Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Conclusion

Texte intégral

1A l’issue de ce travail qui nous a conduit à parcourir l’itinéraire suivi par les Soviétiques pour intégrer le facteur nucléaire dans leur doctrine, puis dans leur culture stratégique, plusieurs conclusions peuvent être tirées.

2L’URSS est la principale puissance continentale dans le monde. De ce fait, sa stratégie a toujours été très largement déterminée pas le facteur géographique. L’apparition des armes nucléaires et des vecteurs intercontinentaux a certes réduit la part de ce déterminant, mais la stratégie de l’URSS à l’âge de l’atome et des missiles n’en reste pas moins profondément marquée par sa continentalité.

3Obnubilée par un complexe d’encerclement – encerclement géographique avant 1917, auquel s’ajoute, après la révolution, une dimension idéologique : « l’encerclement capitaliste » – on a pu constater que l’Union Soviétique arrivait difficilement à se départir d’une logique de puissance continentale menant un conflit continental.

4A cette permanence du facteur géographique, s’ajoute, un déterminant politico-idéologique auquel les stratèges soviétiques ont tout autant de difficulté à échapper. Il existe, en effet, une corrélation évidente entre l’évolution du discours stratégique et l’évolution de la ligne politico-idéologique générale de l’URSS. La congruence entre le stratégique et le politique est, dans le système politique soviétique, une nécessité. Les stratèges n’ont jamais failli à leur devoir dans ce domaine. Même si certaines voix discordantes ont pu se faire entendre à certains moments, c’est toujours « l’orthodoxie » qui l’a emporté.

5Ce lien entre idéologie, politique et stratégie est une des principales causes de la longueur du processus de mise en place d’une doctrine stratégique en URSS. Ceci a été le cas pour la « doctrine Sokolovskij ».

6Le processus de mise en place de la première doctrine stratégique pour l’âge nucléaire a ainsi commencé – même si l’on n’en perçoit guère les reflets – sous Staline, à un moment où règne une confusion totale entre idéologie et stratégie. La période qui s’étend de la fin de la guerre à la mort de Staline se caractérise en effet par un néant conceptuel. La stratégie affichée de l’URSS se résume au discours politique de Staline et l’arme atomique n’existe que comme une arme parmi d’autres.

7 Puis, progressivement, l’atome fait son apparition dans le discours politique, mais, alors, essentiellement comme moyen de prise du pouvoir. Il constitue un enjeu parmi d’autres dans le processus de succession du dictateur et dans la recherche d’une nouvelle légitimité du pouvoir. La priorité du pouvoir politique, au milieu des années cinquante, est de mettre au point un nouveau discours idéologique dans lequel le phénomène nucléaire intervient sur un plan exclusivement politique, même si certains ont pu tenter de lui donner une autre dimension. Cette situation était d’ailleurs facilitée par le fait qu’à l’époque, l’URSS ne disposait pas réellement d’un arsenal nucléaire véritablement menaçant.

8Après une certaine stabilisation du pouvoir politique et la mise au point des premiers missiles, une première réflexion spécifiquement stratégique s’instaure. Pourtant, dans un cadre idéologique encore en mutation, la dimension nucléaire de la stratégie n’est alors prise en compte que comme un élément de la transformation de la conduite de la guerre. C’est au cours de cette période que le pouvoir politique charge un groupe d’officiers de l’état-major de mettre au point une doctrine stratégique officielle. Mais, à la fin des années cinquante et au début des années soixante, la réflexion stratégique est encore loin d’être arrivée à son terme. Pression des militaires ou contraintes de la part des idéologues, il est vraisemblable que ces deux éléments réunis ont conduit à limiter l’approfondissement de la réflexion. Pousser cette réflexion jusqu’au bout de sa logique eut, en effet, impliqué des changements tels dans les mentalités que, visiblement, ni les politiques ni les militaires n’étaient prêts à les assumer.

9Or, la crise des missiles de Cuba, en 1962,a provoqué un choc indéniable. Choc pour les politiques, qui, sans pour autant avoir perdu totalement la face, n’en ont pas moins été contraints à reculer face à l’ennemi principal. Choc pour les militaires qui ont pris conscience qu’ils n’étaient pas en mesure de mener un conflit avec ce même ennemi sur son propre terrain.

10C’est donc, à partir de 1962-63 que les Soviétique prennent véritablement conscience que l’arme nucléaire n’est peut-être pas une arme comme les autres : elle a certes changé la façon de conduire une guerre, mais elle a surtout changé la nature de la guerre et de la stratégie. Ce qui, auparavant, n’était pas concevable devient dès lors une nécessité, une nécessité politique, stratégique mais aussi intellectuelle.

11Si l’on observe, rétrospectivement, le processus de formation et de formulation de la doctrine stratégique nucléaire en URSS, on constate qu’elle a été marquée par l’opposition de deux grandes tendances qui n’ont, depuis le début des années cinquante, cessé de s’affronter : une tendance que l’on peut qualifier de dognat’-peregnat’ (rattraper et dépasser) et qui est représenté par la majorité orthodoxe ; et une tendance favorable à l’introduction du concept de dissuasion dans la réflexion stratégique.

Le « syndrome du Dognat’-Peregnat’ »

12Toute la politique soviétique de l’après-guerre semble, en effet, avoir d’abord été déterminée par une volonté de « rattraper et dépasser les Etats Unis ». Exprimée dès la présentation du premier plan quinquennal de l’après-guerre, cette volonté est devenue l’un des principaux slogans – pour ne pas dire l’une des idées fixes – de l’époque khrouchtchévienne. Mais qu’elle ait été explicitement affirmée ou non, cette volonté de rattraper et de dépasser les Etats Unis n’en demeure pas moins l’une des principales caractéristiques de la politique soviétique dans le domaine militaire. Faute de pouvoir y prétendre dans d’autres secteurs !

13A l’issue de la guerre, l’URSS et les Etats Unis sont en effet, pour des raisons et selon des modalités différentes, considérés comme étant les deux « superpuissances » du monde nouveau tel qu’il émerge du conflit. Elles deviennent dès lors certes des rivales mais également – même si cela n’est pas réellement perceptible alors – deux partenaires privilégiés. La volonté implicite d’avoir les capacités de régenter les affaires du monde explique dans une large part le processus « d’action-réaction » qui a guidé la politique de ces deux Etats.

  • 1 BOGDANOV (R), KORTUNOV (A), « De l’équilibre des forces », La Vie Internationale, Août 1989, p. 7.

14C’est ce processus d’action-réaction mené par les directions politiques successives qui est dénoncé par divers auteurs dans la presse soviétique de la deuxième moitié des années quatre-vingt. Certains vont même jusqu’à affirmer explicitement que ce processus, cette politique d’imitation, a été l’une des principales causes de la course aux armements à laquelle se sont livrés les deux « Grands ». Dans l’incapacité de moderniser la société civile pour la conduire au niveau de celle des Etats Unis, l’URSS n’a trouvé d’autre domaine pour se mesurer avec son « adversaire-partenaire » que celui des armements : « Pour l’URSS, dans les conditions d’un retard économique considérable et persistant par rapport aux Etats Unis, et de la non-solution de nombreux problèmes sociaux, il était commode, au plan tactique, de réduire les multiples formes de rivalité entre les deux systèmes à leurs aspects militaro-stratégiques »1.

  • 2 Ibid. p. 3-4 et ZURKIN (V) et al., SSA, 12, 1987, art. cit. p. 16-17.

15L’accusation est de poids et elle recoupe un autre reproche développé depuis 1987 selon lequel, en cherchant à « copier » ou à suivre les Etats Unis dans le domaine des armements, l’URSS n’a pu ni su acquérir de culture stratégique propre, mais s’est ralliée à la culture stratégique américaine2. Est-ce à dire que, dans ces conditions et malgré le discours affiché, l’URSS n’aurait jamais eu, de fait, d’autre stratégie militaire que celle énoncée par les Etats Unis ? La question est, semble-t-il, plus complexe. S’il existe un « suivisme » indéniable de la part de l’Union Soviétique, il paraît pour le moins excessif de lui retirer toute capacité à réfléchir elle-même à sa propre stratégie, même si celle-ci a pu s’inspirer de l’exemple américain. Ceci est dû à la fois à des raisons d’ordre intellectuel et à la composition de l’arsenal soviétique. Celui-ci est certes « inspiré » de l’arsenal américain, mais il n’en est pas pour autant la copie conforme, ce qui empêche nécessairement de penser la stratégie d’une manière strictement identique.

16Ces différences se situent, par exemple, dans le poids respectif des flottes des deux pays et dans la fonction de la marine qui, à part l’épisode Gorškov, reste traditionnellement une marine de défense continentale. Mais ces différences se situent surtout dans les priorités accordées aux vecteurs des armes nucléaires. La culture stratégique d’un pays est indéniablement liée à ses contraintes géographiques et géopolitiques et, de ce point de vue, l’URSS ne saurait faire exception. Le choix, dès la première moitié des années quarante, de développer en priorité des missiles balistiques basés à terre, en est l’une des résultantes les plus flagrantes.

17Le développement de ces armes constitue en fait une exception – mais une exception de poids – dans la politique de « suivisme » menée par l’URSS. Il s’agit, on l’a vu, du seul cas où les Soviétiques ont devancé les Etats Unis en matière d’armement. Ceci a indéniablement causé un choc profond outre-Atlantique et même provoqué une « crise » dont on a vu qu’elle avait été amplifiée par les deux parties, lesquelles avaient un intérêt évident dans sa poursuite. Ce double intérêt confirme également l’hypothèse selon laquelle la course aux armements n’est pas seulement le fruit de circonstances mais également le résultat d’une volonté délibérée des deux parties visant à obtenir la supériorité stratégique, indépendamment des discours en vigueur.

18Si l’URSS veut rattraper et dépasser les Etats Unis pour démontrer son statut de superpuissance, à l’inverse, les Etats Unis n’ont jamais admis que l’URSS pût un jour prétendre à les égaler. En ce sens, la crise du « missile gap » est parfaitement conforme à la logique respective des deux parties : une logique déclaratoire et, sous Khrouchtchev au moins, ostentatoire, d’un côté et, de l’autre, une logique plus économiste et catastrophiste.

19De plus, cette conception du dognat ’ peregnat ’ envisage la possibilité de mener une guerre avec des armes nucléaires. Mais cette guerre envisagée par les Soviétiques n’est pas nécessairement celle qu’ils feignent d’annoncer : l’hypothèse conflictuelle privilégiée par les Soviétiques n’est pas celle que l’on a, longtemps, cru à l’ouest qu’elle était.

L’hypothèse conflictuelle privilégiée

20Tout le discours soviétique tend, en effet, à affirmer, d’une part, que « si les impérialistes le déclenchent », un conflit conduira à la fin du système capitaliste ; et, d’autre part, que les Etats Unis, en tant que chef de file des pays impérialistes, sont le pays le plus susceptible de déclencher un conflit. D’où la conclusion, en apparence logique, que le futur conflit mondial conduira à une confrontation directe entre les deux superpuissances et que, si ces deux Etats se sont dotés d’armes à capacité intercontinentale, c’est justement pour exécuter une telle mission.

21Tous les scénarios proposés par les Etats Unis et repris par les Soviétiques – car l’URSS, pays pacifique par essence ne saurait, bien entendu, produire de tels scénarios !!! – conduisent en effet à estimer le nombre de victimes et le poids des destructions économiques en cas de frappe nucléaire sur l’un et l’autre sanctuaire. Or ceci constitue-t-il l’hypothèse conflictuelle la plus vraisemblable telle qu’elle aurait été envisagée par les deux superpuissances ?

  • 3 Un discours que ses successeurs, surtout à partir de la fin de la décennie s’empresseront d’évacuer (...)

22On a pu constater, tout au long de ce travail, qu’en fait jamais – sauf peut-être au tout début des années soixante – une telle hypothèse n’avait été sérieusement envisagée. Jusqu’à ce que les Soviétiques maîtrisent la technique des missiles nécessaires pour porter leurs frappes nucléaires directement sur le territoire américain, c’est à dire à partir de 1961 avec le déploiement des SS 7, ils étaient dans l’incapacité matérielle de porter le conflit sur le sol des Etats Unis. C’est d’ailleurs à ce moment que le discours triomphaliste khrouchtchévien atteint son apogée3. Puis, à partir de 1963-1964, c’est à dire au moment où la nature de la réflexion soviétique se transforme réellement et où elle commence à intégrer les transformations apportées par l’arme nucléaire, l’hypothèse d’un grand échange américano-soviétique est malgré les discours en vigueur, de moins en moins sérieusement envisagée.

23C’est ici qu’intervient une distinction fondamentale pour saisir la nature profonde de la stratégie soviétique : la distinction entre le discours sur l’ennemi principal et celui sur la menace principale et sa perception. Dans le discours idéologique soviétique, l’ennemi principal est, depuis les origines, représenté par l’impérialisme et par la principale puissance de ce système : les Etats Unis. L’établissement du système communiste s’est toujours défini par rapport à la faillite de l’impérialisme. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, après la redistribution des cartes de la puissance dans le monde, ce système était perçu en URSS comme totalement dominé par la puissance américaine. Le discours idéologique soviétique est par conséquent fondé sur la dénonciation de l’agressivité des Etats Unis qui veulent en finir avec le régime communiste. Mais ceci ne représente que la face émergée de l’iceberg.

24Car, en définitive, les Soviétiques semblent n’avoir jamais réellement pensé, quelle qu’ait pu être la responsabilité des Etats Unis dans le déclenchement d’un conflit, que ces derniers puissent devenir le champ de bataille de l’affrontement majeur. Dans les années cinquante tous leurs efforts ont été portés vers la mise au point d’armes susceptibles de porter le feu nucléaire sur le sol de cet ennemi principal : l’aviation, d’abord, puis, surtout, les armes balistiques. Or, lorsque les forces armées soviétiques ont été dotées de telles armes, le pouvoir s’est rendu compte des effets en retour d’une telle stratégie. Mais, ceci ne pouvait appartenir qu’au non-dit.

25L’ennemi idéologique paraît dans ces conditions devoir être considéré comme un adversaire théorique voire abstrait, distinct de la menace principale qui, elle, ne vient pas directement d’outre-Atlantique. Toute stratégie – et la stratégie soviétique ne saurait faire exception – est en effet fondée sur la perception d’une menace. Or, la menace telle qu’elle est dénoncée dans la littérature soviétique, tant dans les années quarante que dans les deux décennies suivantes, est localisée à sa périphérie immédiate : elle est, d’abord, concrétisée par le « militarisme et le revanchisme » allemands, puis, plus discrètement exprimée, par la politique chinoise.

26Sous cet éclairage, la politique globale de l’URSS et, en particulier, sa politique d’armement prennent une toute autre signification. Sûre de sa supériorité en armements classiques sur le continent européen dès le lendemain de la guerre, l’URSS n’a eu de cesse de se préparer à un conflit sur le vieux continent. On peut alors se demander si sa volonté de se doter d’un armement nucléaire à capacités intercontinentales n’a pas subi une mutation au début des années soixante.

27Dans un premier temps, cette politique de l’URSS était guidée par le « syndrome du dognat’-peregnat’ ». Puis, lorsqu’elle a eu des armes intercontinentales à sa disposition, elle a pris conscience et admis implicitement que ces armes pourraient avoir une fonction d’abord, sinon exclusivement, politique, et, par là, dissuasive. A l’inverse, toutes les autres armes – armes nucléaires non-stratégiques comprises – sont considérées comme des armes susceptibles d’être employées sur un champ de bataille limité. Le perfectionnement rapide de missiles tels le SS 4 et le SS 5 à la fin des années cinquante, puis la décision de mettre en chantier, justement au moment de la « révolution » dans la pensée militaire de 1963-65, une version nouvelle de missiles de portée intermédiaire (le futur SS 20), s’inscrit parfaitement dans cette logique. Sans oublier bien sûr que les missiles intercontinentaux peuvent également atteindre le théâtre européen.

28Dans ce sens, et malgré une dénonciation systématique du discours américain sur les guerres limitées, l’URSS n’aurait, en fin de compte et sur ce point, eu d’autre conception du futur conflit mondial que celui des Etats Unis. L’une et l’autre superpuisance se retrouvaient implicitement pour refuser que le futur conflit mondial touchât directement leurs sanctuaires respectifs.

29De plus, mais cela est surtout vrai des années cinquante, l’ensemble du discours, on l’a vu, est axé autour d’une volonté de revanche de l’Allemagne. Une Allemagne réarmée par les Etats Unis et dont chaque pas réel ou supposé vers le réarmement, vers une intégration plus forte dans les structures militaires occidentales, surtout dès lors qu’il est question d’armement nucléaire, provoque des réactions extrêmement violentes de la part de Moscou. En d’autres termes, l’Allemagne n’est pas seulement perçue en URSS comme une menace mythique que l’on brandit dans le but de renforcer la cohésion des pays de l’Est autour d’un centre protecteur. Elle semble également devoir être perçue comme la menace réelle à laquelle les Soviétiques sont convaincus d’être confrontés et qu’ils se préparent à combattre.

30Ceci implique que, lorsque les Soviétiques parlent d’une confrontation avec les Américains, il s’agirait, avant tout, des forces américaines déployées en Europe, que lorsqu’ils menacent de destruction, – avant 1961, certes, mais aussi après cette date – les objectifs militaires de l’adversaire, ceux-ci sont de toute évidence essentiellement des objectifs militaires situés sur le continent européen.

31Les leçons de Cuba ont indéniablement contribué à la réévaluation de la conception soviétique du futur conflit en ce qu’elles ont montré à l’URSS les limites de sa capacité de porter ou de mener un conflit loin de sa périphérie immédiate. L’URSS, tout comme les Etats Unis, n’ont jamais caché, à l’époque, leur volonté d’obtenir la supériorité sur l’autre. Or, cela a toujours été le cas depuis 1945, cette supériorité existait pour l’URSS sur le théâtre européen.

32Un autre facteur a également joué dans ce « repli » soviétique sur le théâtre européen : le facteur chinois. Les dissensions avaient éclaté dès la fin des années cinquante, mais c’est au début de la décennie suivante que le conflit prend toute sa dimension. Sur ce point, le « recul » soviétique à Cuba n’a fait que renforcer l’opposition entre les deux grandes puissances communistes.

33Tout en dénonçant les conceptions américaines des « deux guerres et demi », l’URSS devait, en effet, penser désormais à un conflit majeur sur deux fronts. Il était indéniable, toujours en raison de ses capacités limitées de projection de forces que, confrontée à une telle hypothèse, elle aurait sans doute intérêt à ce que ces fronts se situent à sa périphérie immédiate, surtout si, implicitement, était admis le principe de la sanctuarisation des systèmes centraux.

34En d’autres termes, si l’analyse idéologique conduit nécesairement à la dénonciation de l’impérialisme américain, la menace principale reste à la périphérie immédiate de l’URSS : périphérie européenne et périphérie asiatique.

35Telle est l’opinion majoritaire qui a prévalu tout au long des années cinquante et soixante. Une opinion, somme toute, en parfaite concordance avec l’orthodoxie marxiste-léniniste. Pourtant, dès le début des années cinquante, certaines voix se sont élevées publiquement – dans les limites du possible dans un système tel que le système soviétique – exigeant que l’on approfondisse la question de la nature de l’arme atomique et ses conséquences sur la notion de guerre. Toutes ces voix aboutissaient – explicitement ou non – à une réflexion sur la notion de dissuasion.

La dissuasion

36La dissuasion peut être considérée comme la grande question posée à tous les pays détenteurs de l’arme nucléaire. Or, à première vue – mais à première vue seulement – cette question n’a été posée officiellement en l’URSS qu’à la fin des années soixante-dix.

37Trop obnubilés ou enfermés dans le carcan idéologique, la réflexion stratégique soviétique semble, au moins dans son expression publique, n’avoir pas eu la capacité, le courage politique ou l’audace idéologique nécessaires pour engager une authentique réflexion sur la notion de dissuasion. Pourtant, ils en avaient les possibilités et, très vraisemblablement, les compétences, comme certains signes l’ont démontré.

38Une première interrogation implicite sur la dissuasion a été lancée par Malenkov au début des années cinquante, peut-être même dès la fin des années quarante. Cette première tentative de réflexion sur ce sujet correspondait, alors, à ses premiers énoncés dans la littérature américaine.

39Cette tentative a été très vite repoussée, d’une part, parce qu’elle ne correspondait pas à la ligne politique du moment ; d’autre part, parce qu’elle aurait exigé un processus d’adaptation à la ligne idéologique que les Soviétiques ne semblaient pas prêts à engager. La préoccupation des Soviétiques est, on l’a vu, dans ce domaine, avant tout, et au moins jusque dans les années soixante, de rattraper et de dépasser les Etats Unis. C’est ce principe qui semble faire office de ligne générale de la stratégie soviétique. La course aux armements nucléaires et à leurs vecteurs n’avait pas pour objectif de dissuader l’adversaire d’engager un conflit, mais de constituer un potentiel militaire au moins égal – qualitativement et quantitativement – à celui des Etats Unis. La conception première qui guidait alors la réflexion stratégique soviétique était, indubitablement, celle de la conduite d’un conflit – et d’un conflit qu’il fallait gagner. En aucun cas, il n’était question d’une conception de non-guerre.

40Après le limogeage – partiel en 1955 et définitif en 1957 – de Malenkov, d’autres ont tenté, à leur tour, d’engager une réflexion sur la dissuasion. Des experts militaires mais aussi civils, tels Talenskij ou Nikol’skij, ont permis de constater qu’une réflexion sur la dissuasion existait en URSS et qu’elle avait ses partisans. Ceci démontre également que, en URSS aussi, le nucléaire a produit un phénomène de « civilisation » de la réflexion stratégique.

41Pourtant, l’idéologie s’est, à chaque fois, avérée la plus forte. Il n’était pas envisageable d’adopter une conception de non-guerre en contradiction avec la conception en vigueur de la nature de l’impérialisme, une conception inchangée depuis Lénine. La dissuasion, également analysée comme menace d’emploi de la force, est tout aussi incompatible avec le discours sur la nature pacifique de l’URSS.

42Mais les « censeurs » n’en ont pas moins laissé s’exprimer des partisans de la dissuasion, tant dans des revues – mais il s’agissait de revues à usage « externe » – que dans des ouvrages. Aurait-il pu s’agir, alors, d’un signal, utilisé pour faire savoir que, en fin de compte, l’URSS pourrait, désormais, se ranger, sur cette question, aux côtés de certaines conceptions américaines ? A condition de limiter cette hypothèse aux seules relations stratégiques et à la perspective d’un conflit américano-soviétique, on ne peut réellement l’exclure. En effet, les derniers textes publiés par Talenskij sont publiés à un moment – très limité dans le temps – où, d’une part, certains auteurs « orthodoxes » qualifient la fonction des armes nucléaires soviétiques de dissuasives ; et où, d’autre part, s’engage une authentique réflexion sur la transformation de la nature de la guerre à l’ère nucléaire.

43Pourquoi le débat ne s’est-il, alors, pas développé, un débat qui semble avoir trouvé son issue une dizaine d’années plus tard ? Encore une fois, le poids de l’idéologie semble avoir été le plus fort. Les dirigeants soviétiques qui succèdent à Khrouchtchev auraient pu ne pas se sentir assez forts pour engager un nouveau débat idéologique qui aurait, nécessairement, eu des échos publics. Or, après les transformations tous azimuts qui avaient été engagées par Khrouchtchev, la nouvelle direction a été mise en place, justement pour rassurer et stabiliser. Dans ces conditions, il ne pouvait être question de grand débat idéologique.

44De plus, adopter explicitement une stratégie de dissuasion serait revenu à adopter le discours et la culture stratégiques de l’adversaire. Or, à l’époque, la volonté de rattraper et de dépasser les Etats Unis – même si le mot d’ordre de l’accession de l’URSS au communisme pour 1980 a été rapidement abandonné – ne saurait concerner que les biens matériels. Il s’agit précisément de démontrer la supériorité du système communiste. Adopter, dans ces conditions, une partie du discours politico-idéologique de l’adversaire principal ne pouvait être envisagé, au moins publiquement.

45Pourtant, on l’a vu, il n’est pas impossible que, dans les faits, l’URSS ait, dès le milieu des années soixante, adopté une doctrine stratégique fondée sur la dissuasion, mais limitée au seul affrontement avec les Etats Unis. La dissuasion pourrait, dans ces conditions et à ce moment, avoir fait une entrée discrète et limitée dans la logique stratégique soviétique, permettant alors de parler de dissuasion mutuelle non plus seulement de fait et imposée par les Etats Unis, mais également explicitement reconnue par les Soviétiques.

46La publication du manuel de Sokolovskij n’aurait, dans ces conditions, constitué que l’expression de la première étape d’une réflexion stratégique soviétique. Cette réflexion aurait abouti et, surtout, aurait été avalisée par le pouvoir politique au début des années quatre-vingt. Mais, aussitôt aboutie, cette réflexion paraît avoir été remise en cause par des facteurs tant externes – l’IDS – qu’internes – la nouvelle approche de M. Gorbatchev.

Notes

1 BOGDANOV (R), KORTUNOV (A), « De l’équilibre des forces », La Vie Internationale, Août 1989, p. 7.

2 Ibid. p. 3-4 et ZURKIN (V) et al., SSA, 12, 1987, art. cit. p. 16-17.

3 Un discours que ses successeurs, surtout à partir de la fin de la décennie s’empresseront d’évacuer au profit du discours sur le nécessaire « équilibre » ou la « parité approximative » des forces.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search