Version classiqueVersion mobile

Des vestiges aux sociétés

 | 
Jeanne Brancier
, 
Caroline Rémeaud
, 
Thibault Vallette

Du territoire archéologique au territoire de l’archéologue : prédictibilité et échelle de confiance

Cartes de représentativité et de confiance

Une application à l’échelle de l’Île-de-France au Néolithique moyen

Claira Lietar

Résumé

La question de la représentativité des données est inhérente à l’étude d’un corpus archéologique. Dans le domaine de l’analyse spatiale, il s’agit d’interroger la validité de la distribution des entités spatiales en évaluant le degré d’investissement archéologique et le niveau de conservation potentiel des sites. En s’inspirant de la méthode développée par l’équipe ArchaeDyn (Oštir et al., 2007 ; Saligny et al., 2008), nous proposons ici une application des « cartes de confiance » pour les sites attribuables au Néolithique moyen en Île-de-France (4500-3600 av. J.-C.).

La corrélation des cartes de représentativité (« sous-» et « sur- » représentation) de l’activité archéologique et des sites du Néolithique moyen permet de repérer des « anomalies » dans la répartition des sites inventoriés et de réfléchir sur les facteurs (investigation, taphonomie) favorables ou non à la découverte de ces sites. Ces éléments servent à l’élaboration de la carte de « fiabilité » de la documentation. La corrélation de cette dernière carte et de celle de la représentativité des sites du Néolithique moyen produit une carte de « confiance » dans la distribution des sites de cette période.

Texte intégral

Introduction  : problématique et axes de recherche ; présentation de la méthode ArchaeDyn

1Quelle est la représentativité des données dont on dispose ? Jusqu’où peuvent-elles être considérées « comme partie du tout » ? Ces questions sont inhérentes de la première approche d’un corpus archéologique et, de manière plus générale, de tout échantillon statistique. Cette question de la signification d’un « échantillon », comme partie connue d’un ensemble inconnu, selon R. Chenorkian, doit être au centre de la réflexion archéologique et doit s’inscrire dans une démarche méthodologique (Chenorkian, 1996).

2Dans le cadre d’un programme de recherche sur l’étude des dynamiques des populations et des territoires (Oštir et al., 2007 ; Saligny et al., 2008), l’équipe ArchaeDyn s’est posée la question de la validité de la représentation des données et a fortiori de la validité de l’interprétation qui en découle. Ils ont développé un outil méthodologique pour évaluer ce qui, dans l’identification d’un phénomène spatial, dépend plus du degré d’investigation archéologique que d’une réalité en terme de peuplement. Ce projet de recherche à l’échelle nationale s’appuie sur différentes bases de données archéologiques. Dans un premier temps, il s’agit de quantifier et de visualiser l’information archéologique en termes de « sous- » et « sur- » représentation pour l’ensemble de l’aire d’étude. Les cartes de fiabilité expriment, ensuite, l’intensité de la documentation pour chacune des bases de données. Enfin, la corrélation des deux types de cartes par un calcul algébrique simple dans une logique « binaire » produit une carte de « confiance » qui permet de comparer qualitativement et spatialement l’information globale. L’interprétation de leur répartition à l’échelle de la France devra donc être validée par le degré de confiance de leur représentation.

  • 1 Émergence de la complexité sociale : enceintes, ressources et territorialité au Néolithique. Recher (...)

3Nous proposons ici une application de la méthodologie développée par l’équipe ArchaeDyn pour les sites attribuables au Néolithique moyen en Île-de-France (4500-3600 av. J.-C.). Les données dont on dispose actuellement sont le fruit de l’élaboration d’une base de données des sites du Néolithique moyen dans le cadre d’une thèse de doctorat et d’un projet d’ANR sur la culture de Michelsberg1. Cette base de données s’appuie en partie sur le regroupement de bases de données antérieurement constituées mais aussi, pour la région Île-de-France, d’un travail de dépouillement des rapports de fouilles au Service régional de l’archéologie (SRA) entrepris entre février et mai 2010. Dans une première approche exploratoire de ces données, l’application de la méthodologie développée par l’équipe ArchaeDyn nous a semblé intéressante, dans la mesure où le travail de constitution du corpus pour la région Île-de-France peut être considéré comme exhaustif et que nous avions à notre disposition un fichier fourni par le SRA regroupant toutes les opérations archéologiques enregistrées en Île-de-France.

4En s’inspirant de la méthode développée par l’équipe ArchaeDyn, nous avons élaboré des cartes de représentativité (« sous- » et « sur- » représentation) de l’activité archéologique et des sites du Néolithique moyen. La corrélation de ces deux types de données a ensuite permis de repérer des « anomalies » dans la répartition des sites inventoriés. La carte de « corrélation » permet ainsi de réfléchir sur les facteurs de la répartition des objets (sites et opérations) et d’identifier des critères spatiaux qui peuvent être déterminants pour la reconnaissance des sites de la période étudiée. Ces critères ont servi à l’élaboration de la carte de « fiabilité » de la documentation pour l’Île-de-France. Enfin, la corrélation de cette dernière carte et de celle de la représentativité des sites du Néolithique moyen produit une carte de « confiance » dans la distribution des sites.

Cartes de distribution

Choix de la maille et de la représentation en écart moyen

5La représentation de la densité du semi de point par maille permet de comparer les densités par zones en termes de « sous- » et « sur- » représentation. Le choix de la taille du maillage est déterminant puisque la mesure de la surface entre dans le calcul de la densité. Selon la méthode suivie par l’équipe ArchaeDyn, la définition du maillage est basée sur l’hypothèse selon laquelle tous les points sont répartis de manière homogène, ainsi chaque objet occupe la même surface (Saligny et al., 2008, p. 27). On définit alors un maillage théorique qui servira de base à l’analyse et qui représente la surface moyenne pour chaque objet. La formule retenue pour la taille du pixel (mm) est la suivante  :

p = S/N

6 S est la surface de la zone étudiée en m2 et N est le nombre total d’observations. Ainsi pour chacun des objets que l’on a souhaité représenter, un maillage spécifique a été calculé.

7La représentation de l’écart moyen des effectifs (écart à la moyenne) pour chaque maille permet de visualiser relativement les densités d’objets et d’apprécier les phénomènes de « sur- » ou « sous- » représentation des effectifs par maille.

Cartes de représentation des opérations archéologiques  : tendances archéologiques en Île-de-France

8On dispose d’un fichier fourni par le service de la Carte archéologique du SRA d’Île-de-France qui répertorie toutes les opérations archéologiques menées dans la région et enregistrées par le service administratif depuis 1884. On observe une augmentation constante des opérations archéologiques depuis 1964 avec une accélération à partir de 1993. La décennie 2000 représente à elle seule 50 % des opérations archéologiques avec un pic de l’activité entre 2002 et 2005 et un ralentissement du rythme entre 2006 et 2010 (Fig. 1).

Fig.1. Phasage de la répartition des opérations archéologiques en Île-de-France par maille de 2 431 m de côté (5 km²) entre 1884 et 2010

Fig.1. Phasage de la répartition des opérations archéologiques en Île-de-France par maille de 2 431 m de côté (5 km²) entre 1884 et 2010

C. Lietar.

9La carte de représentation de la densité des fouilles archéologiques par maille d’1 km2 montre leur polarisation en zones urbaines avec un effet de centralité sur Paris et la banlieue parisienne (Fig. 2). Cet effet de polarisation de la zone urbaine parisienne est constant (Fig. 1). Il en est de même pour les autres pôles de forte activité archéologique (Evry, Boucle de Jablines, Bassée) avec cependant des variations d’intensité. Enfin, un effet d’attraction des opérations archéologiques vers le nord-est de la région est notable, relativement au centre de la Seine-et-Marne et au sud des Yvelines. Les autres pôles de forte densité sont soit liés à des aménagements urbains (ZAC principalement) et des fouilles dans les centres-villes des cités antiques (Meaux, Melun, Provins), soit des réseaux routiers, ou encore des suivis de travaux comme les carrières.

10Cette distribution fait apparaître clairement une forte disparité entre zones urbaines et rurales qui sont beaucoup moins densément fouillées, mis à part le Val d’Oise et la Bassée dans le cadre du suivi des carrières. En revanche, la carte de représentation des densités de prospections par maille de 4 km2 met en évidence une complémentarité entre opérations de fouilles et de prospections, ces dernières concernant principalement les zones rurales (Fig. 2).

Fig.2. Cartes de représentation des fouilles et des prospections

Fig.2. Cartes de représentation des fouilles et des prospections

C. Lietar.

11Bien entendu, ces deux modes opératoires produisent une documentation très différente, beaucoup plus ciblée mais détaillée pour les fouilles. Dans le développement de cette étude, ce sont davantage les opérations de fouilles qui nous intéressent car les sites enregistrés dans la base de données concernent seulement les sites documentés lors de fouilles ou sondages.

12La confrontation des cartes de fouilles et de prospections met en évidence les zones les mieux documentées par les méthodes de fouilles et de prospections, comme la micro-région de la boucle de Jablines et du Grand Morin où la vallée ainsi que le plateau sont bien documentés. Cette zone représente de ce fait une entité remarquable. De même, la zone de la Bassée se distingue par un haut niveau d’inventaire archéologique.

13La carte des densités par maille n’est cependant pas toujours pertinente. Les prospections ne relèvent pas d’un même type de représentation que les fouilles. Leur mode opératoire couvre une surface d’investigation plus ou moins étendue et s’inscrit généralement à l’échelle d’une ou plusieurs communes. Une représentation ponctuelle ne rendra pas compte du caractère extensif du mode d’intervention. La distribution selon un maillage régulier ne respectera pas les découpages administratifs communaux. On peut donc proposer une représentation de la densité de prospection par commune rendant mieux compte de la réalité de ce mode opératoire (Fig. 3). Le Vexin a été très densément investigué par des modes de prospection divers (prospections aériennes, pédestres et des inventaires de collection dans les musées). Le nord des Yvelines et la Seine-Saint-Denis ont fait l’objet de nombreux inventaires. Le Gâtinais et la Seine-et-Marne ont, quant à eux, surtout été documentés par des prospections aériennes. Ces différents modes de prospections ne fournissent pas le même type de documentation, ce qui pourrait avoir une influence sur le degré de connaissance des occupations du Néolithique, notamment sur le « vide » de peuplement que représente le plateau de la Brie au Néolithique moyen.

Fig.3.

Fig.3.

a) Densité des prospections par communes ; b) Carte des différents modes de prospections

(C. Lietar).

Carte de représentation des sites du Néolithique moyen

14La distribution des sites du Néolithique moyen, selon le calcul explicité en première partie, est représentée selon une grille de mailles régulières de 90 km2 de surface (Fig. 4). L’hétérogénéité et la faible densité de la distribution des sites peuvent paraître peu pertinentes pour ce type de représentation. Cependant, la carte obtenue offre une vision globale de la zone d’étude définissant des micro-zones de concentration (Boucle de Jablines et Grand Morin, Bassée) et oppose des zones de présence de sites aux zones vides (plateau de la Brie, le sud des Yvelines et le nord de la région, la plaine de France). La représentation de la densité de sites par maille permet aussi de palier au problème de l’enregistrement de coordonnées exactes pour l’ensemble des sites. Cela n’a pas pu être possible pour trente-sept sites. Seules les coordonnées du centroïde de la commune permettent de les projeter sur la carte, obligeant la superposition des points dans certains cas. La représentation de l’effectif par maille donne finalement une image plus exacte du nombre de sites enregistrés dans la base de données.

Fig.4. Représentation du nombre de sites attribués au Néolithique moyen par maille de 9 555 m de côté (90 km²) graduée selon les écarts type

Fig.4. Représentation du nombre de sites attribués au Néolithique moyen par maille de 9 555 m de côté (90 km²) graduée selon les écarts type

C. Lietar.

15En regard de la carte de densité des opérations archéologiques par mailles d’1 km2 (Fig. 2), la carte de représentation de la densité de sites attribués au Néolithique moyen en Île-de-France se trouve enrichie  : les zones de forte densité de la recherche archéologique ne sont pas forcément corrélées avec une forte densité de l’occupation néolithique. C’est sur ce principe de confrontation de différents types de données convergentes que se base la méthodologie développée par l’équipe d’ArchaeDyn (Oštir et al., 2007 ; Saligny et al., 2008).

Corrélation des cartes de répartition

16La carte de corrélation des sites du Néolithique moyen et des opérations de fouilles archéologiques vise à pondérer la carte de densité par maille des sites par le degré d’investigation archéologique. On obtient alors une carte de la densité relative des sites par maille. On part du postulat selon lequel plus le niveau d’investigation est élevé et plus la présence de sites du Néolithique moyen devrait être dense. Cependant, on peut tout de suite exclure cette hypothèse d’après le diagramme de corrélation des opérations de fouilles et des sites, qui montre que dans la grande majorité des cas cette relation est fausse (Fig. 5). La carte de corrélation permet alors de réfléchir aux facteurs qui sous-tendent la distribution des sites  : constituent-ils une réalité archéologique ou résultent-ils principalement de la documentation disponible ?

Fig.5. Diagramme de corrélation des fouilles et des sites

Fig.5. Diagramme de corrélation des fouilles et des sites

C. Lietar.

Rastérisation et calcul raster

17La corrélation des objets « fouilles » et des objets « sites » au sein d’un même maillage nécessite d’utiliser un maillage susceptible de rendre compte de la distribution d’objets de nature et de répartition différente. On a fait le choix d’un maillage moyen de 28 km2, compromis entre les deux maillages théoriques des fouilles et des sites (Fig. 6). La symbologie fait apparaître la représentativité par classes déterminées par les seuils naturels observés sur les diagrammes en barre des deux distributions. La rastérisation permet le reclassement en quatre ou cinq classes selon le niveau de représentativité. Un calcul raster permet ensuite l’addition des deux rasters, suivi d’une nouvelle opération de reclassement en six classes.

Fig.6. Carte de corrélation des fouilles et des sites maille 5331

Fig.6. Carte de corrélation des fouilles et des sites maille 5331

C. Lietar.

Lecture de la carte de corrélation  : une relecture de la carte de représentation des sites

18Sur cette carte, les pôles de concentration de sites du Néolithique moyen apparaissent toujours comme des zones où les sites sont plus nombreux par rapport à l’ensemble. Sur le diagramme de corrélation (Fig. 5), un groupe de points se distingue par une bonne corrélation. Elle signifie que plus les opérations de fouilles sont nombreuses et plus le nombre de sites découverts l’est aussi. Ce groupe de point correspond en fait aux concentrations de sites de la boucle de Jablines/Grand Morin et de la Bassée. Sur la carte de corrélation, l’importance relative de ces zones est cependant nuancée puisqu’elles n’apparaissent plus comme exceptionnelles mais plutôt comme fortement occupées, au même titre que d’autres zones pour lesquelles jusqu’alors la densité de sites n’avait pas semblé comparable.

19Les zones de la boucle de Jablines/Grand Morin et de la Bassée ont bénéficié d’un effort de documentation archéologique particulier (fouilles préventives avant de grands aménagements, suivi de carrières sur plusieurs années), mais à la différence des zones urbaines, un nombre conséquent de sites y ont été découverts. L’effet de conservation préférentielle des sites dans ces zones lié au caractère rural de l’environnement a pu, relativement aux zones urbaines, épargner les occupations protohistoriques. En outre, ces zones ont fait l’objet d’investigations archéologiques axées sur des problématiques de recherche sur la période néolithique. En Bassée, le suivi systématique des travaux de carrières a été initié dans les années 1970. La région de la boucle de Jablines a bénéficié d’une attention particulière de la part des équipes d’archéologues néolithiciens et de plusieurs prescriptions pour ces périodes (fouilles de Jablines, de Montévrain et de Jossigny entre autres). La surreprésentation des sites du Néolithique moyen dans ces zones peut être interprétée comme une réalité archéologique, mais elle reflète surtout un investissement remarquable de la recherche archéologique pour les périodes concernées.

20Au contraire, la carte révèle deux zones (en noir) où la présence de sites est relativement exceptionnelle par rapport au niveau d’investigation archéologique. Le caractère « anormal » de leur représentativité peut-il cependant être attribué à une réelle sur-densité d’occupation au Néolithique moyen ? Ou bien est-ce le résultat d’une attention particulière et d’une concentration des efforts sur ces micro-zones ? Les parcs régionaux, zones à dominante rurale illustrent l’hypothèse d’un facteur positif de conservation en zones peu urbanisées. Les parcs du Vexin et du Gâtinais pourtant peu fouillés présentent des zones de forte voire de très forte densité de sites du Néolithique moyen. On peut considérer qu’on a ici une image assez réelle du peuplement pour la période qui nous intéresse, d’autant que les opérations de prospections y ont été assez développées.

21Pour la grande majorité des sites et notamment ceux qui sont isolés, la carte met en évidence une distribution normale  : aucun site du Néolithique moyen n’est connu, étant donné le faible niveau d’investigation archéologique.

22Enfin, la carte révèle des zones pour lesquelles on aurait une sous-représentation des sites en regard de la densité des opérations de fouilles mises en œuvre. C’est le cas de la confluence Seine-Marne. Ce secteur présente une densité non négligeable de sites (Fig. 4) et une documentation exceptionnelle pour le Néolithique moyen (Paris « Bercy », Maison-Alfort « ZAC d’Alfort » et Ivry-sur-Seine « ZAC Grand Ciel »). Il apparaît pourtant comme une zone où l’occupation néolithique est sous-représentée. Une hypothèse contestable sous-tend cependant cette lecture de la distribution des sites. Elle repose sur l’idée que la densité de sites entre les zones est constante. Ainsi, comment interpréter la « sous-représentation » des sites dans la zone de confluence Seine-Marne ? Elle ne peut arbitrairement pas être comprise comme un manque dans la documentation archéologique puisque rien ne prouve que ces sites n’aient pas été isolés. Pourtant, leur localisation en zone densément urbanisée, depuis plusieurs siècles et la proximité d’un fleuve puissant au cours fluctuant pose l’hypothèse de la destruction de sites potentiels. Les études géomorphologiques à Bercy et à Ivry-sur-Seine ont par ailleurs révélé des évènements de destruction d’occupation, notamment au Néolithique récent.

23Les zones où les sites archéologiques sont « sous-représentés » sont très fortement corrélées avec les zones urbaines. On peut faire l’hypothèse simple que le degré d’urbanisation, surtout dans le cas des agglomérations anciennes, est un facteur défavorable à la conservation des sites du Néolithique. D’autre part, la très forte densité d’opérations archéologiques préventives en zone urbaine recouvre une réalité méthodologique de sondages de petites surfaces certainement peu adaptés à la reconnaissance des vestiges pour les périodes protohistoriques. Le rapport antinomique entre la polarisation des opérations archéologiques en zone urbaine et l’hypothèse d’une faiblesse de conservation des sites du Néolithique explique qu’une grande partie de la carte obtenue soit caractérisée par une faible corrélation des informations.

24Malgré l’aspect limité de cette étude qui ne prend en compte que des facteurs très restreints de présence/absence de sites, la valeur heuristique de cette carte est indéniable. Elle permet une relecture de la carte de répartition des sites du Néolithique moyen en Île-de-France, en regard de l’intensité de la recherche archéologique de terrain.

Carte de fiabilité

25Par ailleurs, les hypothèses qui sous-tendent la représentation de la carte de corrélation permettent d’identifier des critères généraux déterminants pour la reconnaissance de sites du Néolithique. Du point de vue de l’investissement de la recherche archéologique de terrain, les principaux facteurs positifs de documentation archéologique en Île-de-France sont liés à la fouille extensive, matérialisée par les opérations sur les futures zones d’activité commerciale (ZAC) ; d’autre part, les gisements de granulats sont fréquemment corrélés avec les occupations du Néolithique et le suivi des activités d’extraction en carrière produit une documentation très riche (comme en Bassée ou par exemple dans la vallée de l’Aisne) ; enfin les programmes de recherche scientifique permettent de documenter de manière très poussée certaines zones. En revanche, certains milieux, comme les forêts, où l’épaisseur de recouvrement des vestiges et le faible nombre d’opération de fouille ne permettent pas facilement la reconnaissance des sites, fournissent une représentation de l’occupation relativement peu fiable. Du point de vue des facteurs de conservation des sites du Néolithique, on se limitera à la dichotomie entre les milieux à dominante rurale et les milieux très urbanisés, a priori beaucoup moins favorables à la préservation des vestiges. Sur la base de ces critères, certes limités, on peut dessiner une carte de fiabilité de la représentation de l’occupation au Néolithique moyen qui s’inspire directement de la démarche développée par l’équipe ArchaeDyn (Oštir et al, 2007) (Fig. 7).

Fig.7. Carte de fiabilité et tableau récapitulatif des critères de classement

Fig.7. Carte de fiabilité et tableau récapitulatif des critères de classement

C. Lietar.

Carte de confiance

26La corrélation de cette carte avec celle de la représentativité des sites attribués au Néolithique moyen avec une même taille de maille produit une carte de « confiance » qui traduit une évaluation de la fiabilité de la distribution des sites (Fig. 8). Il faut rappeler que les sites renseignés pour cette étude sont seulement ceux qui ont fait l’objet d’une fouille archéologique. La carte de confiance élaborée porte donc sur l’évaluation de la base de données des sites plutôt que sur l’occupation de la région au Néolithique moyen en elle-même.

Fig.8. Carte de confiance des occupations attribuées au Néolithique moyen en Île-de-France d’après les sites fouillés

Fig.8. Carte de confiance des occupations attribuées au Néolithique moyen en Île-de-France d’après les sites fouillés

C. Lietar.

27Pour certaines zones où les fouilles ont été menées avec un maillage d’opération dense et extensivement, le fait que la présente étude ne se réfère qu’aux sites fouillés permet cependant de proposer une lecture critique de l’occupation de la région au Néolithique. Ainsi, les secteurs de la Bassée et de la Boucle de Jablines, bien documentés par les fouilles préventives extensives apparaissent comme des zones densément peuplées. Le secteur d’Evry peut être comparé en termes de documentation archéologique aux deux secteurs décrits précédemment. L’absence de sites indique potentiellement une faible densité d’occupation au Néolithique moyen.

28En revanche, les secteurs du Vexin et du nord des Yvelines ont été documentés principalement par des prospections et présentent peu de sites fouillés. On ne pourrait les considérer d’emblée comme moins densément occupés au vu du manque d’informations relatives aux indices de sites découverts en prospection. De même, la présence ponctuelle d’une forte densité de sites dans des zones moins fiables relève de facteurs opportunistes étant donné le faible niveau d’investigation et des contextes peu favorables à la préservation des sites. C’est notamment le cas pour la confluence Seine-Marne et pour la zone du Grand Morin.

29Pour une grande majorité de la région, on connaît peu l’occupation au Néolithique moyen du fait du manque d’investissement en termes de recherche archéologique de terrain ou de contextes qui ne permettent pas de découvrir facilement ces sites.

Bilan

30Tenter de déterminer les facteurs qui sous-tendent la carte de distribution des sites est le véritable but de l’élaboration de la carte de « confiance ». Toutefois, cette étude s’appuie sur des critères restreints pour « comprendre » la répartition des sites du Néolithique moyen en Île-de-France. En effet, la seule carte de répartition des opérations archéologiques et la carte « typologique » des grandes entités urbaines ou rurales ne sauraient l’expliquer à elles seules. Il faudrait en outre détailler plus systématiquement l’occupation actuelle de l’Île-de-France à partir des plans d’occupation du sol.

31Cependant, plusieurs pistes de recherches peuvent toutefois être avancées. Il s’agit d’abord de nous interroger sur la base de données des sites sur laquelle nous nous appuyons. Elle ne regroupe actuellement que les occupations connues à partir des fouilles. Les limites de la présente étude apparaissent notamment lorsque que l’on observe la carte obtenue pour la Seine-et-Marne, a priori vide de sites dans l’intérieur du plateau de la Brie. Malgré les fréquents « vides » documentaires sur ces plateaux, la carte de densité de prospections rappelle que la zone a subi une étude assez poussée et que les prospections aériennes mais aussi pédestres couvrent l’ensemble de la zone. Il faudrait alors, pour rendre compte de l’occupation néolithique, prendre en compte non plus les seuls sites fouillés mais aussi l’intégralité des indices de sites renseignés par les prospecteurs.

32Le niveau de conservation des occupations devrait être un des facteurs les mieux mis en évidence. On a expliqué de manière très simplifiée quelle pouvait être la nature des facteurs de conservation des sites en se basant uniquement sur la différence entre des contextes urbains peu favorables à la préservation des sites et des contextes ruraux relativement plus favorables. Cette échelle d’analyse, bien que pouvant déjà faire l’objet d’une piste de réflexion, trouve très vite ses limites dans la pauvreté des paramètres renseignés. On pourra envisager par contre de développer une réflexion à partir de la détermination des facteurs généraux de recouvrement ou d’érosion des sites. On distinguerait alors les versants plus ou moins pentus, les plaines alluviales en évaluant leur niveau de destruction lors de l’extraction des minéraux en carrière et les plateaux (versants, plaines alluviales et limons de plateau).

33Une autre piste de réflexion, liée aux choix scientifiques en matière d’opérations archéologiques, demanderait à être développée. Celle-ci s’avère complexe à exploiter car elle mêle des facteurs multiples et interconnectés. Mais on peut en présenter succinctement le principe. Le lien étroit qu’entretient la recherche archéologique avec les travaux d’aménagement du territoire contribue au caractère assez aléatoire des découvertes. Pourtant, lorsque cette même recherche est mise en œuvre dans le cadre de programmes scientifiques ou de prescriptions spécifiques, la corrélation entre les opérations de terrain et les découvertes de sites est forte (Bassée et Boucle de Jablines) et la distribution des sites moins aléatoire. Il faudrait alors, pour mieux définir les critères de la carte de fiabilité, développer une approche historique de la recherche archéologique et des programmes pour les zones concernées, afin d’en évaluer la portée documentaire. On voit ici que la carte de répartition des occupations du Néolithique ne repose pas seulement sur le facteur de conservation des sites, mais tout autant sur les méthodes d’investigations elles-mêmes. On peut, dans la même idée, poser le problème de la fenêtre d’ouverture des diagnostics. Est-elle réellement adaptée à la recherche de sites préhistoriques ?

34Le bilan de cette étude est certes limité au niveau de ces résultats et ce du fait du manque de paramètres pris en compte. Le bilan méthodologique est quant à lui intéressant, puisqu’il nous a permis de tester un protocole d’analyse qui permet d’évaluer la représentativité d’un corpus en archéologie spatiale. En outre, les pistes de réflexion qu’ouvrent les cartes élaborées invitent à développer plus à fond les paramètres d’élaboration de la carte de « fiabilité » et à étendre leurs conceptions aux régions voisines de l’Île-de-France.

35Dans le cadre de la gestion d’un corpus vaste, cette méthode de comparaison relative de la représentativité des sites permettra de critiquer la base de données en évaluant l’exhaustivité du corpus. Enfin la carte de confiance devra être mise en regard de l’analyse spatiale et de la modélisation de l’occupation du territoire au Néolithique moyen dans le Bassin parisien.

Bibliographie

Chenorkian R. (1996) – Pratique archéologique statistique et graphique, Paris.

Oštir K., Kokalj Ž., Saligny L., Tolle F., Nunninger L., avec la collaboration de F. Pennors et K. Zaksek (2007) – Confidence Maps : a Tool to Evaluate Archaeological Data’s Relevance in Spatial Analysis, dans Layers of Perception. Proceedings of the 35th Computer Applications and Quantitative Methods in Archaeology Conference, Berlin, Germany, April 2-6, 2007, Bonn, p. 272-277.

Saligny L., Nunninger L., Oštir K., Poirier N., Fovet E., Gandini C., Gauthier E., Kokalj Z. et Tole F., avec la collaboration de l’équipe ArchaeDyn (2008) – Models and Tools for Territorial Dynamic Studies, dans 7 Millennia of Territorial Dynamics Settlement Pattern, Production and Trades from the Neolithic to Middle Ages. Colloque ArchæDyn - Dijon, 23-25 juin 2008, p. 25-44 (preprints).

Notes

1 Émergence de la complexité sociale : enceintes, ressources et territorialité au Néolithique. Recherches franco-allemandes sur la culture de Michelsberg.

Table des illustrations

Titre Fig.1. Phasage de la répartition des opérations archéologiques en Île-de-France par maille de 2 431 m de côté (5 km²) entre 1884 et 2010
Crédits C. Lietar.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Fig.2. Cartes de représentation des fouilles et des prospections
Crédits C. Lietar.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig.3.
Légende a) Densité des prospections par communes ; b) Carte des différents modes de prospections
Crédits (C. Lietar).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig.4. Représentation du nombre de sites attribués au Néolithique moyen par maille de 9 555 m de côté (90 km²) graduée selon les écarts type
Crédits C. Lietar.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4901/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Fig.5. Diagramme de corrélation des fouilles et des sites
Crédits C. Lietar.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4901/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Fig.6. Carte de corrélation des fouilles et des sites maille 5331
Crédits C. Lietar.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4901/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig.7. Carte de fiabilité et tableau récapitulatif des critères de classement
Crédits C. Lietar.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4901/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 624k
Titre Fig.8. Carte de confiance des occupations attribuées au Néolithique moyen en Île-de-France d’après les sites fouillés
Crédits C. Lietar.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4901/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 392k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – UMR 8215  : Trajectoires. Sujet de thèse  : Territoires et ressources des sociétés néolithiques du Bassin parisien aux régions rhénanes  : le cas du Néolithique moyen (4500-3600 av. J.-C.).
Directeur : François Giligny. Thèse soutenue le 11 mars 2014.

© Éditions de la Sorbonne, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search