Version classiqueVersion mobile

La guerre nucléaire de Staline à Krouchtchev

 | 
Jean-Christophe Romer

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ceci se manifeste, par exemple, dans le fait, que, près de trois ans après son annonce, en 1987, la (...)

1A la fin des années cinquante, les Soviétiques engagent une réflexion qui aboutit à la formulation, au début des années soixante, de leur première doctrine stratégique à l’âge nucléaire. Vingt ans plus tard, les Soviétiques commencent à réévaluer officiellement cette doctrine. Les difficultés de tous ordres auxquelles les experts soviétiques ont été confrontés dans la réévaluation de cette doctrine font que, dix ans après l’engagement du débat – au moins de sa phase publique – l’URSS n’avait pas encore réussi à formuler de façon synthétique une nouvelle stratégie. De l’IDS aux changements successifs et rapprochés de secrétaires généraux, une série d’éléments nouveaux – d’ordre interne ou externe – a retardé le moment où l’URSS allait énoncer sa nouvelle ligne1.

2Il existait indéniablement, à la fin des années quatre-vingt, un malaise dans la formulation de la pensée militaire soviétique.

3C’est en regard de ces difficultés qu’il a paru particulièrement utile de s’interroger sur le processus de formation et de formulation de la pensée militaire et de la stratégie de l’URSS. Le choix d’étudier la naissance de la première doctrine stratégique soviétique de l’ère nucléaire s’explique par la similitude des situations entre les années de l’après-guerre et la situation actuelle. Une situation au cours de laquelle il devient nécessaire d’adapter une doctrine aux changements qui sont intervenus dans les domaines de la technique, du politique et de la diplomatie. Il s’agit d’étudier la « généalogie » de cette stratégie à partir du moment où l’apparition des armes nucléaires a provoqué, pour reprendre l’expression du général Poirier, une « crise de la stratégie ». Le temps de maturation de la formulation de la doctrine stratégique soviétique a duré particulièrement longtemps. Mais, dans le même temps, cette durée permet, malgré les obstacles dûs aux difficultés d’ordre documentaire, de mieux étudier les étapes de sa formulation. La mise au point de la première stratégie nucléaire de l’URSS a duré une vingtaine d’années. Ce sont ces quelque vingt ans dont il sera question ici.

4 Ce regard rétrospectif sur le long processus de formation de la stratégie soviétique va permettre d’observer les constantes, la continuité logique, les « noyaux durs d’invariants », mais aussi les transformations, voire les ruptures, apparus au cours de ce processus. L’actualité des débats qui se sont déroulés dans les années cinquante et soixante saute alors aux yeux et l’on retrouve, dans les années quatre-vingt, la majorité des questions débattues vingt ou trente ans auparavant. Seules les réponses peuvent, parfois, différer.

5L’élaboration d’une stratégie est toujours, et dans tous les pays, le résultat d’un faisceau d’éléments qui entrent dans sa composition. Qu’il s’agisse de données militaires ou techniques, de données économiques et politiques – pour les éléments d’ordre interne – ou qu’il s’agisse de données techniques, économiques et politiques de l’adversaire potentiel – pour les éléments externes – une stratégie se situe toujours à un carrefour : carrefour de données, de connaissances, de disciplines. La stratégie est, par définition un objet d’étude pluridisciplinaire.

6De plus, l’URSS est un pays dont la culture politique est très particulière et où, plus que partout ailleurs, le politique est explicitement lié au militaire. Ceci se manifeste notamment dans l’élaboration de la stratégie. Car, de quelle stratégie sera-t-il question ici ?

7Il s’agira essentiellement de ce que l’on peut appeler la doctrine stratégique. Ce travail ne prétend pas dire la stratégie militaire opérationnelle, les « plans de bataille » effectifs de l’URSS et du Pacte de Varsovie. Nous n’en avons ni les moyens ni les compétences. Il s’agira ici de dire la stratégie qui est d’abord, sinon exclusivement, un discours politique. Plus que d’une stratégie opérationnelle, il sera ici question de politique de défense, de projet politique global à partir desquels une stratégie militaire opérationnelle est mise au point. Il ne s’agira donc pas de chercher à dévoiler la stratégie militaire mais de voir comment s’élabore la forme particulière du discours politique qu’est la stratégie affichée d’un Etat. Certes, les données d’ordre strictement militaire doivent impérativement être prises en considération car une doctrine stratégique, pour être crédible, doit nécessairement correspondre, au moins en partie, à la réalité des armements en présence.

8Le deuxième élément de choix est celui du pays : l’URSS. L’URSS, on l’a dit, est un pays dont le système politique est différent du système occidental et dont la logique politique n’est pas la même. L’élaboration et la formulation d’une stratégie affichée suivent par conséquent des voies différentes de celles suivies, par exemple, par les Etats Unis. Sa fonction dans la société – interne et internationale – est également différente.

9A priori, une doctrine stratégique apparaît comme moins indispensable en URSS qu’aux Etats Unis. Il n’existe pas aux Etats Unis de conception du monde, explicitement présentée comme telle, et de façon constante, par les dirigeants – sauf peut être la fonction messianique du système américain auquel il est fait par moments référence. En URSS, par contre, l’idéologie dominante, le marxisme-léninisme, est explicitement et en permanence considérée comme le moteur du système. Dans ces conditions, il est évident, et les Soviétiques le rappellent régulièrement, que la doctrine stratégique d’un pays ne peut être que le reflet du système social de ce pays, de son idéologie dominante. Considérant l’importance de ce facteur, une doctrine stratégique soviétique peut, dans certains cas, se confondre avec cette idéologie dominante. Une stratégie militaire affichée peut, dans ces conditions paraître moins indispensable qu’ailleurs. C’est ce que semblent démontrer les délais nécessaires à l’élaboration de la doctrine des années soixante et les atermoiements des années quatre-vingt : depuis quelque dix ans, l’URSS se trouve dans une situation de vide stratégique ou tout au moins de doctrine stratégique affichée.

10Mais, à l’inverse, l’apparition d’une doctrine stratégique – ou d’un débat visant à réviser la doctrine en vigueur – prend en URSS une importance politique qu’elle n’a pas à l’ouest. Les motivations qui poussent les Soviétiques à débattre de doctrine stratégique reflètent nécessairement une certaine évolution non seulement des données militaires mais également du système dans sa globalité. Là où, à l’ouest, l’on a des considérations d’ordre technique et/ou de « politique politicienne », entrent également en ligne de compte, en URSS, des motivations d’ordre idéologique et social, en raison notamment de sa vision totalitaire des sociétés.

11Cependant, et c’est encore une particularité du système soviétique, la mise au point d’une doctrine stratégique ne peut se faire que dans le cadre très strict d’un champ idéologique encore plus résistant au changement que la stratégie elle-même. De plus, le vocabulaire théorique militaire – et politique – dans lequel s’inscrit le contenu de la stratégie soviétique montre également une grande constante dans ses définitions. Un aperçu de ces définitions paraît donc indispensable avant d’aborder directement l’objet proprement dit de cette étude.

12La doctrine stratégique soviétique découle entre autres – et il n’est pas question ici de faire un relevé exhaustif de tous les concepts de l’idéologie soviétique utilisés dans la stratégie – de la définition de deux notions essentielles : la guerre et la paix.

13Les définitions de la guerre et de la paix ont été mises au point par ou sous Lénine et, à quelques nuances près, sont toujours en vigueur aujourd’hui. Ces définitions découlent directement de la notion d’impérialisme qui détermine la vision soviétique du monde extérieur. Depuis Lénine, en effet, il est admis en URSS que « tant qu’existera l’impérialisme subsistera le danger de guerre » et que la paix « éternelle », le nouvel âge d’or, ne pourra surgir que de la victoire totale et définitive du communisme dans le monde.

14L’impérialisme, « stade suprême du capitalisme » génère donc les guerres – et les révolutions – en raison des contradictions qui sont inhérentes à ce système. Depuis Lénine, les Soviétiques classent les guerres selon cinq types correspondant aux contradictions existant dans les pays impérialistes : les guerres inter-impérialistes, les guerres entre puissances coloniales, les guerres civiles, les guerres de libération nationale et, le dernier et le plus important des types de guerres, apparu depuis 1917 : les guerres entre les deux systèmes antagonistes à vocation mondiale.

15A cette typologie s’ajoutent deux catégories – « catégorie » devant être entendu dans le sens le plus fort du terme – celles des guerres justes et des guerres injustes. Tous les conflits qui se sont déroulés depuis le début du XXème siècle ont ainsi été analysés à la lumière de cette double approche. Les deux guerres mondiales sont ainsi initialement des guerres inter-impérialistes et injustes au cours desquelles, par une prise de conscience des soldats-prolétaires de ce que cette guerre n’était pas la leur, la situation s’est retournée en transformant ce conflit en une guerre civile et révolutionnaire juste. Le résultat de ces deux conflits mondiaux et de leur métamorphose a été, en 1917, la création de l’URSS et, en 1945, la formation du « camp socialiste ».

16Si la conception soviétique de la guerre a fait montre d’une grande constante depuis le début de ce siècle, sa conception de la paix est tout aussi stable. Cette dernière s’inscrit dans la tradition de la IIème Internationale antérieure à la Première Guerre mondiale. Cette conception se résume dans l’affirmation que le prolétariat ne peut être favorable à la guerre puisque la guerre est décidée par les classes dominantes. Mais ce sont les classes dominées qui se battent et se battent contre leurs propres intérêts. De plus, puisque selon Marx, les prolétaires n’ont pas de Patrie, ils ne doivent pas être concernés par une guerre inter-nationale.

17Le prolétaire est donc pas essence pacifiste, même si ses représentants, en France et en Allemagne notamment, ont trahi ses intérêts en votant les crédits de guerre en 1914. Ce prolétariat n’a donc plus d’autre représentant authentique que le parti bolchévik mondial et, surtout sous Staline, que l’Etat soviétique, unique Etat du prolétariat. Poursuivant dans cette « logique », il s’ensuit que l’URSS ne peut être qu’un pays profondément pacifique et pacifiste.

18Mais l’URSS, au lendemain de sa révolution n’en demeure pas moins une « citadelle assiégée » soumise à une constante menace de l’impérialisme. Elle doit donc se préparer à repousser toute agression, considérée comme inévitable jusqu’au début des années cinquante, et, seulement possible, depuis.

19 Tout un édifice théorique a ainsi été élaboré en URSS, destiné à définir les lois de la guerre, la préparation des forces armées et les relations existant entre la guerre d’une part et la politique, l’économie, la science et la technique de l’autre.

20Tout ceci est, en URSS, l’objet de la science militaire (Voennaja Nauka). La science militaire se situe au sommet de l’édifice composant la pensée militaire soviétique et son application, ou ce que les Soviétiques nomment globalement Voennoe Delo et que l’on traduira ici par « chose militaire ».

21Nous aurons l’occasion de voir la définition précise et le contenu de la science militaire ainsi que son évolution au cours de ce travail. On retiendra seulement que l’élément constitutif le plus important de la science militaire – même s’il n’en est pas toujours le premier – est l’art militaire (Voennoe Iskusstyo). Celui-ci se décompose, à son tour en stratégie, en art opératif et en tactique. Lorsque les Soviétiques parlent de stratégie militaire, c’est donc à cet élément premier de l’art militaire et à ce sous-élément de la science militaire qu’ils pensent. La stratégie soviétique s’inscrit dans ces conditions à l’intérieur d’un cadre théorique militaire précis.

22Mais à ce cadre de référence théorique s’ajoute une structure parallèle que les Soviétiques nomment doctrine militaire. Son contenu est également fluctuant et, suivant les périodes, la doctrine militaire a pu représenter le tout et coiffer l’ensemble des notions constitutives de la chose militaire. Elle a pu, à l’inverse, être mise à l’écart et considérée comme une catégorie qu’il faut conserver mais qui est sans grande utilité.

23Telles sont, brièvement résumées, les principales notions qui entrent dans la composition de la chose militaire soviétique. Il n’en a pas été donné de définition précise et référencée ici dans la mesure où la période que nous avons choisi d’étudier est justement une période au cours de laquelle ces mêmes notions ont changé de contenu et de définition . Il sera question de ces définitions à plusieurs reprises au cours de ce travail et, à chaque fois que cela sera le cas, il sera précisé si ces définitions sont ou ne sont pas celles qui avaient toujours cours en cette fin des années quatre-vingt.

24Enfin, dernière précision quant au vocabulaire, ce sont des expressions telles que « pensée militaire », « pensée stratégique », « doctrine stratégique » ou parfois même stratégie tout court qui ont été utilisées dans ce travail. Ces expressions ont été choisies de façon à ne pas correspondre aux expressions utilisées par les Soviétiques, afin de ne pas créer de confusion entre le sujet abordé par tel ou tel auteur soviétique d’une part et, d’autre part, par l’objet de cette étude.

25La « stratégie » qui est étudiée ici correspond essentiellement aux deux premiers échelons de la hiérarchie des valeurs établie par le général Poirier : le projet politique global et la stratégie intégrale. Il s’agit, par conséquent, tout autant d’une conception politique que d’une conception militaire de la stratégie. Ainsi, ne parlera-t-on pas de « doctrine militaire » dans la mesure où, outre le fait qu’il s’agit d’une catégorie soviétique, l’on ne traitera pas exclusivement d’une approche idéologique de la stratégie. Cela dit, il est clair que l’objet de ce travail est bien d’étudier une doctrine. Mais il s’agit de la doctrine stratégique telle qu’elle est conçue dans les pays occidentaux et notamment aux Etats Unis. Pour résumer, on pourrait dire que le projet de ce travail est d’étudier la formation de la culture stratégique soviétique à l’époque nucléaire, et ce, dans un pays à structure sociale particulière. Ceci implique, par conséquent, une vigilance toute particulière si l’on ne veut pas se laisser enfermer dans la logique de l’autre tout en essayant de comprendre et de faire comprendre cette logique qui n’est pas la nôtre.

Problématique et méthodologie

26Plusieurs questions se sont posées qui nous ont incité à aborder ce thème de la formation de la stratégie nucléaire soviétique. La première est que, dans la littérature occidentale, la stratégie soviétique se résume le plus souvent à celle énoncée par le maréchal Sokolovskij dans son manuel publié en 1962 – et révisé en 1963 et 1968. Or, l’exposé d’une doctrine officielle, qu’il s’agisse de stratégie ou de quoique ce soit d’autre, ne surgit jamais du néant. S’est donc, naturellement, posée la question du cheminement intellectuel – et politique – qui a conduit les Soviétiques à énoncer officiellement leur doctrine stratégique de l’âge nucléaire. Car, si cette stratégie nucléaire soviétique est l’aboutissement d’une série de débats et de tâtonnements, elle est aussi profondément ancrée dans une culture stratégique et politique : une culture tout autant soviétique que russe.

27Il est tout aussi évident que l’URSS n’agit pas seule et qu’une stratégie n’existe pas en soi. Elle existe nécessairement par rapport à une menace ou plus précisément par rapport à la perception que l’on en a. De ce point de vue, et malgré un discours constant sur ce sujet, il n’est pas certain que ce qui est dénoncé dans la littérature politique et militaire soviétique comme l’ennemi principal, ait correspondu à la menace telle qu’elle est réellement perçue par les Soviétiques.

28Ceci implique naturellement que l’on place l’évolution de la stratégie soviétique dans la perspective de l’environnement politique et militaire international, et plus particulièrement dans celle de l’évolution de la politique et de la stratégie des Etats Unis. Ces derniers ont toujours été un adversaire-partenaire privilégié, pour ne pas dire le seul interlocuteur valable pour Moscou. Mais, on le constatera également, si l’URSS parle beaucoup des Etats Unis, elle pense le plus souvent à l’Europe, à la fois en terme de menace et en terme de champ de bataille potentiel.

29De plus, on l’a vu, la stratégie dont il sera ici question est d’abord un discours politique. Ce travail est donc, implicitement, mais aussi nécessairement consacré à la relation entre le pouvoir politique et l’armée, en particulier dans ce processus particulier qu’est la formulation de la ligne politico-militaire à un moment donné. Toute l’histoire de l’élaboration de la doctrine stratégique soviétique est donc, de fait, l’histoire des relations entre le pouvoir et ses militaires. Il existe, en effet, un moment à partir duquel, sans doute sous la pression de l’armée qui a réfléchi en termes spécifiquement militaires – mais souvent à un niveau tactique voire opératif – le pouvoir politique exprime officiellement une demande à ses militaires afin que ces derniers lui expliquent, en termes stratégiques, une situation nouvelle. Il y a donc interaction entre les demandes politiques et les exigences militaires, interaction qui fonctionne à double sens. Parfois ce jeu peut être perturbé par l’interférence d’autres questions qui surgissent entre politiques ou militaires ou par des « frondes »– qui ne sauraient en aucun cas être considérées comme des tentatives de prise de pouvoir par les militaires – qui viennent s’intercaler dans ce processus.

30L’histoire de l’élaboration de cette doctrine stratégique est longue. Elle est longue en raison de la situation politique intérieure de l’URSS durant les huit années qui ont suivi la fin de la guerre. Mais, et peut-être surtout, parce que la mise en place d’un discours officiel en URSS doit tenir compte d’éléments qui n’entrent pas en ligne de compte dans des cas similaires à l’ouest. Un discours officiel, qu’il soit politique, stratégique ou de toute autre nature, se doit, en effet, de respecter la cohérence interne de l’ensemble du discours idéologique soviétique. Or, durant les années cinquante, des inflexions ont été apportées à ce discours idéologique. L’exercice, pour les experts militaires ou politico-militaires, était donc d’autant plus ardu qu’il devait se dérouler dans un cadre en mouvement. Ce double mouvement – dans la chose militaire comme dans la chose politique – a, dans ces conditions, encore retardé le moment de la formulation de la stratégie nucléaire soviétique.

31Cette double problématique – quelle est la menace principale et quel est le poids respectif des politiques et des militaires dans l’élaboration du discours nouveau – servira de ligne directrice à toute cette étude. A partir de là, surgissent d’autres questions tournant autour de cette ligne. On sera ainsi conduit à s’interroger sur l’objectif réel de l’URSS lorsqu’elle décide de se lancer dans la « course à la bombe » et si cette dernière a été le véritable moteur – et le seul – de la « révolution dans la chose militaire ». Compte tenu des traditions militaires soviétiques – et russes –, mais aussi en considération des nécessités géopolitiques, il semble que, contrairement aux Etats Unis, la mise au point du vecteur balistique, ou plus précisément du « couple » atome-missile ait été prépondérant dans cette révolution et dans les choix politiques et techniques qui y ont conduit.

32En effet, dans l’élaboration de la doctrine comme dans celle des armements, les contraintes géopolitiques ont eu un rôle considérable, mais pas unique. Une des caractéristiques de la politique soviétique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale est d’avoir été très profondément marquée par une sorte de « complexe d’infériorité technique » à l’égard des Etats Unis. Dès la fin de la guerre, l’un des objectifs affichés de l’URSS a été de « rattraper et de dépasser les Etats Unis », un objectif qui sera repris sous forme de mot d’ordre officiel par Khrouchtchev au début des années soixante. Or, de ce point de vue, même si la mesure d’une telle conception s’avère particulièrement aléatoire, il est indéniable que les choix stratégiques et techniques soviétiques ont été largement déterminés par ce « complexe ». Il s’agit de démontrer que l’URSS peut faire aussi bien, voire mieux, que celui qui est considéré comme l’adversaire-partenaire principal, mais aussi comme le seul interlocuteur valable pour traiter des affaires mondiales.

33L’autre question qui découle de la problématique de ce travail est de savoir, compte tenu justement de ces liens entre armée et pouvoir politique, dans quelle mesure le manuel de stratégie publié en 1962 constitue ou non le manuel de référence sur la stratégie de l’URSS. La presse, notamment occidentale, s’est en effet « emparée » de ce manuel et lui a attribué une importance considérable. Or, si l’on replace ce manuel dans la perspective de l’époque, on peut se demander si le manuel de stratégie, sans le sous-estimer pour autant, méritait tant d’honneur. Car les débats sur la stratégie ne cessent pas avec la publication de cet ouvrage. Il semble d’ailleurs qu’une rupture dans la perspective stratégique de l’URSS se soit opérée après la publication de la deuxième édition de ce manuel. Une rupture qui semble avoir fait entrer la réflexion stratégique soviétique dans une logique nouvelle : la logique du nucléaire. Pourquoi l’énoncé de la doctrine apparaît-il avant que la conception de la stratégie et de la guerre soit entrée ou tout au moins ait fait les premiers pas dans cette logique nouvelle ?

* *
*

34Pour répondre à ces questions, cette étude a été divisée en deux parties correspondant aux deux principaux moments de l’évolution de la réflexion stratégique soviétique.

  • 2 A. P. ALEKSANDROV « Kak delali bombu » (Comment on a fait la bombe), Izvestija, 23 juillet 1988.

35La première partie est consacrée à l’émergence du nucléaire dans le discours politique. Elle sera précédée d’un rappel de la situation de l’arme atomique sous Staline et consiste à faire, en quelque sorte, l’état des lieux de la réflexion stratégique en URSS. On constate que durant cette période, l’atome, même après l’essai de 1949, est presque totalement absent du discours politique soviétique. Mais cette absence de réflexion – ou tout au moins de son expression publique – due en grande partie au « monopole » occupé par la « pensée stratégique » de Staline, n’empêche pas une recherche extrêmement active dans le domaine des armements : armements classiques certes mais aussi dans le domaine des armes nouvelles, atomiques et balistiques. Ces deux derniers secteurs, dominés respectivement par les personnalités de I. Kurčatov et S. Korolev, ont échappé à l’introduction du « lysenkisme » dans leurs disciplines respectives2. Ce qui montre l’intérêt que leur portait Staline même s’il n’en parlait pas. La défense de la patrie du socialisme était une affaire trop sérieuse pour que l’on puisse se permettre les « fantaisies » que Staline a laissé passer dans d’autres domaines de la recherche scientifique.

36Pourtant, à la mort de Staline, l’état de la réflexion stratégique – et notamment de la stratégie nucléaire – est, pratiquement à son point zéro. Avec la mort de Staline et, six mois plus tard l’expérimentation de la première bombe à hydrogène, la problématique nucléaire commence à émerger dans le discours public soviétique. En fait, elle émerge en tant qu’élément du discours politique. Le nucléaire est, en effet, d’abord utilisé comme un enjeu politique dans la course à la succession de Staline. Si certains, tel Malenkov, semblent avoir saisi le véritable sens de la révolution que l’atome apporte à la chose militaire, d’autres, comme Khrouchtchev, ne l’utilisent qu’à des fins que l’on pourrait qualifier de « politique politicienne ». Cela dit, progressivement, surtout à partir de 1955, la réflexion stratégique commence à se dégager de l’emprise du carcan qui lui avait été imposé sous Staline. De plus en plus d’experts civils ou militaires commencent à prendre leur distance avec la stratégie de celui qui, peu de temps auparavant, était encore qualifié de « plus génial stratège de tous les temps ». Ces nuances apparaissent d’abord indirectement puis de plus en plus ouvertement et explicitement.

37Après l’introduction des armes thermonucléaires dans les armées soviétiques, le lancement, en 1957, du premier missile balistique à capacité intercontinentale constitue une deuxième révolution dans la chose militaire. Ou plus précisément, 1957 constituerait, pour les Soviétiques, l’aboutissement de la première révolution, missile et arme nucléaire ne faisant qu’un tout indissociable. A partir de ce moment, la réflexion stratégique prend un nouvel essor. Elle est cette fois sollicitée par le pouvoir politique. Celui-ci demande alors officiellement aux états-majors de réfléchir sur les implications que peuvent avoir les armements nouveaux sur la conduite de la guerre voire sur sa nature même.

38Ainsi commence la seconde période de la formation de la pensée militaire soviétique à l’ère nucléaire. Mais le paradoxe de cette période est que l’ordre des priorités semble avoir été inversé entre l’énoncé de la doctrine et l’expression d’une pensée stratégique nouvelle. Deux ans après l’énoncé par le pouvoir politique des grandes lignes de la stratégie soviétique est publié un manuel de stratégie qui, on l’a vu, aurait dû être destiné à dire la ligne. Or, ce manuel ne met pas fin aux débats qui, au contraire, à partir de 1964, prennent une dimension nouvelle.

39Initialement, il était prévu que ce travail s’arrêterait avec la publication des deux premières éditions du manuel du maréchal Sokolovskij. Or, le contenu des débats qui ont suivi la publication de ce manuel, a rendu indispensable la poursuite de la recherche. Car, si le manuel donne une image de la future guerre entre les deux systèmes antagonistes, il ne semble pas qu’il ait pris réellement en compte la transformation de la nature de la guerre induite par le fait nucléaire. Le manuel reste en large partie déterminé par la vision d’une guerre de l’ère pré-nucléaire qui serait menée avec des armes nucléaires. Ce n’est, semble-t-il, qu’à partir de 1964 que les Soviétiques repensent la guerre et la stratégie en termes nouveaux.

40On s’interrogera alors sur la signification de cette date et sur les raisons qui ont conduit les Soviétiques à engager un tel débat à cette date. On constatera que si la chute de Khrouchtchev a joué un rôle dans cette « révolution » dans la réflexion militaire, elle n’en constitue qu’un élément parmi d’autres . On l’a vu au début de cette introduction, la stratégie n’est pas une science en soi mais se situe à un carrefour de connaissances. Or, à l’époque où les Soviétiques repensent la guerre et la stratégie, pour les faire entrer dans la logique du nucléaire, c’est l’ensemble des sciences sociales qui, en URSS sont en pleine révolution. Le lien entre ces deux « révolutions » ne saurait dans ces conditions être ignoré.

41C’est donc durant la période qui s’écoule entre la publication de la deuxième édition du manuel de stratégie et la rédaction de sa troisième édition que des penseurs militaires envisagent une hypothèse conflictuelle autre que celle, privilégiée dans le manuel. Sans que l’on puisse affirmer que le manuel aurait dû être considéré comme périmé dès le moment où il est publié, il semble que les deux hypothèses, celle du manuel et celle exprimée à partir de 1964, aient coexisté, au moins jusqu’à la fin des années soixante-dix. La seconde hypothèse ayant dès lors été privilégiée. Pourquoi, alors, Sokolovskij a-t-il été mis en avant durant toutes ces années ? Etait-ce dû à une mauvaise analyse, par les occidentaux, de la littérature ouverte soviétique ? Ou bien y avait-il une autre motivation, plus politique, dans laquelle, à l’ouest comme à l’est, chacun aurait trouvé son intérêt ?

* *
*

42Pour réaliser cette étude, la méthode, désormais classique, de la « soviétologie » a été utilisée. Pour l’essentiel, ce travail est fondé sur l’analyse des sources originales – et ouvertes – soviétiques. La presse quotidienne et périodique, générale et spécialisée a été systématiquement dépouillée. Ont été consultés la plupart des ouvrages traitant des questions militaires et politico-militaires publiés durant la période étudiée . Ces sources soviétiques, consultées dans les différentes bibliothèques en France, mais aussi en URSS et aux Etats Unis, ont été complétées par des entretiens avec des analystes, voire avec des témoins, rencontrés à l’occasion de missions effectuées en URSS.

43A ces sources immédiates, s’ajoutent, naturellement, la consultation d’ouvrages occidentaux traitant de sujets similaires ou voisins, publiés tant à l’époque concernée par cette étude qu’a posteriori. Ces analyses sont essentiellement américaines. Enfin, ont été consultées, dans la mesure de leur disponibilité et de leur intérêt, des archives, en particulier celles du Quai d’Orsay... en attendant de pouvoir consulter celles du ministère soviétique de la défense !

44Une question qui se pose traditionnellement lorsque l’on aborde un sujet tel que celui qui est traité ici est celle de la fiabilité des sources originales. La littérature qui a été consultée ici est indéniablement une littérature essentiellement politique, voire idéologique. On peut certes la considérer comme étant totalement détachée des réalités, et par conséquent comme étant d’un intérêt secondaire voire nul. En fait une telle conclusion est l’aboutissement d’une simple lecture au premier degré. Or, il s’agit d’aller plus loin et, en la confrontant avec des données techniques connues ou supposées telles, en corrélant ces différentes sources entre elles, il est possible de distinguer ce qui est simple propagande ou désinformation – et il y en a ! – d’une information qui permet de se faire une idée approximative de ce que pensent réellement les Soviétiques. La « soviétologie » ne saurait être une science exacte !

45Pourrait-on, en effet, imaginer que les responsables de tout ce qui se publie en URSS à usage interne – mais public – n’utilisent que de la désinformation à l’intention de leurs lecteurs. S’il faut cacher le plus possible où se situe la vérité, il faut pourtant qu’elle soit écrite quelque part. Or, la littérature ouverte soviétique en dit beaucoup plus que ce qu’il ne paraît. Au détour d’une phrase, un mot en plus ou en moins par rapport à tel ou tel autre texte peut permettre d’aboutir à des conclusions qui sont souvent confirmées, par la suite, dans les faits. La tâche est ardue et parfois ingrate mais elle est réalisable, y compris dans le domaine militaire.

Notes

1 Ceci se manifeste, par exemple, dans le fait, que, près de trois ans après son annonce, en 1987, la publication d’un ouvrage de référence tel que l’Encyclopédie Militaire en huit volumes, réédition de l’édition parue dans les années soixante-dix, n’a toujours pas eu lieu.

2 A. P. ALEKSANDROV « Kak delali bombu » (Comment on a fait la bombe), Izvestija, 23 juillet 1988.

© Éditions de la Sorbonne, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search