Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Première partie. Le nucléaire, enjeu politique

Chapitre 5. Le discours politique : Des nuances sans vrai débat (1955-1956)

Texte intégral

1Avec le limogeage, en février 1955, de Malenkov de son poste de premier ministre, le nucléaire cesse d’être un enjeu dans la lutte pour le pouvoir. Insensiblement, Khrouchtvchev semble maîtriser la quasi-totalité du jeu politique et n’a apparemment plus besoin de cet argument pour renforcer ses positions.

Nuances et détente

2Le remplacement de Malenkov par le maréchal Boulganine, un maréchal fort peu militaire et considéré comme n’ayant que peu de personnalité, permet au premier secrétaire de disposer désormais, provisoirement par personne interposée, de deux fonctions suprêmes en URSS. Il ne faut pas oublier, en effet, que l’une des grandes questions qui se sont posées en URSS à la mort de Staline était celle de la « localisation » du pouvoir, du lieu de l’instance d’où émanait la totalité du pouvoir, derrière une façade de collégialité. Ce pouvoir résidait-il dans le PCUS ou dans le gouvernement ? Très vite, il est apparu – et Khrouchtchev, dès septembre 1953 œuvre dans ce sens – que la légitimité du pouvoir est portée par le Parti. La mise à l’écart de Malenkov représenterait alors une sorte de garantie contre une tentative de remise en question de cette localisation.

3Mais l’autre question qui se pose en février 1955, dans la perspective du débat politico-militaire, est celle du remplacement du maréchal Boulganine au ministère de la défense. Certes, même affublé du titre de maréchal, Boulganine ne pouvait guère être considéré comme un authentique soldat. Son successeur, par contre, n’est autre que celui qui est unanimement considéré comme le vainqueur de Berlin, sinon de la guerre : le maréchal Joukov. Or, une question se pose à son sujet et à propos de cette promotion.

Joukov est-il « Khrouchtchévien ?

4D’une part, Joukov est comblé d’honneurs politiques par Khrouchtchev : il sera, à l’occasion du XXème Congrès, le premier militaire à entrer au Présidium du CC (le Politburo) depuis la fin de la guerre ; Khrouchtchev reprenant une tradition, interrompue par Staline, de nommer un chef militaire à la tête du ministère de la défense (exception faite du maréchal Vasilevskij de 1949 à 1953).

5Mais, d’autre part, dès février 1955, on peut se demander si, notamment sur la question de la guerre nucléaire, Joukov défend réellement le même point de vue que le premier secrétaire du PCUS. En effet, dans un entretien qu’il accorde à trois journalistes américains, deux jours avant sa nomination, et publié après celle-ci, Joukov adopte une attitude pour le moins nuancée sur ce point. Il est vrai que cette question n’est plus réellement un enjeu pour la lutte pour le pouvoir et que le politique peut accorder une certaine latitude dans les prises de position.

6On peut, en effet, se demander si, l’accord ayant été réalisé au printemps 1954 pour condamner Malenkov sur ce chapitre – et donc la position officielle quant aux conséquences possibles d’une guerre atomique étant connue – la vigilance ne se serait pas légèrement relâchée. Ce thème était-il devenu indifférent à Khrouchtchev, une fois obtenu ce qu’il souhaitait ? Ou, au contraire, se serait-il agi d’un exercice commandé d’un appel à des idées neuves, dans un cadre tracé, pour mieux préciser les positions par la suite ?

  • 1 Pravda, 13 février 1955.

7Quoiqu’il, en soit, à une question sur le rôle implicitement dissuasif – le terme n’est pas prononcé – des armes atomiques, Joukov répond : « L’existence des armes atomiques implique en soi la possibilité de leur utilisation et il est des insensés qui, perdant toute mesure, peuvent se décider à les déployer ». Et, après avoir rappelé la volonté de l’URSS d’obtenir l’interdiction complète de ces armes, il conclut : « Il ne faut pas oublier que l’arme atomique est à double tranchant. La guerre atomique est aussi dangereuse pour les attaqués que pour les attaquants »1.

8La répétition d’un tel point de vue, en fait plus proche de celui de Malenkov – sans pour autant lui être identique – que de celui de ses critiques et notamment de Khrouchtchev, laisserait à penser que cette question ne fait plus partie des enjeux prioritaires pour la prise du pouvoir. Il pourrait laisser une illusion de relative ouverture aux militaires – plutôt hostiles, surtout aux niveaux moyens et inférieurs, à la déstalinisation – en leur laissant la maîtrise de certains éléments du discours.

9Par ailleurs, l’acceptation d’un discours proche de celui de Malenkov laisse supposer que, dès lors, Khrouchtchev ne craint plus un retour en force soit de son rival soit de ses partisans. Mais il pourrait également servir de ballon d’essai aux conceptions que Khrouchtchev adopte deux ans plus tard. La question reste de savoir si, dès février 1955, Khrouchtchev était favorable à une telle conception ou s’il en a été convaincu par Joukov avec lequel il semble avoir entretenu des relations pour le moins orageuses.

  • 2 ce point peut être relié à cet entretien de C. Bohlen à un diplomate français concernant les liens (...)

10Enfin, il semblerait que l’éviction de Malenkov2 ou tout au moins que l’accaparement de la quasi-totalité du pouvoir par Khrouchtchev n’aurait pas réellement satisfait certains chefs militaires. Certains incidents émaillent ainsi les quelques mois qui suivent cette réunion du Plénum de février 1955.

11Dès le mois qui a suivi le limogeage de Malenkov, deux « incidents » conduisent à relativiser l’unanimité autour de la montée en puissance de Khrouchtchev. Même si l’une des accusations « officieuses » portées à l’encontre de Malenkov se rapportait à sa volonté de réduire les effectifs et le budget de l’armée rouge et de vouloir abandonner le « culte » de l’industrie lourde au profit d’une accélération de la production de biens de consommation, il pourrait avoir gardé un certain capital de confiance auprès de quelques militaires de haut rang.

  • 3 Pravda, 3 février 1955 (Le général Rodimcev était à l’époque attaché militaire et conseiller auprès (...)
  • 4 Krasnaja Zvezda, 3 février 1955 (Le général Cujkov avait succédé à Sokolovskij à la tête du GFSA en (...)
  • 5 Tägliche Rundschau, 22 février 1955 . Le commandant du GFSA était alors le général Grecñko qui sera (...)
  • 6 Ibid., 23 février 1955.

12Le premier de ces incidents se déroule autour de la commémoration de la victoire de Stalingrad, quelques jours avant la session du Soviet Suprême de février. Dans un article de la Pravda, commémorant cette victoire, le général Rodimcev met en relation directe la personnalité de Khrouchtchev et l’issue de la bataille de Stalingrad3. Or, le même jour, dans le quotidien de l’armée qui célèbre aussi cette bataille, le général Cujkov ne mentionne pas le nom de Khrouchtchev dans son article4. Dans cette même perspective – Khrouchtchev a-t-il joué un rôle fondamental à Stalingrad ? – on retrouve l’article du général Rodimcev, traduit en allemand et publié dans le journal du journal du GFSA. Dans cette traduction, le passage mentionnant le rôle de Khrouchtchev a été supprimé5. Le lendemain, le même quotidien du GFSA célébrant l’anniversaire de l’armée, renouvelle l’opération en évitant de citer le nom de Khrouchtchev. Il cite par contre celui de Boulganine6. Ce dernier fait pourrait laisser supposer que, au moins au début, Boulganine n’est pas assimilé au « clan » des khrouchtchéviens.

  • 7 Pravda, 9 mai 1955 (Konev était alors commandant en chef de l’armée de terre. Il sera le premier co (...)
  • 8 ZELTOV (A) « Vsemirno-istoriceskaja pobeda sovetskogo naroda » (Une victoire historique de portée u (...)

13A l’autre extrémité, il semble que l’on puisse considérer que, parmi les maréchaux de l’époque, Konev ait apporté un soutien sans faille au premier secrétaire, si l’on en croit l’ article qu’il publie à l’occasion du 9 mai. Le maréchal cite ainsi les « éminents responsables politiques » qui, durant la guerre, ont eu des postes dirigeants auprès des différents fronts. Et de citer dans l’ordre : « Khrouchtchev puis Boulganine, Vorochilov, Kaganovitch, Jdanov, Sčerbakov et d’autres membres du CC du Parti »7. On retrouve la même hiérarchie dans l’article que signe le général-colonel Želtov, chef du GlavPU dans la revue théorique du CC pour la même occasion. Mais dans l’article qu’il publie dans le quotidien de l’armée, toujours à l’occasion du 9 mai, Zeltov ne cite aucun nom8.

  • 9 Znamija, 2 février 1955, p. 121.

14Par contre, quelques semaines auparavant, et pour célébrer la fête de l’Armée, le 23 février, le général-major Moskovskij, dans un article de la revue Znamija, avait adopté un ordre différent : « Le CC a assigné à Boulganine, Jdanov, Ščerbakov, Khrouchtchev et à d’autres membres du CC, des tâches directement militaires »9.

  • 10 Pravda, 8 mai 1955.

15De son côté, Joukov fait montre d’une grande discrétion puisqu’à l’occasion de son discours pour le dixième anniversaire de la victoire, il ne mentionne que deux noms : il cite une fois celui de Lénine, « père spirituel de la victoire » et une fois celui de Staline, « à la tête du haut commandement ». Aucun autre nom n’a été cité dans son discours, ce qui peut aussi bien être perçu comme une marque de prudence que d’imprudence10.

16Ces quelques exemples de la diversité de l’attitude des hauts responsables militaires face au pouvoir politique qui se met en place est confirmé quant au fond . Ceci concerne notamment l’approche d’une nouvelle guerre et de ses effets. Entre le discours qui paraît être devenu la nouvelle ligne lors de la session du Soviet Suprême d’avril 1954 – elle est confirmée par Molotov lors de la session de février 1955 de la même instance – et le discours avancé par certains, notamment dans les milieux militaires, d’importantes nuances subsistent.

17Le maréchal Joukov, toujours lui, et tout nouveau ministre de la défense qu’il soit, semble avoir pris la tête d’une « campagne » de réévaluation de la conception en cours de la guerre atomique. Cette campagne s’adresse très directement à la classe politique. On peut d’ailleurs se demander si, après avoir été utilisée par les politiques comme un enjeu dans la prise du pouvoir en 1953-54, les militaires ne tenteraient pas de mettre le « hola » face à des discours fort peu fondés sur la réalité des choses. Ceci pourrait expliquer toutes les nuances, décelables dans les diverses prises de position adoptées au cours de l’année 1955. Cette campagne semblerait ainsi avoir porté quelque fruit si l’on en juge par l’infléchissement du discours dans ce domaine chez Boulganine d’abord, chez Khrouchtchev ensuite. Le message ne passera par contre pas chez Molotov. A celà, on peut ajouter une certaine « éclaircie » dans le climat international, surtout après la conférence de Genève en juillet, dont les Soviétiques glorifieront longtemps « l’esprit ».

18Si l’on se reporte au mois de février 1955 et à la session du Soviet Suprême, on constate que Molotov y adopte une conception maximaliste des conséquences d’une guerre atomique, conception qui reste relativement isolée et surtout qui n’est pas reprise dans la résolution adoptée par la session. Pourtant, l’un des principaux arguments utilisés en 1954 pour défendre la conception de la destruction du seul système capitaliste (une troisième guerre ne peut conduire qu’à l’effondrement du capitalisme de même que la première et la seconde guerre ont conduit à une réduction de ce système), n’a été repris ni par Molotov ni par Boulganine.

  • 11 Pravda, 9 février 1955.

19Ce que dit – ou plutôt redit – Molotov est que « en s’appuyant sur une politique à partir d’une position de force... les adversaires de l’URSS préparent une nouvelle guerre et ont lancé une campagne de propagande sur la nécessité d’organiser précisément une guerre atomique ». Or, rappelle Molotov, « ce n’est pas la civilisation mondiale qui périrait, quelque souffrance qu’elle subisse d’une telle agression, mais c’est ce système social moribond et décadent avec ses fondements impérialistes, un système condamné pour son agressivité ». Et de conclure, nouvelle ligne oblige, sur la volonté de paix et la nécessité de coexistence pacifique entre les deux systèmes11.

  • 12 Sur les 23 pays européens convoqués le 13 novembre 1954, quelques jours après la signature des Acco (...)

20A côté de cette prise de position qui peut être considérée comme un coup de grâce porté aux idées d’un Malenkov déchu, le discours de Molotov contient deux autres éléments – ou mieux, deux informations – qui ont été rapidement suivis d’effets concrets. Il rappelle tout d’abord qu’à la Conférence de Moscou sur la sécurité collective en Europe – à laquelle tous les Etats européens étaient invités mais à laquelle seuls les pays alliés de l’URSS se sont rendus – il avait été décidé que des mesures seraient prises dans l’hypothèse où les Accords de Paris seraient ratifiés et ce, quelque soient les sacrifices que cela puisse impliquer pour l’URSS. « La première et la principale de ces mesures est la préparation de la conclusion d’un Traité d’Amitié, de Coopération et d’Assistance Mutuelle par et entre les huit pays parties à la Conférence de Moscou »12. Il s’agit bien entendu du Traité (Pacte) de Varsovie, signé le 14 mai 1955.

21Le second élément d’information apporté par le discours de Molotov est que, après la réunion de la session de l’OTAN de décembre 1954 au cours de laquelle « a été discutée la préparation d’une guerre atomique », ces agresseurs potentiels doivent savoir que « le peuple soviétique a fait des progrès tels dans la fabrication des armes à hydrogène que ce sont les Etats Unis et non l’URSS qui se trouvent à la traîne ». Khrouchtchev et Boulganine reprendront le même discours lors de leur voyage en Inde à la fin de l’année 1955 (voir plus loin). On peut voir ici une première ébauche du discours triomphaliste qui fera les beaux jours des années du règne de Khrouchtchev, notamment à partir de la fin de la décennie.

22Ce discours de Molotov que l’on pourrait qualifier de « musclé », ne paraît pas faire l’unanimité dans la classe politique. Mais, on peut également considérer que celui que l’on surnommait, à l’époque, « Monsieur Niet » était chargé de jouer le rôle de l’annonceur des mauvaises nouvelles. Une sorte de Cassandre volontaire de la politique étrangère soviétique.

  • 13 Pravda, 10 février 1955.

23Ainsi, dans son discours au Soviet Suprême, Boulganine n’aborde-t -il pas ces questions. Il rappelle seulement que « pour maintenir, à l’avenir également, la supériorité des armées soviétiques sur les armées capitalistes, le Comité Central et le gouvernement ont fait un grand effort et ont obtenu de grands succès depuis la guerre en équipant nos forces armées d’armes et de matériels militaires modernes et nouveaux »13.

24On retrouve cette modération – « modération » relativement à Molotov – dans l’entretien que le nouveau premier ministre accorde trois jours plus tard aux trois journalistes américains qui avaient déjà interviewé Khrouchtchev et Joukov.

  • 14 Pravda, 15 février 1955.

25Interrogé par W. Hearst qui lui demandait si « les explosions des engins thermo-nucléaires dans des buts expérimentaux présentant un danger pour toute l’humanité, le gouvernement soviétique serait disposé, en attendant l’interdiction de l’arme atomique, à conclure... un accord limitant le nombre d’explosions expérimentales ? », Boulganine répond que « la proposition de limiter les essais n’a aucun sens pratique » et que cette question doit être « réglée radicalement... en interdisant toutes ces armes ». Par contre, il ne relève pas l’allusion de Hearst à la destruction de toute l’humanité14.

26Certes, il s’agit d’un entretien accordé à la presse occidentale qui, par conséquent, n’a pas la même valeur de « ligne » qu’un discours dans une instance politique centrale. Ces déclarations à destination du public occidental ont, en règle générale, plutôt pour fonction de transmettre un message rassurant. De plus, on l’a vu, les déclarations de Joukov allaient encore plus loin dans le sens d’une modération de l’agressivité des discours antérieurs.

  • 15 Pravda, Izvestija, Krasnaja Zvezda, 9 mai 1955.
  • 16 Izvestija, 8 mai 1955.

27Si l’on se reporte de nouveau aux discours publiés dans la presse nationale et ayant marqué la célébration du dixième anniversaire du 8-9 mai 1945, on retrouve cette même discrétion des responsables militaires au sujet des conséquences d’une future guerre mondiale, même si aucun n’a adopté une attitude strictement identique. Ainsi, le maréchal Konev, dans le discours qu’il prononce en cette occasion et qui est publié dans tous les grands quotidiens, n’aborde-t-il pas du tout la question de la guerre atomique15. La veille, le maréchal Vasilevskij, dans les Izvestija, le quotidien du gouvernement, est déjà plus précis, sans toutefois mentionner explicitement la question nucléaire : « L’union Soviétique possède maintenant tout ce qui est nécessaire, si une nouvelle guerre éclatait pour priver tout agresseur des avantages que pourraient lui conférer ses plans d’agression préventive, la surprise et la tricherie »16.

  • 17 Krasnaja Zvezda, 8 mai 1955.

28Une telle déclaration est indéniablement à rapprocher des deux articles du maréchal Rotmistrov parus deux mois auparavant (voir chapitre 7). Elle peut être perçue comme une forme d’approbation politique de ces deux textes, compte tenu du caractère officiel des discours prononcés à l’occasion de commémorations telles celles du 8-9 mai. On retrouve la même perspective dans l’article que publie le maréchal Sokolovskij dans le quotidien de l’armée. Si celui-ci ne parle pas du nucléaire, il laisse par contre clairement entendre que la priorité est alors accordée aux questions balistiques17.

  • 18 Pravda, 8 mai 1955.

29Mais ce sont indéniablement les déclarations du maréchal Joukov qui sont les plus complètes et qui donnent la vision la plus claire, non pas des militaires, ni même des politiques pris globalement, mais bien plutôt des responsables politiques ou militaires qui veulent réfléchir sur ce que l’on appellera plus tard la « révolution dans la chose militaire »18. Le ministre-maréchal annonce, dans son article, à trois reprises et sur trois points différents que c’est en tant que soldat qu’il intervient. Tout d’abord, pour souhaiter retrouver cette fraternité d’armes qu’il avait connue pendant la guerre avec les alliés . Il avait déjà abordé cet aspect dans son interview du 7 février, rappelant notamment les excellentes relations qu’il avait eues avec Eisenhower. Ensuite, pour dénoncer la mise en place d’un réseau de bases américaines autour de l’URSS que, en tant que stratège, il ne peut considérer comme strictement défensives, mais, au contraire, « qui sont là pour infliger des frappes au moyen d’une force aérienne atomique ».

30Le dernier point, auquel il a déjà été fait allusion et sur lequel Joukov affirme intervenir en tant que soldat, concerne l’analyse de la future guerre. Il dit, à ce sujet, tout à fait clairement – et à la limite de l’offense pour le pouvoir politique – que « Nous, militaires, réalisons plus clairement que quiconque, la nature extraordinairement dévastatrice d’une telle guerre ». Cette « petite phrase » s’inscrit certes dans un contexte très critique à l’égard de l’occident. Mais les sous-entendus qu’elle contient peuvent tout aussi bien être perçus comme une critique de l’attitude des responsables politiques et du « jeu avec le feu » auquel ils se sont livrés, notamment en 1954, comme instrument politique utilisé à l’encontre de Malenkov.

31Comme dans son interview de février, on retrouve, en mai, cette même circonspection du maréchal à l’égard de l’issue d’une guerre nucléaire. Il affirme ainsi, à la suite de sa « petite phrase » : « Il nous suffit d’imaginer ce qui arriverait à l’Europe et à l’Amérique si, au cours d’une guerre, des milliers de bombes A et des centaines de bombes H étaient utilisées de part et d’autre ».

32Comme souvent avec les textes soviétiques, on peut effectuer une double exégèse d’une telle citation. Soit dans le sens de l’orthodoxie, soit dans celui du « révisionnisme ». Dans le premier cas, l’Europe mentionnée ici s’arrêterait à l’Elbe – ou à la rigueur au Bug – et, dans ce sens, l’on retrouverait le principe de la destruction du seul système capitaliste cher à Khrouchtchev puis à Mao ! Mais, à l’inverse, on peut y voir également une conception qui se rapprocherait de celle de Malenkov. Or, Joukov ne lèvera jamais cette ambigüité de son discours. Il maintiendra constamment cette position, adoptée dès le mois de février 1955 et jusqu’à sa disgrâce en 1957.

33De plus, certains indices pourraient laisser supposer que, en adoptant une telle position, Joukov aurait pu chercher à soutenir Malenkov. Si l’on se rapporte aux souvenirs de l’assistant de Kurcatov, déjà cités, il se trouve que Malenkov avait été le premier sinon le seul responsable politique à comprendre justement la puissance destructrice de telles armes. Joukov aurait-il, dans ces conditions, été un « malenkovien » jusqu’au bout ? C’est une hypothèse que l’on ne peut exclure, même si c’est lui qui a contribué à l’éviction définitive en 1957 de l’ancien premier ministre, éviction dont il a été lui-même victime quelques mois plus tard. Fidèle serviteur du pouvoir politique, Joukov n’en serait pas moins resté un soldat qui a gardé son franc-parler et ses propres idées.

34La fin du printemps et l’été 1955 ont été moins riches en déclarations permettant d’évaluer l’évolution de la conception soviétique de la guerre nucléaire, tout au moins de la part des principaux responsables politiques. Il semble en effet qu’à ce moment, chacun se soit tenu à ses positions dans la mesure où, d’une part, l’URSS pensait avoir compensé l’adhésion de la RFA à l’UEO et à l’OTAN en signant le traité de Varsovie ; et où, d’autre part, l’on a véritablement pu parler de détente entre les deux systèmes durant ces quelques mois.

35La signature du Traité d’Etat Autrichien, le 15 mai 1955, qui impliquait le retrait des troupes d’occupation étrangère – et donc également des troupes soviétiques – a indéniablement constitué le premier acte pratique de la coexistence pacifique et a été perçu comme la marque d’une certaine bonne volonté de la part de l’URSS. La signature de ce traité a été suivi d’une action, certes moins importante pour les relations est-ouest, mais qui n’en était pas moins très porteuse de symbole : la visite de Khrouchtchev en Yougoslavie et la réconciliation avec Tito. Enfin et surtout, la conférence de Genève entre les « Quatre Grands » a véritablement marqué la volonté de reprise du dialogue de part et d’autre. Même si cette conférence n’a abouti à aucun résultat concret, son « esprit » a été longuement célébré par les Soviétiques. Comme ils le feront exactement vingt ans plus tard avec « l’esprit d’Helsinki ».

36Dans cette période de pause, il faut néanmoins signaler la parution d’un article d’un jeune collaborateur de la revue Kommunist, qui sera promis à un bel avenir : Nikolaj Inozemcev. Cet article, consacré à la « politique à partir d’une position de force » est le premier article de fond exclusivement consacré à cette question, la première analyse complète de ce nouveau vocable du langage politique soviétique.

  • 19 INOZEMCEV (N), « Amerikanskaja politika « s pozicii sily » i zapadnaja Evropa » (La politique améri (...)
  • 20 Ibid. p. 70 (Le terme utilisé ici est celui de « sderzivanie ». Il nous a semblé plus exact de lui (...)
  • 21 Ibid. p. 71-74.

37Nettement plus modéré dans le style que tous les autres articles ou déclarations antérieurs ayant abordé la question des relations est-ouest, Inozemcev n’en oppose pas moins la politique de paix de l’URSS, responsable de tous les événements positifs de la vie internationale – création du Pacte de Varsovie compris ! – à la politique de force menée par les Etats Unis. Une telle politique a été possible pour l’URSS parce que le rapport de force a changé en faveur de l’URSS, ce qui lui a permis d’imposer la détente à ses adversaires et ce, malgré leurs efforts en sens inverse19. Or, selon Inozemcev, cette politique « à partir d’une position de force » est l’héritière directe de la politique « d’endiguement et de libération » menée depuis 1945 par les Etats Unis20, une politique qui a conduit à la doctrine Truman et au plan Marshall dont le seul but était la domination économique de la partie occidentale du continent européen21.

  • 22 Voir par exemple VIKTOROV (Ju), « Vaznye šagi na puti smjagčenija meždunarodnoj naprjažennosti » (D (...)

38A mesure que l’année 1955 avance, le ton des articles traitant des questions internationales dans la presse politique périodique allait se tempérer pour célébrer cet « esprit de Genève » qui, malgré les tentatives de réarmement de l’Allemagne, n’a pas empêché l’URSS d’établir des relations diplomatiques avec la RFA, ni de continuer de proposer une réunification-neutralisation de l’Allemagne22. La fin de l’année s’est également avérée particulièrement riche en déclarations sur ces questions.

Tournées asiatiques

39C’est à l’occasion du voyage que Khrouchtchev et Boulganine effectuent en Asie à la fin de l’année 1955 que l’on voit réapparaître, avec quelques nuances par rapport aux déclarations antérieures, le thème de la guerre atomique et de ses conséquences. En novembre 1955, le premier secrétaire et son premier ministre entreprennent un voyage en Inde, en Birmanie et en Afghanistan, voyage dont ils rendront compte au Soviet Suprême le 29 décembre suivant. Ce voyage s’inscrit dans un double contexte : celui de la signature du traité sino-indien du 28 juin 1954 dans lequel sont inscrits les cinq principes – « Pancha Sila » – de la coexistence pacifique et celui de la conférence de Bandoeng, qui s’est tenu en avril 1955 et à laquelle l’URSS n’a pas pris part, à la différence de la Chine.

40Un des objectifs de ce voyage était sans doute de réussir à s’intégrer dans le processus de ce que l’on appellera plus tard le « non-alignement », après avoir sous-estimé l’importance de cette réunion de Bandoeng.

  • 23 Les « cinq principes régissant les relations entre pays à systèmes sociaux différents » sont les su (...)

41Etait-ce un moyen pour l’URSS de marquer son intérêt pour ce qui se passait dans le tiers-monde naissant ou bien pour d’autres raisons, toujours est-il que Khrouchtchev et Boulganine ont largement insisté sur l’adoption en 1954 des cinq principes de la coexistence pacifique. On peut, en effet, penser que c’est à l’occasion de ce périple asiatique que ces principes deviennent les véritables éléments d’une définition officielle de la coexistence pacifique, définition qui, jusqu’alors n’avait pas été réellement stabilisée dans le discours soviétique23.

  • 24 Pravda, 29 novembre 1955.
  • 25 Pravda, 15 décembre 1955.
  • 26 Pravda, 30 décembre 1955.

42Ainsi, dans un discours qu’il prononce à Madras, Boulganine constate « avec une profonde satisfaction que l’Inde marche au premier rang des combattants pour la coexistence pacifique entre les peuples, pour la mise en application des « pancha sila »... »24. Lors de la conférence de presse organisée à l’issue de leur séjour à Dehli, Boulganine affirme également que « ces principes correspondent entièrement à la politique extérieure que le gouvernement de l’Union Soviétique a poursuivi et poursuit depuis la création de l’Etat soviétique. Ils sont déjà approuvés par toute une série de pays et ont été pris pour base de résolution à la conférence de Bandoeng »25. Ce même thème sera repris à Moscou par Khrouchtchev dans le compte-rendu du voyage qu’il présente au Soviet Suprême26.

  • 27 Pravda, 22 novembre 1955 (Discours de Khrouchtchev au Parlement indien).

43Mais, au cours de ce voyage, les rapports est-ouest ont également été abordés sous un aspect plus concret. Certes, les deux représentants de l’URSS ont-ils rappelé plus d’une fois que, parce que les Américains n’ont jamais accepté de négocier sur l’interdiction de l’arme atomique, l’URSS a été obligée de se doter des mêmes armes « afin de paralyser les intentions agressives de certaines personnalités étrangères belliqueuses »27.

  • 28 Pravda, 28 novembre 1955 (Discours de Khrouchtchev à Bangalore).

44Ils ont également rappelé que ces armes n’ont été mises au point que pour ne jamais être employées, malgré la politique américaine « à partir d’une position de force ». C’est également en Inde que Khrouchtchev a proposé un engagement mutuel à ne pas utiliser les armes atomiques28, mais surtout que l’on commence de plus en plus fréquemment à faire allusion aux missiles balistiques. Khrouchtchev parle de la « technique des missiles » à Bangalore ; Boulganine fait référence aux « armes intercontinentales » dans son compte rendu au Soviet Suprême. La balistique paraît ainsi faire son entrée dans le discours politico-militaire soviétique. Sur ce point, Boulganine est nettement plus précis que le premier secrétaire en Inde puisqu’il affirme clairement, tout en en demandant l’interdiction, que les « armes téléguidées se sont particulièrement développées ces derniers temps et deviennent, pourrait-on dire, des armes intercontinentales ».

  • 29 Ibid.

45Toujours au cours de son discours à Bangalore, le premier secrétaire énonce également un principe, pour le moins ambigu, compte tenu du contexte général de la pensée politique et militaire du moment. Après avoir confirmé l’explosion d’une bombe atomique « d’une puissance incroyable », il affirme que « ces bombes se reposent mais qu’elles agissent sur les nerfs de ceux qui voudraient déclencher une guerre. Qu’ils sachent que l’on ne peut déclencher une guerre car si l’on commence, l’on recevra la réponse voulue »29. Ce n’est pas tant la menace de riposte, même si elle n’est pas ici qualifiée de « foudroyante » ou « destructrice », que l’affirmation que l’on ne peut déclencher une guerre qui pose problème. Si cette affirmation avait été suivie des termes « ... sans s’attirer une riposte... », la question ne se serait pas posée. Mais Khrouchtchev utilise précisément l’adverbe « car », ce qui modifie le sens de la phrase. La guerre n’est plus, dans ces conditions, une conséquence logique d’un fait social. On a ici affaire à une explication de l’impossibilité de déclencher un conflit. Presque une « stratégie d’interdiction » !

46Suggérée par Malenkov en 1954 lorsqu’il considérait qu’une guerre conduirait à la destruction de la civilisation, cette idée a été depuis lors systématiquement condamnée en URSS, tout au moins jusqu’à la fin des années soixante-dix. Que voulait donc dire Khrouchtchev dans son meeting de Bangalore ? Sans doute pas que la fonction des armes atomiques était de dissuader l’adversaire. Une telle idée a été systématiquement rejetée. La seule hypothèse envisageable est que, pour la première fois, Khrouchtchev reconnaît à l’arme atomique une fonction autre que militaire : une fonction politique. Il semblerait donc que l’on assiste, au cours de ce voyage, à un changement de conception générale de l’URSS face à la bombe qui, désormais, cesse d’être une arme comme les autres.

  • 30 Pravda, 24 novembre 1955.

47Ceci est indubitablement à mettre en corrélation avec les déclarations de Boulganine de l’avant-veille lorsqu’il affirmait : « le premier ministre indien a parfaitement raison de démontrer que la coexistence pacifique est pour le gouvernement la seule voie possible car, dans le cas contraire, il ne pourrait y avoir qu’une seule alternative : la destruction mutuelle »30. Certes, ce n’est pas directement le premier ministre soviétique qui l’affirme mais son homologue indien. Il n’en demeure pas moins que le premier donne raison au second et en accepte les conclusions.

  • 31 Pravda, 1 janvier 1956 (entretien accordé au chef du bureau de Washington de « Telenews »).

48Néanmoins, dès le 1er janvier 1956, Boulganine nuance ses propos ainsi que ceux tenus par Khrouchtchev en affirmant qu’il est « incorrect de penser que tant que l’est et l’ouest disposent de l’arme atomique, la guerre thermo-nucléaire est automatiquement exclue ». Mais il affirme dans le même temps que « parce que ces armes ne peuvent être employées impunément, elles exercent une certaine influence dissuasive sur ceux qui voudraient déclencher une guerre avec l’utilisation des moyens de destruction massive »31. Pourtant, il condamne également « l’affirmation dangereuse selon laquelle la paix pourrait être maintenue par le renforcement de la puissance atomique et la poursuite de la course aux armements ». S’il ne s’agissait pas d’un anachronisme, on pourrait considérer que, sur ce point, Boulganine défendrait le principe d’une dissuasion minimum, contre ceux qui veulent accroître la puissance dissuasive de leurs arsenaux. Mais, il est douteux que Boulganine ait eu véritablement une telle idée.

49Par contre, on peut lire également toutes ces déclarations en se demandant si, d’une part, Malenkov étant désormais écarté de la course pour le pouvoir et, d’autre part, dans une année d’amélioration indéniable des relations est-ouest, il n’aurait plus été de mise d’adopter un discours catastrophiste. S’agissait-il également de démontrer – et ceci correspondrait à une forme d’application du slogan « rattraper et dépasser les Etats Unis » – que l’URSS pouvait faire aussi bien que son grand rival, non seulement en matière d’armement mais aussi en tirer des conclusions théoriques sinon identiques tout au moins équivalentes.

50Quoiqu’il en soit, une telle attitude ne durera guère en URSS. Le Congrès du PCUS, comme cela est presque toujours le cas en URSS, sera chargé, le mois suivant, d’énoncer la ligne officielle dans ce domaine comme dans d’autres, effaçant toutes les conclusions antérieures.

Le XXème Congrès du PCUS

51En matière de discours politico-militaire, l’année 1956 a été marquée essentiellement par le XXème Congrès du PCUS qui se tient à Moscou du 19 au 25 février. Le rôle d’un Congrès du Parti peut être certes de lancer de nouvelles idées ou propositions. Mais il a également et, peut-être surtout pour fonction de fixer « la ligne ». Cette « ligne » a, le plus souvent, fait l’objet de différents « ballons d’essai », lancés avant la réunion du Congrès. Le XXème Congrès en est l’illustration parfaite dans le domaine qui nous interesse.

52En matière de relations internationales, la ligne nouvelle proposée dans le Rapport du CC présenté par le premier secrétaire, reprise par tous les orateurs abordant les questions internationales et confirmée dans la Résolution finale est désormais explicitement celle de la coexistence pacifique et de son corrolaire : la non-inévitabilité des guerres, tant inter-impérialistes qu’entre les deux systèmes.

53On peut toutefois relever que les orateurs qui ont abordé cette question ne l’ont pas fait d’une façon strictement identique. Des nuances, dans l’appréciation ou dans les raisons qui ont conduit à la mise en place de la nouvelle « ligne générale de la politique extérieure de l’URSS » apparaissent en effet au fil des discours. Ces nuances correspondent en fait aux « sensibilités » respectives des orateurs qui, si elles s’expriment de moins en moins, sont encore perceptibles.

54Par ailleurs, tout en promouvant la coexistence pacifique, les différents orateurs ne manquent jamais de dénoncer la « politique à partir d’une position de force » menée par les Etats Unis et leurs alliés. C’est essentiellement dans l’équilibre entre ces deux questions – on l’a vu complémentaires – que se fait la différence entre les orateurs. Certains insistent plus sur la première de ces questions, d’autres, plutôt sur la seconde, d’autres enfin, et notamment Khrouchtchev, et c’est sans doute son rôle, cherchent à maintenir un équilibre entre les deux.

Le Rapport de Khrouchtchev

55La première partie du Rapport d’activité, présenté traditionnellement par le premier secrétaire, est consacré à « la situation internationale de l’Union Soviétique ». Après avoir analysé la situation et l’état de la croissance économique de l’URSS et des pays de démocratie populaire, puis l’aggravation de la « crise générale du capitalisme », Khrouchtchev se lance dans un réquisitoire contre la politique de guerre froide et la politique à partir d’une position de force, puis dans une analyse de « la faillite du système colonial de l’impérialisme ».

  • 32 XX s’ezd KPSS, Stenografičeskij Ocerk (Le XXème Congrès du PCUS. Compte rendu sténographique) . Mos (...)
  • 33 Ibid. p. 36-38.

56Ce n’est que dans les deux dernières parties de son discours qu’il aborde la « politique de paix » et les « questions essentielles du développement international actuel ». Dans ces deux parties, Khrouchtchev énonce les cinq principes de la coexistence pacifique . Celle-ci devient ou plus exactement, comme l’affirme le premier secrétaire, « a été et reste la ligne générale de la politique étrangère de notre pays »32. C’est également là qu’il affirme « la possibilité de conjurer les guerres à l’époque actuelle », actualisant la « théorie léniniste » de l’inévitabilité des guerres33. Sur ce dernier point, son argumentation tient en deux points.

  • 34 Ibid. p. 37.

57Le premier consiste à dénoncer comme périmée, sinon erronée, l’idée, jusqu’alors en vigueur, selon laquelle la guerre ne serait qu’un phénomène économique. En effet, dans les conditions nouvelles, « la lutte des forces sociales et politiques d’avant-garde peut jouer... un rôle décisif... dans la question de savoir s’il y aura ou non la guerre ». La conclusion logique qu’en tire Khrouchtchev est que « tant qu’existe l’impérialisme, la base économique du déclenchement des guerres existe... mais l’inéluctabilité fatale des guerres n’existe plus »34.

  • 35 Ibid. p. 38.

58Le second point du raisonnement développé dans le rapport de Khrouchtchev est que, si, malgré les forces politiques et sociales opposées à la guerre, les impérialistes la déclenchent quand même, ces mêmes forces « disposent de moyens sérieux... pour porter un coup foudroyant à l’agresseur et renverser leurs plans aventuristes »35.

59Sur un plan strictement idéologique, le discours de Khrouchtchev apportet-il quelque chose de nouveau par rapport à tout ce qui a pu être dit ou écrit depuis, au moins, la mort de Staline ? Oui et non.

  • 36 Voir notamment le débat de 1948 autour des travaux de Varga.

60Non, car le raisonnement que suit Khrouchtchev a déjà été formulé très régulièrement par la quasi-totalité des responsables politiques, journalistes, experts et autres « observateurs politiques » depuis trois voire quatre ans et, plus marginalement depuis 194836.

61Mais l’élément supplémentaire qu’apporte Khrouchtchev par son discours est une officialisation, une légitimation par l’ensemble du PCUS d’une révision du dogme, établi par Lénine, et admis jusqu’alors, sur l’inévitabilité des guerres, tant inter-impérialistes qu’entre les deux systèmes. La véritable innovation du discours de Khrouchtchev est d’affirmer, à la tribune du Congrès, le droit d’actualiser le discours – ou plus précisément le « cathéchisme » – léniniste mis en place par Staline ; d’affirmer que, ce que Lénine a dit ou écrit ne peut être considéré comme ayant une valeur universelle et éternelle, mais devait être soumis à réévaluation. Tel est, en fait, le vrai sens du discours de Khrouchtchev sur ce point. Si d’autres ont déjà tenu de tels discours, il est indéniable qu’énoncé par le premier secrétaire à la tribune du Congrès et repris dans sa Résolution, tout ceci prend désormais force de loi.

62Outre ces questions essentiellement idéologiques, Khrouchtchev a développé certaines idées d’ordre plus conjoncturel, notamment dans le domaine de la sécurité européenne. Il s’agit, en effet, pour les dirigeants soviétiques, de trouver un juste équilibre entre leur volonté de se rapprocher des puissances occidentales, tant européennes qu’américaine, et le maintien d’un discours continuant de dénoncer les « milieux agressifs américains » et les « militaristes et revanchards allemands ». Le Congrès intervient, en effet, moins d’un an après l’adhésion de la RFA à l’OTAN mais également quelques mois après le rétablissement des relations diplomatiques avec cette même RFA et le voyage d’Adenauer en URSS, en septembre 1955. Il s’agit, par conséquent, de ménager ce nouveau partenaire dont l’importance n’a, depuis ses origines, jamais été sous-estimé par l’URSS. Mais, dans le même temps, il s’agit de ne pas donner l’impression de se méjuger ou de baisser la garde face à ce qui est, encore à l’époque, le ciment essentiel de la cohésion du camp soviétique : la menace revancharde allemande.

63Un exercice du même ordre est également réalisé par Khrouchtchev en ce qui concerne non plus la « menace » mais « l’adversaire potentiel » principal, en l’occurrence les Etats Unis. Il faut, à leur égard, à la fois les dénoncer et les inciter à négocier.

64Pour ce faire, Khrouchtchev fait appel aux bons sentiments et à des « esprits responsables » qui doivent comprendre la nécessité de mettre fin à la tension, en les opposant aux partisans d’une « politique à partir d’une position de force ».

65Khrouchtchev énonce ainsi les six grands principes mis en œuvre par l’URSS en matière de sécurité. La hiérarchie et les exemples cités sont tout à fait représentatifs de la politique soviétique du moment. Il s’agit de :

  1. « L’amélioration des relations entre les grandes puissances » ;
  2. « La liquidation des foyers de guerre en Orient et la prévention de l’émergence de nouveaux foyers en Europe et en Asie » ;
  3. « La normalisation des rapports avec différents Etats pour réduire la tension en Europe » (Les trois exemples cités sont la Yougoslavie, l’Autriche et la RFA) ;
  4. La création d’un « système de sécurité collective en Europe » ; et l’on retrouve ici l’une des plus vieilles idées soviétiques qui est également l’une des constantes de sa politique ;
  5. « Le rapprochement avec tous les Etats favorables à la paix » ;
  6. « L’élargissement des contacts et des échanges internationaux dans tous les domaines »37.
  • 38 Ibid. p. 30.

66Mais comme ce programme ne paraît pas totalement applicable, compte tenu des « forces bellicistes », il faut essayer de diviser pour mieux régner. C’est ainsi – et c’est également l’un des thèmes favoris de l’URSS depuis 1954 – que Khrouchtchev cherche à opposer directement la France à la RFA notamment face à un axe Washington-Bonn qui « ravalerait la France à une puissance de troisième ordre »38.

  • 39 Ibid. p. 31.

67Pourtant, ce qui ressort, plus que dans les textes antérieurs, du discours de Khrouchtchev est cette volonté de situer l’URSS au même niveau que celui des Etats Unis. Vieille idée sans doute mais qui peut enfin s’exprimer presque explicitement et qui préfigure ce que, dans les années soixante-dix, l’on appellera le « condominium ». Le premier des six points de ce programme peut être perçu ainsi. Mais cette idée apparaît encore plus clairement lorsque le premier secrétaire affirme que « pour le renforcement de la cause de la paix dans le monde entier, l’établissement de relations amicales et durables entre les deux grandes puissances mondiales – les Etats Unis et l’URSS – aurait une signification considérable »39.

  • 40 Ibid. p. 199.

68Dans le même esprit, un autre orateur, D. Sepilov – il sera exclu du CC, un an plus tard, avec les autres membres du « groupe anti-parti » – affirme de son côté et par une formulation déjà connue qui sera érigée en slogan par Khrouchtchev trois ans plus tard, que « la principale tâche économique de l’URSS est de rattraper et de dépasser les pays capitalistes les plus développés »40.

69Tels sont les principaux points développés, sur ces questions « militaro-internationales » par Khrouchtchev dans son rapport au Congrès. Tous les autres orateurs ont repris ces mêmes points, chacun y apportant des nuances ou des précisions.

Variations autour d’un Rapport

70Parmi les principaux responsables politiques ayant abordé ces questions, on citera plus particulièrement les discours de Malenkov, de Molotov, de Mikojan et de Joukov.

  • 41 Ibid. p. 428 (On peut également sur ce point précis se demander si, là encore, Malenkov n’aurait pa (...)

71Conformément à ses nouvelles fonctions ministérielles, Malenkov consacre l’essentiel de son discours à l’économie et notamment à l’énergie électrique. Il n’en aborde pas moins aussi des questions internationales. Comme en 1954, le discours de l’ancien premier ministre se distingue quelque peu de celui du premier secrétaire. On a vu que ce dernier insistait d’abord sur la guerre froide, la politique à partir d’une position de force et la constitution des « blocs militaires agressifs ». Malenkov insiste, lui, d’abord sur la coexistence pacifique avant d’aborder la nature agressive de l’impérialisme. De plus, son approche de la coexistence n’est pas totalement identique à celle de Khrouchtchev, à laquelle il ajoute quelques précisions. Tout d’abord, selon Malenkov, la coexistence est réalisable non pas tant grâce à des « forces politiques et sociales » – notion pour le moins abstraite – que grâce, en plus des Etats socialistes, à « une série d’Etats n’appartenant pas au camp socialiste, qui entretiennent des relations amicales et de bon voisinage avec nous... La politique pacifique de ces Etats réduit sérieusement les possibilités, pour les milieux impérialistes, de déclencher de nouvelles aventures militaires »41.

  • 42 Ibid. p. 429.

72Le deuxième point différenciant Malenkov et Khrouchtchev tient à la nature de la coexistence pacifique. Certes, plus ou moins implicite dans son discours mais, visiblement, non exprimable par Khrouchtchev, Malenkov semble pouvoir, lui, affirmer clairement l’évidence selon laquelle « la coexistence pacifique est un processus bilatéral et sa persistance ne dépend pas seulement de l’Union Soviétique mais aussi des Etats du monde capitaliste »42.

  • 43 Ibid. p. 430-431. On peut relever qu’une traduction de discours choisis du Congrès publiée par les (...)

73Sur la question de la non-inévitabilité des guerres, Malenkov reprend, par contre, les mêmes idées que Khrouchtchev sur la perte de puissance de l’impérialisme, les forces politiques et sociales opposées à la guerre et la menace de riposte en cas d’agression par un coup foudroyant43. Ce n’est qu’à la suite de ces considérations que Malenkov aborde l’analyse de la politique de force menée par les Etats Unis. Et sur ce point encore, Malenkov nuance quelque peu le discours de Khrouchtchev, en insistant, toute proportion gardée, plus largement sur l’idée « d’équilibre », dans une perspective, il est vrai, un peu particulière.

  • 44 L’article 9 du Traité édicte : « Le présent Traité est ouvert aux autres Etats qui, indépendamment (...)
  • 45 Ibid. p. 431.

74Tout en condamnant, comme les autres orateurs la constitution des blocs militaires « fermés » – par opposition au Pacte de Varsovie qui, comme l’indique son article 9 est ouvert à tous les autres Etats44, ce qui est censé constituer un « important facteur de stabilité en Europe » ! – Malenkov s’en prend violemment à la notion « d’équilibre des forces »45.

75Si, à partir du début des années soixante-dix, cette question d’équilibre ou de parité devient l’une des revendications constantes de l’URSS, en 1956, sa condamnation s’inscrit dans un contexte politique, idéologique et militaire tout autre. Pour les différents orateurs du Congrès, la quête d’un équilibre des forces par les Etats Unis est perçu comme un moyen visant à cacher une volonté de supériorité américaine dans le but notamment – crainte permanente des dirigeants russes de l’Empire comme de l’URSS – à encercler l’URSS et ses alliés.

76Or, si les Soviétiques n’ont jamais accepté l’idée de supériorité américaine, ce rejet de la notion d’équilibre doit être replacée dans le contexte de l’époque. Avec l’adoption de la coexistence pacifique, l’URSS affirme clairement que celle-ci n’est possible que dans la perspective d’une supériorité du « camp de la paix » – sur le plan p’olitique autant que militaire – permettant d’empêcher l’impérialisme de déclencher une guerre. En d’autres termes plus le premier sera puissant, et moins la guerre a de chances d’éclater, d’où la non-inévitabilité des conflits et la possibilité de coexistence entre les deux systèmes.

  • 46 Ibid. p. 432.

77Ainsi, lorsque Malenkov affirme que « la voie de la coexistence pacifique ne peut se concilier avec la conduite d’une politique à partir d’une position de force, sachant que cette dernière est destinée à établir un équilibre des forces »46, c’est bien la logique de la nécessaire supériorité du camp soviétique que l’on retrouve. Cet aspect sera surtout visible à partir de l’année suivante, après l’expérimentation du premier ICBM soviétique. Dès lors, l’URSS n’a plus hésité à se lancer dans un discours politique triomphaliste, revendiquant la supériorité absolue dans le domaine militaire comme dans tous les autres domaines.

  • 47 Ibid. p. 481.

78On peut d’ailleurs se demander, dans ces conditions, si ce discours condamnant l’équilibre des forces ne serait pas une préfiguration du discours triomphaliste des années ultérieures, d’autant plus que certains orateurs, tels le maréchal Joukov, feront déjà des allusions à des « fusées à long rayon d’action » dans leurs discours au Congrès47.

  • 48 SEREGIN (V), Kommunist, 11, 1954, art. cit. p. 81-95.
  • 49 XX S’ezd KPSS, op. cit. T. 1, p. 432.

79Un des principaux arguments utilisés par Malenkov pour rejeter la notion d’équilibre des forces est d’ordre historique. Il reprend, en effet, certaines des considérations publiées dans l’un des premiers articles condamnant la politique à partir d’une position de force48. Il affirme que la constitution d’alliances opposées et la « rivalité des forces » au début de ce siècle ont provoqué – ce qu’il ne nomme pas – la course aux armements et ont conduit au premier conflit mondial49.

80En conclusion de son discours, Malenkov aborde ce que l’on pourrait qualifier de « trilogie » du discours soviétique en matière de politique internationale : coexistence, désarmement et sécurité collective (européenne).

81Mais ce sont sans doute les discours de Molotov et de Mikojan – ou plus précisément la comparaison des deux – qui apportent le plus d’éléments de nuance par rapport au discours de Khrouchtchev.

82La comparaison des discours de ces deux représentants de deux « tendances » différentes, sinon opposées, l’un représentant l’orthodoxie stalinienne et l’autre plus « retors », est particulièrement significatif de l’état d’esprit qui devait régner au cours de ce Congrès.

  • 50 Ibid. p. 452-469.

83Comme cela a toujours été le cas depuis 1953, Molotov n’aborde le sujet de la coexistence qu’avec de multiples précautions et un grand scepticisme ; plus par devoir que par conviction. S’il aborde cette question dans son intervention, c’est d’abord pour insister sur la nécessité de rester vigilant en « ne minimisant pas le danger de guerre », sur la nécessité pour l’URSS de « devenir encore plus puissante et organisée ». Mais ce n’est pas la présentation de cette approche de la coexistence qui fait l’intérêt du discours de Molotov. Pas plus que son bilan de l’amélioration des relations est-ouest (relations avec la RFA, « esprit de Genève ») malgré l’opposition de la politique américaine à partir d’une position de force et du « militarisme allemand »50.

84Ce qui fait l’intérêt de ce discours est qu’il est le seul, avec Mikojan, à mettre explicitement en relation la possibilité de coexistence et donc d’éviter la guerre, avec les nouvelles capacités de l’URSS en matière d’armement. On ne peut, en effet, considérer comme identique le fait de menacer l’agresseur d’une riposte foudroyante – Staline, on l’a vu, le faisait dès 1934 – et le fait de rappeler que l’URSS dispose d’un armement des plus complets et des plus puissants, que l’on précise ou non que cet armement est nucléaire.

85En fait, les deux discours de Molotov et de Mikojan montrent bien qu’il existe une corrélation entre coexistence et atome. Alors pourquoi cette discrétion à cet endroit, même si cette discrétion est moins marquée que dans les prises de position antérieures d’un Malenkov par exemple ? Il existe en fait une certaine logique dans cette réticence à lier les deux éléments, même si on les aborde désormais très directement et officiellement. Lorsque le discours sur la coexistence s’amplifie, à partir de 1953, l’URSS a certes réduit son retard sur les Etats Unis, mais l’arme atomique n’est en fait, on l’a vu, considérée que comme une arme comme les autres. Elle s’intégre par conséquent dans l’ensemble de l’arsenal de l’armée soviétique. Il n’est pas encore question de lui faire une place à part, quand bien même elle a pu servir d’enjeu politique. En d’autres termes, la « bombe » reste une arme militaire et seulement militaire.

86Lorsque l’arme atomique commence à se « politiser », surtout à partir de 1955, le discours sur la coexistence est déjà bien structuré et, par conséquent, le fait atomique n’a pas réellement de raison d’être explicitement mentionné. Il restera ainsi cantonné au niveau du non-dit, d’élément implicite ayant permis à l’URSS de se présenter en position de force, lui permettant de proposer aux occidentaux de... coexister pacifiquement. Seul, on l’a vu, Malenkov paraît avoir perçu, en 1954 et peut être même avant, l’usage politique qu’il était possible de faire de l’atome et le lien qui l’unissait à la coexistence.

  • 51 Ibid. p. 320.

87Ainsi, lors du XXème Congrès, seul Mikojan sera parfaitement explicite sur ce point : « Ce qui arrête [les impérialistes de vouloir déclencher une guerre], sans parler de l’opinion publique et de la puissance militaire des pays socialistes, c’est une circonstance nouvelle et importante : l’apparition des bombes atomiques et à hydrogène, non seulement chez les Américains, mais aussi en URSS, ainsi que les moyens de la transporter dans n’importe quel point du globe, par avion ou par fusée »51.

  • 52 Ibid. p. 323.

88Pourtant, cet aspect du discours de Mikojan n’est pas le seul qui retienne l’attention, notamment par son ambiguïté, soufflant alternativement le chaud et le froid, qu’il s’agisse de l’image et des idées de Staline ou des conséquences d’une guerre atomique. Sur le premier de ces points, Mikojan est, en effet, le seul des orateurs du Congrès à critiquer ouvertement Staline, émettant notamment des doutes quant à la validité des idées développées par le « généralissime » dans son dernier ouvrage et exigeant qu’on les « étudie en profondeur et les révise dans un esprit critique, du point de vue du marxisme-léninisme »52.

89Mais, dans le même temps, pour justifier la coexistence pacifique, il utilise les arguments déjà utilisés par... Staline lui même, dans cet ouvrage qu’il critique puis par Molotov en 1953-54. Il s’agit, chez Mikojan d’une argumentation qui dénote un indéniable scepticisme à l’égard du capitalisme et une foi inébranlable en un dogme bien établi : « les idées du communisme vaincront bien sans guerre ». Encore plus ambigüe est l’attitude de Mikojan à l’égard de la guerre atomique et de ses effets.

90On a vu que, durant la polémique de mars-avril 1954, les tenants de la conception selon laquelle la guerre atomique ne saurait conduire à la destruction de la civilisation l’avaient emporté. Mais on a vu également que, d’une part ces conceptions tenaient plus de la course pour le pouvoir que de l’expression d’une vision authentiquement stratégique ; d’autre part, que, dans les années qui ont suivi la fin de cette polémique, des nuances ou tout au moins un certain flou, vraisemblablement volontaire, avait été maintenu chez certains, notamment chez des « hommes de l’art », tel Joukov. C’est ce flou que l’on retrouve dans l’intervention de Mikojan. Il y affirme en effet une chose et ce qui pourrait être compris comme son contraire. Il soutient la thèse de Khrouchtchev en 1954, mais en même temps, il laisse une porte entre ouverte à la thèse que Malenkov soutenait, également en 1954.

  • 53 Ibid. p. 320.

91Mikojan déclare ainsi que « la guerre atomique et thermonucléaire pourrait causer d’abominables destructions, mais elle ne pourrait aboutir à la destruction de l’humanité ou de la civilisation... » Or, quelques lignes plus haut, il estimait que « si quelqu’un osait lancer une bombe atomique ou à hydrogène, les meilleurs représentants de l’humanité ne laisseraient pas périr la civilisation, ils se grouperaient immédiatement pour mettre une camisole de force aux agresseurs, pour en finir avec les guerres et le capitalisme du même coup »53. Par ces termes, Mikojan reconnaît implicitement que le risque de destruction de la civilisation existe, si ces « meilleurs représentants de l’humanité » échouaient dans leur tentative d’empêcher le déclenchement de la guerre. Mais, sagesse ou prudence oblige, il n’en réaffirme pas moins immédiatement l’orthodoxie du jour. En ce sens, Joukov, dans son interview de 1955 était plus honnête dans son ambiguïté !

92On s’arrêtera enfin sur le discours du ministre de la défense, le maréchal Joukov. On ne s’attachera, dans ce chapitre, qu’à un seul des aspects de son discours, dans la mesure où l’essentiel de son intervention s’attache plus aux questions strictement militaires qu’aux questions politiques.

  • 54 Ibid. p. 476-477.

93Joukov commence, comme il se doit, son discours par un rappel, d’une part de la volonté de détente promue par la politique soviétique, mentionnant le décret d’août 1955 sur la réduction des forces armées et annonçant la réalisation effective de cet objectif, ainsi que l’évacuation des bases militaires de Porkkala Udd, en Finlande, et de Port Arthur ; d’autre part, il dénonce la politique à partir d’une position de force qui s’oppose à la volonté de détente de l’URSS54. On n’insistera pas sur ces points.

  • 55 Ibid. p. 480.

94Par contre, un autre point développé par Joukov paraît particulièrement important en ce qu’il est vraisemblablement le premier à l’aborder publiquement et avec l’autorité que lui confèrent et ses fonctions et la tribune qui lui est offerte. Il affirme que « dans l’organisation des forces armées soviétiques, nous nous fondons sur le fait que les moyens et les formes de la future guerre se différencieront largement de toutes les guerres passées »55.

95Une telle affirmation peut paraître parfaitement tautologique et d’un intérêt parfaitement secondaire. Mais, dans le contexte politique et idéologique soviétique, elle constitue en fait un événement considérable. Pour la première fois, il est en effet admis qu’une guerre atomique pourrait n’avoir rien de commun avec toutes les guerres passées. En d’autres termes, l’atome a transformé la nature de la guerre en ce qu’il apporte non seulement un changement d’ordre quantitatif – comme cela était officiellement sous-entendu jusqu’alors – mais également qualitatif. Il ne s’agit donc plus de réfléchir sur les changements dans la conduite de la guerre provoqués par l’arme nucléaire mais sur les changements dans la nature de la guerre.

  • 56 Krasnaja Zvezda, 23 février 1956. A cette date, le Congrès n’est pas achevé.

96Cette « petite phrase » a ainsi été presqu’immédiatement reprise par le quotidien de l’armée qui paraphrase plus qu’il ne développe ou analyse l’affirmation de Joukov. C’est, en effet, à ce point qu’est consacré l’éditorial de son numéro consacré à la fête de l’armée56. Ceci constitue indéniablement un preuve de l’importance et du retentissement de cette affirmation du ministre. Car, outre ce qu’elle dit explicitement, elle peut également être lue comme une incitation à la réflexion sur la nature de la future guerre. Certes, militaires et experts n’avaient sans doute pas attendu cette « invitation » pour amorcer une réflexion sur cette question. Mais il s’agit indéniablement d’un « feu vert » permettant de passer à une phase publique de la réflexion. En fait, il faudra attendre l’année suivante pour que le pouvoir suprême passe explicitement commande d’une réflexion complète sur cette question (voir chapitre 7).

  • 57 XX S’ezd KPSS... Op. cit., T. 1, p. 322-327 . Voir également l’intervention de Kurcatov, pp. 595-60 (...)

97Cela dit, et cela a été particulièrement développé par Mikojan, la nouvelle direction soviétique donne des consignes de restructuration tous azimuts de la recherche et de son organisation tant dans le domaine des sciences dites exactes – notamment dans la physique nucléaire – que dans les sciences sociales57

98A l’issue du Congrès, les différents responsables de la réflexion stratégique en URSS disposent désormais d’un cadre idéologique général à l’intérieur duquel ils pourront mener leurs travaux. Car, sur ce thème, l’année 1956 a été peu fructueuse en déclarations, « petites phrases » ou allusions. On se trouve dans une de ces périodes, relativement fréquentes en URSS, où, la ligne nouvelle étant donnée, les « producteurs d’idées » se réservent une période de gestation, de « digestion », de cette nouvelle ligne et par là, peu propice à la publication.

99Pourtant, un événement va donner l’occasion aux responsables politiques d’énoncer eux mêmes certaines idées qui ont été reprises, par le suite, dans le discours stratégique : la crise de Suez.

Suez et la « stratégie de crise »

100Si l’on exclut les discours, plus de principe que fondés sur les réalités du moment, énoncés dans les premières années du Komintern, ou lors du Congrès de Bakou (janvier 1922), on peut faire remonter l’intérêt de l’URSS pour les pays en développement au lendemain de la conférence de Bandoeng.

101Après avoir sous-estimé le rôle de cette conférence qui allait donner naissance à ce que l’on appellera le « non-alignement », l’URSS paraît vouloir prendre « le train en marche » et rattraper le capital de confiance dont la Chine a su s’entourer en cette occasion. La crise de Suez représente ainsi une occasion à ne pas manquer pour l’URSS.

102Il ne s’agit pas tant, ici, de faire une étude complète de cette crise, de son origine ou de son déroulement, que de voir en quoi et comment cet événement a conduit les dirigeants soviétiques à énoncer certains discours qui, par la suite, se sont intégrés dans leur vision stratégique globale. En d’autres termes, en quoi la crise de Suez a-t-elle été un élément permettant de préciser la pensée stratégique globale soviétique à un moment où les armes atomiques sont en passe de devenir des armes politiques, qu’elles soient ou non considérées comme des instruments de dissuasion.

  • 58 Voir notamment la Pravda des 1 et 26 août, 5, 8, 17 septembre 1956...

103Dès la nationalisation du Canal de Suez (26 juillet 1956) et les rumeurs de réaction autres que politiques de la part de la France et de la Grande Bretagne, Moscou a pris fait et cause quasi quotidiennement en faveur de l’Egypte de Nasser. Conformément à leur nouvelle « ligne générale », les Soviétiques ont insisté d’une part sur leur soutien à la politique menée par Nasser et de l’autre sur la nécessité de trouver une solution pacifique et négociée à la question de Suez58. Mais ils ne se contentent pas de proposer une solution pacifique au différend. A plusieurs reprises, des menaces plus ou moins voilées ont été proférées par la presse soviétique à ce sujet.

  • 59 Pravda, 1 août 1956.

104Ainsi, dès le 31 juillet, dans le discours qu’il prononce à l’occasion de la « fête des constructeurs de la capitale », Khrouchtchev conclut, comme c’est souvent la coutume dans les discours de politique intérieure, par des considérations de politique internationale. Après avoir insisté sur la coexistence pacifique et la nécessité de liquider les « restes de guerre froide », Khrouchtchev aborde la question de Suez. S’il réaffirme la nécessité de la résoudre par des moyens pacifiques, il n’en conclut pas moins sur un thème qui sera presque systématiquement repris lors de cette crise comme à l’occasion de chaque crise internationale impliquant directement ou indirectement l’URSS. « Nous savons ce que signifie la guerre. Il est plus facile de commencer que de finir une guerre »59.

  • 60 On peut préciser que, durant la crise de Suez, les Soviétiques ont toujours fait porter l’essentiel (...)
  • 61 Pravda, 8 septembre 1956.

105Un peu plus d’un mois plus tard, cette allusion est reprise et amplifiée dans un article directement consacré à l’affaire égyptienne. Le journaliste de la Pravda, V. Kuznecov, écrit ainsi à propos des gesticulations anglo-françaises60 : « Les mesures militaires anglo-françaises menaçant l’Egypte conduisent au déclenchement d’un conflit avant tout dans la zone du Canal de Suez. Mais un conflit partiel dans la région du Canal peut à tout moment s’élargir en un vaste foyer de guerre qui couvrirait toute la région du Proche et du Moyen Orient et, peut-être, pourrait en dépasser les limites »61.

106Cette argumentation sur l’élargissement et la généralisation d’un conflit local en un conflit plus large et notamment mondial est ainsi utilisée pour la première fois à l’occasion de la crise de Suez. Elle a été reprise à l’occasion de plusieurs autres crises et notamment lors de la crise de Cuba de 1961. Mais cet argument a également servi de base aux critiques systématiques, formalisées dès cette époque, à l’encontre de la conception américaine des conflits limités. Sans préjuger du caractère essentiellement déclaratoire de ce refus d’admettre la possibilité des conflits limités et susceptibles de rester limités, notamment en cas de mise en œuvre des armes nucléaires, ce thème n’en constitue pas moins une des constantes du discours soviétique, quand bien même sa politique d’armement le contredit amplement.

107Mais la crise de Suez n’a pas eu pour seul intérêt de permettre de développer cette argumentation sur la réaction en chaîne que pourrait provoquer un conflit localisé. Elle a également, bien plus explicitement que lors de la guerre de Corée où le facteur nucléaire n’en était qu’à ses premiers balbutiements, permis de montrer quel usage politique il était possible de faire de cet armement nouveau.

  • 62 Tous ces messages ont été publiés simultanément dans la Pravda du 6 novembre 1956.

108Dès le lendemain du débarquement du corps expéditionnaire franco-anglais, six jours après l’intervention de l’armée israélienne, le gouvernement soviétique réagit et transmet une série de messages adressés à Eisenhower, Eden, Mollet et Ben Gourion. Ces quatre messages s’achèvent tous de la même façon : si ce conflit se poursuit, il risque de déboucher sur un troisième conflit mondial. Mais le contenu et l’argumentation développés dans chacun de ces messages diffère d’un destinataire à l’autre62.

109A Eisenhower, Boulganine fait part de la responsabilité commune – déjà la double hégémonie ! – des « deux grandes puissances disposant de l’arme à hydrogène » pour « faire cesser la guerre et rétablir la paix et la tranquillité dans la région ». Même si les Soviétiques n’ont jamais réellement cru à la non-responsabilité des Etats Unis dans la prise de décision d’intervenir à Suez, il est à noter que le message à Eisenhower n’est guère menaçant. Ce n’est pas le cas des trois autres messages, et notamment de celui adressé à Eden. Ce dernier peut se subdiviser en trois temps.

110Tout d’abord une condamnation morale, que l’on trouve également dans la lettre à Guy Mollet : la Grande Bretagne et la France se sont attaquées à plus faible qu’elles, à « un pays qui n’a pas de moyens suffisants pour sa défense ».

111Ensuite, tout aussi moralisant mais plus agressif, Boulganine se demande comment réagirait la Grande Bretagne si on lui faisait ce qu’elle fait à autrui, en d’autres termes, si « elle était agressée par un pays plus puissant disposant de tous les types d’armes d’extermination les plus modernes ». Certes, Moscou n’affirme pas qu’elle utiliserait de telles armes, mais il s’agit « simplement » de rappeler à Londres quelles sont les réalités, notamment dans le domaine des armements. Ceci est d’autant plus frappant que, dans le passage précédant ce rappel, l’URSS se présente comme un pays « disposant d’armes atomiques et à hydrogène » ; dans le passage suivant ce rappel, elle affirme qu’aux forces navales et aériennes, « on peut désormais ajouter d’autres moyens comme la technique des missiles ».

112La lettre à Guy Mollet reprend la plupart de ces arguments, mais les allusions à une menace atomique y sont très nettement atténuées. Boulganine n’y parle pas de ses moyens nucléaires et lorsqu’il parle de la puissance militaire soviétique, il y est question de « redoutables moyens de destruction » (razrušenié) et non, comme pour Eden, « d’extermination » (istrebitel’nyj).

113Enfin, dans un troisième temps, Boulganine conclut, on l’a vu, sur le risque d’escalade et de déclenchement d’une troisième guerre mondiale.

114Il n’entre pas dans le propos de ce travail de développer les raisons pour lesquelles la lettre à Eden est plus agressive et a été publiée – au moins le début – en première page, juste après la lettre à Eisenhower, et pourquoi la lettre à Mollet, moins agressive est reléguée en page deux. La perception soviétique de la Grande Bretagne et de ses liens avec les Etats Unis entre pour beaucoup dans le choix de cette présentation.

115Mais ce qui est essentiel, ici, est de savoir que les dirigeants soviétiques ont compris – ou tout au moins décidé de le montrer publiquement – l’usage politique qui pouvait être fait de l’arme atomique. Cela dit, la conception soviétique d’alors reste encore largement marquée par l’emploi réel que l’on pouvait faire de cette arme. Il est de ce point de vue d’autant plus difficile de parler de dissuasion – à la rigueur pourrait-on parler de persuasion – que nombre de textes publiés à l’époque réfutent explicitement cette conception.

  • 63 Pravda, 29 mars 1956.
  • 64 POKROVSKIJ (G), « Atomic deadlock », News, 6, 1954, p. 13-14, cité par DINNERSTEIN (H), op. cit. p. (...)

116Ces points de vue reprennent la condamnation de la notion « d’équilibre des forces » prononcée lors du XXème Congrès. Ainsi, en réponse à Bertrand Russel, l’académicien Skobel’cin estime-t-il que, certes l’équilibre des forces pouvait être facteur de paix mais qu’un tel équilibre ne peut être que précaire63. Encore plus précis, le général Pokrovskij affirme que « si le développement des armes classiques ne saurait en aucun cas prévenir le déclenchement d’une guerre, il existe encore moins de raisons de penser que les armes atomiques puissent jouer ce rôle de gardiens de la paix. Les experts ne savent que trop bien que l’accumulation des armes atomiques ne réduit pas mais aggrave largement le danger de guerre »64. L’objectif de l’URSS, en transmettant ses messages du 5 novembre aux trois occidentaux peut, dans ces conditions, difficilement être perçu comme le reflet d’une volonté dissuasive de l’URSS.

117Cela dit, la menace n’en paraît pas moins plus déclaratoire que réelle, surtout si l’on se réfère à ce qui a été publié autour de ces menaces. L’Egypte est certes un instrument fort utile pour Moscou, lui permettant de s’instaurer en défenseur des pays du tiers-monde et de leur indépendance. Mais, bien que cela ne soit pas explicite à l’époque, il paraît d’ores et déjà évident qu’aucun de ces pays du tiers-monde ne vaut, pour Moscou, le déclenchement du troisième conflit mondial.

  • 65 Pravda, 18 septembre 1956.
  • 66 Pravda, 25 octobre 1956.

118On a vu que, quasi quotidiennement, l’URSS avait, à partir de la nationalisation du Canal, pris fait et cause pour le gouvernement Nasser et pour une résolution pacifique, et au profit de l’Egypte, du différend. Pourtant, plusieurs indices laissent supposer que le soutien de Moscou est plus théorique que réel. Le premier de ces indices est la place pour le moins réduite accordée à la crise de Suez dans le discours que Mikojan prononce au Congrès du PC chinois en septembre65. Le deuxième indice, beaucoup plus significatif, est l’absence de l’Egypte dans la liste des slogans pour la célébration du 6 novembre, telle qu’elle est publiée dans la presse quotidienne. Après le soutien aux pays et partis frères au pouvoir – Chine et Pologne en tête – puis à quelques pays en développement – Inde, Indonésie, Birmanie –, vient la solidarité avec les peuples des pays occidentaux et notamment européens, France et Grande-Bretagne comprises. Mais à aucun moment l’Egypte n’est citée pas plus qu’il n’est fait la moindre allusion à la crise. Or, ces slogans sont publiés dans la presse à un moment où la crise prend déjà l’allure d’une épreuve de force66.

  • 67 Pravda, 9 novembre 1956.

119Le troisième indice intervient après l’arrêt des opérations militaires avec la publication, en première page du quotidien du Parti de trois textes fort instructifs. Le premier est un télégramme de félicitation pour la réélection du président Eisenhower, le second, le message du même Eisenhower en date du 4 novembre et dans lequel il dénonce les événements de Hongrie. Le troisième texte est la réponse de Boulganine à ce message d’Eisenhower67. Bien que l’URSS n’ait cessé, publiquement, de faire porter la responsabilité de la crise aux Etats Unis, il apparaît clairement, en ce début du mois de novembre 1956, que la priorité de Moscou est d’abord la poursuite d’un dialogue avec Washington.

120Cela dit, s’il est aussi évident que l’URSS ne souhaite pas une guerre mondiale à cause de l’Egypte, ni voir se détériorer ses relations avec les Etats Unis, il existe une autre raison, plus pratique, expliquant le caractère essentiellement verbal des gesticulations de l’URSS.

121On ne reviendra pas sur la simultanéité – largement étudiée depuis longtemps – entre les crises de Suez et de Budapest, chacune ayant gêné les réactions de la superpuissance de l’autre camp. En fait, il s’agit plus d’un embarras politique de la superpuissance responsable de son camp que d’un empêchement matériel ou strictement militaire à réagir. Certes, les réactions soviétiques publiques, avant comme pendant l’intervention, pour menaçantes qu’elles aient été, sont restées relativement vagues et abstraites.

  • 68 Voir notamment ADOMEIT (H), « Soviet risk-taking and crisis behaviour : from confrontation to coexi (...)

122Même si Moscou, dès le mois d’août avait pu déclarer que « les arabes ne resteront pas seuls » et si elle avait probablement envisagé l’envoi de volontaires aux côtés de l’armée égyptienne, dans la réalité, il ne s’est rien produit. Aucune trace d’une quelconque mobilisation de troupes susceptibles d’être envoyées au Proche Orient n’a en effet pu être observée68.

  • 69 Ibid., p. 16, citant un article de Samizdat.

123On peut en conclure d’une part que l’URSS n’aurait pas su prévoir ou anticiper l’action franco-anglaise et, par là, qu’elle a été prise au dépourvu par le débarquement du corps expéditionnaire. Ceci, selon certains, aurait été l’une des constantes de la politique soviétique face aux crises des années cinquante et soixante. Moscou aurait été systématiquement surprise par de telles crises et aurait été incapable d’y réagir de façon appropriée69.

124Sans nécessairement souscrire à cette condamnation sans appel, il est néanmoins indéniable que, au moins jusqu’à la fin des années soixante, l’URSS n’a pas été réellement à même de mener une politique de manœuvre de crise alors que cela était devenu un « art » chez son adversaire-partenaire principal. Elle a su progressivement gérer des crises prééxistantes, parfois, lier une crise à l’autre. Mais il apparaît que tant que l’URSS n’avait pas à sa disposition des moyens – militaires notamment – lui permettant de manœuvrer les crises, on peut considérer qu’elle n’a pu agir que comme un acteur passif face à la crise. Or, la mise en place de tels moyens ne sera décidée que vers 1963-64, au lendemain de la crise des missiles de Cuba, et ces moyens ne seront effectivement opérationnels qu’une dizaine d’années plus tard.

125Dans de telles conditions, il était évident que Moscou pouvait difficilement agir directement dans une zone située au delà de sa périphérie immédiate, faute de moyens de projection de force. En fait, jusque dans les années soixante, l’URSS, toute superpuissance qu’elle soit, n’en reste pas moins une puissance essentiellement régionale. Sa capacité d’intervention et d’action militaire reste limitée à sa périphérie immédiate, ce qui est déjà considérable compte tenu de la situation de cet Etat-continent. Mais elle est incapable de projeter sa force outre-mer. Elle ne dispose que d’une flotte destinée à défendre ses frontières et sa capacité de transport de troupes pour mener une opération aéro-terrestre, est pour le moins limitée. La crise de Suez illustre parfaitement cette limitation de sa capacité d’action.

126Certes, Moscou a menacé de faire usage de la « technique des missiles » contre les pays agresseurs. Mais une telle menace n’était pas réellement crédible . Ce n’est d’ailleurs pas la cause du recul franco-britannique, même si l’URSS disposait alors déjà de missiles de portée intermédiaire de la deuxième génération, les SS 3, d’une portée d’environ 1000 Km. Ses missiles intercontinentaux paraissent au point mais ne seront expérimentés officiellement que l’année suivante. Mais surtout, utiliser de tels armements comme moyens de résolution d’une crise périphérique paraissait, même à l’époque peu vraisemblable, quand bien même, de part et d’autre, on eut des armes atomiques opérationnelles.

127Les années qui ont suivi se sont avérées cruciales pour l’évolution du discours stratégique soviétique dans la mesure où, partir de 1957, l’URSS dispose désormais – au moins théoriquement – des moyens militaires correspondant à son discours politique. Ceci permet alors aux militaires de prendre ouvertement le relais des politiques – mais sur leur demande – dans l’élaboration d’une doctrine stratégique de l’âge nucléaire.

Notes

1 Pravda, 13 février 1955.

2 ce point peut être relié à cet entretien de C. Bohlen à un diplomate français concernant les liens de Malenkov avec certains militaires soviétiques deouis le début de la guerre (voir plus haut).

3 Pravda, 3 février 1955 (Le général Rodimcev était à l’époque attaché militaire et conseiller auprès du gouvernement albanais).

4 Krasnaja Zvezda, 3 février 1955 (Le général Cujkov avait succédé à Sokolovskij à la tête du GFSA entre 1949 et 1953, puis a pris le commandement du district militaire de Kiev. Il a été nommé maréchal le 12 mars 1955).

5 Tägliche Rundschau, 22 février 1955 . Le commandant du GFSA était alors le général Grecñko qui sera également promu maréchal le 12 mars suivant. Ce 12 mars, avaient également été nommés maréchaux : Bagramjan, Birjuzov, Eremenko et Moskalenko. Zigarev est promu maréchal principal d’aviation ; Rudenko et Sudec, maréchaux d’aviation ; Varencov et Kazakov, maréchaux de chars.

6 Ibid., 23 février 1955.

7 Pravda, 9 mai 1955 (Konev était alors commandant en chef de l’armée de terre. Il sera le premier commandant en chef des forces du Pacte de Varsovie après la signature du traité). On peut également se demander s’il n’existe pas une vieille jalousie de Konev à l’égard de Joukov, remontant à la prise de Berlin.

8 ZELTOV (A) « Vsemirno-istoriceskaja pobeda sovetskogo naroda » (Une victoire historique de portée universelle du peuple soviétique) Kommunist, 7 mai 1955, p. 49 et Krasnaja Zvezda, 9 mai 1955.

9 Znamija, 2 février 1955, p. 121.

10 Pravda, 8 mai 1955.

11 Pravda, 9 février 1955.

12 Sur les 23 pays européens convoqués le 13 novembre 1954, quelques jours après la signature des Accords de Paris, seuls les huit pays futurs membres du Pacte de Varsovie assisteront à cette conférence qui se tient du 29 novembre au 8 décembre. « Dans le communiqué final, les participants affirment que si les Accords de Paris étaient ratifiés, l’URSS et les Pays de démocratie populaire prendraient les mesures commandées par le renforcement de leur sécurité et par leur défense contre une possible agression » Voir FONTAINE (A), op. cit., T. 2, p. 140 et Diplomatičeskij Slovar’, op. cit. (édit. 1985), T. 2, p. 253- 254.

13 Pravda, 10 février 1955.

14 Pravda, 15 février 1955.

15 Pravda, Izvestija, Krasnaja Zvezda, 9 mai 1955.

16 Izvestija, 8 mai 1955.

17 Krasnaja Zvezda, 8 mai 1955.

18 Pravda, 8 mai 1955.

19 INOZEMCEV (N), « Amerikanskaja politika « s pozicii sily » i zapadnaja Evropa » (La politique américaine « à partir d’une position de force » et l’Europe de l’Ouest), Kommunist, 9 juin 1955, p. 82-85.

20 Ibid. p. 70 (Le terme utilisé ici est celui de « sderzivanie ». Il nous a semblé plus exact de lui donner sa traduction littérale d’« endiguement » dans la mesure où la traduction courante par « dissuasion » ne parait pas correspondre à l’esprit général du texte.).

21 Ibid. p. 71-74.

22 Voir par exemple VIKTOROV (Ju), « Vaznye šagi na puti smjagčenija meždunarodnoj naprjažennosti » (Des pas importants dans l’assouplissement de la tension internationale), Kommunist, 14 septembre 1955, p. 84-91.

23 Les « cinq principes régissant les relations entre pays à systèmes sociaux différents » sont les suivants : 1. Respect de l’intégrité territoriale et de la souveraineté des Etats ; 2. Non-agression ; 3. Non ingérence dans les affaires intérieures des autres Etats ; 4. Egalité et avantage mutuel ; 5. Coexistence pacifique (Voir notamment Diplomaticeskij Slovar’ op. cit. (édit 1985), T. 2, p. 226).

24 Pravda, 29 novembre 1955.

25 Pravda, 15 décembre 1955.

26 Pravda, 30 décembre 1955.

27 Pravda, 22 novembre 1955 (Discours de Khrouchtchev au Parlement indien).

28 Pravda, 28 novembre 1955 (Discours de Khrouchtchev à Bangalore).

29 Ibid.

30 Pravda, 24 novembre 1955.

31 Pravda, 1 janvier 1956 (entretien accordé au chef du bureau de Washington de « Telenews »).

32 XX s’ezd KPSS, Stenografičeskij Ocerk (Le XXème Congrès du PCUS. Compte rendu sténographique) . Moscou, Politizdat, 1956, T. 1, p. 34.

33 Ibid. p. 36-38.

34 Ibid. p. 37.

35 Ibid. p. 38.

36 Voir notamment le débat de 1948 autour des travaux de Varga.

37 Ibid. p. 28.

38 Ibid. p. 30.

39 Ibid. p. 31.

40 Ibid. p. 199.

41 Ibid. p. 428 (On peut également sur ce point précis se demander si, là encore, Malenkov n’aurait pas fait preuve d’innovateur en donnant à Khrouchtchev les arguments qu’il utilisera, à la fin de la décennie, pour introduire la notion de « troisième étape de la crise générale du capitalisme »).

42 Ibid. p. 429.

43 Ibid. p. 430-431. On peut relever qu’une traduction de discours choisis du Congrès publiée par les éditions du PCF, n’a pas jugé utile de traduire le passage du discours de Malenkov consacré à la non inévitabilité des guerres et à la coexistence pacifique, pour passer directement au passage de son discours traitant de la politique américaine « à partir d’une position de force ».

44 L’article 9 du Traité édicte : « Le présent Traité est ouvert aux autres Etats qui, indépendamment de leur régime social et politique, se déclareraient prêts à contribuer... à l’union des efforts des Etats pacifiques dans le but d’assurer la paix et la sécurité des peuples ».

45 Ibid. p. 431.

46 Ibid. p. 432.

47 Ibid. p. 481.

48 SEREGIN (V), Kommunist, 11, 1954, art. cit. p. 81-95.

49 XX S’ezd KPSS, op. cit. T. 1, p. 432.

50 Ibid. p. 452-469.

51 Ibid. p. 320.

52 Ibid. p. 323.

53 Ibid. p. 320.

54 Ibid. p. 476-477.

55 Ibid. p. 480.

56 Krasnaja Zvezda, 23 février 1956. A cette date, le Congrès n’est pas achevé.

57 XX S’ezd KPSS... Op. cit., T. 1, p. 322-327 . Voir également l’intervention de Kurcatov, pp. 595-600.

58 Voir notamment la Pravda des 1 et 26 août, 5, 8, 17 septembre 1956...

59 Pravda, 1 août 1956.

60 On peut préciser que, durant la crise de Suez, les Soviétiques ont toujours fait porter l’essentiel de la responsabilité de l’affaire sur les Britanniques. Ceci ne les a pas empêché, toutefois, de prendre violemment à partie le gouvernement socialiste français de l’époque, notamment dans une chronique signée « l’observateur » et intitulée tout à fait explicitement « La volonté de qui les socialistes français expriment-ils ? Pravda, 5 septembre 1956.

61 Pravda, 8 septembre 1956.

62 Tous ces messages ont été publiés simultanément dans la Pravda du 6 novembre 1956.

63 Pravda, 29 mars 1956.

64 POKROVSKIJ (G), « Atomic deadlock », News, 6, 1954, p. 13-14, cité par DINNERSTEIN (H), op. cit. p. 82-83.

65 Pravda, 18 septembre 1956.

66 Pravda, 25 octobre 1956.

67 Pravda, 9 novembre 1956.

68 Voir notamment ADOMEIT (H), « Soviet risk-taking and crisis behaviour : from confrontation to coexistence », Adelphi Papers, N° 101, IISS, 1973, p. 9-10.

69 Ibid., p. 16, citant un article de Samizdat.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search