Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Deuxième partie. Vers une logique du nucléaire

Chapitre 13. Débats et analyses dans le sillage du manuel

Texte intégral

1La préparation puis la publication et la réédition du manuel de stratégie militaire n’ont, on l’a vu, pas fait cesser débats, prises de position et analyses sur les questions stratégiques. Toutefois, ces nouveaux débats apportent plus des nuances qu’ils ne se situent en contradiction directe avec la nouvelle ligne. La plus importante de ces contributions est sans doute constituée par la brochure publiée par le ministre de la défense, quelque cinq mois après la mise en vente de la première édition du manuel. La brochure est achevée d’imprimer 28 novembre 1962. Il est vrai qu’entre les deux sorties en librairie, s’était produite la seconde crise de Cuba. Malinovskij, de plus, avait pu tenir compte de l’énoncé de la doctrine stratégique américaine de riposte graduée, énoncée par R. McNamara au cours du mois mai précédent.

2C’est également au cours de ces années que les articles, mais aussi les ouvrages de fond, consacrés à la science, à l’art ou à la doctrine militaires recommencent de se multiplier. On retiendra un certain nombre de ces publications, dès lors qu’elles présentent quelques variations par rapport au manuel. Ceci montre que rien n’est encore définitivement fixé et que des divergences plus ou moins profondes existent, non seulement entre politiques et militaires, mais aussi au sein même de la classe militaire.

  • 1 MALINOVSKIJ (R), op. cit., 72 p. On peut rapprocher l’intitulé de ce texte de celui, publié quelque (...)

3A la fin du mois de novembre 1962, le maréchal Malinovskij publie une brochure intitulée : « Rester Vigilant à la Garde de la Paix »1. Sans pouvoir, de par sa nature et son volume, prétendre concurrencer le manuel, il n’en est pas moins paradoxal que le ministre ait également cherché à énoncer les grandes lignes de la politique de défense de l’URSS. Par rapport au manuel, cette brochure présente certains points de divergence – même si, dans son édition de 1963, le manuel fait référence à la brochure. Mais, surtout, elle aborde certains points de doctrine qui n’avaient pas été mentionnés par Sokolovskij et ses collaborateurs. « Contre-manuel » ou complément du manuel ? On ne saurait départager ces deux hypothèses qui, une fois de plus, conduisent à relativiser l’importance du manuel, au moins de sa première édition.

4Sur de nombreux points, la brochure de Malinovskij ne se différencie guère du manuel. Qu’il s’agisse du caractère immédiatement nucléaire et mondial d’un conflit est-ouest où la surprise jouera un grand rôle ; qu’il s’agisse du principe de la « frappe foudroyante » – il n’est toutefois pas précisé dans la brochure s’il s’agira d’une frappe en riposte –, ou encore de la possibilité de prolonger une guerre nucléaire impliquant une action de l’ensemble des forces armées. Tout ceci est déjà présent tant dans le manuel que dans les autres textes publiés à cette époque. Les nuances, voire les divergences, concernent d’autres points, et notamment celui de la doctrine militaire.

La doctrine militaire

  • 2 Ibid. p. 16-29.

5C’est sur la question de la « doctrine militaire » que le texte de Malinovskij se distingue le plus de celui de Sokolovskij. Peu présente dans le manuel – mais l’on peut considérer qu’il n’avait pas de réelle raison de l’aborder – cette question est largement développée dans la brochure du ministre2. Malinovskij rappelle, dans un premier temps, que, contrairement à ce que certains affirment, la doctrine militaire ne fait pas double emploi avec les notions de science ou d’art militaire. Bien qu’étant liée aux autres éléments constitutifs de la science militaire, la doctrine militaire a une existence et une fonction spécifiques.

  • 3 C’est, semble-t-il, le même débat que celui initié par les historiens deux ans auparavant (voir cha (...)

6On constate également que la publication du texte de Malinovskij avait été précédée par un article, paru dans L’Etoile Rouge du 11 mai 1962, dans la rubrique de « la réponse au courrier des lecteurs ». La question portait sur la doctrine militaire de l’URSS et des pays impérialistes. Le colonel Sidelnikov qui est chargé de répondre, reprend la définition « classique » de la doctrine en montrant ses liens mais aussi sa spécificité par rapport à la science militaire. Il revient notamment sur la lettre de Staline à Razin. Mais il n’aborde pas la question du double aspect de la doctrine comme le feront Malinovskij et tous les autres auteurs après lui. La réponse de Sidelnikov correspond, en fait, plutôt à un résumé des principaux éléments de la « stratégie militaire » soviétique. Il n’en demeure pas moins que la question de la doctrine est officiellement posée3.

  • 4 Sur ce point, on peut relever que la seconde édition (1964) de l’ouvrage de Kozlov, Smirnov, Baz’ e (...)

7Il s’agit en fait pour Malinovskij de revenir aux sources de cette doctrine et, notamment, comme les historiens en 1960, à celui qui en est considéré comme le père : Frounze. Or, il est vrai que les références à la doctrine militaire et à Frounze avaient peu cours dans les ouvrages publiés durant les années précédentes et plus particulièrement sous Staline. Il semble donc que l’objectif de Malinovskij ait été de réhabiliter cet échelon de la hiérarchie des éléments constitutifs de la chose militaire et de le distinguer notamment de la science militaire4.

8Ce changement d’attitude à l’égard de la doctrine peut être dû à deux facteurs. L’un, pourrait marquer une volonté de réduire l’importance accordée au manuel de Sokolovskij. Il chercherait à démontrer que cet ouvrage ne saurait représenter la totalité de la pensée militaire soviétique, mais, quelque globale que soit son approche, seulement l’un des aspects de l’art militaire. Ceci pourrait revenir à dire que d’autres auteurs peuvent continuer de publier dans ce domaine qui n’est pas encore totalement défriché. Il est possible que ce message ait pu s’adresser à des auteurs plus liés au pouvoir politique et notamment à des officiers issus du GlavPU.

Les deux aspects de la doctrine militaire

  • 5 Voir OGARKOV (N), Vsegda v Gotovnosti k Zaščite Otečestva (Toujours prêts pour la défense de la Pat (...)
  • 6 Voir notamment les déclarations du général Jazov, Krasnaja Zvezda, 30 avril 1988.

9Mais là n’est peut être pas l’essentiel. L’essentiel se situe sans doute à l’intérieur même de la notion de doctrine, dans la « réhabilitation » de la distinction entre les deux aspects de la doctrine : l’aspect politique et l’aspect technique. Cette distinction, établie par Frounze revient, en fait, chaque fois qu’il peut y avoir contradiction entre le discours officiel et la ligne politique internationale de l’URSS d’une part et la stratégie, affichée ou réelle, de l’autre. Une telle distinction sera notamment remise à l’honneur par le maréchal Ogarkov au début des années quatre-vingt et subsistera tout au long de cette décennie5. Même si certains, en URSS, ne manquent jamais de rappeler qu’entre les deux aspects de la doctrine militaire, existe un lien dialectique et que l’on ne saurait séparer l’un de l’autre et, à plus forte raison, les opposer, comme le font souvent les « soviétologues » occidentaux !6

  • 7 BELOUSOV (L) « Konferencija o sovetskoj voennoj doktrine » (Une conférence sur la doctrine militair (...)

10Ce thème de la doctrine militaire semble avoir dominé les débats de ces années 1962-63. Le plus important d’entre eux s’est déroulé en mai 1963, dans « l’une des administrations centrales du ministère de la défense ». Une vingtaine d’officiers supérieurs et généraux participent à ce débat dont la revue d’histoire militaire rend compte en octobre suivant7.

11L’essentiel de ce débat porte sur la question de la définition de la doctrine et de sa différenciation d’avec la science militaire, certains estimant qu’il n’existe pas de différence entre science et doctrine militaires.

  • 8 Ibid. p. 121-122.

12C’est le général Prohorov qui, introduisant le débat, donne une définition de la doctrine, définition qui, semble-t-il a été adoptée définitivement. La doctrine militaire est « un système de points de vue adopté par l’Etat sur les questions fondamentales de la guerre » ou encore, « l’expression des points de vue officiellement adoptés par un Etat et fondés scientifiquement, sur l’appréciation politique de la future guerre »8. Et de rappeler la distinction entre les deux aspects de la doctrine.

  • 9 Ibid. p. 123.

13Le colonel Larionov s’attache à un exercice peut-être un peu plus périlleux dans la mesure où il tente de préciser les différences et les liens qui existent entre science, doctrine et stratégie. Il fait tout d’abord le point des diverses positions existant sur cette question. Les uns pensent que la doctrine est soumise à la stratégie, d’autres que la doctrine n’existe pas en tant que telle, en ce qu’elle est incluse dans la science militaire. D’autres, enfin, pensent que la science militaire et la stratégie ne sont que des éléments de la doctrine. Or, selon Larionov, toutes ces conceptions sont erronées. Chacun de ces éléments a sa fonction propre à assurer. La science et la doctrine ·militaires sont liées par « l’unité des intérêts de classe et nationaux qu’elles servent ». Mais les deux notions ont leur vie indépendante. La science militaire est l’un des fondements de la doctrine, et notamment, dé son aspect technique. On relèvera, enfin, que la doctrine n’a qu’un caractère temporaire ; elle n’existe qu’à un moment politique donné, à la différence de la science qui est plus permanente9.

  • 10 Ibid. p. 124. Le Kamenev dont il est question ici est Sergej Sergejevic (1881-1936), Komandarm (gén (...)

14Le débat se poursuit également sur la question de la périodisation de la doctrine et sur son origine. Un colonel V. Kulis réfutait ainsi la thèse selon laquelle Frounze aurait été le fondateur et le premier théoricien de la doctrine. Il constatait que, au moins pour ce qui concerne son aspect politique, c’est Lénine qui en a établi les bases complètes. Pour ce qui concerne son aspect technique, elle est issue, toujours selon Kulis, des réflexions des théoriciens militaires tels Podvojskij, Gusev, Vacetis ou Kamenev10.

15Enfin, en ce qui concerne la relation entre stratégie et doctrine, on retrouve dans le discours de Larionov, le même niveau de différenciation qu’entre doctrine et science. Elles ont des objectifs identiques : améliorer la défense du pays ; mais, en plus, la stratégie est également une « source de formation de points de vue » pour la doctrine. La stratégie est, en effet – elle l’a toujours été et l’est encore – le principal élément de l’art militaire, lequel est une partie constitutive essentielle sinon première de la science militaire.

16Mais, pour revenir au double aspect de la doctrine militaire, pourquoi ce rappel, en 1962, d’une approche quelque peu délaissée depuis la fin des années vingt ? On peut envisager trois explications non exclusives les unes des autres, encore que la première s’appliquerait plutôt au même phénomène tel qu’il est apparu quelque vingt ans plus tard, au début des années quatre-vingt.

17Face à l’énoncé d’une stratégie militaire pour le moins offensive et rappelant la nécessité de la supériorité soviétique, il fallait également rappeler que, conformément à ses principes fondateurs, l’URSS, en tant que centre du système communiste mondial, ne pouvait mener qu’une politique pacifique. En d’autres termes, il s’agissait par ce moyen de réconcilier le diplomate et le soldat en montrant leur complémentarité.

  • 11 Ceci n’empêche pas l’URSS de proposer, une nouvelle fois en mai 1963, un projet de désarmement géné (...)

18En effet, en cette fin de 1962 et au début de 1963, l’URSS a besoin d’ un discours diplomatique plus apaisant. Après le recul – on ne peut réellement parler d’échec – que Moscou a dû effectuer à Cuba en octobre 1962, l’URSS, prenant conscience, non publiquement, de son infériorité en matière stratégique, modifie sa vision du désarmement. Revenant sur le discours en vigueur depuis les années vingt sur le « désarmement général et complet », l’URSS admet désormais la nécessité, et la possibilité, de procéder par étapes et par paliers11.

19A l’issue de la crise de Cuba, elle se résout donc à mettre au point des instruments diplomatiques susceptibles d’empêcher qu’une autre crise, de l’ampleur de celle de Cuba, ne puisse dégénérer en conflit armé. Ceci aboutit notamment à la signature, le 20 juin 1963, d’un accord sur « l’établissement d’une ligne de communication directe entre l’URSS et les Etats Unis » (« Téléphone Rouge »). Il sera suivi, le 5 août suivant du traité sur l’interdiction des essais nucléaires dans l’atmosphère, l’espace extra-atmosphérique et sous l’eau.

20L’URSS devait dès lors promouvoir un discours plus rassurant – au moins partiellement – sur lequel elle pouvait désormais insister auprès de ses interlocuteurs occidentaux sans se trouver en contradiction avec son discours interne. Telle est la première explication de l’émergence du principe de la dualité de la doctrine militaire. Mais on peut également concevoir cette même explication – rassurer tant à l’intérieur qu’à l’extérieur – en prenant la question en sens inverse, le facteur interne primant.

21Face à une certaine grogne des militaires devant l’énoncé de la nouvelle stratégie, il fallait réaffirmer sans contredire – ou peut-être au contraire pour le contredire ! – un discours d’ouverture en matière de politique étrangère. Il fallait montrer qu’il n’existait pas réellement d’ opposition entre deux discours, montrer que les choses « sérieuses » se trouvaient du côté des militaires.

22La deuxième explication possible de cette réhabilitation de la doctrine militaire et de ses deux aspects répond à ce qui a été vu plus haut sur la nécessité de relativiser l’importance du manuel de stratégie.

23En effet, la publication de cet ouvrage ne paraît pas avoir satisfait l’ensemble de la classe politique et militaire soviétique. Il fallait donc trouver un moyen de rappeler les constantes idéologiques de la chose militaire sans entrer en confrontation directe – au moins publiquement – avec les auteurs du manuel et leur hiérarchie.

24Le fait que le ministre de la défense – après le « ballon d’essai » des historiens – ait été à l’origine de la remise au goût du jour de la notion de doctrine et de sa dualité, peut faire de lui une sorte d’arbitre entre les différentes positions en présence à l’époque. Il s’agit de donner satisfaction aux « politiques » sans pour autant réellement donner tort ou désavouer les « militaires ».

25De plus, les tenants d’une fusion entre la doctrine et la science militaires ou de la soumission de la seconde à la première auraient pu chercher par là à réduire, indirectement, la portée de la nouvelle stratégie. Car, partir du principe que la science est soumise à la doctrine ou que les deux ne sont qu’une seule et même chose, permet dans le même temps d’affirmer que ce qui a été écrit dans le manuel de stratégie ne saurait être que temporaire et donc en réduire la portée. Une telle explication est susceptible de satisfaire à la fois les « conservateurs », tenants d’une conception de la stratégie et de la tactique laissant la place principale aux armes classiques. Mais elle peut également satisfaire les « politiques », en relativisant l’importance du nouveau discours stratégique, confié non au GlavPU mais à l’état-major.

26Ce n’est, dans ces conditions, pas un hasard si les principaux défenseurs de la spécificité respective de la science, de la stratégie et de la doctrine militaires ont été, au cours du débat de mai 1963 deux des principaux collaborateurs de Sokolovskij. Il s’agissait, en fait, pour eux de démontrer que le manuel avait une place à occuper dans le débat stratégique et que cette place ne saurait en aucun cas être réduite.

27La dernière explication possible de la remise au goût du jour de ce discours est que, depuis les années trente jusqu’aux années cinquante, la doctrine militaire a, en quelque sorte, été « confisquée » par Staline et ses conception de la guerre. La doctrine militaire ne se distinguait pas de la pensée de Staline. On se souvient par exemple que tout ce qui se rattachait à la chose militaire dans la troisième édition (années quarante et cinquante) de la Grande Encyclopédie Soviétique se retrouvait sous la rubrique... « Staline ».

28Or, après le XXIIème Congrès qui confirme et amplifie la déstalinisation, qui chasse Staline du Mausolée et débaptise Stalingrad, il s’agissait de redonner à cette notion de doctrine une honorabilité perdue. Il s’agissait de mettre définitivement un terme à toute ambigüité qui aurait encore pu subsister sur ce point, d’évacuer totalement les éventuelles survivances de conceptions staliniennes dans certains esprits.

29Malinovskij et tous ceux qui interviennent sur ce sujet ont donc essentiellement cherché à revenir aux sources – qu’il s’agisse de Frounze ou de Lénine – pour pouvoir, mettant entre parenthèses quelque trente ans d’histoire de l’URSS, recréer un nouveau discours sur la doctrine et, par là, compléter, dans une orthodoxie renouvelée, le champ de la réflexion stratégique soviétique. Le développement de la polémique avec le PC chinois qui tend alors à prendre ouvertement une tournure idéologique n’a pu qu’accentuer cette nécessité de précision doctrinale.

Le poids du conflit sino-soviétique et des crises

  • 12 BOČKAREV (K), PRUSANOV (I), BABAKOV (A), Programma KPSS o Zaščite Socialističeskogo Otečestva, Mosc (...)

30Moins d’un an après la publication de la brochure de Malinovskij, un ouvrage, publié également par les éditions militaires était entièrement consacré au Programme du PCUS12. Il émanait de la direction politique de l’armée. On retrouvera d’ailleurs l’un de ses auteurs, le colonel A. Babakov, à la fin des années quatre-vingt, comme auteur d’une histoire des forces armées soviétiques. En ce qui concerne le général-major Bočkarev, on retrouve sa signature dans plusieurs articles de la revue du GlavPU. Il s’agit donc bien d’un ouvrage plus politique que militaire, ce qui peut paraître logique compte tenu du sujet traité.

31Par rapport à la brochure de Malinovskij, deux thèmes traités par cet ouvrage retiennent particulièrement l’attention. Le premier concerne la coexistence pacifique. Régulièrement mentionnée dans les divers ouvrages soviétiques, cette question prend, dans cet ouvrage et plus spécifiquement au cours de cette année 1963, une acuité particulière. C’est, en effet, en 1962-63 que la polémique idéologique sino-soviétique acquiert une ampleur sans précédent. Les échanges de lettres directes entre les deux PC – on ne passe plus par les intermédiaires albanais et yougoslave – montrent clairement en quoi divergent les deux partis. Les auteurs de cet ouvrage dénoncent ainsi la conception chinoise de la guerre nucléaire et leur refus d’admettre le principe de la coexistence pacifique.

  • 13 Ibid. p. 31.

32L’URSS ne peut, en effet, que réfuter – alors qu’ils sont en train de considérer les années soixante comme un moment de la « révolution dans la chose militaire » – les affirmations chinoises selon lesquelles le nucléaire et les missiles n’ont « rien changé dans la situation mondiale et que les impérialistes et leur bombe atomique ne seraient rien d’autre qu’un « tigre de papier »»13. Cette analyse renforcée de la coexistence pacifique et cette critique directe du PCC est une conséquence immédiate de la crise des missiles de Cuba. L’URSS a utilisé cette crise – sur un plan « médiatique »– pour démontrer que, pour sauvegarder la paix mondiale, elle n’a pas hésité à céder devant le « chantage » et « l’agression » américains, cherchant à démontrer à la fois son sens des responsabilités et sa volonté de paix.

33A l’inverse, les Chinois et, derrière eux de nombreux mouvements de libération nationale, surtout en Asie et en Amérique Latine, n’ont pas accepté que l’URSS ait pu ainsi sacrifier la « révolution mondiale ». Ils n’admettent pas que l’on puisse craindre de mener une guerre avec l’ennemi principal, une guerre qui conduirait nécessairement à l’achèvement du « processus révolutionnaire mondial », à la victoire du communisme.

34On assiste donc à deux discours, à deux « stratégies » du mouvement communiste : l’un à l’usage du monde développé et marqué par la volonté de paix, presqu’à tout prix ; l’autre, à l’usage du monde en développement qui a peu à perdre d’une guerre, fût-elle nucléaire et mondiale.

35On retrouve cette préoccupation dans la partie de l’ouvrage consacrée à la doctrine militaire. Les auteurs reprennent certes les conclusions et les développements de Malinovskij mais ils insistent plus particulièrement sur le point des guerres locales. On constate ainsi plus qu’une nuance sur ce sujet, tant par rapport à Malinovskij que par rapport au manuel de Sokolovskij. Ces nuances paraissent devoir être directement rattachées à la crise de Cuba.

  • 14 Ibid. p. 64 (souligné par nous).

36Abordant la question de la guerre mondiale « affrontement décisif entre les deux systèmes antagonistes », il est dit que son déclenchement surviendra soit à partir d’une « agression contre le camp socialiste dans son ensemble » soit « d’un conflit local touchant aux intérêts vitaux de l’URSS »14.

37L’idée de la dégénérescence – ou de l’escalade – d’un conflit local en un conflit mondial n’est pas neuve. Par contre l’idée des « intérêts vitaux » mérite d’être relevée. Jusqu’à présent, les Soviétiques avaient toujours condamné cette idée comme étant le reflet du « globalisme » de la politique impérialiste, une politique étrangère au marxisme-léninisme. Or, c’est précisément un ouvrage émanant de la direction politique de l’armée qui « lâche » une telle considération.

  • 15 C’est en effet à cette époque que les Américains lancent leur « politique des ponts » avec l’Europe (...)

38Ceci est d’autant plus intéressant que ces « intérêts vitaux » ne peuvent être réellement compris comme correspondant aux pays du Pacte de Varsovie puisque ces derniers sont inclus dans la première hypothèse conflictuelle : « l’agression contre le camp socialiste dans son ensemble ». A moins qu’il ne faille entendre une tentative occidentale d’offensive ou d’agression contre un pays du Pacte pris isolément, sous forme de prise de gage par exemple15. Les questions allemande et/ou berlinoise pourraient en constituer un exemple. L’apparition des premières dissensions soviéto-roumaines ou la tentative de coup d’état militaire avortée en Bulgarie pourraient également avoir été présentées par les Soviétiques comme des tentatives d’agression « locales » de la part des « impérialistes ».

  • 16 Voir notamment LEVESQUE (J), L’URSS et la Révolution Cubaine, Paris, Presses de la FNSP, 1976, 222  (...)

39Car, si l’on envisage l’hypothèse d’un conflit local en dehors de la zone d’influence européenne de l’URSS, se pose immédiatement une question : où se situent les « intérêts vitaux » de l’URSS et, surtout, au-delà de sa périphérie immédiate, où serait-elle en mesure de les défendre ? Est-ce une allusion à Cuba ? Mais il est douteux, depuis les origines jusqu’à aujourd’hui, que Moscou ait jamais sérieusement envisagé de placer l’île parmi ses intérêts vitaux16.

40Il peut enfin ne s’agir que de pure rhétorique dont l’objectif aurait été de faire comprendre – ou de faire croire – aux Occidentaux que Cuba pourrait désormais faire partie de ces « intérêts vitaux », de même que tous les pays qui s’engageraient dans la voie du socialisme. Mais, dans ce sens, pourquoi utiliser un vocabulaire qui appartient plus à la pratique politique internationale – et au discours occidental – qu’au discours idéologique sur la « défense des acquis du socialisme », comme cela a été fait au sujet de la Hongrie en 1956, comme cela se fera en 1968 et en 1979 ? La question méritait d’être posée, il ne semble pas que l’on puisse lui donner une réponse, unique et définitive... pour autant qu’il y ait une réponse à y donner !

  • 17 BOCKAREV (K) et al. op. cit. p. 61.

41Dans cette même partie consacrée à la doctrine militaire, les auteurs de l’ouvrage reprennent et développent les principaux éléments du texte de Malinovskij concernant les deux aspects de la doctrine. On ne relèvera, sur ce point, qu’une précision concernant l’historique de la doctrine militaire soviétique. Abordant, sans citer de nom, la période stalinienne, les trois auteurs affirment que « à la différence de la doctrine militaire de l’impérialisme, la doctrine soviétique, dès son origine, et à toutes les étapes de son développement, a été élaborée sur une base scientifique constante, ce qui lui permet d’éviter les erreurs... »17.

  • 18 Ibid. p. 61.

42Certes, et il était difficile qu’il en fût autrement à l’époque, les auteurs émettent-ils quelques critiques concernant la période de l’avant-guerre, notamment sur le rôle de la période initiale qui a été sous-estimé18. Mais ces critiques restent fort modestes et, dans leur ensemble, elles considèrent implicitement que la doctrine stalinienne était juste.

43On retrouve ainsi un vieux débat où s’opposent plus « staliniens » et « anti-staliniens » que « conservateurs » et « modernistes » en matière de stratégie. On constate, en effet, durant cette période, qu’il n’existe pas d’incompatibilité réelle entre un conservatisme en matière de stratégie et un anti-stalinisme en matière politico-historique, et inversement. Bien entendu, les deux autres options – conservateur stalinien et moderniste déstalinisé – sont également valables.

  • 19 ROTMISTROV (P) (sous la direction de), Istorija Voennogo Iskusstva (Histoire de l’art militaire), M (...)

44Pour preuve, l’important travail d’histoire de l’art militaire rédigé sous la direction du maréchal Rotmistrov19. On se souvient que Rotmistrov avait été l’un des premiers à remettre en cause, dans la littérature ouverte, la notion des facteurs permanents et à réévaluer le rôle de la surprise dans la future guerre. En fait, il semble qu’avec l’apparition des missiles intercontinentaux et l’énoncé de la nouvelle doctrine stratégique, Rotmistrov ait avant tout cherché à défendre et préserver le rôle du corps dont il est issu et qui, sans doute, a été l’un de ceux qui ont été le plus mis à mal par la nouvelle doctrine : les chars.

45L’histoire, et plus particulièrement l’histoire de l’art militaire est ainsi utilisée comme moyen de contestation indirecte de la nouvelle ligne. Depuis Joukov en 1956 les auteurs et théoriciens militaires tendent, en effet, à relativiser la fonction pédagogique de l’histoire des guerres passées pour comprendre et prévoir le déroulement d’une future guerre. Compte tenu des changements qualitatifs, tant sur le plan des armements que sur le plan politique, intervenus depuis 1945, l’expérience des guerres passées est moins fondamentale qu’auparavant. Car si, à situation technique identique une stratégie ne se répète pas, elle ne saurait, à plus forte raison, se répéter dans des conditions totalement différentes, à la fois sur le plan technique et sur le plan conceptuel.

  • 20 Ibid. T. 1, p. 8.
  • 21 Ibid. T. 1, p. 6.

46C’est contre ce type de raisonnement que paraît s’élever le maréchal Rotmistrov. Il reconnaît certes l’existence de changements qualitatifs considérables depuis 1945, tout comme il refuse « d’idéaliser l’expérience des guerres du passé »20. Mais il n’en estime pas moins que « ceux qui pensent que l’étude de l’expérience des guerres passées et de l’histoire de l’art militaire n’a pas de sens », ceux-là se trompent et ne pensent pas « aux nouvelles générations d’officiers »21.

  • 22 Si l’on excepte l’ouvrage, volumineux et vraisemblablement inachevé, du général RAZIN (E) : Istorij (...)

47L’ouvrage de Rotmistrov est, en effet, le premier qui ait été consacré exclusivement à l’histoire de l’art militaire depuis la guerre22. Il sera suivi de nombreux autres ouvrages sur le même sujet au cours des années postérieures, s’inscrivant, pour certains d’entre eux, dans la collection « la Bibliothèque de l’Officier ».

  • 23 Krasnaja Zvezda, 3janvier 1963 (« L’armée de terre dans la guerre moderne et leur préparation au co (...)
  • 24 STEMENKO (S), « Naučno-tehničeskij progress i ego vlijanie na razvitie voennogo delà » (Le progrès (...)

48On retrouve cette volonté de réaffirmer le rôle des forces classiques et notamment de l’infanterie, dans une série d’articles parus en 1963. On n’en mentionnera que quelques exemples, tels celui du général-colonel Stemenko, ancien chef de l’état-major général (1948-1952) et, alors, adjoint au commandant en chef de l’infanterie. Celui-ci estimait que cette armée avait encore un rôle considérable à jouer dans une future guerre, et pas exclusivement parce que l’armée de terre avait été dotée de missiles tactico-opératifs. Les chars, notamment, sont considérés comme étant le mieux à même d’exploiter les frappes nucléaires23. Le mois suivant, le même Stemenko revient beaucoup plus en détail sur le rôle des chars qui, selon lui, à côté des forces nucléaires de toute portée, ont acquis une importance considérable dans la future guerre24.

49Mais c’est surtout au cours de cette année 1963 que se précisent les thèmes qui seront développés l’année suivante et qui conduisent à considérer que c’est seulement à partir de 1964 que l’URSS et sa stratégie entrent véritablement dans la logique du nucléaire.

Les armements : missile global et ABM

50Outre la sagesse et la raison, amplement exploitées par le gouvernement soviétique, il est indéniable que l’état de l’armement soviétique a été l’une des causes essentielles pour lesquelles les Soviétiques n’ont pas poussé plus avant l’épreuve de force avec les Etats Unis sur Cuba. En effet, derrière le discours triomphaliste propre à cette première moitié des années soixante, se cache une infériorité réelle de l’URSS, notamment en moyens intercontinentaux, mais aussi en capacité de projection de force (marine, aviation embarquée, bases...).

51Il s’avère en effet que, jusqu’en 1961, l’URSS ne dispose que des missiles SS 6 dont les capacités sont pour le moins limitées. A partir de 1961, entre en service une deuxième génération de missiles intercontinentaux, avec les SS 7 et SS 8 puis, en 1964, une troisième génération, le SS 9, d’une portée et d’une fiabilité nettement supérieure.

52Une des raisons, d’ailleurs, pour lesquelles l’URSS aurait souhaité déployer des missiles nucléaires de portée intermédiaire à Cuba était justement de compenser cette infériorité stratégique.

Le « missile global »

53Dès la fin de 1961, mais surtout en 1962, apparaît dans le discours militaire soviétique la mention d’un nouveau type de missiles : le « missile global ». De quel engin s’agit-il ? Il est indéniable que l’on peut mettre en corrélation l’apparition de ce discours sur le missile global avec les premiers vols spatiaux habités (Gagarine et Titov en 1961, Nikolaev et Popovic en 1962) qui démontre que, désormais, les Soviétiques disposent de fusées à forte capacité d’emport.

  • 25 Krasnaja Zvezda, 29 novembre 1961 (« Pour résoudre des objectifs stratégiques » ; Il s’agit du prem (...)
  • 26 Krasnaja Zvezda, 18 mars 1962 (« Missiles et stratégie »).

54L’une des premières sinon la première mention implicite de ce missile se trouve dans les pages de L’Etoile Rouge. Il y est question de l’URSS qui a largement distancié les Etats Unis en matière de développement – on ne parle pas de production – de missiles intercontinentaux, notamment depus qu’il existe un missile d’une portée de 10 à 12 000 Km25. Mais c’est en 1962 que l’on mentionne le « missile global ». La première de ses caractéristiques, selon l’un des premiers auteurs à le mentionner, le lieutenant colonel Larionov, l’un des auteurs du manuel de statégie, n’est pas tant sa portée ou sa puissance que son « invulnérabilité à la défense anti-missile américaine », sa capacité à « tromper les radars » mis au point par les Etats Unis pour « essayer de se protéger des frappes des missiles soviétiques »26.

  • 27 Krasnaja Zvezda, 21 mars 1962 (suite de l’article précédent, intitulée « Espace et stratégie »).

55Dans la seconde partie de son article, Larionov mentionne également sa capacité à envoyer dans l’espace des satellites de quatre tonnes27. Serait-il fait alors mention exclusivement du lanceur « Proton » ? Rien ne permet de le confirmer. Quatre mois plus tard, Sokolovskij reprend les caractéristiques du missile global telles qu’elles avaient été énoncées dans le premier article de Larionov. Il mentionne son invulnérabilité aux systèmes anti-missiles qui n’existent alors, en URSS comme aux Etats Unis, qu’à l’état de radars de détection. Les premiers missiles anti-missiles proprement dits n’apparaissent en URSS qu’en 1962.

  • 28 SOKOLOVSKIJ (V), édit, de 1963, p. 241.

56Mais, ce qui peut paraître le plus curieux est que Sokolovskij, dans le manuel de stratégie, ne parle pas de « missile global ». Il ne fait référence qu’à un « missile orbital »28. Toutefois, compte tenu du contexte dans lequel est développée cette question – les missiles intercontinentaux – et du fait que l’on ne trouve guère d’autre référence à ce missile « orbital », on peut en déduire que le missile « global » et le missile « orbital » pourraient n’être qu’une seule et même chose.

  • 29 BOCKAREV (K.) et al. op., cit. p. 73.
  • 30 Slovar’ Osnovnyh Voennyh Terminov (Dictionnaire des principaux termes militaires), Moscou. Voenizda (...)

57On retrouve, par contre, plus de précision dans l’ouvrage consacré au Programme du PCUS. Dans cet ouvrage, le missile « global » est défini comme « pouvant aller dans n’importe quelle direction et porter un coup en n’importe quel point du globe »29. C’est ce même type de définition que l’on retrouve dans un dictionnaire des termes militaires publié en 1965 et dans lequel l’article « missile global » est décrit comme « un missile balistique capable de franchir une distance dépassant la moitié de la circonférence de la terre et d’atteindre son objectif en n’importe quel point du globe. Le missile global a une grande précision de tir et peut porter des munitions nucléaires super-puissantes »30.

  • 31 O Sovetskoj Voennoj Nauke, op. cit., 2ème édition, p. 337.

58Encore un peu plus précises sont les indications fournies par Smirnov, Kozlov, Baz’ et Sidorov dans la seconde édition de leur ouvrage sur la science militaire. Dans le chapitre supplémentaire qu’ils ont rédigé pour la nouvelle édition, on apprend ainsi que ce missile a été « construit à la fin des années cinquante », qu’il est « extrêmement rapide, d’une grande portée et capable de porter sa charge nucléaire en n’importe quel point du globe dans n’importe quelle direction. Le missile global n’est pas vulnérable à l’action des moyens de lutte anti-missiles modernes. Les systèmes PVO et PRO construits aux Etats Unis sont inefficaces contre ces missiles »31.

  • 32 Voirnotament KIRIJAN (M), Voenno-Tehničeskij Progress..., op. cit. ou BABAKOV (A), Vooružennye Sily (...)

59On peut également constater que des ouvrages plus récents, publiés dans les années quatre-vingt, ne mentionnent pas l’existence de ce missile global32.

60Qu’est donc ce missile global ? Est-ce un modèle particulier de missile stratégique déployé en 1961 (SS 7, SS 8) ou en 1964 et dont on annonce les performances dès 1962 ? Compte tenu des caractéristiques pour le moins vagues fournies par la littérature soviétique, il semble difficile de le déterminer avec précision. Ou bien, pourrait-il s’agir d’une conception plus générale des armes balistiques qualifiant « globalement » la deuxième, voire la troisième, génération de missiles, dont les capacités stratégiques sont indéniablement plus réelles que celles du SS 6.

61Le discours sur le « missile global » pourrait, dans ces conditions, constituer, d’une part, l’annonce que l’URSS dispose désormais de missiles effectivement intercontinentaux et ce, au moment de la découverte de la réalité du « missile gap », des grandes crises est-ouest et peut-être aussi de ce qui préoccupe alors largement l’URSS, la mise au point des systèmes anti-missiles.

62Mais ce discours peut également représenter une autocritique rétrospective sur les performances des missiles de la première génération, reconnaissant implicitement que le SS 6 ne pouvait être réellement considéré comme missile intercontinental.

  • 33 Le SS 9 (Scarp) est un engin très imposant, long de 36 m, large de 3 m et capable de porter une cha (...)

63Certaines sources occidentales considèrent que le « missile global » pourrait avoir été l’un des modèles du SS 9, déployé en 1964-65 et doté d’un système de bombardement sur orbite fractionaire (FOBS), capable de frappes en contournant le pôle sud ou, selon un tir « à trajectoire déprimée » ou « incurvée » au dessus du pôle nord33.

  • 34 POLMAR (N), op. cit. p. 40.

64Cette interprétation n’est pourtant pas totalement satisfaisante, ni exempte de contradictions, tant par rapport aux sources soviétiques que dans les sources occidentales entre elles. Dans ces dernières, on constate ainsi que Berman et Baker et la DIA américaine parlent du déploiement du SS 9 en 1964-65 alors que l’ouvrage sur la Puissance Militaire Soviétique le date de 1968. Une autre source le faisant remonter à 196734.

65Or, si ce missile global est bien celui doté du système FOBS, il serait pour le moins inhabituel que les Soviétiques en aient parlé dès 1962. Il n’est pas dans leurs habitudes, en effet, d’annoncer d’avance – surtout aussi longtemps d’avance – leurs réalisations, triomphalisme khrouchtchévien ou non ! Fort discrets déjà quant à leur matériel existant, ils le sont, à plus forte raison, encore plus s’agissant d’un matériel à venir. Il reste donc quelque incertitude quant à savoir ce qu’il faut vraiment entendre par « missile global »

66Cela dit, sur un plan quantitatif, les armements stratégiques ont pris un rythme de production tout à fait considérable à partir de 1962. Estimées à trente-cinq unités à la fin de 1962 – en majorité des SS 7 et quelques SS 6 – les forces balistiques stratégiques soviétiques passent à deux cents unités – essentiellement des SS 7 et SS 8 porteurs d’ogives de 5 MT – en 1964. Le rythme de la production de ces armes ne cessera pas de progresser et de s’accélérer tout au long de la décennie.

67A côté de ces armements offensifs, l’URSS, à la même époque a également cherché – et cela a été l’une de ses principales préoccupations depuis les années cinquante – à se protéger des frappes adverses, qu’elles proviennent de l’espace atmosphérique ou de l’espace extra-atmosphérique.

Les systèmes anti-missiles

68Dès l’apparition de l’arme nucléaire, ou plus précisément dès le moment où l’URSS a suffisamment maîtrisé cette technique nouvelle pour pouvoir en parler publiquement, une de ses premières préoccupations a été de se protéger de ses effets. C’était au début des années cinquante, au lendemain de la mort de Staline. Quelque dix ans plus tard, lorsque les Etats Unis ont eu maîtrisé à leur tour la technique des missiles intercontinentaux, on retrouve cette même préoccupation défensive.

  • 35 Voir notamment les articles du maréchal Rotmistrov de 1955 sur els frappes préemptives.
  • 36 Voennyj Enciklopedičeskij Slovar’, op. cit., (2ème édition), article PVO.

69Certes, au milieu des années cinquante, outre la classique protection atomique, biologique et chimique, l’URSS considère implicitement que la meilleure façon de se protéger d’une attaque nucléaire adverse, alors exclusivement aérienne, est encore de frapper les premiers35. Mais cette conception de frappe préemptive ne diminue en rien son intérêt pour la défense antiaérienne (PVO). Celle-ci devient d’ailleurs une armée à part entière avec son commandement spécifique en 195436.

70En effet, dès l’apparition de l’arme atomique, la doctrine américaine d’emploi de cette arme est celle du bombardement massif. Elle s’ inspire des théories de Douhet qui prennent en quelque sorte une revanche sur l’échec relatif qu’elles ont subies durant la dernière guerre. Dès la fin des années quarante, les Soviétiques ont manifesté un intérêt particulier pour la défense antiaérienne. L’apparition des premiers vecteurs intercontinentaux américains, fera d’autant moins cesser cet intérêt que les Etats-Unis continuent de considérer le bombardier comme un de leurs vecteurs essentiels de l’arme nucléaire. Mais les Soviétiques vont néanmoins élargir leur conception de la défense antiaérienne à la défense anti-missile. Il existe en effet, en URSS, une filiation logique, mais également un lien organique, entre la défense antiaérienne (PVO) et la défense anti-missiles (PRO).

71Le discours soviétique public de la fin des années 1950 et du début des années 1960 insiste alors sur deux points : d’une part sur la supériorité militaire indéniable de l’URSS et du camp socialiste ; d’autre part sur son invincibilité compte tenu, outre les avantages géographiques et géopolitiques, de ses capacités antiaériennes et anti-missiles.

72C’est en fait surtout à partir de 1961 que l’URSS réaffirme la nécessité d’une défense anti-missile efficace et marque sa volonté d’intercepter le plus possible de missiles adverses, comme elle l’exigeait pour la défense antiaérienne. Cette date n’est pas innocente. Elle tient compte non seulement de l’évolution du facteur technique mais également du facteur politique. Techniquement, l’URSS commence à disposer d’une deuxième génération de missiles, alors véritablement intercontinentaux (SS 7, SS 8), de même que les Etats Unis disposent du Minuteman et, peut être surtout des Polaris. Politiquement, la tension est-ouest atteint cette année là son apogée. La crise de Berlin engagée trois ans auparavant trouve son dénouement avec l’érection du Mur suivant de près la première crise de Cuba. Enfin, 1961 est l’année du XXIIème Congrès du PCUS c’est à dire un moment de la vie politique soviétique où est fixée la « ligne » pour au moins les cinq années à venir. De plus, l’année précédente, l’incident de l’U2 abattu en territoire soviétique avait fortement marqué les esprits en URSS et renforcé l’idée que la menace américaine viendrait bien de l’espace aérien.

  • 37 SUSKO (N), « Razvitija marksistsko-leninskogo učenie o vojne i armii » (Le développement de la doct (...)

73Un article, paru dans la presse militaire de l’époque faisait ainsi état des risques nouveaux de guerre mondiale et notamment des multiples occasions de son déclenchement par erreur, en raison de la présence permanente, dans le ciel ouest-européen, de bombardiers stratégiques porteurs de l’arme nucléaire. Ces appareils étaient, écrivait l’auteur de cet article, susceptibles d’être victimes d’accidents, de perdre une bombe ou leur présence être mal interprétée par les radars... et donc provoquer l’engagement d’un conflit37.

  • 38 Voir notamment son discours au Soviet Suprême, Pravda, 27 avril 1954.

74En tout état de cause, cette préoccupation d’ordre défensif ne préjuge en rien des principes stratégiques déclarés – et vraisemblablement réels – qui restent essentiellement offensifs. De plus, les Soviétiques ont toujours estimé – mais ceci tient plus du discours politique que de la stratégie militaire – qu’ils avaient sur l’ouest, et surtout sur l’Europe occidentale, un avantage géographique indéniable. Il tenait à l’immensité de leur territoire qui permettait la dispersion des objectifs économiques et militaires ce qui les prémunissait d’une destruction totale en cas d’attaque adverse. Cet argument a d’ailleurs été amplement utilisé dès le début des années 1950, notamment par Khrouchtchev38, pour démontrer qu’en cas de guerre atomique mondiale, le capitalisme serait définitivement détruit en tant que système et que l’URSS sortirait nécessairement victorieuse d’un tel conflit.

75Ceci dit, les bombardiers stratégiques, puis, surtout, les missiles ont considérablement affaibli voire anéanti un des principaux « alliés » de la Russie – soviétique ou non – : « le général Hiver ». Il devenait par conséquent indispensable de penser à réduire les effets d’une attaque atomique contre le territoire soviétique quand bien même il n’était pas concevable qu’il fût totalement détruit.

76Cette préoccupation défensive anti-missile se fait ressentir dès la première moitié des années 1960, essentiellement entre 1962 et 1967. Ceci correspond au moment où l’URSS commence à développer ses premiers systèmes ABM. Tout en valorisant amplement cette « réalisation de la science soviétique », on remarque pourtant quelques allusions – fort discrètes – aux difficultés rencontrées dans l’élaboration de ces armes.

  • 39 Krasnaja Zvezda, 18 mars 1962. Le même thème est repris dans un article du maréchal Sokolovskij pub (...)
  • 40 Krasnaja Zvezda, 4 décembre 1962.
  • 41 BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 148.

77Cette discrétion se manifeste jusque vers la fin de 1962. Sans encore parler de système ABM, le lieutenant-colonel Larionov mentionne ainsi, dans le quotidien de l’armée, que le nouveau missile intercontinental, « le missile global... peut tromper les radars anti-missiles américains »39. Le changement se produit à la fin de cette même année, lorsque le maréchal Birjuzov, alors commandant en chef des troupes des missiles stratégiques, affirme que « l’URSS a résolu avec succès le problème de la destruction des missiles adverses en vol »40. C’est en effet en 1962 que le premier ABM (« Griffon ») est déployé, autour de Léningrad. Sa faible efficacité a conduit à son démantèlement en 1964 et à son remplacement, la même année, par le système « Galosh », autour de Moscou41.

  • 42 Krasnaja Zvezda, 20 février 1963.

78A partir de ce moment, dans un style triomphaliste propre à la période khrouchtchévienne, la littérature politico-militaire ne cessera de « glorifier » le système ABM soviétique, tant en ce qui concerne l’efficacité de ses radars que de ses missiles anti-missiles. Elle ne manque pas non plus de mentionner le retard et surtout les échecs des Etats Unis dans ce domaine. Le général Tolubko, futur commandant en chef des troupes des missiles stratégiques, réclamait d’ailleurs que les Etats Unis reconnussent de bonne grâce l’avance soviétique dans ce domaine42.

  • 43 Krasnaja Zvezda, 18 mars 1962 (article de Larionov, déjà cité).

79Cela dit, à cette époque, les Soviétiques établissaient une nette distinction entre la défense anti-missile (PRO) qu’ils considéraient comme un progrès positif dans le domaine des armements stratégiques, et l’utilisation militaire de l’espace telle qu’elle était conçue par les Américains et qui, selon eux visait, dans un premier temps à déployer dans l’espace des armes susceptibles de frapper des objectifs sur la terre pour, à la fin des années soixante-dix, établir une base militaire sur la lune43.

  • 44 RYBKIN(E), KVS, 17, 1965, art. cit. p. 55.
  • 45 SOKOLOVSKIJ (V), Voennaja Strategija, op. cit. (2ème édition), p. 246.
  • 46 Ibid. p. 393.
  • 47 Ibid. p. 393-394.
  • 48 Krasnaja Zvezda, 28 août 1964.

80Mais, tout en glorifiant les armes anti-missiles et en exigeant de « trouver des moyens nouveaux pour parer aux coups adverses »44, certaines voix se font entendre qui mettent en garde contre l’optimisme ambiant. L’un des plus dubitatifs, ou tout au moins des plus prudents, dans ce domaine, a été le maréchal Sokolovskij. Tant dans le manuel de stratégie militaire que dans divers articles, il fait preuve d’un certain scepticisme quant à l’efficacité d’un tel système. Il affirme certes que les moyens anti-missiles auront dans la future guerre une fonction croissante45, il décrit même les principales caractéristiques d’un tel système46. Mais dans le même temps il s’empresse de montrer les difficultés auxquelles sont confrontés les Américains47. On retrouve cette même perspective dans un article qu’il publie en 1964 dans l’organe du ministère de la défense48.

  • 49 KRASIL’NIKOV (S), sous la direction de, Atom i Oruzie, (L’atome et l’armement), Moscou, Voenizdat, (...)
  • 50 Ibid. p. 24.
  • 51 Ibid. p. 25.

81Toujours en 1964, on peut lire que « dans les conditions de l’utilisation de munitions nucléaires, une défense absolue des objectifs est pratiquement impossible à l’ouest »49. Il s’agit certes de l’ouest, mais comment ne pas penser que ce discours est également à usage interne. Et ce d’autant plus que l’auteur de cet ouvrage ajoute que : « dans cette question de défense active, il ne faut pas sombrer dans des appréciations pessimistes quant aux possibilités de défense contre les moyens de destruction »50. Pourtant, hymne obligé à la science soviétique, le chapitre s’achève sur la conclusion que « la science peut trouver les moyens correspondants [pour la défense], aussi efficaces que les moyens pour l’offensive »51.

  • 52 Slovar’ Raketnyh i Artillerskih Termininov (Dictionnaire des termes de missiles et d’artillerie), M (...)

82En fait, durant toutes ces années régnera une certaine ambiguïté quant à la nature même de l’approche soviétique de la PRO. Ceci tient essentiellement à sa situation organique au sein des forces armées. En effet, la PRO est directement rattachée et assimilée à la PVO comme le précisent les divers lexiques militaires parus à cette époque : « La PRO est une partie constitutive de la PVO. Destinée à détecter et à éliminer les missiles balistiques adverses sur leur trajectoire en vol et à provoquer des brouillages radio. Les principaux moyens de la PRO sont les missiles anti-missiles et les équipements spéciaux de brouillage »52. La question qui se pose par conséquent est de savoir si l’on peut considérer que tout ou partie de ce qui est dit du rôle de la PVO dans une future guerre nucléaire peut ou non être compris comme s’appliquant également à la PRO ? En fait, il s’agirait là d’une extrapolation quelque peu abusive compte tenu, alors, de l’importance du vecteur aérien pour les Etats Unis.

  • 53 Vojska PVO Strany (Les troupes de la PVO), Moscou, Voenizdat, 1960, 220 p. et 1968, 440 p.
  • 54 VARENNIKOV (I), VINOGRADOV (L), sous la direction de, Zaščita Naselenija ot Sovremennyh Sredstv Por (...)

83Pour ce qui concerne la « durée de vie » du discours triomphaliste et valorisateur de la PRO, il existe deux points de repère assez significatifs confirmant les limites temporelles de ce discours. En 1960 et en 1968 paraissent deux éditions d’un même ouvrage consacré à la PVO. Or, ni en 1960, parce que cela était prématuré, ni en 1968, parce que cela semble avoir été périmé, ces deux éditions n’abordent la question de la défense anti-missile53. Mais, on retrouve également ce silence dans un ouvrage de large diffusion paru en 1963 aux éditions de la DOSAAF consacré à la « défense de la population des moyens de destruction modernes ». Là encore on ne trouvera qu’une référence à Kennedy réclamant « des crédits complémentaires au Congrès en faveur des moyens cosmiques pour éliminer la PVO adverse et des moyens cosmiques de défense anti-missiles »54.

  • 55 KOKOSIN (A), V Poiska Vyhoda (A la recherche d’une solution), Moscou, Politizdat, 1989, p. 176-177.

84Ainsi, après avoir largement investi, sur le plan technique, dans le domaine de la défense anti-missile, les différents projets soviétiques se sont avérés inefficaces voire inutiles, techniquement comme politiquement. Malgré ce constat, tiré à la fin des années soixante, et, surtout, malgré l’engagement de négociations stratégiques soviéto-américaines, les recherches dans ce domaine continuent d’être menées en URSS. Certes, certains scientifiques ne manqueront pas de critiquer la poursuite des travaux allant dans ce sens. Mais, au cours des années soixante-dix, avec un soutien vraisemblable de M. Brejnev, des spécialistes tels les académiciens Budker ou Čelomej n’ont pas cessé de perfectionner la technique de la lutte antimissile55.

85Parallèlement, l’engagement de négociations américano-soviétiques sur les armements stratégiques et anti-missiles est décidé en juillet. Elles seront retardées par la « crise » tchécoslovaque de 1968. Les pourparlers américano-soviétiques ne commenceront donc que l’année suivante, au mois de novembre, à Helsinki. Dès lors, les Soviétiques feront preuve d’une grande discrétion publique sur leur politique en matière de défense spatiale.

Notes

1 MALINOVSKIJ (R), op. cit., 72 p. On peut rapprocher l’intitulé de ce texte de celui, publié quelque vingt ans plus tard par le maréchal Ogarkov : « L’histoire nous enseigne la vigilance ».

2 Ibid. p. 16-29.

3 C’est, semble-t-il, le même débat que celui initié par les historiens deux ans auparavant (voir chapitre 13).

4 Sur ce point, on peut relever que la seconde édition (1964) de l’ouvrage de Kozlov, Smirnov, Baz’ et Sidorenko : La Science Militaire Soviétique a ajouté un chapitre supplémentaire, le dernier, intitulé « Science et doctrine militaires » (p. 379-391).

5 Voir OGARKOV (N), Vsegda v Gotovnosti k Zaščite Otečestva (Toujours prêts pour la défense de la Patrie), Moscou, Voenizdat, 1982, p. 56-58 ; ainsi que l’article qu’il publie dans les Izvestija du 9 mai 1982.

6 Voir notamment les déclarations du général Jazov, Krasnaja Zvezda, 30 avril 1988.

7 BELOUSOV (L) « Konferencija o sovetskoj voennoj doktrine » (Une conférence sur la doctrine militaire soviétique) VIZ, 10, 1963, p. 121-126. La conférence est présidée par le général colonel K.F. Skorobogatin. Parmi les deux comptes-rendus d’interventions les plus détaillés, on remarque qu’il s’agit, dans l’un et l’autre cas de celui de deux des trois auteurs du manuel de stratégie militaire ayant participé à ce débat (le général-major Prohorov et le colonel Larionov.).

8 Ibid. p. 121-122.

9 Ibid. p. 123.

10 Ibid. p. 124. Le Kamenev dont il est question ici est Sergej Sergejevic (1881-1936), Komandarm (général d’armée) en 1935, chef d’état-major en 1925 et responsable de l’Académie Militaire de Tactique (source, Dictionnaire Encyclopédique Militaire).

11 Ceci n’empêche pas l’URSS de proposer, une nouvelle fois en mai 1963, un projet de désarmement général et complet, in 50 Let Bor’by..., op. cit. p. 553-554.

12 BOČKAREV (K), PRUSANOV (I), BABAKOV (A), Programma KPSS o Zaščite Socialističeskogo Otečestva, Moscou, Voenizdat, 1963, 145 p. (L’ouvrage est achevé d’imprimer en septembre 1963).

13 Ibid. p. 31.

14 Ibid. p. 64 (souligné par nous).

15 C’est en effet à cette époque que les Américains lancent leur « politique des ponts » avec l’Europe de l’Est.

16 Voir notamment LEVESQUE (J), L’URSS et la Révolution Cubaine, Paris, Presses de la FNSP, 1976, 222 p. Cette hypothèse semble confirmée par le contenu du premier Traité politque signé entre l’URSS et Cuba le 4 avril 1989 et dans lequel, contrairement à de nombreux traités signés par l’URSS avec des pays du tiers-monde, il n’existe aucune clause militaire -et, à plus forte raison, d’engagement militaire automatique en cas d’agression contre l’une des parties contractantes.

17 BOCKAREV (K) et al. op. cit. p. 61.

18 Ibid. p. 61.

19 ROTMISTROV (P) (sous la direction de), Istorija Voennogo Iskusstva (Histoire de l’art militaire), Moscou, Voenizdat, 1963, T. 1, 528 p., T. 2, 720 p.

20 Ibid. T. 1, p. 8.

21 Ibid. T. 1, p. 6.

22 Si l’on excepte l’ouvrage, volumineux et vraisemblablement inachevé, du général RAZIN (E) : Istorija Voennogo Iskusstva (Histoire de l’art militaire), Moscou, Voenizdat, T. 1 (période esclavagiste), 1955, 559 p. ; T. 2, (période féodale), 1957, 655 p. ; T. 3, (Période mécanisée), 1964, 676 p.

23 Krasnaja Zvezda, 3janvier 1963 (« L’armée de terre dans la guerre moderne et leur préparation au combat »).

24 STEMENKO (S), « Naučno-tehničeskij progress i ego vlijanie na razvitie voennogo delà » (Le progrès scientifique et technique et son influence sur le développement de la chose militaire), KVS, 3, février 1963, p. 25-26.

25 Krasnaja Zvezda, 29 novembre 1961 (« Pour résoudre des objectifs stratégiques » ; Il s’agit du premier article d’une série de trois consacrée aux « missiles dans les armées modernes » et rédigés par le colonel Zeltikov et le lieutenant colonel Larionov). On peut signaler que au cours du printemps 1962, Larionov sera promu colonel, puisque c’est avec ce grade qu’il cosigne le manuel de stratégie.

26 Krasnaja Zvezda, 18 mars 1962 (« Missiles et stratégie »).

27 Krasnaja Zvezda, 21 mars 1962 (suite de l’article précédent, intitulée « Espace et stratégie »).

28 SOKOLOVSKIJ (V), édit, de 1963, p. 241.

29 BOCKAREV (K.) et al. op., cit. p. 73.

30 Slovar’ Osnovnyh Voennyh Terminov (Dictionnaire des principaux termes militaires), Moscou. Voenizdat, (Bibliothèque de l’Officier), 1965, p. 64.

31 O Sovetskoj Voennoj Nauke, op. cit., 2ème édition, p. 337.

32 Voirnotament KIRIJAN (M), Voenno-Tehničeskij Progress..., op. cit. ou BABAKOV (A), Vooružennye Sily SSSR..., op. cit.

33 Le SS 9 (Scarp) est un engin très imposant, long de 36 m, large de 3 m et capable de porter une charge de 5,4 tonnes. Les premiers modèles portaient une ogive nucléaire de 25 MT. Voir notamment BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 101 et La Puissance Militaire Soviétique, op. cit. p. 204.

34 POLMAR (N), op. cit. p. 40.

35 Voir notamment les articles du maréchal Rotmistrov de 1955 sur els frappes préemptives.

36 Voennyj Enciklopedičeskij Slovar’, op. cit., (2ème édition), article PVO.

37 SUSKO (N), « Razvitija marksistsko-leninskogo učenie o vojne i armii » (Le développement de la doctrine marxiste-léniniste sur la guerre et l’armée), KVS, 18, 1961, p. 21.

38 Voir notamment son discours au Soviet Suprême, Pravda, 27 avril 1954.

39 Krasnaja Zvezda, 18 mars 1962. Le même thème est repris dans un article du maréchal Sokolovskij publié dans le même journal, le 19 juillet suivant.

40 Krasnaja Zvezda, 4 décembre 1962.

41 BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 148.

42 Krasnaja Zvezda, 20 février 1963.

43 Krasnaja Zvezda, 18 mars 1962 (article de Larionov, déjà cité).

44 RYBKIN(E), KVS, 17, 1965, art. cit. p. 55.

45 SOKOLOVSKIJ (V), Voennaja Strategija, op. cit. (2ème édition), p. 246.

46 Ibid. p. 393.

47 Ibid. p. 393-394.

48 Krasnaja Zvezda, 28 août 1964.

49 KRASIL’NIKOV (S), sous la direction de, Atom i Oruzie, (L’atome et l’armement), Moscou, Voenizdat, 1964, p. 13.

50 Ibid. p. 24.

51 Ibid. p. 25.

52 Slovar’ Raketnyh i Artillerskih Termininov (Dictionnaire des termes de missiles et d’artillerie), Moscou, Voenizdat, 1968 (article PRO). On retrouve les mêmes définitions dans les deux disctionnaires des termes militaires parus en 1965 et 1966.

53 Vojska PVO Strany (Les troupes de la PVO), Moscou, Voenizdat, 1960, 220 p. et 1968, 440 p.

54 VARENNIKOV (I), VINOGRADOV (L), sous la direction de, Zaščita Naselenija ot Sovremennyh Sredstv Poraženija (La protection des populations des moyens de destruction moderne), Moscou, Ed. de la DOSAAF, 1963, p. 21. Cet ouvrage a été tiré à 450 000 exemplaires.

55 KOKOSIN (A), V Poiska Vyhoda (A la recherche d’une solution), Moscou, Politizdat, 1989, p. 176-177.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search