Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Deuxième partie. Vers une logique du nucléaire

Chapitre 14. La logique du nucléaire et la poursuite des débats

Texte intégral

1Un des paradoxes de la pensée militaire soviétique et de son énoncé est que c’est seulement après la publication et la réédition du manuel de base sur le sujet, que les stratèges s’interrogent sur la notion même de stratégie et entament une réflexion sérieuse sur la « révolution dans la chose militaire ». Ceci pourrait tenir au fait que les théoriciens auraient attendu la définition de la ligne générale, une ligne fixée par le pouvoir politique. Mais ils auraient également attendu, d’une part, la confirmation par les militaires de cette ligne et, de l’autre, l’existence de moyens militaires nécessaires à la défense de cette ligne, avant d’aborder réellement les débats de fond.

2L’année 1964 paraît être, de ce point de vue, une année charnière à la fois en matière de politique d’armement, de politique internationale et de politique intérieure. On constate, en effet, que, sur ce dernier point, la chute de Khrouchtchev ou plutôt sa « préparation » a pu jouer un rôle non négligeable. Ceci s’inscrit dans un double contexte – apparemment contradictoire : avant même la chute du premier secrétaire, un débat de fond est engagé dans une perspective post-khrouchtchévienne. Mais il est également clair que ce débat se trouve être également la suite logique d’un projet spécifiquement khrouchtchévien. Dans la première perspective, on peut se demander si les « jeux » n’étaient pas déjà faits avant le plénum d’octobre 1964. Dans la seconde, il semble que ce débat s’inscrive également dans la ligne du projet initié par Khrouchtchev et visant à réévaluer la place de l’ensemble des sciences sociales en URSS.

3Dans les années qui séparent l’année 1964 de la publication de la troisième édition du manuel de Sokolovskij, les débats sur la stratégie se poursuivent. Mais ils ne modifient pas réellement l’essence des conceptions nouvelles qui sont désormais représentées par la vision « sokolovskienne », renforcée par les conceptions nouvelles de la stratégie. Ceci n’empêchera pas cependant la publication de certaines prises de position ou affirmations iconoclastes – et immédiatement condamnées. Affirmations que l’on retrouve d’ailleurs quelque quinze années plus tard pour représenter une nouvelle orthodoxie.

L’année 1964 : Une nouvelle conception de la stratégie

4Immédiatement précédée par la publication d’un article du maréchal Malinovskij consacré à la révolution dans la chose militaire, l’année 1964 semble pouvoir être considérée comme la véritable année de cette révolution, non pas tant sur le plan des armements que sur le plan de la culture stratégique soviétique.

5Si l’expression de « révolution dans la chose militaire » peut être considérée comme un « slogan » supplémentaire du discours politico-militaire, elle coïncide également avec certaines transformations de fond dans la réflexion en matière stratégique. Dans ces conditions, ce slogan nouveau ne peut être considéré comme un simple artifice politique ou comme une manifestation supplémentaire du scepticisme – voire de la grogne – de l’armée.

6Certes, de nombreux auteurs occidentaux – mais aussi soviétiques depuis la fin des années quatre-vingt – estiment-ils que l’armée a été l’une des principales forces à pousser Khrouchtchev à quitter le pouvoir. Mais, cette notion de « révolution dans la chose militaire » semble s’inscrire dans un contexte bien plus vaste que celui de la simple « politique politicienne » ou que des question purement militaires. Il semble, en effet, qu’elle s’inscrive dans un mouvement lancé sous l’impulsion de Khrouchtchev quelques années plus tôt et qui – au moins dans la sphère militaire – s’est retourné contre lui.

7On ne peut qu’être frappé par la coïncidence entre la transformation de fond de la pensée militaire à partir de 1964 et l’émergence, au même moment, des sciences sociales qui cessent d’être considérées exclusivement comme une émanation de la doctrine marxiste-léniniste et qui acquièrent une autonomie relative dans le domaine des connaissances scientifiques (voir chapitre suivant).

8La multiplication d’articles de fond dans la presse militaire, l’apparition de premiers bilans sur les débats de l’après-guerre, les premières tentatives de périodisation de l’histoire de cette même période, peuvent parfaitement s’inscrire dans cette perspective.

La « Révolution dans la Chose Militaire »

  • 1 MALINOVSKIJ (R), « Revoljucija v voennom dele i zadači voennoj pecati » (La révolution dans la chos (...)

9Même s’il a déjà été question d’une révolution dans la chose militaire, l’expression en tant que slogan a été lancé par le ministre de la défense. Elle est lancée par un article-entretien avec le maréchal Malinovskij, publié dans la revue du GlavPU et consacré à la presse militaire1. L’intention du ministre en abordant cette question dans cette interview était parfaitement claire puisque, moins de deux mois plus tard, le quotidien de l’armée lançait une nouvelle série thématique intitulée... « Révolution dans la chose militaire ». Elle est inaugurée le 7 janvier 1964 par un article du général colonel Lomov. La plupart des articles de cette série – avec quelques autres publiés dans la revue du GlavPU – ont ensuite été rassemblés et publiés dans un ouvrage qui sort au début de 1965.

10Que faut-il entendre par « révolution dans la chose militaire ? Quelles transformations conceptuelles ce nouveau slogan a-t-il impliquées ?

  • 2 Cet article est situé en tête du recueil des textes sur ce sujet : Problemy Revoljucii v Voennom De (...)

11De l’article du maréchal Malinovskij, il ne ressort pas grand chose de neuf sinon l’énoncé des principaux thèmes qui devront être traités sous cette rubrique par les différents auteurs, théoriciens et praticiens. L’entretien de Malinovskij est, en fait, d’abord un appel à débattre sur un sujet2.

12Ce qui paraît avoir impliqué ce changement, cet appel à débattre, est, de prime abord, « l’apparition de nouveaux moyens de lutte armée [qui] changent le caractère de la guerre moderne ». En soi, ceci n’est guère différent de ce qui est affirmé depuis près de dix ans. Mais ce qui peut avoir incité à une nouvelle réflexion est l’allusion faite par Malinovskij aux « missiles globaux », c’est à dire à des missiles – même s’il ne s’agit que d’un terme générique – effectivement intercontinentaux. Il s’agirait dans ces conditions de repenser non pas les grandes lignes politiques de la stratégie mais peut-être d’étudier désormais ce qu’est réellement... la stratégie. C’est, tout au moins, ce que la plupart des auteurs qui ont écrit sur le sujet semblent avoir compris.

13La deuxième exigence de Malinovskij est de réévaluer la notion de facteur moral dans la mesure où, tant le front que les arrières, seront désormais susceptibles de subir des dommages encore inconnus. Enfin, la question de la préparation des troupes au combat doit également être revue.

14Ces consignes peuvent-elles laisser supposer que, dès 1964, la deuxième édition de Sokolovskij serait déjà dépassée. Ou bien que l’opposition qu’elle a suscitée – peut être en ne tenant pas suffisamment compte des critiques dont la première édition a fait l’objet – a été telle que l’on a relancé le débat sur les questions de fond. Ou bien encore, et cela serait une hypothèse qui laisserait de la « place pour tout le monde », qu’il s’agissait de compléter un certain nombre de points que le manuel de stratégie militaire, malgré son caractère global, n’avait pas abordé ou qu’il n’avait pas pu aborder.

15Répondant à l’exigence de formation et d’information formulée dans l’article de Malinovskij, L’Etoile Rouge, dès le mois de janvier suivant, ouvre une nouvelle rubrique dans ses colonnes, intitulée « La révolution dans la chose militaire, sa signification et ses conséquences ». Quatorze articles ont été publiés sous cette rubrique au cours de l’année 1964, la plupart portant des signatures prestigieuses, telles celles des généraux Lomov, Stemenko, Kuročkin et même du maréchal Sokolovskij.

16Certains de ces articles traitent des tâches concrètes du déroulement de la future guerre, sur le terrain, mais la majorité de ces articles est consacrée à des questions de stratégie théorique et/ou de doctrine militaire. Tous, également, répondent aux grands thèmes développés par Malinovskij en novembre 1963.

17De son côté, la revue du GlavPU, sans pour autant ouvrir une quelconque rubrique spécifique, a également publié, au cours de cette même année 1964, une série d’articles sur ce même thème.

  • 3 Krasnaja Zvezda, 7 janvier 1964. Cet article est reproduit, avec quelques modifications dans le rec (...)

18C’est le 7 janvier 1964 que L’Etoile Rouge inaugure sa rubrique nouvelle avec un article du général-colonel Lomov intitulé « l’armement nouveau et le caractère de la guerre »3. Cet article s’articule autour de trois questions. Une première est consacrée aux facteurs de changement, la seconde, aux fondements du réarmement et la troisième au caractère de la future guerre. Cette dernière ne fait que reprendre le discours officiel, en vigueur depuis janvier 1960 ; la première est un rappel des grands principes doctrinaux.

19C’est, en fait, la partie centrale de l’article de Lomov qui apporte le plus d’informations nouvelles ou tout au moins qui peut être considérée comme l’élément principal du débat. Elle traite des conséquences des armes nouvelles sur la nature de la stratégie et non plus sur la stratégie militaire proprement dite. Certes, des éléments de réponse à cette question se trouvent-ils ici et là dans le manuel de stratégie militaire mais il est indéniable que la réflexion sur ce sujet n’y avait pas été systématisée. Ceci peut confirmer l’hypothèse selon laquelle le manuel correspondrait à la stratégie de l’URSS fondée sur un système d’armes et de pensée qui appartiennent plus aux années cinquante qu’aux années soixante ; qu’il s’agit plus d’un ouvrage rétrospectif que prospectif et que ceci est toujours, au moins en partie, valable pour l’édition de 1968.

  • 4 Ibid. (p. 120 du recueil), souligné dans les deux textes.

20Montrant la spécificité des effets d’un missile balistique, Lomov affirme que ces armes « permettent en des temps très brefs de changer la situation non seulement opérative mais aussi stratégique ». Et d’ajouter, ce qui est peut être l’essentiel, que « les moyens balistiques nucléaires ont la possibilité de résoudre des tâches indépendantes de la lutte armée. En ce qui concerne les missiles nucléaires stratégiques, ils peuvent jouer le rôle primordial dans l’obtention des objectifs principaux de la guerre »4. En d’autres termes, la distance conceptuelle qui sépare la bataille de la guerre se voit ainsi réduite par l’apparition des nouvelles armes.

  • 5 Krasnaja Zvezda, 8 avril 1964 (p. 127-128 du recueil).
  • 6 Ibid. (p. 129 du recueil).

21C’est ce même thème que reprendront plusieurs auteurs intervenant dans cette rubrique et notamment le colonel Larionov, l’un des auteurs du manuel de stratégie. C’est d’ailleurs sans doute Larionov qui exprime le plus clairement cette transformation de la nature de la stratégie, induite par la transformation des armements. Il affirme notamment que « dans les conditions actuelles, la guerre, dès les premières minutes, peut commencer avec l’utilisation de moyens stratégiques décisifs de lutte armée. Il s’ensuit que la victoire dans la guerre se composera tout autant d’une série de succès partiels que dans le bilan d’une utilisation efficace de la puissance maximale de l’Etat au tout début de la guerre » Et de conclure que l’on ne peut pas ne pas tenir compte de cette nouvelle relation qui s’établit entre stratégie, art opératif et tactique, dans la théorie comme dans la pratique5. Plus loin, il ajoute que, en ce qui concerne le « but stratégique », il ne s’agit pas « d’un aspect partiel de la guerre nucléaire mais d’un élément décisif dans l’obtention des buts politico-militaires généraux »6.

22Si l’article de Larionov reprend et complète bien les considérations d’un Lomov sur la transformation de la nature de la stratégie, on peut néanmoins noter, sur un point au moins, que Larionov s’est opposé à Lomov. On remarque également que ce passage critique de l’article de Lomov, publié dans l’article de L’Etoile Rouge, disparaît dans le recueil publié en 1965.

23Larionov présente son article comme une réponse à celui que Lomov avait publié le 7 janvier. Tout en le suivant sur de nombreux points, il critique le général lorsque celui-ci affirme que la première cause de la révolution dans la chose militaire est le changement dans le rapport des forces politiques mondiales ; le changement technico-militaire n’intervenant qu’en second lieu. Or, affirme Larionov, la contradiction entre les deux systèmes a préexisté au phénomène nucléaire et ne saurait, par conséquent, être la cause première de la « révolution militaire ». La cause première du changement, selon Larionov, est donc naturellement l’apparition du nucléaire et de ses vecteurs – intercontinentaux et globaux. La disparition de ces considérations, de cette « polémique », dans la brochure se conçoit aisément. Il s’agissait, en publiant un recueil d’articles sur un sujet donné, plus de faire preuve d’unanimité que de présenter les diverses positions dans un débat. Le recueil doit avant tout être considéré comme un bilan, une somme de considérations complémentaires sur un même sujet qui rassemble la classe militaire et politique.

  • 7 On retrouve ces points de vues dans les articles du général Stemenko sur « le progrès scientifique (...)

24Si tous les articles ne font pas nécessairement directement référence au changement de nature de la stratégie, tous ceux qui abordent cette question, abondent dans le même sens : le sens, sous-jacent chez Sokolovskij, lancé par Lomov et développé par Larionov7.

  • 8 Krasnaja Zvezda, 25 août 1964 (« L’art militaire à une nouvelle étape ». La suite de l’article est (...)

25Sur ce point, on peut d’ailleurs relever que le maréchal Sokolovskij abonde lui-même dans le sens de Larionov, dans un article, qu’il cosigne avec Ceredničenko et qui est publié dans L’Etoile Rouge. Ils y affirment notamment que « la stratégie est devenue l’élément essentiel et décisif de l’art de la guerre ». En fait, si la stratégie a toujours été considérée comme l’élément premier de l’art de la guerre, il est indéniable que, dans les conditions nouvelles, elle doive également en devenir l’élément décisif. Et Sokolovskij de poursuivre : « le succès stratégique détermine l’issue de la bataille, de l’opération et du conflit armé en général. C’est par les puissants armements à la disposition de la stratégie et du commandement stratégique que les tâches de la guerre peuvent être résolues sans devoir mener une multitude de batailles et d’opérations dans le sens habituel »8.

26Cet article de Sokolovskij – et de Ceredničenko – mérite quelques précisions quant à sa forme et quant à sa situation dans le débat et, notamment, sur les raisons qui l’ont conduit à ne pas être intégré dans le recueil publié en 1965. Chronologiquement, ceci n’est pas illogique puisque, on l’a vu, le dépôt des manuscrits a été effectué au mois de juin 1964 et que l’article de Sokolovskij paraît deux mois plus tard. Aucun article paru dans la presse postérieurement à ce mois de juin 1964 n’a donc été publié dans le recueil.

27Mais, il est aussi vrai que l’on peut s’interroger sur la précipitation qu’ont mis les éditeurs du recueil à le publier alors que le débat était à peine engagé. Considéraient-ils que tout avait déjà été dit en juin 1964 ? C’est possible et, rétrospectivement pas faux ! Ou bien, peut-on considérer qu’il aurait pu s’agir d’une « brimade » à l’encontre de Sokolovskij qui n’avait pas que des alliés dans le milieu politico-militaire ? C’est une hypothèse que l’on ne peut exclure.

  • 9 Voir notamment sur ce point, GARTHOFF (R), Soviet Military Policy, op. cit. p. 60.

28Ou bien encore, à l’inverse, le double article qu’il publie dans L’Etoile Rouge constitue-t-il un « lot de consolation » que l’on aurait concédé à l’ancien chef d’état-major afin qu’il puisse clore le débat, lui permettant ainsi de tirer le bilan et de synthétiser les positions adoptées dans les articles précédents ? Ceci n’est pas invraisemblable et pourrait être mis en corrélation avec les changements de chef d’état-major en 1963 et 1964. En effet, le successeur de Sokolovskij en 1960, le maréchal Zaharov est, à son tour brusquement relevé de ses fonctions en 1963 et remplacé par le maréchal Birjuzov. A la mort de ce dernier, survenue le 19 octobre 1964, dans un accident d’avion en Yougoslavie, c’est le même Zaharov qui reprend son poste. Or, on constate que cette série d’articles sur la « révolution dans la chose militaire » est publiée durant le « temps » de Birjuzov et qu’elle s’arrête peu avant sa mort. Y-a-t-il relation de cause à effet entre ce changement à la tête de l’état-major et cette date curieuse de publication de l’article de Sokolovskij ? C’est d’autant plus possible que Birjuzov aurait été bien plus proche de Khrouchtchev que ne l’était son prédécesseur et successeur9 et qu’il aurait pu vouloir faire une « mauvaise manière » à Sokolovskij.

Le retour de Clausewitz

29Indépendamment de ces péripéties de la conjoncture politque – coïncidence ou acte volontaire ? – l’ensemble de la réflexion sur la nature de la stratégie conduit à un retour aux sources, aux classiques de la stratégie. Cette nouvelle approche, même si elle n’est pas explicitement affirmée par les différents participants à cette réflexion, paraît, en effet, constituer un retour aux conceptions clausewitziennes de la stratégie. Car, si le discours soviétique ne se réfère, on l’a vu, qu’à la célèbre formule de Clausewitz, il est indéniable que l’ensemble de l’œuvre du stratège prussien est prise en considération par les théoriciens militaires soviétiques. Et ce, même s’il continue d’être qualifié d’auteur « métaphysique bourgeois ».

30On a vu également que si Clausewitz avait été « réhabilité » depuis le milieu des années cinquante ce n’est qu’au début des années soixante que l’on reparle de lui de façon positive. Cela dit, il faut également constater que la littérature militaire soviétique reste toujours aussi discrète sur le contenu de l’ensemble de l’œuvre du stratège prussien. Peut-être parce que les Soviétiques considèrent que Lénine a déjà tout dit sur le sujet et que toute analyse supplémentaire serait superflue.

  • 10 Cité par ARON (R), Sur Clausewitz, Bruxelles, Ed. Complexe, 1987, p. 33.

31Pourtant ce débat sur la nature nouvelle de la stratégie, de même que la remise au goût du jour de la doctrine militaire, peuvent être directement rattachés aux conceptions de Clausewitz sur la « guerre absolue » et sur la « victoire dans la guerre », deux notions éminemment politiques. Clausewitz estimait, en effet, que la notion de victoire relevait de la tactique et non de la stratégie, car une victoire ne peut être que militaire : « le stratège, lui, ne vise pas la victoire en tant que telle »10. Elle ne constitue qu’un instrument lui permettant d’obtenir les résultats politiques escomptés. En fait, il s’agit d’un raisonnement fondé sur l’hypothèse d’une « guerre réelle », dans le sens clausewitzien – et dans l’optique « aronienne » – du terme.

32Or, dès lors que l’on passe du concept de guerre réelle à celui de guerre absolue – que Clausewitz l’ait envisagé comme relevant du domaine du possible ou seulement comme purement théorique – impliquant l’irrécon-ciliabilité des belligérants et la montée aux extrêmes, les notions de victoire militaire et d’objectif politique à atteindre peuvent se confondre. Il semble bien que cela soit cette « fusion » que les Soviétiques aient cherché à exprimer durant leurs débats de 1964.

33Mais, dans le même temps, les Soviétiques ne pouvaient réellement entrer aussi directement dans un tel débat sur la guerre réelle et la guerre absolue, dans la mesure où leur conception de la guerre est certes incompatible avec les concepts clausewitziens mais où elle en est aussi trop proche. En considérant que « le conflit majeur de l’époque » est un conflit mettant en présence deux systèmes irréconciliables, les Soviétiques se rapprochent des conceptions de la « guerre absolue ». Mais comme, dans le même temps, ils reprochent à Clausewitz son idéalisme, ils ne peuvent avoir recours réellement à ce concept. La forme prise par la réflexion menée en URSS en 1964 reflète parfaitement cette préoccupation. Avec l’arme nucléaire, la stratégie et ses objectifs rejoignent la tactique et ses objectifs. La guerre absolue en politique peut devenir également absolue sur le terrain et les conséquences d’une bataille répondre aux objectifs de la stratégie voire de la guerre elle-même. Tel est, semble-t-il le sens qu’il faut donner à ces débats de 1964.

  • 11 Leninskij Sbornik, T. 12, 1930, traduit et commenté in FRIEDL(B), Les Fondements Théoriques de la G (...)

34D’ailleurs, si l’on se réfère aux notes de Lénine sur Clausewitz, on remarque qu’il n’a pas réellement insisté sur la question de la « guerre absolue ou guerre réelle »11. Pourtant, les quelques remarques qu’il a apportées au texte du stratège prussien auraient pu donner des arguments de poids aux théoriciens soviétiques des années soixante. Or ces derniers ne les ont guère utilisés.

35Le fait que ces cahiers de Lénine sur Clausewitz aient été publiés et commentés en 1930 auraient-ils constitué une « interdiction » compte tenu du contexte de déstalinisation ? On ne peut l’exclure.

  • 12 Ibid. p. 66.

36Quels commentaires Lénine apportait-il aux considérations de Clausewitz sur la guerre absolue (VIIIème Livre, chapitres 2 et 3 de De la Guerre). Tout d’abord, aucun commentaire sur la considération que « sous Bonaparte, la guerre a pris son caractère absolu », mais seulement le qualificatif de « dialectique » au fait que « la guerre est un objet qui peut être tantôt plus, tantôt moins la guerre »12

  • 13 Ibid. p. 68.

37Par contre, lorsque Clausewitz, toujours à propos des guerres napoléoniennes et de leur caractère de guerre absolue, affirme que « ainsi libérée de toute entrave conventionnelle, la guerre se déchaîna alors avec toute sa force naturelle. La cause en fut dans la participation des peuples à ce grand intérêt des Etats... », alors Lénine prend sa plume et souligne « la participation des peuples »13.

  • 14 Ibid. p. 88.

38Mais, les notes de l’éditeur de 1930 – l’institut Lénine du CC du PCUS – sont au moins aussi intéressantes que les remarques de Lénine ! A propos de ce huitième livre de Clausewitz, le CC rédige une note – la plus longue des vingt-neuf notes de l’éditeur des Cahiers – dans laquelle il est dit que « la guerre a pris un caractère absolu depuis la Révolution Française. Il est difficile de présager l’avenir mais il est très probable que les guerres futures seront conduites avec une tension non moins grande que les guerres de Napoléon »14.

39Les théoriciens politiques et militaires avaient, dans ces conditions, tous les éléments pour développer, dans cette première moitié des années soixante, des considérations sur la guerre absolue selon Clausewitz/Lénine. Ils ne l’ont pas fait.

  • 15 NIKOL’SKIJ (N), Osnovnoj Vopros Sovremennosti (La question principale de l’époque actuelle), Moscou (...)

40Un seul auteur, pourtant, semble y avoir fait une très timide allusion et être allé au-delà de la seule « formule » de Clausewitz. Cet auteur développait notamment la relation entre victoire politique et victoire militaire, c’est à dire tout ce que les autres n’ont pu, voulu ou su faire à l’époque. Il est vrai que, sur l’ensemble de son ouvrage, Nikol’skij a été l’un des auteurs « réformistes » de l’époque le plus critiqué par la suite. La critique portait notamment sur le point que « pour le politique, la victoire militaire n’est plus la question centrale ; pour le militaire, au contraire, la victoire est l’essence de la guerre. La politique obtient souvent la victoire sans guerre »15.

  • 16 Ibid. p. 363.

41Mais, même si cet auteur a fait « l’effort » de se référer au Leninskij Sbornik de 1930, il en reste, dans ses citations, aux exégèses de la formule. Pourtant la conclusion qu’il en tire ne manque pas d’intérêt : « l’obtention des objectifs politiques constitue le caractère principal d’appréciation de la guerre en tant qu’instrument de la politique. Si la guerre ne peut pas servir de moyen pour obtenir ces buts, la crise devient instrument de la politique »16. On étudiera plus loin l’analyse – exceptionnelle en URSS – de la crise par Nikol’skij. Mais, d’ores et déjà, il est indéniable que son ouvrage présente l’une des analyses les plus approfondies, à l’époque, sur le changement de nature de la stratégie et ses conséquences.

42Plus généralement, la question essentielle qui se pose est de savoir ce qui s’est passé en 1964. Pourquoi est-ce au cours de cette année là – et non avant – que les spécialistes des questions militaires commencent à s’interroger non plus sur la stratégie – stratégie militaire – mais sur sa nature et les changements qu’elle a subis ? Pourquoi est-ce également en 1964 que l’on commence à tirer les premiers bilans de l’évolution de la pensée militaire depuis la guerre et que l’on en propose les premières périodisations.? Cela tient-il aux seules considérations d’ordre militaire ou bien cela s’inscrit-il dans un cadre plus vaste ?

43Si les deux principales publications de l’armée – l’organe du ministère et celui du GlavPU – ont publié une série d’articles sur la « révolution dans la chose militaire », les historiens, sans traiter du même thème, ne sont pas restés pour autant inactifs. En effet, la revue d’histoire militaire commence, en 1964 à tirer des bilans des quelques vingt années qui se sont écoulées depuis la fin de la guerre. Elle tire notamment les bilans des débats qui se sont déroulés depuis 1945, mais elle engage également un débat sur l’histoire de l’art militaire et son enseignement. Elle propose également l’une des premières périodisations de l’histoire de la pensée – ou de l’art – militaire depuis la guerre.

Histoire et périodisation

44L’enseignement de l’histoire militaire en URSS a donné lieu à un important débat qui commence en 1964. Il est lancé par un article du général Krupčenko, suivi de six autres articles, tous publiés en 1964. Le bilan de ce débat ne sera tiré qu’en 1966.

45La publication, en 1963, d’une histoire de l’art militaire sous la direction du maréchal Rotmistrov avait suscité quelques remous, compte tenu de l’attitude du maréchal qui prenait relativement clairement ses distances à l’égard de la nouvelle stratégie militaire. Il revendiquait la nécessité, aussi impérieuse qu’auparavant, de connaître le passé pour comprendre le présent et le futur. Il semblait s’opposer aux « nouveaux » stratèges qui auraient considéré qu’avec l’apparition des missiles, la future guerre ne pourrait en rien ressembler aux guerres passées, conduisant à relativiser l’importance de l’histoire militaire.

46Est-ce son ouvrage qui a lancé le débat parmi les historiens militaires qui saisissent l’occasion pour faire prendre conscience aux jeunes – et aux moins jeunes – de la nécessité de poursuivre les enseignements de l’histoire ? C’est tout à fait vraisemblable. Mais, là encore, comme pour le discours sur la nature de la stratégie, le débat sur l’enseignement de l’histoire paraît s’inscrire dans le cadre plus vaste de la réévaluation de l’ensemble des sciences humaines et sociales en URSS.

47Mais, le plus important, au cours de cette même année 1964 a sans doute été la mise au point et la publication des premières périodisations des années de l’après-guerre et des premiers bilans de cette période. Ceci constitue un élément supplémentaire faisant de cette année une année charnière.

  • 17 KOROTKOV (I), VIZ. 4, 1964, art. cit. p. 40.

48L’article du colonel Korotkov – déjà cité comme « instrument » d’identification de débats qui se sont déroulés depuis 1945 – paraît constituer le premier exemple ou le premier essai de périodisation de la pensée militaire soviétique. Cet article distingue ainsi deux grandes périodes et, dans la seconde période, deux sous-périodes. La première période s’étend de 1945 à 1954 et correspond au « début de la recherche sur les questions de l’art militaire avec l’utilisation de l’arme atomique ». Cette période se caractérise par un changement dans l’organisation de l’armée : par le renforcement du culte de la personnalité qui a eu des répercutions négatives sur l’évolution de l’art militaire, et par une série de discussions au sein des forces armées17.

  • 18 Ibid. p. 43-44 (On peut rappeler que la quasi-totalité des ouvrages soviétiques datent les premiers (...)

49La seconde période commence en 1954. Elle se caractérise par l’introduction, dans les forces armées d’armes nucléaires et balistiques. Cette seconde période se subdivise en deux moments. Un premier, jusqu’en 1956, au cours duquel l’arme nucléaire était transportée par des vecteurs « classiques ». Dans le domaine des idées, cette sous-période a été marquée par un « début de critiques de Staline », ce qui n’a pas pour autant empêché « la persistance d’idées périmées »18.

  • 19 Ibid. p. 45-46.

50La seconde sous-période est qualifiée d’« ère des missiles » et commence en 1957. A partir de cette date et « après une longue interruption, on recommence à travailler sur la dialectique marxiste appliquée à la chose militaire ». Les débats sérieux et de fond, reprennent19.

  • 20 Voir notamment l’introduction à la traduction de la troisième édition du manuel de Sokolovskij par (...)

51Cette périodisation, présentée en 1964 par Korotkov, semble être devenue la norme pour les historiens militaires, au moins jusqu’en 1987. Ceci n’a pas empêché certains observateurs occidentaux d’estimer que les premières périodisations de ces années de l’après-guerre ne seraient apparues qu’à partir de 196620. Certes, l’on peut considérer que, effectivement, à partir de 1966, paraissent les premiers ouvrages faisant état de périodisations et que le poids d’un ouvrage peut être perçu comme étant plus lourd de conséquence pour l’officialisation d’un fait ou d’une idée qu’un simple article de revue. Mais l’article de Korotkov de 1964 n’en marque pas moins une étape importante.

  • 21 STROKOV (A), (sous la direction de), Istorija Voennogo Iskusstva (Histoire de l’art militaire), Mos (...)

52L’ouvrage auquel fait référence H. Fast Scott est une Histoire de l’Art Militaire, publiée en 196621. Le fait qu’elle ait été publiée dans la collection de la Bibliothèque de l’Officier lui donne indéniablement un caractère relativement officiel. Or, Strokov – c’est lui-même qui a rédigé le chapitre traitant de cette question – propose une périodisation qui n’est pas tout à fait identique à celle de Korotkov. Il distingue, en effet, trois phases : la première, est inchangée par rapport à Korotkov et recouvre les années 1945 à 1953 ; la deuxième s’étend de la fin de 1953 au début de 1960 et correspond à l’introduction du nucléaire et des missiles dans les armées soviétiques. La troisième étape commence en 1960, avec la création de l’armée des missiles stratégiques, c’est à dire avec la session du Soviet Suprême de janvier – mais, en 1966, cette session fait déjà partie des sous-entendus du discours politique.

53Même si l’on décide de ne pas distinguer entre période et sous-période, la différence entre Strokov et Korotkov n’en demeure pas moins importante. En effet, Korotkov s’attache à la fois aux réalisations techniques et aux débats alors que Strokov utilise plutôt le critère institutionnel pour distinguer ses trois périodes.

  • 22 Voir notamment KRUPCENKO (I) et al. (sous la direction de), Voennaja Istorija (Histoire militaire), (...)

54Pourtant, quelque vingt ans plus tard, c’est bien la périodisation de Korotkov qui prévaut dans les histoires de l’art militaire et non celle de Strokov, y compris dans des ouvrages publiés dans la collection de la Bibliothèque de l’Officier22.

55Mais, sans nier l’importance de l’ouvrage de Strokov, il ne semble pas que l’on puisse pour autant sous-estimer l’ importance de l’article de Korotkov dans la mesure où il dresse le premier bilan des vingt années écoulées depuis la guerre. Lancerait-il alors un débat sur cette question de la périodisation ? Si cela avait été le cas, on ne pourrait que constater l’absence de reflets d’un tel débat dans la littérature ouverte. De plus, les éléments de l’histoire des idées en matière militaire, présentées dans l’article de Korotkov correspondent en tous points avec ce qui a été publié par la suite. Cette propension à effectuer des périodisations a, par ailleurs concerné un autre élément de la science militaire : l’organisation militaire. Et ce, dès 1964. Ceci montrerait par conséquent que l’idée selon laquelle le temps était venu d’opérer une périodisation de la chose militaire remonte bien à 1964, et non plus tard, et que la périodisation, proposée par Korotkov est, en fin de compte, celle qui a fait autorité.

Dissuasion et nature de la future guerre

56Dans le courant de 1965, quelques auteurs, et non des moindres, paraissent avoir intégré – ou voulu intégrer – le principe de la dissuasion, sinon dans le concept, tout au moins dans le discours stratégique soviétique. On le retrouve, paradoxalement, surtout chez des auteurs que l’on pourrait plutôt qualifier d’orthodxes et/ou qui n’ont jamais eu un profil de « lanceur d’idées » ou de « ballons d’essais ». Mais on retrouve, également en 1965, ce même thème, développé par certains autres auteurs qui aboutissent à des conclusions qui, pour être logiques, n’en étaient pas moins, à l’époque, parfaitement hérétiques.

57En d’autres termes, les conditions politiques – intérieures comme internationales – et techniques – nouvelle génération de missiles, montée en puissance quantitative, mise en place des premiers systèmes anti-missiles – jointes à la nouvelle approche de la stratégie engagée l’année précédente sont indéniablement les causes principales de la relance du débat sur la nature de la guerre.

Une officialisation de la dissuasion ?

58Malgré certaines tentatives effectuées en 1961 (voir chapitre 10), le concept de dissuasion n’a, on l’a vu, jamais été admis dans l’arsenal conceptuel de la stratégie soviétique, qu’il s’agisse de sa conception « endiguement » (Sderživanié) ou de sa conception « épouvante » (Ustrašenie). Pourtant, trois auteurs, réputés parfaitement orthodoxes, abordent, directement ou non cette question et, au hasard d’une phrase, l’appliquent à l’Union Soviétique et à ses forces stratégiques : il s’agit, on vient de le voir, du maréchal Sokolovskij, ainsi que du lieutenant-colonel Rybkin et du général Lomov.

59Cela dit, il semble que ces auteurs se soient limités à utiliser le terme pour soi, sans pour autant tirer toutes les conséquences de son éventuelle introduction dans le concept stratégique soviétique. D’autres auteurs, par contre, sont allés plus loin et tireront de leurs analyses toutes les conclusions nécessaires. Mais pour cela, sur la forme comme sur le fond, ces auteurs seront condamnés.

60C’est en mars 1965, en abordant les étapes de l’organisation des forces armées que Sokolovskij et Ceredničenko ont sinon abordé tout au moins mentionné l’idée de la fonction dissuasive des armes nucléaires soviétiques. Mais, aucun développement de cette idée – s’agissait-il d’une idée ou seulement d’un mot ? – ne permet d’étayer la thèse selon laquelle l’URSS aurait intégré le principe de la dissuasion dans son concept stratégique général.

  • 23 SOKOLOVSKIJ (V), CEREDNICENKO (M), « O sovremennoj voennoj strategii » (La stratégie militaire cont (...)

61Une situation identique se retrouve dans deux articles parus dans la revue du GlavPU, en septembre et novembre 1965. On constate d’ailleurs qu’un an plus tard, les mêmes Sokolovskij et Ceredničenko reviennent sur la fonction des armes nucléaires stratégiques, mais reprennent la formulation classique – et antérieure23.

62L’article du lieutenant-colonel Rybkin se proposait de traiter de la relation entre guerre et politique à l’époque des armes nucléaires. Son propos est avant tout de critiquer les conceptions occidentales mais également – et peut-être surtout – de quelques auteurs soviétiques, en répondant à la question de la possibilité de remporter une victoire – politique – par le moyen d’une guerre nucléaire.

  • 24 RYBKIN (E), « O suščnosti mirovoj raketno-jadernoj vojny » (La nature de la guerre des misiles nucl (...)
  • 25 Ibid. p. 54.

63Après avoir critiqué les auteurs ou acteurs politiques occidentaux, tels Kennedy, Liddell Hart, Kissinger, Taylor... selon lesquels « la guerre a cessé d’être un moyen de la politique », mais également les « pacifistes réactionnaires utopistes », Rybkin aborde la conception soviétique, « à la lumière des changements apportés par la révolution dans la chose militaire »24. C’est à ce sujet qu’il affirme que la « présence de l’arme nucléaire en URSS fait office de facteur dissuadant la propension des impérialistes à déclencher une guerre mondiale. Néanmoins, les contradictions susceptibles de conduire à une telle guerre subsistent ainsi que la possibilité de son déclenchement »25.

  • 26 Ibid. p. 55.
  • 27 Ibid. p. 56.

64Cela signifie-t-il que la victoire dans une guerre nucléaire mondiale soit impossible ? Certes non, affirme Rybkin, critiquant au passage les affirmations de Liddell Hart mais également celles du général Talenskij. La victoire n’est pas impossible car si « personne ne nie les graves conséquences d’une guerre nucléaire », on ne peut pour autant nier la possibilité d’en sortir victorieux car, affirmer le contraire « serait faux non seulement du point de vue théorique mais aussi dangereux politiquement »26. De plus, une telle conclusion conduirait au « désarmement moral, au fatalisme et à la passivité »27.

65L’article du général Lomov, tout en étant plus discret dans ses affirmations, n’en est pas moins à la limite de l’orthodoxie en vigueur. Cet article est particulièrement contrasté puisque, d’un côté il s’agit sans doute de l’un des textes les plus agressifs publiés au cours de ces années dans la presse soviétique ; mais, d’un autre côté, il adopte un discours qui, par certains aspects, pourrait se rapprocher de certains auteurs soviétiques que, par commodité, l’on qualifiera de « révisionnistes ».

  • 28 LOMOV (N) « Vlijanie voennoj doktriny na razvitie voennogo iskusstva » (L’influence de la doctrine (...)

66Lomov reprend en effet le discours traditionnel sur la nature de la guerre nucléaire et les principaux éléments de la stratégie sokolovskienne. Il est cependant l’un des rares auteurs à insister aussi explicitement, dans la littérature ouverte, sur sa nature offensive : « le caractère offensif de la doctrine militaire soviétique détermine logiquement une stratégie offensive à laquelle correspondent les conceptions tactiques et opératives d’emploi de toutes les armes »28.

  • 29 Ibid. p. 20.

67Pourtant, une phrase de cet article – dont il est douteux qu’elle ait pu échapper à la vigilance de l’auteur ou des « censeurs » de la revue – n’est pas sans rappeler certaines conceptions « révisionnistes » ou tout au moins rappeler leur approche du principe de la dissuasion. Il affirme ainsi que « la science militaire soviétique estime que la guerre des missiles nucléaires, si on ne peut la prévenir... »29. Cette formulation « si on ne peut la prévenir » peut en effet être perçue comme correspondant à un éventuel échec de la dissuasion nucléaire. Car, en règle générale, la formule consacrée dans ce genre d’affirmation est « si les impérialistes la déclenchent ». Dans ce sens, on pourrait estimer que Lomov reconnaîtrait implicitement la fonction dissuasive des forces nucléaires soviétiques, tout au moins dans la conception qu’en avaient Rybkin et Sokolovskij, quelques mois auparavant.

  • 30 Ibid. p. 15.

68Cependant, si l’on se replace dans le cadre général particulièrement agressif de l’article, on peut interpréter cette formulation de façon inverse, l’URSS se présentant alors implicitement comme l’agresseur. Elle considèrerait alors que l’impérialisme étant par essence belligène, et que, si la nécessité s’en faisait sentir, il pourrait y avoir un moment où l’URSS, pour assurer sa victoire, n’a pas d’autre choix que de lancer une attaque. En d’autres termes, un rappel, avec la discrétion habituelle, du principe d’une frappe préemptive. Cette interprétation, corrélée avec un autre passage de l’article, pourrait confirmer cette hypothèse. On constate en effet que Lomov ne parle pas de frappe destructrice en riposte, mais seulement de « porter une frappe destructrice à l’agresseur impérialiste »30. L’ensemble, rapporté à son rappel de la nature explicitement offensive de la doctrine et de la stratégie soviétiques, renforce encore cette interprétation.

69Même si la seconde hypothèse paraît plus près de la ligne que la première, ni l’une ni l’autre n’ont été reprises dans la littérature militaire soviétique et cet article de Lomov reste relativement atypique.

70Atypique également, mais dans l’autre sens, est la série d’articles que publie le général Talenskij à cette époque. Si celui-ci intervient directement dans ce débat ou dans l’énoncé de points de vue discordants en 1965, sa personnalité également mérite que l’on s’arrête sur l’ensemble de ses travaux depuis la première moitié des années cinquante. Le « cas » Talenskij s’inscrit d’ailleurs, vraisemblablement, dans la perspective d’un mouvement, alors marginal, visant à introduire un authentique concept de dissuasion dans la stratégie soviétique. Ce cas peut ainsi être relié à la publication de l’ouvrage de Nikol’skij qui aboutissait à des conclusions du même ordre que celles de Talenskij.

Le « cas » Talenskij

71Les travaux du général-major Nikolaj Talenskij ont déjà été cités à plusieurs reprises et en plusieurs occasions. Dès la mort de Staline, le général Talenskij s’était fait remarquer par son « non-conformisme », un non-conformisme qui lui a sans doute coûté sinon sa carrière tout au moins la possibilité d’occuper des fonctions militaires plus prestigieuses. Il avait, on l’a vu, déjà en 1961, tenté d’introduire le principe de la dissuasion dans l’arsenal conceptuel soviétique. Depuis lors, son propos à ce sujet s’est affiné et, surtout, il va pousser son raisonnement jusqu’au bout de sa logique. Cette progression est particulièrement visible dans la succession d’articles qu’il publie régulièrement dans la Vie Internationale depuis 1961.

72Après ses prises de position de 1961, c’est surtout à partir de la fin de 1963 que Talenskij reprend le thème de la dissuasion, ce qui le conduit à s’interroger sur les conséquences d’une guerre nucléaire et, plus largement, sur la relation entre guerre et politique.

  • 31 TALENSKI (N) « Sincère ? Oui. Réaliste ? Non », La Vie Internationale, 3, 1965, p. 105.

73Entre ces deux moments, Talenskij fait néanmoins une brève allusion à la possibilité d’instaurer un principe de « dissuasion minimum » dans son commentaire des plans de désarmement proposés simultanément par l’URSS et par les Etats Unis. Il affirme à ce sujet : « L’Union Soviétique est d’accord pour qu’une partie des fusées intercontinentales et des armes thermonucléaires restent à la disposition des Etats Unis et de l’Union Soviétique... à titre de force de dissuasion minimum. En outre, il est admis que les moyens de défense anti-aérienne et anti-missiles seront conservés »31. La deuxième partie de cette phrase reprend, en fait, la conception officielle de l’URSS qui, à l’époque, polémique avec l’ouest pour qui la mise en place des systèmes ABM réduit la fonction dissuasive des autres armes nucléaires.

  • 32 TALENSKI (N), ERMONSKI (A), MELNIKOV (D) « Le problème majeur du XXème siècle », La Vie Internation (...)

74Mais c’est surtout à partir de la fin de 1963 que Talenskij commence à formuler une conception qui n’est pas sans rappeler celle que Malenkov avait tenté d’imposer en 1953-54. Le prétexte, assez logique en soi, est celui de la polémique avec la Chine sur la question de la coexistence pacifique. Dans un article collectif publié en septembre 1963, Talenskij s’attache à commenter et à tirer des conclusions de la « lettre ouverte » que le PC soviétique adresse au PC chinois32. Le conflit idéologique bat alors son plein et les Chinois reprochent aux Soviétiques d’hésiter à déclencher un conflit mondial, y compris nucléaire, qui permettrait de se débarrasser définitivement de l’impérialisme.

  • 33 Ibid. p. 16.

75Il développe ainsi le principe de la « dialectique du quantitatif et du qualitatif » qu’il applique aux armements et à la guerre. On est, en effet, à la fin de 1963 et une réflexion théorique rénovée sur la guerre, la stratégie et les relations internationales commence à être diffusée. En d’autres termes, les Chinois n’ont pas su s’adapter à des circonstances qualitativement nouvelles qui ont modifié la nature de la guerre. Talenskij affirme ainsi que « l’arme nucléaire... donne à la guerre éventuelle un caractère qualitativement nouveau. Ne pas le comprendre signifie ne pas voir l’évolution qui se déroule dans le monde »33.

  • 34 Ibid. p. 16.

76Mais, ce qui est peut-être le plus important dans cet article – et l’on peut penser que Talenskij en est l’initiateur, compte tenu de ses « antécédents » – est cette considération selon laquelle « la bombe réduit jusqu’à un certain point les possibilités qu’a ce régime [impérialiste] de provoquer une catastrophe universelle »34. Certes, il s’agissait pour les trois auteurs de répliquer vivement aux attaques chinoises, mais cela seul n’explique pas cette dernière considération. Talenskij a toujours été un partisan fervent de l’introduction de la notion de dissuasion – ses écrits antérieurs en témoignent. Mais si l’on confronte ce texte à deux autres articles parus en 1964 et 1965, on constate que cette considération reflète une conception – voire une conviction – profonde de Talenskij et non une simple déclaration de circonstance pour s’opposer à un texte chinois.

  • 35 TALENSKI (N) « Les systèmes anti-fusées et le problème du désarmement », Vie Internationale, 10, 19 (...)
  • 36 Ibid. p. 16.
  • 37 Ibid. p. 17.

77Le premier de ces textes paraît plus d’un an après cet article collectif. Son objet est, d’une part, de défendre l’introduction du système ABM, comme élément du renforcement de la sécurité35 ; d’autre part, de s’attaquer au concept de stratégie anti-forces, développé aux Etats Unis, et considéré comme un concept de première frappe. C’est à l’occasion de cette double critique des conceptions occidentales qu’il reprend et développe ses deux idées majeures et, pourrait-on dire, constantes. La première est celle que l’arme nucléaire « a rendu la guerre absolument inconcevable sur le plan politique. Cela aurait des conséquences catastrophiques pour l’humanité toute entière »36. Sa seconde grande idée consiste à penser que « du point de vue de la stratégie, de puissantes forces de dissuasion, jointes à une défense anti-fusées efficace, élèvent substantiellement la stabilité de la dissuasion réciproque »37.

78Certes, Talenskij précise-t-il que, à la différence de l’URSS, le principe américain de dissuasion est un « système de dissuasion par la terreur ». Mais il n’en reconnaît pas moins implicitement le principe de l’équilibre stratégique – même si le terme ne fait pas encore partie du « vocabulaire international » courant – qui est garanti par l’existence d’une dissuasion mutuelle entre les deux systèmes et que les armes nucléaires soviétiques ont, elles aussi, une fonction dissuasive, même si l’URSS ne peut reconnaître l’aspect « menaçant » de leurs armes.

79Mais c’est dans son dernier article – le dernier car il semble qu’il n’ait plus rien publié avant sa mort qui intervient peu après – que l’on voit sa réflexion arrivée à maturation et qu’il tire toutes les conclusions qui s’imposaient de ses écrits antérieurs. On constate d’ailleurs que cet article de 1965 paraît à un moment – on vient de le voir – où certains auteurs reconnaissent une fonction dissuasive aux armes nucléaires soviétiques. Est-ce pour cette raison que Talenskij cherche à dépasser encore cette vision nouvelle – et éphémère – ou bien parce qu’il a une avance considérable sur la réflexion de ses collègues militaires. On ne sait. Toujours est-il qu’en mai 1965, dans un article qui s’inscrit dans une série de trois articles consacrée au vingtième anniversaire de la victoire de 1945, il présente un aboutissement de sa réflexion stratégique. Cette réflexion sur la relation entre guerre et politique attendra plus de dix ans avant de revenir à l’ordre du jour des débats au sein de l’armée, tout au moins dans la littérature ouverte. Mais, en 1965, Talenskij et ses idées seront très vivement critiqués par les tenants de l’orthodoxie.

  • 38 TALENSKIJ (N), « Réflexions sur la dernière guerre », La Vie Internationale, 5, 1965, p. 16-22.
  • 39 Ibid. p. 19.

80Dans cet article de 196 538, Talenskij ne parle plus de dissuasion. C’est, semble-t-il, au moins pour lui, une chose considérée comme acquise et sur laquelle il a d’autant moins à revenir que, au moins en ce début de 1965, elle semble admise par plusieurs auteurs – et des plus orthodoxes. Par contre, il traite du principe même sur lequel la dissuasion est fondée : la relation entre guerre et politique. On sait que les Soviétiques ont toujours été très attachés à la « formule » de Clausewitz-Lénine. Or, Talenskij affirme, dans ce texte, que « de nos jours la pire des illusions serait de croire que la guerre thermonucléaire peut encore servir d’instrument de la politique, que l’on peut simultanément atteindre des buts politiques en employant l’arme nucléaire et s’en tirer soi-même sans dommages, que l’on peut trouver des formes acceptables de guerre atomique ». Puis, après avoir critiqué la stratégie anti-forces, il ajoute, pour conclure : « la guerre a cessé d’être un moyen politique pour se transformer en instrument de suicide national et social »39.

81Comme Malenkov en son temps, Talenskij, avec quelques autres tels Nikol’skij, est donc l’un des rares auteurs soviétiques à chercher à penser la guerre en termes stratégiques, au-delà du dogme établi, et à tirer de véritables conclusions, des conclusions que la logique impose et non pas celles, faussées par le nécessité du respect d’un discours non réévalué. Les thèses de Talenskij pourraient ainsi être considéré comme le pendant militaire de la « nouvelle école » de sociologie ou de science politique qui vient d’émerger.

82Marginalisé depuis le début des années cinquante, Talenskij peut également être perçu comme le porte-parole d’une « hétérodoxie officielle », comme « l’iconoclaste organique » permettant aux autres auteurs de mieux fixer une ligne qui, pour n’être pas nécessairement stratégiquement fondée, n’en doit pas moins préserver sa propre logique – ou tout au moins en préserver l’apparence.

  • 40 Le principe des MAD est explicitement formulé dans le discours stratégique américain à partir de 19 (...)

83Politiquement, le discours que tient Talenskij en 1965, ne pouvait être accepté par les tenants de l’orthodoxie. A un moment où McNamara lance le principe des Destructions Mutuelles Assurées (MAD)40 et où ce principe est systématiquement critiqué par les militaires et les politiques soviétiques, il était difficile, même par allusion, de le faire admettre comme un principe qui pût être commun aux deux grandes puissances nucléaires. Lorsque Talenskij parle, à la fois, de l’impossibilité de « s’en tirer sans dommages » et de « trouver des formes acceptables de guerre atomique », n’est-ce pas d’abord au principe des MAD qu’il pense ?

  • 41 On retrouve un débat identique en 1979-80, en 1983-85 et depuis la fin de 1988.

84De plus, son affirmation encore plus hérétique – idéologiquement parlant – selon laquelle la guerre ne peut plus être la continuation de la politique est alors encore plus lourde de conséquence41. Une telle affirmation implique en effet la nécessité de réévaluer tout le discours sur la nature de l’impérialisme. Or, l’impérialisme est sans doute l’un des concepts de base, sinon le concept fondateur et « justificateur » à partir duquel se définit le système communiste mondial. Remettre en cause un tel concept aurait des conséquences sur tout l’édifice idéologique soviétique et, en 1965, l’URSS n’est pas prête à envisager de tels bouleversements.

85Ceci explique pourquoi, soit directement soit indirectement, les conceptions de Talenskij ont été très violemmment prises à parti dans plusieurs publications et, pour ce qui concerne la presse périodique, dans des délais relativement rapides.

  • 42 RYBKIN (E), KVS, 17, septembre 1965, art. cit. p. 55.

86Ainsi, le lieutenant-colonel Rybkin dans son article de la revue du GlavPU, déjà cité, s’en prend-il, au même titre qu’à Liddell Hart, à la fois à l’ouvrage de Nikol’skij et à l’article de Talenskij de mai 1965. Il leur reproche leur conception selon laquelle il est impossible d’obtenir la victoire dans une guerre nucléaire et s’attache, au contraire, à démontrer que, malgré les destructions considérables qu’un tel conflit entraînerait, la victoire reste possible car elle ne dépend pas seulement « de la nature des armes mais également de la corrélation des forces entre les parties belligérantes »42.

  • 43 SUSKO (N), KONDRATKOV (T), (sous la direction de), op. cit. p. 34.

87La critique de cette conception se retrouve, plus complète, dans l’ouvrage de Susñko et Kondratkov, publié en 1966. Là encore, ce sont les mêmes auteurs, les mêmes articles et les mêmes idées qui sont pris à parti : Talenskij et Nikol’skij. On retrouve dans ces critiques la distinction entre le dogme et la logique, entre l’orthodoxie ou la discipline et une authentique réflexion. L’ouvrage condamne ainsi en bloc l’ouvrage de Nikol’skij, sans aucun détail, ni commentaire43.

  • 44 Ibid. p. 33. L’article qui est ici visé est celui publié dans La Vie Internationale, 12, 1961. Et, (...)

88Il est par contre plus précis dans sa critique de Talenskij. Selon Susñko et Kondratkov, la première marque de déviation de Talenskij remonte à 1961 lorsqu’il affirmait que la nature de la guerre nucléaire l’empêchait d’être « un simple prolongement de la politique. Ce point de vue a été développé par Talenskij dans d’autres articles »44.

  • 45 Ibid. p. 34.

89Le bilan que tirent les deux auteurs de cet ouvrage de 1966 est que « tout en soulignant justement le danger d’une guerre nucléaire, les auteurs cités [Nikol’skij et Talenskij] confondent la question de la nature sociale de la guerre avec la question de la rationnalité ou de l’irrationnalité de l’utilisation de l’arme nucléaire, de la capacité ou non d’obtenir ce but politique en vertu duquel un Etat impérialiste peut déclencher une guerre. Une telle approche n’est pas juste en ce qu’elle conduit inévitablement à une fausse appréhension de la nature d’une éventuelle guerre nucléaire et de son rapport à la politique »45.

90De son côté, que disait Nikol’skij, représentant civil de la « nouvelle école » de pensée stratégique ou tout au moins de ceux qui ont cherché à pousser la réflexion sur la révolution dans la chose militaire jusqu’au bout de sa logique ?

Les partisans de la dissuasion

91Un des principaux intérêts de l’ouvrage de Nikol’skij est que, tout en traitant directement de la question de la paix, de la guerre et, fait exceptionnel en URSS, des crises, il adopte une position et une approche similaires à celle des sociologues et autres théoriciens des sciences sociales (voir chapitre suivant).

92Son ouvrage justifie notamment l’intérêt naissant des politistes, spécialistes des relations internationales, pour la stratégie et l’utilité des échanges entre milieux académiques et militaires sur ces questions. En effet, selon Nikol’skij, il n’y avait pas d’autre stratégie que militaire jusqu’à ce que Lénine l’élève également au niveau du politique. On se souvient que, sous Staline également, existait un discours sur la stratégie politique et la stratégie militaire.

  • 46 NIKOL’SKIJ (N), p. 183.

93Mais, si la référence à Lénine est de rigueur, il n’en demeure pas moins évident que c’est d’abord à ses contemporains que pense Nikol’skij. Le fondement de la « stratégie politique », dans son rapport à la stratégie militaire est la coexistence pacifique, une « stratégie de paix » qui dispose également d’un « art opératif diplomatique » et d’une tactique46.

  • 47 Ceci est relativement clairement sous-entendu dans la préface de l’ouvrage : ibid. p. 3-

94On constate en effet que, par le sujet qu’il traite – mais non par la façon dont il le traite – cet ouvrage aurait pu être le fait d’un auteur militaire et être publié aux éditions militaires. Nikol’skij cherche, en fait, implicitement à démontrer le lien qui existe entre les études sur la chose militaire et sa révolution d’une part et, de l’autre, l’approche par les méthodes des sciences sociales, une approche qui dépasserait la seule « méthodologie marxiste-léniniste »47.

  • 48 Ibid. p. 307-316.

95C’est également dans cette perspective que l’on peut placer l’aspect le plus intéressant et original de l’ouvrage de Nikol’skij : la crise de la guerre provoquée par l’apparition de l’arme thermonucléaire. La « science politique » soviétique a toujours été et est toujours, en effet, très avare en analyses du phénomène de crise. Si Nikol’skij lie initialement cette crise de la guerre à la notion de crise générale du capitalisme apparue dans les années trente, c’est d’abord comme caution d’une orthodoxie qu’il s’empresse de dépasser. Il développe alors l’idée d’une crise sociale de la guerre dans les conditions où le système impérialiste – système belligène par nature – est confronté à un autre système qui, lui, permet de nier l’inéluctabilité des guerres48.

  • 49 Ibid. p. 371.

96En fait, prudence oblige, c’est par une analyse de la dissuasion – dans sa conception implicitement occidentale – comme stratégie de non-guerre que Nikol’skij développe son idée de la crise de la guerre49. En affirmant, toujours aussi précautionneusement, l’impossibilité d’une victoire dans une guerre nucléaire, il ne s’en met pas moins en porte à faux avec le discours officiel de l’époque. Celui-ci, en effet ne reconnaît ni la validité du principe de dissuasion pour l’URSS, ni même qu’il puisse être celui, véritablement adopté par la stratégie américaine. Nikol’skij rejoint ainsi les idées développées par le général Talenskij dès les années cinquante et qu’il reprend au même moment.

  • 50 Ibid. p. 381.
  • 51 Ibid. p. 383.

97C’est dans cette perspective de crise de la guerre que Nikol’skij inscrit ses analyses de la victoire politique et de la victoire militaire. Il les inscrit ainsi dans un environnement épistémologique largement plus développé que chez tous les autres auteurs, civils ou militaires, qui se sont penchés sur ce thème en URSS. L’ouvrage de Nikol’skij constitue, en fait, une tentative de théorisation « extra-marxiste-léniniste » de la coexistence pacifique à partir de son analyse de la notion de crise : « la crise des guerres nie la guerre comme norme inéluctable, mais elle ne l’exclut pas comme possibilité »50. La principale expresion de cette crise est, selon Nikol’skij, l’éventualité de voir une guerre déclenchée par hasard : « sous le terme de hasard, il faut entendre le déclenchement d’une catastrophe thermonucléaire mondiale à l’insu d’une action conséquente des hommes et contre leur volonté, sous l’effet de causes techniques dans le domaine de l’armement, des systèmes de contrôle automatique ou des systèmes de communication »51.

98L’influence de la crise de Cuba et de l’accord de 1963 sur l’installation du « téléphone rouge » sont encore très présents. Or, le facteur « hasard » est une « expresion directe de la crise de la guerre », un hasard, que l’on trouve chez Clausewitz, mais que les stratèges soviétiques ont, de tous temps, rejeté, en raison de la « scientificité » de leur analyse de la guerre.

99Pourquoi donc l’année 1964 ? Certes, pour ce qui concerne les sciences sociales, on peut penser que le « mot d’ordre » de réflexion dans ce domaine, lancé dans la seconde moitié des années cinquante, commence à porter ses fruits. Mais, pour ce qui concerne plus spécifiquement la chose militaire et les relations internationales, il semble que la publication de réflexions dans ces domaines ait été le résultat d’une demande, sinon d’un besoin, découlant de l’évolution de la situation internationale.

100Pour paraphraser Marx, on pourrait dire que, jusqu’alors, les découvertes et les progrès réalisés, tant dans le domaine technique que diplomatique avaient permis de transformer le monde. Or, il s’agit désormais de l’expliquer afin d’en mieux maîtriser l’évolution. On avait repensé la stratégie militaire en fonction de concepts anciens et reconnus, mais l’on n’avait pas réellement repensé la guerre ni la fonction de la stratégie dans sa perspective nouvelle.

  • 52 « Pomnit’ uroki istorii » (Se souvenir des leçons de l’histoire), Izvestija, 29 janvier 1989. Cet a (...)

101Parce que les Etats Unis et l’URSS ont été à la limite du déclenchement d’un conflit thermonucléaire en 1962 – ce que semblent confirmer les historiens et témoins des deux pays qui se sont réunis à Moscou en janvier 198952 – les théoriciens d’alors ont dû réfléchir sérieusement aux moyens de limiter les risques de guerre. Ils ont dû penser à la mise au point de moyens ou d’un système de signes diplomatico-techniques permettant d’améliorer la qualité des communications entre belligérants potentiels quant à la signification exacte des signes que chacun émettait. Il ne s’agit plus alors d’améliorer exclusivement techniquement cette communication. Il doit également exister des ponts dans le domaine de la réflexion, pour faire face aux crises dont la nature a également changé.

102Les Soviétiques ont dû également repenser leur conception du désarmement de façon concrète et non plus comme un discours idéologique qui visiblement n’était plus crédible auprès des « opinions publiques » qu’il était censé toucher. Ils ont dû repenser, enfin, la notion de guerre, voire de non-guerre, induite par l’apparition des armes de destruction massive, d’une guerre qui ne peut plus appartenir aux seul militaires.

103Avec des moyens méthodologiques limités par les contraintes d’une nécessité de cohésion de tout discours nouveau avec l’ensemble de l’idéologie ; avec une absence de tradition épistémologique et méthodologique, les spécialistes civils et militaires se sont donc lancés dans cette « aventure ». Certes, sur le plan strictement « scientifique » ou théorique, on ne peut comparer ces travaux à leurs pendants occidentaux. Même après plus de vingt années d’exercices dans le domaine théorique, les recherches soviétiques – au moins celles qui ont été publiées –, restent d’un intérêt méthodologique limité. Il existe encore certains tabous théoriques et certains sujets qui impliqueraient que l’on levât ces tabous. Même sous Gorbatchev, ces contraintes subsistent et il faudra encore longtemps avant que les Soviétiques se « libèrent » de la « science marxiste-léniniste ».

Notes

1 MALINOVSKIJ (R), « Revoljucija v voennom dele i zadači voennoj pecati » (La révolution dans la chose militaire et les tâches de la presse militaire), KVS, 21, novembre 1963, p. 8-10.

2 Cet article est situé en tête du recueil des textes sur ce sujet : Problemy Revoljucii v Voennom Dele (Les problèmes de la révolution dans la chose militaire), Moscou, Voenizdat, 1965, p. 3-7. Le dépôt du manuscrit est daté du 15 juin 1964. Il est achevé d’imprimer le 21 octobre 1964, soit juste après le limogeage de Khrouchtchev. Il s’en est suivi une modificaton du texte – exclusivement sur la forme – consistant à éliminer sinon les citations de Khrouchtchev, tout au moins les références à leur auteur !.

3 Krasnaja Zvezda, 7 janvier 1964. Cet article est reproduit, avec quelques modifications dans le recueil Problemy Revoljucii..., op. cit. p. 115-124.

4 Ibid. (p. 120 du recueil), souligné dans les deux textes.

5 Krasnaja Zvezda, 8 avril 1964 (p. 127-128 du recueil).

6 Ibid. (p. 129 du recueil).

7 On retrouve ces points de vues dans les articles du général Stemenko sur « le progrès scientifique et technique et son influence sur le développement de la chose militaire » (p. 80- 81), du général d’aviation Sbytov sur « la révolution dans la chose militaire et ses résultats » (p. 93) et du colonel Derevjanko sur « quelques particularités de factuelle révolution dans la chose militaire » (p. 105).

8 Krasnaja Zvezda, 25 août 1964 (« L’art militaire à une nouvelle étape ». La suite de l’article est publiée dans le numéro du 28 août).

9 Voir notamment sur ce point, GARTHOFF (R), Soviet Military Policy, op. cit. p. 60.

10 Cité par ARON (R), Sur Clausewitz, Bruxelles, Ed. Complexe, 1987, p. 33.

11 Leninskij Sbornik, T. 12, 1930, traduit et commenté in FRIEDL(B), Les Fondements Théoriques de la Guerre et de la Paix en URSS, Paris, Ed. Médicis, 1945, 207 p.

12 Ibid. p. 66.

13 Ibid. p. 68.

14 Ibid. p. 88.

15 NIKOL’SKIJ (N), Osnovnoj Vopros Sovremennosti (La question principale de l’époque actuelle), Moscou, M.O., 1964, p. 362.

16 Ibid. p. 363.

17 KOROTKOV (I), VIZ. 4, 1964, art. cit. p. 40.

18 Ibid. p. 43-44 (On peut rappeler que la quasi-totalité des ouvrages soviétiques datent les premiers essais des missiles stratégiques de 1956 et non de 1957. C’est notamment le cas dans les trois éditions de Sokolovskij).

19 Ibid. p. 45-46.

20 Voir notamment l’introduction à la traduction de la troisième édition du manuel de Sokolovskij par H. Fast Scott, op. cit. p. XXXI.

21 STROKOV (A), (sous la direction de), Istorija Voennogo Iskusstva (Histoire de l’art militaire), Moscou, Voenizdat, (Bibliothèque de l’Officier), 1966, 656 p. Le dépôt du manuscrit est daté du mois août 1965. Il sort des presses en décembre suivant.

22 Voir notamment KRUPCENKO (I) et al. (sous la direction de), Voennaja Istorija (Histoire militaire), Moscou, Voenizdat, 1984, p. 343 ; PANOV (B) et al. (sous la direction de), Istorija Voennogo Iskusstva (Histoire de l’art militaire), Moscou, Voenizdat, 1986, p. 442 ; ZILIN (P) (sous la direction de), Istorija Voennogo Iskusstva (Histoire de l’art militaire), Moscou, Voenizdat (Bibliothèque de l’Officier), 1986, p. 393. Par contre, un ouvrage paru en 1987 propose un autre découpage et distingue la périodisation de l’art militaire et celle de la stratégie militaire : LARIONOV (V), GAJVORONSKIJ (F), Evoljucija Voennogo Iskusstva : Etapy, Tendencii, Principy (Evolution de l’art militaire ; étapes, tendances, principes), Moscou, Voenizdat, 1987, p. 203 (Il s’agit du même Larionov qui a été secrétaire de rédaction du manuel de Sokolovskij).

23 SOKOLOVSKIJ (V), CEREDNICENKO (M), « O sovremennoj voennoj strategii » (La stratégie militaire contemporaine), KVS, 7, avril 1966, p. 59-66.

24 RYBKIN (E), « O suščnosti mirovoj raketno-jadernoj vojny » (La nature de la guerre des misiles nucléaires), KVS, 17, septembre 1965, p. 51.

25 Ibid. p. 54.

26 Ibid. p. 55.

27 Ibid. p. 56.

28 LOMOV (N) « Vlijanie voennoj doktriny na razvitie voennogo iskusstva » (L’influence de la doctrine militaire sur le développement de l’art militaire) KVS, 21, novembre 1965, p. 17.

29 Ibid. p. 20.

30 Ibid. p. 15.

31 TALENSKI (N) « Sincère ? Oui. Réaliste ? Non », La Vie Internationale, 3, 1965, p. 105.

32 TALENSKI (N), ERMONSKI (A), MELNIKOV (D) « Le problème majeur du XXème siècle », La Vie Internationale, 9, 1963, p. 10-17.

33 Ibid. p. 16.

34 Ibid. p. 16.

35 TALENSKI (N) « Les systèmes anti-fusées et le problème du désarmement », Vie Internationale, 10, 1964, p. 15-19 (On reviendra plus loin sur cette question des ABM).

36 Ibid. p. 16.

37 Ibid. p. 17.

38 TALENSKIJ (N), « Réflexions sur la dernière guerre », La Vie Internationale, 5, 1965, p. 16-22.

39 Ibid. p. 19.

40 Le principe des MAD est explicitement formulé dans le discours stratégique américain à partir de 1965. Mais il était déjà implicitement contenu dans la formulation publique de la doctrine de la « riposte graduée (1962) et explicitement présenté dans des documents classifiés. Voir notamment NACHT (M), The Age of Vulnérabilité Washington, Brookings, 1985, p. 87- 89.

41 On retrouve un débat identique en 1979-80, en 1983-85 et depuis la fin de 1988.

42 RYBKIN (E), KVS, 17, septembre 1965, art. cit. p. 55.

43 SUSKO (N), KONDRATKOV (T), (sous la direction de), op. cit. p. 34.

44 Ibid. p. 33. L’article qui est ici visé est celui publié dans La Vie Internationale, 12, 1961. Et, parmi « les autres articles », il est fait référence à celui paru dans la même revue en mai 1965.

45 Ibid. p. 34.

46 NIKOL’SKIJ (N), p. 183.

47 Ceci est relativement clairement sous-entendu dans la préface de l’ouvrage : ibid. p. 3-

48 Ibid. p. 307-316.

49 Ibid. p. 371.

50 Ibid. p. 381.

51 Ibid. p. 383.

52 « Pomnit’ uroki istorii » (Se souvenir des leçons de l’histoire), Izvestija, 29 janvier 1989. Cet article a été suivi de plusieurs commentaires, publiés dans le même quotidien par M. STURUA (6 février), G. KENNAN (16 février), V. KONDRASOV (28 février) ainsi que par A. GROMYKO (15 avril).

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search