Version classiqueVersion mobile

L’Amérique et le France

Introduction

Claude Fohlen

Texte intégral

1 Le colloque annuel de l’Association française d’Études américaines, qui s’est tenu à Chantilly en mai 1988, avait choisi pour thème De la Révolution américaine à la Révolution française : Histoire et imaginaire. Plus de quarante communications y ont été présentées, qui vont de la littérature, à la science politique, à la religion, à l’idéologie, à l’histoire et dont plusieurs seront publiées par leurs auteurs dans des revues françaises et étrangères. N’ont été réunies ici que celles relevant directement de l’histoire et s’inscrivant dans la continuité de la révolution américaine à la révolution française, dans le droit fil du thème proposé.

2Il a semblé, en effet, fondamental et naturel à des Américanistes, dans la perspective de la célébration du bicentenaire de 1789 en France, de rechercher quels pouvaient être les liens entre les deux grandes révolutions du XVIIIe siècle. Pendant longtemps, les historiens, qu’ils soient français ou américains, se sont cantonnés dans une vision trop nationale des événements révolutionnaires. Qu’on m’entende bien : il ne s’agit nullement de nier ni la spécificité de la révolution américaine, ni d’ailleurs celle de la révolution française, car cette spécificité est réelle. Pour autant, le mouvement des idées déborde largement le cadre étroit des États ou des colonies. Dans une large mesure, le XVIIIe siècle a été plus cosmopolite que le XIXe avec des échanges intellectuels et culturels particulièrement actifs, entre l’Angleterre et la France, entre la France et l’Europe centrale et orientale, entre l’Europe occidentale et les colonies américaines. L’Angleterre, faut-il le rappeler, a largement contribué à nourrir la science politique en France, avant même que n’existât cette expression, à la faveur d’une anglomonie persistante de Montesquieu à Voltaire et à bien d’autres. Les idées de Locke ont inspiré les Pères fondateurs aussi bien dans leur lutte contre la métropole britannique que dans la construction de la république. A leur tour, les Français, qui avaient jusque là eu leurs yeux tournés vers le régime parlementaire anglais, se sont passionnés pour l’enfantement des États-Unis auquel ils assistaient. Il suffit de lire les gazettes des années 70 et 80 pour se rendre compte de l’intérêt que suscitent en France les événements d’outre-Atlantique. Mieux encore, dans les débats de la Constituante, au moins dans les premier mois, les références et allusions aux États-Unis sont fréquentes, qu’il s’agisse de questions aussi fondamentales que les droits de l’homme ou la préparation de la constitution.

3Les historiens français du XIXe siècle, héritiers des événements qu’ils racontaient ou analysaient, sont demeurés, dans l’ensemble, prisonniers du cadre national, et on peut les comprendre facilement : ils manquaient de recul chronologique pour réintégrer la Révolution dans un ensemble plus vaste. Il est pourtant surprenant que Tocqueville, le seul à posséder une expérience directe des États-Unis, ne leur ait pas accordé une place plus large dans son Ancien Régime et la Révolution. Il est vrai qu’il avait pour préoccupation essentielle de montrer la continuité sous-jacente et mal perçue en son temps, entre l’avant 7789 et l’après 1789. Taine, pour sa part, qui écrit en un temps où l’idée de nation obsède les esprits, ne songe pas davantage à dépasser ce cadre strictement politique.

4En vérité, il faut attendre un historien aujourd’hui très décrié, Alphonse Aulard, pour poser clairement la question des liens entre les deux révolutions. Dans la huitième série de ses Études et leçons sur la Révolution française, il a inséré un chapitre intitulé La Révolution française et la Révolution américaine, avec pour sous-titre, Déclaration d’indépendance, Constitutions. C’est, à ma connaissance, la première approche comparative sur l’influence du vocabulaire, des événements et des institutions américaines dans la France révolutionnaire. Il relève, par exemple, que l’expression Comité de Salut Public apparut dans le Massachusetts en 1774 ou 1775, que le mot Convention est donné en Virginie à la même date à une assemblée extraordinaire chargée de réviser les institutions existantes. Il est vrai qu’Aulard était alors envoûté, comme beaucoup de ses contemporains, par l’influence wilsonienne et n’avait d’yeux que pour la démocratie américaine.

5Les historiens français de tradition radicale, comme Albert Mathiez, ou marxiste comme Georges Lefebvre et Albert Soboul, sont revenus à une conception plus hexagonale de la Révolution française, même s’ils ne nient pas une certaine influence des événements, des hommes ou des idées d’Amérique. Leur tournure d’esprit et leurs préoccupations les portent, en effet, davantage, sur les accidents et développements internes que sur les influences et les filiations. Les uns comme les autres sont attentifs aux mouvements populaires, conséquences de la vie chère et de la politique de déchristianisation pour Mathiez, Grande Peur et Terreur pour Lefebvre, rôle des sans-culottes dans les mouvements parisiens pour Soboul. Les uns comme les autres, privilégiant davantage le court terme, sont amenés à exalter les aspects révolutionnaires et insurrectionnels dans un cadre strictement français.

6Si la plupart des historiens français du XXe siècle accordent la priorité au court terme à l’échelon national, les historiens américains sont encore davantage motivés par le nationalisme. Dans leur vision de la Révolution américaine, ce qui compte, c’est la formation de la nation à partir de ces membra disjecta que furent les treize colonies. C’est à ce niveau que se situe un message qui est davantage civique qu’historique et qui exalte le patriotisme et l’héroïsme des Américains face à l’occupant britannique. Il a fallu attendre pratiquement la commémoration du bicentenaire de l’indépendance pour assister à l’abandon de l’option nationaliste au profit de préoccupations sociales, que l’on trouve dans l’étude des masses, le rôle des mechanics, des artisans, et d’une incursion dans les mouvements révolutionnaires qui tient à la fois d’Albert Soboul et de Georges Rudé. Dans tous les cas, l’optique demeure strictement américaine.

7Ce sont deux historiens, l’un français, l’autre américain qui, dans les années 50 ont lancé une passerelle entre les deux révolutions. Jacques Godechot et Robert R. Palmer. Dans une communication substantielle au Congrès des Sciences historiques, à Rome, en 1950, ils ont émis l’hypothèse d’une révolution atlantique qui débute sur le continent américain et se propage ensuite en Europe, ponctuellement aux Pays-Bas et à Genève, avant de s’épanouir en France et d’être exportée par les armées françaises. Dans son grand ouvrage, The Age of Démocratic Revolution, Palmer étudie la propagation des ondes révolutionnaires de part et d’autre de l’Atlantique dans le dernier tiers du XVIIIe siècle, et son enquête est complétée par Jacques Godechot dans la Grande Nation., A dire vrai, ces idées ont suscité peu d’enthousiasme aussi bien aux États-Unis qu’en France, où l’ouvrage de Palmer n’a pas trouvé d’éditeur, car en leur temps elles ont paru imprégnées d’un relent atlantiste qui fleurait de trop près la guerre froide et, de toutes façons, elles heurtaient et heurtent toujours les idées acquises sur la spécifité nationale des révolutions. Un quart de siècle après sa formulation, la révolution atlantique, il faut bien l’avouer, n’a conquis les historiens ni aux États-Unis ni en France. Et la mode étant actuellement à un retour surprenant au politique et au national, les mânes de Franklin et de Jefferson ne risquent guère d’être troublés en leur sommeil.

8C’est pourquoi l’Association française d’Études américaines était toute désignée pour explorer ce terrain encore mal connu où une révolution qui se termine avec la rédaction, le 25 septembre 1789, du Bill ofRights en télescope une autre qui vient de voter le 26 août 1789 la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen. Le relais est certes assuré d’abord par les hommes. Ceux qui ont combattu dans les rangs du corps expéditionnaire français ou qui se sont portés spontanément au secours des Insurgents, ceux aussi qui, sans avoir combattu, ont été intéressés par l’expérience américaine, comme Brissot ou Hyde de Neuville, deux tempéraments bien différents qui convergent dans leur vision des États-Unis. Il est assuré aussi par les idées que véhiculent ces hommes. C’est ainsi qu’on s’est demandé, depuis l’abbé Barruel, quelle avait été l’influence de la franc-maçonnerie dans les événements d’Amérique comme dans ceux de France : une très utile mise au point lui restitue sa place véritable, moins importante qu’on ne l’avait imaginée. Deux contributions très neuves éclairent l’évolution de la réflexion économique et montrent les limites du libéralisme : pour la première fois, au XVIIIe siècle, le droit des individus à l’existence et à l’assistance est affirmé, face au laisser-faire qui semble triompher avec la publication en 1774 de La Richesse des Nations d’Adam Smith. Ainsi se profile, des États-Unis en France, la ligne de conduite qui va inspirer les tenants du contrôle économique au moment le plus critique de la Révolution française. Enfin, la dimension religieuse n’a pas été négligée : le Grand Réveil du XVIIIe siècle a semé des ferments dans certaines dénominations, comme les Quakers, les Presbytériens ou les Congrégationalistes qui, quoique hostiles à la violence, ont favorisé l’indépendance. La France catholique n’a pas connu ces problèmes, mais les États-Unis lui ont fourni une référence, alors unique, pour l’intégration des protestants et des juifs dans la communauté nationale.

9Il reste enfin, comme le font ressortir les contributions sur l’État, que les contemporains ont assisté, quelque peu médusés, à la double naissance d’une nation et d’un État. S’agit-il d’une naissance gémellaire ? Il semble bien que non, car, comme l’ont montré les recherches novatrices d’Élise Marienstras, l’État a connu l’antériorité. Peu importe, d’ailleurs, dans le cas présent, car ce qui compte, c’est que l’expérience politique américaine a parfois servi, consciemment ou non, de toile de fond aux révolutionnaires français, comme le montre la réunion d’une Convention en 1792.

10Ces quelques exemples montrent la complémentarité entre deux révolutions qui s’éclairent mieux l’une par l’autre et l’intérêt des articles rassemblés dans ce volume.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search