Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Première partie. Le nucléaire, enjeu politique

Chapitre 7. Le débat militaire 1955-1959

Texte intégral

1Sans pour autant avoir été totalement silencieuse, l’armée soviétique avait, durant les deux années qui ont suivi la mort de Staline, fait preuve d’une discrétion exemplaire sur le chapitre des armes atomiques et des changements que leur apparition impliquait dans le domaine de la stratégie. A partir de 1955, certaines voix commencent à se faire entendre. Sans pour autant proposer un discours stratégique intégral, ces voix n’en ont pas moins lancé certaines idées qui, pour être souvent une actualisation d’idées anciennes, n’en ont pas moins servi à la mise au point de ce qui allait devenir la « doctrine Sokolovskij ». Tous les débats qui se sont déroulés entre 1955 et 1957, puis entre 1957 et 1960 s’avèrent donc d’une importance primordiale pour l’élaboration et la formulation de cette doctrine.

2Ces débats ont eu une double fonction. La première et peut-être la plus difficile consistait à remettre en question certains principes érigés en dogme sous et par Staline, toujours considéré comme le vainqueur de la guerre et par conséquent quasi intouchable. La seconde, aussi difficile mais moins délicate politiquement parlant, visait à proposer des idées nouvelles ou tout au moins à adapter certaines idées préexistantes aux conditions nouvelles.

La rupture avec le passé : 1955-1957

  • 1 PUHOVSKIJ (N), op. cit.
  • 2 TALENSKIJ (N), Voennaja Mysl’, 9, 1953, art. cit.

3C’est surtout à partir de 1955 que, dans la littérature militaire ouverte, l’on voit apparaître de façon plus systématique les remises en cause, les critiques ou les propositions d’idées nouvelles. On a vu que, dès 1953, certaines voix s’étaient élevées contre le culte de la personnalité1 ou contre les principes des facteurs permanents2. Mais ces prises de position ne paraissent pas avoir été suivies d’effets, sinon négatifs pour leurs auteurs.

  • 3 Dans le numéro 1 de 1959 de cette revue, Talenskij publie un article sur « le problème des facteurs (...)
  • 4 Voir notament ERENBURG (I) « Ljudi, gody, žizn’ » (Les gens, les ans, la vie), Ogonek, 25 juin 1987 (...)

4A la suite de son article sur les lois de la guerre, Talenskij a été remplacé à son poste, relativement prestigieux, de rédacteur en chef de Voennaja Mysl’. Ce général ne disparaît pas pour autant dans les « oubliettes » de l’histoire. Il continue, jusqu’à sa mort en 1965, de publier – y compris dans Voennaja Mysl’3 – de bousculer certaines idées reçues et... d’être critiqué. Mais sa fonction dans le système militaire soviétique a été modifiée. Elle passe d’un niveau de réflexion au sein de la structure interne de l’état-major à celle de porte-parole, à l’intention de l’extérieur, de certains points de vues soviétiques4. Sa nouvelle revue de rattachement est Meždunarodnaja Zizn’ (La Vie Internationale) qui, dès lors qu’elle paraît en langues occidentales (1962), devient l’une des principales revues soviétiques à usage externe.

5Mais, en 1955, la cible principale des auteurs militaires est la théorie des « facteurs permanents et temporaires décidant de l’issue de la guerre » et plus particulièrement l’un de ces derniers : la surprise.

6Puis, au cours de cette deuxième moitié de la décennie, d’autres thèmes apparaissent, des thèmes nouveaux, réévalués ou renouvelés : le rôle du nucléaire tactique, le rôle de l’homme face à la technique, la conception de la victoire dans une guerre nucléaire, la transformation d’une guerre locale en une guerre totale. En d’autres termes, il s’agit là d’autant de thèmes tournant autour d’une réflexion générale sur la nature d’une nouvelle guerre, et développés en liaison avec l’actualité internationale.

7On remarque également qu’au fur et à mesure que les différents responsables politiques limitent leurs prises de position sur la guerre nucléaire, les militaires prennent le relais et en développent les aspects plus concrets. En fait, le cadre politique – qui pourtant, à l’époque peut paraître bien approximatif et fluctuant – ayant été fixé, les aspects plus strictement militaires d’une question peuvent être approfondis par les intéressés eux-mêmes. Cette réflexion donnant à son tour au pouvoir politique le cadre « technique » à l’intérieur duquel, en 1960, il fixe les grandes lignes de la stratégie nouvelle.

Dépérissement de la théorie des facteurs permanents et réévaluation de la surprise

  • 5 Dictionnaire Encyclopédique Militaire, (2ème édition), op. cit. p. 640.

8En 1955, tant en termes de concepts qu’en termes de moyens, la guerre atomique future est exclusivement envisagée comme une guerre aérienne. C’est dans cette perspective que, en février et mars 1955, le maréchal Rotmistrov publie deux articles, l’un dans L’Etoile Rouge, l’autre, plus confidentiel, dans Voennaja Mysl’. Dans ce dernier, il précise certaines idées qui ne sont qu’implicitement suggérées dans le quotidien de l’armée. Il est intéressant de relever que, a priori, le profil militaire du maréchal Rotmistrov ne le destinait pas à engager un tel débat sur la guerre nucléaire. En effet, celui-ci a consacré l’essentiel de sa carrière aux chars. Lorsqu’il publie ces deux articles, il vient de terminer l’Académie de l’Etat-Major Général (1953), Académie dans laquelle il avait enseigné entre 1948 et 1958. Il prend alors, en 1958, la direction de l’Académie des Troupes Blindées5.

  • 6 Krasnaja Zvezda, 24 mars 1955.

9Le 24 mars 1955, le maréchal des chars – il sera promu « maréchal principal » en 1962 – Rotmistrov publie un article intitulé « Pour une étude créatrice des questions de science militaire soviétique »6. L’objet, tout au moins en apparence, de cet article qui, formellement, se présente comme une analyse bibliographique, est de critiquer certains auteurs qui, traitant de la science militaire, soit « ne font que répéter des vérités connues sans oser des conclusions nouvelles », soit l’étudient sans la relier au « développement actuel de la chose militaire... sans considérer les changements, intervenus dans les forces armées mais aussi dans les Etats impérialistes ».

10En fait, derrière cette critique de livres, il s’agit en premier lieu de réhabiliter la surprise, alors considérée comme un « facteur temporaire ». Certes, il faut agir avec prudence et Rotmistrov écrit deux ans après la mort de Staline, dans un pays où le changement, au moins en ce qui concerne les concepts, est particulièrement lent.

  • 7 Il s’agit de la brochure de TARANCUK (M) sur les « facteurs permanents déterminant l’issue de la gu (...)

11L’argumentation de Rotmistrov se fait en trois temps. Tout d’abord, il reconnaît, avec l’un des auteurs critiqués7, que la surprise est une arme des Etats agressifs, de l’impérialisme, mais, s’interroge-t-il, si cela était vrai au cours de la Seconde Guerre mondiale, qu’en est-il, actuellement, « dans les conditions de l’utilisation des armes atomiques et thermonucléaires ? »

12Deuxième temps de l’argumentation, les impérialistes envisagent une guerre atomique « éclair et même super-éclair pour réduire la durée de la guerre ». D’où le maréchal tire la conclusion que « le rôle de la surprise dans la guerre actuelle non seulement ne diminue pas mais, au contraire, s’accroît de plus en plus ».

13Enfin, le troisième temps, est un retour en « terrain connu » puisque Rotmistrov, avec une prudence qui pourrait être encore de rigueur affirme que « le rôle croissant de la surprise ne réduit en rien le rôle des facteurs permanents ».

14De ces trois constatations, Rotmistrov tire la conclusion générale, une conclusion qui n’est qu’ implicitement suggérée dans l’article de l’Etoile Rouge, que, face à une menace d’attaque surprise américaine, les forces armées soviétiques « ne doivent pas considérer passivement un tel état de fait... Il s’agit d’empêcher qu’une attaque surprise ne soit lancée et qu’on ne soit pris pris à l’improviste. Ceci n’est possible que dans les conditions d’une grande vigilance et d’une excellente préparation au combat... qui donnent la possibilité de faire échouer tout projet de l’agresseur et d’écraser ce dernier ».

  • 8 ROTMISTROV (P) « O roli vnezapnosti v sovremennoj vojne » (Le rôle de la surprise dans la guerre mo (...)
  • 9 Ibid. p. 14, 17, 19.

15Or, ce qui n’est qu’implicitement suggéré dans l’article de L’Etoile Rouge – une frappe « préemptive » – sera clairement exprimé dans l’article publié par Voennaja Mysl’. Dans cet article, directement consacré à la surprise, Rotmistrov réaffirme l’importance nouvelle de ce facteur dans la guerre future8. Mais, sur ce point, il n’apporte, rétrospectivement, pas beaucoup plus de choses que dans son article de l’Etoile Rouge. Encore qu’il aille jusqu’à affirmer à trois reprises que, dans certaines circonstances, la surprise « puisse influencer dans une large mesure le déroulement et même l’issue de la guerre ». Mais ceci ne saurait pour autant signifier que la surprise soit la seule condition d’obtention de la victoire9.

  • 10 Ibid. p. 20.

16Il va donc tirer, cette fois explicitement, la conclusion logique de son discours, à savoir que si l’on ne veut pas être surpris, il faut soi-même surprendre avant d’être surpris ! « Le devoir des forces armées soviétiques est de ne pas permettre une attaque surprise de l’ennemi et, dans le cas où il tenterait une telle chose, non seulement de repousser victorieusement cette attaque, mais aussi de porter une contre-attaque ou même une frappe préemptive par surprise d’une force destructrice énorme. Pour ce faire, l’armée et la marine soviétiques disposent de tout ce qui est nécessaire »10.

  • 11 Ibid. p. 18 Il s’agit là d’une exégèse audacieuse de cette ordonnance dans laquelle Staline, on l’a (...)
  • 12 Ibid. p. 19.

17Mais Rotmistrov, ici, comme dans son autre article, n’en cherche pas moins à faire preuve d’une grande prudence dans sa révision des analyses antérieures. En effet, il se référé notamment à Staline et à son ordonnance N° 55 du 23 février 1942 dans laquelle, selon Rotmistrov, Staline aurait insisté sur l’importance de la surprise11. Par ailleurs, il affirme que, « dans certains cas, une offensive par surprise avec un usage massif de l’armement nouveau, peut conduire à l’effondrement (Krah) rapide de l’Etat »12. Mais il ne faut pas oublier, non plus que, en 1955, les missiles à long rayon d’action n’ont pas encore été développés comme ils le seront à la fin de la décennie. La menace, pour l’URSS, vient donc essentiellement de l’espace aérien.

  • 13 Ibid. p. 25.

18Ceci conduit Rotmistrov à conclure – et cette conclusion se retrouve également chez Malinovskij, Sokolovskij et bien d’autres – que « les seules armes atomiques et thermonucléaires ne résolvent pas l’issue de la guerre. C’est seulement par une frappe massive par surprise au moyen de toutes les armées et armes complétant et exploitant les effets des coups atomiques, que l’on peut obtenir des succès importants et durables dans les actions militaires actuelles »13.

  • 14 Ibid. p. 21.

19Mais il s’agit également, dans cet article, de rester conforme au discours pacifiste soviétique et, par conséquent de bien préciser que, armes nucléaires ou non, l’URSS n’a pas l’intention de faire ce qu’elle reproche aux occidentaux de vouloir lui faire : une guerre préventive. « Le développement du rôle de la surprise, combiné avec la modification de nature de la guerre moderne, montre que si nous sommes obligés de prendre les armes, nous devrions prendre l’initiative stratégique en utilisant pleinement l’élément de la surprise... L’aspiration à prendre et à garder l’initiative stratégique ne doit pas être comprise comme une intention de commencer une guerre préventive contre les ennemis de l’URSS qui se préparent à nous attaquer. L’Union Soviétique ne menace personne... »14.

20Cet article de Rotmistrov apporte deux choses. La première est que, dès qu’il a pris connaissance de cette publication, le monde occidental – en fait les Etats Unis – est convaincu que l’URSS a adopté une conception de frappe préemptive et, que, effectivement, même si les Soviétiques ont toujours démenti avoir une telle conception, rien, dans leur discours stratégique ne permet de démentir une telle affirmation. L’ambiguïté du discours public reste constante jusqu’au moins la fin des années soixante-dix.

  • 15 Krasnaja Zvezda, 27 avril 1958 (KURASOV (V), « le problème de la frappe préemptive).

21L’autre élément qu’il faut relever est qu’il a fallu trois ans, après la publication de cet article, pour que la littérature militaire ouverte – en l’occurrence L’Etoile Rouge – utilise le terme de « préemptif » dans un de ses articles15. L’objet de cet article consiste en fait à attribuer aux Etats Unis de telles intentions et à leur reprocher de soupçonner l’URSS d’avoir ces mêmes intentions.

22Ces deux articles de Rotmistrov ont, sinon lancé, tout au moins rendu public un débat sur la surprise et accessoirement sur son corrolaire, les frappes préemptives. En fait, la publication de ces deux articles démontrerait plutôt que le débat est clos, même si certains continuent de mener un combat d’arrière-garde visant à faire perdurer la théorie des facteurs permanents telle que Staline l’avait énoncée.

  • 16 « La victoire historique du peuple soviétique » Voennaja Mysl’, 5, 1955, cité par DINNERSTEIN (H), (...)
  • 17 Ibid. p. 191.

23En effet, à plusieurs reprises, la revue Voennaja Mysl’, qui, indubitablement, représente le point de vue de l’état-major, confirme les conceptions de Rotmistrov. Ainsi, dans un éditorial – ce qui démontre encore plus le caractère officiel d’un texte – était affirmé qu’il était nécessaire de mettre au point « les voies et les moyens de prévention d’une attaque surprise ennemie et de porter contre l’adversaire des frappes préemptives à tous les niveaux : stratégique, opératif et tactique »16. Dans ce même numéro de la revue, le général Kuročkin réaffirmait ce même principe17. Malgré ces prises de position qui semblaient officialiser à la fois la réévaluation du rôle de la surprise et l’introduction de la notion de frappe préemptive, certains articles, notamment ceux publiés dans la presse de la direction politique des armées, continuaient d’affirmer la primauté de la théorie stalinienne des facteurs permanents. La revue de la direction politique semble de ce point de vue, avoir été la plus lente, ou la plus réticente, à intégrer le changement dans ses pages.

  • 18 ZUBAREV (V) « V.I. Lenin i voennaja nauka » (Lénine et la science militaire) Propagandist i Agitato (...)
  • 19 FEDOROV (G) « Dialektičeskij materializm i sovetskaja voennaja nauka » (Le matérialisme dialectique (...)

24Ainsi, en juillet 1955, un major Zubarev réaffirme-t-il la validité de la théorie des facteurs permanents « formulés par Staline... en s’appuyant sur les conceptions de Lénine, en les développant, en les concrétisant »18. Au mois de septembre suivant, le rôle de la surprise était considéré, dans cette même revue, comme s’étant « sensiblement accru avec le développement de la technique militaire et des armements, mais, dans tous les cas, elle se trouve dans une situation de dépendance directe par rapport aux facteurs permanents dont disposent les Etats belligérants »19.

25A l’inverse, aucun article de cette revue ne vient soutenir les nouvelles conceptions. L’attitude de L’Etoile Rouge est, de ce point de vue, plus « conciliante » ou « équilibrée », alternant les articles en faveur de la surprise et, plus ou moins implicitement, des frappes préemptives et ceux en faveur du maintien des conceptions staliniennes.

  • 20 Krasnaja Zvezda, 8 mai 1955.

26En faveur des nouvelles théories, on peut citer l’article du maréchal Sokolovskij consacré au dixième anniversaire de la victoire de 1945 et dans lequel il affirme que « le développement sans précédent de l’aviation moderne et de la technique de la réaction, l’apparition des armes atomiques et thermonucléaires, ont largement renforcé le développement du facteur de la surprise »20.

  • 21 Krasnaja Zvezda, 7 juin 1955.

27Un mois plus tard, cet éditorial du même quotidien qui exigeait que l’on publiât « plus de bons livres militaires », affirmait que « dans les travaux scientifiques, on n’apprécie pas toujours justement le rôle de la surprise dans la guerre moderne » et de réclamer que l’on « ne craigne pas de dire des mots nouveaux dans les livres militaires ». Le devoir des éditeurs militaires est désormais de « soutenir les auteurs qui ne craignent pas de poser les premiers la question du remplacement de telle ou telle conception périmée par de nouvelles conclusions ou conceptions »21.

  • 22 Krasnaja Zvezda, 9 avril 1955.

28Cet éditorial, adressé aux éditeurs, peut être rappoché d’un autre éditorial s’adressant, lui, deux mois plus tôt, aux pédagogues militaires. Certes, de tels éditoriaux reviennent-ils régulièrement dans la presse, mais il est indéniable que certains sont plus pressants – ou convaincants – que d’autres. C’est le cas de ces deux textes parus au printemps de 1955. L’éditorial consacré aux institutions d’enseignement militaire souhaitait que ces établissements fussent « au niveau des exigences actuelles »22. Il reprochait ainsi le manque de « sens créateur chez les jeunes cadres ». Mais surtout, il suggérait une solution pour améliorer les travaux des élèves des institutions d’enseignement militaire supérieur : « tant qu’il n’y aura pas une amélioration de l’information tant sur notre science militaire que sur celle des pays étrangers, on ne peut s’attendre à des progrès ».

29Mais, comme on peut le constater, si L’Etoile Rouge prend plutôt parti pour les « rénovateurs » – tout au moins en ce qui concerne le rôle de la surprise – elle n’en publie pas moins également des articles défavorables à l’abandon de la théorie des facteurs permanents.

  • 23 Krasnaja Zvezda, 30 août 1955.

30Ainsi, dans un de ces longs articles s’étalant sur le bas des deux pages intérieures de la presse quotidienne soviétique (podval), le général-major Boltin publie-t-il un article consacré à « la science militaire bourgeoise et soviétique ». Il y dénonce d’abord, fort classiquement, les conceptions « bourgeoises » de l’usage d’une seule arme donnant « la recette de la victoire », citant Douhet et Fuller. Il dénonce également la constitution de petites armées très technicisées et les théories de la « guerre presse-bouton » et du « Blitzkrieg atomique ». Mais, en des termes plus ambivalents, Boltin affirme également que « à la différence des théories bourgeoises qui privilégient les facteurs temporaires non objectifs, en premier lieu la surprise, la science militaire soviétique est fondée sur la position connue des facteurs permanents déterminant l’issue de la guerre »23.

  • 24 Voir notamment DINNERSTEIN (H), op. cit. p. 170 et 184.

31Pourquoi ce débat s’ouvre-t-il en février-mars 1955 ? Certains auteurs occidentaux y ont vu une conséquence du limogeage de Malenkov de son poste de premier ministre en février 195524. Compte tenu de ce que l’on sait désormais du rôle de Malenkov dans l’élaboration de la pensée militaire soviétique à l’âge nucléaire, cette interprétation ne paraît pas réellement satisfaisante. En fait, on peut se demander si, à l’origine de ce débat, on ne pourrait pas plutôt voir le remplacement de Boulganine par Joukov à la tête du ministère de la défense. Le nouveau ministre, authentique soldat, aurait permis, sinon favorisé, l’ouverture de ce débat sur la réévaluation de la surprise et des facteurs permanents.

32En effet, l’un des principaux éléments de la politique menée par Joukov à son ministère a été, on l’a vu, la volonté de limiter le poids des organes politiques au sein des forces armées. Le changement de ton intervenu à partir de 1955 correspond bien à cette préoccupation de Joukov. Ceci paraît par ailleurs – et a contrario – confirmé par l’attitude d’une revue comme Propagandist i Agitator qui continue de présenter des théories, déjà considérées comme périmées par les officiers d’armes en général et par l’état-major en particulier.

  • 25 Cité par DINNERSTEIN (H) op. cit. p. 171.

33Qu’il y ait eu changement en février 1955 est indéniable puisque la revue Voennaja Mysl’, dans l’éditorial de son numéro de mars en vient même à faire son autocritique pour avoir « retardé sans raison valable la publication de l’article de Rotmistrov sur le rôle de la surprise, révélant ainsi l’absence d’une audace nécessaire pour poser une question nouvelle et urgente, ayant une grande importance pour comprendre correctement le caractère de la guerre moderne »25.

  • 26 Dans le même temps, un débat s’instaure dans la revue autour de l’article de Talenskij sur les « lo (...)
  • 27 Bol’saja Sovetskaja Enciklopedija (grande encyclopédie soviétique), Moscou, éditions BSE, T. 34, 19 (...)

34De la même façon, l’on peut considérer que la réhabilitation, au moins partielle, de Talenskij, intervenue à ce moment, s’inscrit dans cette perspective. On se souvient que ce général a été le premier à émettre des doutes, dès le mois de novembre 1953, sur la validité des théories des facteurs permanents. Or, au cours de l’année 1954, il a été démis de ses fonctions de rédacteur en chef de Voennaja Mysl’26. Pourtant, ironie du sort, autocritique-test ou réhabilitation, c’est lui qui rédige le long article « facteurs permanents » dans la Grande Encyclopédie Soviétique dont le tome correspondant paraît en 195527.

35Sans être aussi direct que dans son article de 1953, Talenskij n’en nuance pas moins l’importance de ces facteurs, adoptant, semble-t-il un ton moins de critique que d’ironie sceptique : « d’éminents responsables politiques et militaires ont, depuis longtemps, estimé que, sur le cours de la guerre, influaient de façon décisive des facteurs tels que la solidité des arrières... mais on a aussi accordé une grande importance à l’attaque par surprise qui a parfois été décisive dans le succès d’une guerre ».

36Après avoir analysé successivement les cinq facteurs permanents, Talenskij conclut son article, d’une part, en critiquant « les théoriciens militaires bourgeois qui surestiment la signification des facteurs temporaires ». Mais, contrairement à de nombreux auteurs de l’époque, il ne cite pas la surprise parmi ces facteurs temporaires. D’autre part, il écrit que « la science militaire soviétique ne nie pas la grande importance de facteurs temporaires comme la surprise », tout en rappelant le rôle décisif des facteurs permanents. Mais il ajoute que : « porter par surprise une première frappe avec des armes atomiques ou à hydrogène peut jouer un rôle dans la période initiale de la guerre ».

37De l’ensemble de ces prises de position, on peut conclure qu’en 1955, la surprise est officiellement et ouvertement considérée, contrairement à la période antérieure, comme un facteur important déterminant l’issue d’une nouvelle guerre et notamment d’une guerre atomique. On peut également conclure que le principe d’une frappe préemptive est admis, mais qu’il fait partie du non-dit, au moins dans la littérature ouverte.

38Mais il faut également se situer dans la perspective des armements existant à cette époque. En 1955, le vecteur privilégié de l’arme atomique, aux Etats Unis comme en URSS, reste le bombardier. Or, il est indéniable qu’à partir de 1957, avec l’apparition des ICBM, mais aussi avec le perfectionnement des IRBM, le facteur surprise et le principe d’une frappe préemptive prennent une importance encore plus considérable.

  • 28 Voir notamment le discours déjà cité de Boulganine au Soviet Suprême du 27 décembre 1955. La mise n (...)

39Pourtant, l’apparition de ces armes balistiques n’a pas relancé le débat ou tout au moins suscité de nouvelles réaffirmations des principes admis en 1955. Il semble donc qu’en 1955, la chose ait été entendue. Une question cependant se pose à ce sujet. Si l’on considère que l’URSS ne disposait, en 1955, que du vecteur aérien avec toutes ses imperfections et ses inconvénients pour une puissance continentale, le débat de 1955 n’aurait-il pas été lancé dans la perspective relativement proche de l’apparition des armes intercontinentales. Ne se serait-il pas agi là, de préparer une partie du terrain théorique pour assurer l’innovation de 1957 ? C’est en effet, on l’a vu, à la fin de 1955 que les responsables politiques soviétiques commencent à faire des allusions de plus en plus fréquentes et précises aux missiles ayant une capacité intercontinentale28.

40Ainsi débarrassés de certains éléments de stratégie stalinienne, gênants pour « accueillir » les armes nouvelles, les stratèges soviétiques peuvent alors se consacrer à « construire » un nouvelle théorie, les anciens éléments ayant été définitivement rejetés.

Missiles et nouvelle pensée (1957-1959)

41Si l’on exclut quelques discussions transitoires de nature plus idéologique, l’essentiel des débats de fond sur la stratégie se déroule au sein de l’état-major. De ces débats, engagés dans les académies militaires et les états-majors en 1957, la littérature ouverte n’a fait paraître que des reflets – ou des remous – relativement superficiels. Mais à la lumière d’informations sur la réalité de ces débats confidentiels, il est possible de saisir un certain nombre d’allusions aux thèmes abordés dans la littérature soviétique ouverte. Dans ces reflets publics, on peut relever que les références à l’arme atomique sont relativement moins importantes que par le passé. Ceci tendrait à étayer l’hypothèse selon laquelle, pour les Soviétiques, le vecteur prime sur la nature de la charge.

42De même que le pouvoir politique avait annoncé, dès la fin de 1955, l’apparition prochaine des missiles à très grand rayon d’action, de même, la presse militaire, certes de façon moins ostentatoire, prépare-t-elle le terrain à une telle « révolution dans la chose militaire ». Ces messages de la presse militaire ne sont en fait lisibles, à l’époque, que par des « initiés ». Mais, rétrospectivement, il est évidemment plus aisé d’y déchiffrer le message transmis.

Le débat économique

  • 29 Krasnaja Zvezda, 18 novembre 1956.

43A l’occasion de la fête annuelle des artilleurs, le maréchal d’artillerie M. Čistjakov – commandant en chef adjoint de l’artillerie de 1946 à 1957 – après avoir décrit les progrès techniques de l’armement, réfute, et pour cause, les commentaires occidentaux sur la diminution du rôle de l’artillerie au profit de l’aviation, considérée comme le seul vecteur possible de l’arme atomique29. Il est certes possible de voir dans cet article le plaidoyer d’un artilleur en faveur de son arme et critiquant les conceptions occidentales sur une guerre victorieuse menée grâce à une seule technique d’armement. Ceci n’aurait, en soi, rien d’original. Mais il est évident que, dans le contexte spécifiquement soviétique, ce commentaire prend une tout autre dimension. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si, peu après la création de l’armée des missiles stratégiques, en 1959, la fête de cette arme nouvelle a été, à partir de 1964, confondue en une seule et même fête, avec celle des artilleurs (le 19 novembre).

44Le maréchal Cistjakov affirme ainsi dans son article que « l’arme atomique, non seulement ne réduit pas le rôle de l’artillerie, mais au contraire élargit les limites de son emploi. L’artillerie, en premier lieu réactive, peut être utilisée pour le lancement de munitions atomiques, non seulement dans la zone d’action tactique de l’infanterie et dans son intérêt mais aussi en corrélation avec l’aviation à long rayon d’action dans des buts stratégiques ».

  • 30 Krasnaja Zvezda, 9 mai 1957.

45Six mois plus tard, à l’occasion de l’anniversaire de la victoire, l’éditorial du quotidien de l’armée, rappelle les « succès de l’économie socialiste, le travail conséquent de la classe ouvrière, des savants et des ingénieurs » qui ont permis aux forces soviétiques de disposer d’une « technique militaire et d’armement de première classe, de tout ce qui est nécessaire... pour porter des coups destructeurs à tout agresseur où qu’il se trouve ». Pour ce faire, l’URSS dispose notamment des armes atomiques et thermonucléaires qui remplacent de plus en plus les armes classiques et qui, « si l’arme atomique n’est pas interdite, seront nécessairement mises en œuvre comme principal moyen de combat »30.

  • 31 Krasnaja Zvezda, 26 novembre 1957.

46L’autre message porté par cet éditorial, message que l’on retrouvera de plus en plus fréquemment dans la littérature soviétique, au fur et à mesure que les armes balistiques se perfectionnent, est que, quel que soit le moyen de combat utilisé, le rôle de l’individu dans la future guerre, reste fondamental. Dans un langage plus imagé, Khrouchtchev, recevant les diplômés des académies militaires, pourra dire ainsi : « Le plus important dans les forces armées, c’est l’homme. Sans eux, sans leur maîtrise de toutes les techniques, la technique est morte »31.

  • 32 Pravda, 16 mars 1957.

47Pourtant, et Joukov l’avait bien souligné dès son discours au XXème Congrès, l’homme, le militaire de 1956-57, n’est plus le même que celui de l’époque stalinienne. D’une utilisation extensive des troupes où le nombre primait sur la qualité, les transformations dans les techniques d’armements exigent une bien meilleure formation des combattants. Joukov renouvelle d’ailleurs cette exigence, entre autres, dans une conférence qu’il prononce pour des « combattants d’élite ». Il y affirme que « l’armée et la marine doivent maintenant exiger que chaque spécialiste, chaque sergent, sous-officier cherche à devenir un spécialiste de première classe, un instructeur d’élite dans une spécialité donnée »32.

48Ce n’est, dans ces conditions, pas un hasard si, entre le mois d’août 1955 et janvier 1957, le pouvoir a décrété à trois reprises une réduction des effectifs de l’armée :

  • le 13 août 1955 est annoncée une réduction de 640 000 hommes. C’est de cette réduction dont Joukov parlera dans son discours au Congrès pour annoncer sa réalisation effective ;
  • Le 14 mai 1956, une réduction de 1,2 millions d’hommes est annoncée et qui devrait être effective pour le 1er mai suivant ;
  • Enfin, le 7 janvier 1958, est annoncée une nouvelle réduction de
    300 000 hommes33.
  • 34 Voir notamment l’interview du général Tretjak (commandant en chef de la PVO) dans les Nouvelles de (...)

49Quelle que soit la réalité de ces chiffres, – concernent-ils les seules forces soviétiques ou bien incluent-ils également les forces des pays du Pacte ? Une partie de ces réductions de forces comprend-elle une libération par anticipation d’une partie du contingent ?... – il est indéniable qu’il y a eu diminution d’effectifs. Il est tout aussi indubitable que ces réductions successives ont marqué l’armée soviétique pour de longues années puisqu’on en retrouve des échos plus de trente ans après, à la suite de la décision, prise en décembre 1988, de réduire les forces de 500 000 hommes34.

  • 35 « Ces dernières années, le gouvernement soviétique a réduit de façon significative ses forces armée (...)

50Ceci peut s’expliquer pour plusieurs raisons. Certes, en une période au cours de laquelle les Soviétiques cherchent à améliorer leurs relations avec l’ouest, ces décrets ont indéniablement une fonction de propagande35. Mais ceci n’explique pas tout.

51En fait, le discours soviétique doit, sur ce point, naviguer entre deux contraintes. La première est l’exigence conduisant à réfuter les « conceptions impérialistes » selon lesquelles la future guerre ne pourra être menée que par une « petite armée de techniciens ». Pour les Soviétiques, on l’a vu, la future guerre ne pourra être menée que par une armée de masse, quelles que soient les armes employées, y compris les armes atomiques. Quelle est la part d’idéologie proprement dite et celle des « pressions » des différentes armées – notamment de l’armée de terre – dans cette exigence du maintien d’une armée de masse ? Sans doute, l’une et l’autre ont-elles joué.

  • 36 Voir PERGENT (J), art. cit.

52La seconde contrainte est d’ordre strictement économique. A un moment où le pouvoir soviétique se lance dans des grands travaux d’investissement, il a besoin de main d’œuvre. Il s’agit donc d’en dégager de son plus grand réservoir : l’armée. Ce manque chronique de main d’œuvre s’explique à la fois par une raison strictement démographique – conséquence des purges staliniennes sur la natalité et ponctions dues à la guerre – et par une raison, toujours valable, tenant à la nature du système de production, fort consommateur de main d’œuvre36.

53On constate en effet que, dans les mois qui ont précédé l’annonce du succès des essais des ICBM, la question de la relation entre guerre et économie a de nouveau été posée. On se souvient que, au début des années cinquante, un débat sur ce même thème avait déjà eu lieu. Son objet était alors en fait essentiellement théorique puisqu’il posait notamment la question de savoir si l’économie de défense pouvait ou non être considérée comme un des éléments constitutifs de la science militaire.

54Le retour de l’économique dans les préoccupations des militaires procède, en 1957, d’une motivation beaucoup plus concrète. Il est lié à l’apparition des armes nouvelles et, implicitement, aux exigences techniques qu’elles imposent à l’ensemble du système de production.

55Dans un ouvrage paru en 1957 – et, si l’on en croit les dates indiquées, entre le lancement de l’ICBM et celui du Spoutnik – on peut constater qu’il n’est pas fait allusion au débat de 1951-1952 et que l’on n’aborde même pas la question de la relation entre la science militaire et l’économie de défense. Le thème principal de cet ouvrage de 1957 est de montrer la responsabilité respective du stratège et du planificateur dans l’organisation des forces et la conduite des opérations, tant sur le front que sur les arrières.

  • 37 LAGOVSKIJ (A), Strategija i Ekonomika, (Stratégie et économie), Moscou, Voenizdat, 1957, p. 71.
  • 38 Ibid. p. 81.

56Pour l’auteur de l’ouvrage, le colonel A. Lagovskij, c’est à la stratégie de « connaître les besoins du pays, de sa population, du secteur non militaire de la production... de définir très précisément le cours de la mobilisation de l’économie nationale, le rythme de déploiement de la production de guerre et les difficultés qui peuvent surgir dans l’économie nationale »37. Cette exigence du stratège se trouve encore accrue depuis l’apparition des armes nouvelles. Car, et ceci rejoint les remarques précédentes sur la nécessité du maintien de forts effectifs, « l’expérience a montré qu’une arme, aussi puissante qu’elle soit, ne peut permettre d’obtenir des succès dans la lutte armée que si elle est utilisée à une échelle massive »38.

  • 39 Ibid. p. 84.

57Cette constatation a des implications dans le domaine de la production des armements et donc aussi, selon Lagovskij, sur l’ensemble de l’économie. Il préconise, par conséquent – là encore en critiquant les conceptions de la guerre fondée sur l’emploi d’une seule arme privilégiée, en l’occurrence les théories de Fuller sur les chars et surtout de Douhet sur l’aviation – « un développement harmonieux de toutes les forces armées ». Il précise néanmoins que le qualificatif « d’harmonieux » ne doit pas être pris au pied de la lettre, c’est à dire que l’on ne doit pas l’envisager comme conduisant à « un développement identique et simultané de toutes les armées et de toutes les armes »39.

  • 40 Ibid. p. 130.

58Mais, prenant en compte l’ensemble de l’économie, il affirme également – et c’est un cas suffisamment rare dans la littérature tant militaire qu’économique ou politique en URSS pour qu’on le souligne – la nécessité d’unifier les techniques de production militaire et civile : du matériel de transport jusqu’à l’industrie alimentaire, « pour chaque production d’armement, il faut prendre en compte ce qui existe déjà dans le civil en produits analogues et se garder la possibilité de prendre ce qui est déjà produit »40. Cette analyse n’est, certes qu’à sens unique et n’aborde pas le thème des retombées civiles de la recherche-développement militaire qui ne se développera que plusieurs années plus tard. Mais il n’en reconnaît pas moins explicitement l’existence de liens étroits entre les deux secteurs de l’économie.

59La publication de cet ouvrage peut-elle être rattachée à la lutte pour le pouvoir suprême qui n’était pas encore parachevée ? On se souvient que si Malenkov proposait une analyse de la guerre future qui n’était pas inacceptable pour les militaires et que le même Malenkov avait un capital de confiance relative auprès de l’armée, ses idées de réévaluation de la part de l’industrie lourde et de celle des biens de consommation dans le système productif soviétique avait quelque peu inquiété les militaires. Or, il est de notoriété générale que l’armée est grosse consommatrice d’industrie lourde et ne voit jamais d’un bon œil ce qui pourrait réduire ses ressources.

  • 41 « Les possibilités croissantes de l’économie et avant tout les grandes réalisations dans le dévelop (...)

60Depuis la mort de Staline, Malenkov – et c’est ce qui faisait sa « popularité » auprès d’une partie de la population mais qui également pouvait être utilisé comme arme contre lui, et qui le sera – avait cherché sinon à réduire la production de l’industrie lourde tout au moins à accroître la part des biens de consommation. Ces prises de position sur l’économie au cours des années 1957 et 1958 – si l’on considère toutefois que rien de ce qui se fait en URSS n’est totalement « innocent » – pourraient fort bien s’intégrer comme un élément de la lutte contre le groupe « anti-parti ». En rappelant la situation de dépendance de l’économie à l’égard de la stratégie, et l’importance croissante d’un bon état général de l’économie nationale dans la perspective de la préparation d’une future guerre, ne s’agissait-il pas là d’« exorciser » toutes les propositions visant à augmenter la part des biens de consommation et, par là, même seulement en termes relatifs, une réduction de la part de l’industrie lourde ?41

61Car en fait, la question qui se pose est plus celle de la relation entre industrie lourde et biens de consommation que celle du volume officiel des dépenses militaires qui sont en constante diminution, tant en valeur absolue qu’en valeur relative, depuis 1952 (à l’exception de 1955 où ces dépenses ont augmenté de 12 %).

  • 42 HOLLOWAY (D), in Industrial Innovation..., op. cit. p. 305. Voir également Ekonomiceskaja Žizn’ SSS (...)

62Cette réduction des dépenses militaires telle qu’elle est annoncée n’a, en fait, pas de raison valable d’inquiéter l’armée. D’une part, il y a effectivement réduction des dépenses de personnels à la suite des diminutions d’effectifs en 1955, 1956 et 1958. Mais, ce qui pourrait conduire à une augmentation de ce même budget n’apparaît pas, ou tout au moins, dans une proportion infime, dans ce budget. En effet, la construction des missiles, des armes nucléaires... dépendent de ministères aux noms et aux rattachements fort civils (constructions mécaniques générales, constructions mécaniques moyennes...) lesquels ne sont pas intégrés dans le budget de la défense. De plus, la mise en place, à cette époque, des Sovnarkhozes jette une certaine confusion dans l’organisation de l’économie. Toutefois, le secteur des industries de défense a été moins touché que les autres secteurs de l’économie par ces regroupements administratifs42.

  • 43 Voir notamment Jane’s Defense Weekly, 9 février 1985, p. 212. Le plan de développement militaire su (...)

63Mais on peut voir également dans ces prises de position, l’énoncé de la base économique du nouveau plan de développement militaire engagé en 1956. Ce nouveau plan, qui fait suite à deux plans quinquennaux (1946- 1951 et 1951-1956) est, sans doute, compte tenu de la complexité des nouveaux armements à mettre en œuvre, fixé pour une durée de dix ans (1956-1966) avec pour fonction essentielle d’intégrer les missiles nucléaires comme élément principal de la stratégie de l’URSS43.

Guerre locale et guerre mondiale

64La mise en place d’une planification décennale, d’un groupe de réflexion sur la stratégie nouvelle, mais également les développements de la conjoncture internationale vont conduire – quoique très prudemment compte tenu du caractère encore flou du cadre théorique – les Soviétiques, et notamment les militaires, à multiplier leurs prises de position sur la nature de la future guerre.

65Il paraît désormais unanimement reconnu – tant à l’est qu’à l’ouest – que la future guerre conduira à la mise en œuvre de tous les armements à la disposition des belligérants et, vraisemblablement – selon la formule d’un Clausewitz en voie de réhabilitation en URSS – à une montée aux extrêmes. Ceci implique par conséquent que les Soviétiques réfléchissent sur la fonction et le concept d’emploi non seulement des armes intercontinentales mais également des armes nucléaires tactiques ; qu’ils réfléchissent, dans ce cadre nucléaire, de la même façon sur les liens entre guerre locale et guerre mondiale – totale ou globale.

66Sur ces points particuliers, on peut noter que les références et les réflexions soviétiques se développent plus particulièrement à partir de 1957, date à laquelle l’URSS ne se réfère plus exclusivement aux armements et aux doctrines occidentaux, et notamment américains. On remarque pourtant que, jusqu’en 1959, la presse militaire reste relativement discrète sur les ICBM et leur concept d’emploi. Elle n’aborde, en effet, cette question qu’en termes très généraux qui ne permettent pas d’avoir une idée précise de la stratégie soviétique d’alors.

67Ce qui semble préoccuper davantage l’URSS durant ces deux années qui ont suivi l’expérimentation des ICBM est la question de la transformation d’une guerre locale en une guerre mondiale. L’effet de conjoncture a certes joué dans cette perception – crises de Suez, du Proche Orient, de Quemoy et Matsu, doctrine Eisenhower ou prise de position de responsables américains et notamment Kissinger... Mais on peut également se demander si cela n’était pas également dû à une prise en compte des réalités de l’armée soviétique et de ses capacités.

68La crise de Suez a, on l’a vu, conduit l’URSS à développer un discours promis à un long avenir sur le risque de voir une crise ou un conflit local dégénérer en un conflit mondial, « par une réaction en chaîne ».

  • 44 Krasnaja Zvezda, 17 décembre 1957.

69Ainsi, en décembre 1957, le colonel Āočalov et le major Dasičev critiquent-ils les discours de Foster Dulles et du général Norstad, les ouvrages d’Osgood et surtout de Kissinger, développant leurs conceptions des « petites guerres atomiques ». L’article de Āočalov et Dasičev se termine sur cette constatation que « parce que se développent les guerres de libération nationale, les Etats Unis envisagent l’utilisation de l’arme nucléaire non seulement pour une « grande » mais aussi pour une « petite guerre ». Or, du fait de l’existence de l’arme atomique, toute petite guerre se transformera inévitablement en une grande guerre »44.

  • 45 Krasnaja Zvezda, 24 juillet 1958.

70Quelque sept mois plus tard, le même journal proposait une analyse plus élaborée de la relation entre « petite » et « grande » guerre. Selon l’auteur de cet article, le capitaine de 1er rang (capitaine de vaisseau) V. Kulakov, guerre limitée et guerre totale ne sont que deux phases d’un seul et même plan45. Il s’agit, selon cet officier, de mener une « guerre globale » dans laquelle « les armes de destruction massive ne seront utilisées que sur le lieu du conflit armé, à la périphérie, et sans atteindre les arrières stratégiques des Etats belligérants ». Il s’agit, en d’autres termes, pour les Etats Unis de « mener une guerre sur un territoire étranger avec des troupes étrangères », une idée formellement condamnée par l’URSS mais qui, semble-t-il ne lui est pas indifférente et n’est pas étrangère à ses conceptions réelles.

71La conclusion de cet article nous ramène, à un discours non pas tant dépassé qu’un peu oublié au cours des quatre années précédentes. En effet, après avoir été l’objet d’un débat politique en 1954, ni les politiques ni les militaires n’avaient depuis lors insisté sur les conséquences sociales et militaires d’une guerre nucléaire. Or, en 1958, ce discours revient sur le devant de la scène, de nombreux auteurs reprenant le thème de la guerre nucléaire qui doit conduire à la fin du système capitaliste.

72S’agit-il du reflet d’une fronde des militaires face au pouvoir politique, manifestant ainsi une certaine résistance au khrouchtchévisme en reprenant un thème, sinon initié tout au moins défendu par Khrouchtchev lui-même. C’est peu vraisemblable compte tenu de la diversité des revues et des auteurs qui développent ce thème. On pourrait alors y voir, au contraire, un soutien au premier secrétaire de la part d’experts qui lui sont plutôt favorables. En effet, ce thème de la disparition du capitalisme réapparaît au lendemain de la Conférence des PC de 1957 au cours de laquelle Mao Tse Toung s’était opposé à Khrouchtchev, notamment sur ces questions. Il s’agirait en fait, semble-t-il, pour ces auteurs de réaffirmer d’une part la non-inévitabilité des guerres, contre Mao, mais en même temps de rappeler qu’en cas de conflit « si les impérialistes le déclenchent », pour reprendre la formule consacrée, ils ne sauraient sortir vainqueurs d’une telle confrontation.

73Dans la conclusion de son article, V. Kulakov affirme ainsi que « dans une guerre atomique totale, apparaîtra sans doute une situation telle qu’elle conduira à la liquidation de la domination de la bourgoisie monopoliste, à la chute finale de tout le système capitaliste, générateur des guerres impérialistes ».

74Or, si l’on n’a aucune certitude sur la personnalité politique de Kulakov, d’autres auteurs, plus marqués politiquement, ont abondé dans le même sens. Parmi ces auteurs, peu soupçonnables de prôner un retour aux valeurs staliniennes, bien que sanctionné par ses successeurs, on trouve le général Talenskij. Après son éviction de la direction de Voennaja Mysl’, Talenskij devient « propagandiste » de la politique extérieure khrouchtchévienne et publie essentiellement dans la revue La Vie Internationale.

  • 46 Krasnaja Zvezda, 26 février 1958.

75Pourtant, et en cela, on peut considérer que sa disgrâce n’est pas totale dans les milieux militaires, c’est dans L’Etoile Rouge que Talenkij publie, en marge de la célébration du quarantième anniversaire des forces armées soviétiques, un article dans lequel il aborde la question de la conséquence d’une guerre nucléaire. « Toute nouvelle aventure des agresseurs [impérialistes] les conduirait à une faillite encore plus terrible. A la suite de cela, le système mondial du capitalisme serait définitivement enterré. Telle est la logique de l’histoire »46.

  • 47 TALENSKIJ (N) « Voprosy voennoj stratégii i vnesnjaja politika » (Questions de stratégie militaire (...)
  • 48 Ibid. p. 36.

76Talenskij reprend ce même thème dans un article qu’il publie le mois suivant dans sa nouvelle revue de rattachement et dans lequel il affirme que « une guerre généralisée menace le système capitaliste lui-même »47. L’expression d’un tel point de vue est d’autant plus intéressant que Talenskij sera, trois ans plus tard, le hérault de la conception qui était celle de Malenkov et selon laquelle une guerre nucléaire constituerait un suicide non seulement pour l’agresseur mais également pour l’humanité toute entière. Pourtant, dès cet article de 1958, on va trouver des éléments de pondération de ses propos. Il affirme, en effet, que « aucun des belligérants [prenant part à la guerre moderne] ne peut désormais échapper aux actions destructrices de la part d’un adversaire disposant de cette arme [les ICBM]48.

  • 49 Ibid. p. 36-38.

77Son raisonnement se fonde essentiellement sur le fait que l’URSS, ayant alors le monopole des missiles intercontinentaux, est seule à même de décider de l’ampleur d’un futur conflit. Or, le conflit est-ouest a toujours été considéré en URSS comme le conflit inexpiable par excellence et par là, comme devant conduire à la montée aux extrêmes. Pour Talenskij, les ICBM ont totalement modifié la fonction de tous les autres armements, et, bien sûr, en priorité ceux qui sont les instruments privilégiés de la stratégie américaine : les bombardiers stratégiques et les porte-avions49.

  • 50 Ibid. p. 37-38.

78On peut en effet considérer que les allusions au changement de nature des combats navals et aériens concernent directement les Etats Unis et visent à démontrer l’existence d’une supériorité stratégique indéniable de l’URSS. Car, même si les Etats Unis ne sont pas explicitement mentionnés, à qui la constatation suivante peut-elle se rapporter : « l’ICBM a réduit la signification de l’aviation stratégique qui auparavant disposait du monopole du transport de l’arme nucléaire à très longue distance. C’est le missile qui remplit efficacement ce rôle ». De même, en ce qui concerne le combat naval, les porte-avions et autres bâtiments de surface ne sont plus « les instruments traditionnels de la maîtrise des mers »50.

79En fait, ce sur quoi insiste particulièrement Talenskij est l’utilisation du nucléaire dans un conflit local, ce qui sous-entend la nécessité de disposer d’armes nucléaires non stratégiques. Or, cette question de l’arme nucléaire tactique gêne l’URSS et ce, pour plusieurs raisons.

80Il est, en effet, difficile pour l’URSS – encore que, sur ce point comme sur d’autres, les contradictions internes ne lui fassent pas peur ! – de présenter ses armées comme étant déjà largement dotées d’armes tactiques et d’affirmer leur rôle positif alors que, dans le même temps et depuis le milieu des années cinquante, elle n’a eu de cesse de condamner l’équipement des armées de l’OTAN avec ces mêmes armes. Or, à partir du printemps 1957, c’est à dire quelques mois avant l’expérimentation du premier ICBM, les Soviétiques reconnaissent explicitement qu’ils équipent aussi leurs propres forces avec ces armes nucléaires tactiques.

  • 51 Voir notamment Krasnaja Zvezda, 18 novembre 1956.
  • 52 Krasnaja Zvezda, 6 mars 1957.

81Certes, dès la fin de 1956, on pouvait trouver des allusions à ce sujet, notamment en ce qui concerne l’artillerie51. Mais il subsistait une ambiguïté sur la portée de ces armes : s’agissait-il d’une artillerie nucléaire du champ de bataille ou bien de véritables missiles à plus longue portée (ce que les Soviétiques nomment missiles « tactiques et tactico-opératifs ») ? A partir du mois de mars 1957, L’Etoile Rouge affirme explicitement qu’il existe une grande variété d’armes nucléaires dans les forces soviétiques. Ainsi, dans un article de ce quotidien, le colonel Baz’, après avoir énoncé les différents types d’armes « de première classe » – sans toutefois préciser leur nature, nucléaires ou non – dont disposent les forces armées (aviation à réaction, artillerie anti-aérienne, missiles sol-air), insistant ainsi sur leurs fonctions anti-aériennes, affirme-t-il, plus discrètement : « les forces armées soviétiques ont un large éventail d’armes atomiques et à hydrogène »52.

  • 53 Krasnaja Zvezda, 9 mai 1957.
  • 54 Krasnaja Zvezda, 23 février 1958.

82Deux mois plus tard, l’éditorial consacré au douzième anniversaire de la victoire précise que « l’arme nucléaire est de plus en plus introduite dans les armées en remplacement des armes classiques »53. L’année suivante, le ministre de la défense, le maréchal Malinovskij, est encore plus précis lorsqu’il affirme que, face à la décision du Conseil de l’OTAN de décembre 1957, de déployer des missiles américains de portée intermédiaire en Europe occidentale, l’URSS dispose « de missiles de courte, moyenne, longue et très longue portée, capables de porter une ogive thermonucléaire en tout point du globe »54.

  • 55 Krasnaja Zvezda, 27 juillet 1958. L’amiral Zozulja est nommé amiral en 1955. De 1953 à 1958, il est (...)

83On citera enfin un article de l’amiral Zozulja, toujours dans L’Etoile Rouge, qui rappelle que « grâce aux succès de l’industrie, de la science et de la technique socialistes, les forces armées soviétiques se sont élevées à un niveau de développement encore plus grand. L’armée, l’aviation et la flotte ont une technique de combat de première classe, des armes atomiques et thermonucléaires de divers type, y compris des missiles à longue distance... Le personnel de la marine maîtrise parfaitement les nouveaux types d’armements et de techniques militaires et apprend sans cesse à les utiliser dans différentes situations en mer »55.

84Toutes ces déclarations sur l’équipement de l’armée soviétique en armes nucléaires de toutes catégories et sur les capacités des forces soviétiques de « porter un coup destructeur en tout point du globe » nécessitent quelques commentaires permettant de déceler le non-dit de ces discours.

85Il est évident que, dès la seconde moitié des années cinquante, les armées soviétiques sont dotées progressivement des armes nouvelles destinées à être utilisées sur un champ de bataille, en l’occurrence sur le champ de bataille européen. Car, même si les Soviétiques ont violemment critiqué la conception américaine des conflits nucléaires limités, développée notamment par Kissinger, il est évident qu’ils ne sauraient que souscrire à une telle hypothèse. La crise qui se développe à partir de 1958 autour du statut de Berlin et qui s’achève en 1961, constitue le cadre privilégié du développement de cette conception.

86Une stratégie se développe nécessairement à partir de la perception d’une menace. Or, il est évident qu’à cette époque – mais cela est vrai depuis la fin de la guerre et les allusions sur ce point sont suffisamment claires et nombreuses – le risque majeur pour les Soviétiques est représenté par l’Allemagne. Tous les plans stratégiques sont ainsi élaborés dans la perspective d’un tel conflit en centre-Europe.

  • 56 On peut ainsi relever que, dans son discours au XVII ème Congrès du PC(b) US, en 1934, ce même thèm (...)
  • 57 DONNELLY (C), intervention au Symposium de l’USAF Academy « Soviet Military History » (à paraître).

87Dans ces conditions, comment expliquer simultanément le discours sur la capacité de frappe destructrice en tout point du globe ? Le thème de la frappe destructrice (Sokrušitel’nyj udaf) n’est, en fait, pas récent dans la littérature militaire soviétique puisqu’on le retrouve déjà dans les années de l’entre-deux-guerres56. Cette question ne se rapporte, par ailleurs, pas seulement ou nécessairement aux opérations stratégiques, mais également à la tactique. L’apparition de l’arme nucléaire et des missiles n’a fait qu’actualiser cette conception et lui redonner une nouvelle vie. En fait, l’ère nucléaire n’a pas modifié en profondeur les concepts de base de la stratégie soviétique. Comme le rappelait un spécialiste britannique, « il y a peu de choses nouvelles dans la stratégie soviétique »57. En quelque sorte, l’on peut estimer que l’URSS s’est constitué un capital conceptuel en matière stratégique dans lequel elle puise en fonction des circonstances, mettant en avant tel ou tel élément de ce corpus, et ce, indépendamment de l’évolution des armements.

88Dire que l’URSS peut frapper en n’importe quel point du globe est ainsi le reflet de cette situation qui permet une double interprétation. D’une part, une telle affirmation répond au discours idéologique considérant que l’impérialisme, et notamment l’Etat le plus puissant de ce système, est son ennemi principal. Or, depuis, 1957, l’URSS dispose d’une arme théoriquement susceptible de frapper cet ennemi principal sur son propre territoire. Mais, entre disposer d’une arme – fût-elle nucléaire – susceptible de frapper le territoire de son ennemi principal et disposer d’une force suffisante pour le détruire, il y a un pas, sinon un fossé que les Soviétique n’ont, alors, pas franchi. Ils ont préféré l’ambiguïté, permettant de faire un amalgame entre les deux termes de la proposition, plutôt que d’annoncer ce que peu savaient à l’époque, à savoir que, en cette fin des années cinquante, l’URSS ne disposait pas de tels moyens.

89D’autre part, pouvoir frapper en tout point du globe indique bien que ce point n’est pas nécessairement situé outre-Atlantique – ou plus précisément, de l’autre côté du pôle – : il peut fort bien se situer à sa périphérie. On peut par conséquent se demander si l’URSS n’a pas déployé un nombre d’ICBM suffisant pour détruire son ennemi principal parce que sa priorité du moment était autre, à savoir le théâtre européen, préférant alors accroître ses forces intermédiaires ; ou bien, ce qui n’est pas incompatible avec l’hypothèse précédente, parce qu’elle n’en avait pas les moyens techniques et/ou économiques (voir, dans le chapitre 8, les caractéristiques de l’armement de l’URSS à la fin des années cinquante).

  • 58 Voir notamment l’article cité du maréchal d’artillerie Cistjakov dans L’Etoile Rouge du 18 novembre (...)

90On peut ainsi constater que, dans les rares textes antérieurs à 1960 qui abordent la question de la victoire dans une guerre mondiale – si l’on excepte, bien sûr, le leitmotiv sur la « fin du capitalisme » – cette question est abordée essentiellement du point de vue du « combat inter-arme », c’est à dire dans une perspective d’une guerre sur un champ de bataille continental, en l’occurrence européen58.

  • 59 TALENSK. IJ (N), art. cit. Āeždunarodnaja Žizn’, 3, 1958, p. 37.

91De plus, les affirmations selon lesquelles « la guerre locale dans les conditions actuelles ne peut être rien d’autre que l’étape initiale de la guerre mondiale »59, ne paraissent pas devoir être lues dans une perspective militaire, mais plutôt selon une conception idéologique, prévoyant l’extinction du système capitaliste. Car, même si les dommages subis par les Etats Unis sont minimes, la destruction de ses alliés pourrait porter un coup qui pourrait être fatal à l’économie américaine et, par là, justifier cette conception.

  • 60 On peut se rappeler les réactions américaines aux allusions soviétiques à propos de la bombe A, en  (...)

92Le discours stratégique soviétique postérieur à 1957 paraît, dans ces conditions, devoir être lu plus que jamais comme un discours politique – à la rigueur prospectif – peu lié avec les capacités militaires réelles du moment. Cette situation peut s’expliquer par plusieurs facteurs. Tout d’abord, un facteur que l’on pourrait qualifier de « subjectif ». Il est lié à la personnalité de Khrouchtchev qui n’hésite pas à émettre un discours triomphaliste justement à un moment où les Etats Unis viennent de prendre conscience que, ce qu’ils avaient considéré jusqu’ alors comme de la « vantardise »60, s’avérait en fait correspondre, dans une large mesure, à la réalité.

93Le deuxième facteur est lié à la conjoncture. Après une très relative accalmie, une série de crises recommence de perturber les relations est-ouest, notamment au sujet du statut et de la présence occidentale à Berlin. Une telle situation génère presque naturellement un discours belliqueux et agressif afin de démontrer à l’autre que l’on se trouve dans une position de force dans la perspective, notamment de l’ouverture de négociations sur le désarmement.

94On peut enfin estimer qu’en l’absence de ligne bien définie, certains auteurs ont voulu adopter une ligne optimum dans le débat. On a vu, en effet, que, dès le mois de mai 1957, était lancé un grand débat au sein de l’état-major général sur la nature de la nouvelle guerre. Or, ce débat dure jusqu’en 1959. Entre ces deux dates, les auteurs militaires, certes, limitant leurs propos, au moins quantitativement, ne s’en retrouvent pas moins sans véritable « garde-fou conceptuel ». Même si certaines des caractéristiques de ce que l’on appellera la « doctrine Sokolovskij » sont déjà, au mois partiellement, admises, leur expression n’est pas encore totalement contrôlée.

95Pourtant, dès avant l’achèvement officiel des débats, à la fin de 1959, et surtout avant que le pouvoir politique n’en tire publiquement les principales conclusions le 14 janvier 1960 (voir chapitre 9), est publié un ouvrage dont on peut estimer qu’il fait un point, au moins partiel, des débats à la fin de la décennie.

Guerre et politique : l’ouvrage du major Rybkin

  • 61 RYBKIN (E) Vojna i Politika (Guerre et politique), Moscou, Voenizdat, 1959, p. 4.

96L’ouvrage que publie, en 1959, le major E. Rybkin n’a pas l’ampleur de l’ouvrage consacré à la science militaire soviétique l’année suivante ni, à plus forte raison, celle de la Stratégie Militaire de Sokolovskij. Mais, comme l’indique son titre et sa préface, il n’en avait pas l’ambition. Cet ouvrage de Rybkin ne couvre en effet qu’un aspect de la chose militaire, la relation entre guerre et politique. Même si cet aspect est essentiel, il n’en demeure pas moins partiel. Dès l’introduction, Rybkin annonce lui-même les limites de l’exercice qu’il s’est fixé : « N’ayant pas la possibilité – étant données les limites du travail et le faible volume du livre – de livrer une recherche globale, l’auteur ne portera son attention que sur l’essentiel »61.

97Le caractère partiel de cet ouvrage ne doit pas conduire à le sous-estimer, car, en URSS, encore plus explicitement qu’ailleurs, il ne saurait exister de stratégie hors de son environnement politique et idéologique. C’est semble-t-il la fonction essentielle de cet ouvrage qui tient parfois de l’exercice de style, sinon d’« équilibriste », pour justifier et défendre une chose en ce qui concerne l’URSS et condamner cette même chose lorsqu’elle concerne les Etats Unis. Ceci est particulièrement flagrant lorsqu’il s’agit de développer le thème de la surprise et de la frappe préemptive ou de distinguer ce qui est offensif de ce qui est défensif.

  • 62 Ibid. p. 89.

98Il précise ainsi que, si l’on veut obtenir la victoire, la préparation de toutes les forces et du pays au combat est, désormais, d’autant plus importante que le rôle de la surprise a pris une dimension considérable. Or, « la surprise est un facteur de la guerre apparu sur la base de l’exploitation de la préparation d’une des parties et de la non-préparation de fait de l’autre partie. Une frappe par surprise de l’aviation stratégique et des missiles avec l’utilisation de puissants moyens de destruction massive est un facteur important de la lutte armée avec lequel il serait dangereux de ne pas compter »62.

99Cette constatation conduit Rybkin à condamner la conception des « milieux agressifs » d’une frappe préventive et préemptive. Pour justifier cette condamnation, de fait contradictoire avec sa démonstration précédente, Rybkin use d’un procédé que l’on retrouvera par la suite très régulièrement dans la littérature militaire soviétique. Il fonde son raisonnement sur une distinction effectuée par Frounze au milieu des années vingt, séparant l’aspect politique et l’aspect technique de la doctrine militaire. On retrouvera l’utilisation de cette distinction dans la première moitié des années soixante puis, vingt ans plus tard, au début des années quatre-vingt.

  • 63 Ibid. p. 98.
  • 64 Ibid. p. 99.

100Rybkin s’attache ensuite à présenter le caractère de la future guerre. Mais, pour ce qui concerne l’URSS, il ne définit, en fait, que ses buts politico-stratégiques, à savoir la « liquidation de la domination des classes réactionnaires », ce qui explique le « caractère particulièrement acharné »63 de cette future guerre. Il s’agit en l’occurrence « d’infliger à l’ennemi une défaite décisive, de le détruire complètement ou de faire prisonnière l’armée des occupants »64. En d’autres termes, on aura affaire à un cas de « guerre absolue » dans le sens clausewitzien du terme.

  • 65 Ibid. p. 105.
  • 66 Ibid. p. 106.

101Par contre, quelques pages plus loin, Rybkin dénonce une conception similaire avancée par les Américains, donnant, cette fois, des détails plus concrets. Sont ainsi critiquées les conceptions des idéologues américains selon lesquelles la future guerre sera « une guerre de coalition, totale et d’extermination »65, une « guerre aérienne atomique courte ». Or, le « plan de Blitzkrieg atomique aérienne... n’est pas réaliste. Une guerre ne peut être courte que sous deux conditions : la première par une nette supériorité d’une des parties, tant par la quantité et la qualité des armements que par une situation stratégique favorable ; la seconde, par une faiblesse indéniable des arrières de l’adversaire conduisant soit à une faillite économique soit à un effondrement politico-moral, soit à l’un et à l’autre simultanément »66.

102On s’aperçoit en effet que les caractéristiques de la future guerre, telles qu’elles sont présentées par les Américains, et que critique Rybkin, nous en apprennent plus sur la nouvelle stratégie de l’URSS que par ce qu’il nous dit directement des conceptions soviétiques.

103En fait, il est possible qu’en décrivant les grands principes de la stratégie soviétique, sous couvert de la condamnation de la stratégie des Etats Unis, Rybkin n’ait pas jugé opportun, pas voulu ou pas pu exprimer directement ces principes. Il s’agissait, semble-t-il de laisser la primeur de cette information aux dirigeants politiques, à ceux-là mêmes qui étaient les « commanditaires » d’une réflexion sur la future guerre ; c’était à eux d’en présenter les conclusions et d’en présenter la synthèse publique.

104En effet, si cet ouvrage ne dit pas grand chose d’autre que ce qui sera établi par la doctrine « Khrouchtchev-Malinovskij-Sokolovskij » – et il n’était pas envisageable qu’il en fût autrement – il n’en présente pas moins, en négatif ou en positif, la position de chacun des deux systèmes selon un schéma tout particulièrement contrasté et sans nuances.

105Cela dit, il est également indéniable que l’évolution des armements soviétiques depuis 1957 a joué un rôle indéniable dans le durcissement du discours politico-stratégique.

Notes

1 PUHOVSKIJ (N), op. cit.

2 TALENSKIJ (N), Voennaja Mysl’, 9, 1953, art. cit.

3 Dans le numéro 1 de 1959 de cette revue, Talenskij publie un article sur « le problème des facteurs de la victoire et la science militaire actuelle ». Une fois encore, cet article a donné lieu à débat. Six mois plus tard, les colonels Romanov (V) et Usenkov (M) lui répondent dans un article portant le même titre et publié dans la même revue (N° 7, 1959, p. 31-38).

4 Voir notament ERENBURG (I) « Ljudi, gody, žizn’ » (Les gens, les ans, la vie), Ogonek, 25 juin 1987, p. 25.

5 Dictionnaire Encyclopédique Militaire, (2ème édition), op. cit. p. 640.

6 Krasnaja Zvezda, 24 mars 1955.

7 Il s’agit de la brochure de TARANCUK (M) sur les « facteurs permanents déterminant l’issue de la guerre ».

8 ROTMISTROV (P) « O roli vnezapnosti v sovremennoj vojne » (Le rôle de la surprise dans la guerre moderne), Voennaja Mysl’, 2, février 1955, p. 14-26.

9 Ibid. p. 14, 17, 19.

10 Ibid. p. 20.

11 Ibid. p. 18 Il s’agit là d’une exégèse audacieuse de cette ordonnance dans laquelle Staline, on l’a vu, énonce la théorie des facteur permanents et temporaires. Or ce que dit Staline dans ce texte est que une fois l’avantage initial et temporaire procuré aux armées allemandes par l’effet de surprise, c’est aux facteurs permanents de prendre le relais et que c’est d’eux seuls que dépend l’issue du conflit. (STALIN (I) Sočinenija, op. cit. T. 2 (XV), p. 39).

12 Ibid. p. 19.

13 Ibid. p. 25.

14 Ibid. p. 21.

15 Krasnaja Zvezda, 27 avril 1958 (KURASOV (V), « le problème de la frappe préemptive).

16 « La victoire historique du peuple soviétique » Voennaja Mysl’, 5, 1955, cité par DINNERSTEIN (H), op. cit. p. 190.

17 Ibid. p. 191.

18 ZUBAREV (V) « V.I. Lenin i voennaja nauka » (Lénine et la science militaire) Propagandist i Agitator, 13 juillet 1955, p. 10.

19 FEDOROV (G) « Dialektičeskij materializm i sovetskaja voennaja nauka » (Le matérialisme dialectique et la science militaire soviétique) Propagandist i Agitator, 18, septembre 1955, p. 12.

20 Krasnaja Zvezda, 8 mai 1955.

21 Krasnaja Zvezda, 7 juin 1955.

22 Krasnaja Zvezda, 9 avril 1955.

23 Krasnaja Zvezda, 30 août 1955.

24 Voir notamment DINNERSTEIN (H), op. cit. p. 170 et 184.

25 Cité par DINNERSTEIN (H) op. cit. p. 171.

26 Dans le même temps, un débat s’instaure dans la revue autour de l’article de Talenskij sur les « lois de la science militaire ». Il s’achève officiellement en avril 1955 par un éditorial de la revue qui dresse le bilan des positions en présence. Cette conclusion consiste en fait à renvoyer dos à dos Talenskij et ses contradicteurs « néo-staliniens » et à estimer qu’il y a des sujets plus urgents à débattre que les grands principes théoriques des lois de la science militaire ! (« K itogam diskussii o haraktere zakonov voennoj nauki » (Bilan de la discussion sur le caractère des lois de la science militaire) Voennaja Mysl’, 4, 1955, p. 16-22.

27 Bol’saja Sovetskaja Enciklopedija (grande encyclopédie soviétique), Moscou, éditions BSE, T. 34, 1955, p. 255-257.

28 Voir notamment le discours déjà cité de Boulganine au Soviet Suprême du 27 décembre 1955. La mise ne service du SS 3, au cours de cette même année, peut avoir été un signe que la recherche balistique était sur la bonne voie et que l’on pourrait désormais faire allusion aux futurs ICBM.

29 Krasnaja Zvezda, 18 novembre 1956.

30 Krasnaja Zvezda, 9 mai 1957.

31 Krasnaja Zvezda, 26 novembre 1957.

32 Pravda, 16 mars 1957.

33 Voir notamment PERGENT (J) « Les réductions d’effectifs des forces soviétiques » Revue Militaire Générale, juillet 1958, p. 267-282.

34 Voir notamment l’interview du général Tretjak (commandant en chef de la PVO) dans les Nouvelles de Moscou, n° 8, 28 février 1988.

35 « Ces dernières années, le gouvernement soviétique a réduit de façon significative ses forces armées et réduit les dépenses de défense par rapport aux sommes adoptées pour 1955. Ceci prouve que la politique soviétique est une politique de paix et d’amitié entre les peuples ». Discours de A. Zverev à la session du Soviet Suprême du 19 décembre 1958. Compte rendu sténograhique, Moscou, 1958, p. 59.

36 Voir PERGENT (J), art. cit.

37 LAGOVSKIJ (A), Strategija i Ekonomika, (Stratégie et économie), Moscou, Voenizdat, 1957, p. 71.

38 Ibid. p. 81.

39 Ibid. p. 84.

40 Ibid. p. 130.

41 « Les possibilités croissantes de l’économie et avant tout les grandes réalisations dans le développement de l’industrie lourde et la science ont permis de transformer largement et de façon qualitative nos forces armées » écrit ainsi le colonel Baz’, dans L’Etoile Rouge du 6 mars 1957.

42 HOLLOWAY (D), in Industrial Innovation..., op. cit. p. 305. Voir également Ekonomiceskaja Žizn’ SSSR, op. cit. T. 2, p. 524.

43 Voir notamment Jane’s Defense Weekly, 9 février 1985, p. 212. Le plan de développement militaire suivant a été fixé, lui, pour une durée de vingt ans (1966-1986).

44 Krasnaja Zvezda, 17 décembre 1957.

45 Krasnaja Zvezda, 24 juillet 1958.

46 Krasnaja Zvezda, 26 février 1958.

47 TALENSKIJ (N) « Voprosy voennoj stratégii i vnesnjaja politika » (Questions de stratégie militaire et politique étrangère), Meždunarodnaja Zizn’, 3 mars 1958, p. 38.

48 Ibid. p. 36.

49 Ibid. p. 36-38.

50 Ibid. p. 37-38.

51 Voir notamment Krasnaja Zvezda, 18 novembre 1956.

52 Krasnaja Zvezda, 6 mars 1957.

53 Krasnaja Zvezda, 9 mai 1957.

54 Krasnaja Zvezda, 23 février 1958.

55 Krasnaja Zvezda, 27 juillet 1958. L’amiral Zozulja est nommé amiral en 1955. De 1953 à 1958, il est adjoint du chef de l’Etat Major général et, de 1958 à 1963, chef de l’Etat Major de la marine, premier adjoint du commandant en chef de la marine.

56 On peut ainsi relever que, dans son discours au XVII ème Congrès du PC(b) US, en 1934, ce même thème est développé par Staline (STALIN (I) Sočinenija, (Œuvres), Moscou, Gospolitizdat, T. 13, 1952, p. 305.

57 DONNELLY (C), intervention au Symposium de l’USAF Academy « Soviet Military History » (à paraître).

58 Voir notamment l’article cité du maréchal d’artillerie Cistjakov dans L’Etoile Rouge du 18 novembre 1956, ainsi que le discours du maréchal Malinovskij, lors de la réception des diplômés des Académies militaires, un an plus tard, le 27 novembre 1957.

59 TALENSK. IJ (N), art. cit. Āeždunarodnaja Žizn’, 3, 1958, p. 37.

60 On peut se rappeler les réactions américaines aux allusions soviétiques à propos de la bombe A, en 1947, à la bombe H en 1952-53 ou aux ICBM en 1956-57.

61 RYBKIN (E) Vojna i Politika (Guerre et politique), Moscou, Voenizdat, 1959, p. 4.

62 Ibid. p. 89.

63 Ibid. p. 98.

64 Ibid. p. 99.

65 Ibid. p. 105.

66 Ibid. p. 106.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search