Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Première partie. Le nucléaire, enjeu politique

Chapitre 1. L’atome sous Staline

Texte intégral

1L’histoire politique du nucléaire commence avec l’expérimentation de la première bombe atomique par les Etats Unis en 1945 puis par l’URSS en 1949. Initialement perçue, tant par les Etats Unis que par l’URSS, comme une arme parmi les autres, l’arme atomique va être progressivement considérée – notamment au cours de la guerre de Corée – comme une arme d’un type particulier, comme une arme dont la fonction pourrait ne pas être seulement militaire, mais également politique.

2Pour ce qui concerne l’URSS, les premières interrogations sur cette nature particulière de l’arme atomique n’interviennent pas avant 1953, année de la mort de Staline et de l’expérimentation de la première bombe soviétique à hydrogène. L’une des principales caractéristiques des premiers débats que se déroulent en URSS sur ce sujet est qu’ils sont de nature exclusivement politique. Ils s’inscrivent dans le cadre de la lutte pour le pouvoir entre les différents héritiers présomptifs de Staline. L’arme nucléaire ne paraît intervenir, alors, que comme un support, comme un élément d’un autre débat : la succession.

3Par contre, sous Staline, l’arme atomique – puisque c’est ainsi que l’on a qualifié l’arme nucléaire jusqu’à la fin des années cinquante – n’a fait l’objet d’aucun débat, d’aucune polémique, pas même de la moindre interrogation. Cela ne signifie pas pour autant que cette nouvelle arme ait alors été totalement ignorée. Derrière la discrétion des discours, politiques, idéologiques ou techniques, elle n’en demeure pas moins très présente.

Le contexte politique et idéologique (1945-1953)

  • 1 FONTAINE (A.) Histoire de la guerre froide, Paris, Fayard, T. 1, 1965, p. 295.

4Le 16 juillet 1945, à la veille de l’ouverture de la conférence de Potsdam, les Américains font exploser leur première bombe atomique. Le nouveau président américain, Harry Truman, en informe le premier ministre britannique, W. Churchill dès le lendemain. Mais il attend le 24 juillet pour parler à son troisième allié, Staline, de cette « arme d’une puissance exceptionnelle ». Devant cette révélation, le généralissime ne montra, paraît-il, pas d’excitation particulière. Il se déclara heureux d’apprendre l’existence d’une telle arme dont il espérait qu’il en serait fait un bon usage contre les Japonais1.

5Il est en fait vraisemblable qu’à l’époque, les Soviétiques aient été au courant des recherches effectuées aux Etats Unis par une équipe de chercheurs comprenant notamment des Italiens et des Britanniques.

6Pourtant, si les Américains et les Soviétiques sont conscients de l’énorme puissance de cette arme, ni les uns ni les autres, ne paraissent en mesurer la nature réelle et ses conséquences. Même après son utilisation contre le Japon, à Hiroshima puis à Nagasaki, l’arme atomique reste une arme, plus puissante que les autres, une arme permettant d’effectuer des destructions considérables, mais une arme qui ne se distingue pas qualitativement des autres armes. Il s’agit d’une arme dont l’utilisation au cours d’un conflit est considérée comme étant du ressort de la normale. Certains savants et hommes politiques, notamment A. Einstein, se sont néanmoins inquiétés, dès cette époque, des conséquences auxquelles pourrait aboutir l’utilisation de l’arme atomique dans un conflit armé.

7Face à cette situation, l’URSS a adopté une double attitude. Dans les instances internationales, elle dénonce violemment cette arme nouvelle et, à partir de 1946, lance un certain nombre de propositions visant à l’interdire. Parallèlement, et à côté de son discours diplomatique, toutes les « forces vives » du pays ont été mobilisées pour rattraper voire dépasser les Etats Unis et surtout mettre fin à ce monopole américain considéré comme inacceptable. Mais cette mobilisation n’est guère accompagnée d’un discours triomphaliste sur l’arme atomique même après l’explosion de 1949. L’objectif de l’URSS est clair. Il s’agit d’aboutir à une égalité – à l’époque, elle ne peut être que technique – avec les Américains, de montrer que la science soviétique et/ou « socialiste », et « stalinienne » est tout aussi capable sinon plus que la science « capitaliste » de mener à bien un tel projet.

  • 2 Entretiens accordés à A. Werth le 17 septembre 1946, à H. Bayley, le 23 octobre et à E. Roosevelt, (...)

8Le mutisme du discours interne est quasi absolu entre 1946 et 1949, c’est à dire au cours de ces années au cours desquelles l’URSS achevait la mise au point de sa propre arme atomique. On ne peut en effet relever que de rares allusions à ce sujet de la part des dirigeants soviétiques. Ainsi Staline n’aborde cette question qu’à l’occasion de quelques entretiens qu’il accorde à la presse anglo-saxone en 1946 pour n’en plus parler avant 19512.

  • 3 Pravda, 7 novembre 1947.

9Par contre, dans son discours à l’occasion du trentième anniversaire de la Révolution d’Octobre, le 7 novembre 1947, c’est à Molotov que reviendra l’honneur d’annoncer que l’URSS est entrée dans la dernière phase des recherches, avant d’expérimenter sa propre bombe : « On sait que, dans les milieux expansionnistes américains a été diffusée une nouvelle religion : face à l’incrédulité en ses propres forces internes, il y a la foi en le secret de l’atome, bien que ce secret n’en soit plus un depuis longtemps »3. Deux mois plus tôt, lors de la réunion constitutive du Kominform, A. Jdanov avait également parlé du « monopole américain temporaire de l’arme atomique ».

10Telles sont les seules allusions explicites à l’arme atomique faites par les responsables politiques soviétiques durant cette période. Quant aux militaires, ils ont été encore plus discrets !

  • 4 Sur ce point, voir notamment GUSEV (M), Bor’ba Sovetskogo Sojuza za Sokraščenie Vooruzenii i Zapreš (...)

11Si l’on passe maintenant au discours international, la discrétion est moins évidente a priori : l’atome sert avant tout à accuser le monde occidental et plus particulièrement les Etats Unis des desseins les plus sombres. Ceci se manifeste notamment dans le forum que constitue l’ONU. Ainsi, lors des discussions sur le plan Baruch, l’URSS ne cessera d’accuser les Etats Unis de vouloir se préserver le droit d’utiliser la bombe atomique comme un moyen de mener une politique impérialiste visant à instaurer la domination mondiale des monopoles américains, comme une arme de la diplomatie de l’atome contre l’URSS et tous les peuples épris de paix4.

12Face donc aux propositions américaines dans ce domaine, les Soviétiques vont se lancer dans une dynamique de propositions en matière de désarmement, toutes aussi inacceptables les unes que les autres mais dont la fonction répond incontestablement à la stratégie déclaratoire de l’URSS en matière de désarmement engagée dès les années vingt.

13Enfin, dans cette expression internationale de la lutte de l’URSS contre l’arme atomique, on ne saurait passer sous silence la création du Conseil Mondial de la Paix en mars 1949, puis, l’année suivante, le lancement de l’Appel de Stockholm.

  • 5 Pravda, 17 février et 6 octobre 1951 ; 2 avril et 26 décembre 1952.

14Après l’explosion de la première bombe en août 1949, la classe politique, ne fera pourtant preuve d’aucun triomphalisme. Cette réserve démontre que, à l’époque au moins, la supériorité américaine reste incontestable. Néanmoins, les allusions sur l’arme atomique se feront plus fréquentes. Ainsi, surtout après la guerre de Corée, Staline reparle de la « bombe ». Il en reparle dans quatre entretiens qu’il accorde à la presse – soviétique et américaine – en 1951 et 19525. Mais c’est surtout dans l’ouvrage qu’il publie en 1952 qu’il traite de cette question et en tire – au moins implicitement – un certain nombre de conclusions et notamment celle de la « non-inévitabilité des guerres » entre les deux systèmes.

15Durant cette même période, et malgré un discours politique fort discret, certaines mutations ont été amorcées sur le plan idéologique. Ceci a notamment concerné le discours sur la « non-inévitabilité » des guerres.

Les mutations dans le discours idéologique

  • 6 « O nedostatkah i zadačah naucno-issledovatel’skoj raboty v oblasti ekonomiki » (Les insuffisances (...)

16C’est au cours des débats autour des travaux de l’académicien E. Varga et de l’institut qu’il dirigeait à l’Académie des Sciences qu’est abordée pour la première fois publiquement la question de la « non-inévitabilité des guerres », tant entre les deux systèmes qu’entre les puissances impérialistes elles-mêmes. C’est Varga qui, à l’occasion du deuxième débat sur ses travaux, développera pour la première fois une telle théorie, énonçant quatre « puissantes contre-tendances qui rendent la guerre peu probable »6.

17En fait, ce débat de 1948 n’a pas été une simple discussion scientifique. Il a également servi de lieu d’affrontement des deux tendances qui s’opposaient alors au sein de la direction soviétique : une tendance prônant plutôt une politique de « détente » avec l’ouest et une tendance favorable à l’affrontement total, au moins sur le plan idéologique. La première, représentée par Malenkov, pourrait fort bien avoir eu pour porte-parole E. Varga et la seconde, soutenue par A. Jdanov, était représentée par le président du Gosplan, N. Voznesenskij. On constatera d’ailleurs que de nombreuses idées et arguments de Varga ont été repris par Malenkov et que le destin de Varga a, au moins jusqu’à la mort de Staline, été lié à celui de son protecteur. On peut également remarquer que si Staline a critiqué Varga, sans cependant le citer nommément, dans son ouvrage de 1952, il n’en a pas moins repris certains des arguments de l’académicien. C’est avec des arguments proches de ceux de Varga que Staline estime que les guerres entre les deux systèmes ne sont désormais plus « inévitables » ; mais, et contrairement à Varga, il considérait que les guerres inter-impérialistes demeuraient inévitables.

18Ces années de l’après-guerre ont permis d’engager un certain aggiornamento idéologique, ou tout au moins de mettre en place certaines bases des changements qui seront introduits après la mort de Staline, sur le plan militaire. Par contre, le discours stratégique ne suit guère l’évolution ni de l’idéologie, ni de la politique d’armement engagée en URSS.

La doctrine stratégique entre 1945 et 1953

19A l’issue de la guerre, Staline, et ceci a été l’une des causes du développement du culte de la personnalité qui s’est instauré alors, a voulu, sur sa personne, symboliser la victoire militaire sur l’Allemagne nazie. Il s’est donc auto-promu « généralissime » en 1946 et défini comme « le plus génial stratège de tous les temps ».

20Dans de telles conditions, il était difficile à la pensée stratégique soviétique d’évoluer. En effet, si la « stratégie » élaborée par Staline à partir de 1941 et même avant, avait permis de battre l’Allemagne, il n’y avait aucune raison d’en changer, arme atomique ou non. Staline vivant, il n’était donc pas envisageable de penser la guerre autrement que ne le faisait le « génial stratège ».

21La stratégie stalinienne de l’après-guerre se résume ainsi à quelques « grandes théories ». L’une d’elles correspond aux trois phases de la guerre et a été érigée en principes immuables de stratégie : la défense stratégique active, la contre-offensive stratégique et les opérations stratégiques offensives.

  • 7 STALIN (I.V.), op. cit. T. 2 (XV), p. 39.
  • 8 L’échange de lettre entre Razin et Staline a été publié dans la revue théorique du Comité Central d (...)
  • 9 ROMER (J.C.), « Quand l’Armée Rouge critiquait Clausewitz », Stratégique, 1, 1987, p. 97-111.

22Deux autres théories revenant comme autant de leitmotive dans la littérature politico-militaire des années quarante et cinquante sont apparues respectivement en 1942 et en 1946. La première est la théorie des « facteurs permanents déterminant le cours et l’issue des guerres », énoncée dans le décret du commissaire du peuple à la guerre – Staline lui-même – n° 55 du 23 février 19427. La seconde distingue les guerres de la « période manufacturière » et celles de la « période mécanisée ». Elle a été énoncée dans le seul texte militaire théorique de Staline des années de l’après-guerre : la lettre qu’il envoie au colonel Razin le 23 février 19468 et qui ouvre une campagne contre Clausewitz9.

23Le corrolaire de cette situation est que l’arme atomique n’avait aucune place dans ce discours : une arme nouvelle – fût-elle aussi puissante que la bombe atomique – ne pouvait en effet modifier la pensée d’un stratège aussi génial que Staline. Dans ces conditions, si l’arme atomique est parfois mentionnée, elle ne l’est que comme une arme qui ne saurait en rien modifier la nature des conflits à venir. Elle est une arme très puissante, plus puissante que les autres, mais une arme comme les autres. C’est une arme dont on envisage normalement l’usage dans un conflit.

24Mais derrière ces discours, on constate que l’URSS n’en a pas moins mis en œuvre toute ses énergies intellectuelles et toutes ses ressources pour développer, à son tour cette arme nouvelle et, peut-être surtout, le vecteur capable de la porter sur le sol de l’adversaire principal.

Armée et armement

25Dès avant la fin de la guerre, les dirigeants soviétiques avaient lancé deux projets prioritaires dans le domaine militaire : la mise au point de la bombe atomique et celle du missile balistique. Mais, de même qu’il existe un lien entre l’état des armements à la disposition d’une puissance et la politique de défense de cet Etat, il existe un lien tout aussi étroit entre ces deux éléments et les conditions économiques générales de l’Etat donné.

26Même si l’URSS a toujours été prête à réaliser les plus grands sacrifices – ou tout au moins à sacrifier la progression du niveau de vie de la population – pour se doter d’un armement digne de son statut de superpuissance, elle n’a pas nécessairement pu réaliser tout ce qu’elle a voulu et quand elle l’a voulu.

27La recherche dans le domaine nucléaire, plus que toutes les autres formes d’armement, exige une infrastructure, et donc des investissements, extrêmement importants. Or, c’est à un des moments où l’économie soviétique est, depuis la NEP, à son niveau le plus bas que, se développent en URSS la recherche et la mise au point des armes atomiques.

28L’Union Soviétique, dévastée par la guerre, doit, comme au lendemain de la Révolution et de la guerre civile, penser au redressement de son économie et à la reconversion progressive de son économie de guerre en économie de temps de paix. Tout au moins en théorie, car l’économie du temps de paix en URSS est, sous Staline, moins éloignée de l’économie de guerre que dans les pays à économie de marché qui sont également confrontés à ce même problème. Or, si, à partir de 1947, l’Europe occidentale bénéficie de l’aide Marshall, l’URSS, présente à la conférence de Paris en juillet 1947, refuse de participer à ce plan. Elle impose de plus ce refus à la Tchécoslovaquie qui avait déjà accepté le plan et à la Pologne qui était en instance de le faire. C’est d’ailleurs à partir de ce moment que l’on peut considérer que le processus de « vassalisation » et de « russification » des pays de démocratie populaire s’amorce réellement. Staline avait en effet décidé que l’URSS et ses nouveaux alliés reconstruiraient leur économie et leur société par eux-mêmes ou avec l’« aide » de l’URSS.

29Tel est, rapidement tracé, le contexte économique, auquel il faut ajouter la tension internationale qui s’amplifie de jour en jour, dans lequel l’URSS achève de mettre au point son armement atomique. Il faut également relever que, durant cette période, l’URSS et les observateurs occidentaux se préoccupent, en apparence, plus de l’arme atomique que de la recherche balistique qui était entreprise simultanément.

Les priorités

30Dans un pays à économie planifiée, c’est d’abord par les débats autour de l’adoption des plans que l’on peut déceler les priorités adoptées par un tel Etat, en l’occurrence l’URSS. Le troisième plan quinquennal avait été interrompu par le déclenchement de la guerre. A l’issue de la guerre, en mars 1946, le Soviet Suprême adopte donc le projet de quatrième plan quinquennal pour les années 1946-1950. Ce projet est présenté par le jeune président du Gosplan, N. Voznesenskij.

  • 10 Zasedanie Verhovnogo Soveta SSSR, 1 aja sessija, 12-19 marta 1946 g. Stenografičeskij Otcīet (Sessi (...)

31Le texte du projet de « loi sur le plan quinquennal de redressement et de développement de l’économie nationale de l’URSS pour 1946-1950 » est soumis à cette session de mars du Soviet Suprême. Il y est affirmé que l’une des tâches principales qui incombent à l’économie durant ce quinquennat est de « préparer tout le pays à une défense active »10.

32Plus précisément, parmi les quinze tâches prioritaire de l’économie, on trouve aux cinq premières places :

  • le redressement et le développement de l’industrie lourde et des transports ferroviaires ;
  • le redressement de l’agriculture ;
  • la poursuite du progrès technique dans tous les domaines ;
  • l’utilisation de la puissance productive de l’économie de guerre pour la poursuite du renforcement de la puissance économique de l’URSS ;
  • et le renforcement de la capacité défensive de l’URSS et l’équipement des forces armées avec les techniques les plus récentes11.

33En d’autres termes, des tâches directement ou indirectement liées à la défense.

  • 12 VOZNESENSKI (N.) Le plan quinquennal de l’URSS, 1946-1950, Paris, Ed. Sociales, 1946, p. 21.

34Le rapport présenté par Voznesenskij est encore plus précis dans ce domaine puisque dans les progrès techniques à réaliser en priorité, il énonce clairement certains secteurs précis. Il rappelle ainsi les découvertes des professeurs Popov « dont les travaux sont à la base de la technique actuelle du radar » ; Mendeleev, dont les travaux ont « aidé jusqu’à présent les savants dans la découverte des secrets de l’énergie atomique » ; Žukovskij, qui a « élaboré les fondements théoriques de l’aérodynamique et de l’aviation moderne » ; Ciolkovskij, qui a « crée la théorie du mouvement à réaction, base de la technique réactive moderne »12.

  • 13 Ibid. p. 23. Il reprend ce mot d’ordre dan son ouvrage de 1948 (voir plus haut).

35On constate ainsi que, dès 1946, tous les éléments de la technique des armements modernes font déjà partie des priorités – et des priorités publiques – du pouvoir politique soviétique : nucléaire, balistique, détection. Déjà, également, Voznesenskij lançait un mot d’ordre qui sera amplement popularisé par Khrouchtchev une dizaine d’années plus tard : « rattraper et dépasser les principaux pays capitalistes au point de vue économique »13. Pourtant, Voznesenskij ne cite aucun des noms de ceux qui sont aujourd’hui considérés comme les pères de la bombe atomique – Kurcatov, Alihanov, Aleksandrov, Blohincev... – ou des missiles – Korolev, Gluško...

36En fait, Voznesenskij préfère citer les « grands-pères » de ces armements plutôt que ceux qui travaillaient alors concrètement à leur élaboration : Popov est mort en 1906, Mendeleev en 1907, Zukovskij en 1921 et Ciolkovskij en 1935 ! Mais le fait de mentionner ces noms est déjà un indice des priorités des recherches soviétiques en matière d’armement. A l’inverse le fait de ne citer que les « glorieux ancêtres » démontre le secret qui entourait à l’époque, et entoure encore dans une large mesure, la recherche en matière d’armement en URSS, y compris rétrospectivement. On constate d’ailleurs que le secret sur l’élaboration des missiles et sur ses artisans a été bien plus étroitement gardé que pour les bombes A et H et leurs « pères ». Il faudra, par exemple, attendre la mort de Korolev, en 1966, pour apprendre son existence.

37Cela dit, l’arme atomique comme l’histoire de sa mise en oeuvre n’occupent qu’une place particulièrement discrète dans les publications soviétiques d’hier comme d’aujourd’hui. Ceci est certes l’effet de la discrétion, pour ne pas dire du goût du secret, caractéristiques de l’URSS, mais cela semble insuffisant. On constate en effet par différents indices que le nucléaire n’était pas la seule préoccupation des Soviétiques en matière de recherche à des fins militaires. On constate également que le nucléaire n’était pas non plus le seul objet d’intérêt des observateurs occidentaux. La balistique parait en effet être la véritable préoccupation d’alors. Cette situation peut s’expliquer relativement aisément par la situation géographique de l’URSS et par le « complexe principal » de la stratégie soviétique jusqu’à en devenir la psychose principale durant les années de l’entre-deux guerres : l’encerclement capitaliste. Ce mot d’ordre reste en vigueur explicitement jusqu’au début des années cinquante. Mais il reste, aujourd’hui encore, présent dans tous les esprits en URSS.

38Puissance continentale sans tête de pont à l’extérieur, l’URSS est incapable, elle le sera jusqu’en 1957, d’atteindre le territoire de ce qu’elle considère comme son ennemi principal, la première puisance impérialiste : les Etats Unis. A l’inverse, les Etats Unis ont les moyens d’atteindre le territoire soviétique grâce à leurs bases situées en Europe. Or ceci est, a toujours été, une des préoccupations essentielles de l’URSS qui reste, malgré qu’elle en ait, une puissance régionale jusqu’au début des années soixante, même si elle est déjà une « superpuissance ».

39Si l’arme atomique est pour Moscou le moyen de confirmer son statut de superpuissance, seuls les missiles – à capacité intercontinentale – pourront lui permettre d’élargir sa puissance à un niveau mondial, de « rattraper et dépasser les Etats Unis », comme l’on disait déjà en 1946.

  • 14 VARGA (E) Izbrannye Proizvedenija : Ekonomiceskie Krizisy (Œuvres choisies : les crises économiques (...)
  • 15 Le fait de placer les radars en première place peut s’expliquer en ce que, à l’époque, la menace pr (...)

40Ainsi, dans son ouvrage publié en 1946 et qui a été l’objet de vives critiques au cours des deux années suivantes, l’Académicien E. Varga énonce-t-il trois découvertes dans le domaine militaire qui, dans l’avenir auront une importance capitale, y compris en matière économique : le radar, les engins balistiques et la bombe atomique14. La place de l’atome derrière les radars15 et les missiles paraît d’autant moins due au hasard que cette situation est corroborée par d’autres textes et certains faits. Les détails sur l’évolution des recherches en matière balistique – au moins à ses origines – sont bien plus nombreux que pour le nucléaire. De nombreuses sources soviétiques – mais des sources récentes – présentent ainsi, de façon relativement détaillée, la mise en place d’unités de missiles au sein de l’Armée Rouge.

  • 16 TOLUBKO (V.F.), Raketnye Vojska (Les troupes des missiles), Moscou, Znanie, 1977, p. 8 (Le général (...)
  • 17 Ibid. p. 6.
  • 18 KIRJAN (M.M.) (red) Voenno-Tehniceskij Progress i Vooružennye Sily SSSR (Le progrès scientifique et (...)

41On sait ainsi qu’en juillet 1946, a été créé un bataillon (Cast’) de missiles au sein d’un régiment d’artillerie à réaction et qui comprend ce que l’on appelle couramment des « orgues de Staline » ou « Katiouchas »16. Les recherches sur le fuselage, la propulsion et le guidage de ces engins avaient été confiés à Sergej Pavlovič Korolev qui, en août 1946, a été nommé responsable du collectif des constructeurs de missiles17. Un peu plus d’un an plus tard, le 18 octobre 1947, le premier missile balistique soviétique, le « R. 1 », était expérimenté avec succès. Ce missile avait une portée de 300 Km et, selon les auteurs soviétiques, « il atteignait une vitesse et avait une trajectoire telles que celles-ci le rendaient pratiquement invulnérable aux moyens de défense anti-aérienne adverses de l’époque »18.

  • 19 TOLUBKO (V.) Op. cit. p. 7.

42Néanmoins, si les auteurs contemporains parlent volontiers de ces pionniers de la balistique des années quarante, on était beaucoup plus discret en URSS à, l’époque. On ne trouve en effet aucune source soviétique d’époque qui fasse directement référence à ces recherches. De même si l’on se réfère aux notes des diplomates en poste à Moscou, il n’était pas question, à l’occasion notamment des défilés militaires sur la place Rouge – 7 novembre, 1er mai ou lors des fêtes de l’armée, de l’aviation, de l’artillerie... – de présenter un tel armement. Ceci s’explique vraisemblablement par le fait, qu’au dire d’auteurs contemporains, les « stratèges américains... affirmaient que l’URSS, affaiblie par la guerre, ne pourrait mettre au point l’arme nucléaire avant quinze ou vingt ans. Et pour ce qui est de la possibilité de créer une arme balistique soviétique, ils ne parlaient même pas d’une quelconque échéance »19.

  • 20 Cité dans HOLLOWAY (D.), op. cit. p. 65-66. Ce texte ne figure pas dans les oeuvres de Staline reco (...)

43Pourtant, Staline lui même, en avril 1947 aurait déclaré à propos des missiles intercontinentaux : « Vous rendez-vous compte de l’énorme importance stratégique d’engins de cette sorte ?... La question de la création de missiles transatlantiques est d’une importance extrême pour nous »20.

  • 21 Cité dans SEJDINA (I.L.), Nevoennye Faktory Sily vo Vnešnej Politiki SŠA (Les facteurs non militair (...)

44Les préoccupations d’ordre balistique sont donc bien réelles à l’époque. Par ailleurs, les Etats Unis, de leur côté, travaillent également sur cette question puisque, selon un auteur soviétique, la Rand Corporation a consacré une de ses premières études en 1946, à la création d’un « vaisseau cosmique orbital ». Ce rapport affirmait que « l’Etat qui le premier ferait un pas dans l’espace sera reconnu comme le premier du monde tant dans le domaine militaire que dans le domaine scientifique »21. Dès cette époque, la course aux armements spatiaux était donc lancée, simultanément en URSS et aux Etats Unis, mais une course bien plus primordiale pour Moscou compte tenu de ses contraintes géographiques. L’arme nucléaire ne représentait donc déjà plus qu’un élément, certes important, parmi d’autres, dans cette course à la maîtrise de l’espace.

45Certains indices, pourtant, auraient pu permettre à des observateurs avisés de confirmer leurs hypothèses. Bien sûr, il est toujours aisé de tirer des conclusions quelque quarante ans plus tard, lorsque l’on a connu les tenants et aboutissants de certaines recherches. Mais, peut-être également, les occidentaux étaient-ils trompés par leurs propres schémas de raisonnement, les empêchant de percevoir ce qui se passait chez l’autre, et comment pensait l’autre. Aux Etats Unis, l’arme atomique et les recherches balistiques avaient été placées sous la responsabilité de l’armée de l’air. A l’époque, c’était en effet l’aviation qui seule pouvait porter l’arme atomique sur le territoire adverse. Or, en URSS, l’armée de l’air n’a pas directement participé, au moins à l’origine, ni à l’élaboration de la bombe, ni à celle de ses vecteurs. De plus, il n’existait pas de bombardier stratégique soviétique susceptible d’effectuer un trajet aller et retour entre l’URSS et les Etats Unis, même si des projets existaient dans ces domaines.

Artillerie et balistique

  • 22 La revue Voennaja Mysl’ est une revue confidentielle du Ministère de la Défense soviétique. Elle ne (...)

46Si, dans ces conditions, l’on cherche du côté des forces aériennes soviétiques quelques indices permettant d’apporter une information sur l’atome et/ou ses vecteurs, il n’est guère étonnant de ne rien trouver. Car c’est d’abord l’artillerie qui est à la base des recherches balistiques soviétiques. Dans cette perspective et avec le recul du temps, on peut s’apercevoir que la revue Voennaja Mysl’ (La pensée militaire) avait consacré toute une série d’articles à l’artillerie moderne à partir de l’année 194622. C’est à dire l’année même où les Soviétiques ont créé un bataillon de missiles et où Korolev est nommé responsable du programme de construction des missiles.

  • 23 VANNIKOV (B), in Voprosy Istorii, 10, 1968, p. 119, cité dans HOLLOWAY (D), « Innovation in the def (...)

47On peut également préciser que, selon l’ingénieur général-colonel Vannikov, si Staline s’intéressait de près à l’ensemble de la politique d’armement, il portait une attention toute particulière à l’artillerie. Or, ce fait, outre une certaine logique strictement technique, a pu également jouer dans la décision d’attribuer la responsabilité de la construction des missiles aux artilleurs23. Pouvait-on, en 1946, tirer de telles conclusions de la lecture de ces articles, pour autant que l’on ait pu les trouver ? Cela n’est pas certain. Mais, avec le recul du temps, que peut-on tirer de la lecture de cette série d’articles ?

48Leurs auteurs, le plus souvent des officiers généraux, insistent sur la transformation du rôle de l’artillerie durant la Deuxième Guerre mondiale, notamment en raison des perfectionnements techniques dont cette arme a bénéficié alors. Ces textes prennent de plus toute leur importance si l’on garde à l’esprit que les forces des missiles stratégiques – forces qui deviennent une armée autonome avec son commandement propre en 1960 – sont une émanation des unités de mortiers.

  • 24 NOVIKOV (G) « Minometnoe vooružie vo vtoroj mirovoj vojne » (les mortiers durant la seconde Guerre (...)
  • 25 SAMSONOV (D « Artillerija-glavnaja udarnaja sila armii » (L’artillerie, force de frappe principale (...)

49Un général-major d’artillerie, G. Novikov, considérait ainsi que les « mortiers [lance-fusées] modernes ne peuvent plus être désormais considérés exclusivement comme des moyens de combat de l’infanterie. Ils sont devenus une des composantes essentielles de l’artillerie et leur introduction dans les unités ont été accueillies comme un moyen puissant de leur renforcement »24. Un autre général parle, dans la même revue, de la « transformation du rôle de l’artillerie à la lumière de l’expérience de la Deuxième Guerre mondiale »25.

50Il était également évident, à l’époque, que l’on ne pouvait faire référence à la modernisation de l’artillerie sans aborder la question des V 1 et V 2, surtout dans une revue de diffusion confidentielle. C’est ce à quoi s’attache un général-lieutenant d’artillerie, P. Kulešov, qui, partant des expérimentations allemandes dans ce domaine mais aussi des travaux britanniques et américains, présente, avec force détails – des détails peu habituels dans la presse soviétique – les progrès soviétiques dans ce domaine. Il mentionne notamment la dotation de l’armée rouge en munitions à réaction à partir de 1941 et leur perfectionnement à la fin de 1942.

  • 26 KULESOV (P) « Reaktivnaja artillerija i perspektivy ee razvitija » (L’artillerie réactive et ses pe (...)

51Mais, Kulešov reconnait néanmoins à l’armée allemande sa supériorité dans ce domaine durant la guerre. Il affirme en effet que l’Allemagne a « réussi à résoudre techniquement une série de problèmes complexes concernant les tirs à longue distance » avec les V 1 à la fin de 1943 et, en septembre 1944, avec les V 2 qui ont une portée de 320 à 420 Km. En conclusion, il estime que « ces réussites [il ne parle pas seulement des réussites allemandes ou anglo-saxones] peuvent n’être considérées que comme le début d’une nouvelle étape du développement de la technique réactive »26.

  • 27 KRYVELEV (I) « K voprosy o sootnošenii čeloveka i tehnika v voennom dele » (La question de la relat (...)

52Mais l’allusion la plus limpide est sans doute celle qui est énoncée par le major I. Kryvelev, vraisemblablement un représentant de la direction politique des armées, à la différence de la majorité des auteurs de la revue Voennaja Mysl’ qui sont plutôt des officiers d’armes. Kryvelev mentionne en effet parmi les grands progrès techniques de l’après-guerre et en les plaçant au même niveau d’importance : « la bombe atomique, les avions-fusées, les munitions-fusées ainsi que l’artillerie réactive ». Il affirme par ailleurs que, malgré le rôle croissant de la technique, l’homme gardera un rôle essentiel dans la guerre future27. Mais ce dernier point concerne une autre question qui sera étudiée plus loin.

53Si l’on fait le bilan des huit années qui séparent la fin de la guerre de la mort de Staline, on peut constater que, ni dans le discours politique ni dans l’idéologie, ni dans les questions strictement militaires – trois domaines étroitement liés – l’arme atomique n’occupe une place déterminante.

54L’infériorité de l’URSS dans le domaine atomique à l’époque, et surtout l’absence de vecteur permettant de porter sur son objectif principal, sont les causes les plus évidentes et les plus logiques de cette absence de prise en considération. Mais il est tout aussi clair que le poids de Staline dans la détermination de la politique, de l’idéologie et de la stratégie a constitué un frein au moins aussi important que le facteur technique.

55La perspective d’un conflit entre les deux systèmes était certes très présente, à l’est comme à l’ouest. Toutefois, malgré l’existence de plans américains, connus, pour renverser le régime soviétique et l’existence – tout aussi vraisemblable, bien qu’inconnue – de plans soviétiques visant à occuper l’Europe occidentale, il est peu probable que les dirigeants des deux superpuissances aient réellement envisagé un tel conflit. Ces plans semblent devoir être considérés plus comme des scénarios possibles que comme des projets concrets.

56Mais, dans le même temps, et dans le plus grand secret, les études et les mises au point des armes nucléaires et de leurs vecteurs se poursuivent avec une grande intensité. S’agit-il pour l’URSS de disposer d’armes atomiques susceptibles d’être utilisées, dans un conflit avec l’adversaire principal, sur le continent européen ? C’est possible mais ce n’est pas certain dans la mesure où la supériorité militaire de l’URSS est alors indubitable sur ce théâtre. L’arme atomique n’aurait pas constitué, dans ces conditions et à cette époque, un renforcement considérable, quantitativement parlant, de la puissance militaire soviétique.

57En fait, pour l’URSS, la mise au point de l’arme atomique a d’abord représenté un enjeu interne, visant à démontrer sa capacité à « rattraper et dépasser » les Etats Unis. Cet élément a également joué pour la construction des missiles. Encore que, dans ce dernier cas, la part de l’élément strictement militaire a sans doute été plus importante que l’effet « psychologique », compte tenu de la situation géopolitique et de l’absence de vecteurs – aériens notamment – susceptibles de frapper directement le territoire de l’ennemi principal.

Notes

1 FONTAINE (A.) Histoire de la guerre froide, Paris, Fayard, T. 1, 1965, p. 295.

2 Entretiens accordés à A. Werth le 17 septembre 1946, à H. Bayley, le 23 octobre et à E. Roosevelt, le 21 décembre, in STALIN (I.V.), Sočinenija (Œuvres), Stanford, Hover Institution, 1967, T. 3 (XVI), pp. 56, 62, 66-67.

3 Pravda, 7 novembre 1947.

4 Sur ce point, voir notamment GUSEV (M), Bor’ba Sovetskogo Sojuza za Sokraščenie Vooruzenii i Zaprešenie Atomnogo Oružija (La lutte de l’Union Soviétique pour la réduction des armements et l’interdiction de l’arme atomique), Moscou, Gospolitizdat, 1951, pp. 31-33.

5 Pravda, 17 février et 6 octobre 1951 ; 2 avril et 26 décembre 1952.

6 « O nedostatkah i zadačah naucno-issledovatel’skoj raboty v oblasti ekonomiki » (Les insuffisances et les tâches du travail de recherche scientifique dans le domaine de l’économie), Voprosy Ekonomiki, 9, 1949, p. 54-57.

7 STALIN (I.V.), op. cit. T. 2 (XV), p. 39.

8 L’échange de lettre entre Razin et Staline a été publié dans la revue théorique du Comité Central du PC, Bol’ševik, 3, février 1947, p. 4-7.

9 ROMER (J.C.), « Quand l’Armée Rouge critiquait Clausewitz », Stratégique, 1, 1987, p. 97-111.

10 Zasedanie Verhovnogo Soveta SSSR, 1 aja sessija, 12-19 marta 1946 g. Stenografičeskij Otcīet (Session du Soviet Suprême de l’URSS, 1er session, 12-19 mars 1946, Compte rendu sténographique) Moscou, Ed. du Soviet Suprême, 1946, p. 355.

11 Ibid. p. 360.

12 VOZNESENSKI (N.) Le plan quinquennal de l’URSS, 1946-1950, Paris, Ed. Sociales, 1946, p. 21.

13 Ibid. p. 23. Il reprend ce mot d’ordre dan son ouvrage de 1948 (voir plus haut).

14 VARGA (E) Izbrannye Proizvedenija : Ekonomiceskie Krizisy (Œuvres choisies : les crises économiques), Moscou, Nauka, 1974, p. 378.

15 Le fait de placer les radars en première place peut s’expliquer en ce que, à l’époque, la menace principale contre l’URSS est celle d’un bombardement aérien massif sur son territoire. Il cerrespond à la priorité également donnée à la PVO.

16 TOLUBKO (V.F.), Raketnye Vojska (Les troupes des missiles), Moscou, Znanie, 1977, p. 8 (Le général d’armée Tolubko a commandé ces troupes des missiles de 1972 à 1985.

17 Ibid. p. 6.

18 KIRJAN (M.M.) (red) Voenno-Tehniceskij Progress i Vooružennye Sily SSSR (Le progrès scientifique et technique et les forces armées de l’URSS), Moscou, Voenizdat, 1982, p. 229.

19 TOLUBKO (V.) Op. cit. p. 7.

20 Cité dans HOLLOWAY (D.), op. cit. p. 65-66. Ce texte ne figure pas dans les oeuvres de Staline reconstituées par la Hoover Institution (T. 3/XVI).

21 Cité dans SEJDINA (I.L.), Nevoennye Faktory Sily vo Vnešnej Politiki SŠA (Les facteurs non militaires de puissance dans la politique étrangère des Etats Unis, Moscou, Nauka, 1984, p. 32.

22 La revue Voennaja Mysl’ est une revue confidentielle du Ministère de la Défense soviétique. Elle ne se trouve pas en France et, en URSS, il n’est possible de consulter que des numéros antérieurs à 1947 dans les bibliothèques publiques. Les Etats Unis ont réussi à se procurer cette revue dont ils publient parfois des extraits sélectionnés par eux (Voir notamment Selected Readings from Military Thought, 1963-1973, Washington, USAF, USGPO, 2 volumes, 1982.

23 VANNIKOV (B), in Voprosy Istorii, 10, 1968, p. 119, cité dans HOLLOWAY (D), « Innovation in the defence sector », in AMANN (R), COOPER (J), eds., Industrial Innovation in the Soviet Union, New Haven, Yale University Press, 1982, p. 302.

24 NOVIKOV (G) « Minometnoe vooružie vo vtoroj mirovoj vojne » (les mortiers durant la seconde Guerre Mondiale) Voennaja Mysl’, 4, avril 1946, p. 54.

25 SAMSONOV (D « Artillerija-glavnaja udarnaja sila armii » (L’artillerie, force de frappe principale de l’armée) Voennaja Mysl’, 5, mai 1946, p. 20-21.

26 KULESOV (P) « Reaktivnaja artillerija i perspektivy ee razvitija » (L’artillerie réactive et ses perspectives de développement) Voennaja Mysl’, 12, décembre 1946, p. 40-51. P. Kulesov sera nommé adjoint au chef d’etat-major des forces anti-aériennes (PVO). Il sera promu maréchal en 1967.

27 KRYVELEV (I) « K voprosy o sootnošenii čeloveka i tehnika v voennom dele » (La question de la relation entre l’homme et la technique dans la chose militaire) Voennaja Mysl’, 7, juillet 1946, p. 38-39.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search