Version classiqueVersion mobile

Émigration alsacienne aux États-Unis 1815-1870

 | 
Nicole Fouché

Chapitre X. Bilan chiffre de l’émigration alsacienne au Texas, 1843-1869

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, chapitre VIII, note 1 et note 2.
  • 2 Nicole FOUCHÉ, "Retrouvez votre cousin d’Amérique... 1 800 noms d’Alsaciens partis au Texas à la su (...)

1Le collationnement systématique et minutieux des sources françaises et américaines1 qui conservent des noms d’Alsaciens ayant émigré au Texas, permet de mettre à la disposition des chercheurs la liste des Alsaciens ayant émigré au Texas2.

2Sur cette liste, publiée en 1986, figurent, outre le nom de l’émigrant, ceux de sa femme et de ses enfants, l’âge de l’émigrant, son domicile, sa profession, la date et le lieu où il a été repéré. Une telle liste, malgré les soins dont elle a été l’objet, reste provisoire. Elle peut à tout moment être modifiée ou complétée par des généalogistes qui auraient poussé très loin l’étude de certaines familles. En l’état, elle constitue un document unique et utile qui permet d’évaluer, sous forme chiffrée, le mouvement de l’émigration alsacienne au Texas de 1843 à 1869.

Le relevé annuel, 1843-1869

3Si tous les émigrants alsaciens au Texas avaient été en règle avec l’administration des passeports, on aurait eu, de 1843 à 1869, l’équivalent de 598 demandes de passeport pour un total d’environ 1 800 émigrants. On ne connaît pas l’année de départ pour 31 chefs de famille (ou isolés). La répartition annuelle ne peut donc être faite que sur un total de 567 familles ou isolés (tableau 46 et figure 17, page suivante).

4Soixante pour cent des émigrés partent entre 1843 et 1846, c’est-à-dire sous l’impulsion de Castro et de ses agents. L’année 1844 voit partir, à

Tableau 46 1843-1869 : relevé annuel de l’émigration alsacienne au Texas (en équivalent passeport)

Années Quantités
1843 91
1844 151
1845 12
1846 82
1847 12
1848 19
1849 5
1850 18
1851 44
1852 26
1853 6
1854 24
Années Quantités
1855 13
1856 6
1857 14
1858 –
1859 4
1860 30
1861 3
1862-1866 0
1867 1
1868 1
1869 5

Figure 17 (Voir le tableau 46 ci-dessus.)

Figure 17 (Voir le tableau 46 ci-dessus.)

elle seule, plus du quart des émigrants de toute la période. Entre 1847 et 1869, l’émigration alsacienne au Texas devient un microphénomène. Des familles ou des isolés (hommes ou femmes) en très petit nombre quittent l’Alsace pour le Texas.

Géographie de l’émigration alsacienne au Texas

Différence entre Haut-Rhin et Bas-Rhin

5Le Bas-Rhin reste pratiquement à l’écart de l’émigration au Texas. Castro, nous l’avions déjà remarqué, n’y avait pas d’agent. Quelques rares Bas-Rhinois se laissent cependant tenter par l’aventure. Ils se joignent aux Haut-Rhinois, essentiellement entre 1843 et 1846, mais toujours dans une faible proportion.

Figure 18. – Émigration alsacienne au Texas de 1843 à 1869.

Figure 18. – Émigration alsacienne au Texas de 1843 à 1869.

Tableau 47 Emigration alsacienne au Texas de 1843 à 1846 (en pourcentage par département)

Années Haut-Rhin Bas-Rhin
1843 84,80 15,20
1844 85,60 14,40
1845 87,80 18,20
1846 94,40 3,60

6A partir de 1847, l’émigration alsacienne au Texas fut exclusivement le fait des Haut-Rhinois ; sauf en 1852 (3,8 %, des émigrants, cette année-là, viennent du Bas-Rhin).

Émigration alsacienne au Texas par arrondissements et par cantons d’origine, 1843-1869

Tableau 48 Répartition par cantons d’origine

Tableau 48 Répartition par cantons d’origine

Figure 19. – Répartition par arrondissements d’origine (en pourcentage).

Figure 19. – Répartition par arrondissements d’origine (en pourcentage).

7Ce sont les arrondissements de Belfort et de Colmar qui fournissent les plus forts contingents d’émigrants au Texas : 82,73 % à eux deux. Si on étudie la répartition des émigrants de l’arrondissement de Colmar en fonction de l’année de départ, on s’aperçoit que le plus fort pourcentage de départs (28,8 %) est atteint en 1846. Parmi les premiers émigrants partis, certains avaient participé à la fondation de Castroville. Leur réussite fut probablement une incitation au départ des suivants. Dans les années 1851-1852, après la guerre entre les Etats-Unis et le Mexique, l’arrondissement de Colmar enregistre une nouvelle poussée de l’émigration au Texas (17,1 % en 1851, 11,7 % en 1852). Les chiffres sont différents pour l’arrondissement de Belfort. Les plus forts pourcentages d’émigrants partent au cours des deux premières années de la colonisation de Castro, 1843 et 1844 (en tout 48,5 %). La reprise de l’émigration est plus tardive, 1854 (7,7 %) et 1860 (14,3 %).

  • 3 "Evolution de la population des deux Entzen de 1801 à aujourd’hui", in Programme de jumelage OberNi (...)

8En fait, si l’on regarde de très près les résultats du tableau 48 ci-contre, on constate que huit cantons du Haut-Rhin sur trente regroupent plus des trois quarts (77,98 %) de l’émigration au Texas. Sur ces huit cantons, certains se détachent nettement : celui d’Ensisheim, dans la plaine de Colmar, et trois cantons de la vallée de la Thur : ceux de Saint-Amarin, de Thann et de Cernay. Il faut savoir que dans le canton de Saint-Amarin, ce furent les villages de Fellering et de Kruth qui se dépeuplèrent au profit du Texas, et qu’en plaine, dans le canton d’Ensisheim, ce furent les villages jumeaux d’Oberentzen et de Niederentzen qui fournirent l’essentiel des émigrants. Entre 1841 et 1856, la population du Haut-Rhin passe de 409 201 habitants à 445 583 habitants, soit une augmentation de 36 382 habitants, ce qui fait un taux d’accroissement de 8,9 %. Pendant ce temps, les villages de Niederentzen et d’Oberentzen passent respectivement de 493 à 399 habitants et de 592 à 614 habitants. Le premier perd 94 habitants, soit environ 20 % de sa population ; l’autre en gagne 22, soit un taux d’accroissement de 3,7 %, bien inférieur à la moyenne régionale3.

9Au niveau de ces villages, l’émigration au Texas a probablement eu une influence négative sur l’évolution du mouvement de leur population.

Profession des émigrants

10La définition des professions est, comme nous l’avons souvent remarqué, une des opérations les plus délicates auxquelles il soit donné de se livrer. Tout d’abord, l’information manque pour 17,20 % des chefs de famille et isolés, sans qu’on sache s’il s’agit d’un oubli ou d’une réponse qui signifierait que l’émigrant est sans profession au moment du départ, peut-être chômeur ? Pour ceux qui déclarent un métier, de nombreuses incertitudes subsistent. Il n’est pas certain que les journaliers soient des travailleurs de la terre. Ils pouvaient aussi bien, à l’occasion, s’adapter à un emploi industriel, voire tertiaire. Les émigrants qui se déclarent manœuvres ne précisent pas dans quelle branche. Enfin, il est fréquent que les candidats à l’émigration au Texas se déclarent cultivateurs, qu’ils le soient ou non, dans le but probable d’être plus facilement admis comme colons. La comparaison des sources a permis de montrer que 6,42 % des émigrants alsaciens au Texas annoncent parfois le métier de cultivateur, parfois un autre (d’où l’existence, dans le tableau 49 ci-dessous, d’une catégorie dite mixte).

Tableau 49 Répartition professionnelle de l’émigration au Texas (en pourcentage)

Primaire Secondaire Tertiaire Mixte
Agriculteurs 44,61 26,80 11,49 6,42
Journaliers 10,67

11De ce tableau il ressort que la supériorité du secteur primaire, même si elle mérite d’être considérée avec circonspection, est importante. Les professions les plus représentées sont celles de laboureur ou de cultivateur. Infiniment rares sont les vignerons et les jardiniers. La place du secteur agricole tendrait à prouver que Castro avait réussi à recruter des émigrés sachant travailler la terre, ce qui était un bon départ pour réussir au Texas. Dans le secteur secondaire, c’est l’industrie textile qui arrive en tête. Dans le secteur tertiaire, ce sont les domestiques qui constituent le groupe le plus important. Le canton d’Ensisheim est essentiellement agricole alors que le canton de Saint-Amarin est organisé autour de l’industrie locale (Wesserling).

Mois de départ des émigrants

12Les très forts pourcentages de départs à la fin de l’automne et au début de l’hiver s’expliquent très bien. Ces périodes sont les moments les plus propices pour arriver au Texas. Les épidémies (fièvre jaune et choléra) y sont moins virulentes et les chaleurs plus supportables (figure 20, ci-dessous).

Figure 20. – Répartition de l’émigration au Texas selon le mois de départ.

Figure 20. – Répartition de l’émigration au Texas selon le mois de départ.

Âge des émigrants et répartition selon le sexe

Figure 21. – Répartition de l’émigration au Texas selon l’âge.

Figure 21. – Répartition de l’émigration au Texas selon l’âge.

13La figure 23 (page précédente) fait apparaître que la grande majorité des chefs de famille émigrants (isolés compris) a entre 21 et 50 ans. Ce sont des adultes encore jeunes.

14Dans cette population d’émigrants adultes, on compte 44,5 % d’hommes qui partent seuls. Les sources ne nous permettent pas de dire s’ils sont célibataires ou s’ils partent en éclaireurs dans le but de faire venir, plus tard, leur famille. 49,1 % des hommes partent avec leurs femmes et leurs enfants. Restent 6,4 % de femmes seules, accompagnées ou non d’enfants.

15La population des jeunes (13-21 ans) est majoritairement composée de garçons (82,4 %). Cette fois, il est presque sûr qu’il s’agit de célibataires. Les jeunes, garçons et filles, sont, pour beaucoup d’entre eux, originaires de l’arrondissement de Colmar, tandis que 44,2 % des chefs de famille de plus de 50 ans sont originaires de l’arrondissement d’Altkirch.

Conclusion

16Entre 1843 et 1869, soit une période de vingt-sept ans, cinq cent quatre-vingt-dix-huit familles (et isolés) représentant environ mille huit cents personnes (hommes, femmes et enfants) quittent l’Alsace pour le Texas, soit, en moyenne, vingt-trois familles (et isolés) par an.

17L’émigration alsacienne au Texas ne représente que 4 % de l’émigration alsacienne aux Etats-Unis, c’est presque négligeable, et, cependant, c’est considérable au niveau des localités alsaciennes qui participèrent à ce mouvement migratoire. C’est fondamental pour Castroville et sa région, qui se souviennent de leur passé alsacien.

18L’importance de l’émigration alsacienne au Texas se mesure plus à ses dimensions symboliques qu’à sa réalité objectivement quantifiable.

Notes de fin

1 Cf. supra, chapitre VIII, note 1 et note 2.

2 Nicole FOUCHÉ, "Retrouvez votre cousin d’Amérique... 1 800 noms d’Alsaciens partis au Texas à la suite d’Henri Castro", in L.-P. LUTTEN, Castroville, Texas, Strasbourg, Bueb et Reumaux, 1986, pp. 105-111.

3 "Evolution de la population des deux Entzen de 1801 à aujourd’hui", in Programme de jumelage OberNieder Entzen D’Hanis, 14 juillet 1978, p. 8.

Table des illustrations

Titre Figure 17 (Voir le tableau 46 ci-dessus.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Titre Figure 18. – Émigration alsacienne au Texas de 1843 à 1869.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49443/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Titre Tableau 48 Répartition par cantons d’origine
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49443/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49443/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 19. – Répartition par arrondissements d’origine (en pourcentage).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49443/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Titre Figure 20. – Répartition de l’émigration au Texas selon le mois de départ.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49443/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Titre Figure 21. – Répartition de l’émigration au Texas selon l’âge.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49443/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 18k

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search