Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Première partie. Le nucléaire, enjeu politique

Chapitre 6. La maturation du discours politique (1956-1959)

Texte intégral

1Quoique peu fournie en déclarations véritablement nouvelles sur les conceptions politico-stratégiques des dirigeants soviétiques, l’année 1957 n’en est pas moins une année d’une importance considérable, tant sur le plan interne qu’international. Certes, les changements dans le personnel politique – et surtout les raisons et les moyens par lesquels ils ont été réalisés – permettent de voir une certaine inflexion, de déceler certains modes de fonctionnement des processus de décision et d’analyser, un peu mieux, les relations entre l’armée et le pouvoir politique. Mais 1957 est aussi, sur un plan strictement stratégique, l’année de l’annonce de l’expérimentation réussie du premier missile intercontinental soviétique, avec toutes les conséquences politiques et stratégiques que la possession d’une telle arme implique. C’est également l’année au cours de laquelle le pouvoir politique charge officiellement – sinon publiquement – l’état-major de réfléchir sur la nature de la future guerre et sur les conséquences d’une telle transformation sur la stratégie militaire de l’URSS.

1957 : Une année de transition

2L’année débute dans une atmosphère de relative recrudescence de la tension internationale, conséquence des crises de Suez et de Budapest. Comme c’est souvent le cas lorsqu’il y a volonté de remise en ordre interne, la presse soviétique va développer un discours sur la politique de déstabilisation et d’espionnage menée par les Occidentaux. C’est en effet, dans la version soviétique officielle, à cette politique menaçante de la part de l’Ouest que les troupes soviétiques sont allées mettre fin à Budapest. C’est également la raison qu’invoquera le Pacte de Varsovie pour justifier la construction du Mur de Berlin, cinq ans plus tard.

Diplomatie, armée et pouvoir

3C’est dans ce climat de relative tension que se réunit, en février, le Soviet Suprême. Au cours de cette session, le nouvel et éphémère ministre des Affaires Etrangères, D. Šepilov, prononce un important discours qui précède de quelques jours son remplacement par A. Gromyko. Ces deux changements rapprochés de ministre montrent que Khrouchtchev cherche non seulement un homme mais peut être aussi un style nouveau.

  • 1 D. Sepilov était rédacteur en chef de la Pravda, avant sa nomination au poste de ministre des affai (...)

4La nomination d’Andrej Gromyko a ainsi été perçue, notamment à l’ouest, comme celle d’un homme qui avait fait sa carrière par et sous Molotov mais en même temps, un authentique diplomate, ce qui n’était pas le cas de son prédécesseur1. En un temps où la vie internationale paraissait devoir devenir de plus en plus complexe, et même « sophistiquée », la direction soviétique aurait, dans ces conditions, donné la priorité à un véritable professionnel de la diplomatie.

5Quatre mois après son remplacement au MID, Sepilov était exclu de toutes les instances dirigeantes du PCUS et amalgamé au « groupe anti-parti ».

6Sur la réunion du plénum du CC de juin 1957 – ou plutôt sur la façon dont il a pu être réuni, on ne fera que rappeler brièvement des faits déjà très connus. Ils ont néanmoins leur place ici en ce qu’ils mettent en cause l’armée et qu’ils peuvent être un élément d’explication de la relation entre l’armée et le parti à ce moment.

  • 2 Le Plénum s’est réuni du 22 au 29 juin 1957. La presse soviétique n’a publié de ce Plénum que le Ré (...)

7On sait que Khrouchtchev, menacé d’être mis en minorité au Présidium, décide de convoquer impromptu un Plénum du Comité Central où il sait pouvoir compter sur une majorité – qu’il a lui-même constituée – en sa faveur. On sait également que c’est l’action de Joukov qui a permis de conduire à Moscou cette majorité dont Khrouchtchev avait besoin. Sans doute en remerciement de ses services, Joukov devient, au cours de ce Plénum, membre à part entière du Présidium2. Ceci faisait de lui le premier authentique maréchal à occuper des fonctions aussi élevées dans la hiérarchie du PC.

  • 3 PENKOVSKI (O), Carnets d’un Agent Secret, Paris, Taillandier, 1968, pp. 200, 222...

8La question qui se pose est de savoir pourquoi Joukov a agi ainsi, permettant à Khrouchtchev de se maintenir au pouvoir. Et ce, d’autant qu’en apparence, on l’a vu, au moins sur les questions politico-stratégiques, les deux hommes n’avaient pas les mêmes conceptions. De plus, si l’on en croit certains témoignages, l’état-major n’aurait jamais accepté la politique de Khouchtchev, lequel se serait toujours méfié des militaires3.

9S’agissait-il pour Joukov d’obtenir un poste de membre à part entière au Présidium afin que l’armée, plutôt malmenée depuis 1945, pût enfin faire valoir son point de vue et surtout avoir accès aux fonctions de décision ? C’est possible. D’autant plus possible que, si l’on en croit les carnets du colonel Penkovski – à considérer toutefois avec toute la prudence qu’exige de tels textes – Khrouchtchev aurait alors cherché à politiser à l’extrême cétte armée qu’il craignait.

  • 4 Ibid. p. 195.

10Quoiqu’il en soit, c’est effectivement dans des avions de l’armée que les délégués, répartis dans les différentes régions de l’URSS, ont pu se rendre à temps dans la capitale pour assister au Plénum et voter en faveur de Khouchtchev. C’est également au cours de cette session plénière que Joukov aurait affirmé que l’armée soutenait Khrouchtchev4. Pourtant, une question se pose à propos de cette même source qui affirme également que c’est avec l’aide du KGB que le transport des délégués a pu être effectué. Or, compte tenu des relations pour le moins méfiantes entre l’armée et le KGB – on l’a vu notamment à propos de l’affaire Beria –, on peut s’interroger sur le bien-fondé de la narration de Penkovski sur cette affaire de 1957 qui est loin d’être encore totalement éclaircie.

11Ceci reste d’autant plus flou que des quatre personnalités limogées, deux au moins paraissent avoir eu, de bonnes raisons, quoique différentes, pour être soutenues par les militaires. L’hypothèse la plus vraisemblable est que Joukov ait pu agir en cette occasion essentiellement par opportunisme à très court terme, un opportunisme qui, il l’apprendra quatre mois plus tard à ses dépens, ne lui rapportera guère.

  • 5 Voir notamment PETROV (Ju.), Stroitel’stvo Politirganov, Partijnyh i Komsomol’skih Organizacii Armi (...)

12Le limogeage du maréchal, au cours du Plénum d’octobre 1957, tenait essentiellement – et c’est la version officielle toujours en vigueur5 – à sa conception du rôle des organes politiques de l’armée. Joukov n’avait, en tant qu’officier d’arme, jamais eu une grande estime pour les officiers politiques dont il voulait réduire les fonctions et l’importance, quantitative et qualitative.

  • 6 SCOTT (H et W) The Armed Forces... op. cit. p. 265.
  • 7 Ce texte n’indique pas la date précise de la réunion du Plénum. Il s’est tenu « fin octobre ». Le r (...)

13Joukov aurait ainsi éliminé le tiers des organes politiques au sein de l’armée en mai 1957, réduit le nombre des étudiants à l’Académie Lénine et souhaité faire plafonner la promotion des officiers politiques au grade de colonel6. Ces mesures, prises par Joukov, contre les organes politiques de l’armée sont ainsi qualifiées, dans le décret du CC mais aussi dans d’autres textes, de « violation des normes léninistes », de « perte de modestie ». On accusait également le maréchal de « bonapartisme » ou encore « d’avoir instauré autour de sa personne un véritable culte de la personnalité ». D’ailleurs, l’intitulé du décret du CC publié dans la presse, le 3 novembre, est déjà une explication de ces motifs puisqu’il est consacré à « l’amélioration du travail politique du parti dans l’armée et la flotte »7.

14Le successeur de Joukov, le maréchal Rodion Malinovskij, est souvent présenté comme un personnage sans grande personnalité et qui ne s’était que moyennement illustré au cours de la dernière guerre. Il n’en sera pas moins celui qui va être chargé de mener à bien les réformes dans l’organisation de l’armée comme dans la pensée militaire. Car, entre le Plénum de juin et celui d’octobre, un événement d’une portée considérable est intervenu qui allait être considéré par la suite comme une étape essentielle de la « révolution dans la chose militaire » : l’expérimentation du premier missile intercontinental, en août, suivie, en octobre, de celle du premier satellite artificiel « Spoutnik 1 ».

  • 8 Certains observateurs étrangers se sont ainsi étonnés que l’on ait pas choisi, quitte à prendre un (...)

15Visiblement peu engagé dans les luttes au sein du PC, tout au moins de façon moins évidente que des maréchaux tels que Vasilevskij ou Konev, Malinovskij prend ses fonctions avec un préjugé plutôt défavorable8. Il était certes difficile, pour un militaire, de prendre la succession d’un Joukov compte tenu d’une part de son prestige au sein de l’immense majorité de l’armée – à l’exclusion bien sûr des organes politiques – et d’autre part de la façon dont il a été évincé. C’est pourtant Malinovskij qui, certes avec l’aide d’autres officiers dont les rapports avec le premier secrétaire n’ont pas toujours été faciles, sera chargé de mener à bien la nouvelle réflexion sur les nouvelles perspectives de la stratégie.

  • 9 Voir notamment ZAHAROV (M) (sous la direction de) 50 Let Vooružennyh Sil SSSR (Les 50 ans des force (...)

16C’est, en effet, au mois de mai 1957, c’est à dire encore sous Joukov, que l’ordre est donné d’engager – cette fois officiellement – une réflexion et une discussion sur le « développement du travail scientifico-militaire ». Un arrêté du ministère de la défense, et surtout une conférence « scientifico-militaire des forces armées » vont ainsi lancer le débat. Sur cet arrêté (Prikaz), comme sur cette conférence, on ne sait guère de choses sinon qu’elles sont une réalité – et une réalité officiellement admise – et qu’elles ont été d’une « grande importance »9. Il faut pourtant constater que, ni cet arrêté, ni cette conférence ne sont mentionnés dans les différentes chronologies ou recueils de documents publiés par les éditions miltaires soviétiques, y compris les plus récentes.

17On peut ainsi considérer que, dès le printemps 1957, la majorité des officiers et, bien sûr, des responsables politiques, devait connaître l’approche de l’événement qui allait sinon bouleverser tout au moins modifier radicalement les données stratégiques passées et ébranler les certitudes du monde occidental, et plus particulièrement des Etats Unis.

La conquête de l’espace

18Avec l’expérimentation des bombes A et H, le lancement du premier missile balistique intercontinental, suivi de celui du premier satellite artificiel, constitue la grande réalisation scientifique – à usage politique et militaire – effectuée par l’URSS depuis la fin de la guerre. Mais, autant les Soviétiques ont été discrets sur leurs réalisations de 1949 et de 1953, autant celles de 1957, surtout la seconde, ont fait l’objet d’un discours particulièrement triomphaliste.

19Certes, l’idée que l’URSS préparait un missile à capacité intercontinentale n’était plus véritablement un secret. Au cours des deux années qui ont précédé ce lancement, plusieurs responsables politiques y ont fait des allusions relativement claires. Cela dit, comme cela est souvent le cas avec le discours soviétique, il était difficile de faire la part de la réalité de celle du « bluff » visant à accréditer un certain discours politique, à crédibiliser les menaces de représailles en cas d’agression.

20Les faits ont montré que, dans ce domaine, les Soviétiques avaient acquis une avance indéniable, même si celle ci doit être relativisée.

21Sur ce point, la comparaison des communiqués et des réactions qui ont suivi le lancement du missile puis du Spoutnik est particulièrement parlante. Le 27 août, la presse soviétique publie un communiqué de l’agence TASS qui, en termes de mise en page – il est situé dans un coin de la page 2 – est relativement discret. Il annonce « les essais couronnés de succès d’une fusée balistique intercontinentale ainsi que des explosions d’armes atomiques et thermonucléaires ».

  • 10 Presse quotidienne nationale, notamment, Krasnaja Zvezda, Z août 1957. On sait qu’en fait, ce premi (...)

22Outre quelques considérations d’ordre technique, tout aussi vagues que la date exacte du lancement (« ces jours-ci »), l’essentiel du communiqué tend à montrer au monde que l’URSS peut désormais « lancer une fusée dans n’importe quelle partie du globe. La solution du problème de la construction de fusées balistiques intercontinentales permet d’atteindre des régions éloignées sans recourir à l’aviation stratégique qui, à l’heure actuelle, est vulnérable à une défense anti-aérienne moderne »10.

  • 11 Krasnaja Zvezda, 28, 29, 30, 31 août 1957.

23Les jours suivants, la presse soviétique fera relativement peu état de ce succès scientifico-militaire. Seule une chronique des réactions internationales, pour moitié en provenance d’Europe de l’Est et pour moitié de la presse occidentale, a été publiée durant les cinq jours qui ont suivi la publication du communiqué. Mais aucun article ou éditorial n’a été consacré à l’événement11.

  • 12 Ces réactions de lapresse anglo-saxone ont été publiées dans Articles et Documents N° 0.549 (29 aoû (...)

24Les réactions de la presse occidentale sont également relativement modestes – si on les compare à celles qui ont suivi le lancement du Spoutnik – et parfois même dubitatives. Les réactions de la presse britannique, par exemple, se résument en un doute fondé sur l’incapacité de vérifier la réalité du communiqué de TASS, mais qui ne doit conduire ni à sous-estimer les capacités de la technique soviétique ni à la panique et au défaitisme. La presse américaine, cela se conçoit aisément, est beaucoup plus inquiète. Elle parle de modification du rapport des forces, de chantage atomique russe à l’égard du monde libre, de la nécessité de voter des crédits militaires et reparle de l’anéantissement de la civilisation12.

25Cela dit, ce n’est pas parce que la presse a peu abordé la question des ICBM, sujet alors relativement peu « médiatique », que les états-majors occidentaux ne s’y sont pas intéressés et n’ont pas mesuré les conséquences stratégiques que ce lancement entraînait. De plus, ces conséquences étaient bien plus lourdes pour les Etats Unis que pour l’Europe, déjà soumise aux menaces des forces classiques et des missiles à portée intermédiaire existants. L’essai de l’ICBM soviétique ne changeait que peu de choses à la conduite des opérations dans un conflit limité à l’Europe. Par contre, pour la première fois de leur histoire, les Etats Unis devenaient, en principe, directement vulnérables à une offensive d’un adversaire détenteur d’une puissance militaire potentiellement égale à la leur.

  • 13 Ibid. p. 2.

26En fait, pour la première fois depuis « l’aventure atomique », on va pouvoir parler, de fait, de dissuasion mutuelle. Même si le terme n’est pas immédiatement utilisé, certains organes de la presse britannique avaient parfaitement saisi le sens profond du lancement soviétique, faisant preuve d’un pessimisme très nuancé, voire d’un optimisme modéré : « Il est probable que les répercussions seront davantages politiques que militaires. En effet, le fait que la Russie possède un engin balistique intercontinental, à savoir qu’une guerre totale est un véritable suicide, que la bombe H n’est un instrument politique efficace qu’aussi longtemps qu’il n’est pas utilisé... La crainte réciproque continuera à modérer les dirigeants de part et d’autre du Rideau de Fer »13.

27Mais, si l’on revient au communiqué de TASS du 26 août, il est tout aussi indéniable que l’annonce du lancement du missile a été présentée de façon à rappeler à la fois le pacifisme et la détermination de la politique soviétique. En effet, aux quelques lignes consacrées à l’ICBM, succède un paragraphe, deux fois plus long, consacré à des essais nucléaires effectués dans le même temps et à la volonté de négocier l’interdiction des armes atomiques et de leurs essais. Présentation habile puisque, en mettant en parallèle le missile et les bombes, l’URSS montre – certes à qui ne l’aurait pas encore compris ! – que le premier est bien destiné à servir de vecteur à l’autre et que les deux sont désormais indissociables.

  • 14 Pravda, 6 octobre 1957.

28Mais il est tout aussi évident que moins de deux mois après le lancement de l’ICBM, le lancement du premier satellite, « Spoutnik 1 », le 5 octobre suivant, allait confirmer les appréhensions des militaires, l’expérience étant cette fois vérifiable. Il allait également avoir un écho médiatique, à l’est comme à l’ouest, incomparablement plus important que celui du lancement du missile en août. La presse soviétique s’est en effet largement répandue en éditoriaux et en données techniques sur cette « nouvelle victoire de l’esprit créateur de [ses] savants et de [ses] spécialistes »14.

  • 15 Ibid.

29Ce triomphalisme est bien sûr présenté comme une victoire pour « les forces de paix » et la « science communiste ». L’exploitation à des fins de propagande pacifiste par les Soviétiques est certes de bonne guerre. Mais l’information a également été largement reprise par le presse occidentale comme dans le reste du monde. L’image traditionnelle de l’URSS y était remplacée par celle du premier pays à se lancer dans une aventure qui, des Anciens à Jules Vernes et de Cyrano de Bergerac à Hergé a fait rêver des générations d’enfants et d’adultes. Le communiqué de TASS ne s’est d’ailleurs pas trompé d’objectif en rappelant, d’une part, les travaux de Ciol’kovskij (1857-1935) et, d’autre part, que le lancement démontrait que « le travail libre et conscient des hommes de la société nouvelle, socialiste, peut traduire dans la réalité les rêves les plus audacieux de l’humanité »15.

  • 16 Pravda, 5 novembre 1957.

30Mais outre cet aspect de l’information destinée au « grand public », le lancement du Spoutnik signifiait bien autre chose pour les militaires occidentaux. Ces derniers savaient déjà que les Soviétiques maîtrisaient la technique des missiles balistiques. Le lancement du Spoutnik démontrait en plus que ces missiles étaient à même de transporter des charges relativement importantes, des charges qui pouvaient ne pas être aussi pacifiques qu’un satellite artificiel de 58 cm de diamètre et pesant 83,6 Kg. Un tel succès a d’ailleurs été confirmé un mois plus tard avec le lancement d’un deuxième satellite16.

31Or, contrairement à ce qui s’était passé pour les précédentes réalisations scientifiques – bombes A et H – il a été fait du Spoutnik et, dans une moindre mesure, de l’ICBM une grande exploitation politique. L’année 1957 marque indéniablement le début d’un discours ostentatoire, voire triomphaliste qui ne cesse qu’après la chute de Khrouchtchev. Dès le surlendemain du lancement du deuxième Spoutnik, lors du défilé traditionnel du 7 novembre, est ainsi présenté au monde un missile intercontinental dont la presse soviétique a donné un large écho, par le texte comme par l’image.

  • 17 Articles et Documents N° 575, du 29 octobre 1957, p. 2.

32Quelques jours après le lancement du premier Spoutnik, Khrouchtchev reçoit J. Reston, le correspondant du New York Times. Au cours de cet entretien, le premier secrétaire énonce toutes les réalisations soviétiques et, sans être réellement triomphaliste affirme, avec une commisération quelque peu ironique : « Je ne dis pas tout cela [l’énumération des différents types de missiles dont dispose l’URSS] pour intimider qui que ce soit ou exercer une pression politique sur les opinions publiques... Les Etats Unis n’ont pas de fusée balistique intercontinentale, autrement ils auraient pu, eux aussi, lancer sans difficulté leur satellite. Quant à nous, nous pouvons lancer les satellites car nous possédons l’engin porteur de tels satellites et notamment la fusée balistique »17.

33Mais Khrouchtchev annonce également, dans ce même entretien, la politique d’armement qu’il entend mener : « Si les Etats Unis ne possèdent pas aujourd’hui la fusée, ils l’auront un jour car la science ne cesse de se développer. On peut dire la même chose de l’Union Soviétique : si nous n’avons pas aujourd’hui quelque chose que vous avez, nous l’aurons à notre tour. C’est également là une sorte de compétition ».

  • 18 SSA, 12, 1987, art. cit. p. 16.

34Cette affirmation d’un développement parallèle de la course aux armements correspond en effet à une réalité de la politique soviétique depuis la fin de la guerre. Même si, trente ans après ces affirmations, certains auteurs soviétiques ont réfuté ce parallèlisme18 – et en règle générale le « suivisme » de l’URSS – il est indéniable que, au moins qualitativement, tout armement à vocation stratégique mis au point par les Américains a été suivi par un armement soviétique similaire, sinon identique. Ce rattrapage a été, en règle générale réalisé dans des délais plus courts que ne le pensaient les Etats Unis, ainsi en est-il des bombes A et H. Il en sera de même, au début des années soixante-dix, avec le « mirvage » des missiles.

35Ce qui différencie en fait les arsenaux soviétique et américain – et si l’on excepte les porte-avions – est la répartition quantitative entre les différentes armes, une répartition essentiellement fonction de la situation géopolitique des deux superpuissances.

  • 19 Il faut relever qu’en 1954, Khrouchtchev s’adressait au Soviet Suprême et qu’il s’agissait d’un dis (...)

36Pour revenir à cet entretien du 7 octobre, Khrouchtchev a également abordé la question de la victoire dans une guerre nucléaire. Tout en modérant les propos qu’il tenait en 195419, il n’en aboutit pas moins à la même conclusion : la victoire du socialisme. Mais son raisonnement a été quelque peu modifié sinon nuancé depuis 1954. En 1957, il semble qu’il ait mis au point le raisonnement qui prévaudra jusqu’à la fin des années soixante-dix. Il s’agit d’un discours qui évite de se prononcer sur les capacités réelles d’obtenir une victoire militaire dans une guerre nucléaire mais qui affirme que les conséquences d’une guerre, en bonne dialectique marxiste-léniniste, conduiront nécessairement – c’est le sens de l’histoire – à un renversement social du système capitaliste. Khrouchtchev affirme ainsi d’une part qu’une guerre conduira « à des pertes colossales » et de l’autre que les peuples qui survivront « ne pourront plus supporter un système qui engendre les guerres » et, par conséquent, qu’ils « voudront en finir une fois pour toutes avec le système social qui engendre les guerres et qu’ils établiront dans leur pays le régime socialiste ».

37Mais, il s’agit, pour Khrouchtchev, de délivrer un discours essentiellement opportuniste et à usage externe. En effet, quelques semaines après cet entretien, se tient à Moscou une Conférence des Partis Communistes, la première depuis la dissolution du Kominform, en 1956.

  • 20 Discours de Brejnev à la Conférence des PC de Moscou, en juin 1969. Cité par MARCOU (L), L’Internat (...)

38C’est au cours de cette conférence que se manifestent notamment les premières divergences entre la Chine et l’URSS. Elles concernent entre autres le chapitre de la coexistence pacifique et de l’inévitabilité des guerres. Le discours de Mao Tse Toung n’a pas, sur le moment, été publié. Mais, plusieurs années plus tard, à un moment où la crise entre les deux pays est devenue publique et où le schisme est consommé, les Soviétiques n’ont pas manqué d’en signaler les passages les plus provoquants et les plus inacceptables. C’est en effet au cours de cette conférence que, selon Brejnev, « avec une légèreté et un cynisme frappants, il [Mao] parlait de la possibilité de voir disparaître la moitié de l’humanité en cas de guerre atomique »20.

  • 21 « Pour la ligne générale du mouvement communiste international, contre l’opportunisme de gauche, le (...)

39Mais, dès 1963, il avait été fait état, dans la presse soviétique, de ce discours de 1957. Au plus fort de la phase idéologique de la crise, la revue théorique du CC soviétique publie un article faisant le point des divergences entre les deux conceptions du monde et dans lequel sont rapportés directement les propos que Mao aurait tenus : « Peut-on dire combien de victimes fera une nouvelle guerre ? Peut être le tiers des 2,7 milliards d’habitants du globe soit, seulement 900 millions d’êtres humains... J’ai discuté de cette question avec Nehru. Sur ce point, il est plus pessimiste que moi. Je lui ai dit que si la moitié de l’humanité périssait, il resterait l’autre moitié, l’impérialisme serait complètement détruit, il n’y aurait que le socialisme dans le monde entier et, en un demi-siècle ou en un siècle, la population augmenterait de nouveau, même de plus de la moitié »21.

40La mention d’un tel texte en 1963 se conçoit aisément, à la fois en raison de l’évolution des relations sino-soviétiques et des nouvelles conceptions stratégiques de l’URSS. Mais pourquoi ce discours de Mao n’a-t-il pas été reproduit en 1957 ? Certes, les relations entre les deux pays ne s’étaient pas encore détériorées et on ne tenait pas à Moscou à mettre sur la place publique un différend entre les deux plus grands Etats du monde communiste. On peut aussi penser, à l’inverse, que Moscou ne voulait pas donner une arme aux occidentaux, permettant d’amalgamer la vision de Mao de la future guerre à celle de l’URSS. Mais ces explications ne paraissent pas refléter la totalité de la problématique du différend.

41En fait, il semble que la raison essentielle de cette « discrétion » autour du discours de Mao soit plutôt d’ordre politique intérieure. Il était pour le moins difficile, alors que le « groupe anti-parti » venait d’être éliminé, de réfuter les propos du parti chinois qui reprenait, en des termes, certes différents, une argumentation développée à l’encontre de l’un des membres de ce groupe. En effet, on peut constater, même si le style en est plus imagé et plus « cru », que les propos de Mao ne sont pas très éloignés de ceux que tenait Khrouchtchev et ses partisans en 1954-55. Or, à l’époque, on l’a vu, ces mêmes propos avaient été utilisés contre les conceptions de Malenkov.

  • 22 Déclaration de la Conférence des Représentants des partis communistes et ouvriers tenue à Moscou du (...)

42Face à cette situation quelque peu embarrassante, ni le discours de Khrouchtchev, ni la déclaration finale de la conférence n’ont abordé directement ce sujet de la guerre atomique. Certes, il est fait mention d’une telle guerre qui aurait « une force destructrice sans précédent », du « danger de guerre que représente l’impérialisme » et du « camp invincible des Etats socialistes avec à sa tête l’Union Soviétique »22. Mais le texte insiste par dessus tout sur l’importance de la coexistence pacifique.

43En fait, et le contraste en a été d’autant plus fort durant la conférence, les Soviétiques sont alors en train de nuancer leur point de vue de 1954. Sans pour autant se rallier aux conceptions développées par Malenkov, on trouve de plus en plus de références, à cette époque, à l’idée de « destructions mutuelles » qui résulteraient d’un conflit atomique. Sans préjuger de la « victoire nécessaire du camp socialiste », cette idée de « destructions mutuelles » paraît, en fait, faire passer la vision d’une guerre atomique de l’utopique au possible, mais d’un possible réduisant de fait la probabilité de son déclenchement.

  • 23 Pravda, 1 janvier 1956.
  • 24 Pravda, 14 mai 1957 et 15 mars 1958.

44Cette approche avait été suggérée dans les réponses de Boulganine à la chaîne américaine Telenews, le 1er janvier 1956. Il affirmait notamment que « dans les conditions actuelles, les armes atomiques et à hydrogène ne peuvent pas être utilisées impunément »23. Une telle approche a été reprise dans certaines déclarations de Khrouchtchev24 puis, dans la Déclaration de la conférence des PC de novembre 1957.

Les suites du Spoutnik

45Ces quelques exemples montrent qu’à partir de l’apparition des armes intercontinentales, le discours politique soviétique sur la stratégie a subi quelques inflexions. Certes, il est toujours question de « frappe destructrice en cas d’agression », mais, progressivement, et ce, jusqu’à la fin de l’année 1959, on constate, dans les discours des responsables politiques, l’absence du thème des conséquences ou des effets d’une guerre atomique. Les premières divergences avec la Chine, l’apparition de conditions techniques nouvelles, mais aussi l’apparition d’un nouveau discours américain sur la possibilité de mener un conflit nucléaire limité, ont conduit les dirigeants soviétiques sinon à une certaine prudence, tout au moins à une attitude attentiste.

  • 25 Pravda, 15 mars 1958.

46Le discours électoral que Khrouchtchev prononce le 15 mars 1958, est, de ce point de vue, tout à fait significatif de ce changement de ton, de cette prudence. Les passages qu’il y consacre aux questions diplomatico-militaires reflètent une conception relativement neuve, tout au moins pour le secrétaire général25. Certes, rien ne permet d’affirmer qu’il remet en cause le fait que la victoire doive revenir au camp socialiste. Mais il affirme que, « si, contre la volonté des peuples, la future guerre, la guerre nucléaire, est déclenchée, elle menace de devenir la plus destructrice des guerres ». Et il poursuit : « à côté des destructions immédiates, l’utilisation de l’arme atomique empoisonnera l’atmosphère des retombées radioactives et ceci peut produire l’anéantissement de presque tout ce qui vit ». Certes, il précise que cela concerne surtout les petits pays à forte densité démographique – en l’occurrence l’Europe occidentale – mais il n’en conclut pas moins que « littéralement tout peut être balayé de la surface de la terre ». Plus loin dans son discours, il revient sur cette question, s’appuyant, cette fois sur les constatations des savants qui sont désormais connues de « centaines de millions de gens simples de par le monde » et qui décrivent « les conséquences terribles de l’arme atomique pour toute l’humanité ».

  • 26 Le terme de « dissuasion graduée » a été développé par l’école stratégique britannique et, notammen (...)
  • 27 On peut néanmoins citer, à l’encontre de cette hypothèse les déclarations que nous a faites le géné (...)

47Pourquoi un tel discours, pourquoi en 1958 ? Quelles en ont été les conséquences ? Tout d’abord, il semble bien qu’il faille mettre en corrélation ces affirmations avec le changement intervenu dans le discours américain. C’est en effet à cette époque (fin 1956 et en 1957) que les Etats Unis commencent à développer le thème de la guerre nucléaire limitée et suggèrent l’idée d’une « dissuasion graduée »26. En d’autres termes, les Américains passent d’un discours concluant à la destruction de la civilisation à la suite de représailles massives à une conception selon laquelle il serait possible de mener une guerre nucléaire dont on pourrait limiter, géographiquement, les effets. Les débats qui ont eu lieu aux Etats Unis, débats qui ont conduit, au début des années soixante, à l’adoption du concept de la riposte graduée (doctrine Kennedy-McNamara), ont visiblement perturbé les Soviétiques. Ces derniers, par principe, ne peuvent avoir la même conception de la guerre nucléaire que leur adversaire principal. Il faut, par conséquent, modifier – au moins en termes de discours politique – le discours officiel en vigueur27.

48Ainsi, lorsque les Etats Unis défendaient la thèse de la destruction de l’humanité, on affirmait à Moscou que l’URSS et ses alliés ne pouvaient que gagner une guerre nucléaire. Mais lorsque les premiers en sont venus à une conception de guerre limitée et donc à la possibilité d’envisager la conduite d’une guerre avec l’usage des armes nucléaires, il était difficile pour l’URSS de garder ses conceptions antérieures. Ceci explique sans doute le flou – sinon l’absence de déclarations soviétiques – sur ce point entre 1958 et 1960. Mais ce vide théorique s’explique également par l’existence de discussions au sein de l’état-major général sur le thème de la nature de la future guerre.

  • 28 Voir notamment INOZEMCEV (N), « Atomnaja diplomatija SSA : proekty i dejstvitel’nost’ » (La diploma (...)

49La presse ouverte spécialisée, et surtout la toute nouvelle revue de l’institut d’Economie Mondiale et de Relations Internationales (IMEMO) a d’ailleurs consacré un nombre relativement important d’articles, au cours de l’année 1958, portant sur les nouvelles conceptions américaines. Dans tous ces articles28, on retrouve les mêmes thèmes : condamnation des guerres limitées, locales, avec une critique particulièrement virulente de l’ouvrage de H. Kissinger qui venait de paraître ; affirmation qu’une guerre limitée ou locale est presque automatiquement le prélude à une guerre totale, car « une petite guerre atomique ne peut être contrôlée ». Ce dernier thème remonte d’ailleurs, on l’a vu, à la crise de Suez et a été largement repris par la suite.

50Cette mutation, sinon cette translation des discours américain et soviétique ne s’est pas retrouvée dans les interventions au XXIème Congrès du PCUS qui se déroule du 27 janvier au 5 février 1959. Certes, ce Congrès, extraordinaire, était plus exclusivement consacré aux questions économiques internes, avec notamment l’introduction du plan de sept ans. Ceci explique l’absence de grands développements sur les questions militaires et/ou internationales. Mais en même temps, on ne pouvait passer sous silence la réalisation majeure de l’URSS, intervenue entre le XXème et le XXIème Congrès : les lancements du premier ICBM puis de trois satellites (4 octobre, 3 novembre 1957 et 15 mai 1958).

51Ainsi, contrairement à ce qui s’était passé au cours de pratiquement tous les Congrès du PCUS, le rapport du secrétaire général ne commence pas par une analyse de la situation internationale. Cette analyse a fait néanmoins l’objet de la troisième des cinq parties du discours de Khrouchtchev. De plus, ni Khrouchtchev, ni aucun des autres intervenants susceptibles d’aborder les questions internationales et/ou militaires (Gromyko, Mikojan, Malinovskij ou Ustinov) n’ont présenté précisément d’image de ce que pourrait être la future guerre et encore moins de ses conséquences.

  • 29 Vneočerednyj XXI S’ezd KPSS. Stenografičeskij Očerk. (XXIème congrès extraordinaire du PCUS. Compte (...)

52Khrouchtchev, sur ce point, mentionne seulement les nouvelles capacités militaires de l’URSS et affirme que « si l’Union Soviétique peut envoyer des missiles à des centaines de milliers de kilomètres dans l’espace, elle peut envoyer sans erreur de puissants missiles sur n’importe quel point du globe ». Il précise également qu’à la différence des Etats Unis, il ne considère pas de telles « réalisations en termes de supériorité militaire et de domination »29.

  • 30 Ibid. T. 2, p. 126.
  • 31 Ibid. T. 2, p. 125.

53Le maréchal Malinovskij n’aborde pas, non plus, la question des effets d’une guerre nucléaire. Il se contente de décrire les moyens à la disposition des belligérants. Il rappelle seulement, et cela n’a rien d’original, ni de nouveau, qu’en cas d’agression, l’URSS portera un coup destructeur sur son adversaire30. Il critique par ailleurs, et cela aussi était dans l’ordre des choses, les conceptions américaines de guerre limitée31.

  • 32 Ibid. T. 2, p. 404-405.

54Enfin, dans son discours de clôture, Khrouchtchev accorde une place proportionnellement plus importante aux questions internationales qu’aux questions internes, par comparaison avec le rapport général. Mais, plutôt que de présenter les positions soviétiques, il critique celles des Américains selon lesquelles une guerre nucléaire limitée – en l’occurrence sur le continent européen – permettrait aux Etats Unis d’éviter des destructions sur leur propre territoire. Selon le premier secrétaire, « les stratèges américains devraient cesser de construire leurs plans sur des illusions selon lesquelles en cas de déclenchement d’un conflit militaire, le territoire des Etats Unis resterait invulnérable »32.

55Mais à côté de ces propos énoncés devant le Congrès et qui somme toute font peu progresser le débat, une « petite phrase » prononcée par Khrouchtchev va provoquer une véritable « panique » – peut-être réelle au début mais vraisemblablement feinte par la suite – aux Etats Unis. Cette « petite phrase » peut en effet être considérée comme l’une des causes de la course aux armements des années soixante et, en tous cas, de l’une des plus grandes tromperies de ces cinquante dernières années, tout au moins par les conséquences qu’elle a impliquées.

  • 33 Ibid. T. 1, p. 18.

56Dès le début de son discours, et suivant un goût de l’emphase qui lui est familier, Khrouchtchev affirme, après avoir rappelé les réalisations soviétiques dans le domaine de l’espace qu’en « Union Soviétique, on organise la production en série des missiles balistiques intercontinentaux »33.

57Il n’en faut pas plus pour que les experts américains se lancent immédiatement dans une comptabilité et aboutissent à des résultats effrayants. Ces calculs aboutissent très rapidement à la constatation qu’en 1960, les Soviétiques devraient disposer de trois cents missiles opérationnels, de cinq cents en 1961 et de mille en 1962. Dans le même temps, les Américains pensaient disposer pour eux mêmes, en 1962, de vingt escadrons de dix missiles soit cinq fois moins que l’URSS à la même date.

  • 34 Parmi les documents américains publiés à l’époque sur le « missile gap », voir notamment The United (...)

58Les débats dans la classe politique américaine allaient prendre des proportions considérables, opposant ceux qui dénonçaient ce retard et condamnaient l’administration républicaine qui contribuait à élargir ce fossé. Selon d’autres, au contraire, ce débat sur le « missile gap » était stérile car les Etats Unis avaient de toutes façons de nombreux moyens autres, susceptibles de détruire l’URSS qui, de son côté, savait qu’il était suicidaire pour elle de déclencher une guerre34.

59L’« affaire » du missile gap était ainsi lancée. En fait, cette « affaire » est l’un des rares cas dans l’histoire des relations soviéto-américaines où la désinformation de l’un correspond parfaitement à celle de l’autre, et même la sert. Car, tout en étant conscient de part et d’autre de la réalité du rapport des forces stratégiques, au moins jusqu’en 1961, et, dans une moindre mesure jusqu’à la crise cubaine de 1962, le discours triomphaliste de l’URSS sur sa supériorité considérable a exactement répondu aux attentes du discours catastrophiste des Etats Unis sur cette même supériorité.

  • 35 Entretien avec un chercheur soviétique en juin 1987. Ce chercheur était, à l’époque, colonel à l’ét (...)

60Cela dit, il est presqu’évident qu’aucun responsable politique ou militaire, et ce jusqu’à un niveau relativement modeste, ne se faisait guère d’illusion quant à la réalité des forces effectivement en présence35.

61C’est d’ailleurs à cette même époque, après les lancements de l’ICBM et du Spoutnik, que les Soviétiques – ou leurs alliés – ont quelque peu modifié leur vision du désarmement. Il s’agissait de tenir compte du fait stratégique nouveau et notamment de l’implication, pour l’Europe, de l’apparition des armes intercontinentales. Sans pour autant être réalisables ou s’éloigner totalement des grands principes du désarmement général et complet, les thèmes présentés ont néanmoins été quelque peu renouvelés.

62Tous les discours, déclarations, et ouvrages soviétiques étudiés précédemment et condamnant la guerre limitée, s’inscrivent dans cette perspective. Ces conditions politico-stratégiques nouvelles et complexes pour l’URSS comme pour les Etats Unis ont conduit les Soviétiques à perfectionner leur réflexion sur ce sujet. A côté des experts de l’état-major, chargés, depuis le mois de mai 1957, de réfléchir sur la nature de la future guerre, Moscou a décidé que, dans ce même domaine il fallait également engager une réflexion publique et « civile ». Une réflexion non plus seulement sur la seule stratégie militaire, mais également sur la nouvelle « stratégie diplomatique » lancée par Moscou, notamment dans ce domaine du désarmement. Telle sera l’une des fonctions principales d’un institut nouvellement créé : l’IMEMO.

Une réflexion « civile » sur le « militaire »

  • 36 XX S’ezd... op. cit. T.l, p. 325-326.

63A la tribune du XXème Congrès, Mikojan avait réclamé la création d’un institut traitant des questions d’économie et de politique internationales. En effet, comme le rappelait Mikojan36, il n’existait plus, en URSS, depuis 1947, d’institut traitant de ces questions à l’Académie des Sciences . On se souvient que, c’est à l’occasion des débats sur les travaux de Varga que l’institut d’Economie et de Politique Mondiales avait été fermé. Quelques semaines après l’invective de Mikojan, l’institut d’Economie Mondiale et de Relations Internationales (IMEMO) est créé au sein de l’Académie des Sciences. Dès l’année suivante, l’institut faisait paraître sa revue Economie Mondiale et Relations Internationales (MEiMO). Les experts des questions internationales avaient désormais une tribune pour une discipline qui commençait à être reconnue comme telle par le pouvoir scientifîco-politique. Ceci explique en partie la multiplication, dès cette époque, des articles sur les questions internationales. Mais, à l’inverse, on peut considérer que, si le seul Institut d’Economie ne pouvait, comme le rappelait Mikojan, aborder également et en détail toutes les questions d’économie mondiale, et notamment celle des pays capitalistes, il n’existait, par contre, comme ne le rappelait pas Mikojan, aucune revue « scientifique » soviétique traitant de relations politiques internationales.

64On ne saurait pour autant assimiler ces changements à une « désidéo-logisation » des relations internationales. Car si la notion de coexistence pacifique conduit à un certain réalisme, elle ne peut en aucun cas être appréhendée comme un élément « extra-idéologique ». Il s’agit d’abord d’une forme de la lutte des classes. En fait, ceci s’inscrit dans un ensemble qui, au début des années soixante, redonnera à l’ensemble des sciences sociales, un champ d’activité spécifique qui n’est plus exclusivement rattaché aux instituts du marxisme-léninisme (voir Chapitre 15). Il est indéniable que, de ce point de vue, la reprise d’un dialogue avec le monde occidental a conduit les dirigeants soviétiques à constituer un groupe d’experts académiques pour mieux expliquer la nature de leur adversaire, devenu également partenaire, principal, et de le faire savoir.

65Par ailleurs, et surtout depuis l’apparition des ICBM, il devenait indéniable que la guerre, son appréhension comme sa conduite, ne pouvait plus être seulement l’affaire des militaires. La réflexion sur la stratégie, dans le monde, à partir du milieu des années cinquante, était devenue désormais aussi le fait du politique.

66Même si les Soviétiques n’ont jamais officiellement accepté l’idée de la dissuasion, surtout, depuis qu’elle était devenue réciproque, ils n’en ont pas moins été conscients que les armes atomiques et leur vecteur intercontinental étaient devenus d’abord des armes politiques.

67Dans cette perspective, il s’agissait de démonter l’édifice – ou les édifices – théorique échaffaudé par les Occidentaux, notamment par les Américains, de le dénoncer et de démontrer en quoi il ne pouvait être accepté par l’URSS. Et ceci, autrement que par des affirmations péremptoires à l’occasion d’un discours à quelque tribune officielle ou dans le secret des état-majors. Mais il s’agit également pour Khrouchtchev de mobiliser des énergies « neuves » pour lui permettre d’étayer le discours triomphaliste qu’il engage dès cette époque. Or, ces énergies nouvelles se trouvent dans une intelligentsia qu’il s’est ralliée plus aisément que les milieux militaires.

68On peut également se demander si cette réflexion nouvelle sur les questions politico-stratégiques n’avaient pas pour fonction de compléter les débats engagés depuis mai 1957 – ou tout au moins d’en présenter la face publique. En effet, en acquérant une dimension également politique, la stratégie devait – vraisemblablement à l’imitation des Etats Unis – faire également l’objet d’un discours politique et surtout d’un discours politique public. Ceci ne préjuge en rien du maintien du secret en ce qui concerne les plans militaires réels.

69Mais, ce discours politique sur la stratégie, relativement nouveau en URSS, se doit de tenir compte de trois données, indispensables dans la réalité soviétique. Le premier élément est la cohérence de ce discours avec la « ligne générale » de la politique internationale de l’URSS et de l’idéologie qui la sous-tend. Ceci devient une nécessité particulièrement indispensable à un moment où le phénomène de crise politique à retentissement militaire potentiel prend une dimension et une intensité nouvelles, au moment où apparaît comme une réalité le principe de la « dissuasion mutuelle ». C’est, en effet, au cours de ces années 1956-1962 que surgissent les plus graves crises est-ouest, crises qui risquent de déboucher sur un nouveau conflit mondial. De Suez à Cuba, en passant par Budapest et Berlin, le nucléaire est apparu comme un élément du discours autour de la crise, comme un élément sinon de résolution ou tout au moins de limitation des crises.

70Le deuxième élément dont doit tenir compte ce discours politico-stratégique public est l’arsenal dont dispose le pays intéressé. Il importe en effet de donner à ce discours une crédibilité qui implique que l’on tienne compte des forces dont on dispose réellement. Car, derrière le triomphalisme, en vigueur durant les années du pouvoir khrouchtchévien postérieures à 1957, le discours politico-stratégique reste dépendant des réalités. Certes, Khrouchtchev a-t-il exploité la situation de monopole soviétique en matière balistique, tout en étant conscient du caractère provisoire de cette situation. Mais, surtout simultanément à la campagne du missile gap lancée par les Etats Unis en 1959, et derrière le discours triomphaliste, il est plus que vraisemblable que, non seulement les responsables politiques, mais aussi les experts – au moins militaires – savaient que ce fossé existait et qu’il n’était pas en la faveur de l’URSS.

71Enfin, le troisième élément indispensable à l’élaboration d’un discours politico-stratégique est d’ordre idéologique. Ceci est un élément spécifique à l’URSS et aux pays de son système, dont la logique implique l’existence d’un discours idéologique explicite. Tout ce qui touche de près ou de loin au politique doit se trouver nécessairement en phase avec la ligne idéologique en vigueur. Cette exigence spécifique du système soviétique est une des causes essentielles des temps de latence dont l’URSS a besoin pour émettre un discours politique nouveau lorsqu’apparaît un fait nouveau, sur la scène internationale notamment.

72Dans le domaine politique en général, comme dans le domaine stratégique en particulier, auquel il faut ajouter une dimension technique, il doit nécessairement y avoir une cohésion entre discours politique et idéologie dominante. Pour ce faire, les Soviétique font souvent appel à une méthode consistant à privilégier un élément du champ idéologique préexistant et/ ou à réduire l’importance d’un autre.

73Dans l’idéologie, comme dans le discours stratégique, il apparaît peu d’éléments réellement nouveaux. Tout nouveau discours est le plus souvent composé d’éléments déjà présents mais que l’on combine d’une façon telle que le nouveau discours corresponde mieux aux réalités du moment. On verra, plus loin, que l’arme atomique a certes considérablement modifié le discours stratégique mais que, prises séparément, aucune des composantes, de ce discours ne constituent en soi une innovation. Après tout, nous sommes au pays de Mendeleev !

74Entre 1955 et 1959, les politiques encore dominent le débat sur la question de la guerre nucléaire. Leur discours s’est essentiellement attaché à analyser, ou tout au moins à présenter l’issue et les conséquences d’une telle guerre. Mais ils n’ont abordé, ni sa cause, ni sa phase initiale, ni son déroulement. La question que posent les politiques est de savoir si une guerre atomique est envisageable et quelles en seraient les conséquences. A partir de 1955, de façon alors encore quelque peu désordonnée, puis de façon de plus en plus organisée, les militaires s’intégrent dans le débat, abordant des questions qui n’étaient pas encore apparues publiquement . Ce sont ces grands thèmes, qui serviront à la mise en place de ce que l’on appellera la « doctrine Sokolovskij ».

Notes

1 D. Sepilov était rédacteur en chef de la Pravda, avant sa nomination au poste de ministre des affaires étrangères.

2 Le Plénum s’est réuni du 22 au 29 juin 1957. La presse soviétique n’a publié de ce Plénum que le Résolution, près d’une semaine après son achèvement, le 5 juillet.

3 PENKOVSKI (O), Carnets d’un Agent Secret, Paris, Taillandier, 1968, pp. 200, 222...

4 Ibid. p. 195.

5 Voir notamment PETROV (Ju.), Stroitel’stvo Politirganov, Partijnyh i Komsomol’skih Organizacii Armii i Flota (L’organisation des organes politiques et des organisations du Parti et des Komsomols de l’Armée et de la Flotte), Moscou, Voenizdat, 1968, P. 434 et suiv. ; ainsi que MAL’CEV (A), Akademija im. V.I. Lenina (L’Académie Lénine), Moscou, Voenizdat, 1980, p. 167 et suiv.

6 SCOTT (H et W) The Armed Forces... op. cit. p. 265.

7 Ce texte n’indique pas la date précise de la réunion du Plénum. Il s’est tenu « fin octobre ». Le recueil des décrets et des résolutions du PCUS indique néanmoins la date du 29 octobre, c’est à dire deux jours après la publication de l’information du remplacement de Joukov au ministère de la défense (Pravda, 27 octobre 1957).

8 Certains observateurs étrangers se sont ainsi étonnés que l’on ait pas choisi, quitte à prendre un « vrai » militaire, des hommes tels Konev ou Vasilevskij. Le Monde, 29 octobre 1957. D’autres témoignages sont nettement moins critiques à l’égard de Malinovskij et de ses compétences militaires, tout en constatant une servilité et un opportunisme certains à l’égard du pouvoir politique. Voir notamment CHASSIN (L), « Les maréchaux soviétiques et l’armée rouge après Joukov », Revue Militaire Générale, février 1961, p. 172-177.

9 Voir notamment ZAHAROV (M) (sous la direction de) 50 Let Vooružennyh Sil SSSR (Les 50 ans des forces armées soviétiques), Moscou, Voenizdat, 1968, p. 521 ; Akademija Genstaba, op. cit. p. 121.

10 Presse quotidienne nationale, notamment, Krasnaja Zvezda, Z août 1957. On sait qu’en fait, ce premier lancement réussi a eu lieu le 21 août et qu’il avait été précédé de sept échecs.

11 Krasnaja Zvezda, 28, 29, 30, 31 août 1957.

12 Ces réactions de lapresse anglo-saxone ont été publiées dans Articles et Documents N° 0.549 (29 août 1957), p. 2-3.

13 Ibid. p. 2.

14 Pravda, 6 octobre 1957.

15 Ibid.

16 Pravda, 5 novembre 1957.

17 Articles et Documents N° 575, du 29 octobre 1957, p. 2.

18 SSA, 12, 1987, art. cit. p. 16.

19 Il faut relever qu’en 1954, Khrouchtchev s’adressait au Soviet Suprême et qu’il s’agissait d’un discours à usage interne. Dans le cas présent, il s’adresse d’abord à un public occidental, notamment américain.

20 Discours de Brejnev à la Conférence des PC de Moscou, en juin 1969. Cité par MARCOU (L), L’Internationale après Staline, Paris, Grasset, 1979, p. 61.

21 « Pour la ligne générale du mouvement communiste international, contre l’opportunisme de gauche, le nationalisme et l’aventurisme » Kommunist, 14 septembre 1963, traduit dans Notes et Etudes Documentaires, N° 3095, 8 juin 1964, p. 12.

22 Déclaration de la Conférence des Représentants des partis communistes et ouvriers tenue à Moscou du 14 au 16 novembre 1957. Notes et Etudes Documentaires, N° 2950, 31 décembre 1962, p. 73.

23 Pravda, 1 janvier 1956.

24 Pravda, 14 mai 1957 et 15 mars 1958.

25 Pravda, 15 mars 1958.

26 Le terme de « dissuasion graduée » a été développé par l’école stratégique britannique et, notamment, par Liddell Hart. Il a été repris par les tenants, aux Etats Unis, de la guerre nucléaire limitée (Voir FREEDMAN (L), op. cit., p. 112-117).

27 On peut néanmoins citer, à l’encontre de cette hypothèse les déclarations que nous a faites le général Mil’stejn en 1987 selon laquelle l’URSS aurait, de tout temps, eu axactement la même doctrine militaire que les Etats Unis. Cependant, aucun texte, ni aucun de nos interlocuteurs soviétiques ne sont venus étayer une telle affirmation.

28 Voir notamment INOZEMCEV (N), « Atomnaja diplomatija SSA : proekty i dejstvitel’nost’ » (La diplomatie de l’atome des Etats Unis : projets et réalité), MEiMO, 3, 1958, pp. 28-43 ; BOGDANOV (O), « Jadernaja problema i obespecenija mira » (la problème nucléaire et la garantie de la paix), MEiMO, 8, 1958, pp. 3-15 ; MIL’STEJN (M), SLOBODENKO (A), « Problema sootnosenija politiki i vojny v sovremennoj imperialisticeskoj ideologii » (Le problème de la corrélation de la guerre et de la politique dans l’idéologie impérialiste contemporaine), MEiMO, 9, 1958, pp. 58-73 ; KONONENKO (A), « Lokal’nye Vojny v politike i strategii SSA » (Les guerres locales dans la politique et la stratégie américaines), MEiMO, 10, 1958, pp. 16-25.

29 Vneočerednyj XXI S’ezd KPSS. Stenografičeskij Očerk. (XXIème congrès extraordinaire du PCUS. Compte rendu sténographique), Moscou, Politizdat, 1959, T. 1, p. 82.

30 Ibid. T. 2, p. 126.

31 Ibid. T. 2, p. 125.

32 Ibid. T. 2, p. 404-405.

33 Ibid. T. 1, p. 18.

34 Parmi les documents américains publiés à l’époque sur le « missile gap », voir notamment The United States in World Affairs 1959, Council on Foreign Relations, New York, Harper, 1960, p. 52-54.

35 Entretien avec un chercheur soviétique en juin 1987. Ce chercheur était, à l’époque, colonel à l’état-major et membre du groupe constitué pour réfléchir sur la nature de la future guerre.

36 XX S’ezd... op. cit. T.l, p. 325-326.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search