Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Première partie. Le nucléaire, enjeu politique

Chapitre 3. La coexistence et l’atome

Texte intégral

1L’évolution de la réflexion politique sur l’arme et la guerre nucléaires est intimement liée à l’introduction progressive de la notion de coexistence pacifique dans le discours idéologique soviétique. Le parallèlisme entre ces deux évolutions conduit à s’interroger sur la pertinence du lien qui peut être effectué entre les initiateurs de cette notion et une authentique réflexion sur la guerre nucléaire, sur une stratégie spécifique et, par là, sur le concept de dissuasion.

2Si ce lien peut être effectué pour une période précise, en l’occurrence entre la fin des années quarante et le début des années cinquante, il faut néanmoins rappeler que cette notion de dissuasion – a été étrangère au discours stratégique officiel jusqu’à la fin des années soixante-dix. Qu’une telle affirmation puisse être nuancée est probable ; mais il est évident que si l’on se réfère uniquement au « dit » officiel, on ne peut que constater une contradiction évidente entre la dissuasion et le discours idéologique sur la guerre et l’armée en vigueur en URSS.

3Pour aborder cette question, il est nécessaire de revenir un peu en arrière, en l’occurrence à la fin des années quarante, au cours desquelles a été progressivement réintroduite l’idée de coexistence pacifique dans le discours idéologique et politique soviétique.

Les ébauches de la coexistence (1949-1953)

4Si, comme on l’a vu dans le premier chapitre, l’on peut estimer que, tant sur le plan du discours politique comme sur celui de la réflexion stratégique, l’explosion de la première bombe atomique n’a pas constitué une étape importante, il peut en être autrement concernant le discours proprement idéologique.

  • 1 Il faut attendre le mois de juillet 1988 pour qu’un responsable politique soviétique affirme que la (...)

5Il est indéniable que l’arme nucléaire a joué un rôle important dans l’adoption par l’URSS de la notion de coexistence pacifique qui deviendra, quelques années plus tard, la « ligne générale de la politique extérieure soviétique ». Il ne faut pas oublier en effet que le fondement même de cette notion, tout au moins dans sa « version » postérieure à la Seconde Guerre mondiale, repose sur une estimation du rapport des forces et de son évolution ; ou, plus précisément, de la corrélation des forces (Sootnošenie Sil) entre les deux systèmes opposés. Car si le rapport des forces concerne exclusivement le rapport physique ou quantitatif des forces militaires, le terme de corrélation inclut également, pour les Soviétiques, le rapport des « forces sociales » en présence. En d’autres termes, et les Soviétiques ne manquent jamais de le rappeler, la coexistence pacifique n’est rien d’autre qu’ une forme spécifique, à un moment donné, de la lutte des classes.1

6Ceci peut expliquer pourquoi, dans un premier temps le lien entre coexistence et atome ne peut être explicite dans le discours officiel. Mais la coïncidence de l’émergence de l’un et de l’autre tendrait à démontrer, au moins de façon sous-jacente, qu’il existe bien un lien entre les deux phénomènes.

7En fait, au moins jusqu’en 1952, ce n’est pas tant la coexistence pacifique qui est au centre des préoccupations idéologiques que l’idée de non-inévitabilité des guerres entre les deux systèmes. Mais les deux sont intimement liés, la dernière étant un élément indispensable à la justification de la notion de coexistence.

8En abordant cette question, on retrouvera ainsi une partie de l’argumentation développée par Varga en 1948 concernant les guerres entre les deux systèmes. Mais il faudra attendre le XXème Congrès pour que l’ensemble de son argumentation – qui concerne également les guerres inter-impérialistes – soit reconnue. L’essentiel, pour lors, réside bien dans cette reconnaissance de la possibilité d’éviter un conflit entre les deux systèmes, idée considérée comme héritique jusqu’alors.

Mlalenkov : l’initiateur

9C’est, semble-t-il, Malenkov qui lance « l’offensive » dans ce sens, et ce, à un moment où il semble être revenu dans les grâces de Staline. Il paraît évident qu’il existe une continuité entre les théories émises par Varga en 1948 et le discours de Malenkov de 1949. Mais il parait tout aussi évident que, à la différence de Malenkov, Varga, même en 1948, ne pouvait connaître l’état exact de la recherche dans le domaine atomique, tout au moins pas plus que ce qu’en avait dit Molotov l’année précédente. Il ne pouvait, par conséquent, pas réellement en tenir compte lorsqu’il énonce ses quatre « contre-tendances » conduisant à la non-inéluctabilité du déclenchement d’une guerre.

10Par contre, lorsque Malenkov reprend le même thème l’année suivante, en novembre puis en décembre, il est indéniable qu’il a eu à l’esprit le communiqué de TASS du 25 septembre. Certes, le climat international s’était-il très légèrement amélioré après la levée du blocus de Berlin comme s’était renforcée la perception d’un renforcement des positions du camp socialiste après la prise de pouvoir par les communistes en Chine. Mais, ce n’est sans doute pas un hasard si c’est à l’occasion de la première manifestation d’ampleur nationale suivant l’essai de la bombe atomique que certains dirigeants soviétiques commencent à aborder le sujet de la non-inévitabilité des guerres entre les deux systèmes.

11Bien sûr, il ne s’agit pas d’affirmer que, grâce à la bombe atomique, il est désormais possible de coexister pacifiquement. Deux raisons s’opposent à une telle interprétation. La première est qu’une telle conclusion s’apparenterait à l’adoption d’un concept de dissuasion mutuelle par l’arme atomique. Or, ce concept est encore, à l’époque, étranger à la réflexion stratégique, tant à Washington qu’à Moscou, non seulement parce que les deux superpuissances atomiques ne sont pas encore en état de s’équilibrer mais surtout parce que la bombe, alors, est encore considérée comme une arme qualitativement identique aux autres ; c’est seulement une arme plus puissante que les autres.

12La seconde raison est que l’arsenal nucléaire soviétique de l’époque n’est pas en état de se mesurer à l’arsenal américain. Sans même parler du nombre des projectiles atomiques disponibles de part et d’autre, l’URSS ne possède aucun vecteur susceptible de porter cette arme sur le sol de ce qu’elle considère comme son ennemi principal. Certes, il est possible que dès cette époque l’on ait pensé au temps où l’URSS disposerait de tels moyens et où ses forces nucléaires auraient rattrapé, voire dépassé celles des Etats Unis, c’est à dire à un moment où les Etats Unis pourraient hésiter à lancer une attaque contre le sol soviétique. Il fallait, dans cette perspective, préparer le terrain idéologique par un discours traitant des relations politico-militaires entre les deux superpuissances et leurs systèmes d’alliances respectifs.

13Quelles sont les différentes étapes de cette marche progressive qui aboutira à l’adoption officielle de la notion de coexistence pacifique et qui conduira certains, tels Malenkov, à raisonner progressivement en termes de stratégie et de dissuasion nucléaires.

  • 2 Bol’ševik, N° 21, novembre 1949, p. 11.

14Dans le discours qu’il prononce le 6 novembre 1949, à l’occasion du 32ème anniversaire de la Révolution d’Octobre, Malenkov reprend, on l’a vu certains des arguments de Varga en faveur de la non-inévitabilité des guerres. « Ce n’est pas nous mais les impérialistes qui doivent craindre une guerre. Que nous dit l’expérience historique ? Elle dit que la Première Guerre mondiale, déclenchée par les impérialistes, a conduit à la victoire de la Révolution d’Octobre dans notre pays. L’expérience historique nous dit ensuite que la Deuxième Guerre mondiale, déclenchée par les impérialistes a conduit à l’établissement de régimes de démocratie populaire dans une série d’Etats d’Europe centrale et du sud-est, a conduit à la victoire du grand peuple chinois. Peut on douter que si les impérialistes déclenchaient une troisième guerre mondiale, cette guerre serait la tombe non pas de quelques pays capitalistes mais de tout le capitalisme mondial »2.

  • 3 MALENKOV (G), « Tovarišč Stalin-Vožd progressivnogo čelovečestva » (Staline, guide de l’humanité pr (...)

15Six semaines plus tard, pour célébrer le 70ème anniversaire de Staline, Malenkov consacrait la première moitié de son discours à se référer aux déclarations de Staline en faveur de la coexistence, de la coopération et de la compétition pacifiques entre les deux systèmes3.

16Malgré cela, l’année suivante, la progression de l’idée de coexistence subit un net retrait du discours politique officiel. Cette éclipse est indéniablement liée à la guerre de Corée qui éclate en juin et au retentissement de ce conflit non seulement sur les relations soviéto-américaines, mais également sur les relations entre l’Europe occidentale et l’URSS. Il n’était, dans ces conditions, pas véritablement opportun de rappeler ou d’appeler à la coexistence pacifique.

  • 4 Comptes rendus sténographiques des sessions du Soviet Suprême de 1950 et 1951.

17Par contre, 1951 a sans doute été l’année du véritable départ des thèmes de la non-inévitabilité des guerres et de la coexistence pacifique. Sur ce point, le rappel du général McArthur a, parmi les causes externes, joué un rôle certain dans la très légère ouverture qui se fait jour cette année là et qui permet d’entr’ouvrir les portes de la négociation. Il s’agissait, par conséquent pour l’URSS de présenter sa ligne nouvelle de la façon la plus favorable possible. Ceci paraissait d’autant plus important que, sur le plan interne, les problèmes du réarmement de l’URSS et de l’augmentation du budget militaire, grévait lourdement le développement de l’économie civile. Le chiffre officiel de la part des dépenses militaires dans le budget de l’URSS est en effet passé de 18,5 % en 1950 à 21,3 % en 19514.

18A la différence des périodes antérieures, à partir de ce moment, le discours sur la coexistence ne subira plus d’éclipse, quelles qu’aient pu être les vicissitudes des relations est-ouest. Pourtant, un certain nombre d’incidents intervenus dans la presse soviétique tend à montrer que ce nouveau discours – on ne peut encore véritablement parler de nouvelle politique – ne faisait pas encore l’unanimité dans la classe politique. Un exemple flagrant de ce changement se situe au printemps 1951. Le 29 avril 1951, la Pravda publie un compte-rendu du tome 13 des œuvres de Staline, insistant sur la nature agressive de l’impérialisme.

  • 5 Pravda, 16 mai 1951 (Le tome 13 se rapporte aux textes publiés entre 1930 et 1934).
  • 6 STALIN (I) op. cit. T. 3 (XVI), p. 179 (interview à la Pravda).

19Or, quelque deux semaines plus tard, la même Pravda publie un autre compte-rendu de ce même tome 13. Mais il met cette fois l’accent sur une citation de Staline affirmant que « ni le peuple ni le gouvernement de l’URSS ne souhaitent en aucune façon et en aucune circonstance un conflit avec les Etats Unis »5. Le ton est ainsi nettement moins agressif que ce que disait Staline dans une interview publiée le 17 février précédent et à qui on demandait s’il estimait qu’une nouvelle guerre mondiale était inévitable et qui répondait : « Non. Au moins actuellement, on ne peut la considérer comme inévitable »6. Mais progressivement, vraisemblablement à partir du mois de mai 1951, ce discours agressif disparaît, malgré les réticences de certains, notamment de Molotov, qui semblent n’avoir jamais accepté la notion de coexistence. On remarque ainsi que, même si le XXème Congrès du PCUS a consacré et officialisé la « coexistence pacifique comme la ligne générale de la politique extérieure soviétique », cette ligne était déjà bien intégrée par la majorité des dirigeants politiques dès le début de la décennie.

Staline et la coexistence

20L’année 1952 a été marquée par deux événements majeurs sur le plan idéologique : la publication du dernier ouvrage de Staline et la réunion du XIXème Congrès du PCUS. Ces deux événements, sans véritablement préciser quant au fond le contenu de ces deux thèmes, coexistence et non inévitabilité des guerres, ont néanmoins servi à faire progresser le processus de leur officialisation. Sur un plan plus formel, ils ont également permis de montrer qui et quelle « tendance », au moins jusqu’en... mars 1953, avait les faveurs de Staline.

21Dans son dernier ouvrage, Les Problèmes Economiques du Socialisme en URSS, Staline revient sur une des questions qui avait déjà été abordée par Varga en 1948 et partiellement reprise par Malenkov en 1949 : la question de l’inévitabilité des guerres – et de leur non-inévitabilité – à l’époque de l’impérialisme. Dans la conjoncture de 1952, sans que l’on puisse encore parler de « dégel » ou de « détente », le dialogue ou plutôt l’idée d’un dialogue possible, entre les deux camps apparaît progressivement. Dans cette conjoncture, Staline va donc dissocier les guerres inter-impérialistes des guerres entre les deux systèmes.

  • 7 Ibid. p. 227.

22Pour les premières, il maintient les conceptions « classiques », reprenant, en les critiquant, les conceptions de Varga de 1948, mais sans citer son nom. Il affirme ainsi : « on aurait tort de croire que [l’Europe occidentale et le Japon] supporteront sans fin la domination et le joug américain ». De cette considération, il conclut que nécessairement, un conflit devra éclater entre ces pays et les Etats Unis7.

  • 8 Ibid. p. 229 . En affirmant cela, Staline avait il à l’esprit cette déclaration faite par celui qui (...)
  • 9 Ibid. p. 230.

23Staline est par contre beaucoup plus nuancé en ce qui concerne les guerres entre les deux systèmes antagonistes. Il reprend sur ce point précis l’argumentation qui avait été développée par Malenkov en 1949, laquelle, on l’a vu, s’inspirait, elle-même, des conceptions de Varga. Staline affirme ainsi en 1952 : « On dit que les contradictions existant entre le capitalisme et le socialisme sont plus fortes que celles existant entre les pays capitalistes. Théoriquement, cela est juste, bien sûr ». Mais deux éléments – qui sont deux des éléments constitutifs de la notion de coexistence pacifique – viennent perturber cette théorie : le changement intervenu dans le rapport des forces et le facteur social. Il en découle donc selon Staline d’une part que « la guerre contre l’URSS doit nécessairement poser la question de l’existence même du capitalisme ». D’autre part, « les capitalistes, bien qu’ils proclament à des fins de propagande l’agressivité de l’Union Soviétique, n’y croient pas eux-mêmes puisqu’ils tiennent compte de la politique de paix de l’Union Soviétique et savent que l’URSS n’attaquera pas d’elle-même les pays capitalistes »8. Staline conclut son développement en affirmant que « l’inévitabilité des guerres entre pays capitalistes reste entière »9. Si sa position est nette en ce qui concerne cette catégorie de guerres, il ne dit par contre rien en ce qui concerne les guerres entre les deux systèmes. Ceci peut alors être considéré comme un élément de réponse, laissant sous-entendre que cette catégorie de guerres n’est, elle, plus inévitable. Une première étape dans la progression du discours idéologique est ainsi franchie.

24Le second élément montrant le changement de ligne est plus formel. Staline, dont l’état de santé préoccupait régulièrement les chancelleries occidentales à Moscou, n’a pas présenté lui-même le rapport du Comité Central au XIXème Congrès, le premier congrès depuis la guerre (le précédent remonte à 1939). C’est à Malenkov qu’il confie cette tâche. Ceci pourrait donc laisser supposer que, au moins en octobre 1952, Staline considérait Malenkov comme son successeur. Or, Malenkov était, on l’a vu, ouvertement engagé dans une ligne modérée ou tout au moins réaliste tant en matière de politique intérieure que de politique internationale.

25Staline eut-il vécu plus longtemps, aurait-il continué de favoriser cette ligne ? On ne peut l’affirmer. Ce qui est par contre évident, est que la mort de Staline a indéniablement levé un obstacle essentiel à une réponse occidentale aux tentatives d’ouverture, au moins rhétoriques, lancées par les Soviétiques.

  • 10 Pravda, 10 mars 1953.

26Au cours des funérailles de Staline, Malenkov, comme Beria, ont confirmé qu’ils entendaient poursuivre cette ligne de coexistence. En cette occasion, Malenkov affirme notamment que « L’URSS a mené et mène une politique constante de lutte contre la préparation d’une nouvelle guerre, pour une politique de coopération internationale, de développement des relations commerciales avec tous les pays, une politique fondée sur la position maxiste-léniniste-staliniste de possibilité d’une coexistence durable et de compétition pacifique des deux systèmes différents, le capitaliste et le socialiste »10.

27L’écho de ce discours interviendra, on l’a vu, très rapidement du côté occidental. De même, la notion de coexistence et son imbrication dans le discours politique et stratégique prendra toute son ampleur dans les mois qui ont suivi la mort de Staline.

Officialisation et précision de la notion (1953-1955)

28Sur le plan idéologique, le « déblocage » de la situation internationale au printemps de 1953, se traduit par une généralisation du discours sur la coexistence pacifique. Jusqu’en 1952-53, il était le fait des « modérés », derrière Malenkov. A partir de la mort de Staline, avec certes des nuances, la quasi-totalité des dirigeants se rallie à cette notion nouvelle qui se développe parallèlement à la dynamique de la « libéralisation » à l’intérieur.

La mort de Staline

29Certes, la mort de Staline d’une part, le remplacement de Truman par Eisenhower d’autre part, ont-ils facilité l’introduction de la coexistence pacifique dans le discours, comme dans les « mœurs » diplomatiques. Mais il ne faut pas oublier non plus que cette notion est essentiellement fondée sur l’appréciation du rapport des forces entre les deux systèmes et qu’elle est avant tout une forme spécifique de la lutte des classes.

30La fin de la guerre de Corée, l’expérimentation de la bombe H ont indéniablement été des éléments qui ont facilité le passage de la théorie à la pratique de la coexistence, tout autant que la reprise du dialogue à quatre dès le début de 1954.

31En 1953, le ton général du discours sur la coexistence reste, formellement, encore très marqué par le vocabulaire stalinien et kominformien. Il est dans une large mesure plus proche de la vision d’un Molotov que de celle développée par Malenkov puis par Khrouchtchev. Il s’en dégagera progressivement, jusqu’à son officialisation par le XXème Congrès comme « ligne générale de la politique extérieure soviétique ».

  • 11 « Za procvetanie našej rodiny, za mir vo vsem mire » (Pour la prospérité de notre patrie, pour la p (...)

32La livraison du mois de mai de la revue théorique du CC est de ce point de vue tout à fait représentative de cet état d’esprit. Deux mois après la mort de Staline, un mois après le discours d’Eisenhower, mais deux mois avant l’armistice en Corée, le titre de l’éditorial de ce numéro fait plus penser à un slogan du Kominform qu’à une véritable ouverture : « pour la prospérité de notre patrie, pour la paix sur toute la terre ». Cet éditorial se termine d’ailleurs sur ces termes : « menant constamment une politique de coexistence pacifique avec tous les Etats, l’Etat soviétique reste en même temps vigilant pour préserver les conquêtes des travailleurs de l’URSS et renforcer sa capacité défensive... Le renforcement de la défense de l’Union Soviétique est un rempart pour la paix et répond aux intérêts vitaux de toute l’humanité »11.

  • 12 NIKONOV (A), « Vnesnjaja politika SSSR-politika mira » (La politique étrangère de l’URSS est une po (...)
  • 13 Ibid, p. 29.

33Mais dans le même numéro de cette revue, un autre article, signé cette fois, développe largement l’aspect international de cette conclusion et énonce les éléments constitutifs de la coexistence pacifique12. Selon cet article, il existe ainsi un certain nombre de « facteurs sur lesquels les capitalistes ne peuvent pas ne pas compter » ; des facteurs qui renforcent la situation internationale de l’URSS et qui « rendent possible la coexistence pacifique des deux systèmes »13.

34Ces facteurs sont, on va le constater, tous déterminés par la seule Union Soviétique qui, en quelque sorte se présente en maîtresse du jeu international. Il s’agit de :

  • « la puissance économique et politique croissante de l’URSS ;
  • l’unité morale et politique du peuple soviétique et sa fidélité au PCUS ;
  • l’unité et l’amitié indestructibles des peuples du pays des soviets ;
  • de la politique extérieure du gouvernement soviétique ;
  • de la puissance des forces armées toujours prêtes à porter un coup destructeur à tout agresseur ; et
  • du renforcement continu du camp de la paix, de la démocratie et du socialisme ».
  • 14 Ibid. p. 29 (souligné par nous).

35Et l’auteur de l’article de conclure cette liste par cette affirmation que « ces facteurs constituent une force qui dissuade (sderživaet) les impérialistes, qui maîtrise leur tendance à la guerre contre l’Union Soviétique, et créé de réelles possibilités de coexistence pacifique »14.

36La question qui se pose ici est de savoir dans quelle mesure l’utilisation du terme sderživanie et sa traduction par « dissuasion » est un reflet exact de la reflexion stratégique ou bien si cette traduction constitue un anachronisme.

Malenkov et la dissuasion

  • 15 Il est évident que l’adoption du concept de représailles massives fondé sur le principe de la dissu (...)

37Du point de vue de l’évolution des conceptions stratégiques à l’âge nucléaire en général, il est indéniable que, en 1953, parler de dissuasion est encore prématuré. La première doctrine stratégique faisant explicitement et officiellement appel à la dissuasion ne sera proposée que quelques mois plus tard par J. Foster Dulles. Certes, l’idée de dissuasion n’est-elle pas née avec l’arme atomique et, par conséquent, parler en soi de dissuasion en 1953 n’est pas un anachronisme. Par contre s’il s’agit de dissuasion nucléaire, et à plus forte raison de dissuasion mutuelle, on peut douter de son bien-fondé15. Et ce, d’autant plus que dès le moment où les Etats Unis vont intégrer le principe de dissuasion dans leur concept stratégique, l’URSS ne cessera de le condamner. Mais, à l’inverse, si l’on se situe dans la perspective de la conception alors en vigueur du rapport des forces en présence, cette idée peut avoir sa logique, surtout si on la rapporte au discours malenkovien.

38On peut, en effet, replacer cette conclusion dans la perspective du discours de Malenkov du 12 mars 1954. On a vu que Malenkov avait sans doute été, de tous les dirigeants soviétiques, le seul qui aurait pensé l’arme atomique en termes effectivement de stratégie militaire ou tout au moins qui, dès 1949, aurait compris que cette arme allait changer non seulement les formes de la conduite des guerres mais également leur nature.

  • 16 Entretien avec D. HOLLOWAY qui se référait à l’ouvrage Vospominanija o Kurcatove (Souvenirs sur Kur (...)

39Les considérations de Malenkov de mars 1954 sur la « destruction de la civilisation » découlent de cette approche stratégique. Il aurait été, sur ce point, influencé par deux facteurs. Le premier aurait été le compte-rendu qui lui été fait de l’essai thermonucléaire d’août 1953. L’assistant de Kurčatov qui avait assisté à l’explosion aurait été particulièrement impressionné par la puissance de cette arme nouvelle et ses effets considérables. Il aurait fait partager cette impression au premier ministre . Sa déclaration de mars 195416 aurait ainsi été le résultat de sa réflexion quant aux conséquences énormes qu’aurait l’utilisation de l’atome dans une guerre mondiale, indépendamment de toute considération d’ordre idéologique. Car, il est indéniable qu’en termes de stricte orthodoxie marxiste-léniniste, Khrouchtchev est dans la ligne et Malenkov un « révisionniste ».

  • 17 Entretien avec A. Horelick (Rand Corp. /UCLA), avril 1989. Même si l’ambassadeur américain à Moscou (...)

40L’autre élément qui aurait conduit Malenkov à considérer qu’une guerre atomique ne pourrait conduire qu’à un suicide généralisé aurait été le discours de Foster Dulles de janvier 1954. En adoptant le concept des représailles massives et le principe de la dissuasion, certains considèrent que les Etats Unis auraient fait un « cadeau » à Malenkov et à l’URSS17 : par l’adoption de leur nouvelle doctrine stratégique, les Etats Unis reconnaissaient implicitement que les deux superpuissances ont une égale capacité dissuasive et ont acquis les capacités de se détruire mutuellement. Malenkov aurait alors saisi l’occasion qui lui avait été offerte pour lancer l’idée d’interdiction de la guerre par l’atome, offerte par les Etats Unis.

41Ainsi, impressionné par les effets de la nouvelle bombe d’une part et flatté par la reconnaissance de fait par les Etats Unis des capacités nucléaires de l’URSS, Malenkov, sans pour autant utiliser le terme, aurait alors conclu à l’établissement d’une situation de dissuasion mutuelle entre les deux Etats qui auraient les capacités – tout au moins potentiellement – de se détruire mutuellement mais aussi de détruire toute vie sur terre.

42Il faudra pourtant attendre la fin des années soixante pour que l’URSS affirme rechercher la parité et non plus la supériorité militaire. Jusqu’alors, même après la chute de Khrouchtchev, l’argument de la seule supériorité militaire – et donc pas seulement une supériorité globale, incluant également les « forces sociales » – est avancé haut et fort par les Soviétiques. En 1953, on est donc au tout début de cette période d’un triomphalisme qui ne s’affirme pas encore explicitement. Cette conception a indéniablement facilité l’introduction de la notion de coexistence comme nouveau concept « opérationnel » de l’idéologie soviétique.

  • 18 De plus, les bureaux d’études et de recherches nucléaire ne dépendent pas encore de ministères des (...)
  • 19 La plupart des auteurs militaires soviétiques, et notamment Sokolovskij dans son Manuel, datent l’e (...)

43Cela dit, même si l’introduction de la coexistence ne se réfère pas explicitement à l’arme atomique, il n’en demeure pas moins que sa promotion, d’une part suit assez exactement les progrès effectués dans le domaine atomique ; d’autre part est effectuée par ceux qui sont, directement ou indirectement, responsables du programme nucléaire soviétique. En 1949, on l’a vu, c’est Malenkov qui, juste après l’annonce de l’expérimentation de la bombe A, est le premier dirigeant politique à faire référence à la coexistence possible entre les deux systèmes. De plus, Beria, responsable des recherches dans ce domaine, est également l’un des promoteurs de cette nouvelle ligne18. La coïncidence se reproduit en 1953 avec la bombe H. Mais cette fois, c’est la quasi-totalité de la classe politique qui soutient le « dégel diplomatique ». Enfin, l’officialisation de la coexistence intervient au moment du XXème Congrès, c’est à dire qu’elle coïncide sans doute avec les premières expérimentations – vraisemblablement manquées – des missiles balistiques intercontinentaux19.

44Il s’agit par conséquent d’un sentiment de puissance potentielle mais non encore effective. Il n’était, dans ces conditions, pas possible de lier explicitement coexistence et atome. En effet, la première n’est concevable, à l’époque, que dans la perspective d’une supériorité du « camp socialiste » – qualifié également de camp de la paix ou de la démocratie – sur le « camp impérialiste », considéré comme intrinsèquement belligène.

45Or, selon le raisonnement avancé avec ostentation dans les années cinquante, c’est par sa supériorité, dans les domaines à la fois politique, social et militaire que l’URSS peut imposer la paix au monde. Même si cette conception reste inchangée, son mode de présentation, à partir de la fin des années soixante, en sera radicalement modifié. Le discours soviétique insiste, au moins jusqu’à la fin des années quatre-vingt, sur la parité militaire mais qui, ajoutée aux forces politiques et sociales, conduit de fait à une « supériorité sociale du camp soviétique ». On retrouve ce même type de raisonnement avec la notion de victoire dans une guerre nucléaire.

46Quoiqu’il en soit, dans les mois qui ont suivi la mort de Staline, le thème de la coexistence pacifique occupe une place considérable dans le discours politique soviétique. Un tel discours peut également être considéré comme un élément qui servira de base au discours explicitement triomphaliste qui apparaît au lendemain du lancement du premier satellite artificiel soviétique, en octobre 1957.

47En effet, en 1953-54, l’URSS ne pouvait guère faire preuve d’un triomphalisme excessif, compte tenu d’une réelle infériorité dans le domaine économique mais aussi dans le domaine militaire. Dans ce dernier domaine, si la supériorité soviétique était quantitativement reconnue en matière d’armements terrestres, il n’est pas certain que, dans l’hypothèse d’un conflit entre les deux systèmes, et notamment si ce conflit avait débordé le continent européen, cette supériorité eut été suffisante pour compenser la maîtrise des airs détenue par les Etats Unis. Et ceci surtout si les Etats Unis décidaient de mettre en œuvre l’arme atomique. Cela dit, si l’URSS avait envisagé l’hypothèse, très vraisemblable d’un conflit limité au continent européen, les forces soviétiques gardaient indéniablement une position favorable.

48On peut par conséquent se demander si, au moins dans un but strictement interne, il n’était pas nécessaire, pour les dirigeants soviétiques d’insister sur leur supériorité. De telles considérations ont indéniablement été à la source de la promotion du discours sur la coexistence pacifique. On constate en effet que plusieurs auteurs soviétiques ont argumenté leurs discours sur la coexistence et sur la supériorité militaire soviétique en se fondant sur une appréciation occidentale selon laquelle la politique de dégel de l’URSS serait une marque de faiblesse de sa part.

49D’une part, il ne saurait être question que les Soviétiques admettent une telle situation, aussi plausible qu’elle ait pu être. D’autre part, il est indéniable que le discours sur la coexistence – en 1921-27, comme au début des années cinquante, puis de 1965 à 1975, et enfin tout à fait explicitement à partir de 1986-87 – correspond à une période où l’URSS cherche à reconstituer ses forces et sa puissance, tant sur le plan économique que militaire, après une période de crise ou de conflit. Il s’agit implicitement – et c’est ce que Lénine et Gorbatchev ont explicitement reconnu – d’apaiser les tensions internationales afin de pouvoir se consacrer pleinement au développement du potentiel interne de l’URSS. Potentiel économique certes, mais également potentiel militaire, l’un et l’autre étant intimement – et idéologiquement – liés, même s’il n’a jamais été question de sacrifier le second au premier.

  • 20 Discours au Soviet Suprême du 8 août 1953.

50Si le slogan n’était pas anachronique, on pourrait dire que dès la mort de Staline, l’URSS cherche à « passer d’un mode quantitatif à un mode qualitatif de développement ». C’est en effet à partir de 1953 que Malenkov remet en cause – sans pour autant l’abandonner – le primat de l’industrie lourde sur la production des biens de consommation20 et, dans les années suivantes, notamment à partir de 1955 que l’on envisage de réduire les effectifs de l’armée soviétique (voir chapitre 8).

51Pour revenir plus directement à la coexistence pacifique, il semble que la conjoncture internationale, mais également l’évolution de la situation interne, aient conduit à une réévaluation de la place relative de la coexistence pacifique entre 1953 et 1954.

52La mort de Staline a, on l’a vu, agi comme un « décompresseur » et a conduit à un phénomène d’escalade de « libéralisation » tant à l’intérieur qu’en matière diplomatique. 1954 a pu conduire à replacer les choses dans leurs « justes » proportions.

Le recul de 1954

53Après une phase d’euphorie et d’engagement ou de reprise du dialogue avec ce qui, peu de temps auparavant, était considéré comme l’ennemi irrémédiablement principal, la stabilisation de la situation tant diplomatique qu’interne a conduit à une réévaluation générale du discours.

54Jusqu’au début de 1954, les événements internationaux tels l’armistice de Pan Mun Jonh, la décision prise en juillet 1953 d’organiser, pour la première fois depuis 1948, une conférence qui réunirait les quatre « Grands » à Berlin, en janvier 1954, ont été autant d’éléments qui ont conforté le discours de coexistence pacifique. Sur le plan interne, entre la volonté d’ouverture affichée par Malenkov, l’expérimentation de la bombe H a permis aux Soviétiques de se convaincre qu’ils étaient désormais sinon les plus puissants, tout au moins suffisamment forts pour se permettre de mener une politique d’ouverture puisque tel est en fait le fondement et la justification idéologique de la coexistence.

55Or, sur ces deux points, interne et international, les événements de 1954 ont conduit les Soviétiques à marquer un coup d’arrêt dans leur discours d’ouverture qui avait peut-être un peu rapidement fait oublier la nature intrinsèquement belligène de l’impérialisme.

56L’échec relatif de la conférence de Berlin, le discours de Dulles sur les représailles massives, le rejet, en août, de la CED compensé par la signature des Accords de Paris, l’intervention militaire américaine au Guatémala (juin) ou la mise en place d’une base militaire américaine en Turquie, la création de l’OTASE (septembre), ont été autant d’éléments qui ont conduit l’URSS à durcir sa position antérieure et même à reprendre un discours que l’on croyait oublié, sur « l’encerclement capitaliste ».

  • 21 On peut s’interroger sur le sens de la déclaration de Joukov du 7 février 1955. Lorqu’il affirme qu (...)

57Sur le plan interne, le durcissement intervient parallèlement aux premiers reculs de la position de Malenkov au sein du groupe dirigeant. Ceci conduit alors à se demander s’il ne s’agirait pas là d’un moyen, adopté par les « khrouchtchéviens », alliés aux conservateurs (Molotov), visant à isoler de plus en plus un premier ministre qui était l’initiateur et le véritable promoteur de la coexistence pacifique mais aussi l’un des premiers et peut-être même le seul à avoir tenté de penser la bombe en termes authentiquement stratégiques21.

58On constate en effet que les premiers retraits des positions de la coexistence interviennent à partir de la campagne pour les élections au Soviet Suprême. Une telle corrélation est confirmée par l’ensemble de la littérature politique de l’époque où l’on voit apparaître un « rival » ou une « compensation idéologique » de la coexistence avec l’émergence d’une notion nouvelle, celle de « politique à partir d’une position de force » (sur ce dernier point, voir plus loin).

59Une question se pose toutefois à propos des discours de Malenkov datant de cette époque. Celui-ci ne mentionne la coexistence ni dans son discours électoral ni dans celui au Soviet Suprême. Il parle par contre de « compétition » et de « coopération » entre les deux systèmes. A l’inverse, Khrouchtchev aborde directement la question de la « coexistence pacifique durable entre les deux systèmes ». Cette absence de mention de la coexistence chez Malenkov est-elle le reflet d’un retrait par rapport à Khrouchtchev à qui il laisserait le rôle dominant dans la promotion de cette notion ? Ou bien s’agit-il au contraire d’une avancée qualitative consistant à dépasser l’expression d’un terme devenu, par effet de redondance, slogan politique, au détriment de son contenu. En d’autres termes, s’agirait-il dans le discours de Malenkov d’une volonté de passage de la théorie à la pratique ?

60Cette dernière hypothèse est, en effet, devenue réalité dans les années soixante et soixante-dix, lorsque l’on considérait que « la coopération mutuellement avantageuse » était un degré supérieur des relations entre Etats à systèmes sociaux différents. Il n’est pas certain pourtant que cette idée de progression de la notion ait pu s’appliquer en ce milieu des années cinquante.

61De plus, en ce qui concerne la littérature politique, et notamment la revue théorique du CC, il est évident que la priorité n’est plus à la reprise du dialogue entre l’est et l’ouest. A partir de la session du Soviet Suprême et tout au long de l’année 1954, il s’agit plutôt de montrer que, même si le dialogue est engagé, il reste encore de nombreux obstacles à surmonter et que l’impérialisme reste l’impérialisme. Si coexistence signifie relâchement de la tension, elle ne saurait signifier relâchement de l’attention de l’URSS face à ce qu’elle considère comme une politique hostile à son égard.

  • 22 Voir notamment Kommunist, Nos 6, 11, 16, 18 de 1954.

62Dans quelques articles parus en 1954 et dans lesquels on aurait pu s’attendre à voir développé le thème de la coexistence, on constate au contraire que l’on insiste plus sur ce qui divise que sur ce qui rapproche les deux camps22.

  • 23 Si l’on compare les mots d’ordre lancés pour les défilés du 1 mai 1953 et 1954, on constate un chan (...)
  • 24 « Dviženie čelovečestva k socializmu neodolimo » (Le mouvement de l’humanité vers le socialisme est (...)
  • 25 Ibid. p. 9.

63Ainsi, dans un éditorial du Kommunist analysant les mots d’ordre qui doivent être lancés le premier mai suivant23, la coexistence n’est-elle pas mentionnée, sinon sous cette forme très indirecte selon laquelle « l’Union Soviétique cherche sans cesse la réduction de la tension internationale, le renforcement de la paix pour tous les peuples, le développement des relations d’affaires avec les autres Etats »24. La seule mention explicite de la coexistence est, en fait, une mention négative : « les dirigeants impérialistes ont toujours cherché à faire échouer la coexistence pacifique et la compétition économique avec le camp socialiste parce que, dans cette compétition, le système socialiste démontre sans cesse sa supériorité »25.

64On est, on le constate, assez éloigné des discours des mois précédents qui étaient, au moins sur ce point, beaucoup plus conciliants, même s’il était – et cela l’est toujours- hors de question de revenir sur la conception officielle de la nature de l’impérialisme.

65Les raisons de ce changement semblent se trouver dans les articles de cette même revue qui paraissent dans les mois suivants. Le discours de Foster Dulles sur les représailles massives a joué dans ce changement un rôle indéniable ; tout comme a joué, sur un plan plus européen – et donc plus immédiat pour l’URSS – les débats autour de la CED puis la signature des accords de Paris.

  • 26 SEREGIN (V), « Uroki istorii i bor’ba za mir » (Les leçons de l’histoire et la lutte pour la paix), (...)
  • 27 Ibid. p. 90.

66Ainsi, l’article qui, sous le titre « les leçons de l’histoire et la lutte pour la paix », commémore le 40ème anniversaire du début de la Première Guerre mondiale consacre-t-il fort peu de place à la coexistence. L’auteur de cet article se limite à citer un extrait du discours de Malenkov au Soviet Suprême abordant la « coopération pacifique » entre les deux systèmes qui détermine la politique extérieure de l’URSS26. Mais tout le reste de l’article est consacré à démontrer l’impossibilité de cette coopération. Il compare ainsi – mais il y a eu, dans la presse soviétique des comparaisons pires ! – la politique américaine à la politique allemande à la veille de la Première mais aussi de la Seconde Guerre et la « politique à partir d’une position de force » à la politique wilhelmienne27.

67Il considère également que la constitution des blocs et des alliances militaires a, dans l’histoire, toujours été le prélude au déclenchement d’un conflit, comme le démontrent les alliances de 1879, de 1891 et de 1907 qui ont directement conduit à la Première Guerre mondiale. L’objectif visé par cet article ne paraît pas tant être l’OTAN que le projet de CED qui – menace suprême à l’époque – « signifierait la renaissance du militarisme allemand ».

  • 28 « Socializm i mir » (Le socialisme et la paix) Kommunist, 16 novembre 1954, p. 3-12 et « Narody ne (...)

68La même revue Kommunist poursuit sa série d’articles sur la menace impérialiste avec les éditoriaux de ses livraisons de novembre et de décembre de la même année. On y retrouve à la fois l’absence de référence à la coexistence et une critique de la politique américaine « à partir d’une position de force ». Mais à la condamnation de la CED – abandonnée après le vote négatif du parlement français en août – se substitue naturellement la condamnation des accords de Paris, signés en octobre28.

69C’est donc en liaison avec tous ces événements, que les Soviétiques commencent à parler de la politique américaine « à partir d’une position de force ». Cette nouvelle notion du discours soviétique – toujours en usage quand le besoin s’en fait ressentir – apparaît, en effet, au début de l’été de 1954. Elle semble en fait, tout au long de cette année, concurrencer le notion de coexistence pacifique, mise, on vient de le voir quelque peu en marge.

70Parfois considérée comme une première traduction – ou adaptation – du concept occidental de dissuasion introduit en janvier dans le discours stratégique américain, la notion de « politique à partir d’une position de force » paraît être en fait plus simple sur le fond et recouvrir une conception plus vaste de la politique occidentale que la seule dissuasion nucléaire.

  • 29 Diplomatičeskij Slovar’ (Dictionnaire diplomatique), Moscou, Nauka, T. 3, 1986, p. 537 (article « G (...)

71Présentée aujourd’hui en URSS comme comme un « avatar de la guerre froide », la politique à partir d’une position de force est considérée comme « l’enfant » de la doctrine Truman, du traité de Bruxelles, de l’OTAN, de l’OTASE, du CENTO et de l’ANZUS et des agressions américaines au Guatémala, au Vietnam et à Saint Domingue29.

  • 30 What is What in World Politics, Moscou, Progress, 1987, p. 335 (article « politique à partir d’une (...)

72Cette politique est toujours considérée comme celle « des milieux dirigeants des Etats Unis, la puissance impérialiste actuellement dominante [qui] ont fait de l’usage de la force, notamment militaire, ou de la menace de son usage, le premier des instruments de leur politique étrangère, tout au long de l’histoire de ce pays »30.

  • 31 Pravda, 13 juin 1954. Il n’est pas impossible de considérer que la reprise de l’expression et sa tr (...)
  • 32 Kommunist, 11, 1954, art. cit. p. 90.

73Il n’en demeure pas moins que les premières références systématiques à cette politique des Etats Unis apparaissent, dans la presse, dans le courant du mois de juillet 1954. Ni Khrouchtchev ni Malenkov n’en parlent dans leurs discours du 26 avril au Soviet Suprême. Le terme apparaît, semble-t-il, pour la première fois dans le discours que Khrouchtchev prononce à Prague à l’occasion du Xème Congrès du PCT, le 12 juin 195431. Il apparaît ensuite dans l’article, déjà cité, de la revue Kommunist de juillet et dans lequel la politique wilhelmienne à la veille de la Première Guerre mondiale est comparée à la politique américaine, qualifiée alors de « politique à partir d’une position de force ». Est ainsi dressé un parallèle entre la mise en place de la « politique de force armée de Guillaume II » et cette nouvelle politique américaine, considérant que celle-ci est destinée à conduire, comme celle-là, au déclenchement d’un conflit majeur32.

74Si la comparaison 1914-1954 n’a pas été reprise par la suite, la notion de « politique à partir d’une position de force » n’en paraît désormais pas moins intégrée dans le vocabulaire politique soviétique, comme en témoignent d’autres articles de la même revue dans les mois suivants. C’est de cette manière que l’éditorial du numéro de novembre qualifie la politique américaine à l’égard de Formose. Puis, dans l’éditorial de décembre, ce sont au contraire les Etats européens ou plus précisément « les monopoles les plus importants des Etats Unis, de RFA, d’Angleterre et de France » qui sont accusés de mener une telle politique « œuvrant en faveur d’une nouvelle guerre ».

  • 33 Voir notamment les discours de Molotov et Boulganine, parus respectivement dans la Pravda des 8 et  (...)

75Puis, dans le courant de 1955, les références à cette notion vont se développer, notamment dans les discours des responsables politiques qui lui donneront ainsi une caution officielle33.

76Mais c’est également à partir du début de 1955 que le discours sur la coexistence va de nouveau s’exprimer plus directement. Bien sûr, il ne s’agit pas d’abandonner les attaques contre la politique américaine, les Accords de Paris ou le militarisme allemand, mais les références à la coexistence ont retrouvé une part de la « sérénité » qu’ils avaient perdue au cours de l’année 1954.

77Certes, Molotov reste-t-il toujours aussi hostile à une telle politique, mais il représente, alors, plutôt une exception dans la classe politique. Certes, les griefs de l’URSS à l’égard d’actes ou de décisions jugés « inamicaux » à son égard subsistent, mais, pourrait-on dire, le « mal est fait ». Dans ce sens, l’URSS adopte un discours conforme à son attitude de toujours : tenter d’éviter que ne soient prises des décisions qu’elle juge néfastes à sa conception de la politique, mais, les décisions une fois prises, tenter de s’y adapter en cherchant à retourner la situation en sa faveur.

  • 34 Voir FONTAINE (A), Op. cit., T. 2, p. 144.

78Par ailleurs, c’est également à cette époque que s’engagent – ou s’accélèrent – les pourparlers qui conduisent, en avril à la signature du Traité d’Etat autrichien – que l’on peut considérer comme le véritable acte d’authentification de la politique de coexistence pacifique – puis, en juillet, à la conférence de Genève. C’est également à cette époque que Khrouchtchev renforce sa domination dans les instances dirigeantes du PC et de l’Etat soviétiques en obtenant la démission de Malenkov de son poste de premier ministre, taxé simultanément de « dauphin de Staline » et donc obstacle à la détente et de trop grande mollesse à l’égard de l’occident.34 Le successeur de Malenkov allait ainsi reprendre largement, dans son discours « d’investiture », le thème de la coexistence.

79Les événements, tant internes qu’internationaux, qui se sont déroulés depuis la mort de Staline ont conduit à une importante inflexion dans le discours politique et même à une modification de la « ligne » idéologique soviétique. Il était évident que, depuis 1954, l’URSS, mais aussi les relations internationales en général, entraient dans une nouvelle ère. Comment ces changements se sont-ils reflétés dans les milieux militaires ?

Notes

1 Il faut attendre le mois de juillet 1988 pour qu’un responsable politique soviétique affirme que la coexistence pacifique ne concerne pas seulement les relations inter étatiques mais également les relations idéologiques, c’est à dire envisage une coexistence de classes. Discours de E. Severdnadze à la conférence des cadres du PC du Ministère des Affaires Etrangères des 25-27 juillet 1988, Vestnik MID, N° 15, 15 août 1988, p. 27-46.

2 Bol’ševik, N° 21, novembre 1949, p. 11.

3 MALENKOV (G), « Tovarišč Stalin-Vožd progressivnogo čelovečestva » (Staline, guide de l’humanité progressiste) Bol’ševik, N° 24, décembre 1949, p. 8-11.

4 Comptes rendus sténographiques des sessions du Soviet Suprême de 1950 et 1951.

5 Pravda, 16 mai 1951 (Le tome 13 se rapporte aux textes publiés entre 1930 et 1934).

6 STALIN (I) op. cit. T. 3 (XVI), p. 179 (interview à la Pravda).

7 Ibid. p. 227.

8 Ibid. p. 229 . En affirmant cela, Staline avait il à l’esprit cette déclaration faite par celui qui sera dans les années suivantes considéré comme le « méchant », J. Foster Dulles qui, en mars 1949 avait affirmé : « L’URSS ne considère pas l’usage de la guerre comme un instrument de sa politique nationale. Je ne connais pas un officiel, civil ou militaire, responsable, dans ce gouvernement ou dans tout autre gouvernement qui croit que l’URSS ait prévu un plan de conquête au moyen d’une agression militaire directe » (US News and World Report, mars 1949). C’était il est vrai avant la prise de pouvoir par Mao et avant la guerre de Corée !

9 Ibid. p. 230.

10 Pravda, 10 mars 1953.

11 « Za procvetanie našej rodiny, za mir vo vsem mire » (Pour la prospérité de notre patrie, pour la paix dans le monde), Kommunist, 7 mai 1953, p. 11.

12 NIKONOV (A), « Vnesnjaja politika SSSR-politika mira » (La politique étrangère de l’URSS est une politique de paix), Kommunist, 7 mai 1953, p. 23-26.

13 Ibid, p. 29.

14 Ibid. p. 29 (souligné par nous).

15 Il est évident que l’adoption du concept de représailles massives fondé sur le principe de la dissuasion nucléaire n’est pas apparu le 12 janvier 1954. Le discours de Dulles a été précédé d’un certain nombre de ballons d’essai, de prises de position sur ce point dès le début de la décennie. On peut se référer aux articles de Kennan en janvier 1950 ou de Dulles lui même, en décembre 1951 et en mai 1952 (Voir FREEDMAN (L), The Evolution of the Nuclear Strategy, New York, St Martin’s Press, 1987, pp. 66-67 et 84-86).

16 Entretien avec D. HOLLOWAY qui se référait à l’ouvrage Vospominanija o Kurcatove (Souvenirs sur Kurčatov), Moscou, Nauka, 1987, p. 41 (L’assistant dont il est question ici est l’académicien A.P. Aleksandrov).

17 Entretien avec A. Horelick (Rand Corp. /UCLA), avril 1989. Même si l’ambassadeur américain à Moscou, Ch. Bohlen était très favorable à Malenkov, l’idée d’un « cadeau » d’Eisenhower à Malenkov peut paraître excessive. Il est néanmoins évident que le discours de Dulles a influencé Malenkov dans ce sens.

18 De plus, les bureaux d’études et de recherches nucléaire ne dépendent pas encore de ministères des constructions mécaniques -moyennes ou générales-mais sont toujours directement soumises à la présidence du conseil des ministres (voir chapitre 4).

19 La plupart des auteurs militaires soviétiques, et notamment Sokolovskij dans son Manuel, datent l’expérimentation du premier ICBM en 1956 et non pas, comme cela a été officiellement annoncé, en août 1957.

20 Discours au Soviet Suprême du 8 août 1953.

21 On peut s’interroger sur le sens de la déclaration de Joukov du 7 février 1955. Lorqu’il affirme qu’une guerre nucléaire serait aussi dommageable pour l’agresseur que pour l’agressé, ne rejoint-il pas, dans une certaine mesure Malenkov auquel – et ceci confirmerait l’analyse de la note de mars 1953 – il aurait pu vouloir apporter un dernier soutien, au moins moral, avant son premier limogeage, quelques jours plus tard.

22 Voir notamment Kommunist, Nos 6, 11, 16, 18 de 1954.

23 Si l’on compare les mots d’ordre lancés pour les défilés du 1 mai 1953 et 1954, on constate un changement indéniable de ton d’une année sur l’autre. En 1953 (Pravda du 22 avril) après avoir appelé à célébrer « la paix entre les peuples » et « l’amitié avec les peuples » de Chine, de Corée, de RDA, du Japon et des Colonies, le 10ème slogan appelle les peuples d’Angleterre et des Etats Unis à l’amitié avec l’URSS pour prévenir la guerre et garantir la paix. Un an plus tard, vont apparaître de nouveaux slogans représentatifs du changement de ton intervenu en un an. Avant même de célébrer l’amitié avec la Chine, le 4ème slogan en appelle à l’amitié entre les peuples dans leur lutte contre le revanchisme allemand et pour la paix en Europe (Pravda 21 avril). Il s’agissait en fait d’un argument en faveur du plan Molotov de conférence Paneuropéenne, mais présente de façon pour le moins négative ! Puis, vienent les slogans d’amitié avec la Corée et le Japon, en 8ème position ; le soutien à la RDA est remplacé par un salut aux forces démocratiques de l’Allemagne – sans précision – qui luttent contre les plans criminels de l’Allemagne de l’ouest, foyer d’une troisième guerre mondiale.

24 « Dviženie čelovečestva k socializmu neodolimo » (Le mouvement de l’humanité vers le socialisme est irrésistible) Kommunist, 6 avril 1954, p. 3.

25 Ibid. p. 9.

26 SEREGIN (V), « Uroki istorii i bor’ba za mir » (Les leçons de l’histoire et la lutte pour la paix), Kommunist, 11 juillet 1954, p. 81.

27 Ibid. p. 90.

28 « Socializm i mir » (Le socialisme et la paix) Kommunist, 16 novembre 1954, p. 3-12 et « Narody ne primirjatsja s politikoj podgotovki novoj vojny » (Les peuples ne se soumettent pas à la politique de préparation d’une nouvelle guerre), Kommunist, 18 décembre 1954, p. 3- 13.

29 Diplomatičeskij Slovar’ (Dictionnaire diplomatique), Moscou, Nauka, T. 3, 1986, p. 537 (article « Guerre Froide »).

30 What is What in World Politics, Moscou, Progress, 1987, p. 335 (article « politique à partir d’une position de force »).

31 Pravda, 13 juin 1954. Il n’est pas impossible de considérer que la reprise de l’expression et sa transformation en slogan, voire en concept, puisse être reliée à l’intervention des Etats Unis au Guatémala (17 juin).

32 Kommunist, 11, 1954, art. cit. p. 90.

33 Voir notamment les discours de Molotov et Boulganine, parus respectivement dans la Pravda des 8 et 9 février 1955.

34 Voir FONTAINE (A), Op. cit., T. 2, p. 144.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search