Version classiqueVersion mobile

Matières premières et gestion des ressources

 | 
Sarra Ferjani
, 
Amélie Le Bihan
, 
Marylise Onfray
, 
et al.

Introduction

Sylvain Bauvais

Texte intégral

1« Matières premières et gestion des ressources » : un tel énoncé ouvre des perspectives de travaux et de discussions foisonnantes tant il recouvre de sujets, de matériaux, de méthodes, d’échelles d’études… Je reconnais que le choix d’une thématique  est une chose délicate lorsqu’il s’agit d’intégrer des spécialités disparates et des aires géographiques et chronologiques larges. Loin de le réduire à une facilité, j’interprète le choix de cette thématique comme la mise en avant délibérée du renouveau de l’approche technologique au sein de l’école doctorale d’archéologie de Paris 1 : une technologie intégrée aux problématiques environnementales et sociétales pour ouvrir vers des interprétations anthropologiques et historiques, et cela dans toute la pluralité des périodes et des aires géographiques.

2Si l’on cherche la définition la plus neutre d’une matière première, celle-ci se définit comme un matériau d’origine naturelle destiné à faire l’objet d’une transformation. Ce terme fait donc référence à l’état brut d’un matériau avant qu’il ne soit investi par l’homme dans une chaîne plus ou moins complexe de transformation. On comprendra ainsi que toute activité de l’homme perceptible en archéologie est comprise dans une problématique de matière première. En revanche, sa gestion fait appel à des questionnements moins matérialistes, aux questions larges sur l’organisation sociétale autour de ces matières premières, de leur acquisition, de leur transformation et de leur diffusion.

3Depuis Damour en 1865, premier archéologue à reconnaître l’origine alpine des haches polies en jadéite, l’étude des matières premières a longtemps été réduite à la définition de leur seule origine spatiale. Or c’est bien par le biais des études technologiques, stylistiques et symboliques que l’étude des matières premières est en capacité de matérialiser les modes d’occupation des sociétés du passé, leurs déplacements, leurs contacts et interactions, leurs organisations sociales, économiques et politiques. Si les conditions de l’acquisition relèvent bien souvent d’un fort déterminisme environnemental, les techniques mises en œuvre (tant pour l’acquisition que pour la transformation) et la gestion d’une ressource relèvent du système culturel. Dans une approche globale de la matière première et de la gestion des ressources, il est ainsi nécessaire de se placer au centre de l’interaction entre technique, société et environnement.

4Je tiens par conséquent à remercier les organisateurs de cette journée doctorale de m’avoir associé à l’aventure et pour le sérieux de leur organisation qui débouche à présent sur ce sixième volume d’Archéo.Doct. Cet ouvrage répond en effet aux attentes qu’impliquait un tel énoncé. Il a permis à toute la diversité des approches développées au sein de l’École doctorale d’archéologie de l’université Paris 1 de s’exprimer de façon pertinente, du paléolithique supérieur pyrénéen aux Omeyyades en Syrie, en passant par les côtes arides du Pérou au début de deuxième millénaire de notre ère.

5Cette thématique a notamment pu réunir des études portant sur un éventail très large de matières premières, à la fois minérales, animales et végétales. Il en résulte une confrontation d’approches méthodologiques, souvent convergentes et parfois complémentaires  ; études archéobotaniques et archéozoologiques, typologie, études technologiques et morpho-technologiques, étude des déchets de production, pétrographie, tracéologie, études architecturales, études textuelles. La diversité des approches méthodologiques est ainsi le reflet de la richesse des formations de cette école doctorale mais aussi de la spécialisation toujours plus grande des jeunes chercheurs. Cette tendance est elle-même le reflet de la finesse accrue de la discipline archéologique dans sa globalité.

6Ainsi, comme une grande tendance de l’archéologie du début de ce siècle, les contributeurs de ce volume ont su mettre en avant les relations entre l’homme et son environnement, souvent contrainte naturelle pour les sociétés mais toujours source immense de diversité culturelle dans l’adaptation au milieu. Aude Chevalier nous apporte, dans son étude de l’exploitation comparée du renne et du cerf de part et d’autre des Pyrénées au Magdalénien et à l’Azilien, des hypothèses d’interprétation des changements culturels en liens avec les changements climatiques du Tardiglacière européen. Ces changements culturels auraient été accompagnés ou conditionnés par le changement de comportement des cervidés, depuis un fonctionnement en hardes en milieu ouvert avec saisonnalité des espaces investis vers un comportement plus solitaire et sédentaire en milieu forestier. Cette situation aurait conduit les hommes à des chasses plus individuelles, aurait réduit la taille des groupes humains et aurait conduit à renouveler la panoplie des armes de chasse. Comme pour illustrer toute la pluralité des interactions homme/milieu, c’est, cette fois, grâce à la gestion raisonnée de l’eau que Camille Clément nous livre un exemple singulier d’adaptation humaine à un milieu aride. Dans cette présentation, le plus marquant réside dans les formes d’organisation sociale et politique qui en résultent. Les Chimú semblent avoir eu des centres administratifs dédiés au contrôle et à la gestion raisonnée de l’eau, en particulier à sa distribution égalitaire, ce qui a permis l’essor de l’agriculture dans la vallée de Chicama. L’apport de l’ethnologie nous laisse également entrevoir une pratique de travaux collectifs autour de l’entretien des canaux. Nous pouvons ici voir la prégnance du milieu et en particulier de l’eau sur les formes d’organisation sociales et politiques des côtes arides du Pérou. Dans sa contribution, c’est au travers de la gestion des ressources ligneuses en Transcaucasie du Néolithique à l’âge du bronze qu’Alexia Decaix aborde les relations entre l’homme et son environnement. L’approvisionnement en bois de chauffage se faisait alors majoritairement dans l’environnement immédiat des sites, le long des rivières. Le bois provenant de zones plus éloignées, comme les versants montagneux, informe alors d’une gestion de l’espace plus vaste, peut-être liée à d’autres activités, de chasse ou de collecte. La gestion du bois est également au centre des travaux d’Émilien Afane. Toutefois, son étude archéobotanique des bois dans la construction navale intègre à la fois la gestion des ressources forestières au Proche-Orient entre le ive et le viiie siècle de notre ère, en relation avec les changements climatiques marqués par une raréfaction du couvert forestier aux alentours du vie siècle mais aussi les questions de l’évolution des choix d’essence en fonction des changements dans les modes architecturaux des navires (relation entre évolution technique et choix des matières premières).

7Ainsi, à l’instar du travail sur les « bois de marine », cette thématique a aussi permis de présenter des travaux intégrant les études technologiques dans des problématiques d’organisation sociale et économique. L’étude de Bénédicte Khan à propos des chaînes opératoires sur matières dures animales durant l’Antiquité au Proche-Orient démontre la mise en place d’un véritable artisanat spécialisé informant ainsi de l’organisation des productions en véritables corps de métiers. Sur un registre plus régional, l’étude d’Élodie Mas sur les techniques d’élaboration de la parure en coquillage du bassin de Sayula au Mexique illustre parfaitement les relations existant entre commerce à longue distance de la matière première, style technologique, tradition idéologique et socioculturelle et structuration sociale.

8L’exemple de ces deux approches me pousse à insister sur l’importance de l’échelle d’analyse dans les problématiques sur les matières premières et la gestion des ressources. On n’aborde pas ces questions de la même manière si l’on s’interroge sur la gestion de la matière au cours du débitage d’un bloc de silex – choix culturels et techniques – et si l’on s’intéresse à la gestion de ce même silex à l’échelle du territoire d’un village néolithique ou si l’on aborde les interactions entre ce groupe et ses voisins. Sur ce point, un éventail assez large d’échelles d’analyses est à nouveau proposé aux lecteurs. En termes de gestion de la matière à l’échelle d’une chaîne opératoire, Ergul Kodas illustre toute la difficulté de l’interprétation des choix techniques dans les productions symboliques au Néolithique. Véronique Montembault, dans son article sur l’artisanat du cuir au Moyen âge, apporte une vision très contemporaine de la gestion des ressources avec la formation d’une matière première secondaire issue du recyclage. Ces déchets sont réinjectés dans la chaîne opératoire en remplacement de la matière première dite vierge. La contribution de Thibault Vallette sur le Dhar Nema en Mauritanie sud-orientale du Néolithique à nos jours, complète cette vision en faisant des sites archéologiques eux-mêmes des gisements de matière première secondaire. À l’échelle du site, le travail de Pierre-Emmanuel Paris sur la gestion et l’exploitation des ressources carnées sur l’oppidum gaulois de Villeneuve-Saint-Germain démontre non seulement une spécialisation individuelle des activités, mais aussi une spécialisation sectorielle au sein de l’habitat. Cette organisation complexe entre espaces résidentiels et espaces artisanaux spécialisés est également mise en perspective de l’organisation des productions alimentaires de la Gaule Belgique au cours des dernières décennies avant la conquête romaine. Cette fois à l’échelle régionale, Naieuz Haidar-Vela, à travers l’étude typologique et technologique des North Syrian Amphorae de Halabiyye-Zénobia, évoque une production locale de vin aux alentours de Zeugma dès la fin du ive siècle de notre ère, et sa diffusion régionale. Dans un premier temps destiné aux garnisons militaires elle se diffuse largement dans la société même après la conquête arabo-musulmane. Cet article fait écho à celui ­d’Apolline Vernet qui s’interroge sur l’apport de ces nouveaux conquérants sur les modes de vie et notamment sur la gestion de l’eau au sein des habitats des viie et viiie siècles de notre ère. C’est enfin à l’échelle de l’Asie centrale que Pierre Siméon aborde la gestion des matières premières précieuses administrées par les émirs Sâmânides. La confrontation des textes et des travaux archéologiques permet d’ouvrir de nouvelles ­perspectives quant à l’extraction et l’acheminement des matières premières rares comme l’argent et l’or, mais aussi l’organisation politico-économique sous-jacente.

9Même si, comme le faisait déjà remarquer François Villeneuve dans l’introduction d’Archéo.Doct 4, il faut se garder de croire que l’échantillon d’articles ici réunis est représentatif des travaux de cette école doctorale, il informe toutefois d’une tendance qui est également porteuse de sens. On peut ainsi noter trois grandes divisions entre les différentes approches présentées : les études paléo-environnementales, la technologie et l’approche typologique. Finalement peu d’études viennent combiner les approches et former une démarche pluridisciplinaire. De la même manière, une part réduite des articles propose une remise en contexte globale des études d’un point de vue sociétal. Ces deux constats sont très certainement liés à la spécialisation de plus en plus forte des disciplines archéologiques et par conséquent des formations. Il faut pourtant garder à l’esprit cette nécessité d’aller et retour focal entre les échelles micros et macros, cette nécessité de placer l’homme derrière la matière, les groupes humains derrière les gestes techniques.

10Pour conclure brièvement, je voudrais remercier les organisateurs de cette journée doctorale et éditeurs scientifiques de ce sixième volume d’Archéo.Doct, Sarra Ferjani, Marylise Onfray et Caroline Trémeaud, pour leur sérieux et leur réactivité face aux imprévus, Amélie Le Bihan, secrétaire de l’École doctorale d’archéologie, ED 112, pour le suivi et l’aide apportée à cette réalisation et François Villeneuve, directeur de l’école doctorale, pour avoir laissé la chance à un jeune chercheur tel que moi de s’initier au rôle délicat d’animation et de modération des débats. Je dois enfin dire que je suis très heureux de voir que Paris 1 reste une université pour laquelle l’approche technologique est toujours au centre des préoccupations, même si, en ce domaine, l’archéométrie des matériaux inorganiques aurait beaucoup à apporter.

Saclay, février 2014
Sylvain Bauvais

Auteur

Chercheur, CNRS, UMR5060 : Laboratoire «  Métallurgies et Cultures »
Archéologue, archéométallurgiste. Modérateur de la journée.

© Éditions de la Sorbonne, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search