Version classiqueVersion mobile

Émigration alsacienne aux États-Unis 1815-1870

 | 
Nicole Fouché

Chapitre V. Les causes locales de l’émigration

Texte intégral

L’attitude des autorités : un frein ?

1Avant 1855, les gouvernements qui s’étaient succédé, en France, avaient eu pour principe officiel de ne pas légiférer en matière d’émigration nationale, ni pour la favoriser, ni pour la restreindre. Comme on l’a déjà fait remarquer, le principe publiquement énoncé était que les personnes pouvaient se déplacer et sortir librement du pays lorsqu’il était établi qu’elles jouissaient de leurs droits civils et qu’elles avaient rempli les formalités obligatoires. Cette politique officielle était en contradiction avec l’"intime conviction" des responsables de la délivrance des passeports... C’est toujours à contrecœur que les autorités préfectorales alsaciennes, officieusement soutenues dans leurs réticences par les différents ministres de l’Intérieur, délivraient les passeports aux émigrants. Le jugement qui est porté sur l’émigration est sans appel : c’est une maladie, une fièvre, c’est une folie, un mal dangereux. Les pressions des autorités pour limiter l’émigration ne furent pas toujours discrètes. En 1817, le préfet du Bas-Rhin alla même jusqu’à suspendre, de sa propre initiative, la délivrance de passeports qui avaient déjà été signés par le ministre de la Police générale. Il voulait également

  • 1 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de la Police générale, Strasbourg le 23 janvier 1817. A.N., F (...)

[...] se faire autoriser à refuser absolument les passeports, à interdire l’émigrant et à faire arrêter, faute de passeport, tout individu qui tenterait de partir clandestinement [...]1.

2L’autorité de tutelle protesta officiellement. Il n’empêche qu’elle acquiesçait sur le fond. Tout en s’élevant contre les propositions du préfet du Bas-Rhin. Paris recherchait les moyens de réduire l’émigration alsacienne. L’émigration n’avait pas bonne presse dans les hautes sphères de la capitale, et, puisque la loi ne pouvait être invoquée, il allait falloir trouver d’autres solutions. Les seules qui fussent à la disposition des autorités étaient la coercition morale, les pressions orales, insinuantes, plus ou moins honnêtes, exercées sur l’émigrant alors qu’il faisait ses démarches de demande de passeport :

  • 2 Lettre du ministre de l’Intérieur aux préfets du B.-R., du H.-R. et de la Moselle, Paris le 19 juil (...)

[...] Sans doute il n’existe aucun moyen légal de s’opposer à ce que des hommes, qui ont le malheur de ne pas apprécier tout ce que la France offre de ressources à quiconque sait et veut travailler, aillent chercher où bon leur semble un bien-être même chimérique, mais une administration paternelle n’aurait pas rempli sa tâche si, chaque fois que des passeports lui sont demandés pour des pays lointains et mal connus, elle ne s’efforçait, par la persuasion, de détourner les réclamants de l’entreprise hasardeuse qui n’a eu, jusqu’à présent, que de fâcheux résultats pour tous les Européens qui l’ont tentée, ces derniers temps [...]2.

Les problèmes objectifs

3Il y a donc, dans l’esprit des autorités françaises, une gêne, un malaise à l’idée que des Français puissent souhaiter s’établir sous d’autres cieux. Hors de France, point de salut...

  • 3 Circulaire à Messieurs les Maires relative à l’émigration pour l’Amérique, Strasbourg le 3 février  (...)

[...] Je forme des vœux – dit Esmangart, préfet du Bas-Rhin en 1830 – pour détourner les habitants de ce département de la funeste détermination [d’] aller chercher leur bien-être sur une terre étrangère et éloignée où ils ne trouveront que la misère et les regrets[...]3.

4Cela dit, il faut tout de même voir que l’émigration pose un certain nombre de problèmes objectifs.

Les indélicatesses de certains émigrants

5Des cultivateurs alsaciens disparaissent sans avoir remboursé les crédits qui leur ont été consentis par des négociants ou des prêteurs du voisinage. Ceux-ci, le plus souvent, s’en plaignent à l’administration qui, ne pouvant intervenir dans les affaires privées, est totalement impuissante et ne peut régler le problème. De la même manière, il n’y avait pas de recours possible pour les victimes d’un émigrant qui aurait fait une banqueroute frauduleuse.

6Il arriva aussi que des Alsaciens partent discrètement, laissant leur famille, femme et enfants, soit dans le plus grand dénuement, soit à la charge d’un frère, d’un ami, soit encore à la charge des communes. Ce fait, sans être si fréquent, est quand même signalé à plusieurs reprises. En 1854, la commission administrative des hospices civils de Strasbourg finit par demander au préfet

  • 4 Préfecture du B.-R., 12 juillet 1854. A.D.B.-R., 3M 701.

[...] de prendre les mesures qu’il jugera[it] convenables pour prévenir l’abandon d’enfants par leurs pères et mères émigrants [...]4.

7Il faut ajouter à ce tableau les impayés laissés par les émigrants aux contributions et aux caisses communales et municipales. Redevables de petites (ou grosses) sommes d’argent – prestations ou rétributions scolaires, impôts mobiliers, patentes, amendes forestières, contributions diverses –, des familles se trouvent dans l’impossibilité de payer et, redoutant d’être "exécutées" par la voie des huissiers, finissent par émigrer. On voit aussi des jeunes gens émigrer pour se soustraire à la loi sur le recrutement. Les autorités craignent qu’à la longue ces absences ne créent un déficit dans le contingent des armées.

8Tous ces problèmes sont à l’origine de la circulaire de 1828. Celle-ci fixe, pour la première moitié du XIXe siècle, les obligations des émigrants. Ce n’est pas un hasard si les dossiers des candidats à l’émigration sont contraignants :

  • 5 A.D.B.-R., 3M 706.

[...] Strasbourg, le 28 avril 1828. Circulaire à MM. les Maires, relative aux demandes de passeports pour l’Amérique. [...] [Les pétitionnaires] doivent justifier par quittances ou certificats du percepteur qu’ils ont complètement acquitté leur contribution personnelle et mobilière, celle des portes et fenêtres, ainsi que la patente [...]. Les individus qui demandent à se rendre en Amérique [doivent] avoir acquitté en entier les sommes dont ils peuvent être redevables à la caisse municipale [...]. Les jeunes gens [qui appartiennent], par leur âge, à des classes de recrutement qui ne sont pas encore libérées, [doivent faire connaître] le numéro qu’ils ont obtenu au tirage de telle ou telle classe, dans tel ou tel canton, s’ils font ou non partie du contingent, s’ils ont été exemptés pour infirmités ou pour toute autre cause [...]. Les nom, prénom et âge de toutes les personnes qu’ils sont dans l’intention d’emmener avec eux, ainsi que les moyens pécuniaires dont ils justifient pour subvenir aux frais du voyage [doivent être signalés]. [...] Il peut se trouver parmi les émigrants des tuteurs dont la gestion ne soit pas finie, ou qui n’aient pas rendu le compte définitif de leur tutelle. Dans ce cas, leur départ peut avoir des suites funestes pour les mineurs dont les intérêts leur sont confiés. Il peut arriver aussi qu’avant d’avoir rendu leur compte de tutelle, ils vendent des immeubles, au moment de leur départ pour l’étranger, à des personnes qui, ne trouvant pas d’hypothèques inscrites sur ces biens, les croient libres et les achètent de confiance, ignorant qu’aux termes de l’article 2135 du Code civil, l’hypothèque légale sur les immeubles d’un tuteur existe en faveur des mineurs, indépendamment de toute inscription, à dater du jour de l’acceptation de la tutelle. Ce défaut d’attention de la part des acquéreurs les mettrait dans le cas d’être obligés à toutes les dettes des tuteurs envers les mineurs dont ils ont la tutelle, ou à délaisser les immeubles qu’ils auraient imprudemment acquis [...]5.

9On peut voir que l’émigration est à la source de problèmes dont le règlement est parfois délicat. On comprend que si ces sortes d’affaires s’accumulent dans un département, elles soient créatrices de troubles pour l’administration, voire déstabilisantes pour la société civile locale. Que les autorités administratives et le pouvoir politique cherchent à les éviter n’est donc pas surprenant.

Le départ d’émigrants aisés

10Heureusement, tous les émigrants ne sont pas dans les situations que nous venons d’évoquer. Nombreux sont les chefs de famille parfaitement en règle, parfaitement solvables, parfaitement honnêtes. Dans ce cas, les autorités déplorent leur départ pour d’autres raisons. Quand il s’agit

  • 6 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 6 avril 1827. A.N., F7 9334.

[...] d’artisans ou de cultivateurs qui possèdent un établissement proportionné à leur état et des ressources suffisantes pour leurs besoins [...], le Royaume risque de s’appauvrir par leur départ [...]6.

11Dès 1817, les autorités dénonçaient les départs des propriétaires et des gens dits aisés. En 1828, 1832, 1841, 1854, le même genre de remarques revient sous la plume des responsables, qui regardent l’émigration de cette catégorie d’Alsaciens avec sévérité.

La fuite du numéraire

12Il faut dire que les émigrants ne partent pas les mains vides. Riches et pauvres partent avec de l’argent liquide, ce qui pouvait poser un problème au niveau local, à une période où le numéraire est rare. On peut avoir une idée de l’importance des sommes emportées par les Bas-Rhinois, entre 1828 et 1837, en les comparant, par exemple (tableau 32, ci-dessous), aux revenus des contributions foncières du Bas-Rhin, dans chaque arrondissement (en francs).

Tableau 32 La fuite du numéraire (Bas-Rhin)

  • 7 Procès-verbaux du conseil général du département du Bas-Rhin, répartition des contributions foncièr (...)
  • 8 Relevé numérique par cantons des habitants du Bas-Rhin émigrés pour l’Amérique de 1826 à 1837 inclu (...)
Arrondissements Contributions foncières en 18357 Moyenne annuelle des sommes
emportées8
Pourcentage
Sommes emp.
Contrib. fon.
Saverne 339 506 22 171 6,53
Sélestat 489 073 2 485 0,51
Strasbourg 807 934 15 916 1,97
Wissembourg 246 035 41 505 16,87

13On conçoit que, par exemple, dans l’arrondissement de Wissembourg, déjà pauvre, cette fuite de numéraire ait pu poser des problèmes.

Le départ des ouvriers spécialisés

14Outre la volonté de retenir les Alsaciens aisés, celle d’éviter que l’argent ne sorte du pays, les autorités – souvent alertées par les industriels – avaient celle de retenir les ouvriers spécialisés, dont le départ pouvait être une cause de concurrence déloyale pour la France. Au moment de l’émigration aux Etats-Unis de Pierre Anschütz, ouvrier des forges de Zinswiller, de nombreux ouvriers de Zinswiller s’inspirent de son exemple, demandent des passeports pour l’Amérique et quittent l’Alsace pour aller s’employer aux aciéries de Pittsburgh. Dans la foulée, douze familles de Wissembourg avaient obtenu des passeports pour se rendre en Amérique. Le comte de Steinthal, bien qu’inquiet, dément – après enquête – qu’il s’agisse d’un complot étranger :

  • 9 Norman LAYBOURN, Contribution à l’histoire de l’émigration des Alsaciens et des Lorrains du xviiie  (...)

[...] Tout prouvera – écrit-il – qu’aucun agent secret d’un gouvernement étranger n’est mêlé dans cette affaire [...]9.

  • 10 Claude GEWISS, "De la haute vallée de la Thur aux rives du Coleto Creek, une aventure alsacienne au (...)

15Le départ d’un ou deux ouvriers ne serait pas, en soi, un problème, mais les industriels craignent que le phénomène ne s’étende, c’est pourquoi ils sont très vigilants. En 1843, c’est le maire de Mulhouse, Charles Emile Dollfus, qui, dans une lettre au préfet du Haut-Rhin, s’émeut des recrutements opérés par les agents d’Henri Castro pour le Texas. On voit également Aimé Philippe Roman, maire de Husseren, mais surtout associé de la direction de la grande manufacture de Wesserling, protester contre les engagements de Castro, qui semblent toucher la main-d’œuvre qualifiée10. Le sous-préfet de Belfort se fait aussi l’écho des préoccupations des industriels :

  • 11 Lettre du sous-préfet de Belfort au préfet du H.-R., Belfort le 18 octobre 1844, A.D.B.-R., 6M 375.

[...] L’émigration est le fait d’hommes exerçant des professions industrielles telles que graveurs, dessinateurs, tisserands qui iront porter dans les divers pays où on les appelle, leur utile industrie. La plupart de ceux-ci proviennent des fabriques de la vallée de Saint-Amarin, et la maison Wesserling a perdu ainsi un grand nombre de ses ouvriers [...]11.

16Bien plus tard, en 1859, le ministre de l’Intérieur fait passer la note suivante, qui témoigne d’un souci légitime :

  • 12 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 14 juillet 1859. A.D. B.-R., 15M 55.

[...] Ne délivrez qu’avec circonspection des passeports à l’étranger aux ouvriers admis à travailler dans nos manufactures d’armes de guerre [...]12.

17Les préfets, les sous-préfets, les maires et les industriels n’avaient aucun moyen légal de retenir les Alsaciens. L’ensemble des émigrants – indigents sans scrupule, mauvais payeurs, pauvres chargés de dettes, Alsaciens aisés, propriétaires de terres, ouvriers qualifiés (agricoles ou industriels), travailleurs honnêtes et respectables – est alors, sinon interdit d’émigration, du moins soumis à des pressions incessantes de la part des autorités.

Les pressions des autorités

18L’application stricte et rigoureuse de la législation concernant les passeports permettait aux autorités de contrôler, très légalement, les candidats à l’émigration. Les préfets suivent de près l’action de la police chargée de la surveillance des passeports, l’approuvent et la soutiennent :

  • 13 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de l’Intérieur, Strasbourg le 4 mars 1822, A.N., F7 12186.

[...] J’observe – dit le préfet du Bas-Rhin au ministre de l’Intérieur – que la surveillance sur les voyageurs s’exerce avec plus de rigueur et de suite [...]. L’attention de la police ne se relâchera point de son extrême surveillance aussi longtemps que les circonstances lui en imposeront, comme aujourd’hui le devoir impérieux [...]13.

19D’un autre côté, toutes ces démarches sont des occasions, pour l’administration, de tenter de dissuader les candidats à l’émigration. Les métaphores employées dans les correspondances officielles pour la caractériser disent assez la pensée profonde de leurs auteurs : lèpre, épidémie, espérances chimériques... qu’il convient d’endiguer, et donnent le ton paternaliste du discours que les autorités préfectorales vont adopter pour convaincre les candidats à l’émigration de renoncer à leur projet :

  • 14 Lettre du ministre de la Guerre, Paris le 28 mars 1817. A.N., F7 6138 8.
  • 15 Préfecture du H.-R., circulaire du 27 mai 1817 à MM. les sous-préfets et maires du département du H (...)

[...] Les autorités locales [ont] reçu des instructions pour arrêter le cours de cette maladie et pour chercher l’origine du mal [...]14.
[...] Messieurs, Nous ne voyons pas sans douleur tant de nos malheureux compatriotes séduits par de fallacieuses promesses, de trompeuses illusions, égarés par de perfides conseils, fuir nos belles contrées, abandonner les lieux qui les ont vu naître, s’éloigner des églises, des temples où ils reçurent avec le baptême le nom de chrétien, renoncer même à la religieuse espérance de réunir leurs os à la dépouille mortelle de leur père, et pourquoi ? Pour aller chercher sur un sol inconnu des biens imaginaires, en renonçant aux biens réels que leur promettent les récoltes prochaines, à des biens dont ils ne sont séparés que par le court espace de 50 jours ; pour échanger enfin des privations passagères contre les horreurs du dénuement, de la famine, de l’abandon et les angoisses du désespoir ; nos administrés crédules, par le mensonge seul, ont rejeté la vérité, méconnu notre sollicitude et ri de nos terreurs. [...] Messieurs, c’est dans l’intérêt seul de nos compatriotes que nous leur avons fait entendre la voix de la patrie ! Comme une tendre mère, elle veille sur ses enfants, elle craint pour eux non pour elle les malheurs qui déjà punissent ceux d’entre eux qui sont demeurés sourds à cette voix maternelle ; que le cri de leur désespoir se fasse au moins entendre à ceux qui peuvent encore recevoir des autres la leçon de l’expérience ; qu’elle ne soit pas perdue pour tous. Concertez-vous avec les ministres des différents cultes, faites connaître cette lettre à tous, que tous se pénètrent des effrayantes vérités qu’elle renferme et [...] qu’ils frémissent [...]15.

20Ce morceau est digne d’une anthologie de l’émigration alsacienne. Il n’est pas entièrement feint, car il était, en effet, du ressort des préfets de considérer avec bienveillance les conditions de vie dans lesquelles leurs administrés pouvaient avoir à se débattre. Or, en France, les responsables politiques et administratifs sont sincèrement et intimement persuadés que l’étranger est un lieu dangereux où l’on ne peut que se perdre. En revanche, le ton est grandiloquent et affecté, l’intention foncièrement malhonnête. Le préfet cherche à émouvoir des personnes simples, à faire pression sur elles de manière détournée, faisant appel à leurs bons sentiments, à leur religiosité, à leur sens de la patrie. Le procédé n’est pas très élégant, même si le but est justifié, aux yeux du préfet.

21A la fin des années 1820, les autorités pratiquent toujours des méthodes douteuses. Le préfet du Haut-Rhin fait publier deux documents, une lettre adressée de New York au maire de Belfort :

  • 16 Copie de la lettre adressée de New York, le 25 juillet 1828, à Monsieur le Maire de Belfort, signée (...)

[...] Je vous en prie en grâce, Monsieur le Maire, de persuader toutes les personnes qui auraient envie de venir ici qu’elles seraient bien plus malheureuses en Amérique que chez elles [...]16

et un article du Journal du Havre qui est vraiment décourageant :

  • 17 Copie de l’article inséré au Journal du Havre, [extrait, 1829]. A.D.H.-R., 6M 375.

[...] Nous avons sous les yeux un spectacle des plus affligeants, celui des malheureux Suisses et Alsaciens, qui, sans aucune ressource, sont venus au Havre chercher un passage pour les Etats-Unis. Ces infortunés, presque tous surchargés d’une famille nombreuse, parcourent les rues en implorant, à demi vêtus, la pitié des passants [...]17.

22Apparemment, rien ne fait céder les émigrants. Ceux qui veulent partir partent, mais le gouvernement français n’abandonne pas :

  • 18 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, Paris le 21 mai 1830. A.N., (...)

[...] Dans le but de mettre un terme à une expatriation qui ne peut être qu’une démarche malheureuse pour ceux qui l’entreprennent et de conserver à la France une foule d’ouvriers et d’artisans dont l’industrie est nécessaire à sa prospérité je crois devoir prier Votre Excellence de bien vouloir se procurer par la voie diplomatique des documents sur le sort des Français qui ont émigré, les plus propices à prémunir les esprits faibles contre les tentatives de la cupidité, et de les éclairer sur les dangers et l’abandon qu’ils ont à redouter dans les contrées lointaines où l’action du gouvernement du roi est sans force pour les protéger [...]18.

23Cette lettre montre bien l’état d’esprit qui préside, en France, aux destinées de l’émigration. Etat d’esprit qui se maintient avec constance, malgré les changements de gouvernement, et que même l’espérance du profit que le commerce français pouvait tirer de l’émigration étrangère aura du mal à faire reculer. C’est ainsi que, dans les années 1840, Charles Bret – préfet haut-rhinois – rédige circulaire sur circulaire pour contenir l’émigration alsacienne au Texas. Le contenu des circulaires est toujours le même :

  • 19 Préfecture du H.-R., circulaire à Messieurs les sous-préfets et maires du H.-R., Colmar le 17 janvi (...)

[...] Je ne puis que vous inviter, Messieurs [les Sous-Préfets et Maires] à user de toute votre influence afin de détourner [les habitants] d’un projet dont la réalisation ne pourrait avoir sur eux que les suites les plus funestes [...]19.

24Pourtant, en 1843, un grand mot avait été lâché par Guizot, ministre des Affaires étrangères de Louis-Philippe :

  • 20 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du H.-R., Paris le 22 novembre 1843. A.D.H.-R., 6M 375.

[...] Sous la date du 14 février dernier, Monsieur Guizot me mandait qu’on pouvait tolérer l’émigration pour le Texas [...]20.

25Cette prise de position fut sans lendemain. L’administration alsacienne fut saisie de vertige devant la publicité et les premiers succès qu’Henri Castro et son projet de colonie au Texas rencontraient en Alsace. Elle se renferma aussitôt dans une conception étroite et négative de l’émigration.

26Ces dispositions de l’esprit français vis-à-vis de l’émigration sont à mettre en parallèle avec la lenteur mise par les dirigeants français à comprendre le bénéfice que le pays pouvait tirer de l’émigration étrangère, bien supérieure en nombre à l’émigration nationale. Les rédacteurs du décret se trouvèrent d’ailleurs dans une contradiction difficile à surmonter : intervenir pour que le commerce français puisse bénéficier de l’émigration sans pour autant contribuer au développement de l’émigration nationale, légiférer sans légitimer, attirer sans favoriser... Exercice périlleux ! Le traité de 1855 sonne, en tout cas, le glas des plaintes, des lamentations et des pressions officielles contre l’émigration.

Conclusion

27L’impact des pressions réitérées, de la part des autorités alsaciennes, sur l’émigration alsacienne aux Etats-Unis est très difficile à mesurer. Il est difficile de croire qu’elles furent sans conséquences. Le plus crédible est de penser qu’elles touchèrent les plus hésitants, les plus indécis. Le paternalisme sentimental et patriotique des autorités alsaciennes, les prédictions légèrement menaçantes sur le sort prétendument épouvantable qui attendait les pauvres immigrants, furent-ils réellement efficaces ? Les autorités locales alsaciennes, officieusement chargées de restreindre l’émigration, furent contraintes de manœuvrer avec souplesse – retirant de la main droite ce que donnait la main gauche. Elles cachèrent leur opposition à l’émigration sous des prétextes humanitaires dont elles n’avaient, sans doute, aucune peine à se convaincre elles-mêmes. Quant aux Alsaciens déterminés à émigrer, ils ne se laissèrent pas bercer par les "remontrances" ni par la "persuasion" des autorités locales, leur décision était probablement irréversible et les insinuations des responsables pas assez convaincantes pour les arrêter.

Les adjuvants

Les charges des familles

  • 21 Rapport de la gendarmerie départementale du B.-R., 12 avril 1838. A.D.B.-R., 3M 701.

[...] Les contributions [sont] un fardeau dont le poids devient chaque jour plus insupportable et dont on est affranchi dans l’autre hémisphère [...] . On en fait un grand argument [...]21.

28En plus des taxes et des impôts qui accablent les familles alsaciennes, il faut savoir qu’en cas de crise, même minime, les hausses de prix à la consommation sont immédiates. En période de pénurie alimentaire, la spéculation sur les céréales se développe à un train d’enfer, ruinant et affamant les plus démunis. Les salaires dans l’industrie et l’agriculture sont assez bas. Quand surviennent les crises industrielles, les ouvriers doivent faire face au chômage. Dans l’agriculture, les prix des fermages sont élevés. Les terres sont rares et chères. L’endettement des familles est une véritable plaie. L’usure est une pratique courante qui défavorise les classes moyennes. Des Alsaciens subsistent grâce à la mendicité et à la charité publique. Ce tableau rapide donne une idée des difficultés dans lesquelles risque d’avoir à se débattre une partie de la population alsacienne au XIXe siècle, difficultés aggravées en cas d’intempérie, d’épidémie ou de guerre. Certaines familles, plongées dans le cycle infernal de la pauvreté, préfèrent émigrer. Le sous-préfet de Wissembourg en personne reconnaît que l’émigration des habitants de son arrondissement prouve

  • 22 Lettre du sous-préfet de Wissembourg au préfet du B.-R., Wissembourg le 12 mars 1818. A.D.B.-R., 3M (...)

[...] qu’ils souffrent plus que leur patience ne [lui] a permis de le soupçonner [...]22.

La vente des biens

  • 23 Etienne JUILLARD, la Vie rurale dans la plaine de basse Alsace. Essai de démographie sociale, Paris (...)

[...] Avec l’habitat concentré, le morcellement du sol constitue le signalement le plus caractéristique du paysage alsacien [...]23.

  • 24 Fernand de DARSTEIN, "le Morcellement des terres en Alsace", M.S.S.A.A., 1865, pp. 79-114 ; J. F. F (...)

29Ce morcellement est très ancien, bien antérieur au Code civil – donné généralement, à tort, comme seul responsable de la parcellisation –, du fait qu’il impose, par voie d’héritage, le partage des propriétés24.

  • 25 Pierre VIDAL DE LA BLACHE, la France de l’Est, Paris, Armand Colin, 1917, p. 23.

30En fait, la division du sol était en germe dès le Moyen Age et elle s’aggrava considérablement au cours des temps. Au XIXe siècle, la situation se stabilise, mais la terre est divisée en lamelles25. De ce morcellement, il résulte une classe de petits et de micropropriétaires qui ne vivent que très difficilement.

  • 26 Lettre du préfet du H.-R. à Paris, Colmar le 29 mars 1827. A.N., F7 9334.

[...] Ce qui aggrave encore leur situation c’est que leurs propriétés sont grevées de rentes qu’ils sont hors d’état de servir et qu’ils sont poursuivis sans cesse par leurs créanciers [...]26.

31Etre propriétaire en Alsace au xixe siècle n’est pas synonyme d’aisance, encore moins de richesse. Dans le système agraire du parcellisme et de l’extrême division des propriétés, il est fréquent que des familles, bien que très pauvres, soient propriétaires du lopin qu’elles exploitent. Paradoxalement, cela facilite l’émigration, car ces familles peuvent vendre leur petit bien et réunir ainsi l’argent nécessaire au voyage :

  • 27 Préfecture du B.-R., Strasbourg, pétition de Valentin Haas, 12 avril 1817. A.N., F7 6138 10.
  • 28 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de Seine-Inférieure, Paris le 27 juin 1828. A.N., F7 93 (...)

[...] Valentin Haas, tailleur à Rott, marié, neuf enfants [...] manque entièrement d’ouvrage et se trouve sans ressource. Il ne possède pour tout bien qu’une maison et un petit jardin qu’il a mis en vente espérant en tirer de quoi faire le voyage [...]27.
[...] La plupart des individus qui émigrent pour l’Amérique après avoir réalisé toutes leurs ressources, se dirigent sur Le Havre [...]28.

32En procédant ainsi, ces émigrants alsaciens montrent qu’ils ont fait un choix définitif. Ils s’interdisent toute possibilité de retour, mais en même temps, s’ils réunissent suffisamment d’argent, ils se donnent les moyens de réussir leur implantation aux Etats-Unis. Il n’y a pas que la masse des pauvres qui opère ainsi. Il y a aussi ceux dont la ou les propriétés immobilières représentent un capital appréciable :

  • 29 Strasbourg le 7 novembre 1867. A.D.B.-R., 3M 701.

[...] Les [deux familles] de Schwerzhausen n’ont point quitté furtivement la commune. Elles [y] avaient fait publier, et à plusieurs reprises, en quinze jours, la mise en adjudication de leurs meubles et immeubles [...]. Elles ont réuni une petite fortune en numéraire [...]29.

33Ces ventes ne se font pas toujours au mieux des intérêts des émigrants. Les spéculateurs,

  • 30 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de la Police générale à Paris, Strasbourg le 26 mai 1817. A.N (...)

[...] vils acquéreurs de biens à vil prix, veillent [...]30.

34Un des procédés employés par les spéculateurs est le suivant. Ils achètent

  • 31 Extrait du registre des délibérations du conseil d’arrondissement de Wissembourg. Séance du 16 mai  (...)

[...] sous main les immeubles en se faisant donner des procurations au moyen desquelles ils les vendent sous le nom du propriétaire même, en trouvant leur profit de l’excédent des prix [...]31.

35Sans aller jusqu’à ces extrémités, il est sûr qu’en période de forte émigration les prix avaient tendance à baisser, ce qui n’était pas intéressant pour les émigrants. Ceux-ci exigeaient en plus la vente au comptant et en liquide, ce qui était une raison supplémentaire pour les acheteurs de négocier une réduction de prix.

36Dans ces périodes où les ventes sont nombreuses, le Trésor enregistre une hausse de ses recettes sous forme de droits d’enregistrement.

Les questions religieuses

  • 32 Henri STROHL, le Protestantisme en Alsace, Strasbourg, éditions Oberlin, 1950 ; Jean SÉGUY, les Ass (...)

37Au XIXe siècle, il n’y a pas de problèmes religieux majeurs en Alsace. Catholiques et protestants cohabitent. Les catholiques sont les plus nombreux. Par ailleurs, les juifs sont solidement implantés en Alsace et les anabaptistes (mennonites, amishs) y forment des communautés très structurées. Les seules causes religieuses évoquées par les émigrants, pour justifier leur émigration, furent données par des protestants, qui persistaient à refuser de servir un roi catholique, et par les anabaptistes qui, eux, refusaient de porter les armes32 :

  • 33 Rapport de la gendarmerie départementale du B.-R., Strasbourg le 12 avril 1838. A.D.B.-R., 3M 701.

[...] Un anabaptiste qui a demeuré au Zellerhoff avait huit garçons et plusieurs filles. Il a quitté pour garder tous ses enfants avec lui et pour éviter la conscription [...]33.

  • 34 Cette idée a été avancée par Norman LAYBOURN, op. cit., p. 347.

38Les protestants, qui refusaient de servir un roi catholique, avaient – peut-être – une seconde raison religieuse d’émigrer, à savoir : une certaine déception liée à l’évolution, en Alsace, de l’Eglise de la Confession d’Augsbourg, qui devenait de plus en plus conformiste34.

39Les causes religieuses ne furent, en fait, que des causes annexes et toutes les religions furent également touchées par l’émigration.

  • 35 René BAYER, "l’Emigration au xixe siècle, entre Lauter et Seltzbach vers La Nouvelle-Orléans", l’Ou (...)

40Les juifs alsaciens émigrèrent aussi entre 1815 et 1870, mais à aucun moment les sources n’évoquent une émigration juive qui se serait distinguée, par des traits particuliers, de l’émigration alsacienne. On sait, par exemple, qu’entre 1864 et 1869 tous les émigrants de Niederbronn sont juifs, ainsi que ceux de Wissembourg. Ils se rendent à La Nouvelle-Orléans où, malheureusement, on perd leurs traces35.

  • 36 Louis SPACH, Oberlin, pasteur du Ban-de-la-Roche, Paris/Strasbourg, Berger-Levrault, 1866, 244 p. ; (...)
  • 1 Cf. infra, chapitre IX, "la Fête de la Saint-Louis", pp. 214-216.

41En revanche, ce qu’on remarque, et qui est très intéressant, c’est que, une fois aux Etats-Unis, les Alsaciens catholiques, protestants ou anabaptistes essaient de se regrouper avec des compatriotes de la même religion. Lorsqu’ils s’établissent sur la Frontière, une de leurs premières tâches est de bâtir, qui un temple, qui une église. Plusieurs exemples illustrent parfaitement ce modèle. Les émigrés du Ban-de-la-Roche – fief du pasteur Oberlin – construisent, dès leur arrivée à Serena (Illinois) ou à Woolstock (Iowa), une "église protestante française"36. Quant aux émigrés catholiques du recruteur Henri Castro, dès leur arrivée, ils s’empressent de poser la première pierre d’une église catholique qu’ils dédient à Saint Louis de France1.

  • 37 Lettre de Strasbourg datée du 20 mars 1817. A.N., F7 9820.
  • 38 Norman LAYBOURN, op. cit., p. 629.

42Les anabaptistes, eux, se déplaçaient toujours en groupe. En 1817, on en signale une cinquantaine, originaires d’Alsace, qui se dirigent vers Philadelphie. En Pennsylvanie était établie une communauté d’anabaptistes – fondée en 1725 par des Suisses et des Alsaciens – par laquelle transitaient généralement les nouveaux colons37,38. Le Courrier du Bas-Rhin du 29 juillet 1819 reproduit un extrait de la Gazette de Philadelphie qui annonce l’arrivée de cent trente anabaptistes des environs de Strasbourg et ayant des

43[...] fonds considérables. Ils viennent de partir pour l’Etat d’Illinois où [ils ont] acheté une terre pour eux, l’été dernier [...].

44Pour finir, deux anecdotes qui illustrent un certain type d’œcuménisme alsacien qui – lorsque les circonstances n’avaient pas permis, comme on vient de le dire, de se regrouper par religion, ou tout simplement lorsque les convenances personnelles l’exigeaient – dut être largement pratiqué par les émigrants :

  • 39 Lettre à l’auteur de Bernice Marshall (83 ans), d’ascendance alsacienne, Somanauk, Illinois, le 11  (...)
  • 40 Lettre à l’auteur de Marie-Louise Sheram (60 ans), d’ascendance alsacienne, Atlanta, Georgia, le 7  (...)

[...] I understand John David was protestant and his wife catholic and that they had an agreement whereby the boys would be brought up catholic and the girls protestant. The first six children were boys [...]39.
[...] Francis Anthony Lantznester arrived in the U.S.A. [Georgia] at the age of twelve [...] . The nearest catholic church was miles away [...], consequently he became a baptist and took an active role in civic church activities and even joined the masons [...]40.

La question démographique

  • 41 "La Population en Alsace depuis le xixe siècle", Bulletin régional statistique et économique, direc (...)
  • 42 Charles POUTHAS, "la Population française pendant la première moitié du xixe siècle", Travaux et do (...)

45L’excédent démographique du XIXe siècle est une des raisons les plus couramment avancées pour expliquer l’émigration alsacienne. L’Alsace enregistre en effet, de 1801 à 1866, une croissance exceptionnelle de sa population. Au cours de cette période, la population du Bas-Rhin augmente de 50 %, celle du Haut-Rhin de 74 %41 : ils font partie des départements français de plus forte densité humaine. Quant à établir un lien de cause à effet entre la densité de la population et l’émigration, il y a une marge délicate à franchir. En effet, si nous observons les six départements français qui ont la plus forte densité de population, nous constatons qu’ils n’ont pas obligatoirement une forte émigration42 :

Tableau 33 1851

Département Densité Nbre d’émigrants (E.-U.)
Seine 2 996,90 1 549
Rhône 205,90 13
Nord 203,80 6
Bas-Rhin 129,10 189
Seine-Inférieure 126,10 265
Haut-Rhin 120,20 644

46L’argument de l’excédent de population s’affaiblit encore lorsque l’on constate que, dans le Bas-Rhin, c’est l’arrondissement le moins peuplé – celui de Wissembourg – qui, de 1828 à 1837, perd le plus fort pourcentage de sa population, soit 7 %. Si la forte croissance de la population suffisait, seule, à expliquer l’émigration alsacienne, comment, alors, rendre compte du fait que, dans le temps même où les Alsaciens émigraient aux Etats-Unis, des Suisses, des Allemands et des Italiens immigraient en Alsace ? On ne peut qu’être très prudent sur cette question. Si les liens entre l’émigration et la croissance de la population existent, ils sont probablement complexes et indirects.

Les recruteurs, avant 1855

  • 43 Cf. infra, pp. 181-222.

47Les recruteurs étaient une obsession des autorités civiles, de la police et de la gendarmerie. Etait nommé recruteur tout personnage qui encourageait l’émigration, soit en proposant des "engagements" aux émigrants – transport gratuit à condition de servir, à l’arrivée, un patron "de droit divin" –, soit en faisant signer des contrats aux émigrants au nom d’une compagnie de colonisation, soit en faisant de la publicité pour une compagnie de navigation, soit en organisant, à titre privé, le voyage d’un certain nombre de compatriotes. En réalité, il y eut peu de recrutements réussis en Alsace. Le seul à enregistrer un certain succès fut celui d’Henri Castro (1843-1847) qui, assisté de deux agents, travailla un moment en Alsace. L’objectif était de peupler des terres dont Henri Castro disposait au Texas. Castro et ses agents y réussirent partiellement. Leur aventure est le sujet des chapitres VIII et IX (pp. 181-222) du présent ouvrage43.

48A côté d’Henri Castro, les autres recruteurs font pâle figure et paraissent totalement inefficaces. Pourtant la gendarmerie voit des recruteurs partout.

49En 1817, les recruteurs sont une véritable phobie. Les autorités soupçonnent ceux ou celles dont le seul discours pourrait encourager l’émigration. C’est ainsi que madame de Deux-Ponts est suspectée par la police du Bas-Rhin :

  • 44 Lettre du lieutenant de police de Strasbourg au préfet du B.-R., Strasbourg le 27 janvier 1817. A.N (...)

[...] Je n’ai pas de preuves matérielles contre elle, mais je suis convaincu, comme administrateur, qu’elle n’est pas étrangère à cette idée d’émigration en Amérique [...] et je la fais surveiller [...]44.

50Toujours en 1817, les policiers sont persuadés qu’ils sont sur le point de découvrir les responsables de l’émigration. Dans ce but, ils interrogent les candidats à l’émigration :

  • quel est le nom de ceux qui poussent les Alsaciens à émigrer ?
  • quel est le nom de ceux qui rédigent les pétitions ?
  • quelles sont les espérances qu’on leur donne pour les inciter à quitter leur département ?
  • où est le point de réunion des convois avec lesquels ils doivent partir ?
  • 45 Lettre du commandement de police de Strasbourg au préfet du B.-R., Strasbourg le 5 février 1817. A. (...)

51Les réponses qu’ils s’attirent ont toujours le même caractère d’imprécision : le on-dit, le bouche-à-oreille, l’opinion, les bruits qui courent... Les personnes interrogées – soupçonnées d’avoir été en relation avec des agents recruteurs ou d’être elles-mêmes des "agents secrets d’enrollement pour l’Amérique"45 – déclarent, pour la plupart d’entre elles, avoir simplement contribué à faire circuler des bruits dont elles ne connaissent pas l’origine. Malgré les enquêtes répétées de la police, il ne fut jamais possible de prendre les recruteurs en flagrant délit. Les preuves, les pièces à conviction manquaient toujours pour instruire le dossier des recruteurs. Les autorités tentèrent alors d’expliquer l’émigration comme étant le résultat d’un complot :

  • 46 Rapport de la police administrative du Nord, Strasbourg le 5 avril 1817. A.N., F7 6138 8.

[...] Tout annonce un plan combiné, des vues dirigées contre la France et sa population. Il faut chercher les causes [de l’émigration] dans les intrigues politiques [...]46.

52Les bruits les plus fous circulent :

  • 47 Lettre, Strasbourg le 20 mars 1817. A.N., F7 9820.

[...] On prétend que le gouvernement des Etats-Unis encourage la désertion pour chez lui et qu’il envoie à ses frais des vaisseaux en Hollande pour prendre des passagers et les nourrit pendant le trajet. D’autres prétendent que ce sont les bannis français établis dans le Nouveau Monde qui donnent l’élan à cette émigration et qu’ils cherchent à peupler, pour le défrichement, des terres du pays qu’ils ont achetées au gouvernement [...]47.

53En décembre de cette fatidique année 1817, le préfet du Bas-Rhin se bat encore avec des recruteurs sans visage :

  • 48 Le préfet du département du B.-R. aux maires, Avis, Strasbourg le 3 décembre 1817. Cité par Norman (...)

[...] On assure que plusieurs individus déguisés en voyageurs anglais, hollandais ou français cherchent, par des promesses fallacieuses, à susciter l’émigration en Amérique. [...] Comme il ne serait pas impossible que ces messieurs cherchassent de nouveau à faire des victimes de leurs coupables spéculations, je vous recommande [messieurs les maires] d’exercer à cet égard la plus active surveillance, et, dans le cas où de pareils faits viendraient à votre connaissance, d’en faire sur-le-champ arrêter les auteurs et les faire conduire devant moi par la gendarmerie et remettre procès-verbal de cette opération au ministère public, à l’effet d’être exercées par lui, telles poursuites que de droit [...]48.

54Or, d’après nos sources, il n’y a pas, en 1817, de traces de recrutement en Alsace. En revanche, il semble – mais non en Alsace même – que le système des engagements ait prospéré. C’était une fois arrivés au port d’Amsterdam que les émigrants rencontraient ceux qui achetaient leur travail contre un passage. A cette étape, les autorités françaises étaient totalement impuissantes.

551819, le phénix renaît de ses cendres. Cette fois il y a quelques présomptions. Dans une lettre au sous-préfet de Wissembourg, le préfet du Bas-Rhin avertit son collègue :

  • 49 Lettre du préfet du B.-R. au sous-préfet de Wissembourg, Strasbourg le 1er octobre 1819. A.D.B.-R., (...)

[...] Une compagnie de colonisation américaine paraît vouloir publier un prospectus dont il serait possible que quelques exemplaires se répandissent dans l’arrondissement que vous administrez [...]49.

56Le prospectus était joint à la lettre du préfet. Il était destiné aussi bien aux Allemands qu’aux Français. Il était rédigé dans les deux langues et l’on pouvait, en effet, craindre pour l’Alsace. La compagnie avait établi son siège à Mannheim... : il semble qu’elle soit passée complètement inaperçue en Alsace.

  • 50 Norman LAYBOURN, op. cit., p. 308.
  • 51 Camille MAIRE, l’Emigration des Lorrains en Amérique, 1815-1870, Centre de recherches Relations int (...)
  • 52 J. B. BETTINGER, Guide des émigrants aux Etats-Unis, traduit de l’allemand, Le Havre, J. Morlent, 1 (...)

571820, Joseph Kieffer, agent du Français Le Ray de Chaumont – dont le fils, Vincent, veut mettre en valeur les terres achetées en Amérique par son père – parcourt l’Alsace à la recherche de candidats à l’émigration50. Joseph Kieffer ne circule pas seulement en Alsace, il est aussi repéré en Lorraine51. Il travaille en liaison avec un certain Bettinger, du Havre, qui est l’auteur d’un guide pour émigrants52. Tous ces individus agissent comme des "rabatteurs". Ils ne suscitent pas l’émigration.

  • 53 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 27 juin 1828. A.N., F7 9334.
  • 54 Lettre du sous-préfet de Wissembourg au préfet du B.-R., Wissembourg le 14 avril 1830. A.D.B.-R., 3 (...)

1827. [...] On m’assure que quelques riches particuliers de Strasbourg, au nombre desquels on cite Monsieur de Turckheim, ont acheté dans l’Amérique septentrionale une grande étendue de terres incultes et que c’est dans le dessein de les mettre en valeur qu’ils ont imaginé de provoquer l’émigration pour cette partie du Nouveau Continent en répandant les bruits les plus exagérés sur les avantages que représente cette contrée, et sur les facilités que donne le gouvernement pour faire la traversée [...]53.
1830. [...] Les agents et instigateurs, en France [pour l’émigration en Amérique] sont au nombre de cinq [...]. [Il s’agit de] Barthélemi Mahler, Pont-Sainte-Catherine, n° 167 à Strasbourg, signalé comme entremetteur et agent. Est originaire de Seltz où il ne jouit pas d’une bonne réputation [...]. Weiskopf, Alsacien, réside à Paris, rue des Vieux-Augustins, n° 41 [...]. Il est l’auteur de lettres lithographiées. Niehel, aubergiste à Phalsbourg [Meurthe] et voiturier, conduisant les émigrants et leurs effets au Havre, paraît doublement intéressé dans ces opérations comme entremetteur. Le sieur Nicolas Price, que l’on doit supposer anglo-américain, est, au Havre, l’agent chargé des départs par voie de mer [...]54.

  • 55 René BAYER, op. cit., p. 19.

58Toujours vers 1830, deux "personnages", habitant respectivement Niederlauterbach et Niederroedern dans l’arrondissement de Wissembourg, agissent en tant qu’agents recruteurs55.

591832. Un particulier, originaire d’Alsace, propose d’expédier les émigrants pauvres en Amérique aux frais de l’Etat et, ce faisant, de débarrasser le territoire de gens indésirables :

  • transport en Amérique, aux frais du gouvernement, de tous ceux qui veulent quitter la France, spécialement l’Alsace ;
  • entretien pendant une année sur la terre étrangère ;
  • achat de terres au gouvernement américain ;
  • concession de ces terrains aux émigrés, remboursables avec intérêts ;
  • fourniture des ustensiles et des semences nécessaires à la culture de ces terres.

60La réponse du préfet est embarrassée :

  • 56 Dossier "Emigrations", Strasbourg, 3 août 1832. A.D.B.-R., 15M 63.

[...] Je ne puis adresser à monsieur le ministre de l’Intérieur, un projet dont je reconnais moi-même l’impossibilité de l’exécution. Si vous ne partagez pas mon opinion à cet égard, rien ne vous empêche d’adresser vos vues sur l’émigration en Amérique à l’autorité supérieure [...]56.

  • 57 Lettre de madame Hettinger au maire de Wissembourg, Le Havre le 30 avril 1889. A.D.B.-R., 3M 701.

611839. Une Alsacienne du Havre réussit à affréter un bateau pour conduire un certain nombre de ses compatriotes en Amérique. Elle prétend avoir obtenu des prix intéressants et propose de renouveler l’expérience57.

62Le préfet répond :

  • 58 Lettre du préfet du B.-R., Strasbourg, mai 1839. A.D.B.-R., 3M 701.

[...] Si des vues philanthropiques ont dicté les offres de madame Hettinger à monsieur le maire de Wissembourg, elle peut les faire connaître par la voie de la presse. L’administration, sous aucun prétexte, ne peut servir d’intermédiaire entre les émigrants et cette dame, qu’il y ait de sa part intention seule d’obliger ou spéculation [...]58.

  • 59 Correspondance, avril 1845. A.D.B.-R., 3M 701.

631845. Un nommé Carteywels est signalé, qui se dit prêtre et qui entraîne les habitants à émigrer en Amérique. L’adresse du responsable à qui les gens désireux d’émigrer doivent s’adresser est celle d’Ignace Garner, à Schweighausen. Carteywels a réussi à convaincre deux familles bas-rhinoises qui vendent leurs biens avant de partir59.

  • 60 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de l’Intérieur, Strasbourg le 27 septembre 1855. A.D.B.-R., 3 (...)

641855. Deux individus des cantons de Hochfelden et de Brumath se livrent clandestinement au recrutement des émigrants. L’un est cultivateur à Schwindratzheim, l’autre instituteur à Mommenheim60.

  • 61 Lettre du commissaire à l’émigration de Saint-Louis au préfet du H.-R., Saint-Louis le 18 juin 1855 (...)

65La même année, le commissaire spécial de Saint-Louis se plaint que des maisons d’émigration délèguent leurs pouvoirs à des individus qui parcourent les campagnes pour engager les gens à partir aux Etats-Unis61.

661855 marque l’officialisation de l’émigration (décret impérial) et donc la liberté pour tous ceux qui en vivent de travailler au grand jour. La grande question est de savoir si, dans les années qui précédèrent 1855, les recruteurs – excepté Henri Castro, dont le succès en Alsace ne peut être méconnu – furent vraiment à l’origine de l’émigration. Mesurer l’impact, l’influence d’un fait sur le comportement d’une population est toujours délicat. Ici, des instruments de mesure objectifs manquent. L’idée qui reste, après étude des dossiers des recruteurs, avant 1855, c’est qu’il ne s’agissait pas véritablement d’une industrie, mais plutôt d’initiatives individuelles – plus ou moins heureuses, plus ou moins sérieuses – qui furent souvent sans lendemain mais qui, probablement, contribuèrent à entretenir un climat d’émigration en Alsace. Les affaires de recruteurs furent toujours des affaires mineures auxquelles la police elle-même donna rarement suite. Avant que de provoquer l’émigration, les "recruteurs" cherchaient plutôt à en tirer, plus ou moins habilement, parti.

La conjoncture

L’année 1817 et la disette

675 191 émigrants en six mois. Jamais plus l’Alsace ne verra se développer un tel mouvement d’émigration. Celui-ci doit, incontestablement, être attribué à la formidable disette qui s’abattit en 1817 sur la France et dont les provinces de l’Est souffrirent particulièrement. Au printemps 1817, les Alsaciens paient les catastrophes de l’année 1816. Les désastres naturels – pluies, orages, grêles, inondations – avaient détruit cultures et récoltes. Le vignoble avait été touché, comme la pomme de terre. Les récoltes en céréales furent aussi déficitaires. Quand arriva l’hiver 1816- 1817, les denrées alimentaires étaient déjà complètement épuisées. Du fait des spéculateurs, les prix de ce qui était encore disponible avaient atteint des sommets inaccessibles. On spécule à Strasbourg sur le pain fabriqué avec des grains achetés à l’étranger.

  • 62 Philippe DOLLINGER, Histoire de l’Alsace, Paris, Privat, 1970, chapitre X ; Paul LEUILLIOT, "l’Occu (...)

68A cette disette, qui angoisse et appauvrit la population, il faut ajouter que l’Alsace, en 1817, est encore occupée par les soldats alliés. Les nourrir (ainsi que leurs chevaux !) est une énorme épreuve pour une province exsangue et en proie à une des plus graves crises de subsistances de son histoire. Tous ces soldats sont à la charge de la population, et celle-ci supporte mal leur présence. On enregistre même des rixes entre Alsaciens et alliés62. Le préfet du Bas-Rhin, dans une lettre au ministre de la Police générale à Paris, résume très bien les conditions de vie qui sont celles des habitants de son département en janvier 1817 :

  • 63 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de la Police générale, Strasbourg le 23 janvier 1817. A.N., F (...)

[...] On ne peut dissimuler que des circonstances plus ou moins funestes pèsent depuis longtemps sur ce département. Les maux inséparables d’une longue guerre ont surtout été aggravés par la médiocrité et l’insuffisance de la dernière récolte et le défaut absolu d’une vendange. Un renchérissement excessif de tous les objets de plus en plus indispensables à la vie hors de la portée des moyens de nombreuses classes de journaliers et des ouvriers en a été la suite, et peut-être ne faudrait-il pas s’étonner de la résolution que prennent des familles malheureuses de chercher dans d’autres pays des ressources qu’elles ne peuvent pas trouver dans leur patrie [...]63.

69L’argent étant devenu rare, la pénurie, de proche en proche, toucha tous les secteurs de la vie économique. La mendicité, la misère, les vols augmentèrent. L’appauvrissement se généralisa. La pauvreté est l’une des causes le plus souvent invoquées par les émigrants pour justifier leur départ. Les pères de famille qui rédigent les pétitions se déclarent démunis et privés du minimum vital, sans ressources, sans travail, et dans l’impossibilité de subvenir aux besoins de leur femme et de leurs enfants. Ils espèrent, en partant, se soustraire à cet état de dénuement extrême. D’après les pétitions, il y a – pour les émigrants – un grave problème d’emploi. Toutes ou presque font allusion au fait que le père ne gagne plus d’argent. Le défaut de travail et la certitude de ne pas en trouver sont des leitmotive. Urbain Kudzy, par exemple, de la commune de Zinswiller,

  • 64 Préfecture du B.-R., pétition d’Urbain Kudzy, 9 mai 1817. A.N., F7 6138 10.

[...] présente très humblement [qu’il ne peut exercer] sa profession de charron depuis très longtemps dans cette commune qui, pour la majeure partie, n’est composée que de journaliers et d’artisans, et qu’il s’en trouve encore deux du même métier dans cet endroit [...]64.

  • 65 Préfecture du B.-R., pétition de Georges Fritzinger, 3 mai 1817. A.N., F7 6138 9.

70Ce charron n’a plus assez de clients. A travers son exemple, nous voyons que l’artisanat est touché par le problème du chômage. D’autres domaines de la vie économique sont concernés. Dans l’industrie, par exemple, l’ouvrier fondeur Georges Fritzinger, de la même commune, a été licencié par le directeur des forges. Quand il reçoit son congé, il se décide à émigrer65.

71L’agriculture n’est pas épargnée. Jacques Bernhard ne peut plus exercer son métier

  • 66 Préfecture du B.-R., pétition de Jacques Bernhard, 6 mars 1817. A.N., F7 6138 9.

[...] parce que le corps de biens qu’il [exploitait] a été vendu et son bail résilié [...]66.

  • 67 Robert MARJOLIN, "les Troubles provoqués en France par la disette de 1816- 1817", Revue d’Histoire (...)

72Dans cette région provisoirement appauvrie par l’ouragan de la disette et ses conséquences en chaîne sur l’économie locale, l’émigration joue le rôle de soupape de sûreté. Alors qu’une agitation sociale voire des émeutes se développent dans de nombreux départements français du fait de la disette, les départements alsaciens, pourtant particulièrement accablés, restent à l’écart des manifestations violentes67. Cette interprétation de l’émigration soupape de sûreté s’alimente du fait de sa concentration au printemps 1817, au moment des mois les plus difficiles. L’émigration cessa presque aussi brutalement qu’elle avait commencé, alors que la population reprend espoir en de meilleures récoltes. Dès juin 1817, le préfet du Bas-Rhin peut écrire :

  • 68 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de la Police générale, Strasbourg le 30 juin 1817. A.N., F7 9 (...)

[...] Aucune demande de passeport ne m’est parvenue depuis la dernière quinzaine de ce mois [...]. J’ai lieu de croire que ce mouvement est à sa fin dans mon département. Le résultat est dû principalement à la perspective d’une récolte généralement abondante qui a ranimé les espérances des habitants [...]68.

73En cas de crise grave, l’émigration joue, dans la population, comme un réflexe de sauvegarde. L’Amérique est perçue comme un recours.

Le Bas-Rhin en 1828-1837

Le Code forestier

74Le facteur déclenchant l’émigration bas-rhinoise de 1828-1837 est, incontestablement, l’application du Code forestier de 1827. Jusque-là, la fréquentation des forêts était libre. Les Bas-Rhinois disposaient de droits d’usage très anciens : ramassage du bois mort pour le chauffage ; enlèvement des feuilles mortes utilisées soit comme litière pour les animaux, soit comme engrais ; coupe des bruyères et des genêts utilisés comme fourrage ; fréquentation des bestiaux, notamment des porcs ; cueillette des baies et fruits sauvages ; ramassage des champignons. Toutes ces opérations étaient de notables avantages en nature pour les habitants des régions boisées, régions généralement pauvres. La forêt permettait de posséder quelques têtes de bétail, lesquelles fournissaient, à leur tour, le fumier nécessaire à la culture des pommes de terre et des céréales. Les droits d’usage étaient très largement exploités. Des abus étaient commis et réprimés en permanence. Les amendes pour cause de délit forestier restaient souvent impayées du fait de la pauvreté des populations. Privées des feuilles mortes – leur engrais naturel –, surexploitées, les forêts dépérissaient, et il était devenu urgent de se préoccuper de leur conservation et de leur reboisement. C’est, en tout cas, l’argument que donna le pouvoir politique pour justifier les normes autoritaires du nouveau Code forestier de 1827. Brutalement, les droits d’usage se trouvèrent remis en cause. Ils étaient soudain réservés à une minorité dont les droits étaient reconnus par des actes du gouvernement ou par des arrêts définitifs, ou par suite d’instances administratives ou judiciaires. Les communes et les particuliers avaient été avertis de la marche à suivre et des formalités à remplir s’ils se croyaient fondés à réclamer le maintien de leurs droits d’usage. Cette clause, beaucoup trop compliquée, équivalait à une annulation pure et simple des anciens droits d’usage, tels que les pratiquaient les habitants du Bas-Rhin. Le Code forestier fut immédiatement très impopulaire, mais il fallut s’incliner. Dans une première étape, pourtant, les populations pour lesquelles la forêt était un auxiliaire indispensable continuèrent leurs pratiques antérieures. Une pluie d’amendes et de poursuites s’abattit sur elles. Dans une seconde étape, certaines décidèrent d’émigrer :

  • 69 Lettre du maire de la commune de Pfalzweyer, 8 mars 1838. A.D.B.-R., 3M 703.

[...] Tous ces individus [...] ont quitté cette commune parce qu’elle est placée sur la hauteur des Vosges où la terre est si infructible qu’il faut beaucoup de fumier. Et ils étaient privés du droit libre sur l’enlèvement des feuilles mortes dans les forêts dont cette commune est environnée [...]69.

75Les témoignages de ce genre abondent :

  • 70 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de l’Intérieur, Strasbourg le 11 avril 1827. A.N., F7 9334.
  • 71 Lettre de la direction des Forêts à Son Excellence le ministre de l’Intérieur, Paris le 18 mai 1827 (...)

[...] Quand on connaît le canton qu’ils habitent, l’ingratitude du terrain, l’impossibilité de récolter sans engrais et celle de s’en procurer sans la ressource des feuilles mortes ramassées dans les forêts, on conçoit que le découragement se mette dans les familles qui n’ont d’autres perspectives que la misère [...]70.
[...] Les habitants de ce département ont demandé l’autorisation de ramasser les feuilles mortes nécessaires à l’engrais de leur terre. Ceci leur a été refusé. Une telle sévérité rend les gens peu attachés au gouvernement et les porte à s’expatrier pour aller chercher ailleurs des chances de fortune. Cette émigration provient du découragement qui se met parmi eux par la perspective qu’ils ont de la misère pour prix de leur labeur, et la certitude d’un avenir plus heureux qui leur est offert par leurs compatriotes expatriés [...]71.

76On voit très bien, dans cette analyse, comment sont combinées les deux faces de l’émigration. D’un côté, une bonne raison de partir ; de l’autre, un bon pays d’accueil.

77La suspension des droits d’usage entraîne de telles protestations que l’administration est obligée de faire marche arrière et de céder, au moins sur la question des feuilles mortes, dont elle autorise – provisoirement – le ramassage entre le 3 mars et le 15 avril 1827, ce qui est nettement insuffisant pour réduire les difficultés des habitants des régions forestières et pauvres.

78Le problème des forêts devient une véritable litanie. Les conseillers d’arrondissement de Saverne et de Wissembourg, dont les communes sont très touchées par l’émigration, demandent régulièrement au préfet du Bas-Rhin que l’autorisation d’enlever les feuilles mortes dans les forêts royales et communales soit reconduite. Ce n’est qu’après de pénibles et laborieuses discussions qu’ils obtiennent de maigres concessions.

Les répercussions des crises industrielles haut-rhinoises

  • 72 Francis HORDERN, les Crises industrielles en Alsace au xixe siècle, 1800-1870 et leurs répercussion (...)

79Au problème du Code forestier, il faut ajouter, au cours de la décennie 1828-1837, l’état d’incertitude qui pèse sur le textile bas-rhinois, conséquence de la crise du coton qui sévit à Mulhouse de 1826 à 1828. Le chômage s’étend du Haut-Rhin à toute l’Alsace (10 000 chômeurs). 1830- 1831 : de nouveau, l’économie vacille. Le gouvernement vote un crédit de cinq millions pour procurer du travail aux chômeurs. Les principales communes du Bas-Rhin demandent à bénéficier de cette faveur. La draperie de Bischwiller, jusque-là épargnée, voit sa situation se dégrader en 1832 : diminution des effectifs, diminution des salaires72.

80De 1828 à 1837, comme en 1817, à une situation locale d’instabilité ou de crise, les Alsaciens réagissent très vite par une émigration aux Etats-Unis. L’émigration aux Etats-Unis est la réponse naturelle des Bas-Rhinois aux dangers qui les menacent. Il faut que, pendant les années 1828-1837, l’Amérique offre de grandes chances de succès à l’arrivée. En 1837, la crise bancaire et financière qui sévit aux Etats-Unis est dissuasive. Les Bas-Rhinois, prudemment, évitent de partir.

Les années 1838-1857 et l’émigration alsacienne

81L’émigration alsacienne augmente avec les problèmes économiques de 1839. La crise du coton, qui a commencé dans le Haut-Rhin, s’est de nouveau étendue au Bas-Rhin. Les filatures, les draperies et la bonneterie produisent moins, ainsi, d’ailleurs, que les forges et les ateliers de construction mécanique. L’émigration n’atteint pas les sommets de 1817 ou de 1828 parce qu’elle est probablement freinée par la crise qui, simultanément, se développe aux Etats-Unis ; laquelle crise est, d’ailleurs, largement responsable des problèmes alsaciens.

82De 1842 à 1846, l’émigration – malgré les efforts de recrutement poursuivis par Henri Castro – ne connaît pas d’envolée spectaculaire. En revanche, le retour de la crise, 1846-1848, favorise une embellie de l’émigration alsacienne.

La crise de 1846-1848 en Alsace

  • 73 Félix PONTEIL, la Crise agricole dans le Bas-Rhin en 1847, Rennes, 1937, 141 p.

83La crise de 1846-1848 n’est pas propre à l’Alsace mais, encore une fois, cette province est sévèrement atteinte. A une crise industrielle latente s’ajoute une nouvelle disette de grains et de pommes de terre. Dès août 1846, on sut que les récoltes seraient insuffisantes. En février 1847, le prix du froment avait rejoint les prix de 1817, c’était un désastre73. La hausse considérable des prix agricoles paupérise une nouvelle fois la population. Cette crise agricole se double d’une crise industrielle et politique qui en accentue les méfaits pour la classe laborieuse. Les autorités tentent d’aider les plus démunis. Strasbourg s’impose d’énormes sacrifices pour essayer de maintenir le prix du pain dans des limites raisonnables. La ville vote un crédit de 20 000 francs pour faire servir aux pauvres du pain en dessous du prix affiché. Un crédit de 60 000 francs est débloqué pour occuper plus de mille ouvriers sans travail. Une enquête est faite à domicile pour les pauvres. Elle rapporte 40 000 francs. A Mulhouse, il y eut une échauffourée parce que la baisse tant attendue du prix du pain n’intervenait pas assez vite. Cette situation dura jusqu’à fin mai 1847, date à laquelle des arrivages importants de grains commencèrent à faire baisser les prix. Le prix moyen de l’hectolitre de froment revint à des taux accessibles :

  • 74 Charles STAEHLING, Histoire contemporaine de Strasbourg et de l’Alsace, 1830- 1852, tome I, Berger- (...)
14 mai 1847 : 49,15 F
21 mai 1747 : 45,10 F
28 mai 1847 : 39,02 F
4 juin 1847 : 27,75 F74.

84La situation de 1846-1848 rappelle, localement, celle de 1817. Il semble cependant que les secours aient été organisés plus vite. C’est peut-être pourquoi les Alsaciens émigrèrent moins qu’en 1817. Il faut savoir que, parallèlement, les Etats-Unis connaissent une période de prospérité, bientôt marquée par la découverte de l’or en Californie, le développement du chemin de fer et la croissance du commerce. Cette situation est attractive pour les Alsaciens qui, subissant la paupérisation consécutive à la crise française, ont alors une double raison d’émigrer.

Le refus du service militaire

85A partir de 1851, l’émigration alsacienne reprend et croît jusqu’en 1854, date de son troisième et dernier sursaut. Il est clair qu’à ce moment l’attrait des Etats-Unis joue un rôle déterminant (découverte de l’or en Californie, développement de la colonisation, extension des chemins de fer, croissance du commerce). L’émigration alsacienne, quant à elle, change de nature. Alors qu’au début du siècle elle touchait surtout des familles, la voilà qui recrute de plus en plus souvent des hommes seuls et jeunes, probablement des célibataires qui cherchent à saisir des occasions offertes par l’Amérique. Parm ces hommes jeunes, nombreux sont ceux qui cherchent à fuir le service militaire.

86La législation française sur le service militaire est l’œuvre du maréchal Gouvion-Saint-Cyr. Elle date de 1818. Le service militaire n’est pas une obligation. L’armée trouve son contingent d’hommes par tirage au sort. Ceux qui tirent un mauvais numéro doivent servir, pendant sept années, sous les drapeaux. Les plus riches achètent des remplaçants. Les autres sont exemptés. Traditionnellement, l’Alsace est un réservoir de remplaçants. Les jeunes gens de la classe pauvre trouvaient ainsi une issue aux problèmes d’emploi auxquels ils étaient périodiquement confrontés. Le recrutement des soldats s’opère en plusieurs temps :

  • chaque année, la classe d’âge est inscrite sur les tableaux de recrutement ;
  • le contingent cantonal est fixé d’après les dénombrements officiels ;
  • le tirage au sort désigne ceux qui feront partie du contingent ;
  • les jeunes gens qui ont tiré un bon numéro sont libérés du service militaire ;
  • parmi les désignés, ceux qui le peuvent se paient un remplaçant ;
  • quand les opérations sont terminées, les noms des nouvelles recrues sont portés sur la liste départementale de l’armée, et c’est seulement à ce moment-là que les jeunes civils passent sous l’autorité militaire.

Le début du siècle

87Au début du siècle, quand des familles entières prenaient la voie de l’Amérique, il arrivait que des fils, en âge d’effectuer leur service militaire, profitent de l’aubaine et s’embarquent pour ne jamais revenir. Alors, la motivation majeure n’était pas d’échapper au service militaire mais de suivre sa famille. On peut être sûr du contraire lorsque des jeunes gens partent juste avant l’opération de tirage au sort. Dans ce cas, l’administration souhaiterait pouvoir répondre par la négative aux demandes de passeport qu’ils formulent, mais cela ne serait pas légal, comme le fait remarquer le ministre de l’Intérieur :

  • 75 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 13 mai 1828. A.N., F7 9334.
  • 76 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 8 mars 1828. A.D. B.-R., 3M 706.

[...] Quant aux jeunes gens qui, par leur âge, appartiennent à une classe de recrutement, mais qui n’ont pas encore été désignés pour faire partie du contingent, on ne peut, dans l’état actuel de la législation, leur refuser des passeports pour l’étranger. La seule condition, s’ils sont mineurs, est d’avoir le consentement de leurs parents ou tuteurs [...]75.
[...] L’administration ne peut prendre à leur égard aucune mesure qui tendrait à restreindre l’exercice de leur liberté individuelle [...]76.

88Pendant la première moitié du siècle, le phénomène reste marginal. Il n’empêche que le préfet du Bas-Rhin réclame, de la part des maires, un suivi attentif et précis de la question : en cas de demande de passeport par des jeunes

  • 77 Circulaire du préfet du B.-R. aux maires du département du B.-R., Strasbourg le 28 avril 1828. A.D. (...)

[...] appartenant, par leur âge, à des classes de recrutement qui ne sont pas encore libérées, [...] vous devez faire connaître leur position exacte, le numéro qu’ils ont obtenu au tirage au sort de telle ou telle classe, dans tel ou tel canton, s’ils font ou non partie du contingent, s’ils ont été exemptés pour infirmité ou pour toute autre cause [...]77.

89Au cours de cette surveillance, quelques passeports furent refusés. Peu, il est vrai.

Le mouvement s’accélère

90Le tournant intervint dans les années 1850. L’Alsace – qui, jusqu’ici, était une grande réserve d’engagés volontaires et de remplaçants – commence à changer de visage. Les jeunes gens refusent le service militaire. En 1853, le phénomène prend une certaine ampleur :

  • 78 Lettre au préfet du H.-R., Altkirch le 29 mars 1853. A.D.H.-R., 6M 375.
  • 79 Lettre du préfet du H.-R. au ministre de la Police générale, Colmar le 7 avril 1853. A.D.H.-R., 6M  (...)

[...] Déjà, à plusieurs reprises [...], lors du tirage au sort, et notamment cette année, des jeunes gens faisant partie de la classe m’ont été signalés comme partis depuis quelques mois à peine pour échapper au service militaire [...]78.
[... D]es passeports sont demandés par des jeunes gens âgés de vingt ans], pour l’Amérique, avant d’avoir tiré au sort, et dont le but semble être de se soustraire à la loi sur le recrutement. Comme le fait tend à se généraliser et qu’il pourrait en résulter des inconvénients graves, j’ai dû le signaler [... pour que des mesures soient prises...]79.

91La réponse de Paris est toujours la même : on peut s’opposer au départ des jeunes gens avant leur tirage au sort.

La guerre de Crimée

92Les événements prirent une tournure critique avec le début de la guerre de Crimée. Dès février 1854, les autorités locales s’étaient inquiétées de la situation :

  • 80 Lettre du sous-préfet d’Altkirch au préfet du H.-R., Altkirch le 3 février 1854. A.D.H.-R., 6M 375.

[...] Les émigrations de jeunes gens pour éviter le service militaire deviennent tellement fréquentes qu’il devient indispensable que le gouvernement prenne des mesures pour y mettre obstacle [...]80.

93Une sorte de glissement pouvait être observée. Les jeunes garçons prenaient de moins en moins la précaution de partir avant le tirage au sort :

  • 81 Cf. supra, note 80.

[...] Beaucoup de jeunes gens, après avoir tiré au sort, quand ils sont compris dans le contingent, ou au moment de tirer au sort quand ils sont compris dans le contingent, ou enfin ayant été admis comme remplaçants, partent pour l’Amérique et se soustraient ainsi à la loi sur le recrutement et aux obligations qu’ils ont pu contracter. Ce fait devient tellement fréquent [qu’il faut y mettre fin...]81.

  • 82 Charles STAEHLING, op. cit., tome II, p. 15 sqq.

94Le 18 avril 1854, une loi porte le contingent français de 80 000 hommes à 140 000. Cette loi eut un grand retentissement à Strasbourg, ville de garnison et ville-frontière. Un registre d’enrôlement fut ouvert. La première compagnie du quinzième régiment d’infanterie reçut l’ordre de se tenir sur le pied de guerre82.

95Quelques mois plus tard, les jeunes Alsaciens sont toujours réfractaires à l’armée :

  • 83 Lettre du préfet du H.-R. au ministre de l’Intérieur, Colmar le 19 octobre 1854. A.D.H.-R., 6M 375.

[...] Un assez grand nombre d’individus, qui, par leur âge, sont susceptibles de tirer au sort, demandent à émigrer en Amérique, dans la crainte sans doute d’être compris dans la prochaine levée des troupes que l’état de guerre rend nécessaire [...]83.

96De plus en plus d’illégalités sont commises :

  • 84 Lettre au préfet du H.-R., Saint-Louis le 19 novembre 1854. A.D.H.-R., 6M 375.

[...] Par sa lettre du 6 [novembre 1854], monsieur le commissaire de police de Ferrette m’informe qu’un certain monsieur Roth Jean, âgé de 24 ans [...] remplaçant de la classe 1853 [est parti pour l’Amérique] le 5 de ce mois, emportant avec lui le montant de son remplacement [...]84.

97Ce cas n’était pas isolé. En juin de la même année, le commissaire de police du canton de Haguenau avait déjà signalé :

  • 85 Lettre du commissaire de police de Haguenau au préfet du B.-R., Haguenau le 24 juin 1854. A.D.B.-R. (...)

[...] Il arrive fréquemment que des jeunes gens contractent des engagements militaires, touchent le montant de cet engagement et filent, comme on dit, pour l’Amérique [...]85.

98C’est bien la perspective d’avoir à se battre qui détermine le départ des jeunes émigrants. Le commissaire de police de Drulingen l’admet quand il déclare :

  • 86 Rapport du commissaire de police de Drulingen, B.-R., période du 22 novembre 1854 au 29 novembre 18 (...)

[...] La situation est calme et tranquille dans ce canton. L’esprit de la population est bon. Elle attend chaque jour des nouvelles du théâtre de la guerre. Un assez grand nombre de jeunes gens de 18 à 20 ans quittent en ce moment leur commune [...] pour se soustraire à la loi sur le recrutement [...]86.

99L’inquiétude gagne les autorités :

  • 87 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de l’Intérieur, Strasbourg le 29 novembre 1854. A.D.B.-R., 3M (...)

[...] J’ai lieu de craindre – dit le préfet du Bas-Rhin – que cette catégorie d’émigrants soit assez considérable pour que le contingent qui, très probablement, sera demandé, ne puisse être fourni, dans certains cantons [...]87.

La lettre confidentielle du 21 décembre 1854

100Les craintes des autorités préfectorales sont rapidement partagées par le gouvernement français, et, le 21 décembre 1854, les préfets alsaciens reçoivent une lettre confidentielle ainsi rédigée :

  • 88 Lettre confidentielle du ministre d’Etat au département de l’Intérieur [aux préfets alsaciens], Par (...)

[...] Le gouvernement [jusqu’ici] n’a mis obstacle à l’émigration de jeunes gens, que lorsque, par la clôture de la liste des contingents départementaux, ils appartenaient définitivement à l’armée. Cette tolérance, dans la situation actuelle ne saurait être aussi grande que par le passé. Je vous invite, en conséquence, monsieur le préfet, à ne délivrer, jusqu’à nouvel ordre, aucun passeport à l’étranger à des jeunes gens ayant atteint l’âge de 19 ans et non libérés du service militaire, toutes les fois qu’il vous paraîtra que les demandes formées auprès de vous auront pour mobile un projet d’émigration et le désir de se soustraire aux obligations de la loi sur le recrutement [...]88.

101La mesure fut appliquée mais, évidemment, de nombreux départs clandestins furent enregistrés, soit avec des passeports à l’intérieur, soit par l’étranger, par Bâle principalement. En 1856, le gouvernement maintient la décision du 21 décembre 1854 :

  • 89 Circulaire du ministre secrétaire d’Etat au département de l’Intérieur, Paris le 29 août 1856. A.D. (...)

[...] Même en temps de paix, un certain nombre de jeunes gens cherchent à quitter la France pour se soustraire [aux obligations militaires, aussi] vous continuerez, monsieur le préfet, à faire usage, comme par le passé, de moyens dilatoires pour maintenir la restriction jusqu’à la clôture des listes départementales du contingent envers ceux qui, devant participer au tirage au sort de l’armée, solliciteront des passeports à l’étranger [...]89.

  • 90 Lettre du ministre de l’Intérieur aux préfets du B.-R. et du H.-R., Paris le 9 mai 1859. A.D.B.-R., (...)

102Le 9 mai 1859, une nouvelle circulaire confidentielle insiste sur la nécessité absolue d’appliquer les instructions de la lettre confidentielle du 21 décembre 185490.

Conclusion

103Empêchés de partir, retenus sur leur sol natal par des autorités "paternelles" ( !), les Alsaciens subissent, en revanche, l’attrait de l’Amérique et l’appel de leurs compatriotes. Lorsque la situation économique et sociale de l’Alsace se dégrade provisoirement, à l’occasion d’une crise – disette de 1817, Code forestier de 1827, crise de 1846-1848, guerre de Crimée –, et que les Etats-Unis offrent de larges possibilités d’accueil, l’émigration est florissante. C’est, à peu près, la seule conclusion globale que l’on puisse tirer de l’étude des causes structurelles et conjoncturelles de l’émigration alsacienne aux Etats-Unis au XIXe siècle. Pour le reste, nous avons vu que l’émigration alsacienne ne répond pas à un modèle unique, stéréotypé, qui fonctionnerait dans tous les cas de figure : les facteurs déclen-chants sont multiples et variés. Plusieurs causes ont pu se combiner. Quant aux réponses, elles varièrent en rapidité, en intensité et en durée.

Notes

1 Cf. infra, chapitre IX, "la Fête de la Saint-Louis", pp. 214-216.

Notes de fin

1 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de la Police générale, Strasbourg le 23 janvier 1817. A.N., F7 6138 9.

2 Lettre du ministre de l’Intérieur aux préfets du B.-R., du H.-R. et de la Moselle, Paris le 19 juillet 1830. A.N., F7 9334.

3 Circulaire à Messieurs les Maires relative à l’émigration pour l’Amérique, Strasbourg le 3 février 1830. A.D.B.-R., 3M 706.

4 Préfecture du B.-R., 12 juillet 1854. A.D.B.-R., 3M 701.

5 A.D.B.-R., 3M 706.

6 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 6 avril 1827. A.N., F7 9334.

7 Procès-verbaux du conseil général du département du Bas-Rhin, répartition des contributions foncières pour 1835, p. 209. A.D.B.-R., 1N 298.

8 Relevé numérique par cantons des habitants du Bas-Rhin émigrés pour l’Amérique de 1826 à 1837 inclus. A.D.B.-R., 15M 63.

9 Norman LAYBOURN, Contribution à l’histoire de l’émigration des Alsaciens et des Lorrains du xviiie siècle au xxe siècle et les Strasbourg à travers le monde, thèse de doctorat de 3e cycle, présentée sous la direction du professeur Philippe Dollinger, 1984. vol. I, pp. 296-297, note 21.

10 Claude GEWISS, "De la haute vallée de la Thur aux rives du Coleto Creek, une aventure alsacienne au Texas", Bulletin de la Société industrielle de Mulhouse, n° 2, 1985, p. 68.

11 Lettre du sous-préfet de Belfort au préfet du H.-R., Belfort le 18 octobre 1844, A.D.B.-R., 6M 375.

12 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 14 juillet 1859. A.D. B.-R., 15M 55.

13 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de l’Intérieur, Strasbourg le 4 mars 1822, A.N., F7 12186.

14 Lettre du ministre de la Guerre, Paris le 28 mars 1817. A.N., F7 6138 8.

15 Préfecture du H.-R., circulaire du 27 mai 1817 à MM. les sous-préfets et maires du département du H.-R. par le préfet du département. A.N., F7 9820.

16 Copie de la lettre adressée de New York, le 25 juillet 1828, à Monsieur le Maire de Belfort, signée J.-B. Meyer, greffier de la justice de paix à Colmar. A.N., F7 9334.

17 Copie de l’article inséré au Journal du Havre, [extrait, 1829]. A.D.H.-R., 6M 375.

18 Lettre du ministre de l’Intérieur au ministre des Affaires étrangères, Paris le 21 mai 1830. A.N., F7 9334.

19 Préfecture du H.-R., circulaire à Messieurs les sous-préfets et maires du H.-R., Colmar le 17 janvier 1845. A.D.H.-R., 6M 375.

20 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du H.-R., Paris le 22 novembre 1843. A.D.H.-R., 6M 375.

21 Rapport de la gendarmerie départementale du B.-R., 12 avril 1838. A.D.B.-R., 3M 701.

22 Lettre du sous-préfet de Wissembourg au préfet du B.-R., Wissembourg le 12 mars 1818. A.D.B.-R., 3M 701.

23 Etienne JUILLARD, la Vie rurale dans la plaine de basse Alsace. Essai de démographie sociale, Paris, Les Belles Lettres / Strasbourg, publication de la faculté des lettres de l’université de Strasbourg, fascicule 123, 1953, p. 196.

24 Fernand de DARSTEIN, "le Morcellement des terres en Alsace", M.S.S.A.A., 1865, pp. 79-114 ; J. F. FLAXLAND, "Quelques considérations sur le morcellement des terres en Alsace", Revue d’Alsace, 1860, pp. 81-95 ; Etienne JUILLARD, op. cit., pp. 182- 194 ; Dominique LERCH, "le Paysan haut-rhinois au xixe siècle. Contribution à l’histoire des mentalités en Alsace" in Histoire de l’Alsace rurale, Paris / Strasbourg, Istra, 1983, pp. 305-345 ; Marie-Noëlle DENIS, "Système économique et évolution démographique en Alsace rurale aux XVIIIe et XIXe siècles", Entretiens de Malher, Paris, 12 décembre 1983 ; Albert BLAS, De la transmission héréditaire intégrale d’une propriété en Alsace-Lorraine, thèse de droit, Strasbourg, 1927, 141 p.

25 Pierre VIDAL DE LA BLACHE, la France de l’Est, Paris, Armand Colin, 1917, p. 23.

26 Lettre du préfet du H.-R. à Paris, Colmar le 29 mars 1827. A.N., F7 9334.

27 Préfecture du B.-R., Strasbourg, pétition de Valentin Haas, 12 avril 1817. A.N., F7 6138 10.

28 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet de Seine-Inférieure, Paris le 27 juin 1828. A.N., F7 9334.

29 Strasbourg le 7 novembre 1867. A.D.B.-R., 3M 701.

30 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de la Police générale à Paris, Strasbourg le 26 mai 1817. A.N., F7 6138 10.

31 Extrait du registre des délibérations du conseil d’arrondissement de Wissembourg. Séance du 16 mai 1832. Emigration pour l’Amérique. A.D.B.-R., 3M 701.

32 Henri STROHL, le Protestantisme en Alsace, Strasbourg, éditions Oberlin, 1950 ; Jean SÉGUY, les Assemblées anabaptistes mennonites de France, Paris, Mouton, 1977.

33 Rapport de la gendarmerie départementale du B.-R., Strasbourg le 12 avril 1838. A.D.B.-R., 3M 701.

34 Cette idée a été avancée par Norman LAYBOURN, op. cit., p. 347.

35 René BAYER, "l’Emigration au xixe siècle, entre Lauter et Seltzbach vers La Nouvelle-Orléans", l’Outre-Forêt. Revue d’histoire de l’Alsace du Nord, n° 47, 1984, p. 19.

36 Louis SPACH, Oberlin, pasteur du Ban-de-la-Roche, Paris/Strasbourg, Berger-Levrault, 1866, 244 p. ; Frank L. SCHOELL, "Colonies alsaciennes dans la prairie américaine", Revue de Paris, janvier 1922, pp. 87-88.

37 Lettre de Strasbourg datée du 20 mars 1817. A.N., F7 9820.

38 Norman LAYBOURN, op. cit., p. 629.

39 Lettre à l’auteur de Bernice Marshall (83 ans), d’ascendance alsacienne, Somanauk, Illinois, le 11 mai 1984, sous le titre "This is the Way it Was Told Me".

40 Lettre à l’auteur de Marie-Louise Sheram (60 ans), d’ascendance alsacienne, Atlanta, Georgia, le 7 septembre 1984.

41 "La Population en Alsace depuis le xixe siècle", Bulletin régional statistique et économique, direction régionale de Strasbourg, I.N.E.D., n° 4, 1954, pp. 10-15.

42 Charles POUTHAS, "la Population française pendant la première moitié du xixe siècle", Travaux et documents de l’I.N.E.D., cahier n° 25, Paris, 1956, p. 177.

43 Cf. infra, pp. 181-222.

44 Lettre du lieutenant de police de Strasbourg au préfet du B.-R., Strasbourg le 27 janvier 1817. A.N., F7 9820.

45 Lettre du commandement de police de Strasbourg au préfet du B.-R., Strasbourg le 5 février 1817. A.N., F7 6138 8.

46 Rapport de la police administrative du Nord, Strasbourg le 5 avril 1817. A.N., F7 6138 8.

47 Lettre, Strasbourg le 20 mars 1817. A.N., F7 9820.

48 Le préfet du département du B.-R. aux maires, Avis, Strasbourg le 3 décembre 1817. Cité par Norman LAYBOURN, op. cit., p. 284.

49 Lettre du préfet du B.-R. au sous-préfet de Wissembourg, Strasbourg le 1er octobre 1819. A.D.B.-R., D 414, n° 276 – 2154

50 Norman LAYBOURN, op. cit., p. 308.

51 Camille MAIRE, l’Emigration des Lorrains en Amérique, 1815-1870, Centre de recherches Relations internationales de l’université de Metz, 1980, p. 127.

52 J. B. BETTINGER, Guide des émigrants aux Etats-Unis, traduit de l’allemand, Le Havre, J. Morlent, 1834.

53 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 27 juin 1828. A.N., F7 9334.

54 Lettre du sous-préfet de Wissembourg au préfet du B.-R., Wissembourg le 14 avril 1830. A.D.B.-R., 3M 701.

55 René BAYER, op. cit., p. 19.

56 Dossier "Emigrations", Strasbourg, 3 août 1832. A.D.B.-R., 15M 63.

57 Lettre de madame Hettinger au maire de Wissembourg, Le Havre le 30 avril 1889. A.D.B.-R., 3M 701.

58 Lettre du préfet du B.-R., Strasbourg, mai 1839. A.D.B.-R., 3M 701.

59 Correspondance, avril 1845. A.D.B.-R., 3M 701.

60 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de l’Intérieur, Strasbourg le 27 septembre 1855. A.D.B.-R., 3M 701.

61 Lettre du commissaire à l’émigration de Saint-Louis au préfet du H.-R., Saint-Louis le 18 juin 1855. A.D.H.-R., 6M 349.

62 Philippe DOLLINGER, Histoire de l’Alsace, Paris, Privat, 1970, chapitre X ; Paul LEUILLIOT, "l’Occupation alliée à Colmar et dans le Haut-Rhin, 1815-1818", Annuaire de Colmar, 3e année, 1837, pp. 157-162.

63 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de la Police générale, Strasbourg le 23 janvier 1817. A.N., F7 6138 9.

64 Préfecture du B.-R., pétition d’Urbain Kudzy, 9 mai 1817. A.N., F7 6138 10.

65 Préfecture du B.-R., pétition de Georges Fritzinger, 3 mai 1817. A.N., F7 6138 9.

66 Préfecture du B.-R., pétition de Jacques Bernhard, 6 mars 1817. A.N., F7 6138 9.

67 Robert MARJOLIN, "les Troubles provoqués en France par la disette de 1816- 1817", Revue d’Histoire moderne, 1933, pp. 423-460.

68 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de la Police générale, Strasbourg le 30 juin 1817. A.N., F7 9820.

69 Lettre du maire de la commune de Pfalzweyer, 8 mars 1838. A.D.B.-R., 3M 703.

70 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de l’Intérieur, Strasbourg le 11 avril 1827. A.N., F7 9334.

71 Lettre de la direction des Forêts à Son Excellence le ministre de l’Intérieur, Paris le 18 mai 1827. A.N., F7 9334.

72 Francis HORDERN, les Crises industrielles en Alsace au xixe siècle, 1800-1870 et leurs répercussions sur l’emploi des travailleurs, Aix-en-Provence, Institut régional du Travail, 1970, 40 p. dactylographiées.

73 Félix PONTEIL, la Crise agricole dans le Bas-Rhin en 1847, Rennes, 1937, 141 p.

74 Charles STAEHLING, Histoire contemporaine de Strasbourg et de l’Alsace, 1830- 1852, tome I, Berger-Levrault, 1887, pp. 290 sqq.

75 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 13 mai 1828. A.N., F7 9334.

76 Lettre du ministre de l’Intérieur au préfet du B.-R., Paris le 8 mars 1828. A.D. B.-R., 3M 706.

77 Circulaire du préfet du B.-R. aux maires du département du B.-R., Strasbourg le 28 avril 1828. A.D.B.-R., 3M 701.

78 Lettre au préfet du H.-R., Altkirch le 29 mars 1853. A.D.H.-R., 6M 375.

79 Lettre du préfet du H.-R. au ministre de la Police générale, Colmar le 7 avril 1853. A.D.H.-R., 6M 375.

80 Lettre du sous-préfet d’Altkirch au préfet du H.-R., Altkirch le 3 février 1854. A.D.H.-R., 6M 375.

81 Cf. supra, note 80.

82 Charles STAEHLING, op. cit., tome II, p. 15 sqq.

83 Lettre du préfet du H.-R. au ministre de l’Intérieur, Colmar le 19 octobre 1854. A.D.H.-R., 6M 375.

84 Lettre au préfet du H.-R., Saint-Louis le 19 novembre 1854. A.D.H.-R., 6M 375.

85 Lettre du commissaire de police de Haguenau au préfet du B.-R., Haguenau le 24 juin 1854. A.D.B.-R., 3M 706.

86 Rapport du commissaire de police de Drulingen, B.-R., période du 22 novembre 1854 au 29 novembre 1854. A.D.B.-R., 3M 706.

87 Lettre du préfet du B.-R. au ministre de l’Intérieur, Strasbourg le 29 novembre 1854. A.D.B.-R., 3M 706.

88 Lettre confidentielle du ministre d’Etat au département de l’Intérieur [aux préfets alsaciens], Paris le 21 décembre 1854. A.D.B.-R., 3M 706.

89 Circulaire du ministre secrétaire d’Etat au département de l’Intérieur, Paris le 29 août 1856. A.D.B.-R., 3M 706.

90 Lettre du ministre de l’Intérieur aux préfets du B.-R. et du H.-R., Paris le 9 mai 1859. A.D.B.-R., 3 M 706.

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search