Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

I. L’Amérique et l’Europe : le transit de la révolution

De la révolution américaine a la révolution française : le Franc-Maçon dans la cité

Marie-Cécile Révauger

Texte intégral

  • 1 ANDERSON’s Constitutions, 1723, publiées par Daniel LIGOU, Paris, Lauzeray International, 1978, art (...)
  • 2 Chiffres avancés dans :
    Hugo TATSCH, Freemasonry in the Colonies, New York, Macoy, 1929, p. 31 ;
    Si (...)

1Les Constitutions d’Anderson, de 1723, texte de base que se sont donnés les premiers francs-maçons britanniques, interdisent aux membres des loges de se quereller sur tout sujet politique ou religieux1. Est-ce à dire que la franc-maçonnerie est restée à l’écart de la Cité et de ses tourmentes ? Nullement, même s’il convient de nuancer notre jugement. Que ce soit en tant que telle ou par l’intermédiaire de ses membres, la franc-maçonnerie n’a jamais gardé une neutralité à toute épreuve dans les grandes mutations politiques. Cependant, si elle est est bien présente dans la Révolution américaine, elle s’éclipse presque totalement durant la Révolution française. Quelques chiffres sont révélateurs : alors que le nombre de loges américaines double pendant la guerre d’indépendance (de 100 à 200, soit environ 3 000 maçons), les 650 loges françaises de l’Ancien Régime (regroupant environ 35 000 membres), disparaissent presque totalement : sous la Terreur, il n’y aura que trois loges à Paris, et ce, jusqu’en 17942.

2Ces chiffres signifient-ils que la franc-maçonnerie française était de nature profondément différente de sa parente américaine ? Il ne semble pas que cela ait été le cas. Les convergences l’emportent globalement sur les divergences, et celles-ci semblent émaner du contexte politique davantage que de l’institution maçonnique elle-même. Dans tous les cas, l’idéologie prend le pas sur le rite. En d’autres termes, la franc-maçonnerie ne saurait se réduire à un rite hors-contexte. Même si le bilan est profondément différent dans l’Amérique et la France révolutionnaires, le rôle initial de la franc-maçonnerie est semblable. La loge assure pour ses membres tout à la fois l’insertion sociale à laquelle ils aspirent et un certain apprentissage de la démocratie. Après avoir tenté de montrer comment elles y parviennent, nous essaierons de déterminer la place de la franc-maçonnerie dans l’histoire des idées et dans celle des révolutions.

  • 3 COIL’s Masonic Encyclopedia, New York, Macoy, 1961, p. 43.
  • 4 Grand Lodge of Massachusetts Proceedings, op. cit., p. 174, 9 août 1769.

3 La composition sociale des loges est-elle fondamentalement différente dans l’Amérique pré-révolutionnaire et dans la France de l’Ancien Régime ? La différence essentielle réside sans doute dans un brassage social plus important en Amérique, pour une raison évidente : la franc-maçonnerie étant un phénomène relativement neuf (datant de 1733 environ, mais ne s’étant véritablement développée que dans la seconde moitié du siècle), les "profanes" désirant se faire initier disposent d’un éventail de loges plus restreint qu’en France ou qu’en Angleterre. A Londres surtout, le choix de la loge est largement déterminé par le milieu social d’origine. C’est également vrai des loges parisiennes, et sans doute beaucoup moins des loges de province. Négociants et militaires y sont très représentés, tant en Amérique qu’en France. Les militaires se regroupent souvent dans des loges spécifiques : l’American Union Lodge est la plus célèbre d’entre elles, et la plus élitiste ; cette loge, en effet, s’interdisait de comprendre plus de quarante-cinq membres et pratiquait un tarif d’adhésion prohibitif3. De manière générale, les loges militaires américaines regroupaient, sinon de nombreux soldats, du moins des officiers de tous grades, du simple capitaine au général. La Grande Loge St John, pour ne citer qu’un exemple, ne tarit pas d’éloges pour son Grand Maître adjoint, le capitaine John Forbes, pourtant fort malchanceux en affaires, et réduit à une situation financière précaire à la fin de sa vie4. A la même époque, le Grand Maître de St John est le colonel Jeremy Gridley, président de la Société Maritime et Procureur Général de Massachusetts Bay.

  • 5 Grand Lodge of Massachusetts Proceedings of Free and Accepted Masonry, 1733-1792 : St John’s Grand (...)

4La fondation de la Massachusetts Grand Lodge, celle de Paul Revere et de Joseph Warren, ne constitue pas le moindre des paradoxes : en effet, c’est à des loges militaires britanniques, que ces futurs patriotes font appel en 1768 pour trouver les effectifs et l’appui nécessaire à leur entreprise. John Hancock, pour être sans doute le plus célèbre des négociants francs-maçons, n’est pas une exception. De nombreux certificats maçonniques permettent aux négociants britanniques et français de se faire accueillir dans les loges étrangères de leur choix, durant leurs périples commerciaux. Les militaires trouvent au cours de leurs déplacements une intégration immédiate à la vie locale grâce à leur appartenance maçonnique. De nombreuses réceptions sont organisées à Boston en leur honneur, comme en témoignent les annales des deux Grandes Loges du Massachusetts5. Les loges favorisent l’intégration géographique des militaires et des négociants, ainsi que l’intégration sociale, soit des petits artisans à la bourgeoisie, soit de la bourgeoisie à l’aristocratie. Le graveur Paul Revere côtoie en loge le médecin et général de l’armée révolutionnaire, Joseph Warren, ce qu’il n’aurait peut-être pas eu l’occasion de faire par ailleurs, même si la société américaine, et plus particulièrement celle des militaires était certainement moins cloisonnée socialement que la société anglaise.

  • 6 Ran HALEVI, op. cit., p. 100 et Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 304.
  • 7 Ronald HEATON et James R. CASE, The Lodge of Fredericksburg. A digest of early records. Republished (...)

5 Du côté français, Ran Halevi qualifie la franc-maçonnerie d"’aristocratie de rechange" et Pierre Chevallier de "république aristocratique16, expressions particulièrement adéquates pour caractériser l’adhésion de tant de bourgeois aux loges maçonniques françaises, bien pourvues en représentants de l’aristocratie. C’est évidemment aussi ce qui explique que la franc-maçonnerie française résistera si mal au choc révolutionnaire, une fois la césure noblesse/tiers-état définitivement prononcée. Dans la société d’Ancien Régime cependant, la bourgeoisie française trouve dans les loges la reconnaissance sociale qu’elle n’a pas encore acquise. Dans l’Amérique pré-révolutionnaire, la franc-maçonnerie joue un rôle semblable, à la fois sur le plan social et géographique : on peut supposer que les colons viennent confirmer en loge une identité encore mal affirmée dans la société coloniale. Ils reçoivent d’ailleurs à plusieurs reprises la visite de négociants anglais, comme en témoignent les archives de la loge virginienne de Fredericksburg, loge qui initia George Washington7.

6Intégration sociale et géographique constituent une fonction essentielle de la loge tant en France qu’en Amérique, avant les Révolutions. Les loges maçonniques ne sauraient donc se réduire à de simples clubs à l’anglaise, parfaitement étanches socialement. Même si le brassage n’est pas parfait, il existe quelque peu, assez pour être révolutionnaire dans le contexte colonial et de l’Ancien Régime. Peu d’autres structures favorisent, à l’époque, la rencontre d’individus de milieux sociaux différents. La loge est, de ce fait, relativement perméable aux idées des Lumières. En conclure, à la façon de l’Abbé Barruel, qu’un véritable complot aboutissant à la Révolution française s’est tramé dans les loges, est bien entendu aussi irréaliste que niais. L’égalité réalisée en loge ne transparaissait d’ailleurs vraisemblablement guère au-dehors, à quelques exceptions près. Pourtant, même si les francs-maçons savent que l’égalité et la fraternité mises en œuvre dans leurs assemblées ont pour limites l’enceinte maçonnique, ils contractent ainsi certaines habitudes. En cela leur apprentissage symbolique est aussi un apprentissage de la démocratie. La prise de parole est réglementée, de façon à permettre à chacun de s’exprimer. La progression hiérarchique est purement symbolique. Si l’on ne discute pas des sujets brûlants de l’actualité pendant les assemblées, qu’importe ; on a l’occasion de le faire avant et après. De nombreuses "tenues" semblent d’ailleurs s’être déroulées sous forme de table-lodges, ou tenues-banquets. C’était par exemple le cas de la loge de Fredericksburg, qui tenait quatre table-lodges par an : des Écossais, des négociants, mais également des officiers et des aristocrates de Virginie, pouvaient, on le suppose, tout en dînant rituellement, se livrer à quelques échanges de vue, parfois en présence du plus célèbre des francs-maçons américains.

  • 8 Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 287.

7L’organisation interne des loges permet aux membres de s’exercer au jeu démocratique. On s’entraîne à prendre la parole, mais également parfois, à rendre la justice. Si un conflit oppose les francs-maçons, celui-ci sera réglé de façon plus ou moins formelle à l’intérieur de l’institution maçonnique. Surtout, certaines loges sont amenées à prendre la défense des leurs, en apportant par exemple la caution nécessaire à leur libération, par suite d’emprisonnement pour dettes, ou bien en réclamant la libération de prisonniers, en participant parfois à leur échange, comme ce fut le cas à Boston pendant la Révolution. En France, un mémoire de justice est rédigé par le magistrat Dupaty, membre de la loge des Neuf Sœurs, pour demander la révision du procès des trois paysans de Chaumont injustement condamnés aux galères en 1785. Les Lettres sur la procédure criminelle (1788) de Dupaty, puis le Traité des Lois pénales du vénérable de cette même loge, Pastoret (1790), inspireront les réformes de l’Assemblée Constituante8.

  • 9 Cette Grande Loge ne rassembla pas que des patriotes, loin s’en faut. Son Grand Maître, à l’époque (...)

8Les loges sont organisées à l’intérieur de la Grande Loge sur un mode fédéral. Elles ont beau devoir des comptes à la Grande Loge, elles sont parfaitement autonomes dans bien des domaines. Les Grandes Loges américaines elles-mêmes ont reçu des patentes des Grandes Loges d’Angleterre et d’Ecosse. Au fur et à mesure qu’elles progressent numériquement, et avant même la Déclaration d’indépendance, elles affirment leur souci d’autonomie, sinon d’indépendance totale, vis-à-vis des Grandes Loges mères, celles de la métropole. Ainsi, la Grande Loge St John de Boston, dite des "Modernes", signifie-t-elle, dès 1751 à la Grande Loge d’Angleterre (elle aussi "moderne"), qu’elle désire abandonner son qualificatif de "provinciale" (Provincial Grand Lodge) afin d’être considérée comme une Grande Loge à part entière9. Cette démarche fait curieusement songer aux efforts d’un William Smith, et de l’Église anglicane d’Amérique dans son ensemble, à partir de 1760, en vue d’obtenir leur propre évêque.

9 La Massachusetts Grand Lodge, issue de la loge St Andrews, dont quelques membres participèrent au Boston Tea Party, ira quant à elle plus loin. Dès 1777, elle rompt les liens avec l’Écosse et se proclame Independent Grand Lodge, étant donné, dit-elle, que le Massachusetts, ainsi que douze autres États, viennent de proclamer leur indépendance :

  • 10 Grand Lodge Proceedings, op. cit., 8 mars 1777, p. 462. Voir également, ibid., pp. 219- 220. la Gra (...)

To all the Fraternity of Antient Free and Accepted Masons around the Globe Greeting.
Be it known & made manifest that by the decease of our late worthy Grand Master the most Worshipfull Joseph Warren Esq., that important office is become vacant, and as his commission was derived from the Grand Lodge of Scotland, & all intercourse, and connection that way being dissolved by a Declaration of this State together with twelve other United States Free and Independent of Great Britain,
We therefore the Grand Lodge, together with the delegates of the other lodges under this jurisdiction, taking into consideration the absolute necessity of having a Grand Master of our own appointment for this State, have thought fit to appoint & do by these presents constitute, appoint, & elect our trusty and well belov’d Brother Joseph Webb Esq to be Grand Master of Antient Masonry through this State of Massachusetts Bay, and we for ourselves & successors in Office, do, by these presents acknowledge our Subjection to him, as Grand Master aforesaid, & all the Lodges under this Jurisdiction are hereby enjoined to acknowledge & conduct themselves accordingly, agreeably to the Antient Rules & customs of Masonry.10

  • 11 Ibid., pp. 433-434 (lettre de William Smith, Grand Secretary de Philadelphie, à Joseph Webb, Grand (...)

10Les institutions maçonniques affirment donc très tôt leur souci d’indépendance vis-à-vis de la métropole, et même d’autonomie les unes par rapport aux autres. On constate une extrême méfiance dès lors qu’une Grande Loge tente d’imposer un Grand Maître à tous les États, fût-il aussi prestigieux que George Washington : la tentative de la Grande Loge de Pennsylvanie, en août 1780, demeure sans effet11. Cette méfiance des Grandes Loges pourrait préfigurer le grand débat entre fédéralistes et anti-fédéralistes.

11D’autre part, la lecture des annales des deux Grandes Loges de Boston, révèle le souci permanent de représentativité. Il est demandé expressément à chaque loge de se doter d’un délégué, qui doit se fixer pour devoir d’assister régulièrement aux assemblées de Grande Loge. A plusieurs reprises les secrétaires des obédiences envoient des directives pour rappeler à l’ordre les loges qui oublient de se faire représenter. Cet absentéisme est aussi sévèrement réprimandé que le retard des loges à payer leur dû au Grand Trésorier. On comprend cependant l’importance que revêt aux yeux des francs-maçons la participation de tous les délégués aux assemblées de Grande Loge : leur présence régulière est seule garante du fonctionnement démocratique de l’organisation maçonnique. Un quorum doit de plus être réuni lors de ces assemblées. Ce souci de représentation, à l’intérieur de chaque État, n’est-il pas déjà une préoccupation révolutionnaire ? On songe non seulement aux diverses instances politiques de la guerre d’indépendance mais également au concept de représentation nationale dans la France révolutionnaire.

  • 12 William R. DENSLOW, 10 000 Famous Freemasons, Richmond Virginia, Macoy, 1961, IV, 26-27.

12La rotation des "offices" au sein des Grandes Loges correspond à la même volonté de démocratisation. Il est rare qu’un "grand officier" occupe la même fonction plusieurs années de suite. Citons simplement la carrière maçonnique, si l’on peut se permettre une telle expression, de Paul Revere : vénérable de la loge St Andrews, et d’autres loges de Boston, il devint Senior Grand Deacon de la Massachusetts Provincial Grand Lodge en 1769, lors de sa création, puis Senior Grand Warden en 1772, Grand Treasurer en 1774, avant d’être élu Grand Maître en 179412. Le principe même d’élections, à tous les niveaux de l’institution, était relativement nouveau au XVIIIe siècle.

13Les francs-maçons se dotent d’organisations très bien structurées, de règlements précis et d’une discipline stricte quant à l’assiduité des membres, à la "bonne tenue des travaux et à la perception des cotisations. Ils acquièrent sans nul doute une pratique de l’organisation, et des habitudes de discrétion, puisqu’en principe, les loges sont secrètes. Nul doute que des hommes comme Paul Revere, ou d’autres acteurs des Comités de Correspondance, aient acquis dans les loges un savoir-faire non négligeable sur le plan de l’organisation. La célèbre chevauchée de Paul Revere, devenue légendaire, met en scène de nombreux francs-maçons, tous habitués à une certaine discrétion. Le serment révolutionnaire, qui prendra toute sa signification dans le contexte français, a peut-être une source maçonnique. Le serment est bien à la base de toute initiation. Il alimente, du reste, l’antimaçonnisme du XVIIIe siècle.

  • 13 Maurice AGULHON, Pénitents et francs-maçons de l’Ancienne Provence, Paris, Fayard (1968), 1984. Voi (...)
  • 14 Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 310.
  • 15 Bernard VINCENT, Thomas Paine ou la religion de la liberté, Paris, Aubier, 1987, p. 52.
  • 16 Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 31.

14L’intégration du franc-maçon dans la Cité, son apprentissage de la démocratie, le prédisposent à ce que Maurice Agulhon nomme la "sociabilité", la recherche de contacts avec ses semblables à travers la vie associative, au sens large du terme13. De nombreux clubs gravitent autour des loges, animées en grande partie, mais pas exclusivement, par les francs-maçons. Ceci est essentiellement vrai des loges de l’Ancien Régime. C’est sans doute dans ces clubs, plutôt que dans les loges à proprement parler, que se tissent les liens entre Français et Américains : ainsi, à Paris, existe vers 1785 un club des Américains ou club de Boston14. Il y aurait même eu une "loge des Américains"15. Peut-être faut-il voir un lien entre cette loge et le club de ce nom, un peu à la façon de celui qui unissait la loge parisienne la plus prestigieuse de l’époque, la Loge des Neuf Sœurs, et la société créée par elle, ou Société Apollonienne, ou encore la Loge des Amis réunis et son Collège des Philalèthes (1785)16.

15Il semblerait que les francs-maçons aient trouvé dans ces sociétés plus larges l’extériorisation qu’ils souhaitaient, le terrain d’intervention que ne pouvait leur offrir la loge en tant que telle.

  • 17 Mémoire pour la loge des Neuf Sœurs. La Dixmérie, s.l.n.d. (Paris, vers 1780) Archives de la B.N., (...)

16La Loge des Neuf Sœurs, fondée par l’astronome Lalande et l’Abbé Cordier, se fixa pour objectif de rassembler des personnalités du monde des lettres, des sciences et des arts. En 1778, elle initie Voltaire, quelques mois avant sa mort. Franklin est vénérable de 1779 à 1781. La loge est bien cette "espèce de colonie des Arts, où l’homme qui les cultive est admis, de quelque nation qu’il puisse être ; où l’on voit accourir de tous les pays de l’Europe des hommes que leurs talents, leurs lumières, leurs productions, rendent chers à leur propre patrie", pour citer La Dixmérie17.

  • 18 Archives de la loge des Neuf Sœurs à la B.N., op. cit., Éloge historique du F. Moreau de Saint-Méry (...)

17Lorsque le traité de Paris est signé, la loge compte 108 membres, dont Court de Gèbelin, Lacépède, Florian, le commodore John Paul Jones, et peut-être Condorcet. La loge célèbre la paix comme il se doit, en compagnie de son ancien vénérable, Benjamin Franklin. Les dames sont admises, les inscriptions prises chez le Marquis de la Salle, mais "aucun domestique ne sera introduit”18. Les membres de l’aristocratie viennent nombreux fêter l’indépendance de l’Amérique. Ce cosmopolitisme bon teint n’a bien entendu rien à voir avec celui des Illuminés de Bavière, qui, à la même époque, rêvent d’abolir frontières politiques et royaumes. Anglais, Français et Américains, contrairement à ces francs-maçons allemands, se veulent simplement "citoyens du monde" : les loges leur permettent notamment de s’intégrer dans les pays d’accueil.

  • 19 Ibid., Fr. Juge, travail sur l’initiation de Voltaire en 1778 (annuaire de 1838).

18Perméable aux idées des révolutionnaires américains, la loge des Neuf Sœurs le fut beaucoup moins à celles de la Révolution française. Avant de fêter l’indépendance américaine, elle avait célébré l’accouchement de la reine Marie-Antoinette. Pendant la Révolution elle interrompra ses activités. Selon un chroniqueur, membre de cette loge, elle n’osa initier Diderot et d’Alembert de peur d’indisposer le Clergé et la Cour. Que cela soit vrai ou non, l’anecdote est révélatrice de l’état d’esprit des membres19.

  • 20 La Réunion des Étrangers. Archives de la loge (B. N. FM2 97), 1783, 1810.
  • 21 Daniel LIGOU, op. cit., p. 1117.
  • 22 Bernard VINCENT, op. cit.
  • 23 Traduction citée par J. C. BESUCHET, Précis historique de l’ordre de la franc-maçonnerie…, Paris, R (...)
  • 24 Nicolas de BONNEVILLE, Les Jésuites chassés de la franc-maçonnerie et leur poignard brisé par les f (...)

19L’ami de Thomas Paine, Nicolas de Bonneville, n’en fut pas membre, en dépit de ses talents d’écrivain. Il appartint probablement à la Réunion des Etrangers, dont les archives se trouvent à la Bibliothèque Nationale. Cette loge regroupait surtout des officiers allemands, des négociants anglais, des capitaines de frégate, le chambellan du roi du Danemark, De Watterstorff, mais apparemment pas d’Américains20. Il figure sur le tableau de loge de 1795-1796 du Centre des Amis, en compagnie de Salvalette de Langes. Ce dernier fut aide de camp de Lafayette, ami du conventionnel Barère et membre de la fameuse Société Olympique, société musicale qui regroupait en 1786 plus de quatre cents membres, tous francs-maçons21. Des sociétés culturelles et cosmopolites s’ouvraient ainsi aux "profanes". Thomas Paine, quant à lui, ne fut vraisemblablement pas franc-maçon, mais bien près de l’être, comme l’a montré Bernard Vincent22. Notons simplement qu’il fut l’auteur d’un traité sur la franc-maçonnerie, justement traduit par Bonneville23. Ce dernier, journaliste à la Bouche de Fer, s’illustra par un virulent traité contre les Jésuites, leur reprochant d’avoir infiltré et totalement corrompu l’ordre maçonnique24. Cet anti-cléricalisme n’est pas commun chez les francs-maçons de l’époque, qui s’en effraient un peu.

20Les liens qui unissent Bonneville et Paine semblent tout à fait exceptionnels dans l’histoire de la franc-maçonnerie. De fait, si les francs-maçons français furent largement ouverts aux idées américaines, c’est plutôt dans la mesure où celles-ci ne prêtaient pas à conséquence en France. Lafayette, Franklin, furent acclamés dans les milieux maçonniques parisiens. Ceci ne signifie pas pour autant que leurs admirateurs aient par la suite soutenu la Révolution française. L’attitude de Lafayette est, somme toute, assez représentative. S’il accueille et soutient activement la Révolution américaine, il ne s’enthousiasme pour la Révolution française qu’à ses débuts et adopte une politique de conciliation avec le roi.

  • 25 Bernard VINCENT, op. cit., p. 285. Voir également, Jean LESSAY, L’américain de la Convention. Thoma (...)

21L’on sait que le cosmopolitisme ne fut plus de mise sous la Terreur, comme en atteste la violente diatribe du franc-maçon Amar contre l’’’Anglais Thomas Paine"25.

22La fraternité maçonnique avait cependant favorisé les rencontres de personnages de premier plan, tels que Franklin, Lafayette, John Paul Jones et Thomas Paine, même si ce dernier n’appartint pas formellement à l’ordre, avec des Français tels que Nicolas de Bonneville et tous les membres de la loge des Neuf Sœurs.

23La loge, facteur d’intégration sociale, encourage donc également les échanges internationaux. Cette fonction transparaît par exemple dans ce discours de réception dans l’ordre, adressé par des francs-maçons anglais à un français, dans les années 1770 :

  • 26 "Address to a French Gentleman", in R. TREWMAN, The Principles of Freemasonry delineated, Exeter, 1 (...)

You, Brother, the native and subject of another, a great and enlightened kingdom, you, by entering into our Order, have connected yourself by sacred and affectionate ties with thousands of masons in this and other nations. Ever reflect, that the order you have entered into, bids you always look upon the world as one great Republic, of which every nation is a family, and every particular person a child. When, therefore, you are returned to and settled in your own country, take care that the progress of friendship be not confined to the narrow circle of national connections, or particular religions, but let it be universal, and extend to every branch of the human race26.

24Même si le mot "république" n’a évidemment pas la force sémantique qu’il connaîtra plus tard, il familiarise déjà l’oreille du franc-maçon. Le cosmopolitisme maçonnique, essentiellement pragmatique, puisque forgé en loge, par les circonstances quotidiennes, est également perçu comme un principe fondamental de l’ordre. La structure même des loges a favorisé l’éclosion de ce concept. On peut donc se demander si, par le même processus, la franc-maçonnerie n’a pas participé à l’histoire des idées de son époque dans d’autres domaines.

  • 27 Grand Lodge Proceedings, op. cit.
  • 28 Voir Marie-Cécile RÉVAUGER, op. cit., pp. 883-897.

25Deux autres exemples nous semblent significatifs à cet égard, celui de la tolérance religieuse et celui de l’éducation. Ici, comme là, le concept est issu de la pratique des loges : c’est parce que des hommes de croyances et de niveaux culturels différents se sont soudain côtoyés en un même lieu que la tolérance religieuse et l’éducation ont revêtu une telle importance. Les fondateurs de la franc-maçonnerie anglaise comptaient des ecclésiastiques soucieux d’oublier en loge les querelles religieuses, tels que le Révérend Anderson ou le Révérend Désaguliers, dont la famille, victime de la Révocation de l’Édit de Nantes, s’était réfugiée à Londres. Cette tradition se maintient tout au long du siècle. Le déisme des Lumières gagne peu à peu les loges, sans que l’athéisme soit en aucune façon à l’ordre du jour. Lalande n’osera pas faire profession de ses idées en loge avant 1789. L’athéisme n’est pas bien porté, pas même dans la loge des Neuf Sœurs, dont l’idée revenait à l’origine à Helvetius. A l’aube de la Révolution française, bien que tolérants, les francs-maçons respectent la hiérarchie catholique, tout comme les Américains ont le souci de faire bénir leurs assemblées par les ecclésiastiques locaux. Paul Revere est ainsi à multiples reprises chargé d’organiser les cérémonies religieuses avec les ministres du culte de Boston. Chaque cérémonie officielle, de l’installation du Grand Maître aux fêtes rituelles de la St Jean, se terminent dans l’église locale, souvent Christ Church 27. En Angleterre, il existe même un Grand Chaplain, ecclésiastique membre de la Grande Loge, au rôle très prestigieux. La franc-maçonnerie, en professant la tolérance religieuse, s’inscrit dans la mouvance des Lumières, sans être anti-cléricale en quoi que ce soit : le principe de la séparation de l’Église et de l’État ne sera admis que beaucoup plus tard ; en aucun cas, on ne peut considérer qu’il prit son essor dans les loges. Dans certains endroits, le concept de tolérance ne s’étendra pas aux Juifs : c’est le cas de la loge l’Anglaise de Bordeaux. Les francs-maçons anglais, américains et français du XVIIIe siècle prônent la religion universelle et la charité, faisant ainsi preuve d’éclectisme religieux, du moins jusqu’en 1813. A cette date, la Grande Loge d’Angleterre, partie intégrante de l’Establishment, tiendra des propos revenant à demander à ses membres l’allégeance à l’Église d’Angleterre28. La notion de benevolence, qui a la faveur des loges, ne dénote pas une bien grande originalité, les latitudinaristes l’exaltant au même moment.

26Cependant les francs-maçons sont sensibles aux valeurs éducatives. La loge est elle-même cette école où vient se parfaire l’individu. Les membres de la loge des Neuf Sœurs seront à l’initiative d’un Lycée, qui fonctionnera même un certain temps pendant la Révolution, issu du Musée de Paris et de la Société Apollonienne présidée par Court de Gébelin. Les Anglais quant à eux fonderont des écoles maçonniques placées sous l’égide royale (la Royal Cumberland School est la plus célèbre). Dans l’Amérique révolutionnaire, ce sont des individus plus que des loges qui vantent les mérites de l’éducation. On songe bien entendu à Franklin. Prince Hall, initié en 1779 à Boston, fondateur de la franc-maçonnerie noire en 1787, prendra lui aussi activement position en faveur de l’éducation des enfants noirs. Pendant la Révolution, Prince Hall avait proposé son aide à Washington, en invitant les Noirs libres à s’engager dans l’Armée Continentale. Cinq mille avaient répondu à l’appel. Joseph Warren, Grand Maître de la Massachusetts Grand Lodge de Boston, lui avait promis une patente, lui donnant droit d’ouvrir une loge. La mort du général révolutionnaire à Bunker Hill empêcha la réalisation de ce projet. Paradoxalement, ce fut la Grande Loge d’Angleterre qui accepta de lui délivrer cette patente, en 1787 seulement, faisant ainsi preuve d’une ouverture d’esprit qui lui était bien étrangère sur son propre sol. Elle ne prit jamais position contre l’esclavage par exemple. Quant aux Grandes Loges américaines, elles ne reconnaissent pas, de nos jours encore, la franc-maçonnerie noire.

27Même si sa contribution reste modeste, la franc-maçonnerie participe donc à l’histoire des idées de son époque, et ce, davantage par pragmatisme que par conviction théorique préalable, nous semble-t-il. C’est l’expérience acquise en loge qui donne progressivement naissance aux principes ; même si ceux-ci existaient parfois à l’état embryonnaire, c’est l’expérience qui fait du cosmopolitisme, de la tolérance et de l’éducation des vertus maçonniques.

28Est-ce à dire que la franc-maçonnerie s’implique, de façon semblable, dans l’action politique, et plus particulièrement dans les Révolutions ? Ce n’est pas notre avis. Avant loge peut-être, mais jamais théâtre des événements, la franc-maçonnerie n’est pas une composante révolutionnaire en tant que telle, et ce pour la bonne raison que ses membres se répartissent dans les deux camps, patriotes et loyalistes dans l’Amérique révolutionnaire, révolutionnaires et contre-révolutionnaires en France.

  • 29 Ibid., pp. 529 et suivantes. Les autres Grands Maîtres loyalistes furent John Rowe (Boston) et Will (...)

29Sur les sept Grandes Loges américaines au début de la Révolution, quatre avaient des Grands Maîtres loyalistes, ce qui ne signifie pas forcément que tous leurs membres l’étaient. Sir John Johnston, Grand Maître de New York, devait s’enfuir au Canada pour diriger les troupes du roi dans le secteur ouest de New York ; Edgerton Leigh, de Caroline du Sud, se réfugia en Angleterre29. Joseph Montfort, Grand Maître de Caroline du Nord, fut colonel de l’armée révolutionnaire et membre du Provincial Congress. Son successeur, Joseph Webb, colonel du régiment de Boston, participera activement aux Comités de Correspondance, comme Paul Revere, franc-maçon et Grand Maître de cette même Grande Loge, plus tard, de 1794 à 1797.

30 Si l’on examine la situation à Boston, là aussi les francs-maçons sont divisés. De nombreux loyalistes appartiennent à la Grande Loge St John, dite des "Modernes", c’est-à-dire rattachée à la Grande Loge d’Angleterre, celle à laquelle appartiennent et appartiendront tous les princes royaux. La Grande Loge dite des "Anciens", la Massachusetts Grand Lodge, dépend de la Grande Loge d’Écosse. Le choix des Grandes Loges mères n’est pas tout à fait indifférent. C’est à propos du Boston Tea Party que/a loge St Andrews, affiliée à la Massachusetts Grand Lodge et donc à l’Écosse, est souvent évoquée. Elle n’organisa certes par le Boston Tea Party à elle toute seule ou même en tant que loge. Cependant, son assemblée fut annulée le jour de l’émeute, et surtout, certains des organisateurs les plus célèbres étaient membres de cette loge : Paul Revere, Joseph Warren et John Hancock. Ces deux derniers, dont la présence au Boston Tea Party n’a pu être prouvée, l’avaient cependant préparé. Enfin, la loge St Andrews prêtait son local, la Green Dragon Tavern, aux Sons of Liberty et au North End Caucus, assemblées révolutionnaires bien connues. La loge St Andrews contribua donc, indirectement certes, mais de façon non négligeable, aux événements de Boston, par l’intermédiaire de ses membres et en favorisant la vie associative locale, ne serait-ce que sur le plan matériel. Il est probable qu’à la Green Dragon Tavern, les francs-maçons avaient l’occasion de nouer des liens avec les Bostoniens les plus actifs.

31Il est naturellement impossible de chiffrer la proportion de loyalistes et de patriotes à l’intérieur de la franc-maçonnerie. L’on sait cependant que de nombreux loyalistes partirent au Canada fonder ou rejoindre d’autres loges. L’on sait surtout que la franc-maçonnerie américaine prospéra pendant la Révolution, puisque ses effectifs doublèrent, et que la Massachusetts Grand Lodge de Boston n’interrompit ses activités que contrainte et forcée, après la fermeture du port de Boston, et ce quelques mois seulement. Les pertes subies par la franc-maçonnerie américaine en raison de la fuite des loyalistes furent donc largement compensées par la venue de nouveaux patriotes tout au long de la guerre.

  • 30 Pierre LAMARQUE, Les Francs-maçons aux États-Généraux de 1789 et à l’Assemblée Nationale, Paris, ED (...)

32La situation fut totalement différente en France. Très nombreuses avant la Révolution, les 650 loges disparurent quasiment et ce fut une franc-maçonnerie entièrement neuve qui renaquit après 1794 et surtout sous Napoléon. D’après Lamarque, sur les deux cents députés francs-maçons titulaires de l’Assemblée Constituante, le plus grand nombre faisait partie du tiers-état (entre 103 et 117), mais la noblesse était également fort bien représentée (de 79 à 81), contrairement au clergé (17 ou 18 députés seulement). Si le nombre de députés du Tiers-État constitue le plus gros du contingent franc-maçon (plus de 50 %), c’est dans la députation de la noblesse que la proportion est la plus élevée par rapport à une classe donnée, puisque 81 de ses membres sur 285 (soit 28 %) étaient francs-maçons. Il est clair que le groupe de députés francs-maçons aux États-Généraux n’était pas homogène et ne pouvait donc en aucune façon influer sur les décisions en tant que tel. Sur 1165 députés au total, les 200 francs-maçons se répartirent de la manière suivante : une centaine approuvèrent les mesures révolutionnaires, une cinquantaine eurent une attitude effacée, et une quarantaine soutinrent l’Ancien Régime. Les francs-maçons furent moins présents à l’Assemblée Législative (20) et à la Convention (21)30.

  • 31 Pierre CHEVALLIER, op. cit., I, pp. 333-334.
  • 32 François COLLAVERI, La Franc-maçonnerie des Bonaparte, Paris, Payot, 1982, p. 19.

33Si 22 loges (sur 600 environ) appuient l’initiative en date du 9 novembre 1789 de faire un don patriotique à l’Assemblée Nationale31, une circulaire de 1792 recommande la mise en place d’un comité officieux pour sauvegarder les biens de la nation et surtout les intérêts particuliers de certains "frères" !32.

  • 33 Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 314.

34Quelle fut l’attitude des francs-maçons américains et britanniques face à leurs homologues français ? Les Américains restèrent dans l’ensemble très discrets, Washington n’ayant, on le sait, guère partagé l’enthousiasme de Lafayette, même au début de la Révolution. On ne connaît aucune déclaration officielle de Grande Loge américaine, pas même celle de Paul Revere, pourtant Grand Maître à cette époque, soutenant l’action des Français. Pourquoi y en aurait-il eu d’ailleurs puisque les francs-maçons français eux-mêmes, à quelques exceptions près, tels que ceux de la loge La Parfaite Union de Rennes33, seront fort réservés ?

35Seuls les francs-maçons britanniques se permettent de prendre position. La Grande Loge d’Angleterre des "Modernes" condamne ouvertement les événements révolutionnaires français, suivant en cela l’exemple d’un des siens, Edmund Burke. La Grande Loge d’Ecosse se contentera de féliciter le roi à chaque victoire militaire remportée sur les Français.

36La déclaration du Journal des Hommes Libres en date du 11 juillet 1799 pourrait presque être une boutade :

  • 34 Cité par Pierre CHEVALLIER, ibid., p. 376.

Pitt vient de faire supprimer les sociétés politiques et maintenir les Francs-maçons. Raison de plus pour nous de supprimer les Francs-Maçons et de rétablir les sociétés politiques34.

  • 35 Ibid., pp. 376-377.

37Cette vision du Combination Act par les Anglais est amusante, mais non dépourvue de réalisme. Grâce à l’intervention du duc de Moira auprès du Prince de Galles, alors Grand Maître, les loges maçonniques avaient été exclues des rigueurs du Combination Act. Quant aux Français, ils soupçonnaient au même moment les loges maçonniques d’être des repaires de royalistes, à l’anglaise35.

38Même si la franc-maçonnerie américaine ne s’impliqua pas en tant que telle dans la Révolution d’Amérique, elle joua un rôle certain, ne serait-ce que par sa présence. Ses loges continuèrent à fonctionner, à servir de cadre d’expression à ses membres. S’il est clair que le général Washington eut mieux à faire que de fréquenter les loges en pleine guerre, d’autres francs-maçons continuèrent à les fréquenter, et surtout trouvèrent grâce à elles une structure d’accueil au cours de leurs déplacements. Loges civiles et loges militaires furent actives pendant la Révolution, contrairement à ce qui devait se passer en France.

39Les loges ne survécurent pas à la Révolution française. Il est permis de s’interroger sur cette différence fondamentale entre la franc-maçonnerie américaine et la franc-maçonnerie française. S’agit-il d’une différence de nature entre ces deux institutions ? Tout tend à prouver le contraire. Tant la composition sociale des loges que leur pratique rituelle les rapproche. En revanche, le contexte historique les sépare profondément. Le conflit qui oppose les colons aux Britanniques n’est pas, on le sait, de nature sociale ; il n’y a donc aucune raison pour que les loges américaines disparaissent pendant la Révolution. Le clivage entre loyalistes et patriotes se règle de façon naturelle : les loyalistes quittent peu à peu les loges de même qu’ils quittent l’Amérique révolutionnaire.

40La situation est profondément différente en France où dès lors que la rupture entre bourgeoisie et aristocratie est prononcée, les loges éclatent. Rappelons que l’aristocratie figurait en très bonne place dans les loges et qu’elle n’était pas forcément plus éclairée qu’ailleurs ! Les loges disparaissent parce qu’elles n’ont plus de raison d’être. Si Citoyen-Égalité agit évidemment par intérêt personnel en renonçant à la Grande Maîtrise, la raison qu’il invoque n’est pas dépourvue de fondement : la franc-maçonnerie ne se justifiait plus véritablement dans le contexte révolutionnaire. Ses membres les plus patriotes préféraient animer les différents clubs et sociétés fraternelles de l’époque. Il n’était plus envisageable qu’aristocrates et bourgeois fraternisent en un même lieu. La franc-maçonnerie ne peut subsister en autarcie par la seule force de ses rites.

41L’idéologie est, à long terme, le seul facteur déterminant. Si l’institution maçonnique parvient à se reconnaître dans l’idéologie dominante, comme ce fut le cas pendant la Révolution d’Amérique, en Grande-Bretagne et également en France sous l’Empire, elle prospère. Dans l’hypothèse contraire, elle disparaît de mort naturelle, davantage que sous le coup de la répression. Il n’y a eu besoin d’aucune répression anti-maçonnique pendant la Terreur : la franc-maçonnerie n’était déjà plus.

  • 36 Albert MATHIEZ, La Révolution française, 3 vol., Paris, 1922-1927.

42Deux excès devraient être évités au sujet du rôle de la franc-maçonnerie dans la Révolution française : celui commis par l’Abbé Barruel, voyant dans les loges de véritables organisations révolutionnaires fomentant un complot contre l’Église, le roi et la nation, et celui commis par Albert Mathiez, encore que bien moindre, consistant à ne voir dans les loges de l’Ancien Régime que des clubs sans importance36. Parce qu’elles offrirent la possibilité d’un relatif brassage social, parce qu’elles furent un lieu de tolérance religieuse, les loges contribuèrent à la progression des idées des Lumières. Mais leur rôle se limita à cela et prit fin dans la phase la plus active de la Révolution française.

43Si la franc-maçonnerie française put, par l’intermédiaire de loges telles que celle des Neuf Sœurs, contribuer à la création d’un sentiment pro-américain, la franc-maçonnerie des tout nouveaux États-Unis ne rendit pas la pareille aux francs-maçons français ; mais comment le lui reprocher puisque les loges françaises elles-mêmes tombaient au même moment en désuétude ?

44Ce n’est jamais la loge qui détermine l’engagement du franc-maçon dans la Cité. Le rite peut favoriser cet engagement, mais seule l’idéologie est à même de le susciter. D’où l’importance de la franc-maçonnerie dans le contexte américain, d’où son effacement pendant la Révolution française.

Notes

1 ANDERSON’s Constitutions, 1723, publiées par Daniel LIGOU, Paris, Lauzeray International, 1978, art. 6, alinéa 2, p. 186.

2 Chiffres avancés dans :
Hugo TATSCH, Freemasonry in the Colonies, New York, Macoy, 1929, p. 31 ;
Sidney MORSE, Freemasonry in the American Révolution, Washington DC, M. S.A., 1924 ;
Ran HALEVI, Les Loges maçonniques de la France d‘Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 1984, p. 16 ;
Pierre CHEVALLIER, Histoire de la franc-maçonnerie française, Paris, Fayard, 1974, I, 360-361.

3 COIL’s Masonic Encyclopedia, New York, Macoy, 1961, p. 43.

4 Grand Lodge of Massachusetts Proceedings, op. cit., p. 174, 9 août 1769.

5 Grand Lodge of Massachusetts Proceedings of Free and Accepted Masonry, 1733-1792 : St John’s Grand Lodge, 1733-1792 ; Massachusetts Grand Lodge, 1769-1792 ; Boston : published by the Grand Lodge, 1895, 521 pp.

6 Ran HALEVI, op. cit., p. 100 et Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 304.

7 Ronald HEATON et James R. CASE, The Lodge of Fredericksburg. A digest of early records. Republished by Washington DC, M. S.A., 1981, 95 pp.

8 Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 287.

9 Cette Grande Loge ne rassembla pas que des patriotes, loin s’en faut. Son Grand Maître, à l’époque du Boston Tea Party, John Rowe, fut un loyaliste notoire. Voir Marie-Cécile RÉVAUGER, "La franc-maçonnerie en Grande-Bretagne et dans l’Amérique révolutionnaire, 1717-18131. Thèse de Doctorat d’État présentée à Bordeaux le 26 juin 1987, pp. 553-591.

10 Grand Lodge Proceedings, op. cit., 8 mars 1777, p. 462. Voir également, ibid., pp. 219- 220. la Grande Loge St John quant à elle, ne se proclamera pas indépendante, et interrompra ses activités après la fermeture du port de Boston, pour les reprendre de façon très sporadique vers 1787.

11 Ibid., pp. 433-434 (lettre de William Smith, Grand Secretary de Philadelphie, à Joseph Webb, Grand Master de la Massachusetts Grand Lodge, et réponse de ce dernier ; 19 avril et 4 sept. 1780).

12 William R. DENSLOW, 10 000 Famous Freemasons, Richmond Virginia, Macoy, 1961, IV, 26-27.

13 Maurice AGULHON, Pénitents et francs-maçons de l’Ancienne Provence, Paris, Fayard (1968), 1984. Voir la préface de 1984.

14 Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 310.

15 Bernard VINCENT, Thomas Paine ou la religion de la liberté, Paris, Aubier, 1987, p. 52.

16 Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 31.

17 Mémoire pour la loge des Neuf Sœurs. La Dixmérie, s.l.n.d. (Paris, vers 1780) Archives de la B.N., Baylot (FM2 48). A propos de la loge des Neuf Sœurs, voir également Daniel LIGOU, Dictionnaire de la franc-maçonnerie, Paris, PUF, 1987, pp. 837-839.

18 Archives de la loge des Neuf Sœurs à la B.N., op. cit., Éloge historique du F. Moreau de Saint-Méry, père, p. 18 et une invitation à la fête académique de 1783.

19 Ibid., Fr. Juge, travail sur l’initiation de Voltaire en 1778 (annuaire de 1838).

20 La Réunion des Étrangers. Archives de la loge (B. N. FM2 97), 1783, 1810.

21 Daniel LIGOU, op. cit., p. 1117.

22 Bernard VINCENT, op. cit.

23 Traduction citée par J. C. BESUCHET, Précis historique de l’ordre de la franc-maçonnerie…, Paris, Rapilly, 1829. II, 38.

24 Nicolas de BONNEVILLE, Les Jésuites chassés de la franc-maçonnerie et leur poignard brisé par les francs-maçons, Paris, 1788.

25 Bernard VINCENT, op. cit., p. 285. Voir également, Jean LESSAY, L’américain de la Convention. Thomas Paine professeur de révolutions. Paris, Perrin, 1987, 261 p.

26 "Address to a French Gentleman", in R. TREWMAN, The Principles of Freemasonry delineated, Exeter, 1777, p. 24.

27 Grand Lodge Proceedings, op. cit.

28 Voir Marie-Cécile RÉVAUGER, op. cit., pp. 883-897.

29 Ibid., pp. 529 et suivantes. Les autres Grands Maîtres loyalistes furent John Rowe (Boston) et William Allen (Penn.).

30 Pierre LAMARQUE, Les Francs-maçons aux États-Généraux de 1789 et à l’Assemblée Nationale, Paris, EDIMAF, 1981, p. 7.

31 Pierre CHEVALLIER, op. cit., I, pp. 333-334.

32 François COLLAVERI, La Franc-maçonnerie des Bonaparte, Paris, Payot, 1982, p. 19.

33 Pierre CHEVALLIER, op. cit., p. 314.

34 Cité par Pierre CHEVALLIER, ibid., p. 376.

35 Ibid., pp. 376-377.

36 Albert MATHIEZ, La Révolution française, 3 vol., Paris, 1922-1927.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search