Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Première partie. Le nucléaire, enjeu politique

Chapitre 2. Le primat du politique (1953-1955)

Texte intégral

1Durant les huit années qui ont suivi la guerre, l’arme atomique n’a guère été présente dans le débat public. Certes, ici et là, une allusion discrète a pu être faite mais, jamais, il ne lui a été consacré de longs développements et encore moins d’ouvrages, tant politiques que techniques.

2Cette situation, due à la fois à des raisons politico-idéologiques, stratégiques, économiques et techniques va progressivement cesser à partir de 1953.

3Cette année 1953 peut effectivement être considérée comme une année riche en péripéties dans le domaine politique, militaire et technique. 1953 pourrait être à la fois considérée comme l’année du « déblocage » d’une situation gelée depuis la guerre, mais également de « tâtonnements » face à des horizons nouveaux et encore flous, tant sur le plan international que sur le plan interne.

4La situation du nucléaire dans la pensée politique soviétique se précisera quelque peu l’année suivante. Les dirigeants politiques n’hésitent alors plus à aborder directement la question, mais en certaines occasions seulement. Pourtant si l’on parle en URSS plus volontiers de l’atome, son rôle, sa fonction, notamment militaire ne sont guère plus précis qu’auparavant.

5La bombe n’est alors pas perçue comme un élément fondamental de la pensée militaire ; ou tout au moins, cette pensée n’est pas suffisamment mûre pour que s’engage sur cette question un débat public.

6Certes, plusieurs ouvrages, traitant de science militaire ont-ils été publiés en URSS durant ces deux années. Mais ces ouvrages sont, en général, plutôt consacrés au traitement de la stratégie stalinienne et à son actualité après Staline. Certains de ces auteurs s’en détachent d’autres, au contraire, cherchent à la faire perdurer. Mais les conséquences possibles de l’introduction de l’arme atomique dans les forces armées ne sont guère abordées dans les diverses publications.

7 L’ atome, pourtant, a joué un rôle spécifique durant cette période : il a sans doute été un élément essentiel de la promotion de la notion de coexistence pacifique. Le début du dégel, l’amorce d’une certaine détente internationale – ouverture d’Eisenhower, armistice en Corée... – ont permis de justifier dans une certaine mesure cette avancée de la nouvelle ligne diplomatique. Mais parce qu’elle est aussi le résultat de l’appréciation d’un rapport de forces, les progrès réalisés dans le domaine atomique ont indéniablement favorisé la promotion de cette nouvelle politique, même si cela n’est resté qu’à un niveau implicite.

1953 : l’année charnière

8Plusieurs éléments, essentiels au regard de la réflexion stratégique en URSS, interviennent au cours de l’année 1953, à la fois sur le plan politique et sur le plan technique. Cette année peut être considérée, dans le domaine de l’atome, comme l’année de le levée des tabous dans le discours, tant politique que militaire. Mais, que le sujet ait été traité directement ou indirectement, l’atome garde une place encore relativement discrète dans la littérature politique ou spécialisée.

Le complot des médecins et l’affaire Beria

9A priori, l’on pourrait se demander quel est le lien entre les questions militaires et ce que A. Ulam a nommé « le dernier complot de Staline ». En fait, derrière l’affaire des médecins se profilent d’une part les relations entre l’armée et le pouvoir et de l’autre, la présence d’un des personnages clés de la recherche atomique en URSS : Lavrentii Beria.

10Après le XIXème Congrès du PCUS, en octobre 1952, congrès qui marquait l’apothéose de Staline et semble avoir consacré Malenkov dans son rôle de dauphin, l’année 1953 commençait avec une désagréable impression de déjà vu. Le 13 janvier, Staline « découvrait » le « complot » des médecins. Neuf médecins, dont sept juifs, sont accusés d’avoir tenté d’empoisonner Staline ainsi que plusieurs de ses maréchaux et généraux . On fait également porter à ces médecins la responsabilité de la mort de Jdanov en 1948 et du général Sčerbakov, en 1945.

11Les causes de ce complot, dont la supercherie a été dénoncée dès le lendemain de la mort de Staline et les auteurs présumés libérés, sont multiples et encore incertaines. On ne peut émettre ici que des hypothèses. Mais dans tous les cas de figure envisagés, on retrouve la présence de l’armée.

  • 1 Voir notamment CARRERE D’ENCAUSSE (H), La Déstalinisation Commence, Bruxelles, 1984, p. 14.
  • 2 ULAM (A), Staline, Paris, Calman-Levy-Gallimard, 1977, T. 2, p. 351.

12Une première hypothèse, plus spécifiquement politique, consiste à estimer que, face à la montée de Malenkov et de Beria, depuis la mort de Jdanov en 1948, Staline aurait pris peur. Il aurait voulu, reprenant ainsi ses méthodes de gouvernement des années trente, diviser pour mieux régner par la terreur. Il aurait alors favorisé la montée de Khrouchtchev pour s’opposer aux deux favoris de la succession. Le complot des médecins aurait eu pour fonction d’affaiblir les services de sécurité et donc Beria et, plus indirectement Malenkov, auquel il était lié par, au moins, des intérêts politiques communs.1 Sans pouvoir exclure cette hypothèse, on peut néanmoins constater qu’elle est réfutée par certains et notamment par A. Ulam.2

  • 3 Note de l’Attaché militaire adjoint français à Moscou (15 janvier 1953).

13Une seconde hypothèse est celle d’un complot de l’armée. On constate en effet que, outre Staline, plusieurs héros de la Seconde Guerre mondiale, les maréchaux Vasilevskij, Konev, le général Stemenko... avaient été visés par les « comploteurs ». Ceci a ouvert la voie à l’hypothèse d’un complot monté par l’armée qui avait été remise à l’honneur lors du XIXème Congrès et aurait voulu continuer de se mettre en avant dans la perspective de la succession de Staline. Le moyen qu’elle avait choisi d’adopter pour mener à bien cette opération était celui de déconsidérer les services de sécurité et donc, encore une fois, Beria par le lancement d’un faux complot contre elle. Mais une telle opération ne pouvait vraisemblablement pas se faire sans l’aval de Staline. On retrouverait ainsi le principe du diviser pour mieux régner.3

  • 4 Voir notamment ULAM (A), op. cit., T. 2, p. 365-367.

14On peut encore envisager l’hypothèse inverse, selon laquelle Staline aurait voulu se rallier l’armée, une armée qui avait été plutôt mal traitée depuis 1945. Il leur aurait ainsi « offert la tête » de Beria, les relations de ce dernier avec l’armée n’ayant jamais été excellentes.4

15Quelle que soit l’hypothèse retenue, on n’en constate pas moins un élément constant : éliminer Beria, le responsable des services de sécurité. Si l’on excepte la première hypothèse, toutes les autres mettent en cause les relations entre l’armée et les organes de sécurité et plus précisément leur chef.

  • 5 Voir notamment SUVENIROV (O.F.) « Vsearmejskaja tragedija » (Une tragégie pour toute l’armée), V.I. (...)

16D’où venait cette opposition entre Beria et l’armée ? Etait-elle le résultat d’un simple et classique antagonisme entre militaires et organes de sécurité ou bien avait-elle des causes plus profondes, plus complexes ? Il paraît évident que Beria a joué un rôle important dans les purges des années trente contre l’armée et que, logiquement, l’armée ne l’a pas oublié. Mais on peut rétorquer à ce fait que nombre de responsables encore au pouvoir après la guerre, tels Molotov, Kaganovič, Vorošilov portaient une responsabilité au moins aussi grande que celle de Beria5.

  • 6 Voir notamment FEJTO (F), Histoire des Démocraties Populaires, Paris, Seuil, 1969, T. 2, p. 35-56 ; (...)

17Cette cause peut, dans ces conditions, ne pas paraître suffisante. Il semble qu’il faille chercher d’autres causes, plus récentes, qui remontent à la période de la guerre et aux années suivantes. Il se pourrait que l’une des raisons de la méfiance de l’armée à l’égard de Beria ait tenu à son rôle de premier plan dans la mise en place du programme nucléaire depuis 1943 (voir plus loin). Mais on peut également se demander sans que cette raison paraisse réellement suffisante, si des considérations d’ordre plus politique, voire politicien, ne seraient pas venues se surajouter aux précédentes. Beria était en effet, avec Malenkov, l’un des tenants de la ligne « modérée », tant en matière de politique intérieure que de politique internationale. Il avait soutenu à la fois une détente avec l’Ouest mais aussi une diminution de la pression de l’URSS sur ses alliés d’Europe de l’Est.6

18L’armée s’inquiétait-elle déjà, en 1952-53, du développement de l’arme atomique et des conséquences qu’elle aurait sur l’organisation des forces armées, notamment de l’armée de terre ? C’est une hypothèse que l’on ne peut totalement exclure, dans la mesure où il n’existe pas de document permettant de l’infirmer ou, de le confirmer. Mais il ne faut pas oublier que cet épisode correspond aussi à une période où les théoriciens militaires occidentaux, régulièrement pris à parti par leurs homologues soviétiques, développaient l’idée des « petites armées techniciennes » et de la « guerre presse-bouton ». Tout en condamnant cette idée, il est possible qu’un certain nombre de militaires soviétiques aient, dès ce moment, pris conscience que, à plus ou moins brève échéance, ce qu’ils dénonçaient alors, devrait un jour s’appliquer à leurs propres forces armées, avec toutes les conséquences que cela impliquait en matière de réduction d’effectifs et de budget.

  • 7 C’est une version très différente que suggère l’Ambassade de France à Moscou lorsqu’elle lie les év (...)

19L’autre hypothèse de l’antagonisme entre l’armée et Beria tient à la perception que ce dernier avait de la situation des relations internationales. Beria se retrouvait, on l’a vu, dans le même « clan » que Malenkov dans la course à la succession de Staline, le « clan » des « modérés ». Ils prônaient en effet une réforme en profondeur des mécanismes économiques, une certaine libéralisation politique et un relâchement de la tension internationale, tant dans les rapports avec les pays de l’est qu’avec les pays occidentaux. Une des principales accusations portées par Khrouchtchev à l’encontre de Beria est en effet d’avoir voulu « brader » le régime est-allemand et d’être, de ce fait responsable des émeutes de juin 19537.

  • 8 Voir notamment FEJTÖ (F), op. cit. T. 2, p. 28.

20Mais l’on sait également, ceci pouvant expliquer cela, que, dans la crise qui commence en 1953 en Hongrie et qui trouve son issue dramatique en 1956, Beria, comme Malenkov, soutenaient la politique d’Imre Nagy8. Après tout, Beria, en tant que responsable de la sécurité n’était-il pas l’homme sans doute le mieux informé de l’Union Soviétique et par conséquent le mieux à même de prôner des solutions correspondant aux problèmes réels. On retrouve d’ailleurs une situation similaire, tout au moins sous ce seul aspect de l’information quelque trente ans plus tard avec l’accession au pouvoir de Juri Andropov.

21Par ailleurs, même si Béria peut être considéré comme ayant été directement responsable des activités de ses services, il n’était ni plus ni moins compromis dans les purges, répressions et crimes commis sous la responsabilité de la quasi-totalité des dirigeants de l’époque.

  • 9 Entretien d’un fonctionnaire de l’Ambassade de France à Moscou avec M. Charles Bohlen, Ambassadeur (...)
  • 10 BOHLEN (C) Witness to Historv, 1929-1969, New York, Norton & Co, 1973, p. 369- 372.

22Ce qui, par contre, peut paraître paradoxal est que, selon certaines sources, son « allié » Malenkov – que, sous Beria, sans doute, Khrouchtchev a cherché à atteindre, dès 1953 – ait eu, lui, la confiance de l’armée, tout au moins jusqu’en 1954 : « Malenkov aurait le soutien de l’armée car au moment des premières défaites de l’armée soviétique en 1941, c’est sur son initiative que l’on aurait fait libérer des cadres et des officiers internés au moment de l’affaire Toukhatchevski. Parmi les libérés, se seraient trouvés Vasilevskij, Sokolovskij et Rokosovskij »9. Tel aurait tout au moins été l’avis de Charles Bohlen qui venait de prendre ses fonctions d’ambassadeur à Moscou et qui a toujours fait montre d’une préférence très marquée pour Malenkov parmi les successeurs de Staline, même après ses premiers déboires politiques10. Si le nom des officiers cités par Bohlen dans cette note, compte tenu de ce que l’on peut savoir de cette période de l’avant-guerre, paraît ne pas correspondre à la réalité, le principe d’une responsabilité directe de Malenkov dans la libération d’officiers supérieurs et généraux au début des années quarante est, lui, parfaitement plausible. Une telle appréciation conduit à relativiser les résumés, vraisemblablement un peu rapides, expliquant la chute de Malenkov par sa volonté de réduire le budget militaire et par un « complot » de l’armée.

23Mais si l’on en revient à l’affaire Beria, il n’en demeure pas moins que la mort de Staline et la course à la succession qui s’ensuit, va encore accélérer sa marginalisation.

  • 11 CARRERE D’ENCAUSSE (H) Op. cit. p. 28.

24C’est en effet Beria qui sera le premier à modérer ses ardeurs staliniennes passées, notamment en réduisant au strict minimum les références au dictateur et ce dès son discours funéraire du 9 mars. C’est lui, encore qui engage le processus de libéralisation, dénonce le caractère mensonger et provocateur du « complot des médecins », dès le 4 avril, cherche à redonner aux nationalités composant l’URSS, un rôle dans la politique de la fédération11. Sur ce point, l’on peut rappeler que Beria, comme Staline, était géorgien.

25Tactique permettant de déconsidérer et/ou déstabiliser ses concurrents ou bien sentiment profond ? On ne saurait rien affirmer. Quoiqu’il en soit, cette « libéralisation » tous azimuts est perçue comme une menace par la majorité des responsables politiques de l’époque. Par ailleurs, si l’on considère que l’élément principal de la cohésion du système soviétique, tant à l’intérieur qu’à l’égard de ses nouveaux alliés est justement fondé sur la menace d’une revanche allemande, l’attitude de Beria à l’égard de la RDA, si elle s’avérait avoir été réelle, pouvait être considérée comme une menace directe pour la sécurité extérieure de l’URSS.

  • 12 Pravda, 17 décembre 1953. Ce numéro publie simultanément le communiqué de la condamnation et celui (...)

26Sur ce point, en particulier, on peut se demander si, responsable du programme nucléaire, il n’avait pas également compris l’usage que l’URSS pouvait faire de ces armes nouvelles, et notamment réduire le poids et la fonction des armes classiques et surtout de l’armée de terre. Menace donc pour les diplomates, pour les militaires et pour les politiques. Il était dans ces conditions urgent d’éliminer ce dangereux « libéral » qui de surcroît avait des moyens – fort peu libéraux, eux – à l’encontre de ses adversaires. Ce n’est donc pas réellement un hasard si l’on retrouve l’armée au centre de son arrestation mais aussi de son procès, puisque le tribunal qui le condamne à mort est présidé par le maréchal Konev12.

27Enfin, il est indéniable qu’en perdant son allié, fût-il de circonstance, mais apparemment il était un peu plus que cela, Malenkov, principal rival de Khrouchtchev voit sa position affaiblie. Les mois qui ont suivi cette arrestation l’ont amplement démontré .

La mort de Staline

28Pour revenir au début de l’année et à l’évolution de la politique générale de l’URSS, il est indéniable que la mort de Staline a joué un rôle que l’on ne peut sous-estimer, même si la disparition du dictateur était attendue depuis plusieurs années. Les chancelleries occidentales ne manquaient pas, en effet, de relever, depuis 1946, les absences – ou les présences – de Staline à l’occasion de cérémonies qui eussent dû exiger sa présence, la pâleur ou non de son teint et la place occupée par tel ou tel successeur potentiel à la tribune officielle, lors de ces manifestations publiques.

29Le choc de la mort de Staline dans la population a néanmoins été extrêmement violent et ses manifestations de désespoir ont provoqué la mort – par étouffement – de centaines de personnes.

30Dès l’enterrement de Staline, le ton des discours change. Mais, cette fois, le changement de ton sera suivi d’actes par la nouvelle « équipe » qui prend les rênes du pouvoir, tant en matière de politique intérieure qu’en matière diplomatique. Ainsi, le discours que prononce Malenkov, comme, on l’a vu, celui de Beria, sont déjà des discours d’ouverture. Même s’ils n’en disent guère plus que du temps de Staline, il existe entre ces discours du 9 mars et ceux, par exemple prononcés quelques mois auparavant au XIXème Congrès, la différence entre la théorie et la pratique. Les messages d’ouverture, développés dès 1952 deviennent plus crédibles et les Etats Unis ne s’y trompent pas, ni l’URSS en répondant à ces derniers.

31Le changement des hommes au pouvoir intervient en effet presque simultanément en URSS et aux Etats Unis. Ce changement de part et d’autre a sans doute eu sa part d’influence sur la reprise d’un dialogue interrompu depuis plusieurs années. Il a au moins permis de faire cesser l’incommunicabilité qui s’était établie entre Staline et Truman. Si la cause du changement est plus psychologique que politique, il n’en demeure pas moins que ses effets politiques sont parfaitement tangibles, dès le début du printemps de 1953.

  • 13 Pravda, 25 avril 1953.
  • 14 Ceci n’a pas empêché Eisenhower – mais l’on ignore ce qui se passait du côté soviétique – d’avoir é (...)

32Le nouveau président américain, le général Eisenhower, lors de sa première conférence de presse, le 16 avril, tend la main aux nouveaux dirigeants soviétiques. Une main que ces derniers ont acceptée. Le fait même que la Pravda ait publié la quasi-intégralité de cette conférence de presse d’Eisenhower était déjà une manifestation du changement, encore renforcée par le commentaire fort détaillé de ce texte publié en première page du même numéro13. Ce que l’on appelait déjà la détente se concrétisait donc à peine un mois après la mort de Staline14.

33Des deux grands problèmes en suspens dans les relations est-ouest et mentionnés dans les deux textes publiés le 25 avril, l’un, la guerre de Corée, allait être réglé rapidement. L’autre par contre, allait continuer de marquer les relations entre les deux systèmes pour de longues années encore : la question de l’Allemagne et de sa remilitarisation.

34Or, il est évident que même si l’URSS progresse extrêmement rapidement dans la recherche et la mise au point des armes nucléaires et balistiques, sa capacité d’action militaire est, alors, strictement limitée au champ de bataille européen. L’Allemagne reste plus que jamais et le restera encore longtemps, considérée comme la menace principale. Même lorsque cela ne sera plus le cas, à partir du début des années soixante-dix, on verra resurgir pourtant cette menace allemande comme un épouvantail dont la fonction est d’abord, pour l’URSS, de renforcer la cohésion de son camp autour de son centre.

35Il faut également se replacer dans le contexte de la guerre de Corée et se souvenir que celle ci a été perçue à l’Ouest comme la répétition d’une offensive généralisée du communisme vers l’Ouest. Mais à l’inverse, du côté soviétique, tout ce qui permettait à la RFA de se relever de ses ruines, était considéré comme une agression contre le « camp socialiste », comme une manifestation de revanchisme, comme l’accentuation de la menace principale telle qu’elle était alors perçue en URSS.

  • 15 Entretiens à l’IMEMO, Moscou, juin 1987.

36Un officier supérieur à la retraite, ayant participé aux débats théoriques sur la science militaire de la fin des années cinquante (voir chapitre 7), nous rappelait que, durant cette période, l’évaluation de la menace était au moins sinon plus déterminé par le redressement économique allemand que par la puissance militaire américaine. Selon cet interlocuteur, la crainte du revanchisme allemand a largement faussé les appréciations de la menace réelle durant les années cinquante15.

37Pour revenir à la question de l’atome dans le discours politique, on peut constater, toutes proportions gardées, une indéniable recrudescence des références par rapport à la période précédente. Ceci prendra toute son ampleur lors de la session du Soviet Suprême qui s’ouvre le 8 août 1953.

La session du Soviet Suprême

38Dans son discours à cette session, Malenkov annonce deux choses importantes. La première est la diminution de 2,8 points de la part du budget consacré officiellement à la défense pour 1953. Cette part passe ainsi de 23,6 % en 1952 à 20,8 % des dépenses pour 1953. Mais il réaffirme également sa volonté de « consolider et perfectionner sans relâche les forces armées soviétiques afin d’assurer la sécurité de notre pays et d’être prêt à infliger une riposte foudroyante à l’agresseur qui voudrait troubler la vie paisible des peuples de l’URSS ».

39La seconde annonce importante de ce discours de Malenkov est que « depuis longtemps, les Etats Unis n’ont plus le monopole de la bombe atomique...[Ils prétendent qu’ils] ont le monopole de la bombe à hydrogène. C’eut été pour eux une certaine consolation si la chose était vraie. Mais il n’en est rien. Le gouvernement estime nécessaire d’annoncer au Soviet Suprême que, dans la production de la bombe à hydrogène non plus, il n’existe de monopole des Etats Unis ».

  • 16 On peut également relever que c’est au mois de juin 1953 que le ministère des constructions mécaniq (...)
  • 17 Note de la sous direction Europe Orientale, 6 août 1953. Archives du Quai d’Orsay, Europe, URSS, 19 (...)

40Sur le premier point, il faut pondérer cette annonce de la réduction du budget militaire par l’accroissement de celui de l’industrie lourde dans lequel est traditionnellement intégrée une part importante de l’industrie d’armement16. De plus, si l’on considère les sommes allouées en roubles constants, selon une note du Quai d’Orsay, le volume des dépenses militaires serait resté constant entre 1952 et 195317. Mais on ne peut pas non plus ignorer la phrase qui suit cette information et qui menace tout agresseur d’une « riposte foudroyante ». Ce principe constitue certes une des constantes du discours stratégique soviétique depuis au moins les années trente, mais on peut également le rapprocher de ce qui deviendra le grand principe de la stratégie nucléaire soviétique dans les années soixante.

41Est-ce donc un hasard si dans ce même discours, Malenkov utilise cette formule, certes classique mais promise à un bel avenir, et d’autre part annonce la prochaine expérimentation de la bombe H soviétique ? Certes, il s’agissait aussi de rassurer l’armée soviétique en lui annonçant que si l’on réduisait son budget, on n’affaiblissait pas pour autant ses capacités défensives. Ni Khrouchtchev, ni Gorbatchev ne feront autrement dans des circonstances similaires. Mais il n’en demeure pas moins que c’est en cette occasion précise que Malenkov juge utile de remettre à l’honneur la formule de la « riposte foudroyante ». On verra d’ailleurs plus loin que Malenkov est sans doute l’un des rares responsables politiques soviétiques à avoir tenté une authentique réflexion stratégique et cherché à comprendre les conséquences de l’apparition de l’arme nucléaire sur la nature de la guerre future. Les impératifs de la politique au jour le jour et la crise de succession de Staline ne lui ont pas permis, alors, de développer et de faire valoir ses conceptions.

  • 18 Télégramme de l’Ambassade de France à Moscou, 9 août 1953. Archives du Quai d’Orsay, Europe, URSS, (...)
  • 19 Izvestija 20 août 1953.

42Sur le second point, la plupart des observateurs de l’époque ont considéré qu’il ne s’agissait que d’une « fanfaronnade » supplémentaire des dirigeants soviétiques18. Quelques jours plus tard, les faits allaient donner tort à ces observateurs puisque, contrairement à ce qui s’était passé en 1949 avec la bombe A, ce sont les Soviétiques qui, d’eux mêmes, prennent les devants en annonçant le 20 août : « Il y a quelques jours [probablement le 12], en URSS, dans des buts expérimentaux, a été effectuée une explosion d’une des sortes de la bombe à hydrogène »19.

  • 20 GOLDSCHMIDT (B) Les Rivalités Atomiques (1939-1966), Paris, Fayard, 1967, p. 158.

43Le choc provoqué par cette annonce du 20 août a été considérable à l’Ouest, et surtout aux Etats Unis. Non seulement l’URSS avait acquis la technique de la fusion mais en plus, contrairement à l’expérience américaine de novembre 1952, l’« écoute radioactive » de l’explosion avait démontré que cet essai avait mis en jeu des matériaux différents de ceux utilisés par les Américains pour leur bombe. Cette dernière, de surcroît, était trop volumineuse pour être transportée par avion. C’est seulement le 1er mars 1954 que les Etats Unis réussissent à faire exploser une bombe, sans doute, identique à la bombe soviétique. Cette différence de nature des deux bombes soviétique et américaine – et c’est sans doute cela qui a causé le choc le plus profond aux Etats Unis – démontrait que « l’espionnage n’était pas le principal facteur de sa réussite » et que l’URSS disposait par conséquent de « techniciens qui avaient par eux-mêmes pu découvrir des techniques originales »20. Ceci est également à replacer dans la perspective de l’affaire des époux Rosenberg dont l’exécution avait eu lieu quelques semaines auparavant (juin 1953).

  • 21 HOLLOWAY (D) op. cit. p. 24.

44Sans remettre en cause cette avance vraisemblable des Soviétiques dans ce domaine – il existe toujours une « polémique » sur le primat américain ou soviétique dans ce domaine, les Soviétique le revendiquant dans certaines circonstances – d’autres sources occidentales préfèrent insister sur la puissance respective des deux explosions. Bien que non opérationnelle, la bombe américaine de 1952 avait dégagé une puissance de 10 MT et celle de mars 1954, de 15. La bombe soviétique n’aurait eu, elle une puissance « que » de 200 à 400 KT. Celle-ci ne pouvait par conséquent être considérée comme ce que l’on appelait à l’époque, une « superbombe ». Ce n’est qu’en novembre 1955 que l’URSS aurait pu atteindre la puissance méga-tonnique avec l’expérimentation d’une bombe de 1,6 MT21.

45Quoiqu’il en soit, il n’est pas impossible que, là encore, comme en 1949, la perception d’une infériorité ait été la cause de la relative discrétion dont ont fait preuve les Soviétiques en cette occasion. Ainsi, le quotidien de l’armée, comme la revue de sa direction politique ne consacrent-ils aucun article particulier à la « bombe ». Il faut attendre l’année suivante pour que des textes, en général techniques, paraissent dans la littérature ouverte. Cela dit, il est indéniable que cette réussite va constituer un support considérable pour la nouvelle ligne politique d’ouverture décidée par les nouveaux dirigeants soviétiques et renforcer son poids et sa crédibilité sur la scène internationale.

  • 22 Izvestija, 23 septembre 1953. Projet présenté à la VIIIème session de l’Assemblée générale des Nati (...)

46C’est donc avec une assurance nouvelle que l’URSS présente son projet – comme elle le fait sur un thème identique ou similaire chaque année depuis 1946 – sur « les mesures pour prévenir la menace d’une nouvelle guerre mondiale et sur la réduction de la tension dans les relations internationales »22. Certes, ce projet met-il en avant le début de la détente amorcé avec la signature des accords de Pan Mun Jonh, le 27 juillet précédent. Peut-être également l’URSS pense-t-elle être devenue plus crédible depuis la mort de Staline. Mais, en présentant ce projet, elle pense sans doute tout autant à son expérimentation du mois précédent pour condamner la course aux armements et notamment aux « armes de destruction massive » et demander leur interdiction.

  • 23 Izvestija, 22 décembre. On peut remarquer que l’intérêt pour ce discours a perduré puisque dans le (...)

47Ce « projet » n’aura guère plus de succès que les précédents, dans la mesure où sa nature déclaratoire reste inchangée, comme elle le restera de nombreuses années encore. Néanmoins, qu’il y ait eu ou non relation de cause à effet, toujours est-il que le général Eisenhower, à son tour, propose l’ouverture d’un dialogue sur le contrôle de l’énergie atomique, civile et militaire, dans son intervention à la Session Plénière de l’ONU, le 8 décembre suivant. Comme en avril, le gouvernement soviétique réagit rapidement à ce discours. La presse en reproduit de larges extraits et, surtout publie une « déclaration du gouvernement » occupant la quasi-totalité de la première page des quotidiens, en réponse au président américain23.

48Cette « Déclaration au sujet du discours du Président des Etats Unis » approuve la préoccupation d’Eisenhower face à la tension internationale et la nécessité de « créer une atmosphère de confiance pacifique mutuelle. Ceci correspond aux vues du gouvernement soviétique ». Sans bien sûr accepter telle quelle la proposition américaine, l’URSS n’en relève pas moins son caractère positif et répond à la main tendue par son adversaire idéologique.

49Mais ce texte du 22 décembre révèle aussi pour la première fois clairement dans un texte soviétique, quelles sont les priorités réelles de l’URSS. Des priorités qui prendront une importance croissante dans les années suivantes. Certes, le nucléaire militaire constitue-t-il « une menace pour tous les peuples du monde », surtout depuis l’apparition des armes thermonucléaires. Mais il faut aussi « se souvenir qu’il existe des types d’armements tels que les missiles que la technologie moderne permet d’utiliser à des distances de milliers de kilomètres, sans aviation, comme des torpilles dotées de têtes atomique et autres ». Une fois de plus, on retrouve cette préoccupation de la puissance continentale, privée de relais au-delà de sa périphérie immédiate. D’où la question, comment porter l’arme nucléaire le plus sûrement vers son objectif ? En ce sens, l’on peut considérer que ce passage, sans doute sous-estimé sur le moment, dévoile en fait les véritables priorités de l’URSS, consciente qu’un désarmement général et complet, même s’il ne concerne que le nucléaire, reste une utopie ou tout au moins n’a qu’une fonction politico-diplomatique.

50Il démontre également que le pouvoir soviétique est, au moins dès cette époque, conscient de la configuration du « paysage » stratégique des années à venir. Même s’il ne maîtrise pas encore véritablement la transformation de la nature du concept, il semble qu’il ne se soit pas fait d’illusion quant à l’opérationnalité de l’arsenal nucléaire à leur disposition dans cette première moitié des années cinquante.

51On peut ainsi considérer que cette année 1953 marque réellement une rupture sur l’approche du nucléaire qui commence à s’exprimer par des éléments de... non dit ! Mais ce qui s’annonce timidement en 1953 prendra toute son ampleur l’année suivante, à la fois au niveau militaire – et selon une approche plus spécifiquement technique – et surtout au niveau politique.

1954 : Le nucléaire, enjeu politique

52Le discours d’Eisenhower du 8 décembre et la déclaration du 22 qui lui répond semblent marquer la première expression publique du rôle que le nucléaire est susceptible de jouer dans le discours politique. Quelle sera la part de l’énoncé, quelques jours plus tard aux Etats Unis, de ce que l’on peut considérer comme la première doctrine stratégique de l’âge nucléaire ? Sans doute considérable. C’est en effet le 12 janvier 1954 que le secrétaire d’Etat américain, J. Foster Dulles, énonce la doctrine des « représailles massives » lors de son discours au Council on Foreign Relations. Cette doctrine se substitue à celle de l’endiguement du communisme en vigueur depuis la fin de la guerre. Elle est surtout, la première à intégrer explicitement la notion de dissuasion nucléaire.

  • 24 Cité par POIRIER (L), op. cit. p. 87-88.

53Foster Dulles affirme que « les moyens de défense locaux [essentiellement en Europe] doivent être renforcés par le moyen de la dissuasion à l’agression supplémentaire que constitue la faculté d’exercer des représailles massives... Pour le monde libre, la seule manière de dissuader l’agression est d’être prêt moralement et matériellement à riposter énergiquement aux endroits et avec les moyens que nous aurons choisis »24.

  • 25 Ibid. p. 88.

54Ce discours permet de constater que, « peu à peu, se précise dans le domaine d’une stratégie intégrale unifiant au service du projet politique, en temps de paix comme en temps de guerre, les stratégies générales, économiques, culturelles et militaires et leurs forces hétérogènes »25. Dans cette partie, on ne s’attachera qu’à étudier les conséquences politiques de ce changement doctrinal. L’aspect militaire sera abordé plus loin.

La campagne électorale

55Dès le début de l’année, la question de la guerre nucléaire et de ses effets fait l’objet de plusieurs déclarations de responsables politiques soviétiques. Néanmoins, la plupart des auteurs de ces déclarations préféreront ne pas prendre parti dans le débat – pour autant que l’on puisse véritablement parler de débat organisé à ce moment – qui oppose les tenants de l’hypothèse de la destruction de l’humanité et ceux de celle du seul système capitaliste.

56Il semblerait que le premier responsable politique à aborder publiquement cette question du débat ait été P. Pospelov, alors secrétaire du CC et suppléant du Présidium. Il sera par la suite responsable de la commission chargée de dénoncer les crimes de Staline au XXème Congrès. En 1954, c’est lui qui est chargé de prononcer le discours traditionnel du 21 janvier, à l’occasion de l’anniversaire de la mort de Lénine.

  • 26 Pravda 1 janvier 1954.

57Il faut tout d’abord replacer ce discours dans le contexte de l’entretien que, quelques jours auparavant Malenkov avait accordé au journaliste américain Kingsbury Smith et publié le 1er janvier 1954. Dans cet entretien, Malenkov répond en fait, une nouvelle fois au discours d’Eisenhower. Il estime qu’il serait bon que les Etats signassent « un accord sur la non-utilisation de l’arme atomique, thermonucléaire ou de toute autre arme de destruction massive. Un tel accord permettrait de s’entendre sur l’interdiction totale de l’arme atomique... »26 Mais, dans cet entretien, Malenkov n’aborde que cette question du désarmement. Celle des effets d’une guerre nucléaire ne sera mentionnée que plus tard par le premier ministre et de préférence dans des textes à usage interne.

  • 27 Pravda 22 janvier 1954 (souligné par nous).

58C’est donc Pospelov qui, le 21 janvier, « inaugure » le débat. Il rappelle d’abord la possibilité d’établir des relations de coexistence pacifique, mais aussi, la « nécessité de renforcer la défense de la Patrie socialiste ». Il mentionne ensuite l’importance du plan d’électrification de l’URSS lancé par Lénine pour conclure : « Aujourd’hui, nous avons entre nos mains une source d’énergie encore plus puissante que l’électricité. Les savants soviétiques ont travaillé avec succès pour utiliser les possibilités colossales de l’utilisation de l’énergie atomique pour l’édification du communisme et non pour l’assujettissement et l’extermination des peuples, non pour l’anéantissement de la civilisation mondiale »27.

59Cette appréciation de Pospelov est certes fort importante. Mais, lorsque Malenkov l’aborde à son tour, on peut la considérer, sur le moment, comme l’élément d’un nouveau discours officiel. Il faut en effet se replacer dans le contexte de la vie politique soviétique des premiers temps qui ont suivi la mort de Staline . Une des principales tâches de ses successeurs potentiels a, en effet, été de déterminer le lieu de la légitimité du pouvoir : le parti ou l’Etat. Malenkov détenait le pouvoir d’Etat, Khrouchtchev, depuis septembre 1953, celui du parti. Or, au moins jusqu’au début de 1954, il semblerait que le gouvernement ait eu le pas devant le parti, Malenkov sur Khrouchtchev et que l’ambiguïté, au moins en surface, a régné jusqu’à la démission de Malenkov de ses fonctions de premier ministre, en février 1955.

60Dans la même perspective, on constate que la controverse sur les effets de la guerre nucléaire n’est pas le fait des instances du parti, mais qu’elle paraît circonscrite à celles du gouvernement et notamment au Soviet Suprême. Il s’agirait par conséquent d’un débat plus « étatique » que « partisan » car il semble bien que durant cette période de transition du pouvoir entre 1953 et 1955 – et peut-être jusqu’ en 1957 – cette distinction entre parti et Etat ait eu un sens pertinent en URSS. Ceci n’était pas le cas sous Staline. Cela cessera de l’être au plus tard à partir du moment où Khrouchtchev cumule les fonctions de premier secrétaire et de premier ministre (1958). Cette situation s’amplifie encore sous Brejnev et, au moins, jusqu’à la réunion de la Conférence Nationale du PCUS en juillet 1988.

61Conformément à cette logique, c’est donc au cours de la campagne pour l’élection des députés au Soviet Suprême, en mars 1954, que se déroule cette polémique sur les effets de la guerre nucléaire, notamment entre les deux principaux prétendants à la succession de Staline.

  • 28 Pravda, 12 mars 1954.

62Ainsi, dans son discours électoral, dans la circonscription « Léningrad » de Moscou, Malenkov affirme : « Le gouvernement soviétique est favorable à la poursuite du relâchement de la tension internationale, pour une paix solide et durable et s’oppose résolument à la politique de guerre froide en ce qu’elle est une politique de préparation à une nouvelle guerre mondiale qui, avec l’utilisation des moyens modernes de lutte armée, conduirait à la destruction de la civilisation mondiale »28. Cette affirmation de Malenkov est, on le constate encore plus directe que celle de Pospelov qui n’abordait pas directement la question de la future guerre mais seulement celle de l’arme atomique en général et en théorie. La nuance entre les deux affirmations ne peut être sous-estimée, ni la progression dans la logique du discours.

  • 29 Voir notamment les articles ou éditoriaux publiés dans la Pravda, Les Izvestija, l’Etoile Rouge du  (...)

63Cette conception de la guerre atomique conduisant nécessairement à la destruction de la civilisation mondiale se retrouvera en plusieurs occasions, dans les semaines qui ont suivi le discours de Malenkov. Mais l’on peut également relever que ce même thème ne semble préoccuper que les milieux politiques et seulement certains de ses représentants. En effet, quelques jours avant ce discours, les forces armées soviétiques célébraient leur fête, comme chaque année, le 23 février. Or, aucun des articles, aucun des éditoriaux, publiés traditionnellement en cette occasion, n’ont abordé, directement ou indirectement cette question de la guerre nucléaire29.

  • 30 Voir notamment les discours de N. Svernik à Sverdlovsk (Pravda, 8 mars 1954), N. Satalin, dans la r (...)

64L’idée générale qui est développée par ces articles ou éditoriaux en cette occasion – idée qui est reprise par certains des « candidats » à l’élection au Soviet Suprême – est celle, d’une part qu’il est possible d’établir une coexistence durable entre les deux systèmes ; d’autre part, et pour démontrer que cette offre de coexistence ne doit pas être comprise comme une « marque de faiblesse de la part de l’URSS », il était rappelé que grâce au progrès scientifique et technique, l’armée soviétique n’avait jamais été aussi puissante et que, dans ces conditions, elle était à même de « porter un coup destructeur à tout agresseur »30.

  • 31 Cité dans DINNERSTEIN (H), War and the Soviet Union, New York, Praeger, 1959, p. 71-72.

65Pourtant, même si les tenants de l’idée du cataclysme universel semblent dominer le débat au cours du mois de mars – on ne s’y oppose pas réellement mais on parle d’autre chose ! – la contre-offensive semble déjà s’organiser. Ceci peut être perçu à propos du destin du discours de Mikojan à Erevan qui, sans aboutir à une conclusion aussi directe que Malenkov, en développait certains de ses aspects. Ce discours ne sera publié, dans son intégralité, que dans la presse locale. Certains passages, notamment ceux susceptibles d’étayer la thèse de Malenkov, ont en effet été censurés dans la presse nationale. Dans ces propos censurés, Mikojan affirmait notamment que « le danger de guerre a reculé en liaison notamment avec le fait que nous disposons maintenant non seulement de la bombe atomique mais de la bombe thermonucléaire ». Et plus loin : « Il est tout à fait instructif qu’après que l’Union Soviétique eut fabriqué la bombe thermonucléaire, et on ne sait pas encore si les Etats Unis ont une telle bombe, le gouvernement américain a proposé à l’URSS l’engagement de négociations sur la question de l’énergie atomique »31

66Cette conception de Malenkov et de ses partisans a pu être considérée à l’époque comme l’ébauche de l’introduction d’un concept de dissuasion nucléaire dans la stratégie soviétique (voir chapitre 3). En fait, au moins pour la quasi-totalité des Soviétiques, la réflexion sur l’atome paraît n’avoir été qu’un prétexte visant à partager les diverses tendances qui s’affrontaient pour la prise du pouvoir.

67Deux exemples paraissent sur ce point tout à fait significatifs. Plutôt que la vision d’un Malenkov contre tous les autres, il semble que la contradiction principale ait été, à l’époque, entre les conceptions de Mikojan et celles de Boulganine et ait tourné autour de la fonction dissuasive ou non du nucléaire, bien que le terme de dissuasion n’ait pas été utilisé dans ce débat. Il faut en effet rappeler que, deux mois avant le début de la campagne, Foster Dulles venait d’introduire cette notion dans le concept stratégique américain.

  • 32 En général les Soviétiques utiliseront le terme d’« épouvante » (Ustrašenie) pour traduire le conce (...)
  • 33 Et non pas à tout agresseur, comme il est en général d’usage dans cette formule. Ceci renforce enco (...)
  • 34 Pravda, 11 mars 1954.

68Pour le maréchal Boulganine, la politique de dissuasion américaine ne saurait être qu’un leurre : « Nous ne pouvons pas escompter sur le fait que les impérialistes fassent d’aussi énormes dépenses en moyens matériels et financiers uniquement pour nous épouvanter32. Nous ne pouvons pas non plus compter sur l’humanisme des impérialistes qui, comme le montre l’expérience, sont susceptibles d’utiliser n’importe quel moyen de destruction massive. Nous devons être prêts en permanence à infliger un coup destructeur à tout ennemi33... »34

  • 35 Pravda, 12 mars 1954 (on peut noter que, contrairement à tous les autres orateurs, Mikojan commence (...)
  • 36 Pravda, 26 avril 1954.

69A l’inverse, Mikojan, dans son discours électoral, et ce passage n’a pas été censuré par la presse nationale, affirme que « la liquidation du monopole américain dans le domaine des armes atomiques a dégrisé les instigateurs d’une nouvelle guerre et favorise la cause de la paix »35. Six semaines plus tard, à la tribune du Soviet Suprême nouvellement élu, le même Mikojan réaffirme que « les armements récents, les bombes A et H, qui entre les mains des agresseurs sont des moyens belligènes, entre nos mains sont de bons moyens de préservation de la paix car elles lient les mains de celui qui voudrait nous combattre. Nous ne menaçons personne, mais nous équipons notre armée des moyens les plus modernes pour être prêts à répondre à tout agresseur comme il le mérite »36.

  • 37 Cité par DINNERSTEIN (H) op. cit. p. 75.

70La conception de la guerre nucléaire conduisant à la destruction de l’humanité semble avoir été présentée pour la dernière fois – au moins à l’époque – par le présentateur de Radio Moscou, le 27 mars 1954 qui a affirmé qu’une guerre nucléaire « signifierait des destructions considérables et, même plus, elle menacerait l’existence même de la civilisation humaine »37.

La session du Soviet Suprême

71La première session du Soviet Suprême, nouvellement élu, va indubitablement donner raison aux adversaires de Malenkov. Ce dernier a même été conduit, non pas à ignorer le sujet mais, peut-être pire, à se déjuger à quelques six semaines d’intervalle.

  • 38 Pravda, 27 avril (souligné par nous).

72Après avoir rappelé les principes de la coexistence pacifique, Malenkov affirme ainsi que « si les milieux agressifs, comptant sur les armes atomiques se risquaient à un acte de folie et voulaient mettre à l’épreuve la force et la puissance de l’Union Soviétique, il n’est pas douteux que l’adversaire serait écrasé par les mêmes armes et qu’une telle aventure conduirait inévitablement à la débâcle (razval) du système social capitaliste. C’est ce que confirment avec éloquence les leçons historiques de la Première et de la Seconde Guerres mondiales qui ont eu pour effet de réduire considérablement la sphère de domination capitaliste »38.

  • 39 Ibid..

73De son côté, Khrouchtchev, qui commence par rappeler les enseignements des deux guerres mondiales, affirme que si les impérialistes se hasardent à déchaîner une nouvelle guerre, elle aura inévitablement pour effet la faillite (Krah) de tout le système capitaliste »39.

74Le revirement de Malenkov n’est peut être pas aussi évident qu’il n’y paraît à première vue. Sur ce point, on ne peut exclure l’hypothèse qu’il ait pu y avoir eu « négociation » entre Khrouchtchev et Malenkov afin que celui-ci ne perde pas totalement la face. En d’autres termes, on peut considérer que si Malenkov ne reprend pas sa conception développée durant la campagne électorale, il ne se met pas pour autant en contradiction totale avec lui-même. Deux termes utilisés par Malenkov permettent de nuancer l’existence d’une telle contradiction . Tout d’abord le terme de « folie » ne correspond pas à la conception de la rationnalité de la conduite de la politique, c’est à dire au caractère intrinsèquement et rationnellement belligène de l’impérialisme. En d’autres termes, si Malenkov cesse, en avril 1954 de mentionner la conséquence logique d’une guerre nucléaire, il ne continue pas moins d’en montrer l’irrationnalité.

75L’autre point qui conduit à nuancer l’aspect contradictoire entre les affirmations du 12 mars et celles du 26 avril concerne le terme utilisé pour qualifier la « destruction » qu’il s’agisse de la civilisation ou du capitalisme. En mars, Malenkov parle de destruction de la civilisation en termes de destructions physiques (Gibel’). En avril, il parle de débâcle ou de désorganisation (Razval) du système social capitaliste. Cette différence peut être interprétée comme le reflet d’une volonté de distinguer les effets physiques d’une guerre nucléaire de ses conséquences sociales. C’est un procédé qui sera d’ailleurs largement utilisé quelque 25 ans plus tard, au moment, justement, où l’on commence à reparler très officiellement de destruction de la civilisation causée par une guerre nucléaire.

76Dans ces conditions, on pourrait dire que Malenkov ne se serait pas déjugé, mais qu’il parle d’autre chose, et plus précisément, de la même chose, ou presque, que Khrouchtchev ; car ce dernier ne parle pas non plus de destruction (Gibel’) mais de faillite (krakh) du système capitaliste. Avec cette nuance, toutefois, que Khrouchtchev ne précise pas si cette guerre future sera atomique ou non.

77Toujours à propos de ces deux discours du 26 avril, on peut mentionner un autre thème abordé par les deux orateurs, celui de la « leçon historique des deux guerres mondiales » et de son extrapollation sur une troisième guerre. Il ne faut pas oublier en fait que c’est Malenkov lui-même qui introduit cette idée dès 1949 – reprise de Varga en 1947 – et, qu’à l’époque, il faisait figure d’innovateur. Il reprendra d’ailleurs cette même idée dans son discours au XIXème Congrès, en 1952. En d’autres termes, les arguments des « innovateurs » ont été repris et retournés contre leurs initiateurs. Ceci est un procédé relativement fréquent dans l’histoire de l’URSS et qui se retrouvera notamment quelque 25 ans plus tard.

78Dans son discours du 26 avril, Khrouchtchev met ainsi en avant cette question de la conséquence d’une troisième guerre mondiale comme argument essentiel pour conforter sa thèse de la destruction du capitalisme. A l’inverse, Malenkov ne semble aborder cette question que comme un passage obligé.

  • 40 C’est en fait pour « incompétence en matière d’agriculture » que Malenkov a été officiellement déch (...)
  • 41 Cité dans FEJTÖ (F) op. cit. T. 2, p. 153 et MARCOU (L), L ’Internationale après Staline, Paris, Gr (...)

79Cela dit, cette position de Khrouchtchev en 1954 correspond-elle à une véritable réflexion sur la guerre atomique et ses effets, ou n’est-elle qu’un moyen parmi d’autres pour contrer son rival40 ? L’avenir semblerait montrer que, au moins jusqu’en 1958, Khrouchtchev n’a pas d’idée très précise ou très tranchée sur la question. Témoin, son attitude lors de la Conférence des 12 Partis Communistes qui se tient à Moscou en novembre 1957, face aux discours de la délégation chinoise et de Mao Tse Toung en particulier. Dans son discours – jamais publié mais dont les Soviétiques se sont empressés de rendre compte lorsque le conflit entre les deux partis battait son plein – Mao aurait affirmé qu’en cas de guerre atomique « même si la moitié de l’humanité doit disparaître, parce qu’avec elle doit disparaître l’impérialisme, avec l’autre moitié, on construira le socialisme »41. Si les termes sont plus imagés que dans le langage du PCUS, le fond est en fin de compte peu différent de ce que Khrouchtchev affirmait contre Malenkov trois ans auparavant. Or, dans son discours à cette même conférence de 1957 – qui intervient juste après l’élimination du « groupe anti-parti » et après le lancement du Spoutnik – Khrouchtchev fait montre d’une grande discrétion sur ce point en ne développant que le thème de la coexistence pacifique qui sera d’ailleurs un des objets essentiels de la querelle.

  • 42 « Sud’ba mira i civilizacii resajut narody » (Les peuples décident de l’avenir du monde et de la ci (...)

80Quoiqu’il en soit, il ne sera plus question, tout au moins sous la plume ou dans la bouche d’un haut responsable politique, d’une guerre susceptible de conduire à la destruction de l’humanité avant 1981. Certes, ça et là, la question reviendra-t-elle à l’ordre du jour comme dans la première moitié des années soixante, puis plus régulièrement dans la seconde moitié de la décennie suivante. Mais, en 1954, l’avenir de la conception de Malenkov est fixé. Mieux, dans un éditorial de la revue théorique du CC, publié au lendemain de son limogeage comme premier ministre, cette conception sera explicitement condamnée comme étant le reflet de la « politique impérialiste à partir d’une position de force »42. Certes, comme cela se pratique souvent dans la littérature politique soviétique, il ne sera pas précisé, selon la formule consacrée que « malheureusement, cette conception se rencontre également chez certains de nos camarades », mais personne ne peut se tromper sur la signification réelle de cet article.

  • 43 CEPRAKOV (V), « Obščij krizis kapitalizma i ego obostrenii v poslevoennyj period » (La crise généra (...)
  • 44 VARGA (E), Osnovnye Voprosy Ekonomiki i Politiki Imperializma (Principales questions de l’économie (...)

81De plus, mais cette fois de façon encore plus indirecte, car c’était un mois après la session du Soviet Suprême, la position de Malenkov a également pu être mise à mal en s’attaquant – par défaut – à l’un de ses protégés . Dans un article paru dans la revue de la direction politique des armées, et consacrée à la crise générale du capitalisme, l’académicien Varga qui a été le principal théoricien de cette notion depuis les années trente, ne sera même pas cité une seule fois dans cet article43. Or, il venait de publier un important ouvrage sur l’économie et la politique du capitalisme, publication qui paraissait marquer son retour en grâce auprès des autorités politiques44.

82A la différence de la période précédente, et pour des raisons qui tiennent autant à un facteur technique qu’à la mort de Staline, l’atome a acquis un certain droit de cité dans le discours soviétique..

83Néanmoins, la place du facteur atomique reste, au moins au niveau public, un élément du seul discours politique, voire politicien. Il ne semble pas, en effet, que l’on puisse voir une quelconque analyse ou approche d’ordre stratégique dans les débats qui ont opposé les différentes tendances existant au sein de la direction soviétique. Si certains, tel Malenkov, semblent avoir réellement compris les implications stratégiques de la bombe atomique, ils restent des exceptions. En 1953-1954, ce qui détermine en priorité la politique intérieure soviétique est la succession de Staline et la localisation de la légitimité du pouvoir. Tous les arguments voire tous les moyens semblent bons pour faire prévaloir sa propre tendance, même ceux consistant à reprendre à son compte les conceptions de son concurrent et à les retourner contre lui.

84Ceci se manifeste, sur le plan idéologique notamment, avec la notion de coexistence pacifique, une notion qui émerge – ou plutôt ré-émerge – à la fin des années quarante, mais prend toute son ampleur après la mort de Staline. Si la « paternité » de la remise au goût du jour de la coexistence pacifique revient indéniablement à Malenkov, c’est Khrouchtchev qui, dans l’histoire, en est resté le « père ». Or, il est clair qu’à côté de ces questions de « paternité », la confirmation de la coexistence pacifique comme « ligne générale de la politique extérieure de l’URSS » est étroitement liée – même si cela n’a jamais été explicitement admis en URSS – au renforcement de la puissance atomique soviétique.

Notes

1 Voir notamment CARRERE D’ENCAUSSE (H), La Déstalinisation Commence, Bruxelles, 1984, p. 14.

2 ULAM (A), Staline, Paris, Calman-Levy-Gallimard, 1977, T. 2, p. 351.

3 Note de l’Attaché militaire adjoint français à Moscou (15 janvier 1953).

4 Voir notamment ULAM (A), op. cit., T. 2, p. 365-367.

5 Voir notamment SUVENIROV (O.F.) « Vsearmejskaja tragedija » (Une tragégie pour toute l’armée), V.I.Z., 3, 1989, P. 40-41. On peut relever que, dans cet article, consacré aux purges de 1937, le nom de Malenkov n’est pas mentionné comme « l’un des proches de Staline, responsable des purges dans l’armée ». Molotov, par contre, toujours selon cet article est présenté comme l’un des plus acharnés..

6 Voir notamment FEJTO (F), Histoire des Démocraties Populaires, Paris, Seuil, 1969, T. 2, p. 35-56 ; ainsi que les mémoires de Khrouchtchev qui affirme que Beria aurait envisagé de brader la RDA, en soutenant notamment les émeutes de juin 1953. On peut noter que les informations fournies par les Soviétiques depuis la fin des années quatre-vingt font preuve d’une grande discrétion sur ce point particulier.

7 C’est une version très différente que suggère l’Ambassade de France à Moscou lorsqu’elle lie les événements de Berlin à la chute de Beria. Archives du Quai d’Orsay, Séria Europe, URSS, 1949-55, Politique intérieure, carton 24 .

8 Voir notamment FEJTÖ (F), op. cit. T. 2, p. 28.

9 Entretien d’un fonctionnaire de l’Ambassade de France à Moscou avec M. Charles Bohlen, Ambassadeur des Etats Unis, 2 mai 1953 . Archives duQuai d’Orsay, Série Europe, URSS, 1949-55, Politique intérieure, carton 23.

10 BOHLEN (C) Witness to Historv, 1929-1969, New York, Norton & Co, 1973, p. 369- 372.

11 CARRERE D’ENCAUSSE (H) Op. cit. p. 28.

12 Pravda, 17 décembre 1953. Ce numéro publie simultanément le communiqué de la condamnation et celui de l’exécution de Beria et de ses complices. Des détails sur l’arrestation de Beria et sur le rôle joué par l’armée ont été publiés dans la L’Etoile Rouge des 18, 19 et 20 mars 1988. F. Burlackij a également donné certains détails sur cet épisode dans deux articles publiés dans la Literaturnaja Gazeta, N° 8, 24 février 1988 et dans Novyj Mir, N° 10, 1988 p. 153-197.

13 Pravda, 25 avril 1953.

14 Ceci n’a pas empêché Eisenhower – mais l’on ignore ce qui se passait du côté soviétique – d’avoir été convaincu de la nécessité d’utiliser l’arme atomique en Corée et d’avoir accepté l’adoption d’un plan dans ce sens, le 6 mai suivant, en cas de prolongation de la guerre et d’aggravation de la situation militaire. Voir, sur ce point, KAK. U (M), AXELROD (D), To Win a Nuclear War, Boston, South End Press, 1987, p. 79-85.

15 Entretiens à l’IMEMO, Moscou, juin 1987.

16 On peut également relever que c’est au mois de juin 1953 que le ministère des constructions mécaniques moyennes prend en charge le programme nucléaire qui, auparavant, était sous la responsabilité directe du conseil des ministres (D. HOLLOWAY, in Industrial Innovation..., op. cit. p. 304.

17 Note de la sous direction Europe Orientale, 6 août 1953. Archives du Quai d’Orsay, Europe, URSS, 1949-55, Politique intérieure, carton 24 (Le projet de budget avait été publié dans la presse le 5 août).

18 Télégramme de l’Ambassade de France à Moscou, 9 août 1953. Archives du Quai d’Orsay, Europe, URSS, 1949-55, Politique intérieure, carton 24.

19 Izvestija 20 août 1953.

20 GOLDSCHMIDT (B) Les Rivalités Atomiques (1939-1966), Paris, Fayard, 1967, p. 158.

21 HOLLOWAY (D) op. cit. p. 24.

22 Izvestija, 23 septembre 1953. Projet présenté à la VIIIème session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le 21 septembre 1953.

23 Izvestija, 22 décembre. On peut remarquer que l’intérêt pour ce discours a perduré puisque dans le recueil de textes sur le désarmement publié en 1967, les textes du discours d’Eisenhower du 8 décembre et celui de la déclaration du 22 ont été intégralement publiés. 50 Let Bor’by... op. cit., p. 260-271.

24 Cité par POIRIER (L), op. cit. p. 87-88.

25 Ibid. p. 88.

26 Pravda 1 janvier 1954.

27 Pravda 22 janvier 1954 (souligné par nous).

28 Pravda, 12 mars 1954.

29 Voir notamment les articles ou éditoriaux publiés dans la Pravda, Les Izvestija, l’Etoile Rouge du 23 février 1954, respectivement par le général Zeltov (chef du Glavpu) et les maréchaux Sokolovskij (chef d’etat Major général) et Vasilevskij (premier vice-ministre).

30 Voir notamment les discours de N. Svernik à Sverdlovsk (Pravda, 8 mars 1954), N. Satalin, dans la région de Vladimir (Pravda, 9 mars 1954), Bulganine à Moscou (Pravda, 11 mars 1954) ou encore, dans une moindre mesure, Khrouchtchev à Moscou (Pravda, 7 mars 1954).

31 Cité dans DINNERSTEIN (H), War and the Soviet Union, New York, Praeger, 1959, p. 71-72.

32 En général les Soviétiques utiliseront le terme d’« épouvante » (Ustrašenie) pour traduire le concept américain de dissuasion. Ce n’est pas le terme qui est utilisé par Boulganine, mais celui de Popugat’ qui signifie la même chose mais très atténué.

33 Et non pas à tout agresseur, comme il est en général d’usage dans cette formule. Ceci renforce encore le caractère offensif de ce texte..

34 Pravda, 11 mars 1954.

35 Pravda, 12 mars 1954 (on peut noter que, contrairement à tous les autres orateurs, Mikojan commence son discours par la partie internationale).

36 Pravda, 26 avril 1954.

37 Cité par DINNERSTEIN (H) op. cit. p. 75.

38 Pravda, 27 avril (souligné par nous).

39 Ibid..

40 C’est en fait pour « incompétence en matière d’agriculture » que Malenkov a été officiellement déchu de ses fonctions.

41 Cité dans FEJTÖ (F) op. cit. T. 2, p. 153 et MARCOU (L), L ’Internationale après Staline, Paris, Grasset, 1979, p. 60-61.

42 « Sud’ba mira i civilizacii resajut narody » (Les peuples décident de l’avenir du monde et de la civilisation) Kommunist, 4, mars, 1955, p. 12-22.

43 CEPRAKOV (V), « Obščij krizis kapitalizma i ego obostrenii v poslevoennyj period » (La crise générale du capitalisme et son aggravation après la guerre) PiA, 11, juin 1954, p. 34- 41.

44 VARGA (E), Osnovnye Voprosy Ekonomiki i Politiki Imperializma (Principales questions de l’économie et de la politique de l’impérialisme, Moscou, Gospolitizdat, 1953.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search