Version classiqueVersion mobile

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Conclusion

Bilan de la sixième journée doctorale d’archéologie

Caroline Trémeaud, Jeanne Brancier et Thibault Vallette

Texte intégral

  • 1 Institut national d’histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris.
  • 2 Dhennequin L., Gernez G. et Giraud J. (éd.) (2009) – Archéo.doct, 1, Objets et symboles. De la cult (...)
  • 3 Nicolas Th. et Salavert A. (éd.) (2010) – Archéo.doct, 2, Territoires et économies, Publications de (...)
  • 4 Salavert A., Leduc Ch. et Nicolas Th. (éd.) (2012) – Archéo.doct, 3, Les images : regards sur les s (...)
  • 5 Brunet O. et Sauvin Ch.-E. (éd.) (2012) – Les marqueurs du pouvoir, Archéo.doct., 4, Publications d (...)
  • 6 Borderie Q., Bouchaud Ch., Halabi T., Sauvin Ch.-E. et Vallette Th. (éd.) (2013) – Archéo.doct, 5, (...)
  • 7 Ferjani S., Le Bihan A., Onfray M. et Trémeaud C. (éd.) (2014) – Archéo.doct, 6, Matières premières (...)

1La sixième rencontre de l’École doctorale d’archéologie (ED 112) de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne s’est déroulée le mercredi 26 mai 2010 dans les locaux de l’Institut national d’histoire de l’art1. Depuis 2006, une journée annuelle est consacrée à la présentation des travaux de doctorants autour d’un thème fédérateur, illustrant la richesse et la diversité des aires chrono-culturelles et des approches archéologiques étudiées au sein de l’ED 112. Les objectifs de ces journées sont multiples. Au sein de cette importante École doctorale, il s’agit en premier lieu d’encourager la rencontre entre doctorants, jeunes docteurs et chercheurs confirmés autour d’un thème commun. À cet égard, la fréquentation annuelle croissante lors de ces journées illustre le succès de cette entreprise. Ce cadre permet aux doctorants de présenter leurs travaux tout en leur offrant la possibilité d’avoir un réel retour scientifique sur leurs productions. La confrontation des corpus, outils et méthodes utilisés pour tenter de répondre à une problématique commune donne lieu à des discussions enrichissantes et productives. L’ensemble des travaux est ensuite publié au sein de la collection Archéo.doct, créée spécifiquement à cet effet par les Publications de la Sorbonne. À ce jour, et avant la présente parution, la collection totalisait donc six volumes, consacrés aux thèmes suivants  : objets et symboles2, territoires et économies3, les images4, les marqueurs du pouvoir5, les phénomènes d’adoption et d’adaptation6, et la gestion des ressources7. L’effort continu de mise à disposition au public des plus récentes recherches sur une thématique donnée a abouti à trois rendus distincts. La journée en tant que telle, la mise en ligne de la majorité des interventions orales sur laquelle nous reviendrons et aujourd’hui la publication des actes. Ayant pour principe de rassembler sous une unique thématique la plus grande diversité possible de contributions, la revue Archéo.doct se doit de prendre en compte le lectorat qui serait intéressé par la thématique. C’est pourquoi les différentes parties ont travaillé ensemble pour proposer un ouvrage qui soit le plus accessible possible. Les contributions respectives qui donnent corps à des réflexions croisées permettent de rendre, avec encore un peu plus d’éclat, de la diversité des aires chrono-culturelles et des méthodes développées au sein de l’ED 112, des équipes et des laboratoires qui y sont rattachés.

2« Des vestiges aux sociétés » fut le thème de cette sixième journée, proposé par les doctorants et validé par le conseil de l’École doctorale d’archéologie. Par ces termes nous souhaitions voir émerger des réflexions sur le passage des données archéologiques à la société sous-jacente. Par exemple, quelles méthodes sont actuellement utilisées pour construire le pont entre vestiges matériels et sociétés ? Dans les reconstructions sociales proposées, comment faire le tri entre nos appréhensions actuelles de ce que peuvent être les sociétés et ce que peuvent dire les faits archéologiques bruts ? Dans quelles limites les schémas conceptuels peuvent aider efficacement à approcher au plus près le mode de vie des sociétés anciennes ? Quelles dynamiques des groupes humains étudiés en question peuvent être approchées par des vestiges d’apparence immobiles ? Comment, de même, utiliser le territoire d’investigation de l’archéologue pour circonscrire dans l’espace les faits sociaux relatifs à une ou plusieurs sociétés données ? Ou bien encore les modèles prédictifs peuvent-ils aider à proposer des liens probables quand les traces de liens tangibles se sont effacées ?

3Par son retour constant aux faits bruts dans ses multiples recherches pour proposer des reconstructions des phénomènes sociaux à partir des éléments archéologiques les plus tangibles, nous avons d’emblée pensé à Monsieur Pierre Bodu pour parrainer cette journée. Nous le remercions vivement ici d’avoir accepté de jouer ce rôle lors de la journée, en apportant son expérience aux différents débats. Son rôle s’est poursuivi dans toutes les phases de ce projet, jusqu’à son aboutissement que représente ce volume.

4Cette journée fut aussi l’occasion d’effectuer un véritable essai d’un projet pédagogique visant à améliorer les techniques orales des communicants. Pour ce faire, nous avons bénéficié, d’une part, de la formation et du soutien logistique de Mmes Barbara Semel et Marina Kugler du service TICe de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne pour une captation numérique des interventions. D’autre part, Monsieur Romain Pichard a apporté, par son regard professionnel de comédien et de metteur en scène, une formation personnalisée, aux communicants désireux de travailler sur les formes de la communication orale. R. Pichard les a ainsi aidés à aborder les bases de l’oralité (respiration, voix, appréhender les tics du langage et du corps, etc.), nécessaires aux nombreuses interventions orales qui jalonneront leurs carrières.

5Nous les remercions tous d’avoir permis à cette journée doctorale d’évoluer dans son objectif primordial, en aidant les jeunes chercheurs dans ce qui est le plus souvent leur première expérience orale face à un public très diversifié.

6Ainsi, onze doctorants se sont exprimés sur ce thème lors de la journée ; neuf par intervention orale, deux sous forme de posters. Dix de ces interventions sont publiées dans ce volume, sans distinction formelle. Les problématiques et les méthodes abordées par les auteurs sont le fruit de leurs réflexions, mises en place au cours de leurs travaux de doctorat. Comme cela est habituel au sein de ces publications, il nous a semblé judicieux de leur laisser toute latitude lors de l’édition de cette journée d’étude. Afin de maintenir une cohérence dans cette publication, nous avons choisi une ligne éditoriale permettant l’accessibilité de ces travaux à tous les spécialistes et non-spécialistes qui liraient ce volume, tout en veillant au respect de la problématique traitée lors de la journée. Ces dix contributions parcourent des domaines géographiques, chronologiques et thématiques larges. Sont ainsi pris en compte des critères géomorphologiques, architecturaux, historiographiques, iconographiques, économiques, symboliques, de trois grandes régions – la Mésoamérique, l’Europe de l’Ouest et le Moyen-Orient – depuis le Paléolithique récent jusqu’à la période médiévale, exprimant en partie la substance complexe et subtile de cette vaste problématique.

7Les contributions présentées ici sont l’occasion de mettre en regard les pratiques archéologiques et celles des populations en question. Sans enlever aux auteurs la richesse et la diversité de leurs contributions, leurs approches se rejoignent sur la valeur du regard critique porté sur les postures de l’archéologue face aux faits empiriques. Certains mettent en avant une histoire comparée des recherches (E. Mazetto, L. Brissaud). Quand d’autres renvoient à une critique de la déformation de la perception des faits par le jeu d’a priori sur ce qui pourrait apparaître comme exceptionnel (O. Fuentes) ou homogène (Q. ­Borderie). Enfin, des auteurs mettent en avant les garde-fous inclus dans les constructions conceptuelles (A. Huteau, H. Blitte) ou méthodologiques actuelles (C. Lietar, A. Trujillo). Par cette approche introductive à leurs recherches, ils nous révèlent l’entière nécessité du travail de questionnement des outils méthodologiques avant toute analyse portée sur les faits. Le lecteur pourra ressentir dans ce volume que ce fut la condition sine qua non d’une utilisation consciente et réflexive des méthodes que les auteurs ont employées pour faire parler justement les vestiges. Cette condition a même mené l’un d’entre eux à créer sa propre méthode d’analyse (O. Fuentes).

8Des interventions orales aux articles rendus, une évolution s’est faite sentir dans les manières d’appréhender la thématique. Il nous fallait de plus intégrer les communications présentées sous forme de posters. Nous avons donc tenté de rendre fidèlement compte de ces évolutions en organisant le volume suivant l’échelle d’observation.

9Les quatre premières contributions partent des témoins archéologiques involontaires ou cachés en milieu urbain. Quentin Borderie et Barbara Chiti abordent ainsi le milieu urbain par une approche micro-locale. Le premier, Q. Borderie, s’exerce à rendre compte de la diversité des interactions entre activités humaines et phénomènes naturels à l’origine des terres noires de Noyon (France) du ive au xiiie siècle grâce à une approche micromorphologique (branche de la géoarchéologie). Les stratifications des matrices sédimentaires, fruits de processus de formation complexes, mêlant processus pédo-sédimentaires et apports anthropiques, sont mises au regard des structures évidentes qui les conservent. L’auteur montre que ces témoins des activités humaines résultent d’activités distinctes qui révèlent la dynamique liant les espaces intra et extra muros. En Djézireh syrienne durant le Bronze ancien, B. Chiti constate que, malgré les affinités des cultures matérielles des trois sites étudiés, les architectures se distinguent si fortement que l’auteur propose d’y voir des « identités architecturales ». La continuité des formes architecturales de base à travers le temps révèle la pertinence de cette proposition. Elle propose de rapprocher ces distinctions à la nature des sites et au degré d’influence de la hiérarchie sociale en train de se mettre en place dans la région au cours du IIIe millénaire avant notre ère. Laurence Brissaud et Elena Mazetto ont, quant à elles, utilisé la répartition de certaines catégories de vestiges pour aborder la notion de réseau. Leur mise en relation des données archéologiques et de l’approche historiographique leur a permis de remettre en cause certains présupposés sur la vocation des vestiges et la question du producteur et du destinataire. Cette pratique de la lecture croisée leur a permis de mettre en évidence les écueils d’une étude qui se fierait uniquement à l’un des deux corpus. L. Brissaud met ainsi en perspective que les fistules estampillées, dispersées dans différents musées, font partie d’un même réseau complexe d’adduction d’eau pour les thermes romains de la ville antique de Vienne. La diversité des estampilles et leur récurrence sur l’ensemble de ce réseau enfoui incitent l’auteur à considérer les estampilles comme un moyen, pour les services de la ville, de connaître le fabricant à l’origine de telle ou telle partie du réseau. Elle propose aussi une autre lecture de l’abréviation de Vienna Fecit qui ne renverrait pas au fabricant de tuyaux (« a fait à Vienne ») mais au commanditaire que serait la ville de Vienne (« a fait pour Vienne »). La lecture croisée des données ethno-historiques et archéologiques est tout aussi bénéfique pour l’étude d’E. Mazetto. En mettant en exergue la faiblesse des données de terrain utilisées pour juger de l’attribution de l’édifice retrouvé à proximité du métro Pino Suarez à Mexico, le dialogue entre données ethno-historiques du xvie siècle, archéologiques et iconographiques permet à l’auteur de proposer une géographie complètement différente de celle proposée jusqu’alors. Ainsi, autant le matériau de construction, le répertoire iconographique renvoyant à la liturgie du « serpent à plumes » et des divinités aquatiques que la localisation de la structure du métro Pino Suarez au milieu de l’habitat, écartent les attributions aux cultes de Toci ou de Cihuateocalli avancées jusque-là.

10Il est toutefois des cas où le dialogue bénéfique entre deux méthodes est rendu impossible par la nature même du corpus étudié. La pratique de la crémation dans les deux nécropoles du site villanovien (viiie-vie siècle avant notre ère) de Verruchio en Italie oblige Ariane Huteau à partir des structures funéraires et du matériel déposé, pour proposer une analyse sociologique de ces pratiques funéraires. Malgré une représentativité équilibrée entre les sépultures conservant du matériel de filage et/ou de tissage et celles où ont été déposées des armes, un nombre non négligeable de sépultures présente les deux dépôts. L’existence d’objets dont les attributs les rendraient peu fonctionnels dans un nombre réduit de sépultures pose le problème du matériel conçu pour le contexte funéraire.

11Participant du domaine des vestiges archéologiques funéraires, Ilona Bede interroge la nature des relations entre les dépôts animaliers dans les tombes de cavaliers et le statut des individus inhumés durant la période Avare (fin vie s.-milieu ixe s. apr. J.-C.) dans le bassin des Carpates. Parmi les espèces animales représentées dans ces sépultures, I. Bede relève le traitement particulier des squelettes de chevaux. La diversité des âges de ces équidés et la présence régulière de dépôts de harnachement montreraient ainsi un rapport étroit entre l’individu et le cheval, se traduisant ici par une individualisation particulière de l’animal enterré.

12La question de la perméabilité des sociétés est ensuite abordée par Hélène Blitte et Oscar Fuentes. Ils montrent tous deux que le territoire des idées ne suit pas fidèlement les contours de l’aire de répartition géographique des vestiges matériels.

13H. Blitte montre toute la diversité des dépôts non funéraires de l’âge du Bronze européen. En montrant que les objets constitutifs des trouvailles isolées présentent des particularités qui les distinguent du reste de la production, H. Blitte propose de les classer parmi les dépôts volontaires et non dans les objets perdus. Outre les différences établies entre trouvailles isolées et groupées, H. Blitte montre une opposition claire entre les dépôts en milieu terrestre (objets usuels et/ou en cours de fabrication) et ceux retrouvés en milieu humide (objets intacts et finis). L’acte du dépôt ne renverrait alors pas à une pratique définie par le geste mais à une diversité de pratiques liée au contexte et à la nature du mobilier contenu dans ces dépôts.

14En relevant l’essor de la représentation humaine dans l’art au cours du Pléistocène récent, Oscar Fuentes s’est attaché à rendre compte de ses diversités formelle et technique. Sa rareté par rapport aux autres sujets traités par les artistes du magdalénien a favorisé une multitude de dénominations. Cette typologie disparate rendait nécessaire l’élaboration d’une grille de lecture partant des critères anatomiques représentés. En partant du point 0 de la réalité objective, l’auteur repère deux axes de déformation, l’un tendant vers le réalisme, l’autre vers la déformation du corps. L’axe réaliste semble bien représenté par les représentations des sites de l’est de la Vienne, chacune ayant des caractères anatomiques distincts. L’auteur formule alors l’hypothèse de portraits propres à rendre compte de l’émergence de l’individu au cours de la Préhistoire récente. Sa méthode permet en outre de distinguer deux grands ensembles géographiquement circonscrits où la faible existence de type allochtone pose la question de la perméabilité de ces aires de répartition.

15Armando Trujillo et Claira Lietar utilisent des outils prédictifs à l’échelle d’une région en soulignant le problème du terrain d’investigation de l’archéologue. L’inconnue des réseaux de relation entre habitats archéologiquement connus a suscité le travail d’A. Trujillo. Son analyse a porté sur les dynamiques de mobilité et les probables réseaux de chemins reliant les sites de la tradition Teuchitlán (période Préclassique  : 1000 av. J.-C. à 200 apr. J.-C.) dans la vallée de Tequila, au Mexique. Au moyen de SIG, il a pu modéliser ainsi les chemins de moindre coût, prenant en compte les contraintes naturelles, structurant le paysage. L’auteur met en évidence l’existence de réseaux situés dans les zones planes de la vallée, créant ainsi « des espaces ouverts de mobilité », le relief n’ayant que peu d’influence. La fluidité de la circulation, démontrée par cette modélisation, vient corroborer l’absence de conflits entre ces sites et une facilité d’accès aux ressources naturelles.

16Les outils élaborés par l’équipe d’ArchaeDyn permettent à C. Lietar de s’en inspirer afin d’établir une échelle de confiance des éléments qui fondent les connaissances actuelles sur le Michelsberg, au Néolithique moyen, à l’échelle de l’Île-de-France. En effet, par la mise en place de cartes de représentativité et de confiance, l’auteur interroge la validité de la distribution des entités spatiales en évaluant le degré d’investissement archéologique et le niveau de conservation potentiel des sites. Ces éléments servent à l’élaboration de la carte de « fiabilité » de la documentation. La corrélation de cette dernière carte et de celle de représentativité des sites du Néolithique moyen produit une carte de « confiance » dans la distribution des sites de cette période.

17Ces deux méthodes montrent chacune à leur manière les déséquilibres de connaissances sur un territoire donné. En utilisant les connaissances acquises sur d’autres lieux (C. Lietar) ou en proposant des chemins praticables (A. Trujillo), les auteurs donnent des guides pour les recherches futures.

18Il ne fait aucun doute que chacune des contributions renvoie à la spécialisation de la discipline archéologique. La contrainte imposée par le thème a pourtant permis de dépasser ce cadre formel en favorisant la recontextualisation des faits étudiés et des méthodes employées. Les différentes approches rendent compte de la nécessité d’une archéologie dynamique comparant des données chronologiquement ou géographiquement distinctes. Toutes les contributions montrent la nécessité de porter un regard sur les éléments extérieurs dont la confrontation avec le corpus de base tend à rendre compte de la dynamique, de la vie, pourrait-on dire, des acteurs. L’analyse spatiale est donc bien au centre du débat. Elle ouvre sur le jeu de relations entre l’intérieur et l’extérieur, le producteur et le destinataire en les plaçant sur un pied d’égale considération. Cet intérêt accru pour l’altérité montre une ouverture pertinente sur la compréhension des dynamiques sociales sous-jacentes qui n’aurait pas eu lieu si la primauté avait été systématiquement donnée au corpus de base.

Notes

1 Institut national d’histoire de l’art (INHA), 2 rue Vivienne, 75002 Paris.

2 Dhennequin L., Gernez G. et Giraud J. (éd.) (2009) – Archéo.doct, 1, Objets et symboles. De la culture matérielle à l’espace culturel, Publications de la Sorbonne.

3 Nicolas Th. et Salavert A. (éd.) (2010) – Archéo.doct, 2, Territoires et économies, Publications de la Sorbonne.

4 Salavert A., Leduc Ch. et Nicolas Th. (éd.) (2012) – Archéo.doct, 3, Les images : regards sur les sociétés, Publications de la Sorbonne.

5 Brunet O. et Sauvin Ch.-E. (éd.) (2012) – Les marqueurs du pouvoir, Archéo.doct., 4, Publications de la Sorbonne, Paris.

6 Borderie Q., Bouchaud Ch., Halabi T., Sauvin Ch.-E. et Vallette Th. (éd.) (2013) – Archéo.doct, 5, Adoption et adaptation, Publications de la Sorbonne.

7 Ferjani S., Le Bihan A., Onfray M. et Trémeaud C. (éd.) (2014) – Archéo.doct, 6, Matières premières et gestion des ressources, Publications de la Sorbonne.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search