Version classiqueVersion mobile

Émigration alsacienne aux États-Unis 1815-1870

 | 
Nicole Fouché

Chapitre VII. Les alsaciens aux États-Unis

Texte intégral

1Dans ce chapitre, nous n’étudierons pas les Alsaciens émigrés au Texas, à qui les chapitres suivants sont entièrement consacrés, et dont l’émigration obéit à des lois spécifiques que l’on ne retrouve pas obligatoirement pour les autres destinations.

Les ports d’entrée aux États-Unis

  • 1 A.D.H.-R., 4M 131, 132, 133, 134, 135. Les Alsaciens émigrés au Texas ne figurent pas dans l’échant (...)

2Les séries de passeports qui portent la mention du port d’entrée ou celle de la destination finale des émigrants sont assez rares. Dans le présent chapitre, nous avons travaillé sur la série des passeports haut-rhinois 1838-18571, qui – pour chaque demandeur de passeport – indique une destination.

Tableau 36 Ports d’entrée aux Etats-Unis

Destinations Pourcentages
1 New York 66,43
2 La Nouvelle-Orléans 15,38
3 Intérieur des Etats-Unis 13,99
4 Philadelphie 2,33
5 Divers ports 1,17
6 San Francisco, Los Angeles – Californie 0,47
7 Charlestown 0,23

New york et la Nouvelle-Orléans

3New York est le premier port d’entrée des Haut-Rhinois aux Etats-Unis ; New York est suivi, mais de très loin, par La Nouvelle-Orléans (tableau 36, page précédente). Il est bien évident que lorsque les émigrants indiquent New York ou La Nouvelle-Orléans à la rubrique destination, ce n’est pas forcément qu’ils aient l’intention de s’établir dans l’une de ces deux villes, qui sont, le plus souvent, des lieux de transit vers de nouvelles destinées.

4Cette répartition moyenne varie en fonction des années (tableau 37, ci-dessous). La prépondérance du port de New York est absolue, sauf en 1842, où La Nouvelle-Orléans accueille un plus grand nombre d’immigrants.

Tableau 37 Répartition des demandeurs de passeport par destinations et par années (en pourcentage)

Tableau 37 Répartition des demandeurs de passeport par destinations et par années (en pourcentage)

Le port de New York

5Les Alsaciens, en émigrant à New York, ne font pas preuve d’originalité. New York est en effet le principal port d’entrée aux Etats-Unis. Il est aussi le premier à s’être doté de lois destinées à assurer l’accueil et la protection des immigrants. Jusqu’en 1824, date à laquelle l’Etat de New York légifère en matière d’immigration, les ports n’étaient soumis à aucune réglementation.

  • 2 Cette capitation fut à l’origine de multiples problèmes dont on peut voir le détail dans Jean HEFFE (...)

6En revanche, la loi fédérale de 1819 réglait les conditions de transport pendant la traversée. Dès 1824, l’Etat de New York développe sa propre législation, instituant d’abord l’obligation de la déclaration, par les capitaines de navire, de l’identité de chaque immigrant débarqué. En 1847, l’Etat de New York ajoute, à l’obligation de cette déclaration, le versement, par le capitaine de navire, d’une capitation de 1,50 dollar par tête d’immigrant – pour la création d’une caisse des pauvres destinée aux immigrants qui débarquent à New York et qui, pour une raison ou pour une autre, n’arrivent plus à subvenir ni à leurs besoins ni à ceux de leur famille2. Les fonds ainsi recueillis sont administrés par une commission d’émigration composée, d’une part, de six membres nommés par le gouverneur de l’Etat, et, d’autre part, du maire de New York, du maire de Brooklyn, du président de la Société irlandaise de New York et du président de la Société allemande de New York.

7Dans le port de New York des commissaires ont pour charge de protéger les immigrants contre les fraudes systématiques auxquelles ils sont exposés du fait de leur ignorance de la langue et des mœurs américaines. Il s’agissait surtout d’éviter que des rabatteurs, travaillant pour des aubergistes et des transporteurs privés, ne ruinent les nouveaux venus dès leur arrivée. En 1855, une nouvelle législation oblige tous les vaisseaux qui arrivent chargés d’immigrants à débarquer sur un seul et même quai, à l’extrémité sud de Manhattan, à Castle Garden (Fort Clinton). Ce lieu a été aménagé pour assurer le débarquement le plus tranquille possible aux immigrants (bains, restauration, renseignements, conseils, traduction, surveillance des bagages, vente de billets de chemin de fer, de billets de vapeur...).

8L’ensemble de ces aménagements donne à New York une grande supériorité sur les autres ports des Etats-Unis. Les Alsaciens sont sensibles aux commodités offertes par New York. Comment s’en étonner ?

Le port de La Nouvelle-Orléans

9Les Alsaciens sont quand même un certain nombre à choisir La Nouvelle-Orléans. Pourtant, en Louisiane, il y a beaucoup de problèmes pour les immigrants. Tout d’abord la traversée est plus longue. Ensuite, il faut arriver pendant la saison froide. Cela permet d’éviter les risques de fièvre jaune et de choléra, maladies nettement moins virulentes pendant les mois d’hiver. A partir de juin, le port est déserté, toutes les activités sont réduites, l’exode commence et les vapeurs du Mississippi sont remplis d’habitants qui fuient la contagion. La fièvre jaune est très grave si on la contracte de mai à août. Les fièvres de septembre sont moins violentes. De décembre à avril, la ville est saine. En toutes saisons, les plus exposés aux dangers sont évidemment les nouveaux venus, donc les immigrants.

Carte V. – Les voies de pénétration aux Etats-Unis. (D’après Norman LAYBOURN, op. cit., p. 281.)

Carte V. – Les voies de pénétration aux Etats-Unis. (D’après Norman LAYBOURN, op. cit., p. 281.)

10La législation de l’Etat de Louisiane en matière d’immigration est bien plus tardive que celle de l’Etat de New York. Elle date de 1850 et de 1853. Elle se résume à l’obligation du dépôt, par les capitaines, de la liste détaillée des passagers non citoyens des Etats-Unis, et de l’acquittement d’un droit de 2,50 dollars par passager. Ces droits servent à entretenir l’hôpital de la Charité, qui les utilise pour les secours médicaux nécessaires aux immigrants pauvres et malades. Il n’y a pas, à La Nouvelle-Orléans, d’infrastructure spéciale pour le débarquement des immigrants. Quant à l’avantage de pouvoir parler francais, il est mince pour les émigrants alsaciens qui, lorsqu’ils débarquent à New York, trouvent immédiatement à parler allemand.

Les voies vers l’intérieur

11Dans les années 1840, les voies vers l’intérieur des Etats-Unis sont largement ouvertes. A partir de New York, comme de La Nouvelle-Orléans, les Alsaciens pénétraient dans l’intérieur des Etats-Unis. Le choix du port d’entrée est une indication des régions où les Alsaciens avaient l’intention de se fixer.

12On croit beaucoup trop souvent que, au début du XIXe siècle, les Etats-Unis étaient encore cette wilderness chère aux puritains anglais. En fait, de nombreuses voies de communication (pistes, routes, canaux et chemins de fer) s’enfonçaient dans l’intérieur des terres. A titre d’exemple : de New York, il était très facile de rejoindre Albany en bateau (coût : une demi-piastre). Albany est le centre des communications vers l’Ouest. Grâce au canal Erié, les émigrants pouvaient ensuite poursuivre en bateau jusqu’à Buffalo, pour un prix très modique. De là, ils regagnaient Cleveland, Toledo et Detroit. A Toledo, un canal joint l’extrémité du lac Erié à Cincinnati, sur l’Ohio. A Toledo aboutit aussi le canal de la Wabash, qui traverse l’Indiana. Les immigrants peuvent, par cette voie, atteindre La Fayette. Les canaux, dont le réseau principal est orienté nord-sud, sont croisés par un réseau de plus en plus dense de chemins de fer à l’orientation principale est-ouest.

13A partir de La Nouvelle-Orléans, la voie royale est le Mississippi, qui permet de remonter vers le nord et d’accéder aux plaines nouvellement colonisées de l’Ouest. Le vapeur triomphe rapidement de la rapidité des courants, de la force du vent et des chemins de halage. Le vapeur réussit là où la voile ne passe pas et où il faut recourir aux rames.

  • 3 Guillaume Tell POUSSIN, les Chemins de fer américains, historique de leur construction. Prix de rev (...)

14De La Nouvelle-Orléans, il était possible de remonter jusqu’à Saint Louis et Cincinnati sur l’Ohio. Depuis Saint Louis, les chemins de fer et canaux permettaient de gagner Chicago, qui est à 1555 miles de New York, par les canaux et à 1518 miles par les chemins de fer3.

15Une petite minorité d’Alsaciens émigre à Philadelphie. Ils ont probablement l’intention de se fixer en Pennsylvanie, particulièrement dans la région de Pittsburgh, où quantité de leurs compatriotes sont déjà installés. S’ils changent d’avis, ils peuvent toujours, par Pittsburgh, regagner l’Ouest en descendant l’Ohio et en remontant le Mississippi. Mais ce transport est assez coûteux.

16Les émigrants alsaciens n’innovent pas. Ils suivent simplement les voies commerciales déjà tracées. Le grand problème, pour eux, est d’éviter les grands transbordements de bagages et les longs trajets en chariot. A l’est du Mississippi, il était, comme on vient de le voir, relativement facile de circuler. Les choses se compliquent à l’ouest du Mississippi.

  • 4 Jean-Louis RIEUPEYROUT, Histoire du Far West, Paris, Tchou, 1967, 729 p.

17Il faut attendre 1869 pour que le Central Pacific rejoigne l’Union Pacific, à Promontory Point, dans l’Utah. Jusque-là, des pistes permettaient aux colons de passer de l’Atlantique au Pacifique, mais cela avec de gros risques4.

18Les Alsaciens, excepté ceux qui se fixeront au Texas et en Californie, se concentreront plutôt à l’est du Mississippi. Ils cherchent un climat de préférence tempéré, où leur expérience agraire puisse utilement servir.

Géographie des alsaciens aux États-Unis

  • 5 Véronique GAZZO, l’Emigration française aux Etats-Unis de 1845 à 1855. Etude statistique d’après le (...)

19Il n’a pas été procédé à une analyse systématique de cette question, car les sources américaines susceptibles d’y répondre sont dispersées sur l’ensemble du territoire américain. Il faut aller les chercher au niveau de chaque comté, de chaque township, ce qui est, à proprement parler, irréalisable. Aux Etats-Unis, les sources classiques en matière d’immigration sont les listes de passagers remises par les capitaines de navire au service des douanes américain5, les registres de naturalisation ou encore les recensements. Il est très facile de se procurer ces documents. Malheureusement, aucun d’eux ne porte, pour la période qui nous concerne, la mention de la région d’origine des immigrants, encore moins celle de leur lieu de naissance. Sur les listes de passagers, par exemple, les Alsaciens sont répertoriés comme venant "de France", quand ils ne sont pas confondus avec des Allemands, à cause de la ressemblance des patronymes et surtout à cause de leur pratique du dialecte alsacien, proche de la langue allemande.

20Les seules sources exploitables seraient à découvrir aux niveaux régional et local. Etats civils, registres des différentes églises, cimetières, presse locale (nécrologies), monographies locales et généalogies seraient autant de possibilités. Ce type de sources, parfaitement adaptées lorsqu’il s’agit d’étudier un lieu géographiquement déterminé, convient mal à une étude portant sur l’ensemble du territoire américain.

21Quant aux archives francaises – que nous avons largement utilisées, particulièrement les passeports –, elles ne donnent pas le lieu d’établissement définitif de l’émigrant. De plus, les Alsaciens, comme tous les immigrants du XIXe siècle, n’hésitèrent pas à passer d’Etat en Etat, à la recherche d’un port d’attache définitif qui corresponde vraiment aux critères de leur choix. Par la suite, les descendants des premiers arrivés, que l’on compte par centaines pour certains patronymes, ne restèrent pas sur les terres familiales. Ils se dispersèrent, au fil du temps, dans l’ensemble des Etats-Unis, et leur répartition actuelle ne saurait être un indice de ce qu’elle était à l’origine. C’est dire la difficulté qu’il y a, à l’heure actuelle, à dresser une carte de la répartition des émigrants alsaciens aux Etats-Unis au XIXe siècle.

2211 résulte de ce qui vient d’être exposé que tout essai de géographie de l’émigration alsacienne aux Etats-Unis au xixe siècle ne peut qu’être présenté avec réserves. Les témoignages et l’expérience montrent, cependant, qu’un certain nombre de grandes idées peuvent être retenues.

Les États de New York et de Pennsylvanie

  • 6 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, Paris le 7 avril 1827. A.N., (...)

23On observe par exemple que, dans le nord-est des Etats-Unis, les Etats de New York et de Pennsylvanie furent de puissants pôles d’attraction pour les Alsaciens. Au xviiie siècle, ces Etats avaient déjà reçu de nombreux colons de l’est de la France. La tradition, comme on l’a vu, se maintint au XIXe siècle. En Pennsylvanie, la région de Pittsburgh particulièrement, fortement industrialisée pour l’époque, est une "mine" pour les Alsaciens : verreries, hauts fourneaux, ateliers de construction mécanique et chantiers divers offrent des emplois bien rémunérés6.

  • 7 Glenn R. ATWELL, "The Alsatian Community in Western New York", W.N.Y.G.S. Journal, vol. X. n° 1, ju (...)

24Dans l’Etat de New York, ce sont les régions du nord-ouest qui sont les plus prisées : Buffalo, Rochester, Oneida, Checkhwago, Amherst, Alden, Lancaster, sont des localités dans lesquelles se regroupent de très nombreux habitants du Bas-Rhin, catholiques pour la plupart7.

Le Middle West

  • 8 Norman LAYBOURN, op. cit., pp. 350-356 et 370-392.

25Dans le Middle West, les terres d’élection des Alsaciens furent prioritairement l’Ohio, l’Illinois et l’Iowa. Quitter la Pennsylvanie ou l’Etat de New York et entrer dans l’Ohio c’était, au début du XIXe siècle, s’associer à la marche de la colonisation vers l’Ouest. C’est ce que ne craignirent pas de faire les Alsaciens, qui participèrent largement à la croissance des régions de Cleveland, Cincinnati, Akron, Toledo. L’Illinois était au carrefour, d’une part, des routes venant de la côte Est (entrée par New York, Philadelphie ou Baltimore) et, d’autre part, des routes venant du Sud (entrée par La Nouvelle-Orléans, remontée par le Mississippi). En Illinois, les Alsaciens ont fait souche dans au moins dix-sept comtés. Les centres principaux de leur implantation furent la région de Chicago et, dans le Missouri, celle de Saint Louis. Dans l’Iowa voisin, les Alsaciens trouvèrent des terres "en toute liberté"8.

Les États du Sud et la Californie

  • 9 Id., ibid., pp. 415-425.

26Dans le Sud, le Texas, comme on va le voir dans le prochain chapitre, absorba une bonne partie de l’émigration haut-rhinoise, tandis que la Louisiane et l’Arkansas, du fait de la présence de La Nouvelle-Orléans, port moins cher que New York, retenaient aussi les Alsaciens9.

  • 10 Id ., ibid., pp. 459-460.

27Dans l’Ouest américain, la Californie, où l’or attire de nombreux émigrants, reçut un contingent d’Alsaciens, dans les années 185010.

Quelques informations complémentaires

28A l’énumération qui précède il faut ajouter que les ports d’entrée aux Etats-Unis retiennent immanquablement une partie des immigrants. On trouve donc à New York et à La Nouvelle-Orléans, pour ne citer que ces deux ports, une communauté alsacienne.

29On peut encore évoquer, à l’appui de la géographie succincte que nous proposons ici, une constatation intéressante : les Alsaciens ne se contentèrent pas de se fixer aux Etats-Unis, ils baptisèrent, avant et pendant le XIXe siècle, certains lieux du nom d’une localité alsacienne – celle, peut-être, dont ils étaient originaires. Une façon comme une autre de ne pas oublier l’Alsace.

30La Pennsylvanie arrive en tête avec cinq localités qui portent des noms alsaciens :

  • Colmar,
  • Elsass,
  • Oberlin,
  • Strasburg,
  • Upper Strasburg.

31Dans l’Illinois, trois localités ont été baptisées avec des noms alsaciens :

  • Colmar,
  • Strasburg,
  • New Strasburg (Chicago).

Dans le Kansas, trois villages rappellent l’Alsace :

  • Marienthal,
  • Oberlin,
  • Strasburg.

32Les Etats de New York, d’Ohio, de Virginie, de Louisiane et d’Indiana possèdent chacun deux villages "alsaciens" :

  • New York – Belfort,
     – Strasburg,
  • Ohio – Oberlin,
     – Strasburg,
  • Virginie – Strasburg,
     – Strasburg,
  • Louisiane – Alsatia,
     – Oberlin,
  • Indiana – Millhousen,
     – New Alsace
  • 11 Id., ibid., p. 104 ; pp. 330 sqq.

33Il faut encore ajouter à cette liste, un Strasburg dans le Wisconsin et un dans le Michigan, un Colmar Manor dans le Maryland, un Colmar dans le Kentucky, un Strasburg dans le Dakota-du-Nord un dans le Colorado, un dans le Nebraska, un dans le Missouri et un dans l’Alabama11.

34Le problème de cette toponymie est qu’on ne sait absolument pas quelle concentration d’Alsaciens ces villages attiraient.

  • 12 Cf. note 1.

35On peut aussi tester la géographie proposée en dressant la liste des localités américaines données, par une partie des demandeurs de passeport haut-rhinois (1838-1857), comme destination définitive12.

36Quatorze pour cent des demandeurs de passeport indiquent, à la rubrique destination, un nom de ville ou d’Etat de l’intérieur des Etats-Unis :

  • 13 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, Paris le 7 avril 1827. A.N., (...)

[...] Nombreux sont les individus – explique le ministre de l’Intérieur à son collègue des Affaires étrangères – qui, au lieu de demander des passeports pour les grandes villes maritimes des Etats-Unis dans lesquelles ils pourraient avoir quelques relations, indiquent pour le terme de leur voyage, les nouveaux établissements formés dans l’intérieur des terres, tels que Cincinnati ou Pittsburgh [...]13.

37Les villes et les Etats de l’intérieur des Etats-Unis, choisis par les émigrants alsaciens, sont présentés ci-dessous dans le tableau 38. Cette liste n’a qu’une valeur indicative. Elle ne concerne que les Haut-Rhinois entre 1838 et 1857, et on ne sait pas combien de fois chacune de ces villes a été donnée comme destination. Elle est néanmoins intéressante, car elle indique des points d’établissement des Alsaciens aux Etats-Unis. On constate que l’Etat de New York est représenté par trois villes ; l’Ohio, le Missouri, le Kentucky, par deux villes ; la Virginie, par deux villes également ; et plusieurs Etats de la côte Est et du Middle West par une ville ; ce qui fait en tout vingt-deux villes de l’intérieur des Etats-Unis pour accueillir des immigrés originaires d’Alsace.

Tableau 38 Quelques villes de l’intérieur choisies par les Alsaciens

Ville Etat
Augusta Georgie
Buffalo New York
Burlington Iowa
Cambden Arkansas
Chicago Illinois
Cincinnati Ohio
Dayton Ohio
Detroit Michigan
Dover Delaware
Jefferson Missouri
Lexington Kentucky
Louisville Kentucky
Milwaukee Wisconsin
Mobile Alabama
Pittsburgh Pennsylvanie
Providence Rhode Island
Richmond Virginie
Rochester New York
Saint Louis Missouri
Toledo New York
Wheeling Virginie
York Indiana
  • 14 Benjamin VALLOTTON, "Alsaciens et Lorrains aux Etats-Unis d’Amérique", l’Alsace française, n° 21, 2 (...)

38La liste des sociétés ou associations d’Alsaciens-Lorrains en activité dans le pays entre 1871 et 1926 permet aussi de préciser les lieux d’im plantation aux Etats-Unis14. Sur les trente-neuf associations recensées, il se pourrait que seulement huit soient nées au moment de la guerre franco-allemande de 1870, dans le but de manifester un soutien patriotique à l’Alsace annexée. Les autres, bien qu’on ne connaisse pas exactement leur date de création, semblent être plus anciennes, c’est-à-dire antérieures à 1870.

  • 15 Id, ibid.

Tableau 39 Répartition des sociétés d’Alsaciens-Lorrains15

Etat Ville Nombre de sociétés
New York New York
Brooklyn
5
3
New Jersey West Hoboken
Paterson
Passaic
Elizabeth
3
1
1
1
Californie San Francisco
Los Angeles
San Diego
1
1
Massachusetts Boston
Plymouth
Lawrence
Roslindale
1
1
1
1
Ohio Akron
Cincinnati
Hamilton
Toledo
1
1
1
1
Pennsylvanie Philadelphie
Pittsburgh
1
1
llinois Chicago 2
Colorado Denver 1
Connecticut New Haven 1
Kentucky Louisville 1
Louisiane La Nlle-Orléans 1
Michigan Detroit 1
Minnesota Duluth 1
Missouri Saint Louis 1
Washington Seattle 1

39De proche en proche, on peut donc dire qu’on réussit, bien que très imparfaitement, à s’approcher de la réalité de l’implantation alsacienne aux Etats-Unis. Cela dit, il faut rester très prudent, car les instruments de mesure dont nous disposons sont peu précis et encore trop rares (un aperçu est donné par la carte VI, page suivante).

Carte VI. – L’implantation des Alsaciens aux Etats-Unis.

Carte VI. – L’implantation des Alsaciens aux Etats-Unis.

L’adaptation

  • 16 Frederick C. LUEBKE, "The Alsatians" in Ann ORLOV, Oscar HANDLIN, Encyclopedia of American Ethic Gr (...)

40Ici encore la question est délicate. Les historiens qui se sont intéressés à ce problème ont eu tendance à expliquer que les Alsaciens, du fait de leur pratique du dialecte alsacien, proche de la langue allemande, se sont fondus dans le German Stock 16, ce qui, à notre avis, est contredit par l’existence de ces trente-neuf sociétés alsaciennes, dont quelques-unes créées en 1870-1871 étaient ouvertement anti-allemandes.

  • 17 Frank L. SCHŒLL, op. cit., p. 91.

41De plus, il semble qu’en certains endroits les Alsaciens aient réussi, pendant quatre générations au moins, à conserver le dialecte. Une enquête, menée en 1929 par Frank L. Schœll, montrait qu’au début du XXe siècle, deux îlots alsaciens – l’un à Woolstock (Iowa), l’autre à Serena (Illinois) – avaient parfaitement réussi à résister au flot anglais environnant17.

42La même constatation sera faite à Castroville au Texas, où le regroupement d’Alsaciens permit la conservation de certains particularismes, dont le dialecte. Il y a d’autres exemples de ce type dans l’Illinois, dans le comté de McHenry. Dans tous les cas, il faut savoir que la cinquième génération a perdu la compréhension courante du dialecte.

43Dire que les Alsaciens conservèrent leurs associations et leur dialecte pendant plusieurs générations, est-ce dire qu’ils résistèrent à l’assimilation ? Chaque nationalité, chaque communauté créa ses propres associations, ses propres circuits et chercha à regrouper les "pays" des environs. Les Alsaciens n’échappèrent pas à la règle, partout où ils étaient assez nombreux. Lorsque leur nombre était trop faible, on comprend qu’ils se soient rapprochés des communautés allemandes. Dans tous les cas, ils s’adaptèrent parfaitement bien aux impératifs géographiques, économiques, politiques et culturels de leur nouvelle patrie, contribuant, par leurs activités, à en former le substrat.

Conclusion

44Les Alsaciens n’étaient pas en assez grand nombre pour imposer des réseaux originaux de pénétration vers l’intérieur des Etats-Unis. Ils utilisèrent ceux qui existaient. Ils se fixèrent, de préférence, dans les régions de l’est des Etats-Unis et du sud des Grands Lacs ; une exception originale et inattendue à cette règle, l’implantation des Alsaciens dans le sud du Texas, colonisation dont l’étude est développée dans le prochain chapitre.

Notes de fin

1 A.D.H.-R., 4M 131, 132, 133, 134, 135. Les Alsaciens émigrés au Texas ne figurent pas dans l’échantillon que nous avons retenu pour étudier les ports d’entrée aux Etats-Unis.

2 Cette capitation fut à l’origine de multiples problèmes dont on peut voir le détail dans Jean HEFFER, le Port de New York et le conmerce extérieur américain, 1860-1900, Paris, Publications de la Sorbonne, 1986, pp.170-171.

3 Guillaume Tell POUSSIN, les Chemins de fer américains, historique de leur construction. Prix de revient et produit. Mode d’administration adopté. Résumé de la législation qui les régit, Paris, 1836, in-4°, 271 p., cartes. Jean-Baptiste MARESTIER, Mémoire sur les bateaux à vapeur des Etats-Unis d’Amérique, avec un appendice sur les diverses machines, Paris, Imprimerie royale, 1824, in-4°, 291 p.

4 Jean-Louis RIEUPEYROUT, Histoire du Far West, Paris, Tchou, 1967, 729 p.

5 Véronique GAZZO, l’Emigration française aux Etats-Unis de 1845 à 1855. Etude statistique d’après les listes de passagers arrivés à New York, mémoire de maîtrise, directeur Claude Fohlen, Centre de recherches d’histoire nord-américaine, 1984-1985, pp. 7-10.

6 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, Paris le 7 avril 1827. A.N., F7 9334.

7 Glenn R. ATWELL, "The Alsatian Community in Western New York", W.N.Y.G.S. Journal, vol. X. n° 1, juin 1983, pp. 6-11.

8 Norman LAYBOURN, op. cit., pp. 350-356 et 370-392.

9 Id., ibid., pp. 415-425.

10 Id ., ibid., pp. 459-460.

11 Id., ibid., p. 104 ; pp. 330 sqq.

12 Cf. note 1.

13 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, Paris le 7 avril 1827. A.N., F7 9334.

14 Benjamin VALLOTTON, "Alsaciens et Lorrains aux Etats-Unis d’Amérique", l’Alsace française, n° 21, 21 mars 1927, pp. 401-402.

15 Id, ibid.

16 Frederick C. LUEBKE, "The Alsatians" in Ann ORLOV, Oscar HANDLIN, Encyclopedia of American Ethic Groups, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, 1980, pp 29-31. Glenn R. ATWELL, "The Alsatian Community in Western New York", W.N.Y.G.S. Journal, vol. X, n° 1, juin 1983. Ismar S. ELLISON, "The Germans in Buffalo", The Publication of the Buffalo Historical Society, vol. II, 1980, p. 124.

17 Frank L. SCHŒLL, op. cit., p. 91.

Table des illustrations

Titre Tableau 37 Répartition des demandeurs de passeport par destinations et par années (en pourcentage)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Carte V. – Les voies de pénétration aux Etats-Unis. (D’après Norman LAYBOURN, op. cit., p. 281.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49428/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Carte VI. – L’implantation des Alsaciens aux Etats-Unis.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/49428/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search