Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Deuxième partie. Vers une logique du nucléaire

Chapitre 12. L’accueil du manuel

Texte intégral

L’accueil du manuel en URSS : Critiques et comptes-rendus bibliographiques

1Le manuel a été accueilli en URSS de façon paradoxale, dénotant l’ambiguïté de la nature de l’ouvrage. Ceci s’est manifesté par les critiques, rares et tardives, qui lui ont été faites, mais aussi par les silences qui ont entouré sa publication dans d’autres ouvrages publiés peu après, en URSS. Après une analyse, souvent instructive, des critiques du manuel publiées dans la presse soviétique mais aussi occidentale, on s’interrogera sur la représentativité et la caractère officiel, ou non, de ce manuel.

2Attendu depuis 1926, l’ouvrage de Sokolovskij a reçu un accueil pour le moins modeste – au moins quantitativement – dans la presse militaire soviétique. Quatre journaux ou revues se sont intéressés à l’ouvrage, certains de ces articles paraissant au moment où la seconde édition était déjà sous presse !

  • 1 Ces quatre articles ont été traduits et rassemblés par le Center for Strategie Studies de Washingto (...)

3Le premier en date de ces articles paraît dans L’Etoile Rouge. Puis paraissent deux autres articles, l’un dans la revue de la marine (Morskoj Sbornik), l’autre dans une revue traitant de questions relevant plus de la tactique (Voennyj Vestnik). Enfin, la dernière critique est publiée dans la revue d’histoire militaire1. On constate ainsi que la revue du GlavPU n’a rien publié sur le manuel, sinon un « placard publicitaire » en quatrième page de couverture de son numéro de juillet 1962, résumant en deux lignes chaque chapitre de l’ouvrage et le conseillant « à un vaste cercle de lecteurs ».

La critique du « généraliste »

  • 2 Krasnaja Zvezda, 22 septembre 1962. L’article, intitulé « Stratégie Militaire » occupe, de plus, un (...)

4Le premier de ces articles, premier chronologiquement mais aussi par son importance politique, est celui que publie le quotidien de l’armée. C’est aussi celui qui a été signé du nom le plus prestigieux, celui du général d’armée P. Kuročkin2. Compte tenu du déroulement de sa carrière, il est probable que Kuročkin ait été conduit à servir sous les ordres de Sokolovskij, soit pendant la guerre (2ème Front de Biélorussie) soit immédiatement après au GFSA. Mais ses fonctions de directeur-adjoint de l’ Académie de l’Etat-Major, puis, au moment où il signe cet article de L’Etoile Rouge, à la tête de l’Académie Frounze, en font un « allié » très vraisemblable de Sokolovskij.

5Les points de critiques relevés par Kuročkin sont de trois ordres : politique, historique et militaire. Sur le premier point, Kuročkin insiste, en l’approuvant, sur le lien, énoncé par les auteurs du manuel, qui existe entre guerre et politique et sur la dépendance du militaire à l’égard du politique. Selon Kurockin, l’ouvrage a pris, et à juste titre, pour base les « matériaux du XXIIème Congrès et de la IVème session du Soviet Suprême ». Il estime, par contre, que le contenu de ses derniers chapitres consacrés à la direction des forces armées et notamment à leur direction par le PCUS est confus, superficiel et trop rapide.

6Faut-il y voir ici un reflet de la méfiance réciproque des militaires et de la direction politique ? En distinguant l’orthodoxie marxiste-léniniste en matière de relation entre guerre, armée et politique d’une part et la politique du PCUS – sous-entendu, celle menée par le pouvoir en place – de l’autre, on peut envisager une telle hypothèse. De plus, il était évident que, quelles qu’aient été les relations entre Kuročkin et Sokolovskij, l’auteur de l’article de L’Etoile Rouge ne pouvait pas ne pas soulever cette question. Une question qui a sans doute été l’une des causes du limogeage de Sokolovskij en 1960. Il fallait par conséquent impérativement relever cet aspect, compte tenu de la personnalité de l’ancien chef d’état-major général.

7Le deuxième point critiqué par Kuročkin est d’ordre historique. La critique spécifiquement historique a été plus amplement développée dans la revue d’histoire militaire. Mais Kuročkin n’en relève pas moins que, même si l’approche historique a été abordée et qu’elle « facilite la compréhension de la situation présente de la théorie de la stratégie militaire soviétique », elle aurait dû, pour cette raison, être plus développée. Il aurait fallu, selon Kurockin, détailler l’action considérable en faveur du développement de l’art militaire effectuée par Frounze, Šapošnikov et Toukhatchevskij, ainsi que par Svecin, Neznamov, Triandafïlov et Silovskij. Mais, et c’est peut-être ce qui est le plus intéressant, les auteurs du manuel auraient dû « plus largement insister sur la continuité avec les meilleures traditions de l’école militaire nationale russe ».

8Mais là où les critiques de Kuročkin sont sans doute les plus graves, mais pas nécessairement les plus lourdes de conséquence, ce sont les passages dans lesquels il montre ses divergences en matière strictement militaire. Ces remarques concernent deux aspects. Le premier est d’avoir bien analysé la question de l’usage du nucléaire, mais d’avoir trop rapidement abordé celle du rôle de chaque armée et de leurs actions combinées et décrit les opérations auxquelles chacune de ces forces devait se préparer. Ceci concerne essentiellement l’armée de terre. En fait, il s’agit d’une remarque traditionnelle d’une majorité d’officiers au moment de l’apparition de l’arme nucléaire.

9L’autre remarque découle de la première et concerne la question de la « manœuvre stratégique ». S’attachant essentiellement à analyser la stratégie au niveau des théâtres d’opération, les auteurs du manuel omettent, selon Kurockin, d’envisager la question de la « manœuvre des troupes et du matériel » à la fois avant le début de la guerre et pendant son déroulement. Or, une première frappe nucléaire massive peut considérablement affaiblir le premier échelon sur un théâtre d’opération et nécessiter un large mouvement de troupes et de matériel. Tout cet aspect « pour une raison inconnue, n’est pas mentionné par les auteurs de l’ouvrage ».

10En d’autres termes, on pourrait considérer que le fond des critiques à l’encontre du manuel consiste à considérer qu’il représente plus un ouvrage de « politique de défense » que de stratégie militaire proprement dite. Si l’on exclut l’hypothèse, très vraisemblable, que tel était justement l’objet de cet ouvrage, ne se pose pas moins la question de savoir à qui, dans ce cas, la critique de Kuročkin est adressée ? Directement aux auteurs du manuel et à eux seuls ? Ou bien au pouvoir politique qui, par sa politique visant au « tout nucléaire » ou tout au moins à sa domination absolue, conduit à sous-estimer tout ce qui préoccupe l’immense majorité des militaires – en URSS comme partout ailleurs – : les opérations sur le terrain, la tactique ?

11En conclusion de ses critiques, Kuročkin – et ceci fait partie des « règles du jeu » – n’en considère pas moins que l’ouvrage de stratégie militaire, outre certains problèmes qui « méritent une discussion spéciale » est un ouvrage « technico-militaire », « nécessaire et valable » et qu’il sera d’une lecture profitable tant à un « large public » qu’à « tous les généraux et officiers de l’armée soviétique ».

La critique des marins

  • 3 « La parution du travail sur la stratégie soviétique », Morskoj Sbornik, janvier 1963, 88-96, in So (...)
  • 4 Krasnaja Zvezda, 21 mai 1988, Izvestija, 28 juillet 1988 et Pravda, 29 juillet 1988. Au cours du pr (...)

12La deuxième critique, chronologiquement, est celle qui a été publiée dans la revue de la marine sous la plume de l’amiral V.A. Alafuzov3. Il était, dans tous les cas, intéressant de connaître l’opinion d’un marin face à un ouvrage qui, c’est le moins que l’on puisse dire, ne fait pas la part belle à cette arme ; indépendamment du fait que ce traitement correspond à la ligne politique générale. De plus, l’auteur de cet article, l’amiral Alafuzov (1901-1966) est un personnage pour le moins intéressant. Il est un ancien de la guerre d’Espagne, chef d’état-major de la flotte du Pacifique (1943) puis chef d’état-major de la marine (1944). De 1945 à 1948, il dirige l’Académie de la Marine et de 1953 à 1958 il en est le directeur-adjoint. La période 1948-1953 correspond à la période de disgrâce qu’a traversée l’amiral Kuznecov (voir chapitre 11). Il semble, d’ailleurs, que le sort de ces deux hommes ait été très étroitement lié, sans doute depuis la guerre d’Espagne4.

  • 5 Pravda, 29 juillet 1988.

13En d’autres termes, Alafuzov est un officier qui n’a aucune raison de se montrer complaisant ni à l’égard des représentants de l’armée de terre, ni à l’égard du pouvoir politique. Ceci est visible dès les premières lignes de l’article qui ne respecte guère les « règles du jeu » habituelles, au moins pour ce qui concerne un ouvrage qui recueille une unanimité positive ou tout au moins relativement positive et, surtout, qui reflète le discours politico-militaire officiel. On peut également mentionner la présence, dans ce texte, d’un humour certain, un humour qu’avait d’ailleurs relevé l’amiral Kuznecov, à la veille de leur procès commun de 19485.

14En fait, ce qui étonne surtout dans cet article est qu’il ait pu être publié. Ceci peut signifier deux choses : l’autonomie relative dont jouiraient les marins soviétiques qui peuvent se permettre, sans trop de risque, de naviguer à contre-courant de la ligne officielle. Signe de cette autonomie relative, le Morskoj Sbornik est la seule revue soviétique, avec la revue de médecine militaire, à revendiquer une existence antérieure à 1917. Elle rappelle, en effet, en tête de chacun de ses numéros qu’elle paraît depuis 1848 ! Mais ce ton particulier, cette « indépendance », peuvent également être le résultat d’une situation beaucoup moins glorieuse pour la marine. Cela peut en effet être le reflet du peu d’intérêt porté en URSS pour ce que peuvent dire ou faire les marins, des personnes qui, sur le plan militaire, comptent peu. Le pouvoir peut, dans ces conditions, leur concéder sans grand risque, quelques petites satisfactions !

15Que dit l’amiral Alafuzov ? Son article consiste en une réfutation point par point de ce que disent les auteurs du manuel sur la marine, tant en ce qui concerne son rôle dans la future guerre que dans les guerres passées. Il n’entre pas dans notre propos de « départager » les « terriens » des marins dans leurs déclarations respectives qui paraissent tout aussi définitives voire excessives les unes que les autres. Il ne s’agit que de constater le désaccord total, absolu, entre les auteurs du manuel, c’est à dire la grande majorité de l’armée soviétique et quelques marins qui ne représentent pas nécessairement la majorité de leur corps, mais qui ont sans doute cherché à refléter un malaise évident.

  • 6 Soviet Materials... op. cit. p. 45.

16Pour Alafuzov, si la publication de l’ouvrage Stratégie Militaire est un événement majeur, son « approche de la stratégie navale est parfaitement inadaptée »6. Ainsi, puisqu’il n’existe pas de grands exemples d’opérations navales menées par la marine soviétique, les auteurs du manuel auraient dû se pencher sur l’expérience d’autres pays, et notammment celle des deux plus grandes puissances navales, actuelles ou passées : la Grande Bretagne et les Etats Unis.

  • 7 Ibid. p. 46 et 49.

17Alafuzov décrit ainsi de façon fort peu orthodoxe l’efficacité des opérations amphibies anglo-saxonnes durant la Seconde Guerre mondiale en Europe. Il reproche également aux auteurs du manuel d’avoir oublié d’aborder la stratégie navale américaine dans la guerre contre le Japon. Il constate aussi ce paradoxe consistant à qualifier le principal « bloc agressif anti-soviétique » de « bloc atlantique » et de ne pas parler du rôle de sa marine et de son importance7.

  • 8 Ibid. p. 48.
  • 9 Ibid. p. 47.
  • 10 Ibid. p. 50-51.

18Sur un ton plus sérieux, l’amiral reproche au manuel d’avoir condamné en termes trop généraux et expéditifs la marine de surface8 ; d’avoir commis un anachronisme en décrivant le rôle des sous-marins durant la dernière guerre qui ne pouvaient, contrairement aux SNLE, remplir de mission stratégique9, d’avoir, faute de connaissances suffisantes, surestimé la vulnérabilité des SNLE10.

19En d’autres termes, rien de ce que les auteurs du manuel ont pu dire sur la marine ne trouve grâce aux yeux d’Alafuzov. La conclusion de son article est d’ailleurs marquée d’une ironie, trop rare dans la littérature politico-militaire soviétique, pour qu’on ne la retranscrive pas intégralement :

  • 11 Ibid. p. 52.

20« Indépendamment du nombre d’erreurs dans leurs définitions de la nature et du rôle de l’activité navale dans les guerres récentes et dans leurs prévisions quant à la prochaine guerre, les auteurs de la Stratégie Militaire ont réalisé un ouvrage d’un intérêt indéniable pour le lecteur-marin. Il profitera largement de ce livre car il donne une présentation générale correcte, basée sur le marxisme-léninisme, de la nature et des méthodes de la guerre moderne. Les insuffisances de ce livre en matière navale seront aisément relevées par le lecteur qualifié et n’empêcheront pas les officiers de marine, en utilisant ce livre, d’élargir leurs connaissances sur la doctrine générale de la guerre moderne »11.

21Cette reconnaissance du bien-fondé de l’approche globale de la stratégie par les auteurs du manuel avait néanmoins été mise en doute – également sur le ton de l’ironie – dès les premières lignes de l’article d’Alafuzov. Il s’interroge, en effet, sur le besoin qui a conduit les auteurs à qualifier, dans le titre de l’ouvrage, la stratégie de : « militaire ». Et ce, d’autant qu’ils ont donné l’étymologie du mot de « stratégie », comme étant « l’art de conduire les troupes ».

22En fait, il semblerait que Alafuzov, n’ayant pas, ou plus, grand chose à perdre, se soit fait plaisir en rédigeant cet article, un article qui ne peut pas, cependant, ne pas avoir eu l’aval de la rédaction du Morskoj Sbornik. Cet article pourrait alors n’être qu’un prétexte et, comme pour l’article de L’Etoile Rouge, représenter un message dont les destinataires ne sont pas les seuls auteurs du manuel.

23Il est, en effet, vraisemblable que l’on ait confié à un personnage quelque peu marginalisé, quoique de haut rang et ayant rempli de hautes fonctions, la charge de rappeler à l’ordre les autorités politiques et militaires. Il s’agissait d’insister sur la « misère » des marins et leur marginalisation ce qui, très probablement, n’a pu se faire qu’avec l’aval de l’amiral Gorškov.

24On constate, en effet, que c’est au printemps de 1963, c’est à dire peu après la publication de cet article, que Gorškov engage une nouvelle offensive contre l’attitude de Khrouchtchev à l’égard des marins. L’article d’Alafuzov sur un sujet concernant indirectement ces mêmes marins, pourrait avoir constitué une sorte de « ballon d’essai » lancé pour mesurer les réactions du pouvoir politique et militaire.

La critique des tacticiens

  • 12 ZEMSK. OV (V), JAK. IMOVSKIJ (A) « La stratégie Militaire », Voennyj Vestnik, janvier 1963, p. 122- (...)

25En comparaison avec la critique de l’amiral Alafuzov, la critique publiée au même moment dans Voennyj Vestnik paraît bien terne. En fait, elle se présente sous une forme tout à fait « classique » et dans une revue qui n’a jamais particulièrement fait preuve d’audace12.

26L’article du Voennyj Vestnik est divisé en deux parties : une première consiste en un résumé apologétique de l’ouvrage, insistant sur le rôle d’initiateur de stratégie assuré par le pouvoir politique et, notamment, par le dernier Congrès du PCUS ainsi que par la session de janvier 1960. Il insiste également sur l’aspect historique, sur l’importance de la phase initiale, sur l’hypothèse possible d’une guerre longue, sur la mobilisation et le rôle de l’économie et des arrières. Dans cette première partie apologétique, les critiques ont néanmoins relevé une contradiction. Elle concerne le rôle des chemins de fer dans la manœuvre stratégique qui est perçu positivement dans le septième chapitre et négativement dans le premier.

  • 13 Ibid. p. 82.

27La seconde partie de l’article est consacré aux critiques d’un certain nombre de points développés dans le manuel. Il reproche tout d’abord une certaine ambigüité dans les définitions respectives de la science militaire et de la stratégie ainsi que de leurs éléments constitutifs. Cette insuffisance peut conduire, selon les auteurs de cette critique, à confondre les deux notions13. On reviendra plus loin sur cette question de définition des termes qui a, par ailleurs, donné lieu à un débat (voir chapitre 13).

  • 14 Ibid. p. 83.

28Dans le même ordre d’idée, c’est dire à un niveau essentiellement méthodologique, il est reproché au manuel des « formulations inexactes concernant le lien entre stratégie et politique, allant même jusqu’à soupçonner les auteurs du manuel d’avoir maintenu la confusion effectuée par Staline entre stratégie politique et stratégie militaire14.

  • 15 Ibid. p. 84.

29Enfin, l’article de Voennyj Vestnik reprend certaines des critiques de L’Etoile Rouge sur des questions plus militaires et notamment sur la manœuvre stratégique. Les deux auteurs de cette critique refusent, comme le général Kurockin, de partager le point de vue présenté dans le manuel sur la disparition progressive de l’aviation, y compris des bombardiers et surtout de l’artillerie face au développement des forces des missiles15.

30Malgré ces critiques, somme toute relativement modérées, et dans tous les cas, plus modérées que dans L’Etoile Rouge, la conclusion de l’article de Voennyj Vestnik recommande, et de façon attendue, la « lecture de cet excellent ouvrage ».

La critique des historiens

  • 16 GOLUBEV (A), « O nekotoryh voprosah voennoj istorii v knige Voennaja Strategija » (Quelques questio (...)

31La quatrième et dernière des critiques du manuel de Sokolovskij publiées dans la presse soviétique concerne l’aspect exclusivement historique de l’ouvrage. Elle paraît dans la revue d’histoire militaire sous la signature d’un certain Golubev – sans indication de qualité et/ou de grade – qui pourrait représenter le pseudonyme d’un collectif d’auteurs qui ne souhaiteraient pas apparaître sous leurs noms ou trop nombreux pour tous signer ! On peut également relever que cette critique, la plus longue en volume, paraît au moment où la deuxième édition est déjà sous presse16. Ceci montrerait le peu de cas qu’auraient fait les auteurs du manuel des critiques des historiens, critiques pourtant assez acerbes.

  • 17 Voir VIZ, 4, 1964, art. cit. p. 46.

32La critique publiée dans la revue d’histoire militaire aborde des questions qui vont bien au delà d’une simple analyse d’histoire militaire. Mais, dans le même temps, contrairement aux trois autres articles, il ne semble pas que ce dernier s’adresse au pouvoir politique. Il semblerait plutôt qu’il s’agisse d’un prétexte permettant de présenter une conception stratégique qui ne semble pas avoir eu la faveur de la majorité des théoriciens militaires. On pourrait y voir une dernière tentative visant à relancer le débat sur la science militaire qui, on l’a vu, s’était déroulé en 1960-61 et n’avait pas été réellement conclu17. Est-ce un combat d’arrière-garde cherchant à condamner « l’ouvrage à la mode » avec des critères de jugement périmés ? Ceci pourrait expliquer la raison pour laquelle, d’une part, l’article paraît près d’un an après la publication de la première édition du manuel et, d’autre part, pourquoi les auteurs de ce même manuel n’ont pas tenu compte de ces remarques d’ordre historique.

33En d’autres termes, tout en étant fort critique à l’encontre du manuel, l’article des historiens n’a pas le poids, ni peut-être même les sous-entendus politiques qu’a pu avoir le texte d’un Alafuzov ou d’un Kuročkin. Son impact reste, semble-t-il, limité à quelques théoriciens sans doute proches de l’Académie Lénine. Cet article, contrairement aux autres, ne cherche pas à modifier ou à faire modifier le point de vue ou l’attitude du pouvoir politique.

  • 18 VIZ, 5, 1963, art. cit. p. 101.

34Sur le plan spécifiquement historique, le reproche essentiel porté contre le manuel est de n’avoir pas choisi les exemples adéquats, susceptibles de démontrer les raisonnements proposés. Et surtout, il n’a pas su tirer de l’expérience de la Seconde Guerre mondiale les conclusions qui s’imposaient, en matière d’innovation stratégique18.

35En fait, il s’agit pour l’auteur de cette critique de présenter une conception que l’on pourrait qualifier de néo-stalinienne de la stratégie, de la relation entre guerre et politique et de la nature de l’art opératif.

  • 19 Ibid. p. 88.

36Une des caractéristiques de la vision stalinienne de la stratégie était de considérer la stratégie militaire et la stratégie politique comme une seule et même chose, comme une seule et même « science ». Golubev critique ainsi les auteurs du manuel en ce qu’ils se sont trompés sur le moment de l’apparition de la stratégie en tant que science, autonome mais découlant du politique, en raison de l’analogie établie entre l’histoire du développement de la philosophie et celle de la stratégie. Analogie que réfute Golubev19.

37Il est également reproché au manuel d’avoir proposé une interprétation tronquée de Clausewitz et de son analyse par Lénine. Certes, Lénine a-t-il affirmé que la guerre était la continuation de la politique par d’autres moyens, à savoir la violence. Mais contrairement à ce qu’affirment les auteurs du manuel, ce n’est pas à propos de cette question particulière – l’usage de la violence – que Lénine complète et actualise Clausewitz.

  • 20 Ibid. p. 90.

38Pourtant, et c’est là sans doute que se situe le point essentiel du débat, Golubev affirme, citations à l’appui, que Lénine n’a jamais estimé que la violence fût la condition nécessaire pour qu’il y ait guerre. Il se distingue ainsi des auteurs du manuel qui, on l’a vu, réfutent les théories des guerres menées par des moyens non violents, notamment celles de Liddell Hart. Golubev estime, lui, qu’en « excluant de la guerre toutes les formes non-militaires de combat, les auteurs confondent deux questions : 1. la reconnaissance de la lutte armée comme moyen principal de la conduite de la guerre ; 2. l’utilisation dans la guerre de formes politiques, économiques et autres de lutte... » Or, ces formes non militaires peuvent parfois déterminer l’issue de la guerre20.

  • 21 Ibid. p. 89.
  • 22 Ibid. p. 90. Cette phrase n’est pas référencée comme une citation de Staline, mais d’une auteur, en (...)

39Ainsi, sous une argumentation parfaitement logique, il est très vraisemblable que Golubev ait cherché à rétablir la vieille conception de la confusion de la stratégie politique et de la stratégie militaire, la seconde n’étant qu’une émanation de la première, réfutant toute spécificité à l’action militaire. « La guerre n’est pas seulement une partie de la politique... mais un moment déterminé dans la politique en soi »21. Ceci a pour conséquence – conséquence qui a été plus particulièrement tirée par Staline pour son propre profit – que « la stratégie au sens strictement militaire est une partie de la stratégie politique »22. On peut ainsi constater que les historiens reprochent au manuel de n’avoir pas dit... ce que Voennyj Vestnik avait justement reproché au manuel d’avoir dit !

  • 23 Ibid. p. 91.

40La conclusion, peut-être la plus lourde de conséquence, que, par Frounze interposé, tire Golubev de ces considérations est que la « stratégie militaire est une partie de la stratégie politique et que... dans les conditions politiques actuelles, la stratégie n’est pas la prérogative du seul commandement militaire »23. En fait, derrière certaines analyses qui peuvent paraître logiques ou de bon sens, il faut considérer la pratique qui a pu – ou qui pourrait – en être faite.

  • 24 Ibid. p. 91-94.

41Le dernier point de fond critiqué par Golubev concerne le lien entre stratégie et art opératif. Ce qui est reproché au manuel est de ne pas avoir procédé à une analyse historique des termes et plus spécifiquement de l’art opératif qui constitue une spécificité de l’art militaire soviétique. Ce reproche, somme toute mineur, sert en fait de prétexte pour proposer l’historique, manquant, de ces notions. Il s’agit surtout d’un exercice de sémantique qui permet à Golubev de régler un certain nombre de comptes avec des absents : Toukhatchevskij et Svečin, d’un côté ; Frounze, de l’autre. Ce dernier, présenté comme l’inspirateur de Staline, paraît avoir, à la différence des deux autres, toutes les qualités.24

42Quelles conclusions tirer de ces quatre critiques du manuel de stratégie ? On constate tout d’abord que seule la presse militaire s’est attachée à mentionner cet ouvrage pourtant présenté comme s’adressant « à un large cercle de lecteurs » et pas seulement aux « généraux et officiers ». On constate ensuite que, si l’on excepte le cas particulier de Golubev, ce sont des officiers d’arme et non des officiers politiques qui ont rédigé ces critiques. La revue du GlavPU, n’ayant, on l’a vu, fait que publier un « placard publicitaire », lors de la sortie de l’ouvrage. Est-ce à dire que les officiers politiques auraient eu des critiques telles à formuler qu’elles n’auraient pu être publiées dans leur revue ? Est-ce pour cette raison qu’ils auraient utilisé l’intermédiaire de l’approche historique pour pouvoir formuler au moins certaines de leurs remarques ? C’est une hypothèse que l’on ne peut exclure. On peut d’autant moins l’exclure que c’est vraisemblablement sous la pression du GlavPU que, sans apparemment trop se faire prier, le pouvoir politique s’est résolu à se débarrasser de Sokolovskij.

43Mais, peut-être, peut-on envisager également que le silence des officiers politiques ait été dû à une jalousie des « politiques » à l’égard de l’équipe rédactionnelle du manuel. Il n’est, en effet, pas impossible que le GlavPU ait pu penser qu’il serait le maître d’œuvre de cet ouvrage de stratégie militaire, considérant, on l’a vu, leur conception du lien de dépendance existant entre stratégie militaire et stratégie politique. Puisqu’il ne pouvait s’agir que d’un ouvrage – dans la mesure où il était destiné à être publié – de politique de défense et non d’un ouvrage strictement militaire opérationnel, les responsables du GlavPU espéraient en retirer le bénéfice.

44Or, il en a été autrement. C’est l’état-major et son Académie qui ont obtenu cette charge. Pourquoi ce choix ? Sans doute le pouvoir politique – à qui revenait nécessairement la décision – a-t-il voulu donner cette satisfaction à ces officiers d’arme qu’il avait peu ménagés au cours des années passées.

45L’autre remarque que l’on peut faire au sujet de ces quatre critiques du manuel, toujours à l’exception notable de l’article de Golubev, est que, tout en reconnaissant sa qualité, on trouve plus d’accusations contre la ligne officialisée par Khrouchtchev et Malinovskij que contre l’ouvrage lui même. Est-ce un hasard si ce sont des représentants des armées les plus défavorisées par la nouvelle stratégie qui signent les critiques, en l’occurrence l’armée de terre et la marine ? Par contre, aucun artilleur, ni aucun aviateur, pas plus qu’un représentant de la nouvelle armée des missiles stratégiques, n’a pris la plume pour commenter cet ouvrage.

46Mais, la publication du manuel a provoqué des réactions ailleurs qu’en URSS. Dès son apparition, les médias occidentaux – et notamment américains – s’en sont emparé pour en tirer toutes les conclusions possibles. Cet « accueil » occidental a, à son tour, provoqué quelques contre-réactions en URSS.

Réactions occidentales et contre-réactions soviétiques

47Comme cela est presque toujours le cas lorsqu’un ouvrage important – ou supposé tel – paraît en URSS, les experts occidentaux, et notamment américains, s’en emparent. Il était, par conséquent, évident que, dès lors que les Soviétiques avaient décidé de publier un ouvrage de cette ampleur sur un sujet auparavant aussi « confidentiel », les experts américains allaient lui « faire subir un traitement » particulièrement complet. Comme toujours, et il faut se replacer dans le contexte des relations américano-soviétiques du moment, les conclusions qu’en tirent les Américains, se devaient de répondre à leurs propres préoccupations.

Les réactions américaines

  • 25 Military Strategy : Soviet Doctrine and Concepts, New York, Praeger, 1963, 396 p.
  • 26 Soviet Military Strategy, New York, Prentice Hall, 1963, 544 p.

48Pratiquement toutes les revues militaires américaines de l’époque ont rendu compte du manuel ; de même, il n’est pas un centre de recherche américain sur les relations internationales ou sur les questions de défense qui ne se soit penché sur son contenu. Ainsi, moins d’un an après la publication de la première édition du manuel, deux éditeurs américains en avaient publié une traduction. La première a été préfacée par R. Garthofï25, la seconde par H. Dinerstein, L. Gouré et T. Wolfe26, c’est à dire par les plus prolifiques des spécialistes américains en matière de politique de défense soviétique.

  • 27 SOKOLOVSKY, op. cit.

49A titre de comparaison, on peut relever qu’aucun article n’a été directement consacré au manuel dans les revues militaires françaises ou francophones telles Défense Nationale, La Revue Militaire générale... Il faudra attendre 198427 pour que soit publiée la première traduction en français du manuel. Il est vrai que c’était dans la collection des « classiques de la stratégie » !

50Mais, pour revenir aux Etats Unis, les premières analyses et interprétations du manuel ont été effectués dans une période très particulière des relations est-ouest. Un période qui s’étend de la crise des missiles de Cuba à l’installation du « téléphone rouge », c’est à dire en des temps de relative détente faisant suite à l’une des plus graves crises traversées par les relations américano-soviétiques, et est-ouest en général. Il était, par conséquent, logique que les réactions américaines au manuel s’en resssentissent.

  • 28 CRANE (R.D.), Soviet Nuclear Strategy, a Critical Appraisial, Washington, CSS, février 1965 (2ème é (...)

51Plutôt que de se reporter à chaque analyse publiée dans chaque revue américaine, on se reportera ici aux transcriptions d’un débat organisé par le Center for Strategie Studies de l’Université de Georgetown, au printemps 1963. Ce débat rassemblait, en effet, les principaux commentateurs et analystes américains de l’époque28, tels R. Garthoff, L. Gouré, O. Morgenstern, T. Wolfe... ainsi que B. Liddell Hart, seul étranger de ce débat entre américains. Ces intervenants représentaient les armées américaines, les principales universités (Georgetown, Princeton, Stanford) et les grands « think tanks » (Rand, Hoover, CSS...).

52La première question posée lors du débat a été celle de la fiabilité et de la crédibilité des écrits militaires soviétiques, liée à celle de l’existence de changements réels intervenus dans la vie politique et la stratégie soviétiques. La majorité des participants a rejeté l’idée que le manuel pût être purement et simplement un ouvrage de propagande, voire de désinformation, ne serait-ce que parce que, de toute évidence, la première édition, au moins, est d’abord publiée pour un usage strictement interne, fût-il public.

  • 29 Ibid. p. 1.
  • 30 Ibid. p. 5.
  • 31 Ibid. p. 2.
  • 32 Ibid. p. 3.

53Seul Liddell Hart semble ne trouver aucun intérêt à cet ouvrage qu’il qualifie d’archaïque et de totalement inadapté aux réalités stratégiques du moment29. Tous les autres intervenants y trouvent sujet à réflexion, pour critique qu’elle soit. T. Wolfe estime ainsi que, si propagande il y a, – et il y en a nécessairement – le manuel n’est pas que cela. Toutes les « déformations » apportées par la propagande « n’en rendent pas moins valable cet ouvrage en tant qu’expression de ce que les auteurs soviétiques estiment pertinent sur ce sujet »30. Ceci rejoint en quelque sorte l’avis de R. Garthoff qui estime qu’il faut prendre cet ouvrage pour ce qu’il est et non pour ce qu’il n’est pas, à savoir que « la stratégie est d’abord une arme de la politique internationale et, ensuite, son dernier recours dans la guerre »31. L’amiral Caldwell va même jusqu’à y voir un message appelant à l’ouverture d’un dialogue avec les Etats Unis32.

  • 33 Ibid. p. 27-32 ; et p. 32-34 pour l’hypothèse d’une « guerre stratégique limitée ».
  • 34 Ibid. p. 34.

54Mais cette quasi-unanimité, somme toute positive, à l’égard du manuel, s’arrête à la signification globale qu’il faut donner au fait que les Soviétiques aient publié un tel ouvrage. Dès que les participants au débat s’attaquent aux grands thèmes qui sont contenus dans le manuel, les points de vue commencent à diverger. Ainsi, en ce qui concerne la définition des guerres limitées ou des guerres locales33, dont on a vu l’ambiguïté des analyses dans le manuel. Sur le point des frappes préemptives, les participants s’interrogent sur leur faisabilité, notamment en raison de la faiblesse des systèmes d’alerte et de détection, aggravée par les lourdeurs bureaucratiques inhérentes au système34.

55Mais, au-delà de ces analyses effectuées par des spécialistes américains, cherchant à lire en termes de conjoncture politique ce qui a été écrit en termes plus idéologiques, ce sont les analyses soviétiques de ces commentaires qui sont plus significatives de ce qui préoccupe en priorité l’URSS.

Les contre-réactions soviétiques

  • 35 ZAVJALOV (I), KOLESICKIJ (V), LARIONOV (V), CEREDNIČENKO (M), « Protiv klevety i fal’sifikacii » (C (...)

56A la fin de 1963, quatre des auteurs du manuel répliquent, dans un article publié dans le quotidien de l’armée, aux remarques et critiques américaines, ou tout au moins à certaines d’entre elles.35 Les quatre auteurs de cet article ne font pas un recensement critique systématique de l’ensemble des commentaires parus dans la presse américaine. Ils ne se sont arrêtés qu’aux préfaces et annotations présentées dans les deux traductions en américain du manuel.

57Tout en reconnaissant que certaines de ces observations sont d’ordre spécifiquement technique, répondant à des critères « objectifs » et faisant l’objet de commentaires tout aussi « objectifs », c’est, bien entendu, sur ce qui est perçu comme inacceptable par l’URSS que cet article insiste.

58Une première remarque, qui eut été surprenante dans les années soixante-dix, concerne la tendance des experts américains à « faire tout leur possible pour minimiser la puissance militaire soviétique et à insister sur la supériorité des Etats Unis ». Une remarque qui retranscrit bien l’une des particularités de la période khrouchtchévienne, même après la crise des missiles de Cuba.

59Mais, au-delà de ces questions de principe, la critique de la critique porte sur trois grands thèmes dont deux, spécifiquement militaires : l’idée d’une guerre préventive ou préemptive, le passage de la guerre locale à la guerre mondiale thermonucléaire et les conclusions tirées quant aux divergences possibles entre le pouvoir politique et l’armée en URSS.

60Sur le premier point, la guerre préemptive, il était normal que les Soviétiques réagissent violemment, dans la mesure où ils n’ont jamais admis explicitement – au moins dans la littérature ouverte – avoir adopté une telle conception. Par contre, on l’a vu, depuis le milieu des années cinquante, il existe suffisamment d’indices et de signes pour que l’observateur extérieur puisse tirer une telle conclusion. Il était donc évident que les Américains allaient s’intéresser à cette question, une question qui concerne au premier chef leur sécurité et celle de leurs alliés.

61Les quatre auteurs affirment ainsi « qu’aucun document, aucun article ou déclaration d’aucun dirigeant soviétique n’a jamais soulevé la question de la préemption, en tant que mission des forces armées soviétiques ». En fait, dans l’interprétation, tout est question de mots ou de formulation, et ce qui est affirmé ici correspond à la réalité si l’on considère que le sujet aurait dû être abordé directement et explicitement. Mais, la préoccupation des Occidentaux n’en est pas moins parfaitement fondée.

62L’argument pour le moins fallacieux sur lequel s’appuient les quatre auteurs pour critiquer cette vision des Américains est que ces derniers auraient fondé leur conclusion sur le fait que le manuel insistait sur l’importance de la phase initiale et sur l’état d’alerte et la vigilance permanents dans lesquels les forces soviétiques devaient se tenir. A partir de là, les extrapolations américaines eussent été pour le moins abusives. En fait, on l’a vu, c’est sur bien d’autres considérations – et d’autres sources – que l’on peut s’appuyer pour conclure à l’existence d’un principe de frappe préemptive dans la stratégie soviétique.

63Le deuxième point abordé par les quatre auteurs de l’article concerne un des principaux points de divergence américano-soviétique en matière de conception stratégique – au moins déclaratoire – : la possibilité de limiter un conflit. Là encore, l’article de L’Etoile Rouge reproche aux commentateurs américains d’avoir mal lu le manuel en considérant qu’une « guerre locale dégénérerait inévitablement en une guerre mondiale ». On se souvient que le manuel, sur ce point des guerres locales et de leur dégénérescence en guerres totales, était sinon ambigu tout au moins qu’il avait maintenu – sans doute volontairement – des points de vue contradictoires qui ne pouvaient que laisser subsister un doute quant aux conceptions soviétiques. Or, si ce doute et ces contradictions n’ont jamais été levés dans les éditions successives du manuel, les auteurs de l’article – également co-auteurs du manuel – n’en présentent pas moins un mode de lecture de ce qui est dit dans le manuel. La question qui se pose est de savoir si ce point de vue publié dans L’Etoile Rouge est exclusivement conjoncturel et à usage de l’extérieur ou bien s’il correspond à la position réelle de l’URSS. On ne saurait prendre de position définitive sur ce point.

  • 36 C’est justement à l’occasion de ces deux crises que Khrouchtchev a accusé les Occidentaux de cherch (...)

64Quoiqu’il en soit, l’article précise d’une part qu’une guerre locale peut et non pas doit inévitablement dégénérer en un conflit généralisé, donnant les exemples des crises de Suez en 1956 et de Cuba en 196236. Il précise, d’autre part que, contrairement à ce qu’affirment les Américains, en tronquant leurs citations, toute guerre ne prendra pas nécessairement la forme d’une guerre mondiale. Seules, et c’est effectivement ce qui est dit dans le manuel, les guerres mettant en présence les puissances nucléaires, où qu’elles se déroulent, conduisent à l’engagement du feu nucléaire. En fait, il s’agit là d’un débat plus politique que stratégique, opposant les conceptions soviétiques qui refusent – au moins publiquement – d’admettre l’idée d’un conflit nucléaire limité et les Américains qui, justement, ont développé, depuis la deuxième moitié des années cinquante, une telle idée.

65On a donc, sur ce point particulier, plus affaire à un débat rhétorique qu’à un débat qui reflète véritablement les intentions des deux superpuissances. On a vu plus haut que, derrière les affirmations soviétiques, se dissimulait sans doute une volonté cachée, inavouable, de limitation d’un conflit nucléaire au seul continent européen, tant pour des considérations d’ordre politique que de sécurité, de capacités militaires et de composition des arsenaux.

66Enfin, le troisième élément de la réplique des Soviétiques aux commentaires américains touche, lui, à des questions plus directement politiques : la relation entre l’armée et le pouvoir en URSS.

67Un des grands « jeux » de la « kremlinologie » occidentale qui commence à se mettre en place en ce début des années soixante, a toujours été de déceler les différents rapports de force au sein de la direction soviétique. Faute d’une vraie « transparence », tout ne peut être que suppositions, extrapolations, face à un système qui veut donner l’illusion d’une parfaite homogénéité, et d’une absence totale de contradiction en son sein, tous étant unis dans la « construction du communisme ».

68Or, et c’était dans l’ordre des choses, les analystes américains ont commis le « péché » impardonnable d’avoir tenté de discerner au sein de la classe militaire, les éléments « modernistes » des éléments « conservateurs » d’une part, et, de l’autre, d’avoir tenté de déceler les contradictions possibles existant entre l’armée et le pouvoir.

69Les quatre auteurs de l’article vont donc répliquer sur un ton outragé et réaffirmer qu’il y a toujours eu une parfaite unanimité, une « unité monolithique et une solidarité entre tous les personnels militaires » et que ces derniers « soutiennent sans réserve la politique intérieure et extérieure du parti et du gouvernement soviétiques ». Réponse attendue pour un commentaire tout autant prévisible, même si les Soviétiques reconnaissent l’existence de débats qui constituent un « processus normal de développement de la théorie militaire ».

70Dans ce même ordre d’idée, les quatre auteurs réfutent également l’idée, émise aux Etats Unis et selon laquelle le manuel aurait été publié afin de faire pression sur le gouvernement pour qu’il augmente les dépenses de défense. Or, répliquent les quatre auteurs, il s’agit là d’une idée qui ne peut exister que dans une société impérialiste, avec les contradictions qui lui sont inhérentes.

71Cette réplique aux commentaires américains est parfaitement dans l’ordre des choses, tant par les thèmes qui ont été sélectionnés que par le contenu des réponses qui ont été faites. Néanmoins, mais ceci était « de bonne guerre », les Soviétiques n’ont, en aucun cas, fait état des débats et divers points de vue qui ont été présentés aux Etats Unis au sujet du manuel. Ils se sont contentés de répondre, de façon parfois caricaturale, à des commentaires occidentaux qui, parfois aussi, ont pu être présentés de façon caricaturale. Cela dit, ces quatre auteurs n’en font pas moins une remarque qui n’est pas totalement sans fondement, lorsqu’ils accusent « les auteurs des préfaces des éditions américaines d’effectuer leurs évaluations des réalités soviétiques selon des critères d’évaluation propres aux impérialistes ».

72Sans critiquer les analyses américaines, y compris de cette époque, qui sont souvent de très grande qualité, il est indéniable que, parfois, les chercheurs américains raisonnent en fonction de leurs propres critères. Ceci peut conduire les Etats Unis à prendre leurs désirs pour des réalités, involontairement ou non. Ceci s’est vérifié relativement souvent dans les années de la guerre froide, cela peut encore, bien que plus exceptionnellement, se vérifier aujourd’hui.

73L’exemple des considérations concernant les « lobbies » militaires et cet ensemble qu’Eisenhower venait juste de baptiser « complexe militaro-industriel », est particulièrement significatif. Il est indéniable qu’il y a dû avoir des pressions considérables exercées par les différentes armées, au moment de la détermination de la nouvelle stratégie. Aucune armée, dans aucun pays au monde ne voit de bonne grâce son prestige et, avec lui, son budget, réduits au profit d’une autre composante.

74Mais, en même temps, on ne peut comparer le système de pressions tel qu’il fonctionne en URSS avec le système américain. En faisant un amalgame entre ces deux systèmes, les analystes américains ne devaient pas s’attendre à une réplique autre que celle qu’ils ont reçue !

75Si l’on fait le bilan des critiques – et contre-critiques – formulées à l’égard – ou plutôt à l’encontre – du manuel de stratégie, on ne peut que constater une certaine ambiguïté des réactions soviétiques à l’égard de cet ouvrage. Cette ambiguïté se retrouve lorsque l’on s’interroge sur la représentativité de ce manuel dans le discours politico-militaire soviétique.

La représentativité du manuel

76Une des principales questions qui se pose au sujet du manuel de stratégie militaire est celle de sa représentativité. Est-il effectivement l’expression de l’état de la pensée militaire officielle de l’URSS à un moment donné et pour une période donnée ?

77La Stratégie Militaire peut-elle, dans ces conditions s’apparenter au Manuel d’Histoire du PC (b) US, souvent surnommé le « Kratkij Kurs », publié en 1936 et au manuel d’Economie Politique, publié en 1954, c’est à dire à deux ouvrages « fondateurs » d’une « nouvelle pensée », celle de l’histoire de la construction du socialisme en URSS et celle de l’économie politique de sa reconstruction – de sa restructuration – de l’après-guerre ? En d’autres termes, le manuel de stratégie est-il la « nouvelle bible », le nouvel ouvrage de référence unique de la pensée militaire soviétique à l’âge des missiles balistiques ? Est-ce vers cet ouvrage que tout auteur qui veut publier sur les questions politico-militaires doit désormais se tourner, à cet ouvrage qu’il doit nécessairement faire référence ? La publication du manuel de stratégie, comme cela a été le cas avec les deux manuels d’histoire et d’économie, conduit-elle à mettre un terme à tous les débats, engagés sur le sujet, en donnant la ligne définitive et indiscutable, le passage obligé de tous raisonnement sur une question donnée ?

78La manuel de Sokolovskij paraissait, en effet, promis à une telle destinée d’ouvrage de référence sur la stratégie militaire. C’est d’ailleurs ainsi que, à l’époque, la presse, générale et spécialisée, américaine l’a conçu et présenté à ses lecteurs. Pourtant, à observer l’environnement politique et « éditorial » qui s’est développé autour de ce manuel, il devient nécessaire de se poser la question de sa représentativité officielle, de sa fonction « énoncé de la ligne ». Il existe autant d’arguments en faveur de cette hypothèse que de l’hypothèse inverse.

Un manuel de référence

79En faveur de l’hypothèse du manuel-référence absolue, joue la nature globale et générale de ce texte. En présentant la totalité des aspects de la stratégie militaire soviétique, le manuel représente une somme incontestable de tout ce qui se dit et doit être dit en matière politico-militaire. Le fait également qu’il ait été publié sous la direction de l’ancien chef d’état-major qui, de surcroît, se trouve être considéré – surtout à l’ouest – comme l’un des officiers les plus compétents de l’armée rouge, tant sur le plan strictement militaire que sur le plan théorique, pourrait renforcer cette hypothèse. On peut néanmoins relever qu’un tel critère de compétence d’un auteur est insuffisant pour faire d’un écrit, une référence en URSS. Après tout, Sokolovskij n’a-t-il pas été limogé deux ans avant de publier la première édition de ce manuel ?

80Mais, toujours en faveur de l’hypothèse de « l’officialité » du manuel, et parallèlement à son aspect globalisant, il est indéniable qu’il exprime, en termes plus détaillés, la philosophie même de la stratégie de l’URSS telle qu’elle a été exprimée deux ans auparavant par les deux plus hautes autorités en la matière en URSS : le premier secrétaire et le ministre de la défense. Le manuel est, en effet, l’expression complète – et complétée – des discours prononcés en janvier 1960 au Soviet Suprême, puis, en octobre 1961, au XXIIème Congrès.

  • 37 On peut relever que, après le limogeage de Khrouchtchev, Malinovskij est resté ministre jusqu’à sa (...)

81Le fait qu’il ait été réédité à deux reprises ne modifie – en rien cette hypothèse, peut être même au contraire. En effet, les deux rééditions ont été effectuées justement pour rester dans la ligne, à la suite des changements intervenus à la fois dans la politique internationale – Cuba pour la deuxième et la guerre du Vietnam pour la troisième édition – et dans la politique intérieure – le changement de ligne intervenu en 1964 et la « dékhrouchtchévisation » qui s’en est suivie. Ce lien avec la ligne politique en vigueur, même si sur le fond les principes généraux de la stratégie énoncés par Khrouchtchev et Malinovskij37 subsistent, plaide en faveur de la conception d’un manuel de référence. On peut, enfin, ajouter que l’édition de 1968 fait partie de ces ouvrages militaires de référence inclus dans la collection des éditions militaires : la « Bibliothèque de l’Ofiïcier ».

82A titre de comparaison, on peut rappeler que le manuel d’histoire du PC(b) US a été régulièrement’ réédité et mis à jour depuis 1936 et que le manuel d’économie politique de l’Académie des Sciences a été réédité en 1955 et en 1958, correspondant aux changements de ligne politique.

83Pour toutes ces raisons, l’ouvrage de Sokolovskij peut être considéré comme représentant le point de vue officiel sur la stratégie. Pourtant, l’on constate que, comparé aux deux autres « grands » ouvrages de référence, un certain nombre de faits viennent à l’encontre de cette hypothèse ou tout au moins conduisent à ce que l’on relativise l’importance que l’on a accordée à cet ouvrage. Mais il ne saurait être question, pour autant, de tomber dans un excès inverse qui consisterait à sous-estimer le poids réel du manuel, tant auprès du pouvoir politique que de l’armée.

Un ouvrage parmi d’autres

84Tout ouvrage de référence traitant d’un thème particulier et publié en URSS, a été, en règle générale, précédé par des débats, souvent publics, et qui peuvent avoir duré de nombreuses années, sur le thème donné. Ainsi, la publication du manuel d’économie a-t-elle été précédée de débats qui ont été engagés à la fin des années trente. C’est en effet au moment de la publication du manuel d’histoire (« Kratkij Kurs ») et de la promulgation de la Constitution de 1936 que se fait officiellement ressentir le besoin de traiter de l’économie politique d’un socialisme désormais « construit » en URSS. Or, le manuel d’économie ne paraît qu’une quinzaine d’années après que l’on avait fait état de cette nécessité. Certes, les débats n’ont-ils pas duré quinze ans, ne serait-ce qu’en raison de leur interruption durant les années de la guerre. Mais c’est le même débat qui a eu lieu avant et après la guerre.

85Ce qui caractérise les deux manuels d’histoire et d’économie est que, dès le moment où ils paraissent, les débats proprement dits sur ces deux questions cessent. Aucune opinion réellement discordante ne vient se faire entendre. Ceci n’a pas été le cas avec le manuel de stratégie.

86Tout d’abord, la virulence de certaines des critiques dont il fait l’objet peut étonner s’il doit être considéré comme un ouvrage de référence. Qu’il s’agisse des marins ou des historiens, et même si ces critiques ne concernent que des aspects très partiels et ponctuels, elles n’en demeurent pas moins d’une virulence non conforme à l’image que l’on aurait pu se faire du manuel.

87Le deuxième élément qui conduit à prendre un certain recul à l’égard de la représentativité du manuel concerne les débats stratégiques qui, contrairement à ce que l’on aurait pu attendre, ne s’arrêtent pas. Sans même parler des prises de position iconoclastes d’un Talenskij qui se poursuivent jusqu’en 1965 – mais Talenskij ne joue-t-il pas ici un rôle qui lui aurait été dévolu ? – d’autres auteurs, en général plus orthodoxes, n’en publient pas moins des points de vue quelque peu différents de ceux de Sokolovskij. Elles sont surtout le fait d’officiers de la direction politique.

88En d’autres termes, confiée par le pouvoir politique à des représentants de l’état-major général, la rédaction du manuel n’a pas conduit à sceller une réconciliation entre deux composantes rivales au sein de l’armée : les officiers d’arme et les « politiques » : les débats en cours ne se terminent pas avec la publication du manuel.

89Enfin, et peut-être surtout, les travaux de stratégie, de doctrine ou de science militaires, publiés en URSS après 1962 ne font pas systématiquement référence, loin de là, au manuel de Sokolovskij. Ceci aurait dû être le cas si le manuel avait réellement été un manuel de référence. On constaterait même plutôt le phénomène inverse : une absence de références à Sokolovskij. Ainsi, la seconde édition de l’ouvrage de science militaire rédigé par Kozlov, Smirnov, Baz’ et Sidorov et publiée en 1964 – la première édition datait de 1960 (voir chapitre 10) – ne comporte-t-elle aucune référence à Sokolovskij. Ce qui peut paraître pour le moins étonnant. En fait, sur les questions de stratégie, la référence de base de cet ouvrage de science militaire est Malinovskij, qu’il s’agisse de ses différents discours ou, surtout, de la brochure qu’il publie en 1962.

90L’explication à cette situation pourrait d’ailleurs être trouvée dans ce dernier texte. Certes, Malinovskij ne mentionne-t-il pas l’existence du manuel de Sokolovskij, mais on pourrait voir à celà des causes « normales » : d’une part, hiérarchiques, d’autre part, temporelles puisque la brochure de Malinovskij est mise sous presse quelques semaines après la sortie de la première édition du manuel.

  • 38 MALINOVSKIJ (R), Bditel’no stojat na straze mira (Rester vigilant à la garde de la paix), Moscou, V (...)

91Mais, l’on trouve également dans cette brochure une remarque qui pourrait fort bien avoir été adressée à tous les stratèges et théoriciens militaires soviétiques : « La nouvelle doctrine... ne doit pas être canonisée »38. S’agissait-il pour Malinovskij de modérer l’intérêt que pourraient avoir porté certains militaires à un ouvrage rédigé sous la direction d’un de leurs chefs les plus respectés après Joukov ? On ne peut l’exclure. Mais l’on ne peut pas non plus négliger un aspect plus strictement conjoncturel.

92Le manuel a été rédigé entre 1960 et 1962 sur la base d’une conception de la stratégie de 1960, elle-même issue de débats qui se sont déroulés entre 1957 et 1959. En d’autres termes, il s’agit d’un texte qui correspond à une philosophie, mais aussi à un armement, tels qu’ils existaient à la fin des années cinquante. Et cette constatation concerne également, mais dans une moindre mesure, le texte de la troisième édition. Il s’agit donc d’un texte rédigé dans les conditions, malgré les discours officiels, d’une infériorité stratégique de l’URSS incontestable.

93Or, c’est précisément au moment où le discours stratégique est établi, durant la première moitié des années soixante, que les conditions d’équilibre des forces se modifie. L’URSS met sur pied une force stratégique considérable, met en chantier la construction d’une flotte à capacité océanique et, à la fin de la décennie, engage des négociations sur les armements stratégiques, qui aboutissent, en 1972, à la reconnaissance de la parité stratégique entre les deux superpuissances. Cette transformation qualitative et quantitative de l’arsenal soviétique se déroule, par ailleurs, surtout entre 1962 et 1968, puis de nouveau à partir de 1969-1970, dans un climat de détente des relations internationales, faisant suite aux tensions particulièrement vives et grosses de menaces des deux premières années de la décennie.

La troisième édition du Manuel

94L’essentiel des conceptions présentées dans les deux premières éditions se retrouvent dans la troisième édition du manuel de stratégie. Toutefois, les changements intervenus tant dans l’environnement international que dans le débat stratégique général en URSS ne pouvaient être totalement ignorés. Ces changements ont donc trouvé, à des degrés divers, leur traduction dans la troisième édition.

95Plus qu’une refonte totale de l’ouvrage, c’est plus par petites touches successives que les auteurs du manuel apportent une inflexion à ce qui reste encore la ligne générale officielle de la stratégie de l’URSS, et qui le restera jusqu’à la fin des années soixante-dix.

  • 39 Voir notamment la traduction commentée et comparée de la troisième édition réalisée par H. Fast Sco (...)

96Il ne s’agira pas ici de refaire une lecture comparée des trois éditions du manuel, chapitre par chapitre. Ce travail a déjà été effectué à de nombreuses reprises, tant au moment de la publication de l’ouvrage qu’a posteriori39. On tentera plutôt de dégager les grands thèmes qui apparaissent, disparaissent ou se transforment dans cette dernière édition, en regard, notamment, des thèmes et des questions débattues au cours des années qui ont précédé cette réédition (voir chapitres suivants).

  • 40 Le Prix Frounze, instauré en 1965 récompense chaque année le meilleur ouvrage de théorie ou d’histo (...)
  • 41 Ibid. p. XVI et Mc GWIRE(M), op. cit. p. 400-402.

97Sur le plan formel, on remarque que la troisième édition est publiée dans la collection « La Bibliothèque de l’Officier » des éditions militaires et qu’elle reçoit, en 1969, le Prix Frounze40. On remarque également que, même si la composition du comité de rédaction est inchangée, les délais de publication de cette troisième édition ont été particulièrement longs : le manuscrit est remis à l’éditeur le 23 novembre 1966, son impression est achevée le 30 novembre de l’année suivante et il est mis en vente en librairie à la fin du mois de mars 1968. Or, ces délais d’impression avaient été respectivement de un mois pour la première et de deux mois pour la deuxième édition. Par contre trois autres ouvrages de la collection de la Bibliothèque de l’Officier parus simultanément à la troisième édition ont subi les mêmes délais d’impression particulièrement longs41. Enfin, cette dernière édition bénéficie d’un tirage moyen (30 000 exemplaires), intermédiaire entre la première édition (20 000) et la deuxième (40 000).

98Plus qu’une transformation explicitement radicale du concept stratégique soviétique, la troisième édition apporte plutôt une série d’inflexions, de nuances ou de précision qui peuvent être perçus comme remettant implicitement en cause certains éléments du dogme préétabli. En fait, plutôt qu’une volonté de remise en cause stricto sensu, on peut voir dans ces nuances la manifestation d’ouverture de nouvelles options visant à présenter, fort discrètement, une stratégie alternative.

99Les principales questions touchées par ces inflexions sont celles de l’hypothèse d’un conflit non-nucléaire, de la conception des guerres locales et limitées et de leur corollaire, une guerre mondiale susceptible de se prolonger dans le temps.

  • 42 SOKOLOVSKY (V), op. cit. (traduction française), p. 31.

100Dès le premier chapitre, et concernant l’hypothèse d’un conflit non-nucléaire, les auteurs ont ajouté, à la définition générale de la forme de la nouvelle guerre mondiale nucléaire, une phrase supplémentaire qui précise : « Naturellement, il s’agit ici d’une stratégie de guerre nucléaire et cette définition ne reflète pas les lois de la guerre ne comportant pas d’armes nucléaires »42.

101Cette « petite » phrase, fort discrète, constitue l’une des seules modifications du premier chapitre. Mais pour discrète qu’elle soit, elle n’en apporte pas moins une nuance de taille sur la conception générale qu’il faut avoir de cet ouvrage dans sa globalité. Ceci pourrait en effet laisser sous-entendre que, dans l’hypothèse – envisageable – où les armes nucléaires ne seraient pas utilisées lors dans un conflit mondial, ce qui est écrit dans le manuel ne saurait être considéré comme valable. En d’autres termes, dans l’hypothèse d’un conflit non-nucléaire, les principes stratégiques – certes remis à jours – appliqués lors du dernier conflit mondial restent valables.

  • 43 Ibid. p. 102-157 (C’est à dire pratiquement les deux tiers du chapitre).

102Cette affirmation nouvelle rejoint indéniablement la longue remise à jour du deuxième chapitre, consacré aux « stratégies des pays impérialistes ». La nouvelle version insiste sur les nouveaux concepts stratégiques adoptés par les américains et notamment sur celui des destructions mutuelles assurées (MAD) ; mais elle insiste surtout sur la notion de guerre limitée – limitée dans l’espace comme par les armements employés : classiques ou nucléaires tactiques43.

  • 44 Ibid. p. 105.
  • 45 Ibid. p. 106.

103Tout en critiquant, comme ils l’ont toujours fait, cette notion de guerre limitée, il n’en paraît pas moins évident que les auteurs du manuel attachent désormais un intérêt croissant à cette conception qui veut que « au cours du déroulement d’une telle guerre, on n’est pas censé recourir au bombadement d’objectifs situés sur le territoire des Etats Unis et de l’URSS »44. Mais, comme le font très logiquement remarquer les auteurs du manuel, pour limiter un conflit encore faut-il que les deux parties belligérantes soient d’accord... pour le limiter !45

  • 46 Ibid. p. 112.

104Toutefois, les auteurs estiment également que, dans l’hypothèse où les Etats Unis décideraient d’utiliser l’armement nucléaire tactique, il est douteux que l’on puisse éviter l’escalade. On court alors le risque d’en revenir « à la stratégie des représailles massives »46. L’option est donc ouverte, même si les auteurs du manuels restent dubitatifs quant à ses possibilités de réalisations.

105Cela dit, si les auteurs insistent plus que dans l’édition précédente sur les conflits locaux, l’ambiguïté sur ce point reste entière. L’URSS semble prête, et les faits l’ont démontré, à mener des conflits locaux, en l’occurrence dans le tiers-monde, dès lors que des puissances nucléaires, en fait les Etats de l’OTAN, ne lui sont pas directement opposés.

106Qu’il s’agisse des guerres limitées – c’est à dire une guerre mondiale qui se limiterait au continent européen et qui pourrait ne mettre en œuvre que des armes classiques voire nucléaires tactiques – ou des guerres locales – c’est à dire des guerres à la périphérie des systèmes – l’URSS ne modifie guère l’ambiguïté de ses positions d’une édition à l’autre. On peut toutefois remarquer qu’elle accorde quantitativement plus de place à ces questions en 1968 qu’au début de la décennie. Mais il ne faut pas oublier non plus que l’une des raisons pour lesquelles une troisième édition a été publiée a été le renforcement de l’engagement américain au Vietnam.

107Enfin, en ce qui concerne l’éventualité selon laquelle une guerre mondiale pourrait ne pas être de courte durée, elle est indéniablement liée aux développements sur les guerres limitées. L’hypothèse était déjà discrètement présente dans le deuxième édition, mais le fait que les auteurs aient retenu plus précisément l’éventualité d’un conflit limité, lui donne encore plus de poids.

108En fin de compte, cette troisième édition, en regard des débats qui ont eu lieu au moment de son élaboration, ne reflète que très médiocrement les idées qui ont émergé au milieu des années soixante et notamment entre 1963 et 1966. Cela dit, un ouvrage destiné à présenter « la ligne » pouvait-il se permettre de faire état d’idées en mouvement et, surtout, non encore reconnues et admises par le pouvoir politique ?

109Le manuel rédigé sous la direction du maréchal Sokolovskij peut, dans une certaine mesure, être considéré comme ayant été périmé dès le moment de la parution de chacune de ses trois éditions. Il n’en a pas moins empêché les Soviétiques de réfléchir à une dimension nouvelle de la stratégie qu’avait apportée l’arme nucléaire. C’est en effet après la publication du manuel que l’URSS cherche à intégrer une culture stratégique nouvelle ; ce qui lui permet d’entrer véritablement dans la logique du nucléaire, une logique qui n’apparaît que très timidement dans la troisième édition du manuel.

110Le manuel de Sokolovskij ne représenterait, dans ces conditions, qu’un état de la conception soviétique de la conduite de la future guerre incluant l’usage de l’arme nucléaire. Par contre – et en tenir compte eut impliqué que l’on eût réécrit totalement le manuel en 1968 – les idées émises à l’occasion du débat sur la transformation de la nature de la stratégie et de la guerre, débat qui s’engage en 1963-64, ne sont guère présentes dans les pages du manuel. Sinon par quelques allusions. Le manuel de Sokolovskij constituerait par conséquent un ouvrage plus rétrospectif que prospectif, plaquant une dimension nucléaire sur des conceptions stratégiques connues. Mais il n’est pas impossible de considérer que l’édition de cet ouvrage a été une condition nécessaire au passage à la phase suivante de la réflexion stratégique.

Notes

1 Ces quatre articles ont été traduits et rassemblés par le Center for Strategie Studies de Washington : ONACEWICZ (W), CRANE (R.D.), édits., Soviet Materials on Military Strategy, Washington, Georgetown University, 1964, 139 p.

2 Krasnaja Zvezda, 22 septembre 1962. L’article, intitulé « Stratégie Militaire » occupe, de plus, un espace important dans le journal : trois colonnes entières en p. 2.

3 « La parution du travail sur la stratégie soviétique », Morskoj Sbornik, janvier 1963, 88-96, in Soviet Materials... op. cit. p. 42-52.

4 Krasnaja Zvezda, 21 mai 1988, Izvestija, 28 juillet 1988 et Pravda, 29 juillet 1988. Au cours du procès Kuznecov en 1948, Alafuzov a été condamné à dix ans d’emprisonnement. Il a été réhabilité en 1953.

5 Pravda, 29 juillet 1988.

6 Soviet Materials... op. cit. p. 45.

7 Ibid. p. 46 et 49.

8 Ibid. p. 48.

9 Ibid. p. 47.

10 Ibid. p. 50-51.

11 Ibid. p. 52.

12 ZEMSK. OV (V), JAK. IMOVSKIJ (A) « La stratégie Militaire », Voennyj Vestnik, janvier 1963, p. 122-125, traduit dans Soviet Materials... op. cit. p. 79-85.

13 Ibid. p. 82.

14 Ibid. p. 83.

15 Ibid. p. 84.

16 GOLUBEV (A), « O nekotoryh voprosah voennoj istorii v knige Voennaja Strategija » (Quelques questions d’histoire militaire dans le livre Stratégie Militaire), VIZ, 5, mai 1963, p. 87-101 (La deuxième édition du manuel est mise sous presse le 18 avril 1963).

17 Voir VIZ, 4, 1964, art. cit. p. 46.

18 VIZ, 5, 1963, art. cit. p. 101.

19 Ibid. p. 88.

20 Ibid. p. 90.

21 Ibid. p. 89.

22 Ibid. p. 90. Cette phrase n’est pas référencée comme une citation de Staline, mais d’une auteur, en 1963, plus recommandable, M. Frounze !.

23 Ibid. p. 91.

24 Ibid. p. 91-94.

25 Military Strategy : Soviet Doctrine and Concepts, New York, Praeger, 1963, 396 p.

26 Soviet Military Strategy, New York, Prentice Hall, 1963, 544 p.

27 SOKOLOVSKY, op. cit.

28 CRANE (R.D.), Soviet Nuclear Strategy, a Critical Appraisial, Washington, CSS, février 1965 (2ème édition), 82 p.

29 Ibid. p. 1.

30 Ibid. p. 5.

31 Ibid. p. 2.

32 Ibid. p. 3.

33 Ibid. p. 27-32 ; et p. 32-34 pour l’hypothèse d’une « guerre stratégique limitée ».

34 Ibid. p. 34.

35 ZAVJALOV (I), KOLESICKIJ (V), LARIONOV (V), CEREDNIČENKO (M), « Protiv klevety i fal’sifikacii » (Contre les mensonges et la falsification), Krasnaja Zvezda, 2 novembre 1963.

36 C’est justement à l’occasion de ces deux crises que Khrouchtchev a accusé les Occidentaux de chercher à « allumer l’incendie mondial ».

37 On peut relever que, après le limogeage de Khrouchtchev, Malinovskij est resté ministre jusqu’à sa mort en 1967.

38 MALINOVSKIJ (R), Bditel’no stojat na straze mira (Rester vigilant à la garde de la paix), Moscou, Voenizdat, 1962, p. 29.

39 Voir notamment la traduction commentée et comparée de la troisième édition réalisée par H. Fast Scott, op. cit. ; ainsi que Mc GWIRE (M), op. cit., p. 388-390 et GARDER (M), « D’un Sokolovski à l’autre, ou comment lire la « Stratégie Militaire » du Maréchal Sokolovski », Stratégique, 18, 2ème trim. 1983, p. 25-67.

40 Le Prix Frounze, instauré en 1965 récompense chaque année le meilleur ouvrage de théorie ou d’histoire militaire et est remis par le Conseil des ministres. Un ouvrage primé peut, dans ces conditions être considéré comme reflétant les vues officielles du pouvoir politique. (Voir FAST SCOTT (H), op. cit., p. XVII).

41 Ibid. p. XVI et Mc GWIRE(M), op. cit. p. 400-402.

42 SOKOLOVSKY (V), op. cit. (traduction française), p. 31.

43 Ibid. p. 102-157 (C’est à dire pratiquement les deux tiers du chapitre).

44 Ibid. p. 105.

45 Ibid. p. 106.

46 Ibid. p. 112.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search