Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Première partie. Le nucléaire, enjeu politique

Chapitre 8. La mise au point des armements

Texte intégral

1L’expérimentation du premier missile intercontinental puis la démonstration de sa capacité à transporter des charges de plus en plus lourdes ont été largement exploitées, tant dans le domaine politique que dans le domaine politico-stratégique.

  • 1 C’est à cette époque qu’Eisenhower lance l’expression de « complexe militaro-industriel.

2Les inquiétudes occidentales, surtout américaines, face à cette « révolution dans la chose militaire », ont encore été accentuées par les difficultés, à l’époque, d’observer précisément la composition de l’arsenal adverse. Ceci a conduit à de mauvaises estimations – volontaires ou non – de la puissance militaire de l’autre. Ces mésestimations ont surtout été le fait des Etats Unis, troublés à la fois par un discours triomphaliste des responsables politiques soviétiques et par des considérations d’ordre de politique interne américaine – rôle du lobby des industries de défense1, pression des militaires, campagne électorale...

Les armes balistiques

3On sait maintenant, on l’a d’ailleurs su très rapidement, que le « missile gap » entre l’URSS et les Etats Unis n’était pas aussi considérable qu’on l’annonçait. Mais, si l’on sait que le potentiel soviétique a été surestimé jusqu’à vingt fois la réalité, on ne trouve pas fréquemment de chiffres précis et synthétiques de la composition qualitative et quantitative de l’arsenal soviétique entre 1957 et 1960.

La mise au point des missiles intercontinentaux (ICBM)

  • 2 On remarque ainsi que l’ouvrage de M. KIRIJAN Voenno-Tehničeskij Progress... (op. cit.) donne quelq (...)

4Si la littérature soviétique parle peu de la mise au point des premiers missiles (les R 1 et R 2), à la fin des années quarante, elle est encore plus discrète s’agissant de la mise au point des premiers ICBM. On trouve ainsi un contraste extrêmement fort entre le discours triomphaliste n’hésitant pas à informer, plus rapidement que d’habitude, d’une réalisation d’ordre militaire et une quasi-inexistence d’information sur des données plus techniques concernant ces missiles, y compris de nombreuses années après2.

  • 3 BABAKOV (A) op. cit. p. 93-94. On retrouve un commentaire pratiquement identique dans Sovetskie Voo (...)

5Ainsi, un ouvrage de 1987, consacré aux forces armées de l’URSS n’aborde-t-il la question du lancement d’août 1957 qu’en citant un extrait du communiqué paru dans la presse soviétique à l’époque, accompagné de quelques lignes de commentaires : « en août 1957, en URSS, ont été effectués le lancement d’un missile balistique intercontinental à plusieurs étages et des explosions expérimentales d’armes atomiques et thermonucléaires... A ainsi été franchie une étape dans le développement de la construction soviétique de missiles. La puissance des moteurs de ces fusées à combustible liquide atteint plus de 20 millions de chevaux-vapeur ; la vitesse du vol était de 28 000 Kmh... Les ICBM ont été montrés à la parade militaire du 7 novembre 1957 »3.

6Le reste du passage consacré aux forces stratégiques concerne plus la réorganisation des forces armées effectuées en 1959-1960. Mais, même dans cet ouvrage de Babakov, le plus disert sur la question, aucune précision n’est fournie sur les caractéristiques ou le nombre de ces armes. C’est donc à partir de sources occidentales que l’on peut tenter de reconstituer l’arsenal stratégique soviétique de cette époque, tout en remarquant que ces sources ne convergent pas toujours.

  • 4 La Puissance Militaire Soviétique op. cit. p. 202.

7Le missile expérimenté le 21 août 1957 est, selon la classification OTAN, un missile SS 6 (« Sapwood »). Malgré la réussite totale de l’essai – mais ce n’était pas le premier essai ! – ce missile n’en demeure pas moins entâché d’un certain nombre de défauts ou d’inconvénients. D’une portée de 6000 Km, la mise au point des ogives nucléaires a été effectuée rapidement rendant ce missile opérationnel à des fins militaires4. En 1958, il était à même de transporter une charge de 1500 Kg. Malgré le progrès technique indéniable que représente le lancement de 1957, sur un plan strictement stratégique, le SS 6 ne répondait pas pleinement à l’objectif fixé.

  • 5 POLMAR (N) op. cit. p. 37.
  • 6 Ibid. p. 39. Voir aussi BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 49.

8En effet, pour atteindre les Etats Unis, il devait être lancé à partir du grand nord soviétique (Nouvelle Zemble, Norilsk ou Vorkuta). Or, les conditions climatiques de ces régions ne sont pas sans poser de réels problèmes en matière d’efficacité et de fiabilité des matériels électroniques intégrés dans ces engins, mais aussi en matière de carburant et de logistique en général5. Ceci explique sans doute le faible nombre de ces appareils déployés : les services de renseignement occidentaux en dénombraient, à la fin de 1959, dix unités – estimation optimale – ou quatre – estimation la plus fréquente. Cinq ans après le premier lancement de missile, à la fin de 1962, le nombre total d’ICBM déployés était estimé à trente-cinq. Ils comprennent des missiles SS 6 mais aussi les SS 7, opérationnels depuis 19616.

  • 7 Cité par BABAKOV (A), op. cit. p. 96.
  • 8 XXI S’ezd KPSS. Stenografičeskij Očerk, Moscou, Gospolitizdat, 1959, T. 2, p. 280-281.

9Cela dit, les défauts du SS 6 avaient été – mais pour le décrypter, il fallait le savoir par ailleurs ! – implicitement reconnus dès cette époque. Ainsi, dans son discours au XXIème Congrès du PCUS, D. Ustinov, alors vice-premier ministre, vraisemblablement chargé des industries de défense, estimait-il que « pour créer la base d’une industrie de construction de missiles moderne, il fallait résoudre de sérieux problèmes dans le domaine de la construction, de la technologie et de l’organisation de la production de nouveaux matériaux ; ainsi que de nombreux et complexes instruments électroniques et des équipements basés à terre très diversifiés »7. En d’autres termes, même si l’essai de 1957 a été une réussite, il reste encore beaucoup à faire pour maîtriser totalement ces nouveaux armements. Ustinov a d’ailleurs également insisté, dans ce même discours, sur la résolution de nombreux problèmes qui subsistent en matière de carburant, d’allègement de matériaux et d’électronique8.

  • 9 BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 49.
  • 10 Ibid. p. 99 et La Puissance Militaire Soviétique, op. cit. p. 202.

10Or, si le SS 6, en tant que missile stratégique a été déployé à un nombre très réduit d’exemplaires – quatre à dix selon les sources – il semblerait que sa production en tant que lanceur de satellites ait été nettement plus importante, allant jusqu’à la centaine d’exemplaires9. Les raisons les plus vraisemblables de la faible utilisation de ces premiers missiles intercontinentaux à des fins militaires sont au nombre de trois, trois raisons qui rendaient ces armes particulièrement vulnérables. Leur système de guidage pouvait être facilement brouillé, ce qui, compte tenu de leur trajet polaire pour frapper les Etats Unis, était particulièrement risqué. Ces missiles devaient ensuite être déployés sur des rampes de lancement à ciel ouvert ; enfin, et peut-être surtout, le processus de mise à feu était extrêmement long, de l’ordre d’une douzaine d’heures10. C’est d’ailleurs cette question de mise à feu et d’utilisation d’un carburant liquide particulièrement volatile qui a été la cause de l’explosion d’un de ces missiles, en octobre 1960. Cet accident provoqua la mort du premier commandant en chef des troupes des missiles stratégiques, créées l’année précédente, ainsi que d’une centaine d’autres observateurs.

11Cependant, tout en poursuivant ses recherches sur les missiles balistiques stratégiques – les SS 7 (« Saddler ») et les SS 8 (« Sasin ») sont mis en service respectivement en 1961 et 1963 – les Soviétiques ont également développé trois séries de missiles de portée intermédiaire, correspondant, en fin de compte, à l’hypothèse conflictuelle la plus largement envisagée en URSS à l’époque : un conflit limité à l’Europe.

  • 11 BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 97.

12Directement issu des R 1 et R 2, c’est à dire encore très proche de la technique des V 1 et V 2 allemands, le SS 3 (« Shyster ») est mis en service en 1955. Mais il n’est présenté au défilé du 7 novembre que deux ans plus tard, en 1957, en même temps que le SS 6. Le SS 3 pouvait porter une charge de 200 Kt à une distance de près de 1000 Km11.

  • 12 Les SS 5 ont été progressivement démantelés à partir de 1977 – parallèlement au déploiement des SS  (...)
  • 13 Voir La Puissance Militaire Soviétique, op. cit. p. 202 et 206, ainsi que BERMAN (R), BAKER (J), op (...)

13C’est dans cette catégorie de missiles, en fait, que les progrès soviétiques paraissent les plus rapides. En effet, l’année même au cours de laquelle a été expérimenté le SS 6, sont testés les missiles SS 4, puis, deux ans plus tard, les SS 5 – deux types de missiles promis à un long avenir12. Ces deux types de missiles, de portée intermédiaire, entrent en service respectivement en 1958 et en 1961. Le SS 4 a une portée d’environ 2000 Km. Il était, dans sa première version, radio-guidé puis, par la suite, utilisera le principe de l’auto-guidage par inertie. Il peut porter une charge de l’ordre de la mégatonne et son écart circulaire probable (ECP) est de 2 à 2,5 Km. Le SS 5 a une portée deux fois supérieure à celle du SS 4 (3700 Km), porte une charge de 1 à 10 MT avec un ECP également de l’ordre des 2 Km13.

  • 14 La Puissance Militaire Soviétique, op. cit. p. 202.

14Ce qui paraît avoir été, pour l’URSS, une priorité au moins aussi importante que la mise au point des ICBM, peut expliquer que la production des ogives nucléaires pour le SS 6 ait dépassé le nombre des exemplaires déployés. En effet, aux quatre à dix SS 6 en service, aurait correspondu une production d’ogives bien supérieure. Celles-ci auraient, en effet, été destinées aux missiles de portée intermédiaire, voire de plus courte portée.14

15Mais la production de missiles à vocation stratégique ne s’est pas limitée aux seuls missiles basés à terre. Les sous-marins – et les missiles nucléaires correspondants – semblent également avoir été l’une des grandes préoccupations de l’URSS. On distinguera ici toutefois, les sous-marins vecteurs de missiles de la question des forces navales soviétiques en général qui sera abordée plus loin.

Sous-marins et missiles : une autre logique

  • 15 POLMAR (N), op. cit. p. 31-32.

16C’est en 1955 que les Soviétiques expérimentent leur premier missile nucléaire lancé d’un sous-marin. Ce missile devient opérationnel trois ans plus tard, en 1958. Egalement héritier des V 1 et V 2 et des R 1 et R 2, comme tous les autres missiles de cette époque, le SSN 4 (« Snark ») est un missile d’une portée de 600 Km avec une précision (ECP) de 3,5 Km15. Il est cependant évident que la portée d’un SLBM n’a pas la même définition ni la même fonction que celle d’un missile basé à terre, dans la mesure où le lieu de lancement est mobile et où c’est l’objectif qui prime, un objectif qui peut être aussi bien naval que terrestre. Cinq ans plus tard, les Soviétiques mettent au point une deuxième génération de SLBM, le SSN 5 (« Serb ») qui entre en service en 1963 et a une portée deux fois supérieure au précédent.

17A ce sujet, il est intéressant de comparer la problématique qui a prévalu en URSS avec celle des Américains, dans le domaine des SLBM et des SNLE. C’est, en effet, le 21 janvier 1954 que le premier sous-marin à propulsion nucléaire est lancé aux Etats Unis : le Nautilus, un sous-marin nucléaire d’attaque (SNA). Il précède ainsi de cinq ans le lancement du premier sous-marin nucléaire soviétique (classe « Hotel »). La priorité des Etats Unis est ainsi donnée à l’instrument du combat naval plus qu’au vecteur de l’arme nucléaire pour une guerre continentale.

18A l’inverse, l’URSS commence par mettre au point un missile, le SSN 4, avant de se préoccuper de son vecteur puisque le premier sous-marin nucléaire n’est lancé que cinq ans après les essais de son premier missile. En d’autres termes, l’ordre des priorités, entre l’URSS et les Etats Unis est inversé, les Américains ne lançant leur premier SNLE Polaris doté de missiles du même nom qu’à la fin de 1959.

19Cette inversion de priorités entre Washington et Moscou n’est cependant pas innocente, et ne peut s’expliquer exclusivement par d’éventuelles difficultés d’ordre technique. Compte tenu des perspectives stratégiques propres à chacune des deux superpuissances, cet ordre des priorités correspond bien à la nature essentiellement continentale de l’URSS mais également au manque d’intérêt de Khrouchtchev pour la marine.

  • 16 Ibid. p. 31-32 et CAMPBELL (C) Weapons of War, New York, Bedricks Books, 1983, p. 185-189.
  • 17 Soviet Military Power, Washington, DoD, USGPO, 1988, p. 53.

20Pourtant, ce retard soviétique en matière de sous-marins nucléaires n’a pas empêché Moscou de déployer ses missiles SSN 4 sur des bâtiments à propulsion diesel, de la classe « Zoulou » puis « Golf ». Entre 1955 et 1957, sept sous-marins diesel ont, en effet, été transformés de façon à pouvoir lancer ces missiles nucléaires, deux par sous-marin. Ces transformations s’accélèrent à partir de 1958 jusqu’en 1962 où vingt-trois « Golf sont armés de cette façon. Puis, à partir de 1959, apparaissent les premiers sous-marins à propulsion nucléaire de la classe « Hotel » – huit en 1962 – qui sont dotés de trois SLBM chacuns, SSN 4 d’abord, puis SSN 5 et SSN 616. On peut relever qu’à la fin des années quatre-vingt, la marine soviétique maintenait en service, dans la Baltique, douze exemplaires de ces « Golf » à propulsion diesel et dotés de missiles SSN 517.

La réorganisation des forces armées

21A la fin des années cinquante, l’armée soviétique disposait de tout l’éventail, nécessaire, pour l’époque, à la conduite d’une guerre nucléaire. Dans le même temps, les stratèges réfléchissaient à la nature de la future guerre. Mais, à côté de ces questions de stratégie affichée dans les conditions de la « révolution dans la chose militaire », la question de l’organisation des forces armées allait nécessairement se poser aux responsables politiques et militaires. Résolue à la fin de l’année 1959, cette question parait avoir provoqué de vives discussions au cours desquelles il est vraisemblable que chaque armée concernée a cherché à favoriser sa propre « chapelle ». Chacun était vraisemblablement persuadé, ou plutôt cherchait à convraincre le pouvoir politique, qu’il appartenait à une arme d’élite, ne serait-ce que pour des questions de dotation budgétaire.

La réorganisation des forces

  • 18 Voir notamment KIRIJAN (M) Voenno-Tehničeskij Progress..., op. cit. p. 294-296 qui reprend l’essent (...)

22Quelques auteurs soviétiques seulement ont reconnu que la création d’une arme nouvelle au sein des forces armées soviétiques a effectivement fait l’objet de débats qui, compte tenu de la propension soviétique à minimiser l’existence de tels débats, ont dû se dérouler dans une atmosphère pour le moins houleuse18.

  • 19 TOLUBKO (V), op. cit. p. 14-15.

23Le maréchal Tolubko fait ainsi état de trois positions qui se sont affrontées sur ce sujet. La première proposait de répartir proportionnellement les armes nucléaires entre les armées de terre, de l’air, de la marine et de la PVO. Le deuxième point de vue proposait de n’en attribuer la responsabilité qu’à l’aviation et à la marine. Le troisième, envisageait la constitution d’une armée à part entière. Prenant en considération la nature des armes nucléaires, la situation internationale, les capacités économiques et industrielles internes, c’est finalement la troisième solution qui a emporté les faveurs du gouvernement et du Comité Central19.

  • 20 Ces noms sont notamment mentionnés dans l’ouvrage de BABAKOV (A), op. cit. p. 95- 96. On peut égale (...)

24Certains auteurs soviétiques contemporains mentionnent également la part prépondérante qu’ont eu, dans cette prise de décision, certains responsables politiques et militaires. La liste de ces noms mérite que l’on s’y arrête : Ustinov, Joukov, Malinovskij, Vasilevskij, Voronov, Jakovlev et Nedelin20. Si l’on exclut la hiérarchie politique et militaire représentée par Ustinov et Malinovskij, respectivement vice-premier ministre chargé des industries de défense et ministre de la défense, on constate dans cette liste la présence de deux anciens ministres de la défense en perte de vitesse politique mais dont le poids dans la prise de décision sur les questions d’ordre militaire semble être resté significatif. En effet, ceci semblerait signifier que Vasilevskij – ministre de 1949 à 1953, puis premier vice-ministre puis simple vice-ministre – et Joukov – ministre de 1955 à 1957 – étaient restés des héros de la guerre et avaient gardé une influence, au moins morale, relativement importante. Ceci paraît être une hypothèse d’autant plus plausible que les deux auteurs qui citent cette liste de noms ne se privent pas de rapporter par ailleurs toutes les critiques dont Joukov a été l’objet et qui lui ont valu son limogeage.

25L’autre intérêt de cete liste concerne les trois noms qui suivent : Voronov, Jakovlev et Nedelin. Tous les trois sont, en effet, des maréchaux principaux d’artillerie, les deux premiers depuis 1944 et le troisième depuis mai 1959. Ceci tendrait à montrer, si cela était encore nécessaire, le lien qui existe en URSS entre les missiles, toutes catégories confondues, et l’artillerie, un lien qui a conduit à un rattachement ou tout au moins à une filiation naturelle entre les missiles stratégiques et l’armée de terre, d’où, vraisemblablement le soutien de Joukov et de Vasilevskij. Cela montre également, mais de façon moins évidente, le poids des artilleurs dans l’armée soviétique.

26C’est donc en décembre 1959 qu’est créée une cinquième armée : les « forces des missiles stratégiques » dont le commandement en chef est confié au maréchal principal d’artillerie, Nedelin. Les ouvrages soviétiques contemporains restent encore très discrets sur le film des événements qui ont conduit à la création de cette nouvelle armée au sein des forces soviétiques. Tous, d’ailleurs, ne mentionnent pas la même date de création : décembre 1959, pour certains ou janvier 1960, pour d’autres. En fait, ces deux dates ne sont pas totalement incompatibles en ce qu’elles marquent deux moments dans la création de ces forces.

  • 21 Voir natamment BABAK. OV (A) op. cit. p. 97 et Voennyj Enciklopediceskij Slovar’, (2ème édition), o (...)
  • 22 Voir notamment KIRIJAN (M), op. cit. p. 97, TOLUBKO (V), op. cit. p. 15, Sovetskie Vooružennye Sily(...)

27C’est, semble-t-il, seulement depuis le milieu des années quatre-vingt que les auteurs soviétiques reconnaissent explicitement que les missiles stratégiques ont été constitué en armée autonome par le Conseil des Ministres et que cette décision a été annoncée lors de la session du Soviet Suprême en janvier 196021. Tous les ouvrages antérieurs ne mentionnent par contre que la date de janvier 196022. Le secret est en effet resté bien gardé jusqu’à aujourd’hui et l’annonce de la décision par le Soviet Suprême a été on ne peut plus discrète. Khrouchtchev n’en parle pas dans son discours et c’est seulement au détour d’une phrase du discours du ministre de la défense que l’on apprend l’événement, et encore, à condition de connaître le sens des mots.

  • 23 Discours de Khrouchtchev à la session du Soviet Suprême du 15 janvier 1960, compte rendu sténograph (...)
  • 24 Ibid, discours de Malinovskij, p. 83.

28Khrouchtchev, développant le thème principal de la session – la réduction des effectifs de l’Armée Rouge – précise seulement que « des artilleurs et des aviateurs seront utilisés dans les nouvelles formations d’unités de missiles (Raketnye casti) ». Ceci ne signifie rien d’autre, alors, qu’une augmentation quantitative de ces unités23, des unités qui existent depuis le mois de juillet 1946 (voir chapitre 1). Par contre, Malinovskij affirme que « les troupes de missiles sont indubitablement la principale arme (Vid Vooružzennyh Sil) de nos forces armées »24. En qualifiant les troupes de missiles « d’arme », Malinovskij montre que la nature de ces forces a acquis un statut égal à celui des armées de terre, de l’air, de la marine ou de la PVO ; mais aussi que cette nouvelle armée prend la première place dans la hiérarchie de ces forces.

29A côté de la question de la prise de décision se posait aussi celle de la composition de cette nouvelle armée. Jusqu’à quel niveau fallait-il intégrer ces forces de missiles ? Il était évident que les missiles intercontinentaux trouvaient leur place naturelle dans cette nouvelle armée. Mais fallait-il inclure des armes de moindre portée ? Finalement ont également été intégrés les missiles de portée intermédiaire, c’est à dire des armes d’une portée égale ou supérieure à 1000 Km. Ceci pourrait, par conséquent, impliquer que la décision d’utilisation de toutes les autres armes nucléaires appartiendrait aux responsables militaires (division ou armée) et non au pouvoir politique. Mais ceci est une autre question. Le choix d’intégrer les forces nucléaires intermédiaires dans la nouvelle armée renforcerait l’hypothèse selon laquelle le conflit, majeur et inexpiable, entre les deux systèmes, pourrait se limiter au continent européen. Ceci confirme également que la préoccupation soviétique de l’époque est bien l’Europe et que la menace principale de l’URSS est perçue comme venant d’Allemagne. Le manque de fiabilité du seul modèle d’ICBM à la disposition de l’armée soviétique au moment de la création des forces des missiles stratégiques est indéniablement l’une des causes de cet état de fait.

  • 25 Krasnaja Zvezda, 26 octobre 1960.
  • 26 PENKOVSKI (O), op. cit. p. 309. Le film des événements de cet accident a été retracé dans un articl (...)

30Ce manque de fiabilité du SS 6 a ainsi coûté la vie au premier commandant en chef de ces forces nouvelles, le maréchal Nedelin. Considéré par la plupart comme un « grand artilleur » – et il semble l’avoir été effectivement, si l’on en croit aussi des témoignages « non officiels » – Nedelin paraissait respecté de tous. Sa nomination semble d’ailleurs n’avoir été l’objet d’aucun obstacle autre que celui de la question de la création de ce nouveau commandement. Disparu officiellement dans un accident d’avion en service commandé, le 24 octobre 196 025, de nombreux témoignages confirment que c’est en réalité à l’occasion de l’explosion provoquée par un tir manqué de missile que Nedelin et trois cents autres personnes ont trouvé la mort26.

31Malgré cela, les responsables soviétiques continuent de glorifier publiquement leurs réalisations en matière de missiles – notamment intercontinentaux – tout en sachant que, au début des années soixante, ces armes restent, sinon au stade expérimental, tout au moins d’une fiabilité encore douteuse. Il ne semble pas, cependant, que cela été le cas des missiles de portée intermédiaire qui paraissent constituer l’essentiel de leur armement, de fait stratégique, compte tenu de l’objectif vraisemblable du futur conflit.

32La création des forces des missiles stratégiques comme arme autonome et l’accélération de la dotation en armes nucléaires des unités des autres armées est une des raisons qui ont conduit Khrouchtchev à consacrer la session du Soviet Suprême de janvier 1960 à la question d’une réduction supplémentaire – et quantitativement importante – des forces armées.

Le programme de réduction des forces armées

  • 27 Discours de Khrouchtchev au Soviet Suprême, compte rendu sténographique, op. cit. p. 50.

33Même si c’est en cette occasion que le premier secrétaire et le ministre de la défense posent les grands principes de la nouvelle stratégie soviétique (voir chapitre 9), l’objet premier de cette session du 14 janvier 1960 est bien celui de la réduction des forces. L’argument avancé consiste à démontrer que, grâce à une puissance de feu considérablement accrue, les forces classiques soviétiques n’ont plus besoin de personnels aussi importants. Ces personnels devraient être reconvertis, soit dans l’armée nouvellement créée, soit dans l’économie nationale27.

34Il est par ailleurs intéressant de noter que, à côté des arguments d’ordre strictement militaire, l’économie a joué un très grand rôle dans la démonstration de Khrouchtchev mais aussi dans celle des autres orateurs militaires ou « civils » tel D. Ustinov. L’argument économique jouait d’ailleurs tant pour des raisons de politique intérieure qu’en relation avec la politique menée par les Etats Unis.

35Ce vaste programme de réduction des forces armées présenté en janvier 1960 mérite que l’on s’y arrête, car il va déterminer, au moins en partie, la ligne politique que compte suivre l’URSS dans les années à venir. Jamais session du Soviet Suprême n’avait aussi amplement abordé les questions militaires et, jamais session n’avait accordé la parole à autant de militaires. Sur trente-trois députés qui prennent la parole, six sont des maréchaux ou des généraux (Malinovskij, Moskalenko, Golikov, Zaharov, Kasatonov et Cujkov). Le fait que la quasi-totalité de la session ait été consacrée à la question de la réduction des effectifs, et même si tous les orateurs inscrits en défendent les principes, pourrait démontrer que cette décision du pouvoir politique suprême n’a pas été sans provoquer quelques remous voire quelque malaise au sein de l’armée.

  • 28 CHASSIN (L), « Y – a-t-il un malaise dans l’armée soviétique », Revue Militaire Générale, novembre  (...)

36La réduction de 1,2 millions d’hommes proposée par Khrouchtchev s’inscrit en effet dans le cadre de décisions similaires adoptées en 1955, 1957 et 1959. Ces décisions prévoyaient des réductions – théoriques –, se montant respectivement à 640 000, 1,2 millions et 300 000, soit 2,140 millions d’hommes (Voir chapitre 7). Certes, certains auteurs occidentaux ont démontré que le total de ces trois réductions n’a sans doute pas dépassé les 1,2 millions Malgré cela, la proposition de réduction de 1960 aurait laissé une armée forte de 2,4 millions sur les 4,750 millions qu’elle comprenait en 195528.

  • 29 Ibid. p. 190.

37Quelle qu’ait été la somme totale de ces réductions, il n’en demeure pas moins que des réductions importantes d’effectifs ont eu lieu et que aucune armée au monde n’a jamais vu de telles réductions d’un œil favorable. Dans les milieux directement concernés, la plupart des officiers et sous-officiers n’ont pas assisté de « gaité de cœur » à la disparition de privilèges inhérents à leur fonction antérieure, pas plus qu’ils ne se sont réjouis à l’idée de se retrouver obligés d’effectuer des travaux parfois peu gratifiants et subalternes29.

38Mais, au niveau du commandement, ces réductions d’effectifs ont également été perçues comme négatives à la fois d’un point de vue du prestige de l’armée concernée et sur un plan stratégique. Il est, en effet, vraisemblable que de nombreux officiers supérieurs et généraux pensaient encore pouvoir mener la future guerre comme la – sinon les – précédente. A l’obstacle social s’ajoute également un obstacle économique et militaire. Pourtant, tous les orateurs inscrits à la session de la mi-janvier ont défendu – et c’était dans l’ordre des choses – le projet de Khrouchtchev.

  • 30 Session du Soviet Suprême, CR sténo, p. 36 et 46 (Khrouchtchev) ainsi que p. 64 (Ustinov), p. 162 ( (...)
  • 31 Ibid. p. 162, 177.

39Quelle a été l’argumentation justifiant ces réductions utilisée par Khrouchtchev et reprise par tous les autres orateurs ? Une réduction aussi importante des forces armées est possible dans la mesure où, grâce aux armes nouvelles – armes nucléaires et missiles balistiques – la puissance de feu de l’armée soviétique n’a jamais été aussi forte. Des personnels en surnombre ne sont donc pas utiles à la défense de la patrie. Par contre, la vigilance et l’état de préparation des troupes doivent toujours être renforcés afin que ces troupes puissent remplir leur mission30. En d’autres termes, cette réduction ne doit pas être perçue par les occidentaux comme un relâchement de la garde ou une preuve de faiblesse de la part de l’URSS, mais au contraire, comme le reflet du renforcement qualitatif de ses forces31. On constate ainsi que les arguments justifiant les réductions de forces en URSS sont, depuis 1955, toujours les mêmes : des arguments d’ordre économique, social et militaire. Cependant, l’argument économique paraît avoir été exprimé plus clairement en 1960 que lors des trois réductions précédentes.

  • 32 Ibid. p. 47.

40Les troupes libérées seront, en effet, rendues explicitement à un travail directement productif. Ceci devrait permettre, selon les orateurs, d’exécuter voire de dépasser encore plus rapidement les normes du plan septennal adopté l’année précédente au cours du Congrès extraordinaire. Khrouchtchev va même jusqu’à chiffrer l’économie réalisée par le retour à la vie civile de ces 1,2 millions d’hommes : « la réduction des forces armées donnera une économie de l’ordre 16 à 17 milliards de roubles par an... Ceci constituera un grand soutien pour l’exécution et le dépassement de notre plan économique »32.

41C’est ainsi que, pour démontrer le bien-fondé de ces réductions, sur un plan économique autant que militaire, Khrouchtchev et Malinovskij ont dévoilé les grandes lignes de la pensée stratégique nouvelle de l’URSS. Cette stratégie s’appuie essentiellement sur le nucléaire, dès la première phase du conflit. Or, le nucléaire n’est pas aussi grand « consommateur » de troupes que les armements employés lors des conflits antérieurs. Mais, en proposant cette réduction des forces, le premier secrétaire et ses porte-parole doivent prendre garde de ne pas tomber dans ce qu’ils n’ont cessé de dénoncer depuis la fin de la guerre. Il est en effet difficile, d’une part, de condamner les conceptions occidentales des petites armées techniciennes et, de l’autre, de mener, chez soi, une politique qui pourrait n’être qu’une simple reproduction de ce que fait l’adversaire principal.

42Peut-on, en effet, avancer un discours considérant la future guerre comme une guerre où le nombre, la masse, aurait une importance considérable, même si les armes nouvelles devaient être utilisées et, dans le même temps, prôner une très importante réduction des effectifs. Même si, sur un plan stratégique et au niveau du haut commandement une telle décision peut se concevoir, il ne fait pas de doute que ceci avait tout pour troubler les officiers subalternes et/ou supérieurs dont la formation ne dépasse qu’exceptionnellement le niveau de compréhension du combat tactique – voire opératif.

43Une telle décision ne pouvait, dans ces conditions, que provoquer une certaine grogne dans les rangs et, peut-être, quelque inquiétude chez les maréchaux et généraux qui se sentaient plus des militaires que des politiques ; surtout, chez ceux qui, on l’a vu, n’avaient suivi d’autre « école militaire supérieure » que celle de la Seconde Guerre mondiale.

  • 33 Voir notamment PENKOVSKIJ (O), Op. cit. p. 293. Voir également l’interprétation plus nuancée de GAR (...)

44Une des raisons avancées par plusieurs auteurs pour expliquer le départ du maréchal Sokolovskij de son poste de chef d’état-major général en avril 1960 et de quelques autres mises à l’écart à la même époque est que le chef d’état-major se serait un peu trop ouvertement opposé à la nouvelle ligne énoncée par Khrouchtchev et Malinovskij33.

  • 34 Soviet Suprême, CR sténo, p. 53.

45A côté de ces considérations d’ordre de politique intérieure, il faut aussi nécessairement faire état de la fonction de propagande à usage externe d’une telle décision. Cette fonction est d’ailleurs à peine cachée dans les discours et transparaît à plusieurs reprises. Ainsi, Khrouchtchev, et cela s’intégre parfaitement dans la logique de la coexistence pacifique, affirme-t-il lors de cette session : « En réalisant une réduction unilatérale des forces armées soviétiques, nous démontrons au monde entier et par des faits concrets l’honnêteté de nos mesures, notre tendance à vivre dans la paix et l’amitié de tous les peuples »34. Cela dit, il est évident qu’aucun dirigeant soviétique n’a jamais envisagé un instant de sacrifier la sécurité de son pays à une simple mesure de propagande, aussi efficace et réussie fût-elle. Sur un plan plus concret, quelles sont les armes touchées par cette mesure de réduction ?

Les conséquences du changement

46Les deux armes les plus directement concernées par cette décision du 14 janvier 1960 sont l’aviation et l’armée de terre. Mais la marine a également été touchée par de telles mesures. Cette situation permettra alors de montrer la place spécifique – à laquelle il a déjà été fait allusion – de la marine dans la politique et la stratégie soviétiques.

Les « victimes de la réduction »

  • 35 Ibid. p. 50.

47Si l’on en croit l’allusion faite par Khrouchtchev – mais la logique peut également le confirmer – les deux armes les plus touchées par cette réduction des forces auraient été l’aviation et l’artillerie35. Dans le premier cas, tant que l’URSS ne disposait pas de vecteur balistique, l’aviation stratégique était prioritaire. Mais, depuis 1957, l’ICBM remplissait toutes les tâches de l’aviation avec cet avantage, au moins théorique, de ne pas être dépendant des conditions climatiques. Dans ces conditions, les bombardiers stratégiques cessent d’être un objet d’intérêt pour les décideurs. Ce n’est pas un hasard si, entre 1962, date de la fin de la livraison des Tu 20 à l’armée de l’air et le milieu des années soixante-dix (probablement 1974), date de l’apparition des Tu 22M (Backfire) – dont la nature stratégique reste ambigüe comme l’ont montré les négociations SALT 2 – aucun appareil à capacité stratégique ne sort des usines d’armement soviétiques.

48Si l’on considère qu’il faut en moyenne une dizaine d’années entre le moment où l’on conçoit un armement et le moment où il devient opérationnel, on peut estimer que, entre le milieu des années cinquante et le milieu des années soixante, les Soviétiques n’ont pas cherché à mettre au point un tel type d’appareil. Certes, ils disposaient de trois modèles – Mya 4, Tu 16 et Tu 20 – dont on a vu les limites des capacités stratégiques. Mais il est indéniable que, dans ce domaine, il y a eu absence de recherche durant une période s’étendant sur une dizaine d’années.

49Dans le domaine de l’artillerie, le problème est à la fois similaire et différent. Il est similaire en ce que l’artillerie classique a été destinée à être largement réduite quantitativement au profit d’une artillerie nucléaire et des unités de missiles nucléaires d’une portée inférieure à 1 000 Km (tactique et tactico-opérative). Par contre, il semble que l’artillerie, contrairement à l’aviation ait eu des compensations, soit bien réelles, soit purement symboliques. On a vu et revu que les forces des missiles balistiques avaient été, dès l’origine une émanation de l’artillerie et dominées par les artilleurs. Ce sont eux qui favorisent la création d’une arme autonome et à part entière, ce sont eux qui en prennent la direction.

50Pour les autres armes, il est vraisemblable que les effectifs aient été réduits relativement proportionnellement. Seuls, peut-être, les blindés ont-ils échappé à cette réduction compte tenu – outre le prestige et le poids politique de cette arme – du rôle qui leur est dévolu dans l’exploitation des frappes nucléaires sur le terrain. Leur mission est en effet de parachever, par l’occupation du territoire ennemi, les effets de ces frappes afin d’obtenir la victoire totale dans la guerre, de concrétiser ses buts stratégiques. Cela dit, les matériels ont également subi quelque transformation pour pouvoir se protéger des radiations et évoluer en ambiance nucléaire. On a vu que les préoccupations de protection contre les radiations sont apparues très rapidement en URSS, presque simultanément à l’expérimentation de la bombe à hydrogène.

Un cas particulier : la marine

51Pour ce qui concerne la marine, son sort semble avoir été réglé en 1955. Eternel parent pauvre des forces soviétiques, la marine ne cessera d’être considérée comme une force d’appoint pour les opérations terrestres qu’à partir du milieu des années soixante, sous l’impulsion de l’ amiral Gorškov, dont les idées et les projets ont finis par être reconnus et soutenus par le pouvoir politique. Pourtant, en le nommant, en 1955, commandant en chef de la marine soviétique, Khrouchtchev en avait fait le « serviteur » d’une flotte de guerre réduite à la portion congrue. La situation de la flotte soviétique et les avatars de ses serviteurs durant les quinze années qui ont suivi la fin de la guerre, montre bien la part très secondaire qu’elle représente tant auprès de l’armée de terre que du pouvoir politique. Les vicissitudes de la carrière de l’amiral Kuznecov, dont la presse soviétique a commencé, en 1988, à publier certains détails, paraissent, de ce point de vue, tout à fait significatives.

  • 36 Pravda, 29 juillet 1988.
  • 37 Krasnaja Zvezda, 21 mai 1988.

52Le 27 juillet 1988, les Izvestija rendaient compte de l’adoption d’un décret du Soviet Suprême concernant « le rétablissement du vice-amiral Kuznecov dans son rang antérieur d’amiral de la flotte de l’URSS ». Le lendemain, le même journal publiait un rappel de la carrière de l’amiral. Le jour suivant, c’était au tour de la Pravda de publier des extraits de ses mémoires36. C’est, semble-t-il, L’Etoile Rouge qui lance l’affaire au cours du mois de mai précédent, en publiant une page entière de témoignages en faveur de Kuznecov. Le « chapeau » de l’article insistait sur l’ironie du sort qui avait frappé ce marin qui fut « deux fois contre-amiral, trois fois vice-amiral, deux fois amiral et deux fois amiral de la flotte »37.

53Un bref rappel de cette carrière de Kuznecov servira de résumé de l’attitude des autorités politiques mais aussi militaires soviétiques à l’égard de la marine, au lendemain de la guerre.

  • 38 GARTHOFF (R), Soviet Military Policy, op. cit. p. 43-44.
  • 39 Izvestija, 28 juillet 1988.
  • 40 Pravda, 29 juillet 1988.

54En 1946, au moment de l’intégration du ministère de la marine au sein d’un unique ministère de la défense, l’amiral de la flotte Kuznecov garde sa responsabilité de commandant en chef de la marine et son grade. Mais, l’année suivante, sans doute dans le cadre de la campagne de reprise en main menée par Jdanov et dans un environnement de rupture entre les deux systèmes, Kuznecov comparaît, avec quelques autres amiraux, en cour martiale. Il lui est reproché d’avoir donné, aux alliés d’alors, plus de renseignements qu’il n’était nécessaire sur les forces navales soviétiques38. Ces renseignements auraient concerné un modèle encore secret de torpille ainsi que des cartes d’accès sous-marins aux ports soviétiques. Bien que le tribunal n’ait retenu aucune charge contre Kuznecov, il n’en a pas moins été démis de ses fonctions de commandant en chef et rétrogradé au grade de contre-amiral39. Selon ses mémoires, une des raisons de cette accusation aurait été son opposition à une idée de Staline qui souhaitait subdiviser la flotte de la Baltique en deux commandements. Ce qui fut fait en 1946, mais, deux ans plus tard, ces deux demi-flottes fusionnaient de nouveau en une seule, justifiant le point de vue de Kuznecov contre Staline40.

  • 41 Un ministère (commissariat du peuple) à la marine, distinct du ministère (commissariat) de la défen (...)

55Après cet incident de 1946, Kuznecov gravit de nouveau les échelons de la hiérarchie. Lorsqu’on 1950 est rétabli un ministère de la marine à part entière41, Kuznecov en reprend la direction, sans toutefois avoir encore retrouvé son grade antérieur. Puis, lorsqu’après la mort de Staline est recréé un ministère unique de la défense, Kuznecov conserve le commandement en chef de la flotte.

  • 42 Cité par GARTHOFF (R) op. cit. p. 63 (Pravda 27 juin 1953).

56Pourtant, malgré sa réhabilitation – ou plus exactement les « chances de rattrapage » qui lui sont données – Kuznecov ne cesse de faire entendre sa voix et sa spécificité, faisant passer ses convictions avant sa propre carrière. Dès le mois de juillet 1953, il écrit, avec trois ans d’avance sur Joukov et concernant la future guerre que « l’expérience de la seule Grande Guerre Patriotique n’est plus suffisante »42. Deux ans plus tard, alors que les choses commencent à bouger dans le domaine de la pensée militaire, la majorité des maréchaux susceptibles de penser la chose militaire, préfère s’abstenir – au moins publiquement – d’aborder les questions strictement stratégiques. Kuznecov fait partie des exceptions.

  • 43 Ibid. p. 64.

57De même, s’abstient-il d’entrer dans le jeu du pouvoir politique et de valoriser le rôle militaire de Khrouchtchev durant la guerre. Mais il est, dans cette circonstance, moins isolé que précédemment puisqu’il se retrouve aux côtés des Joukov, Vasilevskij ou Sokolovskij (voir chapitre 4). Devant « l’interdit » de mentionner alors le rôle de la Stavka siégeant à Moscou et à laquelle participaient notamment Malenkov et Beria, ces officiers préfèrent s’abstenir de citer quelque nom de responsable politique que ce soit, tout au moins parmi les vivants.43

58La même année 1955, pourtant, Kuznecov, rétabli dans son grade d’amiral de la flotte engage un réel débat sur le rôle de la flotte dans la guerre moderne. Il aurait ainsi proposé un fort accroissement de la puissance navale en développant à la fois une flotte de surface classique, des sous-marins lance-missiles et des porte-avions. Il se retrouve alors opposé à Joukov et surtout à Khrouchtchev qui n’a jamais cru que la marine pût effectuer de tâche autre que celle de défendre les côtes de l’URSS.

  • 44 Krasnaja Zvezda, 21 mai 1988.

59Marginalisé dans une armée à forte dominante terrestre, Kuznecov perd progressivement toutes ses fonctions. Prenant le prétexte du naufrage, survenu au large de Sébastopol en octobre 1955, du cuirassé Novorossijsk, un ancien bâtiment italien réarmé en URSS, naufrage qui avait entraîné la mort de plusieurs centaines de personnes, Kuznecov est remplacé, en décembre 1955, par l’amiral Gorškov à la tête de la marine. Deux mois plus tard, le 15 février 1956, il est convoqué par Joukov qui « en l’espace de cinq à sept minutes et d’une façon particulièrement grossière » l’informe qu’il est mis à la retraite avec le grade de vice-amiral, « sans droit à la réintégration »44. Il perd également son siège au comité central du PCUS.

60C’est donc l’amiral Gorškov qui est chargé de diriger une flotte réduite à l’état de force d’appoint ne bénéficiant que de quelques projets déjà en chantier, et notamment le premier SNLE et les SLBM (SSN 4), déjà expérimentés. Mais la marine ne dispose alors d’aucun programme d’investissement à long terme ni d’aucun grand projet visant à transformer sa nature et élargir ses fonctions.

61Quelle a été la réaction des marins soviétiques face à ces décisions ? Sans doute peu favorable. Savaient-ils que Gorškov avait préféré adopter – ceci est une hypothèse – le profil le plus bas possible face à un pouvoir qui ne croyait pas à la marine, en attendant des « jours meilleurs » ? On ne saurait l’affirmer.

  • 45 Ibid.

62Quoiqu’il en soit, on peut néanmoins penser que Khrouchtchev a regretté, au moins durant la crise de Suez, de n’avoir considéré les porte-avions comme « n’étant utiles qu’aux Américains », comme le rapportait Malinovskij en octobre 1964. Celui-ci, pourtant très lié au premier secrétaire dans les années cinquante, considérait néanmoins, après la chute de son ancien « patron » qu’il avait bloqué pour de longues années les programmes de constructions navales45.

63On peut alors se demander si l’amiral Kuznecov n’a pas servi d’écran ou de ballon d’essai à d’autres maréchaux qui, sans nécessairement partager ses points de vue sur le rôle de la marine, n’en étaient pas moins circonspects à l’égard des idées avancées par Khrouchtchev, sinon en matière de stratégie, tout au moins en matière d’armement.

64Ceci pourrait avoir concerné en priorité les grands maréchaux de la guerre, authentiques soldats, dont les relations avec le pouvoir khrouchtchévien ne semblent pas avoir été faciles. On a vu plus haut l’attitude d’un Joukov mais elle pourrait tout aussi bien avoir concerné des hommes tels que Sokolovskij, Vasilevskij, Rotmistrov, voire Konev ou quelques autres. Ces maréchaux ayant été trop enclins à faire connaître leur point de vue, Khrouchtchev semble avoir constamment cherché à les écarter du pouvoir pour mettre à leur place des officiers plus politiques, donc plus dociles.

65Cette politique de Khrouchtchev paraît avoir atteint son objectif dans les mois qui ont suivi la session du Soviet Suprême du 14 janvier 1960. Cette session constitue une étape essentielle à la fois dans l’énoncé de la stratégie et dans la définition du rapport entre l’armée et le pouvoir.

Notes

1 C’est à cette époque qu’Eisenhower lance l’expression de « complexe militaro-industriel.

2 On remarque ainsi que l’ouvrage de M. KIRIJAN Voenno-Tehničeskij Progress... (op. cit.) donne quelques détails sur les R 1 et R 2 mais est muet sur la mise au point des ICBM, mentionnant seulement les progrès en matière de missiles tactiques, tactico-opératifs et sol-air. Certains articles de mémoires ont néanmoins été publiés ça et là, dans la prese soviétique depuis 1987.

3 BABAKOV (A) op. cit. p. 93-94. On retrouve un commentaire pratiquement identique dans Sovetskie Vooružennye Sily (1978) op. cit. p. 416 ou dans TOLUBKO (V), op. cit. p. 10.

4 La Puissance Militaire Soviétique op. cit. p. 202.

5 POLMAR (N) op. cit. p. 37.

6 Ibid. p. 39. Voir aussi BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 49.

7 Cité par BABAKOV (A), op. cit. p. 96.

8 XXI S’ezd KPSS. Stenografičeskij Očerk, Moscou, Gospolitizdat, 1959, T. 2, p. 280-281.

9 BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 49.

10 Ibid. p. 99 et La Puissance Militaire Soviétique, op. cit. p. 202.

11 BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 97.

12 Les SS 5 ont été progressivement démantelés à partir de 1977 – parallèlement au déploiement des SS 20- jusqu’à leur élimination totale en 1985. Les derniers SS 4 restant sont démantelés en vertu de l’accord FNI de Washington de décembre 1987. Ce sont également des missiles de cette catégorie qui ont été à l’origine de la crise de Cuba de 1962.

13 Voir La Puissance Militaire Soviétique, op. cit. p. 202 et 206, ainsi que BERMAN (R), BAKER (J), op. cit. p. 102-103.

14 La Puissance Militaire Soviétique, op. cit. p. 202.

15 POLMAR (N), op. cit. p. 31-32.

16 Ibid. p. 31-32 et CAMPBELL (C) Weapons of War, New York, Bedricks Books, 1983, p. 185-189.

17 Soviet Military Power, Washington, DoD, USGPO, 1988, p. 53.

18 Voir notamment KIRIJAN (M) Voenno-Tehničeskij Progress..., op. cit. p. 294-296 qui reprend l’essentiel de ce que dit le maréchal Tolubko (commandant en chef de l’armée des missiles stratégiques de 1972 à 1985) dans sa brochure Raketnye Vojska, op. cit. p. 14-15. Mais des ouvrages tels ceux de Babakov, op. cit., p. 95-98 ou Sovetskie Vooružennye Sily (1978), op. cit. p. 420-421, n’y font pas du tout allusion.

19 TOLUBKO (V), op. cit. p. 14-15.

20 Ces noms sont notamment mentionnés dans l’ouvrage de BABAKOV (A), op. cit. p. 95- 96. On peut également noter que Kirijan mentionne également cette liste en ajoutant les noms de Brejnev – cet ouvrage est publié en 1982,celui de Babakov en 1987 ! – et de F. Kozlov.

21 Voir natamment BABAK. OV (A) op. cit. p. 97 et Voennyj Enciklopediceskij Slovar’, (2ème édition), op. cit. p. 621 (La première édition de cette encyclopédie ne mentionne que la date de 1960).

22 Voir notamment KIRIJAN (M), op. cit. p. 97, TOLUBKO (V), op. cit. p. 15, Sovetskie Vooružennye Sily, op. cit. p. 421 et 509...

23 Discours de Khrouchtchev à la session du Soviet Suprême du 15 janvier 1960, compte rendu sténographique, Moscou, Gospolitizdat, 1960, p. 50.

24 Ibid, discours de Malinovskij, p. 83.

25 Krasnaja Zvezda, 26 octobre 1960.

26 PENKOVSKI (O), op. cit. p. 309. Le film des événements de cet accident a été retracé dans un article publié à la fin de 1988 dans la presse soviétique, dans le cadre de la réécriture de l’histoire : BOLOTIN (A), « lOaja PlošČad’ » (Le site N° 10), Ogonek, 47, novembre 1988, p. 10-14.

27 Discours de Khrouchtchev au Soviet Suprême, compte rendu sténographique, op. cit. p. 50.

28 CHASSIN (L), « Y – a-t-il un malaise dans l’armée soviétique », Revue Militaire Générale, novembre 1960, p. 185 (Le chiffre de 2,4 millions est donné par Malinovskij dans son discours au Soviet Suprême (p. 83) ainsi que par Khrouchtchev (p. 33-34). Dans son article, le général Chassin considère que ces chiffres « peuvent être tenus pour exacts »).

29 Ibid. p. 190.

30 Session du Soviet Suprême, CR sténo, p. 36 et 46 (Khrouchtchev) ainsi que p. 64 (Ustinov), p. 162 (Zaharov), p. 177 (Cujkov).

31 Ibid. p. 162, 177.

32 Ibid. p. 47.

33 Voir notamment PENKOVSKIJ (O), Op. cit. p. 293. Voir également l’interprétation plus nuancée de GARDER (M), Revue Militaire Générale, novembre 1960, art. cit. p. 466- 478.

34 Soviet Suprême, CR sténo, p. 53.

35 Ibid. p. 50.

36 Pravda, 29 juillet 1988.

37 Krasnaja Zvezda, 21 mai 1988.

38 GARTHOFF (R), Soviet Military Policy, op. cit. p. 43-44.

39 Izvestija, 28 juillet 1988.

40 Pravda, 29 juillet 1988.

41 Un ministère (commissariat du peuple) à la marine, distinct du ministère (commissariat) de la défense a existé en URSS de février 1918 à août 1923 ; de décembre 1937 à février 1946 et de février 1950 à mars 1953 (Source : Voennyj Enciklopedičeskij Slovar’ op. cit.).

42 Cité par GARTHOFF (R) op. cit. p. 63 (Pravda 27 juin 1953).

43 Ibid. p. 64.

44 Krasnaja Zvezda, 21 mai 1988.

45 Ibid.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search