Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Deuxième partie. Vers une logique du nucléaire

Chapitre 9. Le politique demandeur de doctrine strategique (1960-1961)

Texte intégral

1La quatrième session de la cinquième législature du Soviet Suprême qui se réunit les 14 et 15 janvier 1960 avait pour objet essentiel la question de la réduction des forces armées soviétiques (voir chapitre 8). Mais, pour justifier ces réductions, il fallait, entre autres, démontrer qu’une armée à effectifs plus réduits ne préjugeait en rien de l’efficacité de la stratégie nouvelle et ne mettait pas en danger la sécurité du pays.

2La question que l’on peut se poser à ce sujet, mais une question qui reste sans réponse, est de savoir pour quelles raisons Khrouchtchev a prononcé un tel discours. Avait-il pris conscience qu’avec la nouvelle stratégie il n’était plus nécessaire d’avoir une armée aussi nombreuse ? Ou bien au contraire, face à une nécessité essentiellement d’ordre économique, Khrouchtchev a-t-il bâti un discours stratégique permettant de justifier ces « économies significatives » et ces transferts d’hommes vers le « secteur productif » ? Il est vraisemblable que les deux éléments ont agi de conserve et qu’il s’agissait pour le pouvoir politique de trouver une forme suffisamment convaincante permettant à l’armée d’accepter ce qu’elle considérait comme un sacrifice, voire, pour certains, comme une menace pour la sécurité du pays.

3Il est également possible qu’ait joué – mais il est vraisemblable que les conseillers militaires du premier secrétaire aient cherché à en limiter les effets – le fait que Khrouchtchev ait rêvé d’une armée, limitée aux seules forces nucléaires.

Le discours politique

4Quelles qu’aient été les raisons profondes qui ont conduit à l’énoncé de ce discours sur la stratégie soviétique à l’âge nucléaire, c’est bien au cours de cette session que le pouvoir politique en présente les grandes lignes. Un pouvoir représenté par le premier ministre-premier secrétaire du PCUS et par le ministre de la défense.

5Certes, le style quelque peu désordonné de Khrouchtchev contraste-t-il avec celui, plus rigoureux, de son ministre de la défense. Là où le premier énonce, dans le désordre la nouvelle stratégie, le second reprend, précise, ordonne la pensée d’un Khrouchtchev qui ne paraît pas à l’aise dans le maniement de ces concepts. Car, ces questions, pour être essentiellement du ressort du politique, n’en exigent pas moins quelques connaissances plus techniques.

6Quelles sont les principales caractéristiques de cette stratégie, développées au cours de cette session et permettant de justifier la réduction des forces soviétiques de plus d’un million d’hommes ?

Le discours de Khrouchtchev

  • 1 Compte rendu sténographique de la session (V.4) du Soviet Suprême, op. cit. p. 36-37.

7Après avoir réaffirmé le ralentissement voire l’arrêt de la production de techniques périmées – bombardiers, flottes de surface –, Khrouchtchev insiste sur la puissance de feu énorme représentée par les armes nouvelles. Celles-ci doivent permettre à l’URSS de « rayer de la carte » le ou les pays qui seraient « assez fous pour lancer une offensive contre l’URSS et les autres pays socialistes »1.

  • 2 Ibid. p. 37.

8Certes, selon Khrouchtchev, l’URSS subirait également de graves dommages, mais elle survivrait en raison de l’immensité de son territoire et d’une concentration démographique moindre, comparativement à celle d’autres pays. De cela, il ressort – et l’on retrouve l’un des leitmotive du discours khrouchtchévien depuis 1954 – qu’une « future guerre serait non seulement la dernière guerre du capitalisme mais aussi son tombeau ». En d’autres termes, « le peuple soviétique, peut être rassuré : ses forces armées modernes garantissent pleinement l’invincibilité du pays »2.

  • 3 Ibid. p. 38.

9De plus, une attaque, même par surprise, contre l’URSS ne pourrait conduire à sa défaite, car elle ne pourrait détruire d’un seul coup tous les stocks d’armes nucléaires et la priver ainsi d’une capacité de riposte. En effet, affirme Khrouchtchev, l’URSS a doublé voire triplé chaque système d’arme nucléaire, ce qui lui permet, dans tous les cas, d’effectuer une frappe en riposte. De plus, ces forces sont non seulement réparties sur l’ensemble de l’immensité du territoire soviétique mais, en plus, sont cachées des regards indiscrets3.

10Ces affirmations du premier secrétaire méritent quelques commentaires. Que « l’impérialisme » ne soit plus à même de porter ce que l’on appellera une « première frappe désarmante » est, en 1960, tout à fait indubitable. Les moyens de détection sont encore peu fiables, le nombre et la précision des armes nucléaires insuffisants pour détruire en une seule frappe l’arsenal adverse en le privant de toute capacité de riposte. Mais ceci se vérifie tout autant sinon plus pour ce qui concerne l’URSS.

11Plus étonnant, par contre, est cette affirmation sur le dédoublement de chaque système d’arme nucléaire, tout au moins sur le plan militaire. Il entre pourtant parfaitement dans la logique du discours triomphaliste khrouchtchévien qui ne fera que s’accentuer à partir de cette date. En effet, l’URSS ne dispose, en 1960, que de quatre à dix missiles SS 6 dont on a vu tout les points faibles.

12D’où deux hypothèses, non exclusives l’une de l’autre. Soit, il s’agit d’une de ces vantardises coutûmières de Khrouchtchev. Mais une telle vantardise ne serait pas nécessairement gratuite. Sur le plan international, elle lui permet une nouvelle fois d’affirmer sa supériorité sur les Etats Unis à un moment où le mythe du missile gap bat encore son plein. Mais sur le plan interne, elle constitue un argument de poids permettant de justifier la réduction des forces et de réaffirmer que la sécurité de l’Etat est maintenue.

13L’autre hypothèse est que les SS 6 ne seraient pas les seules armes auxquelles Khrouchtchev aurait fait allusion dans ce discours et que l’échange de frappes nucléaires entre l’URSS et les Etats Unis n’est pas la seule hypothèse conflictuelle envisagée. Il est, en effet, très vraisemblable, et cela transparaît – malgré des discours qui annoncent en apparence le contraire, et ce, depuis que l’URSS dispose des armes nucléaires, ICBM compris – que l’Europe a toujours été considérée comme le champ de bataille privilégié de tout éventuel conflit est-ouest.

  • 4 Le nombre de SS 4 déployés en 1960 est estimé à 200. Voir notamment BERMAN (R) BAKER (J), op. cit. (...)

14Dans ces conditions, aux côtés des SS 6, doivent être pris en considération les missiles SS 4, déployés depuis 1958 et éventuellement les SS 5 qui viennent de subir leurs premiers essais en vol. Il s’agit, de plus, d’armes considérées comme plus fiables que le SS 6 et qui sont déployées en un infiniment plus grand nombre que les ICBM4.

15De plus, et renforçant la validité de cette hypothèse, il ne faut pas oublier que la nouvelle armée des missiles stratégiques inclut ce type d’armes de portée intermédiaire. Ceci dénote indéniablement des intentions stratégiques du pouvoir soviétique : une guerre entre les deux systèmes pourrait certes conduire à un engagement direct des deux superpuissances sur leur territoire respectif, mais elle aurait plus de probabilités de se dérouler sur le seul théâtre européen.

  • 5 Compte rendu sténographique, p. 45.

16Plus loin dans son discours, Khrouchtchev décrit le déroulement des premiers instants d’une future guerre, qui se différencieraient largement de ceux des guerres passées. Cette description se situe dans le passage du discours consacré aux « buts pacifiques des propositions soviétiques ». Il y affirme que : « une guerre commencera avant tout dans la profondeur du territoire des Etats belligérants et que, dans ces conditions, il n’y aura pas une seule capitale, pas un seul centre industriel ou administratif, pas un seul secteur stratégique qui ne soit soumis à l’agression non seulement dans les premiers jours mais dans les premières minutes de la guerre »5.

17Il en résulte, mais cela n’est qu’implicite dans le discours de Khrouchtchev, que la phase initiale de la future guerre prendra une importance considérable pour la suite des opérations. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si la revue d’histoire militaire nouvellement créée a engagé un débat, dès le mois d’octobre 1959, sur la phase initiale de la Seconde Guerre mondiale (voir chapitre 10).

  • 6 On peut relever que Malinovskij est, avec Khrouchtchev, le seul à aborder cette question de la nouv (...)

18Coexistence pacifique et non-inévitabilité des guerres, surprise, défaite du capitalisme et guerre nucléaire, autant de thèmes abordés par Khrouchtchev dans son discours et qui constituent les principaux « ingrédients » de la future doctrine stratégique de l’URSS. Enoncés d’une façon quelque peu désordonnée et selon un fil conducteur plus politique que militaire, ces mêmes thèmes ont été repris et ordonnés par le ministre de la défense. Son discours permet de mieux cerner la logique de la nouvelle stratégie de l’URSS6.

Le discours de Malinovskij

  • 7 Compte rendu sténograghique de la session V.4 du Soviet Suprême, op. cit. p. 82.

19Au long discours de Khrouchtchev correspond celui, beaucoup plus bref, de Malinovskij qui, en quelques phrases met en place le cadre des nouvelles conceptions stratégiques soviétiques. Après un rappel de la nature de la dernière guerre et une approbation sans réserve de la décision de réduire les forces armées, Malinovskij énonce les principales qualités des missiles balistiques à tête nucléaire : il s’agit des « armes les plus efficaces, comparées à tous les moyens de combat ayant existé dans le passé et existant actuellement »7.

  • 8 Ibid. p. 83.
  • 9 Ibid. p. 84.

20Il décrit alors la future guerre comme devant donner une importance considérable aux « frappes nucléaires massives tant sur les objectifs de la profondeur des arrières que sur les groupements de forces sur le théâtre des opérations »8. Toutefois, même si les troupes des missiles constituent désormais la principale des cinq armées soviétiques, il est exclu « qu’une seule arme puisse résoudre à elle seule tous les objectifs de la guerre ». Dans ces conditions, la conduite d’une guerre victorieuse ne peut être effectuée que sur la « base d’une utilisation coordonnée de tous les moyens de lutte armée et de l’union des efforts de toutes les armées »9.

  • 10 Ibid. p. 84-85.
  • 11 Ibid. p. 85.

21Enfin, une future guerre sera menée, et c’est ce qui explique la réduction des forces, avec « une utilisation massive de l’arme nucléaire ». Ceci, par conséquent, rend caduque toutes les théories américaines de « guerre nucléaire limitée, d’utilisation tactique de l’arme nucléaire, de stratégie contrôlée, de stratégie de dissuasion etc, etc... »10. En effet, une telle « régulation » de la guerre nucléaire n’a aucun objet face à la « tâche principale » dévolue aux forces soviétiques et qui consiste à « repousser l’agression de l’adversaire et à lui porter instantanément un coup destructeur en riposte »11.

22Ceci représente en effet, selon le ministre, le meilleur moyen de contrer ce qui est le mode le plus vraisemblable de déclenchement d’une guerre contre l’URSS et qui consisterait en une « agression par surprise avec un usage massif de l’arme nucléaire ».

23Ces deux discours, prononcés le 14 janvier 1960 permettent, en les confrontant et en les additionnant, de tracer les grands traits de la stratégie soviétique d’alors. Une stratégie qui, au moins en termes de discours public, restera en vigueur jusqu’à la fin des années soixante-dix. On peut résumer ces caractéristiques en cinq points :

  • Selon les principes de la coexistence pacifique, les guerres, tant inter-impérialistes qu’entre les deux systèmes ne sont plus inévitables. Mais inévitable ne signifie pas impossible et donc, tant qu’existe l’impérialisme, le danger de guerre subsiste. Ceci est rappelé systématiquement dans tous les ouvrages soviétiques traitant des questions militaires et/ou internationales, jusque, et y compris, à la fin des années quatre-vingt12.
  • Si donc, guerre il y a, et cette guerre ne peut être déclenchée que par les impérialistes, elle sera nécessairement une guerre mettant en œuvre des missiles nucléaires qui seront utilisés massivement.
  • Dans cette guerre, la phase initiale prendra une importance considérable dans la mesure où le facteur surprise est devenu essentiel. La nécessité, officiellement exprimée de faire échouer toute attaque par surprise revient à empêcher l’ennemi de porter une première frappe désarmante, ce qui, implicitement, inclut l’adoption du principe d’une frappe préemptive.
  • A l’issue de cette phase initiale et nucléaire, une action combinée de toutes les autres forces doit assurer l’avantage obtenu par ces frappes et confirmer la victoire sur le terrain, réalisant ainsi le but stratégique ultime de la guerre car :
  • Même si l’URSS subit des destructions considérables, elle sortira nécessairement victorieuse d’un tel conflit car l’impérialisme, en tant que système social, ne pourra en aucun cas survivre à une telle confrontation.

24Voilà donc fixée, sinon figée, pour au moins vingt ans les grandes lignes de la doctrine stratégique de l’URSS telle qu’elle est issue de cette session du Soviet Suprême.

De la Session au Congrès : un contexte de crises

25Les mois qui vont suivre et qui séparent cette session du Soviet Suprême du 22ème Congrès du PCUS ont été riches en péripéties et ont permis à l’URSS de préciser sa pensée militaire. L’incident de l’U2, l’aggravation de la tension à propos de Berlin qui verra son apogée le 12 août 1961, la révolution cubaine et sa première crise, en avril 1961, ou encore l’accélération de la polémique et de la tension avec Pékin, sont autant d’événements qui ont conduit les dirigeants politiques soviétiques à effectuer ce que l’on pourrait qualifier de « travaux pratiques » sur leur discours stratégique renouvelé.

26Certes moins synthétiques que les discours de Khrouchtchev et de Malinovskij au Soviet Suprême, ces différentes prises de position n’en permettent pas moins de désigner précisément le véritable adversaire, la véritable menace que l’on peut alors distinguer de l’ennemi principal et qui renforce l’hypothèse, déjà envisagée, de la limitation du futur conflit est-ouest au continent européen. Et ce, même si, au moins entre 1960 et 1962, le différend sino-soviétique détermine largement toutes les prises de position de Khrouchtchev sur les questions de la guerre et de la paix, y compris au plus fort des crises avec le monde occidental.

L’incident de l’U2

27Après son voyage triomphal – tout au moins sur un plan médiatique – aux Etats Unis, en septembre 1959, la rencontre au sommet de Paris de mai 1960 devait aborder les grandes questions du désarmement et, surtout, la question allemande. Or, quinze jours avant la date prévue pour cette rencontre, l’URSS abat un avion espion U2, survolant son territoire et capture, vivant, son pilote. Cet incident est la cause immédiate de l’échec de la Conférence de Paris. Mais notre propos n’est pas ici de développer cet aspect. Il s’agit plutôt de voir dans quelles conditions et pourquoi cet appareil a été abattu, et quelles réactions cet incident a suscité.

  • 13 « Vive le léninisme », Notes et Etudes Documentaires (NED), n° 3014, 31 juillet 1963, p. 3-20.
  • 14 Pravda, 10 mai 1960.

28Il faut tout d’abord remarquer que l’incident intervient quinze jours après la publication, par la Chine, de l’un des premiers grands textes théoriques mettant en accusation la politique soviétique et notamment sa conception des guerres13. C’est donc dans cette perspective de « vigilance » idéologique que Khrouchtchev réagit à l’incident de l’U2 tout en cherchant à l’exploiter de la meilleure manière. Sur l’incident lui même, Khrouchtchev a affirmé qu’il avait suffi d’un seul missile pour abattre l’avion espion. Ceci est repris par le ministre de la défense dans le discours qu’il prononce à l’occasion du quinzième anniversaire de la Victoire : « Nous avons observé avec vigilance le vol de l’espion aérien et, après avoir reçu du gouvernement soviétique l’ordre d’agir, les soldats soviétiques, armés de puissants équipements capables d’atteindre un hôte non invité à n’importe quelle altitude, ont abattu l’appareil du tout premier coup. Ils l’ont abattu d’une façon telle et en un lieu tel que les violeurs de frontières de notre patrie n’ont aucun moyen de nier leur responsabilité ou de prétexter d’une violation accidentelle de notre espace aérien »14.

  • 15 PENKOVSKI (O), op. cit. p. 338-339.
  • 16 FONTAINE (A), op. cit. T. 2, p. 378-379.

29La réalité est beaucoup moins avantageuse pour l’URSS puisqu’il aurait fallu non seulement quatorze tirs de missiles SAM 2 – dont un aurait abattu un chasseur soviétique – mais en plus, l’appareil américain n’aurait été atteint que par l’onde de choc provoquée par l’explosion du missile15. La question qui se pose est alors de savoir si, effectivement, l’URSS n’avait pas auparavant les moyens suffisants pour détruire ces appareils-espions qui survolaient l’URSS à une altitude de 24 000 m et ce, depuis plusieurs années ; et si ce ne serait qu’avec l’apparition des missiles SAM 2 que l’URSS a pu prétendre atteindre ces appareils américains16. C’est une possibilité.

30Il est également possible que Khrouchtchev, au courant de tels survols, ait pu juger opportun de prendre des mesures contre ces survols, non seulement en un jour symbolique, le premier mai, mais, surtout, lui permettant de participer à la Conférence de Paris soit en position de force, soit dans une position telle qu’il puisse la faire échouer sans perdre la face. Cette seconde hypothèse paraît la plus vraisemblable compte tenu du fait que Khrouchtchev semblait attendre d’autant moins d’une telle conférence que l’URSS n’a jamais été favorable à la négociation de quelque accord que ce soit avec un président sortant – en l’occurrence Eisenhower. C’est ainsi que le 4 mai, le premier secrétaire annonce son désir d’entente avec les Etats Unis, mais, dans le même temps, dénonce les forces qui visent à contrecarrer le rapprochement est-ouest.

  • 17 Voir notamment NED, n° 3014, op. cit. p. 23-25 (Pravda des 22 et 28 juin 1960).

31Pourtant, encore à Paris, et l’échec de la conférence s’avérant inéluctable, Khrouchtchev réaffirme la nécessité de la coexistence pacifique, sans toutefois oublier de rappeler qu’en cas de conflit, le capitalisme serait détruit. C’est d’ailleurs un discours similaire qu’il tient le mois suivant à Bucarest à l’occasion à la fois du IIIème Congrès du PC roumain (21 juin) et de la conférence des PC au pouvoir qui lui succède immédiatement. En fait, en ces deux occasions, c’est plus directement aux dirigeants chinois qu’il s’adresse, estimant qu’il serait absurde de vouloir déclencher une guerre pour le principe, avec un adversaire moribond. Car, si l’éventualité d’une guerre ne peut être exclue, « il va de soi que les impérialistes ne veulent pas déclencher une guerre qui les détruirait eux mêmes »17.

La crise ouverte avec la Chine

32Mais c’est surtout à l’occasion de la Conférence des quatre-vingt-un partis communistes et ouvriers qui se réunit à Moscou en novembre 1960 que Khrouchtchev développe ses idées de la future guerre. Dans les semaines qui avaient précédé cette conférence, notamment lors de son séjour new yorkais, à l’occasion de la session de l’Assemblée Générale de l’ONU, il avait, au contraire, insisté sur les questions du désarmement.

  • 18 Pravda, 25 septembre 1960.

33Si l’on excepte le fameux « incident » du coup de chaussure à la tribune de l’ONU, tout au long de son séjour à New York, le premier secrétaire insiste plus particulièrement sur le nouveau plan de désarmement général et complet qu’il propose à l’Assemblée Générale le 23 septembre 196018. On retrouve d’ailleurs dans cette proposition, l’utilisation à des fins externes de la décision de réduction des forces armées.

  • 19 HRUSCHEV (N) Za mir, za razoruženie, za svobody narodov (Pour la paix, le désarmement et la paix de (...)

34L’un des principaux thèmes abordés lors de cette session de l’Assemblée Générale de l’ONU est celui de l’émancipation des peuples colonisés dont Khrouchtchev se fait le défenseur inconditionnel. Alternant ainsi propositions de désarmement général et menaces, Khrouchtchev affirme ainsi, le 11 octobre, après avoir demandé le soutien de l’Assemblée Générale dans la conclusion d’un accord sur le désarmement et la protection de l’humanité contre la guerre, que : « si la guerre éclate, elle s’étendra sur toute la planète. Beaucoup ne réalisent pas encore ce que sera la future guerre... Si on nous impose la guerre, nous nous battrons pour notre pays et nous obtiendrons la victoire quel qu’en soit le prix »19.

  • 20 Ibid. p. 220.

35Il précise même, plus loin, dans un style imagé qui lui est parfois caractéristique : « vous ne nous faites pas peur. Notre économie est florissante, notre technique en plein essor, notre peuple uni. Vous voulez rivaliser dans une course aux armements ? Nous vous battrons ! Notre production de missiles marche à la chaîne. Il y a peu, j’étais dans une usine et je voyais comment les missiles sortaient : comme des saucisses ! »20

36Mais, en soufflant ainsi le chaud et le froid, durant son séjour new yorkais, et mis à part son style particulier, Khrouchtchev n’a rien fait d’autre que de respecter les traditions soviétiques dans ce domaine.

37La déclaration publiée à l’issue de la Conférence des 81 PC, tout en respectant, elle aussi, les traditions du mouvement communiste international, n’en est pas moins fort instructive pour notre sujet. Elle permet en effet de préciser, derrière la polémique sino-soviétique, la définition des menaces telles qu’elles sont perçues par l’URSS en ce début des années soixante.

38Un premier point, lié aux discours et déclarations prononcés aux Nations Unies le mois précédent, concerne la question de l’accélération du processus de décolonisation. On a vu (voir chapitre 1) que la notion de crise générale du capitalisme – comme celle de la coexistence pacifique – est intimement liée à une perception du rapport des forces dans le monde, mais également liée aux conceptions soviétiques de la guerre. Après l’adoption des principes de coexistence pacifique et de non-inévitabilité des guerres, le processus « d’aggravation de la crise générale du capitalisme » aurait pu être considéré par certains comme interrompu.

39Il fallait, par conséquent, trouver un moyen de répercuter sur cette notion, partie intégrante du champ idéologique soviétique, le sentiment toujours croissant, non plus seulement de renforcement du système socialiste, mais également de son accession à la supériorité sur le système capitaliste. C’est le processus de décolonisation et le développement des mouvements de libération nationale qui en donnent l’occasion à l’URSS. La prise du pouvoir, en janvier 1959, par le mouvement castriste, à Cuba, aux portes des Etats Unis, a sans doute constitué pour l’URSS un élément, essentiel dans l’actualisation de la notion.

  • 21 NED, n° 2734, 20 décembre 1960, p. 5 (Pravda, 6 décembre 1960).

40Au cours de cette conférence des 81 PC, il a donc été fait directement allusion à la « crise générale du capitalisme qui est entrée dans une nouvelle phase ». Or, contrairement aux deux précédentes étapes, « cette nouvelle phase a ceci de particulier qu’elle n’est pas apparue à la suite d’une guerre mondiale mais qu’elle a surgi dans les conditions de la compétition et de la lutte entre les deux systèmes »21.

  • 22 Entretiens à l’IMEMO, Moscou, janvier 1976.

41Cette introduction d’une nouvelle phase de la crise générale du capitalisme n’est pas seulement l’effet du « volontarisme khrouchtchévien » comme cela a été suggéré par les Soviétiques à la fin des années soixante-dix22. Certes, l’on peut effectivement s’interroger sur l’existence d’un changement qualitatif de la nature du capitalisme à la fin des années cinquante. Mais il semblerait plutôt que l’introduction de la troisième étape de la crise générale ait également constitué une réponse aux critiques de la coexistence pacifique, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, et notamment en Chine. Il s’agissait, pour le pouvoir soviétique, de démontrer que, même en période de coexistence, le processus révolutionnaire mondial poursuivait sa marche inexorable et cela, même sans avoir eu besoin d’un conflit généralisé.

42Par contre, ce changement de rapport des forces induit par la troisième étape de la crise générale n’est, contrairement aux deux premières, qu’un changement relatif et non absolu. En effet, en 1917, comme en 1945, les pertes du système capitaliste conduisent à un gain direct pour le système communiste. A la fin des années cinquante – et il est de ce point de vue significatif qu’il n’existe pas de date précise marquant le début de la troisième étape – les pertes de l’impérialisme ne constituent pas des gains immédiats pour le communisme. Soit, comme à Cuba, il s’agit d’un gain différé ; soit, comme pour la majorité des pays ayant acquis leur indépendance – et ils sont particulièrement nombreux en 1960 – il ne s’agit que d’un gain relatif. La réduction de la sphère d’influence occidentale affaiblit son système et, par conséquent le rapport des forces entre les deux systèmes à vocation mondiale se voit modifié en faveur de l’URSS dont le poids absolu reste alors inchangé.

43Or, l’annonce de ce changement dans le rapport des forces correspond également au discours triomphaliste sur la puissance militaire soviétique, un discours qui ne cesse dès lors de se développer et prend une ampleur considérable durant la première moitié des années soixante.

44En d’autres termes, la confrontation et la compétition entre les deux systèmes ne se situe plus seulement selon un axe est-ouest mais également selon un axe nord-sud. Le tiers-monde devient une nouvelle priorité de la politique soviétique même si, en 1960, elle n’a pas encore les moyens militaires d’une telle politique.

45Cela dit, ce n’est pas parce que l’URSS découvre – ou plus précisément intègre dans l’arsenal conceptuel de son idéologie – une nouvelle politique et un nouveau pôle d’intérêt pour le développement de sa puissance et de son système que l’axe est-ouest est pour autant négligé. Au contraire, au début des années soixante, la question allemande reste au centre des préoccupations soviétiques, sur un plan non seulement diplomatique, mais également stratégique.

Menace principale et ennemi principal

46On a vu que le choix d’intégrer les missiles de portée intermédiaire dans les forces des missiles stratégiques reflétait une vision essentiellement européenne du champ d’affrontement entre les deux systèmes.

47L’ensemble des discours politiques et politico-militaires de 1960 et 1961 confirme particulièrement clairement cette vision. Ainsi, derrière le discours officiel et traditionnel dénonçant l’ennemi principal, on retrouve la désignation très explicite de la source de la menace principale. Cette distinction entre la menace et l’ennemi principal n’a jamais été aussi clairement exprimée dans la littérature soviétique que durant ces années où la crise de Berlin croissait jusqu’à atteindre son paroxysme en août 1961.

  • 23 Krasnaja Zvezda, 20 janvier 1960.
  • 24 Krasnaja Zvezda, 23 février 1960.

48Ainsi, dès le 20 janvier, rendant compte aux « officiers activistes » de la garnison de Moscou de la session du Soviet Suprême qui venait de s’achever, le maréchal Malinovskij insiste sur la puissance considérable de l’armée soviétique et affirme que, pour rayer de la carte un pays agresseur « nous avons pour cela des possibilités bien plus grandes que, par exemple, Adenauer et son ministre de la défense qui ont déjà souvent et bêtement menacé de rayer l’Union Soviétique de la face du monde »23. Un mois plus tard, le maréchal Gretchko, futur successeur de Malinovskij, aborde directement la menace de la Bundeswehr dotée de missiles « ce qui constitue un premier pas vers le nucléaire »24.

  • 25 Pravda, 10 mai 1960.

49De même, dans son discours pour le quinzième anniversaire de la victoire, et malgré l’incident de l’U2 qui vient de se produire et qu’il dénonce également violemment, Malinovskij insiste toujours sur la menace allemande. Tout en constatant que le système impérialiste est dominé par les Etats Unis, que ces derniers poursuivent leurs provocations et mènent une politique de guerre froide, les attaques contre Washington – sommet de Paris oblige – restent formulées en termes très généraux. Par contre, la RFA y est directement fustigée : « l’idée de guerre est prônée par les revanchistes allemands et japonais qui veulent de nouveau assumer le rôle d’initiateur d’une nouvelle campagne anti-soviétique et anti-communiste et rallumer les feux de la guerre en Europe et en Asie »25.

  • 26 Ibid.

50Mais il est encore plus frappant de constater que, toujours à propos de l’incident de l’U2, la condamnation des Etats Unis par Malinovskij reste à un niveau essentiellement politique sinon rhétorique. Par contre, il menace explicitement de représailles militaires « les pays qui se rendent complices de tels actes » en laissant leurs aérodromes à la disposition de tels avions. « Les équipements actuels sont tellement perfectionnés qu’ils nous montrent infailliblement de quels terrains les violeurs décolent et nous avons le droit de prendre, dans ce cas, toute mesure contre ces bases et terrains et nous pouvons détruire ces bases, faisant en sorte qu’il n’en reste rien »26.

51Cette distinction entre l’ennemi principal et la menace principale s’est tout particulièrement exprimée dans la déclaration de la Conférence des 81 PC. Ceci n’a rien d’étonnant compte tenu de la nature essentiellement idéologique de telles réunions. Il faut, en effet, des positions relativement simples et claires à transmettre aux « partis-frères » qui, tous, ne maîtrisent pas nécessairement l’art de la dialectique des théoriciens du PCUS !

52Dans le texte de cette déclaration sont, naturellement, dénoncés, dans l’ordre, « l’impérialisme et son corrolaire : la guerre » ; puis « l’impérialisme américain principale force d’agression et de guerre ». C’est, en effet, ce dernier qui entraîne des pays comme la Grande Bretagne, la France ou la RFA dans les blocs militaires, pays dans lesquels il a pu installer ses bases « sous le couvert de la lutte contre le communisme ». Tout ceci n’est pas neuf ! Par contre, beaucoup plus virulente que par le passé est la dénonciation du « revanchisme » et du « militarisme » allemands.

  • 27 NED, n° 2734, art. cit, p. 8.

53Si les Etats Unis sont la principale force d’agression, la RFA, par contre, « entend réaliser ses propres plans d’agression... à l’instar de la clique hitlérienne dans le passé ». D’où la conclusion qui s’impose que « l’Etat de Bonn est devenu l’ennemi numéro un de la coexistence pacifique, du désarmement, de la détente en Europe »27.

54Certes, l’on pourrait ne voir là qu’une stratégie déclaratoire un peu plus offensive qu’à l’ordinaire, compte tenu de la crise qui se développe autour de la question de Berlin et de la menace, proférée par Pankow et reprise par Moscou, de signer un traité de paix séparée qui mettrait en cause la présence occidentale à Berlin. Pourtant, si l’on confronte ce discours « politique » au discours « politico-militaire » et au développement des armements, on peut sérieusement penser que, au moins à cette époque, il ne s’agit pas seulement de « littérature ».

  • 28 Krasnaja Zvezda, 13 septembre 1961. On peut préciser que, sur la première page du numéro de ce jour (...)

55L’exemple le plus frappant, le plus « militaire » qu’ait donné sur ce point la littérature ouverte est sans doute un article du maréchal Moskalenko, le successeur du maréchal Nedelin à la tête des troupes des missiles stratégiques. Cet article, publié en septembre 1961, c’est à dire un mois après l’érection du Mur peut fort bien être lu comme une volonté de l’URSS d’éviter l’élargissement du conflit « mondial » en un conflit « intercontinental », et de chercher à le limiter au continent européen : « Maintenant qu’il existe des armes nucléaires et des missiles, les milieux militaristes américains ne peuvent plus attacher la même importance à leurs bases dans les pays de l’OTAN. Des missiles tactico-opératifs suffiraient à les détruire. Des missiles intercontinentaux ne seraient même pas nécessaires »28. Mais, dans le même temps, Moskalenko informe également ses lecteurs de l’expérimentation, « du 13 au 15 septembre, dans le Pacifique, de versions de missiles améliorés et plus puissants ».

  • 29 Voir notamment le communiqué du Comité Politique Consultatif du Pacte de Varsovie (Pravda, 31 mars  (...)

56Mais, pour revenir aux attaques contre le « revanchisme et le militarisme allemands », on constate qu’elles se poursuivent jusqu’à l’érection du mur, puis que, progressivement, ce rythme se ralentit29. Ce thème reste néanmoins prêt à resurgir, dès lors que l’URSS a besoin de renforcer la cohésion des pays du Pacte de Varsovie autour d’elle. De plus, ce ralentissement du rythme des accusations ne signifie pas pour autant que la perception de la menace la plus immédiate pour l’URSS ait changé. Il semble, d’ailleurs, qu’il faudra attendre la fin de la décennie pour que ce discours devienne l’exception et non plus la règle.

57Mais, c’est aussi dans cette atmosphère de crise est-ouest sur le front européen qu’intervient la première crise de Cuba, celle de la tentative de reprise du pouvoir par un groupe d’émigrés cubains, entraînés aux Etats Unis et qui débarquent, le 15 avril 1961, dans la Baie des Cochons.

La première crise de Cuba

  • 30 Voir notamment LEVESQUE (J), L’URSS et la Révolution Cubaine, paris, Presses de la FNSP, 1976, p. 5 (...)
  • 31 Déclaration du gouvernement soviétique, Izvestija, 18 avril 1961.

58Bien que Moscou n’ait reconnu le caractère « socialiste » de la révolution cubaine qu’un an après la crise de la « Baie des Cochons », elle n’en prend pas moins très rapidement fait et cause en faveur des castristes qu’elle soutenait déjà économiquement30. Cependant, tout en affirmant que « l’URSS et tous les pays épris de paix n’abandonneront pas le peuple cubain et lui apporteront toute l’aide nécessaire pour arrêter l’agression contre Cuba et leur soutien à la juste lutte pour la liberté et l’indépendance de Cuba »31, il est évident que Moscou ne songe à aucun moment à apporter une aide militaire directe à un pays, non seulement qui n’est pas considéré comme socialiste mais qui, de surcroît, se situe dans la zone d’influence américaine.

  • 32 Izvestija, 18 avril 1961.
  • 33 Izvestija, 22 avril 1961.

59En fait, Moscou pense vraisemblablement à autre chose. Il s’agit pour elle d’exploiter cet événement ailleurs, d’effectuer un report de crise dans une région qui la concerne plus directement. En effet, dans le message que Khrouchtchev adresse le même jour, le 18 avril, au président américain – et l’allusion paraît avoir été clairement perçue par les intéressés – il est dit : « la technique militaire et la situation politique internationale sont désormais telles que toute soi-disant « petite guerre » peut entraîner une réaction en chaîne dans toutes les régions du globe »32. Et, dans sa réponse à la réponse de Kennedy, il renouvelle sa menace : « est-il possible d’agir d’une façon telle que l’on cherche, dans une région, à régler une question et à éteindre un incendie et que, dans une autre région, l’on cherche à allumer un nouvel incendie »33.

60Cette réaction à la crise de la Baie des Cochons est intéressante à plus d’un titre. A priori, les réactions de Khrouchtchev ne se différencient pas de celles qu’il a eues au moment de la crise de Suez, en 1956. En menaçant du déclenchement d’un conflit mondial à partir de l’escalade qui interviendrait dans un conflit local, il ne fait que reprendre un discours habituel de l’URSS, condamnant les guerres locales. Ce qui, par contre, est plus neuf est l’allusion très directe à une menace de reporter la crise en un autre lieu, en l’occurrence sur Berlin. Ceci, de plus, intervient à un moment où les deux principaux protagonistes doivent se rencontrer à Vienne pour, entre autres choses, discuter de cette question de Berlin.

61Il est indéniable que, pour les raisons exposées plus haut, mais aussi en raison d’un manque évident de moyens de projection de force militaire au-delà de sa périphérie immédiate, Moscou ne voulait et/ou ne pouvait pas agir militairement à Cuba. Ce manque de moyens se fera d’ailleurs très nettement sentir, dix-huit mois plus tard, au moment de la « crise des missiles ». Par contre, s’il faut absolument en venir à un affrontement avec les « forces impérialistes », alors, Berlin et l’Allemagne constituent bien le terrain le plus favorable pour l’URSS. Là, les forces soviétiques sont effectivement à même de porter le « coup destructeur » – nucléaire ou non – promis depuis le début des années cinquante, si ce n’est depuis les années trente.

62C’est dans cet environnement de crises – ouvertes ou latentes, autonomes ou couplées avec d’autres crises, réglées ou en instance de réglement – que s’ouvre, le 17 octobre 1961, le XXIIème Congrès du PCUS.

Le Congrès du PCUS

  • 34 Le maréchal Malinovskij qualifiera même, dans son discours au Congrès, cette session de « session h (...)

63On retrouve, dans le déroulement du XXIIème Congrès, ce Congrès au cours duquel Khrouchtchev envisageait de rattraper et de dépasser les Etats Unis et de construire le communisme en URSS en 1980, la même « division du travail » que lors de la session du Soviet Suprême de janvier 196034. Khrouchtchev trace à grands traits, mais éparpillés dans son discours, les caractéristiques de la nouvelle politique de défense de l’URSS. Malinovskij reprend ce même thème – c’est en fait l’essentiel de son discours, ce qui paraît logique ! – mais surtout, l’ordonne, le rationnalise, le précise.

64Sur le fond de la réflexion stratégique, les discours du Congrès n’apportent pas grand chose de neuf par rapport à la session de janvier 1960. Mais il est indéniable que le Congrès étant la plus haute instance politique en URSS, tout ce qui en émane vaut instauration de la nouvelle ligne. Il est d’ailleurs significatif que si, on l’a vu, aucune session du Soviet Suprême n’avait autant donné la parole à l’armée que celle de janvier 1960, l’armée a été fort peu présente à la tribune du Congrès. Malinovskij est, en effet, le seul militaire à y prendre la parole. Mais il existe une logique certaine à cette situation.

L’armée soviétique et la supériorité de l’URSS

65Si l’armée soviétique est d’abord l’armée du PCUS, elle n’en est pas moins un des éléments de l’appareil d’Etat. Il est donc institutionnellement logique que les militaires prennent plutôt la parole dans un cadre étatique – le Soviet Suprême – que dans celui du parti, ne serait-ce que pour respecter un semblant de séparation des pouvoirs ! Ceci n’empêche pas, bien sûr, que les questions militaires soient abordées aux Congrès du PC, ni même que des officiers soient délégués à ce « parlement du PC » qu’est le Comité Central.

  • 35 A l’issue du Congrès, le nombre de militaires membres plein du CC passe de six à quatorze (Malinovs (...)
  • 36 Voennyj Eficikiopedičeskij Slovar’ op. cit. (article Sokolovskij).

66On constate en effet qu’à l’issue du XXIIème Congrès et du renouvellement du Comité Central, les militaires y sont plus largement représentés que par le passé35. On peut penser que cette entrée d’officiers généraux au Comité Central est une des conséquences du large mouvement de personnel effectué par Khrouchtchev depuis 1957 et surtout depuis 1960. Il s’agit, pour le premier secrétaire, de remercier certains officiers du soutien qu’ils ont apporté à sa politique. Mais, dans le même temps, il lui était difficile d’écarter trop brutalement d’autres officiers « opposés » à cette politique et dont la popularité au sein de l’armée était incontestable. Ceci a notamment été le cas de Sokolovskij qui passe de membre plein à membre suppléant36.

67En ce qui concerne le discours sur la politique de défense de l’URSS, Khrouchtchev insiste essentiellement sur trois points : la politique de manœuvre de crise par les occidentaux, la supériorité militaire soviétique et le perfectionnement de ses forces.

68Au fur et à mesure que l’on avance dans le temps, le discours khrouchtchévien se fait plus triomphaliste. Cette approche a été amorcée à partir de 1957, c’est à dire après le lancement du premier ICBM et du Spoutnik. Mais elle prend une forme systématique à partir du début des années soixante. Cette systématisation est certes due au perfectionnement des armes soviétiques. Mais, on a vu que, dans ce domaine, la supériorité de l’URSS n’était qu’un leurre et que ses dirigeants savaient, pour la plupart, dans quel sens jouait le missile gap.

  • 37 Krasnaja Zvezda, 8 juillet 1961.

69Mais cette systématisation tient également à la perception d’un affaiblissement du système opposé – décolonisation, introduction d’une troisième étape de la crise générale du capitalisme. On peut également se demander si elle n’aurait pas eu également pour cause de rassurer une armée qui, on l’a vu, n’avait pas accepté sans quelque grogne, la réduction de ses forces annoncée en janvier 1960. Ce processus a d’ailleurs été suspendu en juillet 1961 à un moment où la tension entre les deux systèmes, autour de la question allemande et du statut de Berlin s’était brutalement accrue37.

  • 38 XXII S’ezd op. cit. T. 1, p. 17.

70Tout ceci conduit Khrouchtchev à réaffirmer, dès le début de son discours au Congrès, que « tout le nécessaire a été fait pour assurer la supériorité de notre pays pour sa défense »38.

  • 39 Ibid. p. 42.
  • 40 Ibid. p. 18.

71Cette situation de supériorité permet à l’URSS, selon Khrouchtchev, de lancer des plans de désarmement général et complet sans avoir à menacer qui que ce soit39. A l’inverse, « les méthodes d’épouvante et de menace ne sont pas des signes de force mais témoignent de l’affaiblissement du capitalisme, de l’aggravation de sa crise générale »40.

  • 41 Ibid. p. 18.
  • 42 Ibid. p. 38.
  • 43 Ibid. p. 46-47 (On peut relever que le Proche Orient n’est pas mentionné parmi les questions à réso (...)

72Cela dit, même affaibli, l’impérialisme, notamment américain, n’en constitue pas moins « une menace pour la paix mondiale » en cherchant « à allumer l’incendie d’une nouvelle guerre, à tester la stabilité du système socialiste »41. Et de citer les crises qui se sont produites depuis le XXème Congrès et dans lesquelles, selon Khrouchtchev, l’impérialisme porte une responsabilité particulière : Suez, Budapest, Syrie, Irak, Liban, Jordanie, « parallèlement à la tension à Taïwan qui appartient à la RPC », le survol du territoire soviétique et le torpillage du sommet de Paris, enfin, Cuba et la tentative d’intégration du Laos dans l’OTASE42. A l’inverse, l’URSS n’a d’autre objectif que de promouvoir la paix, de mettre fin au colonialisme et de résoudre les problèmes régionaux en Europe et en Extrême Orient43.

73Le troisième point abordé par Khrouchtchev concerne le perfectionnement des armements ou, selon une expression qu’il utilise et qui deviendra – mais elle ne l’est pas encore – l’un des grands mots d’ordre des années à venir : « la révolution dans la chose militaire ».

Les réalisations militaires et la stratégie

  • 44 Ibid. p. 17.

74Pour ce qui concerne les questions stratégiques, on peut relever que celles-ci ont été abordées par Khrouchtchev non pas dans la partie de son discours consacrée à « la situation mondiale actuelle et la position internationale de l’URSS », mais dans la partie suivante qui traite, selon un angle plus économique de « l’entrée de l’URSS dans la période de construction du communisme ». Le premier secrétaire insiste sur le lien qui existe entre le développement de la puissance économique et celui de la capacité défensive de l’URSS. Il avait en effet rappelé, au tout début de son discours, que ce sont « les succès obtenus dans la production socialiste dans la science et la technique soviétiques » qui ont permis la « révolution dans la chose militaire »44.

  • 45 Ibid. p. 54.

75Parmi ces succès, ce sont bien entendu les missiles nucléaires qui sont mis en avant dans le discours de Khrouchtchev. Certes, ce dernier affirme-t-il que « le réarmement de l’armée soviétique en missiles nucléaires est totalement réalisé ». Ceci signifie que toutes les armées, de terre, de l’air, de la PVO et de la marine sont dotées de missiles nucléaires de toutes portées et de toutes catégories : sol-sol, sol-air, air-sol, mer-sol, mer-mer. Mais, tel n’est pas, semble-t-il, l’objet principal de la fierté du premier secrétaire. Cet objet de fierté est triple : la confirmation du lancement d’un missile d’une portée de 12 000 Km, ayant une grande précision de tir attestée non seulement par les navires soviétiques postés pour contrôler cette précision, mais, également, constatée et confirmée par les bâtiments américains postés dans le même secteur : « bien sûr, nous croyons nos camarades qui étaient sur nos navires. Mais nous avons eu en quelque sorte un double contrôle de la part de nos adversaires »45.

  • 46 Il est possible que ce soit les essais de ces missiles auxquels Moskalenko faisait référence dans s (...)

76Ce missile dont parle Khrouchtchev est vraisemblablement le SS 7, testé à la fin de l’année 196146 et dont les caractéristiques correspondent à celles données par Khrouchtchev, au moins en ce qui concerne la portée. La question qui se pose est de savoir s’il s’agit également de ce même missile que, à partir de l’année suivante, la littérature politique et militaire qualifiera de « missile global » ? C’est une possibilité mais non une certitude. On reviendra plus loin sur ce point.

  • 47 Ibid. p. 55 La déclaration du gouvernement soviétique du 31 août 1961 (Pravda du même jour) annonça (...)

77Le second sujet de fierté de Khrouchtchev concerne les essais nucléaires qui, on peut le rappeler, ont repris en août 1961, après leur interruption, décidée en 1958. A la fin d’octobre 1961 – quelques jours avant la réunion du Congrès – a été expérimentée une bombe thermonucléaire d’une puissance de 50 MT. Mais l’URSS possède également une bombe de 100 MT. Celle-ci, cependant, n’a pas été testée en raison des risques que pourrait comporter un tel essai « même dans les territoires les plus reculés »47.

  • 48 Ibid. p. 55.

78Enfin, et c’est peut-être le plus original, Khrouchtchev accorde, dans son discours une place et une importance considérables aux sous-marins et à leurs missiles. Peut-être également, pour la première fois dans l’histoire des Congrès du PCUS, un orateur avance explicitement des arguments fondés directement sur des considérations de stricte géopolitique pour appuyer son raisonnement : « nos adversaires bâtissent une flotte sous-marine dotée de missiles balistiques. Nous équipons notre flotte de missiles balistiques et auto-guidés... Nos adversaires se préparent à tirer de leurs sous-marins sur notre territoire et sur celui des pays socialistes. Nous sommes prêts à riposter en tirant sur des objectifs tant basés à terre que sur mer. L’URSS est une puissance continentale. Celui qui veut déclencher une guerre contre nous sera obligé de surmonter l’espace maritime. C’est pourquoi nous créons une puissante flotte sous-marine dotée de missiles balistiques et auto-guidés qui pourront, à des centaines de kilomètres, tirer sur des bâtiments en mer qui s’approcheraient des frontières des pays socialistes »48.

79Un tel argument est certes peu convaincant pour justifier l’existence de sous-marins lanceurs d’engins. Mais, en fait, derrière cette argumentation, il semblerait que Khrouchtchev ait eu pour objectif essentiel de montrer que, même si l’URSS déploie des sous-marins, la fonction de la marine soviétique reste inchangée : celle, essentiellement défensive, de garder les frontières maritimes de l’URSS. Cela signifie-t-il que les sous-marins soviétiques n’auraient pas été, à l’époque, à même de tirer sur le territoire américain ? Ou que, trop bruyants, ils auraient été facilement repérés, en s’approchant trop près des côtes américaines ? Ce sont deux possibilités. Mais ce discours correspond également à un sentiment profond du premier secrétaire à l’égard de la fonction des forces navales. Il s’agit avant tout de « protéger les conquêtes du socialisme » et de porter « un coup destructeur sur l’agresseur, y compris sur ses porte-avions qui, en cas de guerre, constitueront une bonne cible pour les missiles lancés de nos sous-marins ».

  • 49 Ibid., T. 2, p. 118 (Discours de Malinovskij).

80En d’autres termes, en 1961, les missiles nucléaires lancés de sous-marins ne seraient, officiellement, rien d’autre que des sortes de « super-torpilles » nucléaires destinées à combattre les bâtiments les plus importants de la flotte adverse. Le fait, par ailleurs que ces missiles n’aient vraisemblablement pas été intégrés dans la nouvelle armée des missiles stratégiques semblerait confirmer que la mission de la marine reste limitée, malgré les déclarations du ministre de la défense qui affirmait, avec un peu d’avance sur les réalités – mais cela entre dans la perspective triomphaliste du discours d’alors – que ces engins sont capables de passer sous la banquise. Or, il est indéniable qu’une telle amélioration technique donnera indéniablement à ces bâtiments une dimension nouvelle, permettant un renforcement des positions stratégiques de l’URSS49.

81Le relativement long développement que Khrouchtchev consacre aux sous-marins n’aurait peut être pas eu d’autre fonction que de remettre à leur place les marins qui, disposant de nouveaux bâtiments, auraient pu espérer voir leur poids et leur rôle s’accroître. Si la « crise » de 1955-1956 paraît être achevée, il n’est pas impossible qu’à un niveau inférieur, l’amiral Gorškov, qui semble être resté relativement soumis durant la direction khrouchtchévienne, n’ait eu affaire à des revendications corporatistes exigeant une réévaluation du rôle de la marine dans la nouvelle stratégie. Une telle réévaluation aurait alors conduit également à certains avantages moraux et budgétaires supplémentaires. Le discours de Khrouchtchev met fin, pour quelque temps encore, à tous les espoirs des marins.

Le discours de Malinovskij

82Le ministre de la défense reprend les mêmes arguments que le premier secrétaire sur les sous-marins. Mais il est relativement plus discret sur ce thème que sur d’autres et notamment sur celui de la défense anti-aérienne. C’est, en effet, à partir du début des années soixante que le thème de la PVO, et surtout celui de la défense anti-missile (PRO) commence à occuper une grande place dans les préoccupations soviétiques. Cette place ne cessera de s’amplifier jusqu’aux premiers projets de négociations stratégiques avec les Etats Unis, c’est à dire jusqu’en 1968. Ils cessent dès lors de faire partie du discours, mais recherches et essais n’en continuent pas moins très activement (voir chapitre 13).

  • 50 Ibid., T. 2, p. 111.

83Le discours de Malinovskij reprend les grandes lignes de la nouvelle stratégie avancée près de deux ans auparavant. Il les résume ainsi : « La guerre mondiale... aura inévitablement le caractère d’une guerre de missiles nucléaires, c’est à dire d’une guerre où les armes nucléaires seront le principal moyen d’attaque et les missiles, leurs principaux vecteurs. Le début, comme le déroulement de cette guerre seront différents de ceux des guerres passées »50.

  • 51 Ibid., T. 2, p. 112.
  • 52 Ibid., T. 2, p. 112.

84Ces armes nucléaires serviront à porter un « coup destructeur » contre les « centres vitaux » et les « groupements de forces » adverses et permettront « d’obtenir, dans les plus brefs délais, des résultats militaires décisifs, à n’importe quelle distance et sur de vastes territoires »51. Ceci conduira, pour les pays engagés dans la guerre, à des destructions encore jamais vues par le passé. C’est pour cette raison, affirme encore Malinovskij que les Occidentaux avancent l’idée de « petites guerres ou de guerres locales utilisant des armes classiques ou des armes nucléaires tactiques ». Cela dit, poursuit le ministre, même si les missiles nucléaires « jouent un rôle décisif dans une guerre future, la victoire définitive ne peut être remportée que par une action conjointe de toutes les armées. C’est pourquoi nous portons une grande attention à la modernisation de tous les types d’armes »52. Et le ministre conclut sur les grandes pertes qu’occasionnerait une telle guerre à un camp socialiste qui n’en sortirait pas moins nécessairement victorieux.

85Après ce rappel de la nouvelle ligne, Malinovskij aborde ensuite la question des forces armées. Il affirme ainsi, faisant en quelque sorte le bilan des réductions dont ont été l’objet ces forces, que ce sont essentiellement « l’appareil de direction et les organes des services » qui ont été réduits. Dans le même temps les forces de la PVO et de la PRO ont été renforcées. Il ne faut en effet pas oublier que la réduction de 1,2 millions d’hommes, annoncée en janvier 1960 a été suspendue quinze mois plus tard et que, par conséquent, si réduction il y a eu, elle n’a sans doute pas atteint le chiffre annoncé, sinon le chiffre prévu.

  • 53 Ibid., T. 2, p. 115.
  • 54 GARTHOFF (R), op. cit. p. 55-57.

86Cette « restructuration » (perestrojka) de l’armée effectuée par Khrouchtchev a touché l’ensemble de ses composantes pour en faire, comme sous Staline, en son temps, mais avec d’autres méthodes, un instrument qui soit totalement soumis au secrétaire général avec, à la tête de ses principales directions, des hommes à lui. Malinovskij ne se trompe donc pas lorsqu’il affirme – ironie ou prudence ? – : « la direction et l’organisation de la restructuration des forces armées revient au Comité Central léniniste de notre parti, avec à sa tête, N.S. Khrouchtchev »53. C’est donc, au moins en apparence, une armée « khrouchtchévienne » qui est en place. En fait, il serait plus exact de dire qu’en 1960-1961, Khrouchtchev s’était débarrassé de ses principaux « opposants » militaires, et notamment de ceux qui étaient restés trop proches du maréchal Joukov. Ils avaient été remplacés par ces officiers plus politiques, mais pas exclusivement, que le secrétaire général avait connus durant la guerre, sur le front sud54.

87De plus, comme le principal objet de la restructuration de l’armée consistait à y introduire différents types de missiles dans les différentes armées, il était logique que Malinovskij abordât la question des missiles eux-mêmes et de leurs caractéristiques.

  • 55 XXIIe- Congrès op. cit., T. 2, p. 115.

88Quantitativement, le ministre est satisfait de la production qui permet d’approvisionner les unités au-delà même de leurs besoins en fusées de différents types et portée55. Qualitativement, les essais ont donné des résultats qui, selon le ministre sont plus que satisfaisants : 90 % des missiles de portée intermédiaire ont obtenu des « notes »« très bien » et « bien ». Mais 100 % des ICBM ont obtenu de telles notes. La question qui se pose est de savoir combien de tirs ont été effectués, dans quelles conditions et, peut-être surtout, selon quels critères passe-t-on de la note bien à la note très bien ?

89Quoiqu’il en soit, il est indéniable qu’à partir de 1961, l’URSS dispose d’un ICBM (le SS 7 construit par Jangel) nettement plus fiable que celui de Korolev (le SS 6) et de nouveaux types de missiles intermédiaires d’une portée deux fois supérieure à ceux de la génération précédente.

90Viennent ensuite l’armée de terre, l’aviation, la PVO et la marine. Cet ordre, énoncé au cours d’un Congrès du PC, confirme la hiérarchie des différentes armées soviétiques. Cette hiérarchie variera peu dans le temps. La seule modification notable est celle des places respectives de la PVO et de l’aviation qui varieront selon les époques. Dans les années quatre-vingt, la PVO est en troisième position et l’aviation en quatrième. Mais, là encore, Malinovskij insiste, dans son discours sur la dotation de ces différentes armées en missiles nucléaires, comme le feront d’ailleurs tous les orateurs du Congrès qui traiteront de ce thème.

91Dans ce discours de Malinovskij, en apparence parfaitement dans la ligne et convenu, on peut toutefois noter quelques particularités dont certaines pourraient même être qualifiées d’incongrüité, tout au moins par rapport au discours du premier secrétaire, censé « dire la ligne ».

92Sans vouloir à tout prix chercher à opposer l’armée représentée ici par son ministre et le pouvoir politique, on peut toutefois se demander si l’ambiguïté de certaines formulations utilisées par Malinovskij ne constituerait pas des prises de distance à l’égard de conceptions khrouchtchéviennes par trop éloignées des réalités ?

  • 56 Ibid., T. 1, p. 17.
  • 57 Ibid., T. 2, p. 109.

93Là où Khrouchtchev parlait de « supériorité du pays en matière de défense »56, Malinovskij fait preuve de plus de circonspection et de prudence. En effet, sans pour autant déroger à la ligne officielle, Malinovskij préfère développer le thème plus abstrait de la « supériorité du régime socialiste sur le régime capitaliste et de la force invincible du communisme »57. Or, ceci est un discours quelque peu différent de celui de Khrouchtchev qui entre totalement dans la logique du mythe du « missile gap » qui commence alors à s’effriter.

94Plutôt que d’une opposition entre Khrouchtchev et Malinovskij, il semble plus vraisemblable que l’on assiste ici à une « division du travail » entre le politique et le militaire. Au politique de maintenir un certain niveau de propagande à l’adresse de l’ensemble de la population. Au militaire de rassurer ses subordonnés, tout en transmettant discrètement le signal que tout n’est peut-être pas aussi satisfaisant, voire glorieux, qu’il ne paraît.

95En ne parlant pas de la « supériorité militaire soviétique », mais seulement de celle du système en tant que tel, le ministre peut laisser sous-entendre que, malgré des réussites techniques incontestables, dans le domaine de la balistique notamment, l’armée soviétique ne peut pour autant se reposer sur ses lauriers. C’est une chose de dire que la victoire de l’URSS dans une future guerre est inéluctable, c’est autre chose d’affirmer que l’URSS, dans le domaine nucléaire en particulier, détient une supériorité incontestable.

96Dans ces conditions, il est indispensable que l’armée, dans ces périodes de crises, maintienne un niveau correct de préparation, de discipline et de vigilance. Ces thèmes ont d’ailleurs été repris et développés l’année suivante dans la brochure que publie Malinovskij, quelques mois après la sortie du manuel de Sokolovskij. Il n’en demeure pas moins que, à l’issue du Congrès, le terrain politique est prêt pour une accélération des débats qui déboucheront sur la publication du premier manuel de « stratégie militaire ».

Notes

1 Compte rendu sténographique de la session (V.4) du Soviet Suprême, op. cit. p. 36-37.

2 Ibid. p. 37.

3 Ibid. p. 38.

4 Le nombre de SS 4 déployés en 1960 est estimé à 200. Voir notamment BERMAN (R) BAKER (J), op. cit. p. 136.

5 Compte rendu sténographique, p. 45.

6 On peut relever que Malinovskij est, avec Khrouchtchev, le seul à aborder cette question de la nouvelle stratégie de l’URSS. Tous les autres militaires ayant pris la parole au cours de cette session de janvier 1960 se sont contentés de faire part de l’état d’esprit et de l’approbation unanime de la décision sur le réduction des forces armées dans leurs différentes unités. Cela a été notamment le cas des maréchaux Moskalenko, qui allait succéder à Nedelin à la mort de ce dernier en octobre 1960 et Zaharov qui succède, trois mois plus tard à Sokolovskij à la tête de l’état major général.

7 Compte rendu sténograghique de la session V.4 du Soviet Suprême, op. cit. p. 82.

8 Ibid. p. 83.

9 Ibid. p. 84.

10 Ibid. p. 84-85.

11 Ibid. p. 85.

12 On peut toutefois relever une exception notable, celle de la quatrième édition du Dictionnaire Diplomatique. L’article « guerre », publié dans le premier tome (1984) ne mentionne pas ce principe immuable. Des ouvrages publiés postérieurement, tels le Dictionnaire Encyclopédique Militaire dans sa seconde édition de 1986, n’ont, par contre, pas dérogé à cette règle.

13 « Vive le léninisme », Notes et Etudes Documentaires (NED), n° 3014, 31 juillet 1963, p. 3-20.

14 Pravda, 10 mai 1960.

15 PENKOVSKI (O), op. cit. p. 338-339.

16 FONTAINE (A), op. cit. T. 2, p. 378-379.

17 Voir notamment NED, n° 3014, op. cit. p. 23-25 (Pravda des 22 et 28 juin 1960).

18 Pravda, 25 septembre 1960.

19 HRUSCHEV (N) Za mir, za razoruženie, za svobody narodov (Pour la paix, le désarmement et la paix des peuples), Mosocu, Gospolitizdat, 1960, p. 218.

20 Ibid. p. 220.

21 NED, n° 2734, 20 décembre 1960, p. 5 (Pravda, 6 décembre 1960).

22 Entretiens à l’IMEMO, Moscou, janvier 1976.

23 Krasnaja Zvezda, 20 janvier 1960.

24 Krasnaja Zvezda, 23 février 1960.

25 Pravda, 10 mai 1960.

26 Ibid.

27 NED, n° 2734, art. cit, p. 8.

28 Krasnaja Zvezda, 13 septembre 1961. On peut préciser que, sur la première page du numéro de ce jour sont publiées trois photos d’ICBM sur leur aire de lancement avec pour légende : « Un missile balistique part ! ».

29 Voir notamment le communiqué du Comité Politique Consultatif du Pacte de Varsovie (Pravda, 31 mars 1961), le discours de Malinovskij pour le vingtième anniversaire du début de la guerre (Pravda, 22 juin 1961) ou encore le discours de Khrouchtchev aux diplômés des académies militaires (Pravda, 9 juillet 1961).

30 Voir notamment LEVESQUE (J), L’URSS et la Révolution Cubaine, paris, Presses de la FNSP, 1976, p. 50-58 (En fait, la crise commence le 15 avril par une série de bombardements de trois aérodromes cubains. Ce n’est que le 17 que le corps expéditionnaire prend position à la Baie des Cochons).

31 Déclaration du gouvernement soviétique, Izvestija, 18 avril 1961.

32 Izvestija, 18 avril 1961.

33 Izvestija, 22 avril 1961.

34 Le maréchal Malinovskij qualifiera même, dans son discours au Congrès, cette session de « session historique » au cours de laquelle Khrouchtchev « notre commandant en chef suprême a fixé les tâches concrètes des forces armées » XXII S’ezd KPSS. Stenograflčjeskij Očerk (XXIIème Congres du PCUS. Compte rendu sténographique), Moscou, Gospolitizdat, 1962, T. 2, p. 111.

35 A l’issue du Congrès, le nombre de militaires membres plein du CC passe de six à quatorze (Malinovskij, Gretchko, Zaharov, Moskalenko, Cujkov, Birjuzov, Versinin, Golikov, Bagramjan, Konev, Krylov, Gorskov, Jakubovskij, Fokin). Le nombre de suppléants passe de douze à dix-sept. Sur ces trente et un officiers généraux, vingt trois étaient dans le même groupe combattant que Khrouchtchev durant la guerre. Voir notamment GARTHOFF (R) Soviet Military Policy, op. cit. p. 55-56. On peut néanmoins préciser que certains titulaires sont devenus suppléants et que d’autres ont totalement disparu. Il y a en fait dix (ou onze, le cas de l’amiral Fokin étant incertain) nominations de militaires, nouveaux membres pleins du CC.

36 Voennyj Eficikiopedičeskij Slovar’ op. cit. (article Sokolovskij).

37 Krasnaja Zvezda, 8 juillet 1961.

38 XXII S’ezd op. cit. T. 1, p. 17.

39 Ibid. p. 42.

40 Ibid. p. 18.

41 Ibid. p. 18.

42 Ibid. p. 38.

43 Ibid. p. 46-47 (On peut relever que le Proche Orient n’est pas mentionné parmi les questions à résoudre).

44 Ibid. p. 17.

45 Ibid. p. 54.

46 Il est possible que ce soit les essais de ces missiles auxquels Moskalenko faisait référence dans son article du 13 septembre en parlant de « l’expérimention de versions de missiles améliorés et plus puissants ».

47 Ibid. p. 55 La déclaration du gouvernement soviétique du 31 août 1961 (Pravda du même jour) annonçant la reprise des essais fait état de « projets de création de séries de bombes de 20, 30, 50 et 100 MT et de puissantes fusées, similaires à celles... des majors Gagarine et Titov... et qui sont susceptibles de soulever et de déposer des bombes en n’importe quel point du globe ».

48 Ibid. p. 55.

49 Ibid., T. 2, p. 118 (Discours de Malinovskij).

50 Ibid., T. 2, p. 111.

51 Ibid., T. 2, p. 112.

52 Ibid., T. 2, p. 112.

53 Ibid., T. 2, p. 115.

54 GARTHOFF (R), op. cit. p. 55-57.

55 XXIIe- Congrès op. cit., T. 2, p. 115.

56 Ibid., T. 1, p. 17.

57 Ibid., T. 2, p. 109.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search