Desktop versionMobile Version

L’Amérique et le France

I. L’Amérique et l’Europe : le transit de la révolution

La presse française et la constitution américaine en 1787

Marie-France Toinet und Paul Toinet (†)

Volltext

1Quiconque veut connaître la presse française à la fin du XVIIIe siècle, doit la scinder dans son esprit en deux groupes : la presse française proprement dite, imprimée en France, et la presse de langue française, imprimée à l’étranger, essentiellement aux Pays-Bas.

2Les trois journaux principaux du premier groupe ont pour titre la Gazette de France, politique ; le Journal des Savants, littéraire et scientifique ; le Mercure de France, mondain. Créés de 1631 à 1672, honorés de la faveur gouvernementale par l’octroi de leurs privilèges, ils sont tenus de plaire au pouvoir royal.

  • 1 Le roi Louis XIII n’hésitait déjà pas à glisser à la Gazette de petites notes anonymes, mais rédigé (...)

3Mais sous le règne de Louis XVI, après une existence largement centenaire, la surveillance de la censure a transformé cette attitude de plaire en une obligation d’obéir. C’est pour la Gazette de France, journal politique, que l’absorption est la plus complète ; les lettres patentes d’août 1762 la mettent sous la dépendance complète du ministère des Affaires extérieures, lequel lui fait jouer désormais, sans en avoir la qualification qui n’existe d’ailleurs pas, le rôle de journal officiel ; le ministre lui-même, Monsieur de Vergennes, ne craint pas d’inspecter les nouvelles qu’elle publie1.

4L’assimilation est moins complète pour les deux autres journaux ; mais comme pour la Gazette, leurs directeurs sont nommés par le gouvernement. A la veille de la Révolution, le libraire Panckouke est devenu successivement titulaire de leur privilège.

5Un certain nombre d’autres journaux, moins surveillés parce que moins prestigieux, complètent ce groupe.

***

Une presse "officielle" méprisée

6Le Français a toujours eu vis-à-vis de sa presse deux attitudes parallèles : friand de nouvelles, il trouve ses journaux insuffisamment organisés, parce qu’ils ne peuvent pas lui donner l’information aussi complète qu’il le désire ; frondeur, il les soupçonne d’être trop liés au gouvernement, puisqu’ils ne veulent pas tout dire et cherchent à cacher la vérité complète. Deux outils ont été utilisés sur une grande échelle par le public pour corriger cette situation : les occasionnels et la presse étrangère de langue française.

7On appelle occasionnels des feuilles volantes, rédigées on ne sait par qui et sans aucune garantie d’exactitude, que l’on se passait et qui circulaient de la main à la main. Dès avant l’invention de l’imprimerie, car les plus anciennes remontent aux guerres d’Italie de Charles VIII et de Louis XII ; particulièrement abondantes aux époques de la Ligue et de la Fronde. L’absolutisme de Louis XIV lui-même ne parvint pas à les éliminer.

8Mais le développement de la presse étrangère de langue française sous le règne de Louis XVI refoula peu à peu ces occasionnels qui disparurent, semble-t-il, aux environs de 1775. Ils furent remplacés, dans l’information du public, par cette presse étrangère de langue française, imprimée à l’étranger, que nous appellerons désormais, pour la commodité du récit, presse libre.

***

La fascination pour l’information "libre"

9Cette presse libre, qui, indépendamment de quelques journaux imprimés à Londres, se concentra presque toute entière aux Pays-Bas, a deux caractéristiques.

10La langue française étant alors, pour la classe sociale intéressée, la langue internationale de l’Europe, cette presse est entièrement rédigée en français, ce qui lui permet à la fois de couvrir tous les pays européens et de se déverser largement sur la France ; ce qui interdit aussi à la France d’y répondre, car les journaux rédigés en France en français ne pourraient pas être considérés comme libres.

11Cette presse étrangère était vraiment libre, car elle n’eut jamais à obéir qu’à une seule règle, impérative autant qu’informelle, mais facile à observer parce que ne contrariant pas son but : garder le silence à l’égard du pays qui l’hébergeait, moyennant quoi elle avait toute faculté de dire des autres tout ce qu’elle voulait.

12Devant cette invasion, le gouvernement français éprouva le même embarras que devant les occasionnels ; il essaya tantôt de dominer, de réglementer leur distribution, allant jusqu’à donner une sorte de ferme à cet effet à certains libraires spécialisés ; tantôt, sous l’impulsion de M. de Vergennes, il s’opposa totalement à leur entrée. Toujours avec un égal insuccès.

13Une portion importante de cette littérature libre apparaît sous forme de "Bibliothèques", généralement volumes à périodiques ou annuels, qui n’appartiennent pas à proprement parler à la presse.

14Celle-ci est composée des gazettes suivantes, principalement consacrées à la politique et à l’information, et baptisées du nom générique de Gazettes de Hollande :

la Gazette d’Utrecht, qui paraît de 1710 à 1787 ;
la Gazette de La Haye, de 1747 à 1780 ;
la Gazette d’Amsterdam, qui existait en 1751 ;
la Gazette de Bruxelles, de 1764 à 1793 ;
la Gazette de Leyde, de 1680 à 1798.

15Le tempérament français, tel que nous l’avons décrit plus haut, se disputait ces gazettes. Alors que l’abonnement au Mercure de France coûtait 32 livres pour la province en 1762, le public acceptait de payer au libraire importateur 40 écus, soit 120 livres par an pour une Gazette de Hollande, bien qu’elles ne coûtassent que 24 livres au fermier, ce qui laissait à celui-ci un gain exorbitant.

16Ces Gazettes de Hollande valaient-elles la peine d’un tel engouement ? Il ne semble pas. Au dire de Voltaire lui-même, elles étaient alimentées en copie par de faméliques écrivaillons qui recueillaient en France tous les scandales et les nouvelles à la main, et les transmettaient à la rédaction en Hollande. Le problème demeure cependant à mon avis assez obscur, car de telles défaillances n’auraient dû permettre ni la durée des gazettes qui fut au moins de trente ans, ni les prix de vente qui étaient pratiqués.

***

La presse de qualité : la Gazette de Leyde

17De toutes façons une exception doit être faite à ce que l’on peut considérer comme des racontars : la Gazette de Leyde.

18On l’appelait couramment ainsi parce qu’elle était imprimée à Leyde ; mais son titre officiel était : "Nouvelles extraordinaires de divers endroits". Elle paraissait le mardi et le vendredi, à peu près sous la forme de la Gazette de France, en deux feuilles pliées chacune en quatre pages, pour constituer la Gazette et son supplément. Les dépêches étaient entassées sans ordre et au hasard de leur réception en un texte serré, mais indiquaient toujours leur date et leur origine.

19De 1680, date de sa fondation, à 1738 où elle fut dirigée par Antoine La Font et son fils, la Gazette de Leyde rentre dans l’opinion générale précédemment émise. Mais tout changea sous la nouvelle direction d’Étienne Luzac, émigré protestant d’origine bergeracoise, puis de son neveu, Jean Luzac, émigré lui aussi. Ayant des correspondants de grande classe dans les principales villes d’Europe et des États-Unis, recevant des nouvelles de partout, le journal fut le mieux informé, le plus détaillé et le plus vivant d’Europe. De plus Jean Luzac, helléniste distingué, était ami de Washington et de John Adams ; à ce titre la Gazette de Leyde était réputée pour ses articles provenant des "anciennes colonies d’Amérique".

***

La presse populaire

20C’est en définitive à son manque de qualité que la presse indigène dut la concurrence que lui faisait la presse libre. Y eut-il aussi défaut de quantité ?

21Les trois journaux principaux, Gazette, Savants et Mercure tiraient chacun vers 1780 entre 12 000 et 15 000 exemplaires, soit environ 40 000 à eux trois ; on peut considérer comme vraisemblable que l’ensemble de la presse indigène tirait à 60 000. Les almanachs populaires sont estimés aujourd’hui avoir environ quatre à cinq lecteurs par exemplaire paru. Il ne doit pas y avoir grande différence avec les conditions générales de diffusion au XVIIIe siècle, ce qui donnerait environ 250 000 lecteurs pour ces trois organes de presse de l’époque.

22Il y avait cependant place pour une autre variété de presse, celle des almanachs, en vérité fort différente, parce que d’une périodicité annuelle au lieu de bi-hebdomadaire et assez différente pour qu’elle pût se superposer au public existant, sans nécessiter sa transformation.

23Des almanachs, il en est de deux sortes, les galants et les populaires. Les galants, fort appréciés des collectionneurs, sont un gazouillis charmant de chansons et d’anecdotes ; ils ne rentrent pas dans nos préoccupations. Les populaires demeurent très éloignés de ces soucis ; la prévision du temps, les travaux agricoles suffisent à les absorber, et eux non plus ne mériteraient pas que nous nous arrêtions à eux, si l’un d’eux ne faisait exception : il s’appelle le Messager boiteux. De provenance suisse, imprimé à Bâle ou à Vevey, il appartient à la presse libre, mais demeure d’apparence trop humble pour s’attirer les foudres de qui que ce soit.

  • 2 Cf. Paul TOINET, Les Messagers boiteux, Genève – Paris, Slatkine, 1982.

24Il présente la particularité curieuse de s’intéresser à la politique de son temps et de lui faire une place non négligeable dans le texte, dans les gravures et l’illustration. De 1704 à 1850, il assure une présentation régulière et populaire de l’histoire, dont il est un des éléments de constitution et de formation spontanées. De ce point de vue il présente un très réel intérêt. Trois éditions du Messager boiteux, deux à Bâle, une à Vevey, sortaient simultanément. Il semble qu’elles tiraient chacune à 20 000 exemplaires ; s’il en était bien ainsi, cet almanach présenterait à lui seul un débit égal à celui de la presse indigène.2

***

La liberté de la presse

25Après les occasionnels, après la presse de langue française rédigée à l’étranger, restait un dernier moyen pour rendre sa vitalité à la presse proprement indigène et politique : dénouer les liens qui la reliaient à l’État. Ce fut le rôle des États Généraux qui, réunis à Paris le 5 mai 1789, quatre mois plus tard, en juillet et en août de la même année, devenus Assemblée nationale, votaient l’article XI de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen : "La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme. Tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas prévus par la loi". Nous ne pouvons nous douter de l’enthousiasme qu’accompagna cet octroi de la liberté de la presse : 1780 avait vu environ 90 périodiques paraissant en France ; juillet-août 1789 assistèrent à la naissance de plus de 500.

26Toute la fin du XVIIIe siècle accompagna l’évolution de l’esprit public qui devait aboutir à ce consensus général. Diderot et Voltaire en toutes occasions y mêlèrent leurs voix. L’Encyclopédie, dans ses articles "Libelle" et "Presse", par la plume du Chevalier de Jaucourt, plaida pour cette liberté.

27Deux événements eurent une grosse influence sur l’opinion. Les États-Unis, avant tous les États européens, décrétèrent la liberté de la presse. Le 12 juin 1776, la Déclaration des droits de la Virginie proclame que "la liberté de la presse est l’un des remparts les plus puissants de la liberté". La plupart des Déclarations des droits ou des constitutions des États américains reprennent cette affirmation, et la Déclaration d’indépendance du 4 juillet 1776, en classant la liberté parmi les "droits inaliénables" de l’homme, implique la reconnaissance de la liberté de la presse dans tout le territoire de la Fédération. D’ailleurs le premier amendement (1791) à la Constitution des États-Unis du 17 septembre 1787 interdira au Congrès de faire aucune loi limitant la liberté de la presse.

28Le 5 juillet 1788, le premier ministre de Louis XVI, Loménie de Brienne, décidait de convoquer, sans préciser la date, les États Généraux. Fort embarrassé sur la forme à donner à ces États qui n’avaient point été réunis depuis 1614, par l’article 8 de l’arrêt du Conseil d’État en même date, il faisait appel à l’opinion publique et aux savants et personnes instruites de son royaume pour connaître leur vœu à ce sujet. C’était, sans le dire, abolir la censure : dès lors des journaux apparurent sans autorisation et les cahiers de doléances, surtout urbains, s’emparèrent du problème.

***

L’attrait des États-Unis

29Les Français dans cette époque pré-révolutionnaire sont en effet fort intéressés par ce qui se passe outre-Atlantique : ils croient trouver dans cet État et cette nation naissants les solutions aux problèmes qu’ils se posent. Certes, tout ce qui est dit dans la presse qu’ils lisent ne concerne pas le politique : il faut rappeler avant tout le goût de l’exotisme qui caractérise cette époque, comme en témoigne la popularité du roman de Bernardin de Saint Pierre, Paul et Virginie.

30On en aura le témoignage dans ces almanachs populaires que sont les Messagers Boiteux, où ce sont avant tout les relations entre Indiens et colons qui retiennent l’attention. Ainsi apprend-on (Messager Boiteux de Berne, 1793, "Victoire des sauvages sur les Amériquains") que les "Sauvages" ont défait les troupes "amériquaines" (sic) sous les ordres du général Sintclair le 2 décembre 1791 à Norfolk (Virginie) : "Cette armée, composée de l’élite des forces fédérales, avait […] pénétré fort avant dans leur contrée, afin d’y saccager plusieurs villages et d’y faire un butin considérable : elle s’avançait sans défiance, lorsqu’enfin tous les Indiens rassemblés se présentèrent en ordre de bataille : l’engagement a été furieux et long ; les ennemis ont disputé la victoire avec la rage du désespoir. Après avoir tenté vainement, et à plusieurs reprises, de triompher par l’avantage du nombre, ils ont jeté leurs fusils ; et ne conservant d’armes que leurs baïonnettes et leurs tomawks (sic), ils se sont précipités tous à la fois sur les Amériquains qui, déconcertés par cette nouvelle manière de combattre, par l’impétuosité de l’attaque, par les cris horribles de ces peuples, ont abandonné leurs rangs avec précipitation […]. Cette nouvelle a répandu l’alarme dans toutes les contrées voisines de ces frontières, et même dans les plus éloignées […]. Les frontières se trouvent à la merci des Sauvages, forts de leur nombre, et fiers de leur victoire."

31Les "esclaves nègres" (de l’ensemble du continent américain) sollicitent aussi l’attention de la presse populaire qui décrit la manière "révoltante" et cruelle dont ils sont traités (Messager Boiteux de Bâle, 1791) mais envisage l’avenir avec optimisme : "Grâces à Dieu, les temps semblent s’approcher où nos malheureux frères nègres peuvent se promettre d’être, sinon entièrement affranchis de l’esclavage, du moins de voir leur condition considérablement améliorée […]. Les Nègres rentreront enfin dans leurs droits primitifs, ils deviendront enfin des hommes libres."

32Pour le présent en tout cas, cette presse a une vision pessimiste des États-Unis, s’intéresse peu à la politique et encore moins à leur Constitution.

***

La presse de l’élite

33Ce privilège du politique est réservé à l’élite par le biais de la presse sérieuse, les Gazettes de Hollande par exemple. Ce qui frappe, dès l’abord, à la lecture de la Gazette de Leyde (que nous avons consultée pour l’essentiel), c’est, au contraire de son équivalent populaire, son ton serein et sa vision optimiste des réalités : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes américain. Les Indiens ? Grâce à l’ordonnance du Nord-Ouest adoptée par le Congrès "ces Sauvages, bien loin d’inquiéter nos établissements, seront bien aise de pouvoir y débiter leurs pelleteries, et se pourvoir en revanche des objets du commerce européen" (Leyde n° 1, 1er janvier 1788, correspondance de New York du 10 novembre 1787). La colonisation ? Elle ne cesse de s’étendre et la population de l’Union qui "était un désert au commencement de la Révolution" (Gazette de France, 8 avril 1788, correspondance de New York du 19 février 1788), ne cesse de croître. Les Noirs ? On n’en parle guère, sauf à noter : "Les colons ont tous érigé des ouvrages de fortification sur leurs plantations et armé leurs Nègres pour les défendre [contre les Indiens]" (Leyde, n° 54, 4 juillet 1788, correspondance de Charles Town du 27 avril 1788) ou à indiquer au passage, très pudiquement, sans y accorder d’importance, que "le nombre des Nègres est compris dans ces États, à raison des trois cinquièmes de la population", ce qui veut dire, par exemple, que "le Maryland offre 218 000 âmes et 80 000 Nègres" (Leyde, n° 32, 18 avril 1788, correspondance de New York du 18 février 1788).

34Au total, "nous jouissons dans cet État de la tranquillité la plus parfaite" (Leyde, n° 54, 4 juillet 1788, correspondance de Charles Town du 27 avril 1788) : l’Amérique se sent bien loin d’une Europe considérée avec quelque condescendance (déjà !) car elle "éprouve en plus d’un pays l’excès des maux qui accompagnent quelquefois la société civile, qu’en d’autres la guerre est allumée et que presque tous se voient menacés du même fléau" (Leyde, n° 72, 5 septembre 1788).

***

Un correspondant hagiographe

35Nous ignorons qui était le correspondant de la Gazette aux États-Unis – était-il même Français ou Américain ? Américain sans doute (il dit "nous") et peut-être d’origine française – mais, dans les chroniques nombreuses qu’il envoie en Europe, on se rend compte qu’il est fort bien informé et par conséquent proche des sources du pouvoir. Ainsi n’est-ce pas une présentation dénuée de toute coloration partisane qu’il offre aux Européens : il s’agit de démontrer à ceux-ci que dorénavant les États-Unis sont une grande puissance stable en laquelle on peut avoir pleine confiance – y compris pour lui prêter de l’argent. Dès lors, systématiquement, notre journaliste se fait hagiographe de la nouvelle nation. Le moindre prétexte est bon : des manœuvres de la milice locale dans le Massachusetts en donnent le ton : "très belle apparence" des officiers, "discipline la plus parfaite" des soldats, qualité des manœuvres que la foule applaudit ; il n’est pas jusqu’au banquet qui suit où les toasts ne soient l’occasion de démontrer le loyalisme de la milice qui boit même à la "stabilité de notre union fédérative" (Leyde, n° 2, 6 janvier 1786, correspondance de Salem datée 25 octobre 1785).

36Quand on sait que les Actes de la Confédération satisfont fort peu les Américains, qui se préparent à changer de constitution, on a envie de sourire. Les États-Unis sont alors dans les affres de révoltes – notamment anti-fiscales – qui secouent violemment le pays. Mais celles-ci, que notre correspondant ne passe cependant pas sous silence, sont minimisées : il faut "donner de l’état des choses une idée plus juste que des rapports vagues souvent exagérés" ; au total, "il ne faut cependant pas penser que l’insurrection soit générale. Les attroupements dans l’État de Massachusetts n’ont lieu qu’à la campagne (Leyde, n° 99, 12 décembre 1786, correspondance de New York du 20 octobre 1786).

37La vision qu’il intéresse notre homme de répandre est optimiste : "Le repos dont nous jouissons depuis l’heureuse conclusion de la paix, ne paraît pas devoir être troublé de longtemps. Nous n’avons au dehors aucun ennemi que nous puissions redouter ; et la Confédération en général, ainsi que la constitution législative des divers États, prennent tous les jours de la consistance et de la solidité1 (Leyde, n° 55, 11 juillet 1786, correspondance de New York datée 8 avril 1786). Pas d’ennemis extérieurs, sauf l’Espagne qui fait preuve de quelque convoitise et l’Angleterre qui n’a pas désarmé, une Confédération si "consistante" et "solide" que quelques mois après… elle n’existe plus. Quant à l’ennemi intérieur, il n’en est rien à craindre non plus : "Les craintes, qu’on a eues d’une guerre avec les Indiens se sont évanouies ; et la députation, qu’ils ont envoyée au Congrès, a reçu de la part de cette assemblée les assurances les plus satisfaisantes de l’attention avec laquelle le Gouvernement des États-Unis ferait respecter leurs limites et observer les devoirs d’une amitié réciproque […]. Ainsi nous sommes parfaitement tranquilles à cet égard ; et tous les États, sans crainte de troubles extérieurs, pourront s’appliquer uniquement à perfectionner leur législation intérieure" (Leyde, n° 59, 25 juillet 1786, correspondance de New York datée du 15 mai 1786).

  • 3 Archives des Affaires étrangères, Paris. Correspondance politique, États-Unis, vol. 32. On trouvera (...)

38Notre correspondant est informé – mais hagiographe. Il est pourtant possible d’être informé mais de transmettre l’information telle qu’on l’a recueillie pour véritablement tenir au courant de la réalité des querelles politiques qui agitent et divisent alors les États-Unis. Cette information existe bien mais elle n’est pas accessible au grand public : elle est réservée à ceux qui décident la politique étrangère de la France et on la trouve dans les dépêches qu’adresse le chargé d’affaires français, M. Otto, à ses ministres (M. de Vergennes d’abord, puis M. de Montmorin). Écrites dans une langue admirable par un homme subtil qui sait puiser aux meilleures sources et analyser non seulement la situation mais ce qui la sous-tend et ce qu’elle peut recouvrir, ces dépêches constituent une interprétation fidèle et serrée des événements, d’une modernité qui confond… et fait pâlir d’envie – et d’un pessimisme que beaucoup partagent à l’époque sur la possibilité d’aboutir.3

Tout va pour le mieux…

39Ainsi, tout "baigne dans l’huile" pour celui qui fournit l’information. On se demande simplement pourquoi, dès lors, il faut réformer une si bonne constitution. C’est assez abruptement que le correspondant de la Gazette tente enfin de répondre à cette question : "C’est le défaut d’un pouvoir convenable dans l’Assemblée, qui représente toute la masse de la Confédération […]. Aucune nation ne peut subsister sans un revenu permanent. C’est la pierre angulaire de l’édifice des États-Unis. Il n’est pas de milieu entre ces deux alternatives, ou d’investir le Congrès des pouvoirs nécessaires pour percevoir un revenu analogue aux dépenses de l’Union, et pour régler les objets du commerce, ou d’établir un gouvernement monarchique" (Leyde, n° 1, 2 janvier 1787, correspondance de New York datée du 28 octobre 1786). On notera que l’opinion éclairée entretient l’idée d’une monarchie, sans nécessairement l’adopter.

  • 4 S.M. Très Chrétienne était le roi de France ; le roi d’Espagne était S.M. Très Catholique et le roi (...)

40Au détour d’une correspondance, on apprend cependant que tout dédommagement sera refusé à la famille de Lord Baltimore pour les terres qui lui ont été confisquées et sont nationalisées "au profit du public". Ou encore qu’un incendie a ravagé Wilmington (Caroline du Sud) et "qu’il fut impossible d’en arrêter les progrès, surtout à cause du refus que firent les Nègres de donner aucun secours" (Ibid.). Il y a donc parfois des ratés – mais qui ne comptent pas : les États-Unis se posent déjà en grande puissance : on envoie un consul en Chine pour "établir des liaisons de commerce" (Leyde, n° 65, 15 août 1786, correspondance de New York datée du 20 juin 1786) ; on signe un traité "d’amitié de commerce et de navigation" avec "l’empereur du Maroc" (Leyde, n° 1, 1er janvier 1788, correspondance de New York datée du 10 novembre 1787), on reçoit "M. le Comte du Moustier, ministre plénipotentiaire de S.M. Très Chrétienne4 auprès des États-Unis (Leyde, n° 31, 15 avril 1788, correspondance de New York datée du 20 février 1788).

41On ne manque pas aussi de souligner le développement et la colonisation du territoire (Leyde, n° 1, 1er janvier 1787, art. cit.) : "Le nouvel établissement du Nord-Ouest du fleuve Ohio étant actuellement formé et la vente des terres achevée […] l’on s’attend que la population de ce territoire, situé sous le climat le plus favorable, et dont le sol est extrêmement fertile, prendra des accroissements rapides." Pince-sans-rire sans le vouloir, l’auteur ajoute : "La guerre avec les Indiens y est le seul désagrément qu’on ait à y craindre."

42A ce double développement – constitutionnel et colonisateur – correspond en effet la volonté de démontrer à l’Europe que le nouvel État est viable : à maintes reprises, le correspondant de la Gazette montre que le crédit américain doit susciter toute la confiance – notamment des Européens. Ainsi "il a été pris, par l’extinction d’une partie de la dette publique, des arrangements, qui assureront le crédit des États, d’une façon à bannir toute inquiétude de l’esprit de leurs créanciers" (Leyde, n° 5, 15 janvier 1788, correspondance de New York, 20 novembre 1787).

43Une fois le processus de modification constitutionnelle entamée, notre correspondant s’y rallie fort rapidement et avec enthousiasme. Comme à l’accoutumée, les États-Unis ne peuvent en sortir que renforcés : "Le succès avec lequel la convention présidée par le général Washington a continué ses travaux et vient de les terminer, en offrant à la considération de tous les membres de l’Union un nouveau plan, pour consolider leur système fédératif, forme les plus heureux augures pour la durée de la Confédération américaine" (Leyde, n° 90, 9 novembre 1787, correspondance de New York, datée du 20 septembre 1787).

***

Une constitution unanimement approuvée

44Pendant plusieurs numéros de 1787, la Gazette publie in extenso le nouveau projet de constitution. Sauf à noter – et à en expliquer les causes et conséquences – le compromis intervenant entre petits et grands États quant à leur représentation au sein du Congrès, le correspondant américain interprète fort peu le nouveau texte et n’en clarifie guère les objectifs et la portée pour ses lecteurs européens. Ce qui l’intéresse avant tout, c’est de montrer l’unanimité du soutien à la nouvelle constitution : "L’approbation générale de la nouvelle forme de confédération, projetée par la Convention de Philadelphie, approche à grands pas et l’on peut presque dire qu’elle est certaine. Les conventions particulières, qui devaient s’assembler dans les États respectifs, pour l’examiner, l’agréer, la rejeter ou y proposer des amendements, ont déjà eu lieu ; et le succès du plan a été complet, de façon qu’actuellement les États de ces divers membres de l’Union américaine doivent seulement s’assembler, pour recevoir le rapport de leurs conventions respectives et accepter la nouvelle forme de gouvernement en conférence" (Leyde, n° 9, 29 janvier 1788, correspondance de New York du 6 décembre 1787). Les États (au sens d’États Généraux) ont seulement à s’assembler. Il y faudra des mois, malgré l’optimisme constant de notre correspondant. Celui-ci n’hésite pas, parfois, à prendre ses désirs pour des réalités. Ainsi affirme-t-il que dans 1les États les plus considérables, et dont l’influence est la plus marquée sur le reste des Confédérés" (Leyde, n° 15, 15 janvier 1788, art. cit.), la nouvelle Constitution a été rapidement adoptée. Ce fut, est-il besoin de le rappeler, exactement l’inverse puisque les grands États (Massachusetts, Virginie, Caroline du Nord, New York) mettront à la fois beaucoup de temps à se prononcer et seront très divisés alors que les petits États sont les premiers à se prononcer, souvent à l’unanimité. De même l’auteur déclare que "le Peuple s’est déclaré [favorable] par une très grande majorité, dans quelques [États] presqu’unanimement" (Ibid.). Or l’accès aux urnes fut limité, l’abstention souvent très forte et les divisions générales.

45Enfin, et à plusieurs reprises, le correspondant n’hésite pas à se dire surpris des "idées aussi absurdes que mal fondées, que plusieurs papiers publics répandent […] concernant l’accession de quelques États qui ont adopté le nouveau gouvernement fédératif comme si ces États, en particulier la Virginie, le plus important de l’Union, n’auraient consenti à cette forme qu’uniquement à condition qu’il y serait fait certaines altérations et changements, avant que le nouveau système pût sortir son effet" (Leyde, n° 96, 28 novembre 1788, correspondance non datée d’un "négociant américain"). Le "négociant”, puisque telle est sa profession, revient à la charge dans la livraison suivante de la Gazette (Leyde, n° 97, 2 décembre 1788) : "La ratification donnée par la Convention de Virginie […] est pure et simple, sans être restreinte par aucune condition quelconque, et telle à cet égard que celles des dix autres États". Ainsi, le Bill of Rights n’aurait jamais été une condition de ratification pour bon nombre d’États – information qui serait de première importance… si elle n’était inexacte. C’est avec un soupir de soulagement aisément imaginable que l’auteur annonce avec un certain triomphalisme : "La confédération [notons la persistance du terme] des États-Unis d’Amérique vient de recevoir le seul degré d’accroissement qui lui restait pour parvenir à la dernière perfection, par l’accession de l’État de Rhode Island (le 28 mai 1790)" (Leyde, n° 56, 13 juillet 1790, correspondance de New York datée du 1er juin 1790). L’Union est enfin complète, l’État est installé, le crédit rétabli : l’avenir est devant les États-Unis.

46En dernière analyse, ce qui frappe c’est l’ignorance où le, lecteur européen est tenu des débats passionnants qui se déroulent aux États-Unis : jamais, par exemple, le Fédéraliste n’est cité, alors pourtant qu’il est publié à New York (d’où l’essentiel des correspondances de la Gazette émane) et qu’il éclaire merveilleusement les fondements des discussions qui déchirent les États-Unis. Dès lors, on se demande quelle influence réelle, au-delà des mythes ainsi propagés, les débats constitutionnels américains auront sur la réflexion menée en Europe – et notamment en France – au même moment, sur les mêmes thèmes. Elle fut sans doute limitée, chacun s’inspirant de l’image parfaitement approximative qu’il se faisait de la liberté américaine.

Anhänge

Annexe

Lettre de Monsieur Louis OTTO, chargé d’affaires, à son Ministre, Monsieur de Vergennes.

New-York, 10 octobre 1786.

Monseigneur,

Les commissaires nommés par les différents États pour proposer un plan général de commerce et donner au Congrès les pouvoirs nécessaires pour l’exécuter se sont assemblés à Annapolis dans le courant du mois dernier. Mais cinq États seulement se trouvant présents, ils n’ont pas cru devoir entamer la question principale, et ils se sont bornés à adresser au Congrès et aux différentes législatures un rapport, qui caractérise l’esprit actuel et la politique de ce pays-ci. En traduisant ce rapport, je n’ai pas seulement eu soin de le mettre en français, mais de le rendre intelligible. On s’est efforcé de donner à l’original une obscurité que le peuple pénétrera difficilement, mais dont les citoyens puissants et éclairés ne manqueront pas de tirer parti. Depuis très longtemps, Monseigneur, on sent la nécessité de donner au gouvernement fédéral plus d’énergie et de vigueur, mais on sent également que l’indépendance excessive accordée aux citoyens à l’égard des États, et aux États à l’égard du Congrès, est trop chère aux individus pour qu’on puisse les en dépouiller sans de grandes précautions. Le peuple n’ignore pas que les suites naturelles d’un plus grand pouvoir accordé au gouvernement seraient une perception régulière des taxes, une administration sévère de la justice, des droits extraordinaires sur les importations, des exécutions rigoureuses contre les débiteurs, enfin une prépondérance marquée des hommes riches et des grands propriétaires. Il est donc de l’intérêt du peuple de conserver autant que possible la liberté absolue qu’on lui a accordée dans un temps où l’on ne connaissait d’autre loi que la nécessité et où une armée anglaise posoit, pour ainsi dire, les fondements de la constitution politique. C’est dans ces temps orageux qu’il a fallu convenir que tout pouvoir ne devoit émaner que du peuple, que tout étoit soumis à sa volonté suprême et que les magistrats n’étoient que ses serviteurs.

Quoiqu’il n’y ait point de patriciens en Amérique, il s’y trouve une classe d’hommes connus sous la dénomination de gentlemen, qui, par leurs richesses, par leurs talens, par leur éducation, par leurs familles, ou par les places qu’ils remplissent, aspirent à une prédominance que le peuple refuse de leur accorder ; et quoique plusieurs de ces hommes ayent trahi les intérêts de leur ordre pour acquérir de la popularité, il règne entre eux une liaison d’autant plus intime qu’ils redoutent presque tous les efforts du peuple pour les dépouiller de leurs possessions, et qu’ils sont d’ailleurs créanciers et par conséquent intéressés à fortifier le gouvernement et à veiller à l’exécution des lois. Ces hommes payent ordinairement les taxes les plus fortes, tandis que les petits propriétaires échappent à la vigilance des collecteurs. La plupart d’entre eux étant négociants, il leur importe d’établir solidement le crédit des États-Unis en Europe par le payement exact des dettes, et de faire donner au Congrès des pouvoirs assez étendus pour y faire contribuer le peuple.

On a vraiment essayé, Monseigneur, par des pamphlets et par d’autres publications de répandre des notions de justice et de droiture, et de dépouiller le peuple d’une liberté dont il fait un si mauvais usage. En proposant une nouvelle organisation du gouvernement fédéral, on aurait révolté tous les esprits. Des circonstances ruineuses pour le commerce de l’Amérique sont heureusement survenues pour fournir aux réformateurs un prétexte d’introduire quelques innovations. Ils ont représenté au peuple que le nom américain était devenu un opprobre parmi toutes les nations de l’Europe, que le pavillon des États-Unis était exposé partout à des insultes et à des vexations, que le cultivateur, ne pouvant plus exporter librement ses denrées, seroit bientôt réduit à la dernière misère, qu’ils étoient tenus d’user de représailles et de prouver aux nations étrangères que les États-Unis ne souffriraient point impunément cette violation de la liberté du commerce, mais que des mesures vigoureuses ne pourraient être prises que du consentement unanime des treize États, et que, le Congrès n’ayant pas les pouvoirs nécessaires, il étoit l’essentiel de former une assemblée générale chargée de lui présenter le plan qu’il doit adopter, et de lui indiquer les moyens de l’exécuter. Les peuples, généralement mécontents des difficultés du commerce, et ne soupçonnant guère les motifs de leurs antagonistes, ont embrassé avec ardeur cette mesure, et on nommé des commissaires qui ont dû s’assembler à Annapolis au commencement de Septembre.

Les auteurs de cette proposition, Monseigneur, n’avoient aucune espérance, ni même aucun désir, de voir réussir cette assemblée de commissaires qui ne dévoient que préparer une question beaucoup plus importante que celle du commerce. Les mesures étoient si bien prises qu’à la fin de Septembre, il n’y avait pas plus de cinq États représentés à Annapolis, et les commissaires des États du Nord seront arrêtés plusieurs jours, à New York afin de retarder leur arrivée. Les États assemblés, après avoir attendu près de trois semaines, se sont ajournés sous prétexte qu’ils n’étoient pas assez nombreux pour entrer en matière et, pour justifier cette dissolution, ils ont adressé aux Législatures et au Congrès un rapport dont j’ai l’honneur de vous adresser ci-joint la traduction. Dans cette pièce, les commissaires se servent d’une infinité de circonlocutions et de phrases ambiguës, pour exposer à leurs constituants l’impossibilité de prendre en considération un plan général de commerce, sans toucher en même temps à d’autres objets intimement liés avec la prospérité et l’importance nationales des États-Unis. Sans nommer ces objets, les commissaires s’étendent sur la crise actuelle des affaires publiques, sur les dangers auxquels la Confédération se trouve exposée, sur le discrédit des États-Unis en pays étranger, et sur la nécessité de réunir sous un seul point de vue les intérêts de tous les États. Ils finissent par proposer pour le mois de Mai prochain une nouvelle assemblée de commissaires chargés, non seulement de délibérer sur le plan général de commerce, mais sur d’autres matières qui pourront intéresser l’harmonie et le bien-être des États, et sur les moyens de proportionner le gouvernement fédéral aux besoins de l’union. Malgré l’obscurité de cette pièce, vous vous apercevrez, Monseigneur, que les Commissaires ne veulent prendre en considération les griefs du commerce, infiniment intéressants pour le peuple, sans perfectionner en même temps les constitutions fondamentales du Congrès. On espère que de nouveaux commissaires seront nommés avec des pouvoirs assez étendus pour délibérer sur ces objets importants et pour mettre le Congrès en état non seulement de prendre des résolutions pour la prospérité de l’union, mais de les exécuter.

Je suis, avec un profond respect, Monseigneur, votre très humble et très obéissant serviteur.

OTTO.

Anmerkungen

1 Le roi Louis XIII n’hésitait déjà pas à glisser à la Gazette de petites notes anonymes, mais rédigées par lui, pour expliquer sa conduite.

2 Cf. Paul TOINET, Les Messagers boiteux, Genève – Paris, Slatkine, 1982.

3 Archives des Affaires étrangères, Paris. Correspondance politique, États-Unis, vol. 32. On trouvera en annexe son texte le plus étonnant.

4 S.M. Très Chrétienne était le roi de France ; le roi d’Espagne était S.M. Très Catholique et le roi de Portugal, S.M. Très Fidèle.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search