Version classiqueVersion mobile

Émigration alsacienne aux États-Unis 1815-1870

 | 
Nicole Fouché

Avant-propos

Texte intégral

1Le présent ouvrage est issu d’un nouveau doctorat, soutenu à l’université de Paris-I, le 3 novembre 1987.

2Les remerciements qui suivent sont ceux qui avaient été rédigés en 1987, en toute sincérité.

3Mon premier devoir, avant d’entrer dans le vif du sujet, est de remercier tous ceux et toutes celles qui, d’une façon ou d’une autre, souvent sans le savoir, ont soutenu mon effort et m’ont aidée à réaliser le travail que je présente aujourd’hui.

4Je n’ai pas la naïveté de penser que je suis arrivée seule à atteindre mes objectifs. C’est par une suite de circonstances favorables, de chances, de rencontres, de sympathies, de désintéressements – souvent inattendus –, que j’ai pu mener ma tâche à son terme.

5Je dis un chaleureux merci au professeur Claude Fohlen, directeur du Centre de recherches d’histoire nord-américaine de l’université de Paris-I, aujourd’hui professeur émérite, qui a accepté de diriger ma thèse, et qui, non seulement a mis sa constance, son savoir et sa compétence à ma disposition, mais qui, par inclination naturelle, a créé dans notre centre de recherches un climat de confiance et de liberté infiniment propice à l’étude, au travail et à la recherche.

6Un merci spécial à Jean Heffer, directeur du Centre d’études nord-américaines de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, dont la disponibilité n’a jamais failli. Il a guidé mes premières expériences, après que j’eus décidé de m’assurer les "services" d’un ordinateur. Je lui dois également un certain nombre d’explications sur la controverse du Pull et du Push, et... la relecture de ma thèse.

7A Jacques Portes, maître de conférences à Paris-I en 1987, aujourd’hui professeur à Lille-III, je dois une présence constante et solide, des conseils impartiaux, tempérés, toujours utiles.

8Du fait de la richesse des archives et des bibliothèques parisiennes, j’ai pu réaliser une partie de mon travail à Paris. Tôt ou tard mes recherches devaient me conduire en Alsace. L’accueil des Alsaciens suscite encore mon étonnement et ma reconnaissance. En Alsace, j’ai trouvé partout – à l’Université, dans les dépôts d’archives, dans les bibliothèques, dans la presse, dans les familles d’émigrants, dans les villages, parmi les généalogistes –, des personnalités compétentes, coopérantes, expérimentées, ne ménageant ni leur temps, ni leur savoir, ni même, ce qui est infiniment plus rare, leur sourire. M. Christian Wilsdorf, directeur des services d’archives du Haut-Rhin, Mme Marie-Noëlle Denis, sous-directeur du Laboratoire de sociologie régionale, à Strasbourg, M. Luttenbacher, rédacteur en chef honoraire de l’Alsace, et son épouse, M. Struss, photojournaliste à l’Alsace, et son épouse, Mme et M. Finger se reconnaîtront en lisant ce qui précède. Pas un, pas une qui n’ait contribué à faciliter mon travail, à le rendre si agréable que chaque nouveau déplacement en Alsace était devenu un sujet de réjouissance.

9De la même manière, j’ai eu la chance infinie, au cours de mon voyage d’étude aux Etats-Unis (New York, Washington, Castroville et Austin), de rencontrer des Américains motivés par mon sujet, qui me facilitèrent démarches, déplacements, rencontres, qui mirent une importante documentation à ma disposition et qui eurent à cœur, en dehors des heures de travail, de me faire connaître l’Amérique. En disant cela, je pense surtout à la famille Suehs, de Castroville, qui, par surcroît, m’offrit l’hospitalité.

10A ma propre famille aussi, que j’ai parfois bousculée, et qui a été souvent sur le point de me dire :

  • 1 Jean RACINE, Andromaque, acte IV, scène v.

[...] Perfide, je le voi[s] :
Tu comptes les moments que tu perds avec moi !1

11A ma famille donc, je dis un grand et vrai merci.

12Que toutes celles, que tous ceux – et ils sont nombreux – qui m’ont apporté aide et encouragement, trouvent ici l’expression de ma reconnaissance. Sans elles, sans eux, peut-être eût-il fallu renoncer ?

13Les lignes qui précèdent, écrites en 1987, n’ont, en 1992, rien perdu de leur vérité. Je dois simplement ajouter que l’édition de ma thèse est, pour partie, due à la générosité du conseil régional d’Alsace, qui, dans le cadre de sa politique d’aide à la publication d’alsatiques, m’a fait le très grand honneur de sélectionner mon travail.

14Depuis 1987, de nouveaux travaux portant sur l’émigration alsacienne ont été réalisés et publiés. Ils ne modifient pas le fond du présent ouvrage et figurent dans sa bibliographie, mise à jour pour cette parution.

Notes

1 Jean RACINE, Andromaque, acte IV, scène v.

© Éditions de la Sorbonne, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search