’aurait-il pas été influencé par l’exemple américain ?

4Ce sont ces questions auxquelles nous allons tenter de donner une réponse, en replaçant le voyage de Brissot sur le fond, plus vaste, de son intérêt américain.

Un intérêt précoce pour les États-Unis

5Le polygraphe Brissot dressé violemment contre le despotisme royal semble avoir pris pleinement conscience de l’exemple américain par les premiers textes constitutionnels, tel celui de Pennsylvanie qu’il traduit dans sa Bibliothèque du législateur ; mais son intérêt pour les États-Unis s’affirme à la suite de son séjour anglais. Brissot est très tôt attiré par la liberté britannique, dont il profite après son séjour à la Bastille, se lançant dans la publication du Journal du Lycée depuis Londres, où il reste de fin 1784 au tout début de 1788, malgré des allers-retours nombreux en France. D’ailleurs sa femme, Félicité Dupont, originaire de Boulogne-sur-Mer, a fait des études en Angleterre et parle couramment l’anglais, comme son mari ; ce qui lui permet de se tenir au courant des publications anglo-saxonnes.

6Lors de son séjour anglais Brissot se passionne pour les Quakers dont il apprend la réussite en Amérique et dont il lit la littérature. Participant au mythe du bon Quaker, il s’émerveille de sa tolérance religieuse, de sa non-violence comme de ses bonnes mœurs dont l’origine lui semble due au règne de la Liberté qu’il chérit de tous ses vœux.

  • 3 J.-P. BRISSOT, Correspondance et papiers, précédés d’un avertissement et d’une notice sur sa vie pa (...)

7C’est également en Angleterre qu’il découvre les sociétés pour l’affranchissement des esclaves noirs, cause qu’il va faire sienne avec fougue et persistance. Sans doute les États-Unis ne fournissent qu’un exemple parmi d’autres des méfaits de l’esclavage mais il y a là une nouvelle raison de s’intéresser de plus près à ce pays. D’ailleurs quand il fonde à Paris, en février 1788, sa Société des Amis des Noirs, dont Condorcet va être un membre éminent, le cas américain est évoqué avec précision. Il écrit même à Jefferson, alors ministre des États-Unis en France, pour lui demander d’en faire partie, ce que ce dernier refuse en raison des obligations de sa position officielle3.

  • 4 J.-P. BRISSOT de WARVILLE, Examen critique des voyages dans l’Amérique septentrionale de M. le Marq (...)

8Ces deux passions nouvelles expliquent qu’il s’en prenne avec vigueur, dès 1786, au Marquis de Chastellux qui vient de publier ses Voyages dans l’Amérique septentrionale4. Il reproche à l’éminent académicien de s’être moqué des Américains, ne se préoccupant que de détails futiles – auberge, tenue des femmes – et d’avoir négligé les grandes questions que sont les constitutions, les mœurs ou le nombre de criminels qui permettraient de comprendre les différences profondes entre la France et les États-Unis. Mais c’est la façon dont sont traités ses sujets de prédilection qui soulève son indignation :

  1. Vous avez calomnié et ridiculisé la secte respectable des Quakers.
  2. Vous avez décrié les Nègres.
  3. Vous avez décrié l’homme et le peuple5.

9Il insiste sur l’ironie de Chastellux à l’égard du langage simple des Quakers, sur son attitude ambiguë envers les Nègres qui manifeste de la pitié mais pas de véritable humanité, sur sa morgue à l’égard d’un peuple simple, austère et valeureux.

10Cette attaque surprend l’auteur de La Félicité publique et il s’en suit un échange de correspondance dans lequel Brissot n’a guère le beau rôle. Pourtant ce pamphlet classe Brissot parmi les "américanistes", en fait un spécialiste des États-Unis reconnu sur la place de Paris, il fait de nombreuses références à Crèvecœur et à divers auteurs américains, sans demander leur avis. La découverte des Lettres d’un cultivateur américain, parues en France en 1784, est venue raviver son attraction pour les États-Unis car il se sent proche de Crèvecœur avec qui il va communiquer.

11De plus en plus son intérêt pour les États-Unis s’affirme ; autant il apprécie l’Angleterre, autant il y déploré la rigidité sociale et tout ce qui restreint la liberté, alors que les États-Unis lui apparaissent comme un modèle de plus en plus attrayant où la liberté règne sans partage et produit des effets admirables.

12C’est dans ce contexte que Brissot et les siens songent de plus en plus sérieusement à émigrer aux États-Unis dont les avantages apparaissent de plus en plus évidents. Brissot se décourage devant la vanité de ses nombreux efforts contre le despotisme, devant l’apparente impossibilité de faire bouger les choses. Son épouse, Félicité, aspire à une vie paisible loin des tourments de la grande ville, loin des menaces qui pèsent sur son mari et dans des conditions matérielles moins médiocres ; les diverses entreprises de Brissot m’on amené, en effet, ni la prospérité, ni même l’aisance dans une famille perpétuellement aidée par Madame Dupont-mère. L’idée d’émigration prend forme, mais se heurte au problème financier qui est fondamental.

  • 6 E. ELLERY, Op. cit., pp. 64-67.
  • 7 De la France et des États-Unis est paru à Londres en 1787, Brissot le dédie au Congrès américain et (...)

13Cherchant des solutions Brissot en parle avec son ami Etienne Clavière, financier genevois féru de liberté. Ils décident alors de faire "sponsoriser" le voyage de Brissot par des hommes d’affaires qui cherchent à racheter une partie de la dette américaine6. Brissot sera chargé d’enquêter sur ce sujet ainsi que sur les possibilités de spéculation foncière. C’est dans ce contexte que les deux comparses fondent la société 1Gallo- américaine" qui doit promouvoir l’amitié entre la France et les États-Unis ; cette organisation ambitieuse ne réunit pas grand monde mais permet à Brissot d’entrer en contact avec toute une série de correspondants américains et français. Pour faire valoir les thèmes principaux de la société, Brissot, qui s’est adjoint Clavière, publie en 1787 son second ouvrage "américain" : De la France et des États-Unis ou de l’importance de la révolution d’Amérique pour le bonheur de la France7. Le sous-titre indique "Des rapports de ce royaume et des États-Unis, des avantages réciproques qu’ils peuvent retirer de leurs liaisons de commerce et enfin de la situation actuelle des États-Unis" et un extrait d’un discours de Lafayette au Congrès, exaltant l’amitié franco-américaine apparaît en exergue.

14L’ouvrage, rédigé à partir d’une vaste documentation dont la recherche a fourni à Brissot l’occasion de lire tout ce qui pouvait exister sur les États-Unis, permet aux deux auteurs de faire un inventaire des ressources américaines et des moyens qui pourraient être employés pour en faire profiter la France. Les renseignements sont à jour, précis, incluant des propositions, inspirées par Lafayette, pour faire disparaître le monopole du tabac en France au profit de la production américaine. Mais l’introduction indique bien les ambitions, plus vastes, des auteurs :

  • 8 Id„ Ibid., p. XXVIIJ.

Il me semble qu’on n’a point senti toute l’importance de cette révolution pour la France, qu’elle n’occupe pas assez les bons esprits. Qu’il me soit donc permis de m’arrêter à la considérer ici.8

  • 9 Id. Ibid., p. XLIJ.

15Les avantages que le règne de la liberté a apporté en Amérique peuvent profiter à "l’humanité entière… car rien de ce qui se passe dans les États-Unis, ne doit plus, ne peut plus lui être étranger. Elle l’a vengée par sa révolution ; elle doit l’éclairer par sa législation, et devenir une leçon perpétuelle pour tous les gouvernements, comme une consolation pour les individus"9.

16L’ouvrage est fort bien accueilli des deux côtés de l’Atlantique et classe de plus en plus son auteur parmi les spécialistes reconnus de l’Amérique. Alors qu’il avait espéré obtenir du Roi, qu’il ménage dans son introduction, quelques subsides, il réussit finalement à convaincre les financiers, en contact avec leurs homologues américains, qui accordent à Brissot 10 000 livres pour faire un voyage de reconnaissance tant sur les possibilités concernant la dette américaine que sur celles de la spéculation foncière. L’occasion rêvée, tant attendue par Brissot, se produit enfin et, outre ses obligations d’affaires, il va pouvoir aller voir sur place les bienfaits de la liberté américaine. Sa femme est ravie de le voir partir car elle considère qu’il s’agit d’un voyage de reconnaissance en vue de l’émigration ultérieure de toute la famille.

Un voyage bien préparé mais interrompu

  • 10 Id., Nouveau voyage dans les États-Unis de l’Amérique septentrionale en 1788, Paris, Buisson, 1791, (...)

17Brissot est incontestablement prêt, parlant couramment la langue, au fait des dernières parutions américaines, en contact avec de nombreux correspondants et pouvant compter sur son ami Crèvecœur qui vient, au début de 1788, d’être nommé consul de France à New York. Ce souci de préparation apparaît clairement dans les lettres qui constituent le début de l’ouvrage paru en 1791 et qui n’ont pas été réécrites par la suite comme celles concernant d’autres sujets. Rédigées par l’ami Clavière, elles forment un véritable questionnaire auquel Brissot devra tenter d’apporter une réponse : Gouvernement des États et de l’État, pour savoir si le système fédératif marche mieux en Amérique qu’en Hollande ou en Suisse, législation civile et criminelle, état du commerce et des banques, problème de la dette, état des mœurs, problème des Indiens, trop souvent considérés comme des "oups-garou", survivance de l’esprit militaire. Programme ambitieux que Clavière conseille d’aborder avec prudence et circonspection, les hommes n’étant pas si différents qu’on peut le croire, il ne faut pas se laisser prendre par des traits superficiels10.

18De plus l’apprenti-homme d’affaire part avec 65 lettres de recommandation pour les personnages les plus importants des États-Unis, il en a même obtenu une de Lafayette pour G. Washington.

19Son voyage se présente donc sous les meilleurs auspices et on ne peut lui reprocher de partir à l’aventure en simple touriste, ce qui le distingue nettement de la plupart des voyageurs qui ont fait, du XVIIIe siècle à nos jours, un périple américain…

  • 11 L’ouvrage est paru en trois tomes, le premier étant composé du précédent ouvrage, De la France et d (...)
  • 12 Outre la Correspondance déjà citée on trouve également Mémoires de Brissot, membre de l’Assemblée l (...)

20Le séjour américain de Brissot s’étend du 24 juillet 1788, date de son arrivée à Boston, après 51 jours de mer – il a quitté Le Havre le 3 juin – jusqu’au 3 décembre de la même année, date à laquelle il s’embarque pour regagner la France. Nous connaissons ce séjour de quatre mois sur le sol américain par ce que nous en dit le volume paru en 1791 à Paris, Nouveau voyage dans les États-Unis de l’Amérique septentrionale en 178811, ainsi que par quelques documents épars conservés dans les Correspondances et papiers et dans les Mémoires publiées après la Révolution dans des conditions discutables12.

21Le décalage de trois ans entre le voyage et la publication de l’ouvrage pose quelques problèmes, car il ne s’agit pas de trois ans ordinaires… La préface le dit bien :

  • 13 NV, I, p. i.

L’objet de ce voyage n’a pas été d’étudier des antiques, ou de rechercher des plantes inconnues, mais d’observer des hommes qui venaient de conquérir leur liberté ; or un peuple libre ne peut plus être étranger à la France13.

22Il ne s’agit plus, comme en 1788, de comprendre comment les Américains avaient pu établir le règne de la liberté mais désormais d’apprendre d’eux "le secret de la conserver". Le livre, au moment où il paraît, est utilisé dans le combat révolutionnaire, ce qui entraîne diverses conséquences.

  • 14 Ibid., Nota bene à la fin de l’introduction.

23Pittoresque est le maintien du nom Brissot de Warville alors que l’auteur n’est plus connu, depuis juin 1790, que sous le nom moins suspect de Brissot ; il explique qu’il a rétabli la particule pour ne pas surprendre ces correspondants américains qui l’ont toujours connu sous ce nom14. Plus important est le caractère composite de l’ouvrage ; pris par la tourmente révolutionnaire Brissot a été conduit à quitter les États-Unis beaucoup plus tôt qu’il ne le pensait, ayant appris que les États généraux devaient se réunir dès janvier 1789, il interrompt son voyage, n’attend pas l’arrivée de son beau-frère dont il avait souhaité la venue, et s’embarque sur le premier bateau disponible. Ce simple fait en dit long sur ses priorités profondes mais implique également qu’il a dû s’arrêter en Virginie et n’a pas eu le temps de remplir le programme fixé avec Clavière. Ce retour précipité et sa participation active aux débuts de la Révolution expliquent également que Brissot n’ait guère eu le temps de retravailler son texte, ni de le compléter par un volume sur les institutions comme il l’avait souhaité sur le moment. L’ouvrage qui paraît comporte 46 lettres dont une moitié constitue un récit de voyage frais et sincère qui semble avoir été reproduit tel que, alors que les autres consacrés aux Quakers, aux Noirs et à quelques données démographiques sont très probablement rédigées après son retour en y incorporant divers renseignements plus livresques et finalement moins riches.

24En dépit de ces limites le voyage effectué par Brissot présente un grand intérêt. Il a accompli ce que ses promoteurs attendaient de lui, rencontrant les hommes qu’il fallait et obtenant la signature d’un contrat en bonne et due forme, visitant dans l’État de New York et en Pennsylvanie des terrains qui pourraient servir à la spéculation, mais aussi à l’immigration éventuelle – si la première région présente de nombreux avantages, c’est bien la seconde, proche de ses chers Quakers qui lui paraît la plus attirante. Son itinéraire le fait aller à plusieurs reprises de Boston à New York et Philadelphie, empruntant systématiquement des routes différentes, terrestres ou maritimes, visitant de nombreuses petites villes, de Cambridge à New Haven, de Salem à Newport, de Portsmouth à Wilmington et Mount Vernon. Il visite sérieusement, surtout dans la région de Philadelphie où il reste plus d’un mois en deux passages, des fermes, des écoles, des bâtiments publics, des asiles, des prisons, des lieux de prière. Il rencontre des gens aussi éminents que John et Samuel Adams, Alexander Hamilton, James Madison, George Washington, Benjamin Franklin mais aussi les généraux Heath et Hancock, Griffin président du Congrès, Warren Mifflin, Miers Fisher sans oublier le ministre français de Moustier et, bien entendu, Crèvecœur, sans oublier d’autres personnages moins connus comme le président d’Harvard ou le petit-fils de Franklin.

  • 15 NV, I, p. 77.

25A ces données il faut ajouter le fait que Brissot se trouve aux États-Unis à une période essentielle qui est celle du processus de ratification de la Constitution, de la stabilisation du pays après les années tumultueuses de la guerre d’indépendance et de ses suites. Mais le bouillant journaliste n’est peut-être pas capable de saisir véritablement le sens de ces événements tellement il est emporté par son enthousiasme pour la liberté dans son sens le plus large, et, malgré les conseils de prudence de Clavière, dominé par un préjugé incontestablement favorable. Ne saute-t-il pas avec joie sur la "terre de liberté" dès qu’il débarque à Boston, avant même d’avoir pu faire la moindre observation précise15

  • 16 NV, n, p. 169.

26D’autre part, Brissot s’amuse fréquemment à redresser les "erreurs" ou les déformations qu’il a pu trouver dans l’ouvrage de Chastellux auquel il fait référence. Ce peut être le Colonel Watforth qui nie avoir fait le commerce des esclaves – à la grande satisfaction de Brissot –, ou une dame, miss Vining, accusée d’être légère dont il prend vigoureusement la défense, ou encore des malentendus commis par l’Académicien en raison de sa méconnaissance de l’anglais. Mais il s’en donne à cœur joie pour prendre la défense des Quakers que le "frivole Académicien" n’a couvert que de "sarcasmes indécents"16, sans avoir pris la peine de les rencontrer.

  • 17 J.-P. BRISSOT, Examen critique… op. cit., p. 3.
  • 18 NV, I, p. 102, et, pour les références suivantes ; ibid., p. xix, xxi, 102, 168, 147, xxxv, xxxj, x (...)

27Bien qu’il reprenne dans ces diverses remarques beaucoup des arguments qu’il avait employés dans sa plaquette de 1786, il ne peut éviter d’être lui-même un voyageur. Ainsi lui qui, s’adressant à Chastellux, aurait désiré "moins d’inquiétudes sur les mauvais soupers que vous pouviez faire en Amérique, moins de plaisir à en faire un bon, moins d’exactitude à nous en détailler tous les plats."17 ne peut s’empêcher de vanter la bonne qualité des auberges et de décrire le repas réconfortant pris après une journée de voyage, tout en expliquant qu’il s’agit de comparaisons indispensables avec la situation française… De la même façon Brissot avait reproché à son noble prédécesseur d’avoir comparé les Washington, Adams et autres héros aux Grecs et aux Romains, comme s’ils n’étaient pas plus grands par eux-mêmes, grâce à l’égalité de naissance qui les caractérise ; pourtant quand il rencontre les mêmes hommes il s’exclame : "Tels étaient, sans doute, les généraux et les ambassadeurs des beaux âges de Rome et de la Grèce : tels étaient Epaminondas, Cincinnatus, Fabius"18.

28Ces quelques détails ironiques montrent que Brissot n’est pas aussi rigide qu’il veut le paraître, qu’il peut être impressionné par ce qu’il voit, réagissant alors plus en français qu’en militant révolutionnaire.

29Cette forme de sincérité, plus ou moins consciente, est une des caractéristiques de l’ouvrage de Brissot dont il s’agit maintenant de mieux voir l’apport.

Une perception plus sociale et morale que politique

30En effet Brissot, tout en tenant compte du manque de temps qui l’empêche de rédiger le volume prévu sur la politique, découvre aux États-Unis une société et des mœurs organisées selon d’autres principes qu’en France :

Français… ouvrez ce livre ; vous y verrez, d’un côté, à quel degré de prospérité la liberté peut élever l’industrie humaine, améliorer les hommes, les disposer à la fraternité universelle. Vous y verrez, d’un autre côté, par quels moyens on maintient la liberté. Le secret de la durée est dans les bonnes mœurs ; et c’est une vérité que l’observation de l’état actuel de l’Amérique démontre à chaque pas.

31Sans doute écrit-il ces lignes en 1791, pour s’adapter au contenu de l’ouvrage, mais il révèle bien là ses tendances profondes :

C’est que la prospérité d’une société est toujours en raison de l’étendue de la liberté ; celle-ci est en raison inverse de l’étendue des pouvoirs du gouvernement. Ce dernier ne peut s’agrandir qu’aux dépens de l’autre.

32Brissot perçoit la République américaine comme un acquis sur lequel il ne lui paraît pas nécessaire de revenir. Il assiste, à Philadelphie comme à New York, à des manifestations relatives à l’adoption de la nouvelle constitution, mais il ne s’y intéresse pas précisément, ne faisant que les mentionner. Dans le même ordre d’idées, lors de sa visite à Mount Vemon, il évoque "la querelle du fédéralisme" et la "nouvelle constitution" mais sans autre commentaire, constatant tout au plus que G. Washington déplore la division du pays sur ces sujets.

33Dans le même ordre d’idées, ses rencontres avec les grands leaders politiques aboutissent-elles seulement à des remarques convenues. John Adams est célébré en raison de sa modestie – mais Brissot se félicite qu’il se soit trompé en ayant écarté la possibilité d’une victoire de la liberté en France…– ; Samuel Adams est qualifié de "républicain intransigeant" et Alexander Hamilton, qui impressionne par son air martial et son éloquence, a "l’air déterminé d’un républicain". Quant à James Madison, dont le rôle éminent dans la conception de la constitution est rappelé, il a droit à quelques développements : "Son regard annonçait un censeur, sa conversation décelait un savant et sa contenance était celle d’un homme qui a la conscience de ses talents et de ses devoirs". Il suit d’ailleurs ce dernier quant aux conséquences éventuelles d’un refus de la Caroline du Nord de ratifier la Constitution.

34Sans doute Brissot n’a-t-il rencontré ces hommes qu’assez brièvement, lors d’un repas, mais le manque de perspective politique est frappant. D’ailleurs quand il rencontre Benjamin Franklin, il est émerveillé de voir en lui un "vrai philosophe" après avoir vu de simples hommes politiques ; la valeur de la philosophie surpassant, pour lui, celle de la politique, serait-elle vertueuse.

35Le seul exemple concret est pris dans le Rhode Island, où Brissot est obligé de séjourner quelques jours en attendant le bateau pour New York. Il n’approuve pas du tout la répétition des élections tous les six mois, ce qui aboutit à faire élire n’importe qui et dévalue la représentation républicaine.

36Dans sa préface de 1791, Brissot n’en conclut pas moins que trois principes feront du peuple des États-Unis le premier de la terre :

  1. Tout pouvoir est électif en Amérique
  2. Le pouvoir législatif est fréquemment changé
  3. Le pouvoir exécutif, qui est aussi électif, est amovible, y a d’ailleurs peu de force.

37Cette ferme revendication accompagnée d’une célébration du républicanisme, due pour beaucoup aux circonstances politiques du moment, ne doit pas dissimuler le fait que Brissot ne raisonne pas en tête politique, ce qui contribue à expliquer qu’il n’ait pas bien réussi lors des grands débats révolutionnaires. Il est allé chercher aux États-Unis ce qui lui tient le plus à cœur : la liberté appliquée à la vie quotidienne et au fonctionnement interne de la société.

38C’est par là que les États-Unis se distinguent le plus de la France, serait-elle entrée en Révolution. Brissot se plaint ainsi du comportement des diplomates français qui, à l’exception du cher Crèvecœur, se montrent très anti-républicains, imbus de la préséance qui leur serait due, se moquant des mœurs simples des Américains ; M. du Moustier aurait traité le président Washington de "tavern keeper".

39Durant son séjour Brissot est justement enchanté par la simplicité des rapports sociaux, que ce soit l’absence de distinction dans les diligences et les diverses carrioles qu’il emprunte, l’égalité de traitement dans les auberges ou, mieux encore, la facilité qui marque les rapports avec les plus grands. Jefferson n’a-t-il pas voyagé en France et en Italie, avec un seul domestique, le président ne se promène-t-il pas à pied, serrant la main d’un ouvrier, n’a-t-il pas été accueilli sans façon par ses hôtes les plus éminents :

Je ne sais pas pourquoi je me suis trouvé tout d’un coup à l’aise avec les personnages qui jouent le plus grand rôle dans les États-Unis. Après quelques heures d’entretien j’étais avec eux comme si j’eusse été l’un d’eux. N’est-ce pas l’effet réciproque de la vertu, de la droiture ?

40Cette simplicité qui l’enchante repose sur la tolérance qui le frappe jusque dans le comportement des sectes religieuses dont il perçoit, avec un peu d’optimisme, la coexistence pacifique jusque dans la ville de Boston. Il voit les églises se multiplier et s’étonne, dans ce contexte qu’on ait pu reprocher aux Quakers leur refus de porter les armes… avec toujours une pique contre Chastellux, 1’"aristo". Il voit, partout, des gazettes se publier, illustrant la liberté de la presse.

  • 19 Ibid., p. 86, il vante par ailleurs les parties de campagne, liées au mode de vie encore britanique

41Pour un homme issu du peuple, qui durant toute sa jeunesse a durement ressenti le poids d’un ordre social hiérarchisé à l’extrême et subi la morgue de la caste dirigeante et le poids de l’Église, il y a là une véritable libération qui ne cesse pas de l’émerveiller. Il peut s’en prendre avec encore plus de force aux remarques désobligeantes faites par les diplomates et les voyageurs français et vanter la simplicité qui règne chez ses chers Quakers. Ceux-là n’ont aucune forme de hiérarchie et il se ravit de trouver Philadelphie moins luxueuse que ne l’avait décrite l’abbé Raynal, maisons de briques et non de marbres, bardeaux et non pas ardoises, "… puisse cette simplicité se conserver longtemps et devenir universelle". Cette satisfaction de ses goûts les plus égalitaires conduit Brissot à condamner toute forme d’écart à une norme très sévère. L’introduction de tapis chez les Quakers le désole comme un luxe intolérable et il trouve même que certaines habitantes de Philadelphie passent beaucoup trop de temps à s’habiller et à se coiffer, bien qu’il ne s’agisse pas encore des toilettes chatoyantes de certaines New Yorkaises ; ce sont des manifestations de luxe vain, indignes d’une république. Tout au plus admet-il la mode du jeu de cartes dans un pays où les spectacles sont rares et où "… les hommes ne font pas la cour aux femmes, où ils lisent peu de livres et cultivent encore moins les sciences"19.

  • 20 Ibid.., p. 79.

42Tout aussi étonnante se trouve être, pour Brissot, la liberté des femmes qui est une autre preuve de l’égalité sociale profonde du pays. Pourtant il ne fait que reprendre des exemples analogues à ceux de Chastellux ; femmes et jeunes filles qui prennent sans crainte les voitures publiques, qui se déplacement seules dans les endroits les plus reculés : "Vous voyez une jeune fille partir avec son amant dans un cabriolet léger et le soupçon injurieux ne vient point inquiéter les plaisirs pris de cette partie de campagne"20. En faisant de telles observations, Brissot rejoint tous les voyageurs français des origines à nos jours, frappé qu’ils sont par une différence profonde avec la réalité sociale française.

43Ainsi l’égalité américaine, dont certains aspects sont incontestables, est-elle parfois exagérée par Brissot qui réagit avec sa propre sensibilité d’écorché-vif de la société d’Ancien régime. Toutefois l’esclavage pourrait venir d’autant plus contredire cette vision idyllique qu’il s’agit là d’une des passions de Brissot.

44L’esclavage forme une tache sur la réputation des États-Unis que Brissot ne peut que déplorer ; il remarque que la Constitution "ce beau monument de la raison humaine", sous la pression des intérêts du Sud, a été terni par un seul article qui laisse subsister l’esclavage ; il souligne la contradiction qu’il peut y avoir entre les principes de la Révolution et le maintien de l’esclavage. Pourtant les lois qui sont prises pour proscrire l’importation d’esclaves lui donnent bon espoir :

  • 21 NV, II, p. 14.

Mais soyons justes, et avouons… que les Américains sont, plus qu’aucune autre nation, persuadés que tous les hommes sont nés libres et égaux ; avouons qu’ils se dirigent généralement par ce principe d’égalité..,21.

45Cet optimisme d’ensemble ne l’empêche pas de constater avec horreur les méfaits de l’esclavage. Durant son séjour américain Brissot n’a pas l’occasion personnelle de côtoyer de près les Noirs ; il visite des écoles pour enfants noirs à Philadelphie, rencontre quelques Noirs fixés dans le Nord et constate en passant à travers la Virginie les effets de l’esclavage. Les seuls esclaves qu’il approche sont ceux de G. Washington à Mount Vemon, ils sont 300 et lui semblent bien traités dans un habitat correct.

46Cette expérience limitée lui permet de vérifier ses convictions sur un double plan. Premièrement, les Noirs ont droit à l’égalité ; ils sont tout à fait capables de faire des études :

  • 22 Ibid., p. 2.

J’ai vu, j’ai interrogé, j’ai entendu des enfants noirs : les uns lisaient avec facilité, d’autres répétaient de mémoire, d’autres calculaient assez rapidement. On m’a montré un tableau d’un jeune noir, qui n’a jamais eu de maître, il m’a réellement surpris22.

47Il cite des exemples de Noirs libres qui ont réussi à être médecin, commerçant, ce qui prouve qu’avec l’instruction et la liberté ils ont d’immenses capacités.

48D’autre part le contraste entre les terres à esclaves et celles qui sont cultivées par des hommes libres – il s’est émerveillé devant les fermes quakers – lui démontre la novicité de l’esclavage :

  • 23 Ibid. pp. 42 et 275.

… tout dans le Maryland et la Virginie porte l’empreinte de l’esclavage ; sol brûlé, culture mal entendue ; maisons délabrées ; bestiaux petits et peu nombreux, cadavres noirs ambulants, en un mot, vous voyez une misère réelle à côté de l’apparence du luxe23.

49L’indolence des maîtres, les apparences dont ils se satisfont – des bas de soie mais pas de chemise…– et le système en place font que les esclaves sont improductifs, paresseux et misérables ; de ce fait les routes ne sont pas tenues et l’artisanat disparaît des campagnes. La culture du tabac repose sur l’utilisation d’esclaves et entretient cupidité et avidité.

50Une telle situation explique que Brissot place tous ses espoirs dans les sociétés d’affranchissement qui se développent à Boston comme à Philadelphie ou New York et qui le reçoivent avec enthousiasme. Il croît en la généralisation de l’abolition de la traite et il demande même à Washington, quand il le rencontre, de donner le signal de l’affranchissement, mais le grand homme lui explique que le moment n’est pas venu.

  • 24 Ibid., pp. 50-65, toute une lettre, la 25e, est consacrée à ce sujet.

51En attendant ces mesures institutionnelles Brissot place ses espoirs dans l’évolution économique. En effet le tabac décline déjà dans le Maryland et la Virginie et l’esclavage disparaîtra avec lui au fur et à mesure que la culture du blé se répandra ; d’ailleurs les États-Unis ne lui semblent pas faits pour l’esclavage, la proximité des terres libres permettra toujours aux esclaves d’y trouver refuge. Pour accélérer cette tendance il n’hésite pas à proposer des solutions. La première consisterait à remplacer le sucre de canne par celui de l’érable, qui s’étend du Canada à la Virginie, et il fait même des calculs de rentabilité qui justifient cet espoir de bénéficier d’un sucre bon marché, provenant de "l’arbre divin", meilleur que celui qui est "arrosé" des larmes des esclaves24. La seconde, tragiquement ironique mais le pauvre Brissot n’était pas un visionnaire, consiste à remplacer le tabac par une autre plante :

  • 25 Ibid., p. 281 : la réflexion prouve que les méthodes de culture du coton sont encore mal connues.

Ah ! Si les Virginiens connaissaient bien nos besoins, et les denrées que nous recherchons et payons davantage, ne se livreraient-ils pas… à perfectionner ce coton qu’ils recueillent et dont la consommation s’augmente si prodigieusement en Europe V25

52Mais cet enthousiasme pour la suppression de l’esclavage ne s’étend pas aussi facilement au sort des Noirs, seraient-ils libres. Les principes les plus généreux se heurtent au dur choc de la réalité. Malgré des cas de réussite individuelle, le problème n’est pas résolu dans le Nord si vertueux :

  • 26 Ibid., p. 33.

Dans cette partie de l’Amérique, les noirs sont certainement heureux ; mais ayons le courage de l’avouer, leur bonheur et leurs talens (sic) ne sont pas encore au degré où ils pourraient atteindre. Il existe encore un trop grand intervalle entre eux et les blancs, surtout dans l’opinion publique, et cette différence humiliante arrête tous les efforts qu’ils feraient pour s’élever26.

53Or Brissot ne condamne pas vraiment cette "différence", la situation est tellement préférable à celle du "midi", mais on touche bien là au fond du problème. Sans doute les Noirs ont-ils toutes les capacités et ont-ils droit au meilleur traitement, mais l’égalité complète est-elle possible ; Brissot, sincère et généreux comme il est, s’interroge :

  • 27 Ibid. p. 69 ; il est frappant de constater la permanence des réactions sur ces sujets, car on retro (...)

Nous avons tant de penchant à aimer ce qui nous ressemble, à le préférer à ce qui ne nous ressemble pas ! Il y aurait, entre les noirs et les blancs, des soupçons de partialité, de jalousies, de divisions perpétuellement renaissantes27.

54Aussi endosse-t-il l’idée du philanthrope Thornton qui prône le renvoi des Noirs en Afrique où ils pourront cultiver, bâtir des manufactures ; ils pourrait même "civiliser l’Afrique" mieux que les Blancs pourront jamais y parvenir. Le fondateur de la Société des Amis des Noirs a le vif espoir que cela puisse se faire .

  • 28 J.-P. BRISSOT de WARVILLE, Mémoires sur les Noirs de l’Amérique septentrionale, lu à l’assemblée de (...)

55Ces doutes n’empêcheront pas Brissot, et c’est tout à son honneur, de continuer à lutter avec vigueur pour l’affranchissement des Noirs, utilisant à Paris les exemples positifs qu’il a recueillis aux États-Unis, tout en se montrant prudent sur l’avenir probable28. La situation française ne nécessitant pas, alors, d’entrer dans les modalités concrètes de l’insertion sociale des Noirs. Mais Brissot est bien l’un des premiers à aller au cœur de ce problème permanent.

56L’exotisme américain commence pour tous les voyageurs, avant comme après Brissot, par la traversée de l’océan atlantique. Celle qu’il effectue en juillet 1788 sur le Cato, navire américain, est particulièrement intéressante ; il observe, malgré quelques accès de mal de mer, le détail des nourritures embarquées, les rencontres avec des baleiniers, les différences de comportement des marins suivant leur pays d’origine et profite des 51 jours pour peaufiner sa préparation et discuter avec les Américains du bord. Il ne fournit pas de renseignement sur son voyage de retour hivernal plus précipité.

  • 29 NV, I, p. 116.

57Une autre source d’exotisme provient de la puissance de la nature et des Indiens qui en sont les premiers habitants. Cet homme, originaire de la Beauce est particulièrement sensible à cette nature à peine défrichée qu’il découvre le long de son chemin, ou lors de son séjour en Pennsylvanie, aux routes rugueuses, aux clôtures de bois qui délimitent les champs ; il s’agit d’un monde totalement nouveau : "La profondeur des forêts, l’épaisseur et la hauteur prodigieuse des arbres… rappellent le temps où ce pays n’avaient d’autres habitants que les sauvages"29.

  • 30 Ibid., p. 75.

58Brissot n’a pas l’occasion de rencontrer des Indiens, il n’a pas le temps de se rendre de l’Ouest et ne fait que rapporter ce que lui disent les Américains et les livres qu’il a pu consulter. Il reprend par ailleurs le récit de deux naturalistes français qui ont été attaqués par les Indiens mais ont pu voir l’avance de la "Frontière" dans le "Kentucké", le Cumberland et tout l’Ouest plein d’avenir. La seule exception vient de l’Indien Oneida qui était sur le Cato avec lui, il avait été amené par Lafayette trois ans auparavant et revenait dans son pays ; il lui fait l’impression d’un "grand enfant qui ne connaissait pas de lendemain" et qui reprendrait, aussitôt arrivé, sa vie sauvage30. Il ne prétend pas se satisfaire de cet exemple et cherche à savoir si les Indiens peuvent être éduqués. Pourtant il ne manifeste nullement le même enthousiasme qu’à l’égard des Noirs. Sans doute la violence des Indiens est-elle due aux Blancs, il reprend les thèmes de Benjamin Franklin, mais leur sort lui semble scellé, surtout quand il compare avec la hardiesse et la bravoure de "l’Américain des forêts" :

  • 31 NV, II, p. 432, pour une fois Brissot se montre excellent juge de la situation, peut-être le doit-i (...)

… il s’ensuivra de deux choses l’une : ou les sauvages se fondront par la civilisation parmi les Américains ; ou mille causes anéantiront promptement leur génération31.

59L’Ouest ne fascine guère Brissot, il ne comprend pas le besoin qu’ont les Américains à migrer vers de nouvelles terres, loin de celles de leurs ancêtres et il conseille aux éventuels immigrants français de s’installer plutôt en Pennsylvanie sur une terre déjà bâtie avec des ouvriers solides… ou carrément dans les grandes villes.

60L’Est qu’il a parcouru offre, en effet, bien des avantages. Que ce soit la beauté du site de Cambridge pour une "grande éducation", ou l’hôpital en pleine nature de ses amis Quakers avec ses belles salles bien éclairées ; que ce soit la bonne qualité de la nourriture pour tous, la propreté de la plupart des auberges dans lesquelles l’accueil est honnête contrairement à ce qui se passe en France, la différence va se loger jusque dans les plus humbles détails, on ne trouve pas un trou immonde pour les besoins qui blesse "décence et organe de l’odorat" mais :

  • 32 NV, I, p. 113.

… une cabane très propre, souvent même ornée, destinée à cette opération. On y trouve, dans toutes, un siège plus bas pour les enfans (sic) attention paternelle, qui prouve combien on s’occupe ici des plus petits détails de l’éducation.32

61Brissot étudie d’ailleurs le climat, calcule la longueur de la vie et s’aperçoit que tout cela tourne à l’avantage de l’Américain. Sans doute trouve-t-il que les "hommes de loi" sont chers et bien nombreux ; rencontre-t-il quelques mendiants ; déplore-t-il que les femmes souffrent de la consomption, ou que le café soit bien médiocre : "On boit le café très faible ici, c’est plutôt une teinture de café" ; avoue-t-il discrètement que les Américains sont quelque peu indifférents aux autres peuples et méprisants à l’égard des étrangers ; mais cela ne change guère le tableau d’ensemble. Cela montre, au moins, qu’il sait voir et ne se contente pas, en tout, de se laisser guider par ses seuls préjugés favorables.

62Ces observations mineures sont convergentes, elles prouvent bien que les États-Unis sont une terre où la liberté jointe aux nombreux avantages de la nature fait des merveilles. La liberté explique ces constatations surprenantes pour un français, tout est organisé selon des principes sains qui ne peuvent qu’aider à l’épanouissement de l’homme. Brissot a toujours pensé que la qualité des mœurs privées fournit la preuve de la valeur des mœurs publiques, aussi accorde-t-il autant d’importance aux unes qu’aux autres.

  • 33 NV, II, p. 249.
  • 34 Ibid., p. 443, curieux mélange de pertinence et d’envolée lyrique.

63Au terme de la lecture de cet ouvrage que retenir ? Brissot n’est pas un grand penseur, il ne dévoile pas des aspects inconnus de la réalité des États-Unis, il ne comprend pas la possibilité d’un développement de l’industrie, après avoir assisté aux essais d’un bateau à vapeur, il ne saisit pas toute la dialectique du fédéralisme. Ses propres conclusions sont conformes à sa nature d’exalté, d’intoxiqué de l’idée de liberté. La régénération morale de la France par l’Assemblée nationale et celle de la société par les Quakers n’ont-elles pas, par d’autres moyens, le même but de "fraternité universelle"33 ? Ne rêve-t-il pas que, dans un siècle, les États-Unis reste – ront une terre agricole, sans grandes villes, sans que l’or y règne et qu’une réelle fraternité existera du New Hampshire à Quito, du Canada au Pérou, après le percement du canal du Nicaragua, le tout… grâce à la liberté34.

64Il formule ce rêve en 1791, quand il rédige son ouvrage, à ce moment il est en plein dans la Révolution, il reste à savoir ce que les États-Unis signifient alors réellement pour lui.

Un américanophile dans la révolution

65Il est bien difficile d’évaluer quelle a pu être l’importance de cet ouvrage, paru lors d’une période tumultueuse, il n’est qu’un titre parmi la profusion des articles et brochures qui portent la signature de Brissot, auteur particulièrement prolifique. Les États-Unis ne sont pas au centre de ses préoccupations, ni de celles des Français. Il est symptomatique que de tous les titres de Brissot, le Nouveau Voyage soit l’un des derniers à avoir été microfiché à la Bibliothèque Nationale et qu’il n’ai jamais été réédité depuis 1791.

66Malgré ce contexte, il apparaît clairement que les États-Unis ont continué à peser sur le sort de Brissot, tant dans sa vie privée que dans son sort tragique.

67Le retour de Brissot des États-Unis n’a pas enthousiasmé Félicité qui voit s’éloigner, avec l’engagement de son mari dans la révolution, toute perspective d’émigration. Pourtant elle continuera à espérer encore quelques temps, d’autant que son frère François s’est fixé aux États-Unis, fermier en Pennsylvanie, avant de se résigner.

68Ainsi le rêve américain reste-t-il vivant dans cette famille qui reste en contact avec de nombreux correspondants. La preuve en est fournie, après la mort de Brissot, par le départ de son deuxième fils, Sylvain, en 1816 pour les États-Unis où il mourra au bout de trois ans ayant multiplié les tentatives malheureuses de la Nouvelle Orléans à Albany.

  • 35 E. ELLERY, Op. cil., pp. 399-400.

69L’intérêt de Brissot pour les États-Unis lui est, de plus, reproché quand, après le 10 août 1790, il nomme son beau-frère François vice-consul de la France à Philadelphie. Les cris de népotisme s’élèvent et Camille Desmoulins ressort les accusations d’affairisme contre Brissot, s’inquiétant, dans ces conditions, de la régularité de l’approvisionnement en grains américains35.

70Ce petit incident permet de poser la question de l’influence américaine sur la carrière révolutionnaire de Brissot. Il n’a jamais prétendu faire des États-Unis un modèle, mais pense y trouver des exemples utiles pour la France. Ainsi, dans sa préface de 1791, insiste-t-il sur la nécessité de diminuer le poids du gouvernement, critique-t-il ces républicains qui veulent accroître la puissance de l’exécutif aux dépens du peuple :

  • 36 NV. I, p. xxiij.

Tel est le double effet des mœurs et de la liberté dans les États-Unis, dont la forme de gouvernement effarouche encore les hommes pusillanimes ou superstitieux. Les tableaux offerts dans ces voyages justifieront le républicanisme que les frippons (sic) calomnient sciemment et que les ignorans (sic) ne connaissent pas mais qu’ils apprendront à connaître.36

71Il reprend des thèmes analogues pour le débat politique quotidien, utilisant l’exemple américain, dans de nombreux numéros de son journal Le Patriote français. Au moment des discussions sur la Constitution il fait partie de ce petit nombre qui met en avant les institutions américaines, tant fédérales que locales. Ses avis sont écoutés, car il est connu comme spécialiste de l’Amérique, au même titre que Lafayette avec lequel il est d’ailleurs en contact. Naturellement il est de ceux qui veulent voir réduit le pouvoir du roi avant de se rallier sans détour à la république, qui mettent en avant le courage des soldats de Washington durant la guerre de l’indépendance, véritables héros de la liberté, justifiant la guerre républicaine.

72Élu de la Convention il continue à s’intéresser de très près aux affaires américaines, consultant souvent Tom Paine dont il loue Rights of Man en 1791 alors qu’il se montrait plus réservé à l’égard du bouillant pamphlétaire en 1788 influencé par l’avis des Américains qu’il rencontrait. C’est ainsi qu’éminence grise des affaires étrangères, il est responsable de la nomination de Genêt aux États-Unis en 1793.

73Lors du conflit entre Girondins et Montagnards, on doit se demander si le penchant de Brissot pour les États-Unis a pu contribuer à sa perte. Sans doute la grande lutte qui déchire la France en 1793 ne se fait pas autour de la place de la République d’outre-Atlantique, mais le cas de Brissot est particulier. Lors de son interrogatoire, les États-Unis n’apparaissent que marginalement, au sujet de ses liens – plus profonds qu’il ne l’avoue – avec Lafayette et à propos de la nomination de son beau-frère. Pourtant les accusations de fédéralisme ne peuvent être séparées des références américaines. Sans doute même Brissot, parmi les Girondins, n’a pas une notion très précise du fonctionnement des institutions américaines qu’il ne prétend pas applicables à la France, mais son aura de spécialiste, qui a fréquemment mis en avant l’exemple américain, pèse certainement dans la balance.

74Aussi est-il probable que ses chers États-Unis ont nui, finalement, à Brissot. Peut-être aurait-il mieux fait de se fixer dans ce pays comme le souhaitait sa femme ; ayant une chance d’y accomplir le bonheur des siens, sans pour cela modifier sensiblement le cours de la Révolution. Mais son retour en France, il y a deux cents ans, permet de dépasser son cas individuel et de poser le problème de l’influence américaine de façon plus large.

75Dans le Nouveau Voyage on voit apparaître, en filigrane, l’admiration pour un régime de liberté, fondé sur un gouvernement faible qui se retire de tout monopole, sur des élections régulières mais pas trop nombreuses. C’est une vision idéale de la république américaine mais aussi d’une république "girondine". Il est clair que les Montagnards ne peuvent se reconnaître dans de telles propositions sans même se préoccuper de leur origine américaine ; Robespierre n’a d’ailleurs jamais porté le moindre intérêt, autre que diplomatique, aux États-Unis.

76Aussi, à travers l’exemple de Brissot, on peut dire que la Révolution américaine divise les Français, qu’elle est "girondine" alors qu’on peut déceler dans l’attitude des Montagnards les prémisses d’un anti-américanisme qui a devant lui bien des beaux jours.

Notes

1 La plus complète est toujours celle d’Eloïse ELLERY, Brissot de Warville, A Study In The History of the French Revolution, Boston and New York, Houghton Mifflin Company, 1915 ; la plus récente est celle de Suzanne d’HUART, Brissot, la Gironde au pouvoir, Paris, Hachette, 1986. Voir également R. DARNTON, "The grub style of révolution : J.-P. Brissot, Police spy", Journal of Modem History, mars 1968.

2 Cette notation figure dans divers articles biographiques de Brissot dans les encyclopédies du XIXe siècle ; elle est explicitée brièvement dans E. ELLERY, Op. cit., pp. 364-365.

3 J.-P. BRISSOT, Correspondance et papiers, précédés d’un avertissement et d’une notice sur sa vie par Cl. Perroud, Paris, A. Picard et fils, 1912, pp. 165-166.

4 J.-P. BRISSOT de WARVILLE, Examen critique des voyages dans l’Amérique septentrionale de M. le Marquis de Chastellux ou lettre à M. le Marquis de Chastellux, Londres, s.n., 1786, 143 p.

5 Id„ Ibid., p. 4.

6 E. ELLERY, Op. cit., pp. 64-67.

7 De la France et des États-Unis est paru à Londres en 1787, Brissot le dédie au Congrès américain et aux amis des États-Unis dans les deux mondes.

8 Id„ Ibid., p. XXVIIJ.

9 Id. Ibid., p. XLIJ.

10 Id., Nouveau voyage dans les États-Unis de l’Amérique septentrionale en 1788, Paris, Buisson, 1791, pp. 1 à 15. Le titre sera résumé par NV.

11 L’ouvrage est paru en trois tomes, le premier étant composé du précédent ouvrage, De la France et des États-Unis. Il n’en sera pas tenu compte par la suite aussi les références aux deux tomes du Nouveau voyage seront NVI ou II.

12 Outre la Correspondance déjà citée on trouve également Mémoires de Brissot, membre de l’Assemblée législative et de la Convention nationale sur ses contemporains et la Révolution française, publiés par son fils avec des notes et des éclaircissements historiques par M.F. de Montrol, Paris, Ladvocat Lib„ 1832, Tome 3 pour le voyage aux États-Unis. Ces volumes de mémoires ont été établis tardivement sans souci d’exactitude, ils reprennent nombre de textes publiés par ailleurs et ne présentent, de ce fait, qu’un intérêt restreint.

13 NV, I, p. i.

14 Ibid., Nota bene à la fin de l’introduction.

15 NV, I, p. 77.

16 NV, n, p. 169.

17 J.-P. BRISSOT, Examen critique… op. cit., p. 3.

18 NV, I, p. 102, et, pour les références suivantes ; ibid., p. xix, xxi, 102, 168, 147, xxxv, xxxj, xxxvij, 159.

19 Ibid., p. 86, il vante par ailleurs les parties de campagne, liées au mode de vie encore britanique.

20 Ibid.., p. 79.

21 NV, II, p. 14.

22 Ibid., p. 2.

23 Ibid. pp. 42 et 275.

24 Ibid., pp. 50-65, toute une lettre, la 25e, est consacrée à ce sujet.

25 Ibid., p. 281 : la réflexion prouve que les méthodes de culture du coton sont encore mal connues.

26 Ibid., p. 33.

27 Ibid. p. 69 ; il est frappant de constater la permanence des réactions sur ces sujets, car on retrouve le même émerveillement devant les possibilités des négrillons et les incertitudes sur l’avenir durant tout le XIXe et début du XXe siècle, cf. Jacques PORTES, Une fascination réticente, les États-Unis dans l’opinion française, 1870-1914, Nancy, PUN, 1989.

28 J.-P. BRISSOT de WARVILLE, Mémoires sur les Noirs de l’Amérique septentrionale, lu à l’assemblée de la Société des Amis des Noirs le 9 février 1789, Paris, Bureau du Patriote français, 20 déc. 1789, 56 p.

29 NV, I, p. 116.

30 Ibid., p. 75.

31 NV, II, p. 432, pour une fois Brissot se montre excellent juge de la situation, peut-être le doit-il aux informations fournies par T. Jefferson, orfèvre en la matière.

32 NV, I, p. 113.

33 NV, II, p. 249.

34 Ibid., p. 443, curieux mélange de pertinence et d’envolée lyrique.

35 E. ELLERY, Op. cil., pp. 399-400.

36 NV. I, p. xxiij.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search