Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Première partie. Le nucléaire, enjeu politique

Chapitre 4. L’ébauche du débat sur la technique et la science militaire (1953-1955)

Texte intégral

1Encore très marqué par le stalinisme et la personnalité du généralissime, l’armée soviétique ne fera que de timides et, en général, très ponctuelles interventions dans le domaine de la reflexion stratégique au cours des deux années qui ont suivi la mort du « guide ».

2Pourtant, ce sont ces expressions, alors marginales, qui ont représenté les premiers éléments d’une réflexion de fond . Elles n’aboutiront qu’à la fin de la décennie, voire au début de la décennie suivante. C’est également durant ces deux années que le thème du nucléaire, et beaucoup plus discrètement celui de l’espace, font leur véritable apparition dans la littérature militaire ouverte.

3En ce sens, et pendant que l’atome constituait pour les politiques un enjeu pour la prise du pouvoir, on peut considérer que c’est véritablement à ce moment que s’engage une première réflexion sur les changements qu’implique l’apparition des armes nouvelles.

4Certes, on l’a vu, l’énoncé de la doctrine Eisenhower-Foster Dulles a-t-il conduit la classe politique et militaire soviétique à réfléchir à son tour sur ce que l’on pourrait faire de cette arme nouvelle. Mais il est tout aussi vraisemblable que la mort de Staline a permis de lever la chappe qui empêchait toute expression nouvelle, y compris dans le domaine militaire. A cela, l’on peut encore ajouter le succès qu’a représenté pour l’URSS l’expérimentation de la bombe H. Dans ces conditions, ce n’est pas par hasard si l’année 1954 est, de ce point de vue incontestablement plus riche en informations que ne l’étaient les années précédentes. Cette remarque vaut d’ailleurs tout autant pour les éléments d’une réflexion stratégique que pour des éléments de la technique servant cette stratégie.

La Stratégie Militaire après Staline

5Le discours stalinien reste, durant ces deux années, le discours dominant dans les milieux de l’armée soviétique, en 1953 comme en 1954, et même bien au-delà. Pourtant, paradoxalement, c’est dans ce même milieu qui, dans son ensemble, a été le dernier à accepter la déstalinisation, que l’on verra également apparaître les premiers signes de la critique du système stalinien.

La mort de Staline et les premiers écrits militaires

  • 1 Si l’on excepte deux articles, signés respectivement par les généraux d’armée Zaharov, Kurasov et u (...)

6L’année 1953 est de ce point de vue tout à fait caractéristique de ce paradoxe. Dans les deux principales publications militaires d’alors – L’Etoile Rouge et le bi-mensuel de la direction politique Propagandist i Agitator – aucun article de fond n’a été publié durant l’année 1953, tout au moins après la mort de Staline1.

  • 2 TALENSKIJ (N), « K voprosu o haraktere zakonov voennoj nauki » (La question du caractère des lois d (...)
  • 3 SCOTT (H.et W.), The Armed Forces of the USSR, Boulder, Westview, 1979, p. 40.

7Par contre, et c’est le paradoxe de cette année 1953, si les publications périodiques se sont faites particulièrement discrètes sur les questions de fond, plusieurs ouvrages ont été publiés, traitant de la science militaire. Qui plus est, ces ouvrages ne font pas tous l’apologie des thèses staliniennes. Enfin, dans le domaine des publications non ouvertes, on peut signaler, dans la même perspective que celle des ouvrages, un article publié dans la revue confidentielle de l’état-major, Voennaja Mysl’, par un général dont on aura l’occasion de reparler : le général-major Nikolaj Talenskij2 . Cet article lui a d’ailleurs vraisemblablement coûté, l’année suivante, son poste de rédacteur en chef de cette revue3.

  • 4 KASIRIN (P), Roi’ Moral’nogo Faktora v Sovremennyh Vojnah (Le rôle du facteur moral dans les guerre (...)
  • 5 PUHOVSKIJ (N), O Sovetskoj Voennoj Nauke, (La science militaire soviétique), Moscou, Voenizdat, 195 (...)

8Des trois ouvrages publiés en 1953, deux restent, à des degrés divers relativement proche du discours stalinien – voire « stalino-jdanovien »4 – ; le troisième, par contre adopte un ton nettement plus éloigné du discours militaire alors ambiant. C’est sur cet ouvrage qu’il semble utile de s’arrêter5.

  • 6 Ibid. p. 18 et 85. Sur l’ensemble de l’ouvrage, le nom de Staline n’apparaît qu’une demi douzaine d (...)
  • 7 Ibid. p. 84-85.

9Contrairement aux deux autres ouvrages publiés par les Voenizdat, celui de Puhovskij non seulement ne se sent aucunement obligé de citer nommément Staline – il n’est, par exemple, cité qu’une seule fois dans l’historique de la Seconde Guerre mondiale et une seule fois en conclusion6 – mais, surtout, il paraît être le premier à s’attaquer directement au culte de la personnalité : « le marxisme-léninisme ne nie pas la signification historique de l’activité des personnalités exceptionnelles, mais il en a toujours tiré cette conclusion qu’une personnalité exceptionnelle ne peut être que celle qui sait comprendre d’une façon juste les conditions matérielles du développement de la société et de ses besoins ; qui, dans son action, s’appuie sur de larges masses populaires et apprend des masses ». Parmi ceux ci, il cite certes Lénine « et le continuateur de son œuvre, Staline ». Mais il n’aborde dans ce passage que l’aspect économique et, de ce point de vue, on ne peut oublier que, pour les Soviétiques, Staline est resté celui qui a « construit le socialisme » en URSS et qui a « industrialisé le pays des Soviets ». Or, quelques lignes plus haut, Puhovskij affirmait que, dans « la littérature militaire et surtout d’histoire militaire », ont été publiés des « ouvrages non-marxistes, subjectifs et erronés sur le rôle des masses populaires. Cette erreur a trouvé son expression dans le culte de la personnalité »7.

10Il n’y a donc pas de véritable contradiction entre ces deux affirmations, la seconde pondérant la première. Mais la chose était dite, même si, tous, à l’époque, n’ont peut être pas vu dans cette dénonciation du culte de la personnalité, le personnage de Staline.

  • 8 Ibid. p. 65.
  • 9 Ibid. p. 80.
  • 10 Ibid. p. 7.
  • 11 Ibid. p. 81.

11A côté de cette particularité importante, le fond même de l’ouvrage mérite que l’on s’y attarde. On y retrouve ainsi les grands thèmes du stalinisme – période mécanisée, facteurs permanents – mais il est tout aussi indéniable que Puhovskij s’en fait plus un exégète et un adaptateur qu’il ne répète un cathéchisme. A ce propos, on peut se demander si l’affirmation selon laquelle « l’art militaire n’est pas éternel » n’est pas déjà une préparation à la remise en cause du dogme établi8. On retrouve également, et on en a vu la raison plus haut, le principe de la supériorité des armées de masse sur les petites armées techniciennes9 ; ou encore la critique, encore que très réduite par rapport aux autres ouvrages publiés à l’époque, de Clausewitz, notamment en ce qui concerne son appréciation du rôle du hasard dans les guerres qui empêche d’ériger la guerre comme une science10. On relève également que Puhovskij n’aborde à aucun moment explicitement l’arme atomique sinon en mentionnant le discours de Malenkov au Soviet Suprême affirmant que l’URSS « maîtrise le secret de la fabrication de la bombe à hydrogène »11.

  • 12 Ibid. p. 46.
  • 13 Ibid. p. 48.

12Ainsi, de façon beaucoup plus précise que dans tous les autres textes antérieurs, et même si le nucléaire n’est pas mentionné, on voit, dans cet ouvrage, se dessiner l’image de la future guerre selon les Soviétiques. Tout d’abord, l’économie du pays est prête, contrairement à ce qui était le cas en 1941, à affronter un nouveau conflit. Là encore, la critique de la situation économique en 1941 – et donc de la politique de Staline – constitue une innovation ; elle restera même plutôt une exception dans les écrits politiques et militaires à venir et pendant encore de nombreuses années : « Si les forces agressives de l’impérialisme déclenchent une guerre, nous avons le droit de dire qu’elle ne pourra commencer dans des conditions économiques aussi défavorables pour l’URSS qu’en 1941. Cela veut dire que tout le potentiel économique qui s’est développé dans les années de l’après-guerre peut être utilisé pour mener une guerre »12. Ce potentiel économique accru doit également répondre aux exigences du progrès technique car, « sans un armement et une technique modernes, on ne peut vaincre »13.

  • 14 Ibid. p. 70.

13Par ailleurs, on voit, dans cet ouvrage, émerger – ou réémerger –, soit en négatif soit en positif, certains des éléments qui deviendront des éléments de la stratégie soviétique de l’ère nucléaire. La guerre moderne est ainsi caractérisée par le fait que : « premièrement des masses énormes de population et le pays tout entier seront engagés dans l’orbite de la guerre ; deuxièmement que la guerre sera menée par des armées de plusieurs millions d’hommes ; troisièmement que dans la guerre moderne, on utilisera une quantité énorme d’armements et d’autres moyens techniques »14.

  • 15 Voennaja Mysl’ 9, 1953, art. cit.
  • 16 Ibid. p. 30.

14Dans le même temps que ces ouvrages étaient diffusés dans le public, la revue confidentielle de l’état-major publiait un article qui, lui, remettait beaucoup plus directement en cause cette conception stalinienne des facteurs permanents15. Certes, Talenskij – il était alors rédacteur en chef de cette revue – ne peut attaquer de front un dogme aussi fortement établi dans la pensée militaire de l’époque que celui des facteurs permanents. Il va donc, dans un premier temps chercher à désacraliser, à relativiser, à contourner ce dogme. Il réfute ainsi la thèse selon laquelle la théorie des facteurs permanents pourrait être considérée comme « une loi fondamentale de la science militaire » et par là, comme la loi fondamentale de « la guerre en tant que conflit armé ». Il estime en effet que « c’est une chose de proposer une thèse sur les facteurs déterminant le développement d’un phénomène quelconque et une autre chose de proposer la loi fondamentale se trouvant à la source de ce phénomène. Même s’ils sont étroitement liés, ils ne peuvent être identiques »16. En d’autres termes, l’article de Talenskij consiste à analyser le discours stalinien pour mieux le relativiser et critiquer indirectement toutes les conséquences qui ont pu s’ensuivre.

15Le bilan que l’on peut tirer de ces publications ouvertes de l’année 1953 est que, si la conception de la future guerre est encore quelque peu confuse, le contenu des grands thèmes de l’époque stalinienne commence à être, discrètement il est vrai, remis en cause. Ce qui vient du généralissime n’est plus intouchable. Mais pour lors, seul le contenu – ce qui est déjà considérable – est modifié car, peut-être par décence ou prudence, certains termes – « l’emballage » – subsisteront encore jusqu’à la fin de la décennie. Ainsi, les théories de la période mécanisée des guerres ou des facteurs permanents continueront-elles de faire partie du vocabulaire politico-militaire, respectivement jusqu’en 1958 et 1959.

16Mais, si la prudence politique exigeait de ne pas s’engager trop avant sur le moyen ou le long terme, il n’en était, par contre, pas de même sur le très court terme, comme en témoigne la publication, dans la presse périodique, de prises de position relativement nombreuses en 1954. En d’autres termes, en matière éditoriale, la situation de 1954 est l’inverse de celle de 1953 : pas ou peu d’ouvrages mais un nombre relativement important d’articles marquant une transition indéniable par rapport à la période précédente.

L’année 1954 : l’ouverture des débats

  • 17 Voir notamment KOROTKOV (I), Voenno-Istoričeskij Žurnal, 4 1964, art. cit. ; BABAKOV (A), op. cit., (...)
  • 18 Voir notamment Akademija Genstaba, op. cit. p. 122.

17Ce qui fait de 1954 une année de changement, est l’entrée « en force » du thème de l’atome dans la littérature ouverte. On remarquera d’ailleurs, quelques années plus tard, que la plupart des auteurs qui ont travaillé sur la périodisation de la pensée militaire après 1945, marquent une césure en 1954. On parle ainsi aujourd’hui de 1954 comme marquant le début de la « Révolution dans la chose militaire »17, même si l’expression n’a été introduite dans le vocabulaire politique et militaire qu’au début des années soixante (voit chapitre 14)18.

18La discrétion des années précédentes a disparu pour laisser la place aux différents aspects et aux différentes conceptions de l’usage que l’on peut faire de l’atome. Qu’il s’agisse de l’atome civil ou militaire, de l’arme que l’on utilise ou de celle que l’on subit, il est toujours présenté comme un élément nouveau dans la conduite de la guerre.

19Pourtant, qu’il s’agisse de l’aspect politique ou de l’aspect militaire, il ne semble pas que l’on ne puisse réellement établir de mise en parallèle des articles parus dans la presse militaire avec les débats politiques qui se sont déroulés simultanément, et notamment le « débat » Malenkov-Khrouchtchev. Certes, les militaires ont nécessairement suivi avec un soin tout particulier la controverse sur les effets de la guerre nucléaire. Mais le reflet de cette controverse ne transparaît guère dans la presse militaire. Une attitude de neutralité ou d’attentisme semble avoir été de rigueur dans l’armée, tout au moins dans ses prises de position publiques. Telle est la conclusion que l’on peut tirer de la lecture de publications militaires telles L’Etoile Rouge, Propagandist i Agitator... On remarque également que, contrairement aux années antérieures, tout en gardant un ton qui caractérisait les années de guerre froide – pour autant que l’on considère que celle-ci s’est arrêtée à la mort de Staline – ces articles s’ouvrent plus à ce qui se passe à l’ouest et notamment aux Etats Unis. Tout au moins, ils abordent ces questions d’une façon plus concrète que par le passé.

20A partir de 1954, la pensée et la politique militaires soviétiques reconnaissent, implicitement, se définir également en fonction de ce qui se passe chez l’autre. Ceci est en parfaite logique avec le discours de coexistence qui prend une importance croissante ou, pour ce qui concerne 1954, qui commence à entrer dans les mœurs : l’URSS, pays pacifique par excellence ne peut s’armer que par rapport et en réponse aux agissements des impérialistes et de leur système belligène par nature. Là encore, la doctrine des représailles massives et le débat sur la CED ont eu une influence incontestable.

  • 19 Voir notamment l’article du maréchal VASILEVSKIJ (A), Krasnaja Zvezda, 23 février 1954 ; des colone (...)

21Mais l’essentiel de cette année tient au fait que l’arme atomique, à la fois en tant qu’élément de la politique et de la technique, fait sa véritable entrée dans la littérature soviétique. Ainsi, dans le quotidien de l’armée, la perception de cette arme en tant qu’élément du politique, paraît avoir traversé trois phases. Au début de l’année, la discrétion semble encore de rigueur. En février, par exemple, les principaux articles de fond publiés à l’occasion et autour de la fête de l’armée, ne font-ils aucune mention du rôle ou de la place possible de l’arme atomique, qu’il s’agisse de sa place dans les armées ou de ses conséquences dans la conduite d’une future guerre19.

22On y retrouve par contre les vieux thèmes connus des facteurs permanents, de la supériorité de la science militaire soviétique de l’époque mécanisée, bref, rien qui marque une avancée significative dans la réflexion stratégique.

23Mais, dans un deuxième temps, à partir du mois de juin, le quotidien de l’armée intègre la dimension nucléaire, quoique de façon très prudente, dans plusieurs de ses articles. On peut remarquer à propos de cette date que l’on se situe dans le mois qui suit le « ralliement » de Malenkov aux positions de Khrouchtchev sur les effets d’une guerre atomique.

  • 20 Krasnaja Zvezda, 26 juin 1954.

24Ainsi, dans son éditorial du 9 juin, L’Etoile Rouge affirme-t-elle que « l’apparition de l’arme nucléaire a posé des questions nouvelles à l’art militaire ». Cependant, sans doute pour répondre à la doctrine des représailles massives et, peut-être également aux conceptions antérieures de Malenkov – mais les deux sont liées – le même éditorial poursuivait : « en considérant sainement la force destructrice de cette arme [atomique], il ne faut pas pour autant en surestimer les possibilités. La science militaire soviétique en conclut que l’introduction de nouveaux moyens de lutte non seulement ne réduit pas mais au contraire renforce le rôle de l’individu, élève à un nouveau niveau le rôle du moral des troupes sur le champ de bataille ». Cette dernière conception est reprise quelques jours plus tard dans le même quotidien, sous la signature d’un colonel I. Levanov qui traitait du « rôle du facteur moral dans la guerre moderne »20.

25On retrouve ainsi certaines des idées exprimées en 1953 sur le changement très relatif introduit par l’atome et surtout, implicitement, sur le maintien de la conception des armées de masse. Ceci conduit à réaffirmer la priorité aux forces traditionnelles, notamment terrestres, mais également à ne pas surestimer le rôle d’un armement dont la maîtrise technique et opérationnelle est encore très limitée.

  • 21 Ibid., 1 septembre 1954.
  • 22 Sovetskie Vooružennye Sily, op. cit. p. 432. Après trente cinq ans, le quotidien de l’armée a donné (...)
  • 23 Note de l’Ambassade de France à Berne du 24 juin 1954.

26Le ton, par contre, change à l’automne de la même année, plus, cette fois semble-t-il, sous l’influence de facteurs techniques que politiques. Le 1erseptembre paraît, en effet, un article consacré à « l’action des forces terrestres dans les conditions de l’utilisation de l’arme atomique »21. Il y était affirmé, après une présentation des conceptions américaines, que : « le fait que les Etats Unis envisagent d’utiliser cette arme barbare implique que les forces armées soviétiques la prennent très au sérieux et en apprécient exactement la force ». Certes « localisé » en dernière page du journal et signé par un civil, V. Kremencov, ce qui peut en réduire la portée, cet article paraît pourtant simultanément à l’organisation des premières manœuvres de l’armée de terre en ambiance nucléaire22. Ceci permet alors de constater que l’approche soviétique de l’arme atomique s’est très nettement modifiée au cours de cette année 1954. Cet article du 1er septembre paraît vouloir démontrer deux choses. La première est que l’URSS envisage très sérieusement l’utilisation de l’arme atomique sur un champ de bataille, notamment européen. La seconde est que, dès cette époque, cette arme paraît être déployée effectivement dans différentes unités de l’armée rouge. Sur ce point, on signalait que l’URSS avait installé en RDA une batterie de canons atomiques ayant une portée de 45 kilomètres23.

  • 24 Krasnaja Zvezda, 10 août 1954.

27Mais, si pour des raisons qui tiennent autant à la politique qu’à la maîtrise de la technique atomique et balistique, la principale menace perçue alors par l’URSS venait du « revanchisme » et du « militarisme » allemands, la perspective de disposer d’armes dépassant le théâtre européen n’avait pas été évacuée des préoccupations soviétiques. Est-ce un hasard si, quelque cinq semaines avant ces manœuvres, le quotidien de l’armée annonçait que « la science et la technique soviétiques sont arrivées à un niveau tel qu’il est possible d’envisager la construction d’un satellite artificiel »24. Or derrière ce discours en apparence pacifique sur l’exploration de l’espace – et on retrouvera cette différenciation de traitement médiatique entre le lancement du premier ICBM soviétique en août 1957 et le lancement du premier spoutnik deux mois plus tard – il fallait également comprendre que si l’URSS pouvait construire un satellite, elle devait nécessairement disposer de l’engin susceptible de lancer ce satellite dans l’espace !

28La fin de 1954 paraît, dans ces conditions, constituer une étape importante dans la présentation des perspectives d’un futur conflit mettant en œuvre des armes atomiques.

29On retrouve cette même progression thématique dans la revue de la direction politique des armées entre le début et la fin de 1954, encore que les thèmes dominants traités dans cette revue ne soient pas nécessairement identiques à ceux traités dans le quotidien de l’armée. L’arme atomique n’y est en effet citée qu’à partir du printemps comme élément constitutif d’un futur conflit. Auparavant, la revue utilisait de préférence des périphrases telles que « les nouveaux moyens de lutte armée ». Mais ce décalage peut être également dû aux délais de publication qui ne sont pas identiques dans un quotidien et dans une revue bi-mensuelle.

30Deux thèmes dominants émergent des articles de fond parus en 1954 dans cette revue Propagandist i Agitator : un conflit en Europe à la suite du réarmement allemand et la « dialectique de l’homme et de la technique » dans la guerre. Le débat sur la CED a très fortement marqué la presse soviétique. L’enjeu essentiel était en effet le réarmement de la RFA, Etat considéré comme représentant la menace principale et la plus immédiate contre l’URSS. Le discours sur la menace américaine était certes pris en grande considération mais l’expérience de la Seconde Guerre mondiale aidant, le mythe du « revanchisme allemand » constituait indéniablement le principal sujet de préoccupation des Soviétiques. Par ailleurs, cette menace avait également une fonction de cohésion du système est-européen dans la mesure où seule l’URSS était à même de protéger ses alliés contre cette menace de revanche allemande. Une telle conception restera explicitement en vigueur jusqu’à la fin des années soixante, jusqu’à l’engagement des négociations germano-soviétiques qui ont conduit à la signature des traités de 1970. Mais, même après cette « normalisation », le thème du revanchisme continue de revenir de façon épisodique, en fonction des circonstances, en URSS – notamment en 1983 – et surtout en Pologne où il reste un des éléments essentiels de l’argumentation du pouvoir pour justifier l’alliance militaire avec Moscou. Le « revanchisme allemand » reste, par conséquent, dans le discours soviétique un thème particulièrement porteur et surtout un facteur de cohésion nationale et « internationaliste ». Mais il correspond également, depuis 1945, à une perception de la menace la plus immédiate pour l’URSS et ses alliés.

  • 25 MIL’STEJN (M), « Evropejskaja armija-orudie amerikanskih imperialistov » (L’armée européenne, un in (...)
  • 26 MIL’STEJN (M), SLOBODENKO (A), « Reakcionnaja suscnost’ i avantjuristiceskij harakter sovremennyh t (...)

31Dans ces conditions et comme l’on pouvait s’y attendre, les débats sur la CED, puis la signature des accords de Paris ont été amplement commentés, et critiqués, en URSS. Cette question a notamment été l’objet de deux importants articles, l’un au début, l’autre à la fin de l’année 1954. Si le premier de ces articles met encore ses espoirs dans la France pour éviter le réarmement de la RFA et dénonce comme au plus fort de la guerre froide la « collusion anglo-américaine »25, le second énonce plus clairement la perception soviétique de la menace26. Les auteurs y dénoncent les théories américaines des « petites armées techniciennes » et des guerres « éclair », « atomiques » et « aériennes. Mais ils s’attardent essentiellement sur deux points : la guerre navale et la guerre globale.

32Sur le premier point, les auteurs dénoncent le concept de guerre navale et celui de maîtrise des mers tel qu’il est conçu par l’amiral Nimitz. Mais, sur ce point, on peut néanmoins relever – et ce sera une constante dans la littérature politique soviétique – que les auteurs manifestent une certaine compréhension à l’égard de ce concept de maîtrise des mers que l’URSS ne cessera de chercher, elle aussi, à assurer. Il faut en effet se rappeler que Khrouchtchev, à l’époque, n’a pas encore tout le pouvoir et que l’amiral Kuznecov, alors commandant en chef de la marine, était justement l’un des premiers partisans de la mise en place d’une flotte à capacité océanique.

33Le repli de la flotte soviétique dans sa conception minimum de défense côtière n’intervient en effet que l’année suivante lorsque le successeur de Kuznecov, l’amiral Gorškov, se pliera aux exigences de Khrouchtchev, en attendant des jours meilleurs pour les marins soviétiques (sur la place de la marine dans la stratégie soviétique, voir chapitre 8).

  • 27 Propagandist i Agitator, 22 nov. 1954, art. cit. p. 19.

34L’autre thème développé par les colonels Mil’stejn et Slobodenko est celui, cette fois plus directement critiqué, car plus immédiatement vraisemblable, de la « guerre globale ». Pourtant, sous cette critique de la guerre globale, se cache paradoxalement ce qui deviendra une constante du discours soviétique à partir de 1957 : la dénonciation de la guerre limitée à l’Europe. Il s’agit là en fait d’une « guerre de l’ensemble des pays capitalistes contre l’URSS et les démocraties populaires pour la gloire de l’impérialisme américain » dans laquelle l’arme atomique – malgré la panique causée aux Etats Unis par la perte de son monopole – est considérée comme une arme absolue. Mais ce qui laisse surtout sous-entendre qu’il s’agit en fait de dénoncer l’idée d’un conflit limité à l’Europe est cette constatation des auteurs que la théorie qui « unit toutes les théories militaires américaines est celle qui consiste à faire faire la guerre par les autres »27.

35Quant à l’autre thème dominant de cette période, la relation de l’homme et de la technique, il s’agit d’un sujet de réflexion qui prend une ampleur particulière à partir de 1954, même s’il n’a, en fait, jamais cessé d’être présent dans le discours militaire soviétique. On le retrouve notamment régulièrement, jusqu’à la fin de la décennie, dans la presse spécialisée, puis, de façon plus épisodique, au cours de la décennie suivante.

  • 28 STROKOV (A), MARYGNOV (I), « Ob osnovah sovetskoj voennoj nauki » (Les principes de la science mili (...)

36Les raisons de ce discours sur le rôle respectif de l’homme et celui de la technique sont d’ordre purement militaire, sans que l’on puisse pour autant, négliger ses aspects d’ordre politique et idéologique. On a vu que ce thème avait déjà été abordé par Maryganov et Puhovskij dans leurs ouvrages parus en 1953. Le premier le reprend largement dans un article qu’il cosigne avec le colonel Strokov, paru en janvier 1954. On y retrouve les mêmes considérations que dans son ouvrage : un discours stalinien qui paraît vouloir cacher des éléments de dépassement de certaines conceptions qu’il estime périmées28.

  • 29 Ibid. p. 48-49.

37Tout en s’appuyant sur une citation de Staline, les deux auteurs de cet article affirment ainsi que « l’apparition de l’arme atomique pose la question de la réévaluation de toute une série de positions concernant les formes et les moyens de la lutte armée dans les conditions actuelles ». Ils précisent toutefois que « la technique elle-même ne détermine pas la nature et le caractère de l’art militaire » qui reste essentiellement fonction du « régime social »29.

  • 30 SOKOLOV (I), « Roi’ čeloveka i tehnika v sovremennoj vojne » (Le rôle de l’homme et de la technique (...)
  • 31 Ibid. p. 24.
  • 32 Ibid. p. 25-26.
  • 33 Ibid. p. 28. On retrouve ces mêmes préoccupations dans un article paru dans l’Etoile Rouge, le 18 a (...)

38Trois mois plus tard, et l’on entre dans la période où l’arme atomique fait sa véritable apparition dans les publications soviétiques, un autre article de la même revue était explicitement consacré à cette question de la relation de l’homme et la technique30. Comme de nombreux articles sur ce sujet, l’argument initial consiste en une critique de la politique et des conceptions occidentales et notamment américaines. Il s’agit tout d’abord de critiquer le « culte de la technique » selon lequel tel ou tel armement nouveau pourrait représenter l’arme absolue et permettrait, à elle seule, de gagner une guerre. Sont ainsi accusés les « savants, laquais de Wall Street » affirmant qu’une nouvelle guerre mondiale sera une « guerre de l’aviation et de l’atome », une « guerre de la technique et de la chimie » ; que, sur le champ de bataille, régnera la machine et que « l’homme n’interviendra que dans le rôle de serviteur. C’est une théorie qui n’est ni neuve ni originale »31. Le colonel Sokolov accuse ainsi les impérialistes de produire des « moyens de combat sans cesse nouveaux tels que les missiles, les torpilles dotées d’ogives atomiques et autres choses » qu’ils envisagent d’utiliser contre l’URSS, selon une conception de la « guerre éclair atomique » ou de la « guerre aérienne atomique » ; en d’autres termes, il leur est reproché d’avoir une conception technique – techniciste – de la guerre32. Or, si la technique est indéniablement importante, il n’en faut pas moins des hommes pour la servir et surtout qui la « maîtrisent parfaitement ». D’où la nécessité, et c’est sans doute l’un des objectifs de cet article, que, face au progrès technique considérable, l’on perfectionne sans cesse la formation et la compétence technique des personnels33.

  • 34 ZABULAEV (N), « O roli vooruženij v sovremennoj vojne » (Le rôle des armements dans la guerre moder (...)
  • 35 Ibid. p. 11.

39Au cours de l’été suivant, on retrouve cette même conception, mais cette fois plus directement axée sur les besoins de l’URSS et les conséquences que cela implique dans la conduite de la future guerre34. Ce qui fait surtout l’originalité de cet article est qu’il est directement fait référence à l’arme atomique, suivant ainsi la même progression chronologique que celle de l’Etoile Rouge. L’auteur de cet article, lieutenant-colonel de la garde, estime ainsi que « les armes atomiques et thermonucléaires sont des facteurs importants de développement de la chose militaire. La dotation des armées avec ces armes a nettement augmenté leur force de frappe et doit nécessairement entraîner un changement dans l’organisation des armées, leur méthode d’instruction et les moyens de conduite des opérations »35.

  • 36 Akademija Genžtaba, op. cit. p. 118.

40Cette constatation qui peut être considérée comme un conseil impérieux a bien entendu été suivi d’effet, notamment dans les différentes académies militaires qui chercheront à améliorer la formation de base de leurs officiers. On constate ainsi que, dans les premières années de l’après guerre, « les auditeurs de l’Académie [de l’état-major] étaient le plus souvent composés de généraux et d’officiers avec une grande expérience de la guerre mais n’ayant pas de formation militaire générale. En 1948, seuls 55 % des auditeurs de première année avaient une instruction militaire supérieure, en 1958, ils étaient 71 % » Tous auront cette instruction au début des années soixante36.

41Ceci semble s’inscrire, en effet, dans une perspective plus large qui va conduire à la recherche, à partir de 1954, d’une exigence de retour aux vraies valeurs scientifiques qui avaient pour le moins été négligées sinon mises à mal, dans les années antérieures. Le développement et la reconstruction du potentiel économique, comme le maintien de la puissance militaire de l’URSS sont, en effet, plus que jamais liés au progrès scientifique et technique. En fait, ce lien a toujours existé, pour l’URSS comme pour n’importe quel autre Etat, mais il est des époques où cela est particulièrement visible. Ceci est le cas avec l’apparition de l’ère nucléaire. On assiste ainsi à un revirement complet de la politique scientifique de l’URSS et de ses conceptions passées qui avaient permis, dans presque toutes les disciplines, l’émergence de savants tels Lysenko.

  • 37 La dernière attaque publique contre Einstein remonte au mois de janvier 1953. Elle était signée du (...)
  • 38 La presse soviétique faisait à plusieurs reprises référence en 1988 et 1989 à cette période. Elle c (...)

42Ainsi, dans la Pravda du 2 juillet, l’académicien Sobolev consacre-t-il un article à la « critique scientifique, à l’innovation et au dogmatisme ». En prenant la défense d’Einstein, fortement critiqué durant les années du stalinisme37, Sobolev reproche à ses collègues d’être « passés à côté de la physique nouvelle sans la remarquer ». Il est temps, selon lui, de cesser de refuser d’étudier toutes les réalisations scientifiques et techniques étrangères et surtout de cesser de les condamner systématiquement. La publication d’une telle prise de position s’inscrit naturellement dans le début de la campagne de ce que l’on appellera « déstalinisation » mais qui, avant 1956 s’attaque plus globalement au « culte de la personnalité ». Un culte qui s’est infiltré jusque dans la recherche scientifique38.

43La multiplication de ces articles, réhabilitant la « vraie » recherche scientifique d’une part et, d’autre part, montrant la nécessité d’améliorer la formation scientifique et technique des forces armées s’inscrit, en fait, dans un ensemble parfaitement logique. A côté de ces textes essentiellement politiques, se développe à partir de 1954, toute une série d’articles traitant de questions spécifiquement techniques. Mais si le contenu de ces articles est d’abord scientifique, il est indéniable que, dans un pays comme l’URSS, la signification politique de ces textes ne peut être ignorée.

44En fait, c’est bien à partir de 1954 que commence à se dessiner l’image de la future guerre. On vient d’en voir les premiers contours politico-militaires. Quelles en sont, pour les Soviétiques, les caractéristiques techniques ?

La technique au service du politico-stratégique

45Avant même que le pouvoir politique n’ait pris position officiellement sur la façon de concevoir les conséquences d’une guerre atomique, la presse, notamment quotidienne, montre, en 1954, un visage très différent de celui qu’elle avait présenté au cours des années précédentes et, peut-être même de celui qu’elle offrira dans les années postérieures à 1955. S’il fallait qualifier cette année 1954, on pourrait dire qu’il s’agit de l’année du scientifique et du technique, ou, toutes proportions gardées, de la victoire du scientifique sur le politique. Mais on a vu pour quelles raisons le politique était encore en retrait au cours de cette année où la tension internationale s’était de nouveau accrue.

46Les thèmes traités par les différents articles de la presse soviétique montrent, par ailleurs, très nettement les préoccupations du moment chez les dirigeants ainsi que leurs implications dans le domaine de l’armement.

« Sur un thème scientifique et technique »

  • 39 Krasnaja Zvezda des 24 et 27 décembre 1953.

47Dans les derniers jours de 1953, L’Etoile Rouge fait paraître, dans ses pages, une nouvelle rubrique intitulée « Sur un thème scientifique et technique ». Modestement amorcée avec un article sur les ondes radio, puis sur les hélicoptères39, cette rubrique allait connaître un grand développement en 1954 et 1955. Ce ne sont plus alors des articles isolés qui paraissent, mais de véritables séries d’articles sur des questions montrant les préoccupations soviétiques du moment et peut-être même les priorités en matière de techniques d’armements. Le thème incontestablement privilégié de cette rubrique est celui de l’atome.

  • 40 Krasnaja Zvezda, 14 janvier 1954. On peut également relever que cet article est le premier à être c (...)
  • 41 Krasnaja Zvezda, 26 février 1954.
  • 42 Ces articles sont consacrés à la « réaction nucléaire » (4 mars), à la « physique des explosions nu (...)

48Le 14 janvier, l’ingénieur lieutenant-colonel V. Mihajlov inaugure la publication du premier article de la première série. Celle-ci est consacrée à – et intitulée – « l’énergie atomique ». Le premier de ces articles traite de « la structure et des propriétés du noyau »40. Le deuxième article de la même série paraît plus d’un mois plus tard, sous la même signature et sur le thème de « la désintégration radio-active de l’atome »41. Quatre autres articles, composant la première série de la rubrique, seront publiés ensuite. Ils sont tous, comme la majorité des articles des différentes séries de cette rubrique, signés par des ingénieurs de l’armement . On peut considérer qu’ils constituent une sorte de « programme » d’initiation à la physique nucléaire42. Sur le strict plan de l’évolution de la pensée stratégique, cette première série n’apporte pas grand chose, si ce n’est de faire savoir publiquement que, dans le domaine nucléaire, l’URSS s’est d’abord préoccupée du développement pacifique de cette nouvelle forme d’énergie.

  • 43 Les Soviétiques inaugurent leur première centrale nucléaire, d’une puissance de 5000 Kwh, le 27 jui (...)
  • 44 Krasnaja Zvezda, 7 avril 1954.

49Le message paraît donc également destiné à l’occident en ce qu’il correspond au discours traditionnel de politique internationale à usage externe. Le dernier article de cette première série est d’ailleurs explicitement consacré à cet aspect, tout au moins en apparence. Car, tout en insistant sur les centrales nucléaires et en concluant sur les « potentialités énormes de l’énergie atomique au service du bonheur des peuples et de l’amélioration de leur bien-être »43, les auteurs de ce dernier article de la série abordent également la question de l’usage du nucléaire comme carburant pour les avions, les sous-marins et les missiles à longue portée44.

50Or, on le verra plus loin, l’année 1954 a été fortement marquée en URSS, par des préoccupations en matière d’aéronautique, de moteurs à propulsion atomique, notamment pour les sous-marins – et on ne peut que rapprocher cette préoccupation du lancement, par les Américains, du premier sous-marin atomique, le Nautilus, en septembre 1954 – et, bien sûr, par la recherche balistique qui prend une importance de plus en plus considérable en URSS, bien que l’on n’en parle pas encore ouvertement.

51Ce premier exemple démontre clairement que, contrairement au passé, l’atome ne constitue plus un tabou pour les dirigeants soviétiques. Il demeure néanmoins une incertitude quant à la motivation qui a poussé les responsables de ces publications à lever ce tabou. Est-elle due au fait que, après avoir réduit son retard sur les Etats Unis, l’URSS se sentirait plus sûre d’elle-même dans ce domaine et que, dans ces conditions, elle peut l’affronter directement ? C’est une hypothèse que l’on ne peut exclure car, dans le domaine des armements atomiques, il est indéniable que le monde occidental détient une supériorité tant en nombre de bombes opérationnelles que, surtout de vecteurs, en l’occurrence, les seuls à l’époque, les bombardiers.

52L’autre hypothèse est d’ordre de politique intérieure et consisterait à montrer que l’URSS n’a pas à avoir de complexe d’infériorité dans ce domaine et qu’elle peut affronter sans honte la comparaison avec les Etats Unis, tout au moins sur le plan technique. En d’autres termes, il se serait agi pour l’URSS, de relever le moral de l’armée – dont la presse militaire ne cesse de rappeler qu’il est encore plus important à l’ère de l’atome – mais aussi de la population en montrant que l’URSS, elle aussi, maîtrise parfaitement cette technique nouvelle, au point de pouvoir se permettre de la vulgariser.

53On peut enfin relier cette nouvelle attitude de la presse à l’engagement, dans le cadre du sous-comité pour le désarmement de l’ONU, de négociations en matière d’énergie atomique, au cours du mois de mai 1954. Ceci permettrait alors à l’URSS de négocier sur un pied d’égalité avec l’autre « Super Grand » et de démontrer que, si sacrifice il doit y avoir dans ce domaine, il sera aussi important pour l’un que pour l’autre.

54En fait, aucune de ces hypothèses ne semble pouvoir être privilégiée au détriment des autres, chacune pouvant avoir joué un rôle spécifique, et à divers niveaux de la prise de décision, dans la publication de ces articles.

  • 45 Une autre série s’est intercalé entre ces deux séries consacrée aux questions atomiques. Elle compr (...)
  • 46 Cette série comprend des articles publiés les 6,8, 13, 20 et 26 mai et les 4 et 10 juin 1954 dans l (...)

55Cette première série consacrée au nucléaire s’achève quelques jours avant l’ouverture de la session d’avril du Soviet Suprême. Un nouvelle série sur la même question commence dès la fin de cette même session45. Cette nouvelle série, consacrée à « la physique de l’action de la force nucléaire », étudie successivement les différents effets d’une explosion nucléaire46. Là encore, sous une apparence parfaitement scientifique, peut-être même encore plus poussée que dans la première série, se profilent des préoccupations très spécifiquement militaires. Sont notamment abordées dans ces articles les questions du combat en ambiance nucléaire qui, on l’a vu, prendra une dimension nouvelle quelques mois plus tard.

  • 47 Elle comprend quatorze articles dont la publication s’échelonne jusqu’au mois de janvier 1955.

56Puis, le 3 août, L’Etoile Rouge commence la publication d’une troisième série de cette rubrique. Mais, à la différence des deux précédentes, elle est la première à être explicitement consacrée à l’atome en tant qu’arme47. Son intitulé est d’ailleurs déjà un signe du changement d’approche par la presse, un changement d’approche qui correspond au changement général de ton à l’égard de l’atome que l’on a relevé précédemment. Cette nouvelle série, intitulée « L’arme atomique et la protection anti-atomique » est suffisamment explicite. Le contenu des articles montre d’ailleurs clairement que l’on a désormais affaire à une arme que l’on ne cache plus et, surtout, dont on envisage l’usage sur un champ de bataille. On constate également que huit de ces quatorze articles n’ont pas été signés par des ingénieurs de l’armement – ou par des médecins militaires – mais par des officiers d’armes. Une première sous-série de trois articles, signée par l’ingénieur général-major B. Olisov – les seuls signés par un officier général – donne le ton général de l’ensemble de cette longue série qui correspond à une attitude nouvelle de l’URSS à l’égard de l’arme atomique.

  • 48 Krasnaja Zvezda, 3 août 1954. On est, rappelons le, en 1954, c’est à dire l’année où d’une part les (...)

57Dans le premier de ses articles, Olisov expose les grand principes des bombes atomiques et à hydrogène et leurs effets. On constate alors une volonté de minimiser ces effets « qui ont été largement exagérés par les ennemis de la paix pour effectuer un chantage sur l’opinion publique mondiale et effrayer les peuples avec les « horreurs » d’une guerre atomique ». Il s’agit pour Olisov d’une part de démontrer que toute arme nouvelle génère nécessairement la « découverte des moyens pour la contrer » et d’autre part, que, face à l’apparition « d’armes atomiques dites tactiques, c’est à dire d’armes destinées à être employées sur le champ de bataille », l’armée soviétique doit rester particulièrement vigilante et « étudier les caractéristiques des armes atomiques et leurs effets destructeurs et améliorer sans cesse la défense contre l’atome »48.

  • 49 Krasnaja Zvezda, 4 août 1954.

58Le deuxième article d’Olisov aboutit aux mêmes conclusions, mais cette fois après qu’il a eu décrit les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki. Mais il insiste plus, dans cet article, sur les conséquences plus strictement militaires, dans la perspective d’une bataille en ambiance nucléaire : « Tout en apprenant les mesures de protection contre les effets néfastes de l’arme atomique, nos combattants ne doivent pas oublier que, dans toutes les conditions, et plus particulièrement dans les conditions de l’utilisation de l’arme atomique, la victoire reviendra à ceux qui agiront énergiquement et résolument ; à ceux qui, malgré toutes les difficultés et les dangers, s’efforceront de remplir leur devoir de combattant avec honneur pour défaire l’ennemi »49.

  • 50 Krasnaja Zvezda, 6 août 1954.

59Enfin, le troisième article du même Olisov, tout en aboutissant toujours à la même conclusion, s’attache plus spécifiquement aux moyens de protection des hommes et des matériels en cas d’utilisation de l’arme nucléaire50. Là encore, l’on retrouve à la fois les grands thèmes du discours politico-militaire – importance du facteur moral dans une guerre atomique – et l’actualité immédiate – les premières manœuvres en ambiance nucléaire organisées en septembre. Il se pourrait, d’ailleurs, que ces articles d’Olisov aient constitué une préparation psychologique des troupes à l’organisation de ces manœuvres ; les participants sélectionnés n’ayant, bien sûr, pas été prévenus d’avance de leur nature. De même, ces participants ont-ils été tenus d’en garder le secret jusqu’en 1989.

60On citera, enfin, pour mémoire, la dernière série de cette rubrique consacrée à l’atome et qui paraît simultanément à la précédente. Elle commence le 31 août pour s’achever le 13 mars de l’année suivante et s’intitule « problèmes de l’utilisation de l’énergie atomique ». Contrairement à la précédente, elle aborde essentiellement les questions de l’atome civil et doit être rapprochée, comme les deux premières séries, publiées en mai et juin, de la mise en service de la première centrale nucléaire soviétique.

61Si l’on tire un bilan des différentes séries de la rubrique « sur un thème scientifique et technique », publiées au cours de l’année 1954 – elles sont au nombre de huit – on constate que la moitié est consacrée aux questions de l’atome. Le choix du thème d’une part, le choix des sujets particuliers qui ont été traités, de l’autre, montrent clairement le changement intervenu au cours de l’année 1954 dans l’approche de la question atomique.

  • 51 NAUMENKO (I), Atomnoe Oružie i Protivoatomnaja Zaščita (L’arme atomique et la protection anti-atomi (...)

62Une brochure publiée par les éditions de vulgarisation scientifique en 1955 était de ce point de vue tout à fait explicite. Traitant du même sujet que l’ingénieur général Olisov, l’arme atomique et la protection anti-atomique, l’auteur de cette brochure, l’ingénieur lieutenant-colonel Naumenko exprimait parfaitement les préoccupations soviétiques de l’époque, notamment au regard de l’énoncé de la nouvelle doctrine stratégique américaine. L’installation « d’une série de bases militaires autour des pays pacifiques » a, selon cet auteur, pour objectif de « servir de tremplin à une agression contre les pays du camp de la démocratie et du socialisme et avant tout de l’Union Soviétique »51.

  • 52 Ibid. p. 30.

63De plus, la signature des accords de Paris permet à Moscou de raviver le discours sur la menace que constitue le « militarisme » et le « revanchisme » allemands en permettant le réarmement de la RFA, quitte à dépasser quelque peu la réalité lorsqu’il dénonce « la dotation de cette armée [ouest allemande] en armes modernes y compris atomiques ». D’où cette constatation que « la politique agressive des Etats Unis et leur préparation d’une nouvelle guerre avec l’utilisation de l’arme atomique ne peut être sous-estimée par les Soviétiques »52.

64Mais l’activité politique et/ou militaire des Etats Unis et des pays de l’OTAN n’aurait sans doute pas autant été dénoncée si, dans le même temps, l’URSS n’avait pas pu – ou pas estimé pouvoir – disposer des moyens nécessaires à contrer cette menace. Il est en effet très vraisemblable que, dès cette époque, l’URSS ait maîtrisé le nucléaire et ait cherché à la faire savoir publiquement, c’est à dire, comme presque toujours, indirectement. Même si les exemples, notamment en matière d’armement, sont toujours pris chez l’ennemi principal – et ceci constitue une des grandes constantes de la littérature militaire soviétique – le message est néanmoins suffisamment clair et dénote toujours des préoccupations soviétiques à un moment donné.

65Ceci est notamment confirmé par les autres séries publiées dans la rubrique « sur un thème scientifique et technique » du quotidien de l’armée. Même si celles-ci se limitent parfois à un seul article, il n’en est pas moins un reflet des priorités de l’URSS qui, si elles n’étaient pas nécessairement compréhensibles sur le moment pour l’observateur occidental, se sont avérées, par la suite, étroitement liées à la conjoncture.

  • 53 On peut rappeler que la rubrique a été inaugurée le 24 décembre 1953 avec un article consacré aux « (...)

66Les quatre séries publiées en 1954 et qui ne traitent pas de l’atome ont été consacrées successivement aux avions à réaction (27,30 mars et 3 avril) ; aux « radars et leur utilisation » (3 juillet) ; au « problème des vols inter-planétaires » (10 août) dont il a déjà été question ; enfin, de nouveau, aux radars, mais cette fois ci dans une série de trois articles (21 septembre, 9 et 14 octobre)53.

67Si l’on exclut l’article isolé consacré aux vols inter-planétaires, qui n’en rappelle pas moins que la recherche balistique constitue une des priorités de l’URSS, les trois autres séries thématiques se rattachent directement à l’aéronautique qui a été l’objet de nombreux développements en 1954.

L’année de l’aviation

68On a vu que, dès les années de guerre, l’URSS avait engagé des recherches très approfondies sur la balistique. Cette préoccupation est, comme pour l’Allemagne, celle d’une puissance continentale, dépourvue de bases et de relais de sa puissance au-delà de sa périphérie immédiate. L’émergence de l’atome militaire allait nécessairement impliquer que l’on se préoccupât du vecteur de cette arme. Si l’URSS mise essentiellement sur les missiles, ce qui implique des recherches longues et coûteuses – elles aboutissent en 1956-57 – il n’en demeure pas moins qu’elle se considère en situation d’infériorité évidente par rapport aux Etats Unis, en n’ayant pas de moyens de porter l’arme nucléaire sur le sol de son adversaire principal.

69Or, un avion est, a priori, plus facilement et plus rapidement réalisable qu’un missile intercontinental. Les bureaux d’études aéronautiques soviétiques ont donc été très logiquement mobilisés pour mettre au point un bombardier à long rayon d’action susceptible de porter l’arme atomique aux Etats Unis et d’en revenir.

70Si les Etats Unis, compte tenu de leur situation géopolitique – puissance maritime disposant de nombreux relais, notamment en Europe – ont misé surtout sur le bombardier stratégique, puis sur les sous-marins à propulsion nucléaire, c’est que les impératifs techniques et stratégiques n’étaient, pour eux, pas aussi pressants que pour l’Union Soviétique.

  • 54 Cette mise en service a conduit l’URSS à créer au sein de l’armée de l’air une unité de « l’aviatio (...)
  • 55 POLMAR (N), Strategie Weapons, New York, Crane & Russak, 1982, p. 19 et 29.

71L’aventure des quatre premiers modèles de bombardiers à long rayon d’action construits en URSS entre 1945 et 1955 est plutôt celle d’un échec. Le premier de ces appareils, mis en service en 1946, le Tupolev 4 (Code OTAN : Bull) est une copie du B 29 américain54. Son rayon d’action (5000 Km) et sa vitesse (350 Kmh) ne pouvaient en faire un véritable bombardier stratégique . En 1954, 1200 à 1500 de ces appareils avaient été construits mais leur zone d’action était plutôt les théatres européen et asiatique. Sa fabrication cesse d’ailleurs en 195455.

  • 56 Voir notamment ZURKIN (V), KARAGANOV (S), KORTUNOV (A), « O razumnoj dostatoenosti » (De la suffisa (...)

72Or, c’est justement en 1954 que la seconde génération de bombardiers soviétiques commence à entrer en service. S’agissait-il alors de suivre l’évolution de l’armement américain pour montrer les capacités de l’URSS à « rattraper et dépasser les Etats Unis » ? Toute l’histoire des armements soviétiques tend à le démontrer, dans la grande majorité des cas – porte-avions exceptés – même si, à partir de 1987, cette vision est contestée par certains auteurs soviétiques. C’est à dire à un moment où l’URSS revendique le principe de l’asymétrie, tant rétrospectivement que dans le domaine des négociations en cours sur le désarmement56.

73Mais la mise au point d’un bombardier stratégique à long rayon d’action n’était-elle pas également une nécessité pour l’armée soviétique si elle voulait dépasser le seul théâtre européen. On se trouve en effet devant ce paradoxe que, durant les années cinquante mais peut-être également jusqu’à aujourd’hui, l’URSS parait avoir constamment privilégié l’hypothèse d’un conflit en Europe – éventuellement en Asie – mais qu’elle a également systématiquement cherché à disposer d’armes susceptibles de dépasser les théâtres situés à sa périphérie. Les armements intercontinentaux n’auraient-ils alors constitué qu’un « luxe politique », une manifestation de « consommation ostentatoire », compte tenu de la conscience de l’URSS de sa supériorité indéniable sur le champ de bataille européen ? Si la réponse à une telle question est relativement claire à partir de la fin des années cinquante – les armes intercontinentales assurent de fait une fonction de dissuasion – avant ce moment, cette réponse est pour le moins incertaine.

74Mais pour revenir à la question des bombardiers stratégiques soviétiques, on constate qu’en l’espace d’ un an, l’URSS lance trois types d’appareils. A la fin de 1953, le constructeur Āyasiščev fait effectuer le premier essai en vol de son bombardier Mya 4 (Nom de code OTAN : Bull), l’année suivante, les premières unités de l’aviation à long rayon d’action sont dotées du Tupolev 16 (Badger) et, toujours en 1954, le Tupolev 20 (Tu 95, Bear), effectue ses premiers essais. Or, aucun de ces appareils ne répond aux attentes sinon aux besoins de leurs commanditaires politiques. Soit leur autonomie de vol, soit leur vitesse, soit l’une et l’autre, sont insuffisantes.

75La fonction de bombardement stratégique intensif, issue des théories du général Douhet, n’a jamais eu, en fait les faveurs des penseurs militaires soviétiques. Est-ce pour cette raison, en plus de raisons plus spécifiquement techniques, que leurs bombardiers, tout au moins à l’époque, n’ont jamais répondu aux exigences du politique ? Toujours est-il que ni le Mya 4, ni les Tu 16 et 20 n’étaient à même d’effectuer un aller et retour vers les Etats Unis sans escale.

  • 57 Cité dans COCKBURN, op. cit. p. 228.

76Khrouchtchev cite à ce sujet une anecdote dans ses mémoires. Après avoir fait le reproche de la trop faible autonomie de vol du Mya 4 à son constructeur, celui-ci aurait répondu que son appareil pouvait aller bombarder les Etats Unis puis se poser au Mexique. Ce à quoi aurait répondu Khrouchtchev : « Vous prenez le Mexique pour quoi, pour notre belle-mère ? Vous croyez qu’on pourra aller la voir quand on voudra ? Les Mexicains ne nous rendraient jamais notre avion »57.

77Quelles sont donc les caractéristiques de ces trois appareils ?

  • Le Tu 16 (Badger) est expérimenté en vol en 1952 et livré aux unités entre 1954 et 1959. Il peut transporter trois tonnes de bombes sur 5000 Km. Son rayon d’action est de 7200 Km en mission d’observation. Sa vitesse maximale est de 900 Kmh. Propulsé par turbo-réacteur, il serait une réplique du B 47 américain expérimenté en 1947, comme le Tu 4 était une réplique du B 29. Cet appareil a été construit à un millier d’exemplaires.
  • Le Mya 4 (Bison) a été expérimenté en vol un an après le Tu 16 et livré aux unités entre 1954 et 1958. 2 à 300 exemplaires de cet appareil ont été construits. Il pouvait parcourir une distance de 8000 Km à une vitesse de 900 Kmh et porter cinq tonnes de bombes.
  • Le Tu 20 (Tu 95, Bear) est lui expérimenté en vol en 1954 et livré aux unités entre 1956 et 1962. 150 exemplaires de cet appareil ont été construits. Il peut transporter onze tonnes de bombes sur une distance de 11000 Km à une vitesse de 900 Kmh. Contrairement aux deux précédents, le Tu 20 est un appareil à hélices58.
  • 59 Soviet Military Power, Washington, DoD, LJSGPO, 1987, p. 36-38.

78Aucun autre bombardier à long rayon d’action ne sera livré aux unités de l’armée soviétique avant 1974, pour autant que l’on considère le Tu 22M (Backfire) comme tel, ce qui démontrerait l’intérêt relativement limité des Soviétiques à l’égard de l’avion comme vecteur de l’arme atomique. On peut néanmoins relever que les trois appareils construits en ce début des années cinquante étaient toujours en service à la fin des années quatre-vingt. Après avoir certes subi quelques améliorations, il restait, en 1987, 165 Mya 4 et Tu 20 en service dans l’armée soviétique59.

79Sans bien sûr préjuger de l’avenir, il était dans ces conditions évident que la presse militaire soviétique allait s’emparer, au cours de l’année 1954 et au tout début de 1955, de la question de l’aviation stratégique et de la guerre nucléaire aérienne, ainsi qu’à des questions liées à ces dernières telles que les radars et la défense anti-aérienne.

80Ce n’est pas aux bombardiers que la rubrique « sur un thème scientifique et technique » de L’Etoile Rouge consacre sa série d’articles de 1954 mais aux avions à réaction en général, dont la technique se perfectionne à l’époque après huit ans d’expérimentation sur les chasseurs. Mais l’on sait également que les Mya 4 et Tu 16 sont les premiers bombardiers à réaction.

81Toutefois, il ne semble pas qu’il faille surestimer les capacités de l’aviation soviétique, surtout à cette époque. La propension à reproduire ses propres schémas ou sa propre logique ont, en effet, souvent conduit à fausser l’appréciation des réalités. Certes, en 1954, l’aviation soviétique et, plus encore, le lien aviation – arme atomique sont-ils à l’honneur . Mais cela aurait tout aussi bien pu servir à détourner l’attention des véritables objectifs de l’URSS : l’espace.

  • 60 Vestnik Voždusnogo Flota, N°s 1 à 9, 1954 (Cette revue, fondée en 1918, continue de paraître, sous (...)
  • 61 Krasnaja Zvezda, 11 janvier 1955.

82Ainsi, simultanément aux séries d’articles sur l’atome publiés dans L’Etoile Rouge, la revue Le Messager de la Flotte Aérienne publiait-elle également une série d’articles – ou plus précisément une série de réponses à des questions de lecteurs – concernant l’énergie atomique60. Ces articles, signés par les mêmes auteurs que les articles de L’Etoile Rouge sur les mêmes sujets (Pokrovskij, Mihajlov, Arkhipov, Mkrycev) ont fait l’objet d’une publication sous forme de brochure, publication signalée par l’ Etoile Rouge au tout début de 195561.

83Mais ce sont surtout deux articles parus au cours de ce même mois de janvier 1955 qui vont montrer l’importance accordée, à l’époque, au vecteur aérien de l’arme atomique, l’un paru dans la Pravda, l’autre, dans L’Etoile Rouge.

84Le 7 janvier 1955, la Pravda publie un article du général-lieutenant N. Gritcin intitulé « ce que les « atomchtchiki »» américains ne doivent pas oublier ». Cet article, rédigé par le chef de la DOSAAF, de 1953 à 1960, et qui semble avoir fait toute sa carrière dans la direction politique de la PVO, constitue vraisemblablement le premier article traitant directement de l’éventualité d’une guerre atomique aérienne. Le fait que ce premier article paraisse dans la Pravda et sous la plume d’un officier politique et non d’un aviateur est significatif de l’importance politique que les dirigeants soviétiques à l’époque ont voulu donner à l’événement. Cet article se présente comme une réponse aux déclarations du général Gruenther, qui affirmait que la stratégie américaine exigeait « l’utilisation de l’arme atomique, que l’ennemi l’utilise ou non ». La réponse à cette déclaration atteint un degré de violence qui semblait ne plus avoir cours. En accusant les Etats Unis de réintroduire et d’adapter la théorie de la guerre éclair, l’article de Gritcin compare les généraux américains à Goering « le chef de l’aviation hitlérienne qui s’était une fois vanté que pas une bombe ne tomberait sur l’Allemagne ». Or, « ces « atomchtchiki » zélés devraient se souvenir que l’Union Soviétique dispose de tous les moyens nécessaires pour détruire ses agresseurs ».

85Après avoir rappelé, passage obligé de tous les articles sur de tels sujets à l’époque comme après, que l’URSS était en faveur de l’interdiction de l’arme atomique, qu’elle lutte pour la cause de la paix..., le général Gritcin conclut sur cette menace : « il serait bon que ceux qui sont obsédés par la fièvre atomique sachent que leur Blitzkrieg ne pourra se terminer que par un Blitzkrach ».

  • 62 Krasnaja Zvezda, 25 janvier 1955. Le terme « atomchtchik » est difficilement traduisible sinon par (...)

86Quelques jours après la publication de ce premier article, un colonel Emelin publiait, mais cette fois, dans L’Etoile Rouge un article sur « les avions porteurs de bombes atomiques »62. Politiquement moins agressif que le précédent, cet article du colonel Emelin n’en est pas moins extrêmement ferme, et peut-être même plus offensif sur le plan du rapport des forces militaires. Il rappelle ainsi la fonction des bombes atomiques telle qu’elle est conçue aux Etats Unis, mais la présentation de cette fonction n’exclut pas une conception, sinon identique, tout au moins similaire en URSS : les bombes atomiques sont considérées comme des moyens stratégiques et tactiques destinés à des frappes par surprise sur les principaux centres économiques et politiques, dans la profondeur des arrières afin de détruire la puissance économique de l’adversaire et la fermeté morale des populations ».

87Quant à la riposte soviétique, elle est encore plus précise dans l’article d’Emelin que dans celui de Gritcin : « Les Etats Unis veulent effrayer par le chantage les peuples pacifiques de l’URSS. Cependant, ses calculs sont voués à l’échec. Le peuple soviétique... sait que notre armée et notre flotte sauraient porter un coup destructeur à quiconque oserait porter atteinte à la liberté et à l’indépendance de la patrie. Pour les besoins de la défense, nous avons aussi bien l’arme atomique que celle à hydrogène, ainsi que tous les moyens de la porter là où cela sera nécessaire ».

88On peut tirer deux conclusions de ces deux articles qui marquent indéniablement un tournant dans la conception et la capacité d’assumer une guerre nucléaire pour l’URSS.

89La première, d’ordre politique, est que ces deux articles paraissent, on l’a vu, après certaines déclarations du général Gruenther, mais également après la réunion du conseil de l’Atlantique Nord de décembre 1954 et après l’envoi d’une note soviétique au gouvernement britannique concernant la présence d’appareils Thunderstreak porteurs de l’arme atomique sur le sol de Grande Bretagne. Il s’agissait donc, face à ce qui était perçu comme une nouvelle menace, de montrer que l’URSS n’avait pas peur de telles menaces, et par là, renforcer le moral des personnels et de la population. En d’autres termes, et surtout pour le premier de ces articles, on a affaire à des textes à usage essentiellement interne. On peut également s’interroger sur le point de savoir si l’on ne peut y voir aussi une offensive contre Malenkov qui se verra démis de ses fonctions de premier ministre au début du mois de février. On ne peut exclure une telle hypothèse.

  • 63 Les MiG 17 et 19, respectivement expérimentés en 1950 et 1953, ont été mis en service en 1952 et 19 (...)

90L’autre conclusion que l’on peut tirer de ces deux articles est d’ordre plus technique et militaire. Il s’agirait par ces deux textes de démontrer que l’URSS n’avait plus rien à craindre d’une offensive occidentale dans la mesure où, désormais, elle disposait des moyens de mener, elle aussi, une guerre atomique aérienne. Elle disposait de nouveaux modèles de chasseurs à réaction63, mais aussi et, surtout, de deux et peut être déjà trois, modèles de bombardiers à long rayon d’action, en offensive.

91Tous ces discours et ces réalisations techniques en matière aéronautique ne doivent cependant pas cacher la réalité. Cette réalité consiste à la fois en une faiblesse relative de l’aviation soviétique à l’époque et en une absence réelle de priorité dans ce domaine.

  • 64 Krasnaja Zvezda, 21 septembre, 9 et 14 octobre 1954.

92Sur la reconnaissance sous-jacente de l’infériorité technique de l’URSS, on peut trouver deux indices qui, rapprochés, montrent l’existence de certains éléments non encore parfaitement maîtrisés en URSS. Le premier de ces indices est la série d’articles de la rubrique scientifique et technique de L’Etoile Rouge consacrée aux radars. Cette série comporte trois articles traitant respectivement de la détection radar basée à terre, sur mer et dans les avions64.

  • 65 POLMAR (N), op. cit. p. 29 . On peut également rappeler qu’à la même époque, les Etats Unis install (...)
  • 66 En 1952, la PVO a été dotée de missiles sol-air. Cf. KIRIJAN (M), op. cit. p. 227.

93Le second indice est une remarque dans l’article du colonel Emelin qui affirme que, pour franchir le système anti-aérien (PVO), les Etats Unis doivent pouvoir disposer d’avions rapides et à long rayon d’action, mais cette constatation peut également être lue dans un sens autocritique. Il est, en effet, indéniable que, surtout pour ce qui concerne le Mya 4 et le Tu 16, ces deux conditions ne sont pas remplies. Outre une vitesse relativement faible (900 kmh), ces deux appareils ne peuvent prétendre atteindre le sol des Etats Unis qu’en passant par la voie septentrionale et donc en survolant le Canada où les Etats Unis ont installé tout un système de détection et d’interception65. En d’autres termes, si l’URSS affirmait pouvoir interdire la pénétration de son territoire par l’aviation américaine, la réciproque correspondait sans doute encore plus à la réalité66.

  • 67 KIRIJAN (M), op. cit. p. 263.

94Cela dit, on peut également considérer cette préoccupation pour les radars comme un élément essentiel pour le guidage des missiles en construction. De même en ce qui concerne les ordinateurs dont la production en série de la première génération commence en 1953 – avec la production du Minsk 1 – et leur utilisation adaptée aux besoins des différentes armées67.

95Enfin, cette série sur les radars, comme les deux articles sur la guerre aérienne, s’inscrivent indéniablement dans la perspective du perfectionnement et du renforcement du système de la PVO soviétique qui devient, en 1954, une arme à part entière, avec son commandement en chef – au même titre que l’armée de terre, de l’air et de la marine.

  • 68 Ibid. p. 236.

96L’autre élément conduisant à relativiser l’information, quantitativement relativement importante, sur l’aéronautique, se trouve dans l’organisation de l’Académie des Forces Aériennes, à l’époque. Certes, à la fin de 1953, « la part relative de l’armée de l’air dans la composition totale des forces armées soviétiques avait-elle triplé par rapport à la période de la fin de la guerre »68. Mais la formation des officiers ne paraît pas démontrer que des responsables politiques et militaires aient, à un quelconque moment, envisagé de donner à cette armée l’importance qu’elle avait aux Etats Unis dans la préparation d’une guerre nucléaire.

  • 69 SKOMOROHOV(N), Voenno-vozdusnaja Akademija im. Ju. A. Gagarina (L’académie de l’armée de l’air JU. (...)

97Ceci se remarque tant en ce qui concerne le choix du directeur de l’Académie que des programmes d’enseignement. En 1950, le général S.A. Peškov prend la direction de l’Académie, qu’il dirige jusqu’en 1956, c’est à dire durant les années essentielles pour le développement de l’aviation et notamment des bombardiers à long rayon d’action. Or, d’une part Peskov, qui est général-lieutenant, succède à un maréchal d’aviation, F. Ja. Falalaev, ce qui démontre indéniablement que la formation des aviateurs ne mérite qu’un intérêt moyen. Mais outre cette question de grade, les spécialités de ces deux officiers généraux constituent également un élément d’explication des priorités de l’époque. Le général Pesñkov commandait, avant de prendre la responsabilité de l’Académie, l’aviation de chasse de la PVO. En d’autres termes, il s’agissait vraisemblablement de mettre, alors, plus l’accent sur la défense du territoire que sur la conduite d’une guerre atomique aérienne. De plus, le successeur de Peskov, le général-colonel S.A. Krasovskij – il sera promu maréchal d’aviation en 1959 – ne paraît pas être plus porté sur l’aviation de bombardement que son prédécesseur dans la mesure où il paraît avoir plutôt fait sa carrière dans le direction politique de l’armée de l’air69. Cette impression de décalage entre l’apparition de certaines armes et la réalité se confirme si l’on observe les grandes orientations données à la formation des aviateurs au sein de cette Académie.

  • 70 Ibid. p. 83-85.

98En mars 1947, un nouveau programme d’étude est fixé. Il concerne en priorité les questions d’ordre tactico-opératif, prenant en compte les nouveaux types d’appareils et les nouvelles conditions de combat. On accroît également le volume des enseignements consacrés aux nouvelles techniques aéronautiques et balistiques, l’automatisation et l’électronique. On créé une chaire d’économie politique, on révise le cours de marxisme-léninisme en insistant sur l’expérience de la dernière guerre. En 1950, la direction de l’Académie se rend compte de certaines insuffisances dans cette préparation révisée et de nouvelles chaires sont créées, des chaires de tactique70.

99On le voit, rien dans ce plan d’étude ne peut laisser supposer que les Soviétiques aient sérieusement envisagé de donner à l’aviation un rôle stratégique fondamental dans une future guerre mondiale. Au contraire, elle semble devoir se cantonner strictement au champ de bataille et, à la rigueur, au théâtre d’opération. La multiplication des articles sur le sujet pourrait très bien ne jamais avoir été qu’un message à la population soviétique, mais surtout aux dirigeants américains, visant à démontrer à ces derniers que l’URSS dispose également des moyens nécessaires pour effectuer « une frappe destructrice » non seulement sur les objectifs militaires de l’adversaire, mais aussi sur ses centres de décision. Il se serait agi, en quelque sorte de crédibiliser un discours politico-stratégique.

  • 71 Entretien du maréchal Joukov avec les journalistes américains W. Hearst, Kingsbury Smith et F. Conn (...)

100Deux déclarations quasi simultanées de responsables militaires soviétiques sont de ce point de vue significatives de la place et du rôle que l’on souhaitait accorder à l’aviation dans une guerre atomique. La première est celle du maréchal Joukov, quelques jours avant sa nomination à la tête du ministère de la défense, dans un entretien qu’il accorde à trois journalistes américains. Faisant référence aux erreurs commises par Hitler au cours de la guerre, Joukov oppose l’aviation et l’artillerie et constate que les Allemands avaient sous-estimé le rôle de l’artillerie et surestimé celui de l’aviation. Or, « l’aviation est une arme trop délicate. Elle dépend beaucoup de facteurs tels que les conditions atmosphériques et différentes autres circonstances »71. En d’autres termes, si ce message s’adresse officiellement aux Etats Unis, il pourrait s’adresser tout autant aux aviateurs soviétiques qui réclamaient plus de moyens pour mener – comme les américains ? – une guerre atomique aérienne.

  • 72 Krasnaja Zvezda, 28 juillet 1988. L’article est consacré aux avatars de la carrière de Novikov, l’é (...)

101L’autre déclaration est celle du maréchal d’aviation A. Novikov, responsable de l’aviation à long rayon d’action depuis juin 1953. A l’occasion d’une « réunion du Comité Central tenue en février 1955, consacrée à la poursuite du renforcement de la capacité défensive de l’URSS » – une réunion dont on n’apprend l’existence que trente cinq ans plus tard –, Novikov prononce un discours sur la situation de l’aviation à long rayon d’action. Il affirme notamment : « Pour le moment, nous n’avons pas d’aviation à long rayon d’action... En réponse, on lui dit qu’il y a de nouveaux modèles expérimentaux d’avions stratégiques. Khrouchtchev insiste particulièrement sur les missiles balistiques pour lesquels il n’y a pas et il n’y aura pas d’objectif inaccessible ». Ce à quoi Novikov rétorquera que quelles que soient les qualités des missiles, ils ne remplaceront jamais l’aviation72.

102En fait, il semblerait que, comme la marine, l’aviation ait, dans l’esprit des militaires et des politiques soviétiques, d’abord une fonction défensive. Le renforcement de la PVO et sa « promotion » comme commandement autonome en 1954 en sont des signes d’autant plus évidents que, dans la hiérarchie des armées, cette nouvelle arme passe avant l’armée de l’air. Déjà, à l’époque, il semble que l’on attende les missiles balistiques qui « libéreront » l’URSS de ses contraintes de puissance continentale. Mais, en attendant leur mise en œuvre, il n’en demeure pas moins, pour préserver un minimum de crédibilité face à l’adversaire, que les dirigeants aient éprouvé le besoin de montrer que l’URSS pouvait faire aussi bien sinon mieux que les Etats Unis.

103Sur un plan plus général, en ce milieu des années cinquante, il est clair que l’on ne peut, de ce point de vue, sérieusement parler d’une dissuasion mutuelle, fût-elle implicite. Certes, les Etats Unis en ont-ils énoncé les premiers principes dans leur docrine de représailles massives. Mais la majorité des responsables politiques soviétiques les ont globalement rejetés. Il est alors évident que l’arme atomique reste pour l’URSS une arme « militaire » dont l’utilisation est parfaitement envisagée sur un champ de bataille. La présence, depuis 1954, d’armes nucléaires tactiques et même d’obus atomiques déployés sur le théâtre européen, ne peut que renforcer cette situation de non dissuasion mutuelle.

104Pour l’URSS au moins, et à l’époque, l’atome paraît n’avoir en rien changé ses principes de la « défense active », de la « contre-offensive » et de l’offensive, tout au moins pour ce qui concerne la ligne générale et officielle de sa stratégie.

* *
*

105Ainsi, dans cette première période que l’on peut qualifier de première étape de la succession de Staline et qui s’étend de la mort du généralissime à la démission de Malenkov en février 1955, le discours politico-stratégique tient plus compte de l’environnement international que des réalités stratégiques induites par les armements nouveaux. L’agressivité du discours en 1954, avec notamment l’émergence de la notion de « politique à partir d’une position de force » répond plus à l’accentuation de la tension qu’aux capacités de l’URSS à mener un nouveau conflit mondial. Derrière cette agressivité se cache une faiblesse indéniable voire une infériorité de l’URSS par rapport aux Etats Unis en ce qui concerne notamment les armes atomiques et leurs vecteurs.

106Ce n’est donc pas réellement un hasard si, bien qu’elle insiste sur son aviation stratégique, l’URSS se préoccupe alors plus de la défense de son territoire que d’offensive menée avec des armes qu’elle ne possède pas encore. Car, même si elle affirme pouvoir et vouloir atteindre les Etats Unis, il est évident que l’URSS ne peut en atteindre que les bases situées... en Europe ! C’est d’ailleurs à un tel conflit européen que l’URSS se prépare, même si le discours public affirme autre chose.

107Cette première période est donc encore très marquée par les conceptions stratégiques et politico-stratégiques en vigueur durant la Seconde Guerre mondiale. A partir de 1955, quelques unes de ces conceptions commenceront à être abandonnées pour faire place à une vision plus globale du futur conflit mondial.

Notes

1 Si l’on excepte deux articles, signés respectivement par les généraux d’armée Zaharov, Kurasov et un éditorial, publiés dans Krasnaja Zvezda des 13 mars, 17 mars et 18 avril 1953.

2 TALENSKIJ (N), « K voprosu o haraktere zakonov voennoj nauki » (La question du caractère des lois de la science militaire), Voennaja Mysl’, 9, 1953, p. 20-39. Des extraits de ce texte ont notamment été traduits et publiés dans SCOTT (H. et W.) The Soviet Art of War op. cit. p. 127-131.

3 SCOTT (H.et W.), The Armed Forces of the USSR, Boulder, Westview, 1979, p. 40.

4 KASIRIN (P), Roi’ Moral’nogo Faktora v Sovremennyh Vojnah (Le rôle du facteur moral dans les guerres actuelles), Moscou, Voenizdat, 1953, 145 p. et MARYGANOV (I), Peredovoj Harakter Sovetskoj Voennoj Nauki (Le caractère d’avant garde de la science militaire soviétique), Moscou, Voenizdat, 1953, 153 p.

5 PUHOVSKIJ (N), O Sovetskoj Voennoj Nauke, (La science militaire soviétique), Moscou, Voenizdat, 1953, 88 p.

6 Ibid. p. 18 et 85. Sur l’ensemble de l’ouvrage, le nom de Staline n’apparaît qu’une demi douzaine de fois.

7 Ibid. p. 84-85.

8 Ibid. p. 65.

9 Ibid. p. 80.

10 Ibid. p. 7.

11 Ibid. p. 81.

12 Ibid. p. 46.

13 Ibid. p. 48.

14 Ibid. p. 70.

15 Voennaja Mysl’ 9, 1953, art. cit.

16 Ibid. p. 30.

17 Voir notamment KOROTKOV (I), Voenno-Istoričeskij Žurnal, 4 1964, art. cit. ; BABAKOV (A), op. cit., chap. 2.

18 Voir notamment Akademija Genstaba, op. cit. p. 122.

19 Voir notamment l’article du maréchal VASILEVSKIJ (A), Krasnaja Zvezda, 23 février 1954 ; des colonels TIHONOV (I) et MAZOROV (S), le 28 février ou du général-lieutenant KOZLOV (M), le 16 février.

20 Krasnaja Zvezda, 26 juin 1954.

21 Ibid., 1 septembre 1954.

22 Sovetskie Vooružennye Sily, op. cit. p. 432. Après trente cinq ans, le quotidien de l’armée a donné des détails sur cette première et, semble-t-il unique, manœuvre en ambiance nucléaire qui se serait déroulée 14 septembre 1954 : col. (CR) V. ZMITRENKO, « Vzryv, o kotorom možno teper’ rasskazat’ » (L’explosion dont on peut maintenant parler), Krasnaja Zvezda, 29 septembre 1989..

23 Note de l’Ambassade de France à Berne du 24 juin 1954.

24 Krasnaja Zvezda, 10 août 1954.

25 MIL’STEJN (M), « Evropejskaja armija-orudie amerikanskih imperialistov » (L’armée européenne, un instrument de l’impérialisme américain), Propagandist i Agitator, 1 janvier 1954, p. 30-35. L’Etoile Rouge qualifiait déjà dans son numéro du 5 septembre 1953 la RFA « d’ennemi mortel de la France » et Malenkov reprend cet argument dans son discours au Soviet Suprême du 26 avril 1954.

26 MIL’STEJN (M), SLOBODENKO (A), « Reakcionnaja suscnost’ i avantjuristiceskij harakter sovremennyh teorii SSA (La nature réactionnaire et le caractère avanturiste des théories américaines actuelles), Propagandist i Agitator, 22, novembre 1954, p. 15-21.

27 Propagandist i Agitator, 22 nov. 1954, art. cit. p. 19.

28 STROKOV (A), MARYGNOV (I), « Ob osnovah sovetskoj voennoj nauki » (Les principes de la science militaire soviétique), Propagandist i Agitator, 2 janvier 1954, p. 43-54.

29 Ibid. p. 48-49.

30 SOKOLOV (I), « Roi’ čeloveka i tehnika v sovremennoj vojne » (Le rôle de l’homme et de la technique dans la guerre moderne), Propagandist i Agitator, 8 avril 1954, p. 24-30.

31 Ibid. p. 24.

32 Ibid. p. 25-26.

33 Ibid. p. 28. On retrouve ces mêmes préoccupations dans un article paru dans l’Etoile Rouge, le 18 août 1954.

34 ZABULAEV (N), « O roli vooruženij v sovremennoj vojne » (Le rôle des armements dans la guerre moderne), Propagandist i Agitator, 14 juillet 1954, p. 8-16.

35 Ibid. p. 11.

36 Akademija Genžtaba, op. cit. p. 118.

37 La dernière attaque publique contre Einstein remonte au mois de janvier 1953. Elle était signée du biologiste I.A. Jdanov, fils de l’ancien dauphin de Staline. Il fut également l’un des premiers à participer à la critique de Lysenko !.

38 La presse soviétique faisait à plusieurs reprises référence en 1988 et 1989 à cette période. Elle confirmait l’hypothèse que le « lysenkisme » n’avait pas touché la physique nucléaire – malgré certaines tentatives – grâce au rôle de Kurčatov qui a réussi à démontrer à un Staline, apparamment déjà convaincu que la physique nucléaire, dont dépendait la construction de la bombe atomique, était une chose trop importante pour se permettre une quelconque « fantaisie ». Voir notamment l’interview du « collaborateur et ami » de Kurcatov, l’académicien A.P. Aleksandrov « Kak delali bombu » (Comment on a fait la bombe), Izvestija, 23 juillet 1988. On retrouve la même interprétation chez l’académicien P. Kapica, Le Monde, 31 juillet 1988.

39 Krasnaja Zvezda des 24 et 27 décembre 1953.

40 Krasnaja Zvezda, 14 janvier 1954. On peut également relever que cet article est le premier à être consacré à cette question dans le quotidien de l’armée.

41 Krasnaja Zvezda, 26 février 1954.

42 Ces articles sont consacrés à la « réaction nucléaire » (4 mars), à la « physique des explosions nucléaires » (20 mars), à la « réaction thermo-nucléaire à l’hydrogène » (26 mars) et « au service de l’économie nationale » (7 avril).

43 Les Soviétiques inaugurent leur première centrale nucléaire, d’une puissance de 5000 Kwh, le 27 juin 1954 (Pravda, 1 juillet 1954).

44 Krasnaja Zvezda, 7 avril 1954.

45 Une autre série s’est intercalé entre ces deux séries consacrée aux questions atomiques. Elle comprenait trois articles, signés par le colonel de la garde N. Sulženko, et était consacré aux avions à réaction. Krasnaja Zvezda, 27 mars, 30 mars et 3 avril 1954 (voir plus loin).

46 Cette série comprend des articles publiés les 6,8, 13, 20 et 26 mai et les 4 et 10 juin 1954 dans la Krasnaja Zvezda.

47 Elle comprend quatorze articles dont la publication s’échelonne jusqu’au mois de janvier 1955.

48 Krasnaja Zvezda, 3 août 1954. On est, rappelons le, en 1954, c’est à dire l’année où d’une part les Etats Unis ont adopté la stratégie des représailles massives et, d’autre part où les conceptions de Malenkov sur la destruction de l’humanité ont été rejetées.

49 Krasnaja Zvezda, 4 août 1954.

50 Krasnaja Zvezda, 6 août 1954.

51 NAUMENKO (I), Atomnoe Oružie i Protivoatomnaja Zaščita (L’arme atomique et la protection anti-atomique), Moscou, Znanie, 1955, p. 30 (L’auteur fait ici vraisemblablement allusion à la base de l’OTAN installée en Turquie en octobre 1953, à la création de l’OTASE en septembre 1954 à la création des « forces d’autodéfense » au Japon en juillet 1954).

52 Ibid. p. 30.

53 On peut rappeler que la rubrique a été inaugurée le 24 décembre 1953 avec un article consacré aux « ondes radio » qui se rattache aux deux séries d’articles sur les radars.

54 Cette mise en service a conduit l’URSS à créer au sein de l’armée de l’air une unité de « l’aviation à long rayon d’action » (« Dal’naja Aviacija »), homologue du SAC américain, créé la même année. Cette coïncidence, non relevée dans les encyclopédies militaires soviétiques est par contre mentionnée dans un ouvrage encyclopédique est-allemand le Wörterbuch für Deutschen Militärgeschichte, Berlin, Militärverlag der DDR, 1985, T. 1, p. 499 (article Lufts-treitkräfte).

55 POLMAR (N), Strategie Weapons, New York, Crane & Russak, 1982, p. 19 et 29.

56 Voir notamment ZURKIN (V), KARAGANOV (S), KORTUNOV (A), « O razumnoj dostatoenosti » (De la suffisance raisonnable), SŠA, 12, décembre 1987, p. 30.

57 Cité dans COCKBURN, op. cit. p. 228.

58 Les données quantitatives sur ces trois appareils sont tirées de POLMAR (N), op. cit. p. 27-29 ; La puissance Militaire Soviétique, Paris, Bordas, 1984, p. 87-91 et Soviet Military Power, Washington, DoD, USGPO, 1981, p. 60-63.

59 Soviet Military Power, Washington, DoD, LJSGPO, 1987, p. 36-38.

60 Vestnik Voždusnogo Flota, N°s 1 à 9, 1954 (Cette revue, fondée en 1918, continue de paraître, sous le titre, depuis 1962, de Aviacija i Kosmonovtika.

61 Krasnaja Zvezda, 11 janvier 1955.

62 Krasnaja Zvezda, 25 janvier 1955. Le terme « atomchtchik » est difficilement traduisible sinon par une périphrase. Il corresppond aux « partisans du tout nucléaire dans les armées et de son usage massif dans une guerre ».

63 Les MiG 17 et 19, respectivement expérimentés en 1950 et 1953, ont été mis en service en 1952 et 1955.

64 Krasnaja Zvezda, 21 septembre, 9 et 14 octobre 1954.

65 POLMAR (N), op. cit. p. 29 . On peut également rappeler qu’à la même époque, les Etats Unis installent une base en Turquie et créent l’OTASE.

66 En 1952, la PVO a été dotée de missiles sol-air. Cf. KIRIJAN (M), op. cit. p. 227.

67 KIRIJAN (M), op. cit. p. 263.

68 Ibid. p. 236.

69 SKOMOROHOV(N), Voenno-vozdusnaja Akademija im. Ju. A. Gagarina (L’académie de l’armée de l’air JU. Gagarine), Moscou, Voenizdat, 1984, p. 78-79 et 113.

70 Ibid. p. 83-85.

71 Entretien du maréchal Joukov avec les journalistes américains W. Hearst, Kingsbury Smith et F. Conniff, le 7 février 1955, Pravda, 13 février 1955.

72 Krasnaja Zvezda, 28 juillet 1988. L’article est consacré aux avatars de la carrière de Novikov, l’épisode de 1955 constituant l’un de ces moments particuliers qui ont perturbé sa carrière.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search