Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Deuxième partie. Vers une logique du nucléaire

Chapitre 11. Une vision globale de la strategie : Le manuel de Sokolovskij

Texte intégral

1Au cours de l’été 1962, est mis en vente dans les librairies soviétiques le premier manuel de stratégie militaire publié en URSS depuis celui de Svečin, paru en 1926. En apparence, près de quarante ans ont ainsi été nécessaires pour que, dans un texte ouvert, soit actualisé un ouvrage qui avait été rédigé par un ancien général de l’armée impériale, rallié au pouvoir bolchévik. En fait, durant ces quarante années, il n’y eut d’autre stratégie que celle de Staline, énoncée au fil de ses œuvres. Celle-ci a été mise en cause après sa mort. L’ouvrage qui paraît en 1962 peut ainsi être considéré comme l’aboutissement de dix ans de débats sur la chose militaire et comme l’aboutissement d’un processus qui vient d’obtenir une « bénédiction » de la part du pouvoir politique.

2Pourtant, même si cet ouvrage s’inscrit parfaitement dans la perspective du débat stratégique soviétique, certains de ses éléments semblent rompre avec cette logique. Ces distorsions au sein de ce « bel ensemble » logique n’interviennent pas tant dans le contenu de l’ouvrage lui-même que dans son environnement. L’unanimité qui s’est faite autour de ce texte, tant à l’est qu’à l’ouest, paraît, dans une certaine mesure, n’être qu’une unanimité de façade. La situation du débat sur la chose politique en général et sur la stratégie en particulier ne devient pas – contrairement à ce qui aurait pu ou dû se produire dès le lendemain de la publication du manuel – la nouvelle ligne irréfutable, mettant fin à tout débat. En ce sens, les réactions occidentales sont beaucoup plus unanimes quant à l’importance de ce texte que ne l’ont été les réactions de la presse et des spécialistes soviétiques.

3Cela dit, ces remarques préliminaires ne doivent pas conduire pour autant à l’excès inverse qui conduirait à sous-estimer l’importance d’un ouvrage qui, dans une forme synthétique, dit la stratégie affichée de l’URSS. Une stratégie qui est restée en vigueur, faute de stratégie officielle de substitution jusqu’à la fin des années soixante-dix.

4Comment se présente ce manuel, que dit-il, pourquoi et comment a-t il été accueilli, en URSS mais aussi ailleurs ?

L’anatomie d’un manuel

5Compte tenu de l’importance, au moins symbolique, qu’a eue cet ouvrage, il semble nécessaire de s’arrêter sur les détails de son contenu, sur la personnalité de ses auteurs, sur les différentes approches de la stratégie qu’il présente. On s’arrêtera également, mais sans insister outre mesure, car ceci a déjà été développé par le pouvoir politique dès le mois de janvier 1960, sur les grands thèmes développés dans ce texte.

Le Manuel et ses auteurs

  • 1 Il s’agit notamment des ouvrages de RYBKIN, publié en 1959 ou de SMIRNOV, BAZ’, KOZLOV et SIDOROV p (...)

6L’ouvrage publié sous la direction du maréchal Sokolovskij se distingue des ouvrages antérieurs portant sur un sujet similaire en ce qu’il traite de la chose militaire dans son ensemble. Ces ouvrages antérieurs1 n’abordaient en fait qu’un seul ou quelques aspects de la chose militaire. Or, ce qui fait la particularité du travail de Sokolovskij et de son équipe est qu’il traite autant de stratégie proprement dite que d’histoire ou de science militaire, avec toutes leurs composantes.

  • 2 POIRIER (L), Essais de Stratégie Théorique, Paris, FEDN, Les Sept Epées, 1982, p. 124- 128.

7Dans un sens, ce manuel reflète ce que le général Poirier classe dans les deux niveaux supérieurs de son schéma de la structure stratégique : le projet politique et la stratégie intégrale, correspondant à la conception du monde d’un Etat donné2. Dans ces conditions, on peut considérer que, s’il s’agit d’un ouvrage militaire, il s’agit tout autant d’un ouvrage qui reflète la culture politique et la culture stratégique d’un Etat donné à un moment donné.

8De la première édition (1962) à la troisième et dernière édition en 1968, l’économie du manuel reste inchangée. Les trois éditions se composent de huit chapitres : considérations générales ; stratégie militaire des Etats impérialistes et leurs préparatifs pour de nouvelles guerres ; développement de la stratégie soviétique 1917-1945 ; caractère de la guerre moderne ; questions d’organisation des forces armées ; méthodes de conduite de la guerre ; préparation du pays pour repousser une agression ; direction des forces armées. Ces différents chapitres correspondent, en fait, aux principaux éléments de la science militaire au sujet de laquelle un débat avait été engagé en 1960 et 1961. Et l’on a vu que ce débat n’avait pas reçu de conclusion.

9S’agit-il alors d’un ouvrage sur la science militaire qui se serait intitulé « stratégie militaire » ? Il ne semble pas que l’on puisse réduire le contenu du manuel à cette seule question qui reste essentiellement théorique. Certes, la stratégie constitue-t-elle l’élément principal de l’art militaire lequel est lui-même le premier élément constitutif de la science militaire. Il existe donc un rapport de subordination conceptuelle de la stratégie à la science militaire. Mais, en fait, le contenu du manuel de Sokolovskij est bien axé sur la conduite des opérations militaires qui servent le but stratégique de tout belligérant : l’obtention de la victoire militaire permettant d’atteindre le but politique de la guerre.

10Les éléments constitutifs de la science militaire sont donc présentés dans cet ouvrage pour autant qu’ils servent les objectifs de la stratégie. Cet ouvrage se distingue donc des autres ouvrages, notamment de celui de 1960 sur la science militaire qui avait adopté une approche essentiellement politique et méthodologique. De plus, l’ouvrage de 1960 avait été rédigé par des officiers politiques, rattachés à l’Académie Lénine. Le manuel de stratégie militaire est, lui, plutôt le produit de la réflexion d’officiers de l’état-major et souvent rattachés à son académie, sous la direction d’un authentique militaire, le maréchal Sokolovskij.

  • 3 Le comité de rédaction des trois éditions du manuel se compose de : col. A. BELAEV, gal.col. A. GAS (...)
  • 4 Un seul de ces auteurs, I. PAROTKIN a été promu entre l’édition de 1963 et celle de 1968, pasant de (...)

11Sous cette direction, quatorze officiers supérieurs et généraux – neuf colonels, quatre généraux-majors et un général-colonel – ont constitué le comité de rédaction de l’ouvrage3. On remarque également que la composition de ce comité de rédaction reste inchangée de la première à la dernière édition4.

12La première question qui se pose au sujet de ce collectif de rédaction est la raison pour laquelle la tâche de direction a été attribuée au maréchal Sokolovskij.

13Sokolovskij, on l’a vu, a été « libéré » de ses fonctions de chef de l’état-major général en 1960, vraisemblablement pas – ou pas seulement – pour des « raisons de santé ». Il existait des divergences entre le pouvoir politique khrouchtchévien et une partie de son armée. Sokolovskij aurait été l’un des derniers maréchaux à subir les conséquences d’une forte « rotation des cadres » au sein de l’armée, amorcée en 1957 avec le limogeage de Joukov.

14Cela dit, la nomination de Sokolovskij dans le groupe des inspecteurs généraux du ministère de la défense constitue une mise à la retraite honorable, mais une mise à l’écart tout de même, d’autant qu’elle a été doublée d’une rétrogradation de Sokolovskij de membre plein à membre suppléant du Comité Central du PCUS. Or, le fait que l’on confie la responsabilité de ce qui pourrait être considéré comme l’ouvrage de référence de la pensée militaire soviétique à un officier qui a cessé de plaire peut paraître paradoxal.

15Cela signifie-t-il que sa disgrâce est moins totale qu’il n’y paraît ? Ou bien que le discours sur la stratégie, revenant à l’état-major général, on ait choisi l’un des officiers les plus compétents et les plus à même de dire la stratégie, malgré un pouvoir politique qui, sur ce point, n’aurait pas cherché l’affrontement ? Ou bien encore, corrolaire de l’hypothèse précédente, le pouvoir aurait d’autant moins cherché l’affrontement qu’il n’envisageait pas réellement de donner à cet ouvrage l’importance qu’il a fini par avoir – surtout à l’ouest. Il aurait, dans ces conditions, laissé à Sokolovskij cet os à ronger, un os d’autant plus amer qu’il devait formaliser une conception de la stratégie qu’il ne partageait vraisemblablement pas, au moins pas entièrement.

  • 5 Pour les ouvrage publiés dans les années soixante à quatre vingt, c”est le cas notamment des Histoi (...)
  • 6 Ceci a notamment été le cas pour la direction du Dictionnaire Encyclopédique Militaire, dont la dir (...)

16En effet, traditionnellement, la plupart des ouvrages-clés, des manuels de base, qu’ils traitent de questions militaires, diplomatiques, historiques ou autres, sont rédigés sous la direction, fût-elle symbolique, du ministre et/ou du secrétaire du CC correspondant à la discipline, voire, pour les ouvrages militaires, du chef d’état-major général5, et, dans tous les cas, de personnages « en cour ». Alors, hypothèse peu vraisemblable, la direction de la rédaction du manuel aurait-elle été décidée avant le limogeage de Sokolovskij, lequel, malgré tout, aurait gardé cette responsabilité après sa nouvelle « affectation ». Cette hypothèse est d’autant plus improbable que, dans tous les cas où un auteur, responsable important de la hiérarchie, a cessé de plaire au pouvoir, ce dernier n’a jamais manifesté le moindre « état d’âme » pour le remplacer par son successeur6.

  • 7 Dictionnaire Encyclopédique Militaire, op. cit. (1986), article « Sokolovskij ».

17Avant d’aborder le fond du sujet, il semble nécessaire de situer, sur les plans biographiques et bibliographiques les membres du collectif d’auteurs. Passons rapidement sur Sokolovskij dont il a déjà été amplement question. On rappellera seulement que, mitrailleur de formation, il fait partie de l’état-major de Joukov pendant la guerre. Il a commandé ensuite les forces d’occupation soviétiques à Berlin, notamment au moment de la première crise de 1948-49. Premier vice-ministre de la défense en 1949, il devient, gardant cette dernière fonction, chef de l’état-major général en 1952. Il perd ce poste en 1960 et entre dans le groupe des inspecteurs généraux du ministère de la défense. Politiquement, il entre au CC en 1952 comme membre à part entière ; il en devient membre suppléant en 1961, à l’occasion du XXIIème Congrès7.

  • 8 Revue Militaire Générale, février 1961, art. cit. p. 178-179.

18Qualifié par de nombreux observateurs d’officier de grand talent, de haute culture et d’une grande courtoisie8, il était destiné, avec quelques autres, à subir les volontés de changement au sein de l’armée rouge imposées par Khrouchtchev.

19Quelle a été la part de Sokolovskij comme inspirateur et organisateur des idées contenues dans le manuel ? A-t-il directement rédigé certaines parties du texte ? On l’ignore. Mais il est probable qu’il n’ait pu décider directement et personnellement du contenu du manuel. Le canevas avait déjà été tracé par le pouvoir politique en 1960. Son rôle était, par conséquent, plus de mettre en forme des idées préexistantes et imposées et de les replacer dans un environnement culturel plus vaste.

20Par contre, là où Sokolovskij a pu avoir une certaine marge de manœuvre, c’est dans la composition du comité de rédaction. On retrouve en effet plusieurs officiers avec lesquels Sokolovskij a déjà signé – ou va le faire – plusieurs articles. On trouve également un fort recrutement au sein de l’Académie de l’Etat-Major. Mais, sur ce point, il n’existe pas non plus de certitude, dans la mesure où, en URSS, la rédaction en commun peut être perçue non comme un partage intellectuel des tâches, mais comme un moyen de surveillance mutuelle, notamment en matière d’orthodoxie doctrinale.

  • 9 Akademija Genstaba, op. cit. p. 146.

21Cette dernière hypothèse n’a peut-être pas joué dans le cas du général-major Ceredničenko qui apparaît plutôt comme un « complice » que comme un « surveillant » de Sokolovskij. Cerednicenko a, en effet, écrit plusieurs articles avec Sokolovskij. Il a également été l’un des propagateurs, non seulement du manuel de stratégie militaire mais également des idées de Sokolovskij, lui-même. Dans les années soixante, Ceredničenko semble avoir également marqué, par ses enseignements de la stratégie, les responsables de l’Académie de l’Etat-Major9.

  • 10 Ibid. p. 122.
  • 11 La biographie de Malandin que donne le Dictionnaire Militaire Encyclopédique s’arrête en effet en 1 (...)

22Parmi les autres membres du comité, l’officier du grade le plus élevé est le général-colonel Anton Gastilovič (1902-1975). Au moment de la parution du manuel, Gastilovič est directeur adjoint de l’Académie de l’Etat-Major, et ce depuis 1958. Il le reste jusqu’en 1964. Il semble avoir été, en 1944, sous les ordres de Sokolovskij, alors chef d’état-major du premier front ukrainien. Il est également vraisemblable que, en tant que chef d’état-major général, Sokolovskij ait eu son mot à dire dans la nomination de Gastilovič comme directeur adjoint de l’Académie. Celui-ci semble plus particulièrement s’être spécialisé dans les questions d’art militaire et plus particulièrement de stratégie. Il aurait, en effet, été responsable, avec le général d’armée Malandin, alors directeur de l’Académie, d’un cours sur la stratégie entre 1954 et 1960. Il aurait, avec d’autres également, traité des grandes questions de la science militaire et de l’étude de la guerre moderne10. On ignore par contre la suite de sa carrière à partir de 196411.

23Dans ce même domaine de la stratégie, on peut également relever le nom du général-major Zav’jalov qui a publié, après le manuel, plusieurs articles dans Voennaja Mysl’. La monographie consacrée à l’Académie de l’Etat-Major signale également la thèse que Zav’jalov y présente « entre 1962 et 1971, en tant que général-lieutenant. Il a donc dû la soutenir après 1968 puisqu’il était encore général-major à l’époque de la publication de la troisième édition du manuel.

24Le seul promu de l’équipe rédactionnelle est, on l’a vu, un historien, I. Parotkin, qui a été rattaché par la suite à l’institut d’Histoire Militaire, fondé en 1966, sous la double responsabilité de l’Académie des Sciences et du ministère de la défense.

  • 12 Le dernier en date des ouvrage de Larionov a été publié en 1987 : Evoljucija Voenrwgo Iskusstva (év (...)
  • 13 Voir notamment FAST SCOTT (H), préface à Soviet Military Stratégy by V.D. Sokolovskij, New York, Cr (...)

25On mentionnera encore le nom du colonel Larionov – devenu général-major – et qui a été l’un des auteurs militaires les plus prolixes dans les années soixante, soixante-dix et quatre-vingt.12Sans doute atteint par la limite d’âge, il est entré, dans les années soixante-dix, à l’institut des Etats Unis et du Canada de l’Académie des Sciences. Larionov a également fait office de « secrétaire de rédaction » des trois éditions du manuel13.

26Les autres auteurs ont laissé moins de traces dans la littérature militaire soviétique ouverte. Ce que l’on peut par contre remarquer, à propos de ce collectif d’auteurs, est qu’apparemment seuls des officiers de l’armée de terre sont représentés. L’absence de marins et d’aviateurs est un signe évident de la perspective dans laquelle se situe le manuel. On verra plus loin que le monopole des « terriens » se fait amplement ressentir, quant au fond de l’ouvrage. Mais en même temps, on ne peut considérer cette situation comme un pur hasard. Elle n’est pas seulement le reflet des préoccupations de toujours des militaires soviétiques. Elle semble également traduire une volonté politique, visant à réduire à la portion congrue – Khrouchtchev l’a dit et l’a fait savoir publiquement en plusieurs occasions – l’aviation, notamment stratégique, et surtout la marine.

27Le cadre général étant fixé, que contient ce premier manuel de stratégie soviétique de l’ère nucléaire ?

La fixation du discours

28On n’insistera pas longuement sur l’énoncé des principes généraux de la stratégie militaire tels qu’ils sont présentés dans le manuel. Ils correspondent, en effet, à la ligne politique présentée en 1960 par Khrouchtchev et Malinovskij. Il pouvait, d’ailleurs, difficilement en être autrement.

  • 14 Lorsque les textes des trois éditions sont identiques ou similaires sur le fond, on donnera ici la (...)

29Après avoir énoncé quelques principes méthodologique (chapitre 1), décrit la stratégie des pays impérialistes (chapitre 2) et analysé la structure militaire de l’URSS jusqu’en 1945 (chapitre 3), le manuel s’attache à analyser la « nature de la nouvelle guerre » (chapitre 4). C’est dans ce quatrième chapitre essentiellement que sont affirmés – réaffirmés – les grands principes de la stratégie de l’URSS à l’ère nucléaire14

  • 15 SOKOLOVSKY (V), op. cit. p. 280 (2ème édition, p. 249).

30« Quelles sont les caractéristiques de la future guerre du point de vue de ses objectifs militaro-stratégiques et des moyens de la conduire ?... On peut envisager que les parties belligérantes adopteront les moyens les plus décisifs de conduite d’une guerre, et surtout grâce à une utilisation massive des moyens nucléaires, chercheront à obtenir l’anéantissement ou la capitulation de l’adversaire dans les délais les plus brefs »15.

  • 16 Ibid. p. 280 (p. 249-250).
  • 17 Ibid. p. 280 (p. 250). cette remarque n’apparaît pas dans la première édtion (1962).
  • 18 Ibid. p. 280 (p. 250).

31Cette stratégie doit atteindre deux objectifs simultanément : « l’anéantissement des forces armées adverses et la destruction des objectifs dans les arrières et leur désorganisation »16. Mais, comme ces arrières de l’adversaire se situent à des distances considérables, voire sur d’autres continents17, il faut utiliser, pour les détruire, des « moyens de destruction stratégiques à longue portée. En d’autres termes, dans la future guerre, les frappes nucléaires massives auront une signification particulière dans l’obtention des objectifs de la guerre. Ces frappes constituent le moyen principal et décisif de la conduite de la guerre »18.

  • 19 Ibid. p. 280 (p. 250).

32De cela, Sokolovskij déduit d’une part que les opérations militaires « seront menées sur une profondeur relativement faible là où sont concentrés les groupements de forces terrestres adverses et auront une moindre importance ; ces actions seront menées simultanément avec des moyens stratégiques et des moyens terrestres se trouvant au contact des forces adverses »19.

  • 20 Ibid. p. 282-283 (p. 253).
  • 21 Ibid. p. 283 (p. 253).

33Il constate, d’autre part, que des résultats décisifs de la guerre pourront être obtenus dans des délais minimaux et ce dès les premières heures, voire les premières minutes de la guerre. En effet, les premières frappes nucléaires massives d’un agresseur peuvent infliger des pertes, dans les arrières et contre les troupes, telles qu’elles plongeraient le peuple et le pays dans une situation exceptionnellement difficile. D’où le rôle particulièrement important de la phase initiale de la guerre20. En d’autres termes, et c’est sans doute le changement le plus important qu’énonce Sokolovskij, dès le début de la guerre, des objectifs politiques et militaires pourront être obtenus21.

  • 22 Ibid. p. 283 (p. 254) Cette idée n’apparaît pas dans la première édition (voir plus loin la questio (...)

34Dès la deuxième édition, Sokolovskij envisage même que « l’échelle spatiale de la guerre » pourrait s’étendre à l’espace extra-atmosphérique22.

35On retrouverait ainsi, énoncé par Sokolovskij, les principes de stratégie avancés par Douhet pendant la période de l’entre deux-guerres et envisageant l’obtention de la victoire par un bombardement massif sur les objectifs civils afin de démoraliser les populations. Certes, lorsque Sokolovskij parle de « l’agresseur », il ne saurait, sous la plume d’un Soviétique, s’agir de l’URSS. Par contre, l’analyse du déroulement du futur conflit mondial correspond bien à la stratégie qu’entend suivre l’Union Soviétique et qu’elle revendique par ailleurs.

  • 23 Ibid. p. 287-288 (p. 258).

36Enfin, sur le plan politique, le manuel rappelle que cette future guerre, « si elle n’est plus inévitablement fatale », sera nécessairement une guerre mondiale, une guerre de coalitions. Elle représentera la « confrontation décisive entre les deux systèmes sociaux opposés » et se terminera nécessairement par la victoire de la « formation sociale communiste » sur le capitalisme23.

  • 24 Ibid. p. 288 (p. 258). Cette formulation n’apparaît pas dans la première édition.
  • 25 Ibid. p. 288 (p. 258).

37Pourtant, les auteurs du manuel restent lucides et pragmatiques lorsqu’ils affirment parallèlement que cette victoire ne viendra pas d’elle-même, simplement parce qu’elle serait inscrite dans le sens de l’histoire. Cette victoire doit être totalement préparée pour pouvoir la garantir. Et, pour ce faire, il est indispensable que l’URSS dispose, qualitativement et quantitativement, de la supériorité technico-militaire sur l’adversaire potentiel24. Ceci exige par conséquent des « bases économico-militaires » et « scientifico-techniques » tout à fait considérables et que l’URSS a à sa disposition25.

38Toutefois, en conclusion du chapitre 4, les auteurs du manuel émettent certaines nuances. La totalité de leur raisonnement est fondé sur le principe d’une guerre qui se déroulerait sur la profondeur du territoire des protagonistes par l’envoi de missiles nucléaires. Ceci, par conséquent, pourrait permettre l’obtention rapide de la victoire. Or, les auteurs jugent nécessaire de rappeler que si l’argument qu’ils viennent de résumer correspond à l’hypothèse conflictuelle la plus vraisemblable, on ne peut pour autant ignorer une autre hypothèse : celle d’une guerre qui serait susceptible de se prolonger.

  • 26 Ibid. p. 290 (p. 260-261). L’hypothèse de la guerre longue ne figure pas dans la première édition.

39Si la première hypothèse implique que l’économie nationale soit à même d’assurer le maintien de la puissance militaire de l’URSS au moment de l’engagement des hostilités, la seconde est encore plus exigeante dans la mesure où elle implique de la part « du peuple et de l’armée » – mais aussi de l’économie, ce que ne dit pas le manuel, – « une tension longue et maximum »26.

40Cet ajout, en 1963, de l’hypothèse d’une guerre susceptible d’être prolongée, même si elle n’apparaît qu’au détour d’une phrase et à la fin d’un chapitre, ne doit pas pour autant être sous-estimée. On peut, en effet, se demander si elle n’aurait pas été le résultat d’une simple analyse d’ordre strictement militaire, montrant que la « guerre totale », telle qu’elle est présentée dans le manuel ne constituerait pas une sorte de « schéma idéal », théorique. Car, l’hypothèse conflictuelle privilégiée reste, bien sûr, au niveau du non-dit : celle d’une guerre, nucléaire ou non, limitée à l’Europe, théâtre privilégié des armées soviétiques.

41Sans exclure cette première explication, on peut également y voir une « réaction » des militaires qui auraient exigé que l’on prît en compte l’hypothèse d’un conflit dans lequel ils auraient à jouer un rôle stratégique digne de leur fonction traditionnelle.

42On constate ainsi, qu’à quelques nuances près, on reste dans la ligne du schéma tracé en 1960. Il ne paraît, par conséquent, pas indispensable d’insister sur le contenu de ce chapitre 4 du manuel. Par contre, l’économie générale de l’ouvrage et surtout les différentes approches qui y sont contenues paraissent significatives de l’état de la pensée militaire à un moment donné. On peut, dans ces conditions, considérer le manuel comme l’expression même de la culture stratégique, telle qu’elle régnait alors en URSS ; voire comme la première tentative de formulation complète d’une culture stratégique soviétique à l’âge nucléaire.

L’environnement culturel du Manuel

43Une des principales spécificités du manuel de Sokolovskij est de présenter la somme des connaissances soviétiques de l’époque sur la chose militaire. Il semble par conséquent utile, à ce stade de la progression de ce travail, d’analyser les fondements et l’environnement culturel dans lequel s’inscrit la stratégie militaire soviétique. Il ne faut, en effet, pas oublier que, bien qu’intitulé stratégie militaire, rédigé par des militaires et publié aux éditions militaires, cet ouvrage est d’abord un ouvrage politique, un ouvrage sur la politique de défense de l’URSS. Il présente non pas les plans militaires, la stratégie militaire proprement dite, mais l’expression politique de cette stratégie. Néanmoins, cela ne signifie pas pour autant que ce texte, ou d’autres textes du même ordre, soient totalement étrangers ou détachés, des aspects véritablement militaires de la stratégie.

44Il est, en effet, inconcevable d’énoncer une doctrine stratégique – une politique de défense – d’un Etat sans tenir compte d’un certain nombre de réalités concrètes, et notamment de l’état des armements à la disposition des belligérants. Dans le cas contraire, un tel discours ne pourrait être crédible. De plus, parce que ces textes, et notamment le manuel de Sokolovskij, sont publiés aux éditions militaires et s’adressent aux officiers de l’armée soviétique, ils ne peuvent être exclusivement conçus comme de la « désinformation » pure et simple. Certes, tout n’est-il pas dit et les lecteurs auxquels ces textes sont immédiatement destinés ont-ils des clés que l’observateur occidental ne possède pas nécessairement ou tout au moins pas totalement et qui n’ouvrent peut-être pas les mêmes portes. Mais la confrontation des textes avec les réalités, même partielles, permet de vérifier amplement l’utilité de ces textes militaires officiels.

45Pour ce qui concerne plus spécifiquement le manuel de stratégie, l’analyse des différentes approches adoptées par ses auteurs, permet de prendre connaissance de la nature profonde de la stratégie globale de l’URSS à un moment donné de son histoire, en l’occurrence au début des années soixante.

  • 27 Entretiens à Moscou, IMEMO, juin 1987.

46Selon certains spécialistes soviétiques27, on ne devrait, d’ailleurs, pas considérer ce manuel autrement que comme une brillante synthèse de la pensée militaire soviétique à la fin des années cinquante, comme un bilan de l’état de la pensée militaire des quinze années précédentes. C’est cette approche globale de la stratégie, contenue dans le manuel, qu’il convient maintenant d’étudier.

Une approche idéologique et politique

47Le manuel de stratégie militaire est, on l’a vu, d’abord un ouvrage politique rédigé par des militaires. Il était donc normal que les fondements idéologiques et politiques de la pensée militaire soviétique y aient été développés et présents à chaque instant. Les auteurs du manuel – comme tous les auteurs soviétiques dans toutes les autres disciplines des sciences sociales – se réfèrent constamment à la fois aux écrits de Marx, d’Engels et surtout de Lénine ainsi qu’aux décisions des instances dirigeantes du PC et du gouvernement soviétiques.

  • 28 SOKOLOVSKIJ (V) op. cit. (2ème édition), p. 23.
  • 29 Ibid. p. 215.

48Sur ce point, l’influence de Clausewitz et surtout de sa lecture par Lénine est indéniable et explicitement affirmée : la stratégie est en situation de dépendance à l’égard du – ou de la – politique28. En d’autres termes, et dans le respect de la tradition « engelsienne-léniniste », la violence est nécessairement un acte politique29. Elle est nécessairement le reflet de la lutte des classes, tant au niveau interne qu’international. On retrouve ainsi ce qui différencie une conception occidentale classique – telle celle de Max Weber – de la conception marxiste-léniniste de la violence.

  • 30 Ibid. p. 23-28 et p. 213-215.

49En effet, si, dans l’un et l’autre cas, on retrouve la dimension politique et rationnelle de la violence, ou de la décision d’emploi de la violence, l’école wéberienne privilégie la primauté du rôle de l’Etat dans la légitimité de la violence. Le marxisme-léninisme privilégie, lui, le rôle des « masses ». C’est le système social et ses contradictions internes qui sont les causes de la violence et sa logique en est plus historique que juridique. Cette distinction est fondamentale, car, réserver le monopole de la violence à l’Etat, quoiqu’il soit, reviendrait à exclure la notion de lutte des classes. Or, dans l’orthodoxie marxiste-léniniste, c’est cette dernière, comme le rappelle Sokolovskij, qui est le moteur de l’Histoire30.

  • 31 Ibid. p. 242. Cette citation n’apparaît pas dans la première édition.

50Pourtant, si le manuel rappelle que la guerre est la continuation de la politique, il rappelle également, citant Lénine, que « la paix est la continuation de cette même politique, tenant compte des changements dans les relations entre les forces adverses, créés par les actions militaires »31.

  • 32 Ibid. p. 216.

51C’est à partir de cette citation de Lénine que le manuel développe, fort discrètement, les principes de la coexistence pacifique entre les deux systèmes. En d’autres termes, la politique, « outre la guerre, dispose d’un grand arsenal de moyens non violents et variés qui, sans recourir à la guerre, permettent d’obtenir la réalisation des buts de la guerre »32. On peut d’ailleurs confronter cette conception à la critique de la stratégie indirecte telle qu’elle est décrite un peu plus loin dans le manuel.

  • 33 CLAUSEWITZ (C), De la Guerre, Paris, Ed.de Minuit, 1980, p. 671-674.
  • 34 ARON (R), Penser la Guerre. Clausewitz, Paris, Gallimard, 1976, T. 2, p. 60.
  • 35 Voir notamment TERRAY (E), « Violence et calcul, R. Aron, lecteur de Clausewitz », Revue Française (...)

52Mais les auteurs du manuel, et c’est logique, privilégient les moyens violents. Ceci conduit à traiter de la question de la guerre mondiale, totale ou globale. Cette guerre, de par sa nature « d’affrontement décisif entre les deux systèmes antagonistes » s’apparente indéniablement à la guerre absolue dont parle Clausewitz, c’est à dire qu’il s’agit d’un conflit inexpiable33. Conflit tout théorique comme le conçoit Raymond Aron34 ou, au contraire, forme nouvelle de conflit bien réel dans lequel deux conceptions du monde s’affrontent, comme le perçoivent certains critiques des conceptions d’Aron35 ? Il semblerait que les conceptions développées en URSS donnent plutôt raison à l’interprétation de la réalité de la guerre absolue : la guerre entre les deux systèmes étant inexpiable, de par sa nature, elle devra nécessairement aboutir à une montée aux extrêmes, et par là s’apparenter à la guerre absolue selon Clausewitz. On peut également préciser que cette référence à Clausewitz n’est pas explicitement mentionnée dans le manuel. On a vu par ailleurs (chapitre 1) quelles étaient les limites des références à Clausewitz utilisées dans la littérature militaire soviétique.

  • 36 SOKOLOVSK. Y (V), trad. française, p. 244, 245 (2ème édition, p. 217-218). Ces questions ont été ab (...)

53On remarque alors à ce sujet que, quelques années auparavant, les Soviétiques avaient critiqué la notion de guerre totale prônée par les Etats Unis. Or, le manuel ne revient pas sur ces critiques, mais, au contraire, s’en prend en priorité aux conceptions de Liddell Hart sur la « stratégie des actions indirectes » et les moyens non militaires des conflits36.

  • 37 Si l’on excepte la tentative infructueuse de Nikol’skij en 1964 (voir chapitre 14).

54Les circonstances ont changé, à la fois en termes d’armement stratégique (voir plus loin), mais également de conflits. Les crises de Suez, Cuba ou Berlin ont notamment démontré l’importance des conflits locaux, périphériques et géographiquement détournés, mais dont l’essence est bien celle d’un conflit opposant les deux systèmes. En fait, c’est seulement au début et surtout à la fin des années soixante-dix que les Soviétiques se lanceront dans des analyses des crises politiques et tenteront d’élaborer une théorie des conflits qui dépasse la seule approche par le marxisme-léninisme37.

  • 38 Ibid, p ; 287-288 (p. 258-259).

55De cela, les auteurs du manuel tirent une conclusion, logique, sur la notion de victoire dans une guerre nucléaire. On y reviendra plus loin, avec d’autres notions plus spécifiquement militaires contenues dans le manuel. On mentionnera seulement ici, parce que cela fait partie du contenu de cette notion de victoire, que, à côté de considérations d’ordre strictement militaire, la notion de victoire, dans le manuel comme dans la quasi-totalité des ouvrages abordant cette question, contient une dimension politique et sociale. L’obtention de la victoire découle de l’analyse idéologique en ce que cette victoire – non pas tant la victoire de l’URSS contre les Etats Unis et/ou l’OTAN, que celle du communisme sur l’impérialisme – est une « nécessité objective », inscrite dans le sens de l’histoire38.

56Dans cette même catégorie politico-idéologique, les auteurs du manuel rappellent également à de nombreuses reprises la dépendance de l’armée à l’égard du pouvoir politique. On retrouve ainsi rappelés les grands principes ayant presque toujours prévalu au sein de l’armée soviétique, en soi comme dans ses relations avec le pouvoir politique. Le manuel aborde ces questions tant d’un point de vue historique que du point de vue de l’actualité.

  • 39 Ibid. p. 486 (p. 477).

57Est ainsi énoncée la hiérarchie du pouvoir dans l’armée. Tout doit découler du parti communiste et plus particulièrement de son comité central. Même si le PC est au dessus de l’armée, il est également au dedans car il existe une fusion parfaite, en principe, entre le militaire et le politique. Les chefs militaires soviétiques sont ainsi « les représentants du PC et du gouvernement soviétiques. Ils exécutent la politique qui représente les intérêts fondamentaux du peuple soviétique tout entier »39.

  • 40 Ibid, p. 490-497 (p. 480-487). On remarque que presque toute la partie consacrée au commandement un (...)
  • 41 Ibid, p 498 (p. 488).

58Ces affirmations conduisent logiquement les auteurs du manuel à présenter les grandes lignes du principe du commandement unique que l’on distingue de la fonction particulière des officiers de la direction politique des armées40. Ce rappel n’est pas innocent dans la mesure où les auteurs se sentent sans doute plus proche d’un Joukov que d’un Episñev – qui a pris la tête du GlavPU en 1962. Il s’agit pour eux de faire preuve d’un zèle tout particulier dans ce domaine car, sur ce point, les « politiques » devaient être particulièrement vigilants. On remarque pourtant certaines distances prises avec la ligne officielle, notamment dans cette affirmation que « durant toute l’existence des forces armées soviétiques, le parti communiste n’a cessé de manifester son souci constant pour le renforcement et le perfectionnement des organes politiques et de l’organisation du parti dans l’armée, estimant le travail politique du parti comme l’un des domaines essentiels de l’activité des forces armées et les organes politiques comme une partie constitutive indissociable de la structure organique des forces armées »41.

59Cette affirmation apparente du rôle essentiel des organes politiques peut aussi être considérée comme l’expression d’une certaine prise de distance à l’égard de ces organes. En effet, il est écrit que cette fonction est considérée comme telle par le parti communiste... et non par l’armée elle même ! En d’autres termes, on pourrait concevoir que les auteurs du manuel aient voulu laisser entendre que ces organes ne seraient pas réellement reconnus comme tels par les militaires. Ils ne le seraient que parce que le parti le veut. Mais on pourrait aussi bien rétorquer que, dans la mesure où les chefs militaires sont les représentants du parti, la boucle est bouclée. Pourtant, il n’est pas invraisemblable d’y trouver cette nuance, que les auteurs du manuel ne pouvaient marquer plus clairement, cinq ans à peine après le limogeage de Joukov pour cause de « bonapartisme », avec ce que cela sous-entendait dans la réalité.

  • 42 Ibid. p. 484-486 (p. 475-477).

60De là découle la définition du « bon » chef militaire. Il ne lui est, en effet, reconnu aucun « génie » individuel – marque d’un « subjectivisme ou d’un idéalisme métaphysique bourgeois ». Son génie est d’être aux ordres du système social qui est le sien, avec ses lois, et de servir avant tout le peuple qui en est l’émanation42.

L’approche par l’histoire : les effets de la déstalinisation

  • 43 Voir notamment Voenno-Istoriceskij Žurnal, Nos 6 à 11, 1962.

61A la limite du politique et du militaire, l’approche par l’histoire occupe une place importante dans le manuel. On a vu, avec la publication de la revue d’histoire militaire, combien l’histoire pouvait servir l’actualité dans les textes soviétiques. Le manuel ne fait pas exception à cette règle. Pourtant, contrairement à d’autres textes, – et ceci se remarque particulièrement dans un ouvrage de l’ampleur du manuel – la quasi-totalité des références historiques concernent la période postérieure à 1917. On constate, en effet, que l’un des épisodes de l’histoire russe le plus fréquemment traité par la littérature politico-militaire soviétique est celui de la « Guerre Patriotique de 1812 ». Or cet épisode est pratiquement absent du manuel. A part quelques références à Napoléon, on ne trouve aucune référence ni à 1812 ni à Koutouzov. On peut alors s’interroger sur l’effet de la déstalinisation qui se répercute ainsi dans les travaux militaires. Peut-être Koutouzov avait-il été trop glorifié par Staline ? Les auteurs du manuel auraient, par conséquent, préféré éviter trop de références à cet épisode de l’histoire russe qui aurait pu être interprété comme un retour aux conceptions stratégiques staliniennes. Ceci n’a par contre pas empêché, mais il pouvait difficilement en être différemment, diverses revues, militaires ou non, de célébrer le cent cinquantième anniversaire de cet épisode et de publier de nombreux articles sur Koutouzov et d’autres généraux russes43.

  • 44 Ibid. p. 190 (p. 155-156).
  • 45 Ibid. p. 223-224 (p. 193).

62Pourtant, cette interprétation par la déstalinisation doit être nuancée. Il ne faut pas oublier que, malgré toutes ses « erreurs », Staline reste, et pas seulement dans la classe militaire, le vainqueur de la guerre. Si l’on évite de parler de Koutouzov, on n’en remarque pas moins des allusions à certains mythes éminemment staliniens ; tels la défense de Tsarytsine, durant l’été et l’automne 1918 qui était l’ un des morceaux de bravoure de l’action militaire de Staline. Cette opération et son déroulement ont, en effet, servi de base à la mise au point de toute la théorie « stratégique » de Staline, le « plus génial stratège de tous les temps ». Il n’est, par conséquent, pas innocent que cet épisode ait été rappelé dans le manuel pour illustrer le principe des « opérations défensives suivies de contre-attaques décisives »44. Dans le même ordre d’idées, on remarque que le manuel reprend la terminologie – pour ne pas dire les euphémismes – employés par et sous Staline pour qualifier les désastres de 1941-42. Il est, en effet, question de « défense stratégique », présentée certes comme une contrainte, mais plus ou moins consentie et même nécessaire45.

  • 46 Ibid. p. 201 (p. 169).
  • 47 Ibid. p. 202 (p. 169-170).

63Mais ce qui est peut-être le plus flagrant dans cette réticence à critiquer la politique militaire de Staline est l’analyse des années qui ont immédiatement précédé la guerre. La politique militaire suivie entre 1934 et 1938 est ainsi particulièrement glorifiée, sans pour autant mentionner le rôle de Toukhatchevskij – qui n’est cité qu’à propos de la guerre russo-polonaise de 1920. Les purges de 1937-38 sont totalement passées sous silence. Et, même si le manuel considère que « les problèmes d’organisation et de conduite de la défense dans notre théorie d’avant-guerre ont été étudiés de façon incomplète »46, la reconnaissance des erreurs est pour le moins modeste. L’autocritique concerne deux questions qui sont en fait plus des questions de l’actualité des années soixante que le reflet d’une analyse historique des erreurs : « la vue erronée sur la période initiale a eu des effets négatifs sur la préparation de nos forces armées » et « l’insuffisance de l’importance accordée aux grandes formations blindées »47.

64Or, il n’est fait aucun développement particulier sur ce chapitre des formations blindées, fer de lance de ce que Toukhatchevskij appelait l’« opération en profondeur ». Il n’en demeure pas moins qu’en le mentionnant ici, mais aussi ailleurs, on peut estimer que son principe n’est, en 1960, pas remis en cause et qu’il est resté un élément essentiel de l’art opératif soviétique. Sauf, peut-être, justement à un moment où il aurait été indispensable pour la stratégie soviétique : durant la phase initiale de la Seconde Guerre mondiale.

65En fait, les critiques formulées par les auteurs du manuel concernent essentiellement les théories d’emploi de telle ou telle arme et non la politique globale et les principes stratégiques qui en découlaient. La question qui se pose est donc de savoir si, en 1962-63, malgré la tenue du XXIIème Congrès qui confirme et renforce la campagne de déstalinisation, la critique contre Staline pouvait aller, dans un tel manuel, plus loin que ne l’ont fait ses auteurs. Et ceci, surtout compte tenu du public, essentiellement militaire, auquel cet ouvrage s’adressait.

  • 48 Ibid, p. 45-46 (p. 32-33).

66Enfin, toujours dans cette perspective historique, on remarque que les seuls exemples antérieurs à 1917 quelque peu développés dans le manuel concernent la politique de Bismarck dans les années 1860 et la « question d’Orient »48. Il est très vraisemblable que ces exemples ne concernent pas directement la politique intérieure soviétique mais, plutôt, celle de son glacis. Pour ce qui concerne la guerre entre la Prusse et l’Autriche de 1866, la mention du problème hongrois peut parfaitement être perçu comme un avertissement à ce pays contre tout renouvellement de ses tentatives d’autonomie de 1956.

  • 49 C’est en septembre 1962 que Bucarest manifeste son opposition au principe de supranationalité que K (...)

67Pour ce qui concerne les Balkans, on peut y voir deux allusions. Tout d’abord, il se serait agi de montrer l’intérêt tout particulier et permanent de l’URSS pour la Turquie, mais également les risques que l’instabilité d’une région sensible peuvent susciter, à savoir le déclenchement d’un conflit armé. De façon plus indirecte, on peut également y voir un avertissement plus ou moins feutré à une Roumanie qui, déjà à l’époque, commence à prendre quelque distance à l’égard de Moscou et de l’ensemble de son système49.

68En d’autres termes, le manuel, comme les autres publications soviétiques, considère les questions d’histoire et leur traitement comme des questions qui concernent d’abord l’actualité. Aucune allusion à tel ou tel fait du passé ne peut réellement être considéré comme innocent.

69De cet ensemble de références à l’histoire, on peut déduire certaines des préoccupations majeures de l’URSS au moment où est rédigé le manuel : l’importance de la période initiale de la guerre, l’encerclement comme manœuvre principale devant conduire à la défaite de l’ennemi et le rôle essentiel des opérations en profondeur dans la phase offensive de la guerre. Mais la stratégie soviétique découle également de ses conditions géopolitiques.

L’approche par la géopolitique

  • 50 ROMER (J. C), « L’URSS et la géopolitique » Hérodote, 47, octobre-décembre 1987, p. 105-114.
  • 51 SOKOLOVSKY (V) op. cit, p. 270 (2ème édition, p. 241).

70Si la géopolitique n’a officiellement pas droit de cité en URSS50, les considérations d’ordre géographique – physique ou politique – ne sont pas pour autant négligées dans le manuel. Cet aspect de la stratégie n’est pas sans poser de problèmes aux penseurs militaires soviétiques. En effet, l’URSS a adopté une stratégie affichée fondée sur l’usage massif des armes nucléaires à très longue portée, visant à détruire les principaux objectifs politiques et militaires adverses. Une stratégie qui s’appuie sur un armement, en principe, détaché des contraintes géographiques – et climatiques. Le nucléaire stratégique permet d’atteindre « des objectifs dans les régions du globe les plus éloignées et d’exclure de la guerre des pays entiers »51. Ceci réduit alors d’autant la fonction stratégique de l’aviation et de l’artillerie, mais donne aux sous-marins dotés de missiles nucléaires une fonction qui peut être identique à celle des missiles intercontinentaux. Malgré cette révolution dans la chose militaire, et ses conséquences sur la situation géopolitique, on constate, néanmoins, que le discours sokolovskien est très fortement imprégné de la tradition des contraintes géographiques de la puissance continentale par excellence qu’est l’Union Soviétique.

71Mais, on l’a vu par ailleurs, l’hypothèse conflictuelle qui paraît être la plus vraisemblablement retenue par l’URSS est celle d’un conflit en Europe, c’est à dire d’un conflit « continental », mené avec des armements, aussi perfectionnés fussent-ils, qui restent conditionnés par cette même contrainte géographique.

  • 52 Ibid. p. 55-56 (p. 39-40).

72Qu’elle le veuille ou non, l’URSS restera une puissance continentale. Ceci transparaît dans le manuel comme dans tout le discours stratégique soviétique. On le constate tout d’abord dans la place qui est réservée aux diverses armées dans la conduite de la future guerre (voir plus loin). On le constate également dans l’importance accordée à certains éléments moins immédiatement militaires, mais d’une importance stratégique qui n’en est pas moins considérable. Il n’est sans doute pas innocent que le manuel ait consacré un long passage – certes dans une perspective historique, mais on a vu ce que signifiaient ces perspectives – aux chemins de fer52.

73Dès la fin du XIXème siècle, stratèges et géopoliticiens, notamment McKinder, avaient compris le rôle essentiel de ce moyen de transport dans la conduite d’un conflit moderne. Cet aspect a été particulièrement exploité par les puissances continentales telles que l’Allemagne ou surtout la Russie. Et l’on sait le rôle considérable qu’a joué le transsibérien, en voie d’achèvement, dans la guerre russo-japonaise de 1904-1905. On retrouve d’ailleurs cette même préoccupation ferroviaire quelques années après la publication du manuel, en 1974, dans la décision de dédoubler la partie orientale du transsibérien, reprenant un projet datant de 1934. Il s’agissait, dans la perspective de l’aggravation du conflit sino-soviétique, d’éloigner la voie de chemin de fer de la frontière chinoise.

74Cette préoccupation d’ordre géopolitique est, en fait, dans le manuel, intégré largement dans les préoccupations économiques qui constituent, logiquement, l’une des approches essentielles de la stratégie soviétique, comme, d’ailleurs, de toute stratégie.

L’approche par l’économie et la technique

  • 53 Ibid. p. 53-54 (p. 38-39).

75Dès le premier chapitre consacré aux principes généraux de la stratégie, les auteurs du manuel établissent et développent le lien qui existe entre stratégie, économie et progrès technique. Plus qu’un lien, c’est un rapport de dépendance qui existe entre la stratégie et le développement économique53. Le manuel revient naturellement sur ces questions dans le chapitre consacré à la nature de la future guerre où toutes ces questions sont développées.

76On peut, à ce sujet, noter que ce sont les aspects civils du progrès scientifique et technique qui sont mis en avant par les auteurs du manuel et non pas leurs pendants militaires. Ceci se conçoit aisément dans le discours à usage externe, mais peut paraître quelque peu inattendu dans un manuel de stratégie militaire.

  • 54 Ibid. p. 264-265 (p. 236-237).

77En fait, ceci peut s’expliquer par la publication du Programme du PCUS, largement cité dans le manuel, qui fonde la construction du communisme en URSS sur « le développement des bases matérielles et techniques de la société soviétique ». On rappelle ainsi, en priorité, que l’URSS a été la première à envisager l’utilisation pacifique de l’atome et à envoyer de pacifiques satellites artificiels autour de la terre, avant de mentionner les missiles intercontinentaux, les bombes atomiques et thermonucléaires54.

  • 55 Ibid. p. 265 (p. 237).

78Mais, progrès civil ou militaire, il reste que toutes ces réalisations de la « science soviétique » déterminent « le caractère de la future guerre, son mode de conduite et les principes d’organisation des forces armées »55. Les auteurs du manuel ont ainsi confirmé ce que l’on pouvait déjà constater depuis quelques années : la hiérarchie des priorité de la politique militaro-scientifique soviétique depuis 1945 : d’abord les missiles, puis l’énergie nucléaire.

  • 56 Ibid. p. 267 (p. 239).

79On retrouve également, au moins dans les deux premières éditions et, de façon plus discrète dans la troisième, le discours triomphaliste khrouchtchévien du début des années soixante, réaffirmant la supériorité tant quantitative que qualitative de l’URSS sur les Etats Unis. Le manuel rappelle ainsi l’antériorité de l’expérimentation de la bombe H – antériorité qui, on l’a vu, n’est pas indicutable. Il rappelle surtout que seule l’URSS dispose de charges nucléaires superpuissantes, d’où cette conclusion que l’URSS « possède une supériorité incontestable en matière d’armes nucléaires sur le monde occidental »56.

80Mais, la capacité défensive de l’URSS ne dépend pas seulement de sa capacité de production d’armements les plus modernes. Elle dépend également de la situation économique générale sans laquelle un armement moderne ne saurait être mis au point, mais surtout sans laquelle une guerre, et notamment une guerre longue, ne saurait être menée à bien.

81Pourtant, ce qui frappe immédiatement à la lecture du manuel est la faible place accordée aux arrières, comme élément du soutien logistique du front. Certes, l’hypothèse conflictuelle majeure envisagée par le manuel est celle d’une frappe massive qui atteindrait notamment les arrières. Mais, compte tenu de la façon dont est traitée cette question, il semble que, d’un bout à l’autre du manuel, on en reste essentiellement à l’hypothèse d’une guerre courte. Une guerre qui mobilise fortement l’économie dans sa préparation mais qui, dans son déroulement, a de bien moindres exigences que ne l’aurait une guerre prolongée.

  • 57 Ibid. p. 282 (p. 252).

82Or, on l’a vu, si les auteurs du manuel, dans sa deuxième édition, retiennent une telle possibilité de guerre longue, toute leur analyse est fondée sur l’hypothèse d’une guerre courte au cours de laquelle les arrières n’auraient qu’une fonction secondaire à assurer : une fonction défensive assurée par la PVO durant la phase initiale57. Mais rien n’est particulièrement mentionné quant au soutien logistique des opérations sur le terrain, faisant suite et exploitant les frappes nucléaires massives.

83En d’autres termes, même si, de Khrouchtchev à Sokolovskij, tous les responsables politiques et militaires ont rappelé le rôle essentiel des armées classiques dans l’exploitation des frappes nucléaires dans le but de parachever la victoire sur le terrain, on peut déduire de la lecture du manuel que ces opérations classiques semblent n’être conçues que comme devant, elles aussi, être de courte durée. Elles s’apparenteraient plus à des opérations de « nettoyage » voire de police qu’à des opérations de grande envergure semblables à celles de la dernière guerre.

84Mais on peut également se poser la question de savoir si le manuel n’aurait pas retenu l’hypothèse d’une guerre classique prolongée pour des raisons autres que politiques. L’état général de l’économie – civile comme militaire – pourrait en avoir été la cause.

85La construction de missiles est prioritaire à cette époque en URSS et semble répondre aux besoins « planifiés » des armées – ou tout au moins ce qui a été décidé comme devant être les besoins de cette armée. Mais la question qui se pose est de savoir si l’économie nationale serait à même de soutenir une guerre prolongée. Il n’est pas certain qu’en cas de conflit où les forces soviétiques seraient directement engagées, une économie de guerre pourrait se mettre rapidement en place et approvisionner, au moins en armement, ces forces. Mais l’économie, dans son ensemble serait-elle à même de satisfaire aussi la totalité des besoins de la nation, d’une nation en guerre ? C’est en fait l’une des questions essentielles que l’on peut se poser à propos de la nouvelle ligne politico-stratégique de l’URSS. Une question que l’on pourra se poser de nouveau quelque vingt ans plus tard lorsque les Soviétiques mettront explicitement en cause la « doctrine Sokolovskij ».

86Car, il ne faut pas oublier non plus que l’URSS n’a jamais remis en cause le principe des armées de masse. Elle n’a jamais cessé de critiquer les conceptions occidentales des « petites armées techniciennes », notamment en un temps où un processus de réduction des forces est en cours. Il s’agit avant tout, et cela transparaît dans le manuel, comme cela correspond à une réalité quasi-universelle, qu’à mesure que la technique des armements se perfectionne, le nombre de serveurs nécessaire pour ces armes décroît. Mais, en contrepartie, la qualité de ces serveurs doit, à son tour, se développer.

87De plus, à mesure que les systèmes d’armes deviennent plus complexes, leur coût économique s’accroît et par conséquent la pression budgétaire de l’armée augmente. Or, dans un pays qui cherche à « rattraper et dépasser les Etats Unis », c’est l’ensemble de l’économie, et pas seulement les industries d’armement, qu’il faut moderniser, restructurer, rendre plus efficace. C’est donc essentiellement sur les personnels que se feront les économies, des personnels qui, en URSS comme partout ailleurs, constituent l’une des principales charges du budget militaire d’un Etat.

  • 58 Ibid. p. 285-286 (p. 256-257).

88Le problème qui se pose à l’URSS est donc de résoudre une équation à trois termes : le respect du principe d’une armée de masse et de conscription ; le transfert des dépenses en personnel vers des dépenses de recherche et de développement, l’amélioration de la formation technique des personnels. En d’autres termes, l’armée soviétique doit rester une armée de masse mais se transformer en une grande armée technicienne. Outre l’argument de principe, les auteurs du manuel rappellent également qu’aux Etats Unis se posent les mêmes questions. Car si ce sont les pays anglo-saxons qui ont avancé les principes des petites armées techniciennes, l’armée américaine reste, au début des années soixante, une armée de masse – 2,8 millions d’hommes en 1962 : « ceci démontre que les forces armées modernes sont déjà, en principe et du point de vue quantitatif, des armées de masse ». Celles-ci peuvent, de plus, être encore augmentées en cas de conflit. « Ainsi, la future guerre entre les deux systèmes... sera menée par des forces armées massives, indépendamment du haut niveau de leur équipement technique et de l’emploi le plus large des moyens balistiques nucléaires de destruction d’une grande efficacité militaire »58.

89Ceci pose ainsi à l’URSS et ce, on l’a vu, depuis le milieu des années cinquante, un grand problème de formation des cadres qui rejoint naturellement la question de l’efficacité du système économique soviétique. Or, on sait que les réformes économiques engagées par Khrouchtchev durant sa période de pouvoir quasi absolu, ont fonctionné par à-coups et parfois de façon désordonnée, sans parler des résistances naturelles aux changements que rencontre toujours toute politique de réforme dans quelque pays que ce soit.

90Cette approche du manuel par son environnement culturel a permis de montrer la vision globale qui est celle de ses auteurs. Mais elle constitue également un préalable indispensable à l’analyse des grands thèmes stratégiques contenus dans ce même ouvrage.

Les grands thèmes de la stratégie

91Au delà des principes généraux de la stratégie soviétique énoncés par les auteurs du manuel et reprenant les grandes lignes du discours politique, il convient maintenant de s’arrêter sur quelques uns des aspects particuliers de cette stratégie. Sans prétendre à l’exhaustivité, quatre points particulièrement importants dans le débat stratégique ont été sélectionnés. On retrouve d’ailleurs ces quatre mêmes points quelque vingt ans plus tard lorsque le débat sur une nouvelle stratégie reprend en URSS remettant en cause les concepts « sokolovskiens ». Il s’agit de la dissuasion, de la stratégie indirecte, de la notion de victoire et du rôle respectif des armées de terre, de l’air et de mer.

Le rôle des « trois armes »

92L’approche géographique du manuel a montré que l’ensemble du discours stratégique soviétique s’appuyait, si l’on exclut les armes intercontinentales, sur une conception essentiellement continentale de la guerre. L’armée de terre est l’axe principal de la pensée militaire soviétique. Ceci se remarque dès l’annonce de la composition du comité de rédaction du manuel : pas de marin ni d’aviateur.

93Bien qu’aucun chapitre n’ait été explicitement et intégralement consacré au rôle de l’aviation et de la marine dans la guerre moderne, on peut néanmoins reconstituer, dans leurs grandes lignes, leurs fonctions respectives, à partir de ce qui en est dit, tant sur un plan historique que contemporain.

  • 59 Ibid. p. 277-278 (p. 247).
  • 60 Ibid. p. 278 (p. 247).

94Quelques lignes seulement sont consacrées au rôle de l’aviation dans la partie traitant des « moyens de lutte moderne ». Il y est constaté que son rôle sera différent de celui qu’elle a joué durant la dernière guerre, notamment en ce qui concerne ses fonctions stratégiques. En fait, l’aviation dans une future guerre servira essentiellement d’appui aux forces terresres et son rôle se limitera à des tâches d’ordre tactique voire opératif59. Cette transformation est due à l’apparition des missiles mais elle découle également de la modernisation des systèmes de défense anti-aérienne, qualifiés « d’obstacles quasi infranchissables par les bombardiers »60.

  • 61 Ibid. p. 202-203 (p. 170-171).

95Cette situation est confirmée par l’approche historique et les critiques du passé formulées dans le manuel. Ainsi, une des erreurs de la période de l’avant-guerre a été de n’avoir pas cherché à utiliser l’aviation, dès le début de la guerre, comme « soutien des troupes au sol par des opérations exécutées immédiatement au dessus du champ de bataille ». Une autre des erreurs de cette époque a été de « violer le principe de l’unité de commandement de l’aviation de chasse et de l’artillerie anti-aérienne »61.

96Le rôle de la marine n’est pas jugé plus important dans la guerre moderne, mais ce sujet est traité avec nettement plus de précision qu’il ne l’a été pour l’armée de l’air.

  • 62 Ibid. p. 202 (p. 170).

97Pour ce qui concerne l’aspect historique, on constate que seules les deuxième et troisième éditions mentionnent la situation de la marine à la veille de la guerre. Il est à ce propos rappelé le rôle traditionnel de défense côtière qui a toujours été dévolu à cette arme. Mais les auteurs du manuel ont aussi reproché aux responsables de l’époque d’avoir « porté leur attention sur la construction de gros bâtiments de surface très coûteux » et d’avoir « sous-estimé le rôle des sous-marins et de l’aviation navale »62. On retrouve cette même conception d’une flotte sans bâtiment de surface – ou presque – lorsqu’il est question de la marine dans la future guerre.

98Les missiles nucléaires lancés de sous-marins sont ainsi assimilés aux ICBM. Dans ces conditions, le sous-marin nucléaire peut-il alors être encore considéré comme exécutant l’une des fonctions spécifiques de la marine ou bien n’est-il pas, au moins de fait, rattaché – même si cela n’est apparemment pas le cas du point de vue du commandement – aux forces des missiles stratégiques ? En tout état de cause, c’est bien cette perspective qui est adoptée par les auteurs du manuel.

  • 63 Ibid. p. 281 (p. 251).

99En effet, « sur le théâtre naval également, le rôle principal sera dévolu aux missiles nucléaires stratégiques auxquels coopéreront, parmi les forces navales, les sous-marins lanceurs d’engins et l’aviation navale dotée de missiles »63. Simultanément, l’ère des gros bâtiments de surface est considérée comme terminée.

100On reste ainsi dans une conception parfaitement khrouchtchévienne de la marine que l’on retrouve inchangée dans la troisième édition de 1968. L’amiral Gorškov n’a, en effet, pas encore fait valoir, au moins publiquement, ses idées et les auteurs du manuel, en 1962 et 1963, comme en 1968, retiennent le principe d’une marine encore réduite à son strict minimum. Mais cette marine n’est pas seulement quantitativement réduite. A aucun moment, dans aucune des trois éditions du manuel, n’est explicitement affirmé quelle est la véritable fonction stratégique de la marine. Les années soixante doivent, de ce point de vue, être considérées comme une période transitoire pour la marine qui, à la fin de cette décennie, pourra sortir de cet « anonymat » dans lequel elle était reléguée depuis des décennies.

101Le deuxième aspect militaire de la stratégie sokolovskienne est le net rejet du concept de dissuasion, mettant, au moins provisoirement, un terme à certaines prises de position adoptées par quelques auteurs soviétiques dans les toutes premières années de la décennie soixante.

La dissuasion

  • 64 Ibid. p. 85-120 (p. 65-98).
  • 65 Ibid. p. 75 (p. 58).
  • 66 Ibid. p. 76 (p. 58).

102Si des auteurs, tel Talenskij (voir chapitre 10), ont pu affirmer la fonction dissuasive de l’armement nucléaire soviétique, le manuel, donc très vraisemblablement le pouvoir politique adopte, sur ce sujet, un tout autre point de vue. En critiquant l’ensemble des conceptions stratégiques américaines, passées ou présentes, les auteurs du manuel s’attaquent en fait peu au concept de dissuasion lui même64. On retrouve, par contre, un discours qui avait déjà cours dans les années cinquante, critiquant la « politique à partir d’une position de force » présentée comme un des fondements de la « stratégie militaire bourgeoise ». Or, on a vu que, dans les années cinquante, le discours sur la politique à partir d’une position de force correspondait à l’une des traductions du concept de dissuasion qui émergeait alors aux Etats Unis. C’est donc sans surprise que l’on retrouve cette politique qualifiée de « politique de pression et de diktat » dont le « pivot est constitué par l’arme nucléaire »65. Et le manuel ajoute que « selon une opinion répandue parmi les responsables politiques occidentaux, cette politique rendrait impossible une nouvelle guerre en ce qu’elle garantit « l’équilibre des forces » sur la scène internationale »66.

103Une telle analyse est évidemment inacceptable pour un théoricien militaire soviétique orthodoxe. L’idée même d’équilibre des forces qu’il soit ou non celui de la « terreur » est, à l’époque, inacceptable. Depuis le début de la décennie, n’assiste-t-on pas, premier secrétaire en tête, à la promotion d’un discours sur la supériorité – et une supériorité nécessaire – de l’URSS ?

104Il ne saurait, dans ces conditions, être question d’admettre l’idée d’un quelconque équilibre stabilisateur – et dissuasif – entre les deux systèmes antagonistes. On retrouve ici le discours idéologique de base rendant incompatible coexistence pacifique et dissuasion – même mutuelle. Il faut, en effet, attendre la fin des années soixante et plutôt le début des années soixante-dix pour que l’idée de parité ou d’équilibre des forces apparaisse sous un jour positif dans la littérature ouverte soviétique.

105Mais cette conception, condamnée lorsqu’elle est appliquée par les Occidentaux, peut-elle être admise en URSS ? Il n’en est rien, tout au moins à l’époque. La dissuasion – le terme n’est même pas utilisé, se rapportant à l’URSS – est une conception parfaitement étrangère à la vision soviétique de la future guerre telle qu’elle est présentée dans le manuel. Ceci, pour des raisons à la fois militaires et idéologiques.

106La dissuasion étant une stratégie de non-guerre, elle n’est pas compatible avec un discours fondé sur un concept d’emploi du nucléaire qui ne serait pas fondé sur l’échec d’une politique. La guerre n’est certes plus inévitable mais elle reste du domaine du possible, non pas à la suite d’une faute commise par ses propres gouvernants mais par une erreur de l’autre. La guerre, en URSS, est considérée comme un élément normal de la vie sociale, comme une « nécessité objective » bien que non inéluctable. Avouer que l’on adopte une conception de non-guerre fondée sur un équilibre – il ne peut alors être que relatif – ou pire, sur une quelconque conception du « pouvoir égalisateur de l’atome », reviendrait à mettre sur le même plan idéologique les deux systèmes antagonistes. Et ceci ne saurait être tolérable en URSS.

107Mais, à côté de cette incompatibilité, relative puisqu’elle est fondée sur une comparaison avec l’autre, il existe également une incompatibilité en soi, structurelle entre la dissuasion et la pensée militaire soviétique.

  • 67 POIRIER (L), Des Stratégies Nucléaires op. cit. p. 135.

108On constate, en effet, que tout le discours sokolovskien sur l’essence de la stratégie soviétique est fondé sur l’idée de persuasion. La persuasion telle qu’elle a pu être définie, en soi, comme dans sa relation avec la dissuasion67.

  • 68 SOK. OLOVSKY (V) op. cit. p. 246 (2ème édition, p. 219).
  • 69 Ibid. p. 246 (p. 219).

109Les auteurs du manuel établissent en effet un lien particulièrement étroit entre la puissance nouvelle des moyens militaires et les possibilités croissantes, par ces moyens, d’obtenir des résultats politiques décisifs dans la guerre68. Car, et les auteurs occidentaux sont particulièrement critiqués sur ce point, une guerre ne peut être menée que par des moyens militaires violents. Tout le discours sur une possibilité de mener un conflit par des moyens non-militaires est considéré comme un moyen de « masquer les horreurs d’un conflit nucléaire et de détourner l’attention des masses de sa préparation par les forces impérialistes »69.

  • 70 Ibid. p. 247 (p. 220).

110En fait, pour les Soviétiques, « la guerre est violence et contrainte entre les Etats... Par moyens de contrainte ou moyens de mener la guerre, il faut entendre les forces armées des Etats... La conception léniniste de la guerre comme continuation de la politique de classe par des moyens violents et comme lutte armée au nom d’objectifs politiques déterminés, reste actuellement en vigueur »70.

111En d’autres termes, la guerre est bien considérée comme un moyen de contrainte ou de coercition destinée à obtenir un objectif politique particulier. Elle reste par conséquent un instrument – extrême, certes, et non inéluctable – de la conduite d’une politique rationnelle, quelles qu’en puissent être les conséquences. On est donc loin d’un concept de non-guerre fondé sur le principe de l’interdiction.

112Cette conception – persuasive ou coercitive – de la guerre n’est pas une approche purement abstraite. On la retrouve dans l’analyse que présentent les auteurs du manuel de la notion de victoire dans la guerre nucléaire.

La victoire dans la guerre nucléaire

113Encore plus que la dissuasion, la question de l’obtention de la victoire dans la guerre nucléaire a été posée dès le début des années cinquante. Après avoir été un enjeu politique, elle est désormais posée en termes plus militaires ; bien que la dimension idéologique n’en soit jamais totalement absente.

  • 71 Ibid. p. 288 (p. 258).

114De ce dernier point de vue, l’analyse soviétique n’a guère varié, de Lénine jusque et y compris Gorbatchev. La victoire du « camp socialiste » est en effet inscrite dans l’ordre « objectif » du cours de l’histoire dans la mesure où l’URSS est le principal représentant d’un système social hiérarchiquement supérieur au système capitaliste. La victoire dans une guerre nucléaire est, comme celles de 1917 (sic) et de 1945 une nécessité socio-politique : la guerre entre les deux systèmes sociaux opposés « se terminera normalement par la victoire du système socio-économique progressiste communiste sur le système socio-économique réactionnaire capitaliste, historiquement voué à la faillite »71.

  • 72 Ibid. p. 288 (p. 258).

115Mais il est évident qu’un manuel de stratégie militaire ne pouvait se contenter d’une analyse qui, pour être un « passage obligé », n’en est pas moins quelque peu simpliste, voire démobilisatrice. C’est pourquoi les auteurs du manuel s’empressent, on l’a vu, d’ajouter à cette vision déterministe, cette constatation que « la victoire dans la future guerre ne viendra pas d’elle-même. Il faut la préparer et l’assurer dans sa totalité »72. Certes, à tous les niveaux de l’analyse des objectifs et des moyens d’obtention de la victoire, l’aspect idéologique est-il rappelé. Mais ce sont d’abord des considérations d’ordre militaire qui vont permettre concrètement l’issue positive du conflit pour l’URSS.

  • 73 Ibid. p. 288 (p. 258).

116Même si son système socio-économique favorise la préparation de l’URSS à la guerre, il est indéniable que la guerre se gagne aussi par les armes et par une « supériorité technico-militaire tant qualitative que quantitative sur l’agresseur possible »73.

  • 74 Ibid. p. 280 (p. 249).

117L’objectif que visent les forces armées, comme le pouvoir politique, soviétiques est parfaitement exprimé dans le manuel. Il s’agit, d’une part, d’aboutir à une défaite militaire de l’adversaire « comme cela était le cas dans le passé » et, de l’autre, à la « destruction des objectifs sur les arrières, suivie de leur désorganisation »74.

118En d’autres termes, à la guerre « militaire » doit succéder une guerre « révolutionnaire » conduisant à la transformation du tissu social du pays vaincu. A l’objectif militaire succède l’objectif politique de la guerre, en bonne logique clausewitzienne.

  • 75 Ibid. p. 289 (p. 259).

119On retrouve ce double aspect politique et militaire dans l’analyse des moyens permettant l’obtention de la victoire. C’est, on l’a vu, par la supériorité militaire quantitative et qualitative sur l’adversaire que la victoire peut être obtenue. Mais, confirmation de l’approche idéologique qui se trouve coïncider avec les préoccupations des représentants des forces classiques soviétiques, les frappes nucléaires lancées dès la phase initiale de la guerre doivent être exploitées par des forces qui ne sont pas seulement les forces militaires classiques mais sont aussi des « masses populaires » ayant une fonction révolutionnaire. A la troisième guerre mondiale doit succéder, comme à l’issue des deux précédentes guerres mondiales, la révolution dans les pays vaincus et la « libération » des masses opprimées par l’impérialisme75.

120En fait, on le constate, l’argument des militaires est imparable et d’une parfaite orthodoxie marxiste-léniniste. Même si ces militaires n’ont jamais vraiment apprécié leurs « homologues » du GlavPU, ils savent également – « commandement unique » oblige – montrer qu’ils connaissent leurs classiques et savent les utiliser pour défendre leur point de vue.

121En ce sens, même si l’on affirme alors que l’URSS dispose d’une large supériorité en matière d’armements nucléaires – ce qui est loin de correspondre à la réalité – on rappelle également que ces armes ne peuvent être réellement considérées comme des « armes de classe ». Seules les « masses » – et donc les forces classiques qui en sont directement issues – sont à même d’assurer le caractère de classe de la future guerre et donc de garantir la victoire du système social soviétique.

Guerre totale et guerre locale

122On constate également que, à la fois pour des raisons tenant à l’orthodoxie idéologique, mais aussi aux priorités politique du moment, la quasi-totalité du discours sokolovskien est axé sur l’hypothèse d’un conflit mondial majeur, mettant en présence, dans leur totalité, les deux grands systèmes opposés, les deux alliances politico-militaires.

123Ceci est particulièrement clair depuis le milieu des années cinquante où l’on prend conscience progressivement que le plus grand risque de conflit ne se situe pas à ce niveau. Plus on avance dans le temps et plus l’éventualité d’un grand échange nucléaire s’amenuise, tant pour des raisons tenant au perfectionnement des instruments diplomatiques qu’au perfectionnement des armements eux mêmes.

124La confrontation des deux alliances à la périphérie de leurs systèmes respectifs, l’accélération du processus de décolonisation, conduisent à porter de plus en plus d’attention à la question des conflits périphériques et/ou locaux, limités. Or, le manuel, même dans sa deuxième édition, postérieure à la crise des missiles de Cuba, reste très discret sur ce point.

  • 76 Ibid. p. 252 (p. 225). Cette analyse s’applique aux deux premières éditions du manuel. La troisième (...)

125Seules quelques allusions à des conflits périphériques ou à la question de la stratégie indirecte sont mentionnées dans le manuel. En fait, la crise de Cuba a pu servir de contre-exemple et de frein, empêchant les auteurs du manuel de trop insister sur ce type de conflit, compte tenu du manque de moyens et de l’incapacité de l’armée rouge de les mener à bien. Outre les missiles nucléaires, dont l’emploi ne saurait se justifier dans un tel cas de figure, l’URSS ne possède alors aucun moyen de projection de sa force au-delà de sa périphérie immédiate. D’où sa prudence, même si des allusions sont faites, ici et là, sur l’impossibilité de limiter un conflit, tant dans l’espace que par les armements utilisés76.

  • 77 Ibid. p. 262 (p. 234).

126Cette prudence peut même aller jusqu’à l’ambigüité voire la contradiction à quelques pages d’intervalle. Dans le paragraphe du chapitre sur la « nature de la future guerre », consacré au marxisme-léninisme, il est ainsi affirmé que « les forces armées des pays socialistes doivent également se préparer à des guerres locales sur une petite échelle qui pourraient être déclenchées par les impérialistes... C’est pourquoi la stratégie soviétique doit étudier les moyens de mener également de telles guerres de sorte qu’elles ne se transforment pas en guerres mondiales et que l’on puisse obtenir une victoire rapide sur l’ennemi. »77

  • 78 SOKOLOVSKIJ (V), 2ème édition, p. 242.

127Par contre, une dizaine de pages plus loin, dans le passage sur les « moyens modernes de la lutte armée », les auteurs reprenant le discours politique traditionnel, estiment que « lorsque les relations internationales deviennent de plus en plus complexes et dans les conditions actuelles du développement des techniques militaires, tout conflit armé se transformera inévitablement en guerre nucléaire généralisée si les puissances nucléaires sont engagées dans ce conflit »78.

128En fait, la contradiction n’est qu’apparente ou tout au moins elle peut être perçue comme telle. Elle laisse en effet la place à tout conflit local dès lors que l’une ou l’autre des superpuissances n’est pas directement engagée. En confrontant ces deux citations, on peut constater que, mises en situation de complémentarité, elles ne concerneraient que l’hypothèse d’un conflit limité à l’Europe, là où les deux systèmes centraux seraient nécessairement mis face à face. Par contre, chacune des superpuissances pourrait mener tout conflit local – périphérique – sans grand risque d’escalade. Cette attitude sera celle de l’URSS tout au long des années à venir, au cours desquelles, jamais, effectivement, dans aucun conflit du tiers-monde, aucune armée de l’une des deux allliances militaires ne s’est trouvée confrontée directement sur le terrain avec une armée de l’autre alliance.

  • 79 Ibid. p. 242 (On ne retrouve pas ce pasage en 1968).

129L’autre impératif pour pouvoir limiter une guerre locale est d’ordre technique dans la mesure où les auteurs affirment que, dès lors que l’on utilise l’arme nucléaire – fût-elle tactique – le processus d’escalade est engagé. Et cette mise en œuvre doit nécessairement conduire à utiliser la « totalité de la puissance nucléaire. La guerre locale se transformera en guerre mondiale nucléaire »79.

  • 80 Ibid. p. 243-244 (p. 217).
  • 81 Ibid. p. 244 (p. 217-218).

130Pour ce qui concerne les stratégies indirectes, il est indéniable que l’URSS ne dispose pas de tous les moyens nécessaires pour mener une telle stratégie. Mais il existe aussi une incompatibilité idéologique telle que les stratèges soviétiques ne peuvent se permettre de développer cette notion, sinon pour condamner celle qui est en vigueur à l’ouest. Et encore, ils le font avec une grande discrétion. En fait, ce qui est surtout condamné est l’aspect de la stratégie indirecte qui consiste à obtenir les buts de la guerre sans user des moyens militaires. Une telle conception se trouve, en effet, incompatible avec la vision soviétique de la relation entre guerre et politique. La guerre, selon les auteurs du manuel, ne saurait être que « l’aspect violent, armé de la vie sociale, de l’activité humaine »80. Sont ainsi réfutées les « théories bourgeoises », telles celles de Liddell Hart, qui affirment que la guerre peut ne pas être que violence, mais que l’on peut « mener une guerre par des moyens non militaires : pression économique, propagande, diplomatie, actions subversives etc... »81.

131En fait, ce n’est pas tant le contenu lui-même de la notion de stratégie indirecte qui gêne les Soviétiques que le fait qu’il soit conçu comme une forme de la guerre. Car, sur le fond, et si l’on exclut tout présupposé idéologique, quelle différence fondamentale existe-t-il, au moins dans ses objectifs ultimes, entre la stratégie indirecte et la coexistence pacifique ?

132En effet, la coexistence pacifique a été instaurée comme un instrument diplomatique permettant d’éviter la guerre entre Etats, sans exclure la poursuite du processus révolutionnaire mondial. La coexistence pacifique ne peut donc, par nature, être considérée comme une forme de guerre au sens strict du terme. Sinon, tout l’édifice idéologique s’effondrerait. La coexistence n’exclut pas la guerre, mais elle est une forme politique d’où peut, le cas échéant, découler, de façon non inévitable, la guerre-violence armée.

133De plus, considérer la coexistence comme une forme de guerre reviendrait à considérer ipso facto que la lutte des classes est aussi une forme de guerre dans son acception officielle soviétique, c’est à dire inter-étatique. On se trouverait alors en contradiction avec tout un autre pan du discours idéologique selon lequel il ne saurait être question d’exporter la révolution par les armes dans d’autres pays. Car, si la révolution éclate dans un pays, cela ne peut être que parce que les « conditions objectives » de son déclenchement sont arrivées à maturité et que, dans leur rapport dialectique, les forces sociales à l’intérieur de ce pays ont acquis les capacités et la conscience politique nécessaires pour la mener à bien.

  • 82 Ibid. p. 254 (p. 227).

134Evidemment, l’URSS n’exclut d’aucune manière la possibilité d’apporter ensuite son aide à cette révolution, notamment pour y combattre la contrerévolution82. Un tel discours, implicite dans le manuel, a été surtout développé au cours des années soixante-dix. Telles sont les raisons essentielles pour lesquelles – outre le fait qu’elles sont énoncées par des « penseurs bourgeois » – l’URSS ne peut admettre les principes contenus dans la définition de la stratégie, ou de l’approche, indirecte. Encore que sur ce dernier point, il ne soit fait mention que des moyens non militaires. Or, il ne faut pas oublier que, dans la conception de Liddell Hart notamment, « l’approche indirecte » inclut les conflits armés à la périphérie des systèmes centraux mais dont l’objectif ultime est bien le centre du système opposé. Sur ce point, les trois éditions du manuel sont particulièrement muettes. Ne penserait-on pas aussitôt à la fameuse déclaration attribuée à Lénine selon laquelle « la route de Paris passe par Alger ».

  • 83 POIRIER (L), Les Voix de la Stratégie, Paris, Fayard, 1985, chap. 2.

135De cet ensemble d’approches tant d’ordre méthodologique que d’ordre plus militaire, on constate que les auteurs du manuel apportent ce que le général Poirier nomme la « boîte à outils », nécessaire à l’élaboration d’une généalogie de la stratégie, d’une stratégie que le fait nucléaire a fait entrer en crise83. En fait, on le verra (chapitres 14 et 15), le manuel n’aurait représenté que quelques instruments de cette boîte à outils.

136On constate pourtant qu’un des aspects de cette « boîte à outils » fait particulièrement défaut dans cette analyse soviétique : l’aspect technique de la stratégie. On ne sait pas grand chose de la composition des armements qui servent cette stratégie nouvelle sinon quelques considérations d’ordre très général. En cela, le manuel ne se différencie pas des autres ouvrages sur la chose militaire publiés en URSS. Il replace, par contre, cette stratégie dans la continuité, mais aussi, en cas de nécessité, dans la discontinuité du projet politique global de l’URSS.

137Pourtant, si ce manuel est le premier ouvrage de ce type publié depuis 1926, il n’en a pas moins fait l’objet de plusieurs critiques dans la presse spécialisée soviétique.

Notes

1 Il s’agit notamment des ouvrages de RYBKIN, publié en 1959 ou de SMIRNOV, BAZ’, KOZLOV et SIDOROV publié en 1960.

2 POIRIER (L), Essais de Stratégie Théorique, Paris, FEDN, Les Sept Epées, 1982, p. 124- 128.

3 Le comité de rédaction des trois éditions du manuel se compose de : col. A. BELAEV, gal.col. A. GASTILOVIC, col. V. DENISENKO, Gal. maj. I. ZAV’JALOV, Gal. maj. V. KOLECICKI, col. V. LARIONOV, col. G. NYRKOV, col. I. PAROTKIN, gal. maj. A. PROHOROV, col. A. POPOV, col. K. SAL’NIKOV, col. A. SIMAN’SKIJ, gal. maj. M CEREDNICENKO, col. A. SCEGOLEV.

4 Un seul de ces auteurs, I. PAROTKIN a été promu entre l’édition de 1963 et celle de 1968, pasant de colonel au grade de général-major. Parotkin est historien. Tous les autres auteurs de manuel sont restés dans leur grade entre 1962 et 1968. Larionov, par exemple, a été promu juste avant la première édition et sera de nouveau promu après 1968, de même que Zav’jalov.

5 Pour les ouvrage publiés dans les années soixante à quatre vingt, c”est le cas notamment des Histoires du PCUS (Ponomarev), de la diplomatie et de la politique étrangère (Gromyko), des encyclopédies militaires (Gretchko, Ogarkov, Akhromeev)...

6 Ceci a notamment été le cas pour la direction du Dictionnaire Encyclopédique Militaire, dont la direction de la rédaction passe d’Ogarkov pour la première édition en 1983 à Akhromeev pour la seconde en 1986.

7 Dictionnaire Encyclopédique Militaire, op. cit. (1986), article « Sokolovskij ».

8 Revue Militaire Générale, février 1961, art. cit. p. 178-179.

9 Akademija Genstaba, op. cit. p. 146.

10 Ibid. p. 122.

11 La biographie de Malandin que donne le Dictionnaire Militaire Encyclopédique s’arrête en effet en 1964. Sa mort intervenant en 1975.

12 Le dernier en date des ouvrage de Larionov a été publié en 1987 : Evoljucija Voenrwgo Iskusstva (évolution de l’art militaire), Moscou, Voenizdat, 1987, 246 p.

13 Voir notamment FAST SCOTT (H), préface à Soviet Military Stratégy by V.D. Sokolovskij, New York, Crâne and Russak, 1975, p. XXV-XXVI.

14 Lorsque les textes des trois éditions sont identiques ou similaires sur le fond, on donnera ici la référence de la traduction française du manuel (3ème édition), après en avoir vérifié la traduction et les avoir confrontés aux éditions antérieures en russe. Cette référence de la traduction française du texte sera suivie, entre parenthèses, de la page correspondante du texte en russe, dans sa deuxième édition (1963).

15 SOKOLOVSKY (V), op. cit. p. 280 (2ème édition, p. 249).

16 Ibid. p. 280 (p. 249-250).

17 Ibid. p. 280 (p. 250). cette remarque n’apparaît pas dans la première édtion (1962).

18 Ibid. p. 280 (p. 250).

19 Ibid. p. 280 (p. 250).

20 Ibid. p. 282-283 (p. 253).

21 Ibid. p. 283 (p. 253).

22 Ibid. p. 283 (p. 254) Cette idée n’apparaît pas dans la première édition (voir plus loin la question de la défense anti-missiles).

23 Ibid. p. 287-288 (p. 258).

24 Ibid. p. 288 (p. 258). Cette formulation n’apparaît pas dans la première édition.

25 Ibid. p. 288 (p. 258).

26 Ibid. p. 290 (p. 260-261). L’hypothèse de la guerre longue ne figure pas dans la première édition.

27 Entretiens à Moscou, IMEMO, juin 1987.

28 SOKOLOVSKIJ (V) op. cit. (2ème édition), p. 23.

29 Ibid. p. 215.

30 Ibid. p. 23-28 et p. 213-215.

31 Ibid. p. 242. Cette citation n’apparaît pas dans la première édition.

32 Ibid. p. 216.

33 CLAUSEWITZ (C), De la Guerre, Paris, Ed.de Minuit, 1980, p. 671-674.

34 ARON (R), Penser la Guerre. Clausewitz, Paris, Gallimard, 1976, T. 2, p. 60.

35 Voir notamment TERRAY (E), « Violence et calcul, R. Aron, lecteur de Clausewitz », Revue Française de Science Politique, XXXVI, n° 2, avril 1986, p. 248-267.

36 SOKOLOVSK. Y (V), trad. française, p. 244, 245 (2ème édition, p. 217-218). Ces questions ont été abordées dès la première édition, mais ont été développées dans les deux suivantes.

37 Si l’on excepte la tentative infructueuse de Nikol’skij en 1964 (voir chapitre 14).

38 Ibid, p ; 287-288 (p. 258-259).

39 Ibid. p. 486 (p. 477).

40 Ibid, p. 490-497 (p. 480-487). On remarque que presque toute la partie consacrée au commandement unique a été réécrite entre la première et la deuxième édition).

41 Ibid, p 498 (p. 488).

42 Ibid. p. 484-486 (p. 475-477).

43 Voir notamment Voenno-Istoriceskij Žurnal, Nos 6 à 11, 1962.

44 Ibid. p. 190 (p. 155-156).

45 Ibid. p. 223-224 (p. 193).

46 Ibid. p. 201 (p. 169).

47 Ibid. p. 202 (p. 169-170).

48 Ibid, p. 45-46 (p. 32-33).

49 C’est en septembre 1962 que Bucarest manifeste son opposition au principe de supranationalité que Khrouchrtchev veut imposer aux pays membres du CAEM (voir notamment SNEJDAREK(A), op. cit. p. 270.

50 ROMER (J. C), « L’URSS et la géopolitique » Hérodote, 47, octobre-décembre 1987, p. 105-114.

51 SOKOLOVSKY (V) op. cit, p. 270 (2ème édition, p. 241).

52 Ibid. p. 55-56 (p. 39-40).

53 Ibid. p. 53-54 (p. 38-39).

54 Ibid. p. 264-265 (p. 236-237).

55 Ibid. p. 265 (p. 237).

56 Ibid. p. 267 (p. 239).

57 Ibid. p. 282 (p. 252).

58 Ibid. p. 285-286 (p. 256-257).

59 Ibid. p. 277-278 (p. 247).

60 Ibid. p. 278 (p. 247).

61 Ibid. p. 202-203 (p. 170-171).

62 Ibid. p. 202 (p. 170).

63 Ibid. p. 281 (p. 251).

64 Ibid. p. 85-120 (p. 65-98).

65 Ibid. p. 75 (p. 58).

66 Ibid. p. 76 (p. 58).

67 POIRIER (L), Des Stratégies Nucléaires op. cit. p. 135.

68 SOK. OLOVSKY (V) op. cit. p. 246 (2ème édition, p. 219).

69 Ibid. p. 246 (p. 219).

70 Ibid. p. 247 (p. 220).

71 Ibid. p. 288 (p. 258).

72 Ibid. p. 288 (p. 258).

73 Ibid. p. 288 (p. 258).

74 Ibid. p. 280 (p. 249).

75 Ibid. p. 289 (p. 259).

76 Ibid. p. 252 (p. 225). Cette analyse s’applique aux deux premières éditions du manuel. La troisième édition développe plus amplement l’idée de guerre locale. Ceci se conçoit d’autant plus aisément que l’une des raisons de la publication d’une troisième édition a été le renforcement de l’engagement américain au Vietnam.

77 Ibid. p. 262 (p. 234).

78 SOKOLOVSKIJ (V), 2ème édition, p. 242.

79 Ibid. p. 242 (On ne retrouve pas ce pasage en 1968).

80 Ibid. p. 243-244 (p. 217).

81 Ibid. p. 244 (p. 217-218).

82 Ibid. p. 254 (p. 227).

83 POIRIER (L), Les Voix de la Stratégie, Paris, Fayard, 1985, chap. 2.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search